Vous êtes sur la page 1sur 7

Les critères de qualité de l’espace urbain Dr Fahima Yousfi

Les critères de la qualité de l’espace urbain

L’analyse de l’espace public urbain du quartier, de la ville selon les principes de (la
perméabilité, la variété, la lisibilité, la robustesse, la richesse, la personnalisation) vise à
mesurer la capacité de ces espaces publics à répondre aux besoins des habitants en matière de
qualité de vie et de confort.
I- La perméabilité :
La perméabilité d’après Bentley et all 1985 est « une qualité conférée à un site, elle se traduit
par le nombre d’alternatives offertes à l’usager pour se déplacer d’un point à un autre. Elle
permet donc l’accessibilité dans un espace, et se concrétise par la diversité d’accès et de
déplacement. Cette perméabilité peut être visuelle ou alors physique. » La perméabilité se dit
donc d’un tissu urbain qui est facile à traverser et qui assure l’accessibilité.
D’un autre côté, cette accessibilité ne peut être assurée que si elle est liée au concept de la
connectivité qui relie les éléments du paysage entre eux par des relais intermédiaire jouant le
rôle de transition et de passation. La perméabilité est donc liée au concept de « connectivité
qui dépend par exemple du nombre d’intersections par kilomètre carré, de la longueur des
îlots ou du nombre de rues en cul-de-sac ». (Handy et coll., 2003). Ainsi, Secchi et Vigano,
2013 en définissant ce concept, considèrent que la perméabilité et la connectivité peut
donner à l’espace urbain plus d’urbanité et de convivialité « L’urbanité est connexion,
continuité, porosité, perméabilité, possibilité de percolation et du (vivre ensemble) ».

Figure 1 : La connectivité facilite la continuité et l’accessibilité et rend les trajets plus courts
Source : A.Pope 2013 in I.Gharbi2016

1
Les critères de qualité de l’espace urbain Dr Fahima Yousfi

I-1 Trame et accessibilité :


La trame peut être, en tout ou en partie :
 orthogonale, lorsque les voies se croisent en perpendiculaire et forment des îlots
rectangulaires ;
 organique, lorsque les voies suivent des tracés sinueux, formant parfois des boucles,
voire se terminant en cul-de-sac, soit en raison du relief, soit pour influencer le type de
circulation ou la vitesse des véhicules qui les empruntent ;
 radioconcentrique, lorsque les voies convergent vers un même point ou rayonnent de
celui-ci (par exemple, une place ou un équipement public d’importance) et forment des
îlots irréguliers, comme des trapèzes. In Collectivité viable.org
En l’occurrence, on peut noter que pour atteindre une destination, la distance à parcourir sera
plus courte dans un quartier à trame orthogonale, que dans un quartier à trame organique.
D’un autre côté, une trame urbaine ouverte et continue favorise la proximité et rend les
déplacements actifs (piétons) plus flexibles et multiples.

Figure 2 : Une trame urbaine ouverte et continue peut mieux améliorer l’accessibilité
qu’une trame urbaine fermée
Source :D.Mangin 2004 in I.Gharbi 2016 commentée par l’auteur

I-2 Hiérarchisation des espaces urbains et perméabilité :


La hiérarchisation de la trame viaire par la génération dont la largeur des voies peut renforcer
l’accessibilité et de la perméabilité. La perméabilité physique se crée dans un premier lieu
dès l’accès au bâtiment, ce dernier doit être enrichi et bien traiter de telle façon à permettre
une perméabilité visuelle qui facilite et sécurise l’accès au bâtiment. Cette hiérarchisation

2
Les critères de qualité de l’espace urbain Dr Fahima Yousfi

dans le passage du privé au public organise l’espace selon un certain ordre et facilite une
accessibilité graduée et échelonnée dans le temps et dans l’espace.

Figure n°3 La Hiérarchisation et le passage du public au privé facilite la perméabilité


Source : Bentley et all (1985) In J.Lussier 2007

Enfin, on peut dire que la continuité de la trame urbaine, la continuité des espaces publics, la
compacité de la trame bâtie, la connectivité de la trame viaire peuvent rendre l’espace urbain
plus perméable et renforcer l’urbanité des lieux. La continuité de la trame bleue et verte peut
elle aussi permettre une bonne perméabilité du tissu urbain.
II- La variété :
D’après Bentley (1985) « La variété affecte le nombre d’utilisations offertes dans le lieu. »
La variété dans un quartier prévoit une mixité d’usage, elle encourage la pluralité des
fonctions entre commerce, services de bureau, habitat…cette mixité et pluralité dans les
fonctions donnent aux quartiers une dynamique, une vivacité et une variété. 
Cette variété peut être donc une variété d’usage comme elle peut être une variété de forme qui
découle de la première, car la mixité d’usage peut engendrer une multitude de formes
architecturales qui contribuent à rendre les lieux variés.

