Vous êtes sur la page 1sur 6

22-014-D-10

Encyclopédie Médico-Chirurgicale 22-014-D-10

Pharmacologie endodontique
A Claisse-Crinquette
D Claisse

Résumé. – L’évolution des concepts biologiques et des techniques a modifié l’approche des traitements
canalaires et a considérablement limité la pharmacopée endodontique.
Il apparaît que les solutions d’irrigation et les médications temporaires actuellement utilisées sont d’une
grande utilité, mais qu’elles ne répondent pas totalement aux critères requis.
Les progrès conjoints de la pharmacodynamie et des connaissances histologiques, physiologiques,
immunologiques et pathologiques de l’organe dentaire et de son environnement nous permettent cependant,
dans un souci d’efficacité et de tolérance, d’adopter, en fonction des circonstances cliniques, une attitude
thérapeutique subordonnée aux règles de la biologie.
© 2001 Editions Scientifiques et Médicales Elsevier SAS. Tous droits réservés.

Mots-clés : pharmacologie endodontique, irrigants, médications temporaires.

Introduction de conservation. C’est le cas des acides, des bases fortes et des
enzymes. D’autres, tels les dérivés chlorés, les oxydants et les
Depuis des décennies, de nombreux agents thérapeutiques ont été chélateurs, sont couramment utilisés car ils répondent mieux aux
proposés pour répondre aux objectifs endodontiques : parage critères requis.
canalaire, contrôle de l’infection et maîtrise de la douleur. Si
beaucoup ont disparu de notre arsenal thérapeutique, d’autres DÉRIVÉS CHLORÉS
résistent à l’épreuve du temps et ont même vu leurs indications se Parmi les dérivés chlorés, l’hypochlorite de sodium, utilisé à des
multiplier au fur et à mesure de l’avancement des recherches et des concentrations de 1 à 5 %, reste, aujourd’hui encore, la solution
résultats cliniques obtenus. d’irrigation de choix en endodontie. La chloramine ne présente
L’évolution des concepts et des techniques endodontiques a aucun avantage particulier par comparaison avec l’hypochlorite de
considérablement réduit la pharmacologie endodontique. Elle se sodium.
limite actuellement à quelques solutions d’irrigation et produits à
usage médical. Leur choix tient compte des objectifs recherchés, ainsi ¶ Action solvante
que de la qualité et des contraintes des substances utilisées. Grossman [34] a démontré la supériorité de l’hypochlorite de sodium
sur les acides, les bases fortes et les dérivés oxygénés en ce qui
concerne son pouvoir solvant. La rapidité, l’efficacité de destruction
Solutions d’irrigation et de dissolution des tissus organiques et des débris nécrotiques sont
une aide appréciable lors du parage canalaire [68]. La dynamique
L’irrigation contribue de façon très significative à améliorer les instrumentale crée une agitation de la solution qui potentialise son
résultats des manœuvres endodontiques. pouvoir solvant [53, 65].
L’irrigant a deux actions complémentaires : L’hypochlorite de sodium présente aussi l’avantage de détruire la
– une action physique liée à la quantité de solution utilisée ; sa prédentine en mettant au jour le front de minéralisation [48], mais il a
fonction essentielle est l’élimination mécanique des débris un effet négligeable sur la dentine.
intracanalaires par lavage et lubrification ; C’est l’action oxydante de l’hypochlorite de sodium sur les matières
organiques qui permet une dissolution rapide dès les premières
– une action chimique liée aux qualités de l’irrigant, notamment à minutes de contact [31]. Plus le pH se rapproche de la neutralité, plus
son action solvante et déminéralisante, son activité antibactérienne l’action oxydante est importante, mais plus la solution est instable
et sa bonne tolérance. et toxique [23]. Les solutions à pH 10 utilisées en France représentent
L’effet de l’irrigant est fonction de sa nature, de sa concentration, de un bon compromis entre pouvoir solvant, stabilité et toxicité.
la température d’utilisation et du temps d’action. De nombreux La cytotoxicité est proportionnelle à la concentration. Le problème
agents chimiques ont été proposés pour l’irrigation canalaire, est donc de choisir la concentration minimale qui préserve un
certains sont tombés en désuétude, essentiellement pour des raisons pouvoir solvant suffisant, tout en assurant une action antiseptique
de manque d’efficacité, de toxicité ou de difficultés d’utilisation et satisfaisante.
Pour Hand [35], les solutions à 5,25 % sont significativement plus
efficaces que les dilutions à 2,5, 1 et 0,5 %.
Anne Claisse-Crinquette : Maître de conférences des Universités, praticien hospitalier.
Dominique Claisse : Maître de conférences des Universités, praticien hospitalier.
Rosenfeld [65] et Sénia [72] estiment que les solutions à 5,25 % sont les
452, avenue de Dunkerque, 59130 Lambersart, France. plus efficaces.

Toute référence à cet article doit porter la mention : Claisse-Crinquette A et Claisse D. Pharmacologie endodontique. Encycl Méd Chir (Editions Scientifiques et Médicales Elsevier SAS, Paris, tous droits réservés),
Stomatologie/Odontologie, 22-014-D-10, 2001, 6 p.

