Vous êtes sur la page 1sur 109
STAGE INITIATION A L'AGRICULTURE SYNERGETIQUE avec Emilia Hazelip PROGRAMME loresorme agreoomigue de M4. Pakunka 4 la planification en permacultre ® principes de /Agnoutture: Synergenique & Fauroteriité du sot % techniques de regeneration des sols. *& cobtures potagtres ef mataichéres 4 leo véréales | méthode Doofils: ® les arbres urs, fouragers ef eriisants ® lee halve et brive vents ® les engrais verts in des phages -® coment faire des semences & es abolles et autres aniraau ® le compost démystitie 8 In toilets compos: ‘fe taitomers des omux usées por tas plates -aquatiques ‘#) constuction avec des sacs de tere EXSEIGUENGONT THBORIQUE ACCOMPAGIE OK, peuvseares La vie sur terre est une histoire de Ia naissance ct de la mort des organismes: individuelles, une histoire cyehique ascension et de chute, de réussites et dechecs de communautes. Toute mattére se comporte selon. des principes définis - quil sagisse de TUnivers cosmigue, de moncle de micro-orgarismes ou de celui bien plus petit encore desatomes et des éleetsons que constitue ta matiére non-vivante et minérale, Toutes choses sont soumises & un flux constant cout en respectant un ordre déterminé ; toutes choses se mucnt en un cycle récurtent unifie par une force fondamentale procédant d'une source unique. Alfirmer que fubourer ne sert a rien ne revient pas a dire quill est inutile d'ameubtir Ie sol et caugmenicr sa pormeabilité , Non, a fait ie ‘youdrais.insister, plus que pe, sur importance quont eect pour le sol, fair et l'eau. OCUMENTS DisTEBUES PAR. LASSOCIATION LAS ENCANTADAS BP.217 F-11300 LIMOUX AGNICULTUKE SYNERGEnQUE ati ov a Recherehes de Mare Bonfils ‘Nateeval sors! eg [teal ens ccs vol 2: STF = exemple de gestion collective Zeloreau beaver “Tes las do cheng “ess rage to boabab seis + Losol ot usion 20. “Va réhorive apienle 30. + Les arbres fitiors 35 Vidéo: Culture de ia terve en dei ia ets ids fa oe sarenarecmen| de oun Foret pan e180 Association PERMACULTURE ‘Textes d'un cor de till Mollison voll SFE * Inicodcion tla Permaculture “ee fortes Pormaculuce = La' mods de planation en Permaculture TY Permaculture on ersingiique OU = La Permaculuce eles incenbes taro Aarts: SF ere eon [Teemrept de Fermacalure = Fort ver eadeaux arracen few be conpagre ot bane pi organisation broxtyyonale “at fche naturelle, prooéd Yatra 7S ie + Constnvetion dung riche en JOFF < Made Je panfemin (rehome) 20FF {Ha sores desl it joe ‘ren py es oan ic is Pw fet aman nr ae ie ter ve cigs Beinbab tert mere Mest de la nature du sol de se dilater et de devenir plus perméable au fildesans, Il est absolument essentic! que les micro- ‘organismes se multiplient laterre, pour que celle-ci devienne plus fertile, et pour ‘que les racines des grands arbres y pénetrent profondément. Je vois seulement que, loin détre Ia solution, travailler le sol aver la ‘churtue e¢ ta houe, interfere en réalive av ces processus. $i Thumain laisse le sol & Iui- méie, celui-ci s'enrichera elsaaneublirs jst Ja seule puissance de Ia nature, Masanobu Fukuoka TAgriculturé Naturelle ARBRES FRUITIERS. par Marc Bonfils.(Permaculture Pyrénées. 11300 Bouriadge.) Densité de PLANTATION: La determination du nombre d'arbres A planter est sous la dependance d'un certain nombre de facteurs d'ordre: Economique. Technique & Financier. Facteurs tecniaues- ‘La necessité d'assurer une bonne alimentation 0/N: aérien & souberraine, constitue et de loin, 1'¢lement le plus important, le facteur decisif du rendement. Des arbres trop serrés se génent mutuellement au niveau des racines & surtov au niveau de leurs frondaisons. La Llumisre Solaire est INDISPENSABLE pour 1'assimilation (par synthése chlo~ rophglliénne) c'est le Carbone qui entre pour les 2/5 