Vous êtes sur la page 1sur 16

16/11/2020 ARCHIVE - Les monuments historiques (MH) vus par Maurice Goze (2009) - Outils de l'aménagement

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites. En savoir plus Accepter X

Fiches outils

La zone agricole
protégée (ZAP)

Le droit de
préemption dans
les espaces
naturels sensibles
(DPENS)

Outil du PLU(i) :
les emplacements
réservés (ER)

Le droit de
préemption (DP)
sur les espaces
agricoles

L’implication du
public

Fiches thématiques :
environnement et…

Planification
urbaine et
stratégique

Ressources du Cerema

Le site "Mon
environnement,
ma santé"

Le site "Réseaux
de chaleur et
territoires"

Le site "Paysage,
territoires,
transitions"

La rubrique
"Transition
énergétique et
climat" du Cerema

La rubrique
"Environnement et
ressources
naturelles" du
Cerema
(évaluation
environnementale…)

La rubrique
"Prévention des
risques" du
Cerema

La rubrique
"Gestion du littoral
et de la mer" du
Cerema

outil2amenagement.cerema.fr/archive-les-monuments-historiques-mh-vus-par-a673.html 1/16
16/11/2020 ARCHIVE - Les monuments historiques (MH) vus par Maurice Goze (2009) - Outils de l'aménagement

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites. La rubriqueAccepter
"Bien- X
En savoir plus
être et réduction
des nuisances" du
Cerema

ARCHIVE - Les monuments historiques (MH)


vus par Maurice Goze (2009)
publié le 17 octobre 2009 (modifié le 1er juillet 2020)

Cet article, créé en 2009, propose une analyse juridique sur les monuments historiques
qu’il peut être intéressant de consulter pour un regard sur les dispositions encadrant ces
monuments tels qu’elles étaient des années auparavant

Accès direct
I- Rappel historique
II - Les monuments classés
III- Les monuments inscrits
IV- Maîtrise d’ouvrage, maîtrise d’œuvre, dispositions communes
V- Immeubles adossés et champ de visibilité
VI- Acteurs centraux et déconcentrés des procédures
VII- Institutions nationales et internationales
Textes de référence
Bibliographie
Avantages fiscaux
Statistiques des monuments historiques et espaces protégés

ATTENTION : si cette fiche présente un intérêt


rétrospectif, certains éléments évoqués ci-dessous
ont évolué depuis 2009. Cette fiche n’est donc pas
à jour. Elle est proposée sur notre site Internet
uniquement pour l’intérêt qu’elle représente en tant
que point de comparaison permettant d’entrevoir
les évolutions législatives et réglementaires .

Professeur - Université Michel de Montaigne Bordeaux 3.

La protection des monuments historiques est intimement liée à la construction de l’État dans
une légitimation réciproque. Cela s’est traduit au terme de la lente émergence d’une législation
spéciale et d’une administration spécifique de l’État par les servitudes éprouvées du
classement, de l’inscription et de la notion d’abords. L’évolution des conceptions du patrimoine
a conduit à élargir cette approche monumentale par celle des espaces protégés. La
prépondérance de l’expertise et de l’action de l’État, confrontée à une inflation patrimoniale
sans rapport avec l’évolution de ses moyens, compose aujourd’hui avec le contexte de la
décentralisation et les problèmes de cohérence de l’aménagement des territoires et de leur
développement durable. Le point de vue local y trouve une prise en compte dans la définition
du patrimoine, dans la contestation des avis de l’administration d’État qui accompagne ses
engagements en faveur d’un patrimoine de plus en plus pensé en termes de ressource
territoriale objet de mobilisation de la société civile.

I- Rappel historique
1- Naissance d’un concept

À l’issue du moyen âge, l’intérêt pour les « antiquités » se manifeste lors du retour, dans Rome
dévastée, de la papauté soucieuse de protéger les vestiges authentifiant les récits latins. Dans
cette mouvance, François Premier entreprend de dégager les perspectives de la maison carrée
de Nîmes et nomme le premier surintendant des bâtiments du Roi. Un objet d’étude se
constitue, dont l’intérêt mobilise le mouvement encyclopédiste à la veille de la Révolution
française. Celle-ci constitue un tournant essentiel où les préoccupations de conservation des
« monuments des arts et des sciences » et de transmission, à visée éducative, d’un
« patrimoine de la Nation » ont donné à la notion de patrimoine une acception collective. Elle

outil2amenagement.cerema.fr/archive-les-monuments-historiques-mh-vus-par-a673.html 2/16
16/11/2020 ARCHIVE - Les monuments historiques (MH) vus par Maurice Goze (2009) - Outils de l'aménagement
opposera la pénalisation au « vandalisme » affectant les biens de l’église et de la monarchie.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites. En savoir plus Accepter X
Sous la plume d’Aubin-Louis Millin de Grandmaison naît le concept fécond de « monument
historique », dont La Bastille devient le symbole. Paradoxalement à son éthymologie, le concept
exprime la valorisation collective d’un vestige du passé, là ou un monument est ordinairement
une construction originale chargée d’évoquer le passé. La Révolution fait apparaître une
démarche balbutiante d’inventaire, dévolue par la suite aux préfets.

2- Affirmation des instruments d’une politique nationale

Au cours du XIX° siècle, les sociétés savantes se développent, la littérature romantique


popularise les monuments historiques, tandis que leur reconnaissance sous l’autorité de l’État
offre à celui-ci les références nécessaires à une construction de la Nation qui s’appuie sur
l’histoire. Les monuments historiques vont ainsi entretenir avec l’État une légitimation
réciproque qui s’exprimera par la création d’une administration spéciale et d’une législation
spécifique. Le rapport Guizot de 1830 donne naissance à la première avec la création d’une
inspection générale des monuments historiques à laquelle s’ajoute en 1837 une commission
supérieure des monuments historiques qui arrête en 1840 une première liste classée pour
ordonner la dépense publique et retient 1090 monuments. Puis, la loi du 30 mars 1887 sur la
conservation des monuments historiques et des objets d’art instaure un corps d’architectes en
chef des monuments historiques. Au plan juridique, de façon limitative, ce texte fondateur
exigera le consentement des propriétaires pour un classement qui n’implique aucune obligation
pour le propriétaire ou pour l’État et repose alors sur un « intérêt historique et artistique
national ».

3- Extension chronologique et typologique des monuments

La loi du 31 décembre 1913 constitue une rupture essentielle. Elle ouvre largement le champ
patrimonial en faisant reposer sur un « intérêt public » le classement en monument historique
qui peut concerner désormais des biens privés sans le consentement de leur propriétaire. Elle
introduit l’instance de classement pour faire face aux situations d’urgence et prévoit une mesure
d’inscription sur un inventaire supplémentaire. La loi du 23 juillet 1927 fondera cette simple
inscription sur un « intérêt d’histoire ou d’art suffisant pour rendre désirable la préservation »
faisant naître ainsi deux degrés de protection juridique pour deux catégories de monuments
historiques. Faisant suite à un texte de 1906, la loi du 2 mai 1930 les appliquera par analogie
aux monuments naturels et sites à caractère artistique, historique, scientifique, légendaire ou
pittoresque. Cette loi permet de classer en site une zone proche d’un bâtiment, soulignant ainsi
la complémentarité de ces protections.

Le champ des monuments historiques s’est ainsi largement ouvert pour l’avenir à de nouveaux
types de patrimoine au fur et à mesure de l’évolution des sensibilités. D’une part, si des
monuments préhistoriques et des monuments, propriétés de l’État, issus du V° au 16° siècle
figurent sur la première liste en 1840, celle-ci s’élargira chronologiquement aux témoignages de
la renaissance et de l’époque classique après 1920 tandis qu’à partir des années soixante sont
prises en compte l’architecture civile des XVI° au XVII° siècle puis des monument du XIX° et,
enfin, du XX° siècle, dès 1957. Parallèlement, la nature des monuments patrimonialités se
diversifie typologiquement vers l’architecture civile, puis vernaculaire et, enfin, industrielle, et
intègre aussi des gares, des phares ou des édifices ou lieux témoins de l’histoire, comme
Oradour-sur-Glane. Aux valeurs officielles et à la mémoire de la Nation se sont ainsi ajoutées
celles de la société civile et des territoires. D’autre part, les doctrines de traitement des édifices,
qui opposaient restauration patrimoniale et restitution ont évolué en se diversifiant et ont intégré
la réutilisation. La conservation ne devra plus figer les styles ni se réduire à des ensembles
homogènes. Peu à peu la question de l’affectation à un usage différent de celui d’origine a été
posée ; l’utilisation, d’abord en termes de bâtiments ou équipements publics, a évolué au cours
du XX° siècle vers d’autres fonctions telle la reconversion en logements. Face à l’incertitude
budgétaire, au risque de péril sanitaire ou d’abandon, les monuments sont aujourd’hui appelés
à « gagner leur vie ».

4- Espaces protégés et patrimonialisation des territoires

Un nouveau tournant est franchi avec la loi du 25 février 1943 qui institue un périmètre d’abords
autour des monuments protégés et un régime de contrôle des travaux dans ce périmètre sous
l’autorité de l’architecte des bâtiments de France (ABF). Cette approche en termes « d’espaces
protégés », qui associe le monument et son environnement, s’élargit aux ensembles urbains
avec la loi du 4 août 1962 sur les secteurs sauvegardés, qui fait front aux excès de la
rénovation urbaine et témoigne, comme la charte de Venise, de l’évolution des perceptions
patrimoniales. Elle dote ces secteurs d’un plan permanent de sauvegarde et de mise en valeur.
Ultérieurement la disparition du qualificatif de « permanent » et l’introduction d’une procédure
de révision de ce plan d’urbanisme (1976) puis d’une procédure de modification (Loi SRU 2000)
exprimeront une vision moins figée et plus fonctionnelle du patrimoine immobilier culturel. À son
tour, la zone de protection du patrimoine architectural et urbain, issue de la critique de
l’automatisme des abords, apparaît à la faveur de la loi du 7 janvier 1983 relative à la répartition
des compétences entre les communes, les départements, les régions et l’État. La loi Paysages
du 8 janvier 1993 y ajoutera ce terme en élargissant la portée de la ZPPAUP qui se substitue
peu à peu à la législation des sites tout en articulant leurs problématiques de protection avec
celle des abords, voire des secteurs sauvegardés. La compénétration contemporaine des
questions patrimoniales avec celles de l’urbanisme et du développement durable, que
traduisent déjà ces outils, va s’exprimer pleinement avec la possibilité d’ajuster les abords
existants en un périmètre modifié à l’initiative de l’ABF, introduite par la loi SRU du 13 décembre
2000. Depuis 2005, l’ABF peut aussi proposer un périmètre adapté des abords lors des
procédures de classement ou d’inscription des monuments qui en génèrent la servitude.