150 530 EMC [257]


22-014-D-10 Pharmacologie endodontique Stomatologie/Odontologie

Thé [80] obtient en 30 minutes une dissolution totale du tissu organiques. C’est pourquoi de nombreux auteurs ont préconisé
nécrotique avec de l’hypochlorite de sodium à 3 %. Trépagnier [82], d’utiliser en alternance les oxydants et l’hypochlorite de sodium
Gordon [31] et Koskinen [47] pensent qu’une concentration à 2,5 % est [32, 33, 51, 77]
.
largement suffisante. L’effervescence due à la libération de chlore et d’oxygène assainit,
Moorer [53] et Machtou [51] estiment qu’une concentration comprise désodorise et facilite l’élimination des débris hors du canal. Elle
entre 0,5 et 2 %, associée à un renouvellement et une agitation de la augmente en outre la perméabilité tubulaire [37] . Il semblerait
solution, est cliniquement suffisante. cependant que le rôle et l’importance attribués à cette effervescence
Par ailleurs, Cunningham [14] a montré que l’élévation de la soient un peu exagérés [79].
température à 37 °C d’une solution d’hypochlorite de sodium à
2,5 % potentialise son pouvoir solvant sans altérer sa stabilité. ¶ Toxicité
L’efficacité est alors comparable à une solution à 5,2 %. Cette idée
En cas d’utilisation d’eau oxygénée, il est recommandé de terminer
est confirmée par Abou-Rass [1].
la préparation canalaire par un rinçage final à l’hypochlorite de
sodium afin de limiter les douleurs et les emphysèmes gazeux
¶ Action antiseptique postopératoires [9, 33, 44, 56].
Dans un système canalaire infecté, le pouvoir antiseptique de la
solution d’irrigation permet de réduire le nombre de bactéries [7, 43].
CHÉLATEURS
Il ressort des études précitées qu’une préparation canalaire réalisée
avec de l’eau distillée donne, lors de prélèvement immédiat, 20 % Les chélateurs ont une grande affinité pour les métaux
de cultures négatives, alors qu’avec de l’hypochlorite de sodium alcalinoterreux comme le calcium. Ces acides faibles réagissent avec
nous obtenons 80 % de cultures négatives. Si le prélèvement est la partie minérale des parois dentinaires. Ils substituent aux ions
différé à 48 heures, le pourcentage de cultures négatives est de 3 % calcium des ions sodium qui se combinent avec la dentine pour
pour l’eau distillée et de 50 % pour l’hypochlorite de sodium [3, 77]. Il donner des sels solubles. La déminéralisation obtenue facilite ainsi
n’y a donc pas stérilisation canalaire mais assainissement [43]. la pénétration et l’élargissement des canaux fins ou imperméables
L’action bactéricide de l’hypochlorite de sodium est liée à la
[51, 57]
.
libération de chlore et d’oxygène et à la formation d’acide Dès 1957, Nygaard-Ostby [59] préconise l’utilisation en endodontie de
hypochloreux. Le chlore, qui est un élément bactéricide très actif, l’acide éthylène-diamine tétra-acétique (EDTA) à des concentrations
peut être fixé par la matière organique, empêchant ainsi la formation variant de 10 à 15 %.
d’acide hypochloreux. L’action solvante de l’hypochlorite de sodium De ce produit sont nés deux dérivés, l’EDTAC et le REDTA, qui
sur la matière organique entrave ainsi son action antiseptique [36]. Le résultent de l’adjonction d’agents mouillants, Cetavlont ou
renouvellement de la solution est donc capital pour obtenir cétrimide, qui majorent le pouvoir de pénétration et l’activité
l’efficacité antiseptique souhaitée. antibactérienne.
De nombreux auteurs préconisent l’utilisation d’hypochlorite de L’addition de soude a pour effet de faire passer le pH de 4 à 7,4 %.
sodium à 5,25 % [24, 36], estimant l’action antibactérienne « raisonnable Cette notion de pH est extrêmement importante car les solutions à
et suffisante » [75]. pH augmenté ou neutre ont une action chélatrice plus importante
Si la concentration joue un rôle important dans l’activité que les solutions acides [15, 70]. Pour Goldberg [28], l’efficacité maximale
antimicrobienne, l’élévation de température semble en revanche sans du produit est obtenue au bout de 15 minutes, alors que Seidberg [70]
effet [63]. pense que si l’action de l’EDTA est rapide, son pic d’activité est
maximal durant la première heure.
¶ Toxicité Weinreb et Meier [86] préconisent, pour une meilleure efficacité, un
renouvellement de la solution toutes les 3 minutes.
Les solutions d’irrigation sont susceptibles de franchir le foramen
apical et d’entrer en contact avec les tissus vivants. De nombreux auteurs s’accordent à dire que seuls les chélateurs
peuvent éliminer les boues dentinaires [27, 28, 46], mais qu’ils semblent
La toxicité relative [6, 75] de l’hypochlorite de sodium est le revers
totalement dépourvus d’action solvante sur les tissus organiques [88].
inéluctable de son pouvoir solvant et de son efficacité antiseptique.
Elle est en rapport avec son alcalinité et sa concentration. Pour En revanche, l’utilisation successive d’EDTA à 17 % puis
réduire la toxicité, la majorité des auteurs préconise des dilutions d’hypochlorite de sodium à 2,5 % permet d’éliminer à la fois la
variant de 1 à 5,25 % et une technique d’irrigation appropriée. Mais, pellicule pariétale et les débris organiques [30, 87], améliorant ainsi
cliniquement, une solution d’hypochlorite de sodium entre 0,5 et l’effet antibactérien [13].
2 % peut être utilisée en toute sécurité [51, 53]. Le RC-PREP mis au point par Steward [76] est une combinaison
d’EDTA à 15 % et de peroxyde d’urée à 10 % dans une base de
propylèneglycol. Ce produit associe donc des actions chélatrice,
AGENTS OXYDANTS antiseptique et lubrifiante [76], mais sa capacité de nettoyage est
Le peroxyde d’urée et le peroxyde d’hydrogène sont des oxydants. médiocre. La présence résiduelle au niveau des parois de nombreux
Le peroxyde d’hydrogène ou eau oxygénée, de formule H2O2, est débris et d’une couche épaisse de boue dentinaire est probablement
l’agent oxydant le plus utilisé en endodontie. liée à la viscosité du produit [4, 50, 51, 62, 66].
La solution employée lors de la préparation canalaire est un soluté à Parmi les acides organiques que l’on trouve naturellement dans
10 volumes. Elle contient 3 % en poids de peroxyde d’hydrogène et l’organisme, l’acide citrique possède des propriétés chélatrices et une
peut dégager 10 fois son volume d’oxygène gazeux. absence de toxicité.
L’utilisation en endodontie d’une concentration à 50 % améliore les
¶ Action solvante états de surface canalaire en agissant sur la partie minérale [49, 55].
Son action solvante sur le tissu organique est limitée [83] et son
Les propriétés solvantes du peroxyde d’hydrogène sont quasiment efficacité bactéricide varie selon les souches bactériennes et la
nulles, mais il possède une action hémostatique intéressante à concentration de la solution utilisée [58, 74].
exploiter en cas d’hémorragie pulpaire.
Kaufman [45] recommande, quant à lui, l’utilisation du salvizol qui
¶ Action antiseptique est apparenté à la famille des ammoniums quaternaires. Ce produit
posséderait une action solvante sur les matières minérales, un pH
Le peroxyde d’hydrogène est antiseptique par libération d’oxygène. neutre, une absence de toxicité, un large spectre antibactérien et des
Son action est brève et rapidement neutralisée par les débris propriétés fongicides. Berg [8] ne partage pas cet enthousiasme.

