Vous êtes sur la page 1sur 9

THEME 

: « SI JE SUIS PÈRE, OÙ EST L’HONNEUR QUI M’EST DU?

SI JE SUIS MAÎTRE, OÙ EST LA CRAINTE, QU’ON A DE MOI ? »


MALACHIE 1 :6 par Eliezer KAPAMBA

Dans l’Alliance de Dieu avec son peuple, il était du devoir du peuple d’observer les lois de Dieu
données à Moïse, afin de jouir de leur héritage, la paix, l’abondance, la protection, etc. Mais au cours de
l’histoire de cette alliance, plusieurs ruptures se font remarquées entre Dieu et son peuple à cause des
péchés du peuple et de ceux de ses dirigeants. Dieu par les prophéties va interpeler son peuple, mais
celui-ci est toujours incrédule et se livre au mal et à l’idolâtrie. Dieu va assujettir son peuple aux rois
étrangers. Le roi de Babylone va détruire le temple, emporter les richesses de la maison de Dieu et du
roi, il va aussi prendre des hommes, des femmes, des jeunes et des enfants comme esclaves.

Mais dans la bonté de Dieu, il résout le ramener à leur héritage. Un processus de restauration va
commencer avec Zorobabel, Néhémie, Josué, Seraja, etc. Esdras2 : 1

Mais quelques uns de ceux qui sont revenus, étaient encore dans l’idolâtrie, mais sous l’impulsion de
deux prophètes Aggée et Zacharie, l’Eternel permet la reconstruction du Temple et la restauration du
Culte.

Quatre-vingts ans vont passer après cette restauration et l’élan va être brisé :

 La foi du peuple diminue et cède aux doutes dans les cœurs (l’incrédulité).
 Le pays souffre de la sécheresse, des mauvaises récoltes qui vont entraîner la famine.
 Le peuple devient insensible à son état moral.
 Ils sont infidèles et ils divorcent.
 L’injustice prend de l’ampleur dans la société.
 Le peuple doute de l’amour de Dieu, de sa fidélité et de sa justice.
 Personne n’a égard au culte rendu à Dieu.

Comme toujours, Dieu parlait à son peuple par des prophètes. Pendant ce temps là, après la captivité,
Dieu suscite un prophète contemporain de Néhémie, dont les origines ne sont pas mentionnées dans la
Bible. Malachie dont le nom signifie messager de l’Eternel, est le Prophète que Dieu envoie pour
réveiller son Peuple, pour annoncer les oracles de l’Eternel aux sacrificateurs et ses projets d’avenir pour
son peuple bien-aimé.
SI JE SUIS PÈRE, OÙ EST L’HONNEUR QUI M’EST DU?
SI JE SUIS MAÎTRE, OÙ EST LA CRAINTE QU’ON A DE MOI? 
Ces deux phrases interrogatives, expriment le regret de Dieu à cause de l’attitude de son peuple à son
égard :
 Car son peuple renie son amour, sa justice, sa fidélité, méprise son nom et son lieu de
culte
 Le peuple qu’il a sauvé, aimé, libéré, restauré et béni, l’accuse d’être l’auteur de ses
peines présentes.

Plusieurs diront quel rapport a ce message avec nous aujourd’hui ?


C’est simple. Ce message est en actualité aujourd’hui car nous vivons les derniers jours.
L’Apôtre Paul dit à Timothée : « Sache que dans les derniers jours, il y aura des temps difficiles. »
2Thim3 :1. La souffrance, les moments difficiles, l’accumulation du mal, la croissance de l’iniquité et de
ses pratiquants.

Au temps du Prophète Malachie, le peuple s’est détourné de Dieu à cause des temps difficiles et s’est
donné une ligne de conduite pour échapper à sa souffrance.

A notre époque, d’ailleurs dans la vie de chaque personne, il y a le haut et le bas.


