Vous êtes sur la page 1sur 8

Diagrammes liquide – vapeur isobare et isotherme pour un mélange A-B :

corrigé

1. Lecture sur le diagramme isobare : le liquide qui bout à 45°C est de composition 0,70 en B
(point 4) donc la vapeur recueillie est telle que yB = 0,70
Puis lecture sur le diagramme isotherme sur la courbe de rosée du point (0,70 ; 0,4 bar) et
théorème de l’horizontale : xB = 0,90.

2. Lecture sur le diagramme isotherme : P = 0,40 bar.


P.V = nv.R.T ⇒ nv = 3,2.10-2 mol ⇒ nL = ntot - nv = 0,17 mol
Théorème des moments ⇒ 0,17.(0,90 – x°B) = 3,2.10-2.(x°B - 0,70) ⇒ x°B = 0,87

3. Mélange non idéal car pas de droites dans graphe isotherme.


65.0 t(°C) Fn 1
Fn 2

P = 1 bar

55.0

45.0 4
4:X = 0.7016 Y = 44.93

35.0

X(B)
25.0
0 0.2000 0.4000 0.6000 0.8000

P (bar) Fn 1
Fn 2
t = 25°C

0.700

0.500
5:X = 0.9005 Y = 0.400

5 5
5:X = 0.6990 Y = 0.403

0.300

0.100 X(B)
0 0.2000 0.4000 0.6000 0.8000

1
Diagrammes liquide – vapeur isobare pour un mélange A-B : corrigé

La figure ci-dessous représente le diagramme liquide – vapeur isobare pour un mélange A-B.
t(°C) Fn 1
Fn 2
P = 1,0 bar
100.0

1
96.00 1:X = 0.5006 Y = 96.077
4 5
4:X = 0.2691 Y = 93.997 5:X = 0.6097 Y = 94.035

92.00

2 3
2:X = 0.5006 Y = 90.025 3:X = 0.8000 Y = 90.025

88.00

84.00

X(A)
80.00
0 0.2000 0.4000 0.6000 0.8000

1. Mélange équimolaire X(A) = 0,5.


Chauffage régulier de 80°C à 100 °C. T (°C)

a) Début de l’ébullition à 90°C.


1ère bulle de vapeur : X(A) = 0.80. V
96

b) Fin d’ébullition : 96°C. L=V


90
Allure de la courbe T = f(t) :
Vaporisation endothermique donc pente plus faible pour le L
segment central.
t
2. À 94°C : point L : xA = 0,27 et point V : yA = 0,61
Théorème des moments ⇒ (0,61 – 0,50).nv = (0,50 – 0,27).nL d’où : nv = 2,1 nL
Par ailleurs : nv + nL = 10 mol
D’où : nv = 6,77 mol et nL = 3,23 mol

(nA)L = xA.nL = 0,87 mol ; (nB)L = nL – (nA)L = 2,36 mol ;


(nA)V = yA.nV = 4,13 mol ; (nB)V = nV – (nA)V = 2,6 mol

3. Distillat = A ; Résidu = B

2
Diagramme binaire isobare eau-benzène : corrigé
380.00T(K) Fn 1
Fn 2
Fn 3

370.00
Vapeur

360.00 (1) Liq pur + Vapeur


(2) liq pur + Vapeur

350.00

340.00

(1) liq pur + (2) liq pur


X(2)
330.00
1. 1.000E-04 0.2001 0.4001 0.6000 0.8000 1.000

2. Un mélange tel que : x2 = 0,90 et T = 25 °C = 298 K se trouve sous 2 phases liquides.


On chauffe : 1ère bulle de vapeur (de composition y2 = 0,74) à 341 K.
À 341 K : l’eau et le benzène se vaporisent « simultanément » (jusqu’à disparition totale de la
dernière goutte d’eau liquide)
De 341 à 349 K : le benzène se vaporise
À 349 K : disparition de la dernière goutte de benzène liquide.

3. a) Cours et TP.
b) Masse d’eau minimale nécessaire pour distiller 78 g de benzène.
On doit récupérer dans le distillat : m2 = 78 g soit n2 = 1,0 mol.
Le distillat a pour composition Z ; or xZ = n2 / (n1 + n2) = 0,74 d’où n1 = 0,35 mol
d’où : m1 = 6,3 g d’eau.

