Vous êtes sur la page 1sur 13

INDTRODUCTION GENERALE

La comptabilité générale constitue le support de base de l'entreprise, elle contient un ensemble de principes
fondamentaux et des règles permettant d'enregistrer et de contrôler les opérations habituelles que l'entreprise
réalise. Elle permet aussi d'élaborer les comptes annuels et les livres légaux. Enfin, elle permet d'établir les
déclarations fiscales et sociales.
La comptabilité générale est intimement liée à l'entreprise, on ne peut donc aborder sa définition et son rôle sans
traiter la notion de l'entreprise elle-même.

I. Notion de la comptabilité générale:

1. Définition de la comptabilité générale:


La comptabilité générale est un système d'information permettant de saisir, classer et traiter des informations, en
vue de prendre des décisions par les différents utilisateurs.
La comptabilité générale peut être aussi définie comme étant une technique destinée à servir de base à
l'information et à la gestion de l'entreprise, et à fournir une image fidèle de la situation financière de l'entreprise.
La comptabilité générale n'est pas seulement nécessaire à l'entreprise d'un point de vue interne, elle répond
également à des besoins d'information externes:
 Pour l'Etat: la comptabilité est un moyen de calcul de l'assiette de différents impôts.
 Pour les partenaires: la comptabilité permet de les renseigner sur la stabilité financière.
 Pour les salariés : la comptabilité permet aux inspecteurs du travail de faire des contrôles.
 Pour les actionnaires : la comptabilité permet de les informer sur la rentabilité financière.

2. Obligation de la tenue de la comptabilité générale:


La tenue de la comptabilité par l'entreprise est une obligation légale. Cette obligation résulte des dispositions du
droit comptable. Ainsi, la loi n°9-88 relative aux obligations comptables des commerçants dispose que " toute
personne physique ou morale ayant la qualité de commerçant au sens du code de commerce est tenue de tenir une
comptabilité."
La comptabilité générale est tenue au Maroc d'après les dispositions du Code Général de la Normalisation Comptable
(CGNC). Ce code de normalisation est divisé en deux parties:

 La Norme Générale Comptable (NGC) : qui définit les principes comptables fondamentaux et les règles de
forme applicables à toutes les entreprises. La NGC vise la présentation d'informations économiques et financières
pertinentes et fiables.
 Le Plan Comptable Général des Entreprises (PCGE): qui constitue une application de la norme générale
comptable aux entreprises. Il propose deux modèles différents : le modèle normale prévu pour les grandes
entreprises (chiffre d'affaires supérieur ou égale à 10 millions de dirhams), et le modèle simplifié réservé pour les
petites et moyennes entreprises (chiffre d'affaires inférieur à 10 millions de dirhams).
Le Code Général de la Normalisation Comptable (CGNC) vise à instaurer des régimes comptables uniformes, ce qui
permet d'obtenir des informations fiables et pertinentes, et de parvenir à des états de synthèse qui reflètent l'image
fidèle de l'entreprise.

1
3. Rôles de la comptabilité générale:
La comptabilité générale est à la fois un instrument d'information, un outil de gestion de l'entreprise et un moyen de
preuve :
a. C'est un instrument d'information:
La comptabilité générale est un instrument d'information économique et financière dans la mesure où elle fournit
des informations à tous les partenaires de l'entreprise: les banques, l'Etat, les associés, les salariés, les fournisseurs,
les clients,...
b. C'est un outil de gestion:
La comptabilité générale est un outil de gestion dans la mesure où elle permet de mettre à la disposition des
dirigeants de l'entreprise des instruments de mesure (des résultats, des soldes, des ratios,...) grâce auxquels ils
pilotent I ‘entreprise et mesurent ses performances.
c. C'est un moyen de preuve:
La comptabilité générale est un moyen de preuve dans la mesure ou l'enregistrement des opérations comptables est
effectué sur la base des documents et pièces comptables. Ces documents justificatifs doivent être classés et
conservés pour une durée de 10 ans, ce qui permet à l'entreprise de disposer des instruments de vérification et de
preuve.