dans la composition des sucres. Son insuffisance retentit donc facheusement sur la qualité des fruits. La Faim de Carbone freine le developpement des racines & tout en favorisant l'élongation excessive des parties aériennes aux depens des racines. On abou tit ainsi & un systéme radiculaire sous developpé & incapable de nourrir des parties aeriennes anormalement hypertrophiés. Une bonne alimentation des racines depend donc étroitement de la bonne nu- trition carbonnée des parties aériennes. S'IL EST NECESSAIRE D'INSISTER SUR LA NUTRITION AERIEKNE c'est que son in#s fluence sur la production est DECISIVE, or elle reste toujours en dehors des préoceupations de l'heboriculteur. Sans doute elle est NATURELLE & GRATUITS mais encore faut-il savoir en tirer profit...que le feuillage soit placé dans les meilleures conditions de fonctionnement. La Faim de Soleil, de Carbone, peut se reveler aussi nefaste que la faim de N (Azote)et dont elle est d'ailleurs, la cause ESSENTIELLR. Feeteurs économiques Lorsque la densité de plantation est calculde a'apres les béso: de l'arbre de plein vent & tat adult Une bonne partie du terrain se trouve inocupée durant la phase de croissance des arbres. S'il n'est pas possible d'effectuer des cultures intercalaires payantees le rapport A 1'Ha. s'accroft trop lentement, avec une immobilisa- tion du capital foncier. Facteurs Financiers Quand les questions de surface n'interviemnent pas, c'es presque toujours 1'importance des investissements qui constitue le principal ?réin & l'extension des cultures fruititres. LES FRAIS de création & d'entretien d'un verger accroissent avec la densité des arbres. 2 Si en doublant la densité, les rendements s'en trouvent toujours accrus dans la m@me proportion au cours des premiéres années de production, il ne faut pas oublier non plus que les frais de plantation, de taille, de fumure, @'irrigation, etc. & cause de l'utilisation de porte-greffe (sujets) affaib- lissants, seront également doubles...& & cause de la faiblesse de 1'enraci- nement= LE BENEFICE NE SERA DONC PAS PROPORTIONNEL AU POIDS DES RECOLTES. Il faut aussi tenir compte de la faible longévité de production des espéces greffées sur Gujets affaiblissants. EN REGLE GENERALE ON A TENDANCE A PLANTER TROP SERRE. —e www De surpeuplement des vergers est avec le parasitisme qu'il favorise, la grande plaie des culturés fruitiéres intensives; tout comme 1a multiplication abusive des troupeaux eat la pierre d'achoppement de 1'élavage, en secteurs arides ou Méditerranée Il faut apprendre A planter moins serré, quitte & devoir affectuer des culti res annuelles intercalaires durant les premitres années. On peut aussi également: Installer entre les arbres de Plein-Vent (greffés sur franc, sur sa propre spéce) des arbres provisoires ereffés sur sujets affaiblissants, quique la pratique des cultures annuelles intercalaires soit souvent préferable. 4 Lorsque les arbres fruitiers sont plantés & trop forte densité, arrivés & l'age adulte, la plantation prend parfois l'aspect d'une forét épaise, les frondaisons S'enchevétrent en 1 déme continu: qui ne laisse pas.filtrer. l'air & la lumiére. Les branches basses privées de soleil, se desséchent & disparaissent peu & peu, ne laissant que des charpentes dénudées. Toute la végétation & fruits se porte vers la partie supérieure, rendant difficile la cueillette, de sorte que des tailles sevéres deviennent indis- pensables & d'autant plus que les frondaisons enchevetrées ne facilitent pas la circulation du cueilleur, & c'est 1& que le principe de la taille: "Ote ton ombre de la mienne & je te donnerai ma recolte & la tienne” prend toute son importance. Il s'explique lorsque les arbres trop serrés manquent de lumitre & de séve. C'est ainsi que les rameaux débiles doivent alors étre éliminés, sinon ils deviennent des foyers de parasitisme. VERGERS A PAIBLE DENSITE DE PLANTATION. Dans les vergers & faible densité, Tes arbres vont conserver leur aspect naturel en forme de boule étalée. Tous tes les parties aeriennes regoivent alors suffissament de lumiere. Les parties basses sont alors les plus fructiféres. les branches basses por- tent alors une recolte abondante & facile & ramasser. 