Vous êtes sur la page 1sur 73

AUDIT DES STOCKS

Formation 2020
2

REGLES DE COMPTABILISATION

Qu’est ce qu’un stock ?


Biens destinés à être vendus en l’état ou au terme d’un processus de
production à venir ou en cours.

Distinction immobilisations/Stocks
Immobilisations sont des biens acquis pour être utilisés de façon durable
3

REGLES DE COMPTABILISATION

Matières Premières Annulation du stock initial (débit


Autres Approvisionnements du compte de charges "variation
Marchandises de stock")
Constatation du stock final
(crédit du compte de charges
"variation de stock")
------------------------------------------------ ------------------------------------------------

En-cours et stocks de produits Stock clôture - stock ouverture


(finis, résiduels, intermédiaires =
production stockée (compte de
produit)
4

L’EQUATION DU STOCK

Stocks = Quantité x Valeur


5

STOCKS ET COUTS DE PRODUCTION

Achats de biens et services


Impossible d’afficher l’image.
Coût de production
Charges de personnel
Amortissements

Compte de résultat Coût des ventes

Bilan Stocks
6

PROBLEMES GENERAUX

Quantités
Coûts à incorporer
Evaluation de la provision
7

OBJECTIFS D'AUDIT

Exhaustivité (Eh) : toutes les transactions et événements qui se sont


produits et qui auraient du être enregistrés l'ont bien été.
Exactitude (Ea) : les transactions enregistrées sont arithmétiquement
correctes.
Séparation des exercices (SE) : les transactions ont été enregistrées
dans la bonne période.
Existence (Ei) : les actifs et passifs existent à la date de clôture.
8

OBJECTIFS D'AUDIT

Occurrence : les transactions enregistrées au compte de résultat


correspondent à des événements économiques qui se sont produits
pendant la période.
Valorisation (V) : les éléments financiers sont correctement évalués.
Droits et Obligations (DO) : les actifs et les passifs de l'entreprise
correspondent respectivement aux droits et obligations de l'entreprise à
la date de clôture.
Présentation et information (PI) : les états financiers sont
correctement présentés
9

RISQUES D'AUDIT

Facteurs de risques inhérents

Facteurs de risques de contrôle


10

STRATEGIE D'AUDIT - AUDIT DES PROCESS

Identification et évaluation des contrôles de pilotage dès la phase


de planification

Approche basée sur les risques et les contrôles clés :


détermination de la stratégie d'audit sur le cycle stocks par objectif
d'audit en fonction du niveau d'appui sur les contrôles

l'appui sur les contrôles nous autorise à alléger les travaux de détail (si
les contrôles sont testés et jugés performants)
11

SUIVI D'INVENTAIRE PHYSIQUE

Faiblesses de contrôle interne Validation du cut-off


Suivi des comptages Suivi des autres éléments
(dépréciation)
12

LES TYPES D'INVENTAIRES

INVENTAIRE INTERMITTENT INVENTAIRE PERMANENT

Inventaire à la clôture Inventaire à la clôture


OU OU

Proche de la clôture + bridging Proche de la clôture + tests de


fiabilité de l'inventaire permanent
13

INVENTAIRE PERMANENT

Quantités comptées =
Quantités valorisées

Suivre l'inventaire

Validation des systèmes

Validation du cut-off
14

METHODES DE VALORISATION DES STOCKS

Coût réel unitaire

Coût moyen pondéré (2 variantes : après chaque


entrée; de période de stockage)

Premier entré - premier sortie (PEPS, FIFO)

Coût standard

Valeur de remplacement (NIFO)

Dernier entré - premier sorti (DEPS, LIFO)


15

COUT D'ENTREE DES STOCKS

Matières premières Coût d'acquisition


Autres approvisionnements =
Marchandises Prix d'achat + frais accessoires
d'achat
16

COUT D'ENTREE DES STOCKS

En-cours et stocks de produits Coût de production


(finis, résiduels, intermédiaires) =
Coût d'acquisition des matières
+
charges directes et indirectes de
production
17

COUT D'ENTREE DES STOCKS

CHARGES DIRECTES DE PRODUCTION

Charges directement affectées au produit et rattachées sans ambiguité

CHARGES INDIRECTES DE PRODUCTION

Charges pouvant raisonnablement être rattachées à la production du bien


(absence de liste exhaustive)

QUOTITE INCORPORABLE

Notion de niveau normal incorporable


18

COUTS DE SOUS-ACTIVITE

A STRUCTURE IDENTIQUE : Ces coûts n'apportent aucune


valeur ajoutée
Moins d'activité = Plus de coûts
fixes intégrés
19

VALEUR D'INVENTAIRE

VALEUR NETTE DE REALISATION COUT DE REMPLACEMENT


(NRV) Prix de marché à l'achat + frais
Prix de vente < coût de production accessoires habituellement
incorporés
20

FACTEURS DE DEPRECIATION

Biens périssables ou suivant la mode

Technologie rapide

Facteurs sociaux ou légaux

Biens abîmés ou détériorés

Biens refusés ou retournés par les clients


21

DOCUMENTS UTILES POUR NOTRE AUDIT

Détail de la provision passée par le client

Analyse de la marge brute

Etat des stocks par ancienneté

Notes prises durant l'inventaire

Etat des retours et avoirs post-clôture

Catalogue des prix tarifs (re NRV)

Analyse du niveau d'activité


22

CONCLUSION

De nombreux éléments peuvent conduire à une nécessité de


provision pour dépréciation des stocks

Il n'y a pas de bonne ou de mauvaise réponse : on doit apporter un


jugement

Utiliser les nombreuses sources d'information à la disposition de


l'auditeur

Documenter et conclure

S'adresser au bon interlocuteur


Contenu du séminaire

1- Introduction

a. Définition de la notion de stocks


b. Distinction entre stocks et immobilisations
c. Rappel des règles de comptabilisation

2- Approche d’audit : les zones de risque

a. La part de subjectivité : cas pratique


b. Approche d’audit et assertions en matière des stocks
c. Risques spécifiques aux stocks
d. Présentation de cas pratique et exercice sur l’approche d’audit des stocks

3- La détermination des quantités

a. Questionnaire d’assistance aux inventaires physiques


b. Cas pratique sur le suivi des travaux d’inventaire physique
c. Stocks détenus par des tiers
d. Exercice sur la séparation des exercices

4- La détermination des coûts

a. Les différentes méthodes d’évaluation des stocks


b. Cas pratique sur les modalités d’évaluation des coûts : calcul du coût de
production ; prise en compte de la sous-activité
c. Eléments constitutifs des coûts
d. Quiz sur les charges incorporables
e. Conclusion

5- Les provisions

a. Présentation des règles générales


b. Cas pratique sur le calcul des provisions sur les stocks

23
Sommaire des exercices et corrigés

Intitulé du document Page


Exercice : société PLASTICE SA : la subjectivité dans l’évaluation des 25
stocks
Etude de cas : TUBES MAROC SA 26
Corrigé : les facteurs de risque- Cycle « Stocks » (Société TUBES 29
MAROC SA)
Typologie des facteurs de risque- Cycle des Stocks 31
Exercice : suivi des travaux de prise d’inventaire physique 33
Corrigé : programme de travail suggéré sur la vérification des quantités 39
Modèle : Lettre_Confirmation_Stocks_Avec_Liste_Jointe 41
Modèle : Lettre_Confirmation_Stocks_Sans_Liste_Jointe 42
Questionnaire d’Assistance à l’Inventaire physique 43
Exercice : les charges incorporables aux stocks 48
Exercice : les méthodes d’évaluation des stocks 49
Exercice : programme de travail sur la détermination des coûts 50
Exercice : tester les coûts des stocks 51
Corrigé : les charges incorporables aux stocks 54
Corrigé : les méthodes d’évaluation des stocks 57
Corrigé : programme de travail sur la détermination des coûts 58
Corrigé : tests sur les coûts des stocks 59
CGNC : règles d’évaluation des stocks 62
Exercice : détermination de provision pour dépréciation des stocks 70
Corrigé : détermination de provision pour dépréciation des stocks 72

24
Exercice : société « PLASTIC » SA

Le stock de matières consommables au 30/11/2020 comprend des articles utilisés comme raccords ;
ces articles en fonte ont un écoulement très lent, compte tenu du tarif de vente, proposé par la société.
Pour vendre ce stock, la société devra brader les prix en 2021 ;
Au 31/12/2020, « PLASTIC » SA sera amenée à constituer une provision pour dépréciation, pour
couvrir la perte latente.