4. Principes de la comptabilité générale :


La tenue de la comptabilité générale doit se faire dans le respect des principes fondamentaux. Le code général de la
normalisation comptable (CGNC) a retenu sept principes:

a. Principe de continuité d'exploitation:


Selon ce principe, l'entreprise doit établir ses états de synthèse dans la perspective d'une poursuite normale de ses
activités. Ce principe est abandonné en cas de cessation de l'activité.

b. Principe de permanence des méthodes:


En vertu de ce principe, l'entreprise doit établir ses états de synthèse en respectant les mêmes règles et méthodes
d'évaluation et de présentation d'une année à l'autre.

c. Principe du coût historique:


En vertu de ce Principe, les éléments du patrimoine de l'entreprise restent inscrits en comptabilité à leur valeur
d'entrée qui doit rester intangible quelle que soit la valeur actuelle de l'élément considéré.

d. Principe de spécialisation des exercices:


En vertu de ce principe, les charges et les produits doivent être rattachés à l'exercice qui les concerne effectivement
et à celui-là seulement.

e. Principe de prudence:
Au terme de ce principe, les produits ne sont pris en compte que s'ils sont définitivement acquis à l'entreprise, par
contre les charges sont comptabilisées dès lors qu'elles sont probables.

f. Principe de clarté:
Selon ce principe, l'entreprise doit tenir sa comptabilité conformément aux dispositions du Code Général de la
Normalisation Comptable (CGNC). Les opérations doivent être enregistrées dans les comptes sans compensation
entre elles.

g. Principe d'importance significative:


Selon ce principe, les états de synthèse doivent faire apparaître toutes les informations susceptibles d'influencer
l'opinion que les lecteurs peuvent avoir sur le patrimoine, la situation financière et les résultats de l'entreprise.
C'est-à-dire les informations dont I’ importance peut affecter les évaluations et les décisions.

2
LE PARIMOINE ET LE BILAN

I. Notion de patrimoine :
1. Définition de patrimoine :
Le patrimoine est l’ensemble des biens et créances que possède une personne à un moment donné, après déduction
de l’ensemble de ses dettes.
A partir de cette définition, on constate que la patrimoine d’une personne se compose de deux éléments :
- Biens et créances qu’elle possède : ce sont des éléments positifs.
- Dettes qu’elles doit payer : ce sont des éléments négatifs.

Patrimoine = (biens + créances) - dettes

Exemple :
Monsieur MOHAMED possède les biens et les créances suivants :
ELEMENTS MONTANT
- Un immeuble 570.000
- Une maison 210.000
- Une voiture 70.000
- Un terrain 60.000
- Un ordinateur 5.000
- Du Mobilier 65.000
- Des marchandises 20.000
- Des créances 15.000
- Des dépôts à la banque 30.000

D’autre part, monsieur MOHAMED doit payer les dettes suivantes :


ELEMENTS MONTANT
- Un emprunt à la banque 100.000
- Une dette à un fournisseur 60.000
- Une dette à l’administration des impôts 10.000

Travail à faire : Calculer le patrimoine de M. MOHAMED.

Solution :
ELEMENTS DU PATRIMOINE MONTANT
- Un immeuble 570.000
- Une maison 210.000
- Une voiture 70.000
- Un terrain 60.000
- Un ordinateur 5.000
- Du Mobilier 65.000
- Des marchandises 20.000
- Des créances 15.000
- Des dépôts à la banque 30.000
A- TOTAL DES BIENS ET CREANCES 1.070.000
- Un emprunt à la banque 100.000
- Une dette à un fournisseur 60.000
- Une dette à l’administration des impôts 10.000
B- TOTAL DES DETTES 170.000
= VALEUR DU PATRIMOINE (A - B) 900.000

3
2. Affectation du patrimoine :
Le patrimoine comprend deux parties :
 Une partie formée des éléments à usages privé.
 Une partie formée des éléments affectés au commerce.

Exemple :

Le 01/01/2014, M. MOHAMED décide de créer une entreprise commerciale dénommé SIMOH. Dans ce but, il affecte
une partie de ses biens à son entreprise :
ELEMENTS PATRIMOINE EFFECTE PATRIMOINE NON EFFECTE TOTAL
- Maison - 210.000 210.000
- Terrain 30.000 30.000 60.000
- Immeuble 200.000 370.000 570.000
- Voiture 70.000 - 70.000
- Mobilier 30.000 35.000 65.000
- Ordinateur 5.000 - 5.000
- Marchandises 30.000 15.000 45.000
- Créances 15.000 - 15.000
- Depot à la 20.000 10.000 30.000
banque
D’autre part, M. MOHAMED s’est mis d’accord avec ses créanciers pour que la totalité de ses soit payée par son
entreprise SIMOH.
Travail à faire :