L’ecclésiaste dit « chaque chose a son temps ». Eccl3 :1
Mais j’aime parce qu’il n’a pas dit un temps pour pécher et un temps pour se sanctifier.
Il dit à son dernier discours : Eccl 12 : 15 « crains Dieu et observe ses commandements, c’est là ce que
doit faire tout homme. »

Ce message est une actualité pour nous aussi, parce que nous n’échappons pas à la souffrance. Nous
vivons une période pendant laquelle plusieurs personnes cherchent par divers moyens de voies de
sorties. Personne n’aime souffrir à vie. L’homme face à la souffrance s’agite, manifeste la peur
d’échouer, de mourir affamé, de perdre sa dignité, de perdre ceux qui lui sont chers. Proverbes 23 : 4-5

Les temps difficiles comme le dit l’Apôtre Paul seront les causes des beaucoup des dérèglements, le mal
va s’empirer, jusqu’à entrer dans la maison de Dieu. Et cette époque est déjà là. Nous en sommes
témoins. Et pendant cette époque, le peuple de Dieu oubliera l’essentiel pour s’attacher aux futilités. Ils
oublieront leur droit d’héritiers et se conduiront comme des enfants sans Père, comme un peuple sans
berger, comme un serviteur sans maître. Au regard de ces choses, l’Esprit de Dieu nous rappelle ces
interrogations : « SI JE SUIS PÈRE, OÙ EST L’HONNEUR QUI M’EST DU?
SI JE SUIS MAÎTRE, OÙ EST LA CRAINTE QU’ON A DE MOI ? »
L’Esprit de Dieu nous rappelle deux choses qui reviennent à Dieu : L’HONNEUR ET LA CRAINTE.

Dans la captivité, le peuple de Dieu n’avait pas une vie facile ni agréable. Le matin comme le soir, ils
pensaient à Jérusalem, aux chants de la pâque, aux danses de filles de Sion, et à tant d’autres choses. Le
Dieu de leurs Pères les a ramenés dans la terre de leurs ancêtres comme il l’avait promis par les
prophètes. PS137 ; PS147 ; Jér30 :1-24. Malheureusement, ce peuple délivré, garde l’impression d’être
haï par Dieu et lui dit en quoi nous as-tu aimés ? Mal1 :1

C’est ce qui nous arrive aussi parfois de dire lorsque tout est bloqué. Quand La prospérité tant attendue
n’arrive pas et nous formulons des phrases de mécontentement de ce genre:

 Ceux qui trichent réussissent et moi qui ne le fais point, j’ai repris l’année.
 Les filles qui vont avec le Directeur sont embauchées et moi qui ai refusé, je suis toujours sans
emploie.
 Bazoba bazo kende kotanga na poto mais nga moto ya mayele nazo tanga na ba mpasi ya
kinshasa.

Dans cette allure, nos inquiétudes nous voilent les yeux et nous sommes incapables de voir les bienfaits
de Dieu. Ce qui nous entraîne à ces attitudes mentionnées dans le livre du Prophète Malachie :

 Nous renions l’Amour de Dieu. Chap1 :2


 Nous méprisons le nom de Dieu. Chap1 :6
 Nous profanons ce qui est sacré. Chap2 :10
 Nous renions la justice de Dieu. Chap2 :17
 Nous refusons de nous repentir. Chap3 :8-16

Mais n’oublions pas que Dieu parle et agit. Ce ne sont pas nos mauvaises attitudes qui vont le changer. Il
est Dieu et ce qu’il est, il le sera quand même nous demeurons incrédules.

La foi s’éteint lorsqu’on cesse de croire en Dieu. Une vie chrétienne non fondée sur la confiance en Dieu
est chétive et susceptible à une mort graduelle comme une fumée qui disparait. Essayons de penser un
instant, si Christ n’était pas venu dans nos vies à quoi ressembleraient-elles  ? Nous étions liés par nos
coutumes, des rites qui donnaient accès aux esprits impurs d’agir sur nous. Combien bénisse Dieu pour
la délivrance de leurs âmes ? Plusieurs sont encore sous l’emprise de démons jusqu’à nos jours.
Qu’avons-nous donné pour être sauvé ?

Dieu est celui qui fait d’abord ses devoirs avant de nous demander de faire nos devoirs. Il n’a jamais
brisé son alliance car il est fidèle. C’est pourquoi avant de leur rappeler ce qui lui revient, il leur rappelle
ses devoirs envers eux. Dieu leur rappelle son amour et revient au début de l’histoire. Certainement,
Dieu avait promis à Abraham et à ses descendants la terre de Canaan. Abraham engendra Isaac et celui-
ci Esaü et Jacob Rom9 :11-13. Mais Dieu choisit Jacob et rejette Esaü. Jacob celui qui devient Israël père
des douze tribus d’Israël. Dieu est celui qui n’échoue jamais dans ses projets. C’est ce que j’appelle la
souveraineté de Dieu. L’Eternel leur promet même de détruire les descendants d’Esaü qui vont essayer
de rebâtir leurs murs.

