Vous êtes sur la page 1sur 27

Master 1 - FTPA

Hydraulique et mécanique des fluides

Martín Obligado

Martin.Obligado@univ-grenoble-alpes.fr
EDT tentative (flexible!)

~ 25 Cours-TD

• Analyse vectorielle (2 CM + 1TD)

• Statique des fluides (3 CM + 1TD)

• Propriétés physiques des fluides (1 CM + 1 TD)

• Dynamique des fluides (6 CM+ 2 TD)

• Circuits hydrauliques (1 CM)

• Module industriel (6 CM/TD)

• 1 séance pour le CC
EDT tentative (flexible!)

~ 25 Cours-TD

• Analyse vectorielle (2 CM + 1TD)

• Statique des fluides (3 CM + 1TD)

• Propriétés physiques des fluides (1 CM + 1 TD)

• Dynamique des fluides (6 CM+ 2 TD)

• Circuits hydrauliques (1 CM)

• Module industriel (6 CM/TD)

• 1 séance pour le CC
Equation de mouvement d’une parcelle de fluide Δ"

#$(&, () 1
+ $ + ∇ $ &, ( = ./ − ∇p Equation d’Euler
#( 2

L’équation d’Euler modèle la dynamique d’une fluide parfait

On utilise aussi l’équation de continuité de la masse:

#2 &, (
+∇(2 &, ( $ &, ( ) = 0
#(
Hydrostatique

L’hydrostatique étude les conditions d’équilibre des liquides au


repos.

! ", $ = 0 ∀ ", $

0!(",2)
Et aussi / ", $ = =0
02

Dans l’équation d’Euler:

1
() − ∇p = 0 Équation fondamentale de l'hydrostatique
,
Hydrostatique

L’hydrostatique étude les conditions d’équilibre des liquides au


repos.

! ", $ = 0 ∀ ", $

0!(",2)
Et aussi / ", $ = =0
02

Dans l’équation d’Euler:

1
() − ∇p = 0 Équation fondamentale de l'hydrostatique
,
45 45 45
3 équations pour 3 inconnues (4" , 46 , 47)! (si 8 = 9:;)
Hydrostatique

L’hydrostatique étude les conditions d’équilibre des liquides au


repos.

! ", $ = 0 ∀ ", $

0!(",2)
Et aussi / ", $ = =0
02

Dans l’équation d’Euler:

1
() − ∇p = 0 Équation fondamentale de l'hydrostatique
,

Si () est la force de gravitation: ∇p = ,g


Hydrostatique

Si !" est la force de gravitation: ∇p = &g

Considérons alors que le champ de pesanteur est tel que ( = −*+,.

Par projection sur les trois axes du référentiel cartésien, on obtient

-. -. -.
= =0 = −&*
-/ -0 -2

Par conséquent . /, 0, 2 = .(2), et l'équation fondamentale de


l'hydrostatique se résume à :

6.
= −&*
62
Hydrostatique

Si !" est la force de gravitation: ∇p = &g

Considérons alors que le champ de pesanteur est tel que ( = −*+,.

Par projection sur les trois axes du référentiel cartésien, on obtient

-. -. -.
= =0 = −&*
-/ -0 -2

Par conséquent . /, 0, 2 = .(2), et l'équation fondamentale de


l'hydrostatique se résume à :
7 = 89+
6.
= −&* . + &*2 = ;<=
62
HYDRAULIQUE GENERALE , École Nationale du
Hydrostatique Génie de l'Eau et de l'Environnement, Jose Vazquez

%&
Équation fondamentale de l'hydrostatique = −*+
%'

On écrit fréquemment :

&∗ = & + *+' = cte

On nomme &∗ l’énergie potentielle par unité́ de volume (voir eqs de


Bernoulli plus tard dans le cours).

Une autre écriture consiste à diviser l’équation par *+:


&∗ & !∗
= + ' = cte est appelée hauteur piézométrique.
*+ *+ #$

!∗
On remarque que #$
est homogène à z c’est-à-dire à une longueur
ce qui offre un moyen pratique pour la représenter graphiquement.
HYDRAULIQUE GENERALE , École Nationale du
Hydrostatique Génie de l'Eau et de l'Environnement, Jose Vazquez

#!
Équation fondamentale de l'hydrostatique = −"'
#$

On écrit fréquemment :

!∗ = ! + "'$ = cte

On nomme !∗ l’énergie potentielle par unité́ de volume (voir eqs de


Bernoulli plus tard dans le cours).

