Vous êtes sur la page 1sur 13

La Table Ronde

26, rue de Condé, Paris 6e

PROGRAMME 2020
MARS

AVRIL

(DR) pour toutes les photos d’auteur.

CONTACT PRESSE CONTACTS LIBRAIRES editionslatableronde.fr


Service de presse : Anne-Lucie Bonniel Virginie Migeotte @edtableronde
01 40 46 70 73 / 01 45 23 59 67 / 06 77 78 58 44
al.bonniel@editionslatableronde.fr virginie.migeotte@gmail.com
Éphéméride
Le temps passe et fait mes rides
VALÉRIE ROUZEAU
«
 À
l’automne 2017, j’ai eu le désir de quelque chose de nouveau pour
moi : réunir des textes variés – notes, fragments, lettres et courriels,
traductions, commentaires, poèmes encore (et toujours !) ; constituer
un recueil de “miscellanées”. J’ai pensé à Pierre Reverdy, à Antoine Emaz. Je
souhaitais quelque chose d’hybride sans trop savoir comment rassembler un
tant soit peu de cette matière (ce “métier”, eût dit Cesare Pavese), oui cette
144 PAGES – 16,50 €
matière de vivre accumulée au fil du temps, et ce fil, par quel bout le saisir…
FORMAT : 140 X 205
ISBN : 9791037106605 Le mur au-dessus de ma tête était couvert de post-it saturés de “deadlines”
(de ces mots qui ne font pas grand bien), noircis de listes de choses à faire
“asap”, etc. etc. : de ces “dates-limites” dont la seule aurait dû, idéalement,
être celle du jour de ma mort, donc ailleurs que sur un post-it, nulle part en
somme. Bref, de ces urgences de ceci ou cela, tous ces diktats issus des tech-
nologies, lesquels vous somment d’être en connexion permanente, toujours
“réactive” quand vous n’aspirez qu’à respirer normalement. (Soupir…)
Toutes ces échéances régulièrement vouées à mes amnésies parfois salu-
taires malgré les soucis occasionnés, retards et rendez-vous manqués. Qu’à
cela ne tienne, je ferais un atout d’un handicap, j’effeuillerais l’éphéméride,
consulterais mes agendas et convoquerais mes souvenirs. Les dates défi-
leront dans le désordre de ma mémoire tantôt atrophiée, tantôt hypertro-
phiée, avec moult pieds-de-nez à Kronos, des coq-à-l’âne, des digressions,
du saute-mouton et des téléphones qui sonnent au moment où la baignoire
n’attend plus que vous pour déborder…
Voici quelques bornes, quelques cailloux de ce chemin qui est le mien. On
me reprochera peut-être de ne quasiment rien dire de l’actualité : à quoi bon.
Naguère le merveilleux Stephan Eicher chantait “Déjeuner en paix” : “Les
nouvelles sont mauvaises d’où qu’elles viennent…” Tout le monde devrait
pouvoir déjeuner en paix, déjeuner sur l’herbe. Vivre enfin. Merci à toutes
celles, tous ceux qui m’ont prêté leurs mots, “mes mots (mémo ! J’ai toujours
sur moi de quoi prendre des notes), mes mots des autres”. »
Extrait de la préface
Vermillon

Née en 1967 à Cosne-sur-Loire, Valérie Rouzeau s’est fait


connaître avec Pas Revoir (Le Dé Bleu, 1999, réédité en Petite
Vermillon en 2010 suivi de Neige Rien). Auteure de quelque
© Hélène Bamberger

vingt-cinq recueils de poésie et de plusieurs chansons pour le


groupe Indochine, elle a aussi traduit Sylvia Plath et William
Carlos Williams. Son dernier recueil paru à La Table Ronde,
Sens averse, a été couronné du Prix Méditerranée 2019.