Dieu a rappelé son amour et sa fidélité à son peuple. Croyez-moi. Il le fait jusqu’à nos jours. Le crois-tu  ?
Moi, je le crois. L’amour de Dieu est un amour prouvé c'est-à-dire qui a des preuves. Pour nous, Dieu
nous rappelle son amour en Jésus. C’est en lui que nous voyons la gloire de Dieu, c’est par lui que nous
bénéficions l’Amour de Dieu et c’est toujours lui qui nous fait jouir de toutes les promesses divines. Si
nous sommes héritiers, c’est par rapport à notre position en Jésus. C’est en Christ que la justice de Dieu
est accomplie. Tout chrétien doit savoir que Dieu l’aime pour l’Eternité.

Après leur avoir rappelé son amour, son choix, sa protection et sa fidélité, Dieu leur a interrogé sur
l’honneur et la crainte qui lui sont dus suivant son alliance avec son peuple. Dieu les recherche aussi
jusqu’à nos jours.
Les enfants d’Israël n’étaient pas ignorants de ces deux mots. Car il y avait des parents parmi eux. Ce
peuple connaissait les lois de Dieu sur l’Honneur dû aux parents et sur la soumission due aux maîtres.

Les relations évoquées par Dieu sont deux : - Père et enfants

- Maître et serviteurs
1. RELATION PERE ET ENFANTS

Dans la loi que Dieu a donnée à Moïse, Dieu commande dans le décalogue Exode 20  :12 « Respecte ton
Père et ta mère, afin de jouir d’une longue vie dans le pays que moi, le Seigneur ton Dieu, je te donne.  »
Version Bible Expliquée du Français courant.

Les enfants d’Israël n’ignoraient pas le sens de ce mot.

Honorer : c’est témoigner du respect envers quelqu’un, traiter avec un grand égard.

Honneur : c’est la considération due au travail, au courage, au talent.

En Hébreux, le mot Gloire est « KABÔD », ce qui signifie à l’origine « Être lourd ». Le sens premier de ce
mot « KABÔD » c’est « pesé ». Le sens dérivé exprime « ce qui donne du poids », « ce qui impose ». Chez
les Hébreux rendre gloire à quelqu’un « c’est reconnaître son importance ou son autorité ». D’où
apparait le sens du commandement « Honore ton Père et ta Mère… » Car leur gloire vient du fait qu’ils
incorporent leurs enfants au Peuple de Dieu et qu’ils leurs transmettent la foi en Dieu de l’alliance.

Beaucoup diront mais Dieu n’a jamais considéré son peuple comme ses enfants. C’est faux. Nous voyons
déjà dans Deut14 : 1-2 «  Vous êtes les enfants du Seigneur votre Dieu ! » et vous pouvez continuer la
lecture. Dieu nous considère aussi comme ses enfants. Dieu nous traite toujours comme ses enfants car
il nous aime comme ses enfants. C’est pourquoi la gloire de Dieu est ce qui le rend important et par
conséquence impose du respect à l’être Humain. Quand Dieu agit, il met tout le poids de sa sainteté et
de sa puissance car ça manifeste sa gloire. Nous devons Honneur à Dieu à cause de ce qu’il est pour
nous. Qui est Dieu pour toi ? Quelle estime as-tu de Dieu ? Tes réponses détermineront le degré de ta
consécration et de ton adoration. Voyez le Psaume de David le chapitre 144 :1. David loue Dieu en
reconnaissant que c’est lui la source de sa victoire. Il ne se voit pas combattre mais il voit Dieu
combattre. Il a une grande considération de ce que Dieu est pour lui.

Le plus grand combat du diable dans les relations humaines et dans la relation de l’Homme avec Dieu est
de semer la méfiance (les doutes). La méfiance dans une relation entraîne à l’infidélité et à la trahison.
Conséquence la haine. La loi de l’Amour est Anti-diable c'est-à-dire contre le diable. Le diable sait que si
tu aimes Dieu véritablement, tu lui feras confiance et tu lui seras fidèle. Car on est fidèle que quand on a
confiance.

