Vous êtes sur la page 1sur 56

LA REGULATION DES

EMOTIONS

Dr Stéphanie Hahusseau
Modérateur : Dr Christophe André
DES EMOTIONS NEGATIVES ?

zNous en éprouvons tous


zOui même les psys
zOui,
zPas seulement dans certains grands
moments t de
d l’l’existence
i t mais
i aussii ttous
les jours dans la vie quotidienne
IRVIN YALOM

z« Nous sommes tous des compagnons de


souffrance »
LES EMOTIONS
NEGATIVES :
LESQUELLES ?
TRISTESSE
PEUR
COLERE
STRESS
LES EMOTIONS DANS LA VIE

Émotions
positives

Temps

Emotions
négatives
« Restez fidèle à votre stratégie d'investissement! Il
est normal de traverser cette gamme d'émotions
quand on investit.
investit Il faut se rappeler qu'après
qu après la
déprime, l'optimisme revient! »
QU EST CE QUI EST NORMAL ?
C EST QUOI LE BIEN ETRE ?

zLe bien être, c’est un peu plus


d’émotions positives que de
g
négatives
zMais, ce n’est pas un « électro-
émotionnogramme » plat
COMMENT RECONNAÎTRE UNE
EMOTION ?
zC’est une agitation du corps

zune agitation des pensées

zEt une tendance à réagir


REAGIR ET NON PAS AGIR

z Réagir : être poussé à agir de manière


automatique et inconsciente. Apaisement à court
terme + recrudescence émotionnelle à long
terme
{réaction agressive face à colère
{fuite face à la peur
z Agir : effectuer une action volontaire consciente
permettant d’atteindre ses objectifs
PAS COUPABLES

zNous ne sommes pour rien dans les


maltraitances qque nous avons subies dans
l’enfance, ni concernant les événements
de vie catastrophiques qui nous arrivent
arrivent,
ni pour le tempérament dont nous avons
hérité
MAIS RESPONSABLES

zMais nous sommes seuls responsables de


nos émotions,, de l’attention,, du soin et de
la compassion que nous y portons
zSi nous nn’en
en sommes pas responsables
responsables,
qui le sera ?
zSi nous n’en tenons pas compte, qui le
fera ?
L’INTELLIGENCE
L INTELLIGENCE EMOTIONNELLE

z Se responsabiliser de ses émotions, c’est


développer son intelligence émotionnelle
z Celle qui potentialise notre intelligence, qui sert
nos relations avec autrui, celle qui nous aide à
prendre les bonnes décisions, celle qui permet
d’atteindre nos buts, celle qui nous donne
confiance en nous même.
COMMENT DEVELOPPER SON
INTELLIGENCE EMOTIONNELLE ?

zEn ressentant les émotions


négatives
zEn les nommant
zEn les acceptant

Pierre et Lou
POURQUOI AVOIR MAL ? ET SI ON
ZAPPAIT UNE ETAPE ?
1 ON EVITE DE RESSENTIR
1-

zTrouble dissociatif
1 trouble dissociatif
1-
z Un trouble de l’identité, de la conscience,
de la mémoire et de la perception
z On se détache de la réalité
z On se sent engourdi, en dehors
z L’esprit se déconnecte du corps
z Le champ de perception de
l’environnement proche est rétréci
z Les mouvements et les comportements sont
stéréotypés
Trouble dissociatif

S l
zSelon ét
études,
d jjusqu’à
’à 10% d
de lla
population. Prédominance féminine
zContinuum Trouble dissociatif
Pleine conscience
Concerne 10% de la population
z Fréquemment
Fé t associé
ié aux
{ Crises suicidaires,
{ Difficultés de gestion de l'impulsivité
l impulsivité,
{ Syndromes douloureux chroniques,
{ Fibromyalgies
y g
{ aux troubles épileptiques.
z Et aux
{ Troubles de l'humeur,
{ Troubles anxieux, PTSD +++
{ Addictions y compris TCA
{ Troubles de personnalité (bdl +++)
{ Troubles organiques
Que faire lorsque l’on ne ressent
pas ?
Rechercher systématiquement des
q
antécédents traumatiques, c’est-à-
dire des expériences émotionnelles
très intenses ayant créé une
sensibilisation, une peur de l’émotion
2 – ON EVITE DE NOMMER

zAlexithymie
zCcontinuum alexithymie
intelligence émotionnelle
L’alexithymie
L alexithymie, c’est
c est quoi ?

zC’est être émotionnellement sourd


z10 à 20 % de la population
zDavantage d’hommes
ALEXITHYMIE
Définition
Défi iti
• Difficulté à identifier les émotions
• Difficultés
Diffic ltés à e
exprimer
primer les émotions
• Mode de pensée opératoire