MISE EN VENTE LE 5 MARS


Contact presse : Anne-Lucie Bonniel / al.bonniel@editionslatableronde.fr / 01 40 46 70 73
Contacts libraires : virginie.migeotte@gmail.com / 01 45 23 59 67 / 06 77 78 58 44
Le Temps
suivi de Notre-Dame
WILLIAM CLIFF

L
e Temps pourrait finalement être le titre général de l’œuvre, abondante
et généreuse comme une fête breughélienne, de William Cliff.
Le temps dont il est question ici, c’est celui perdu et retrouvé de l’éter-
nel explorateur de lui-même et du monde qu’est William Cliff, maître de la
prosodie fantasque, subtil docteur de la rime et de l’assonance, enchanteur
qui sait varier ses métamorphoses en créant le rythme entêtant qui vous
128 PAGES – 15 €
invitera à le suivre là où il veut vous emmener, en l’occurrence sur les che-
FORMAT : 140 X 205
ISBN : 979103710650-6
mins de sa jeunesse extravagante : locataire improbable d’une mansarde
bruxelloise où le précédent occupant a laissé ses seringues de toxicomane,
professeur sans vocation dans un lycée plein de jolis garçons, inspecté plus
qu’à son tour pour sa désinvolture pédagogique, oscillant entre la recherche
d’un radiateur à gaz pour se réchauffer et l’épuisement d’une canicule sous
les toits. Mais le poète s’en tire toujours, fragile et joyeux. L’inspecteur lui
pardonne puisqu’il lit Rimbaud à ses élèves et célèbre avec eux l’aube d’été
qu’on embrasse à pleine bouche.
Comme Raymond Queneau dans Chêne et Chien ou Georges Perros dans La
Vie ordinaire, William Cliff s’inscrit dans la tradition des autobiographes de
la strophe qui réconcilient la poésie et la narration. Et le sarcasme et l’auto-
dérision, ici, se livrent à une partie serrée et sans vainqueur avec la nostalgie
et le lyrisme provocateur.
Le Temps est complété par un codicille de 1996, un long poème sur Notre-
Dame, adresse parnassienne et prophétique à cette cathédrale que Cliff aime
parce qu’elle est « ferme et tranquille au milieu des ravages », comme un amer
dans une existence flottante et incertaine.
Vermillon

William Cliff est né en Belgique en 1940. Le poète catalan Gabriel Ferrater a eu


une influence déterminante sur son propre travail.
C’est Raymond Queneau qui le découvre et le publie chez
Gallimard en 1976. Il a notamment obtenu en 2006 le
Grand prix de poésie de la SGDL, et en 2007 le Grand
prix de poésie de l’Académie française, pour l’ensemble
© Jean Jauniaux

de son œuvre. À la Table Ronde ont notamment paru


U.S.A. 1976 (2010) et Matières fermées (2018).

MISE EN VENTE LE 5 MARS


Contact presse : Anne-Lucie Bonniel / al.bonniel@editionslatableronde.fr / 01 40 46 70 73
Contacts libraires : virginie.migeotte@gmail.com / 01 45 23 59 67 / 06 77 78 58 44
Étés anglais
La Saga des Cazalet, tome 1
ELIZABETH JANE HOWARD
Traduit de l’anglais par Anouk Neuhoff

J
uillet 1937. À Home Place, propriété familiale au cœur du Sussex, la
Duche orchestre le ballet des domestiques avant l’arrivée de la famille
au grand complet. Ses trois fils, Hugh, Edward et Rupert Cazalet, dont
deux sont revenus indemnes – ou presque – de la dernière guerre, sont
en chemin depuis Londres avec épouses, enfants et gouvernantes, pour un
576 PAGES – 24 €
FORMAT : 135 X 220
séjour de plusieurs semaines. Jardiniers, femmes de chambre, cuisinière et
ISBN : 9782710388586 aides cuisinières sont sur le pont pour répartir les pots de chambre, tailler les
haies, établir le menu de chaque repas et faire briller les services à thé. Où
ILLUSTRATION dormira Clary, la fille de Rupert, pré-adolescente mal dans sa peau en plein
DE COUVERTURE : conflit avec sa belle-mère ? Quelle robe portera Villy, la femme d’Edward,
MATHIEU PERSAN ancienne ballerine en manque d’occupation malgré ses trois enfants ?
Réussira-t-on à apaiser Polly, la fille de Hugh, terrorisée à l’idée qu’une
guerre éclate ? Sa cousine Louise, qui rêve de devenir actrice et d’incarner
Sur Une saison à Hydra : le roi Lear, un rôle interdit aux filles, apportera-t-elle toute sa bibliothèque ?
“Quel style, quel sens de Et Rachel, la seule fille de la Duche, restée auprès de ses parents, trouvera-
la psychologie, du roma- t-elle un moment au milieu de ce branle-bas de combat pour ouvrir la pré-
nesque !” cieuse lettre de son amie Sid ?
Si l’été regorge encore d’incertitudes, on entend sans l’ombre d’un doute
Laurence Caracalla,
le figaro magazine
approcher le grondement d’une nouvelle guerre. Les après-midi dans le jar-
din, parties de tennis, balades à cheval, pique-niques sur la plage et soirées
“Un roman dans la plus auprès du gramophone se succèdent. Les non-dits, chamailleries, chagrins et
profonds bouleversements s’entrecroisent. Aux préoccupations des adultes
pure et excellente veine
font écho les inquiétudes des enfants, et à la résilience des femmes, qu’elles
du réalisme à l’anglaise,
soient épouses, fillettes ou domestiques, répond la toute-puissance, ou l’im-
c’est-à-dire une superbe puissance, des hommes. Mais chacun garde un œil, inquiet ou insouciant,
démonstration d’acuité sur la tempête dévastatrice qui s’annonce.
psychologique.”
À venir  :
Nathalie Crom,
télérama
Quai Voltaire