Dans le nouveau Testament, Dieu nous traite comme ses enfants par la foi en Jésus CHRIST dans Jean 1 :
12. Dans cette relation de Paternité, le Père donne à ses enfants son nom et ceux-ci l’honorent en
faisant ce qui est bon, afin que le nom qu’ils portent ne soit pas offensé. Sais-tu que tu portes le nom de
Dieu ? Sais-tu que tout ce que tu fais peut honorer ou offenser ton Père ? Dans la loi de Moïse, toute fille
trouvée non vierge le jour de son mariage était lapidée. La virginité était obligatoire pour toutes les filles
qui aspiraient au mariage honorable et c’est ce qui faisait l’honneur de leurs familles. Deut22 :13-29. Ce
message est d’actualité jusqu’à nos jours. La virginité spirituelle c’est la sainteté. Si Jésus ne nous trouve
pas saints, nous n’aurons pas notre part auprès de lui dans son héritage eternel.

Souvenez-vous de David dans 1Samuel 17 : 55-58. À cause de son courage, Saül a voulu connaître de qui
il était fils. Tout ce que nous faisons implique nos origines. C’est pourquoi beaucoup des tribus sont
connues comme nous le disons en lingala na ba ndenge nango. Certaines sont connues comme tribus
des peureux, des égoïstes, des orgueilleux, d’autres des traîtres, des impudiques, etc.

On honore son Père en faisant ce qui fait sa joie et qui lui donne le mérite d’un bon Père devant tout le
monde. Dans le livre de Proverbes, nous trouvons plusieurs recommandations à ce sujet à l’exemple de
Prov15 :20 « Un fils sage fait la joie de son Père »

Comment alors honorer notre Père l’Eternel ? Dans Proverbes 23 : 15-28 nous tirons ceci :

- s’attacher à la sagesse de Dieu, parler avec droiture, ne pas envier intérieurement les pécheurs, se
soumettre au Seigneur, ne pas fréquenter les ivrognes et les gloutons, écouter ce que dit ton Père
biologique, honorer ta mère biologique même dans sa vieillesse, apprendre à être véridique, sage,
discipliné et intelligent, et ne pas gaspiller ces qualités, suivre le bon exemple du Père, se séparer des
femmes infidèles ou prostituées.

Nous sommes appelés à cette mode de vie. Partout où nous passons, nous sommes vus comme enfants
de Dieu. Si ce que nous faisons n’est pas honorable, nous offensons Dieu, quoi qu’il ne soit pas visible, il
se fait visible par nous.

Dieu est le meilleur père qui puisse exister. Il nous aime c’est pourquoi il nous châtie. Rendons-lui son
honneur. C’est notre responsabilité de pousser les autres à respecter notre Dieu en observant notre
respect envers lui, envers nos parents aussi car c’est ainsi la volonté divine. Il y a une promesse pour
ceux qui honorent Dieu. C’est une longue vie dans l’héritage que Dieu donne. Si le respect pour les
parents de ce monde est une source de bénédiction, à combien plus forte raison le respect pour Dieu ?
Honorons notre Père céleste, notre source, celui qui nous a engendrés en Christ pour que nous puissions
hériter la vie éternelle (longue vie).

2. RELATION MAÎTRE ET SERVITEURS

Un Maître est celui à qui on doit soumission. Car il est celui qui gouverne, qui commande, qui exerce une
autorité. Notre Dieu est celui qui nous gouverne. Dieu appelle Israël son Peuple qui lui appartient. C’est
avec raison que l’Eternel évoque cette relation et rappelle le devoir du peuple envers celui qui le
gouverne. Cette relation existe aussi entre Dieu et tous les croyants. 1Pierre2 : 9-10.

Dans le Nouveau Testament Jésus parle du royaume de Dieu. Dans ce royaume, Dieu a soumis toute
autorité à son Fils Jésus. Celui qui obéit au fils, obéit au Père qui l’a envoyé. Paul dans ses épîtres se
présente plusieurs fois comme serviteurs de Dieu. Galates 1 :1 Or, le mot Apôtre veut dire envoyé. Jésus
n’a pas envoyé les apôtres comme des enfants mais comme des serviteurs car lui-même s’est traité
comme serviteur de Dieu.

Dans notre texte de base dans le livre de Malachie 1 : 6, Dieu relie la crainte à cette relation. Ce qui est
une leçon bien enseignée aux enfants d’Israël. Dieu commande la femme à se soumettre à son mari. Ce
qui n’est pas synonyme d’oppression. L’homme qui opprime sa femme est en contradiction avec la
parole de Dieu concernant la relation conjugale. Dans Det10 : 12-22, nous voyons l’attente de Dieu
comme autorité suprême gouvernant Israël.

