Vous êtes sur la page 1sur 24

Université Mohamed khaider à Biskra

Faculté de sciences et technologie


Département d’Architecture
Master d’option Projet urbain

Partagé par :
-Alalei Amina
- Maddioui Fatima Dirigé par :
- Alia Abd elouareth P.D : Hafasi Abed Kader
- Arigue Noureddine

Année scolaire : 2013/2014


PLAN DE TRAVAILLE
1-Présentation de l’approche de KEVIN LYNCH.
2- Relation entre les éléments
3- Image changeante

4- La qualité de l'image

5- La forme de la ville

6- Modeler des voies


1-PRÉSENTATION DE L’APPROCHE DE KEVIN
LYNCH
Introduction
La ville est un espace socio physique très
complexe.
On a besoin d’appuis afin de lire et comprendre la
ville, à travers une analyse urbaine , en vue d’une
intervention (Planification urbaine; Projection « urbanisme
opérationnel »; Dessin urbain « projet ponctuel »).
Pour effectuer cette analyse on fait appel à une
méthodologie d’approche, afin d’identifier et évaluer les
composantes physiques et humaines.
Il existe différentes approches , chacune se base sur un
ensemble de concepts , on cite l’approche sensorielle.
Pour comprendre cette approche, nous allons nous
référer à l’étude menée par Kevin LYNCH dans son
ouvrage L’Image de la cité
Kevin LYNCH
Qui est Kevin LYNCH ?
Hormis la recherche et l'enseignement,
Lynch était conseiller à l'état au centre
médical de Rhodes Island, Nouvelle
Angleterre, et d'autres organismes.
Dans toute sa carrière exceptionnelle de
Lynch, il a produit sept livres dont
« l’image de la cité », « voir et planifier ».
La démarche de Lynch :
Dans les années 60 et 70, comme réaction aux
impacts destructifs du Modernisme sur les villes
américaines et la vie urbaine, Kevin Lynch et autres
ont critiqué la perte de dimension humaine dans les
villes modernes et ont essayé de les rendre lisibles de
nouveau
SES OUVRAGES :
- l'image de la ville :

Dans son travail le plus célèbre, l'image de la ville (1960) Lynch décrit
une étude de cinq ans où il traite l’apparence des villes, de son importance
éventuelle et des possibilités de la modifier Dans son expérimentation, il a
employé Los Angeles, Boston, et Jersey comme cas d’étude.

S’appuyant sur des études d’anthropologie et de psychologie, Kevin


Lynch postule que la Capacité des citadins à se former une image mentale
partagée relativement forte de leur ville (« imagibilité » ou « imageability
») devrait être un critère fondamental de l’urbanisme. Une image
forte permet à la fois aux gens de s’orienter facilement, d’apprécier
l'esthétique des lieux, de forger un sentiment d’appartenance et même de
consolider des croyances ou une vision du monde. Pour comprendre ce
langage de la forme des villes, Lynch a analysé en détail les forces et les
faiblesses de Boston, Jersey City et Los Angeles au moyen d’entrevues avec
des citadins à qui on demandait de dessiner des plans de leur ville, de
s’exprimer sur ce qu’ils en ressentent et de transmettre des descriptions de
leurs itinéraires quotidiens.
D’APRÈS L’ÉTUDE DE LYNCH, NOUS PROPOSONS
D’ABORDER LES TROIS POINTS SUIVANTS AFIN DE
COMPRENDRE NOTRE APPROCHE:

 L’image de
l’environnement.
 Les trois villes.
 Les éléments de la
structure urbaine
A) L’IMAGE DE L’ENVIRONNEMENT.
Chaque individu se fait une image de la ville dans la quelle il vit,
différentes les unes des autres, l’image n’est pas chose banale
(environnement urbain admirable et ravissant). Trouver un fond commun
d’éléments et de relations de ces images peut aider l’urbaniste à améliorer
celle-ci.
 Lisibilité.
 Imagibilité.
 Structure et identité.