5- Décentralisation et modération de la prédominance étatique

Plutôt qu’un transfert de compétences, la décentralisation a ouvert dans le champ des


monuments historiques une remise en cause du monopole de l’État et une contestation de son
expertise, tandis que les modes d’interventions de nouveaux acteurs confortaient son
intervention budgétaire jugée insuffisante, voire s’y substituaient.

outil2amenagement.cerema.fr/archive-les-monuments-historiques-mh-vus-par-a673.html 3/16
16/11/2020 ARCHIVE - Les monuments historiques (MH) vus par Maurice Goze (2009) - Outils de l'aménagement
L’année
En poursuivant 1819 avait sur
votre navigation vu la
cecréation d’un
site, vous budget l’utilisation
acceptez spécial de dela conservation
cookies pour d’anciens monuments.
réaliser des statistiques de visites. En savoir plus Accepter X
À la faveur de la création du ministère de la culture en 1959, l’intervention budgétaire a
bénéficié de l’impulsion donnée par les lois programmes relatives à la restauration des
monuments historiques en 1962, 1967 et 1993, tandis que la loi du 6 janvier 1988, relative au
patrimoine monumental, dégageait des crédits importants sur cinq ans. Mais, déjà, en 1927,
l’inscription était en partie née de la limite des moyens de l’État. Il avait favorisé la création, en
1914, de la caisse nationale des monuments historiques et préhistoriques chargée de réunir
des fonds pour acquérir, restaurer et entretenir des monuments. Devenue caisse nationale des
monuments et des sites, puis, centre des monuments nationaux depuis 2000, elle se finance
par ses propres ressources commerciales ou par le mécénat. L’État a aussi développé deux
types d’aides fiscales en faveur des propriétaires. Depuis 1965, la première concerne l’impôt
sur le revenu des personnes physiques ; depuis 1988, l’autre vise l’exonération des droits de
mutation. Enfin, face à l’ampleur de la dépense liée au « tout patrimoine », la loi du 23 juillet
1987, réformée par celle du 1° août 2003, a favorisé le mécénat, tandis que celle du 2 juillet
1996 a créé la Fondation du patrimoine pour prendre en charge le patrimoine modeste non
protégé. Malgré ces palliatifs, le rapport Nachbar du Sénat de 2006 a pointé un tableau
alarmant des conséquences des fluctuations du budget de l’État sur l’état sanitaire des
monuments, la confiance des collectivités partenaires et le maintien des savoir-faire. Pourtant,
une étude de la direction de l’architecture et du patrimoine a établi en 2008 que l’impact
économique national du patrimoine est plus de vingt fois supérieur à la dépense publique
d’investissement qu’il mobilise et qu’il génère 500 000 emplois dont 33 000 directs.

Parallèlement, au fil du temps, les collectivités territoriales ont mobilisé leurs ressources en
faveur d’un patrimoine de plus en plus largement entendu, dont elles étaient propriétaires et
pour compléter les subventions de l’État aux propriétaires compensant les astreintes du droit du
patrimoine. Rappelons que les communes propriétaires de 18 607 des monuments historiques,
soit 44%, supportent déjà, depuis la loi du 9 septembre 1905 sur la séparation de l’Église et de
l’État, l’entretien d’une grande partie des édifices de culte construits avant cette date, le reste
incombant à l’État. Pour un certain nombre d’entre elles, ce patrimoine représente plus une
charge qu’une source d’attractivité et de recettes touristiques. Toutefois, pour beaucoup de
collectivités, la mobilisation des objets patrimoniaux constitue désormais une ressource
territoriale dans la construction de projets territoriaux et dans une quête d’identité comme ce fut
le cas pour l’État, qui contribue à l’extension du champ du patrimoine. Malgré cet engagement
progressif, les collectivités locales n’ont accordé qu’un succès mitigé à la proposition de leur
transférer gratuitement sur la base du volontariat la propriété de 176 monuments appartenant à
l’État, loin d’être les plus prestigieux, dans le cadre de la loi Libertés et responsabilités locales
du 13 août 2004. Rappelons que l’État reste propriétaire de 5 % seulement des monuments
historiques mais non des moindres.

Lors de l’acte I de la décentralisation, l’échelon régional est finalement apparu comme le niveau
pertinent d’une déconcentration préfigurée en 1977 par la création des directions régionales
des affaires culturelles, tandis qu’apparaissaient en 1979 les services départementaux de
l’architecture, auxquels un texte de 1996 ajoutera le terme de patrimoine (SDAP). L’année 2009
marque leur rapprochement dans une logique de complémentarité de compétences pour le
contrôle scientifique et technique. La déconcentration s’est manifestée en 1983 par le rôle du
préfet de région dans le cadre des ZPPAU, selon une procédure qui lui associe les communes
pour l’élaboration de ce document de référence et d’aide à la décision. Elle s’est renforcée en
matière d’inscription des monuments historiques et d’autorisation des travaux sur les
immeubles classés, à partir de 1996, puis, en matière de création des secteurs sauvegardés
depuis 2005. La reconnaissance du niveau régional se traduit aussi dans le rôle d’avis, auprès
du préfet, du collège régional du patrimoine et des sites, pour les ZPPAU, et de la commission
régionale du patrimoine historique archéologique et ethnologique pour l’instruction du
classement et de l’inscription, instances finalement fusionnées en une commission régionale du
patrimoine et des sites, en 1997. Sans aller jusqu’à une décentralisation, l’ordonnance du 28
juillet 2005, qui allège la procédure des secteurs sauvegardés, se traduit, comme pour les
ZPPAUP par une implication accrue des communes ainsi que des intercommunalités,
désormais reconnues.

En matière de décentralisation proprement dite, il fallut attendre la loi démocratie de proximité


du 27 février 2002 pour que soient proposées des mesures à titre expérimental sur la base du
volontariat. La loi du 13 août 2004 a transféré aux régions la conduite de l’inventaire général du
patrimoine culturel, initié en 1964 et auquel André Malraux avait envisagé d’associer les
départements, sans y parvenir. La loi prévoit aussi à titre expérimental la possibilité pour les
régions ou les départements de gérer les crédits consacrés à l’entretien ou à la restauration des
édifices classés, ainsi que le transfert aux départements des crédits relatifs au patrimoine rural
non protégé.
L’un des impacts indirects de la décentralisation se manifeste enfin, dans la remise en cause
des prérogatives de l’architecte des bâtiments de France symbole fort de l’administration d’État.
D’une part, dès 1983, la création de la ZPPAU s’est accompagnée de l’ouverture d’une
procédure d’appel des avis conformes de l’architecte des bâtiments de France, auprès du préfet
assisté d’un collège régional du patrimoine et des sites. Ce recours potentiel a été élargi en
1997 aux secteurs sauvegardés et aux abords, ces derniers faisant pourtant l’objet d’une
procédure d’appel devant le ministre de la culture, suite à un décret du 9 mai 1995. Cette
capacité de contestation de l’expertise de l’ABF, devant le préfet, initialement réservée au
maire, a été étendue au pétitionnaire par la loi démocratie de proximité en 2002. Après
différentes tentatives législatives infructueuses, la loi de programmation du 3 août 2009, relative
au Grenelle de l’environnement, a ouvert une nouvelle brèche en supprimant l’avis conforme de
l’ABF dans le cadre des ZPPAUP. D’autre part, dans le cadre de l’ordonnance du 8 septembre
2005, les propriétaires des monuments se voient restituer la maîtrise d’ouvrage des travaux de
conservation, tandis qu’en matière de maîtrise d’ouvrage comme de maîtrise d’œuvre, les
privilèges des architectes des bâtiments de France et des architectes en chef des monuments
historiques sont redéfinis de manière restrictive.

On rappellera enfin que l’ordonnance du 20 février 2004 consacrée à la partie législative du


code du patrimoine est venue revaloriser les effets de la mesure d’inscription, au regard de
ceux qui affectent les abords de l’immeuble, en l’alignant sur le classement. D’autre part, celle
du 8 décembre 2005, relative au permis de construire et aux autorisations d’urbanisme,

outil2amenagement.cerema.fr/archive-les-monuments-historiques-mh-vus-par-a673.html 4/16
16/11/2020 ARCHIVE - Les monuments historiques (MH) vus par Maurice Goze (2009) - Outils de l'aménagement
s’efforce
En poursuivant de supprimer
votre navigation lessite,
sur ce superpositions d’avis
vous acceptez dans une
l’utilisation de logique
cookies de normalisation
pour réaliser des du régime de visites.
statistiques En savoir plus Accepter X
d’autorisation de travaux. Toutes deux contribuent à rationaliser et clarifier des procédures qui
s’étaient elles-mêmes stratifiées au fil du temps.
Plus largement, en dépit des conflits qu’ils suscitent autour de l’exercice du droit de propriété,
les monuments historiques mobilisent l’attention d’une population en quête de repères face aux
incertitudes d’une société secouée par les crises associées à la mondialisation. L’exemple des
journées portes ouvertes dans les monuments historiques, lancées par la France en 1984, a été
adopté par de nombreux pays et à inspiré, en 1991, la création par le Conseil de l’Europe des
journées européennes du patrimoine, pratiquées par 49 pays en 2009. Ces évènements
annuellement thématisés, qui ont mobilisé 12 millions de visites en 2008, ont contribué à cette
sensibilisation. Il en est de même des labellisations telles que celle de villes ou pays d’art et
d’histoire, attribuée depuis 1985 par le ministère de la culture ou celle de patrimoine du XX°
siècle qui concerne environ 500 édifices. À fortiori le classement au patrimoine mondial de
l’humanité par l’UNESCO, dont la convention a été adoptée en 1972, est aujourd’hui recherché
comme élément de notoriété pour ses retombées touristiques et sert parfois de moyen de
pression sur les États pour une intervention réglementaire ou financière. Elle développe la
notion de patrimoine universel. En 2009, sont inscrits sur sa liste 14 monuments français ainsi
que des paysages culturels et des villes. Mais cette inscription se heurte au problème de sa
conciliation avec le développement des territoires concernés et leur capacité à satisfaire dans la
durée les critères de qualité exigés, raisons qui ont donné naissance à un comité national
conseillant les ministres sur le choix des candidatures. Par ailleurs, l’échec du référendum sur
l’adoption du nouveau traité européen, afin de favoriser un sentiment d’appartenance à
l’Europe, la France a été à l’initiative de la création d’un label de patrimoine européen, lors des
rencontres de la culture de Grenade d’avril 2006. Il vise à mettre en valeur la dimension
européenne de certains biens culturels des 27 États membres.
Les pratiques professionnelles font aussi l’objet d’évènements tels que, depuis 1988, les
entretiens du patrimoine qui favorisent l’évolution de la doctrine et des techniques
d’intervention.

Au total, longtemps considérés comme relevant d’une intervention strictement régalienne pour
leur reconnaissance et leur préservation, les monuments historiques sont devenus une
préoccupation collective qui s’inscrit dans une conception extensive du patrimoine chargée de
valeurs multiples et élément de cadre de vie.

II - Les monuments classés


1- Le classement

En matière de monuments historiques, le classement est la protection majeure. Les immeubles


ayant fait l’objet d’un classement au titre de la loi du 30 mars 1887 et ceux figurant sur la liste
publiée au journal officiel du 18 avril 1914 sont soumis aux dispositions du code du patrimoine
concernant les monuments historiques. Sont également classés, totalement ou partiellement,
comme monuments historiques « les immeubles dont la conservation présente du point de vue
de l’histoire ou de l’art un intérêt public » ; cela comprend, notamment, les monuments
mégalithiques et les terrains qui renferment des stations ou gisements préhistoriques. De plus,
si nécessaire, les immeubles ne présentant pas un tel intérêt peuvent être classés pour « isoler,
dégager, assainir ou mettre en valeur un immeuble classé au titre des monuments
historiques ».