2
Stomatologie/Odontologie Pharmacologie endodontique 22-014-D-10

SOLUTIONS ANNEXES – Le phénol camphre associe des propriétés antiseptique et


– L’eau distillée et le sérum physiologique sont des solutions analgésique. La libération lente du phénol, liée à sa dissolution, le
d’irrigation qui ne possèdent aucune propriété antibactérienne ni rend moins toxique tout en gardant un bon pouvoir antimicrobien.
solvante. Ils n’ont pas d’effet toxique et n’entraînent pas d’effet – Le monochlorophénol présente une meilleure efficacité
secondaire. Ces irrigants sont fréquemment utilisés comme groupe antibactérienne que le phénol. Il agit sur 95 % des bactéries
témoin lors d’expérimentation. Seule leur action de nettoyage endodontiques, il est efficace contre les champignons et il reste actif
mécanique est recherchée [3, 77] et leur indication principale reste le en présence de sang, de protéines et de sérum, mais sa toxicité est
rinçage final [51]. importante.
– L’iode et l’iodure de potassium ont aussi été proposés comme – Les thymols et les menthols possèdent une forte action antiseptique
solution d’irrigation, mais leur effet antibactérien est discutable. et entrent dans la composition de nombreuses spécialités, mais leur
– La chlorhexidine et l’hexétidine sont des substances dont l’activité toxicité est identique à celle du phénol.
antibactérienne est démontrée [22, 60]. Elles semblent un peu moins – L’eugénol est analgésique et antiseptique. Malgré un potentiel
efficaces que l’hypochlorite de sodium à 2,5 % sur les souches irritatif élévé, il a cliniquement un effet calmant sur les tissus
aérobies et anaérobies, mais elles présentent une absence totale de vivants.
toxicité [64]. Ces solutions d’irrigation font l’objet d’applications
prospectives. – La créosote est antiseptique et anesthésique, mais tout aussi
irritante que les autres dérivés phénoliques.
– Le métacrésylacétate possède d’excellentes propriétés sédatives,
Médications intracanalaires mais une toxicité sévère sur les cellules et les tissus.
temporaires – Le crésol semble légèrement plus efficace et moins toxique que le
phénol.
Plutôt que l’utilisation de substances antibactériennes puissantes,
c’est aujourd’hui le nettoyage et la mise en forme canalaire qui ¶ Aldéhydes
constituent l’élément déterminant de la réussite des traitements
endodontiques [68, 77]. Le bien-fondé des médicaments intracanalaires L’activité antibactérienne est due à l’action rapide des groupements
est donc remis en question et leur utilisation devient de plus en plus aldéhydes avec les groupes aminés des protéines cellulaires. Les
restreinte. Leur rôle actuel est de s’opposer à une éventuelle micro-organismes sont morts, mais ils peuvent encore être nuisibles
contamination entre les séances et/ou de compléter la désinfection comme substance pyrogène.
canalaire qui doit être antibactérienne et antienzymatique.
– Le formol est une solution aqueuse à 40 % de formaldéhyde (gaz
La flore endodontique d’une dent infectée se compose de 90 % de
soluble dans l’eau). C’est un antiseptique puissant et toxique, mais
germes anaérobies, avec un nombre réduit d’espèces bactériennes,
combiné avec le crésol, le thymol ou d’autres phénols, il devient
une vingtaine environ, et une à 11 espèces par canal [55, 78]. Il existe
moins irritant.
une interdépendance et des relations nutritionnelles entre les espèces
bactériennes. Une sélection s’opère au sein du canal et un équilibre – Le glutaraldéhyde est moins volatil et a un poids moléculaire plus
écologique se met finalement en place. élevé que le formaldéhyde. Son pouvoir irritant est, par conséquent,
Les médicaments placés dans la chambre pulpaire ou dans le canal considérablement diminué.
exercent leur activité antibactérienne par contact direct avec les
micro-organismes et/ou par émission de vapeurs de substances ¶ Alcools
volatiles.
À concentration élevée, les alcools dénaturent les protéines
bactériennes. Ils sont faiblement antiseptiques et n’ont pas d’effet
ANTISEPTIQUES sur les spores.
Les antiseptiques chimiques et végétaux non spécifiques sont Ils sont utilisés comme solvants d’autres agents antiseptiques, mais
intéressants à utiliser vu la diversité de la flore canalaire. À non recommandés comme médicaments intracanalaires.
concentration appropriée et par contact prolongé, ils sont efficaces
contre les bactéries, mais leur action non sélective peut causer de ¶ Halogénés
sérieux dommages au niveau des tissus périapicaux et peut
interférer avec la guérison ou même l’entraver [54]. Le choix d’un – Les dérivés chlorés sont des antiseptiques puissants, mais ils
antiseptique repose sur : possèdent une certaine toxicité.

