Vous êtes sur la page 1sur 13
Ligue 1 (mise à jour) Production de médicaments Météo MONNAIE L'euro L’investissement, un traitement USMH
Ligue 1 (mise à jour)
Production de médicaments
Météo
MONNAIE
L'euro
L’investissement,
un traitement
USMH 1 -
MCA 0
PÉTROLE
à 1,349
17°
L
e
dol
lar
à Alger
Brent
de choc
à 103,72
21°
dol
lars
P. 18
Boumechra
assomme
le Mouloudia
à Béchar
le baril
P. 32
SANTÉ
FO OTB ALL
Mouloudia à Béchar le baril P. 32 SANTÉ FO OTB ALL Béjaïa MawlidEnnabaoui Répartition des micro-crédits

Béjaïa

MawlidEnnabaoui

Répartition des micro-crédits du fonds de la Zakat

Répartition des micro-crédits du fonds de la Zakat ● Béjaia a abrité les cérémonies en relation

Béjaia a abrité les cérémonies en relation avec le M awlid Ennabaoui Echarif.

cérémonies en relation avec le M awlid Ennabaoui Echarif. P. 5 13 Rabi’El Aouel 1432 -
cérémonies en relation avec le M awlid Ennabaoui Echarif. P. 5 13 Rabi’El Aouel 1432 -

P. 5

13 Rabi’El Aouel 1432 - Mercredi 16 Février 2011 - N°14128 - Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287

- Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287 LA REVOLUTION PAR LE PEUPLE ET POUR LE

LA REVOLUTION PAR LE PEUPLE ET POUR LE PEUPLE

ISSN 1111-0287 LA REVOLUTION PAR LE PEUPLE ET POUR LE PEUPLE Tlemcen, capitale de la culture
Tlemcen, capitale de la culture islamique Coup d’envoi, h ier, de la phase nat ionale
Tlemcen, capitale de la culture islamique
Coup d’envoi, h
ier,
de la phase nat
ionale
de la mani
festat
ion
La cérémonie d'ouverture a été rehaussée par la présence du ministre de la
Culture, M me Khalida Toumi et de nombreux artistes et hommes de culture
P. 15
Algérie - Lesotho
Algérie
- Lesotho

Bouteflika reçoit le ministre des Affaires étrangères du Royaume du Lesotho

P.

7

5 entreprises publiques vont constituer le premier groupe minier algérien L e nouveau groupe minier
5 entreprises publiques vont constituer
le premier groupe minier algérien
L e
nouveau
groupe
minier
public,
Manadjim
E
l Djazaïr, dont la création a été approuvée lors du
Un Un gisement gisement
dernier Conseil des ministres, sera constitué des
sociétés
FE
RPHOS,
ENG,
ENOF,
ENASE
L et
E NAMARBRE
, selon le ministère
de l'E
nergie et
des Mines.
Totalisant
un
capital
social
de
près
de
5 milliards
de
dinars,
ces
cinq
sociétés,
qui
relevaient auparavant du portefeui
lle de la Société
de gestion des participations
de l'E
tat des mines
prometteur prometteur
(SGP
- Somines), opèrent particulièrement dans des
activités
liées,
notamment,
à
l'extraction
de
produits miniers et les matériaux de construction,
explique cet
te source.
P. 3
matériaux de construction, explique cet te source. P. 3 Le thème de la sous-traitance au Forum

Le thème de la sous-traitance au Forum d’El Moudjahid

La sous-traitance est un passage obligé pour la maîtrise du progrès technologique

PP. 16-17

maîtrise du progrès technologique P P . 1 6 - 1 7 Quotidien national d’information —
2 EL MOUDJAHID 17° à Alger, 28° à Adrar Météo Célébration de la journée nationale
2
EL MOUDJAHID
17° à Alger,
28° à Adrar
Météo
Célébration de la
journée nationale
du Chahid
temps
nuageux
cours
de
journée
sur
les
de
l'Ouest
et
du
Centre
avec
des
pluies
plus
le seront l'Est, vents marquées sera nord
la vers le
en l'intérieur, fréquentes
cours
de
nuit.
Vers
ciel
sera
partiellement
nua-
geux.
Les
de
secteur
sud-ouest
Ouest
30/40
km/h
mer
sera
agitée.
SemaineSemaine nationalenationale dudu CoranCoran
Au
sud,
temps
sera
généralement
Les
vents
variables
LaLa wilayawilaya
d’Algerd’Alger choisitchoisit
lala communecommune
dede SaoulaSaoula
pourpour abriterabriter
lesles festivitésfestivités
officiellesofficielles
en averses faibles ensoleillé.
secteur
en
général.
De
demain
à samedi,
temps
sera
nuageux
sur
Le régions régions
les
).
de
de
LaLa 1212 ee éditionédition
dudu 2121 auau 2323 févrierfévrier
àà DarDar ElEl ImamImam
pluie
(localement
le seront de avec et orageuses)
notamment
sur
la à
Centre (Chlef,
région
Tizi Ouzou,
Les tempé-
ratures maximales
se situeront entre 13°c et 15°c
sur les
régions
du littoral et entre
06°c et 08°c
vents seront
vers
l'intérieur.
Les
en
général
modérés localement
forts notamment sur
assez
mer sera agitée
les régions du
littoral. La
Au Sud, le temps
Les températures
sera partiellement nuageux.
maximales oscilleront entre
Dans le cadre de la célébration de la journée nationale du Chahid, le 18
février 1989/ 2011, la wilaya d’Alger a choisi la commune de Saoula pour
abriter les festivités officielles. Après la cérémonie de recueillement pré-
vue à 9h00 au cimetière des Martyrs, la délégation se déplacera à 9h30 à
la commune de Saoula où un programme riche et varié l’attend, com-
prenant notamment l’inauguration d’une stèle commémorative des
Chouhada à la place des martyrs, la dénomination d’une crèche au nom
du chahid Mustapha Saïdoune, la baptisation de la cité des 325 loge-
ments au nom du défunt moudjahed, Ziad Lakhdar, et l’inauguration
d’une stèle commémorative du chahid Boubekeur Boualem au niveau de
la cité qui porte le même nom.
16°et 23°c.
Les vents
seront
en général modérés
avec localement des soulèvements de sable.
mercure affichera 17°
Aujourd’hui, le
à Alger,
18°
à Annaba
13° à Batna, 12° à
et
Oran,
Le 24 février, à l’ENSM de Bou-Smaïl
Constantine,
13°
à
Chlef,
11° Sétif, 22° à
Ghardaïa, 17° à Tlemcen, 27° à Adrar et 28° à In
Salah.
Journée d’étude sur
les plateformes logistiques
Placée sous le haut patronage du Président de la
République Abdelaziz Bouteflika, la 12 ème Semaine
nationale du Coran se tiendra du 21 au 23 février
courant à l’institut Dar El Imam de Mohammadia, a-
t-on appris lundi dernier, auprès de Dr Mohand Idir
Mechenane, sous-directeur au ministère, chargé de
l’enseignement coranique.
Organisée par le ministère des Affaires religieuses
et du Wakf dans le cadre de la célébration de la fête
du Mawlid Ennabaoui, cette importante manifesta-
tion, ajoute la même source, offrira l’occasion de
mettre sur pied trois concours de récitation du
Coran, durant cette période, parallèlement à la tenue
d’un colloque scientifique auquel devront participer
des professeurs et de spécialistes, issus de plusieurs
universités du pays.
Le haut cadre du ministère a ensuite précisé que les
30
meilleurs apprenants du Coran, âgés de moins de
Cet après-midi à 16h30,
au centre culturel d’El Biar
25
Vernissage d’une
exposition de peinture
L’Ecole nationale supérieure maritime de Bou Smail, en partenariat avec l’eco-
le supérieure de gestion de Kouba, organise le 24 février une rencontre sur les pla-
teformes logistiques sous le patronage du ministre des Transports.
Cette rencontre réunira les entreprises prestataires de service et celles utilisa-
trices et des spécialistes algériens et étrangers présenteront des communications
qui seront la source de débats devant aboutir à l’identification des besoins réels et
des moyens à mettre en œuvre pour la réussite des projets en cours ou à envisager
dans ce domaine.
ans et qui ont été sélectionnés à travers les mos-
L’association Machaâl Chahid organise en collaboration
avec l’APC d’El Biar cet après-midi à 16h30 au centre cul-
turel de la commune le vernissage d’une exposition de pein-
ture de l’artiste Zaidi Amar, sous le thème « l’art et la révo-
lution ».
Le 26 février, à 9h30,
à l’ecole nationale des transmissions
quées du pays, auront la possibilité de participer soit
au concours national de récitation, psalmodie et
interprétation du Coran soit à celui portant sur la
récitation et la psalmodie du Livre sacré. Quant au
troisième concours, il est mis sur pied à titre d’en-
couragement au profit de 15 enfants de moins de 15
ans et connaissant le Coran par cœur. Des prix d’une
valeur de 100.000, 80.000 et 50.000 dinars seront
remis aux trois lauréats de chaque concours, selon
l’ordre de classement.
Demain à 14h00 au Hilton
Réunion ordinaire semestrielle
de l’AN/MALG
Rentrée
Conférence sur la
dimension énergétique
dans le partenariat
euro-méditerranéen
professionnelle
Le président de l’association
nationale des moudjahidine de
l’armement et des liaisons géné-
rales informe l’ensemble des
membres du conseil national que la
réunion ordinaire semestrielle se
2 e session
le 27 février
Dans le cadre des rencontres organisées par l’Institut natio-
nal des études stratégiques globales, une conférence sous le
thème «La dimension énergétique dans le partenariat euro-
méditerranéen » sera animée demain à 14h00 au Hilton par
M. Fabrizio Barbaso, directeur adjoint à la DG Transports et
Energie de la Commission européenne.
tiendra le samedi 26 février à 9h30
à l’école nationale des transmis-
sions, 16, rue Hales Said El
Mouradia, Alger.
L’ordre du jour comprendra les
points suivants :
-
Compte rendu de l’activité de
l’association durant le semestre
6 e colloque international
sur l’histoire de Nedroma
et sa région
écoulé,
Etude du programme d’action pour le 1 er semestre 2011,
Questions diverses.
La deuxième session de la
rentrée professionnelle aura
lieu le 27 février 2011. Pas
moins de 264.000 nouveaux
postes de formation seront
ouverts, dont plus de 65.000
en formation résidentielle,
18.827 pour la formation en
cours du soir et 4000 pour la
formation à distance.
Point de presse,
le 19 février
Energies renouvelables-
recherche
Les cartes de circulation économiques
Sous le haut patronage du Président de la République, M.
Abdelaziz Bouteflika, l’association El Mouahidia pour la
sauvegarde du patrimoine historique et culturel organise,
avec la coordination du ministère de la Culture, dans le cadre
de la manifestation « Tlemcen, capitale de la culture isla-
mique 2011 », le sixième colloque international sur l’histoi-
re de Nedroma et sa région ayant pour thème « Nedroma,
ville d’Abdelmoumène: « Société, antropologie et mémoi-
re», du 24 au 26 mars 2011 à Nedroma.
Dans ce cadre, un deuxième point de presse aura lieu le
samedi 19 février à 10h00 au siège de l’association, sis au
Derb El Mouahidine, Nedroma.
Un nouveau produit
de la SNTF
La SNTF met à la disposition de sa clientèle
un nouveau produit économique mieux adapté à
ses attentes et valable à bord des automotrices.
La carte de circulation économique mensuelle
ou hebdomadaire présente plusieurs avantages
tels que pouvoir bénéficier d’une réduction
allant jusqu’à 24% selon la relation par rapport
à l’achat des billets au niveau des guichets, évi-
ter les files d’attente au niveau des guichets,
voyager autant de fois par jour sur la relation considérée et voyager à titre gra-
cieux durant les vendredis et samedis.
Signature
de conventions
pour l'utilisation
des énergies
renouvelables entre
l’UDES et des
entreprises nationales
Association de solidarité avec
la jeunesse rurale de M’sila
Après l’appréciation de certains pays
sur la marche non-autorisée à Alger
Caravane d’information
sur l’emploi
Réaction du Parti
des travailleurs
L’association de solidarité avec la jeunesse rurale de
M’sila organise en collaboration avec l’Union nationale de
la jeunesse algérienne une caravane d’information sur l’em-
ploi. Le coup de départ sera donné le 19 février à partir de la
commune de Magra.
Le 22 février, au Sheraton d’Oran
2 es rencontres des
podiums de Fertial
La société Fertial, spécialisée dans la production et la com-
mercialisation des engrais fertilisants, organise le 22 février
au Sheraton d’Oran, les 2 es rencontres des podiums de
Fertial. Un rendez-vous annuel exclusivement dédié aux
professionnels de l’agriculture algérienne.
Placée sous le haut patronage du Dr. Rachid Benaissa,
ministre de l’Agriculture et du Développement rural, les
deuxièmes rencontres des podiums de Fertial seront consa-
crées au thème de l’analyse des sols comme un outil de ges-
tion scientifique de la terre agricole et d’aide à la prise de
décision pour les agriculteurs algériens.
Le Parti des travailleurs (PT) a appelé hier les Etats-Unis à la retenue, suite à
leur appréciation sur la marche non-autorisée de samedi dernier à Alger. "Des puis-
sances impérialistes se sont, de concert, exprimées sur les conditions qui ont entou-
ré la marche non-autorisée du 12 février", a souligné le PT dans un communiqué,
qui a rappelé que le gouvernement américain a appelé les forces de sécurité algé-
riennes à la retenue. Après avoir appelé à la levée de l'interdiction des marches dans
la capitale, "car anachronique au regard de la restauration confirmée de la paix et
des avancées en matière de développement économique et la levée dans un très
proche avenir de l'état d'urgence", le PT a rappelé, par ailleurs, que la loi américai-
ne le Patriot Act Us "imposée sous couvert de la lutte contre le terrorisme, autre-
ment plus restrictive des libertés, expose les citoyens américains aux pires atteintes
de la vie privée et aux droits démocratiques". "Alors le gouvernement américain ne
doit-il pas faire preuve de retenue en la matière", s'est interrogé le communiqué du
PT. Le PT a également appelé l'Union européenne et les gouvernements respectifs
d'Allemagne et de France à la retenue. "C'est aux Algériens et à eux seuls de
résoudre leurs problèmes par des solutions exclusivement algériennes", a souligné
le PT, ajoutant qu'"aucune Algérienne et aucun Algérien digne, de son nom, ne sau-
rait tolérer toute atteinte à la souveraineté nationale". "Nous ne craignons pas les
authentiques révolutions en rupture avec l'ordre impérialiste. Mais, avec l'écrasante
majorité du peuple, nous dressons un rempart contre toute ingérence étrangère dans
les affaires de notre pays, contre toute fausse révolution concoctée par les centres
impérialistes", a souligné le communiqué du PT.
L’Unité de Développement des Equipements Solaires
(UDES) de Bou Ismail (Tipasa) vient de signer des
conventions de recherche pour l’utilisation de l’énergie
solaire avec l’Office national de l’assainissement
(ONA) et la Sonelgaz, a indiqué lundi son directeur,
M.Chikouche Ahmed.
Ces conventions portant développement technique et
traitement des eaux usées visent l’intégration des
équipements solaires dans les infrastructures de l’ONA
et de la Sonelgaz, et ce, dans le cadre du programme de
développement des énergies renouvelables dans lequel
s’est engagée l’Algérie.
Une étude est fin prête pour l’introduction des
équipements solaires dans la station de traitement et
d’épuration des eaux (STEP) du Chenoua (Tipasa), a
annoncé, dans ce contexte, le même responsable.
Dans une première phase, le projet recourra à
l’utilisation de panneaux solaires pour l’éclairage
extérieur de la station, a-t-il indiqué .
Un prototype d’équipements à intégrer dans la station
est en préparation à l’UDES pour être installé sur site, a
révélé le directeur, qui s'est félicité de cette coopération
entre la structure de recherche qu’il dirige et des
entreprises, et ce à travers des sujets de recherches
appliquées.
L’autre projet en cours, lancé en collaboration avec
Sonelgaz, concernera l’utilisation des panneaux solaires
pour l’éclairage des villages dans 17 wilayas du pays.
Un projet de réalisation de 400 chauffes eau solaires
pour l’année 2011 est également en cours avec l’Agence
de promotion et de la rationalisation de l’utilisation de
l’énergie (APRUE), a-t-il précisé.
Mercredi 16 Février 2011