La reconnaissance de l’autorité de Christ sur le croyant doit amener le croyant à se soumettre à Christ.
Jean 15 :10 « Si vous obéissez à mes commandements, vous demeurez dans mon amour, comme moi j’ai
obéi aux commandements de mon Père et que je demeure dans son amour. » Plus loin, Jésus dit à ses
disciples qu’il ne les appellera plus serviteurs mais amis. Ce qui montre le désir de Dieu d’exceller dans
sa relation avec les hommes.

Ce que Dieu attend de nous comme serviteurs, c’est la soumission, l’obéissance et la fidélité. Nous
sommes appelés à nous soumettre à Dieu. Notre façon de servir Dieu démontrera notre considération
envers Dieu. Rappelons-nous de cette parabole de Jésus sur les talents dans Matt25 :14-30. Leurs
récompenses étaient la conséquence de leur fidélité. Beaucoup garde les trésors de Dieu enfouis en eux
qui sont destinés pour bénir leurs propres vies, leurs familles, leurs nations, leurs églises et leurs
quartiers. Quand Jésus viendra, il va nous juger comme des serviteurs. Ceux qui sont fidèles et
obéissants seront à la droite mais les lâches et les incrédules seront jetés dans l’étang de feu. Voyez
Matt25 :31-46. Notre position comme serviteurs de Dieu doit nous conduire à la maturité spirituelle, car
un serviteur travaille pour un salaire. Je me reserve d’entrer en détails car c’est encore un grand
message.

Voyez comment vous servez Dieu. Peut-on dire que vous êtes fidèles serviteurs  ? Avec quelle
motivation, vous servez Dieu. Le commandement de Jésus est l’Amour. C’est par l’obéissance à ce
commandement que nous pouvons demeurer dans l’amour de Dieu et de son fils.

L’amour pour Dieu doit nous conduire à une vie de consécration de tout notre Être. Jésus doit gouverner
même nos émotions, nos choix, nos projets, nos sentiments, nos préférences. Plusieurs échecs, regrets,
blessures sont les conséquences de notre désobéissance et notre détachement de la volonté souveraine
de Dieu. Nous devons tout soumettre sans rien retenir. C’est Dieu qui a le dernier mot. Nous, nous
proposons mais Dieu dispose. Voici la vie que Dieu attend de nous comme ses serviteurs. Comme le dit
Jésus notre récompense sera grande dans les cieux.

Ne tombons pas dans la négligence, car la malédiction est la part de ceux qui servent Dieu avec
négligence. Qu‘est-ce qui nous rend souvent négligents ? Plusieurs fois c’est quand la promesse tarde à
s’accomplir et quand on n’est pas considéré comme il se doit. Bien-aimés, si nous espérons une
récompense de Dieu, nous devons lui obéir jusqu’à la dernière seconde de notre pèlerinage.
Beaucoup peuvent dire aujourd’hui comme les contemporains de Malachie, « en quoi t’avons-nous
méprisé ? » Dieu répond par l’offrande des aliments impurs. Des aliments impurs sont des aliments
souillés. Dieu avait interdit ce genre d’offrande dans Lévitique1 :3. Et cette loi s’applique pour le Croyant
aujourd’hui mais pas au diapason de gros et de petit bétail. Mais voyons ce que dit l’Apôtre Paul dans
Romains 12 :1-2. L’Apôtre évoque trois caractères de l’offrande qui sont :

1. Vivant
2. Saint (pure, sans souillures)
3. Agréable à DIEU (selon les principes de Dieu)

Dieu reproche son peuple avec raison. Car il offrait des bêtes aveugles, boiteuses ou infirmes. Nous
comprenons par les reproches de Dieu que ce que nous offrons à Dieu avec mépris est aussi méprisé par
Dieu. Dans le culte, nous voyons aussi les sacrifices. Rendre culte à Dieu veut dire aussi offrir à Dieu un
sacrifice. L’offrande peut symboliser comme le dit l’Apôtre notre Corps, mais aussi notre vie, nos
offrandes, nos dîmes et notre service à l’église.

Il nous revient de savoir si nous vivons en Christ, si nous vivons la sainteté et nous menons une vie
agréable au Père. Quelle est la valeur de ce que tu offres à Dieu ? Aujourd’hui Dieu réclame l’honneur et
la soumission qui lui revient en droit. Revenons au vrai sens de l’Adoration qui plait à Dieu.

