Vous êtes sur la page 1sur 6

6.5.

1 : Exercice d’intégration des compétences Packet


Tracer
Remarque :

Pour effectuer cet exercice correctement, vous devez imprimer le


fichierE2_PTAct_6_5_1_Directions.pdf.

Présentation :

Cet exercice met l’accent sur les compétences en matière de création de sous-
réseaux à l’aide de VLSM, des configurations de périphériques élémentaires, du
routage statique et du routage RIP. Après avoir configuré tous les périphériques,
vous testerez la connectivité de bout en bout et passerez en revue votre
configuration.

Objectifs pédagogiques :

 Concevoir et présenter un système d’adressage basé sur des exigences


particulières
 Appliquer une configuration de base aux périphériques
 Configurer le routage statique entre routeurs FAI
 Configurer le routage RIPv2 dans la région 1 (commandes fournies) et le
routage statique dans la région 2
 Désactiver les mises à jour RIP sur les interfaces appropriées
 AConfigurer des routes par défaut et répartition via le protocole RIP
 Vérifier la connectivité entre tous les périphériques de la topologie

Tâche 1 : conception et présentation d’un système d’adressage

Étape 1 : conception d’un système d’adressage

À partir de la topologie et de la configuration suivante, élaborez un système


d’adressage :

 Les liaisons WAN entre les routeurs R1 et R2 et leurs routeurs FAI


respectifs sont déjà configurées. De même, les liaisons entre les FAI et les
serveurs Web sont déjà configurées.
 L’espace d’adressage pour la région 1 est 10.1.0.0/16. Un espace d’adressage
doit être attribué à chaque routeur branche (B1-R1, B2-R1 et B3-R1), en
fonction des exigences suivantes. En commençant par l’exigence la plus
importante, attribuez un espace d’adressage à chaque routeur.
o B1-R1 a besoin d’espace pour 32 000 hôtes.
o B2-R1 a besoin d’espace pour 16 000 hôtes.
o B3-R1 a besoin d’espace pour 8 000 hôtes.
 Divisez l’espace d’adressage pour chaque routeur branche en quatre sous-
réseaux égaux. Consignez les sous-réseaux dans le tableau ci-dessous.
 Pour les réseaux étendus de la région 1, subdivisez l’espace d’adressage
10.1.255.240/28. Consignez les sous-réseaux dans le tableau ci-dessous.
 L’espace d’adressage pour la région 2 est 172.20.0.0/16. Un espace
d’adressage doit être attribué à chaque routeur branche (B1-R2, B2-R2 et
B3-R2), en fonction des exigences suivantes. En commençant par l’exigence
la plus importante, attribuez un espace d’adressage à chaque routeur.
o B1-R2 a besoin d’espace pour 4 000 hôtes.
o B2-R2 a besoin d’espace pour 2 000 hôtes.
o B3-R2 a besoin d’espace pour 1 000 hôtes.
 Divisez l’espace d’adressage pour chaque routeur branche en quatre sous-
réseaux égaux. Consignez les sous-réseaux dans le tableau ci-dessous.
 Pour les réseaux étendus de la région 2, subdivisez l’espace d’adressage
172.20.255.240/28. Consignez les sous-réseaux dans le tableau ci-dessous.

Étape 2 : présentation du système d’adressage

 Facultatif : sur la topologie, libellez chaque sous-réseau. Pour gagner de la


place, n’utilisez que les deux derniers octets car ce sont les seuls qui
changent.
 Utilisez le tableau fourni dans les instructions imprimées pour présenter les
adresses IP et les masques de sous-réseau. Attribuez la première adresse IP à
l’interface du routeur.
 Liaisons WAN : affectez la première adresse IP à R1 et R2 pour les
connexions vers les routeurs B1, B2 et B3.

Tâche 3 : application d’une configuration de base.

À l’aide de votre documentation, établissez une configuration de base des routeurs,


sans oublier l’adressage. Utilisez le mot de passe de ligne cisco et le mot de passe
secret class. Utilisez la fréquence d’horloge 64000.

Tâche 4 : configuration du routage statique entre les routeurs FAI

Chaque routeur FAI possède deux routes statiques vers les réseaux étendus
directement connectés de l’autre routeur FAI. Mettez en place le routage statique
sur chaque routeur FAI pour garantir la connectivité entre les deux régions.

