Vous êtes sur la page 1sur 19

Chapitre I : Air humide

 Composition de l’air humide


 Les opérations de traitement de l’air
 Les débits d’air en climatisation
A.K-EST

A.KHABBAZI EST –Salé Cours climatisation- Air humide


Page 1
I. Les caractéristiques de l’air humide

I.1 Composition de l'air humide

L'air atmosphérique est constitué des éléments définis dans l'organigramme suivant:

Air atmosphérique

Air sec Humidité Impuretés Electricité


atmosphérique

Azote Vapeur d'eau Impuretés Ions


Oxygène Eau liquide - poussières
Argon Eau solide
- micro-
Dioxyde de organisme
carbone
Etc..

La pression atmosphérique varie avec l'altitude selon la relation suivante:

Patm=101325 ( 1-0,0000225577 z )5,2588

La pression exprimée en Pascals [Pa] et l'altitude z en mètre [m].

Rappels sur la loi des gaz parfaits

L'équation d'état molaire d'un gaz parfait est définie par :

PV= n RT

R: constante molaire des gaz parfait J.mol-1.K-1 (R=8,3143 J.K-1mol-1)


P : pression absolue du gaz Pa
V : volume m3
n : nombre de mole mol
T : température absolue K
T(K) = (°C) +273,16

et l’équation massique s’écrit :

V R m
P  T avec n 
m M M
Pv  rT
M : masse molaire du gaz kg/mol
v : volume massique m 3 / k g
r : constantemassique J/kg.K

A.KHABBAZI EST –Salé Cours climatisation- Air humide


Page 2
I.2 Propriétés de l’air humide

On considère que l'air humide comporte seulement de l'air sec et de l'humidité constituée
essentiellement de la vapeur d'eau. Egalement on suppose que l'air sec et la vapeur d'eau se comportent
comme un gaz parfait.

Air sec Vapeur d’eau

PaV=naRT PvV=nvRT

Pava=raT avec ra= 287,05 J.kg-1.K-1 Pava=raT avec ra= 461,51 J.kg-1.K-1
 La masse volumique air sec  La masse volumique vapeur d’eau
ma Pa
  mv Pv
V 287 ,05T v  
V 461,51T

 Enthalpie :
 Enthalpie:
La variation d'enthalpie s'écrit: L'expression de l'enthalpie massique de la vapeur
est donnée par l'approximation linéaire de
dH=m cp, d hv=lv(0°c)+cpv
lv :chaleur latente de vaporisation kJ/kg
cp, : chaleur spécifique de l’air sec cpv : chaleur spécifique vapeur d’eau kJ/kg.K

On fixe la valeur 0 pour l'air sec à 0 °c: Quelques approximations :


L'enthalpie massique s'écrit:
hv=2490+1,96 kJ/kg vapeur (Ramzine)
ha=Ha/ma
hv=2500,8 + 1,8266  kJ/kg vapeur (Mollier)

ha  C
0
p , d  k J / k g air sec  Enthalpie massique de l'eau liquide:

On fixe la valeur 0 pour l'eau liquide à 0 °c:


ha = Cp,a    kJ/kg airsec 
he  C
0
pe, d  kJ / kg eau

h e = Cpeau e kJ/kg eau


pour =20°c, Cpeau=4.182 kJ/kg.K

L'air humide constitue un mélange d'air sec et d'humidité, si cette dernière est représentée seulement
par la vapeur d'eau nous avons:

 Masse de l'air humide


m=ma+mv  kg

A.KHABBAZI EST –Salé Cours climatisation- Air humide


Page 3
 Pression totale (Loi de Dalton)
P=Pa+Pv  Pa
 Pression de vapeur saturante d’après Cadiergues:

7,625 .
  0  log Ps   2,7877
241,0  
9,756 .
  0  log Ps   2,7877
272 ,7  

m a  mv
 Masse volumique : 
V
 kg/m 3

V
 Volume spécifique : v
ma
 m 3 / k gas

1 V v ma v
 Volume massique : vh 


m a  mv

m a  mv

1 r
 m3 / k g

 Humidité spécifique (teneur en eau, humidité absolue)

C'est le rapport de la masse de vapeur d'eau contenu dans un volume V d'air humide à la masse d'air
sec contenue dans ce même volume d'eau elle s'écrit:

mh
r  k g eau / k g air sec
ma

mh=mv si l'humidité est représentée par la vapeur d'eau seulement.


