Vous êtes sur la page 1sur 172

Introduction

la chimie organique

Chimie organique Introduction 1


Introduction Introduction

Constituants principaux
Qu’est que la chimie organique ?
des molécules organiques
Jusqu’au début du 19e siècle : frontière infranchissable entre

a) le monde minérale = chimie minérale


transformations (réactions chimiques) bien maitrisées

b) le monde de la matière vivante


transformations impossibles sans une « force vitale »
=> chimie des organismes vivants = chimie organique

Chimie organique Introduction 2 Chimie organique Introduction 4

Introduction Introduction

1828 : synthèse de l’urée (molécule organique) à partir de molécules minérales Pourquoi la nature a choisi le carbone ?

a) Electronégativité moyenne
décomposition réarrangement
=> Favorable à la formation de liaisons covalentes
D
NH4(OCN) NH3 + HOCN (NH2) 2CO
b) Stabilité de la liaison carbone-carbone
cyanate d'ammonium urée => oxygène n’est pas suffisamment oxydant pour rompre la liaison C-C
composé minéral composé organique
Liaison DHliaison [kJ/mol]
On constate ensuite que le point commun des composés organiques est C-C - 610
de contenir systématiquement du carbone : Si-Si - 327
chimie organique = chimie du carbone O-O - 499
ou chimie des composés du carbone
Si-O - 799
Les éléments constitutifs des molécules organiques sont :
c) Quatre liaisons covalentes
=> structures tridimensionnelles infinies
Eléments de base : C, H, O, N
Autres éléments : F, Cl, Br, I, S, P L’atmosphère oxydante de la terre empêche d’autres formes de vie

Chimie organique Introduction 3 Chimie organique Introduction 5


Quiz 1. La liaison chimique

Rappel de chimie générale

Tout atome cherche à posséder une couche électronique externe remplie


Qu’est-ce que l’électronégativité ?
=> Structure électronique des gaz rares (règle de l’octet)

Pour y parvenir :
A Nombre d’électrons en orbite autour d’un atome dans sa
a) Un atome arrache ou donne un ou plusieurs électrons à un autre atome
dernière couche électronique
=> ions Forte différence d’électronégativité
B Tendance d’un atome à attirer les électrons d’une liaison
b) Deux atomes mettent en commun un électron chacun
=> une liaison covalente Faible différence d’électronégativité
C Pourcentage de caractère ionique d’une liaison
c) Des atomes à faible électronégativité mettent en commun des électrons
=> liaison métallique

Chimie organique Introduction 6 Chimie organique Chapitre 1 – liaison covalente 8

1.1 La liaison covalente

Rappel de chimie générale


A mesure que 2 atomes s’approchent :

Répulsion : les noyaux (protons, charges +) se repoussent; variation selon d2.


Attraction : le nuage électronique (charges -) de l’un est attiré par le noyau
Chapitre 1 Epot de l’autre; le nuage se trouve de plus en plus entre les 2 noyaux.

la liaison covalente
H2 : d = 74 pm et DHliaison = - 436 kJ/mol

CO : chap. 1. + + d
+
Þ Formation de liaison car
DH énergétiquement favorable (puits énergétique)
Þ Energie minimale = longueur de liaison d
Þ Energie de dissociation (= enthalpie de liaison)

Chimie organique Chapitre 1 – liaison covalente 7 Chimie organique Chapitre 1 – liaison covalente 9
1.1 La liaison covalente 1.1 La liaison covalente

Rappel (chimie générale) Liaison covalente : Orbitales atomiques


- Cas où deux atomes ont une faible différence d’électronégativité
- Mise en commun de deux électrons de valence (= paire d'électrons liante) E Energies relatives des orbitales atomiques
- Selon les possibilités offertes par les orbitales atomiques
nb d'orbitales d
Expl : la molécule d’hydrogène : « 2 H » -> H2 p
d s
Sous-couches
2 orbitales atomiques incomplètes 1 orbitale moléculaire p
s
(ici, 2 sous-couches 1s) (voir p. 12) = liaison covalente p
s
s