Nation

3

EL MOUDJAHID

Cinq entreprises publiques vont constituer le premier groupe minier algérien

Un gisement prometteur

Le nouveau groupe minier public Manadjim El Djazaïr, dont la création a été approuvée lors du dernier Conseil des ministres, sera constitué des sociétés FERPHOS, ENG, ENOF, ENASEL ET ENAMARBRE, selon le ministère de l'Energie et des Mines. Totalisant un capital social de près de 5 milliards de dinars, ces cinq sociétés, qui relevaient aupa- ravant du portefeuille de la Société de gestion des participa- tions de l'Etat des mines (SGP- Somines) opèrent particulière- ment dans des activités liées, notamment, à l'extraction de pro- duits miniers et les matériaux de construction, explique cette sour-

ce. Dotée d'un capital social détenu par l'Etat "imprescriptible et inalié- nable", cette nouvelle entité devra contribuer à l'intensification de la prospection et l'exploitation des richesse minières de l'Algérie, per- mettant, du coup, la création de nombreux postes d'emploi et de promouvoir les exportations hors hydrocarbures, rappelle-t-on. La politique de regroupement des entreprises qui a débuté avec Sonatrach, Sonelgaz et Gica (ciment) a pour objectif de donner plus de force aux entreprises algé- riennes, et de créer une nouvelle synergie au sein des ces entités éco- nomiques, selon des observateurs. La plus grande de ces sociétés à savoir Ferphos (Société de phos- phates, de minerais de fer, de pouz- zolane, de fonte et de l'immobilier), est l'héritière de la SONAREM (Société nationale de recherches et d'exploitation minières) créée en juillet 1983 avant d'être transformée

en société par actions avec son actuelle appellation en mai 1990. Basée à Annaba et dotée d'un capital social de 2,241 milliards de dinars, Ferphos est spécialisée, à travers ses huit filiales, dans la recherche, le développement, l'ex- ploitation et la commercialisation du phosphate, du minerai de fer et de la pouzzolane. S'agissant de l'Eng (Entreprise nationale des gra- nulats), son activité est axée sur la gestion des opérations de produc- tion, de commercialisation et de développement des granulats, du carbonate de calcium et des pierres ornementales. Créée en novembre 1986, l'Eng ainsi que l'ensemble de ses 14 unités ont bénéficié en 1999 d'un nouveau plan de réhabilitation, de modernisation et de développe- ment. Cette réhabilitation lui a per- mis de répondre à la forte demande exprimée par les sociétés de BTPH, particulièrement en matière de sable pour bétons hydrauliques. L'Eng, dont le siège social est à Alger, est dotée d'un capital d'un milliard DA et emploie plus de 1.100 agents. Concernant l'Enof (Entreprise nationale des produits miniers non-ferreux et des sub- stances utiles), elle a été créée en juillet 1986 et réorganisée en six filiales en janvier 2001. Son capital social est de 670 millions DA. Avec un patrimoine de 18 mines et carrières, l'Enof est spécialisée dans l'exploitation des mines sou- terraines et à ciel ouvert pour la pro- duction et la commercialisation de minerais non-ferreux et des sub- stances non métalliques. Les prin- cipales substances exploitées par cette société, basée à Alger, sont la baryte, la dolomie et le carbonate de calcium. L'Enasel (Entreprise natio-

et le carbonate de calcium. L'Enasel (Entreprise natio- nale des sels) est, quant à elle, spé-

nale des sels) est, quant à elle, spé- cialisée dans la production et la dis- tribution de sels. Sa production provient de cinq sites salins locali- sés à Béthioua (Oran), Sidi Bouziane (Relizane), Guergour Lamri (Sétif), El Méghaïer (El Oued) et Ouled Zouaï (Oum El Bouaghi) pour une quantité annuel- le de 400.000 tonnes et d’une raffi- nerie de 30.000 tonnes localisée à El Outaya (Biskra). Elle est desti- née pour toutes les utilisations comme l'alimentation, l'agriculture, la pharmacie, le cosmétique, le trai- tement de l'eau et déneigement. Avec un capital social de 504 millions DA, l'Enasel compte un effectif de 1.100 agents pour ses 14 unités de production et de distribu- tion réparties à travers le territoire national et réalise un chiffre d'af- faires annuel d'un milliard de DA. La dernière société, à savoir l'Enamarbre (Entreprise nationale du marbre), est spécialisée dans

l'exploitation des carrières d'onyx et de travertin. Elle opère également dans la transformation du marbre en dalles et carreaux, le concassage de déri- vés de marbres comme le granulat et la poudre, ainsi que la commer- cialisation des marbres et dérivés sur les marchés intérieur et exté- rieur. Employant quelque 340 agents, l'Enamarbre réalise un chiffre d'affaire annuel de plus de

240 millions DA. Ses produits ont

été exportés notamment vers la Tunisie, la Libye, l'Italie et l'Espagne. En 2005, les exporta-

tions de cette société ont dépassé

800 mètres cubes de marbres et

produits dérivés contre 791 m3 en 2003. Son capital social est de 251 millions DA, alors que son siège est basée à Skikda. Outre ces cinq

sociétés, la SGP-Somines gérait deux autres entreprises à savoir Asmidal (fertilisants) et Moubydal (insecticides).

Activités industrielles

Baisse dans le secteur public, hausse dans le privé au 3 ème trimestre 2010

L'activité industrielle a connu une baisse au 3 ème trimestre 2010 dans le secteur public et une hausse dans le secteur privé par rapport au trimestre précédent, selon une enquête d'opinion réalisée auprès des chefs d'entreprises par l'Office national des statistiques (ONS). L'enquête, qui porte sur le type et le rythme de l'activité industrielle et non pas sur la production, révèle que près de 73% du potentiel de pro- duction du secteur public et plus de 43% du secteur privé ont utilisé leurs capacités de production à plus de 75%. L'enquête, qui a touché 740 entreprises dont 340 publiques et 400 privées, relève que le niveau d'approvisionnement en matières premières reste inférieur aux besoins exprimés, selon 26% des industriels publics et près de 15% de ceux du privé. En conséquence, près de 29% du potentiel de produc- tion du secteur public et 64% de celui du privé ont enregistré des rup- tures de stocks ayant causé des arrêts de travail de plus de 30 jours à plus de 26% des entreprises publiques, et à moins de 29 jours pour celles du privé dont près de 45% à moins de 10 jours. Sur un autre plan, près de 16% du potentiel de production du sec- teur public et plus de 59% du privé ont enregistré des pannes d'électrici- té, ayant provoqué des arrêts de tra- vail inférieurs à 6 jours pour la majorité des entreprises concernées des deux secteurs. Selon l'enquête, plus de 97% des patrons du secteur public et plus de 92% de ceux du privé, ont déclaré que l'approvision- nement en eau a été suffisant durant ce trimestre. Par ailleurs, la consommation d'énergie a connu une augmentation selon les privés, contrairement à ceux du public qui eux déclarent une baisse durant la période de référence. Malgré la hausse des prix de vente, la deman-

de en produits fabriqués a aussi augmenté pour les représentants des deux secteurs, plus prononcée selon ceux du secteur public. Plus de 74% des chefs d'entreprises publiques et près de 64% de ceux du privé ont déclaré avoir satisfait toutes les commandes reçues. Cependant, près de 87% des chefs d'entreprise du public et près de 62% de ceux du privé ont déclaré avoir des stocks de produits fabriqués, situation jugée normale par la plupart des chefs d'entreprise du secteur public, contrairement à ceux du privé. Quant aux effectifs, ils continuent de chuter en raison des départs en retraite non remplacés, selon les représentants du secteur public. En revanche, ils continuent d'augmen- ter suite à l'installation de nouvelles capacités, à la hausse du volume des commandes et l'amélioration des conditions de production, selon les représentants du privé. Par ailleurs, environ 15% des chefs d'entreprise du public et près de 49% de ceux du privé jugent que le niveau de qualification du personnel reste insuffisant. 17% des représen- tant du secteur public et plus de 42% de ceux du privé déclarent, d'autre part, avoir trouvé des difficultés à recruter surtout le personnel d'enca- drement et de maîtrise. Par ailleurs, près de 81% des industriels publics et près de 79% de ceux du privé jugent qu'en embauchant du person- nel supplémentaire, les entreprises ne vont pas produire davantage. Le taux d'absentéisme reste inférieur au 3 ème trimestre 2010 par rapport au précédent selon plus de 14% des chefs d'entreprises publiques et près de 25% de ceux du privé. Pour le troisième trimestre 2010, la trésore- rie des entreprises est jugée "bonne" selon plus de 33% des chefs d'entreprises du secteur public et plus de 30% pour celles du sec- teur privé. Elle est par contre jugée

pour celles du sec- teur privé. Elle est par contre jugée "mauvaise" selon plus de 16%

"mauvaise" selon plus de 16% des représentants du secteur public et près de 33% pour le privé. En outre, "l'allongement des délais de recou- vrement des créances, les charges élevées et le remboursement des emprunts continuent d'influer sur la situation de la trésorerie des entre- prises", avertit l'enquête. Ainsi, près de 31% du potentiel de production du secteur public et plus de 44% de celui du privé ont eu recours à des crédits bancaires, et seulement 16% des chefs d'entre- prises du public et plus de 6% de ceux du privé ont trouvé "des diffi- cultés à les contracter", relève l'en- quête. Par ailleurs, l'enquête précise que 78% du potentiel de la produc- tion du secteur public et près de 80% de celui du privé ont connu des pannes d'équipements, dues essen- tiellement à leur vétusté et au manque de maintenance selon les représentants du public et à la sur utilisation selon ceux du privé. Ces pannes, signale la même source, ont occasionné des arrêts de travail de plus de 6 jours pour plus de 68% des entreprises publiques

interrogées au cours de cette enquê- te, dont 22% à plus de 30 jours et à plus de 13 jours pour plus de 69% de ceux du privé. Plus de 81% des représentants du public affirment avoir remis en marche l'équipement en panne. Tandis que plus de 77% des chefs d'entreprise du privé déclarent que leur équipement a fait l'objet d'une extension. Près de 68% des chefs d'entreprise du public et 92% de ceux du privé déclarent pouvoir produire davantage en renouvelant l'équipement et sans embauche sup- plémentaire du personnel et près de 44% du public et de ceux du privé affirment pouvoir produire davanta- ge seulement "en réorganisant le processus de production sans renouvellement ni extension". Côté prévisions, les chefs d'en- treprises des deux secteurs escomp- tent de bonnes perspectives de la production, de la demande et des prix de vente. Toutefois, les indus- triels du secteur public prévoient une baisse des effectifs contraire- ment à ceux du privé qui misent sur une augmentation, selon l'ONS.

Vers une économie plus forte

L'Algérie récolte les fruits d’un investissement décennal, celui la même qui lui a permis d’asseoir

les bases du décollage. Les défis

qui restent à relever n’occultent aucunement les réalisations

accomplies. Tout au contraire, ce sont autant d’atouts à abattre pour gagner le deuxième round du

combat et se libérer de la dange- reuse dépendance de l’économie

de

l’argent du pétrole. C’est que

la

politique de développement

appliquée durant cette décennie

a incontestablement placé le

pays dans une situation confor- table pour pouvoir concrétiser ses objectifs stratégiques. La prospective qui marque la vision du Président de la République, confère davantage de fiabilité à la capacité réelle du pays de ren- verser la vapeur. Cela d’autant plus que l’Algérie s’engage durant le présent quinquennat dans la mise en œuvre d’une politique d’investissement qui puisse lui permettre de diversifier son économie et développer les

secteurs laissés en jachère en dépit de leur statut de véritables réserves d’exportation et donc de production de richesses et de création d’emploi. Ce n’est pas d’ailleurs fortuit si la Banque mondiale estime que « L'Algérie est, aujourd'hui, en bonne posi- tion pour réaliser ses considé- rables potentialités écono- miques, tenir un rôle stratégique dans la région et contribuer à l'intégration économique entre l'Afrique du Nord, l’Europe et l’Afrique subsaharienne ». C’est que le travail notamment d’équi- pement et de modernisation du pays accompli ces dernières années et sanctionné par des progrès notables dont témoi- gnent les institutions internatio- nales spécialisées, ouvrent des perspectives nouvelles devant l’Algérie en marche vers « un développement économique plus fort et plus diversifié''. Le pro- gramme d’investissements publics pour 2010/ 2014 a main- tenu le cap sur l’effort de déve- loppement avec l’objectif tracé de

passer à une étape qualitative. La réduction du chômage n’éclipse pas les efforts qui restent à déployer pour trouver les solu- tions de fond au problème du chômage que les pouvoirs publics ambitionnent d’endiguer par le maintien d’une croissance économique allant crescendo. Les enjeux de l’étape sont bien cernés et les grandes actions engagées ou le seront dans le cadre du plan quinquennal se veulent autant de réponses aux attentes des citoyens notamment en direction d’une population jeune de plus en plus qualifiée

qui constitue la plus grande majo-

rité des demandeurs d’emploi. « L’Algérie est à un tournant dans son développement économique, comme le souligne la Banque mondiale. Le programme quin- quennal, s’appuie sur les nom- breux acquis engrangés par le pays sur de nombreux fronts, pour conduire l’Algérie vers une économie forte et à l’abri des fluctuations du marché pétrolier, une économie à l’ombre de laquelle se résout la probléma- tique du chômage. Pour atteindre ces objectifs les pouvoirs publics ont pris les devants pour appli- quer les orientations du Chef de l’Etat quant à une meilleure maî- trise des dépenses publiques et un meilleur environnement d’in- vestissement.

S. Lamari

Nation

5

EL MOUDJAHID

Mawlid Ennabaoui

Barkat visite Diar Errahma de Birkhadem

Béjaïa

Répartition des micro-crédits du fonds de la Zakat

M. Bouabdellah Glamallah a présidé la cérémonie de remise des attestations aux bénéficiaires.

Le ministre de la Solidarité nationale et de la Famille, M. Saïd Barkat, a visité lundi l'établisse- ment Diar Errahma de Birkhadem où il a pris part aux festivités célé- brant le Mawlid Ennabaoui. A cette occasion, le ministre a distri- bué des cadeaux et offert des exem- plaires du Saint Coran aux orphe- lins, aux cancéreux et aux per- sonnes âgées venus des différentes wilayas du pays. La célébration de l'anniversaire de la naissance du prophète Mohamed (QSSSL) a été marquée à l'établissement de Diar Errahma par une ambiance festive qui a enchanté les résidents de cet établissement. Pour M. Barkat, cette occasion permet de resserrer les liens sociaux et d'ancrer l'esprit de solidarité et de fraternité entre les familles algériennes conformé- ment aux préceptes de notre reli- gion. Le ministre a rappelé que son département avait réuni tous les moyens nécessaires aux centres spécialisés relevant du secteur pour permettre à leurs résidents de célé- brer cet anniversaire dans une ambiance conviviale soulignant les efforts que déploie l'Etat pour la prise en charge des franges dému- nies de la société notamment les orphelins et les personnes âgées.

La fête du Mawlid Ennabaoui a été célébrée hier, à travers l’en- semble du pays, dans une ambiance des grands jours, marquée par le bruit assourdissant des pétards qui explosent et les feux d’artifices qui emplissent la nuit de lumières mul-

feux d’artifices qui emplissent la nuit de lumières mul- ticolores, à la grande joie des enfants.

ticolores, à la grande joie des enfants. Du Nord au Sud, d’Est en Ouest, le peuple algérien musulman s’est donné rendez- vous pour faire de cette journée une belle opportu- nité de célébration de l’anniversaire de la naissance de Sidna Mohamed(QSSSL), en redoublant de piété et d’invocations reli- gieuses, sans oublier de rendre visi- te aux parents et proches et de fêter le Mawlid Ennabaoui avec eux, notamment en partageant le repas spécial de la fête avec eux, confor- mément aux us et coutumes de la région. Cependant, en sa qualité de fête religieuse, le Mawlid Ennabaoui a été célébré d’abord dans les centres culturels, les mos- quées et les zaouïas, à travers l’ani- mation de conférences et de cause- ries religieuses au cours desquelles

l’accent a été mis sur la biographie du Prophète (QSSSL) et les nom- breux enseignements à tirer de sa conduite exemplaire. Dans ce contexte, le Mawlid Ennabaoui a été célébré à Bejaïa, par l’organisa- tion d’une importante cérémonie religieuse à la mosquée El Kouthar, sous la présidence du ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, Dr Bouabdallah Ghlamallah, au cours de laquelle des prix et cadeaux ont été remis aux lauréats des concours culturels et religieux de la wilaya, alors qu’à Tlemcen, les représentants du ministère de la Culture et les autorités locales ont saisi cette belle opportunité pour procéder à l’ouverture de la phase nationale de la manifestation « Tlemcen, capitale de la culture isla- mique 2011 ».

Treize jeunes porteurs de pro- jets ont bénéficié hier, à Bejaia de micro crédits puisés du fonds local de la zakat. Les bénéficiaires ont reçu leur attestation d’éligibilité au cours d’une cérémonie solennelle, présidée par le ministre des Affaires Religieuses et du Wakf, M. Bouabdellah Ghlamallah. Ces cré- dits, d’une valeur totale de 3,4 mil- lions de dinars, sont destinés à financer des micros projets, portés par des jeunes qui commencent dans la vie active sans de fortes disponibilités financières. Atelier de couture, mécanique industrielle, tirage de plans et ronéotype, taxi- phone, maintenance frigorifique, laboratoires photos, sont autant de créneaux ciblés. Le ministre en a profité, à l’occasion, pour rappeler et mettre en exergue, l’importance sociale de ce fonds qui, durant l’an- née 2010, a profité dans la wilaya, à quelque 1250 familles nécessi- teuses et à une quarantaine de por- teurs de projets, pour l’essentiel de jeunes diplômés universitaires. "Ce fonds concilie la piété avec le rôle social de la mosquée. Il est l’instrument par lequel s’exerce le

droit des pauvres sur les riches", a- t-il souligné, appelant les acteurs du monde économique industriel à le "soutenir et (le) renforcer davan- tage". M. Bouabdellah Ghlamallah inscrit, au demeurant, cet élan dans un registre plus vaste, intégrant la foi, la solidarité nationale et l’amour de la patrie, dont la conjonction devrait contribuer non seulement à la réduction des poches de la pauvreté, mais aussi au projet plus exaltant du relèvement du progrès national. Le ministre, en visite de deux jours à Bejaia, pour y célébrer les festivités en rapport avec le Mawlid Ennabaoui en a profité pour passer en revue l’activité de son secteur au niveau local et, sur- tout, les nombreux projets inscrits à son indicatif, notamment la construction du nouveau siège de l’administration des affaires reli- gieuses et le site devant abriter une école coranique pilote. La wilaya de Bejaia, qui a à son actif 531 mos- quées, compte actuellement une cinquantaine d’autres en construc- tion et autant en réhabilitation.

Inauguration d’une nouvelle mosquée à Ifri-Ouzellaguène

Une nouvelle mosquée d’une capacité de plus de 1000 fidèles

a été inaugurée mardi à Ifri

Ouzellaguène (Bejaia) en pré- sence du ministre des Affaires Religieuses et des Wakfs, M. Bouabdallah Ghlamallah. Baptisée, mosquée du "20 août 1956", date de l'organisa-

tion du congrès de la Soummam abrité par la localité, cette struc- ture a été financée et construite intégralement par un particulier, pour un coût de quelque 220 millions de DA. Réalisé en deux niveaux sur une surface de près de 2 ha, avec une emprise au sol de près de 800 m2, ce lieu de culte se caractérise par la qualité de son design architectural et la nobles-

se des matériaux utilisés, notam-

ment le marbre, pour les dal- lages et le hêtre pour les boise-

ries. De plus, il a été doté de toutes les commodités, assorties

d’une bibliothèque et deux logements de fonction pour les

imams. Sa mise en fonction ren- force le réseau des lieux de culte implantés dans la wilaya qui dispose de 532 mosquées, aux- quelles s’ajouteront 54 autres unités en cours de réalisation. A son inauguration, le ministre a rendu hommage à l’activité cul- tuelle de la wilaya, exhortant les imams à prêcher le message de la "fraternité, la non violence et l’harmonie entre les enfants du peuple". M. Ghlamallah a séjourné à Bejaia pendant deux journées consécutives, au cours des- quelles il a présidé les cérémo- nies commémoratives du Mawlid En-Nabaoui, inspecté

des chantiers relevant de son ministère et distribué des micros crédits bonifiés à de jeunes porteurs de projets.