Solution :
ELEMENTS DU PATRIMOINE MONTANT
- Terrain 30.000
- Immeuble 200.000
- Voiture 70.000
- Mobilier 30.000
- Ordinateur 5.000
- Marchandises 30.000
- Créances 15.000
- Dépôt à la banque 20.000
C- TOTAL DES BIENS ET CREANCES 400.000
- Un emprunt à la banque 100.000
- Une dette à un fournisseur 60.000
- Une dette à l’administration des impôts 10.000
D- TOTAL DES DETTES 170.000
= VALEUR DU PATRIMOINE (A - B) 230.000

Remarque : La comptabilité s'applique sur la partie du patrimoine affectée au commerce. Cette partie exprime la
situation patrimoniale de l'entreprise, c'est-à-dire les biens qu'elle possède ou les emplois et les dettes qu'elle doit
payer ou les ressources.

4
II. Notion de bilan:
1. Définition de bilan:
Le bilan est un tableau qui présente la situation patrimoniale d'une entreprise à une date donnée. Il est divisé en
deux parties :
 La partie gauche comporte les emplois, on l'appelle : ACTIF
 La partie droite comporte les ressources, on l'appelle: PASSIF
La durée légale entre deux bilans successifs est l'année comptable ou l'exercice comptable (du 01 janvier au 31
décembre).

Exemple :

ACTIF (Emplois) MONTANT PASSIF (RESSOURCES) MONTANT


- Actif immobilisé :
Terrain 30.000 - Financement permanent :
Immeuble 200.000 Capital personnel 230.000
Voiture 70.000 Emprunt à la banque
Mobilier 30.000
Ordinateur 5.000 - Passif circulant
- Actif circulant : Dette à un fournisseur 60.000
Marchandises 30.000 Dette à l’état 10.000
Créances 15.000
- Trésorerie actif : - Trésorerie passif:
Dépôts à la banque 20.000

TOATL 400.000 TOTAL 400.000

Remarque :
La différence entre les biens et les dettes constitue le capital personnel de l'entreprise.
Capital personnel = Total des Biens - Total des Dettes
Capital personnel = 400.000 - 170.000 = 230.000
Dans un bilan initial ou d'ouverture, le total des emplois est égal à celui des ressources:
EMPLOIS = RESSOURCES ou Total Actif = Total Passif

2. Présentation de bilan :
Le Code Général de la Normalisation Comptable (CGNC) a retenu une classification fonctionnelle pour le bilan. Celui-
ci est présenté en cinq grandes masses.

STRUTURE SCHEMATIQUE DU BILAN


Actif Passif
M2 - Actif immobilisé M1 - Financement
permanent
M3 - Actif circulant (HT) M4 - Passif circulant
M5 - Trésorerie-actif M5 - Trésorerie-passif

ACTIF PASSIF
Ensemble des biens que l’entreprise possède Ensemble des dettes que l’entreprise doit payer
Emplois des ressources Ressource des emplois

5
a. Pour I ‘actif:
L'actif représente la destination ou l'emploi qui a été fait des ressources mises à la liquidité disposition de
l'entreprise. A l'actif, les biens sont classés suivant :
 Une liquidité croissante : l'aptitude à se transformer en numéraire.
 Leur destination : active immobilisée, actif circulant (HT) et trésorerie-actif.

Actif immobilisé : regroupe les emplois de l'actif destinés à rester de façon durable dans l'entreprise. (Durée de vie
plus d'un an).

Actif circulant: regroupe l'ensemble des actifs résultant d'opérations faisant partie du cycle d'exploitation, et qui en
raison de leur nature, n'ont pas vocation à rester durablement dans l'entreprise. (Durée de vie mois d'un an).

Trésorerie-Actif : regroupe l'ensemble des soldes bancaires débiteurs au bilan et des valeurs en numéraire
disponibles.

a. Pour passif :
Le passif détaille, en fonction de leur origine, les ressources dont dispose l'entreprise à la date d'élaboration du bilan.
Au passif, les ressources sont classées suivant:
 une exigibilité croissante : l’urgence de règlement des dettes.
 leur origine financement : permanent, passif circulant (HT) et trésorerie-passif.

Financement permanent: regroupe l'ensemble des ressources d'une durée supérieure à un an à l'origine.