Les articles en question, et leur prix de vente probable sont comme suit :

Désignation Poids Quantité Prix Valeur (en Fourchette du Provision à


(en unitaire dirhams) prix de vente constituer
tonnes) probable (par
unité)
PI COUDE 1/4 D 2,7 10 000,00 28,09 280 900,00 Entre 10 et 15
100 dirhams
PI CULOTTE 1,1 5 000,00 22,89 114 450,00 Entre 8 et 12
SIMPLE D60 dirhams
RACC DE MUR 1,61 3500,00 47,85 167 475,00 Entre 20 et 30
ET DE dirhams
LANTERNEAU
D
PI COUDE 1/8 1,65 15 000,00 11,44 171 600,00 5 dirhams
D60
Total 7,06 734 425,00

Enfin, on vous précise que le prix de vente de la fonte ferraille est de 2300 DH par tonne.

25
Etude de cas

«TUBES MAROC»SA

1- Présentation générale

La société a été fondée en 1980. Depuis sa création, le métier de base était la fabrication de tubes, de
diamètres différents ; ces tubes sont utilisés dans les réseaux de transport d’eau potable et des eaux
usées.

Le savoir-faire de «TUBES MAROC»Sa s’est centré sur l’utilisation des nouveaux matériaux, dérivés
du pétrole, notamment le PVC et le PE.

Les produits fabriqués par «TUBES MAROC»SA peuvent être groupés en 4 domaines d’activité :

- Les tubes en PVC et polyéthylène (PE) pour l’adduction d’eau (assainissement et eau potable),
- Les films plastiques (serres) et les tubes de micro-irrigation, utilisés dans l’agriculture,
- Les matériaux de construction (tubes en PVC, petits diamètres) ;
- Le film industriel (destiné notamment à l’emballage).

Les activités de la société ont connu un développement important, en raison des politiques de l’Etat en
matière d’extension des réseaux d’eau portable et d’assainissement, ainsi que par le développement de
l’immobilier.

Une croissance des produits d’agriculture est également notée en raison des efforts de l’Etat en matière
de rationalisation de la consommation de l’eau d’irrigation, à travers l’utilisation de la micro-
irrigation, ainsi que des développements dans le cadre du plan Maroc vert.

La fabrication de film industriel est une activité nouvelle, lancée il a y à peine une année ; compte tenu
des besoins actuels en matière d’emballage et de la diversité des usages et des industries demandant ce
type de produit, la société a fortement investi dans ce domaine.

2- Marché

Clients

Les clients de la société sont :

- Les régies de distribution d’eau,


- Les entrepreneurs de construction des réseaux (sous-traitants des régies) ;
- Les agriculteurs,
- Les entrepreneurs de construction,
- Les distributeurs de produits de bâtiments.

Les produits vendus par la société sont de premier équipement, donc, en principe, peu sensibles à la
conjoncture économique.

Toutefois, les délais de paiement sont importants, car ils sont influencés par les donneurs d’ordre
publics ;
26
Quand à l’activité de film agricole, elle dépend des aléas climatiques et de l’évolution du marché
international des fruits et légumes (tomates, bananes).

La société jouit d’une bonne notoriété sur le marché, en raison notamment de la qualité de ses
produits.

Concurrence

Les tubes sont des produits pondéreux (volumes importants, prenant de l’espace lors du transport) ; ce
qui constitue une protection naturelle contre les importations.

Toutefois, en raison de la technicité relativement simple du processus de production, de nombreux


concurrents ont vu le jour et exercent une pression importante sur les prix de vente, notamment pour
les produits de bâtiment.

Ce phénomène est accentué par l’absence de normes techniques et de contrôle de la qualité des
produits utilisés dans la construction. Toutefois, pour les marchés conclus avec les régies, des tests sur
la qualité des produits sont exigés.

Contrôle qualité

La société est certifiée ISO 9000 et dispose d’un système de management de la qualité.

La qualité des produits étant un critère important dans la décision d’achat, la société est dotée d’un
laboratoire bien équipé pour réaliser les tests nécessaires (tests de pression sur les tubes, tests de
vieillissement pour le film agricole,…).

3- Production

Les tubes sont de différents diamètres allant de 16 au 500 mm. Ils étaient fabriqués au début par le
mélange de fibres et de ciment ; ces matières ont été remplacé par le PVC (plus léger), et plus
récemment le polyéthylène (PE).

Le PVC est acheté localement ; le PE est importé. D’autres additifs sont ajoutés au mélange servant à
la fabrication ; ces additifs sont importés.

Le PVC et le PE sont des dérivés du pétrole, et subissent les fluctuations du marché international.

Le processus est organisé sous forme de production de masse : une fois le mélange prêt (sous forme de
poudre pour les tubes à base de PVC, ou de granulés pour les tubes et films à base de PE), il est
alimente la ligne de production.

La fabrication se fait par procédé d’extrusion (thermo-mécanique), qui consiste à contraindre le


mélange, à traverser une filière, ayant la section de la pièce à produire.

Les produits finis sont stockés dans des aires de stockage à l’air libre ; les tubes PVC et PE perdent
leurs propriétés physiques quand ils s’exposent au soleil pendant une longue durée.

La fabrication de film se fait sur commande, en raison des dimensions du film, spécifiques à chaque
client. Le film a une durée de vie variable (une à trois saisons agricoles) en fonction des constituants
utilisés dans sa fabrication.
27
Sites de production

Ils sont au nombre de deux : Casablanca et Marrakech

A côté des sites de production, la société dispose d’un réseau d’agences implantées dans les
principales villes du Maroc.

4- Distribution

Dans la majorité des cas, les ventes se font directement aux régies ou aux entrepreneurs de pose de
tubes.

Pour les produits de bâtiment (où la concurrence se fait par les prix), le volume des ventes est faible ;
la société maintient des relations avec quelques distributeurs.

Les ventes de films agricoles se font directement aux agriculteurs et aux coopératives.

Cette proximité du client permet à «TUBES MAROC»SA de suivre de près les réclamations et
d’assurer un service après-vente efficace.

Les retours de produits ne sont pas significatifs ; toutefois, pour le film agricole (utilisé comme
couverture des serres), durant l’année écoulée, la société a dû faire face à beaucoup de réclamations
des agriculteurs, qui avaient constatés une détérioration précoce des films achetés ; le problème
concernait certains lots de PE importés, qui n’étaient pas conformes.

5- Personnel et actionnariat

La société emploie environ 400 personnes.

28
TUBES MAROC SA

1- Facteur de risque
Les prix des matières subissent des fluctuations importantes.

Objectifs d’audit concernés


Valorisation

Implications en matière d’audit


En cas de baisse des prix de matières premières, vérifier la valeur nette de réalisation des stocks de
matières premières et de produits finis.

2- Facteur de risque
Activité nouvelle : fabrication de film industriel

Objectifs d’audit concernés


Valorisation

Implications en matière d’audit


Vérifier le calcul des coûts de production de la nouvelle unité (charges exceptionnelles de démarrage,
sous-activité).

3- Facteur de risque
Produit film agricole fabriqué sur commande

Objectifs d’audit concernés


Valorisation

Implications en matière d’audit


Vérifier l’écoulement des stocks de films agricoles (les produits fabriqués non enlevées par les clients
peuvent présenter un risque de mévente, en raison de leurs spécificités).

4- Facteur de risque
Un défaut majeur découvert sur du film agricole, ayant entraîné des réclamations, et par suite des
remboursements de clients

Objectifs d’audit concernés


Valorisation

Implications en matière d’audit


Vérifier qu’il n’existe pas de réclamations en cours, et si oui, est ce que la société a estimé l’impact
financier et la provisionner.

29
5- Facteur de risque
Risque de mévente des produits destinés au bâtiment, en raison de la guerre des prix, dans cette
activité.