Conférence-débat au CCI d’Alger

Prendre exemple de la Sira du Prophète (QSSSL)

d’Alger Prendre exemple de la Sira du Prophète (QSSSL) Personnalités religieuses de premier plan, les docteurs

Personnalités religieuses de premier plan, les docteurs Mohamed Cherif Gaher et Mahfoud Smati, membres du Haut Conseil Islamique, ont sou- ligné hier après midi, au centre culturel islamique d’Alger où ils étaient invités, l’importance de la célébration du Mawlid Ennabaoui pour tous les musul- mans, en axant particulièrement leurs interventions sur la nécessi- té de prendre exemple de la conduite modèle (Sira) du Prophète (QSSSL), durant sa vie. Dans ce contexte, Dr Mohamed Cherif Gaher a com- mencé par rappeler quelques aspects de la biographie de Sidna Mohamed(QSSSL),en évoquant les conditions difficiles de sa naissance, le 12 du mois de « Rabiî el Awal » de l’an 570, comme le décès de ses parents, sa prise en charge par son grand- père puis son oncle, avant de sou- ligner ses hautes qualités morales qui l’ont rendu célèbre à La Mecque sous le nom d’El Amine

(le loyal). Ensuite, il s’est appuyé sur les historiens de l’Islam, tels qu’El Souyouti pour faire part de la Révélation du message de l’Islam à Sidna Mohamed (QSSSL) et des nombreux miracles qui lui ont été attribués par Allah le Tout-Puissant, comme sa connaissance parfaite du Saint Coran alors qu’il était analphabète, ou son Voyage noc- turne à la mosquée El Aqsa (El Qods) et son Ascension aux cieux, notamment. Quant au doc- teur Mahfoud Smati, il a axé son intervention sur le comportement du Prophète de l’Islam (QSSSL) vis à vis des enfants, en leur qua- lité de rois de la fête du Mawlid Ennabaoui, en soulignant à cet égard les traits fondamentaux de l’éducation modèle qu’il a incul- qué aux fils de son gendre Ali Ibn Abi Taleb, El Hassan et El Hocine. Le conférencier a ensuite attiré l’attention de l’assistance présente sur la particularité de l’éducation des adolescents, leur accompagnement et leur encadre-

ment, en rapportant des faits et événements historiques au cours desquels le Prophète (QSSSL) s’est distingué, en exhortant les jeunes musulmans à se prendre en charge, à assumer leurs res- ponsabilités et à se surpasser. Un débat court, mais instructif s’en est suivi dans la salle, permettant aux nombreux participants de trouver réponse à leurs diverses interrogations. Mourad A.

Programme de développement 2010-2014

Une réponse aux attentes des citoyens

Alors candidat à la magistrature suprême, le Président de la République sillonnait le pays d’est en ouest, du nord au sud, un pays encore meurtri, peinant à se relever, les blessures encore béantes et des esprits encore dans le doute, la méfiance et la crainte de mise, la peur ancrée les tétanisant encore plus, des murs calcinés et des infra- structures dynamitées et incendiées encore fumantes, un pays encore sous le choc d’une décennie ter- rible, dramatique. Que de larmes ont coulé accom- pagnant les victimes qui ont payé de leur vie cette folie meurtrière et que de larmes aussi ont été versées devant cet énorme gâchis, devant ces écoles, ces ponts, ces usines qui ont été détruites, réduites en un amas de gravats… Des larmes ont coulé, secouant des corps d’adultes, de tout âge, de toute condition et de tout bord à l’écoute du discours de sagesse, d’espoir, de patriotisme et d’enga- gement du Président de la République pour que plus jamais cela ne se renouvelle, pour que plus jamais le feu de la fitna ne soit rallu- mé pour ravager le pays et diviser ses enfants, un discours sincère,

rassembleur qui a mis du baume sur les cœurs et ravivé la flamme de l’espoir. De fait la grande œuvre de paix et de réconciliation nationale aura été autant cette incontestable première pierre sur laquelle s’est rebâtie l’Algérie qu’une véritable muraille, un rempart sur lequel se brisera toute velléité de fitna et iné- luctablement les vains assauts des criminels encore sourds à l’appel de la raison et de leur peuple. Parallèlement à la RN 4, au niveau de la localité d’Oued Djer, un viaduc de plus de 300 mètres enjambe l’oued éponyme, l’autoroute est- ouest passe par là, à l’endroit même où les groupes de criminels y dres- saient des faux barrages. Tout un symbole. L’Algérie s’est reconstrui- te, les infrastructures détruites ont été remplacées, les localités dépourvues en ont été équipées. Le programme de développement du Président de la République bâti sur le véritable socle qu’est l’œuvre de paix et de réconciliation nationa- le s’est depuis concrétisé partout à travers le pays jusqu’au moindre recoin. En une décennie, sous l’im- pulsion du Président de la République une dynamique s’est installée. Il fallait absolument mettre

les bouchées doubles pour rattraper le temps perdu, pour apporter des réponses directes et concrètes aux préoccupations des populations. Ce n’est point une vue de l’esprit et encore moins une affabulation que de parler de mille et un chantiers tant les actions de développement véhiculées par le programme de développement du Président de la République se comptent effective- ment par milliers, centrées sur et autour de l’élément humain. Des régions entières ont été sorties de leur isolement, leurs populations ont vu leur condition de vie s’améliorer de façon tangible. La dimension sociale de l’action véhiculée par le programme de développement du Président de la République trouve toute sa plénitu- de dans ces chantiers qui poussent comme des champignons pour éli- miner les disparités, pour offrir un toit décent à ceux qui sont nés et ont grandis dans des gourbis et autres bidonvilles, pour construire des écoles, des lycées et mêmes des campus universitaires là ou l’on rêvait seulement d’un groupe scolai- re, d’un collège pour les enfants des douars environnants…

A.M.A

Coopération

7

EL MOUDJAHID

Algérie-Lesotho
Algérie-Lesotho
Ph. : A. Yacef
Ph. : A. Yacef

fiés "marqueront le début d'une ère nouvelle dans le développe- ment des relations bilatérales". "Nous sommes convaincus que le développement de la coopération bilatérale dans ces

différents domaines de coopéra- tion sera bénéfique pour nos deux peuples et nos deux pays", a-t-il ajouté. M. Tsekoa a, pour sa part, relevé l'importance de la création de la commission mixte bilatéra-

le, ajoutant que les documents signés à cette occasion "donne- ront une forte impulsion aux rela- tions bilatérales".

Bouteflika reçoit le ministre desAffairesétrangères du Lesotho

L e Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, a reçu hier à

Alger le ministre des Affaires étrangères du Lesotho, M. Mohlabi Kenneth Tsekoa. L'audience s'est déroulée à Djenane El-Mufti en présence du ministre des Affaires étrangères, M. Mourad Medelci, et du ministre délégué chargé des Affaires maghrébines et afri- caines, M. Abdelkader Messahel. Le MAE du Royaume du Lésotho est en visite de travail de trois jours à Alger dans le cadre

de la 1 re réunion de la commission

mixte algéro-lesothane. Les tra- vaux de cette 1 ère session ont pris fin lundi après-midi à Alger par la signature d'un procès-verbal prévoyant des projets de coopéra- tion dans différents domaines, notamment la santé, les res- sources en eau et l'agriculture. Un mémorandum d'entente sur les consultations politiques entre les ministères des Affaires étran- gères des deux pays a été égale- ment signé à cette occasion. Intervenant à la séance de clô- ture de cette réunion, M. Messahel a indiqué que les domaines de coopération identi-

Clôture, à Alger, des travaux de la commission mixte

Clôture, à Alger, des travaux de la commission mixte L es travaux de la 1ère session

L es travaux de la 1ère session de la commission mixte algéro-lesotha- ne ont pris fin lundi après-midi à

Alger par la signature d'un procès-verbal prévoyant des projets de coopération dans différents domaines, notamment la santé, les ressources en eau et l'agriculture. Un mémorandum d'entente sur les consultations politiques entre les minis- tères des Affaires étrangères des deux pays a été également signé à cette occa- sion. Les documents ont été paraphés par le ministre délégué chargé des Affaires maghrébines et africaines, M. Abdelkader Messahel et le ministre des Affaires étrangères du Lesotho, M. Mohlabi Kenneth Tsekoa. Intervenant à la séance de clôture de cette réunion, les deux responsables se sont félicités de la tenue de cette 1ère ses-

sion de la commission mixte algéro-leso- thane et de la signature des documents qui, ont-ils relevé, "donneront une nou- velle dimension à la coopération bilatéra-

le". Dans ce contexte, M. Messahel a indi- qué que les domaines de coopération identifiés "marqueront le début d'une ère nouvelle dans le développement des rela- tions bilatérales". "Nous sommes convaincus que le développement de la coopération bilatéra- le dans ces différents domaines de coopé- ration sera bénéfique pour nos deux peuples et nos deux pays", a-t-il ajouté. M. Tsekoa a, pour sa part, relevé l'im- portance de la création de la commission mixte bilatérale, ajoutant que les docu- ments signés à cette occasion "donneront une forte impulsion aux relations bilaté- rales".

Les deux pays "satisfaits" des étapes franchies dans leur rapprochement

L' Algérie et le Lesotho

dernier, à Alger leur

"satisfaction" pour les étapes franchies dans le rapproche- ment entre les deux pays "qui ont développé et renforcé leurs liens par des actions de solida- rité et une coopération multi- forme". Dans un communiqué de presse conjoint sanctionnant les travaux de la 1ère session de la commission mixte algéro- lesothane, les deux parties ont rappelé l'engagement du Président Abdelaziz Bouteflika et du Roi Letsie III en faveur du développement d'une "coopération de qualité" qui reflète l'"excellence" des rela- tions politiques et historiques qui existent entre les deux pays. Au titre de la coopération bilatérale, le communiqué a souligné que la 1ère session de la commission mixte a permis de dégager un certain nombre de créneaux "où la priorité sera accordée à la formation des ressources humaines", ajou- tant qu'une "impulsion" sera donnée à d'autres secteurs de coopération tels que la santé, l'agriculture, l'hydraulique, le commerce et la défense.

ont exprimé lundi

Le cadre juridique de la coopération a été renforcé par la signature de l'accord portant création de la commission mixte et d'un mémorandum d'entente sur les consultations politiques entre les ministères des Affaires étrangères des deux pays, a poursuivi le com- muniqué. S'agissant des questions régionales et internationales, les deux parties ont exprimé leur "attachement" au rôle de "leadership" de l'Union africai- ne (UA) dans la consolidation

de l'unité et de l'intégration du continent. Elles ont, aussi, constaté leur "étroite concertation" et l"entière convergence" de vues sur les questions régionales et internationales ainsi que leur engagement à œuvrer à la réali- sation des objectifs de l'UA et du Nouveau partenariat pour le développement de l'Afrique (NEPAD). Concernant les crises et les conflits en Afrique, les deux

parties,

les

"avancées remarquables" enre- gistrées dans le domaine de la promotion et de la consolida- tion de la paix et des progrès réalisés dans la mise en place de l'architecture africaine de la

qui

ont

relevé

paix et de la sécurité, ont fait part de leur "préoccupation" face à la persistance de foyers de tension. S'agissant de la question du Sahara occidental, les deux pays ont rappelé qu'il s'agit d'une question de décolonisa- tion à parachever. Elles ont réitéré leur "soutien" à la mise en œuvre des résolutions perti- nentes du Conseil de sécurité des Nations unies "qui réaffir- ment toutes le droit à l'autodé- termination du peuple sahraoui à travers un référendum libre, juste et régulier". Les deux parties ont égale- ment abordé d'autres questions, notamment, celles relatives à la lutte contre le terrorisme et les fléaux connexes, réitérant leur appui aux positions et ins- truments adoptés par l'UA dans ce domaine ainsi que leur "plein appui" au Centre afri- cain d'études et de recherche sur le terrorisme. Elles ont réaffirmé leur "soutien" aux mesures prises pour la condamnation et la cri- minalisation du paiement de rançons aux groupes terroristes et se sont félicitées de l'adop- tion, dans ce cadre, de la réso- lution 1904 par le Conseil de sécurité.

Algérie-Italie

M. Yousfi invite les entreprises italiennes à contribuer au programme algérien des ENR

L e ministre de l'Energie et des Mines, M. Youcef Yousfi a invité

hier, les entreprises italiennes

à contribuer au programme de développement des énergies nouvelles et renouvelables, que vient de lancer l'Algérie. M. Yousfi, qui a reçu le ministre italien de Développement économique, M. Paolo Romani, "a invité les entreprises italiennes à contribuer à la fabrication d'une partie des équipements entrant dans l'industrie des ENR", indique le ministère dans un communiqué. Le ministre italien a expri- mé, pour sa part, l'intérêt des entreprises italiennes au pro- gramme algérien de dévelop- pement des ENR, adopté début février en cours par le Conseil des ministres. Par ailleurs, les deux ministres ont évoqué égale- ment le développement et le renforcement des relations de

coopération et de partenariat dans le domaine de l'énergie notamment le gaz et la pétro- chimie. M. Yousfi a invité, dans ce cadre, les entreprises italiennes à "s'engager davantage dans l'aval (de l'in- dustrie pétrolière) notamment la pétrochimie". Les deux parties ont abor- dé l'état d'avancement du pro- jet du gazoduc "Galsi" devant relier directement l'Algérie à l'Italie, selon la même source. L'Algérie investira entre 60 et 70 milliards de dollars d'ici à 2030 pour produire 12.000 MW d'électricité solaire destinés au marché national, selon le PDG du groupe Sonelgaz, M. Noureddine Boutarfa. Quelque 60 milliards de dollars peuvent être investis dans des projets d'énergie renouvelable destinée à l'ex- portation, selon ce respon- sable.

Benhamadi et Romani examinent la coopération dans le domaine des TIC

La coopération algéro- italienne en matière de technologie de l'informa- tion et de la communication (TIC) a constitué le thème dominant de l'entretien hier, à Alger entre le ministre de la Poste et des Technologies de l'information et de la communication (PTIC) M. Moussa Benhamadi et le ministre italien du Développement écono- mique, M. Paolo Romani. Les entreprises ita- liennes en charge des TIC peuvent contribuer à la réa- lisation du programme "e- Algérie" à travers "la pro- pagation de la bande large, le développement et la rénovation des infrastruc- tures de base, la multiplica- tion des services multimo- daux et la gestion des réseaux" a souligné M.

Romani. Le ministre italien a en outre estimé qu'il exis- te dans ce cadre "des possi- bilités de partenariats industriels pour la réalisa- tion de composants électro- niques en Algérie" indique un communiqué du PTIC. M. Benhamadi a affirmé pour sa part que l'Algérie engage son processus "e- Algérie" dans un contexte marqué par "l'évolution dans un monde très concur- rentiel", tout en mettant l'accent sur de nouvelles opportunités de partenariat avec l'Italie notamment dans les domaines de la cer- tification électronique, la poste et la fibre optique. Il a rappelé, en ce sens, que l'Algérie "nourrit l'ambition de câbler toutes les villes du pays" ajoute la même source.

Tourisme

L'Algérie à la 31 e édition de la BIT à Milan

L' Algérie participera à la 31e édition de la Bourse internationale du tourisme BIT Milan (Italie) qui ouvrira ses portes

demain, a indiqué, hier, un communiqué du ministère du Tourisme et de l'Artisanat. La participation de l'Algérie à cette manifes- tation s'inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du programme des activités de promotion tou- ristique de l'Office national du Tourisme à l'étranger, au titre de l'année 2011 à "dessein de conforter le positionnement de la Destination Algérie dans le bassin méditerranéen notam- ment dans les marchés internationaux touris-

tiques", précise la même source. L'ONT a, à cette occasion, réservé un espace d'exposition de 70m2, qui a fait l'objet d'une conception repré- sentant le"label Algérie", ce qui permettra, sou- ligne-t-on, aux opérateurs de tourisme et expo- sants à cette Bourse de promouvoir leurs pro- duits et renouer des relations d'affaires avec leurs partenaires étrangers. Cette foire qui pren- dra fin le 20 février prochain, verra la présence de 150 pays avec une participation de plus de 5.000 exposants et plus de 150.000 visiteurs, ajoute-t-on. La BIT Milan est une manifestation touristique de rang international et se distingue dans l'espace régional "marché européen".

Palestine

Tunisie

Monde

9

EL MOUDJAHID

El-Qods menacé par des projets militaires israéliens

L a ville sainte palestinien- ne d'El-Qods est mena- cée par des projets israé-

liens prévoyant le transfert d'écoles militaires juives sur un lieu saint de l'Islam, ont rappor- té hier des médias. Selon ces sources, l'occupant israélien veut transférer à El-Qods-Est des écoles militaires situées près de Tel-Aviv, un projet qui mena- ce le symbole du patrimoine religieux palestinien et des musulmans. Israël prévoit le transfert des ces écoles mili- taires sur une superficie de 3,2 hectares à El-Qods-Est, un sec- teur qu'il a annexé en 1948. Une annexion vivement dénoncée et non reconnue par la communau- té internationale. Ce projet juif, annoncé par le ministère israé- lien de la Guerre, prévoirait la construction de logements pour 1.400 militaires, de salles de conférences, de salles de sports, de bureaux et de bibliothèques à El-Qods-Est. Cette énième pro- vocation israélienne aggrave davantage une situation catas- trophique dans les territoires palestiniens occupés, et menace de tuer toute chance de relancer le processus de paix israélo- palestinien, à l'arrêt depuis fin octobre 2010 en raison de la poursuite de la colonisation juive. Outre ses projets mili- taires, l'occupant israélien ne cesse d'approuver de nouveaux plans de colonisation à El-Qods et en Cisjordanie, ce qu'a suscité de fortes indignations des Palestiniens. La communauté

Egypte

L'armée nomme une commission pour amender la Constitution

L'armée égyptienne a nommé une commission de juristes char- gée d'amender la Constitution, a annoncé l'agence egyptienne Mena hier. La commission, com- posée de huit membres, est prési- dée par Tarek el-Bechri, ex-pré- sident du Conseil d'Etat. Elle s'est réunie pour la première fois hier en présence du chef du conseil suprême des forces armées, le ministre de la Défense Hussein Tantaouia, a indiqué un des membres de cette commis- sion. "L'armée veut remettre le pouvoir (à un gouvernement civil) dès que possible" et "veut des amendements à la Constitution", a déclaré Sobhi Saleh, avocat et ancien député des Frères musulmans.