Née en 1923, Elizabeth Jane Howard est l’auteure de quinze


romans. Les Cazalet Chronicles sont devenus des classiques
© Evening Standard Getty images

modernes au Royaume-Uni et ont été adaptés en série pour


la BBC (2001) et pour BBC Radio 4 (2012). Les cinq tomes
paraîtront dans la collection Quai Voltaire entre 2020 et 2023.
Elle a également écrit son autobiographie, Slipstream.
Elle est morte en janvier 2014, après la parution du 5e volume
des Cazalet Chronicles. Son roman Une saison à Hydra
a paru en Quai Voltaire en 2019.

MISE EN VENTE LE 12 MARS


Contact presse : Anne-Lucie Bonniel / al.bonniel@editionslatableronde.fr / 01 40 46 70 73
Contacts libraires : virginie.migeotte@gmail.com / 01 45 23 59 67 / 06 77 78 58 44
Pièces secrètes
JEAN ANOUILH

C
e volume contient :
Tu étais si gentil quand tu étais petit
L’Arrestation
Le Scénario

320 PAGES – 8,90 €


FORMAT : 108 X 178
ISBN : 9782710389606

ILLUSTRATIONS DE
COUVERTURE :
BLEXBOLEX

Pièces costumées
JEAN ANOUILH

C
e volume contient :
L’Alouette
Becket ou L’honneur de Dieu
La Foire d’empoigne

320 PAGES – 8,90 €


FORMAT : 108 X 178
ISBN : 9782710389590
la petite vermillon

Jean Anouilh (1910-1987) est l’auteur d’Antigone, sa plus célèbre


pièce écrite en 1942, jouée pour la première fois en 1944 au Théâtre
de l’Atelier. Très mal accueillie lors de sa première, elle sera
finalement considérée comme l’un des sommets de son œuvre.
Dans la même collection : Œdipe ou le Roi boîteux, Eurydice, Médée,
Pièces grinçantes, entre autres...

MISE EN VENTE LE 12 MARS


Contact presse : Anne-Lucie Bonniel / al.bonniel@editionslatableronde.fr / 01 40 46 70 73
Contacts libraires : virginie.migeotte@gmail.com / 01 45 23 59 67 / 06 77 78 58 44
Lettres du mauvais temps
Correspondance 1977-1995
JEAN-PATRICK MANCHETTE
Édition établie et annotée par Jeanne Guyon,
Nicolas Le Flahec, Gilles Magniont et Doug Headline
Préface de Richard Morgiève
15 illustrations
600 PAGES – 25 €