En appliquant les relations précédentes la teneur en eau peut se mettre sous la forme :

mv Pv
r  0,622  k g eau / k gas
ma P  Pv

mh=mv+me si l'air comporte en plus de l'eau sous forme de particule.

 Humidité relative (degré hygrométrique)

L'humidité relative est le rapport entre la pression partielle de la vapeur d'eau dans l'air P v et la pression
de saturation Ps de cette vapeur d'eau à la même température.

  %  100 v
Pv P

PS Ps

 Enthalpie spécifique

H H  Hv Ha Hv
h  a  kJ / kg air sec avec h a  et h v 
ma ma ma mv
h a  cair   et hv  2490  1,96 (Approximation de Ramzine)
mv
h  ha  hv    r (2490  1,96 )
ma

A.KHABBAZI EST –Salé Cours climatisation- Air humide


Page 4
 Les différents débit d'air humide

𝒒𝒉
𝒒𝒗 = 𝒗𝒒𝒂𝒔 =
𝝆

qv=debit volumique (m3/s)


qh: debit massique d’air humide (kg/s)
qas : debit massique d’air sec ( kgas /s)

 Les chaleurs spécifiques (air et eau)

 (°c) -20 -10 0 10 20 30 40 50


Cpqir (kJ/kg.°c) 1,004 1,005 1,005 1,006 1,006 1,007 1,007 1,008

Chaleur massique à pression constante de l’air sec

 (°c) 0 10 20 30 40 50
Cpeau (kJ/kg.K) 4,218 4,192 4,182 4,178 4,178 4,181

Chaleur massique à pression constante de l’eau

 température sèche  [°c]

C’est la température donnée par un thermomètre à bulbe sec.

 Température humide h [°c]

C'est la température fournie par un thermomètre à bulbe humide soumis à une vitesse de
circulation d'air autour du bulbe.

1810,8 Pvs − Pv − θ(101325 − Pvs )


𝜃ℎ =
2Pvs − Pv − 101325

 Température de rosée r [°c]

Si l'on refroidie une surface placée dans l'air humide à humidité spécifique constante, on atteint
une température de rosée de l'air humide a partir de l'apparition de la phase condensée, eau (ou
glace) sur la surface froide. Si on atteint la température de rosée la vapeur contenue dans l'air au
voisinage de la surface refroidie se condense.

5204,9
𝜃𝑟 = − 273,15
1013,25r
20,9 − ln
r + 0,622
 > r  il n'y a pas de phase condensée.
 < r  il y a condensation (ou givre) sur la surface froide.

A.KHABBAZI EST –Salé Cours climatisation- Air humide


Page 5
I.3 Utilisation du diagramme de l'air humide

Plusieurs diagrammes sont proposés. Actuellement deux représentations seulement sont souvent
utilisées:
- la diagramme de Carrier (,r) le plus employé dans le monde et c'est le diagramme que nous utilisons
dans cette étude.
- Le diagramme de Mollier (r,h).

Dans le diagramme Carrier de l'air humide on peut repérer sept grandeurs thermodynamiques:

 Teneur en humidité (humidité spécifique) r [kg humidité/kg air sec]


 Degré hygrométrique (humidité relative)  [%]
 Volume spécifique v [m3/kg air sec]
 Enthalpie spécifique h [kJ/ kg air sec]
 Température sèche  [°c]
 Température humide h [°c]
 Température rosée r [°c]

Fig. (I.1) : Diagramme de l’air humide

A.KHABBAZI EST –Salé Cours climatisation- Air humide


Page 6
II. Les opérations de traitement de l'air

A l’intérieur d’une centrale de traitement d’air C.T.A, figureI.2, différentes opérations de


traitement d’air sont effectuées, séparément ou simultanément, qui sont essentiellement :

Fig. (I.2) : Centrale de traitement d’air

A partir des bilans enthalpiques et d’humidité nous donnons ci-après les relations thermodynamiques
simplifiées permettant de calculer les caractéristiques des différents éléments constituants un C.T.A.