Obama relève des signes "positifs"

Le président Barack Obama a estimé mardi que la situation en Egypte présentait des signes "positifs" depuis le départ du président Hosni Moubarak, lors d'une conférence de presse à la Maison-Blanche. "Il y a évidemment encore beaucoup de travail à faire en Egypte mais ce que nous avons vu jusqu'ici est positif", a déclaré M. Obama. "L'Egypte va avoir besoin d'aide pour construite les institu- tions démocratiques et renforcer l'économie qui a été affectée par ce qui s'est passé", a-t-il dit. "Le conseil suprême des forces armées est aux com- mandes et il a réaffirmé que les traités avec des pays comme Israël et les traités internationaux seraient respectés", a-t-il ajouté. "Nous avons envoyé un message fort à nos alliés dans la région en leur disant 'prenons exemple sur l'Egypte plutôt que sur l'Iran'", a encore dit M. Obama.

internationale s'est contenté jus- qu'ici, de condamner ce genre de violations israéliennes, mais sans adopter des mesures fermes pour mettre un terme aux agres- sions et aux dépassements quo- tidiens israéliens contre le peuple palestinien. Par ailleurs, Marwane Al- Barghouthi, membre du comité central du mouvement palesti- nien Fatah a appelé, hier, à un grand soulèvement populaire pour mettre fin à l'occupation israélienne, soulignant la néces- sité de relancer le dialogue interpalestinien dans l'immédiat afin de mettre un terme aux divi- sions internes et unir les rangs palestiniens. M. Al-Barghouthi, détenu dans une prison de l'occupation israélienne depuis avril 2002, a appelé, dans un communiqué, à se préparer pour le lancement d'un vaste soulèvement populai- re avec la participation de toutes les forces palestiniennes avec comme slogan "Il est temps d'en finir avec l'occupation" pour recouvrer la liberté et l'indépen- dance de la Palestine, et per- mettre le retour des réfugiés palestiniens dans leurs terres. Il a, par ailleurs, mis en exergue le besoin de relancer le dialogue intarpalestinien dans l'immédiat afin de mettre un terme aux divi- sions internes et unir rangs des Palestiniens face à l'occupant israélien qui poursuit sa poli- tique de répression et de coloni- sation dans le territoires occu- pés.

et de coloni- sation dans le territoires occu- pés. Ce dialogue national palesti- nien a été

Ce dialogue national palesti- nien a été également souligné par le mouvement Hamas à Ghaza qui a appelé à "une révi- sion générale" de la situation

politique intérieure de la Palestine, afin a-t-il dit, de remettre de l'ordre dans la mai- son palestinienne bâtie sur des bases solides.

La Grèce relève le statut diplomatique du représentant palestinien

La Grèce relève le statut diplomatique du représentant palestinien

La Grèce relève le statut diplomatique du représentant palestinien
La Grèce a relevé hier, le statut diplomatique du représentant de l'Autorité palestinienne à Athènes
La Grèce a relevé hier, le statut diplomatique du représentant de l'Autorité palestinienne à Athènes

La Grèce a relevé hier, le statut diplomatique du représentant de l'Autorité palestinienne à Athènes Samir Abou Ghazaleh, ont rapporté les médias. M. Ghazaleh a présenté ses lettres de créan- ce au président grec Carolos Papoulias, concrétisant le relève- ment du niveau de la représentation diplomatique palestinienne accordé par Athènes, déjà effectif dans cinq pays européens. "Je suis très fier d'être le premier ambassadeur palestinien à présenter mes lettres de créance à Son Excellence le président de la République grecque", a déclaré Ghazaleh. Il a salué le gouver- nement grec pour la décision d'améliorer son statut diplomatique. Cela traduit, a-t-il dit, "le soutien de la Grèce au juste combat de notre peuple pour la liberté, l'indépendance et la paix". M. Ghazaleh, 65 ans, en poste à Athènes depuis 2006, était jusqu'à présent reçu par le ministre des Affaires étrangères, seuls les ambassadeurs de plein exercice étant reçus par le chef de l'Etat.

Levée du couvre-feu et prolongement de l'état d'urgence

protection des biens publics et privés, il a été décidé de pro- longer l'état d'urgence à partir du 15 février jusqu'à nouvel ordre", précise le ministère dans un communiqué reproduit par l'agence de presse TAP. Selon le texte, "Il a été également décidé de lever définitivement le couvre-feu sur tout le terri- toire". Le couvre-feu, qui était

en vigueur depuis le 12 janvier dans la foulée des manifesta- tions populaires contre l'ancien régime du Président Zine El Abidine Ben Ali, avait depuis été allégé. Quant à l'état d'ur- gence, il a été décrété le 14 jan- vier avant la chute du régime de l'ex-président Ben Ali qui a quitté le pays.

L e ministère tunisien de l'Intérieur a annoncé hier la levée du couvre-feu

sur tout le territoire national et le prolongement à partir de ce jour de l'état d'urgence instauré dans le pays pour assurer la sécurité des citoyens. "Pour évi- ter tout ce qui peut nuire à la sécurité du pays et pour assurer la sécurité des citoyens et la

Plus de 5.000 immigrants tunisiens sont arrivés en Italie

ayant débarqué à Lumpedusa, il
ayant débarqué à Lumpedusa, il

E n l'espace de cinq jours,

ont recensé plus de 5.000

immigrants entrés illégalement par voie maritime en Italie en provenance des côtes tuni- siennes, a indiqué hier, le ministre italien de l'Intérieur, Roberto Maroni. "5.337 migrants sont arrivés jusqu'à présent en Sicile", a dit Maroni, dans une conférence de presse à Catane (Sicile), ajoutant que l'arrêt des débarquements dans l'île de Lumpedusa est lié aux "mesures prises par les autorités tunisiennes" de lutte contre l'immigration clandestine. Cette reconnaissance envers les auto- rités tunisiennes était une sorte

les autorités italiennes

de rachat de Maroni, qui avait, la veille, déclaré qu'il allait demander un déploiement de policiers italiens en Tunisie pour empêcher les départs de clandestins vers son pays. Le ministre italien reste cependant sceptique, mais aussi, en contradiction avec son affirma- tion, en faisant savoir qu'il était "possible que les débarque- ments reprennent" et que ce sont "les conditions météorolo- giques qui ont découragé" de nouvelles arrivées. Par ailleurs, il a estimé que l'afflux d'immi- grés de Tunisie "ne sont pas gérés par des organisations cri- minelles, mais sont des initia- tives volontaires des migrants", ajoutant que parmi les migrants

y a aussi des évadés des prisons

tunisiennes, "condamnés pour des délits et crimes de droit commun et qui ont été identi- fiés". A ce propos, il a précisé qu'il n'y avait pas "d'éléments condamnés pour terrorisme", mettant toutefois en garde tou- tefois contre "le risque d'infil- tration des organisations terro-

ristes" par le biais de l'immigra- tion illégale. Dans ce contexte,

il a assuré que l'Italie a relevé le

niveau d'alerte pour prévenir l'envoi en Europe d'éléments liés à ces organisations, plai- dant pour l'adoption d'une stra- tégie européenne de lutte contre l'immigration clandestine.

Iran

Un mort et 9 policiers blessés lors de manifestations

Les incidents ayant émaillé lundi les manifestations de l'opposition en Iran, ont fait un mort et neuf policiers blessés, selon un bilan donné, hier, par la police iranienne. Cité par l'agence de presse iranienne Fars, le chef de la police Ahmad Reza Radan a précisé qu'une personne avait été tuée et neuf policiers blessés par des tirs de membres des Moudjahidine du peuple, principal mouvement de l'opposition armée, lors des manifestations de lundi. "Plusieurs membres des Moudjahidine ont été arrêtés", a ajouté M. Reza Radan. "Lors des troubles d'hier, un certain nombre de fauteurs de troubles ont également été arrêtés", a-t-il encore ajouté. Lundi après-midi, des milliers de personnes ont tenté de manifester dans le centre de Téhéran à l'appel des chefs de l'opposition, l'ancien Premier ministre Mir Hossein Moussavi et l'ancien président du Parlement Mehdi Karoubi. Les deux leaders sont depuis plusieurs jours placés de facto en résidence surveillée.

Bahreïn

Poursuite des manifestations anti-gouvernementales

Les manifestations anti-gouvernementales se poursuivaient hier, à Bahreïn, où des milliers de manifestants étaient rassemblés en fin d'après- midi dans le centre de la capitale Manama, ont rapporté des médias. Les manifestants se sont rassemblés après les obsèques de l'un des deux manifestants tués lors des manifestations lundi et mardi et qui ont été dispersées par les forces de sécurité. Les protestataires ont commencé à ins- taller des tentes au milieu de la place de la Perle, qu'ils ont rebaptisée "Place des Martyrs", et sou- ligné leur intention d'y rester jusqu'à la satisfac- tion de leurs revendications. Plus tôt dans la jour- née, le roi de Bahreïn, cheikh Hamad ben Issa Al Khalifa a déploré la mort des deux manifestants et annoncé la création d'une commission d'en- quête ministérielle. Les forces de la police avaient dispersé, en faisant usage de gaz lacry- mogènes, des manifestations organisées la veille ainsi que dans la matinée de mardi par des cen- taines de personnes à Diya, à l'est de la capitale Manama.

Etats-Unis

Prorogation de la loi d’exception antiterroriste

La Chambre des représentants américaine a voté favorablement pour la prolongation de dix mois de la Loi d’exception antiterroriste contro- versée, votée juste après les attentats du 11 sep- tembre, suscitant les inquiétudes des associa- tions américaines de défense des libertés civiles. Appelée US Patriot Act (Uniting and Strengthening America by Providing Appropriate Tools Required to Intercept and Obstruct Terrorism Act, ou en français: Loi pour unir et renforcer l'Amérique en fournissant les outils appropriés pour déceler et contrer le terro- risme), cette loi, qui arrive à expiration le 28 février en cours, a énormément renforcé les pou- voirs des différentes agences gouvernementales (FBI, CIA, NSA et l'armée) qui se sont vues pourvues de prérogatives qui, souvent, ne néces- sitent pas l’autorisation d’une autorité judiciaire. Avec cette reconduction, certains commenta- teurs américains considèrent que d'exception, cette loi pourrait devenir la règle. Ce vote de la première Chambre du parlement américain accorde une prolongation de dix mois pour trois éléments-clés du Patriot Act qui est l'objet de vives critiques, notamment des organisations de défense des droits de l'homme et des juristes, qui la considèrent liberticide. Selon eux, les libertés individuelles ont été largement diminuées au profit de la répression policière. D’ailleurs, plus de 360 villes et comtés ont déclaré refuser d'ap- pliquer le Patriot Act. Un terrain d'entente doit être trouvé cette semaine avec le Sénat, avant la

fin février, puisque le Congrès ne sera pas en session la semaine prochaine. La première des trois clauses-phares de ce texte législatif autorise les forces antiterroristes possédant un mandat d'écoute électronique à installer des dispositifs d'écoute sur plusieurs appareils électroniques. Quant à la seconde, elle permet d'avoir accès aux dossiers d'affaires en cause lors des enquêtes sur le terrorisme. L'accès doit être autorisé par les tribunaux. Pour la troisième mesure, émanant d'une loi de 2004, elle donne le droit aux ser-

vices de renseignements de surveiller des indivi- dus qui ne possèdent pas la citoyenneté améri- caine et qui ne sont pas forcément soupçonnés d'entretenir des liens avec des organisations ter- roristes. Ce qui vaut à cette disposition le nom du "loup solitaire" (lone wolf).

Culture

15

EL MOUDJAHID

Une centaine d’activités culturelles prévues en 2011 à Aïn-Témouchen

U ne centaine d’activités cul- turelles diversifiées sont prévues, tout au long de

l’année en cours au niveau de la wilaya d’Aïn-Témouchent, selon la direction de la culture. Une quinzaine de salons nationaux et régionaux relatifs, entre autres, aux livres, livres pour enfants, les arts plastiques et la calligraphie arabe, sont programmées, a préci- sé le chef de service des activités culturelles de la direction de la culture. Des journées nationales seront consacrées, notamment au soufisme par la Zaouïa de Sidi Yakoub, et des séminaires traite- ront de l’art féminin et de la Numidie de l’ouest, a-t-il ajouté. Ce programme comporte égale- ment des concours nationaux dont celui réservé aux instruments à vent et aux chants religieux. Les célébrations des fêtes reli- gieuses et nationales seront mar- quées, pour leur part, par plusieurs activités culturelles, auxquelles s’ajouteront les soirées du mois de ramadhan, des expositions et des soirées artistiques. A noter égale- ment que des représentations théâ- trales hebdomadaires seront orga- nisées au profit des enfants. La wilaya d’Ain Temouchent partici- pera à la manifestation "Tlemcen capitale de la culture islamique" avec plusieurs activités consacrées à la culture locale, dont des expo- sitions et des soirées et représenta- tions théâtrales, a-t-on encore signalé. Par ailleurs, l'assemblée populaire de wilaya (APW) a adopté plusieurs recommanda- tions touchant notamment à la réactivation des commissions com- munales culturelles et des fêtes de la wilaya et à l’intégration des ani- mateurs dans le cadre du disposi- tif de l’emploi de jeunes.

Tlemcen, capitale de la culture islamique

Coup d’envoi de la phase nationale de la manifestation

Le début de la phase internationale de la manifestation est prévu le 16 avril prochain, qui coïn- cide avec la célébration de la journée nationale du savoir "Youm El Ilm".

L e coup d’envoi de la phase nationale de la manifesta- tion "Tlemcen, capitale de

la culture islamique 2011" a été donné hier après-midi, dans une ambiance de fête célébrant le Mawlid ennabaoui. La cérémonie d'ouverture, rehaussée par la pré- sence du ministre de la Culture, Mme Khalida Toumi et de nom- breux artistes et hommes de cultu- re, a été marquée par lÆorganisation du traditionnel cortège populaire célébrant le Mawlid ennabaoui, auquel ont pris part des troupes de "Aissaoua" des wilayas de Tlemcen, Annaba et Constantine, de "Sidi Bilal" des wilayas de Sidi Bel-Abbes et de Saida et de "diwan Dzair" et "Manara" de Miliana et de Cherchell. Cette pro- cession, qui a sillonné les grandes artères du centre-ville de Tlemcen entonnant des psalmodies et chants liés à cette fête religieuse, a créé une animation exception- nelle, chaleureusement accueillie par la population, car rappelant le prestigieux cortège populaire, organisé la veille de chaque Mawlid ennabaoui à Tlemcen jus- qu'au mausolée de "Sidi Boumediene" à El Eubbad. Après avoir visité le mausolée du saint- patron de la ville de Tlemcen "Sidi Boumédienne" et les sites archéologiques mitoyens, qui ont fait l'objet récemment de travaux de restauration et de mise à niveau, des chants religieux ont été interprêtés devant la ministre de la culture au complexe reli- gieux d'El Eubbad par cheikh Sid Ahmed Serri. Mme Khalida Toumi et la délégation qui l’ac- compagne ont assisté, sur la pla- cette du site historique du Mechouar, située au centre-ville

du site historique du Mechouar, située au centre-ville de Tlemcen, à des représentations folkloriques et de

de Tlemcen, à des représentations folkloriques et de danses popu- laires sous le rythme des tam- bours et de salves de baroud. L’ouverture a également donné lieu au vernissage, à la maison de la culture "Abdelkader Alloula", d’une grande exposition reflétant les traditions de célébration du Mawild ennabaoui dans la région à travers diverses époques. Le programme élaboré pour la soirée prévoit un bouquet d'activités et de représentations artistiques qui seront animées par des troupes de chants religieux dont "Lakhouane Maatkas" de Tizi Ouzou, "Ahlil" et "Bnat El Maghra" de Timimoun et "El Ferda" de Bechar. La manifestation "Tlemcen, capitale de la culture islamique 2011" verra également l’organisation d’une série de col- loques nationaux et internatio-

naux, de journées d'étude et de conférences sur l'histoire de Tlemcen et de ses Hommes et sur et divers autres thèmes culturels. Le public pourra notamment suivre douze colloques sur l'histoi- re et la civilisation de la capitale des Zianides au travers desquels les spécialistes aborderont, entre autres, "l'histoire de Tlemcen et sa contrée", "l'Islam au Maghreb arabe et le rôle de Tlemcen dans sa propagation" et "les penseurs et repères de Tlemcen". Treize ren- contres d'étude sont également programmées autour de thèmes comme "l'Islam et le dialogue des civilisations", "la vie économique et le waqf", "la culture islamique:

étude toponymique", "la poésie et la musique andalouse: école de Tlemcen", "Tlemcen terre d'asile après la chute de l'Andalousie" et "l'Emir Abdelkader et Tlemcen".

Des expositions donneront l'oc- casion aux visiteurs de prendre connaissance de la calligraphie islamique et de documents et pho- tos reflétant la contribution de la civilisation musulmane dans diverses sciences. Des représenta- tions artistiques et des festivals nationaux et internationaux abor- deront, entre autres, la musique authentique, la calligraphie arabe et la sculpture, alors que 35 films et documentaires sur l'histoire, le patrimoine et les érudits et per- sonnalités de Tlemcen seront pro- jetés à la faveur de cette manifes- tation internationale. Le coup d'envoi de la phase internationale de la manifestation est prévu le 16 avril prochain, qui coïncide avec la célébration de la journée natio- nale du savoir "Youm El Ilm".

Appel à Oran à davantage d’intérêt pour la bibliothèque virtuelle

L es participants à la journée d’étude sur "La gestion des bibliothèques publiques et les technologies nou- velles" ont appelé lundi à Oran à s’intéresser

davantage à la bibliothèque virtuelle qui constitue "une meilleure fenêtre sur les connaissances scientifiques récentes". Le professeur Abdelkader Abdel Illah, prési- dent de l’équipe de recherche sur le système informa- tique et l’archive de l’université d’Oran a indiqué que la bibliothèque virtuelle renferme des écrits et des contenus permettant aux lecteurs la collecte de connaissances et données scientifiques répondant à leurs besoins en connaissances, par le biais de systèmes très pratiques. Ce genre de bibliothèques favorise également la lecture des résultats d'études et de recherches scientifiques récentes, surtout qu'elles sont liées aux réseaux Internet et Intranet, a expliqué M. Abdel Illah dans une communica- tion intitulée "Gestion des bibliothèques publiques". Pour sa part, M. Mohamed Megherbi, gérant de la Bibliothèque municipale d'Oran considère les nouveaux supports technologiques "nécessaires" pour le dévelop- pement de systèmes de gestion des bibliothèques en Algérie à l’ère de la cybernétique. Il a également précisé que la "bibliothèque virtuelle" doit être conçue comme un espace complémentaire de la bibliothèque tradition- nelle et non pas comme substitut, tout en insistant sur la nécessité d'être au diapason des nouveautés dans ce domaine, pour pouvoir stimuler la lecture, dans une conjoncture de technologiques accélérées. Au cours de cette rencontre, organisée à l’initiative de la direction de la culture et de l'Université d'Oran avec la participation de professeurs d'université et spécialistes de la gestion des bibliothèques d'Oran aux côtés d’experts d'Espagne dans ce domaine, il a été fait appel à favoriser la numéri- sation des fonds bibliothécaires disponibles dans les bibliothèques publiques. Les participants à cette ren- contre ont également abordé les questions inhérentes au cadre juridique des bibliothèques publiques en Algérie, aux moyens et méthodes de leur gestion et à la réalité et perspectives de leur développement, à travers des com- munications et en travaux d'ateliers.

