Vous êtes sur la page 1sur 2

Chapitre IV 

: LA SOUS-TRAITANCE

1. Définition: La sous-traitancec c'est l’opération par laquelle une entreprise (Donneur d’ordre)
confie à une autre (preneur d’ordre) le soin d’exécuter pour elle et selon «  un cahier de charge
pré-établie » une partie des opérations ou des services dont elle conserve la responsabilité finale.

2. Types de sous-traitance
2.1 Sous-traitance industrielle : Sont considérées comme des activités de sous-traitance industrielle,
toutes les opérations concernant un cycle donné de production ; une ou plusieurs activités suivantes :
- Sous-traiter un problème de conception, de fabrication, de production, des opérations de
réparation et maintenance.
- Le preneur d’ordre est tenu de se conformer exactement aux « directives ou spécifications
techniques que le donneur d’ordre arrête en dernier ressort ».
Dans la sous-traitance industrielle, on distingue deux sous-types :
a. La sous-traitance de capacité :
La sous-traitance est dite de capacité quand l’entreprise « Donneur d’ordre » est équipée d’elle-même,
pour réaliser un produit, à un recours de production extérieur.
Ce recourt peut avoir lieu occasionnellement à la suite d’une demande de courte durée, d’une
incidence technique, soit la suite d’un abondant d'une production.
b. La sous-traitance de spécialité :
La sous-traitance est dite de spécialité quand l’entreprise « donneur d’ordre » décide de faire appel à
un spécialiste disposant des équipements, de la compétence adoptée aux besoins.
(Quand l’entreprise ne peut pas ou ne souhaite pas se doter des moyens nécessaires au lancement ou
au financement ou parce qu’elle estime que ses installations ne sont pas suffisamment compétitives).
2.2. La sous-traitance de service : Elle porte sur les prestations entrant dans la réalisation de l’objet
social de l’entreprise [quand il s’agit de service on dit prestation et non production].
Ex : Restauration), assistance médicale, transport,…
Rmq : On fait la sous-traitance lorsqu’on sait faire.
Toute la problématique de la sous-traitance réside dans cette assertion : Faire ou faire faire.

Arguments qui obligent les entreprises pour faire (eux même) :


- La volonté de préserver l’indépendance de l’entreprise, on considère que l’aide extérieur est inutile. C’est
ce qu’on appelle la stratégie autarcique à la recherche du monopole.
- L’exigence de sécurité quand au délai et quantité de produit demandé.
- L’exigence de qualité (ils craignent que les spécifications ne soient pas respectées).
- La protection de secret de fabrication.
2éme Aspect de la problématique :
Faire faire avec les moyens existants ou sous-traiter la décision résume dans l’entreprise et le prix
demandé par le sous-traitant Investir
Donc : Un problème de décision ou
S/traiter
Les contrats de sous-traitance :
L’objet est d’assurer l’approvisionnement du donneur d’ordre conformément aux engagements fixés
pendant les négociations.
Commande répétitive
On distingue deux types de contrats
Contrat global ou cadre
Commande répétitive : La commande initiale est répétée à l’initiative du donneur d’ordres, alors
figurent sur la commande, les obligations de partenaires, les spécifications, les généralités, les délais de
livraison et les prix de session. (C’est un prix sur lequel on se met d’accord ≠ de prix de marché).
C’est une modalité qui permet de négocier des prix bas en favorisant la concurrence au moment de
chaque négociation, et qui contraint le partenaire à avoir en permanence un stock de sécurité. Ce sont des
contrats ponctuels et périodiquement renouvelés.
Inconvénient :
A cause de l’engagement à court terme, le sous-traitant ne peut pas envisager des investissements pour
améliorer ses performances.
On peut distinguer deux types de donneurs d’ordres.
1. Les donneurs d’ordres qui font appel à la sous-traitance pour pointe d’activité ; les relations
entretenues sont dans ce cas instables et de courte durée.
2. Le donneur d’ordre à des relations suivies avec le sous-traitant ; il s’établit alors une véritable
coopération technique. On dit alors que la relation est établie sur le mode de contrat implicite on
informel qui ce résultent de ces relations anciennes.
II. Contrat cadre global : Il est conclu pour une période supérieure à un an.
Avantage : Dans le contrat se trouve : La durée de contrat, les prix et les révisions des prix.
N.B : pas de révision des prix Litige.
Echelonnements de livraisons et pénalités pour non respect des engagements, modalité de paiement, les
dispositions pour le règlement de litiges. Les commandes viennent compléter le contrat-cadre.
Le cadre évita de négocier sans cesse les commandes initiales < 1 an.
Pour les prix : il faut savoir que pour les contrats annuels, les prix sont fermés (non révisables). Le prix
est remis en concurrence à l’expiration du délai.
Pour les contrats >1an, les prix sont révisables après la période d’un an.
Rmq1 : Dans les contrats ≤ 1an, le sous-traitant à la garantie que le contrat ne sera pas remis en cause
pendant la période de contrat.
Rmq2 : Dans les contrats >1an, le donneur d’ordres cherche des prix avantageux, en augmentant la durée
de l'engagement et pour réduire le risque, le donneur d’ordres à intérêt à multiplier les appels d’offre.
- Les deux parties doivent mettre en place, une procédure permettant le réexamen périodique des
prix applicables aux nouveaux ordres, en tenant compte des variations économiques.
Rmq3 : Les litiges : Sachez qu’en général il ya toujours de règlement à l’amiable des litiges (on ne court
pas facilement à la justice).
Rmq4 : Le donneur d’ordre peut effectuer un contrôle financier chez le Sous-traitant et peut proposer sa
solution technique. En cas de différence d’appréciations de la qualité, on fait appel dans ce cas à des
experts.