Vous êtes sur la page 1sur 2

l'autorité religieuse et l'autorité étatique entre legitimité et collaboration

A travers la gestion de la pendemie au Senegal force est de reconnaitre la presence de deux force
majeur à savoir l'autorité religieuse et l'autorité étatique. Ces dernieres, se distinguent d'une part
de par leur fonctionnement mais se rejoignent d'autre part à travers leur position ou le pouvoir
qu'elles exercent sur les populations.

l'autonomie du religieux

La liberté du religieux se manifeste à travers les actes, les positions, les decisions etc. que posent
les guides religieux grace à leur position trés privilegiée. Ainsi, durant la periode de la pendemie
les chefs religieux ont souvent pris des positions qui laisse croire leur indiference vis-à-vis des
exigences de l'Etat. En revenant sur la situation à Touba aprés la declaration du chef de l'Etat qui
dans son discours à la nation avait interdit les rassemblements sur l'ensemble du territoire
sénégalais, cependant, on a constaté un non respect de cette decision par la communauté
mouride. En effet, en presence du sécretaire général de la presidence Mohammed Boun Abdallah
Dione la grande mosqué de Touba avait maintenu la prierre du vendredi malgré l'nterdiction des
rassemblements par le chef de l'Etat; une attitude qui n'émane aucune conséquence. Par allieurs,
le meme constat a été fait lors de la rencontre qu'avait organisé le président Macky Sall avec les
leaders de l'opposition et certains chefs religieux sur le comportement de Serigne Modou Kara
qui refusa de respecter les mesures barrieres ainsi que la distanciation phisique en ne lavnt pas
ses mains et en serant les mains du chef de l'Etat publiquement. Parrallelement, au nom de cette
liberé Serigne Moustapha Sy décida d'organiser le Gamou de Tivaoune 2020 malgré la decision
du khalif général des tidianes qui avait demandé aux fidels de rester chez eux pour des mesures
de preventions de la covid 19. la liberté d'expressin également n'et pas en rade dans la mesure ou
aussi bien les guides religieux, les imam et les predicateurs se sont prononcés plusieurs fois pour
appuier et contester certaines decisions de l'Etat. c'est le cas du predicateur Iran Ndao qui
affirmait:"fermer les mosquées est la plus grande erreur qu'on n'ait jamais comise dans ce pays
ou l'on devrait plutot augmenter notre foi en Dieu et envahir les mosquées pour se repentir de nos
peches."

l'alliance des forces

Dans un cadre de lutte contre la propagation de la covid 19, on assiste à une colaboration de deux
forces pour mieux agir sur les populations. Le chef de l'Etat en étant conscient du pouvoir des
chefs religieux n'a pas été trés cathégorique sur la fermeture des mosquées lors de son discours,
si on se refère aux propos du docteur Bakary SAMB qui dans un entretien avec le journal jeune
Afrique affirme: "dans ses discours, Macky Sall a joué sur les nuances d'une langue, le français,
que la majorité de la population ne comprend pas. Et il a été encore plus nuancé dans leur
version en wolof. c'est une manière d'éviter une prise de position trop exposée de l'autorité
centrale, et donc d'amoindrir les risques." En considérant le statut du relieux, l'Etat chercha à
collaborer avec les guides religieux. toutefois, dans un certain cas ce sont les eux (les religieux)
qui prenne leur propre initiative d'aider l'Etat dans cette lutte. c'est l'exemple du don de
200000millions qu'a fait le khalif des mourides à l'Etat pour leur apporter son aide. de meme, son
porte parole s'est prononcé pour amener les disciple à mieux suivres les exigences de l'Etat, sur
ces dires de Bakary Samb, il déclare qu'il fallait se conformer aux instructions sanitaires de l'Etat.
Ensuite, il a appelé les talibés à rester à l'écoute de l'autorité centrale, ce qui selon moi ouvrait
une voie au politique. de l'autre coté, les chretiens ont également apporter leur aide à l'Etat en
suspendanr les rassemblements des fidels au sein de l'Eglise jusqu'a nouvel odre. Les
associations et mouvements égalements ne sont pas en reste, si nous prennons l'exemple de
l'association nationale des imams et Oulémas du Sénégal (ANIOS) qui a été formelle sur
l'interdiction de toutes les prierres en commun éffectuées au quotidien ou tous les vendredis dans
les differentes mosquées du pays dans le but de stoper la propagation de la covid .

gg