– des qualités physiques et notamment un grand pouvoir mouillant – L’hypochlorite de sodium a une action antiseptique et solvante sur
et de diffusion qui permettent une action rapide, prolongée et en les tissus organiques. La solution de 2,5 à 5 % peut être laissée dans
profondeur ; le canal comme médication temporaire, mais elle est plutôt utilisée
comme produit d’irrigation.
– des qualités biologiques telle une action antibactérienne,
antienzymatique, fongique et une absence de toxicité. – Les chloramines sont des substances qui présentent d’excellentes
L’intensité de la réponse inflammatoire face à l’agression du produit propriétés antimicrobiennes, mais un pouvoir lytique minimal sur
est fonction de la concentration du produit, de la quantité utilisée, les tissus organiques. Ces amines chlorées sont stables, mais
du pouvoir et du mode de pénétration, de la durée de contact avec irritantes et moins toxiques que les autres composés du chlore. À
les tissus périapicaux et de leur potentiel de défense. une concentration comprise entre 2,5 et 5 %, elles représentent une
bonne alternative comme médicaments intracanalaires.
¶ Phénols et composés – L’iode est un produit bactéricide, antimycosique, antiviral,
sporicide et sédatif. Il conserve son activité antiseptique en présence
Le phénol est un poison protoplasmique qui entraîne une
de matières organiques et il est peu agressif sur les tissus. La teinture
coagulation des protéines. C’est un produit volatil, légèrement
d’iode est réservée à la désinfection du champ opératoire.
soluble dans l’eau, à tension superficielle basse et efficace à faible
concentration (1 à 2 %). Il possède un effet irritant important sur les – L’iodo-iodure de potassium à 2 % est antimicrobien et possède une
tissus vivants et présente un léger effet anesthésiant qui est entravé toxicité acceptable, mais ne semble pas très efficace sur la flore
par la présence de pus ou de protéines. endodontique.

3
22-014-D-10 Pharmacologie endodontique Stomatologie/Odontologie

Bien que très efficaces dans les infections canalaires, les antiseptiques Les préparations commerciales sont nombreuses. Elles sont fluides
présentent une agressivité tissulaire importante et une perte et associées au méthylcellulose pour les obturations canalaires
d’activité en présence de débris tissulaires qui risquent de causer réalisées à l’aide d’un bourre-pâte.
des dommages sévères aux tissus périapicaux et qui peuvent Elles sont utilisées avec durcisseur pour les coiffages pulpaires.
interférer ou entraver la guérison.
Ces inconvénients majeurs font que ces médicaments disparaissent ¶ Propriétés
de plus en plus de notre arsenal thérapeutique.
La majorité des propriétés de l’hydroxyde de calcium sont liées à
son pH élevé.
ANTIBIOTIQUES
Élaboration de tissus calcifiés
Les antibiotiques sont bactéricides ou bactériostatiques et restent
actifs en présence des fluides tissulaires. En théorie, ils ne sont pas L’hydroxyde de calcium, par son pH élevé et sa faible solubilité,
irritants pour le périapex. Ils agissent par interférence ou provoque, au contact du conjonctif, une altération de surface limitée.
compétition avec les principales enzymes intervenant dans le Sous la zone de nécrose superficielle de 1 à 1,5 mm d’épaisseur et à
métabolisme des substances nécessaires au développement et à la partir d’une matrice fibrocicatricielle induite par les fibroblastes,
multiplication des bactéries. s’édifie un tissu calcifié [11].
Les principales spécialités utilisées en endodontie sont le Grinazolet Placé sur une plaie pulpaire, l’hydroxyde de calcium permet la
(métronidazole) et la Septomixinet (sulfate de polymixine B, formation d’un pont néodentinaire constitué, de la périphérie vers
tyrothricine, néomycine) du laboratoire Septodont et le Cortexant le centre, d’une couche de fibrodentine atubulaire et compacte, puis
(sulfate de framycétine, acétate d’hydrocortisone) du laboratoire d’une zone polymorphe d’ortho- et de fibrodentine, enfin d’une
Zizine. Ces antibiotiques sont parfois associés à des anti- couche dentinaire structurée avec tubuli, prolongements
inflammatoires. Ils sont introduits dans le système canalaire à l’aide odontoblastiques, prédentine et odontoblastes [10, 11].
d’une lime ou d’un Lentulot dans le but de réduire rapidement les Au niveau du desmodonte, ce sont les cémentoblastes et les
manifestations aiguës. Mais leur utilisation peut être à l’origine de ostéoblastes qui vont, à partir des mêmes phénomènes initiateurs,
manifestations allergiques, de sensibilisation et de résistance. De induire la formation de tissu ostéoïde et/ou cémentoïde [71, 85].
plus, sur un plan strictement clinique, il faut noter que ces pâtes L’édification de tissu minéralisé ne peut être induite que si
antibiotiques présentent des excipients lysolubles qui sont difficiles l’hydroxyde de calcium est placé directement sur les tissus vivants
à éliminer des surfaces canalaires. non infectés [41].
L’emploi de ces médicaments intracanalaires reste relativement rare.
Action antiseptique

