Vous êtes sur la page 1sur 3

Cours d’analyse du roman/ S3

Deuxième partie

I- Analyse de quelques passages de La Curée de Zola :

Remarque importante :

Il est fortement recommandé voire obligatoire de lire l’intégralité de


l’œuvre au programme. Sans la lecture complète de La Curée, il sera
impossible d’analyser convenablement les passages proposés.

Remarques préliminaires :

1) L’étape de la découverte du passage :

_ La lecture attentive et à maintes reprises du passage à analyser constitue


une condition sine qua none (essentielle et primordiale) pour arriver à
bien comprendre les différentes pistes de lecture ouvertes par le texte.
Une telle lecture favorise une bonne compréhension et ipso facto une
bonne analyse.
_ Il ne faut nullement pas hésiter de consulter le dictionnaire afin
d’expliquer les mots difficiles.
_ En lisant le passage à analyser, l’étudiant peut mentionner sur papier ses
remarques, ses impressions, ses hypothèses du travail, ses propositions de
répartition du texte, etc.
_ Les remarques dégagées peuvent porter essentiellement sur les
personnages, l’espace, le temps, la structure du texte, l’écriture, les traces
du projet naturaliste à travers le texte étudié, etc.

2) La recherche des axes d’analyse :

_ Cette étape structurante car il est question de faire la recherche d’un


plan efficace, progressif et cohérent. Autrement dit, elle nous permet de
faire contourner notre texte et de délimiter notre analyse. La recherche
des grands mouvements du texte nous permet également d’organiser
notre travail en suivant un fil conducteur bien précis.
_ Cette étape est une occasion propice pour bien présenter notre projet de
lecture en annonçant nos hypothèses de travail. Autrement dit, le projet
de lecture consiste en l’annonce claire des grandes lignes directrices qui
vont diriger notre explication. De cette façon, la cohérence et la
progression du discours textuel seront complètement assurées.

3) L’étape de la rédaction de l’analyse :


3-1 L’introduction :

_ L’introduction constitue un lieu stratégique dans la mesure où elle nous


permet de présenter nos intentions et nos projets de lecture.

L’introduction d’un travail analytique doit impérativement contenir ce qui


suit:

a- Les deux premières phrases ont pour fonction majeure d’amener et de


poser progressivement le sujet. L’entrée soudaine et brusque est à
éviter.
b- Situer le passage : c’est indiquer précisément les événements
antérieurs (majeurs) qui ont donné naissance au passage étudié. D’où
l’importance de lire l’intégralité de l’œuvre au programme.
c- Annoncer votre plan :
Exemple :
Dans un premier moment nous étudierons un tel aspect (précisez votre
premier axe), dans un deuxième moment nous aborderons un tel
mouvement (indiquez votre deuxième axe), etc.

3-2 Le corps du travail :


_L’organisation du texte se fait en fonction du nombre des axes à
aborder : deux grandes parties pour deux axes (trois au maximum).
_ Les paragraphes de chaque partie doivent être bien structurés et bien
enchaînés par des liens logiques. Chaque paragraphe est articulé
autour d’une idée principale. La pertinence des idées et
l’enchainement logique des arguments et des exemples garantissent
l’originalité, la cohérence et l’unité de notre travail.

Exemples de quelques liens logiques:


- D’abord, ensuite, enfin, etc. pour exprimer l’énumération.
- Mais, cependant, néanmoins, pourtant, etc. pour exprimer
l’opposition ;
- Parce que, car, du fait de, en effet, etc. pour exprimer la cause ;
- Par conséquent, donc, c’est pourquoi, en conséquence, etc. pour
exprimer la conséquence ;
- En outre, en plus de, aussi, ensuite, également, et, etc. pour
exprimer l’addition.
- Etc.

3-3 La conclusion :
Comme l’introduction, la conclusion doit être claire et pertinente tout
en montrant l’unité du travail analytique. Dans ce sens, elle remplit
au moins deux fonctions fondamentales :
_ la conclusion est un résumé ordonné et bien structuré qui rappelle
les principales articulations de l’analyse.
_ Elle peut apporter un élargissement des résultats obtenus ou on
peut ouvrir des perspectives nouvelles en posant des questions
ouvertes.