Vous êtes sur la page 1sur 32

Chapitre V: budget des

approvisionnements
Ce budget a comme tâche principale de
s’assurer l’approvisionnement
nécessaire au moment opportun et au
moindre coût.
Le responsable est tenu d’éviter à la fois
le gonflement et la rupture des
approvisionnements
La gestion des approvisionnements dans une entreprise
concerne essentiellement deux services :
•Le service magasin et le service achats.
– Le service magasin: joue un rôle primordial dans
l'entreprise, il est chargé, notamment de:
 Tenir l'inventaire permanent
 Contrôler quantitativement et qualitativement les
commandes reçues.
 Distribuer aux utilisateurs (service de production et
service des ventes) ce dont ils ont besoin.
 rédaction des documents relatifs aux sorties de stock et
aux ordres de réapprovisionnement adressés au service
des achats.
-Le service achats est chargé essentiellement
de :
 La sélection des fournisseurs ;
 La passation des commandes ;
 La gestion des livraisons.
Conjointement, ils ont l’obligation de fournir
matières premières et composants en:
– quantité et en qualité suffisantes,
– au moment voulu et
– au coût le plus bas possible.
• La gestion des stocks, consiste essentiellement à
éviter
– une rupture des stocks, ou
– un sur stockage,
elle doit conduire l'entreprise à :
Déterminer le nombre de commandes dans l'année ;
Fixer le calendrier des commandes et des livraisons.
Or, constituer un stock entraîne inévitablement des
coûts dont la minimisation doit être un objectif
prioritaire de la gestion des stocks.
I- Prévision des approvisionnement

Elle permet de déterminer les éléments suivants :


– La quantité optimale à commandée
– La cadence optimale, ( le nombre de commande
optimal)
– Les points de commande
– Et le stock de sécurité
A - Les politiques d’approvisionnements :
Différentes politiques sont possibles en fonction de la cadence
d’approvisionnements choisie.
On pourra envisager par exemple :
 Un approvisionnement sur l’année (politique 1)
En supposant un stock initial nul, on commandera alors
180,000 unités en début d’année.
 Un approvisionnement par trimestre
(politique2).
•On aura quatre livraisons sur l’année de 45000 unités
chacune, au début de chaque trimestre.
•La seconde politique induit évidemment un niveau moyen de
stocks beaucoup plus faible, comme on le voit sur le graphique
ci-dessous :
politique de « stock zéro »
• Celle-ci consisterait à ne se réapprovisionner en pièces
qu’au moment même où elles doivent être incorporées
dans la fabrication.
• Chaque série de fabrication donnera donc lieu à un
réapprovisionnement.
• Cette politique dite de « flux tendus » ou de «juste à
temps » (JAT) est privilégiée aujourd’hui par plusieurs
entreprises (industrie automobile par exemple).
• Elle suppose un fort pouvoir de négociation de
l’entreprise par rapport à des fournisseurs qui doivent
être en mesure de livrer sans délai les quantités de
pièces demandées.
• Elle revient souvent à transférer aux sous traitant la
charge du stockage.
B- TYPOLOGIE DES COUTS ENGENDRES PAR LA GESTION DES
STOCKS

Les composantes du coût de stockage

Le coût de possession ou (détention) de Le coût de passation ou de lancement


stock des commandes :
- location des entrepôts, - coût de fonctionnement de service
-assurance des produits, « approvisionnement » timbres,
-amortissement des chambres froides, téléphone, salaire des employés,
- coût des capitaux qui finance le stock, éclairage, chauffage,
(ces coûts dépendent du niveau du ce coût dépend de nombre de
stock) commande

Coût de passation = Nombre de


Coût de possession = Stock
commande × coût de lancement
moyen × Taux de détention
d’une commande