Le musée national Cirta s’apprête à souffler ses 80 bougies

Considéré comme l’un des plus anciens édifices du genre en l’Algérie, le musée national Cirta de Constantine, communément appelé "Dar Laâdjab" (la maison des merveilles) soufflera, cette année, ses 80 bougies.

B ien que la décision de sa construction fût prise juste après la

création de la société archéologique du départe- ment de Constantine, en 1852, l’ex-musée Gustave- Mercier, qui deviendra plus tard, en 1975, le musée Cirta, ne vit le jour qu’en 1931 sous la signature de l’architecte Castelli qui lui donna la forme d’une villa de style gréco-romain, a indiqué la directrice de cette institution. M lle Chadia Khalfallah a rappelé, dans ce contexte, que cette bâtisse, érigée sur le site du Coudiat, en plein centre-ville, était notamment destinée à emmagasiner et à mettre en dépôt le nombre impression- nant d’objets archéolo- giques provenant d’opéra- tions de fouilles et de décou- vertes fortuites effectuées dans la région de Constantine. Le musée qui a bénéficié, en 1986, de l’au- tonomie financière, s’étend sur une superficie globale de 2.100 m 2 dont 1.200 m 2 cou- verts et 900 m 2 de jardin épigraphique, a expliqué la même responsable, préci- sant que l’édifice est divisé en trois ailes principales

à

M lle

la

plus

eu

divisé en trois ailes principales à M l l e la plus eu d’œuvres de peintres

d’œuvres de peintres de dif- férentes écoles du XVII ème siècle, tels Nasreddine-

Dinet, Emile

Aubry, Paul Jobert, en plus d’une collection de peintres algériens comme M’hammed Issiakhem, Amar Allalouche et autres. Pour sa part, l’aile réservée à l’ethnographie, inaugurée en 1997, est une section comprenant des objets ayant

Etienne

un lien avec les coutumes et les traditions de la région. Cette collection est consti- tuée notamment d’échan- tillons d’habits tradition- nels, de bijoux, d’ustensiles en cuivre, de tapis, d’armes blanches, d’anciennes armes à feu, de manuscrits et d’un astrolabe datant du 8 e ou du 9 ème siècle de l’hégire, a rele- vé la directrice du musée.

consacrées

l’archéologie, à

l’ethnographie et

aux beaux-arts.

Selon

Khalfallah,

section réservée

à l’archéologie

est

importante

égard à la riches-

se

tions qu’elle ren- ferme, mises en

place

l’ordre chronolo- gique des événe- ments qu’elles représentent, de

leur

leur provenance.

Cette

notamment

constituée d’une

salle de la pré- histoire et de comparti- ments cumulant des collec- tions ayant appartenu à diverses civilisations qui se sont succédé dans la région, à savoir numide, carthagi- noise, gréco-égyptienne, romaine, chrétienne et musulmane (Hammadite et Ottomane), a-t-elle fait observer. La section des beaux-arts du musée com- prend, de son côté, des chefs

selon

la

des collec-

âge ou de

aile

est

16 Forum EL MOUDJAHID
16
Forum
EL MOUDJAHID

Représentants d’institutions publiques et professionnels,

Lasous-traitanceest unpassageobligé

La table ronde organisée, hier, au Centre de presse de la publication par El Moudjahid sur le thème de la sous-traitance a regroupé des

représentants d’institutions publiques et des professionnels, M. Zaïm

Bensaci, président du Conseil consultatif de promotion de la PME/PMI, M me Nacéra Haddad, membre de l’Association des femmes chefs d’entreprises (SEVE) et

directrice générale d’Incosyn (Investissement Conseil Synergie), M. Brahim Bendris, P-DG de Recta Industries et président de l’Union professionnelle de l’industrie

automobile et mécanique, M. Idriss Lounis Khodja, secrétaire général de l’Union générale des entrepreneurs algériens, M.

Mahmoud Bentouati, manager de Garniflex.

Par Tahar Mohamed Al Anouar Une structure industrielle profondément modifiée La structure de notre industrie
Par Tahar Mohamed
Al Anouar
Une structure industrielle
profondément modifiée
La structure de notre industrie
s’est profondément modifiée. Les
grandes entreprises nées avec le
monopole ont fait place à des unités
plus flexibles. La tertiarisation de
l’industrie est aujourd’hui une réalité.
Le secteur des services à l’industrie,
maintenance, restauration, service
après-vente, emballage, logistique,
etc., sont autant d’activités externali-
sées qui font dire que le moteur de
l’industrie nationale tourne encore.
M. Zaïm Bensaci, premier inter-
venant pose deux postulats. Nous
devons, dit-il, choisir entre produire
ou importer.
Faiblesse du secteur
de la sous-traitance
En matière de sous-traitance, le
secteur se signale aujourd’hui par sa
faiblesse. Dans un secteur comme
celui de l’énergie, on trouve des
entreprises étrangères sur les sites
pétroliers qui produisent des pièces
pour la maintenance. Cela se fait au
détriment des sociétés algériennes.
Des pays, note M. Zaïm Bensaci,
tirent leur réputation à travers l’existen-
ce d’un secteur de la sous-traitance parti-
culièrement attrayant et performant :
On a parlé de marché national, il
faut songer aussi à la co-traitran-
ce, ou de la sous-traitance à l’in-
ternationale.
Une sous-traitance qui
n’existe que grâce à la SNVI
Prochaine rencontre
Algérie-France
Espagne, Italie, Maroc, Tunisie. S’agissant
des Tunisiens, ils n’ont certes pas de
marché mais ont su attirer des entre-
prises étrangères, cela s’est traduit
par des investissements, notamment
un pôle aéronautique. Le Maroc a
créé un réseau de sous-traitance,
avec une firme comme Renault
notamment. Pour autant, l’orateur
reconnaît que la mise en place d’un
véritable réseau de sous-traitance,
relève d’un travail de longue halei-
ne, à moyen et à long terme.
Le président du Conseil consulta-
tif pour la promotion de la PME/PMI,
a évoqué la prochaine tenue dans le
cadre du partenariat Algérie-France, d’une
rencontre entre entrepreneurs des deux
pays, du 29 au 31 mai de cette année.
C’est une occasion, dit-il, pour
réaliser des approches. Si les entre-
prises françaises viennent dans
notre pays pour vendre, on leur a
signifié déjà notre désaccord, par
contre, s’il y a des actions d’inté-
gration dans la co-traitance ou la
sous-traitance, elles seront les
bienvenues. M. Bensaci a révélé
que des réunions ont eu lieu à Paris
pour médiatiser le point de vue algé-
rien.
Ceci étant, ces rencontres permet-
tent l’émergence de grandes opportuni-
tés. Elles peuvent être bénéfiques pour
toutes les personnes qui veulent s’investir
dans le créneau de la co-traitance ou de la
sous-traitance.
M. Bendris Brahim, président de l’Union pro-
fessionnelle de l’industrie automobile et méca-
nique et chef d’entreprise, note dans son inter-
vention, que pour le créneau qui est le sien, la
sous-traitance n’existe surtout que grâce à la
SNVI. Elle a été constituée principalement que
par d’anciens salariés de la SNVI. Elle gravite
autour de trois pôles : Roubia-Reghaïa, Oued
Hamimine (Constantine), Bel Abbès. Il s’agit de
petites activités. M. Bendris relève qu’en 2002-
2003, l’UPIAM a livré à la SNVI pour 4 millions
d’euros de pièces de maintenance. C’est énorme,
dit-il, et cela a fait réduire la facture de l’import.
Nous pouvons faire plus, note l’orateur.
200 à 300 ha inexploités
Un vaste marché, de
grands donneurs d’ordres
L’Algérie a la chance d’avoir un vaste mar-
ché, de grands donneurs d’ordres notam-
ment publics. L’accord Ferrovial-
Alsthom, ce n’est pas rien, note l’ora-
teur. Ce qu’il faut pour démarrer une
véritable politique en la matière
c’est de la lisibilité et de la visibili-
té, les gens peuvent ainsi s’inscrire
dans le progrès, à travers la défini-
tion de filières prioritaires. M.
Bensaci parle de problèmes récur-
rents qui freinent encore beaucoup
d’initiatives, l’accès au foncier,
l’accès au crédit, un code des mar-
chés à adapter. La résolution de tous
ces problèmes permettrait aux entre-
prises nationales de s’organiser et ainsi
avoir la possibilité de mettre à profit leur
expérience, leur intendance, sous-traiter. Un
tissu de sous-traitance fiable, c’est la
garantie d’une réduction importante de
la facture des importations et la créa-
tion de milliers d’emplois.
Lever les blocages
L’orateur revient sur la nécessité
de lever les blocages à tous les
niveaux estimant qu’il est inadmis-
sible qu’une banque puisse rejeter
un dossier de demande de crédit à
l’investissement, d’autant qu’à pré-
sent, il existe des caisses de garan-
tie mises en place par l’Etat qui sup-
portent 70 à 80 % du projet.
M. Bensaci parle à propos de la
sous-traitance de la nécessité de définir
une stratégie d’approche qui devrait
démarrer avec l’organisation d’états généraux
de la sous-traitance placés sous le patrona-
ge du Président de la République.
M. Bendris relève que dans la zone de
Rouiba, il existe 200 à 300 ha qui ne servent à
rien actuellement. Notre souhait est que cette
réserve, puisse être utilisée pour l’installation de
PME/PMI à côté des donneurs d’ordres. M.
Bendris parle également de formation, il évoque
des accords avec les universités environnantes
pour que les entreprises reçoivent les étudiants
en fin de cycle pour la préparation de leur
mémoire ou pour des stages. Il y a aussi des
accords centres de recherches-entreprises.
L’orateur se dit en phase avec M. Bensaci,
concernant l’organisation d’états généraux de la
sous-traitance, le plus tôt possible, dit-il. En évo-
quant le partenariat Ferrovial-Alsthom, pour la
réalisation de réseaux pour les tramways, M.
Bendris souligne que des membres de notre cor-
poration travaillent pour la réalisation de pan-
neaux.
Un secteur créateur
d’emplois
La décision politique
est nécessaire
Un million
d’informaticiens formés
L’Algérie, note l’orateur, a
formé des cadres (un million d’in-
formaticiens) pour cette seule filiè-
re, il faudrait donner la chance à
tous les porteurs de projets, mobili-
ser les dispositifs qui existent créant
ainsi les voies et moyens pour la créa-
tion de PME, faire en sorte que les
grands donneurs d’ordres se considèrent
comme de véritables partenaires.
Aujourd’hui, à travers la dépénalisation de
l’acte de gestion, comme annoncé par le
Président de la République tout récemment, les
choses peuvent évoluer positivement. Les cadres
doivent désormais prendre leurs responsabilités.
Cela signifie en clair pour le
président du CCPME, qu’une déci-
sion politique soit adoptée. Toutes
les données seront versées au dos-
sier, entreprises, garanties, priori-
tés. Le tout peut être finalisé à tra-
vers un document qui aura force de
loi.
L’orateur relève que des donneurs
d’ordres restent des mois entiers pour
régler des factures à des sous-traitants qui
n’ont pas en définitive une grande couverture
financière, les mettant au-devant de graves diffi-
cultés financières. Citant le cas français, l’ora-
teur rappelle que les donneurs d’ordres ont
l’obligation de régler les factures au bout d’un
mois. M. Bensaci à partir de là, souligne qu’il y
a des pratiques à revoir chez nous.
L’orateur insiste lui aussi sur le secteur de la
sous-traitance, en tant que créateur d’emplois,
c’est un créneau qui rapporte beaucoup d’argent,
dit-il.
Il y a 4 milliards de dollars d’importations de
biens et de biens sous-traités par le seul pétrolier
(Sonatrach). La sous-traitance nationale apparaît
de ce point de vue comme une question de survie
pour notre économie. 600 produits étaient impor-
tés par Sonelgaz il y a quelques années, note M me
Haddad, chef d’entreprise et membre de
l’Association SEVE, cela a dû doubler depuis.
Dans la liste des importateurs, on relève aussi
Saïdal, Cosider.
Nos entreprises sont
en position de force
Nos entreprises, note la représentante de
SEVE, ont le pouvoir de négociation en tant que
donneurs d’ordres. Ils doivent donc peser sur les
choix. L’oratrice cite des filières où la sous-trai-
tance nationale peut avoir sa place (la réalisation
du Metro d’Alger, la filière des énergies renou-
velables). Que fait-on, dit-elle, pour favoriser la
création de petites entreprises.
●●●
Ph. Nacéra I.
17 EL MOUDJAHID Forum
17
EL MOUDJAHID
Forum

au Forum d’El Moudjahid, autour du thème de la sous-traitance

pour lamaîtriseduprogrèstechnologique

●●●

Le rapport de forces est en faveur de nos entreprises (donneurs d’ordres) face à leurs vis-à-vis extérieurs évoluant dans des écono- mies en crise comme par exemple, l’économie européenne, notre principal vis-à-vis.

Importer de la technologie plutôt que des produits

Il faut inverser la tendance et faire en sorte que l’on importe des technologies et non des produits, et pour cela avoir des projets viables. M. Bensaci, intervenant dans le débat, relève qu’en Algérie, il existe 350 entreprises qui opèrent dans la sous-traitance. Il y en a, rap- pelle-t-il, 3.400 en France générant 31 mil- liards en chiffre d’affaires. Il y en a 8.400 en Italie pour 34 milliards de chiffre d’affaires. 2.000 entreprises existent au Maroc qui utili- sent les services de 190.000 personnes. En Espagne, elles sont 19.000 générant 40 mil- liards d’euros en chiffre d’affaires, soit 11 % de l’industrie espagnole.

Un secteur qui peut atteindre jusqu’à 15 % de notre PIB

Si nous développons ce secteur dans notre pays, on doit pouvoir compter sur 15 % du PIB national. Pour M. Lounis Idriss Khodja, la for- mation est une nécessité, notamment dans le secteur du bâtiment, des travaux publics et de l’hydraulique. Pour M. Lounis Khodja, tous les problèmes soulevés par les autres interve- nants, crédits à l’investissement, problème du foncier sont valables pour le secteur du BTPH. Il y a nécessité de créer des emplois à travers l’enrichissement du tissu industriel à travers notamment la sous-traitance, et cela en don- nant la chance à ceux qui veulent créer des entreprises Selon M me Haddad, intervenant dans le débat, le code des marchés publics ne favorise pas la concurrence pour les petites entreprises face à de grands marchés.

Des créances qui représentent jusqu’à 80 % du chiffre d’affaires

L’autre problème vient des donneurs d’ordres qui ne règlent pas leurs dettes, 80 % du chiffre d’affaires pour les entreprises sous- traitantes sont constitués par des créances. Par ailleurs, le dispositif de mise à niveau tel qu’il est conçu aujourd’hui ne concerne pas les petites entreprises en difficulté. Il faut remettre la sous-traitance au cœur de la straté- gie industrielle, note M me Haddad.

Garniflex, 10 entreprises en portefeuille

Intervenant dans le débat, M. Mahmoud Bentouati, manager à Garniflex, société de sous-traitance qui a, selon ses estimations, une dizaine d’entreprises publiques en contrat :

Saïdal, Naftal, Air Algérie, etc., il faudrait inclure tout le monde dans le débat sur la sous- traitance. Il y a d’énormes possibilités pour la sous-traitance en Algérie et pour notre part, beaucoup de produits que l’on peut encore fabriquer pour le compte de donneurs d’ordres potentiels. Pour M. Bensaci, quelle est l’ex- pertise qui existe au sein des banques pour juger de la recevabilité d’une demande de cré- dits d’investissement et donc capable de juger de l’opportunité d’un projet d’investissement. La mise à niveau pour évoquer cet aspect, doit toucher, selon l’orateur, toutes les entreprises (banques, entreprises, etc.). Il n’y a pas de rai- son en effet que l’on mette à niveau des entre- prises et que le reste ne suive pas.

La compétitivité, élément moteur

Nous sommes à une ère où la compétitivi- té est un élément moteur qui fait la différence sur le marché qui est mondialisé. Tout cela peut valablement être traité au sein d’états- généraux de la sous-traitance. Pour M. Bensaci, l’actuel ministre de l’Industrie et de la Promotion des investissements, est très au fait de ce dossier de la sous-traitance. C’est de bon augure, selon l’orateur. Il y a une ouvertu- re qui s’opère, donc il faut en profiter et en finir avec cette importation qui nous coûte

cher. Nous sommes dans l’obligation de créer. Il n’est pas normal qu’il y a d’aussi impor- tantes opportunités que présente le marché national et que nos entreprises n’en profitent pas. Concernant l’autoroute Est-Ouest, il fal- lait imposer la présence de sous-traitants algé- riens.

Un partenariat gagnant-gagnant

M. Bensaci rappelle le souhait formulé par le Président de la République en matière de partenariat, qui doit se formaliser à travers le ticket gagnant-gagnant. La rencontre Algérie- France peut être intéressante pour le créneau de la sous-traitance et de la co-traitance. Il faut tirer le maximum de profit de ces initiatives. Intervenant dans le débat, le représentant de la Chambre algérienne de commerce et d’industrie, M. Rachid Saï, directeur de l’ani- mation et du développement de l’entreprise, annonce la tenue d’un Salon de la sous-trai- tance, du 25 au 28 avril prochain à la SAFEX, avec la participation de grandes entreprises.