L’initiative du classement (ou de l’inscription) appartient à l’autorité administrative, mais le


propriétaire d’un bien peut la solliciter tout comme n’importe quelle personne physique ou
morale y ayant intérêt. Cela comprend, notamment, les associations de défense du patrimoine
et les collectivités territoriales.
Une demande de protection est instruite par la DRAC, service de la conservation régionale des
monuments historiques, qui consulte, l’architecte des bâtiments de France, l’architecte en chef
des monuments historiques, le conservateur du patrimoine et la CRPS, laquelle formule un avis
en vue du classement ou de l’inscription. Pour un classement, le dossier est ensuite transmis à
la direction de l’architecture et du patrimoine au ministère de la culture et soumis à la
commission nationale des monuments historiques.
Le classement se fait par arrêté du ministre de la culture pour les immeubles appartenant à
l’État ou à ses établissements publics. Il en est de même, dans le cas des collectivités
territoriales, de leurs établissements publics et de « toute personne autre » sous réserve de leur
consentement. En cas, de désaccord de ces derniers, le classement d’office est prononcé par
un décret en Conseil d’État pris après avis de la commission nationale des monuments
historiques.
Les conditions du classement qui s’imposent aux « personnes autres » sont déterminées par
l’autorité administrative. Toutefois, dans le cas du classement d’office c’est le rôle de la
commission qui précise, notamment, les servitudes et obligations qui en découlent. S’il résulte
de ces servitudes et obligations une modification à l’état ou à l’utilisation des lieux déterminant
un préjudice direct, matériel et certain, une demande d’indemnité peut être produite par le
propriétaire dans les six mois à dater de la notification du décret de classement. À défaut
d’accord amiable, l’indemnité est fixée par le juge de l’expropriation, mais, notamment, si celle-
ci s’avère trop onéreuse, le Premier Ministre peut ne pas donner suite au classement d’office en
abrogeant le décret de classement dans un délai de trois mois.
Par ailleurs, trois types de mesures conservatoires peuvent être prises dans l’attente d’un
éventuel classement.
D’une part, le préfet peut décider d’inscrire un monument en attendant son classement.
D’autre part, lorsque la conservation d’un immeuble est menacée, le ministre peut, sans
formalités, notifier au propriétaire une instance de classement au titre des monuments
historiques. Elle produit les mêmes effets que le classement pendant douze mois au terme
desquels ces effets cessent s’il n’est pas pris de décision de classement.
Enfin, l’autorité administrative peut prendre une instance d’expropriation sur un immeuble non
classé. À compter de la notification au propriétaire de l’intention d’exproprier, celle-ci produit
tous les effets du classement qui cessent de s’appliquer si la déclaration d’utilité publique
n’intervient pas dans les douze mois. Lorsque l’utilité publique est déclarée l’immeuble peut être
classé sans autre formalité. À défaut de classement, l’immeuble demeure provisoirement
soumis aux effets du classement qui cessent trois mois après la déclaration d’utilité publique si

outil2amenagement.cerema.fr/archive-les-monuments-historiques-mh-vus-par-a673.html 5/16
16/11/2020 ARCHIVE - Les monuments historiques (MH) vus par Maurice Goze (2009) - Outils de l'aménagement
l’administration
En poursuivant n’a sur
votre navigation pas ce
poursuivi l’obtention
site, vous acceptezdul’utilisation
jugement de d’expropriation.
cookies pour réaliser des statistiques de visites. En savoir plus Accepter X
Un immeuble classé peut être totalement ou partiellement déclassé par un décret en Conseil
d’État, sur proposition de l’autorité administrative ou de son propriétaire.
Les mesures de classement ou d’inscription au titre des monuments historiques constituent des
servitudes d’utilité publique et figurent donc obligatoirement en annexe des documents
d’urbanisme.

2- Les Effets du classement en matière de travaux

Un immeuble classé au titre des monuments historiques ne peut être détruit ou déplacé, même
en partie, ni être l’objet d’un travail de restauration, de réparation ou de modification
quelconque, sans autorisation du préfet de région ou du ministre, si celui-ci a décidé d’évoquer
le dossier. La décision d’autorisation peut être assortie de prescriptions, de réserves ou de
conditions permettant aux services de l’Etat chargés des monuments historiques d’assurer le
contrôle scientifique et technique des travaux.
Depuis le 1° octobre 2007, les travaux sur les immeubles classés sont dispensés des permis et
déclarations au titre du code de l’urbanisme mais sont soumis à autorisation au titre du code du
patrimoine. Cette autorisation ne tient cependant pas lieu des autres autorisations ou accords
exigibles au titre d’autres législations.
La demande et le dossier qui l’accompagne sont adressés au service départemental de
l’architecture et du patrimoine qui transmet sans délai deux exemplaires de la demande et du
dossier au préfet de région pour examen au titre du code du patrimoine et, lorsque les travaux
requièrent son accord, un exemplaire à l’autorité compétente pour statuer sur les demandes de
permis de construire (Maire ou préfet de département selon les cas). La demande est instruite
par la DRAC/conservation régionale des monuments historiques (CRMH) qui effectue la
synthèse de l’ensemble des observations reçues, après concertation si nécessaire, et propose
la décision d’autorisation au préfet de région. Sous réserve du contrôle de légalité, la décision
prend obligatoirement en compte les prescriptions éventuellement formulées par l’autorité
compétente en matière d’urbanisme. Si cette autorité a refusé son accord, la décision ne peut
être que négative.
Si des travaux de réparation ou d’entretien sont jugés indispensables à la conservation des
monuments classés au titre des monuments historiques n’appartenant pas à l’Etat, le préfet de
région peut toujours les faire exécuter par les soins de son administration et aux frais de l’Etat,
avec le concours éventuel des intéressés.
Indépendamment de cela, lorsque la conservation d’un immeuble classé au titre des
monuments historiques est gravement compromise par l’inexécution de travaux de réparation
ou d’entretien, le ministre peut, après avis de la Commission nationale des monuments
historiques, mettre en demeure le propriétaire de faire procéder aux dits travaux dans un délai
déterminé. L’État supporte une part de la dépense qui ne peut être inférieure à 50 %. La mise
en demeure notifiée au propriétaire précise le niveau et les modalités de versement de la part
de l’Etat.
Le propriétaire peut contester le bien-fondé de la mise en demeure par un recours suspensif
devant le tribunal administratif qui statue sur le litige. Le juge peut, le cas échéant, après
expertise, ordonner l’exécution de tout ou partie des travaux prescrits par l’administration.
Si le propriétaire ne se conforme pas à la décision du juge ou à la mise en demeure de l’autorité
administrative, s’il ne l’avait pas contestée, l’administration peut soit exécuter d’office les
travaux, soit poursuivre l’expropriation de l’immeuble au nom de l’Etat. En retour, si les travaux
sont exécutés d’office, le propriétaire peut solliciter l’Etat d’engager la procédure
d’expropriation. Cette requête ne suspend pas l’exécution des travaux. L’Etat fait connaître sa
décision dans un délai de six mois. Si l’autorité administrative a décidé de poursuivre
l’expropriation au nom de l’Etat, une collectivité territoriale ou un établissement public peut
choisir de se substituer à l’Etat comme bénéficiaire, avec l’accord de cette autorité.
En cas d’exécution d’office des travaux, le propriétaire est tenu de rembourser à l’Etat le coût
des travaux exécutés par celui-ci, dans la limite de la moitié de son montant. L’autorité
administrative peut échelonner le recouvrement de la créance sur une durée de quinze ans au
plus, les sommes dues portant intérêt au taux légal à compter de la notification de leur montant
au propriétaire. Toutefois le propriétaire peut saisir le tribunal administratif qui au vu de ses
moyens financiers pourra modifier l’échelonnement des paiements dans la limite des quinze
ans. En cas de mutation de l’immeuble à titre onéreux, la totalité des sommes restant dues
devient immédiatement exigible à moins que l’autorité administrative n’ait accepté la
substitution de l’acquéreur dans les obligations du vendeur. À la diligence de l’Etat, une
hypothèque légale est inscrite sur l’immeuble que le propriétaire peut toujours abandonner à
l’Etat pour s’exonérer de sa dette.
L’exécution des travaux urgents de consolidation dans les immeubles classés au titre des
monuments historiques ou des travaux de réparation ou d’entretien faute desquels la
conservation des immeubles serait compromise peut nécessiter l’occupation temporaire de ces
immeubles ou des immeubles voisins. À défaut d’accord avec les propriétaires, le préfet peut, si
nécessaire, autoriser cette occupation jusqu’à six mois. En cas de préjudice causé, elle donne
lieu à une indemnité.

3- Servitudes, expropriation et aliénation

Les servitudes légales qui peuvent causer la dégradation des monuments ne sont pas
applicables aux immeubles classés au titre des monuments historiques et aucune servitude ne
peut être établie par convention sur un immeuble classé sans l’agrément de l’autorité
administrative.
Nul ne peut acquérir de droit par prescription sur un immeuble classé au titre des monuments
historiques.

L’autorité administrative, au nom de l’Etat, ou les collectivités territoriales, peuvent toujours


poursuivre l’expropriation d’un immeuble déjà classé au titre des monuments historiques ou
soumis à une instance de classement, en raison de l’intérêt public qu’il offre au point de vue de
l’histoire ou de l’art.
Elles peuvent aussi exproprier les immeubles dont l’acquisition est nécessaire pour isoler,
dégager, assainir ou mettre en valeur un immeuble classé au titre des monuments historiques
ou soumis à une instance de classement, ou qui se trouvent situés dans le champ de visibilité
d’un tel immeuble. Les effets du classement s’appliquent de plein droit à l’immeuble visé à

outil2amenagement.cerema.fr/archive-les-monuments-historiques-mh-vus-par-a673.html 6/16
16/11/2020 ARCHIVE - Les monuments historiques (MH) vus par Maurice Goze (2009) - Outils de l'aménagement
compter
En poursuivant du jour oùsur
votre navigation l’autorité
ce site,administrative
vous acceptez notifie au propriétaire
l’utilisation d’un
de cookies immeuble
pour non statistiques
réaliser des classé au de visites. Accepter X
En savoir plus
titre des monuments historiques son intention d’en poursuivre l’expropriation mais cessent de
s’appliquer si la déclaration d’utilité publique n’intervient pas dans les douze mois de cette
notification. Lorsque l’utilité publique a été déclarée, l’immeuble peut être classé au titre des
monuments historiques sans autres formalités par décision de l’autorité administrative. À défaut
de décision de classement, l’immeuble demeure néanmoins provisoirement soumis à tous les
effets du classement. Ces effets cessent si, dans les trois mois de la déclaration d’utilité
publique, l’administration ne poursuit pas l’obtention du jugement d’expropriation.
Un immeuble classé au titre des monuments historiques ou proposé pour le classement ne peut
être compris dans une enquête aux fins d’expropriation pour cause d’utilité publique qu’après
que l’autorité administrative ait été appelée à présenter ses observations.

Les immeubles classés au titre des monuments historiques et expropriés peuvent être cédés de
gré à gré à des personnes publiques ou privées qui s’engagent à les utiliser aux fins et dans les
conditions prévues au cahier des charges annexé à l’acte de cession. En cas de cession à une
personne privée, le principe et les conditions de la cession sont approuvés par décret en
Conseil d’Etat, l’ancien propriétaire ayant été mis en mesure de présenter ses observations.
L’immeuble classé au titre des monuments historiques qui appartient à l’Etat, à une collectivité
territoriale ou à un établissement public, ne peut être aliéné qu’après que l’autorité
administrative compétente a été appelée à présenter ses observations dans les deux mois
après la notification. Sans l’accomplissement de cette formalité, elle peut faire prononcer la
nullité de l’aliénation consentie dans un délai de cinq ans.