Tâche 5 : configuration du routage RIPv2 dans la région 1 et du routage


statique dans la région 2

Étape 1 : configuration du routage RIPv2 dans la région 1


Configurez tous les routeurs de la région 1 (R1, B1-R1, B2-R1 et B3-R1) à l’aide
du protocole de routage dynamique RIP. Pour tirer pleinement parti de la mise en
œuvre de votre conception VLSM dans un environnement de routage dynamique,
ajoutez les deux commandes suivantes à vos configurations RIP :

Router(config-router)# version 2
Router(config-router)# no auto-summary

La commande version 2 active RIPv2 et envoie les informations du masque de


sous-réseau dans les mises à jour de routage. Par défaut, RIPv2 résume les mises à
jour aux frontières de classes, tout comme RIPv1. La commande no auto-
summary devient inactive. Ces deux commandes sont expliquées dans le prochain
chapitre.

Étape 2 : configuration du routage statique dans la région 2

La région 2 n’utilise pas le protocole de routage dynamique. Configurez les routes


statiques et les routes par défaut sur les routeurs pour garantir une connectivité
totale de bout en bout.

 R2 doit posséder trois routes statiques et une route par défaut.


 B1-R2, B2-R2 et B3-R2 doivent chacun avoir une route par défaut.

Tâche 6 : désactivation des mises à jour RIP sur les interfaces appropriées.

Les mises à jour RIP n’ont pas besoin d’être envoyées à toutes les interfaces de
routeurs. Désactivez les mises à jour RIP sur les interfaces appropriées.

Tâche 7 : configuration des routes par défaut et répartition via le protocole
RIP

Dans la région 1, spécifiez le routeur ayant besoin d’une route par défaut.
Configurez ensuite ce routeur pour répartir la route par défaut vers d’autres routeurs
de la région.

Tâche 8 : vérification de la connectivité entre tous les périphériques de la


topologie

Étape 1 : test de connectivité


 La connectivité doit à présent être activée de bout en bout. Utilisez la
commande ping pour tester la connectivité sur le réseau. Chaque routeur doit
pouvoir exécuter une requête ping vers toutes les autres interfaces de routeur
et les deux serveurs Web.
 Cherchez à résoudre le problème jusqu’à ce que les requêtes ping
s’exécutent correctement.

Étape 2 : analyse de la configuration

Utilisez les commandes de vérification pour vous assurer que les configurations ont
été correctement établies.

------------------------------------- EXO1------------------------------------------------------------------

Packet Tracer : configuration du routage inter-VLAN de


type router-on-a-stick
Table d'adressage
Périphériqu Masque de Passerelle par
e Interface Adresse IPv4 sous-réseau défaut

G0/0.10 172.17.10.1 255.255.255.0 N/A


R1
G0/0.30 172.17.30.1 255.255.255.0 N/A
PC1 NIC 172.17.10.10 255.255.255.0 172.17.10.1
PC2 NIC 172.17.30.10 255.255.255.0 172.17.30.1

Objectifs
Partie 1 : test de la connectivité sans routage inter-VLAN
Partie 2 : ajout de VLAN à un commutateur
Partie 3 : configuration des sous-interfaces
Partie 4 : test de la connectivité avec routage inter-VLAN

Scénario
Dans cet exercice, vous vérifierez la connectivité avant d'implémenter le routage inter-VLAN. Vous
configurerez ensuite les VLAN et le routage inter-VLAN. Enfin, vous activerez le trunking et
vérifierez la connectivité entre les VLAN.
Partie 1 :     Test de la connectivité sans routage inter-VLAN
Étape 1 :    Envoyez une requête ping de PC1 vers PC3.
Patientez jusqu'à la convergence des commutateurs ou cliquez sur Fast Forward Time plusieurs
fois. Lorsque les témoins de liaison sont verts pourPC1 et PC3, envoyez une requête ping
de PC1 vers PC3. Puisque les deux PC se trouvent sur des réseaux distincts et que R1 n'est pas
configuré, la requête ping échoue.

Étape 2 :    Passez en mode Simulation pour contrôler les requêtes ping.


a.     Passez en mode Simulation en cliquant sur l'onglet Simulation ou en appuyant sur Maj+S.
b.     Cliquez sur Capture/Forward pour voir les étapes empruntées par la requête ping
entre PC1 et PC3. Remarquez que la requête ping ne quitte jamais PC1. Quel processus a
échoué et pourquoi ?

