Vous êtes sur la page 1sur 7

République Tunisienne

Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique


Ecole Nationale d’Ingénieurs de Monastir

Compte rendu TP transfert


thermique

Manipulation2 : Convection forcée

Travail Elaboré par :

HADDEJI Chayma

SELMI Mohamed

Enseignante :
Madame YAHIYA

Classe :
2éme année G. Mécanique G3

Année universitaire 2019/2020


Introduction :

La convection est un phénomène de transfert de chaleur se produisant entre une surface et


un fluide en mouvement lorsque ceux-ci sont à des températures différentes.
Le transfert thermique par convection est divisé en deux parties suivant la nature
d’écoulement :

-Convection naturelle.
-Convection forcée :
Le mouvement du fluide est induit par une cause indépendante
des différences de température (pompe, ventilateur…).

But de TP :

Le but de ce TP est de vérifier la théorie et les formules en rapport avec la convection forcée
dans les tubes.

Description du dispositif expérimental :

2
1 8

Figure1 : dispositif expérimental


1 : thermomètre
2 : conduite d’étude
3 : diaphragme
4 : vanne de réglage de débit
5 : Afficheur de température
6 : Sélecteur de température
7 : Voltmètre
8 : Ampèremètre
-La conduite d’essai (2) est traversée par un écoulement d’air grâce à un ventilateur qui
permet de refouler l’air à l’entrée de la conduite avec différents débits.

-Le débit massique est réglé manuellement à l’aide de la vanne de réglage du débit (4)
(système disque/écrou).Sa valeur est déterminée à partir la mesure de la perte den charge
singulière ΔP au niveau du diaphragme(3).

-La paroi interne de la conduite est chauffée électriquement par effet joule à l’aide d’un
enroulement chauffant traversé par un courant électrique.

-Treize thermocouples sont placés en différents points du système. Ils sont repérés par des
abscisses dont l’origine (x=0) correspond au début de l’enroulement chauffant.
Les 7 premiers thermocouples (𝑇 à 𝑇 ) sont placés sur la paroi interne de la conduite afin de
mesurer la répartition longitudinale des températures et les 6 autres (𝑇 à 𝑇 ) sont placés
de part et d’autre de l’isolant thermique afin d’évaluer les pertes de chaleur à travers le
calorifugeage.

-L’afficheur de température (5) permet de lire ces températures.

-Le dispositif contient trois manomètres qui mesurent respectivement la pression de sortie
du ventilateur 𝑃 , la perte de charge au niveau du diaphragme ΔP et la perte de charge
linéaire entre les deux prises de pression statiques.

Bilan thermique dans la partie chauffée de la longueur 𝒙𝟎 :

-La puissance de chaleur totale fournie par l’élément chauffant sur la longueur 𝐿 est :
Ф = 𝑈𝐼

-La puissance de chaleur reçue par le gaz sur la longueur 𝑥 est : Ф = 𝑥

-La puissance de chaleur perdue à travers le calorifugeage sur toute la longueur L2 est :
2𝜋𝐿
Ф =𝜆 𝛥𝑇
𝑅
𝐿𝑛( 𝑅 )

Avec :
𝜆 = conductivité thermique de l’isolant (W/m.°C)
𝑅 : Rayon intérieur de l’isolant (m)
𝑅 : Rayon extérieur de l’isolant (m)
𝛥𝑇 : Valeur moyenne sur la longueur 𝐿 de la différence de température à la traversée de l’isolant.
Suivant les différentes prises de températures de part et d’autres de l’isolant tel que 𝛥𝑇 = 𝑇 −𝑇
(°C)

-La puissance de chaleur perdue sur la partie de conduite de longueur 𝑥 est :


Ф
Ф = 𝑥
𝐿

-La puissance de chaleur reçue par le gaz est : Ф = Ф − Ф

∆ ( ) ∆ ( )
-Connaissant Ф’, on peut déduire h d’après l’équation suivante : Ф = ℎ𝑆 ( )
[ ( )]