Les trois caractères mentionnés par Paul doivent se retrouver dans notre offrande. Notre offrande doit
démontrer le degré de notre consécration. Elle doit prouver notre amour pour Dieu. Rien d’impur ne
subsiste dans la présence de Dieu. La présence de Dieu est aussi un feu. Elle consomme l’offrande
agréable et repousse celle qui est impure. Plusieurs se sont attirées des malédictions à nos jours à cause
de se présenter devant Dieu avec une vie déplaisante, remplie des souillures. Ce qui est consacré à Dieu
doit être pur, sans souillure, sans mélange, limpide.

Ce qui est vivant, respire, produit, a de l’espérance, a de la valeur et a la vie et aussi donne la vie.
Personne n’accepterait acheter un fruit pourri, ni quelque chose qui est expirée. Ce que nous exigeons
traduit notre besoin et notre attente. De même, l’exigence de Dieu dans l’offrande traduit son attente.
Dieu veut ce qui est précieux. Il n’y a pas d’offrande plus précieuse que nous pouvons offrir à Dieu si ce
n’est notre Etre, notre propre vie (sacrifice vivant).

Ce qui est Saint est sans mélange. La sainteté est une exigence divine. Plusieurs amènent le
conformisme, le mélange dans leur vie, oubliant que leur vie est une offrande précieuse devant Dieu.
Aujourd’hui nous assistons à cette mode de vie qui se conforme à celle du monde au milieu des enfants
de Dieu. Les Apôtres en parlent comme signe des fins de temps. Et nous vivons les derniers jours. Ne
nous conformons pas au monde. Jésus avait deux types de gens qui le suivaient. Les disciples et la foule.
Ses intimes étaient les disciples. Si tu veux être comme tout le monde, tu seras une foule devant Dieu. La
foule est composée des flatteurs, des traîtres, mais les disciples compatissent, aiment sincèrement, se
sacrifient, ils sont prêts à tout pour le bien de leur maître.

Notre vie doit être agréable à Dieu. L’objet d’une œuvre d’art est la beauté esthétique, attirée une
bonne appréciation. Notre vie façonnée par la conduite du Saint-Esprit, doit attirer l’appréciation de
Dieu. Dieu doit s’émerveiller quand il consomme notre adoration, en recevant notre culte, notre
louange, nos prières et en observant notre vie chrétienne. En d’autres termes, je dirai mettons Dieu à
l’aise lorsque nous le servons. Car la joie de Dieu est notre force. Quand Dieu se réjouit à cause de nous,
nous avons la force d’accomplir l’extraordinaire. Si je suis Père a questionné l’Eternel. Dieu veut se sentir
considéré comme notre Père. Reconnais Dieu comme ton Père car il l’est. L’Esprit atteste que nous
sommes enfants de Dieu. Si je suis Maître… ? Une phrase qui nous rappelle l’autorité de Dieu.
Reconnaissons l’autorité de Dieu et soumettons-nous à lui, en laissant son Esprit nous conduire selon
Romains 6 :12-13 et Romains 8 : 15.

Pour conclure, que celui qui n’a jamais établit ces relations avec Dieu dans sa vie, prie et
se repente des ses péchés, s’en détourne et les délaisse. Donne ta vie à Christ, crois en lui
comme ton Seigneur et ton Sauveur. Seigneur parce que c’est lui l’autorité établit par Dieu à qui
tu dois soumission pour vivre la vie éternelle. Sauveur parce que c’est lui qui te libère de tes
péchés et te donne le droit d’être enfant de Dieu.

ES45 :5-12 ; 2Chr15 :2

Et si ta relation est rompue parce que tu as méprisé Dieu à cause de la souffrance, ou d’un fait,
reviens à lui aujourd’hui car il t’aime et il ne veut pas te perdre. Dieu ne rejette pas celui qui
vient à lui. L’Heure et le jour ne sont point connus. N’attends pas qu’il soit trop tard pour vivre le
jugement car dans le livre du prophète Malachie, Dieu finit par le jugement. Dieu reproche
toujours avant la dernière sentence. La bible dit que Dieu châtie celui qu’il aime. Car ce jour là
viendra sans doute mais il ne faut pas que tu sois à gauche destination enfer.

Père, Nous te prions, incline nos cœurs à t’honorer et à se soumettre totalement à toi.
Amen !!!

Fait le 15 janvier 2015


i
eliezermutombo@gmail.com