Passif circulant: regroupe l'ensemble des dettes résultant d'opérations faisant partie du cycle d'exploitation et
d'opérations hors du cycle d'exploitation dont la durée est, à l'origine, inférieure à un an.

Trésorerie-Passif : regroupe l'ensemble des soldes bancaires créditeurs au bilan, remboursables dans des délais
contractuellement définis à court terme.

II. Variations du bilan :


A la fin d'un exercice comptable, le bilan fait apparaître une différence entre le total actif et le total passif. Cette
différence correspond à un résultat réalisé par l'entreprise.
Résultat = Total Actif - Total Passif
Deux situations peuvent se présenter:
 Si Total Actif > Total Passif : Le résultat est un Bénéfice qui doit être enregistré dans le bilan aux capitaux
propres avec le signe (+). On parle d'un enrichissement.
 Si Total Actif < Total Passif: Le résultat est une Perte qui doit être enregistrée dans le bilan aux capitaux
propres avec le signe (-). On parle d'un appauvrissement.
Les opérations effectuées par l'entreprise sont de deux types :
 Les opérations qui n'ont pas une incidence sur les capitaux propres.
 Les opérations qui ont une incidence sur les capitaux propres.

Remarque:
On constate que la situation patrimoniale de l'entreprise change après chaque opération, ce qui appelle l'entreprise
à établir un nouveau bilan.
Et puisque il n'est pas possible d'établir plusieurs bilans par jour, l'entreprise ; pour résoudre ce problème ; va suivre
les variations de chaque poste du bilan dans un tableau appelé "Compte".

6
III. Le compte de la partie double :
1. Définition de compte:
Le compte est un tableau qui sert à enregistrer les opérations réalisées par une entreprise. Il est divisé en deux
parties :
 La partie gauche appelée DEBIT.
 La partie droite appelée CREDIT.
La différence entre le total débit et le total crédit s'appelle le SOLDE.

Trois cas du solde peuvent se présenter:

 Si total Débit > total Crédit : on parle de SOLDE DEBITEUR.


Le solde débiteur (SD) est inscrit au crédit du compte.
 Si total Débit < total Crédit: on parle de SOLDE CREDITEUR.
Le solde créditeur (SC) est inscrit au débit du compte.
 Si total Débit = total Crédit : on parle de SOLDE NUL ou Compte Soldé.

2. Présentation des comptes :

Il existe plusieurs façons de tenir un compte. Cependant, quelle que soit la présentation, le compte doit contenir les
informations suivantes:
 Les dates des opérations.
 Les libellés ou les explications des opérations.
 Les montants imputés.

Les présentations du compte les plus utilisées sont:


 Le compte à colonnes séparées : C'est un compte dont la colonne « DEBIT », située à gauche, est séparée de la
colonne « CREDIT » qui est située à droite.
 le compte à colonnes mariées: C'est un compte dont la colonne « DEBIT» est située à côté de la colonne «
CREDIT ». Il permet de faire apparaître après chaque opération un solde.
 Le compte schématique ou le compte en (T): C'est un compte dont l'objectif est de simplifier l'enregistrement
des différentes opérations de l'entreprise.

Remarque:

Toute opération nécessite, pour son enregistrement, L'utilisation d'au moins deux comptes: un est débité, Il'autre est
crédité de la même somme. C'est le principe de la partie double.

7
COMPTE DE PRODUITS ET CHARGES

I. Notions de charges et de produits:

I. Définition de charges:
Les charges sont des sommes versées ou à verser par l'entreprise en contrepartie des biens et des services qu'elle
obtient des tiers. Une charge est une source d'appauvrissement car elle entraîne une diminution de l'actif net de
l'entreprise.
Le plan comptable général regroupe les charges dans la classe 6 appelée comptes de charges. Ces comptes
augmentent au débit et diminuent au crédit, ils présentent généralement des soldes débiteurs.
Un compte de charges est en principe débité par le crédit d'un compte d'actif et/ou de passif (selon le cas).

II. Définition de produits:


Les produits sont des sommes reçues ou à recevoir par l'entreprise en contrepartie des biens et des services qu'elle
fournit aux tiers. Un produit est une source d'enrichissement car il entraîne une augmentation de l'actif net de
l'entreprise.
Le plan comptable général regroupe les produits dans la classe 7 appelée comptes de produits. Ces comptes
augmentent au crédit et diminuent au débit, ils présentent généralement des soldes créditeurs.
Un compte de produits est en principe crédite par le débit d'un compte d'actif et/ou de passif (selon le cas).