Objectifs d’audit concernés


Valorisation

Implications en matière d’audit


Vérifier la valeur nette de réalisation des stocks de produits finis, pour le bâtiment.

30
Stocks
• Facteurs de risques inhérents :

Les marges brutes ont évolué de façon significative.


Les prix des matières subissent des fluctuations importantes.
La demande de produits, les niveaux de stocks ou de production ont varié considérablement.
Il y a eu des lancements de nouveaux produits ainsi que des progrès techniques et des modifications
dans le processus de fabrication.
Un concurrent a lancé un nouveau produit ou abaissé le prix d’un produit existant.
Des retards liés au lancement de nouveaux produits ont entrainé des frais généraux ou des coûts de
mie en route excessifs.
La sécurité des stocks est difficile à assurer.
Le processus de production se décomposé en de nombreux stades donnant lieu à une répartition de
coûts complexe.
Le client effectue des inventaires tournants périodiques plutôt qu’un inventaire physique complet.
Les écarts sur coûts standards sont importants.
La direction a décidé d’abandonner un produit.
Un défaut majeur a été découvert sur un produit.
Le taux d’utilisation de l’outil de production se détériore.
Les informations relatives aux salaires et aux achats sont directement intégrées à la comptabilité
analytique de production grâce à des applications en temps réel.
Une part significative des activités de production et d’expédition a lieu en fin d’exercice.
Des ventes ou achats importants de stocks, dans des conditions pouvant donner lieu à des rachats
ou des retours, ont lieu en fin de période.
Il y a eu des modifications dans la composition des frais généraux, dans les méthodes
d’incorporation des frais généraux dans les stocks ou de prise en compte des écarts sur coûts
standards dans le coût des ventes et dans les stocks.
La méthode de prise en compte des coûts relatifs aux contrats à long terme a été modifiée.
Il existe un contrat important comportant des clauses particulières telles que des normes
d’exécution spécifiques ou pénalités sur retard de livraison.
Des réglementations gouvernementales, contrôles de prix ou restrictions aux importations ou aux
exportations ont été imposées.
La fixation des prix, la facturation et l’élimination des marges inter-sociétés sont complexes.
L’application de la méthode “dernier entré/premier sortie“ par grande catégorie de stocks ou
l’application d’autres méthodes, est complexe.

• Facteurs de risques liés au contrôle interne :

Les procédures assurant la protection des stocks sont insuffisantes.


Les procédures de comptage de l’inventaire physique sont inadéquates.
Le rapprochement des résultats des comptages physiques avec le grand livre n’est pas effectué en
temps utile.
Le client prévoit de passer d’un inventaire physique complet à des comptages tournants.
Les écarts d’inventaire donnent lieu à des ajustements significatifs de la valeur des stocks.
Des montants significatifs de stocks périmés ou à faible rotation ont été détectés sans être analysées
ni pris en compte.
Les livres d’inventaire permanent ne sont pas fiables.
Les stocks sont consignés.
Un nouveau système de comptabilité analytique ou de contrôle des stocks a été mis en place.
Les procédures de révision et de mise à jour des coûts standards sont mal définies, leur mise en
place manque de consistance ou de rigueur.
31
Les écarts liés à la fabrication ne sont pas justifiés correctement.
Les coûts de production ne sont pas rattachés correctement aux produits.
Les opérations non traitées s’accumulent.
Les revues de coûts de terminaison relatifs aux contrats à long terme ne sont pas formalisées et
systématiques.

32
CLIENT: TUBES MAROC CLOTURE: 31/12/2020 REF : F100
SA
Date: 30/11/2020 INVENTAIRE PHYSIQUE REVU PAR
REDACTEUR: RRO DU 30 NOVEMBRE 2020
Site de Casablanca

J'ai assisté à l'inventaire physique de la société TUBES MAROC SA, au niveau du site de
Casablanca, le 30 novembre 2020 en présence du DAF, M. T. RAFIK.

J'ai visité tous les lieux de stockage et ai remarqué que tous les stocks avaient déjà été
comptés et que tous les produits portaient une pastille de couleur verte (indication que l’article
a été compté).

Il n'y avait pas d'instructions écrites, le DAF m’a expliqué que le personnel de comptage avait
l'expérience des inventaires physiques et que par ailleurs, les comptages étaient sous sa
supervision directe. [A remonter comme point de contrôle interne].

Toutefois, j’ai noté que l’organisation suivante a été mise en place :

- Un pilote d’inventaire et un contrôleur d’inventaire sont désignés pour chaque site (un
site est constitué de plusieurs zones de stockage) ;
- L’équipe de comptage est formé de deux personnes : un compteur et un noteur ; ces
deux personnes sont étrangères à la zone comptée ;
- Des chefs d’équipe de comptage sont désignés également ;
- Pour chaque équipe de comptage (responsable d’une ou plusieurs zones de stockage),
un cahier d’inventaire vierge et pré-numéroté est édité ; ce cahier est unique.
- Le comptage se fait de gauche à droite et de bas en haut.

Le recomptage n’est pas fait [A remonter comme point de contrôle interne].

J'ai vérifié les comptages indiqués sur les cahiers d’inventaire pour 40 références.

Le DAF m'a expliqué qu'un état des stocks à la date d'inventaire (état comptable) serait édité
et que les différences significatives seraient analysées en octobre car il n'était pas possible de
rechercher ces différences le jour même de l'inventaire.

Exhaustivité des comptages

J'ai vérifié que tous les produits portaient une pastille verte et que tous les lieux de stockage
avaient été pris en compte.

J'ai reporté en F140 les cahiers de comptages utilisés.

33
CLIENT: TUBES MAROC CLOTURE: 31/12/2020 REF : F100
SA
Date: 30/11/2020 INVENTAIRE PHYSIQUE REVU PAR
REDACTEUR: RRO DU 30 NOVEMBRE 2020
Site de Casablanca

Livraison le jour de l’inventaire

Il y a eu une livraison de joints de caoutchouc D500, le 30/11/2020. Les détails figurent en


F130.
Cette livraison a été exclue du comptage.

Différences entre mes comptages et ceux du client

Sur quelques références, il y avait des différences entre mes comptages et ceux du client. Le
client a modifié ses comptages et aucune autre mesure ne semble nécessaire.

Tubes non conformes

J'ai noté qu’une quantité de tubes non conformes (présentant des déformations ou cassés) sont
stockés dans l’aire de stockage de l’atelier de fabrication PVC et PE). Une autre partie de ces
tubes étaient stockés à côté du broyeur. Le client m'a expliqué que ces tubes seront broyés. Je
me suis assuré que les cahiers de comptage portent bien une indication claire que ces articles
sont non conformes.

La synthèse de ses articles est comme suit :

Zones de stockage Désignation Quantité

Atelier de fabrication de PVC-PE (Zone A) Tube PVC diamètre 500 58


Tube PVC diamètre 200 120
Zone Stockage Broyeur Tube PVC diamètre 500 10

Rouleaux de films (commande de la coopérative TAAOUN)

Le responsable de l'entrepôt m'a indiqué que 200 rouleaux comptés (fabriqués en Août 2020,
comme l’indiquent leur étiquettes de fabrication) n’ont pas été enlevés par le client qui les a
commandés car il y avait un risque d’insolvabilité avec ce client. M. RAFIK m’a précisé qu’il
y a des clients potentiels.

Produits à rotation lente ou obsolètes

En réponse à ma question, le magasinier m'a indiqué que les éléments suivants avaient de
faibles rotations:
1350 tubes PVC diamètre 50 (pour le bâtiment) ;

1500 tubes PVC diamètre 100


34
CLIENT: TUBES MAROC CLOTURE: 31/12/2020 REF : F100
SA
Date: 30/11/2020 INVENTAIRE PHYSIQUE REVU PAR
REDACTEUR: RRO DU 30 NOVEMBRE 2020
Site de Casablanca

Plusieurs articles en fonte (raccords, coudes,…) achetés il y a plusieurs années et invendables


en raison de leur prix.

Conclusion

Sous réserve de la prise en compte des éléments ci-dessus, je conclus que l'inventaire s'est
correctement déroulé et que les comptables constituent une base valable pour l'évaluation des
stocks présents sur le site à cette date.