J
FORMAT : 140 X 205 usqu’ici, n’avaient été publiées, et de manière éparse, que quelques
ISBN : 9791037104755 lettres de Jean-Patrick Manchette ; cet épais volume en rassemble plus
de deux cents – dont un tiers traduites de l’anglais –, pour l’essentiel iné-
dites. La correspondance couvre ainsi les années 1977-1995, du moment
où Manchette commence d’archiver méthodiquement ses lettres jusqu’à sa
mort. Cette période, qui semblait coïncider avec un retrait progressif (plus
de roman publié après 1981 et La Position du tireur couché) nous est enfin
À paraître chez
rendue, grâce à ces lettres, dans tout son bouillonnement. Souvent reclus
Wombat le 19/03 :
mais jamais indifférent, l’écrivain cherche et trouve enfin la voie d’un renou-
Les Yeux de la momie vellement créatif ; dans une sorte d’art poétique en fragments, il cause, par-
L’intégrale des chroni- fois avec humour et toujours avec énormément de soin, du style, du polar,
ques de cinéma parues de la traduction, de l’économie du livre, du cinéma, de l’art et de la mar-
dans Charlie hebdo chandise… ; il s’entretient avec de grands auteurs – tels Pierre Siniac, Jean
(1979-1982) Echenoz, Robin Cook, ou les Américains qu’il aime et parfois traduit, de
Donald Westlake à James Ellroy en passant par Ross Thomas – mais se
montre aussi attentif et précis lorsqu’il s’agit de répondre à ses lecteurs,
alors même qu’il refuse régulièrement (et parfois vertement !) contributions
et invitations officielles. Ainsi, la correspondance laisse percevoir les voies
singulières par où Manchette communiquait sa « fraternité contenue », en
même temps qu’elle fait entendre les échos d’une époque, ses controverses
politiques aussi bien que ses déflagrations violentes, des soubresauts du
terrorisme aux premières émeutes de banlieue.
Pour accompagner ces lettres, des notes, sans viser à l’érudition, permettent
une rapide contextualisation biographique ou historique. Ou encore sug-
gèrent un lien avec d’autres textes (critiques ou romanesques) de Manchette :
activité d’écriture capitale à ses yeux, la Correspondance constitue en défi-
nitive un élément essentiel de son œuvre, par quoi l’écrivain cherche et finit
par trouver cette « grande forme » qu’il convoite.
Vermillon

MISE EN VENTE LE 26 MARS


Contact presse : Anne-Lucie Bonniel / al.bonniel@editionslatableronde.fr / 01 40 46 70 73
Contacts libraires : virginie.migeotte@gmail.com / 01 45 23 59 67 / 06 77 78 58 44
Play it again, Dupont
Chroniques ludiques 1978-1980
JEAN-PATRICK MANCHETTE
Préface de Jean-Pierre Dionnet
30 illustrations

«
 I
l se trompe, y compris sur lui-même, l’amateur qui croit vouloir repro-
200 PAGES – 18 €
duire la réalité dans le jeu, par une simulation de plus en plus précise. Ce
FORMAT : 140 X 205
ISBN : 9791037104700 qui fait l’intérêt d’un wargame sur la bataille de Waterloo, par exemple,
c’est évidemment la possibilité que Napoléon gagne. Le désir de l’amateur de
jeu est de se rapprocher de plus en plus de la réalité pour s’en éloigner sans
cesse davantage. L’amateur de jeu est un être borgéso-dialectique. L’amateur
de jeu est un être plus monstrueux encore que le borg, sur qui nous allons
revenir dans un instant. »
J.-P. Manchette

Jean-Patrick Manchette (1942-1995), Grand prix de littérature policière en 1973, est


reconnu comme le principal rénovateur du roman noir français au cours des années
1970-1980. Chroniqueur, scénariste et traducteur, passionné de jazz, de cinéma et de
littérature, ce styliste exceptionnel a laissé dix romans publiés
dans la Série Noire, dont Le Petit Bleu de la côte Ouest (1976) et
La Position du tireur couché (1982). Plusieurs de ses livres ont été
adaptés au cinéma, notamment par Claude Chabrol (Nada, 1973)
et par Jacques Deray (Trois hommes à abattre, 1980).
Après sa mort, la publication de ses textes inédits est venue
confirmer sa place au premier rang des écrivains français
de la seconde moitié du XXe siècle.

MISE EN VENTE LE 26 MARS


Contact presse : Anne-Lucie Bonniel / al.bonniel@editionslatableronde.fr / 01 40 46 70 73
Contacts libraires : virginie.migeotte@gmail.com / 01 45 23 59 67 / 06 77 78 58 44
Terrain lourd CARTE
PIERRE MARCELLE NOIRE
Préface de Jérôme Leroy