Remarque: Les comptes de gestion ne présentent jamais un solde initial car chaque exercice comptable est
indépendant de l'autre c'est-à-dire chaque exercice comptable a ses propres charges et produits.

II. Analyse des charges et des produits:

Pour les charges et les produits, il faut distinguer ceux qui relèvent de l'activité normale de l'entreprise (ce sont les
charges et les produits courants) et ceux qui relèvent d'opérations exceptionnelles (ce sont les charges et les produits
non courants).

1. Eléments courants:
Les charges et les produits courants comprennent ceux relatifs au cycle d'exploitation (activité habituelle) et ceux
relatifs au cycle financier (activité financière).
Les principaux charges et produits courants sont:

Niveau Charges Produits


61 CHARGES D'EXPLOITATION : 71 PRODUITS D'EXPLOITATION :
611 Achats revendus de M/SES 711 Ventes de marchandises
612 Achats consommés de M & F 712 Ventes de B & S produits
Exp 613/614 Autres charges externes 713 Variation de stock de produits
616 Impôts et taxes 714 Imm. Prod. par l'entreprise
617 Charges de personnel 716 Subvention d'exploitation
618 Autres charges d'exploitation 718 Autres produits d'exploitation
619 Dotations d'exploitation 719 Reprises d'exploitation
63 CHARGES FINANCIERES : 73 PRODUITS FINANCIERS :
631 Charges d'intérêts 732 Produits des titres
Fin 633 Pertes de change 733 Gains de change
638 Autres charges financières 738 Intérêts et autres produits financiers
639 Dotations financières 739 Reprises financières

8
2. Eléments non courants:
Les charges et les produits non courants comprennent ceux qui ne relèvent pas de l'activité ordinaire de l'entreprise
et qui ont un caractère exceptionnel.
Les principaux charges et produits non courants sont:

Niveau Charges produits


65 CHARGES NON COURANTES : 75 PRODUITS NON COURANTS :
651VNA des immob. cédées 751 Produis de cession des immob.
NC 656 Subventions accordées 756 Subventions d'équilibre
658 Autres charges non courantes 757 Reprises sur subvention
659 Dotations non courantes d'investissement
758 Autres produits non courants
759 Reprises non courantes

III. Détermination des résultats:


1. Composantes du résultat :
Le résultat est la différence entre le total des produits et le total des charges.
Résultat = Total Produits - Total Charges

 Si Total Produits > Total Charges : l'entreprise réalise un Bénéfice.


 Si Total Produits < Total Charges : l'entreprise réalise un Perte.

2. Compte de produits et charges :


Le CPC est un état de synthèse qui permet de récapituler les comptes de charges et de produits pour déterminer le
résultat net de l'exercice.
Il se présente sous la forme d'un tableau, qui fait ressortir les différents niveaux de la formation du résultat :
Exploitation, Financier et Non courant.

COMPTE DE PRODUITS ET CHARGES


71 I. Produits d’exploitation
61 II. Charges d’exploitation
81 III. RESULTAT D’EXPLOITATION (I - II)

73 IV. Produits financiers


63 V. Charges financiers
83 VI. RESULTAT FINANCIER (IV - V)

84 VII. RESULTAT COURANT (III + VI )

75 VIII. Produits NC
65 IX. Charges NC
85 X. RESULTAT NC (VIII - IX)

86 XI. RESULTAT AVANT IMPOT (VII - X)


67 XII. Impôt / les résultats
88 XIII. RESULTAT APRES IMPOT (XI - XII)

P TOTAL PRODUITS (I + IV + VIII)


C TOTAL CHARGES (II + V + IX + XII)
TESULTAT NET DE L’EXERCICE (TOTAL P - TOTAL C)

LE SYSTEME CLASSIQUE
9
Le système classique de l'enregistrement des opérations comptables fonctionne de la manière suivante:
 D'abord les opérations sont enregistrées, jour par jour, dans le Livre-journal établi à partir des documents de
base (factures, chèques, pièces de caisse, avis bancaires,..).
 Ensuite, les opérations sont reportées (chaque jour) dans les comptes dont l'ensemble forme le Grand-livre.

 Enfin et à partir de grand-livre, il est établi (chaque mois) la Balance des comptes qui a surtout un rôle de
contrôle.