35
CLIENT: TUBES MAROC CLOTURE: 31/12/2020 REF : F120
SA
Date: 30/11/2020 INVENTAIRE PHYSIQUE REVU PAR
REDACTEUR: RRO TESTS DE COMPTAGES

MATIERES PREMIERES - ENTREPOT

Quantité Comptage différence Commentaires


Description Sur cahier Fait par moi
comptage

Polyéthylène HD 2 000 2 000 -


ICI, sac de 50 Kg

Polyéthylène HD 1 750 1 750 -


ICI, sac de 25 Kg

Colorant noir 1750 1800 50 erreur du client


ICI, sac de 5 Kg cahier d’inventaire
corrigée
Colorant gris 380 380 -
ICI, sac de 5 Kg

Polycarbonate LD 4550 4550 -


Mousauto, sac 50 Kg

Polycarbonate LD 3350 3350 -


Mousauto, sac 25 Kg

36
CLIENT: TUBES MAROC CLOTURE: 31/12/2020 REF : F130
SA
Date: 30/11/2020 INVENTAIRE PHYSIQUE REVU PAR
REDACTEUR: RRO TESTS DE COMPTAGES

Pas de mouvements internes de stocks.

N° de la dernière facture 2012004114

Dernier bon de réception 4138

92.600 unités de joints en caoutchouc D500 ont été reçus le 30/11/2020. N'ont pas été inclus
dans les comptages

37
CLIENT: TUBES MAROC CLOTURE: 31/12/2020 REF : F140
SA
Date: 30/11/2020 INVENTAIRE PHYSIQUE REVU PAR
REDACTEUR: RRO TESTS DE COMPTAGES

CONTROLES DES CAHIERS DE COMPTAGE de 50 FEUILLES

Zones de stockage Numéros des Nombre de cahier


cahiers de comptage

Atelier de fabrication de film 1à3 3

Atelier de fabrication de PVC-PE 4à8 5

Parc de stockage 9 à 18 10

Extension atelier de fabrication de 19 à 23 5


PVC-PE

Zone Stockage Broyeur 24 1

24

38
SECTION STOCKS
TUBES MAROC SA
PROGRAMME DE TRAVAIL SUGGERE SUR
LA VERIFICATION DES QUANTITES.
Exploitation de l'inventaire
(Stock à la date de l'inventaire)

1. Obtenir les justificatifs finaux des comptes de stock du client.

2. Obtenir le rapprochement entre le listing d'inventaire physique et le stock comptable et :

- vérifier l'exactitude arithmétique des calculs

- pointer les montants aux justificatifs appropriés

- s'assurer que les différences d'inventaire ont été investiguées et que les régularisations
nécessaires ont été passées

- examiner les montants importants ou inhabituels en rapprochement.

3. A partir des éléments obtenus lors de l'inventaire physique :

a) Pointer les comptages au listing comptable des stocks en exploitant toutes les données
des comptages (numéro du cahier d’inventaire, numéro de la feuille de comptage,
quantité, référence, état d'obsolescence...)

b) Vérifier la correcte reprise des feuilles de comptages pour s'assurer que :

- toutes les feuilles de comptages ont été prises en compte (séquence des
numéros de feuilles de comptages et des cahiers d’inventaire complète)

- toutes les feuilles non utilisées ou annulées n'ont pas été reprises en
comptabilité

- qu'il n'y a pas eu de surcharge sur les feuilles de comptages (modifications de


comptages non autorisées).

c) Pointer les stocks finaux aux confirmations reçues des dépositaires de stocks (en cas
de besoin).
d) S'assurer du suivi des éléments notés lors de l'inventaire concernant les articles
endommagés, obsolètes ou à rotation lente.

e) Suivre tous les points notés lors de l'inventaire physique.

39
4. Pour certains articles sélectionnés à partir des registres finaux de stocks, pointer les quantités
au listing d'inventaire physique.

5. A partir des données prises lors de l'inventaire physique, suivre tous les éléments liés à la
séparation des exercices, notés.

6. Effectuer des procédures diagnostic et revoir le caractère raisonnable des quantités de stocks
par nature, par situation géographique en fonction de notre connaissance de l'activité de la
société et comparer les niveaux de stocks par rapport à ceux des années passées (sur base
mensuelle si possible) et par rapport au niveau d'activité de la société.

7. S'assurer que les mouvements éventuels de stocks entre départements le jour de l'inventaire
ont été correctement traités.

Test sur le système de stock pour valider les quantités en fin d'année.

8. Tester les entrées de matières premières (avec les bons de réception et les coûts standards).

9. Tester le calcul des écarts sur prix des matières premières (avec les factures finales).

10. Tester les entrées en stocks d'en-cours (avec les ordres de production).

11. Tester les transferts des en-cours en produits finis (avec les bons de production).

12. Tester les sorties de produits finis (avec les ventes).

13. Vérifier que les matières non utilisées en fin de mois font l'objet d'un inventaire physique et
sont retransférées en compte de matières premières.

14. Revoir les mouvements de stocks entre la date d'inventaire physique et la date de clôture et
investiguer tout mouvement inhabituel ou significatif.
15. Effectuer des procédures diagnostic à la fin de l'année.

Indépendance des exercices de la date de clôture

16. Effectuer des tests sur l’indépendance des exercices à la date de clôture sur les achats.

17. Effectuer des tests sur l’indépendance des exercices sur les ventes à la fin de l'année.

40
CONFIRMATION DES STOCKS DETENUS PAR DES TIERS

LISTE DES STOCKS CI-JOINTE

(Date)

(Nom et adresse du tiers)

Messieurs,

Nos auditeurs / notre commissaire aux comptes, (nom du cabinet ou commissaire aux
comptes titulaire), réalisent actuellement un audit de nos états financiers. Nous vous serions
reconnaissants de bien vouloir leur confirmer directement les stocks en votre possession au
(date), tels qu'ils apparaissent dans nos livres selon la liste ci-jointe.

Veuillez confirmer ci-dessous que les stocks que vous détenez en dépôt pour notre compte,
concordent avec ceux de la liste ci-jointe. Dans la négative, merci de fournir toutes
informations afin de permettre à nos auditeurs d'identifier les différences.

Après avoir daté et signé votre réponse, merci de bien vouloir adresser celle-ci directement à
(nom du cabinet ou commissaire aux comptes titulaire), à l'aide de l'enveloppe ci-jointe.

Veuillez agréer, Messieurs, l'expression de nos sentiments distingués.

A: (nom du cabinet ou commissaire aux comptes titulaire)

La liste de stocks ci-jointe (à retourner) correspond aux stocks en notre possession au


_____________, à l'exception des éléments ci-dessous (le cas échéant) :

Date : ___________________ Signature : ___________________________


(Nom et titre du signataire, nom de la société)

41
CONFIRMATION DES STOCKS DETENUS PAR DES TIERS
LISTE DES STOCKS NON JOINTE

(Date)

(Nom et adresse du tiers)

Messieurs,

Nos auditeurs / notre commissaire aux comptes, (nom du cabinet ou commissaire aux
comptes titulaire), réalisent actuellement un audit de nos états financiers. Nous vous serions
reconnaissants de bien vouloir leur fournir toutes informations concernant les marchandises
que vous détenez en dépôt pour notre compte au (date).

1. Quantités :

a) Numéros des lots,


b) Date de réception,
c) Type de marchandise,
d) Emballages ou dimensions :
- Nombre d'unités,
- Nature de l'emballage (boites, mètres, caisses, à la pièce, kilos, douzaines).

2. Merci d'indiquer si les quantités que vous mentionnez ont été comptées, pesées ou
mesurées ou si elles correspondent uniquement aux quantités enregistrées dans vos
livres.

3. Merci d'indiquer les garanties éventuelles prises sur ces marchandises.

Nous vous remercions d'adresser votre réponse directement à (nom du cabinet ou


commissaire aux comptes titulaire) à l'aide de l'enveloppe ci-jointe.

Veuillez agréer, Messieurs, l'expression de nos sentiments distingués.

42
CLIENT : PROGRAMME D’ASSISTANCE A Collaborateur(s) :
L'INVENTAIRE PHYSIQUE DES
STOCKS

Date de l'inventaire :

Date de clôture :

Comment réussir votre inventaire physique ?