Un prix prohibitif

Le responsable de Garniflex, émet des réserves sur le prix du mètre carré fixé par la SAFEX à l’occasion de ce Salon, et jugé excessif, 10.000 DA le mètre carré. M. Bensaci a rappelé le tenue à Hassi Messaoud d’un Salon sur la sous-traitance il y a quelque temps. A travers les états-généraux, on veut

y a quelque temps. A travers les états-généraux, on veut Il faut du dialogue et de

Il faut du dialogue et de la concertation

Comment nous organiser pour faire connaître aux futurs investisseurs quel type de filière privilégier, les avantages que procure- ront les choix qui seront faits. Tout cela pose problème, c’est un travail de longue haleine qui nécessite dialogue et concertation. M. Bensaci se dit favorable à la récupération des acquis dormants, mais il fait remarquer l’im- périeuse nécessité de la modernisation, car il y

peut intégrer dans le marché. M. Bensaci rap- pelle que les cadres algériens à l’étranger réus- sissent très bien, moyennant une petite forma- tion de mise à niveau, leurs employeurs ont la chance de bénéficier de compétences qui ne leur auront rien coûté. Pour M me Haddad, intervenant dans le débat, il faut privilégier l’auto-entreprise, l’au- to-entrepreneur. Il faut aussi agir sur les don- neurs d’ordres publics. Pour l’oratrice, le désengagement de l’Etat a été vu comme un acte de désolidarisation, un acte de rupture avec la solidarité. M me Haddad en appelle à un retour, dit-elle, de cette solidarité.

en appelle à un retour, dit-elle, de cette solidarité. toucher aux problèmes de fond, relève M.
en appelle à un retour, dit-elle, de cette solidarité. toucher aux problèmes de fond, relève M.

toucher aux problèmes de fond, relève M. Bensaci. L’orateur affirme qu’il y a un pro- gramme de mise à niveau qui permettra aux petites entreprises de mieux s’insérer sur le marché. Cela pour répondre à une préoccupa- tion de Sonatrach qui affirme avoir besoin de qualifications pour la production de pièces. Les entreprises s’inscrivent dans cet intérêt pour la formation. Le président du Conseil consultatif pour la promotion de la PME, insiste sur le fait qu’il faut une vision politique pour amener la sous-traitance au niveau qui doit être le sien.

a des équipements et des machines obsolètes, dans le même temps où des produits de nou- velle génération voient le jour.

Les travailleurs de la SNVI, un excellent vivier pour la sous-traitance

S’agissant de travailleurs qui ont quitté la SNVI, ils auraient pu constituer un excellent réservoir pour la sous-traitance, alors qu’ils sont partis ailleurs (transport, etc.). Il y a les sortants de l’université sans débouché et qu’on

L’Algérie, un immense marché

L’Algérie, c’est un immense marché, qui peut valoir des plans de charges pour les entre-

prises. Il nous faut importer de la technologie, pas des produits. Il faut accompagner les dis- positifs existants. M. Bensaci se

dit favorable à une valorisation des dispositifs d’aide à la création des PME par une connexion direc- te avec les donneurs d’ordres afin d’identifier des nouvelles PME viables et pérennes. Il y a un rap- prochement à faire entre la nomenclature des biens et pro- duits importés par les donneurs d’ordres et le vivier des projets à proposer aux jeunes promoteurs issus de nos universités et grandes écoles.

Un passage obligé

Le développement de la sous-traitance est un passage obligé, note M. Bensaci, pour générer et maîtriser le progrès technologique, optimiser l’exploitation des potentiels exis- tants, accroître la productivité et la compétiti- vité, maîtriser la qualité, créer des emplois, drainer ou économiser des devises, exporter des services avec tout ce qui en résulte en termes de stabilité économique, locale ou nationale.

D’importantes

opportunités

Il existe d’importantes oppor- tunités, note l’orateur, qui, si elles sont saisies et exploitées, condui- ront inéluctablement au dévelop- pement d’un tissu industriel et de service de sous-traitance viable, pouvant faire face à la concurren- ce étrangère. Les donneurs d’ordres sont publics et donc habi-

lités à accompagner le développe- ment de ce tissu par la création de viviers de sous-traitants autour de leur cœur de métier, par l’intégration systématique dans l’obliga- tion de résultats des entreprises donneurs d’ordres, et enfin, la mise à disposition des infrastructures inexploitées et ou sous-exploi- tées. La dernière recommandation est d’intégrer ces PME dans les cahiers de charges destinés aux appels d’offres internationaux et natio- naux.

T. M. A.

Santé

18

EL MOUDJAHID

Production de médicaments

L'investissement, un traitement de choc

Le ministre de la Santé de la Population et de la Réforme hospitalière M. Djamel Ould Abbès a appelé lundi à Alger les importateurs de médicaments à contribuer efficacement à l'investissement dans la production des médicaments et des médicaments génériques afin de combler les insuffisances en la matière.

S'exprimant lors d'une rencontre avec les représentants du syndicat national des pharmaciens d'officines (SNAPO), M. Ould Abbes a relevé l'importance d'"encourager la production nationale des médicaments et des médicaments géné- riques" insistant sur la nécessité d'asso- cier les investisseurs nationaux et étran- gers dans cette démarche. Les investisseurs, a-t-il affirmé, doi- vent contribuer sérieusement à l'industrie du médicament au niveau national sans exclure, si nécessaire, le recours à l'im- portation de médicaments qui manquent. Le ministre a mis en exergue la nécessité de renforcer et d'intensifier l'investisse- ment dans l'industrie pharmaceutique pour assurer une couverture nationale en matière de médicaments, combler les insuffisances et réduire l'importation. Pour le ministre, les médecins et les producteurs de médicaments sont des partenaires essentiels dans le soutien de la production nationale de médicaments et de médicaments génériques, rappelant qu'il existe 9000 pharmacies et 550 dis- tributeurs de médicaments. Le ministre a réitéré son attachement à la nécessité d'aider les pharmaciens et de défendre leurs droits eu égard à la place qu'ils occupent dans le système de santé, soulignant que la fonction de pharmacien ne se limite pas seulement à la vente des

de pharmacien ne se limite pas seulement à la vente des médicaments mais à la sensibilisation

médicaments mais à la sensibilisation et la prévention pour soutenir le système national de santé. Il s'est également prononcé en faveur de l'encouragement des pharmaciens et de l'amélioration de leurs marges bénéfi- ciaires sur les médicaments produits au

niveau national et les médicaments géné- riques. M. Ould Abbes a rejeté l'idée d'un manque de médicaments, appelant à exa- miner le problème avec objectivité. Il a affirmé que son secteur était prêt à importer certains médicaments non dispo-

nibles actuellement. Le président SNAPO, M. Messsaoud Belambri a affirmé pour sa part que la réalisation d'une couverture nationale en médicaments et en génériques passait par l'encouragement de la production et de l'investissement nationaux. Des mesures doivent être prises pour la concrétisation de cet objectif à travers notamment la révision des prix des médi- caments et de la marge bénéficiaire sur les médicaments génériques, a-t-il dit imputant le manque enregistré en médi- caments dans certaines pharmacies à une mauvaise gestion dans la distribution. Le SNAPO a appelé récemment à lundi l'ouverture d'une enquête pour "localiser les failles" qui ont mené à la rupture de médicaments dans les officines à l'échelle nationale. "Il faut que les gens qui font dans la mauvaise pratique en matière de distribu- tion et de rétention de stock soient identi- fiés et sanctionnés", a-t-il insisté. Selon M. Belambri il y a des "des distri- buteurs qui détiennent une sorte d'exclu- sivité exerçant pratiquement un monopole pour un nombre de produits et qui font de la vente concomitante". C'est pour cette raison, a-t-il expliqué, qu'il existe une pénurie de certains médi- caments, qu'ils soient de production loca- le ou importés.

Le CHU de Tizi-Ouzou diversifie la gamme de ses prestations en matière de soins

Le Centre hospitalo- universitaire "Nedir-Mohamed" de Tizi-Ouzou poursuit la dynamique de diversification et d’amélioration de la gamme de ses prestations en matière de soins, par l’ouverture de nouveaux services et la modernisation de son plateau technique.

Cette nouvelle dynamique s’inscrit dans le processus d’une mise en confor- mité avec sa nouvelle vocation de pôle de référence de soins spécialisés, rayonnant sur un bassin de population de près de quatre millions d’habitants. Cette démarche a donné lieu à l’ou- verture, lundi, d’un service de dermatolo- gie à l’unité "Belloua" ( nord de la ville) par le DG de cet établissement, abrité par les locaux du service ORL et d’ophtalmo- logie, après aménagement pour un coût de 12,5 millions de DA, dont 5,5 millions de DA pour les travaux de rénovation et 7 pour l’équipement, a indiqué le Pr. Ziri. D’une capacité de 17 lits, ce service dédié pour la prise en charge des soins

des maladies de la peau (dermatoses), est doté , selon sa fiche technique, d’une salle de consultations, d’une salle de puvathérapie pour le traitement des pathologies de la peau à l’aide de rayons ultra- violets, d’une salle de cryothérapie (traitement à l’azote liquide) et d’une salle pour la petite chirurgie ( biopsie). Disposant également d’un bloc péda- gogique pour les besoins de formation continue des personnels médical et para- médical, ce service est encadré par quatre médecins, dont un maître-assistant spécia- lisé en dermatologie. L’autre nouveauté signalée par ce res- ponsable a trait à la mise en place "immi- nente", au niveau de la même unité

(Belloua) d’un service de chirurgie cardio thoracique, opération précédée par une formation en la matière de deux médecins spécialistes à l’établissement hospitalo- universitaire d’Oran, est-il précisé. Le service d’urologie du CHU de Tizi- Ouzou a subi également une véritable mue consistant, selon le Pr. Ziri, en l’ex- tension de son bloc opératoire pour un coût de 7 millions de DA, ainsi que de son équipement pour une enveloppe de 12 millions de DA. Poursuivant le renforcement et la modernisation de son plateau technique, condition fondamentale pour l’améliora- tion de la qualité des soins, cet établisse- ment sanitaire vient d’acquérir, selon son

responsable, un équipement d’imagerie à résonance magnétique ( IRM), qui s’ajou- te ainsi aux deux scanners déjà fonction- nels. Le pavillon des urgences a été équipé , récemment, d’un appareil d’échographie pour les besoins de diagnostics d’urgence de polytraumatisés, a rappelé le même responsable. Par ailleurs, cet établissement sanitaire se dotera, durant l’année en cours, d’un incinérateur atypique dénommé "banali- seur" pour un coût de 30 millions de DA, pour le traitement définitif et efficace de ses déchets d’activités de soins à risques infectieux (DASRI), souligne-t-on.

Le tabac favorise les infarctus et les attaques cérébrales L e tabagisme constitue sans aucun
Le tabac favorise
les infarctus et les
attaques cérébrales
L e tabagisme constitue sans aucun
doute un facteur de risque cardiaque
très important.
L'oxyde de carbone remplace l'oxygène
transporté dans le sang et favorise les dépôts
de cholestérol sur la paroi des artères (athé-
rosclérose).
La nicotine augmente la tension artériel-
le, fait baisser le bon cholestérol et favorise
la formation de caillots1,2,3,4.
Le dépôt de plaques grisseuses atteint à la
fois les grosses et les moyennes artères.
L'augmentation du risque cardiovasculaire
est proportionnelle à l'intensité et la durée
du tabagisme.
Afin d'écarter les risques génétiques, des
études sur des vrais jumeaux (l'un qui fume
et l'autre non) ont permis de prouver que le
tabagisme est capable d'augmenter la taille
des plaques d'athérome dans l'artère caroti-
dienne par plus de trois.
Lorsque ces plaques sont trop impor-
tantes, elles peuvent obstruer le flux san-
guin, provoquant ainsi des crises cardiaques
lorsqu'il s'agit de l'artère coronarienne ou
des accidents vasculaires cérébraux pour des
artères carotidiennes1,5.

Les timides ont une activité cérébrale différente

nent plus de temps pour prendre une décision et s’ennuient dans des conver- sations de papotage. Ce n’est pas un défaut d’être sen- sible, au contraire. Cela présente de grands avantages dans des situations dangereuses ou lorsqu’il s’agit de prendre une décision difficile ou de faire preuve d’ingéniosité. Nous savions déjà que les personnes sensibles étaient souvent également

G râce à des tests d’imageries

ont découvert que les personnes

très sensibles avaient une activité céré- brale beaucoup plus importante dans les sections du cerveau qui traitent les informations visuelles. Selon leur étude dévoilée dans le

fonctionnelles, les chercheurs

récent numéro du Social Cognitive and Affective Neuroscience, ces personnes sont plus sensibles aux détails, pren-

timides et introverties. Elles sont aussi plus craintives et n’aiment ni le bruit ni les foules. Dès le plus jeune âge, il est possible de voir si votre enfant fait par- tie du 1/5 des gens qui sont sensibles. Il pleurera plus facilement, aura de profondes pensées et vous posera par- fois des questions assez inusitées pour son âge. De plus, l’enfant sensible observe bien souvent avant d’agir.

Un pistolet vaporisateur pour accélérer la guérison des brûlures

vaporisateur pour accélérer la guérison des brûlures L es médecins ont une nouvelle «arme» à leur

L es médecins ont une nouvelle «arme» à leur arsenal : le pisto- let vaporisateur de cellules

souches, qui tire des cellules souches sur les brûlures de l'épiderme, permet- tant d'accélérer la cautérisation et de sauver des vies. Les brûlures peuvent parfois mettre des semaines, voire des mois, avant de guérir. Mais plutôt que de faire pousser des couches de peau pendant une longue période avant de les greffer sur un

patient, une nouvelle méthode permet de gagner du temps : il faut pour cela récolter des cellules souches provenant d'une partie saine de la peau du patient, les placer dans une solution aqueuse, puis vaporiser la mixture sur la zone à soigner, ce qui permet de guérir les brû- lures en quelques jours. Le procédé prend 90 minutes, ce qui fait également gagner du temps par rap- port à l'ancienne méthode qui prenait des semaines ou des mois, et augmen- tait les risques d'infection de la peau des patients, qui peut s'avérer mortelle.

Mercredi 16 Février 2011

Vie Quotidienne

30

EL MOUDJAHID

Accidents de la circulation

16 morts et 53 blessés en deux jours

Vie religieuse
Vie religieuse

Horaires des prières de la journée du mercre-

13

di

février 2011 :

Rabi’ El Aouel 1432 correspondant au 16

— Dohr

13

h 02

— ‘Asr

16

h 04

— Maghreb

18 h 32

— ‘Icha

19 h 51

Jeudi 14 Rabi’ El Aouel 1432 correspondant

au 17 février 2011 :

— Fedjr

06 h 08

— Chourouk

07 h 34

2011 : — Fedjr 06 h 08 — Chourouk 07 h 34 Décès Les familles SANAA-BENAKSAS,

Décès

Les familles SANAA-BENAKSAS, parents et alliés, ont la douleur de faire part du décès de leur cher et regretté grand-père, frère, oncle survenu à Paris

SANAA Med Arezki

à l’âge de 83 ans

La levée du corps se fera le jeudi 17 février à 12 h 00 à partir du domicile

familial à Aïn Taya (près du stade).

A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.

Cour d’Alger

10 ans de prison pour trafic de stupéfiants

L e tribunal criminel d’Alger a condam- né Mohamed B. à 10 ans de prison ferme pour commercialisation et

consommation de stupéfiants et de psycho- tropes et prononcé l’acquittement pour une

autre personne. Les faits remontent selon l’ac-

te d’accusation à août 2010, lorsque des infor-

mations faisant état d’un commerce illégal des stupéfiants parviennent aux services de sécurité des Eucalyptus (Alger). Après des investigations poussées, les policiers parvien- nent à identifier l’auteur présumé de ce trafic et récupèrent à son domicile plus de 65 grammes de résine de cannabis et une centai- ne de comprimés de psychotropes. Passé aux aveux, le mis en cause reconnait qu’il s’adon- ne à la commercialisation de drogue dans son quartier et ses environs, mais quelques jours plus tard, il se rétracte et revient sur ses décla-

rations lors de sa présentation devant la justi- ce ,non sans dénoncer une autre personne, en l’occurrence un gardien communal. Appelé à la barre, Mohamed ne change pas sa version et déclare devant la cour qu’il n’a rien à voir avec le commerce de la drogue, concédant au passage en être un simple consommateur. Il assure qu’il s’approvision- ne auprès du second accusé lorsqu’il a besoin de griller des cigarettes de kif, une accusation que ce dernier dément catégoriquement, allant jusqu’à affirmer qu’il ne connait même pas Mohamed.Lors de son réquisitoire, le repré- sentant du ministère public qui insiste longue- ment sur la gravité des faits, requiert la peine de perpétuité contre Mohamed, et une peine de 10 ans de prison ferme contre le second accusé.

S.A.M.

L a journée de lundi dernier, qui coïnci- dait avec la veillée du Mawlid Ennabaoui Echarif, n’a pas été de tout

repos pour les agents de la protection civile qui ont effectué au total 1.516 interventions autres que celles relatives aux dégâts causés par l’usage des produits pyrotechniques. Et comme toujours, les accidents de la circula-

tion ont constitué l’essentiel des interventions des pompiers et le moins que l’on puisse dire

à ce sujet est que le bilan est très lourd dans la mesure où l’on compte 16 morts et 53 blessés. L’accident le plus sanglant a eu lieu toute- fois hier matin, à El Bayadh, où 6 personnes sont décédées et une autre a été blessée lorsque deux véhicules légers entrent en colli- sion sur la route d’Aflou. A Annaba, une per- sonne a trouvé la mort dans la matinée d’avant-hier suite à la percussion de son véhi- cule léger par un train, survenue au lieu-dit Boussedra, commune et daïra d’El Bouni. A Tipasa, 11 personnes ont été blessées suite au dérapage d’un bus de transport de voyageurs, survenu sur la R.N n°11, à proximité du centre de repos des Moudjahidine d’Aïn Tagourait. A Constantine, on compte un mort

à El Khroub (Constantine) suite au renverse-

ment d’un véhicule léger sur l’autoroute Est- Ouest, au lieu-dit El Mridj alors que sur la RN 79, au niveau de la cité «Kaïdi Abdallah» d’Ibn Ziad plus exactement, un carambolage de 4 véhicules légers a causé 6 blessés. A Mascara, le renversement d’un camion-

citerne transportant 27.000 litres de carburant (mazout) appartenant à la société «Petrosser»,

survenu sur la RN 17 a fait un blessé et au final, 13.500 litres de carburant ont été déver- sés sur la chaussée. Le bilan de la protection civile fait état également du renversement d’un camion sur l’autoroute Est-Ouest, au lieu-dit Zaouia, commune de Beni Tamou ayant causé 16 blessés tandis qu’à Lakhdaria (Bouira), 17 personnes ont été blessées suite à une colli- sion entre un fourgon de transport de voya- geurs et un véhicule léger, survenue sur la RN 29, au lieu-dit rue Keddara. A Oran, une personne a été mortellement heurtée par un véhicule léger, au boulevard Millénium, à Bir El Djir, et deux autres ont trouvé la mort suite à une collision entre 2 véhicules légers, survenue sur la route reliant Aïn Beida et Es-Senia. A Guelma, une personne est décédée suite au renversement d’un tracteur agricole à Mechtet El Charef, village Nouadria, commu- ne de Aïn Beida, daïra de Bouchegouf, alors qu’un motocycliste de 25 ans environ a été mortellement percuté par un véhicule léger, à la cité Fatma Zahra, commune et daïra de Tébessa. Toujours dans la même wilaya, à Cheria cette fois, un homme de 29 ans est mort suite au renversement d’un véhicule léger, survenu au lieu-dit Bouchkifa. Enfin à Bordj Bou-Arréridj, on compte deux morts et un blessé suite à une collision entre un camion et un véhicule léger, surve- nue au village Boubatikh, commune d’Ouled Brahim, daïra de Ras El Oued. S. A. M.