T
errain lourd est un roman noir, mais c’est aussi un blues lancinant, celui
des chagrins d’amour et des chagrins d’époque. On est au début des
années 80 ou à la fin des années 70. On ne parle pas encore de TGV
mais de turbotrain. Un reporter sportif assiste à Caen à un match de foot
224 PAGES –7,30 € de deuxième division entre Caen et Thionville. Il s’appelle Vertaire. Assez
FORMAT : 108 X 178 logiquement, avec un nom comme ça, Vertaire souffre. Vertaire a 32 ans et
ISBN : 9791037106100 est affligé d’une mélancolie tenace, une mélancolie lorraine bien obligée de
jouer à l’extérieur.
ILLUSTRATION DE Un autre, qui ressemble à Michel Piccoli dans ses rôles de patron, a pris à
COUVERTURE : Vertaire la femme qu’il aimait. Alors Vertaire veut tuer l’autre. En même
STÉPHANE TRAPIER temps, Vertaire hésite. Pas par peur, par lassitude. Vertaire a une arme avec
lui, un 22 long rifle, « un calibre pourtant pas dramatique », dans son sac en
skaï. Vertaire se regarde, regarde le monde. Il voit bien que les années 80 ne
Dans la même collection : seront pas faites pour les Vertaire. Tout va un peu trop vite, sauf les trains.
Les dernières utopies se noient dans les eaux glacées du calcul égoïste et de
la côte d’Émeraude. C’est pour ça que Vertaire a toujours un peu froid bien
qu’on soit seulement fin septembre.
Le lecteur ne sera pas étonné que Pierre Marcelle et Hervé Prudon aient écrit
jadis un livre ensemble (Le Bourdon, 1981). Il y a chez eux une même qualité
de tristesse, une même écriture désabusée des désastres intimes. Avec ce qu’il
faut d’autodérision pour qu’on s’attache à des personnages qu’on a envie d’in-
viter à boire une bière dans le dernier bar encore ouvert de la sous-préfecture.
À cette différence que dans Terrain lourd, c’est du côté de Goodis que se
promène Pierre Marcelle, un Goodis qui aurait troqué Philadelphie pour
Saint-Malo…
la petite vermillon

Pierre Marcelle est né en Lorraine en 1952. Journaliste à


Libération, il est l’auteur de La Démolition (Denoël, 1985),
Après tout (Denoël, 1990), Conduite intérieure (Manya, 1993),
Articles de Paris (Le Dilettante, 1994), Feriés (Le Dilettante, 1995)
et Contre la télé (Verdier, 1998).

MISE EN VENTE LE 2 AVRIL


Contact presse : Anne-Lucie Bonniel / al.bonniel@editionslatableronde.fr / 01 40 46 70 73
Contacts libraires : virginie.migeotte@gmail.com / 01 45 23 59 67 / 06 77 78 58 44
Silhouettes de mort
sous la lune blanche CARTE
KÂÂ NOIRE
Préface de Jérôme Leroy

K
ââ, de son vrai nom Pascal Marignac, fait partie de cette famille qui consi-
dère le roman noir comme une école de la cruauté ironique, de la manière
286 PAGES – 7,30 €
FORMAT 108 X 178 froide et distanciée, du style comme pratique du nihilisme. Il appartient
ISBN : 9791037106056 à la fois à la famille de Jean-Patrick Manchette et de Jean Echenoz, même si,
au bout du compte, Kââ ne ressemble qu’à Kââ. Silhouettes de mort sous la
lune blanche est le premier roman de Kââ mettant en scène son narrateur
sans nom, truand dandy, mercenaire sans scrupule et tueur sans pitié. Il est
ILLUSTRATION DE efficace et élégant, comme l’écriture de Kââ. Il est aussi amateur de grosses
COUVERTURE : cylindrées, d’armes à feu, de jolies filles, de restaurants étoilés et de philoso-
STÉPHANE TRAPIER
phie médiévale, dans un ordre variable qui change selon les événements dont
il est tantôt l’initiateur, tantôt la victime. On le soupçonnera néanmoins de
prendre un certain plaisir masochiste à être le gibier parce que pour lui, la
paranoïa et l’adrénaline sont des alcools forts qui permettent de se sentir en
vie. Ce héros négatif apparu au mitan des années 80 est finalement le parfait
reflet de l’époque dans laquelle il évolue, à cette différence qu’il n’a pas l’hy-
pocrisie de dissimuler son cynisme et son hédonisme derrière le masque de
la respectabilité.
Silhouettes de mort sous la lune blanche est une histoire de cavale. Ça com-
mence par un hold-up qui tourne mal où le narrateur est obligé d’abattre un de
ses jeunes complices qui a tendance à tirer trop facilement dans le tas. Manque
de chance, le gamin a deux frères pas commodes… Alors on peut commencer
à fuir, à abattre d’autres copains et à s’enfuir avec leurs veuves aux mœurs plus
que légères et à la gâchette facile. Autant dire qu’il règne dans ce roman, pour
reprendre les mots de l’homme sans nom, « un froid exemplaire ».
la petite vermillon