Coût total du stockage= coût de possession + coût de passation


Les coûts engendrés par la gestion des stocks sont
nombreux qu'on peut regrouper en deux
1- Coût de passation ou de lancement des
commandes
• La passation et le suivi d'une commande créent
systématiquement des charges tels que les frais de
courriers et de télex, l'émission de documents (bons
de commandes, bons de réception).
• Ce coût est, à l'évidence, fonction croissante du
nombre de commandes. CL= N×b
où :
– N : Nombre de commande dans l’année
– b : Frais (coût unitaire) entraînés par chaque commande
2- Coût de possession ou détention des stocks
Détenir un stock entraîne des charges. Il s'agit essentiellement des :
Loyers des entrepôts, le gardiennage, les assurances, la
manutention, l'amortissement des entrepôts, les suivis
administratifs des stocks ; L’ensemble de ces charges sont des
éléments constitutifs du coût de logement des stocks ;
Les coûts financiers de l'investissement que représente le stock
s'expliquent par l'immobilisation des capitaux ;
Coût de dépréciation des stocks.
• Le coût de possession évolue selon le niveau du stock ; il est égal
au stock moyen multiplié par un taux annuel de possession:
• Le stock moyen (S.M.) se calcule de la manière suivante :
S.M. = Consommation annuelle en valeur (C)
2 x Nombre annuel de livraisons
• Le coût de possession (Cs) s'exprime par la formule suivante :

Cs = C x (le taux de possession (t))


2N
C- Modèles de gestions de stocks: modèle de
WILSON
Pour assurer une gestion optimale des stocks, il faut connaître un
certain nombre de paramètres, tels que
– la cadence d’approvisionnement,
– les délais de livraisons et
– les niveaux de stock de sécurité pour limiter les risques de rupture.
Ces éléments sont à la base des modèles de gestion et devront être
préalablement définis.
•Il existe de nombreux modèles de gestion des stocks qui répondent à
la multiplicité des situations rencontrées dans l’entreprise.
•Ces modèles s’appuient tous sur un raisonnement connu sous le nom
de modèle de WILSON.
• l'objectif du modèle de WILSON consiste à déterminer la
quantité économique qui minimise le coût de gestion du
stock .
Il fournit une réponse sous certaines hypothèses :
– La demande est connue de façon certaine ;
– La consommation est régulière sur l’année ; aucune rupture de
stock n’est autorisée.
– Soit C la consommation en quantités et N le nombre de
réapprovisionnements dans l’année, chaque
réapprovisionnement portera sur C/N unités.
• Les hypothèses précédentes conduisent à la
représentation suivante du niveau de stock :
EXERCICES D'APPLICATION
Dans une entreprise l'article P fait l'objet d'une gestion de
stock rigoureuse.
• La consommation annuelle de cet article est de 6 000
articles à 14 DH l'unité.
• Le nombre de livraisons maximum est de 8 par an.
• Le taux de possession du stock est de 10 %.
• Le coût de passation d'une commande est de 120 DH.
TRAVAIL A FAIRE :
Déterminer le nombre optimal (ou quantité économique
optimale) de commandes.
SOLUTION
On peut déterminer le nombre optimal de commandes
soit sous forme de calculs arithmétiques, soit
graphiquement, soit algébriquement (Modèle de
WILSON).
1) Détermination par le calcul

Eléments Nombre de livraisons

1 2 3 4 5 6 7 8

Stocks moyen 42 000 21 000 14 000 10 500 8400 7 000 6 000 5 250

Coût de passation (1) 120 240 360 480 600 720 840 960
Coût de possession (2) 4 200 2100 1400 1050 840 700 600 525

Coût Total (l) + (2) 4 320 2 340 1760 1530 1440 1420 1440 1485
• Le coût minimum est atteint pour 6 commandes.
Donc, le nombre optimal de commandes est de 6.
2) Détermination graphique
• Il faut rappeler que le coût de passation des
commandes est une fonction croissante dans la
mesure où il augmente en fonction du nombre de
commandes.
• Le coût de possession du stock est une fonction
décroissante dans la mesure où il diminue alors
même que le nombre de commandes augmente.
• La quantité optimale à commander est obtenue
lorsque les deux courbes représentant les deux
coûts en question se rencontrent
Le point d'intersection des courbes du coût de
passation et du coût de possession du stock
détermine le nombre optimal de commandes
soit 6.
Généralisation de la formule de Wilson
en désignant par :
• N : le nombre de commandes
• C : la consommation annuelle de matières premières (en
valeur)
• P: Prix unitaire
• b : le coût de passation d'une commande
• t% : le taux de possession des stocks.
Il vient :
• Niveau moyen de stock : C/2N
Cpt Cpt
N 2
  N 
2b 2b

2Cb
Q 
pt
3) Détermination par la méthode algébrique ou
méthode de WILSON
Niveau moyen du stock 84000
2N
• Coût de possession 84 000 x 10%
2N
Coût de passation 120 N
N: étant le nombre de commandes
N=
84000 10%
 5,91  6
2 120
N = 5,91 soit 6 commandes par an
Application2 :
Soient les données suivantes : C= 9600dh
b: coût de passation unitaire = 12dh
t= 9%
• Calculer la cadence optimale.
• Représenter par tableau et par graphique ;
Corrigé :
Cadence optimale