Tindouf

32 quintaux de kif traité saisis par les gendarmes

U ne importante quantité de drogue

grammes) a été saisie, avant-hier, par

la gendarmerie nationale à Tindouf, a indiqué la cellule de communication du commande- ment de la gendarmerie nationale. En effet, les gardes-frontières de la gendarmerie natio- nale de Hassi Zegdou (Tindouf), relevant du

3 e Commandement régional de la gendarme- rie nationale de Béchar, ont immobilisé un convoi de véhicules de narcotrafiquants. La fouille du véhicule a conduit à la découverte de 16 quintaux et 75 kilogrammes de kif trai- té, en provenance des champs de culture des terres marocaines. Les mêmes unités, ont immobilisé un second véhicule ayant à son bord une quantité de 15 quintaux environ de la même substance. Les recherches ont été déclenchées par les gardes-frontières de la gendarmerie nationale de Hassi Khebbi afin de procéder à de nouvelles saisies. Aussi, agissant sur renseignements, les gendarmes de la compagnie de Bouguirat se sont déplacés à Sebdou (Tlemcen) où ils ont

dépassant les 31 quintaux (3100 kilo-

interpellé trois personnes et découvert dans leurs domiciles 50 kilogrammes de kif traité ainsi que deux véhicules. Les investigations sont en cours. A Tébessa, les gen- darmes de la section de recherches de Tébessa ont présenté devant le pro-

cureur de la République, près le pôle pénal de Constantine, sept personnes pour détention et commercialisation de stupéfiants, la quantité de plus 39 kilogrammes de kif traité a été saisie. Elles ont été placées sous mandat de dépôt et écrouées. Enfin, dans la ville de Guelma, les gendarmes de la brigade d’Oued Cheham, en barrage de police de la route, à la commune de Medjez Sfa, ont interpellé trois personnes à bord d’un véhicule, en possession de plus de trois kilogrammes de kif traité. Les investigations sont en cours, ajoutera notre source.

M. Mendaci

Tribunal correctionnel de Sidi M’hamed

6 ans de prison requis contre un vendeur d’articles de sport

L procureur de la République près le tribu-

nal correctionnel de Sidi M’hamed a requis 6 ans de prison contre S.C. pour vol

qualifié et une peine de 2 ans de prison ferme contre deux autres prévenus pour complicité. Les faits de cette affaire portent sur la casse dont a fait objet un magasin de vente d’articles de sport, sis à Alger, et dans lequel exerce le principal prévenu comme vendeur. Profitant de ce statut, il réussit à confectionner le double des clefs du commerce et

vide tranquillement le magasin, sans recourir à la force. Et pour boucler la boucle, il sollicite les ser- vices de T.A. et A.S. pour les besoins du transport de la marchandise pour le premier et dépôt pour le second dans un local situé à Belouizdad. Cependant, si le mis en cause avoue son acte et

e

reconnait les faits qui lui sont reprochés, il n’en n’est pas de même pour les deux autres prévenus qui nient en bloc les accusations. Ils soutiennent en effet qu’ils ignoraient tout des intentions du vendeur du magasin et affirment qu’ils croyaient que la marchandise lui appartenait, arguant du fait qu’il leur leur a montré les clefs du magasin et qu’il l’a ouvert en toute tranquillité. Des points sur lesquels ont axé leurs avocats pour prouver l’innocence de leurs clients tandis que pour la défense du principal prévenu, celle-ci souhaite la clémence du tribunal du fait que S.C a fait son mea-culpa et avoué son acte, signalant dans la foulée que la marchandise a été rendue à son pro- priétaire.

S. A. M.

Une femme et un homme assassinés de sang-froid

Deux meurtres élucidés par la police en 24 heures

L es services de police judiciaire de la sûreté nationale ont enregistré la semaine dernière deux meurtres en l’espace de deux jours, a-t-on appris auprès de la cel-

lule de communication de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN). Selon notre source, un jeune homme de 38 ans blessé mortellement par arme blanche sur plusieurs endroits du corps, a été admis en urgence au service chirurgi- cal de l’hôpital de Tébessa. La victime poignardée au niveau

du thorax, du ventre et de la cuisse droite a rendu l’âme à quelques heures de son son arrivée à l’établissement hospita- lier.

Déclenchant une enquête au niveau du quartier, les enquê- teurs ont réussi, en une journée, à identifier le mis en cause qui connaît sa victime. Selon les éléments de l’enquête, suite à une dispute violente, l’agresseur de 28 ans a porté plusieurs coups à sa victime. Arrêté pour homicide volontaire avec pré- méditation, le mis en cause a été placé sous mandat de dépôt. La seconde affaire a été traitée par les services de la sûre- té de wilaya de Relizane. Le corps d’une femme âgée de 28 ans sans vie a été découvert au domicile parental à même le sol, ajoutera notre source. Suite à cela, les représentants de la loi ont intensifié leur enquête qui a fini par dévoiler l’assassin.

L’auteur du meurtre n’était autre que l’ex-époux de la vic- time. Agé de 36 ans, l’agresseur a étranglé son ex-femme avec son châle jusqu’à ce qu’elle perde la vie. Le mis en cause n’a pas agit seul, il était accompagné d’une femme qui l’a aidé, expliquera notre source. Présentés devant le procureur de la République près le parquet de Relizane pour homicide volon- taire avec préméditation, complicité et non dénonciation, les deux impliqués ont été placés sous mandat de dépôt.

M. Mendaci

BUREAUX REGIONAUX CONSTANTINE 100, rue Larbi Ben M’hidi Tél. : (031) 64.23.03 TLEMCEN : 12,

BUREAUX REGIONAUX CONSTANTINE 100, rue Larbi Ben M’hidi Tél. : (031) 64.23.03

TLEMCEN :12, place Kairouan Tél.-Fax : (043) 27.66.66

ANNABA :

 

7, cours de la Révolution Tél. : (038) 84.86.38 Fax : (04) 84.86.38

Edité par EPE-EURL EL MOUDJAHID Siège social : 20, rue de la Liberté, Alger IMPRESSION Edition du Centre :

   

QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION Edité par l’EPE-EURL

EL MOUDJAHID

ORAN Maison de la Presse 3, place du 1 er Novembre Tél. : (041) 39.34.94

MASCARA : Maison de la Presse

 

Rue Senouci Habib Tél.-Fax : (045) 81.56.03

Régie publicitaire EL MOUDJAHID 20, rue de la Liberté, Alger Tél./Fax : 021 73.56.70

Société d’Impression d’Alger (SIMPRAL) Edition de l’Est :

au capital social de 50.000.000 DA

20, rue de la Liberté, Alger Téléphone : 021.73.70.81 Directeur de la publication - Gérant

Abdelmadjid CHERBAL

 

ANNABA 2, rue Condorcet Tél. : (038) 86.64.24

CENTRE AÏN-DEFLA :

Société d’Impression de l’Est, Constantine Edition de l’Ouest :

Cité Attafi Belgacem (Face à la Poste)

Tél/Fax: 027.60.69.22

ABONNEMENTS Pour les souscriptions d’abonnements, achats de journaux ou commandes de photos, s’adresser au service commercial:

Société d’Impression de l’Ouest, Oran Edition du Sud :

BORDJ BOU-ARRERIDJ Ex-siège de la wilaya Rue Mebarkia Smaïl, B.B.A. 34000 Tél/Fax : (035) 68.69.63

 

Unité d’Impression de Ouargla (SIA) DIFFUSION Centre : EL MOUDJAHID Tél. : 021 73.94.82 Est : SARL “SODIPRESSE” Tél-fax : 031 92.73.58 Ouest : SARL “SDPO” Tél-fax : 041 46.84.87 Sud : SARL “TDS” Tél-fax : 029 75.02.02 France : IPS (International Presse Service) Tél. 01-46-07-63-90

Directeur de la rédaction

PUBLICITE Pour toute publicité, s’adresser à l’Agence Nationale de Communication d’Edition et de Publicité “ANEP”

Larbi TIMIZAR

 

20, rue de la Liberté, Alger.

SIDI BEL-ABBES Maison de la presse Amir Benaïssa Immeuble Le Garden, S.B.A. Tél/Fax : (048) 54.42.42

DIRECTION GENERALE Téléphone : 021.73.79.93 Fax : 021.73.89.80 DIRECTION DE LA REDACTION

Téléphone : 021.73.99.31 Fax : 021.73.90.43

COMPTES BANCAIRES Agence CPA “Che” Guevara - Alger Compte dinars n° 102.7038601 - 17 Agence BNA Liberté

- Dinars : 605.300.004.413/14

ALGER : 1, avenue Pasteur Tél. : (021) 73.76.78 - 73.71.28 - 73.30.43 Fax : (021) 73.95.59 - Télex : 56.150 Télex : 81.742

CONSTANTINE :

Route de Sétif 7 e km Tél. : (031) 66.49.65 - (031) 92.30.99 Fax : (031) 66.49.37

TIZI OUZOU :

ORAN : 3, rue Mohamed Khemisti Tél. : (041) 39.10.34 Fax : (041) 39.19.04 - Télex : 22.320

- Devises : 605.310.010078/57 Cptes BDL - Agence Port Saïd

Les manuscrits, photographies ou tout autre document et

Internet : http://www.elmoudjahid.com

E-mail : elmoudjahid@elmoudjahid.com

Cité Mohamed Boudiaf (ex-2.000 logts) Bâtiment 3, 1 er étage, Nouvelle ville Tél. - Fax : (026) 21.73.00

- Dinars : 005.00 107.400.247 86 20.28

- Devises : 005.00 107.457.247 86 20.28

illustration adressés ou remis à la Rédaction ne sont pas

rendus et ne peuvent faire l’objet d’une réclamation

   

Sports

31

EL MOUDJAHID

Judo-Classement mondial

Soraya Haddad dans le Top 20 de la catégorie des -52kg

L'athlète algérienne Soraya Haddad a rejoint le Top 20 des meilleures judokates mondiales au classement du mois de février publié hier sur le site de la Fédération internationale de Judo (FIJ). Haddad (-52kg), récente médaillée d'argent au tour- noi de Paris, une des étapes du Grand Chelem de la FIJ, occupe la 17e position avec un total de 414 points dans sa catégorie, sur 155 concurrentes classées. Ses compatriotes Moussa Meriem et Ratiba Tariket, ont pris respectivement, la 26e (308pts) et la 58e posi- tion avec 90 pts. La première place de la catégorie des -52kg est revenue à la Japonaise Nakamura Misato (2140 pts) vainqueur, en janvier dernier, du Master mondial de judo, regroupant les 16 meilleurs athlètes mondiaux de chaque catégorie de poids. Dans la catégorie des -70kg, Kahina Haddid est classée à la 31e position sur 150 compétitrices, avec un total de 214 pts, alors que la meilleure africaine dans la même catégorie est la Tunisienne Houda Miled (16è avec 446 pts). La Française Decosse Lucie est le leader incontesté, avec 2000 pts. La championne d'Afrique (-78kg), Kaouthar Ouallal a intégré pour sa part, le Top 35 au classe- ment de février de la Fédération internationale de judo. Kaouthar est 33e mondial avec 192 pts, devant sa coéquipière en équipe nationale, Rachida

pts, devant sa coéquipière en équipe nationale, Rachida Ouardane (41e-120 pts). La Chinoise Yan Xiuli garde

Ouardane (41e-120 pts). La Chinoise Yan Xiuli garde toujours la pole posi- tion avec 1560 pts. 115 judokates ont été classées. Pour sa part, la médaillée de bronze au dernier Mondial junior chez les +78kg, et meilleure athlète algérienne de l'année 2010, Sonia Asselah a pris la 44e place parmi 100 athlètes. Asselah a, à son actif, 72 pts, tandis que le premier rang est détenu par la Japonaise Megumi Tachimoto avec 1560 pts. La meilleure africaine de la catégorie est la Tunisienne Chikhrouhou Nihel (690pts). Saidi Kahina et Aida Mezerna, respective- ment (36e et 71e chez les - 63kg), Moussa Meriem, Samia Balabas (47e et 135e dans la catégorie des - 48kg), Lila Latrous, Ratiba Tariket et Nassima Bouzid (57e, 84e et 165e chez les -

57kg) sont les autres judo- kates figurant au classement de la FIJ du mois de février. Chez les hommes, le meilleur algérien classement mondial est revenu à Amar Benikhlef dans la catégorie des -90kg. Benikhlef a récolté 328 pts et prend la 26e place, devant ses com- patriotes Lyès Bouyacoub (34e-226pts) et Abderrahmane Benamadi

(151e-12pts).

Le meilleur africain de la catégorie est l'Egyptien Hesham Mesbah (20e- 414pts), alors que le Japonais Ono Takashi domi- ne les 200 judokas classés, avec une première place remportée haut la main en totalisant 1580 pts. Dans la catégorie des lourds (- 100kg), l'Algérien Hassane Azzoun est classé dans le Top 50, avec une 47e place (142pts), derrière l'Egyptien Ramadan Darwish (9e-

870pts), et le Japonais Anai Takamasa, premier de la catégorie avec 1808 pts. 150 concurrents figurent dans le classement mondial de la FIJ. Nouari Youcef (- 66kg) figure dans le Top 50 au classement de la FIJ du mois de février. Nouari est 47e avec un total de 180 pts, devançant son compa- triote Mohamed Bougherfa

(120e-36pts).

La catégorie est dominée par le Mongolien Hashbaatar Tsagaanbaatar avec 1620 pts. Le classement mondial des autres algériens est mitigé, à commencer par les super- lourds (+100kg). Ahmed Kebaili pointe à la 69e posi- tion (72pts) et Amar Belgacem à la 91è avec 36 pts. Le Français Teddy Riner caracole en tête avec 1900 pts, devant 149 concurrents. Abderrahmane Benamadi et Hadjam Oussama sont respective- ment, 103e et 249e chez les -81kg, tandis que dans la catégorie des -73kg, Mustapha Boulemia, Noureddine Yagoubi, Grini Elarbi et Smail Gendouz viennent, tour à tour, à la 112e, 125e, et à la 268e places. Chez les -60kg, le représen- tant algérien Lyès Saker occupe la 215e position avec seulement 4 pts. L'Uzbek Sobirov Rishod est leader avec 2166 pts, alors que le 1er africain classé dans la catégorie est le Marocain Yassine Moudatir, 25e avec un total de 296 pts et devant 300 concurrents.

Championnat d'Angleterre- 27 e journée

Chelsea pointe à la 5 e place du classement

Chelsea qui a fait match nul (0-0) face à Fulham lundi lors de la 27e jour- née du championnat d'Angleterre, poin- te à la cinquième place du classement, à 12 longueurs de Manchester United. Les Blues sont même passés tout près de la défaite puisque Fulham a obtenu un penalty à la 93e minute après une faute peu évidente de David Luiz sur Clint Dempsey. Mais ce dernier a vu sa frappe repoussée par Petr Cech, le por- tier de Chelsea. Ce match nul ne fait pas du tout les affaires des Londoniens qui font du surplace à la cinquième place du classement derrière

Manchester City et Tottenham et vont devoir batailler pour se qualifier pour la prochaine Ligue des champions. Pourtant, et malgré une entame de match difficile, les partenaires de Nicolas Anelka et Florent Malouda, tous deux titulaires, se sont créés plu- sieurs occasions franches, notamment pour Torres. L'Espagnol aurait pu mar- quer quatre fois (40, 45+1, 47 et 51) mais a manqué d'efficacité. Il a été remplacé à la 71e minute par Drogba. Chelsea aurait dû obtenir un penalty à la 68e minute pour une faute d'Hangeland sur Malouda. Ce match a

aussi vu la première titularisation de David Luiz pour les Blues. Et l'inter- national brésilien a impressionné en défense centrale pendant 68 minutes puis comme latéral droit. Très solide défensivement dans les duels, il a aussi, grâce à une ouverture magnifique de 60 mètres, offert une balle de but à Torres que ce dernier a gâchée (45+1). Apres la défaite à domicile face à Liverpool le week-end dernier (1-0), Chelsea ne s'est pas rassuré et n'a tou- jours pas marqué un seul but depuis l'arrivée de Fernando Torres pour 58 millions d'euros.

Un crachat coûte trois matches de suspension à Rosi (AS Rome) et Lavezzi (Naples)

La Ligue italienne de football (Lega Calcio) a infligé à Aleandro Rosi (AS Rome) et l'Argentin Ezequiel Lavezzi (Naples) une sus- pension de trois matches chacun pour s'être mutuellement craché des- sus en pleine rencontre entre leurs

deux équipes, a rapporté hier la pres- se italienne. Les deux joueurs ont été jugés sur la foi des images de télévi- sion de la rencontre de la 25e jour- née de Serie A, disputée samedi au stadio Olimpico de Rome et rempor- tée par les Napolitains 2 à 0 grâce au

doublé de l'Uruguayen Edinson Cavani. Lavezzi sera ainsi obligé de manquer le match choc de la 27e journée entre Naples, 2e, et le leader de la Serie A, le Milan AC, prévu dans quinze jours à San Siro.