Comorbidité
Problèmes de personnalité,
personnalité Dépendances
(toxiques, alcool, alimentaire…)
Problèmes somatiques
Profil des alexithymiques

zRestriction émotionnelle
zInexpressivité
zFroideur
z« machine like »
zIncapacité à créer des liens de
proximité avec autrui
é
zRepérer chez soi l’ennui et l’absence
d’attachement
3 – ON EVITE D ACCEPTER SES
EMOTIONS
zIntolérance aux émotions
CROYANCES DES INTOLÉRANTS
ÉMOTIONNELS
zPeur que l’émotion dure toujours
zPeur de perdre le contrôle des
comportements
zPeur du regard des autres
DUREE DES EMOTIONS
I t
Intensité
ité émotions
é ti

Temps
LOI DE YERKES DODSON
EMOTION SECONDAIRE :
l’émotion à propos de l’émotion

z Peur z De ma tristesse
z Honte z De ma peur
z Colère z De ma colère
z Stress
St z De
D mon stress
t
INTOLERANCE AUX EMOTIONS

Ressentir, nommer, accepter avec


compassion

Corps

Emotions
négatives Pensées

Emotions Réactions
secondaires
QUELQUES EVITEMENTS
EMOTIONNELS
QUELQUES EVITEMENTS
EMOTIONNELS
QUELQUES EVITEMENTS
EMOTIONNELS
COMMENT SE RESPONSABILISER DE
SES SOUFFRANCES ?
zEcrire
zSentir
zNommer
zS’exposer
zTravailler la compassion
ECRIRE CE QUE L ON RESSENT

zAméliore l’humeur
zTransforme notre habitude de nous
considérer comme la dernière roue du
carrosse
zNous permet d’augmenter notre
conscience et notre intelligence
émotionnelles
zTraite notre alexithymie
COMMENT ECRIRE ?

z Les trois colonnes


z Le contexte – les ressentis – ce q
qui nous p
passe
par la tête
z Quotidiennement
z Sans faire l’impasse sur les situations
apparemment anodines
z En repérant d’abord les émotions négatives de
la journée puis les positives
Utiliser des listes d’émotions pour
apprendre à les nommer
zLa
L ttristesse
i t se décline
dé li : cafard,
f d dé
désespoir,
i
blues, morosité …
zPareil pour la colère : énervement,
g
agacement, , fureur,, irritation …
zIdem pour la peur : appréhension, crainte,
terreur
zJoie : gaîté, liesse, avoir la patate…
SENTIR LES EMOTIONS DANS LE
CORPS
zC’est là qu’elles sont réelles
zPermet d’observer
d observer certains décalages
entre nos convictions et la réalité (ex:
situation amoureuse)
COMMENT APPRENDRE A SENTIR
DANS LE CORPS?
z En
E se ffaisant
i t aider
id pour ttraiter
it ses ttraumatismes
ti
( TCC, EMDR…)
z En pensant régulièrement à mettre l’attention
l attention
sur ses sensations physiques
z En pratiquant la pleine conscience de manière
formelle et informelle
z En se centrant régulièrement sur 2 hauts lieux
émotionnels
{Cœur
{Respiration
COMMENT DEVELOPPER L
ACCEPTATION DE SES
SOUFFRANCES ?
z En s’exposant régulièrement aux émotions
z Chaque
q jjour ppendant au moins 20 minutes,
s’isoler, fermer les yeux, se centrer sur
respiration et battements cardiaques
z Choisir une cible et la graduer
z Puis suivre les mouvements de l’attention
l attention sans
chercher à la diriger
COMMENT DEVELOPPER L
ACCEPTATION DE SES
SOUFFRANCES ?
z Accueillir
A illi ttoutt ce quii se passe en nous comme
sensation, émotion, pensée, souvenir, image …
avec bienveillance
z Sans chercher à minimiser les émotions
négatives,
g au contraire, en observant à quel
point l’on souffre là maintenant
z Terminer en re-graduant la cible
z Le lendemain : observer les changements dans
notre quotidien par rapport à d’habitude
CONCLUSION
z De
D par notre
t statut
t t t d’êtres
d’êt humains,
h i nous vivons
i
tous des émotions et nous ne sommes pas
coupables de cela
z A des degrés divers, nous sommes tous
concernés par des problèmes émotionnels
z Nous devons nous responsabiliser de l’écoute
bienveillante et attentive de nos émotions
CONCLUSION

