Vous êtes sur la page 1sur 4

CAT devant un déficit neurologique récent

 Définition :

Déficit neurologique : perte d'une fonction liée à une dysfonction temporaire (déficit transitoire) ou
lésionnelle (déficit permanent) d'une REGION du système nerveux, soit au niveau central, soit au
niveau périphérique.
Ce déficit peut être MOTEUR, SENSITIF, CEREBELLEUX, SENSORIEL ou COGNITIF.

- Récent : date de quelques jours au maximum.

ATTENTION : les souffrances globales comme la perte de connaissance ou les syndromes


confusionnels ne sont pas des déficits neurologiques à proprement parlé !

Quelles sont les régions pouvant être atteintes dans le déficit neurologique central ?

 Lésion neurologique centrale :


cerveau,tronc cérébral ,moelle spinale

Quelles sont les régions pouvant être atteintes dans le déficit neurologique périphérique ?

Lésion neurologique périphérique :


- racine nerveuses
- plexus nerveux
- troncs nerveux = nerfs

Ne pas confondre DEFICIT NEUROLOGIQUE et IMPOTENCE FONCTIONELLE. Expliquer ce


dernier terme.

Impotence fonctionnelle = déficit NON neurologique (pas forcément moteur d'ailleurs).

- En ce qui concerne la motilité, les causes non neurologiques sont principalement


OSTEOARTICULAIRE (fracture, entorse, arthrite, rupture de coiffe, et). La DOULEUR étant au premier
plan et expliquant la limitation du mouvement / le déficit.

- Un patient peut aussi être déficitaire sur la motricité par une atteinte vasculaire, comme on peut le
voir dans la claudication intermittente* de l'AOMI.

 Expliquer quel mécanisme lésionnel suspecter devant les types de début de déficit
neurologique ci dessous :

- déficit soudain (en quelques seconde)


- déficit rapidement progressif (en quelques minutes)
- déficit subaigu (heures ou jours)
- déficit chronique (semaines, mois, années)

 Déficit neurologique de DEBUT :

- soudain (en quelques seconde) : VASCULAIRE

- rapidement progressif (en quelques minutes) : EPILEPTIQUE ou MIGRAINEUX

- déficit subaigu (heures ou jours) : INFLAMMATOIRE


- déficit chronique (semaines, mois, années) : TUMORAL ou DEGENERATIF

Ainsi, le mode de révélation du déficit permet de suspecter le mécanisme lésionnel !

 Quels sont les hypothèses diagnostiques à évoquer devant les différents tableaux suivants :

- déficit neurologique récent + fièvre + céphalée

- déficit neurologique récent + hématomes + lésions osseuses (contexte de trauma)

- déficit neurologique récent + arythmie cardiaque

Déficit neurologique récent + fièvre + céphalée ---> MENINGITE / MENINGOENCEPHALITE /


ABCES CEREBRAL

déficit neurologique récent + hématomes + lésions osseuses (contexte de trauma) --->


HEMATOME INTRACEREBRAL (sous dural ou extradural)

déficit neurologique récent + arythmie cardiaque ---> AVC ischémique d'origine embolique

 Expliquer brièvement la démarche diagnostique devant un trouble neurologique récent.

0) Eliminer les causes non neurologiques de déficit = impotence fonctionelle.

1) Diagnostic syndromique : à l'issue de l'anamnèse et d'un examen neurologique étudiant la


VIGILANCE, les fonctions COGNITIVES, la MOTRICITE, la SENSIBILITE, les FONCTIONS CEREBELLEUSES,
les NERFS CRANIENS et les fonctions VESICO-SPHINCTERIENNES, le clinicien regroupe les symptomes
neurologiques du patient en SYNDROME.

exemple : syndrome pyramidal déficitaire du MI droit, syndrome cérebelleux de l'hémicorps gauche,


etc ...

2) Diagnostic topographique : en prenant compte de la somatotopie du système nerveux, DEDUIRE


LA REGION NEUROLOGIQUE LESEE pouvant expliquer le syndrome présenté par le patient

Devant quels signes sémiologiques faut-il suspecter un déficit neurologique d'origine périphérique ?