CORTICOSTÉROÏDES L’ion OH est responsable de l’alcalinité de l’hydroxyde de calcium,


son pH à 12,4 lui confère un effet bactéricide et s’oppose à l’acidose
La mise en place de corticostéroïdes (dexaméthasone), après des tissus enflammés. Comme la majorité des antiseptiques, il est
préparation canalaire, diminue la douleur de façon significative dans cytotoxique mais sa faible solubilité limite cette action néfaste.
les 24 heures, mais ils altèrent les mécanismes de défense et rendent
L’ensemble des auteurs [41, 67] s’accordent à dire que les propriétés
les tissus périapicaux particulièrement sensibles à l’infection, c’est la
antibactériennes de l’hydroxyde de calcium en font un pansement
raison pour laquelle ils sont parfois associés avec des antibiotiques
canalaire de choix, notamment en présence de canaux infectés et de
à large spectre.
lésions périapicales. Mais il se résorbe rapidement et oblige donc à
Ces médicaments sont des agents toxiques agissant localement. Ils le renouveler régulièrement.
ne semblent pas générer les effets généraux néfastes des stéroïdes,
mais leur usage systématique comme médicament intracanalaire est Action hémostatique
déconseillé.
Les propriétés hémostatiques de l’hydroxyde de calcium sont dues
à la présence de calcium qui est un facteur de la coagulation
HYDROXYDE DE CALCIUM sanguine. Son utilisation est donc préconisée, d’une part en cas
Parmi les médications intracanalaires temporaires, l’hydroxyde de d’hémorragie consécutive à une hyperhémie pulpaire ou à une
calcium proposé dès 1920 par Hermann [40] occupe, aujourd’hui surinstrumentation apicale, et, d’autre part, en présence de tissu de
encore, une place de choix. granulation, de perforation ou de résorption apicale [84].

¶ Indications cliniques
¶ Matériau
Les propriétés de l’hydroxyde de calcium l’indiquent dans de
L’hydroxyde de calcium de formule Ca(OH)2, encore appelé chaux
nombreuses situations cliniques.
hydratée, chaux délitée ou chaux éteinte, provient du mélange de
chaux vive (CaO) et d’eau.
Dent immature
C’est une fine poudre cristalline, blanche et instable qui, au contact
de l’air, se transforme en carbonate de calcium. Lors du traitement de la dent immature par apexogenèse ou
apexification, le coiffage direct du tissu pulpaire vivant à l’aide
Son poids moléculaire est de 74,02 et son pH est voisin de 12,4. d’hydroxyde de calcium permet d’obtenir un pont dentinaire
Ce produit alcalin est donc agressif, mais sa faible solubilité dans minéralisé qui isole la pulpe et lui permet de poursuivre
l’eau (1,19 g/L) s’oppose à la diffusion alcaline toxique. physiologiquement la maturation radiculaire et la fermeture apicale.
L’hydroxyde de calcium peut être utilisé sous forme de préparation Sur les dents nécrosées, les stimulations successives à l’aide
magistrale ou commerciale. d’hydroxyde de calcium induisent la fermeture apicale par
La préparation magistrale est un mélange de poudre d’hydroxyde formation d’un tissu ostéocémentoïde.
de calcium pur avec du sérum physiologique ou de l’eau distillée.
Cette préparation, qui a la même radio-opacité que la dentine, est Perforations iatrogènes, fractures radiculaires
condensée dans le canal à l’aide de fouloir. En cas de perforations iatrogènes ou de fractures radiculaires, la
Certains auteurs ont préconisé d’associer des anesthésiques, des mise en place d’hydroxyde dans le canal, le plus rapidement
vasoconstricteurs, des antiseptiques, des anti-inflammatoires ou des possible et durant plusieurs mois, va permettre d’obtenir, comme
radio-opacifiants [84]. dans le cas d’une apexification, une reminéralisation radiculaire. La

4
Stomatologie/Odontologie Pharmacologie endodontique 22-014-D-10

formation de tissu dur au niveau de la zone lésée va permettre hydroxydes dissociés, il présente une capacité de dissoudre les tissus
d’assainir et d’assécher le canal, permettant ainsi une obturation nécrotiques et pompe les sérosités résiduelles.
endodontique définitive hermétique et durable [52, 84]. Il est donc particulièrement indiqué dans les traitements des canaux
infectés [41, 67] mais aussi lors d’hémorragies consécutives à des
Résorptions manœuvres iatrogènes ou à une pathologie canalaire.
L’hydroxyde de calcium est considéré à l’heure actuelle comme le L’hydroxyde de calcium ne semble pas posséder de propriétés
traitement de choix des résorptions. spécifiques, mais il induirait des modifications tissulaires capables
En présence de résorptions internes, l’hydroxyde de calcium, par de stimuler les réactions de défense et le potentiel réparateur des
son action caustique sur le tissu organique associée aux manœuvres structures dentaires et péridentaires.
des instruments endodontiques, permet l’élimination du tissu
pulpaire enflammé et conduit à l’arrêt du processus destructeur
évolutif en quelques jours [17]. Conclusion
Si la résorption interne a perforé la racine, une thérapeutique
transitoire à l’aide d’hydroxyde de calcium durant quelques mois L’activité thérapeutique des solutions d’irrigation et des médications
permet la formation de tissu minéralisé dans la zone lésée et la canalaires temporaires peut dépendre de paramètres maîtrisables comme
réparation desmodontale, condition nécessaire avant la mise en la concentration et la quantité de produit utilisé et, par conséquent, la
œuvre de l’obturation canalaire définitive [25]. toxicité du produit, le contact avec le substrat (tissu organique ou
Quelle que soit l’étiologie, les résorptions externes traumatiques, micro-organismes), la température de la solution et la présence ou non
idiopathiques ou autres, sont traitées endodontiquement. Pour éviter de débris organiques intracanalaires. D’autres facteurs difficilement
les processus de résorption dus aux éventuelles toxines de la pulpe contrôlables peuvent modifier leur efficacité thérapeutique. Il en est
nécrosée, il est nécessaire de réaliser un parage canalaire, une mise ainsi de la virulence bactérienne, la résistance de l’hôte, la susceptibilité
en forme et des stimulations à l’aide d’hydroxyde de calcium durant ou la résistance microbienne. Il apparaît donc que, parmi les produits
environ 1 an. utilisés, aucun ne répond totalement aux critères requis.
La diffusion des ions OH dans les zones de résorptions augmente le Mais les progrès de la pharmacodynamie, conjointement à l’évolution
pH, diminue l’infection et l’inflammation, contrariant ainsi l’activité des connaissances de l’organe dentaire et de son environnement aux
ostéoclasique [2, 18]. plans histologique, physiologique, immunologique et pathologique, ont
permis de dégager une attitude thérapeutique subordonnée en toutes
Nécrose pulpaire circonstances aux règles de la biologie. Ainsi, l’arsenal thérapeutique,
pléthorique il y a encore quelques années, est de plus en plus réduit.
L’hydroxyde de calcium peut, enfin, être utilisé comme médication L’évolution se fait dans le sens de la simplification et de la
temporaire intracanalaire en présence de nécrose pulpaire avec ou normalisation. Une fois l’indication thérapeutique posée dans le
sans lésion périapicale. contexte opératoire, le souci d’efficacité et la tolérance biologique sont
L’hydroxyde de calcium, par la valeur élevée de son pH, possède les facteurs essentiels du choix de la solution d’irrigation et de la
un effet antibactérien dépendant de la concentration en ions médication canalaire temporaire.