A-1) LA LISIBILITÉ PHYSIQUE :


C’est la clarté apparente ou lisibilité du paysage urbain, et la facilité
d’identifier les éléments de la ville, de les structurer en un schéma cohérent.
Cette clarté permet de s’orienter, grâce aux indications sensorielles et aux
souvenirs assurant ainsi la sécurité émotive de ses habitants
A-2) IMAGIBILITÉ:
C’est la qualité d’un objet qui provoque de fortes images chez n’importe quel
observateur.
Une ville ayant une forte imagibilité (apparence, visibilité ou lisibilité) grâce a la
continuité de sa structure et la clarté de ses éléments, apparaît comme bien
former, distinct remarquable. Elle incite l’œil et l’oreille a augmenté leur
attention et leur participation.
On peut renforce l’image en utilisant des moyens symbolique (les cartes), exercer
l’observateur a mieux percevoir la réalité…. agir sur la forme de l’environnement
A-3) STRUCTURE, IDENTITÉ ET SIGNIFICATION:
Les trois composants de l’image mentale consiste en : son identité (ce qui fait
qu’on la reconnaît),sa structure (la relation spatiale de l’objet avec
l’observateur),sa signification pratique ou émotive (la signification d’une
ville étant très diverses, il vaut mieux la laisser se développer sans la
guider). L’image qui sert à orienter doit être claire, complète (permettant
ainsi des choix différents d’actions.), ouverte (s’adaptant aux individus) et
communicable
* Lynch a cherché à déterminer la lisibilité d'endroit en administrant une expérience,
qui s'est composée des enquêtes de questionnaire, et des entrevues. L'entrevue qui a
accompagné l'aperçu a inclus des demandes des descriptions de la ville, avec les
cartes de croquis (un schéma de leur carte mentale), et une description d'un
voyage imaginaire par la ville.

B) LES TROIS VILLES. (LOS ANGELES, BOSTON, ET VILLE DU


JERSEY)
Pour comprendre le rôle que jouent les images de l’environnement dans notre vie en
ville, le travail de l'auteur a consisté à comparer l'image collective de trois villes,
élaborée par des entretiens, à la réalité des formes urbaines, déterminées par enquête
sur le terrain, pour en dégager quelques principes de composition urbaine.
C) LES ÉLÉMENTS DE LA STRUCTURE URBAINE.
Notre attention porte sur le rôle de la forme dans l'imagibilité d'une ville,
même si l'imagibilité peut être influencée par la signification, la fonction, l'histoire
du quartier... Les formes physiques d'une ville peuvent être classées en cinq
éléments :
 Les voies.
 Les limites.
 Les quartiers.
 Les nœuds.
 Les points de repère.
4-La qualité d’image
D’après Larousse :
Qualité :
Manière d’être caractéristique, ce qui donne une certaine valeur
(s’oppose à quantité), produit de bonne qualité . Caractère moral
positif

D’après lynch :
Une image forte est une image riche de détails et de sensations
concrètes, offrant une structure complète et continue :
c'est-à-dire que toutes les parties de la ville sont fermement et
clairement liées, rendant les déplacements faciles et libres
(alors qu'au début, le manque de connaissances précises de la
ville rend l'image décousue).
Par exemples les habitants de Boston révèle certaines autres
différences par la densité relative …..c’est-à-dire la quantité de
détails qu’elles contiennent .
(p.102)
5- La forme de la ville
D’après Larousse :
La forme :
Manière dont une notion un phénomène se présente . Les différents formes de la vie
D’après lynch :
La forme d'une ville doit rester partiellement non engagée, non spécialisée, afin de laisser aux
citadins la possibilité de lui insuffler leurs propres significations.
Cependant, l'environnement doit être organisé de manière visible et reconnaissable, comme c'est le
cas à Florence, grâce à l'évidence de son passé, à la vue sur les collines de Toscane, au repère central
de la coupole.
S'il est rare de trouver des villes entièrement douées d'imagibilité (à cause de leurs périphéries
informes), certains lieux naturels donnent une impression de forte localité à grande échelle.
(p. 106)
2- Relation entre les éléments
D’après Larousse :
Relation :
Rapport de dépendance. Relation de cause à effet aussi, lien de dépendance ou
d’influence réciproque
Elément :
Chacune des choses dont la réunion forme un tout .un des objets qui constituent
un ensemble

