Vous êtes sur la page 1sur 25

BMGI CENTER

Guide de contrôle des comptes

Consultant : ASSAD Chabane

.
1- IMMOBILISATIONS INCORPORELLES.

OBJECTIFS DU CONTROLE DES COMPTES.

A. S'assurer que tous les frais engagés par la société et répondant au définitions des postes
listés ci-dessous sont inscrits à l'actif de façon constante et conformément aux principes
comptables du Système Comptable Financier.
B. S'assurer que l'amortissement des éléments susceptibles d'être amortis et calculé de façon
constante.
C. S'assurer qu'il n'existe aucune perte latente par rapport aux valeurs nettes comptables des
immobilisations incorporelles.
D. A la fin des contrôles effectués, porter un jugement sur les postes principaux suivants :

BILAN

203 Frais de développement immobilisables


204 Logiciels informatiques et assimilés
205 Concessions et droits similaires, brevets, licences, marques
207 Ecart d’acquisition – « goodwill »
208 Autres immobilisations incorporelles

237 Immobilisations incorporelles en cours

COMPTE DE RESULTAT

6520 Moins values sur cession des immobilisations incorporelles cédées


68101 Dotation aux amortissements des immobilisations incorporelles
68102 Dotation aux pertes de valeur des immobilisations incorporelles
751 Redevances pour concessions…
7520 Produits des cessions d'immobilisations incorporelles

7811 Reprises sur pertes pour dépréciation des immobilisations


incorporelles
731 Productions immobilisée : Immobilisations incorporelles
LISTE DES CONTROLES POSSIBLES

1. Obtenir le tableau des mouvement (brut, amortissements et pertes) des


immobilisations incorporelles.
2. Vérifier les soldes d'ouverture avec les comptes de l'exercice précédent.
3. Prendre en considération l'étendue et les résultats des travaux effectués sur les
procédures de contrôle interne pour déterminer l'étendue des travaux à effectuer et la
date à laquelle elles devront l'être.
4. S'assurer par examen du tableau des mouvements qu'aucune variations anormale n'est
intervenue depuis les travaux effectués sur le contrôle interne qui pourrait remettre en
cause les conclusions.
5. Vérifier les mouvements de l'exercice avec les justificatifs. S'assurer que tous les
droits de mutation ont été payés.
6. Passer en revue les comptes de charges et confirmer qu'aucun élément, qui aurait dû
être comptabilisé en immobilisation incorporelle, n'a été passé en charges.
7. Vérifier que les amortissements sont calculés de manière constante et sur une durée
compatible avec la nature de chaque catégorie (durée de protection, durée de bail…).
8. Vérifier que toutes les redevances de brevets, licences…ont été comptabilisées en
profit sur la bonne période.
9. En cas de cession en cours d'exercice, vérifier le calcul des plus ou moins-values et
leur traitement fiscal.
10. Se reporter au programme de vérification des engagements hors bilan et faire les
travaux concernant les immobilisations.
11. Vérifier que les informations qui figurent dans l'annexe sont complètes et conformes
aux chiffres précédemment vérifiés.

2- IMMOBILISATIONS CORPORELLES.

OBJECTIFS DU CONTROLE DES COMPTES.

A. S'assurer que les montants inscrits aux postes d'immobilisations reflètent l'intégralité
- Des biens dont l'entreprise est propriétaire et qu'elle utilise.
- Des coûts encourus pour l'acquisition ou la création de ces biens.
B. S'assurer que les montants figurant en dotation aux amortissements et en amortissements
cumulés reflètent la charge de l'exercice et l'intégralité des amortissements calculés
conformément aux principes comptables généralement admis, appliqués de façon
constante.
C. A la fin des contrôles effectués, porter un jugement sur les postes principaux suivant :

BILAN
21 Immobilisations corporelles.
22 Immobilisations mises en concession.
23 Immobilisations en cours.
281 Amortissements des immobilisations corporelles.
282 Amortissements des immobilisations corporelles mises en concession.
291 Perte pour dépréciation des immobilisations corporelles.
292 Perte pour dépréciation des immobilisations mises en concession.
293 Perte pour dépréciation des immobilisations en cours.
COMPTE DE RESULTAT
652 Moins value de cession sur immobilisation corporelles
68111 Dotations aux amortissements des immobilisations corporelles.
68112 Dotations aux pertes pour dépréciation des immobilisations
corporelles.

7083 Locations divers.


752 Plus value de cession sur immobilisations corporelles .
732 Production immobilisée : Immobilisations corporelles.
78112 Reprises sur pertes pour dépréciation des immobilisations
corporelles.

LISTE DES CONTROLES POSSIBLES.

1. Obtenir le tableau des mouvements d'immobilisations (Valeurs brutes et


amortissements).
2. Prendre en considération l'étendue et les résultats des travaux effectués sur les
procédures de contrôle interne pour déterminer l'étendue des travaux à effectuer et la
date à laquelle elles devront l'être.
3. S'assurer par examen du tableau des mouvements qu'aucune variation anormale n'est
intervenue depuis les travaux effectués sur le contrôle interne qui pourrait remettre en
cause les conclusions.
Contrôle de l'existence
4. Si la société procède à un inventaire physique.
a. Examiner les procédures suivies.
b. Assister à la prise d'inventaire.
c. Vérifier que les fichiers et les comptes sont mis à jour.
d. Obtenir des explications pour écart important.
5. Si des immobilisations importantes sont détenues par des tiers, appliquer la procédure
de confirmation directe.
6. Vérifier l'existence physique des actifs importants.

Contrôle de la propriété

7. Vérifier les titres de propriété de la société en ce qui concerne les terrains et les
immeubles et s'assurer auprès du conservateur des hypothèques ou au moyen d'autres
procédures s'ils sont ou non hypothéqués, ou s'ils ont subi une autre aliénation
possible.
8. Pour les biens contrôlés économiquement sans détention de l’acte de propriété, vérifier
les critères de détermination du contrôle économique
9. Pour les acquisitions et cessions de l'exercice voir ci-après.

Contrôle de la validité

a) Général
10. Rapprocher les soldes d'ouverture (Valeur brute et amortissement) avec les comptes de
l'exercice précédent.
11. S'assurer que les soldes au fichier des immobilisations correspondent aux totaux
inscrits sur le compte du grand-livre.
12. Tester l'exactitude des calculs arithmétiques du fichier des immobilisations.
13. Vérifier l'exactitude des totaux du tableau des mouvements (Brut et amortissement).

b) Acquisitions

14. Vérifier les principales acquisitions de l'exercice physiquement et avec les contrats,
procès-verbaux du Conseil d'Administration, des budgets d'investissements et des
justificatifs (Commandes, factures, paiements).
15. S'assurer concernant les acquisitions, que les frais de transport, droit de douane, frais
d'installation et de montage ainsi que la T.V.A sur véhicule de tourisme et des
logements sont immobilisés.
16. S'assurer concernant les acquisitions, que les droits d'enregistrement et les
commissions ou la T.V.A sur les équipements autres que les véhicules de tourisme et
des logements, ne sont pas immobilisés.
17. Vérifier que les acquisitions des immobilisations ont été bien soumises aux droits de
mutation correspondant à leur nature (vérification du domaine respectif de la T.V.A
immobilière et des droits d'enregistrement).
18. S'assurer que la T.V.A n'a pas été récupérée indûment sur des biens exclus du droit à
déduction.
Attacher une attention particulière aux divers travaux effectués sur des locaux ou des
terrains pris à bail.

