Vous êtes sur la page 1sur 8

TP 1 : Etude du mouvement d’un oscillateur

harmonique simple

Objectif : Etudier le comportement vibratoire d’un système masse-ressort-


amortisseur en oscillations libres.

PARTIE I : Etude du mouvement d’un oscillateur harmonique


simple libre et non-amorti
Dans cette partie on va étudier le prototype le plus élémentaire d’oscillateur
harmonique : le système masse-ressort horizontal non amorti, la mise en
équation du mouvement de la masse et la résolution de l’équation
différentielle harmonique.

1. Position de problème
Le système étudié est constitué par une masse ponctuelle (M) accrochée à un
ressort linéaire de raideur (K) et posée sur un support plan horizontal.
Hypothèses :

 Le ressort est de masse négligeable.

 Dans le cas de petites oscillations, c’est-à-dire de petites déformations du


ressort, la force F de rappel du ressort sur la masse à une norme.

 La force de frottement entre le plan horizontal et la masse est nulle : la masse


se déplacer sans frottement sur l’axe ( , )

Figure 1. Oscillateur harmonique simple à 1ddl libre non-amortie


2. Etude théorique

1)

Figure. 2 : Bilan des forces

2) le principe fondamental de la dynamique appliquée à cette masse est


résumé dans l'égalité vectorielle :
P +⃗
⃗ F+ ⃗
R =m ⃗a

En projection sur cet axe l'égalité vectorielle devient l'égalité scalaire :


dv d²x
−K x=m ax =m =m =m ẍ
dt dt ²

Ainsi l'application du principe fondamental de la dynamique nous conduit à


résoudre l'équation différentielle du second ordre à coefficient constant de la
forme :
d ²x K
+ x=0
dt ² m

K
ẍ ( t ) + x=0
m

K
On pose ensuite ⍵0 ²= m

ωo est la pulsation propre du système masse-ressort en rd . s−1

L'équation caractéristique de tout oscillateur harmonique libre non amorti


s’écrit donc sous le forme de :
ẍ ( t ) +⍵0 ² x=0

Sa solution est de la forme :


x ( t )= A cos (ω 0 t +φ)

A est l'amplitude du mouvement et ϕ la phase. On détermine ces deux


grandeurs à partir des conditions initiales (CI).

Considérons les CI suivantes : à t =0 x 0= x et v = 0

x ( t ) =A cos ( ω 0 t + ρ )

{ dx
dt
=− A ω0 sin ⁡(ω 0 t + ρ)

A t=0

x ( 0 )=A cos ρ=x0

{ dx
dt
=− A ω0 sinρ=0
→ A=x 0
{
ρ=0 avec A ≠ 0 et ω0 ≠ 0

Finalement la relation donnant l'évolution de la position de la masse en


fonction du temps est :
x ( t )=x 0 cos( ω0 t)

3)
4) On remplace l’équation x ( t )= X m cos(ω0 t+φ) dans l’équation suivante 
ẍ ( t ) +⍵0 ² x=0
On trouve −ω ²0 X m cos ( ω 0 t +φ ) + ω²0 X m cos ( ω 0 t+φ )=0
5) Donnée :m=1.2Kg ; K=35N/m
K K 35
⍵0 ²=
m
→ ω 0=
m
=
√ √
1.2
=5.4

La fréquence propre fo (en Hz) et la période T (en s) de cet oscillateur


harmonique sont définies à partir des relations :
f 2π
et T 0=
ω 0 1.16
0=
ω0
=0,86
=¿

6) A partir des conditions initiales : x(0)= X 0 ; v(0)=V 0

x ( t )= X m cos(ω0 t+φ)

v ( t )=−ω 0 X m sin(ω 0 t +φ)

x ( t )=X cos (φ)


{
A t=0 v ( t ) =−ω mX sin (φ)
0 m
¿

cos ( φ )2+ sin ( φ )2=1

X 0 2 −V 0 2
( )(Xm
+
ω0 X m
=1 )
X ²0 V ²0 ω0² X 0² +V ²0
²
+ ² ² =1 → ² ²
=1
X m ω0 X m ω0 X m