Références
[1] Abou-Rass M, Oglesby SW. The effects of temperature, [13] Bystrom A, Sundquist G. Bacteriologic evaluation of the [25] Frank AL. Resorption perforation and fractures. Dent Clin
concentration and tissue type on the solvent ability of effect of 0,5% sodium hypochlorite in endodontic therapy. North Am 1974 ; 18 : 465-487
sodium hypochlorite. J Endod 1981 ; 7 : 376-377 Oral Surg Oral Med Oral Pathol 1983; 55 : 307-312 [26] Girard G, Holz J. Contrôles à court et à long terme du trai-
[2] Andreasen JO. Periodontal healing after replantation of [14] Cunningham WT, Balekjian AY. Effect of temperature on tement de la catégorie IV de pulpopathies à l’aide de
traumatically avulsed human teeth. Acta Odontol Scand collagen dissolving ability of sodium hypochlorite endo- l’hydroxyde de calcium. Rev Mens Suisse Odontostomatol
1975 ; 33 : 325-335 dontic irrigant. Oral Surg Oral Med Oral Pathol 1980 ; 49 : 1985 ; 95 : 169-182
175-177
[3] Auerbach MB. Antibiotics vs instrumentation in endodon- [27] Goldberg F, Abramovitch A. Analysis of the effect of EDTAC
tics. N Y State DentJ 1953 ; 5 : 225-228 [15] Cury JA, Bragotto C, Valdrighi L. The demineralizing effi- on the dentinal wall of the root canals. J Endod 1977 ; 3 :
ciency of EDTA solutions on dentin 1: influence of pH. Oral 101-105
[4] Baker NA, Eleazer PD, Averbach RE, Seltzer S. Scanning Surg Oral Med Oral Pathol 1981 ; 52 : 446-448
electron microscopic study of the efficacity of various irri- [28] Goldberg F, Spielberg C. The effect of EDTAC and the varia-
gating solutions. J Endod 1975 ; 1 : 127-135 [16] Cvek M. A clinical report on partial pulpotomy and cappinq tion of its working time analyzed with scanning electron
with calcium hydroxide in permanent incisors with com- microscopy. Oral Surg Oral Med Oral Pathol 1982 ; 53 :
[5] Baumgartner JC, Brown CM, Mader CL. A scanning elec- plicated crown fracture. J Endod 1978 ; 4 : 232-237
tron microscopic evaluation of root canal debridement 74-77
using saline, sodium hypochlorite and citric acid. J Endod [17] Cvek M. Endodontic treatment of traumatized teeth. In : [29] Goldman LB, Goldman M, Kronman JH, Lin PS. The efficacy
1984 ; 10 : 525-531 Andreasen JO ed. Traumatic injuries of the teeth. Copen- of several irrigating solutions for endodontics: a scanning
hagen : Munksgaard, 1981 : 312-383 electron microscopic study. Oral Surg Oral Med Oral Pathol
[6] Becker GL, Cohen S, Borer R. The sequalae of accidentally
injecting sodium hypochlorite beyond the root apex. Oral [18] Cvek M. Treatment of non vital permanent incisors with 1981 ; 52 : 197-204
Surg Oral Med Oral Pathol 1974 ; 38 : 633-638 calcium hydroxide II. Effect on external root resorption [30] Goldman M, Goldman LB, Cavaleri R, Bogis J, Lin PS. The
inluxated teeth compared with effect of root filling with efficacy of several endodontic irrigating solutions a scan-
[7] Bence R, Madonia JV, Weine FS, Smulson MH. A microbio- gutta percha. A follow-up. Odontol Rev 1973 ; 24 : 343-354
logic evaluation of endodontic instrumentation in pulpless ning electron microscopic study. Part 2. J Endod 1982 ; 8 :
[19] Cvek M, Cleaton-Jones P, Austin JC, Andreasen JO. Pulp 487-492
teeth. Oral Surg Oral Med Oral Pathol 1973 ; 35 : 676-683
reactions to exposure after experimental crown fractures
[8] Berg MS, Jacobsen EL, Begole EA, Remeikis NA. A compari- [31] Gordon TM, Damato D, Christner P. Solvent effect of
or grinding adult monkeys. J Endod 1982 ; 8 : 391-397
son of five irrigating solutions: a scanning electron micro- various dilutions of sodium hypochlorite on vital and
[20] Cvek M, Hollender L, Nord CE. Treatment of non vital per- necrotic tissue. J Endod 1981 ; 7 : 466-469
scopic study. J Endod 1986 ; 12 : 192-197 manent incisors with calcium hydroxide. Odontol Rev
[9] Bhat KS. Tissue emphysema caused by hydrogen per- 1976 ; 27 : 93-108 [32] Grossman LI. Irrigation of root canals. J Am Dent Assoc
oxyde. Oral Surg Oral Med Oral Pathol 1974 ; 38 : 304-307 1943 ; 30 : 1915-1917
[21] Cvek M, Lundberg M. Histological appearance of pulps
[10] Brännström M, Nyborg H, Strömberg T. Experiments with after exposure by crown fracture, partial pulpotomy, and [33] Grossman LI. Endodontic practice. Philadelphia : Lea and
pulp capping. Oral Surg Oral Med Oral Pathol1979 ; 48 : clinical diagnosis of healing. J Endod 1983 ; 9 : 8-11 Febiger, 1978
347-352 [22] Delaney GM. The effect of chlorhexidine gluconate irriga- [34] Grossman LI, Meinan BW. Solution of pulp tissue by chemi-
[11] Breillat J. Investigations à propos du traitement endodon- tion on the root canal flora of freshly extracted teeth. cal agents. J Am Dent Assoc 1941 ; 28 : 223-225
tique des dents permanentes immatures. [Thèse de 3e cycle [thesis], Indianapolis University School of Dentistry, 1980 [35] Hand RE, Smith ML, Harrison JW. Analysis of the effect of
pour le doctorat en Sciences odontologiques], 1983 [23] Dychdala GR. Chlorine and chlorine compounds. In : Block dilution on the necrotic tissue dissolution property or
[12] Bystrom A, Claesson E, Sundquist G. The antibacterial effect SS ed. Disinfection, sterilization and preservation. Philadel- sodium hypochlorite. J Endod 1978 ; 4 : 60-64
of camphorated paramonochlorophenol, and calcium phia : Lea and Febiger, 1977 [36] Harrison JW, Hand RE. The effect of dilution and organic
hydroxide in the treatment of infected root canals. Endod [24] Ellerbruch ES, Murphy RA. Antimicrobial activity of root matter on the antibacterial property of 5,25% sodium
Dent Traumatol 1985 ; 1 : 170-175 canal medicament vapors. J Endod 1977 ; 3 : 189-193 hypochlorite. J Endod 1981 ; 7 : 128-132