19. Rechercher si l'acquisition d'éléments corporels ne s'accompagne pas d'une reprise de


clientèle.
20. Vérifier que l'entreprise n'a pas passé en charges des éléments constitutifs du prix de
revient des immobilisations (Honoraires d'architectes, coût d'installation et travaux
d'aménagement d'un terrain, taxes d'équipement, etc.…).
21. Rechercher les dépenses dont l'importance et la nature ne leur confèrent pas le
caractère d'immobilisations (immobilisation dont le coût d’acquisition est inférieur à
30 000 DA) et inversement s'assurer qu'aucune charge n'a été immobilisée
(problématique des grosses réparations).
22. Au cas où il y eu production d'immobilisations par l'entreprise, s'assurer que les coûts
imputés sont corrects.

c) Cessions

d) Vérifier les principales cessions de l'exercice avec les documents justificatifs (Facture,
autorisation, encaissement du prix, certificat de destruction….).
e) Vérifier que la valeur brute, les amortissements et les pertes de valeur ont été sortis des
comptes et du fichier.
f) Au cas où il y a eu des cessions d'immobilisations, s'assurer que les plus ou moins-
values dégagées sont comptabilisées correctement, et que la ventilation entre plus et
moins-value à réinvestir et à distribuer est correcte. Consulter les règles fiscales.
g) En cas de cession d'un bien immobilisé, vérifier le reversement de T.V.A.
d) Amortissements
h) Déterminer si la base d'évaluation et les taux utilisés pour l'amortissement sont
appropriés, compte tenu des durées de vie probables des actifs et de leur utilisation
pendant l'exercice.
i) Vérifier avec le dossier permanent que les taux utilisés (et mode) sont les même
que ceux de l'exercice précédent. Sinon évaluer l'impact du changement sur le
résultat.
j) Vérifier que la charge d'amortissement de l'exercice a été correctement calculée et
enregistrée. Vérifier notamment
a. L'application du prorata temporis sur les acquisitions et cessions de l'exercice.
b. La dotation sur les immobilisations antérieures.
c. La concordance entre le montant passé en charge et les mouvements du bilan.

k) S'assurer que la limitation des amortissement des véhicules de tourisme (Y


compris ceux acquis en leasing et les locations de plus de 3 mois) a bien été
respectée (Réintégration tableau 09).
l) Vérifier le respect des règles fiscales en matière de comptabilisation de
l'amortissement sur les immobilisations en crédit bail.
m) Vérifier le respect des règles fiscales en matière de comptabilisation de
l'amortissement linéaire minimum.
n) Vérifier le respect de différentes dispositions réglementaires relatives aux aides
fiscales à l'investissement.

e) Soldes de fin d'exercice


o) S'assurer que le compte "Immobilisation en cours" ne contient pas des actifs déjà
en service. Comparer les coûts (Y compris pour les en-cours terminés pendant
l'exercice) avec les budgets. Expliquer les écarts importants.
p) Rapprocher les montants immobilisés de ceux portés sur la déclaration de taxe
professionnelle.
q) Si certaines immobilisations ne sont plus utilisées, vérifier que leur valeur nette
n'excède pas la valeur probable de réalisation.

f) Réévaluation
Lorsque les immobilisations ont été réévaluées, s'assurer que leur valeur comptable ne
s'est pas dépréciée.
r) S'assurer qu'aucun élément ne permet de penser que la valeur des immobilisations
a pu se déprécier :
- Transactions ou expertises récentes à un prix inférieur à celui ayant servi à la
réévaluation;
- Mesures d'ordre administratif (Exemple : expropriation…);
- Cessions ayant dégagé des moins-values comptables.
s) Si les terrains et les constructions ne sont plus utiles à la réalisation de l'objet
social, la valeur du marché, frais de vente déduits, reste-t-elle au moins égale à la
valeur réévaluée ?
t) Existe-t-il un dossier justifiant que la valeur des immobilisations, calculée selon
des bases identiques à celles ayant servi pour la réévaluation, n'a pas diminué ?
u) Les amortissements ont-ils été calculés sur les valeurs réévaluées ?
v) Vérifier les mouvements de l'écart de réévaluation.
w) Si l’immobilisation a connu une augmentation significative, procéder à une
nouvelle réévaluation.
g) Autres produits et charges
x) Si des immobilisations sont données en location, vérifier, avec les contrats, que
tous les loyers de l'exercice ont été enregistrés et qu’il s’agit de locations simples

h) Informations complémentaires et hors bilan


y) Se reporter au programme de vérification des engagements hors bilan et faire les
travaux concernant les immobilisations.
z) Vérifier que les informations qui figurent dans l'annexe sont complètes et
conformes aux chiffres précédemment vérifiés.

TITRES DE PARTICIPATION - TITRES DE PLACEMENT ET CREANCES


RATTACHEES A DES PARTICIPATIONS.

OBJECTIFS DU CONTROLE DES COMPTES.

A. S'assurer que les montants inscrits au bilan en titres de participation, les autres
immobilisations financières et les valeurs de placement reflètent l'ensemble des titres
appartenant à la société, valorisés en accord avec les principes comptables applicables à
chacun de ces actifs.
B. S'assurer que les montants inscrits au compte de résultats représentent bien l'intégralité
des produits, gains ou pertes imputables à l'exercice et correspondent à des transactions
effectuées à des conditions normales.
C. A la fin des contrôle effectués, porter un jugement sur les postes principaux suivants :

BILAN
17 Dettes rattachées à des participations.
26 Participations et créances rattachées à des participations.
27 Autres immobilisations financières (hors 271 et 272)
271 Titres immobilisés (Droit de propriété)
272 Titres immobilisés (Droit de créance)
279 Versements restant à effectuer sur titres immobilisés non libérés
296 perte pour dépréciation des participations et créances rattachées
45 Groupe et associés
50 Valeurs mobilières de placement

COMPTE DE RESULTAT

761 Produits des participations


762 Revenus des actifs financiers
765 Ecart d’évaluation sur actifs financiers – Plus-values
766 Gains de change
767 Profits nets sur cessions d’actifs financiers
768 Autres produits financiers
LISTE DES CONTROLES POSSIBLES.

1. Obtenir le tableau des mouvements de titres (en nombre, valeur brute et valeur nette)
pour chacune des catégories.
2. Prendre en considération l'étendue et les résultats des travaux effectués sur les
procédures de contrôle interne pour déterminer l'étendue des travaux à effectuer et la
date à laquelle ils devront l'être.
3. S'assurer par examen du tableau des mouvements qu'aucune variation anormale n'est
intervenue depuis les travaux effectués sur le contrôle interne qui pourrait remettre en
cause les conclusions.