D’après lynch :
Les différents éléments peuvent se
renforcer ou se détruire (par exemple
une grande rue désarticule un
quartier en le transperçant) , mais
tous agissent ensemble pour produire
une image, à l'échelle du quartier en
général.
Les exemples qui proposé à l’auteur
sont :
Boston
Copley Square
Scollay Square
Dock Square
(p. 97)
3- L’image changeante
D’après Larousse :
Changeant :
Qui est sujet à changer et dont l’aspect la couleur change suivant la lumière
Image :
Reproduction inversée (d’un objet qui se réfléchit) . voir son image dans la glace,
aussi : reproduction mentale d’une perception, évoquer l’image d’un être . C’est
une figure qui fait reconnaitre ou évoque une réalité

D’après lynch :
Les images diffèrent selon l'échelle - l'idéal étant que des relations existent
entre les différents niveaux (qu'un immeuble soit reconnaissable de loin
comme de près) - le point de vue, le moment … L'image se développe à
partir des grandes voies, puis se modifie lorsque l'environnement devient
familier (et même alors, on simplifie l'image comme en la caricaturant).
Mais une certaine continuité de l'image est importante lorsque la ville se
transforme.
Plusieurs types sont apparus :
1- les images se développaient d’abord long
2 – d’autres commençaient par le tracé d’une ligne de
contour enveloppe
3 – d’autres (los Angeles) commençaient par disposer
un schéma de base à répétition (le quadrillage des
voies)
4 – quelques cartes plus rares commençaient par être
un ensemble de régions adjacentes
5 – Un petit nombre d’exemples à Boston se
développaient à partir d’un noyau familier
(p. 100)
C-1) LES VOIES :
« C’est le parcours suivit pour aller d’un point à un autre; Voie publique :route,
chemin, rue appartenant au domaine public et ouvert à la circulation générale. »
LAROUSSE
C'est le réseau des voies qui permet d'appréhender la ville et d'en relier les
éléments : d'où leur importance pour les habitants connaissant assez bien la ville.
L'imagibilité des voies s'accroît grâce à plusieurs qualités: leur continuité, leur
direction, leur étalonnage, leur caractère en ligne. Les intersections, importantes
car là se prennent les décisions d'orientation, doivent être facilement comprises.
Les voies se particularisent par :
-Les activités qui les bordent - Leur largeur ou leur étroitesse

Broadway (los Angeles) Washington Street à Boston


6-Modèle des voies
D’après Lynch :
Il faut une hiérarchie visuelle : les voies importantes doivent pouvoir se différencier par leurs qualités particulières
d'activités, revêtements, plantations, façades… Il faut également de la clarté visuelle : au moyen de la continuité de la
voie,
de la clarté directionnelle (sinon l'ambiguïté de l'orientation est déroutante), de l'impression de progression vers une
destination (par des gradients de pente, de couleurs, de densité de foule…), de l'étalonnage de la voie (par des points de
repères, des changements de largeur). Alors le trajet prend une signification. D'autres particularités sont importantes,
telles la largeur du champ visuel, telles les qualités "kinesthésiques", celles qui donnent une impression de mouvement
(dans un virage ou une montée). Le tracé des intersections, stratégiques, doit être clairement exprimé. (p. 111)

-une voie droite possède bien entendu


une direction claire. Voie courbé
-une rue ayant quelque tournants Les longues successions ou les Des gradients de couleur
faisant un angle proche de 90 degrés courbes progressive qui finissent ou de texture des
-d’une autre dont les nombreux et par aboutir à d’importants
espaces plantés
légers virages ne l’empchent pas de changements de direction
conserver sa direction de bas
Deux voies parallèles Une grille ayant une certaine uniformité soit directionnelle

Quadrillage ou Les rectangles:


un petit nombre d’axes liés
Formes de fuseaux: les croix à un ,deux ou trois croisillons ensemble
- clôture visuelle
Le state house à
Beacon
Hil Boston

- La végétations qui la borde

Le
Commonwealth
avenue, Boston

- Les activités qui les bordent..


LEUR DIRECTION :
Les voies peuvent avoir une qualité directionnelle qui permette de distinguer
facilement le long de l’axe de la voie la pente, des gradients d'intensité d'utilisation
ou d'ancienneté, un bâtiment typique d'un côté, etc. permettent de se rendre
compte de la direction qu'on a prise. Il est important aussi que les extrémités
(l'origine et la destination) soient nettes, par exemple grâce à la présence d'un
bâtiment dans l'axe visuel. C'est la clôture visuelle.

