Vous êtes sur la page 1sur 9

TRAITEMENT COMBINATOIRE

de l'information logique

I) Définition "Logique Combinatoire"


Dans un système combinatoire les sorties dépendent uniquement de la combinaison des entrées.
e1 S1
e2 Traitement
e3 combinatoire
S2
e4
⇒ S1 = f (e1 , e2 , e3 , e4 )
Un traitement combinatoire peut être réalisé de façon câblé ou programmé.
Pour résoudre les problèmes combinatoires on utilise l'algèbre de Boole.

II) Etat des variables

Ceci s'applique aux variables d'entrées et de sorties. (ex : e1 et S1)

Pour une variable on distingue 3 états pour la décrire


Etat physique : Traduit l'action ou la non action de la variable
Etat électrique : Indique le niveau de tension imposé par l'état physique de la variable
Etat logique : Traduire l'action ou la non action en valeur binaire (0 ou 1).

Rq : Une variable d'entrée possède 2 comportements soit : comme un contact NO ou comme un contact
NF.

Application n°1:
Niveau de tension à Niveau de tension à
l'entrée du circuit la sortie du circuit
combinatoire combinatoire
+5V +5V

Traitement
combinatoire
x Câblé ou programmé
LED
0V 0V L1 0V

Le but étant de déterminer le circuit combinatoire répondant aux fonctionnements suivants :

• Cas n°1 : On souhaite que la Led L1 s'allume quand "x" est activé. (CdC)

• Cas n°2 : On souhaite que la Led L1 s'allume quand "x" est désactivé. (CdC)

La variable d'entrée se comporte comme un contact NO, car au repos elle impose un état bas à l'entrée
du circuit combinatoire.

Dans ce système "x" est la variable d'entrée et L1 la variable de sortie.

L'état de(s) la variables de sortie(s) dépend du fonctionnement défini par le CdC.

1
Cas n°1 Cas n°2
Etat des variable : Entrée : x Sortie : L1 Etat des variable : Entrée : x Sortie : L1
Physique Non Action Non action Physique Non Action Action
Electrique 0V 0V Electrique 0V 5V
Logique 0 0 Logique 0 1
Physique Action Action Physique Action Non action
Electrique 5V 5V Electrique 5V 0V
Logique 1 1 Logique 1 0

Application n°2:
Niveau de tension à Niveau de tension à
l'entrée du circuit la sortie du circuit
combinatoire combinatoire
+5V +5V

Traitement
combinatoire
x Câblé ou programmé
LED
0V 0V L1 0V

Cas n°3 :On souhaite que la Led L1 s'allume quand "x" est activé. (CdC)

Cas n°4 :On souhaite que la Led L1 s'allume quand "x" est désactivé. (CdC)

La variable d'entrée se comporte comme un contact NF, car au repos elle impose un état haut à
l'entrée du circuit combinatoire.

Cas n°3 : Cas n°4 :


Etat des variable : Entrée : x Sortie : L1 Etat des variable : Entrée : x Sortie : L1
Physique Non Action Non action Physique Non Action Action
Electrique 5V 0V Electrique 5V 5V
Logique 0 0 Logique 0 1
Physique Action Action Physique Action Non action
Electrique 0V 5V Electrique 0V 0V
Logique 1 1 Logique 1 0

Seule la relation entre l'état physique et l'état logique reste invariable :


A une action correspond un niveau logique 1
A une non action correspond un niveau logique 0

La résolution d'un problème combinatoire se fera à partir des états logiques.

III) Démarche d'un problème combinatoire

1/ Un CdC doit être établi pour fixer le fonctionnement souhaité du système (sous forme littérale)
2/ Identification des entrées et des sorties du système
3/ Transcription du CdC en langage binaire (0 ou 1) pour établir la table de vérité de fonctionnement du
système
4/ Possibilité de déduire les équations complètes (non simplifiées) du système [Sorties = f (Entrées)]
2
5/ Rechercher des simplifications des équations logiques du système :
- par simplification algébrique (utilisation de l'algèbre de Boole)
- par tableur
- par observation de la table de vérité (regroupement de 0 ou de 1)

6/ Détermination du logigramme (schéma électronique)


7/ Choix des circuits logiques (standard, programmé) et optimisation du nombre de circuits intégrés pour
diminuer le nombre de pistes et la place utilisée sur le circuits imprimé
8/ Réalisation de la carte électronique.