11 y a alors peu de concurrence au niveau de parties aeriennes & des racines. Ia taille sur des arbres bien éclairés & bien alimentés est reduite au mi- nimum. En conditions normales, la taille, doit se borner & un réle de netto- Yeast supresion des branches mortes, deperissantes ou debiles, donc 8 un lagage. la faible densité de plantation permet aux arbres d'acquérir un trés grand volume utile: celui qui est donné par la forme en boule étalée qui donne le lus grand volume utile exposé & la photosynthése. our la conservation et vente, les fruits bien exposés & l'air & A la lu- mire se conservent mieux et se préteront mieux & des transports lointains. Une bonne aération chasse les excéss d’humidité qui sont tres prejudiciables & la qualité & & la conservation des fruits. LE FAIT DE PLANTER DES ARBRES A GRAND BCARTEMENT PERMB? D'EVITER LES MALADIES D'abora en evitant la faim de Garbone et d'Azote (G/N) subsequentes en evi- tant 1'élongation des parties aériennes, done le retard, & la photésynthése & l'accumulation de micromolecules proteiques (acides aminés) & néme d'azo- te non proteique, solubles et qui servent d'excelldnt substrat alikentaires aux virus & microbes pathogénes. De plus le soleil est le meilleur desingec- tant, de méme que l'air lorsqu'il circule bien. Sl y a Faim de Carbone quand il y a une elongation excessive des parties aériennes aux depens des racines. La RECOLTE DES ARBRES FRUITIERS justification Technique & Raison d'Etre de la Taille. (ou comment rétablir 1'équilibre entre les parties aépiemes § les racines Tl faut tailler pour compenser le desequikibre PA hypertrophiés par 1'élon- gation: le plus serrés les arbres sont plantés le plus les racines sont sous developpées par le manque de C. de Soleil. de Lumiére.et le plus les parties aériennes montent & la Verticale. Si un poirier & été greffé sur_cognasier (affaiblissant) ou un autre porte- ereffe a. issant, les racines ne parviendront pas & suivre le rythme de croissance des parties aeriennes. Sil ne sont pas taillés les arbres dont la croissance aura été rapide, auront une(PA)partie aérienne relativement developpée soutenue par un systéme radiculaire trés insuffisant. Ils donne- ront alors des fruits petits & se defendront mal contre la tavelure, surtout en année stche, & suffriront de toute fagon de la secheresse. Désequilibre des recoltes Un printemps favorable, en facilitant la tenue des fruits, & si 1'été est pas trop sec, permettra paut étre une récolte élevée en POIDS, mais erie ité (& cause de la faim de Carbone) € il en resultera un ATFAIBL: de l'arbre: Faute d'enracinement suffat 2 sant et faim d'Azote (N), qui supprimera la recolte de l'année suivante, & amenera des maladies. L'arbre aura alors tendance & alterner & & ne produire qu'une année sur 2, & l'année de surproduction étayjt inévitablement une année ou les cours somt bas. Enfin, des poiriers greffés sur porte-greffe faible, & non taillés risquent encore de verser, cad. de se coucher au moindre grand coup de vent. PLANTATION TROP DENSE ~~ La faim de Carbone qui en resulte est un obstacle & la croissance des racines & aboutit finalement & la faim de N (azote). Il faut alors reduire les parties aériennes en fonction de 1a faiblesse de 1! enracinement, & les éclaircir pour permettre