Contrôle de l'existence et de la propriété


4. a) Vérifier l'existence et la propriété des titres par confirmation de l'inscription en
compte auprès de la société émettrice ou de l'intermédiaire habilité.
- Pour les participations qui ne sont pas matérialisées par des titres (Sociétés en nom
collectif, groupements d'intérêt économique, etc…) prendre connaissance des
documents sociaux et obtenir les extraits certifiés par les dirigeants.
b) En faisant ce contrôle s'assurer que les titres sont au nom de la société et ne portent
aucune mention d'aliénation.
5. Pour les achats, vérifier la note de débit de l'agent de la banque, le paiement et les
écritures comptables d'entrée.

Contrôle de la validité
a) Titres
6. Rapprocher les soldes d'ouverture (Nombres de titres, valeur brute, pertes pour
dépréciation) avec les comptes de l'exercice précédent.
7. Rapprocher les soldes de fin d'exercice avec le grand-livre (Titres et comptes
rattachés).
8. Vérifier l'exactitude des totaux du tableau des mouvements de titres, et des analyses de
solde des créances rattachées.
9. Vérifier que la classification est conforme au Système Comptable Financier.

b) Créances rattachées
10. Obtenir le délai des opérations passées dans les comptes et :
a. Analyser les opérations et obtenir les justificatifs appropriés.

11. S'assurer que tous les rapprochements de comptes ont été effectués et que les écritures
de rapprochement ont été correctement comptabilisées.
Vérifier en particulier :
- Les opérations diverses de fin d'exercice
- Les transferts de fonds entre l'entreprise et ses sociétés apparentées à la fin de
l'exercice et au début de l'exercice suivant
12. Analyser les soldes de façon à s'assurer qu'ils sont bien fondés et correctement
classés.
13. Obtenir des confirmations directes des créances rattachées.

Contrôle de l'évaluation
14. Vérifier la valeur d'origine d'achat ou d'apport de titres par l'examen des notes de débit
des agents de la banque, les rapports des commissaires aux apports et tout autre
justificatif : s'assurer que les frais accessoires sont compris dans cette valeur.
15. Se renseigner sur les critères retenus pour l'évaluation des titres à la clôture de
l'exercice; examiner les bilans certifiés et les documents présentés aux dernières
assemblées et estimer la valeur mathématique des titres.
16. S'assurer que l'évaluation :
a. N'a pas été faite titre par titre, mais par catégorie de titre de même nature, chaque
catégorie groupant les titres émis par une même société et conférant les mêmes
droits à leur détenteur.
b. Tient compte des prêts et comptes courants.

17. Apprécier la justification des pertes pour dépréciations et des écarts constituées :
- Si la perte a été constituée par rapport à la valeur mathématique des titres, s'assurer
que cette valeur a été corrigée, - s'il y a lieu - pour tenir compte des sur et sous-
évaluations des actifs ou passifs de la société émettrice des titres.
- Si l’écart a été constituée par rapport au cours de la bourse, s'assurer que les titres
font l'objet d'un marché significatif, et qu'il n'y a pas eu des variations anormales
du cours en fin d'exercice.
18. Si la valeur mathématique de fin d'exercice ou le cours moyen de la bourse du dernier
mois font apparaître une diminution de la valeur par rapport à la valeur d'origine, et si
une perte ou un écart pour constater cette diminution n'est pas constituée en raison
d'une valeur estimée (Valeur de négociation éventuelle ou valeur d'usage), s'assurer
qu'une explication est donnée dans l'annexe.
- Apprécier avec prudence cette valeur estimée, en examinant la base et le calcul :
19. S'assurer que les plus-values basées sue le cours moyen de la bourse du dernier mois
ou sur la valeur probable de négociation ont été constatées au bilan.
20. Si des titres ont été vendus après la clôture de l'exercice, comparer le prix de cession à
la valeur nette dans les livres à la clôture.

Juste valeur en cas de titres disponibles à la vente


- S'assurer que la valeur des titres réévalués ne s'est pas dépréciée.
21. Vérifier que l’écart d’évaluation accueille la différence entre la valeur comptable et la
juste valeur
22. Est-ce que l’intention économique est justifiée par la constitution de la catégorie ?

Contrôle des revenus et des gains ou pertes sur les transactions


23. S'assurer que les revenus inscrits dans le compte de résultat se rattachent à l'exercice :
rapprocher ces revenus des dividendes déclarés par les sociétés émettrices des titres.
24. Vérifier l'encaissement des revenus.
25. Pour les cessions, vérifier l'encaissement du prix de vente, les calculs des plus ou
moins-values, la réintégration des pertes antérieurement constituées, ainsi que les
écritures comptables de sortie.
26. Rapprocher les montants figurant au compte de résultat.
a. Du grand-livre.
b. Des montants figurant sur le tableau des mouvement des titres.
27. Rapprocher les dotations et reprises de pertes pour dépréciation avec les mouvements
du bilan.
28. Rechercher les opérations intragroupe passées dans le compte de résultat et qui
n'auraient pas été identifiées.
Contrôle du respect des règles relatives aux filiales et participations
29. Relever les participations nouvelles dont il doit être fait mention dans le rapport de
gestion du conseil d'administration ou du directoire.
- A cet effet, procéder à un examen du compte "Titres de participation" ainsi que des
comptes "titres immobilisés" et valeurs mobilières en raison de la confusion qui
s'établit fréquemment entre ces comptes.
30. Vérifier le tableau des renseignements concernant les filiales et les participations, joint
en annexe au bilan.
31. Vérifier si les participations ont dépassé au cours de l'exercice 10 %,
32. S'assurer qu'il n'y a pas de participations croisées directes ou indirectes (réciproques,
triangulaires, etc…).
33. Vérifier qu'en cas de participation réciproque interdite par la loi, la régularisation de la
situation a été opérée dans les délais prévus par la loi.
34. En cas d'existence de participations croisées, évaluer les conséquences :
- Sur le plan légal,
- Sur la sincérité et la régularité des comptes annuels.

4- AUTRES IMMOBILISATIONS FINANCIERES.

OBJECTIFS DU CONTROLE DES COMPTES.

A. S'assurer que les soldes figurant au bilan concernant des montants à recevoir entièrement
recouvrables et résultant d'opérations effectuées dans le cadre de l'activité normale de
l'entreprise.
B. S'assurer que toutes les charges et tous les profits relatifs à ces comptes ont été
correctement comptabilisés.
C. A la fin des contrôle effectuées, porter un jugement sur les principaux comptes suivants :

BILAN
274 Prêts.
275 Dépôts et cautionnements versés.
276 Autres créances immobilisées.
297 perte pour dépréciation des autres immobilisations financières.

COMPTE DE RESULTAT

686 Dotations aux amortissements, provisions et pertes de valeur- éléments financiers


786 Reprises financières sur pertes de valeur et provisions

762 Revenus des actifs financiers

LISTE DES CONTROLES POSSIBLES.