Né à Châtillon-sur-Seine en 1945 et mort à Saint-Dizier en


2002, Kââ (aussi connu sous les pseudonymes de Corsélien
et Béhémoth) est l’auteur de nombreux romans policiers. Il a
été professeur de philosophie pendant treize ans. En 1988, il
a remporté le Grand Prix du roman gore du festival d’Avoriaz
pour Bruit crissant du rasoir sur les os (Fleuve noir). Dans la
même collection : La Princesse de Crève (2017) et Il ne faut pas
déclencher les puissances nocturnes et bestiales (2018).

MISE EN VENTE LE 2 AVRIL


Contact presse : Anne-Lucie Bonniel / al.bonniel@editionslatableronde.fr / 01 40 46 70 73
Contacts libraires : virginie.migeotte@gmail.com / 01 45 23 59 67 / 06 77 78 58 44
Trois poèmes ÉDITION
HANNAH SULLIVAN BILINGUE
Traduction de l’anglais et préface : Patrick Hersant
“Trois poèmes voyage léger, illuminé mais jamais encombré d’académisme,
et explore la manière dont la vie se révise – ou ne se révise pas. Sullivan écrit
fraîchement, sur tout.”
Kate Kel-laway, the observer
“Un livre extraordinaire, et Sullivan peut, semble-t-il, absolument tout faire. ”
120 PAGES – 16 € Declan Ryan, poetry review
FORMAT : 115 X 190 “Le meilleur premier recueil qu’on ait vu depuis longtemps : émouvant,
ISBN : 9791037105141 habile techniquement, intelligent à tout point de vue, et plein de superbes
effets à petite échelle comme de grandes prouesses.”
Andrew Motion, the guardian
“Un recueil intrigant, brutal dans son intensité et captivant dans sa recherche
de la beauté.”
Tom Williams, literary review
“Majestueux... L’autorité, l’amplitude et l’ambition de Sullivan sont
exaltantes.”
Lavinia Greenlaw, london review of books
“Un recueil riche et gratifiant, qui montre toute la confiance et le talent
d’une poétesse à ses débuts : difficile de croire que c’est un premier livre.”
Paul Batchelor, new statesman
“Une nouvelle voix, bienvenue et sûre d’elle, de la poésie anglaise. (...) Un pre-
mier recueil intime et sophistiqué, qui redéfinit le modernisme d’aujourd’hui. ”
Ruth Padel, new statesman (livres de l’année)
“Un recueil de trois longs poèmes sur la jeunesse, le temps, et la seule issue
de la vieillesse. C’est drôle, touchant, intelligent, accessible, et s’inspire avec
légèreté de Didion ou d’Eliot. ”
John Self, the irish times (livres de l’année)
“Hannah Sullivan rejoint la tradition de la forme longue avec assurance,
ambition et style.”
Julie Morrissy, poetry ireland review
“La poésie de Sullivan a construit son propre monde détaillé, lucide et pro-
fondément sincère, dans lequel les lecteurs sont capables – et désireux –
d’entrer, de se reconnaître.”
Vermillon

Ralf Webb, la review of books

Née en 1979, Hannah Sullivan est une universitaire et poète


britannique. Sa thèse sur le modernisme en littérature,
The Work of Revision (2013), a été couronnée du Rose Mary
Crawshay Prize et du University English Book Prize. Elle est
professeure associée de littérature britannique à l’université
d’Oxford. Trois poèmes a été récompensé du T. S. Eliot Prize.