Une autre écriture consiste à diviser l’équation par "':


!∗ ! -∗
= + $ = cte est appelée hauteur piézométrique.
"' "' ./

Dans ce cas, la pression ! est mesurée en hauteur de colonne du


liquide ".
Hydrostatique

!∗ ! +∗
= + ' = cte est appelée hauteur piézométrique.
#$ #$ ,-

Unités de mesure:

Ø L’unité́ du SI est le pascal : 1Pa = 11/34

Ø Un multiple du pascal est le bar : 1567 = 109 :6

Ø Autre multiple est l’atmosphère : 16;3 = 1.01325567

Le métré de colonne d’eau :

13@A → 13#CDE $ = 9.81 × 10I:6 = 0.098567


Le millimètre de mercure:

133J$ → 10KI3#L- $ = 1.33 × 104:6 = 0.00133567


Hydrostatique

!∗ ! +∗
= + ' = cte est appelée hauteur piézométrique.
#$ #$ ,-

Unités de mesure:

Le métré de colonne d’eau :

1/01 → 1/#345 $ = 9.81 × 10;<= = 0.098>=?


Le millimètre de mercure:

1//@$ → 10A;/#B- $ = 1.33 × 10D<= = 0.00133>=?

En hydraulique des réseaux urbains, la pression est le plus souvent


exprimée en mètres de colonne d’eau et en bars.
Pression absolue et pression relative

Pression absolue :

La pression absolue est définie par rapport à la pression dans le


vide qui correspond à la pression nulle. On en déduit donc que la
pression minimale possible est zéro.

Pression relative :
La pression relative se définit par rapport à une référence que l’on
choisi le plus souvent égale à la pression atmosphérique.

Cela consiste finalement à faire une translation du repère des


pressions. La pression nulle est donc équivalente à la pression
atmosphérique (!"#$ ). La pression minimale correspond donc à :
−!"#$ (pression atmosphérique négative).
Pression absolue et pression relative

Pression absolue :

La pression absolue est définie par rapport à la pression dans le


vide qui correspond à la pression nulle. On en déduit donc que la
pression minimale possible est zéro.

Pression relative :
La pression relative se définit par rapport à une référence que l’on
choisi le plus souvent égale à la pression atmosphérique.

La plupart des instruments de mesure fournit une pression relative


appelée également pression manométrique.
Théorème de Pascal

Enoncé :

Dans un fluide incompressible en équilibre, toute variation de


pression en un point entraîne la même variation de pression en tout
autre point.
Théorème de Pascal

Enoncé :

Dans un fluide incompressible en équilibre, toute variation de


pression en un point entraîne la même variation de pression en tout
autre point.

Démonstration :

Supposons qu’au point !" intervienne une variation de pression


telle que celle-ci devienne #" + Δ#" . Δ#" étant un nombre
algébrique. Calculons la variation de pression Δ#& qui en résulte en
!& .
Théorème de Pascal

Enoncé :

Dans un fluide incompressible en équilibre, toute variation de


pression en un point entraîne la même variation de pression en tout
autre point.
Démonstration :

Appliquons la relation fondamentale de l’hydrostatique entre !" et


!# pour le fluide:

• À l’état initial : $# − $" = '((*# − *" )

• À l’état final : ($# +Δ$# ) − ($" + Δ$" ) = '((*# − *" )

En faisant la différence entre les deux équations, on obtient :Δ$# −


Δ$" = 0.
Δ$# = Δ$"
Baromètre

Mettons un liquide dans un tube fermé d'un côté ; ce tube est


immergé dans une bassine de liquide (il se remplit intégralement),
puis on le place verticalement, le côté́ fermé en haut, le côté́ ouvert
trempant dans la bassine.

La pression atmosphérique s’exerçant sur la surface du liquide dans


la bassine fait monter le liquide dans le tube. Si le tube est
suffisamment grand, du vide est obtenu au-dessus de la colonne de
liquide dans le tube.