III- Les monuments inscrits


Introduite par la loi du 23 juillet 1927 comme palliatif à la lenteur de la procédure classement,
l’inscription à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques est devenue une
procédure autonome matérialisant à titre conservatoire un droit de regard de l’administration
chargée des monuments historiques. Toutefois l’ordonnance du 8 septembre 2005 a aligné le
régime des immeubles inscrits sur celui des immeubles classés. Ainsi, sauf lorsque les travaux
ne nécessitent pas une autorisation d’urbanisme, elle met fin au paradoxe qui faisait que les
contraintes étaient plus fortes pour les immeubles ordinaires situés dans le champ de visibilité
d’un monument inscrit que sur celui-ci.

1- L’inscription

Peuvent être inscrits, à toute époque, au titre des monuments historiques par décision du
préfet, les immeubles ou parties d’immeubles publics ou privés qui, sans justifier une demande
de classement immédiat au titre des monuments historiques, présentent un intérêt d’histoire ou
d’art suffisant pour en rendre désirable la préservation.
Il est également possible d’inscrire tout immeuble nu ou bâti situé dans le champ de visibilité
d’un immeuble déjà classé ou inscrit au titre des monuments historiques.
Les monuments mégalithiques, les stations préhistoriques ainsi que les terrains qui renferment
des champs de fouilles pouvant intéresser la préhistoire, l’histoire, l’art ou l’archéologie sont,
notamment, compris parmi les immeubles susceptibles d’être inscrits au titre des monuments
historiques.
Comme pour le classement, l’initiative peut être prise par l’autorité administrative ou toute
personne physique ou morale y ayant un intérêt. Le dossier suit localement le même parcours
et la décision d’inscription est prise par le préfet de région. À titre exceptionnel, l’inscription
résulte d’un arrêté ministériel lorsque le bien fait l’objet pour partie d’une mesure de classement
ou lorsqu’elle est recommandée par la commission nationale des sites et du patrimoine.
La radiation d’un monument inscrit est expressément prévue par le décret du 30 mars 2007.
Elle s’effectue selon la même procédure et dans les mêmes formes que l’inscription.

2- Effets de l’inscription

L’inscription au titre des monuments historiques est notifiée aux propriétaires et entraîne pour
eux l’obligation de ne procéder à aucune modification de l’immeuble ou partie de l’immeuble
inscrit, sans avoir, quatre mois auparavant, avisé l’autorité administrative de leur intention et
indiqué les travaux qu’ils se proposent de réaliser.
Lorsque ces constructions ou ces travaux sont soumis à permis de construire, à permis de
démolir, à permis d’aménager ou à déclaration préalable, la décision accordant le permis ou la
décision de non-opposition ne peut intervenir sans l’accord du préfet de région (DRAC) sur avis
conforme de l’ABF.
Les autres travaux envisagés sur les immeubles inscrits au titre des monuments historiques ne
peuvent être entrepris sans la déclaration préalable adressée au SDAP. Le préfet de région ne
peut s’opposer à ces travaux qu’en engageant la procédure de classement, ou le ministre une
instance de classement, au titre des monuments historiques.
Les travaux d’entretien ou de réparation ordinaire sont dispensés du permis de construire.
Les travaux sur les immeubles inscrits sont exécutés sous le contrôle scientifique et technique
des services de l’État chargés des monuments historiques.
L’État peut subventionner, dans la limite de 40 % de la dépense effective, les travaux d’entretien
et de réparation que nécessite la conservation des immeubles ou parties d’immeubles inscrits
au titre des monuments historiques.

IV- Maîtrise d’ouvrage, maîtrise d’œuvre, dispositions communes


1- Maîtrise d’ouvrage

En dérogation au principe selon lequel il appartient au propriétaire d’assurer la conservation de


son bien, l’État considérait que, lorsqu’il participait au financement des travaux sur des
immeubles classés ou inscrits, ces travaux devaient se dérouler sous sa maîtrise d’ouvrage et
pas seulement sous son contrôle. L’ordonnance du 8 septembre 2005 et le décret 2009 748 du
22 juin 2009 ont remis en cause cette interprétation dans une mouvance européenne
contestant le monopole des ACMH pour la restauration et des ABF pour les travaux d’entretien.
Désormais, le propriétaire ou l’affectataire domanial a la responsabilité de la conservation du
monument historique classé ou inscrit qui lui appartient ou lui est affecté et il est le maître

outil2amenagement.cerema.fr/archive-les-monuments-historiques-mh-vus-par-a673.html 7/16
16/11/2020 ARCHIVE - Les monuments historiques (MH) vus par Maurice Goze (2009) - Outils de l'aménagement
d’ouvrage
En poursuivant des travaux
votre navigation sur sur l’immeuble
ce site, classé ou
vous acceptez inscrit si de
l’utilisation lescookies
conditions deréaliser
pour la remise
desen dotation de visites.
statistiques Accepter X
En savoir plus
le prévoient. L’administration assure un contrôle scientifique et technique.
Toutefois, en cas de travaux complexes ou lorsque ses ressources sont insuffisantes, le
propriétaire, personne privée ou collectivité locale à faible potentiel fiscal, peut à sa demande
bénéficier d’une assistance technique à maîtrise d’ouvrage gratuite totale ou partielle. Celle-ci
pourra aussi lui être apportée à titre onéreux, évaluée à coûts réels, en cas de carence de
l’offre privée ou publique, dans la limite des disponibilités des services de l’État. Les demandes
sont instruites par la DRAC pour décision du préfet de région et une convention signée avec le
propriétaire ou l’affectataire domanial définit les modalités de l’assistance.

2- Maîtrise d’œuvre

En matière de maîtrise d’œuvre, le décret N°2009-749 du 22 juin 2009 établit une distinction
selon la nature des travaux, réparation, restauration, modification, portant sur les immeubles
classés.
Les travaux de réparation sur les immeubles classés appartenant à l’État et remis en dotation
ou mis à disposition d’un de ses établissements publics sont déterminés par l’architecte des
bâtiments de France territorialement compétent. Mais pour les autres immeubles classés,
appartenant au privé ou aux collectivités, la maîtrise d’œuvre est confiée à un architecte titulaire
de diplômes agréés. La maîtrise d’œuvre ne revient à l’ABF qu’en cas de péril ou de carence de
l’offre privée ou publique. Les règles sont les mêmes, en matière de restauration, pour les
immeubles appartenant à l’État au profit de l’ACMH. Pour les autres immeubles classés, la
maîtrise d’œuvre peut être assurée soit par un ACMH, soit par un architecte ayant les
qualifications nécessaires ressortissant d’un Etat membre de la Communauté européenne ou
d’un autre Etat partie à l’accord sur l’Espace économique européen, résidant dans l’un de ces
Etats. L’ACMH peut être conduit à pallier une éventuelle carence de l’offre publique ou privée.
En matière de modification, le décret distingue les travaux neufs accessoires des travaux neufs
prépondérants. Si ces derniers sont de nature à avoir un impact sur l’intérêt protégé de
l’immeuble les services de l’État définissent les contraintes architecturales et historiques à
respecter.
Le décret N°2009-750 du 22 juin 2009 organise le contrôle scientifique et technique des
services de l’État sur la conservation des monuments historiques classés ou inscrits. Il s’agit,
d’une part, de vérifier périodiquement l’état des monuments historiques et les conditions de leur
conservation de façon que leur pérennité soit assurée, d’autre part de vérifier et garantir que les
interventions sur les biens classés ou inscrits ne portent pas atteinte à l’intérêt d’art ou d’histoire
ayant justifié leur protection et ne compromettent pas leur bonne conservation en vue de leur
transmission aux générations futures. Les propriétaires ou les affectataires sont tenus de
permettre aux agents de ces services d’accéder aux lieux.

3- Affichage

Dans le cadre de l’instruction des demandes d’autorisation de travaux sur les immeubles
classés ou des demandes d’accord de travaux sur les immeubles inscrits, l’autorité
administrative chargée des monuments historiques peut autoriser l’installation de bâches
d’échafaudage comportant un espace dédié à l’affichage, par dérogation à l’article L. 581-2 du
code de l’environnement. Les recettes perçues par le propriétaire du monument pour cet
affichage sont affectées par le maître d’ouvrage au financement des travaux.

4- Mutation, aliénation

En cas de mutation d’un immeuble classé ou inscrit, les études et les documents afférents aux
travaux de conservation ou de restauration réalisés sur cet immeuble doivent être transmis par
l’ancien propriétaire ou affectataire domanial au nouveau .
Lorsqu’un immeuble est classé ou inscrit, celui qui l’aliène est tenu de faire connaître ce statut
au futur acquéreur, dans les délais prévus, car les effets du classement ou de l’inscription au
titre des monuments historiques suivent l’immeuble ou la partie d’immeuble en quelques mains
qu’il passe. Il doit par ailleurs notifier l’aliénation à l’autorité administrative.
En matière de donation ou de succession, lorsqu’un immeuble classé ou inscrit au titre des
monuments historiques est affecté d’une clause d’inaliénabilité, l’évaluation de l’immeuble est
diminuée des charges, y compris d’entretien, nécessaires à sa préservation durant toute la
durée de la clause.

V- Immeubles adossés et champ de visibilité


1- Immeubles adossés

Comme pour les monuments inscrits il convient de distinguer deux cas de figures pour la
création ou la modification d’un immeuble adossé à un immeuble classé.
Lorsque les constructions ou travaux sont soumis à permis de construire, à permis de démolir, à
permis d’aménager ou à déclaration préalable, la décision accordant le permis ou la décision de
non-opposition ne peut intervenir sans l’accord du préfet de région sur avis conforme de l’ABF.

Lorsque les travaux ne sont pas soumis à ces permis ou déclaration préalable du code de
l’urbanisme, mais sont de nature à affecter la bonne conservation de l’immeuble classé, ils ne
peuvent être réalisés sans autorisation du préfet de région, selon une procédure identique à
celle des immeubles classés.

Les autres travaux sont considérés comme des travaux portant sur des immeubles situés dans
le champ de visibilité du monument et sont donc soumis à l’autorisation du préfet de
département après avis de l’ABF.

2- Champ de visibilité et périmètres d’ajustement des abords

L’environnement d’un monument historique est partie intégrante de sa mise en valeur. À ce titre,
depuis la loi du 25 février1943, le classement ou l’inscription d’un monument historique donne
automatiquement naissance à une servitude de protection appelée champ de visibilité ou
abords et placée sous la surveillance de l’ABF. La publication au recueil des actes administratifs
de la décision d’inscription d’un monument historique permet une opposabilité aux tiers plus

outil2amenagement.cerema.fr/archive-les-monuments-historiques-mh-vus-par-a673.html 8/16
16/11/2020 ARCHIVE - Les monuments historiques (MH) vus par Maurice Goze (2009) - Outils de l'aménagement
rapide de cette servitude d’abords, sans attendre la publication au journal officiel qui s’effectue
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites. En savoir plus Accepter X
par liste de monuments. Est considéré comme situé dans le champ de visibilité d’un immeuble
classé ou inscrit tout autre immeuble, nu ou bâti, visible du premier ou visible en même temps
que lui et situé dans un « périmètre » (en réalité un rayon) de 500 mètres. Les parties internes
d’un immeuble ne génèrent donc pas ce type de servitude lorsque ce sont elles qui font l’objet
de la protection.