Une voie à Londres La State House à Bacons Hill (Boston)


C-3) LES QUARTIERS
« secteur aux limites plus ou moins définies d'une agglomération ex: un quartier
populaire » LAROUSSE
Les quartiers sont les zones relativement étendues de la ville, et qui ont une qualité
interne. On peut les reconnaître de l’intérieur, et parfois s’en servir comme référence
externe. Un quartier est déterminé par l’existence de
plusieurs caractères distinctifs relevant du type de bâti, de décoration, d’activités, de
classes sociales et de « races » des différents quartiers qui constituent l’élément
fondamental de l’image de la ville, suppléant l’absence de clarté de la voirie et assurant le
bien être des gens.

Bunker Hill a Los Angeles. Charles street


C-4) LES NŒUDS :
« Endroit où se croisent plusieurs voies de communication » LAROUSSE
Se sont des jonctions de voies où l’on doit prendre des décisions (de direction
notamment, mais aussi de mode de transport : ainsi les stations de métro, les gares
sont des nœuds), contrainte qui rend les voyageurs plus attentifs ( et donc plus
sensibles à ce qui est placé là).
La force de l’impression visuelle faite par les nœuds dépend de la vigueur de leur
forme, de la clarté des liaisons entre les différentes voies et de la particularité des
bâtiments qui sont là .

Journal Square à
Jersey City
C-5) LES POINTS DE REPÈRE:
« Point déterminé qui permet de s’orienter » LAROUSSE
Ce sont des différences simples, qui permettent aux habitués de la ville de se
guider. Ils se présentent en « grappes »,un détail clé en faisant anticiper un
autre :la reconnaissance de ces indications assure efficacité fonctionnelle( on se
repère) et sécurité émotionnelle(on est rassuré.)
La singularité d’un point de repère est donné par une forme claire ,un contraste
avec l’arrière plan ( le point de repaire est propre dans une vile sale, neuf dans
une villes ancienne …etc.),une localisation qui ressort(à cause de la grande
taille ,du contraste local :un bâtiment en retrait par exemple)

Le Civic Center
Cependant , un soin particulier doit être apporté à explique les intersection
compliquées des systèmes moderne de voies . C’est-à-dire la structure de voies
doit avoir certaine simplicité de forme pour produire une image claire .
L’image des voies peut aussi consister , non pas en un schéma spécifique groupant
certains éléments individualisés , mais plutôt en un réseau qui explique les relations
Caractéristiques qui lient toutes les voies de l’ensemble , sous en identifier aucune
en particulier .
L’image devient plus nette si toutes les voies ayant typologiquement la même
direction
ou le même orientation .
La dernière façon d’organiser une voie ou un ensemble de voies qui prend de plus
en
plus d’importance dans un monde ou les distances franchies sont grandes et les
vitesses élevées .on l’appel : « mélodique ».
Les événements et les caractéristiques répartis le long de la voie: points de repère ,
les modifications de l’espace , l’impressions dynamiques peuvent être organisés
suivant une ligne mélodique .
Si l’image composant une mélodie d’ensemble plutôt qu'une séquence de points
séparés , elle serait probablement plus globale .
De cette façon cette techniques offre de riches possibilités pour développer et
expérimenter les composition de la ville .
CONCLUSION :
Les résultats de Lynch ont été mis en application globalement dans
des opérations de planification de ville ces dernières années. Si une
nouvelle ville est formée, ou celles existantes sont encore développées, les
résidants ont tiré bénéfice de l'utilisation des éléments imagibilité de ville
et de la forme plus claire.
Lynch insiste sur l’importance des contrastes à l’intérieur d’une
ville pour mettre en valeur un élément qui fait sa beauté et sa richesse, que
ce soit une voie commerciale, une pièce d’architecture ancienne, un
espace vert, un édifice important. Selon sa
thèse, l’urbanisme peut interférer dans la transformation de l’image
d’une ville, mais celle-ci dépend d’abord du comportement et des
perceptions d’une multitude d’individus.
Cette approche sensorielle est très importante est vivement
praticable. Que diriez-vous d'une ville qui tient compte d'une perception
plus facile et des cartes mentales plus précises pour l'habitant de ville ?
Merci pour votre
attention

Vous aimerez peut-être aussi