5
22-014-D-10 Pharmacologie endodontique Stomatologie/Odontologie

[37] Harrison JW, Svec TA, Baumgartner JC. Analysis of clinical [55] Naidorf IJ. Clinical microbiology in endodontics. Dent Clin [72] Sénia ES, Marshall FJ, Rosen S. The solvent action of sodium
toxicity of endodontic irrigants. J Endod 1977 ; 4 : 6-11 North Am 1974 ; 18 : 329-344 hypochlorite on pulp tissue of extracted teeth. Oral Surg
[38] Heithersay GS. Calcium hydroxide in the treatment of [56] Nicholls E. The efficacy of cleansing of the root canal. Br Oral Med Oral Pathol 1971 ; 31 : 96-103
pulpess teeth with associated pathology. J Brit Endod Soc Dent J 1962 ; 112 : 167-170 [73] Shih M, Marshall FJ, Rosen S. The bactericidal efficiency of
1975 ; 8 : 74-98 sodium hypochlorite as an endodontic irrigant. Oral Surg
[57] Nikiforuk G, Sreebny L. Demineralization of hard tissues by Oral Med Oral Pathol 1970 ; 29 : 613-619
[39] Heithersay GS. Replantation of avulsed teeth. A review. organic chelating agents at neutral pH. J Dent Res 1953 ;
Aust Dent J 1975 ; 20 : 63-72 [74] Smith JJ, Wayman BE. An evaluation of the antimicrobial
32 : 859-867
effectiveness of citric acid as a root canal irrigant. J Endod
[40] Hermann. L’hydroxyde de calcium, matériau de coiffage et [58] Nikolaus B, Wayman B, Encinas E. The bactericidal effect of 1986 ; 12 : 54-58
d’obturation des canaux. Wurzbourg : édition SIGS, 1920 citric acid and sodium hypochlorite on anaerobic bacteria. [75] Spangberg L, Engstrom B, Langeland K. Biologic effect of
[41] Holland R, Nery MJ, de Mello W, de Souza V, Bernabe PF, J Endod 1988 ; 14 : 31-34 dental materials III: toxicity and antimicrobial effect of
Filho JA. Root canal treatment with calcium hydroxide. III endodontic antiseptics in vitro. Oral Surg Oral Med Oral
Effects of debris and pressure filling. Oral Surg Oral Med Oral [59] Nygaard-Ostby B. Chelation in root canal therapy. Ethyl-
ene diamine tetra-acetic acid for cleansing and widening Pathol1973 ; 36 : 856-871
Pathol 1979 ; 47 : 185-188
of root canals. Odontol Tidskr 1957 ; 65 : 3-11 [76] Steward GG, Kapsimalis P, Rappaport H. EDTA and urea
[42] Hugo WB. Inhibition and destruction of the microbial cell. peroxyde for root canal preparation. J Am Dent Assoc 1969 ;
London : Academic Press, 1971 [60] Parsons GJ, Patterson SS, Miller CH, Katz S, Kafrawy AH,
Newton CW. Uptake and release of chlorexidine by bovine 78 : 335-338
[43] Ingle JI, Zelddow BJ. An evaluation of mechanical instru- pulp and dentin specimens and their subsequent acquisi- [77] Stewart GG. The importance of chemomechanical prepa-
mentation and the negative culture in endodontic therapy. tion of antibacterial properties. Oral Surg Oral Med Oral ration of the root canal. Oral Surg Oral Med Oral
J Am Dent Assoc 1958 ; 57 : 471-476 Pathol 1980 ; 49 : 455-459 Pathol1955 ; 8 : 993-997
[44] Kaufman AY. Facial emphysema caused by hydrogen per- [78] Sundquist G. Bacteriological studies of necrotic dental
oxyde irrigation; report of case. J Endod 1981 ; 7 : 470-472 [61] Penick EC, Osetek EM. Intracanal drugs and chemicals in
endodontic therapy. Dent Clin North Am 1970 ; 14 : pulps. Umea University, Odontological Dissertations,
[45] Kaufman AY, Binderman I, Tal M, Gedalia 1, Peretz G. New 743-756 1976 : n° 7
chemotherapeutic agent for root canal treatment. A pre- [79] Svec TA, Harrison JW. The effect of effervescence on debri-
liminary electron microscopic study on an in vivo and in [62] Ram Z. Chelation in root canal therapy. Oral Surg Oral Med dement of the apical regions of root canals in single rooted
vitro endodontically treated tooth. Oral Surg Oral Med Oral Oral Pathol 1980 ; 49 : 64-74 teeth. J Endod 1981 ; 7 : 335-340
Pathol 1978 ; 46 : 283-295 [63] Raphael D, Wong TA, Moodnik R, Borden BG. The effect of [80] Thé SD. The solvent action of sodium hypochlorite on fixed