IV) Table de vérité

La table de vérité regroupe toutes les combinaisons logiques des entrées. Pour un système à "n" entrées
on aura 2n combinaisons logiques possibles.

Pour chaque combinaison des entrées un état 0 ou 1 est affecté à la sortie suivant le fonctionnement prévu
par le CdC.

Les combinaisons dans une table de vérité sont ordonnées pour en oublier aucune.

Exemple :

Table de vérité pour un système à 3 entrées CdC : On considère un système à 2 entrées (e1,
⇒ 23=8 combinaisons e2) et deux sorties (s1, s2)
Entrées Sorties Tel que : S1 actionnée si e1 à 1 et e2 à 0
e3 e2 e1 S2 actionnée si e1 à 0 qque soit e2
0 0 0
0 0 1 Entrées Sorties
0 1 0 e2 e1 s2 s1
0 1 1 0 0 1 0
1 0 0 0 1 0 1
1 0 1 1 0 1 0
1 1 0 1 1 0 0
1 1 1

IV) Equations logiques du système

A partir de la table de vérité, il est possible de déterminer les équations combinatoires de chaque sortie.

L'équation d'une sortie actionnée est déduite à partir de toutes les combinaisons logiques des entrées pour
lesquelles la sortie vaut "1".

L'équation d'une sortie non actionnée est déduite à partir de toutes les combinaisons logiques des entrées
pour lesquelles la sortie vaut "0".

Dans l'équation logique on utilise les nom des variables, il faut donc traduire les valeurs logiques 0 ou 1
en langage textuel.

Un "1" logique prendra le nom de la variable (ex : a)


Un "0" logique est noté par le complément de la variable (ex : /a (pas "a") tel que //a = a)

L'équation logique utilise trois opérateurs logiques :

3
Le OU noté "+" le ET noté "." le NON (complément) noté "/"

Pour lier les variables à l'intérieur d'une combinaison on utilise l'opérateur "ET".
Pour lier les combinaisons entre elles on utilise l'opérateur "OU"
Etablir les équations logiques complètes de s1 et s2
Exemple : actionnés et non actionnés
Entrées Sorties
e2 e1 s2 s1
0 0 1 0
0 1 1 1
1 0 0 0
1 1 0 0

V) Simplification des équations logiques

5.1/ Relations et propriétés de l'algèbre de Boole


• Les relations permettent de simplifier l’équation en faisant disparaître des termes
a+0= a a+a=a a./a=0
a+1=1 a.0=0 a.a=a
a+/a=1 a.1=a *) x+/x.z=x+z

*) Cette relation permet de supprimer le complément de la variable isolée dans tous les
termes où elle se trouve.

Simplifier : /a + /b.a= y.z./x + /y./z+/x+/z./x.y=

• Les propriétés permettent d'écrire l'équations sous une forme réduite (factorisation)

L'algébre de Boole vérifie les règles de distributivité, de commutativité et d'associativité.


- Distributivité : /c.(/d+a)=/c./d + /c.a
- Commutativité : a+b=b+a; a.b=b.a (l'ordre des variables n'a pas d'importance)
- Associativité : a.c+/b.c=c.(a+/b)

Théorème de De Morgan

Le complément d'une expression logique s'applique aux variables et aux opérateurs


logiques tel que :
Le complément de l'opérateur "+" (OU) devient un opérateur "." (ET).

Le complément de l'opérateur "." (ET) devient un opérateur "+" (OU).

Ex : si S = /a+b./c en déduire l'équation de /S :

5.2/ Simplification graphique (par tableur)


Le tableau de Karnaugh est un outil de simplification graphique des équations logiques.

• Pour un système à "n" entrées le tableau de Karnaugh est constitué de 2n cases

Le principe du tableau de Karnaugh est d'ordonner ses cases de manière à n'avoir qu'une seule variable
d'entrée qui change d'état logique quand on passe d'une case à une autre case (par) ayant un côté commun.