Ce programme de travail vous fournit un ensemble de questions à se poser et de tests à


effectuer lors de l’assistance à un inventaire physique.

Ce document est structuré en 3 étapes :

- avant l’inventaire ;
- pendant l’inventaire ;
- après l’inventaire.

Pour réussir votre inventaire physique, prévoyez une réunion de brefing avec votre
superviseur, qui vous expliquera :

- les spécificités des stocks à inventorier,


- les difficultés éventuelles,
- les précautions à prendre,
- les instructions particulières.

vous vous mettrez d’accord également sur l’étendue des tests de comptage.

Profitez de votre assistance à l’inventaire physique pour mieux connaître le client et ses
activités.

43
CLIENT : PROGRAMME D’ASSISTANCE A Collaborateur(s) :
L'INVENTAIRE PHYSIQUE DES
STOCKS
Date de l'inventaire :

Date de clôture :

Nature et location du stock :


Valeur d’inventaire :

Oui/ Commentaires
Non/
NA

1. AVANT L'INVENTAIRE : REVOIR LES INSTRUCTIONS ET LA


PROCEDURE D'INVENTAIRE

1.1 Les instructions d'inventaire ont-elles été revues et approuvées par un


responsable, indépendant de la logistique et de l'enregistrement des stocks ?

1.2 Les instructions ont-elles bien été distribuées au personnel approprié ?

1.3 La personne responsable de la supervision du comptage est-elle


bien identifiée ? Cette personne est-elle compétente et indépendante
de la tenue et de l'enregistrement des stocks ?

1.4 Tous les lieux de stockage sont-ils pris en compte dans la


procédure ?

1.5 Y a-t-il un comptage complet au moins une fois par an ?

1.6 Les zones concernées par l'inventaire sont-elles correctement


identifiées et délimitées ?

1.7 Les modalités de coopération avec les auditeurs internes /


externes sont-elles définies dans les instructions d'inventaire ?

1.8 La préparation des articles à inventorier (rangement,…) est-elle


évoquée ?

1.9 Y a-t-il une description précise des articles plus difficiles à


identifier (unité de mesure, etc…) ?

1.10 Quelles sont les dispositions prises pour assurer le bon


fonctionnement du cut-off ?(clôture des aires de réception et
d'expédition, transferts internes,…)

44
Oui/ REMARQUES
Non/
NA

1.11 Le traitement des marchandises en transit est-il considéré dans les


instructions d'inventaire ?

1.12 Les instructions prévoient-elles les modalités de mise à jour du


fichier de stock ?

1.13 Quelles sont les mesures prises pour limiter et contrôler tout
mouvement de stock pendant l'inventaire afin d'éviter les omissions et les
doubles comptages ?

1.14 Les instructions prévoient-elles la méthode d'identification des stocks


n'appartenant pas au client ?

1.15 Y a-t-il une description de la méthode de confirmation des stocks


détenus par des tiers ?

1.16 Les feuilles d'inventaire précisant les articles à compter ont-elles été
préparées ?

1.17 Les feuilles d'inventaire et les tickets de comptage sont-ils prénumérotés


?

1.18 Les instructions d'inventaire prévoient-elles le contrôle de l'utilisation


des feuilles et des tickets distribués et rendus à la fin des comptages ?

1.19 La procédure d'inventaire prévoit-elle le traitement à retenir concernant


l'identification et l'enregistrement des stocks à rotation lente, endommagés,
…?

1.20 Faire d'éventuelles suggestions pour amélioration de la procédure et des


instructions d'inventaire.

2. PENDANT L'INVENTAIRE : ASSISTANCE A L'INVENTAIRE


PHYSIQUE

2.1 Commentaires généraux sur le déroulement et la qualité de l'inventaire.

2.2 Quel est le niveau de coopération avec les auditeurs externes et/ou
internes ?

2.3 Obtenir la liste des équipes d'inventaire. La compétence et l'indépendance


des compteurs par rapport au stock sont-elles suffisantes ? (niveau de
connaissance des produits, indépendance : équipes comportant des personnes
appartenant à d'autres services de la société et n'ayant aucune responsabilité
liée au stock (garde, enregistrement,…), compréhension des procédures et des
objectifs de l'inventaire,etc…)

45
Oui/ REMARQUES
Non/
NA

2.4 La supervision et le contrôle par le responsable d'inventaire sont-ils effectifs ?

2.5 A-t-on la garantie que tous les lieux de stockage sont entièrement inventoriés ?
La personne responsable du comptage s'en assure-t-elle ?

2.6 A l'inverse, comment s'assure-t-on que des stocks n'ont pas été comptés deux
fois ?

2.7 Les articles sont-ils facilement et correctement identifiés (référence, dernière


opération de fabrication,…) ?

2.8 Pour les travaux en-cours, le degré de fabrication est-il clairement identifiable
?

2.9 Les méthodes de comptage, pesage, mesure, sont-elles appropriées?

2.10 Quelle est l'étendue des contrôles portant sur les articles emballés ou autres
contenants difficiles à atteindre ?

2.11 A-t-on prélevé des échantillons sur les stocks en vrac pour vérifier leur
nature et leur qualité ?

2.12 Les stocks sont-ils suffisamment protégés en terme d'accès pour des
personnes non autorisées et en terme de risque de détérioration ?

2.13 Est-il nécessaire de faire appel à un expert ?

2.14 Comment les stocks à rotation lente, obsolètes et endommagés sont-ils


identifiés, comptés et enregistrés ?

2.15 Les produits n'appartenant pas au client ont-ils été comptés ?

2.16 Les compteurs signent-ils les tickets et feuilles d'inventaire ?

2.17 Les comptages sont-ils contrôlés par d'autres personnes que celles qui les ont
faits, en particulier, en cas d'écart lors du 1er comptage ?

2.18 Les résultats des comptages sont-ils immédiatement comparés avec les
fichiers de stocks ?

2.19 Les procédures d'enregistrement de l'ensemble des comptages sont-elles


suivies et est-on sûr que toutes les feuilles de comptage (qu'elles soient utilisées
ou non) ont été effectivement prises en compte et protégées de toute altération ?

2.20 Décrire les dispositions prises pour assurer le respect du cut-off, notamment
une liste des bons de réception et d'expédition non encore enregistrés a-t-elle été
établie ?

46
Oui/ REMARQ
Non/ UES
NA

3. PENDANT L'INVENTAIRE :TESTS DE COMPTAGE ET CUT-OFF

3.1 Effectuer des tests de recomptage en sélectionnant des articles à partir des étiquettes ou des
feuilles de comptage. (Existence)

3.2 Effectuer des tests de comptage en sélectionnant des articles soit au hasard à partir du stock
physique, soit à partir du listing de stock avant inventaire et rapprocher nos comptages de ceux
effectués par la société. (Exhaustivité)

3.3 S'assurer que les comptages des en-cours sont réalisés avec un degré d'exactitude satisfaisant.
Par exemple :
- en définissant les phases d'avancement du stock en cours, ou
- en considérant le stock à l'état de produit fini, moins certains travaux ou certains
composants, ou encore
- sur la base du travail nécessaire pour atteindre un certain degré d'avancement de la
production ou une certaine localisation de l'article dans le processus de production.

3.4 Garder une trace des comptages effectués pour faciliter le rapprochement ultérieur avec le
listing de stock après inventaire. (Exhaustivité / Exactitude)

NB : Dans la mesure du possible, tester les éléments significatifs en terme de valeur de stock et
couvrant les différentes catégories de stock.

3.5 Cut-off (Travaux à définir avec le Superviseur) :

- prendre copie des derniers bons de réception et des derniers bons d'expédition
(livraison) avant inventaire et après inventaire (le cas échéant)
- obtenir la liste et s'assurer du correct traitement au cours de l'inventaire des retours
aux fournisseurs et des retours clients (voir les zones de contrôle qualité, zones de retour,…)

4. APRES L'INVENTAIRE : COMPARAISON AVEC LE FICHIER DE STOCK ET


ANALYSE DES ECARTS

4.1 Obtenir un détail des saisies pour vérifier l'exhaustivité de la saisie. Revoir la comparaison qui
a été faite entre les comptages et les fichiers de stocks.