zAinsi,
Ai i nous d deviendrons
i d iintelligent,
t lli t
confiant, souple
zA même d’agir en fonction de nos valeurs
p
profondes
zA même de prendre soin de nous
zA même de nous aimer davantage puis
d’aimer davantage autrui
VIVE LES EMOTIONS !!!
Merci pour votre bienveillante
attention !!!
BIBLIOGRAPHIE
ARTICLES
z Allen
Allen, L
L. B
B., McHugh
McHugh, R R. K
K., & Barlow
Barlow, D
D. H
H. (2008)
(2008). Emotional disorders: A
unified protocol. In D. H. Barlow (Ed.), Clinical handbook of psychological
disorders (4th Ed.). New York: Guilford Press.
z Bagby,
g y R.M., Taylor,
y G.J. & Parker, J.D.A. ((1994).
) The twenty-item
y Toronto
Alexithymia Scale – II: Convergent, discriminant, and concurrent validity.
Journal of Psychosomatic Research, 38, 33-40
z Barlow, D. H., Allen, L. B., & Choate, M. L. (2004). Towards a unified
treatment for emotional disorders.
disorders Behavior Therapy
Therapy, 35
35, 205
205-230
230.
z Baer RA (2003) : Mindfulness training as a clinical intervention : a
conceptual and empirical review. Clinical Psychology, Science and Practice,
10, 125-143.
z Brown
B KW,
KW Ryan
R RM (2003) : Th
The b
benefits
fi off bbeing
i present : mindfulness
i df l
and its role in psychological well-being. Journal of Personality and Social
Psychology, 84, 822-48.
z Cabanac M (2002): What is emotion ? Behav Processes, 60, 2, 69 69-83.
83.
Articles
z Campbell
Campbell-Sills,
Sills LL. & Barlow
Barlow, DD.H.
H (2007)
(2007). Incorporating emotion
regulation into conceptualizations and treatments of anxiety and
mood disorders. In J.J. Gross (Ed., pp. 542-560) Handbook of
g
emotion regulation. New York: Guilford Press.
z CiarrochiJ & al (2003) : Relations between social and emotional
competence and mental health : a construct validation study.
Personality and Individual Differences, 35, 8, 1947-63.
z Dell PF. (1998) : Axis II pathology in outpatients with dissociative
identity disorder. J Nerv Ment Dis;186:352-6.
z Foote B, Smolin Y, Kaplan M, Legatt ME, Lipschitz D (2006) :
P
Prevalence
l off dissociative
di i ti didisorders
d iin psychiatric
hi t i outpatients.
t ti t Am A J
Psychiatry 163, 5, 623-9
z Hayes, A.M., & Feldman, G. (2004).Clarifying the construct of
mindfulness in the context of emotion regulation and the process of
change in therapy. Clinical Psychology: Science and Practice, 11,
255-262.
Articles
z Levitt
Levitt, J.T.,
J T Brown,
Brown TT.A.,
A Orsillo
Orsillo, S
S.M.,
M & Barlow
Barlow, D
D.H.
H (2004)
(2004). The effects of
acceptance versus suppression of emotion on subjective and
psychophysiological response to carbon dioxide challenge in patients with
panic disorder. Behavior Therapy.
z Maaranen P, Tanskanen A, Haatainen K, Koivumaa-Honkanen H, Hintikka
J, Viinamaki H ( 2004) : Somatoform dissociation and adverse childhood
experiences in the general population. J Nerv Ment Dis, 192 (5) : 337-42.
z Neff KD (2004) : Self compassion and psychological well being being.
Constructivism in the Human Sciences, 9, 27-37.
z Rolland JP (2000): Le bien être subjectif: revue de questions. Pratiques
psychologiques, 1, 5-21.
z Sifneos
Sif PE (1073) : Th
The prevalence
l off ““alexithymic”
l i h i ” characteristics
h i i iin
psychosomatic patients. Psychotherpy and Psychosomatics, 22, 255-62.
z Taylor, G.J. (2000). Recent developments in alexithymia theory and
research. Canadian Journal of Psychiatry, 45, 134 134-42.
42.
z Ver Issimo R (2003) : Emotional intelligence : from alexithymia to emotional
control. Acta Med Port, 16, 6, 407-11.
z Williams KE, Chambless DL & Ahrens A. (1997) : Are emotions
f i ht i ? A
frightening An extension
t i off the
th fear
f off fear
f construct.
t t Behav.
B h R
Res. Th
Ther,
35, 3, 239-248.
A LIRE en français
zAAndré
déC&L Lelord
l d F (2001)
(2001): LLa fforce d
des é
émotions.
ti
Odile Jacob.
z Damasio AR (2003) : Spinoza avait raison: joie et
tristesse, le cerveau des émotions, Odile Jacob
z Goleman D ((1999)) : L’intelligence
g émotionnelle. R.
Laffon
z Hahusseau S (2006) : Tristesse, peur, colère; agir sur
ses émotions
émotions. Odile Jacob
z Ledoux J (2005): Le cerveau des émotions. Odile Jacob.
z Philippot P (2007): Emotion et psychothérapie.
psychothérapie Mardaga
Mardaga.
Livres en anglais

zFridja N(1986) : The emotions. Cambridge


Universityy Press.
zGreenberg L & Paivio SC (1997): Working
with emotionsin psychotherapy
psychotherapy. The
Guilford Press.
zPhilippot P & Feldman (2004) : The
regulation of emotion. LEA.