L’ABF veille à ce qu’il n’y ait pas d’atteinte visuelle grave au monument, aux perspectives qui
s’ouvrent vers lui ou à son environnement végétal ou urbain et son appréciation se fait donc
selon un critère spatial et un critère de covisibilité.

L’automaticité de ce périmètre couvrant quasiment 8 hectares (82 800 m2), qualifié de « rond
bête et méchant » par des parlementaires lors de la décentralisation, a progressivement appelé
la création de procédures permettant d’en rationaliser l’étendue, voire les effets.

La ZPPAUP comme ressource :


Même si elle peut être mise en œuvre en l’absence de monuments historiques, depuis 1983, la
création d’une ZPPAUP représente l’adaptation la plus ambitieuse, particulièrement utile en cas
d’enchevêtrement de périmètres d’abords et de sites de la loi de 1930. Cette servitude d’utilité
publique résulte d’une négociation entre l’État et la commune ou l’intercommunalité à laquelle il
est recommandé de faire participer le public, même si aucune disposition n’est directement
prévue par les textes, mis à part une enquête publique. Il en résulte une doctrine de protection
qui fait cohabiter des prescriptions impératives et des recommandations. Élaborée avec sa
participation, cette doctrine lie l’ABF dans ses avis ultérieurs qui gagnent en prévisibilité. (Voir la
fiche consacrée à la ZPPAUP).

Le décret du 30 mars 2007 transfère à la commune ou à l’intercommunalité la compétence de


création de la ZPPAUP, après accord de l’État. Il prévoit explicitement des modalités de
modification en plus de la révision possible de cet outil dont la vocation de gestion globale et
qualitative du territoire concerné dans ses diverses dimensions architecturale, patrimoniale,
paysagère, urbaine et environnementale résulte de l’extension de son champ au paysage en
1993.

À la différence d’un plan de sauvegarde et de mise en valeur d’un secteur sauvegardé, les
règles définies par une ZPPAUP ne sont pas applicables aux monuments eux-mêmes. Par
contre, comme le PSMV, elles suspendent les effets de leurs servitudes de protection du champ
de visibilité, y compris pour les parties situées hors du périmètre de la ZPPAUP. En cas
d’annulation de l’un ou l’autre de ces instruments, les servitudes d’abords sont
automatiquement rétablies.

Les périmètres de protection adaptés ou modifiés :


Par ailleurs, l’architecte des bâtiments de France peut proposer d’étendre ou de réduire les
périmètres automatiques des champs de visibilité pour mieux tenir compte de la nature et de
l’environnement d’un monument dans deux cas de figures.

Tout d’abord, lorsque des mesures nouvelles d’inscription, de classement ou d’instance


de classement sont retenues pour un immeuble non encore protégé, l’ABF peut proposer
« un périmètre de protection adapté ». Cette proposition peut également concerner
l’environnement des parcs et jardins historiques. Les propositions respectives de
protection de l’immeuble et de périmètre de protection adapté sont présentées
conjointement à la commission régionale du patrimoine et des sites (CRPS) qui rend
deux avis distincts. Si ces deux avis sont favorables, le périmètre de droit commun de
500 mètres s’applique dans l’attente que le périmètre adapté soit créé par arrêté
préfectoral, après enquête publique, ou par décret en Conseil d’État après avis de la
commission nationale des monuments historiques en cas de désaccord de la commune
sur une extension. L’accord de la commune n’est pas obligatoire pour une réduction,
mais il peut être recherché. Cette phase transitoire où s’applique le périmètre de droit
commun rend délicate la prise d’avis de l’ABF sur des immeubles qui ne figureront plus
ultérieurement dans le périmètre adapté.

D’autre part, l’ABF peut proposer à tout moment la modification d’un périmètre de
protection existant. Une réduction a alors le plus souvent pour objet d’optimaliser la
tâche de contrôle de l’ABF en la réservant aux lieux où elle est indispensable. Une
extension cherche à rendre plus pertinente la préservation en désignant des ensembles
d’immeubles bâtis ou non, notamment dans les cas où la perception à grande échelle
doit être favorisée, sauf lorsque la création d’une ZPPAUP s’avèrerait plus utile. Dans
cette procédure, l’avis de la CRPS n’est pas requis, mais la circulaire N° 2007/008 du 4
mai 2007 recommande de lui soumettre les projets.

Si la ou les communes ont donné leur accord, la modification du périmètre de protection est
prononcée par arrêté du préfet de département, après enquête publique. Lorsque la proposition
intervient à l’occasion de l’élaboration, de la révision ou de la modification d’un PLU ou d’une
carte communale, leur approbation emporte modification du périmètre. En cas de désaccord, de
la ou des communes concernées, l’adoption se fait par décret en Conseil d’État après avis de la
commission nationale des monuments historiques.

En cas de proximité de plusieurs monuments historiques concernés, l’enquête publique peut


être conjointe et l’arrêté unique du préfet doit comporter un article spécifique à chaque
monument.
Pour les deux types de périmètres, l’enquête publique est celle prévue par les articles L. 123-1
et suivants du code de l’environnement.
Comme une ZPPAUP ou un champ de visibilité classique, le tracé de ces périmètres est
annexé au plan local d’urbanisme en tant que servitude d’utilité publique

3- Effets des servitudes d’abords sur les immeubles

Un immeuble situé dans le champ de visibilité d’un édifice classé ou inscrit au titre des
monuments historiques, ne peut faire l’objet d’aucune construction nouvelle, d’aucune
démolition, d’aucun déboisement, d’aucune transformation ou modification de nature à en

outil2amenagement.cerema.fr/archive-les-monuments-historiques-mh-vus-par-a673.html 9/16
16/11/2020 ARCHIVE - Les monuments historiques (MH) vus par Maurice Goze (2009) - Outils de l'aménagement
affecter
En poursuivant votre l’aspect,
navigationsans
sur une autorisation
ce site, préalable.
vous acceptez Il en est
l’utilisation dede mêmepour
cookies pourréaliser
les immeubles situés de visites.
des statistiques Accepter X
En savoir plus
dans le champ de visibilité d’un parc ou d’un jardin classé ou inscrit ne comportant pas
d’édifice, délimité par un périmètre de protection adapté ou modifié.

Cette autorisation préalable s’impose aussi bien pour des propriétaires privés que des
collectivités et établissements publics.

Si l’immeuble est classé au titre des monuments historiques, l’autorisation est délivrée par le
préfet de région après consultation éventuelle de l’autorité compétente pour statuer sur les
demandes de permis. Si l’immeuble n’est pas classé, le permis de construire, le permis de
démolir, le permis d’aménager ou l’absence d’opposition à déclaration préalable tient lieu de
l’autorisation si l’architecte des Bâtiments de France a donné son accord.

Les travaux soumis à permis de construire, permis de démolir, permis d’aménager ou


déclaration préalable et portant sur des immeubles inscrits ou des immeubles adossés à des
immeubles classés ne sont soumis qu’à l’accord de l’ABF.

La procédure d’appel des avis de l’ABF :


Apparue en 1983 avec les ZPPAU, une procédure d’appel des avis de l’ABF devant le Préfet de
Région s’est progressivement étendue aux autres espaces protégés. Initialement réservée à
l’autorité chargée des décisions d’urbanisme, elle bénéficie également au pétitionnaire suite à la
loi démocratie de proximité de 2002.

Lorsque soit le pétitionnaire, soit le maire ou l’autorité administrative compétente pour délivrer le
permis de construire, le permis d’aménager ou le permis de démolir ou ne pas s’opposer à la
déclaration préalable, sont en désaccord avec l’avis émis par l’ABF, le préfet de région émet,
après consultation de la section de la CRPS, un avis qui se substitue à celui de l’ABF.

Le recours du pétitionnaire s’exerce à l’occasion du refus d’autorisation de travaux. Si le préfet


de région infirme l’avis de l’ABF, le maire ou l’autorité administrative compétente est fondé à
délivrer le permis ou ne pas s’opposer à la déclaration préalable.

Le ministre chargé de la culture peut évoquer tout dossier dont l’ABF ou le préfet de région est
saisi. Dès lors, la décision de non-opposition à la déclaration préalable ou la décision accordant
le permis ne peut intervenir qu’avec son accord.

Dans la collectivité territoriale de Corse, ces compétences dévolues au préfet de région sont
exercées par le préfet de Corse.

Lorsqu’elle ne concerne pas des travaux pour lesquels le permis de construire, le permis de
démolir ou le permis d’aménager est nécessaire, la demande d’autorisation est adressée à
l’autorité administrative qui statue après avoir recueilli l’avis de l’ABF. Toutefois, si le ministre
chargé de la culture a décidé d’évoquer le dossier, l’autorisation ne peut être délivrée qu’avec
son accord exprès.

Si l’autorité administrative n’a pas notifié sa réponse aux intéressés dans le délai de quarante
jours à dater du dépôt de leur demande ou si cette réponse ne leur donne pas satisfaction, ils
peuvent former un recours hiérarchique, dans les deux mois suivant la notification de la
réponse du préfet ou l’expiration du délai de quarante jours imparti au préfet pour procéder à
ladite notification.

Ce recours est considéré comme rejeté si la décision de l’autorité administrative n’a pas été
notifiée aux intéressés dans un délai fixé par voie réglementaire à partir de la réception de leur
demande et les auteurs de la demande sont tenus de se conformer aux prescriptions qui leur
sont imposées pour la protection de l’immeuble classé ou inscrit par l’autorité administrative.

VI- Acteurs centraux et déconcentrés des procédures


1- La commission nationale des monuments historiques

Placée auprès du ministre chargé de la culture, elle comprend des personnes titulaires d’un
mandat électif national ou local, des représentants de l’Etat et des personnalités qualifiées. Sa
composition et les modalités de son fonctionnement son déterminées par un décret en Conseil
d’Etat. Elle émet des avis, notamment sur :

le classement d’un immeuble appartenant à une collectivité territoriale où un


établissement public ou tout autre personne (hormis l’État et ses établissements publics)
en cas de désaccord de ces derniers (L. 621-5 et L. 621-6), et, dans les mêmes
conditions, en ce qui concerne les objets mobiliers (L. 622-3 et L. 622-4)
la proposition d’extension d’un périmètre d’abord par l’ABF, en cas de désaccord de la
commune concernée (L. 621-30-1),
les mises en demeure d’exécution de travaux par l’autorité administrative lorsque la
conservation d’un immeuble classé est gravement compromise par leur inexécution.
les programmes, avant-projets ou projets de travaux portant sur des monuments
historiques classés ou inscrits ou relatifs à la création d’oeuvres d’art plastique dans les
monuments historiques classés ou inscrits qui lui sont soumis.

La commission nationale a aussi pour mission d’étudier, avec le concours des services
compétents, et de proposer toutes mesures propres à assurer la protection, la conservation et
la mise en valeur des monuments historiques et de leurs abords.