Avec : ΔT(x)=Tp(x)-T (x) et S surface d’échange (m²) : S=2π𝑟 𝑥

Manipulation :

a) Mise en marche de l’appareil :

Après avoir vérifié que les manomètres sont aux niveaux zéro, on commence par ouvrir la
vanne de réglage du débit d’air au maximum. Puis, on met le ventilateur en marche.
On fixe la pression Ps avec la vanne du débit après on fait lancer le chauffage et on fixe la
puissance de chauffe à l’aide du potentiomètre.

b) Principe de l’expérience :

On est demandé d’effectuer 3 expériences en variant à chaque fois la valeur du débit d’air
afin d’avoir 3 nombres de Reynolds différents, tout en maintenant la même puissance de
chauffe (U=140V).
Remarque : Pour chaque débit fixé, il faut attendre la stabilisation des températures
(prendre la température 𝑇 comme référence et suivre l’évolution dans le temps).

c) Donnée :
𝐶 = 0.613 𝐿 = 1030𝑚𝑚
𝐷 = 40𝑚𝑚 𝐿 = 1752𝑚𝑚
𝑟 = 16.3𝑚𝑚 𝜆 = 381 𝑊/𝑚.K
𝑟 = 𝑅 = 17.5𝑚𝑚 𝜆 = 0.0415 𝑊/𝑚.K
𝑅 = 42.5𝑚𝑚 1𝑚𝑚 𝐻 𝑂 = 9.81 𝑁/𝑚

Exploitation des mesures :

Tableau1 : Mesures expérimentales(1)

Expèrience 1 2 3
U(v) 140 140 140
I(A) 2,8 2,8 2,8
Ps (cm H2O) 32,5 23 14,5
∆P(cm H2O) 20 14 8,5
Te(°C) 25 27 29
T1 (°C) 40 46 50
T2(°C) 44 51 56
T3(°C) 47 54 60
T4(°C) 47 55 61
T5(°C) 48 56 62
T6(°C) 48 55 62
T7(°C) 46 53 59
T8(°C) 47 57 61
T9(°C) 20 23 23
T10(°C) 47 57 61
T11(°C) 20 23 23

Pour les 3 débits d’air, on a tracé les courbes de variation de la température de la paroi 𝑇
en fonction de x. (voir le papier millimétré)
Figure 1 T=f(L2)

A partir de chaque courbe, on a choisi 𝑥 limite de la partie linéaire de température de la


paroi 𝑇 et puis on a déduit les valeurs de 𝑇 (0), 𝑇 (𝑥 )𝑒𝑡 𝑑𝑇 /𝑑𝑥.

Tableau 2 : Mesures expérimentales (2)

Grandeur Unité 1 2 3
X0 m 1,03 1,03 1,03
Tp(0) °C 37 42,5 45
Tp(X0) °C 47 54 60
dTp/dx °C/m 9,708738 11,16505 14,56311
φt W 392 392 392
∆T2m °C 13,5 17 19
φisol W 147,4329 149,234 150,2632
φ1 W 230,4566 230,4566 230,4566
ρe Kg/mᶟ 1,205997 1,187217 1,169736
ma Kg/S 2,345248 1,628842 0,981632
φ2 W 86,67574 87,7346 88,33967
φ' W 143,7809 142,722 142,117
Tair(0) °C 298,0002 300,0003 302,0007
Tair(X0) °C 298,0612 300,0875 302,1447
h W/m².k 82,73456 65,40404 59,55258
K (Kg.m)^(1/2) 0,001196 0,001186 0,001178
DeltaT(0) °C ou K 11,9998 15,49967 15,99928
DeltaT(x0) °C ou K 21,93884 26,91254 30,85533
Conclusion :

On constate que lorsqu’on diminue le débit massique d’air il y a une diminution du coefficient
d’échanges convectifs et une augmentation de la température de stabilisation T7.
Donc on peut conclure que le coefficient d’échanges convectifs est proportionnel au nombre
de Reynolds, qui dépend du débit massique, mais aussi inversement proportionnelle à la
température de stabilisation.
D’où ce coefficient dépend de ces deux derniers propriétés d’écoulement .