N Ct / 2b  9600  9% / 2 12  6
Soit , 6 commandes par an ou 1 commande tous les 2 mois

N Nb: coût Ct/2N: coût Nb + Ct/2N:


passation possession coût total
1 12 432 444
2 24 216 240
3 36 144 180
4 48 108 156
5 60 86,4 146,4
6 72 72 144
7 84 61,7 145 ,7
8 96 54 150
. . . ..
stock d’alerte et stock de sécurité
• Le stock d’alerte est par définition la quantité
en stock au moment du déclenchement d’une
commande pendant le délai de livraison
majorée du stock de sécurité:

S d’alerte = S Min + S sécurité

S Min = Consommation quotidienne x


Nombre de jours de livraison
S de sécurité = Consommation quotidienne x
Nombre de jours de retard de livraison
• C’est la connaissance de ce stock alerte qui
peut permettre de contrôler l’écoulement du
stock et les commandes aux moments
opportuns en vue d’éviter toute rupture.
• Si tout se déroule conformément au
programme d’activité prévu, le stock alerte est
atteint normalement au moment de lancer la
commande prévue dans le programme
d’approvisionnement.
II- Le contrôle budgétaire des
approvisionnements :
Le contrôle doit porter sur les quantités et sur les coûts :
1- contrôle des quantités :
1-1 Analyse des écarts :
• Les écarts observés entre les consommations prévues et réalisées devront être
analysés,
• Les écarts observés entre les livraisons prévues et réalisées peuvent porter sur les
quantités livrées ou / et les délais de livraison.
• Ils peuvent déboucher éventuellement sur un réexamen du choix des
fournisseurs.
1-2 Calcul de ratios significatifs :
Un certain nombre de ratios ou indices peuvent être calculés afin d’évaluer l’efficacité
de la gestion des approvisionnements.
 La fréquence des pénuries (rupture de stocks) peut être mesurée par le rapport :
Quantités manquantes
Quantités consommées

 Une évolution défavorable de ce rapport (augmentation peut être le signe d’une


mauvaise appréciation du stock de sécurité nécessaire).
2- Rôle de la classification
• La finalité des méthodes de gestion des stocks consiste à
déterminer les stocks qui feront l'objet d'un suivi rigoureux
de la part des responsables des services
d'approvisionnement.
• Il existe de nombreuses méthodes quantitatives
permettant de répondre au suivi et à la gestion des stocks.
• Les méthodes les plus connues sont:
– la méthode 20/80.
– La méthode ABC
2-1: La méthode 20/80
Celle-ci part de la constatation que, dans un stock global
comportant assez d'éléments différents pour que joue la
loi des grands nombres, en classant les articles par ordre
décroissant des valeurs de leur consommation annuelle,
20 % des articles représentent souvent 80 % de la
consommation globale et que 80 % des articles
représentent 20 % de la consommation en question.
• Partant de ce constat, il appartient aux responsables des
services d'approvisionnement de porter leurs efforts de
gestion sur une minorité d’articles (20 %) représentant
une majorité en valeur (80 %).
• La méthode 20/80 n'est pas une loi universelle ; certains
secteurs d’activité peuvent ne pas la vérifier du tout.
2-2 la méthode ABC.
• La méthode ABC s'appuie sur la même constatation que
la méthode précédente.
• La classification des articles en stock s'établit comme suit

Articles % de Consommation en % de Consommation


Quantité en Valeur
Groupe A 10 65
Groupe B 25 25
Groupe C 65 10
Ce classement permet de pratiquer une gestion sélective en affectant
le maximum d'efforts et les méthodes les plus fines aux articles de
la catégorie A :
– Tenue d'un inventaire permanent ;
– Calcul régulier du stock disponible ;
– Mise à jour fréquente des paramètres et des lancements de
commandes ;
– Contrôles fréquents.
• En revanche, les articles du groupe B n'exigent pas la même
gestion aussi rigoureuse appliquée aux articles du groupe A.
Ils seront gérés de façon plus souple ; par exemple, des révisions
périodiques peuvent suffire.
• Le groupe C ne mérite ni méthode sophistiquée, ni surveillance
constante ; on pourra prévoir un stock de sécurité très large
puisque l'incidence financière sur la trésorerie restera limitée.
• Le classement ABC doit être révisé chaque année.