2- La commission régionale du patrimoine et des sites

Placée auprès du préfet de région, la CRPS comprend des personnalités titulaires d’un mandat
électif national ou local, des représentants de l’Etat et des personnalités qualifiées. Sa
composition, ses attributions et son mode de fonctionnement sont précisés par décret en
Conseil d’Etat. Elle est compétente notamment pour la création des ZPPAUP (L. 642-2). Une
section de la commission régionale du patrimoine et des sites est instituée pour l’examen des
recours engagés contre les avis conformes de l’ABF dans le cadre des abords de monuments

outil2amenagement.cerema.fr/archive-les-monuments-historiques-mh-vus-par-a673.html 10/16
16/11/2020 ARCHIVE - Les monuments historiques (MH) vus par Maurice Goze (2009) - Outils de l'aménagement
historiques (L. 621-31), dans le périmètre des secteurs sauvegardés (L. 641-1), et, jusqu’à la loi
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites. En savoir plus Accepter X
du 3 août 2009, dans le périmètre des ZPPAUP (L. 642-3 ancien).
 La section est présidée par
le préfet de région ou son représentant et comprend des représentants de l’Etat, des
personnalités qualifiées nommées par arrêté du préfet, deux membres élus par chaque conseil
général en son sein et un maire désigné par chaque président de l’association départementale
des maires de région. Ces personnes titulaires d’un mandat électif ne siègent qu’à l’occasion de
l’examen des affaires concernant le département dont ils sont issus.
 Un décret en Conseil
d’Etat détermine les conditions de désignation de ses membres et ses modalités de
fonctionnement.

Le conseil des sites de Corse exerce en Corse les attributions dévolues à la commission
régionale du patrimoine et des sites. Il comprend des membres nommés pour moitié par le
représentant de l’État et pour moitié par le président du conseil exécutif. Sa composition est
fixée par décret en Conseil d’Etat.
 Le conseil est coprésidé par le représentant de l’État et le
président du conseil exécutif de Corse lorsqu’il siège en formation de commission régionale du
patrimoine et des sites.

3- SDAP et DRAC

Les agences des Bâtiments de France, qui avaient été créées après la guerre, ont été
remplacées en 1979 par les services départementaux de l’architecture auxquels le terme de
patrimoine est rajouté en 1996. Les services départementaux de l’architecture et du patrimoine
(SDAP) sont des services déconcentrés du ministère de la culture et de la communication. Ils
interviennent toutefois également pour les ministres chargés de l’équipement, du logement, des
transports, de l’aménagement du territoire ou de l’environnement. Il existe un SDAP par
département regroupant 5 à 20 personnes, architectes urbanistes de l’État (ABF), ingénieurs ou
techniciens des services culturels qui les assistent et personnels administratifs de gestion.
Chaque SDAP est dirigé par un chef de service, le plus souvent un ABF ou parfois un
administrateur civil. Les SDAP assurent des missions de conseil, de contrôle et de
conservation. Le conseil gratuit et indépendant vise la promotion d’une architecture et d’un
urbanisme de qualité s’intégrant durablement dans le milieu environnant. Le contrôle et la
délivrance d’avis porte sur tous les projets qui ont pour effet d’apporter des modifications dans
les espaces protégés, bâtis ou naturels. La conservation concerne les monuments historiques
affectés au ministère de la culture et la maîtrise d’œuvre des travaux d’entretien des édifices
classés au titre des monuments historiques. Ils instruisent les demandes de subvention au
ministère de la culture touchant à ces domaines. En 2009, dans le cadre de la révision générale
des politiques publiques, les SDAP qui étaient rattachés aux préfets rejoignent les DRAC.

Les premières directions régionales des affaires culturelles (DRAC) ont été créées de manière
expérimentale en 1973 avant leur généralisation en 1977. Ce sont des services déconcentrés
du ministère de la culture placés sous l’autorité du préfet de région qui exercent une mission de
conseil et d’expertise auprès des partenaires culturels et des collectivités dans tous les secteurs
d’activité du ministère de la culture, dont le patrimoine, avec le souci de la cohérence d’une
politique globale en région. Elles coordonnent notamment les journées européennes du
patrimoine.

Dans le champ du patrimoine leur mission a trait à l’étude la conservation la promotion et la


mise en valeur du patrimoine archéologique et des monuments historiques mais aussi du
patrimoine ethnologique en région. Elles participent à l’inventaire général du patrimoine
national.

4- ACMH et ABF

Statuts de l’ACMH et de l’ABF

Les architectes en chef des monuments historiques (ACMH) sont recrutés par concours depuis
1893, ils sont chargés d’une circonscription depuis 1907 et leur statut d’agent de l’Etat à
exercice libéral au sein de leur propre agence a été adapté au droit communautaire par le
décret 2007-1405 du 28 septembre 2007. Les ACMH sont pairs entre eux et se rassemblent en
une compagnie. On dénombre 53 ACMH en 2009.

Si l’on peut voir dans le surintendant des bâtiments du roi nommé par François Premier
l’ancêtre de l’architecte des bâtiments de France, celui-ci s’inscrit dans la lignée ouverte en
1897. Chaque département est alors doté d’un architecte des monuments historiques, qualifié
« d’ordinaire » en 1907 par distinction avec l’architecte en chef des monuments historiques,
puis, il devient architecte départemental des monuments historiques en 1935, catégorie dont le
corps est mis en extinction en 1946 avec la création des architectes des bâtiments de France.
Les ABF sont des fonctionnaires qui interviennent dans le cadre des services départementaux
de l’architecture et du patrimoine qu’ils dirigent. Leur statut initial de 1946 a été redéfini en 1984
et ils ont été intégrés en 1993 au corps des architectes urbanistes de l’État, dans la spécialité
patrimoine architectural, urbain et paysager, dont le statut a été revu par le décret du 2 juin
2004. Ce corps comprend aussi les urbanistes de l’État apparus en 1962. On compte 170 ABF
en 2009.

Le rôle des ABF s’est enrichi au fil du temps, notamment avec la loi du 31 décembre 1976
portant réforme de l’urbanisme.

En tant qu’experts, les ABF ont une mission mal connue de conseil gratuit et indépendant,
d’assistance technique, de sensibilisation des élus et du public qui contribue au développement
durable.

Toutefois, leur mission patrimoniale focalise plus l’attention par deux types d’action.

La première, qui leur préexistait dès le XIX° siècle, concerne la conservation des monuments
historiques appartenant à l’État, les travaux d’entretien et le suivi des chantiers des monuments
protégés, dirigés par l’architecte en chef des monuments historiques. La seconde concerne les
avis sur les espaces protégés dont les catégories et le nombre se sont multipliés.

Missions de maîtrise d’ouvrage et de maîtrise d’œuvre

outil2amenagement.cerema.fr/archive-les-monuments-historiques-mh-vus-par-a673.html 11/16
16/11/2020 ARCHIVE - Les monuments historiques (MH) vus par Maurice Goze (2009) - Outils de l'aménagement
Au cours des années 2000, ce champ d’activité a été remis en cause, tant en matière de
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites. En savoir plus Accepter X
maîtrise d’ouvrage que de maîtrise d’œuvre.
D’une part, les nouveaux textes ont restitué au propriétaire la maîtrise d’ouvrage sur son bien,
sauf en cas de difficultés financières et de carence de l’offre publique ou privée d’assistance à
maîtrise d’ouvrage. Cela réduit, de fait, les capacités de contrôle de l’État.

D’autre part, dans le champ de la maîtrise d’œuvre, la cour des comptes et la commission des
finances du Sénat avaient contesté, à plusieurs reprises, le fait que les ABF et les ACMH,
parfois concurremment, puissent conduire une activité libérale de travaux sur les monuments
historiques et être juges et parties. La loi SRU du 13 décembre 2000 a interdit que les ABF
exercent les « mission de conception ou de maîtrise d’œuvre pour le compte des collectivités
autres que celles qui les emploient ou au profit de personnes privées dans l’aire géographique
de leur compétence administrative », ce qu’ils pouvaient faire jusque-là, par dérogation aux
règles de cumul de la fonction publique. Les textes récents restreignent l’intervention de l’ABF
pour les travaux de réparation et celle de l’ACMH pour les travaux de restauration en ouvrant,
de plus, le champ d’intervention à la maîtrise d’oeuvre étrangère. Or, le ministère de la culture
s’est construit sur des compétences métiers que ces dispositions risquent de fragiliser en son
sein.

Avis conformes et avis simples de l’ABF en espaces protégés

La deuxième mission patrimoniale des ABF s’est élargie à la prise en compte des questions
d’urbanisme et, peu à peu, de développement durable. Elle se matérialise par la surveillance
des espaces protégés (sites de la loi de 1930, abords des monuments historiques, secteurs
sauvegardés et ZPPAUP) et l’expression d’avis sur les projets les concernant, comme sur les
monuments protégés eux-mêmes. De plus, en ZPPAUP, l’ABF participe à la définition d’une
doctrine de protection que traduit cette servitude d’utilité publique. Dans les secteurs
sauvegardés, il veille à la cohérence des dispositions réglementaires lors de l’élaboration du
plan de sauvegarde et de mise en valeur puis à l’application de celui-ci. Dans les sites, où il est
missionné par le ministère chargé de l’environnement, son avis porte sur différentes
interventions, notamment, les travaux, plantations et abattages afin de préserver le site où le
paysage tel qu’il a été défini au moment de sa protection légale. D’une manière générale, l’ABF
veille à la bonne insertion des constructions neuves et des transformations, notamment aux
critères de covisibilité aux abords des monuments historiques.

Les avis qu’ils délivrent sur les projets des pétitionnaires dans le cadre de leur consultation
obligatoire prévue par les textes peuvent être de deux nature : avis simple ou avis conforme.
L’avis simple ne lie pas l’autorité administrative qui délivre l’autorisation et engage sa
responsbilité, mais fera référence en cas de contentieux. L’avis conforme lie la décision de cette
autorité. Toutefois, en cas de désaccord, des recours non juridictionnels contre cet avis peuvent
êtres introduits, par l’autorité chargée de l’autorisation ou par le pétitionnaire, auprès du préfet
de région qui tranche après consultation de la CRPS. Le ministre de la culture peut par ailleurs
évoquer tout dossier dont l’ABF est saisi. Enfin, un recours devant le tribunal administratif reste
toujours possible.

Environ 400 000 avis sont rendus chaque année par les ABF dont la moitié en avis conformes.
Seulement 5% sont des avis défavorables. Les recours sont rares (un seul en 2006 trois en
2007) et les abus de pouvoir des ABF exceptionnels. En effet, au fil du temps l’obligation de
respecter l’avis a fait l’objet de négociations constructives pour le projet. Mais la nature des
litiges évolue nécessitant d’inventer des solutions acceptables face à des problèmes nouveaux.
À ceux, traditionnels, concernant les volumes, les matériaux, les couleurs, les ouvertures, les
enseignes, l’introduction de l’architecture moderne en milieu historique, sont venus s’ajouter
ceux qui portent sur certains procédés techniques contribuant au développement durable par
les économies d’énergie et la réduction de l’effet de serre (éoliennes, panneaux
photovoltaïques…), difficiles à intégrer, et qui rendent les conflits de légitimité d’autant plus
délicats à trancher. Un des problèmes contemporain est par exemple de traiter le panneau
solaire comme un élément d’architecture en tant que tel.