3
Les critères de qualité de l’espace urbain Dr Fahima Yousfi

Figure n° 4 La variété dans la modénature et le traitement des façades


Source : I.Bentley et al 1985

D’un autre côté le concept de variété est lié directement à la perméabilité de l’espace urbain
car la variété des choix dans un lieu ne peut s’opérer que si l’accessibilité de ce dernier le
permet comme le confirme   Bentley, le «choix dépend de la mobilité» (Bentley, 1985)
La variété sociale et tributaire de la variété de fréquentation d’un espace public ; jardin, place,
rue, boutique etc. cette variété dans la fréquentation crée une convivialité entre les utilisateurs
d’un même espace.
Enfin, Bentley considère que la variété d’usage est la clé du concept de la variété il au cœur
même de la conception du projet : « Variety of use is therefore the key to variety as a whole.
It must be considered early in design » I.Bentley et all 1985

Figure n°5 Les trois éléments clé de la variété


Source : I.Bentley 1985 in Jullie Lussier 2007

Enfin, la variété de choix dans un espace urbain donne une signification au lieu par
l’interdépendance des trois éléments clé pour la variété : variété d’usage, variété de formes et
variété de fréquentation.
III- La lisibilité :
La lisibilité d’un espace urbain est tributaire de son identification à travers des éléments de
repère existants sur les lieux tel ; un monument, une stèle. Kevin lynch 1979 définit la
lisibilité comme étant : la clarté du paysage, la facilité d'identifier les éléments de la ville et de
les structurer en un schéma cohérent. Cette clarté permet d’abord de s'orienter, grâce aux
indications sensorielles et aux souvenirs, assurant ainsi la "sécurité émotive" des habitants.

4
Les critères de qualité de l’espace urbain Dr Fahima Yousfi

En revanche, Caniggia et Maffei 1979 de l’école typo-morphologique italienne trouvent que


la lisibilité et non seulement le repérage et l’orientation de l’individu dans l’espace mais aussi
dans le temps à travers le processus historique définit dans l’observation des formes urbaines
et les façades.
Kevin lynch ne néglige pas le côté sensoriel et symbolique du concept de la lisibilité, il
précise dans son livre que la ville dans ensemble ne peut constituer un ensemble cohérent que
si ses éléments constitutifs (anciens et nouveaux) sont reconnaissables et liés entre eux. 
Sur le plan de la conception urbaine et architectural Ian Bentley préconise que l’étude du
concept de lisibilité est très important car « (…) le degré de choix offert par un lieu dépend en
partie de sa lisibilité : la facilité avec laquelle les gens peuvent comprendre sa disposition. »
Ian Bentley et all 1985, poursuit en insistant sur le fait que les bâtiments qui se démarquent
des autres sont ceux qui présentent le plus d'intérêt public et donnent à l’espace plus de
visibilité.

Figure n°6 Bâtiment de repère se démarque par son architecture et sa forme


Source : I. Bentley et all 1985

Enfin, Bentley et all considèrent que le concept de lisibilité est l’outil de composition le plus
important dans la conception de l’espace urbain « (…) nous avons discuté de la façon
d'obtenir une plus grande perméabilité et variété. Mais les gens ne peuvent profiter du choix
qu'offrent ces qualités que s'ils peuvent saisir la disposition du lieu et ce qui s'y passe. La
lisibilité - la qualité qui rend un lieu saisissable.

IV- La Robustesse ou la polyvalence de l’espace urbain :


D’après N. Delucinge et all, 2015 La robustesse fait écho à la capacité d'un même espace à
être utilisable pour une multitude d'activités, d'appropriation simultanément, ou au cours du
temps. Dans la littérature qui traite de l'agriculture urbaine, on parle de multifonctionnalité ou
d'usages adaptables au cours du temps.
Quant à Ian Bentley et all 1985, ces derniers relient le concept de robustesse au choix offert à
l’utilisateur et considèrent que « Les lieux qui peuvent être utilisés à de nombreuses fins