3
Diagramme binaire diazote – dioxygène : corrigé
95.0T(K) Fn 1
Fn 2
2. On peut séparer un
Vapeur (1 + 2)
mélange de N2 et de O2 par
90.0
rosée distillation fractionnée :
distillat = N2.
L=V Méthode : cours !
ébullition
85.0

6:X = 0.1362 Y = 81.0


3. 300 g d’air liquide.
6 7
a) x°2 = 0,20 ⇒
7:X = 0.4349 Y = 81.0
80.0 5
5:X = 0.3489 Y = 80.0
début ébullition :
4
T = 78,5 °C (point n°4 sur
4:X = 0.1995 Y = 78.5 Liquide (1 + 2) le graphe)
75.0

b) x2 = 0,35 ⇒ ébullition
X(2)
à : T = 80 °C (point n°5 sur
1. 70.0
0 0.2000 0.4000 0.6000 0.8000 le graphe)

c) Air à 81 K : mélange biphasique.


Phase vapeur : point n°6 : y2 = 0,14 Phase liquide : point n°7 : x2 = 0,43

Théorème des moments ⇒ (0,20 – 0,14).nv = (0,43 – 0,20).nL ⇒ 0,06.nv = 0,23.nL

Or : mtot = m1 + m2 = ntot.(x°1.M1 + x°2.M2) = ntot.(0,8*28 + 0,2*32) = 300 g


On a donc au départ : ntot = 300/28,8 = 10,4 mol = ntot

D’où : nv = 8,2 mol et nL = 2,2 mol

avec : n2v = 1,15 mol ; n1v = 7,05 mol ; n2L = 0,95 mol ; n1L = 1,25 mol

D’où : mv = (m1 + m2)v = 197 + 37 = 234 g = mv et mL= (m1 + m2)L = 35 + 31 = 66 g = mL

d) On a alors : x2tot = (20 + 1,15 + 0,95) / (20 + 10,4) = 0,73 = x2tot (à 81 °C)
⇒ 1 phase liquide avec x2tot = 0,73

T (K) 4. Le diagramme binaire L=V isotherme :


P1* > P2*, forme fuseau.
V Si on considère que c’est idéal, la courbe
88 d’ébullition est une droite.
L=V
85

e) t

4
Diagramme binaire isobare eau-benzène : corrigé
380.00T(K) Fn 1
Fn 2
Fn 3

Domaine IV

370.00

360.00
Domaine III
11:X = 0.4994 Y = 355.67

11

350.00 12 b
12:X = 0.6068 Y = 350.08
9:X = 0.8003 Y = 344.08
9
c Domaine II
10
340.00 10:X = 0.5006 Y = 341.08 Z

Domaine I

X(2)
330.00
0 0.2000 0.4000 0.6000 0.8000

1. Courbe a et b : Rosée ; Courbe c : palier hétéroazéotrope.

2. Courbes b : Courbe a :
(B2)L = (B2)V ⇒ µ2L°(T) = µ2V°(T) + R.T.ln(y2.P/P°) ∆vapH1°  1 1
ln (1-y2 ) = . * − 
Gibbs Helmholtz puis intégration en supposant ∆vapH2° R T
 1 T

∆vapH2°  1 1
constant ⇒ ln ( y2 ) = . * − 
 
R  T2 T 
103 103
On en déduit : Branche (a) : T = et Branche (b) : T =
2,68-0,189.ln(1-y2 ) 2,83-0,333.ln(y2 )
Leur intersection permet de déterminer les coordonnées du point Z : xZ = 0,74 ; TZ = 341 K
On en déduit : T = 341 K (courbe c)

3. Le composé le plus volatil est le benzène (2) (T1* = 373 K > T2* = 353 K).

4. Z est le point hétéroazéotrope de coordonnées xZ = 0,74 ; TZ = 341 K.


Courbe de refroidissement analogue à celle d’un corps pur mais composition qui dépend de P.

5
T (K)

T (K) V
V + L2
V 344
V + L1 + L2 V + L1 +L2
341 341

L1 + L2 L1 + L2

t t

5. a) La première goutte de liquide formée contient du benzène pur (L2).

b) Allure ci-dessus (à commenter…).