Ronaldo prend sa retraite à l’âge de 34 ans

Une carrière riche en trophées et blessures

Ronaldo, double champion du monde avec le Brésil (1994 et 2002) et double Ballon d'Or (1997 et 2002), a mis lundi un terme à sa phénoménale carriè-

re à l'âge de 34 ans en raison de problèmes physiques, et a révélé qu'il souffrait depuis des années d'hypothy- roïdie. "Je mets fin à ma carrière de joueur professionnel", a

déclaré

Fenomeno", lors d'une conférence de presse au siège de son dernier club, les Corinthians de Sao Paulo. "Jeudi, quand j'ai pris ma déci- sion, j'avais l'impres-

sion d'être dans une unité de soins intensifs, en phase ter- minale. Cette annonce est comme ma première mort. C'est très dur d'abandonner quelque chose qui t'a rendu aussi heureux", a-t-il ajouté, entouré de ses fils Ronald (10 ans) et Alex (5 ans, qu'il vient de reconnaître en décembre après un test ADN). "Ces deux dernières

années, j'ai eu une longue série de blessures (

leurs m'ont poussé à anticiper la fin de ma carrière", a-t-il précisé, au bord des larmes. Le meilleur buteur de l'his- toire de la Coupe du monde (15 buts en trois éditions), opéré trois fois aux genoux (1999, 2000, 2008), a accu- mulé ces derniers mois les pépins à un mollet, au pubis ou aux adducteurs. L'ancien joueur de l'AC Milan a aussi annoncé qu'il souffrait depuis des années d'une faiblesse de la thyroïde, qui provoque un ralentissement global des fonctions de l'organisme, entraînant notamment prise de poids et fatigue. "Il y a quatre ans à Milan, j'ai découvert que je souffrais d'un problème, l'hypothyroïdie ( ) Beaucoup doivent regretter aujourd'hui d'avoir fait des blagues sur mon poids", a ajouté Ronaldo, surnommé "el gordo" (le gros) à la fin de son séjour au Real Madrid (2002-2007). Sa carrière est étroitement liée à la Coupe du monde. Retenu sans jouer pour le Mondial-1994 rem- porté par la Seleçao, il souffre de convulsions juste avant la finale du Mondial-1998 et passe à côté de son match contre la France (0-3). Il prendra une revanche éclatan- te en offrant un cinquième titre mondial au Brésil en 2002, en inscrivant huit buts, dont deux en finale, après une absence de près de deux ans en raison de ses deux premières opérations au genou droit. "Mon titre le plus important", a déclaré lundi l'attaquant aux 62 buts en 97 sélections. Sa carrière internationale s'arrêtera au Mondial sui- vant, après l'échec en quart de finale contre la France (0- 1). En club, après des débuts fracassants au Cruzeiro Belo Horizonte (58 buts en 60 matches), il a sillonné l'Europe:

Ces dou-

buts en 60 matches), il a sillonné l'Europe: Ces dou- "O ) PSV Eindhoven (1994-1996), FC

"O

)

PSV Eindhoven (1994-1996), FC Barcelone (1996- 1997), Inter Milan (1997-2002), Real Madrid (2002- 2007) et AC Milan (2007-2008). Il a remporté notam- ment une Coupe des Coupes (1997), une Coupe de l'UEFA (1998) et deux titres de champion d'Espagne (2003, 2007), ainsi que trois titres de joueur Fifa (Fédération internationale de football) de l'année en 1996, 1997 et 2002, mais n'a jamais gagné la Ligue des champions. Après une troisième opération à un genou, il a rejoint les Corinthians fin 2008, remportant l'année sui- vante la Coupe du Brésil et le championnat de Sao Paulo. "Il va devenir une légende", a jugé son entraîneur de l'époque Mano Menezes, aujourd'hui sélectionneur du

Brésil. "Il fait partie des cinq meilleurs de tous les temps,"

a abondé Carlos Alberto Parreira, premier sélectionneur

à avoir convoqué Ronaldo en équipe du Brésil en 1994,

au micro de la chaîne Globo News. En plus de ses deux fils, Ronaldo a deux filles, Maria Sofia, 2 ans et Maria Alice, 9 mois. Il a prévu de devenir l'ambassadeur mon- dial des Corinthians et a même annoncé l'an dernier son intention de prendre un jour la présidence du club.

Premier but de la saison pour Carl Medjani (Ajaccio)

club. Premier but de la saison pour Carl Medjani (Ajaccio) Le défenseur interna- tional algérien d'AC

Le défenseur interna- tional algérien d'AC Ajaccio (Ligue 2 fran- çaise), Carl Medjani, a contribué lundi soir au match nul décroché sur le terrain du FC Metz (2-2), à l'occasion de la 23e journée du Championnat de France de football

Ligue 2. Medjani avait ouvert le score pour son équipe à la 12e minute du jeu, avant que le messin Duhamel n'égalise (33è). C'est le premier but de la saison pour le défenseur des Verts, contre son ancien club. En deuxième période, Duhamel resurgit pour donner l'avantage au FC Metz (69e), mais Pierazzi trouve la faille deux minutes plus trad. pour remettre les pendules à l'heure (2-2). Avec ce résultat, Ajaccio occupe la 5e place au classement avec 35 pts, à six longueurs du leader, le Mans (41 pts), tandis que le FC Metz devra cravacher du pour quitter la zone des relégables (18e, 24 pts).

Kayserispor et Karim Ziani s'inclinent face à Fenerbahce

L'équipe turque de Kayserispor, où évolue le milieu

international algérien, Karim Ziani, s'est inclinée lundi soir face à Fenerbahce (2-0), en match comptant pour la 21è journée du championnat de Turquie de football. L'ancien buteur de l'Olympique Marseille, le Sénégalais Mamadou Niang avait ouvert le score pour Fenerbahce (3e), avant que l'Uruguayen Diego Lugano ne fait le break à la 60e minute. Karim Ziani qui avait rejoint Kayserispor durant le mercato

à titre de prêt en provenance de Wolfsburg (Div 1 alleman-

de), a été titularisé et a joué l'intégralité de cette rencontre.

A l'issue de cette journée, Kayserispor occupe la 4è place au

classement avec 39 pts, loin derrière Trabzonspor, leader avec 47 pts, mais talonné de prés par Fenerbahce (45 pts).

loin derrière Trabzonspor, leader avec 47 pts, mais talonné de prés par Fenerbahce (45 pts). Mercredi
Ligue 1 (mise à jour) USMH 1 - MCA 0 Boumechra assomme le Mouloudia Stade
Ligue 1 (mise à jour)
USMH 1 - MCA 0
Boumechra assomme le Mouloudia
Stade D'El-Mohammadia. Affulence nombreuse.
Arbitrage de MM Amalou, Tahir, Azrine. 4ème
arbitre: Hallalchi
Avertissements: Djeghbala, Griche (expulsé à la
35ème minute) pour l'USMH.
Megherbi, Besseghir, Babouche pour le MCA
But: Boumechra (70') pour l'USMH
C e derby, celui de la
reprise de la
Ligue1, après une
LES ÉQUIPES:
-
USMH: Mahfoud, Djeghbala,
Benabderrahmane, Griche, Legraâ, Gherbi,
Hendou, Boumechra, Yachir (Kabla 70'),
Touahri (Benaï 66'), Boualem (Aouameur
90+1). - Entraîneur: Boualem Charef.
-
MCAlger: Slimani, Besseghir, Babouche,
trêve de plus d'un mois, a
été très disputé devant un
public des plus nombreux
que l'exigûité du stade n'a
pu contenir tous les sup-
porters des deux galeries.
Le match débutera sur les
chapeaux de roue, puisque
Boumechra, l'ex-moulou-
déen avait trouvé le poteau
de Slimani. Une tentative
qui avait fait frémir les
supporters mouloudéens.
Les poulains d'Alain
Michel répliqueront par
Sofiane, mais son lob ne
donnera rien. Le match est
assez serré entre deux
équipes très bien appli-
quées. Puis, le tournant du
match après l'expulsion de
Griche suite à un coup de
coude à Mokdad (35').
C'est sur ce score de 0à0
que s'achèvera le premier
half. En seconde mi-
temps, la monopolisation
de balle fut assez nette
pour les harrachis. En
effet, sur une passe de
Benaï, Boumechra trom-
pera, en pleine lucarne,
Slimani qui n'avait rien pu
faire (70'). Les harachis
tiendront bon jusqu'au
bout. les mouloudéens
n'ont rien fait en seconde
mi-temps. HAMID G.
Zeddam, Harkat, Daoud, Sofiane (Douadi 60'),
Attafen, Megherbi (Boudebouda 42'), Mokdad,
Derrag. - Entraîneur: Alain Michel.
CHAN 2011
Les “Verts”
à l'épreuve
des "Bafana-
Bafana"
Les Algériens poursuivent
leur préparation à Khartoum
Les "Verts", qui ont réussi à se
qualifier pour les quarts de
finale de ce CHAN, qui en est à
sa deuxième édition, sont très
motivés pour continuer leur
L a sélection algérienne A’
poursuit dans la sérénité
et la bonne humeur sa
préparation en vue de son
quart de finale du
sa suspension et de son jeune lutin
Fahem Bouaza, absent contre le
Soudan à cause d’une grippe.
"Ce n’est pas évident de suivre
le
match du Soudan sur le banc. J’ai
Championnat d’Afrique des Nations
CHAN-2011 face à l’Afrique du
Sud, prévu vendredi prochain à
15h00 au stade international de
Khartoum. Les partenaires de Hadj
Aissa qui ont repris le chemin des
entraînements lundi au stade de
Khartoum après une journée de
repos bien méritée, sont rentrés
dans le vif du sujet avec en ligne de
mire le grand rendez-vous de ven-
dredi prochain. Le staff technique
repris avec plaisir et enthousiasme
les entraînements avec le groupe
pour préparer notre quart de finale",
aventure. Le fait d'avoir pris la
deuxième place juste derrière le
Soudan a fait que les poulains
de Benchikha auront face à eux
dans ces quarts de finale, la
redoutable formation sud-afri-
caine qui avait remporté tous
ses matches du 1er tour, notam-
ment une victoire inespérée face
a
dit Laifaoui. Les coéquipiers de
à la grande équipe du Ghana (2
sous la direction de Abdelhak
à 1), alors que les Sud-africains
étaient menés au score au cours
du premier half. Les Sud-afri-
cains sont bien revenus au
cours du second half. Cela
dénote que cette équipe sud-
africaine est au point sur le
plan physique. Par conséquent,
les poulains de Benchikha doi-
vent faire attention et surtout
sortir le grand jeu, car rien ne
sera facile devant une équipe
qui a largement dominé son
groupe B. Cette rencontre aura
lieu à Khartoum après que les
organisateurs aient décidé de
faire jouer tous les matchs dans
la capitale soudanaise
Khartoum. Le match Algérie-
Afrique du Sud aura lieu pro-
bablement sur le terrain du
stade de la grande équipe d'El-
Merrikh à partir de 20 h 30. Il
est certain que les Algériens
sont proches de leur objectif de
départ qui est d'atteindre le
stade des demi-finales. Pour
cela, il faudra aligner une équi-
pe solide dans tous les compar-
timents de jeu et plus particu-
lièrement en attaque. Soudani,
qui malgré les opportunités qui
Benchikha a concocté un program-
me de préparation fait de récupéra-
tion, de séances vidéo pour décorti-
quer le jeu des Sud-africain et de
séances quotidiennes d’entraîne-
ment.
"Le moral est beau fixe, les
joueurs sont contents de reprendre
les entraînements pour préparer
notre quart de finale. Quatre jours
nous séparent de cette rencontre
importante contre l’Afrique du Sud.
Tout le groupe est animé d’une
volonté de bien faire", a souligné le
gardien du MC Alger Mohamed
Amine Zemmamouche. Son parte-
naire Mohamed Messaoud abonde
dans le même sens, estimant que la
journée de repos de dimanche a fait
beaucoup de bien aux joueurs.
"Après dix jours de compétition et
surtout de pression, les joueurs
avaient besoin de décompresser.
Maintenant, il faut se remettre au
travail pour être prêt le jour du
match contre l’Afrique du Sud", a
indiqué à l’APS l’attaquant de
l’ASO Chlef. Pour le quart de fina-
le de vendredi prochain, le sélec-
tionneur national Abdelhak
Benchikha pourra compter sur les
vingt trois joueurs pour mettre en
place son plan d’attaque, notam-
ment avec le retour de son capitai-
ne Abdelkader Laifoui qui a purgé
Khaled Lemmouchia ne cessent de
marteler que l’objectif numéro Un
de l’équipe algérienne au Soudan
est de remporter le CHAN-2011.
Une mission qui s’annonce des
plus difficiles avec la présence de
grosses cylindrées à commencer
par l’Afrique du sud, auteur d’un
sans faute jusque-là. Le coach
national qui a suivi des tribunes du
stade Al-Hilal à Oum dormane le
troisième match des Amabinneplaas
(surnom de l’équipe sud-africaine
des joueurs locaux) face au
Zimbabwe(2-1) n’a pas caché son
admiration pour l’équipe dirigée
par Simon Ngomane. "C’est une
bonne équipe qui joue bien au bal-
lon. Elle possède d’excellents
joueurs à lÆinstar des deux buteurs
Shongwe Vusimuzi et Shabangu
Leonard, ainsi que leur coéquipier
du milieu de terrain Mthimkhulu
Kenneth. En revanche, j’ai relevé
certaines insuffisances dans l’arriè-
re garde. On va bien décortiquer
leur jeu et mettre en place la straté-
gie adéquate", a déclaré à l’APS
Benchikha.
Hadj Aissa
“Je commence à retrouver mes sensations”
L e meneur de jeu de la sélection algérienne
A’, Lazhar Hadj Aissa, titularisé pour la pre-
mière fois contre le Soudan (0-0) lors de la
se sont présentées à lui, n'arrive
pas à marquer. A vrai dire, il
rate beaucoup d'occasions,
même s'il reste le meilleur
buteur algérien avec (3 buts).
On espère qu'il se réveillera
face à cette équipe d'Afrique du
Sud qui ne sera nullement facile
troisième journée du Championnat d’Afrique des
Nations CHAN-2011, estime qu’il n’est pas encore
au top de sa forme mais qu'il commence à retrou-
ver ses sensations. "Je commence à retrouver pro-
gressivement la plénitude de mes moyens, mais je
ne suis pas encore à 100% de mes moyens. Je suis
content et satisfait de mon rendement depuis le
début de la compétition. Il faut profiter des cinq
jours qui nous séparent du quart de finale contre
à
battre.
H. Garbi
l’Afrique du Sud pour redoubler d’efforts à l’en-
traînement et retrouver toutes mes sensations sur le
terrain inchaallah", a déclaré à l’APS Hadj Aissa .
Le métronome de l’ES Sétif, incorporé en secon-
de période contre le Gabon, alors que l’équipe
algérienne était menée au score (1-0) a réussi à
lui seul à changer la physionomie de la ren-
contre, au grand bonheur de son coach Abdelhak
Benchikha. "C’est le résultat d’un travail de tout
un groupe. L’équipe monte en puissance au fil
des matchs. Je pense que notre rendement est
satisfaisant dans l’ensemble. Notre premier
objectif a été atteint avec cette qualification en
quarts de finale. Maintenant, il faudrait se prépa-
rer comme il se doit pour passer l’écueil de
l’Afrique du Sud » a-t-il indiqué. Interrogé sur le
prochain adversaire de l’Algérie, qui a impres-
sionné par ses performances tous les observa-
teurs présents au Soudan, Hadj Aissa estime que
l’Afrique du Sud est une bonne équipe qui a des
points forts et des faiblesses. "Nous avons suivi à
la télévision leur dernier match face au
Zimbabwe. Le sélectionneur s’est déplacé quant
à lui au stade pour voir de prèscette équipe.
Nous allons visionner ensemble ce match dans
les prochains jours afin de déterminer les points
forts et les points faibles de cette équipe et la
stratégie à adopter", a expliqué Hadj Aissa qui
s’attend à un véritable match de coupe. " La ren-
contre de vendredi prochain sera totalement dif-
férente par rapport aux matchs du premier tour.
C’est un véritable match de coupe avec au bout
une qualification pour les demi finales. J’espère
qu’on sera dans notre jour. Personnellement, je
suis confiant", a-t-il dit.
Santos Muntubile, sélectionneur de l’équipe de la RD Congo
“Je me méfie de l’équipe d’Algérie”
équipe algérienne. J’ai suivi
certaines de ses rencontres
lors du premier tour, elle est
bien organisée et disciplinée
dans le jeu", a-t-il souligné.
Interrogé sur le niveau de la
compétition à l’issue du pre-
mier tour du CHAN-2011, le
coach de la RD Congo estime
que le niveau est largement
meilleur par rapport à la pre-
mière édition en Côte
d’Ivoire. " Nous avons assisté
à de belles rencontres d’un
mière édition disputée en Côte
d’Ivoire, la RD Congo a souffert
lundi soir face au Mali pour arra-
cher sa qualification en quarts de
finales, en terminant second du
groupe C devancée par le
Cameroun, auteur d’un sans
faute. " Nous avons bien joué
contre une belle équipe du Mali,
ça n’a pas été facile, heureuse-
ment que les joueurs ont bien
réagi après le premier but
malien. Nous nous sommes
créés beaucoup d’occasions,
Ph. : M. Naït Kaci

Le sélectionneur de l’équipe de la RD Congo, Santos Muntubile se méfie beaucoup de la sélection algérienne A’ qu’il pourrait croiser en demi-finale du championnat d’Afrique des nations CHAN-2011, au cas où les deux formations passent avec succès les quarts de finales. " Trois équipes m’ont laissé une bonne impression depuis le début du tournoi. Il y a la Tunisie qui pratique un beau football, le Soudan qui joue avec la grinta et bénéficie du soutien inconditionnel de son public et l’Algérie qui est constituée d’un groupe homogène et d'individualités de quali- té", a déclaré à l’APS Santos Muntubile, après la qualification des Leopards locaux en quarts de finales du CHAN-2011. " Sincèrement, je me méfie beaucoup de cette

niveau très appréciable. En quarts de finales, le niveau sera encore plus élevé", a-t-il noté. Tenante du titre de la pre-

notamment en seconde période, mais nos attaquants ont péché par manque d’efficacité, c’est peut-être du à la fatigue. Il

faut savoir qu’ils jouent depuis deux ans sans arrêt avec leur club, le TP Mazembe", a expliqué Muntubile, qui s’attend à un match encore plus difficile en quarts de finales. "Il n’y a pas de petites équipes à ce niveau de la compétition. Vous avez vu ce que l’équipe du Mali a démontré lors de notre match. Mon équipe monte en crescendo. Il faut continuer à tra- vailler et surtout récupérer de nos efforts en vue des quarts de finales", a-t-il dit. En quart de finale, les partenaires du gardien Kidiaba affronteront le premier du groupe D. "Je n’ai pas de préférence, on va attendre ce soir pour connaître notre prochain adversaire. Notre objectif est de défendre notre titre", a-t-il conclu.