leur exposition au soleil. PORTE-GREFFE AFFAIBLISSANT | Par exp-: Poirier greffé sur sujet affaiblissart tel le cognassier. Les racines de cognassier ne seront jamais capables de suivre la progression dec parties aériennes du poirier. La taille devient alors indispensabhe» LES FACONS CULTURALES PROFONDES,LES LABOURS. ‘Ltinfuissement des engrais vetts en profondeur par"le bon vieux labour de printemps" & méme les fagons super— ficielles coupent les racines tracantes des arbres fruitiers, il faut alors couper autant des parties aeriennes pour les proportionner & ce qui reste de racines. LE NON-RESPECT DE LA VOCATION GEONOMIQUE DU TERRAIN Par exp-: la plantation des poiriers, qui plus est, greffés sur cognassiers, sur des terrains secs & argilo-calcaires, et en Situation de sechante, sur versants exposés Sud- Ouest; il faudra alors tailler séverement pour regulariser 1'alimentation en eau des parties aériennes. Le poirier préfére les sables humiféres humides, les sols riches argilo-se ‘bleux bien pourvus en eau & il ne supporte pas les chaleurs excessives, ni les sols trop pauvres. Le poirier sur cognassier chlorose & partir de 8% de calcaire actif. (Le pé- cher A LA TRANSPLANTATION — Surtout que la deplantation en motte de 20 kg. est trop rarement pratiguée & reservée aux arbustes & feuillage persistant d' une certaine "valeur" (ornamentale) dé sorte que les arbres fruitiers sont presque toujours transplantées & racines nues & ce qui implique inévitable— ment: la mort de toutes les jeumes tacines. Plus grave encore, les racines principales sont souvent fortement raccourctes lors de l’arrachage; les pépinieristes trouvent dans cette facon de faire, une certaine économie de main d'ceuvre ainsi qu'une plus grande factlité d'emballage. Quand aux acheteurs, la plupart ignorants, se préoccupent presque unique- ment de l'envergure des branches...pensant gagner ainsi 1 ou 2 ans sur la formation de l'arbre. Maie le developpement ultérieur des branches sera conditionné par le deve~ loppement du systéme radiculaire (N) & non 1'inverse. ‘L'arbre insuffisamment pourvu des racines risque de ne pas reprenére & d'au- tant plus si l'arbre est replanté trop exposé au soleil & en conditions sé- chantes. I1 va donc fallbir tailler & la transplantation & autany plus qu'une grande quantité de racines aura été éliminée & la deplantation, (pour propor— tionner les parties aériennes aux racines & diminuer 1'evapo-transpiration. Si on veut diminuer les risques de dessechement & ne pas passer son temps &@ bassiner d'eau les arbtes. Ne pas enterrer les arbres trop frofondément, sinon les racines se trou- vent dans les couches de terrain les moins riches en humus & les moins aérées. LA SEVE ELABOREE CIRCULB principalement par le coté de l'arbre exposé au Nord-Est. (Voie de circulation principale) NE PAS INVERSBR au Sud-Est!: les écorces risquent d'étre brulées par le soleil & bloquer le couloir princi- pal de circulation de séve élaborée & dont depend étroitement la croissance des racines. Une mauvaise circulation peut entrainer ulterieurement une dependance de la TAILLE DE FRUCTIFICATION quand on sera obligé de reduire les parties aériennes en fonction des racines disponibles. REGLE ESSENTIELLE Toute deplantation supprime une partie du systéme radicu- laire, de sorte qu'elle doit necessairement comporter l'ablation d'une frac- tion correspondante de la masse aérienne, afin de réduire & le transplan- tation une évapo-transpiration que ne pourrait pas compenser 1'absorption d'eau par les racines. A LA GREFFE Ia taille par recepage (rabattre le sujet) est indispensable en principe, on rabat la tige A 10 - 15 om. au dessus des racines. EN_CAS DE DEFICIT DE NUTRITION CARBONEE ( manque d' insolation) ~—~s—