[46] Koskinen KP, Meurman JH, Stenvall H. Appearance of temperature on the bactericidial efficiency of sodium and unfixed necrotic tissue. Oral Surg Oral Med Oral Pathol
chemically treated root canal walls in the scanning electron hypochlorite. J Endod 1981 ; 7 : 330-334 1979 ; 47 : 558-561
microscope. Scand J Dent Res 1980 ; 88 : 505-512 [64] Ringel AM, Patterson SS, Newton CW, Miller CH, Mulhern [81] Tidmarsh BG. Acid cleansed and resin sealed root canals. J
[47] Koskinen KP, Stenvall H, Vitto VS. Dissolution of bovine JM. In vivo evaluation of chlorhexidine gluconate solution Endod 1978 ; 4 : 117-121
pulp tissue by endodontic solutions. Scand J Dent Res 1980 ; and sodium hypochlorite solution as root canal irrigants. J [82] Trépagnier CM, Madden RM, Lazzari EP. Quantitative
88 : 406-419 Endod 1982 ; 8 : 200-204 study of sodium hypochlorite as an in vitro endodontic
[48] Lifshitz JF, Schilder H, Pameijer CH. Scanning electron [65] Rosenfeld EF, James GA, Burch BS. Vital pulp tissue response irrigant. J Endod 1977 ; 3 : 194-196
microscope study of the warm gutta-percha technique. J to sodium hypochlorite. J Endod 1978 ; 4 : 140-146 [83] Wayman BE, Kopp WM, Pinero GI, Lazzari EP. Citric and
Endod 1983 ; 9 : 17-24 lactic acids as root canal irrigants in vitro. J Endod 1979 ; 5 :
[66] Rubin LM, Skobe Z, Krakow AA, Gron P. The effect of instru- 258-265
[49] Loel AD. Use of acid cleaner in endodontic therapy. J Am mentation and flushing of freshly extracted teeth in endo-
Dent Assoc 1975 ; 90 : 148-151 [84] Webber RT. Traumatic injuries and the expansed endodon-
dontic therapy: a scanning electron microscope study. J
tic role of calcium hydroxide. In : Gerstein H ed. Techniques
[50] MacComb D, Smith DC, Beagrie GS. The results of in vivo Endod 1979 ; 5 : 328-335
in clinical endodontics. Philadelphia : WB Saunders, 1983
endodontic chemo-mechanical instrumentation. A scan- [67] Safavi KE, Dowden WE, Introcaso JH, Langeland K. A com-
ning electron microscopic study. J Br Endod Soc 1976 ; 9 : [85] Webber RT. Apexogenesis versus apexification. Dent Clin
parison of antimicrobial effects of calcium hydroxide and North Am 1984 ; 28 : 669-697
11-18 iodine-potassium iodide. J Endod 1985 ; 11 : 454-456
[51] Machtou P. L’irrigation canalaire. In : Endodontie clinique. [86] Weinreb MM, Meier E. The relative efficiency of EDTA sul-
Paris :CDP, 1986 : 162-176 [68] Schilder H. Canal debridement and disinfection. In : Cohen furic acid and mechanical instrumentation in the enlarge-
S, Burns RC eds. Pathways of the pulp. St Louis : CV ment of root canals. Oral Surg Oral Med Oral Pathol 1965 ;
[52] Martin LR, Gilbert B, Dickerson AW. Management of endo- Mosby , 1980 19 : 247-252
dontic perforations. Oral Surg Oral Med Oral Pathol 1982 ; [87] Yamada RS, Armas A, Goldman M, Lin PS. A scanning elec-
54 : 668-677 [69] Schroeder A. Endodontics, science and practice. Chicago :
Quintessence Publishing, 1981 : 199-200 tron microscopic comparison of a high volume final flush
[53] Moorer WR, Wesselink PR. Factors promoting the tissue dis- with several irrigating solutions. Part 3. J Endod 1983 ; 9 :
solving capability or sodium hypochlorite. Int EndodJ [70] Seidberg BH, Schilder H. An evaluation of EDTA in endo- 137-142
1982 ; 15 : 187-196 dontics. Oral Surg Oral Med Oral Pathol 1974 ; 34 : 609-620
[88] Zach A, Kaufman AY. Quantitative evaluation of the influ-
[54] Muster D, Olive M. Pharmacologie endodontique. Encycl [71] Seltzer S, Bender IB. The dental pulp. Biologic conside- ence of dequalinium acetate and sodium hypochlorite of
Méd Chir (Éditions Scientifiques et Médicales Elsevier SAS, rations in dental procedures. Philadelphia : JB Lippincott human dentition. Oral Surg Oral Med Oral Pathol 1983 ; 55 :
Paris), Stomatologie, 22-014-D-10, 1993 : 1-6 1975 524-526