A.KHABBAZI EST –Salé Cours climatisation- Air humide


Page 7
II.1 Mélange d'air de caractéristiques différentes

On considère le mélange d'air véhiculé par deux conduits adiabatiques de caractéristiques différentes
nous avons en régime permanent :

ma,1 ma,m
qas1 qasm  (%)
r1 rm h ( kJ/kgas) r (kg/kgas)
1 m h2 1
h1 hm
m 
ma,2
qas2 2
r2
2  (°c)
h2

Fig. (II.1): Mélange d’air de caractéristiques différentes

Bilan massique de l' air sec :


m a1  m a 2  m am  0
Bilan massique de l' eau :
m a1 r1  m a 2 r
m a1 r1  m a 2 r2  m am rm  0  rm 
m a1  m a 2
m as1 r  r2
 m
m as 2 r2  rm
Bilan enthalpiqu e :
m a1 h1  m a 2 h2
m a1 h1  m a 2 h2  m am hm  0  hm 
m a1  m a 2
m as1 h  h2
 m
m as 2 h2  hm
rm  r2 h  h2
  m
r2  rm h2  hm

A.KHABBAZI EST –Salé Cours climatisation- Air humide


Page 8
A l'aide d'une construction géométrique simple dans un système de coordonnées (h, r) les points 1,2 et m
sont alignés et obéissent à la relation:
m a ,1 2m q
  as,1
ma , 2 m1 q as, 2

On effectue ces mélanges au moyen de boites de mélangeuses ou boites de mélange équipées de


registres de réglage des débits d'air à mélanger. Nous avons également mélange de l'air soufflé dans le
local et l'air à l'intérieur" de celui-ci.

II.2 Echauffement de l'air à humidité spécifique constante.


h2  (%)
h ( kJ/kgas) r (kg/kgas)
h1

1 2

 (°c) 1 2

Fig. (II.2): Echauffement de l’air

Fig. (II.3) : Batterie de chauffage

- Bilan massique de l’air sec :


ma ,1  ma , 2  0
ma ,1  ma , 2  ma  (kg air sec : kgas )
- Bilan massique de l’eau :

A.KHABBAZI EST –Salé Cours climatisation- Air humide


Page 9
ma ,1 r1  ma , 2 r2  0
ma ,1 r1  ma , 2 r2
r1  r2  (kg d ' eau / kg air sec : kg/kg as )
- Bilan énergétique :
ma ,1 h1  Qc  m a , 2 h2  0
Qc  ma (h2  h1 )  (kJ )
Pc  q as (h2  h1 )  (kW )
sachant que : h    r (2490  1,96 )
Pc  q as ( 2  1 )  (kW )

II.3 Refroidissement de l'air à humidité spécifique constante

h1  (%)
h ( kJ/kgas) r (kg/kgas)
h2

2 1

 (°c) 2 1

Fig. (II.4): Refroidissement de l’air

- Bilan massique de l’air sec :


ma ,1  ma , 2  0
ma ,1  ma , 2  ma  (kg air sec : kgas )
- Bilan massique de l’eau :
ma ,1 r1  ma , 2 r2  0
ma ,1 r1  ma , 2 r2
r1  r2  (kg d ' eau / kg air sec : kg/kg as )

- Bilan énergétique :

ma ,1h1  Q f  ma , 2 h2  0
Q f  ma (h1  h2 )  (k J )
Pf  q as (h1  h2 )  (k W )
sachantque: h    r (2490  1,96 )
Pf  q as (1   2 )  (k W )

A.KHABBAZI EST –Salé Cours climatisation- Air humide


Page 10
II.4 Refroidissement de l'air avec déshumidification

h1  (%)
h ( kJ/kgas) r (kg/kgas)
h2

r1
2 1 r2

 (°c) 2 1

Fig. (II.5): Refroidissement de l'air avec déshumidification.

- Bilan massique de l’air sec :


ma ,1  ma , 2  0
ma ,1  ma , 2  ma  (kg air sec : kgas )
- Bilan massique de l’eau :
ma ,1 r1  me  ma , 2 r2  0
me  ma (r1  r2 )  (kg d' humidité : kg)
M  q as (r1  r2 )  (kg / kgas )
- Bilan énergétique :
ma ,1 h1  me he  Q f  ma , 2 h2  0
Q f  ma (h1  h2 )  ma (r1  r2 )he  (kJ )
Pf  q as (h1  h2 )  Mhe  (kW )
he  c pe e
La température e de l’eau sortante est comprise entre la température de la surface froide et
la température de bulbe humide de l’air sortant. En générale Mhe peut être négligé devant
qas(h1-h2).