• Chaque case représente une combinaison logique des entrées

4
• Le résultat de chaque case contient la valeur de la sortie étudiée (0 ou 1) pour la
combinaison d'entrées données.
• Un tableau de Karnaugh est établi pour chaque sortie.
Compléter les tableaux de Karnaugh de S1, S2 et S3.

Entrées Sorties Sortie S1 : Sortie S2


e2 e1 s2 s1 e1 e1
0 0 1 0 e2 0 1 e2 0 1
0 1 1 1 0 0
1 0 0 0
1 1
1 1 0 0

e3 e2 e1 S3 Sortie S3
e1.e2
0 0 0 0
0 0 1 1 e3 00 01 11 10
0 1 0 0 0
0 1 1 0 1
1 0 0 1
1 0 1 1
1 1 0 0
1 1 1 1
• Rechercher les plus grands regroupements de case par puissance de 2 (20=1; 21=2; 4; 8;
16; 32…), à 0 pour l'équation de /S ou de 1 pour l'équation de S.
• Les cases regroupées doivent posséder un côté en commun.

NON OUI OUI OUI


1 1 1 1 1 1 1
1 1 1 1

• L'équation logique est obtenue par l'expression logique de chaque regroupement.

Dans l'équation, les regroupements sont séparés par l'opérateur "OU" et les variables à
l'intérieur d'un regroupement sont liées par l'opérateur "ET"

L'expression logique d'un regroupement est obtenue en gardant uniquement les variables
qui ne changent pas d'état.

e1 e1; e2
/e1 e1 /e1./e2 /e1.e2 e1.e2 e1./e2
0 1 00 01 11 10
e2 /e2 0 1 1 e3 /e3 0 0 1 1 1
e2 1 0 1 e3 1 0 0 1 1

S1= /e2+e1 S2 = e2./e3+e1

Rq : en réalité il s'agit d'un tableau en 3 D dont les 4 coins sont réunis.


e1; e2
/e1./e2 /e1.e2 e1.e2 e1./e2
e3 00 01 11 10

S=/e2 5
/e3 0 1 0 0 1
e3 1 1 0 0 1
VI) Logigramme

Il s'agit de réaliser le schéma câblé des équations logiques à partir de composants électroniques du type
porte logique. On parle alors de circuits combinatoires en logique câblée.

On distingue différents types d'opérateur


* Opérateurs de base : Portes logiques de base (OU, ET, NON)
* Opérateurs universels : Portes universelle (NAND, NOR)
* Opérateur exclusivité : OU exclusif
* Opérateur Identité : OU exclusif complémenté

Rq :
• Fonctions NAND et NOR :

Toute équation logique peut être réalisée uniquement à partir d’opérateurs NAND ou NOR.

NAND : (Et Non)


ba & S=
ba & a. 1 S= b a S
a. ⇒
b a. 0 0 1
b
S est faux pour la seule combinaison a=b=1b 0 1 1
=/ 1 0 1
a 1 1 0
NOR : (Ou Non)+
/b
a ≥1 S=a+b=/a./b
⇒ ab S=a+b
b ≥1 a+b 1 b a S
0 0 1
S est vraie pour la seule combinaison a=b=0
0 1 0
1 0 0
1 1 0
Transformations en opérateurs Nand et Nor

Fonctions NOR NAND


a ≥1 S=a a S=a
NON &

S=a+b a S=a
& S=a.b
a a+b =a+b
OU ≥1 ≥1 & =a+b
b
b S=b
&

a S=a S=a.b
≥1 S=a+b
a a.b =a.b
ET S=b ≥1 =a.b & &
b b
≥1

a a S=a = a
≥1 ≥1 L'association de 2 fonctions NON peut être remplacée par un fil.
a a

6
L'intérêt d'utiliser un seul type de portes est de minimiser le nombre de circuits intégrés sur la carte
électronique, ce qui permet un gain de place et de diminuer le nombre de pistes sur la carte.
Un circuit intégré (CI) de 14 broches contient en général 4 portes logiques identiques.
Ex: Réaliser le logigramme de S1 avec des opérateurs NAND : S1 = /a.b+c
D'après le nombre de portes utilisées en déduire le nombre de CI Nand nécessaire.
Combien de portes logiques de base sont nécessaires pour réaliser S1, en déduire le nombre de CI
Quel est le gain de CI ?