Ces derniers surgissent souvent du fait de l’engagement pris par certains élus sur des projets
sans concertation préalable avec l’ABF et, parfois, dans l’ignorance des réglementations. Par
ailleurs avec une conception extensive du patrimoine, les espaces protégés couvrent une partie
importante du territoire sans que les moyens humains et budgétaires soient au rendez-vous,
malgré le constat alarmant du Sénat dans son rapport sur l’entretien et la sauvegarde des
monuments mistoriques de juillet 2006. Pourtant le plus souvent, l’ABF apporte une réelle
valeur ajoutée et son avis conforme présente généralement l’avantage de protéger les élus de
proximité des pressions qu’ils subissent tout en gardant la possibilité d’exercer un recours. Ce
ne sera plus le cas dans les ZPPAUP où la loi du 3 août 2009 de programmation relative à la
mise en œuvre du Grenelle de l’environnement a supprimé l’avis conforme en dépit de la
réticence d’associations d’élus locaux et de nombreuses associations de défense du
patrimoine. L’inquiétude des défenseurs de l’avis conforme est double, elle concerne
l’irréversibilité des effets de certaines autorisations dans un domaine sensible et par ailleurs le
risque d’une brèche menaçant les autres champs d’application de l’avis conforme dans un
dispositif juridique qui a fait ses preuves.
Site de l’association nationale des architectes des Bâtiments de France :

5- L’inventaire général du patrimoine culturel

Selon les termes de l’article 95 de la loi n°2004-809 du 13 août 2004, « L’inventaire général du
patrimoine culturel recense, étudie et fait connaître les éléments du patrimoine qui présentent
un intérêt culturel, historique ou scientifique. Sans préjudice des opérations réalisées par l’État
au plan national, la région et la collectivité territoriale de Corse sont chargées, dans leur ressort,
de l’inventaire général du patrimoine culturel ». Ces dernières en ont la pleine et entière
responsabilité scientifique et technique, de la programmation jusqu’à la valorisation. Le décret
d’application n°2005-8835 du 20 juillet 2005 précise les conditions dans lesquelles elles
confient la conduite des opérations d’inventaire général du patrimoine culturel aux collectivités
territoriales ou aux groupements de collectivités qui en font la demande, dans leur ressort.

Dans un souci de « cohérence, de pérennité, d’interopérabilité et d’accessibilité » et de garantie


de la qualité des opérations sur l’ensemble du territoire, l’État exerce le contrôle scientifique et

outil2amenagement.cerema.fr/archive-les-monuments-historiques-mh-vus-par-a673.html 12/16
16/11/2020 ARCHIVE - Les monuments historiques (MH) vus par Maurice Goze (2009) - Outils de l'aménagement
technique sur l’ensemble du territoire, et définit les normes méthodologiques, les vocabulaires.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites. En savoir plus Accepter X
Il assure la diffusion des résultats des opérations et peut réaliser des opérations d’inventaire au
plan national.
Un conseil national de l’inventaire général du patrimoine culturel composé de l’État, des
collectivités territoriales et des milieux scientifiques, émet des avis, procède à des évaluations
et contribue par ses réflexions à l’amélioration des opérations.
Site inventaire

VII- Institutions nationales et internationales


1- Le centre des monuments nationaux

Cet établissement public administratif, placé sous la tutelle du ministre de la culture et de la


communication, conserve, restaure, gère, anime, ouvre à la visite près de 100 monuments
nationaux propriété de l’Etat, ainsi que leurs collections. Il en favorise la connaissance
notamment par l’édition d’ouvrages et de guides. Il permet la fréquentation du public lorsque
celle-ci est compatible avec leur conservation et leur utilisation.

Il contribue à la participation des monuments nationaux à la vie culturelle et au développement


du tourisme, en concertation avec les directions régionales des affaires culturelles, les
collectivités territoriales et les réseaux d’institutions culturelles.

L’abbaye du Mont Saint Michel où les remparts de la cité de Carcassonne donnent une
illustration du patrimoine dont il a la garde.

Par ailleurs, en dérogation au principe qui veut que le propriétaire ou l’affectataire domanial soit
le maître d’ouvrage (L 621-29-2) il peut également se voir confier la maîtrise d’ouvrage des
travaux de restauration sur d’autres monuments historiques appartenant à l’État et affectés au
ministère chargé de la culture.

Outre une subvention du ministère de la culture et de la communication, ses ressources sont


constituées par les dotations de toute personne publique ou privée, le produit des droits
d’entrée et de visites-conférences dans les monuments nationaux, les recettes perçues à
l’occasion des expositions et des manifestations artistiques et culturelles, le produit des droits
de prises de vues et de tournages, les redevances pour service rendu, les dons et legs et toute
autre recette provenant de l’exercice de ses activités. Les ¾ de son budget sont destinés aux
opérations de restauration et d’entretien.

Site des centre des monuments nationaux

2- La cité de l’architecture et du patrimoine

Cet établissement public national à caractère industriel et commercial a pour mission de


promouvoir la connaissance du patrimoine et de l’architecture, leur histoire et leur insertion
dans les territoires, ainsi que la diffusion de la création architecturale tant en France qu’à
l’étranger. Elle participe à la valorisation de la recherche et à la formation des agents publics et
des professionnels du patrimoine et de l’architecture.

Site de la cité de l’architecture et du patrimoine Chaillot

3- La fondation du patrimoine

Créée par la loi n° 96-590 du 2 juillet 1996 relative à la « Fondation du Patrimoine », c’est une
personne morale de droit privé à but non lucratif, soumise aux règles relatives aux fondations
reconnues d’utilité publique. Elle s’appuie sur un réseau de délégués régionaux et
départementaux bénévoles.
Elle a pour but de promouvoir la connaissance, la conservation et la mise en valeur du
patrimoine national mais s’attache tout particulièrement à l’identification, à la préservation et à
la mise en valeur du patrimoine non protégé.
Elle contribue à la sauvegarde des monuments, édifices, ensembles mobiliers ou éléments
remarquables des espaces naturels ou paysagers menacés de dégradation, de disparition ou
de dispersion, qu’elle peut acquérir, si cela est nécessaire à leur sauvegarde. Elle peut apporter
son concours à des personnes publiques ou privées, notamment par subvention, pour
l’acquisition, l’entretien, la gestion et la présentation au public de ces biens, qu’ils bénéficient ou
non des mesures de protection prévues par le code du patrimoine.
Elle peut attribuer au patrimoine non protégé et aux sites un label qui permet au propriétaire de
bénéficier de déductions fiscales à l’occasion de travaux de sauvegarde ou de restauration
(article 156 du code général des impôts).
Elle conclut avec les propriétaires privés d’immeubles bâtis ou non bâtis classés monuments
historiques, inscrits à l’inventaire supplémentaire ou ayant reçu le label, une convention en vue
de la réalisation de travaux de conservation de la totalité ou d’une fraction des parties
protégées de ces immeubles. Dès sa signature, la convention est rendue publique.
La fondation reçoit des dons de particuliers ou d’entreprises qui peuvent être affectés par le
donateur au moment du versement prioritairement à l’une des convention rendue publique. Ces
dons sont déductibles de l’impôt sur le revenu des personnes physiques ou de l’impôt sur les
sociétés
En cas de fonds insuffisants pour la réalisation de projets de restauration dont la maîtrise
d’ouvrage est assurée par une commune ou une association, la fondation peut recueillir par
souscription les sommes nécessaires à l’aboutissement de ces projets.
L’État peut sur demande ou avec l’accord de la fondation exproprier ou préempter un immeuble
déjà classé au titre des monuments historiques ou soumis à une instance de classement, en
raison de l’intérêt public qu’il offre au point de vue de l’histoire ou de l’art. Cette expropriation
peut également s’exercer à l’égard des immeubles dont l’acquisition est nécessaire pour isoler,
dégager, assainir ou mettre en valeur un immeuble classé au titre des monuments historiques
ou soumis à une instance de classement ou qui se trouvent situés dans le champ de visibilité
d’un tel immeuble.
La fondation concourt à l’emploi, à l’insertion, à la formation et à la transmission des savoir-faire
dans les secteurs de la restauration et de la valorisation du patrimoine et des sites.

outil2amenagement.cerema.fr/archive-les-monuments-historiques-mh-vus-par-a673.html 13/16
16/11/2020 ARCHIVE - Les monuments historiques (MH) vus par Maurice Goze (2009) - Outils de l'aménagement
Site de la fondation du patrimoine
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites. En savoir plus Accepter X

4- Le label patrimoine mondial de l’humanité de l’UNESCO

Le label patrimoine mondial est né le 16 novembre 1972 d’une convention de l’organisation


d’une convention des nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO).
Elle affirme la responsabilité des hommes vis-à-vis de ce patrimoine. Pour être inscrits sur la
liste du patrimoine mondial, les sites doivent posséder une valeur exceptionnelle et universelle
et satisfaire à au moins un des critères de sélection régulièrement adaptés par le comité.
Actuellement dix critères sont proposés qui traduisent l’étendue de la notion de patrimoine
mondial. Pour demander l’inscription d’un bien sur la liste du patrimoine mondial, l’État doit
avoir payer sa contribution financière auprès de l’UNESCO, qui tient compte toutefois de ses
ressources, et s’engager à mettre en oeuvre une protection juridique s’il n’en existe pas.
Des radiations de cette liste ont eu lieu à partir de 2007 lorsque le comité a estimé que les
conditions nécessaires n’étaient plus remplies. Elles illustrent dans certains cas les difficultés
de conciliation entre les exigences patrimoniales et la gestion du développement urbain comme
dans le cas de la « vallée de l’Elbe à Dresde » retirée de la liste en 2009, tandis que
« Bordeaux port de la lune », inscrit en 2007, se voyait menacé de radiation en raison de la
nature d’un projet de pont intra-urbain.
En 2009 la liste comporte 890 biens, dont 689 biens culturels, 176 naturels et 25 mixtes. 33
sites français bénéficient du label.
En lui-même, le label n’a pas d’effets protecteurs directs mais connaît des retombées
touristiques considérables et permet un effet de levier pour obtenir des subventions au niveau
national et une éventuelle protection juridique. Ce fut le cas par exemple pour le canal du midi,
qui devint site classé au titre de la loi de 1930, ou pour de la juridiction de Saint-Émilion qui fit
ultérieurement l’objet de la création d’une ZPPAUP.
La préparation d’une candidature locale relayée par l’État suppose une concertation entre la
ville et ses partenaires locaux, l’État et les différentes instances nationales et internationales.
Dans le cas de « Bordeaux port de la lune » l’inscription obtenue en 2007 résulte d’un travail
collectif entamé en 2003.

Site de l’unesco

5- L’ICOMOS

Le Conseil international des monuments et des sites est une organisation internationale non
gouvernementale, composée de professionnels, de représentants de collectivités territoriales,
d’entreprises et d’associations, de professionnels, qui se consacre à la conservation et à la
protection des monuments, des ensembles et des sites du patrimoine culturel (bâtiments, villes
historiques, paysages culturels et sites archéologiques). Il assure la promotion de la théorie, la
méthodologie et la technologie appliquées à la conservation, la protection et la mise en valeur
des monuments et des sites. Ses travaux sont basés sur les principes inscrits dans la charte
internationale de 1964 sur la conservation et la restauration des monuments et des sites, dite
charte de Venise.