1) AMYOTROPHIE et les fasciculations

2) Déficit sensitif et/ou moteur de TOPOGRAPHIE RADICULAIRE (territoire de C3/C4, L2, etc.) ou
TRONCULAIRE (territoire du nerf médian, du nerf fibulaire, etc).

3) Diminution/abolition des ROT dans le territoire déficitaire.

4) Atteinte distale des MI SANS troubles vesico-sphinctériens.

Devant quels signes sémiologiques faut-il suspecter un déficit neurologique d'origine centrale ?

1) Deficit dont la TOPOGRAPHIE ATTEINT UN HEMICORPS : en faveur de l'atteinte d'un hémisphère


cérébral.

2) NIVEAU SENSITIF FRANC (thoracique ou abdominal) : en faveur d'une atteinte médullaire.


3) Signes associées : APHASIE, HLH (hémianopsie latérale homonyme) : en faveur de l'atteinte d'un
hémisphère cérébral.

4) TROUBLE DE LA VIGILANCE associé au déficit neurologique.

5) EPILEPSIE FOCALE : en faveur d'une atteinte corticale

6) SIGNES PYRAMIDAUX : ROT diffusés, CLONUS de la cheville, BABINSKI + (signe l'atteinte du premier
motoneurone).

Etiologies des déficits neurologiques récents centraux. Les séparer par déficit transitoire et déficit
persistant

TRANSITOIRE
- AIT
- Epilepsie
- Aura migraineuse

CONSTITUE
- Infarctus cérébral
- Hémorragies
- Trauma crânien
- Tumoral
- Poussée de SEP
- Infectieux

Précisez pour l'AIT / syndrome de menace du cerveau (déficit neurologique central transitoire) :
- terrain
- mode d'installation
- progression des symptômes
- symptomatologie
- résolution des symptômes

AIT / syndrome de menace du cerveau :


- terrain : personnes âgées, Facteurs de risques cardio-vasculaires

- mode d'installation : brutal, d'une seconde à l'autre

- progression des symptômes : maximum d'emblée, stable

- symptomatologie : "négative" = déficitaire : paralysie d'un bras, amputation du champs visuel, perte
de sensibilité d'un membre, etc.

- résolution des symptômes : brutale, d'une seconde à l'autre, pas de séquelle, se souvient de
l'évènement.

Précisez pour la Migraine (déficit neurologique central transitoire) :


- terrain
- mode d'installation
- progression des symptômes
- symptomatologie
- résolution des symptômes
Epilepsie (déficit neurologique central transitoire) :

- terrain : 2 pics d'incidence (jeune + vieux)

- mode d'installation : en quelques secondes

- progression des symptômes : marche épileptique* (propagation de paresthésies rapide en quelques


10aines de secondes le long d'un membre).

- symptomatologie : "positives" = trouble de la vigilance transitoire, clonies d'un segment de


membre, hallucination visuelle (figures géometriques).

- résolution des symptômes : rapide, AMNESIE DE L'EPISODE en cas de crise partielle complexe*

Quelle image retrouve t'on sur le scanner cérébral en cas d'hématome extradural ?

 - Hématome extradural ---

Lentille hyperdense BICONVEXE


- LIMITEE par les sutures du crâne

NPO : tout trauma crânien AVEC PERTE DE CONNAISSANCE impose une imagerie cérébrale à la
6ème heure.

Quelle image retrouve t'on sur le scanner cérébral en cas d'hématome sous dural ?

 Hématome sous dural ---

Lentille hyperdense à CONCAVITE INTERNE ETENDUE


- NON LIMITEE par les sutures du crâne

NPO : tout trauma crânien AVEC PERTE DE CONNAISSANCE impose une imagerie cérébrale à la
6ème heure.

Devant un déficit neurologique d'évolution "en tache d'huile" + signes d'HTIC (céphalée
matinale/décubitus, calmée par les vomissements), quel examen orientera vers le diagnostic tumoral ?

 L'imagerie cérébrale +++


- TDM cérébrale injecté au minimum
- si moyen : IRM injectée au gadolinium

Vous aimerez peut-être aussi