II.5 Déshumidification adiabatique de l'air.

h ( kJ/kgas)
 (%)
r (kg/kgas)

1
r1

2 r2
2
 (°c) 1 2

Fig. (II.6): Déshumidification adiabatique de l'air.

A.KHABBAZI EST –Salé Cours climatisation- Air humide


Page 11
.
On peut déshumidifier l’air en le mettant en contact avec un solide adsorbant (silicagel, alumine activée,
etc..) qui fixe l’eau par l’effet physique d’adsorption ou un liquide une solution concentrée d’un sel
comme chlorure de calcium ou chlorure de lithium qui fixe l’eau par absorption. Ce phénomène
s’accompagne d’un dégagement de chaleur.

II.6 Humidification de l'air par injection de vapeur d'eau

h ( kJ/kgas)

h2  (%)
r (kg/kgas)
h1
2 r2

1 r1

 (°c) 

Fig. (II.7): Humidification de l'air par injection de vapeur d'eau.

- Bilan massique de l’air sec :


ma ,1  ma , 2  0
ma ,1  ma , 2  ma  (kg air sec : kgas )
- Bilan massique de l’eau :
m a ,1 r1  mv  m a , 2 r2  0
mv  m a (r2  r1 )  (kg d' humidité : kg)
M  q as (r2  r1 )  (kg / s)
- Bilan énergétique :
ma ,1 h1  mv hv  ma , 2 h2  0
ma h h
hv  (h2  h1 )  2 1  (kJ / kg)
mv r2  r1
(r2  r1 )hv  h2  h1

à 100°c hv=2490+1.96=2490+1,96x100=2686kJ/kg
h2-h1=2686(r2-r1)

On considère généralement que l’humidification par injection de vapeur s’effectue à température


constante.

A.KHABBAZI EST –Salé Cours climatisation- Air humide


Page 12
II.7 Humidification par injection d'eau ou par évaporation d'eau au contact de l'air à humidifier.

h (kJ/kgas)  (%)
r
(kg/kgas)
2

 (°c) 2 1
1

Fig. (II.8): Humidification par injection d'eau ou par évaporation d'eau au contact de l'air à
humidifier.

Humidification adiabatique ( laveur d’air à circulation d’eau)

- Bilan massique de l’air sec :


ma ,1  ma , 2  0
ma ,1  ma , 2  ma  (kg air sec : kgas )
- Bilan massique de l’eau :
ma ,1 r1  mv  ma , 2 r2  0
mv  ma (r2  r1 )  (kg d' humidité : kg)
M  q as (r2  r1 )  (kg / s)

- Bilan énergétique :
ma ,1h1  ma , 2 h2  0
h1  h2
La température d’eau est sensiblement égale à la température de bulbe humide h de l’air traité.

r2  r1  2  1
Le rendement de saturation :  sat  
rs  r1  s  1

h (kJ/kgas)  (%)
r
(kg/kgas)

 (°c) s 2 1 rs

Fig. (II.9): Rendement de saturation


On peut aussi avoir une humidification avec de l’eau chauffée ou refroidie.

A.KHABBAZI EST –Salé Cours climatisation- Air humide


Page 13
III. Rapport caractéristique de traitement et angle d’évolution d’un traitement d’air

Considérant un traitement d’air, entre l’entrée et la sortie d’un système énergétique, au cours duquel
sont modifiées l’enthalpie et la teneur en humidité ce traitement est représenté sur le diagramme de l’air
humique, figure III.1.

h (kJ/kgas)