4.2 Obtenir une analyse des écarts constatés.

4.3 Vérifier la comptabilisation de ces écarts.

5. CONCLUSION

Les procédures d'inventaire physique appliquées et leurs résultats sont-ils suffisants pour
nous permettre de nous fonder sur eux pour déterminer les quantités en stock à la date de
l'inventaire ?

47
Exercice : nature des charges incorporables aux stocks

Nature des charges

Incorporables/

non incorporables

1. Dépenses administratives concernant l'usine

2. Coûts engendrés par les grèves au niveau de la production

3. Dépenses de publicité

4. Dépenses d'entretien et de réparation des machines

5. Loyers de l'usine

6. Coûts de distribution

7. Contrôle qualité et coûts de vérification

8. Charges salariales du service finance

9. Intérêts payés sur obligations Douane

10. Droits de douane sur matières premières importées

11. Coûts de transport fournisseurs/usine des matières premières

12. Frais de recherche appliquée

13. Amortissements dérogatoires

14. Sous-activité

15. Redevances sur brevets de production

16. Déchets résultant du processus normal de production

17. Taxe professionnelle- taxe sur les services communaux

18. Frais de recherche engagés à l'occasion d'une commande

19. Salaires versés en cas de chômage technique temporaire

20. Frais financiers

21. Frais généraux

48
EXERCICE SUR LES METHODES D'EVALUATION DES STOCKS

Sur la feuille suivante, vous allez trouver des informations sur des sociétés qui utilisent chacune une
modalité d'évaluation des stocks différente.

On vous demande de :

- déterminer pour chaque société la modalité d'évaluation qui vous semble la plus cohérente

- indiquer brièvement pourquoi la société pourrait utiliser cette modalité particulière

- indiquer si la méthode retenue est en accord avec les principes comptables marocains

- noter les principaux axes de travail pour auditer les stocks dans chaque système.

Société Pourquoi Principaux éléments d'audit


Coût moyen pondéré

Coût réel unitaire

Coût standard

PEPS (FIFO)

Valeur de
remplacement

LIFO

49
TUBES MAROC SA - RENSEIGNEMENTS CONCERNANT LES COUTS

1. Matières premières et marchandises :

valorisées au coût unitaire moyen de la période de stockage,


incorporation des frais de transport et des droits de douane,

2. Produits finis

valorisées au coût unitaire moyen de la période de stockage,


Existence d’une multitude de nomenclatures, en fonction des dimensions à produire,
Existence d’une comptabilité analytique, rapprochée en principe avec la comptabilité générale.

Travail à faire :

Déterminer les travaux d’audit à réaliser :

• Définir l’approche et les contrôles généraux,


• Définir les travaux à réaliser sur les stocks de matières premières et marchandises,
• Définir les travaux à réaliser sur les produits finis.

50
TUBES MAROC SA - Valorisation des stocks

Vous allez trouver ci-dessous des données extraites de la comptabilité de TUBES MAROC SA sur les
stocks de produits finis.

Test 1 : test sur le calcul d’un coût de production

Une revue analytique a déjà été réalisée sur les stocks (quantités, coût de production n/n-1,....) et a
révélé une incohérence sur le coût de production de l’article « Tube PVC diamètre 500 ».
Votre superviseur vous a demandé de vous assurer de la correcte valorisation de ce coût.

Test 2 : incidence de la sous-activité

Le client a corrigé le coût de production de l’article en question. Il a également corrigé les autres
articles ayant la même composition de coût de production.
Au cours de votre revue analytique le directeur de la production vous informe que seules 2000 tonnes
d’unité de « Tube PE diamètre 500 » ont été produites contre une capacité normale de 4000 tonnes.

Corriger la valeur des stocks en fonction de la sous-activité constatée.

51
ANNEXE : données au 31 décembre

• Extrait du listing des stocks KDH

Tube PVC – diamètre 500 2 004


Tube PVC- diamètre 100 287
Tube PVC- diamètre 50 129
Film industriel 205
Film agricole 654
3 279

• Extrait de la balance analytique KDH

612 Achats de résine PVC 20 220


617 Dotation aux amortissements
Machine tube PVC-diamètre 500 3 526

• Détail (fourni par le client) du coût de production d’un kg de tube produit est la suivante :

Unités Valeur DH
Tube PVC- diamètre 500 157 050 12,76

PVC RESINE AT 76 1 kg 10,00


Ouvrier 1 mn 0,50
Amortissement base 2 000 tonnes/an 1,76
Frais administratifs usine base 2 000 tonnes/an 0,50

• La masse salariale se décompose de la façon suivante : KDH

Salaires administratifs 1 420


Salaires production « tubes PVC -500 » 1 000
Salaires production des autres produits 1 959

Charges diverses exceptionnelles 755


5 134
• Il y a 25 salariés productifs rattachés à la production des tubes PVC 500. Les salaires sont versés
sur 12 mois. Le nombre d’heures dans un mois est de 190.

• TUBES MAROC SA n’utilise pas de sous-traitants ni d’intérimaires.

• Les dernières factures d’achat de résine de PVC se décomposent de la façon suivante :

52
Kg Prix unitaire TTC Prix Total TTC DH

10 000 11,00 132 000


15 000 10,50 189 000
10 000 10,80 129 600

• La comptabilité analytique nous indique que le coût administratif de la production de des tuyaux
PVC-500 s’élève à 840 KDH.

• La base de calcul des coûts fixes est de 2000 tonnes.

53
CORRIGE CHARGES INCORPORABLES AUX COUTS DES STOCKS

1 Dépenses administratives concernant l'usine

Les frais d'administration générale sont exclus des coûts de production sauf si les conditions
spécifiques d'exploitation le justifient. Le cas échéant ces conditions doivent être précisées dans
l'annexe.

(voir CGNC page 211)

2 Coûts engendrés par les grèves au niveau production

Le caractère exceptionnel de ces coûts ne permet pas leur incorporation dans les stocks.

3 Dépenses de publicité

Ces dépenses ne sont pas incorporables car elles sont liées à la vente et non à la production.
(voir CGNC page 211)

4 Dépenses d'entretien et de réparation des machines

Les machines étant affectées à la production, les coûts afférents sont incorporés dans les stocks.

5 Loyers de l'usine

Il est possible d'incorporer dans les stocks la quote-part du loyer de l'usine relative à la zone de
production (prorata sur la base de la surface).

6 Coûts de distribution

Ces charges ne sont pas incorporables dans les coûts de production.

7 Contrôle qualité et coût de vérification

Ces dépenses sont incorporables tant qu'elles sont dans le cycle de production, et ce pour les
matières premières ou les produits finis. Par contre des charges de contrôles qualité effectuées
chez des articles vendus ne sauraient être incorporés dans les stocks.

8 Charges salariales du service finance

Ces charges sont considérées comme des dépenses administratives et ne sont pas incorporables
dan les stocks.

9 Intérêts payés sur obligations

54
Ces dépenses ont le caractère de frais financiers et ne sont pas incorporables dans les coûts de
production.

10 Droits de douanes sur matières premières importées

Ces charges sont directement liées à l'acquisition des matières premières et de ce fait sont des
frais accessoires d'achat incorporables dans les coûts de production.

11 Coûts de transport fournisseurs/usine

Ces charges sont directement liées à l'acquisition des matières premières et de ce fait sont des
frais accessoires d'achat incorporables dans les coûts de production.

12 Frais de recherche appliquée

Ils sont généralement exclus des coûts de production, mais la solution dépend du type de
recherche :

• s'il s'agit de recherche fondamentale, dont l'imputation à un produit spécifique n'est pas
possible, les frais correspondant n'ont pas à être retenus pour la détermination des coûts;

• si les frais de recherche peuvent être affectés à une commande spécifique, ils peuvent être inclus
dans les coûts de production.

13 Amortissements dérogatoires

Dans la mesure où les charges relatives à l'amortissement dérogatoire ne sont pas des charges
d'exploitation et sont comptabilisées pour des considérations fiscales, elles ne sauraient être
incorporées dans les stocks.

14 Sous-activité

Les charges fixes incorporées dans les coûts de production en raison d'une activité inférieure à
l'activité normale sont à retirer des coûts de production.