6. a) Début d’ébullition : 341 K ; phase vapeur : Z à 74% (point 10).

b) Fin d’évaporation à 356 K (point 11).

c) Pour vaporiser entièrement l’eau, il faut T > 356 K. Pour que le benzène, il faut T > 341 K.

d) ntot = 10 mol soit 5 moles de benzène (2) et 5 moles d’eau (1)


À 350 K, il y a 2 phases : Vapeur + L1 ; par lecture graphique au point 12 :
y2 = 0,61 (y1 = 0,39) ;

Tout le benzène est passé sous forme vapeur ⇒ n2v = 5,0 mol et n2L = 0 mol

Théorème des moments chimiques ⇒ (0,61 – 0,50).nV = 0,5.n1L1 d’où : n1L1 = 0,22.nV.
Or : nL1 + nV = ntot = 10 mol ; donc : nV = 8,2 mol et nL1 = 1,8 mol.
On en déduit : (n1)v = 3,2 mol

7. À 341 K, sous P = 1 bar : P = P1*(TZ) + P2*(TZ) avec xZ = 0,74.


On a donc : P2*(TZ) = xZ.P = 0,74 bar et P1*(TZ) = (1 – xZ).P = 0,26 bar.

6
Diagramme binaire isobare liquide-vapeur toluène-eau : corrigé
t(°C) Fn 1

Domaine IV

110.0

8:X = 0.8435 Y = 94.99

100.0

Domaine II
7 8
6
7:X = 0.3499 Y = 94.99
6:X = 0.7993 Y = 93.49
90.00
5
5:X = 0.4420 Y = 90.14
Domaine III

9
9:X = 0.5500 Y = 83.95

80.00

Domaine I

X(2)
70.00
0 0.2000 0.4000 0.6000 0.8000

1. Les deux liquides ne sont pas miscibles.

2. Les courbes représentées sont le liquidus (2 branches) et le palier hétéroazéotrope.

3. Z est le point hétéroazéotrope de coordonnées : xZ = 0,55 ; TZ = 84°C.


Analogies avec un corps pur : courbe de refroidissement isobare.
Différences : composition variable avec P.

4. Le mélange (x2 = 0,20 à 90 °C, 1,0 bar) est biphasique : domaine II


L1 (toluène) + Vap donc (n2)L = 0 mol et y2 = 0,44 (point 5 sur le graphe).

x2tot = 1 – x1tot = 1 – n1/ntot donc : ntot = 2,0/0,8 = 2,5 mol

Théorème des moments : (0,44 – 0,20).nv = (0,20).nL soit : 1,2. nv = nL


nv + nL = ntot = 2,5 mol donc : nv = 1,14 mol et nL = 1,36 mol
Donc (n1)L = nL = 1,36 mol
Et : (n2)v = y2.nv = 0,50 mol et (n1)v = 0,64 mol

7
T (°C)

V
V + L1
101
V + L1 +L2
84
L1 + L2

5. t

6. 9,0 g d’eau et 11,5 g de toluène : n2 = m2/M2 = 0,50 mol et n1 = m1/M1 = 0,125 mol
donc ntot = 0,625 mol et x2tot = 0,80.
Début de l’ébullition : TZ = 84 °C. Composition de la première bulle de vapeur : xZ = 0,55.

Le liquide qui disparaît en premier est : L1 (toluène).


Dernière goutte de L1 disparaît à : TZ = 84 °C. Composition de la vapeur : y2 = xZ = 0,55
Dernière goutte de liquide disparaît à 93,5 °C (point 8 sur le graphe).
Composition de la vapeur : y2 = x2tot = 0,80

7. 9,2 g de toluène liquide soit n1 = m1/M1 = 0,10 mol.


On se déplace sur l’horizontale à 95°C de gauche à droite !
a) Disparition totale de la phase liquide toluène à 95°C ⇒ y2 = x2tot = 0,35 (point 7 sur le
graphe).
D’où : y1 = x1tot = 0,65 d’où : (n)tot = 0,10 / 0,65 = 0,15
d’où : n2 = (n)tot – n1 = 5,1.10-2 mol d’où m2 = 0,93 g

b) Apparition de la phase liquide à 95°C ⇒ y2 = x2tot = 0,84 (point 8 sur le graphe).


L’eau liquide L2 apparaît.
D’où : y1 = x1tot = 0,16 d’où : (n)tot : 0,10 / 0,16 = 0,625 d’où : n2 = (n)tot – n1 = 0,525 mol
d’où : m2 + ∆m2 = 9,45 g.
Il a donc fallu ajouter : ∆m2 = 8,5 g.

Vous aimerez peut-être aussi