MISE EN VENTE LE 9 AVRIL


Contact presse : Anne-Lucie Bonniel / al.bonniel@editionslatableronde.fr / 01 40 46 70 73
Contacts libraires : virginie.migeotte@gmail.com / 01 45 23 59 67 / 06 77 78 58 44
Et m***!
Nouvelle
RICHARD RUSSO
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Jean Esch

A
u lendemain de l’élection de Donald Trump, David et sa femme Ellie
48 PAGES – 7 € reçoivent à dîner deux couples d’amis et anciens voisins partis vivre
FORMAT : 105 X 165 dans une banlieue plus cossue. Ils se sont tous connus à l’université
ISBN : 9791037106834 où ils enseignaient et sont désormais à la retraite. La question que chacun
se pose, c’est comment le pays a pu en arriver là.
ILLUSTRATION DE Après le départ des Schuulman et des Miller, Ellie s’attarde à ranger les
COUVERTURE : CHEERI restes du dîner et, au moment d’éteindre les lumières et d’aller se coucher,
détecte une drôle d’odeur dans l’air du jardin. David, depuis la fenêtre de
leur chambre, la voit s’arrêter près du jaccuzzi et se figer en apercevant dans
l’eau une offrande des moins ragoûtantes. Éternel optimiste, David n’en fait
pas une affaire et cherche à rassurer sa femme. Quand l’incident se reproduit
quelques jours plus tard, il propose à Ellie un voyage chez leur fille à Los
Angeles pour se changer les idées, et à leur retour tout semble normal dans
la maison. Jusqu’au jour où une grosse chaleur les pousse à allumer la clim.
Quelques heures plus tard, la maison est envahie de mouches à m***. Ellie
repart aussi sec à Los Angeles, laissant à David le soin d’élucider l’affaire
et de vendre la maison.
Leur pancarte de soutien à Hillary Clinton avant les élections y serait-elle pour
quelque chose ? Ou bien un ancien étudiant qui chercherait vengeance ? La
réponse est encore plus banale. Une erreur, aux conséquences dévastatrices
dans la vie de David.
L’humour noir imprègne cette fable politique qui explore les failles – aussi
discrètes que profondes – qui peuvent fracturer l’amitié, la famille, la
communauté.
Dans la même collection :
la nonpareille

Richard Russo est né en 1949 aux États-Unis. Après avoir longtemps


enseigné la littérature à l’université, il se consacre à l’écriture. Ont
notamment paru à Quai Voltaire Un homme presque parfait (1995,
adapté à l’écran avec Paul Newman), Le Déclin de l’empire Whiting
(Prix Pulitzer, 2002), Quatre saisons à Mohawk (2005), Les Sortilèges
du cap Cod (2010), Ailleurs (2013), À malin, malin et demi (2017,
Grand Prix de littérature américaine) et Trajectoire (2018).

MISE EN VENTE LE 9 AVRIL


Contact presse : Anne-Lucie Bonniel / al.bonniel@editionslatableronde.fr / 01 40 46 70 73
Contacts libraires : virginie.migeotte@gmail.com / 01 45 23 59 67 / 06 77 78 58 44
Jamais assez
Nouvelle
ALICE MCDERMOTT
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Cécile Arnaud

L’
héroïne de cette histoire se souvient des coupelles à glace qu’elle rap-
portait à la cuisine après chaque dîner dominical, léchant cuillères et
48 PAGES – 4 €
bols avec application – et discrétion, car à table « une dame ne surcharge
FORMAT : 105 X 165
ISBN : 9791037106551 pas la cuillère pour ensuite la faire aller et venir dans sa bouche ».
Elle se souvient aussi de son « problème de canapé », une tendance récurrente
ILLUSTRATION DE à se faire surprendre en compagnie d’un garçon, dans des postures plus ou
COUVERTURE : CHEERI moins gênantes, sur le sofa de ses parents.
Des plaisirs coupables qui n’ont pas disparu avec l’âge. Aujourd’hui ses
enfants voient les pots de crème glacée se vider d’un coup après chaque
visite de leur mère venue garder les petits-enfants. Et si l’amour fougueux
pour son mari semble n’avoir jamais flanché, à la mort de ce dernier, il
restera... la glace.
Le portrait délicieux, à l’ironie subtile, d’une femme qui en quelques pages
passe de l’enfance à la vieillesse, et de l’interdit à la volupté. Une vie résumée
avec la plus franche gourmandise : « Le plaisir, c’est le plaisir. »

« Je bassine toujours mes étudiants avec la définition que Frank O’Connor
donne de la nouvelle : c’est le moment après lequel rien n’est jamais plus
pareil. Jadis, je pensais que je devais connaître ce moment avant de me
mettre à écrire. Aujourd’hui, je veux écrire pour le découvrir – ce délicieux 
frisson de la transition. » 
Alice McDermott, The Paris Review, n°230, 2019.