1. Comparer les soldes figurant au bilan avec les montants de l'exercice précédent :
lorsque les postes concernés sont peu importants, l'explication des variations peut être
suffisante pour atteindre l'objectif recherché.
2. Pointer les montants inscrits au bilan avec les comptes du Grand-livre.
3. Lorsqu'il existe des balances nominatives, les pointer avec les comptes individuels et
vérifier le solde avec le compte collectif.
4. Obtenir des confirmations directes pour les soldes importants.
5. Analyser les soldes et vérifier des documents justificatifs.
6. Vérifier les encaissements après la date de clôture.
7. Vérifier que les dépôts de garantie et cautionnements correspondes toujours à un
service rendu.
8. S'assurer que les montants sont correctement répartis dans l'annexe, entre le long
terme et le court terme.
9. Vérifier les montants passés en charge et en profit en fonction des contrats.
10. Obtenir des détails des mouvements des pertes pour dépréciation et
a. Pointer les soldes d'ouverture avec les comptes de l'exercice précédent;
b. Examiner les justifications des mouvements de l'exercice;
c. Juger du solde à la fin de l'exercice;
d. Vérifier les critères fiscaux utilisés pour la déductibilité.

5- STOCKS ET TRAVAUX EN COURS.

OBJECTIFS DU CONTROLE DES COMPTES.

A. S'assurer que les montants inscrits dans les comptes annuels représentent tous les produits
physiquement identifiables qui appartiennent à l'entreprise.
B. S'assurer que ces produits sont évalués au plus bas du prix de revient ou de la valeur
réalisable nette.
C. S'assurer que les différences constatées entre l'inventaire permanent d'une part et
l'inventaire physique d'autre part, ont été expliquées, portées à l'attention de la direction,
et ajustées dans les comptes du grand livre, dans l'inventaire permanent, et sur les fiches
de stocks.
D. A la fin des contrôles porter un jugement sur les principaux postes suivants :

BILAN
30 Stocks de marchandises.
31 Matières première (et fournitures).
32 Autres approvisionnements.
33 En-cours de production de biens.
34 En-cours de production de services.
35 Stocks de produits.
36 Stock provenant des immobilisations
37 Stock à l’extérieur
39 Pertes de valeur pour dépréciation des stocks et en-cours.

COMPTE DE RESULTAT
60 Consommation (approvisionnements, marchandises et autres)
6853 Dotations aux pertes pour dépréciation des stocks et en-cours.
7853 Reprises sur pertes pour dépréciation des stocks et en-cours.
72 Variation des stocks (en-cours de production, produits).

LISTE DES CONTROLES POSSIBLES.

1. Obtenir le tableau récapitulatif des stocks de l'analyse des mouvements de pertes par
rapport à l'exercice précédent.
2. Prendre en considération l'étendue et les résultats des travaux effectués sur les
procédures de contrôle interne pour déterminer l'étendue des travaux à effectuer et la
date à laquelle ils devront l'être.
3. Examiner les variations de stocks d'un exercice à l'autre et l'évolution des principaux
ratios afin de s'assurer qu'aucune variation anormale n'est intervenue depuis les
travaux effectués sur le contrôle interne qui pourrait remettre en cause les conclusions.

Vérification des quantités.

4. a) Assister à l'inventaire physique périodique et vérifier que les procédures (telles


qu'évaluées avec le questionnaire spécifique) sont correctement appliquées.
b) Rapprocher les informations relevées lors de l'inventaire de l'état final des stocks
(sondages ponctuels, exhaustivité de la récapitulation…)
c) Si les quantités finales par produit résultent de la centralisation de plusieurs zones
de comptages, vérifier les additions.
5. Au cas où les inventaires physique ont eu lieu à une date antérieure à celle du bilan :
a) Pointer les montants du grand livre à la date de l'inventaire avec les états
récapitulatifs valorisés des stocks à cette date,
b) Rapprocher les montants inscrits en entrées et sorties de stocks au grand livre avec
les achats (partie concernant les stocks), la production (sorties des stocks pour entrées
en production et sorties de production pour entrées en stocks) et les ventes.

6. Pour les stocks détenus par des tiers ou pour des tiers : appliquer la procédure de
confirmation directe ou assister aux prises d'inventaire physique.
7. Pour les marchandises en transit, vérifier avec les documents d'expédition, factures de
douane, etc… Vérifier la réception par la suite.
8. Pour les travaux en cours, vérifier le stade d'avancement avec les documents
permettant de suivre la production (l'existence physique de ces travaux doit être
vérifiée en même temps que le reste des stocks).

Séparation des exercices.


9. En liaison avec le contrôle des postes clients et fournisseurs, ventes et achats vérifier
que :
a) Les dernières réceptions de l'exercice (achats et retours clients).
b) Les dernières expéditions (ventes et retours fournisseurs).
c) Les transferts entre ateliers ou avec les sous-traitants.
d) Les autres mouvements
Ont été correctement pris en compte.
10. Pour les mêmes données, vérifier que les premiers mouvements de l'exercice suivant
n'ont pas été enregistrés sur l'exercice en cours.
11. Vérifier que les frais de transport relatifs à ces mouvements (10) ont correctement été
enregistrés sur l'exercice.

Valorisation.

12. Pour les matières et marchandises vérifier avec les factures que les coûts d'acquisition
utilisés (calculés soit au prix moyen pondéré, soit suivant l'hypothèse premier entré-
premier sorti) incluent bien les frais de transport, douane…
13. Pour les produits semi-ouvrés, en cours ou finis
a) Vérifier que les coûts imputés à la production de l'année correspondent aux charges
comptabilisées (hors effet de sous-activité).
14. Considérer s'il y a eu changement dans la méthode de valorisation, ou dans la méthode
de calcul de la perte pour dépréciation.
S'il y a eu changement, calculer l'effet de ce changement sur :
- Les résultats de l'exercice,
- Le montant des stocks inscrits au bilan.
15. Comparer les stocks aux coûts des marchandises vendues pour les principales
catégories de stock. Expliquer les variations par rapport aux périodes précédentes et
par rapport à la politique de la société.
16. Comparer les coûts d'acquisition ou de production des principales catégories de stocks
avec ceux de l'exercice précédent.
17. Vérifier les calculs et les additions des états des stocks : s'assurer que les montants
sont raisonnables.

Dépréciation.
18. S'assurer que la perte pour dépréciation des stocks en mauvais état, invendables ou à
rotation lente est suffisante par :
- Comparaison des quantités en stocks avec les quantités de ventes budgétées pour
l'exercice suivant, ou, si le budget n'est pas fait en quantités, avec les quantités
vendues pendant l'exercice,
- Discussion avec le service commercial concernant l'évolution des ventes et les
commandes,
- Discussion avec le service techniques et de production concernant les changements
technologiques pouvant affecter les produits fabriqués,
- Consultation des procès-verbaux du Conseil d'Administration pour les
développements économiques pouvant affecter l'entreprise.
19. Vérifier que les stocks ne sont pas valorisés au-dessus de leur valeur de réalisation
nette :
a) Matières : comparer avec le prix de remplacement.
b) Produits en cours : comparer avec le prix de vente prévisionnel moins coût de
transformation.
c) Produits fini : comparer avec le prix de vente prévisionnel ou réel net des frais de
cession
Vérifier la distinction, effectuée par l'entreprise, entre pertes déductible et non déductible
fiscalement.

Enregistrement comptable.
20. Vérifier le montant des stocks d'ouverture avec les comptes de l'exercice précédent.
21. Pointer le montant des stocks, d'après l'état récapitulatif, avec la balance générale et
les comptes annuels.