5
Les critères de qualité de l’espace urbain Dr Fahima Yousfi

différentes offrent à leurs utilisateurs plus de choix que les lieux dont la conception les limite
à une seule utilisation fixe. Les constructions ainsi que leur environnement qui offrent ce
choix ont une qualité que nous appelons robustesse. Notre objectif est de rendre leur
organisation spatiale et constructive adaptée à l'éventail le plus large possible d'activités
probables et d'utilisations futures, aussi bien à court qu'à long terme.
La robustesse ou la polyvalence des espaces urbains est loin d’être un nouveau concept, les
villes anciennes utilisées ce concept dans l’aménagement de leur l’espace public, en
l’occurrence, dans les médinas islamiques, les places contiguës à la mosquée sont
polyvalentes, elles sont utilisées comme extension à la mosquée le jour du vendredi et aussi
comme marché et espace de rencontre des hommes.
En revanche, l’urbanisme fonctionnel a voulu que les espaces urbains soient
monofonctionnels ; un espace pour travailler, un espace pour séjourner ; un espace pour se
recréer etc.
Aujourd’hui, un retour à l’aménagement polyfonctionnel des espaces urbains et
architecturaux, ce qui facilite l’utilisation d’un même espace pour plusieurs fonctions suivant
le temps et les besoins variés des citadins ; un espace marché le matin et détente l’après-midi.
Ceux-ci donnent
à l’espace de la flexibilité, de la variété, de la richesse, de la durabilité, et à l’utilisateur du
choix, de l’accessibilité, de la proximité.
V- La Richesse :
Selon Bentley la vue est le sens dominant dans le choix et la prise de décision concernant
l’appropriation des espaces urbains. « La plupart des informations que nous traitons sont
canalisées par nos yeux. » seulement Bentley n’écarte pas les autres sens dans le choix et
l’utilisation de l’espace, « (…) Mais la richesse n'est pas purement visuelle : d'autres sens
ont aussi des implications de conception : - le sens du mouvement - le sens de l'odorat - le
sens de l'ouïe - le sens du toucher » Bentley et all 1985

Figure n° 7 Façade urbaine caractérisée par Standardisation, pauvreté et


monotonie
la variété et la richesse des formes et

6
Les critères de qualité de l’espace urbain Dr Fahima Yousfi

des détails architecturaux


Source : I.Bentley et all, commentée par l’auteur

Les critères de base de la richesse d’une façade dépend des proportions des élements
constituant la façade et des relations entre eux ainsi que de la diversité dans les détails. La
répétition à l’infini des éléments standard donne une monotonie visuelle.
L’architecture et la richesse des bâtiments peut inviter les gens à fréquenter un endroit plutôt
qu’un autre et augmente sa perméabilité visuelle.
Enfin, on peut dire que La richesse est importante dans toute conception architecturale et
urbaine ; La bonne forme d’un bâtiment, une architecture équilibrée et proportionnée, des
couleurs adaptées avec des textures appropriées sont des qualités qui donnent de la variété et
de la richesse aux espaces urbains et incitent à la fréquentation et à l’utilisation.
VI- la personnalisation des lieux:
La personalisation d’un projet urbain est l’un des concepts majeurs qui donnent au lieu sa
signification, sa valeur et son sens. La mise en valeur d’un lieu passe par sa personalisation,
par le sens et l’image qu’on veut donner à l’espace pour le qualifier. 
Ainsi, la personnalisation d’un lieu donne à ce dernier une identité, cette identité lui attribue
une qualité d’un espace repère, de référence, d’un espace accessible, visible, enfin distinctif
par rapport aux autres lieux donc personnel.
En l’occurrence le concept de personalisation des espaces urbains renforce les relations des
personnes aux lieux et donne à ces derniers une distinction qui engendre des pratiques et une
appropriation affective des espaces.
En conclusion de ces cinq qualités de l’espace urbain et architectural, je dirai que pour la
réussite d’un projet urbain on doit prendre toutes ces qualités ensemble, car chacune d’elle est
un complément de l’autre et l'originalité du projet est plutôt inscrite dans l'ensemble des
relations qui s’opèrent entre ces qualités.
Bibligraphie :
Lussier.J 2007 Premenade des jardins projet soumis en vue de l’obtention de M architecte
université de Laval école d’architecture.
Gharbi.I 2016 Infrastructures viaires et discontinuités urbaines : quels remèdes pour une
accessibilité meilleure dans le contexte de la ville région contemporaine ? in Espace
populations sociétés : Mobilités et accessibilités
Alarie, et al 2015 Analyse du projet Kangas selon Bentley
Delucinge,N et al, 2015Agriculture urbaine au Nord du 55ème parallèle. (Napawan)
Université Laval. 
Chergui .T 2018 Cours 1: Planification Et Aménagement Spatial
Lynch. K, 1998. L'image de la cité édition Dunod 221p
Bentley et al 1985. Responsive Environments A manual for designers

Vous aimerez peut-être aussi