(voir CGNC page 211)

15 Redevances sur brevet de production

• les redevances sur ventes sur les produits déjà vendus ne sont pas incorporables dans les stocks.
Si les produits sont encore en stocks la redevance n'est pas encore due, et il n'y a pas de charge
(a fortiori il n'y a rien à incorporer dans les stocks)

• les redevances sur brevets de production ou droits de fabrication sont incorporables au coût de
production des stocks si elles sont versées en fonction des unités produites et non en fonction
des unités vendues.

16 Déchets résultant du processus de production

55
Les pertes et gaspillages exceptionnels ne sont pas incorporables dans les coûts de production.
En revanche, les déchets nécessaires à la production des biens n'ont pas à être exclus de ces
coûts. (CGNC page 211)

17 Taxe professionnelle et taxe sur services communaux

Selon certains, cette taxe constitue avant tout un impôt de caractère général qui n'a pas à venir
dans le coût de production. D'autres font un lien entre son mode de calcul (basé sur les
immobilisations) et son incorporation; en conséquence seule la quote-part calculée sur les
éléments de production est incorporable.

18 Frais de recherche engagés à l'occasion d'une commande

voir point 12

19 Salaires versés en cas de chômage technique

Ce type de dépenses se rapporte à des dépenses de sous-activité, et de ce fait ne saurait


constituer de dépenses incorporables dans les coûts de production.

20 Frais financiers

Les frais financiers ne sont généralement pas incorporables sauf dans l'hypothèse où le cycle de
production dépasse la durée de l'exercice (ex : intérêts des capitaux empruntés pour financer la
production).

21 Frais généraux

• s'il s'agit de frais généraux administratifs, ils ne seront pas incorporés dans les stocks;

• s'il s'agit de frais généraux de production opérationnels ils seront incorporés dans les coûts de
production.

56
CORRIGE- METHODES D’EVALUATION DES STOCKS

(A) Coût réel


- vérification de l'élaboration des coûts par citerne
- base d'imputation des frais généraux
- coûts inclus dans les frais généraux
- coûts des matières premières en accord avec factures
- coûts salariaux corrects

(B) Coût moyen pondéré


- procédé de calcul du coût moyen
- vérifier la période de stockage (si CMP de période de stockage)
- vérifier les quantités entrées/sorties aux factures ou ordres de production
- vérifier coût d'entrée aux factures

(C) PEPS (FIFO)


- identifier les produits encore en stock
- vérifier les prix d'achats aux factures

(D) Valeur de remplacement (NIFO) (non accepté au Maroc)


- vérifier les prix aux tarifs
- vérifier l'hypothèse des trois mois
- s'assurer qu'il n'y a pas eu de changement significatif dans les prix des
fournisseurs

(E) LIFO (non accepté au Maroc)


- identifier les produits encore en stock
- vérifier les prix d'achat aux factures les plus anciennes

(F) Coût standard (non accepté au Maroc)


- vérifier l'élaboration du standard
- calculer les variances en fin d'année
- vérifier l'allocation des variances en fin d'année

57
STOCKS
TUBES MAROC

PROGRAMME DE TRAVAIL
TESTS SUR LES COUTS

Général

1. Effectuer une revue analytique globale des stocks par nature et produits et expliquer les
variations par rapport à l'année précédente. (en valeur et quantité).

2. Comparer les coûts unitaires de cette année par rapport à ceux de l'année dernière pour les 10
plus gros montants en stocks pour vérifier la cohérence des valorisations et leur caractère
raisonnable.

3. Vérifier que le principe d'incorporation des coûts de main d'œuvre et de frais généraux dans les
stocks est en accord avec la loi et que ce principe est correctement appliqué.

4. Vérifier qu'il n'y a pas de coûts de sous-activité dans les stocks.

Matières premières et Marchandises

5. Pour 10 articles, vérifier à partir des dernières factures d’achat. que les quantités en stock au 31
décembre sont correctement valorisées.

6. Par cohérence, valider le taux d’incorporation des frais de transport.

9. S’assurer que l’incorporation des droits de douane n’a été réalisée que pour les seules
marchandises achetées à l’étranger

Produits finis

11. Pour 10 articles en stock, vérifier que le coût de production utilisé est celui déterminé au 1er
juillet.

12. En utilisant les comptes rendus de production, calculer le nombre de mois de production en
stocks de produits finis au 31 décembre.

13. En utilisant l'étape précédente, calculer le montant des écarts de production (inclus dans le
compte en-cours) qui devrait être réintégré en stock au 31 décembre.

14. Calculer le montant d'écart sur prix de matières premières qui devrait figurer en stock de
produits finis au 31 décembre.

58
STOCKS - COUTS

Correction

TEST N° 1

• Coût d’un ouvrier pour 1 minute de production : DH

Masse salariale –Tube PVC D500 1 000 000 A


Nombre de salarié moyen 25 B
Nombre de mois 12 C
Nombre d’heures 190 D
Nombre de minute 60 E
Coût 1 minute A/(B*C*D*E) 0,29

• Coût du kg de résine PVC


Moyenne pondérée des achats HT après rrr : DH

Achat 1 132 000


Achat 2 189 000
Achat 3 129 600
Total TTC 450 600 A
TVA 1,20 B
Total HT A/B 375 500 C
Kg achetés 35 000 D
Prix au m²C/D 10,73

• Coût de l’amortissement du matériel productif DH

Dotation aux amortissements 3 526 000 A


Nombre d’unités produites 2 000 000 B

Coût unitaire (A/B) 1,76

• Coût des frais administratifs DH

Frais administratifs 840 000 A


Nombre d’unités produites 2 000 000 B
Coût unitaire (A/B) 0,42

59
• SYNTHESE EN DH

TUBES MAROC Auditeur Ecart

Ouvrier 1 mn 0,50 0,29 0,21


Résine PVC 1 kg 10,00 10,73 -0,73
Amortissement base 2000 tonnes 1,76 1,76 0,00
Frais administratifs usine base 2000 tonnes 0,50 0,42 0,08
Ecart calcul TUBES MAROC et calcul Auditeur -0,44
Nombre d’unité en stock 157 050
Ajustements à proposer -69 102

Le stock est sous-évalué de KDH 69.

60
STOCKS - COUTS

Correction

TEST N° 2

• Calcul de l’impact de la sous-activité

A B Ecart

Ouvrier 0,29 0,15 0,14


résine 1 kg 10,73 10,73 0,00
Amortissement - 1,76 0,88 0,88
Frais administratifs usine - 0,42 0,21 0,21
Ecart unitaire 1,23
Nombre d’unité en stock 157 050
Ecart total 193 171

A : sans retraitement de la sous-activité


B : tenant compte de la sous-activité

• Explications :

En période de sous-activité le coût unitaire augmente sans pour autant que la valeur ajoutée soit
plus importante. Il convient donc d’annuler l’effet de la sous-activité dans les stocks. Ainsi, la
valeur des stocks au 31 décembre doit être réduite de KDH 193.

Le coût d’un ouvrier augmente puisque en moyenne il a passé plus de temps par produit.
Compte tenu de l’absence d’ouvrier intérimaire, le coût de la main d’œuvre est fixe. Ainsi,
en période de sous-activité le coût horaire/unitaire d’un ouvrier augmente.

Il en est de même pour les autres coûts fixes incorporés dans le prix unitaire (dotations aux
amortissements de l’outil de production, frais administratifs).

61
EXERCICE

DETERMINATION DE PROVISION POUR


DEPRECIATION DES STOCKS

- TUBES MAROC SA-

Suite aux travaux d’inventaire physique et aux entretiens menés par le personnel de la société,
vous avez identifié certaines situations, pouvant nécessiter des provisions ; quelle est votre
opinion pour chaque situation ?

1 Film agricole (commande de la coopérative TAAOUN)

A l'inventaire physique, nous avons relevé 200 rouleaux qui étaient recouverts de
poussière. Après investigation ces rouleaux faisaient l'objet d'une commande spécifique en
N-2 pour 200 rouleaux, commande qui avait été annulée au dernier moment.