Ce réseau mondial d’experts bénéficie des échanges interdisciplinaires de ses 9500 membres,
qualifiés dans le domaine de la conservation, exerçant la profession d’architecte,
d’archéologue, d’urbaniste, d’ingénieur, d’administrateur du patrimoine, d’historien d’art ou
d’archiviste. A titre exceptionnel, la qualité de membre individuel est accordée à d’autres
personnes intéressées aux buts et aux activités de l’ICOMOS.
Ils concourent à l’amélioration de la préservation du patrimoine, aux normes et aux techniques.
L’ICOMOS joue un rôle d’organe consultatif désigné par la Convention du Patrimoine Mondial
de l’UNESCO. Ce sont des rapporteurs de l’ICOMOS qui présentent, devant le Comité du
Patrimoine mondial, les dossiers d’inscription ou les avis sur l’état des biens culturels inscrits,
avec des recommandations s’appuyant sur leurs évaluations.

Site de l’ICOMOS

Textes de référence
Loi du 31 décembre 1913 sur les monuments, historiques, JORF du 4 janvier 1914
Loi n° 2004-1343 du 9 décembre 2004 de simplification du droit, JORF 10 décembre
2004
Loi n°2006-728 du 23 juin 2006 portant réforme des successions et des libéralités, JORF
24 juin 2006
Loi n°2006-1666 du 21 décembre 2006 de finances pour 2007, JORF 27 décembre 2007
Loi n° 2009-967 du 3 août 2009 de programmation relative à la mise en œuvre du
Grenelle de l’environnement, JORF 5 août 2009
Ordonnance n°2004-178 du 20 février 2004 relative à la partie législative du code du
patrimoine, JORF 24 février 2004
Ordonnance n°2005-1128 du 8 septembre 2005 relative aux monuments historiques et
aux espaces protégés, JORF 9 septembre 2005
Ordonnance n° 2005-1527 du 8 décembre 2005 relative au permis de construire et aux
autorisations d’urbanisme, JORF 9 décembre 2005
Décret n°2005-834 du 20 juillet 2005, pris en application de la loi n° 2004-809 du 13 août
2004 relatif aux services chargés des opérations d’inventaire général du patrimoine
culturel
Décret n°2005-835 du 20 juillet 2005 pris en application de l’article 95 de la loi n° 2004-
809 du 13 août 2004 relative aux libertés et responsabilités locales et relatif au contrôle
scientifique et technique de l’État en matière d’inventaire général du patrimoine culturel
et au Conseil national de l’inventaire général du patrimoine culturel
Décret n° 2007-20 du 4 janvier 2007 fixant les modalités du transfert définitif aux régions
des services régionaux de l’inventaire général du patrimoine culturel
Décret n°2007-487 du 30 mars 2007 relatif aux monuments historiques et aux zones de
protection du patrimoine architectural, urbain et paysager

outil2amenagement.cerema.fr/archive-les-monuments-historiques-mh-vus-par-a673.html 14/16
16/11/2020 ARCHIVE - Les monuments historiques (MH) vus par Maurice Goze (2009) - Outils de l'aménagement

En poursuivant votreDécret n° 2009-748


navigation duvous
sur ce site, 22 acceptez
juin 2009l’utilisation
relatif à l’assistance à maîtrise
de cookies pour réaliser d’ouvrage des de visites.
des statistiques En savoir plus Accepter X
services de l’Etat chargés des monuments historiques
Décret n° 2009-749 du 22 juin 2009 relatif à la maîtrise d’œuvre sur les immeubles
classés au titre des monuments historiques
Décret n° 2009-750 du 22 juin 2009 relatif au contrôle scientifique et technique des
services de l’Etat sur la conservation des monuments historiques classés ou inscrits
Circulaire n° 2007/013 du 1er octobre 2007 relative à la réforme du régime des
autorisations de travaux sur les immeubles protégés au titre des monuments historiques,
Circulaire n° 2007/008 du 4 mai 2007 relative à l’application du décret n° 2007-487 du 30
mars 2007 relatif aux monuments historiques et aux zones de protection du patrimoine
architectural, urbain et paysager,
Arrêté du 20 novembre 2007, relatif aux demandes d’autorisations de travaux sur les
monuments historiques et à l’enregistrement des demandes d’autorisations de travaux et
déclarations préalables, JORF 29 février 2008
Arrêté du 9 novembre 2007 précisant les conditions d’affichage de l’autorisation de
travaux sur un immeuble classé au titre des monuments historiques, JORF 30 novembre
2007

Bibliographie
AILLAGON Jean-Jacques
Une nouvelle dynamique pour les politiques de conservation du patrimoine monumental,
Rapport du conseil économique, social et environnemental, Avis et rapports N°32, 2008, 178 p.

AUDRERIE Dominique
La notion et la protection du patrimoine, Paris, Que sais-je ? 1997

AUDRERIE Dominique
Petit vocabulaire du patrimoine culturel et naturel, Confluences, 2003

AUDUC Arlette
La loi de 1905 et le patrimoine, Hommes et migrations, janvier 2006

BADY Jean-Pierre
Les monuments historiques en France, coll. « Que sais-je ? » (n° 2205), Paris, 1985.

BADY Jean-Pierre, SANSON Marc



Patrimoine et décentralisation Paris, Ministère de la culture et de la communication, 2002, 55 P.

BADY Jean-Pierre, SANSON Marc


Réflexions et propositions pour une politique nationale du patrimoine (Etat, collectivités
territoriales et secteur privé). « Commission Patrimoine et décentralisation » Paris : Ministère de
la culture et de la communication, 2002.

BABELON Jean-Pierre et CHASTEL André


La notion de patrimoine, Paris, Liana Levi, 1994,
141 pages.

BERAUD Chantal
Architectes des bâtiments de France, des relations à tisser, Le journal des maires, janvier 2008
P.P. 20-23

BERCÉ Françoise
Des monuments historiques au patrimoine du XVIIIe s. à nos jours, Paris, Flamarion, 2000

Brandi Cesare
Théorie de la restauration, Paris, Éditions du patrimoine, 208 P.

CHOAY Françoise
L’allégorie du patrimoine, Paris, seuil, 1992

Collectif
Façadisme et identité urbaine, Paris, Éditions du patrimoine, 384 P.

Collectif
Patrimoine bâti : préserver, transformer ou détruire ? Constructif N°13 Février 2006

DEBRAY Régis (dir.)


L’abus monumental, actes des entretiens du patrimoine 1998, Fayard, 1999, 439 P.

GAILLARD Yann
Les DRAC et la LOLF : une administration en devenir. Rapport d’information N° 386 (2007-
2008), fait au nom de la commission des finances, déposé au Sénat le 11 juin 2008

GAILLARD Yann
La mission de contrôle sur l’action en matière de patrimoine. Rapport d’information fait au nom
de la commission des Finances, du contrôle budgétaire et des comptes économiques de la
Nation Paris : Sénat, 2001. 378 P.

GONDRAN François
Les architectes des bâtiments de France et la loi de 1913, Les monuments historiques, un
nouvel enjeu ? Actes du colloque international organisé les 29-30 octobre 2003 par les
universités de Limoges et Bordeaux 4, le CRIDEAU et l’IDCE. Paris : L’harmattan, 2004. 2 vol.
(263 p. et 281 p.)

GOZE Maurice
Le nouveau contexte de la décentralisation et ses incidences sur la politique du patrimoine, in
“Patrimoine et développement du coeur des villes”, CUILLIER F. (éditeur), Les débats sur la
ville, tome 5, éditions Confluences, 2003, p.p. 305-317

outil2amenagement.cerema.fr/archive-les-monuments-historiques-mh-vus-par-a673.html 15/16
16/11/2020 ARCHIVE - Les monuments historiques (MH) vus par Maurice Goze (2009) - Outils de l'aménagement
GOZE Maurice
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites. En savoir plus Accepter X
Fin de règne des Architectes des Bâtiments de France ?" Études Foncières, 1997

GOZE Maurice
Ville-Patrimoine et habitat ancien : le syncrétisme des politiques publiques in "L’alchimie du
Patrimoine : discours et politiques", textes coordonnés par LAMY Y., Éditions de la M.S.H.A.,
1996. (p.p.461- 491)

GREFFE Xavier
La valorisation économique du patrimoine. Collection Questions de Culture Paris : la
Documentation française, 2003

Heinich Nathalie
La fabrique du patrimoine : de la cathédrale à la petite cuillère, éditions de la Maison des
sciences de l’homme, collection Ethnologie de la France, 288 P.

LANDEL Pierre Antoine


Invention de patrimoines et construction de territoires, in GUMUCHIAN H., PECQUEUR B.
(dir.), La ressource territoriale, Paris, L’harmattan, PP. 149-157

NACHBAR Philippe
Monuments historiques : une urgence pour aujourd’hui, un atout pour demain Rapport
d’information fait au nom de la commission des affaires culturelles et de la mission
d’information. N°38 (2006-2007), Sénat 2006

PRIEUR Michel, AUDRERIE Dominique (sous la direction)


Les monuments historiques : Un nouvel enjeu ? L’Harmattan, 2004, 262P.

PONSOT Patrick
L’impossible réforme. Faut-il supprimer les monuments historiques? La Tribune de l’art, 20
décembre 2004

POULOT Dominique
Une histoire du patrimoine en Occident, XVIIIe-xxie siècle : du monument aux valeurs, Paris :
Presses universitaires de France (coll. « Le Nœud gordien », 2006

RIEGL, Alois (1905)


Le culte moderne des monuments. Son essence et sa genèse, tr. Jacques
Boulet, Paris, L’Harmattan, 2003

ROUSSO Henry (dir.)


Le regard de l’histoire : l’émergence et l’évolution de la notion de patrimoine au cours du XX°
siècle en France, actes des entretiens du patrimoine 2001, Fayard, 2003, 595 P.

Avantages fiscaux
Le régime fiscal applicable aux immeubles ou parties d’immeubles classés ou inscrits au titre
monuments historiques repose sur trois types d’avantages :
Possibilité d’imputation des déficits fonciers sans limitation sur le revenu global du
propriétaire. Ces charges comprennent les travaux de restauration, de réparation et
d’entretien, de modernisation et d’amélioration, les honoraires d’architectes, les frais de
gardiennage, les intérêts d’emprunts, les primes d’assurance et les taxes foncières. Le
taux et les modalités de déduction de ces charges diffèrent, selon que l’immeuble
procure ou non des recettes et, dans le premier cas, selon qu’il est occupé ou non par
son propriétaire. Depuis 2009 cet avantage est conditionné par un engagement à ne pas
vendre avant quinze ans.
Les immeubles non protégés peuvent se voir appliquer un régime fiscal semblable sous
réserve d’un agrément de 5 ans, renouvelable, par le ministère du budget, en raison de
leur intérêt historique, artistique ou touristique, et de leur ouverture obligatoire au public.
Il en va de même pour les immeubles bénéficiant du label de la fondation du patrimoine.

Exonération des droits de succession et cela, même si l’héritier n’appartient pas à la


famille du détenteur, sous réserve de la signature avec l’État d’une convention
d’engagement d’entretien, de non vente et d’ouverture.

Les contribuables assujettis à l’impôt solidarité sur la fortune peuvent déduire 75% des
dons effectués aux profit des fondations ou d’établissements divers, dans la limite de 500
000 € par an.

Statistiques des monuments historiques et espaces protégés


Le site internet du Ministère de la culture met en ligne un annuaire statistique de la culture
« Chiffes clés » : pour 2014 chapitre « patrimoine et architecture »

HAUT DE PAGE

outil2amenagement.cerema.fr/archive-les-monuments-historiques-mh-vus-par-a673.html 16/16