 (%)
hS r (kg/kgas)

hE

S rS

β i E
rE

 (°c) E S

Fig. (III.1): Angles d’évolution i de traitement de l’air

Le rapport caractéristique j de traitement s’exprime :

h hs  hE H 0
j  
r rS  rE M

β : angle que forme l’axe des enthalpies avec les droites d’égale teneur en humidité il dépend du type de
diagramme utilisé pour le diagramme utilisé nous avons β 33°.
i : angle que fait la droite d’évolution de traitement entrée (E) sortie (S) avec les droites d’égale teneur en
humidité. Nous utilisons une relation entre le rapport j et l’angle i donnée par G.PORHER*, l’auteur
propose l’expression suivante :

sin 
tg i 
L
cos   h . j
Lr
Lh et Lr représente l’échelle des enthalpies et des teneurs en humidité du diagramme d’air humide utilisé.
Cette expression est obtenue par un calcul géométrique effectué sur le type de diagramme de l’air
humide choisi.

A.KHABBAZI EST –Salé Cours climatisation- Air humide


Page 14
IV. Calcul des différents débits

IV.1 les bilans des débits d’un local climatisé

en supposant une même pression à l’intérieur et à l’extérieur de ce local, les bilans sur les débits d’air sec
entrant et sortant d’un local climatisé s’écrivent :

Figure VI.1 : Air entrant et sortant d’un local climatisé

𝑞𝑎𝑠 = 𝑞𝑎𝑛 + 𝑞𝑟𝑐


𝑞𝑟𝑝 = 𝑞𝑟𝑐 + 𝑞𝑟𝑗
𝑞𝑎𝑠 = 𝑞𝑟𝑝
𝑞𝑎𝑛 = 𝑞𝑟𝑗
Avec : qas : débit d’air sec soufflé
qrp : débit d’air sec repris
qrj : débit d’air sec rejeté
qan : débit d’air sec neuf (Réglementation de ventilation)
𝑞
Avec 𝑇 = 𝑞 𝑎𝑠 : taux de renouvellement d’air neuf
𝑎𝑛

IV.2 Calcul du débit de soufflage

Local climatisé
Air soufflé Air repris
1, h1, r1, . 2, h2, r2, ..
.

Charges calorifiques H0 et hydriques M


(Apports ou déperditions humidification ou
déshumidification)

A.KHABBAZI EST –Salé Cours climatisation- Air humide


Page 15
A partir des équations de bilan le débit d’air sec de soufflage s’écrit :

H0 H  H  0 deperdition
qas   0 0
h2  h1 h h  0
H0 H  H  0 apport calorifique
qas   0 0
h2  h1 h h  0
M M M  0 deshumidification
qas   
r2  r1 r r  0
M M M  0 humidification
qas   
r2  r1 r r  0
H 0 : charge thermique [kW]
M : charge hydrique [kg/s]
q as : debit d'air sec soufflé [kg as / s ]

Si l’apport d’humidité peut être négligé nous avons :

𝐻0 𝐻0
𝑞𝑎𝑠 = ≈ → 𝑘𝑔𝑎𝑠 /𝑠
ℎ2 − ℎ1 𝜃2 − 𝜃1

Avec 2-1 : écart de soufflage entre l’air soufflé et l’air du local

- Exemple d’écart de soufflage

Type de Ecart de soufflage (°c)


climatisation 2-1

Bouches ailettes ou grilles Bouche à induction


Confort industrie Confort industrie

Hiver 15 à 35 20 à 40 40 à 60 40 à 60
(air soufflé chaud)

Eté 8 à 15 10 à15 10 à 20 10 à 20
(air soufflé froid)

A.KHABBAZI EST –Salé Cours climatisation- Air humide


Page 16
Exemple de climatisation d’Hiver [2]

A.KHABBAZI EST –Salé Cours climatisation- Air humide


Page 17
Exemple de climatisation d’ETE [2]

A.KHABBAZI EST –Salé Cours climatisation- Air humide


Page 18
Références bibliographiques

[1] Cours de climatisation, G. Porcher, Edition Parisiennes CFP, 1993.


[2] Techniques de l’Ingénieur, Traité Génie Energétique, Air humide, B 2 230.
*3+ Calcul des charges de climatisation et conditionnement d’air, collection des guides thématiques de
l’AICVF, édition PYC Livres, 1998.
[4] Conception et calcul des installations de ventilation des bâtiments et des ouvrages, Collection des
guides de l'AICVF, PYC Edition, 1992.

A.KHABBAZI EST –Salé Cours climatisation- Air humide


Page 19