Autres contrôles.

22. Se renseigner pour savoir s'il y a des nantissements ou d'autres engagements sur les
stocks.
23. S'assurer que les couvertures d'assurance sur les stocks est suffisante.
24. S'assurer que les stocks en provenance des sociétés de groupe n'ont pas été achetés et
valorisés à des coûts différents de ceux en vigueur sur le marché.

6- VENTES - CLIENTS.

OBJECTIFS DU CONTROLE DES COMPTES.

A. S'assurer que les produits et les charges inscrits au compte de résultat et provenant des
opérations de ventes résultent uniquement de l'enregistrement intégral des transactions
réalisées dans l'exercice comptable considéré.
B. S'assurer que les comptes de tiers inscrits au bilan et provenant des opérations de ventes
sont correctement évalués et bien classifiés.
C. A la fin des contrôles porter un jugement sur les postes principaux suivants :

BILAN
41 Clients et comptes rattachés.

411 Clients.
413 Clients - Effets à recevoir.
416 Clients douteux ou litigieux.
417 "Créances" sur travaux non encore facturables.
418 Clients - Produits non encore facturés.
419 Clients créditeurs.
491 Perte pour dépréciation des comptes de clients.

COMPTE DE RESULTAT
6854 Dotations pour dépréciation des actifs circulants (créances).

70 Ventes de produits fabriqués, présentations de services, marchandises.

700 Ventes de marchandises


701 Ventes de produits finis.
702 Ventes de produits intermédiaires.
703 Ventes de produits résiduels.
704 Travaux.
705 Etudes.
706 Prestations de services.
709 Rabais, remises et ristournes accordés par l'entreprise.
7854 Reprises pour dépréciation des actifs circulants (créances).
LISTE DES CONTROLES POSSIBLES.

1. Prendre en considération l'étendue et les résultats des travaux effectués sur les
procédures de contrôle interne pour déterminer l'étendue des travaux à effectuer et la
date à laquelle ils devront l'être.
2. Procéder à une analyse des ratios significatifs (à déterminer pour chaque société, mais
par exemple :
Clients + Comptes rattachés
--------------------------------------)_et des variations par rapport à l'exercice précédent afin
Chiffre d'affaires + T.V.A.
d'identifier les anomalies apparentes.

Appliquer la procédure de confirmation directe

Si cette procédure est appliquée avant la date de l'arrêté des comptes (pas plus de 3
mois) elle doit être suivie par :
a) Une revue globale du compte collectif clients et notamment des débits (rapprocher
au journal des ventes) et crédits (rapprocher au journal de trésorerie).
b) Justification des nouveaux soldes importants apparus entre la date de confirmation
et celle du bilan.
c) Justification des créances importantes soldées depuis la date de vérification.

3. Lorsque la procédure de confirmation directe ne peut pas être appliquée (ou donne des
résultats insuffisants) :
a) Vérifier que les soldes individuels sont correctement analysés,
b) Vérifier les paiements ultérieurs crédités sur ces comptes avec les avis bancaires,
c) Pour les montants qui n'ont pas encore été payés depuis la date d'arrêté, examiner
tout document pouvant justifier le montant inclus dans le solde (bons d'expédition,
factures, correspondances).
4. Vérifier les additions de la balance clients.
5. Vérifier le rapprochement de la balance clients avec le compte collectif.
6. Pointer la balance clients avec les comptes individuels.
7. S'assurer que les clients créditeurs figurent au passif du bilan.
8. S'assurer que les soldes qui ne sont pas recouvrables avant 12 mois sans isolés dans
l'annexe.
9. Passer en revue les balances et analyses de comptes de la société pour :
a) Identifier les comptes dont les libellés sont imprécis (ou inexistants) ou tout autre
anomalie apparente;
b) Obtenir les explications nécessaires (insister particulièrement sur les O.D.).
Pointer l'ensemble des comptes concernés avec le grand-livre.

Séparation des exercice.


(Ces travaux peuvent être faits avec la vérification des stocks).
10. Examiner la ventilation du chiffre d'affaires par mois et identifier les variations
anormales (ex: accélération brutale et non justifiée des ventes de fin d'exercice).
11. Vérifier que les dernières livraisons de l'exercice sont sorties des stocks et facturées
(ou ont fait l'objet d'écriture de régularisation).
12. Vérifier que les premières livraisons de l'exercice suivant n'ont fait l'objet ni de sorties
de stocks, ni de facturation anticipée.
13. Procéder de même avec les retours de marchandises.
14. Si la société tient un état de rapprochement entre les livraisons et les facturations,
vérifier que les éléments qui apparaissent en écart en bien fait l'objet d'écritures de
régularisation.
15. Vérifier que les dernières factures de l'exercice ont bien fait l'objet d'une sortie de
stocks sur l'exercice.
16. Vérifier que les premières factures de l'exercice suivant correspondent a des sorties de
stocks postérieures à la date d'arrêté des comptes.
17. Procéder de même avec les avoirs. Passer systématiquement en revue les avoirs émis
après la clôture et obtenir des explications pour les éléments significatifs.
18. Si la société a une politique de ristournes annuelles, vérifier que toutes les ristournes
relatives au chiffre d'affaires de l'exercice ont été comptabilisées.
19. Vérifier que les autres charges calculées en fonction au chiffre d'affaires (ex :
commissions…) ont été comptabilisées.

Evaluation des créances.


20. Vérifier que les créances exprimées en devises ont été correctement comptabilisées.
21. Pour les créances déjà identifiées comme douteuses par la société :
a. Obtenir l'analyse de la variation de provisions d'un exercice à l'autre
b. Réconcilier ces mouvements avec les montants passés au compte de résultats
c. Examiner le bien-fondé des provisions constituées en fonction de la politique de la
société, du dossier…
22. Pour les autres clients :
a. Obtenir la balance pare ancienneté de créances
b. Examiner les dossiers des créances anciennes pour lesquelles aucune provision n'a
été constituée et juger du bien-fondé de cette absence de provision
c. Passer en revue les relevés bancaires de l'exercice suivant et obtenir des
explications pour tout impayé significatif
d. Analyser les reports d'échéances.
23. Vérifier l'utilisation des provisions antérieurement constituées.
24. Vérifier l'annulation des provisions antérieurement constituées à raison des créances
douteuses encaissées.
(Pour ces travaux il est important de tenir compte des particularités de la clientèle pour
évaluer les risque, ex : administration).
25. Vérifier le bien-fondé de la déductibilité fiscale (ou non) de la provision pour créances
douteuses.
26. Vérifier que la restitution de la T.V.A sur créances annulées ou impayées s'est bien
accompagnée de la rectification préalable des factures initiales.
Effets à recevoir.
27. Effectuer un examen physique à la date de clôture.
28. Rapprocher les effets remis à l'escompte avec les confirmations bancaires.
29. Rapprocher le montant de l'échéancier avec le grand-livre et s'assurer qu'il n'y a pas
d'échéances anormales.
30. Si les effets à recevoir n'ont pas été inclus dans la procédure de confirmation directe,
vérifier qu'ils ont, été honorés par la suite.
31. Evaluer s'il y'a lieu de faire une provision pour les risques d'effets impayés ou frais
d'escompte et d'encaissement.
Autres procédures de vérification.
32. Vérifier les additions du journal des ventes.
33. Vérifier les additions des colonnes de ventilation du journal des ventes.
34. Vérifier le report de folio au journal des ventes.
35. Vérifier le bien-fondé des avances reçues sur commandes en cours.
36. Vérifier que les taxes acquittées est relatives au acomptes reçus sur les commandes en
cours ont été isolées.
37. En cas de relations avec des filiales étrangères ou des sociétés dépendantes sises à
l'étranger, contrôler le taux des rémunérations des prestations de service et, d'une
manière générale, le montant des prix de transfert.
38. Contrôle identique à opérer en ce qui concerne les relations commerciales entre
sociétés du groupe implantées sur le territoire national (être très attentif lorsque
certaines sociétés sont en situation de déficit fiscal et d'autres en position bénéficiaire).
Informations complémentaires et hors bilan.
39. Se reporter au programme de vérification des engagements hors bilan et faire les
travaux concernant les clients.
40. Vérifier que les informations qui figurent dans l'annexe sont complètes et conformes
aux chiffres précédemment vérifiés; en particulier vérifier l'information relative aux
clauses de réserve de propriété.