ω²0 X ²0 +V ²0 ω²0 X ²0 +V ²0 V
X ²m=
ω0 ²
→ X m

=
ω0 ²

= X ²0 +( 0 )²
ω0

V0

7) x ( t )= X ²0+(
ω0
) ² cos( ω0 t+arctan ⁡(

π
−V 0
ω0 X 0
))

x ( t )=0.18cos (5.4 t ⁡− )
2
3. Etude numérique
1)
%Tracage d'une courbe
t = 0:0.01:10;
%y=dsolve('D2y-y=0','y(0)=0','Dy(0)=1');
%simplify(y)
%y=3*t;
y=0.18*cos(5.4*t+pi/2);
plot (t,y,'g')
grid on
xlabel('temps' )
ylabel('y' )
title ('y(t)')
legend('y(t)')

2)
3)

PARTIE II : Etude du mouvement d’un oscillateur


harmonique simple libre et amorti
R

1. Etude théorique

F
⃗ C

P

Dans beaucoup d'applications, les forces d'amortissement sont


proportionnelles à la vitesse du mobile comme c'est le cas pour les
phénomènes de viscosité. Les seules forces participant au mouvement de la
masse selon l’axe (ox) sont :
− la force de rappel du ressort : −K ⃗x
− la force d'amortissement proportionnelle à la vitesse (le terme α est
souvent appelé "coefficient d'amortissement") : −c ⃗v (α >0)
En considérant uniquement les projections algébriques sur un axe
horizontal et en appliquant la seconde loi de Newton on a :
dx d² x
−Kx−α =m ²
dt dt
² K
ce que l'on peut écrire encore en divisant par m et en posant ω 0= m et
c
2 λ=
m
ẍ +2 λ ẋ +ω ²0 x =0
dx ² dx
+ 2 λ + ω²0 x=0
d ²t dt

K m
ω 0=
dx ²

m
=5.4 et τ = = 0.6
dx
c
+ 1.67 +29.16 x=0
d ²t dt
La solution de cette équation est :
c
t
x ( t )= A e 2 m cos ⁡(ω' t+ φ)

c
Avec ω ' = ω²0−(
√ 2m
) ²=5.34 et A : amplitude maximale

A partir des conditions initiales : x(0)= X 0 ; v(0)=V 0


c
t
x ( t )= A e 2 m cos ⁡(ω' t+ φ)
c
c t
v ( t )=− A ω ' e 2 m sin (ω' t+φ)
2m

x ( t )= A cos(φ)

{
A t=0 v ( t ) =−A c ω ' sin (φ)
2m

X0

{
cos ( φ )=
A −V 0
−V 0 → tan ( φ ) =
sin ( φ )= c
c ω ' X0
A ω' 2m
2m

−V 0
φ=arctan ⁡( )
c '
ω X0
2m
2 2
cos ( φ ) + sin ( φ ) =1

X0 2 −V 0 2
( )
A
+
( A
c
ω'
=1
)
2m

c 2
X ²
0
+
V ²
0
=1 →
2m ( )
ω ' ² X ²0 +V ²0
=1
2
A² c c 2

2m ( )
ω' ² A²
2m ( )
ω' ²

c 2 c 2
( )
√ ( )
² ² ² ²
ω ' ² X 0+V 0 ω ' ² X 0+V 0
2m 2m V0


²
A ²= → A= = X 0+( )²
2 2
c
( 2cm ) ω ' ² ( 2cm ) ω ' ² 2m
ω'

c
V0 −V 0


t
²
x ( t )= X +( 0 )² e cos ⁡(ω ' t+ arctan ⁡(
2m
))
c c '
ω' ω X0
2m 2m

π
x ( t )=0.05 e0.84 t cos ⁡(5.34 t− )¿
2

2. Etude numérique
1)
%Tracage d'une courbe
t = 0:0.01:10;
%y=dsolve('D2y-y=0','y(0)=0','Dy(0)=1');
%simplify(y)
%y=3*t;
y=0.18*cos(5.4*t-pi/2);
plot (t,y,'g')
grid on
xlabel('temps' )
ylabel('y' )
title ('y(t)')
legend('y(t)')
2)

Vous aimerez peut-être aussi