En mesurant la hauteur ℎ de la colonne, on peut déterminer la


pression atmosphérique :

"#$% = '(ℎ

Cette hauteur équivaut environ à 10m si le liquide est de l'eau, et à


76cm si c'est du mercure. On a ainsi un baromètre.
Baromètre

Prenons maintenant un tube en forme de U dont chacune des


extrémités est ouverte et reliée à une enceinte étanche.

Le tube contient un liquide. Si la pression régnant dans les deux


enceintes est identique, la hauteur de liquide est identique dans
les deux branches.

Si la hauteur diffère d'une valeur Δh, alors la différence de


pression vaut :

Δ# = ρgΔℎ

On exprime ainsi parfois une faible surpression en hauteur


de la colonne d'eau (mmCE).
Forces hydrostatiques sur les parois

Les forces hydrostatiques sur une surface proviennent des forces de


pressions du fluide agissant sur cette surface.

Il convient, donc dans un premier temps, de caractériser la pression


du fluide sur une surface. Pour cela, on a besoin de :

Ø L’intensité : la pression dépend


de la profondeur d’eau ℎ. Elle est
calculée par la relation : "#ℎ

Ø La zone d’application : la
pression s’applique sur une
surface ($%)

Ø La direction : la pression est


toujours perpendiculaire à la
surface d’application.
Forces hydrostatiques sur les parois

Le calcul des forces hydrostatiques sur une surface quelconque


plongée dans l’eau, consiste à déterminer les trois caractéristiques
suivantes :

Ø L’intensité de la force qui


s’applique sur la surface !" :
dF = pdS = ()ℎ !"

Ø Le point d’application de la
force

Ø La direction.

Dans le but de fournir des résultats facilement applicables, on


distingue les surfaces planes et les surfaces gauches.
Forces hydrostatiques sur les parois

Le calcul des forces hydrostatiques sur une surface quelconque


plongée dans l’eau, consiste à déterminer les trois caractéristiques
suivantes :

Ø L’intensité de la force qui


s’applique sur la surface !" :
dF = pdS = ()ℎ !"

Ø Le point d’application de la
force

Ø La direction.

Dans le but de fournir des résultats facilement applicables, on


distingue les surfaces planes et les surfaces gauches.
Paroi plane en position inclinée

On s’intéresse aux surfaces planes de forme quelconque


entièrement immergée dans l’eau.

La figure suivante représente à gauche la surface immergée et à


droite une vue A-A de cette surface

On définit un repère (", $)


dont l’axe (") est sur la
surface libre et ($) dirigé
vers le bas et passant par
la surface plane. Le point
G("' , (' ) est le centre de
gravité de la section.

On définit le repère (), *)


comme étant une
translation du repère (", $)
centré en +.
Paroi plane en position inclinée

L’intensité́ de la force résultante agissant sur la surface # est


définie par :

F= ∯% &' = )* ∯% ℎ&#

L’intégration de cette équation s’écrit :

' = )*ℎ" #

ℎ" : hauteur d’eau du centre de gravité de la paroi immergée

# : surface de la paroi immergée.


Paroi plane en position inclinée

Le point d’application de la force résultante des pressions


! "# , %# est appelé́ : centre de pression ou de poussée.

La position de ce point est définie par la position du barycentre


des surfaces élémentaires (&') pondérées par la pression sur
chaque surface, ce qui revient à calculer le moment équivalent des
forces de pression, c’est-à-dire :

∯+ "&, = "# ,

∯+ %&, = %# ,

Dans le grande majorité́ des cas les surfaces sont symétriques


par rapport à l’axe , ce qui revient à dire que : "# = ") .
Forces d’Archimède

Supposons qu’une surface fermée formant un corps solide de


densité !" , de volume total # et de volume immergé #$%&'()é , se
trouve immergée entièrement ou partiellement (#$%&'()é ≤ V) dans
un liquide au repos de densité !. Les forces verticales qui agissent
sur le corps sont :

Ø Les forces de pesanteur : #!" -

Ø Les forces de pression du liquide : #$%&'()é !- (Appelées forces


d’Archimède ou forces de portance)

La force d’ Archimède est appliquée au centre de gravité du liquide


déplacé́ (centre de poussée). Pour un corps plein de poids
volumique homogène et entièrement immergé, le centre de
poussée est confondu avec le centre de gravité du corps. Il n’en
est pas de même pour les corps flottants.