I. Livre-journal:
1. Définition:
Le livre-journal est un document comptable obligatoire qui enregistre par ordre chronologique, sans blanc ni rature,
toutes les opérations effectuées par l'entreprise décrites dans les pièces justificatives.
Pour chaque opération, le journal doit mentionner:
 La date de l'opération.
 Le numéro et I ‘intitulé du compte débité.
 Le numéro et l'intitulé du compte crédité
 Le montant de l'opération.
 Le libellé de l'opération ou la référence de la pièce justificative

2. Présentation :
Le livre-journal être présenté de la manière suivante :

Date de l’opération
N° du compte intitulé du compte débité montant
Débité débité

N° du compte intitulé du compte débité montant


Crédité crédité
Libellé ou référence

Remarque:
 A la fin de chaque page du journal, on additionne les montants débits et les montants crédits qui doivent être
égaux. Les totaux obtenus sont reportés en haut de la page suivante.

 Au début de chaque exercice comptable, l'entreprise doit passer les écritures de réouverture des comptes par le
débit des comptes d'actif du bilan (qui ont un solde débiteur) et le crédit des comptes de passif du bilan (qui ont
un solde créditeur).

En principe, chaque compte du bilan est ouvert en fonction de la nature de son solde:

 Pour le compte à solde débiteur, il est débité au journal.


 Pour le compte à solde créditeur, il est crédité au journal.

10
II. Grand-livre:

1. Définition:
Le grand-livre regroupe l'ensemble des comptes de l'entreprise classés dans l'ordre du plan comptable. Il permet
d'établir le lien entre les écritures du livre-journal et son affectation aux comptes concernés. En effet, les écritures du
journal sont reportées dans les comptes.
Chaque compte doit faire apparaître:
 Le solde au début de la période.
 Le total des mouvements débits.
 Le total des mouvements crédits.
 Le solde à la fin de la période.

2. Présentation :

GRAND-LIVRE

D 2- ACTIF IMMOBILISE C
SI D 1- FINANCEMENT PERMANENT C
SD SI
SC

D 3- ACTIF CIRCULANT C D 4- PASSIF CIRCULANT C


SI SI
SD SC

D 51- TA C D 55- TP C
SI SI
SD SC

D 6- COMPTES DES CHARGES C D 7- COMPTES DES PRODUITS C

SD SC

11
III. La balance :

1. Définition :
La balance des comptes est un tableau qui récapitule tous les comptes du grand-livre à une date donnée. Les
comptes du grand-livre sont classés dans la balance en fonction de leur numéro.
La balance joue un rôle de vérification dans la mesure ou elle permet de s'assurer du respect du principe de la partie
double.
Pour chaque compte, la balance fait apparaître :
 Le solde débiteur ou créditeur au début de la période.
 Le total des mouvements débiteurs et créditeurs.
 Le solde débiteur ou créditeur à la fin de la période.

Exemple :

D 3421 clients C D 4411 FRS C


SI = 10.000 4.000 5.000 SI = 12.000
6.000 MC MD 8.000 5.000
3.000 9.000 MC
MD 2.000 SD = 5.000 SC = 13.000

MD : mouvement début MC : mouvement crédit

2. Présentation :
La balance peut être présentée comme suit :

COMPTES SOLDES AU DEBUT DE LA P MOUVEMENT DE LA P SOLDES A LA FIN DE LA P


Code Intitulé D C D C D C
3421 CLIENT 10.000 5.000 10.000 5.000

4411 FRS 12.000 13.000 14.000 13.000

TOTAUX T1 = T2 T3 = T4 T5 = T6

Remarque :
La balance doit dégager les égalités suivantes :
TOTAL SD (début de la période) T1 = TOTAL SC (début de la période) T2

TOTAL MD (de la période) T3 = TOTAL MC (de la période) T4

TOTAL SD (Fin de la période) T5 = TOTAL SC (Fin de la période) T6

12
ORGANISATION COMPTABLE

PIECES
COMPTABLES

Enregistrement

travaux quotidiens

LIVRE-JOURNAL

Report

Travaux quotidiens

GRAND-LIVRE

Vérification

Travaux mensuels

BALANCE

Travaux de fin d’exercice

ETATS DE SYNTHESE :

BILAN - CPC - ETIC

13

Vous aimerez peut-être aussi