7- TRESORERIE.

OBJECTIFS DU CONTROLE DES COMPTES.

A. S'assurer que la situation de la trésorerie de l'entreprise à la clôture de l'exercice est


reflétée de façon exacte par les montants inscrits au bilan.
B. S'assurer que les frais et produits financiers concernant les opérations de trésorerie
inscrits au compte de résultat reflètent bien l'intégralité des frais et produits pour
l'exercice considéré.
C. A la fin des contrôle, porter un jugement sur les postes principaux suivants :

BILAN
51 Banques, établissements financiers et assimilés.
511 Valeurs à l'encaissement.
512 Banques.
514 Chèques postaux.
515 "Caisses" du trésor et des établissements publics.
517 Autres organismes financiers.
518 Intérêts courus.
519 Concours bancaires courants.
53 Caisse
54 Régies d'avances et accréditifs.
58 Virements internes.

COMPTE DE RESULTAT
661 Charges d'intérêts (sauf emprunts et dettes)
666 Pertes de change.
668 Autres charges financières. ..
766 Gains de change.
768 Autres produits financiers.

LISTE DES CONTROLES POSSIBLES.

1. Prendre en considération l'étendue et les résultats des travaux effectués sur les
procédures de contrôle interne pour déterminer l'étendue des travaux à effectuer et la
date à laquelle ils devront l'être.
2. Obtenir le détail des comptes concernés et :
a. Expliquer les variations par rapport à l'exercice précédent
b. S'assurer qu'une variation anormale ne pourrait remettre en cause les
conclusions de l'analyse du contrôle interne.
3. Appliquer la procédure de confirmation directe pour les soldes, découverts et prêts
bancaires, ainsi que pour les conditions (Taux d'intérêt, commissions, plafond,
remboursement) qui y sont attachées. Obtenir également confirmation des signataires
autorisés, des intérêts ou autres frais concernant l'exercice et non encore débités.

Banques et caisses.
4. S'assurer que les informations reçues directement des banques sont conformes au
écritures passées dans les livres comptables.

5. Vérifier les rapprochements bancaires établis par l'entreprise : pointer les montants en
rapprochements (recettes et dépenses) avec les relevés bancaires du début du nouvel
exercice et les journaux du dernier mois. S'assurer que les délais entre les dates des
écritures comptables et les dates de l'écritures sur relevé bancaire sont raisonnables en
ce qui concerne les recettes.
6. Pour les écritures passées par la banque et non par la société, vérifier qu'elles ont fait
l'objet de provisions.
7. S'assurer que la ventilation des échéances dans l'annexe est correcte.
8. S'assurer que les transferts des fonds effectués entre les comptes bancaires à la fin de
l'exercice ont été comptabilisés correctement et que les délais de transfert sont
raisonnables (Vérifier dates et montant des débits et crédits concernant les transferts
pour les 15 derniers jours de l'exercice considéré et les 15 premiers jours de l'exercice
suivant, dans les journaux bancaires et sur les relevés bancaires).
9. Recevoir les recettes d'importance exceptionnelle à la fin de l'exercice et s'assurer
qu'elles n'ont pas été faites dans le but de donner une impression d'amélioration de la
situation de trésorerie (par exemple : un effet à recevoir comptabilisé à la fin de
l'exercice pour solder ou diminuer un compte de débiteurs divers). L'effet ne sera pas
porté à l'encaissement mais annulé dans la période suivante.
10. Revoir les dépenses d'importance exceptionnelle au début de l'exercice suivant pour
s'assurer qu'elles ne sont pas la "contrepartie" de facilités reçues à la fin de l'exercice
pour pouvoir donner une présentation améliorée de la situation de trésorerie.
11. Faire un comptage des espèces en caisse à la date de clôture de l'exercice. Si ceci a été
fait à date antérieure, revoir le journal de caisse pour la période jusqu'à la clôture de
l'exercice, et s'assurer que le solde au bilan est correct.
Chèques et coupons à encaisser.
12. Vérifier l'encaissement au début du nouvel exercice. S'assurer que les délais
d'encaissement sont raisonnables.
Comptes de régies d'avances et d'accréditifs.
13. Obtenir la confirmation directe des banquiers et des personnes au nom desquelles ces
comptes sont ouverts quant à la propriété de ces fonds, et les conditions dans
lesquelles ils sont utilisables.
Virements internes.
14. S'assurer que ces comptes sont soldés à la fin de l'exercice.
Autres.
15. Pointer les montants inscrits au bilan et au comptes de résultat avec le grand-livre.
16. Pointer les comptes du grand-livre avec les journaux bancaires et avec les journaux
des caisses.
17. S'assurer que la partie au compte "différences de change" (bonis et malis) provenant
des évaluations faites en fin d'année des actifs et passifs libellée en monnaie étrangère
est correctement calculée.
Informations complémentaires et hors bilan.
18. Se reporter au programme de vérification des engagements hors bilan et faire les
travaux concernant la trésorerie.
19. Vérifier que les informations qui figurent dans l'annexe sont complètes et conformes
aux chiffres précédemment vérifiés.

8- CAPITAUX PROPRES.

OBJECTIFS DU CONTROLE DES COMPTES.

A. S'assurer que les comptes annuels présentent :


- Le capital, les réserves, report à nouveau ainsi que l'affectation des résultats,
conformément au règles et principes du Système Comptable Financier
- Toutes les informations nécessaires à une appréciation juste de la situation de la société.
B. S'assurer que la loi sur les sociétés et les statuts de la société ont été respectés.
C. A la fin des contrôles effectués, porter un jugement sur les principaux postes suivants :

BILAN
10 Capital et réserves.
101 Capital.
104 Primes liées au capital social.
105 Ecarts de réévaluation.
106 Réserves.
108 Compte de l'exploitant.
109 Actionnaires : capital souscrit - non appelé.
11 Report à nouveau (solde créditeur ou débiteur).
12 Résultat de l'exercice (Bénéfice ou perte).