Au 31 décembre N-2 aucune provision n'avait été constatée car la société espérait les
revendre à un autre client. Au 31 décembre N-1, une provision de 50 % avait été constatée
uniquement pour faire face à la détérioration du film (conservé à l'extérieur). A la clôture
précédente la société était en pourparlers avec un client qui aurait du acheter ces rouleaux à
80 % du prix normal, mais a renoncé au dernier moment.

Au 31 décembre N, le directeur financier vous assure que ces rouleaux seront vendus au
cours du premier trimestre N+1.

Le coût de production unitaire de ces rouleaux est DH 18 000, et la provision enregistrée


au titre de ces rouleaux dans les comptes (bilan) au 31 décembre N est KDH 1 800.

2 Tubes d’irrigation pour l’Office du Gharb

La société produit des tubes d’irrigation à un coût unitaire de DH 9000. L’Office du Gharb
a passé commande de 1 000 tubes pour un prix unitaire de DH 9500. Ces tubes ont été
produits en novembre et décembre et doivent être expédiées fin janvier.

Toutefois la société vous précise que fin décembre, l’Office a demandé une modification :
il veut leur ajouter un composant en plastique, permettant une meilleure rationalisation de
l’eau consommé. Compte tenu de l'aspect stratégique du marché (équipement par ces
tubes, prévu pour d’autres régions du Gharb), la société a accepté la modification sans
correction du prix de vente.

Aucune provision n'a été enregistrée, le directeur financier estime que les coûts de
modification seront passés en charges puisque le personnel utilisé sera payé, et que les
matières utilisées seront achetées et donc comptabilisées en charges. Or selon lui, il serait
erroné de passer la charge deux fois : une fois en N lors de la constatation de la provision
et une fois en N+1 lors de l'enregistrement des charges correspondantes.

Le coût unitaire des modifications est de DH 1300.

70
3 Plastique en vrac

La société accroît ses parts de marché dans le domaine du plastique en vrac. Elle fabrique
des granulés de plastique qu'elle vend au cours du marché à des fabricants. Cette activité
représentait 11 % en N.

Au 31 décembre N, les stocks de granulés s'élevaient à 80 tonnes. Le coût de production


d'une tonne est de DH 16 000, le prix de vente de DH 16 900 (cours du marché au 31
décembre N).

Vous intervenez au 10 mars N+1 et le cours du plastique a chuté à 14 800 DH/tonne en


janvier. En février et en mars il est resté stable à ce cours. Les comptes ont été arrêtés le 2
février N+1. Au 10 mars il reste encore 65 tonnes des stocks qui existaient au 31 décembre
N (il n'y a pas eu de production durant le premier trimestre, la machine étant en
réparation).

4 Tubes endommagés

Au cours de l'inventaire nous avons relevé des tubes dont les extrémités étaient abîmées.
Lors de notre intervention, nous avons appris que ces tubes avaient été vendus au client
POSE S.A., facturées et payées en N. Toutefois lorsque POSE S.A a déposé ses tubes dans
un chantier, ils ont subi des détériorations les rendant non conformes pour être posés.

Les dirigeants de POSE S.A. estiment que les tubes présentaient des défauts de fabrication
et ont retourné le matériel en exigeant que la société rembourse les frais de transport (DH
65 000) et la valeur des tubes. Au 31 décembre N, ces tubes étaient bien chez TUBES
MAROC S.A. mais n'ont pas été comptées dans l'inventaire physique.

Le stock de tubes s'élevaient à 10 000 unités dont le coût unitaire de production est DH
5800 et le prix de vente DH 8700. Aucune provision n'a été constatée.

71
CORRIGE

DETERMINATION DE PROVISION POUR


DEPRECIATION DES STOCKS

- TUBES MAROC SA-

1 Film agricole (commande de la coopérative TAAOUN)

Malgré l'assurance du directeur financier sur la vente de ces rouleaux de film en N+1 (au
jour de notre intervention, elles sont vraisemblablement encore là), le principe de prudence
nous incite à ramener la valeur de ces rouleaux de film à la valeur de marché.

Or cela fait 3 exercices (N-2, N-1 et N) que ces rouleaux de film auraient du être vendues,
et elles ne le sont toujours pas. Compte tenu de leur spécificité (dimensions), il est
vraisemblable que ces rouleaux de film ne seront pas vendus dans un avenir proche. Une
provision de 100 % de ces tables serait cohérente avec le principe de prudence.

La valeur brute de ces rouleaux de film est 18 000 x 200 soit KDH 3 600. Une provision
de KDH 1 800 existe déjà (dotée en N-1). Un ajustement de KDH 1 800 sera proposé :
débit du compte de Dotations aux provisions et crédit du compte Provision pour
dépréciation des stocks.

2 Tubes d’irrigation pour l’Office du Gharb

La modification des tubes va générer des coûts supplémentaires pour MAROC TUBES
SA. Ces coûts supplémentaires vont venir augmenter le coût de production des stocks de
DH 1300 par tube, ce qui fera passer le coût de revient à DH 9000 + DH 1300 = DH
10300.

Le prix de vente est resté fixe à DH 9500.

Or ces marchandises étaient encore en stocks au 31 décembre N de sorte qu'il est légitime
de s'interroger sur la valeur de marché de ces stocks : le coût étant désormais inférieur au
prix de vente, il convient de déprécier la valeur de stocks de la différence : (10300 - 9500)
x 1 000 = 800 000.

Un ajustement sera proposé pour ce montant : débit du compte de Dotations aux


provisions et crédit du compte Provision pour dépréciation des stocks.

La charge correspondante à la provision a pour objet de diminuer la valeur de l'actif de la


société. Les charges qui seront passées en N+1 lors de l’engagement des charges (salaires,
achats de matières,...) correspondent à des augmentations du passif de la société (dettes
salariales, dettes fournisseurs,...).

72
3 Plastique en vrac

Ce problème reprend le problème délicat des événements post-clôtures : en effet, la


diminution de la valeur de marché a eu lieu lors de l'exercice suivant et la valeur des stocks
à la clôture de N reflétait bien la valeur de marché à ce moment.

Or il existe deux catégories d'événements post-clôture :

- ceux pouvant être directement reliés à une situation existant déjà à la date de clôture

- ceux résultant de situations ayant pris naissance après la date de clôture.

Les événements de la première catégorie, c'est-à-dire ceux qui ont un lien direct et
prépondérant avec une situation qui existait à la date de clôture doivent faire l'objet d'un
ajustement dans les comptes.

Les événements de la seconde catégorie qui n'ont pas de lien direct et prépondérant ne
doivent pas donner lieu à un ajustement des comptes mais à une information dans l’ETIC.

En tout état de cause, le problème est délicat et aucune position n'est figée de façon nette:
les deux positions (ajustement ou mention dans l’ETIC) sont défendables.

Dans la mesure où le montant est significatif, où la tendance du cours du plastique semble


être stable à la valeur inférieure au coût de production et où il est probable que les stocks
de plastique ne soient pas vendus à un cours supérieur ou égal au coût de production, le
principe de prudence conduit à constater une provision dans les comptes clos lors de
l'exercice N.

Celle-ci s'élèvera à (16 000 - 14 800) x 80 = 960 000.

4 Tubes endommagés

Dans la mesure où ces tubes ont été facturées, livrées et que le client les a payées, elles ne
sont plus propriété de TUBES MAROC S.A. et ne figurent plus à l'actif du bilan. De ce
fait aucune dépréciation de valeur d'actif n'est à constater.

Par contre, il est probable que POSE S.A. entame une procédure contre TUBES MAROC
S.A. relative à ces tubes, pour démontrer que leur fragilité est un défaut de fabrication. Une
provision pour litige doit être constatée dès la naissance d'un risque, même avant tout
jugement et être maintenue tant que le jugement n'est pas définitif.

Le montant du litige s'élève à 100 x 8700 = 870 000 DH auxquels s'ajoutent les frais de
transport de DH 65 000, soit un total de DH 935 000.

En l'absence de toute argumentation de TUBES MAROC S.A. tendant à démontrer que la


responsabilité incombe à POSE S.A. et que le processus de fabrication ne saurait être
remis en question, il est prudent de constituer une provision à hauteur de 100 % de ce
litige.

73

Vous aimerez peut-être aussi