“Cette écrivaine rare “McDermott tient autant de Dickens que de Henry James, se frayant un
transforme le quoti- chemin parmi les voix puissantes, par son chuchotement virtuose, qui
dien en or et donne se développe à contre-rythme, jouant sur les gammes les plus rares de
aux grandes inquié- l’esprit humain.”
Oriane Jeancourt, transfuge
tudes de l’âme une
texture palpable.” “Alice McDermott explore les âmes et les destins avec une douce lucidité.
Marguerite Baux, Dessinant des portraits de femmes touchants, interrogeant l’essence de
elle la vie. Un regard tendre et précieux.”
Blandine Hutin-Mercier, la montagne
la nonpareille

Alice McDermott est née en 1953 à Brooklyn. Ses nouvelles ont


notamment été publiées dans le New York Times, le New Yorker et le
Washington Post. Elle est l’auteure de huit romans, dont six ont paru
à la Table Ronde. Charming Billy avait obtenu en 1998 le National
Book Award, et La Neuvième Heure a été récompensé en 2018 du
Prix Femina étranger. Alice McDermott vit près de Washington et
occupe la chaire de littérature de l’université Johns Hopkins.

MISE EN VENTE LE 9 AVRIL


Contact presse : Anne-Lucie Bonniel / al.bonniel@editionslatableronde.fr / 01 40 46 70 73
Contacts libraires : virginie.migeotte@gmail.com / 01 45 23 59 67 / 06 77 78 58 44
Automoribundia
RAMÓN GÓMEZ DE LA SERNA
Traduit de l’espagnol par Catherine Vasseur
30 photographies

R
amón Gómez de la Serna était considéré par Valery Larbaud comme
l’égal de Proust et de Joyce. Porte-parole du baroquisme hispanique
moderne, il avait un humour terriblement innovant, qu’on peut rappro-
cher de celui d’Alfred Jarry, mais il y avait aussi du Kafka et du Borges en
1000 PAGES – 32 € lui. Inventeur d’un sous-genre littéraire, la « greguería », sorte d’aphorisme
FORMAT : 135 X 220
drôlatique, il a aussi publié de nombreux romans et nouvelles dont certains
ISBN : 9782710381976
ont été traduits et publiés en France dans les années 1980 et 1990 par les
éditions Gérard Lebovici et André Dimanche.
Parus en 1948 à Buenos Aires, ses Mémoires sont considérés par de nom-
breux critiques comme le chef-d’œuvre de Gómez de la Serna.
Couvrant la période allant de 1888 à 1948, le livre paraît lorsque l’écrivain
a 60 ans. C’est un moment difficile de sa vie : déraciné dans l’exil argentin,
oublié de tous après le drame de la Guerre civile, il sent la maladie et la vieil-
lesse s’abattre sur lui. Cette autobiographie constitue une tentative désespé-
rée pour faire revivre « le grand Ramón » , l’artiste qui dans les années 1920
surprenait par ses productions imprévisibles.
Par delà l’histoire personnelle de l’auteur, elle propose une somme des expé-
riences stylistiques, poétiques, spirituelles et obsessionnelles qui constituent
la marque – mi-avant-gardiste, mi-humoriste, et tout à fait singulière – de
ce grand écrivain.

Ouvrage publié
avec le concours du CNL
et du Ministère de la
Culture d’Espagne.
Quai Voltaire

Ramón Gómez de la Serna (1888-1963) est né à Madrid. Animateur incontournable de la


vie littéraire madrilène, il crée en 1914 le débat littéraire du Café Pombo. Grâce à la revue
Prometeo, il introduit les avant-gardistes européens en Espagne.
Il est l’auteur d’une œuvre vaste – de l’essai à la biographie en
© Evening Standard Getty images

passant par le théâtre et le roman (chez André Dimanche Éditeur :


La Femme d’ambre, 1993 ; L’Homme perdu, 2001 ; Le Torero
Caracho, 2006 ; au Livre de Poche : Polycéphale et Madame, 2002).
On lui doit aussi les Greguerias (Éditions Cent Pages, 2005).
Fondateur de l’Alliance des intellectuels antifascistes, il s’exile en
1936 avec son épouse à Buenos Aires, où il meurt en 1963.

MISE EN VENTE LE 16 AVRIL


Contact presse : Anne-Lucie Bonniel / al.bonniel@editionslatableronde.fr / 01 40 46 70 73
Contacts libraires : virginie.migeotte@gmail.com / 01 45 23 59 67 / 06 77 78 58 44