LISTE DES CONTROLES POSSIBLES.

1. Obtenir le tableau des mouvements des postes concernés.


2. Rapprocher les soldes d'ouverture avec les comptes de l'exercice précédent.
3. Pointer les soldes de clôture avec le grand-livre.
4. Vérifier les additions du tableau.

Capital - primes.
5. Vérifier la répartition du capital par catégories d'actions avec les statuts et la
réglementation. Noter les conditions d'émission et les droits attachés.
6. Comparer le nombre total des actions en circulation avec le registre des actionnaires et
l'inscription en compte.
7. Vérifier les écritures comptables, s'il y'a lieu, concernant :
- La constitution de la société,
- Les augmentations, les appels, les libérations et les réductions de capital,
- Les conversions des parts bénéficiaires ou des obligations en actions,
- Les fusions, scissions et apports partiels d'actif,
- Les transformations de la forme juridique de la société.
Comparer les écritures comptables avec les décisions prises par le conseil
d'administration et par l'assemblée générale des actionnaires.
Vérifier le respect des formalités légales.
8. Pour les augmentations de capital par compensation, vérifier l'origine et la réalité de la
créance et la régularité des opérations figurant au compte.
9. Vérifier le paiement des droits d'apport ou d'augmentation de capital.
10. S'assurer que le capital est intégralement souscrit.
11. Contrôler que les minima légaux ont été respectés en ce qui concerne :
- Le montant total du capital,
- Le montant minimal des actions, des sociétés anonymes et des parts sociales de
S.A.R.L,
- Le nombre des actionnaires ou des associés.
12. S'assurer que tous les administrateurs ou membres du conseil de surveillance sont
titulaires en plein propriété du nombre des actions de garantie requises.
13. S'assurer que légalité entre les actionnaires a été respectée.

Ecart de réévaluation et d’évaluation.


(N.B. - Utiliser les travaux déjà effectués sur les immobilisations corporelles,
incorporelles et sur les titres).
14. Vérifier les mouvements sur les postes d'écarts de réévaluation :
- S'assurer que les mouvements sur le poste "réserve de réévaluation" résultent
uniquement :
 D'un transfert au capital;
15. S'assurer que le détail des calculs de la rubrique "Ecarts de réévaluation" figure dans
les notes explicatives.
Réserves.
16. Vérifier les écritures comptables et s'assurer que les mouvements sur les réserves ont
été approuvés par les actionnaires réunis en assemblée générale.
17. S'assurer de la conformité de l'affectation des résultats avec les règles légales et les
obligations statutaires.
18. Contrôler le respect des règles fiscales propres à chacune des réserves.
19. S'assurer qu'il n'y a pas d'utilisation irrégulière des réserves (par exemple :
prélèvement pour constituer des provisions).
Report à nouveau.
20. S'assurer que l'affectation des résultats a été approuvée par les actionnaires réunis en
assemblée générale.
21. Durée de vie du report à nouveau inférieur à 3 ans
22. Non affectation du 115 report à nouveau : ajustement résultant du changement de
méthodes comptables
23. Vérifier le paiement des dividendes :
.
a) Vérifier l'application des retenues à la source et des conventions internationales
lorsque des dividendes sont versés à des résidents étrangers.

9- PROVISIONS POUR CHARGES ET SUBVENTIONS.

OBJECTIFS DU CONTROLE DES COMPTES.

A. S'assurer que les montants figurant au bilan sont justifiés et suffisants pour couvrir les
risques encourus par l'entreprise.
B. S'assurer que les dotations et reprises, au compte de résultat sont correctement
comptabilisées.
C. A la fin des contrôles effectués, porter un jugement sur les principaux comptes
suivants :

BILAN
131 Subventions d’investissement
132 Autres subventions d’investissement
15 Provisions pour risques et charges.

COMPTE DE RESULTAT
68115 Dotations aux provisions pour risques et charges d'exploitation.
754 Etalement du la subvention d’investissement.
7815 Reprises sur provisions pour risques et charges d'exploitation.

LISTE DES CONTROLES POSSIBLES.

Provisions
1. Obtenir le tableau des mouvements des provisions par rapport à l'exercice précédent
(dotations, utilisations, reprises…).
2. Pointer les montants à l'ouverture avec les comptes de l'exercice précédent.
3. Obtenir tous les justificatifs des mouvements enregistrés dans l'exercice.
4. Vérifier l'évaluation des risques provisionnés à la fin de l'exercice.
5. S'assurer que tous les risques encourus ont fait l'objet d'une provision :
- Garanties, pertes sur le marchés...
- Litiges (à référencer avec les confirmations des avocats et conseillers juridiques).
- Revue des procès-verbaux de conseil.
- Indemnités de départ à la retraite
6. Vérifier les critères retenus pour la déductibilité fiscale de ces provisions.
7. Pointer les chiffres qui figurent au bilan et au compte de résultats avec le grand-livre.

Subventions.
24. Vérifier les subventions reçues avec les décisions d'attributions et titres de paiement.
25. S'assurer du respect des obligations mises à la charge des entreprises en contrepartie.
26. Vérifier la comptabilisation des subventions reçues et à recevoir.
27. Vérifier la comptabilisation de la fraction des subventions créditées au compte de
pertes et profits.
28. Rechercher si des immobilisations acquises au moyen de subventions ont été cédées
pendant le temps où la subvention n'est pas définitivement acquise, et examiner les
conséquences au niveau de la subvention et du calcul de la plus-value ou de la moins-
values.
29. Rechercher les subventions d'équipement accordées par une entreprise à une autre;
vérifier les obligations légales et les conditions d'imposition.
30. S'assurer du respect des règles fiscales.
31. S'assurer que les conditions pour la constitution de la provision sont remplies (en
particulier, pas de provision pour fluctuation des cours si l'exercice est déficitaire et
réalisation des investissements).
32. Vérifier les calculs.
33. S'assurer que les réintégrations dans le bénéfice imposable sont effectuées suivant les
règles fiscales.
34. Calculer la situation fiscale latente de ces réserves.

10- EMPRUNTS ET DETTES ASSIMILEES.

OBJECTIFS DU CONTROLE DES COMPTES.

A. S'assurer que les montants inscrits au bilan sont correctement évalués et bien
classifiés, et qu'ils reflètent l'intégralité des emprunts et dettes.
B. S'assurer que les montants inscrits au compte de résultat reflètent bien l'intégralité des
charges ou produits pour l'année.
C. A la fin des contrôles effectués, porter un jugement sur les principaux postes suivants :

BILAN
16 Emprunts et dettes assimilées.
161 Emprunts obligatoires convertibles.
163 Autres emprunts obligatoires.
164 Emprunts auprès des établissements de crédit.
165 Dépôts et cautionnements reçus.
167 Dettes locations financement (crédit bail)
168 Autres emprunts et dettes assimilées.
169 Primes de remboursement des obligations.

COMPTE DE RESULTAT
6611 Intérêts des emprunts et dettes.
6618 Intérêts des autres dettes.

LISTE DES CONTROLES POSSIBLES.