Partie 2 :     Ajout de VLAN à un commutateur


Étape 1 :    Créez des VLAN sur S1.
Revenez au mode Realtime et créez le VLAN 10 et le VLAN 30 sur S1.

Étape 2 :    Attribuez les VLAN aux ports.


a.     Configurez les interfaces F0/6 et F0/11 comme ports d'accès et attribuez les VLAN.
         Attribuez PC1 au VLAN 10.
         Attribuez PC3 au VLAN 30.
b.     Utilisez la commande show vlan brief pour vérifier la configuration des VLAN.
S1# show vlan brief
 
VLAN Name                             Status    Ports
---- -------------------------------- ---------
-------------------------------
1    default                          active    Fa0/1, Fa0/2, Fa0/3, Fa0/4
                                                Fa0/5, Fa0/7, Fa0/8, Fa0/9
                                                Fa0/10, Fa0/12, Fa0/13,
Fa0/14
                                                Fa0/15, Fa0/16, Fa0/17,
Fa0/18
                                                Fa0/19, Fa0/20, Fa0/21,
Fa0/22
                                                Fa0/23, Fa0/24, Gig0/1,
Gig0/2
10   VLAN0010                         active    Fa0/11
30   VLAN0030                         active    Fa0/6
1002 fddi-default                     active   
1003 token-ring-default               active   
1004 fddinet-default                  active   
1005 trnet-default                    active       

Étape 3 :    Testez la connectivité entre PC1 et PC3.


À partir de PC1, envoyez une requête ping à PC3. Les requêtes ping doivent encore échouer.
Pourquoi les requêtes ping n'ont-elles pas abouti ?
Partie 3 :     Configuration des sous-interfaces
Étape 1 :    Configurez des sous-interfaces sur R1 en utilisant l'encapsulation 802.1Q.
a.     Créez la sous-interface G0/0.10.
         Choisissez le type d'encapsulation 802.1Q et attribuez le VLAN 10 à la sous-interface.
         Consultez la table d'adressage et attribuez l'adresse IP adéquate.
b.     Répétez l'opération pour la sous-interface G0/0.30.

Étape 2 :    Vérifiez la configuration.


a.     Utilisez la commande show ip interface brief pour vérifier la configuration des sous-
interfaces. Les deux sous-interfaces sont désactivées. Les sous-interfaces sont des interfaces
virtuelles associées à une interface physique. Par conséquent, afin d'activer les sous-
interfaces, vous devez activer l'interface physique à laquelle elles sont associées.
b.     Activez l'interface G0/0. Vérifiez que les sous-interfaces sont désormais actives.

Partie 4 :     Test de la connectivité avec routage inter-VLAN


Étape 1 :    Envoyez une requête ping de PC1 vers PC3.
À partir de PC1, envoyez une requête ping à PC3. Les requêtes ping doivent encore échouer.

Étape 2 :    Activez le trunking.


a.     Sur S1, exécutez la commande show vlan. À quel VLAN G0/1 est-elle attribuée ?
b.     Comme le routeur a été configuré avec plusieurs sous-interfaces attribuées à différents VLAN,
le port de commutateur connecté au routeur doit être configuré en tant que trunk. Activez le
trunking sur l'interface G0/1.
c.     Comment déterminer que l'interface est un port trunk avec la commandeshow vlan ?
d.     Exécutez la commande show interface trunk pour vérifier que l'interface est configurée en
tant que trunk.

Étape 3 :    Passez en mode Simulation pour contrôler les requêtes ping.


a.     Passez en mode Simulation en cliquant sur l'onglet Simulation ou en appuyant sur Maj+S.
b.     Cliquez sur Capture/Forward pour voir les étapes empruntées par la requête ping
entre PC1 et PC3.
c.     Vous devriez voir les requêtes et les réponses ARP entre S1 et R1. Ensuite, vous verrez les
requêtes et les réponses ARP entre R1 et S3.PC1 peut encapsuler une requête d'écho ICMP
avec les informations de couche liaison de données appropriées, et R1 acheminera la requête
jusqu'à PC3.
Remarque : une fois le processus ARP terminé, il vous faudra peut-être cliquer sur Reset
Simulation pour voir que le processus ICMP est terminé.

Suggestion de barème de notation


Packet Tracer est noté sur 60 points. Les quatre questions valent 10 points chacune.