• Fonction Exclusivité :
b a S
ab =1 S= 0 0 0 La sortie S est vraie si et seulement si une
a⊕ 0 1 1
b= seule des entrées est à "1"
(/a 1 0 1
+b 1 1 0
• Fonction Identité : ).(
a+
/b)
b a S
ab =1 S= = 0 0 1 La sortie S est vraie si et seulement les
a
b= /a.
0 1 0 entrées ont le même niveau logique.
a⊕ b+ 1 0 0
b=( a./ 1 1 1
/a+ b
/b).
(a+
Exercice : Réaliser
b)=
le logigramme de S2=(a+/b).c avec des opérateurs de base

/a./
b+
a.b

VII) Logique négative

Il est parfois intéressant d'utiliser dans les tables de vérité le complément de la variable, on parle alors de
logique négative.

Dans ce cas : une action est associé : à un niveau logique 0


une non action est associée à un niveau logique 1

Exemple : A partir du logigramme remplir la table de vérité et établir l'équation de S


/b /a S
a 0 0
b & 0 1
5V
1 0
1 1
La logique positive s'adapte bien aux entrées qui se comportent comme un contact NO.
La logique négative s'adapte bien aux entrées qui se comportent comme un contact NF.
7
VIII) Les circuits logiques programmables.

Il également possible de réaliser des circuits combinatoires en logique programmée.


On utilise soit des circuits logiques programmables spécialisées (PAL, GAL, PLD..) ou des petits
microcontrôleurs (PicBasic….)

Dans le cas de microcontrôleur il est possible de programmer les équations logiques à partir d'une
structure algorithmique de la forme "Si ……..Alors …… Sinon".
If "conditions logiques" alors
Sortie =1
Sinon
Sortie=0
End if

Exemple : Programmer l'équation logique S=/a.b + c If (a=0 and b=1) OR c=1 then
S=1
Else
S=0
End if

Les circuit logiques spécialisés (PAL…) sont des CI contenant un grand nombre de portes logiques de
base (ET, OU, NON) dont les connexions sont programmables pour réaliser l'équation logique.
Le but étant de minimiser la place utilisée sur une carte électronique et le nombre de pistes.
La programmation de ces circuits permet d'interrompre ou d'établir les connexions, réaliser
technologiquement par des micro fusibles (non reprogrammables) ou des cellules mémoires
(reprogrammables).
(dans le cas de micro fusibles : par programmation on le fait fondre pour couper la connexion)

Exemple :
I1 /I1 I2 /I2

I1
& O1
Entrées
≥1 Sorties
I2
& /O1
Intérieur du CI
Les croix représentent les
connexions programmables.
On peut disposer d'un grand
nombre d'entrées et de sorties
(8 et 16).
Il est possible de ramener les
sorties en entrée, pour
développer l'équation.

• Entourer les connexions à programmer pour réaliser l'équation : S = I1./I2+/I1.I2

8
IX) Logique 3 états

Certain circuit possède une sortie logique à trois états : 0 – 1 – Haute impédance
A l'état haute impédance la sortie se trouve en l'air. Cela est équivalent à un circuit coupé. Ce mode de
fonctionnement est commandé par une entrée de contrôle.
Entrée de contrôle : C
C E S - Si C est à "1" l'interrupteur de sortie est
Entrée : E Sortie : S 0 0 Z fermé
0 1 Z - Si C est à "0" l'interrupteur de sortie est
1 0 0 ouvert
1 1 1 - Compléter la table de vérité

Ce principe permet de relier directement plusieurs circuits combinatoires, sans opérateur "OU", sur une
même une sortie.
Entrée de contrôle : C1
Circuit
combinatoire 1 Entrée de
Equation logique 1 contrôle :
Entrée de C3
contrôle : Circuit
C2 combinatoire 3
Equation logique 3
Circuit
combinatoire 2
Equation logique 2
Sortie : S

Mais attention, il nécessaire de commander correctement les entrées de contrôle pour avoir toujours un
seul circuit connecter sur la ligne de sortie. Sinon on risque un court circuit sur la ligne de sortie si un
circuit impose un niveau logique "1" et un autre "0".