1. Obtenir le tableau des mouvements des emprunts par rapport à l'exercice précédent.
2. Procéder à une confirmation directe auprès des organismes prêteurs.
3. Pointer les chiffres d'ouverture avec les comptes de l'exercice précédent.
4. Pointer les montants inscrits au bilan et au compte de résultat avec le grand-livre.
5. Vérifier chaque emprunt avec le tableau et les annuités de remboursement. Comparer
avec les écritures de l'année et avec les soldes en fin d'exercice.
6. Vérifier la ventilation long terme, court terme.
7. Pour les sommes encaissées ou remboursées pendant l'exercice, vérifier avec :
- Les procès-verbaux de l'assemblée générale
- Les contrats
- Les relevés bancaires et avis de débit ou de crédit
- Le calcul des intérêts
- Le calcul des primes d'émission et de remboursement.
8. Noter les garanties données.
9. S'assurer que les retenues à la source sur les intérêts courus pendant l'exercice ont été
versées à l'Etat ou inscrites au passif du bilan.
10. En cas d'émission obligatoires, s'assurer conformément à la loi que :
a) La société a bien deux années d'existence,
b) Deux bilan ont été régulièrement approuvés par les actionnaires,
c) Le capital est intégralement libéré,
d) L'émission a été décidée par les actionnaires en assemblée générale,
e) Les conditions d'émission fixées par les actionnaires ont été respectées (échéance,
primes, garanties, etc.)
11. Comparer le montant des intérêts pour l'exercice avec celui de l'exercice précédent :
expliquer toute variation. Vérifier le montant passé en charges avec les taux des
emprunts et les capitaux.
12. Vérifier le paiement des coupons : s'assurer que la retenue à la source a été
régulièrement opérée.

11- ACHATS - FOURNISSEURS.

OBJECTIFS DU CONTROLE DES COMPTES.

A. S'assurer que les charges et produits inscrits au compte de résultat et provenant des
opérations d'achats, résultent uniquement de l'enregistrement intégral des transactions
réalisées dans l'exercice comptable considéré.
B. S'assurer que les comptes de tiers inscrits au bilan et provenant des opérations d'achats sont
correctement évalués et bien classifiés.
C. A la fin des contrôles effectués, porter un jugement sur les principaux postes suivants :

BILAN
40 Fournisseurs et comptes rattachés.
.
401 Fournisseurs.
403 Fournisseurs - effets à payer.
404 Fournisseurs d'immobilisation.
405 Fournisseurs d'immobilisation - effets à payer.
408 Fournisseurs - factures non parvenues.
409 Fournisseurs débiteurs.

COMPTE DE RESULTAT
3X Stock
61 Services extérieurs
62 Autres services extérieurs

LISTE DES CONTROLES POSSIBLES.

1. Prendre en considération l'étendue et les résultats des travaux effectués sur les
procédure de contrôle interne pour déterminer l'étendue des travaux à effectuer et la
date à la quelle ils devrons l'être.
2. Procéder à une analyse des ratios significatifs ( à déterminer pour chaque société) et
des variations par rapport à l'exercice précédent afin d'identifier les anomalies
apparentes
3. Appliquer la procédure de confirmation directe. Si cette procédure est appliquée avant
la date d'arrêté des comptes (pas plus de trois mois) elle doit être suivie par :
a) Une revue globale du compte collectif fournisseurs et notamment des débits
(rapprocher au journal de trésorerie) et crédits (rapprocher au journal des achats);
b) Pour les soldes principaux, rapprocher les soldes des relevés reçus ou de tout
élément justificatif (factures, bon de réception…).
c) Justification des dettes importantes soldées depuis la date de vérification.
4. Lorsque la procédure de la confirmation directe ne peut pas être appliquée (ou donne
des résultats insuffisants) :
a) Vérifier que les soldes individuels sont correctement analysés;
b) Pour les soldes principaux, rapprocher les soldes des relevés reçus ou de tout
élément justificatif (factures, bons de livraison…).
N.B. - La procédure doit couvrir également les effets à payer.
5. Vérifier les additions de la balance fournisseurs.
6. Vérifier le rapprochement de la balance avec le compte collectif.
7. Pointer la balance avec les comptes individuels.
8. S'assurer que les fournisseurs débiteurs figurent à l'actif du bilan.
9. S'assurer que les soldes qui ne sont pas payables avant 12 mois sont isolés dans
l'annexe.

10. Passer en revue les balances et analyses de comptes de la société pour :


a) Identifier les comptes dont les libellés sont imprécis (ou inexistants) ou tout autre
anomalie apparente;
b) Obtenir les explications nécessaires. (Insister particulièrement sur les O.D.).
Pointer l'ensemble des comptes concernés avec le grand-livre.
Séparation des exercices.
( Le volume des sondages dépendra du degré de confiance que l'auditeur aura dans les
procédures du client. Une partie de ces travaux doit être faite en liaison avec la
vérification des stocks).
A. Achats.
11. Vérifier que :
a) Les derniers bons de réception de l'exercice ont donné lieu à l'enregistrement de
factures;
b) Les derniers bons de retour de l'exercice ont donné lieu à l'enregistrement d'avoirs
ou de provisions pour avoirs à recevoir;
c) Les dernières factures et les derniers avoirs comptabilisés correspondent à des
mouvements de l'exercice.
12. Vérifier que :
a) Les premières livraisons (et retours) de l'exercice suivant n'ont fait l'objet d'aucune
facture (ou avoir);
b) Les premières factures (ou avoirs) enregistrées sur l'exercice suivant ne
correspondent pas à des mouvements de stocks de l'exercice.
13. Si certains fournisseurs ont une politique de ristourne annuelle, vérifier que toutes les
ristournes relatives aux achats de l'exercice ont été comptabilisées.

B. Charges récurrentes (ex. : loyers, assurances…).


14. Vérifier dans les comptes de charges que toutes les charges de l'exercice ont été
comptabilisées.

C. Charges non récurrentes.


15. Examiner l'ensemble des comptes de charges, en analysant les factures reçues et les
règlement effectués au début de l'exercice suivant, s'assurer qu'il n'y a pas eu
d'omission dans l'exercice considéré.
16. Comparer les montants passés en charges avec les budgets et expliquer les écarts
significatifs.
17. Si d'autres charges (ou produits liés aux charges) apparaissent dans les comptes de
régularisation que celles vérifiées aux points précédents, obtenir les justificatifs.
Evaluation des créances et présentation.
18. S'assurer que les dettes en devises sont converties au taux de clôture.
19. Vérifier que les dettes dont l'échéances est à plus d'un an sont montrées séparément.
20. Vérifier la ventilation des fournisseurs entre fournisseurs normaux et fournisseurs
d'immobilisations.
Autres contrôles.
21. Pour les différents comptes concernés, pointer les soldes avec :
a) Les comptes auxiliaires
b) La balance générale
c) Le bilan
22. Pointer le grand-livre avec le journal des achats.
23. Vérifier le report des factures et avoirs fournisseurs au journal des achats.
24. Vérifier la ventilation des factures et avoirs fournisseurs dans le journal d'achats.
25. Vérifier le report des factures et avoirs fournisseurs dans les comptes de contrepartie.
26. Vérifier les additions du journal d'achats.
27. Vérifier les additions des colonnes de ventilation du journal d'achats.