Couche
+ + + + + + énergie 1 2 3 4 n
électronique

atomes molécule Les électrons se situent dans des orbitales géométriquement et


énergétiquement bien définies autour du noyau en couches et
(Rappel ) orbitale : espace autour du noyau où la probabilité de sous-couches électroniques.
rencontrer l’électron est très élevée (95%)

Chimie organique Chapitre 1 – liaison covalente 10 Chimie organique Chapitre 1 – liaison covalente 12

1.1 La liaison covalente 1.2 Hybridation sp3


Epot
Hybridation

Convention : la mise en Théorie descriptive (Pauling) basée sur la contradiction entre la théorie des
commun de deux électrons orbitales et l'observation de la géométrie de molécules :
(= la liaison covalente) est
représentée par un trait a) Théorie des orbitales atomiques : cas du carbone : 6 électrons
reliant les deux atomes: Configuration électronique 1s22s22p2

+ + H H
d

DH 1 trait = toujours 2 électrons Deux orbitales à remplir


=> 2 liaisons simples

Les électrons de la liaison covalente sont parfois appelés "doublet liant"


c'est-à-dire paire d'électrons qui lie = qui forme une liaison.
Un doublet non-liant est une paire d'électrons de valence sur le même
atome. L'orbitale étant remplie, les électrons ne seront pas impliqués dans Conclusion : C peut lier ses électrons non appariés avec 2 H
une liaison covalente (voir exemple p. 20). Expérience : la molécule CH2 n'existe pas ! => théorie insatisfaisante

Chimie organique Chapitre 1 – liaison covalente 11 Chimie organique Chapitre 1 – liaison covalente 13
1.2 Hybridation sp3 1.2 Hybridation sp3

b) Théorie de l'état excité : cas du carbone : 6 électrons Arrangement spatial des orbitales hybrides sp3 du carbone
la configuration électronique: 1s22s22p2 passe en un état excité: 1s22s12p3

Bilan:
4 orbitales sp3 identiques 109.5

Eloignement maximal* => Tétraèdre


Quatre orbitales à remplir
=> 4 liaisons simples * La configuration spatiale est
possibles déterminée par la minimalisation
des répulsions mutuelles des paires
Carbone à l'état fondamental Carbone excité électroniques, c’est-à-dire par
l’éloignement maximal des orbitales
de même énergie.
Conclusion : C peut lier ses électrons non appariés avec 4 H
Expérience : la molécule CH4 existe mais les 4 liaisons ont même énergie Angle entre chaque orbitale => 109.5
et même géométrie (≠ s et p) => théorie insatisfaisante

Chimie organique Chapitre 1 – liaison covalente 14 Chimie organique Chapitre 1 – liaison covalente 16

1.2 Hybridation sp3 1.2 Hybridation sp3

Théorie de l'hybridation Exemple : méthane (CH4)

Idée de Pauling : fusion des sous-couches 2s et 2p car niveau d’énergie Chaque orbitale sp3 du carbone se lie avec l’orbitale 1s d’un hydrogène
proche (voir p. 12) créant des orbitales hybrides => création d’une orbitale moléculaire s = liaison s (ici de type s(sp3 - s))

Hybridation de type sp3 - modèle moléculaire de la liaison s

Cas du carbone
L’exposant «3» indique qu’il y a 3
orbitales p hybridées avec une s. H

C
4 orbitales hybrides sp3 H
identiques H
H
Conventions de représentation
Liaison s : trait simple reliant 2 atomes

Chimie organique Chapitre 1 – liaison covalente 15 Chimie organique Chapitre 1 – liaison covalente 17
1.2 Hybridation sp3 1.2 Hybridation sp3

Exemple : éthane (C2H6) Hybridation sp3 de l’azote :


Liaison s entre 2 carbones sp3 : (ici de type s( sp3 – sp3))
Conventions de représentation

N N N
H º H º H
H
H H H
H H

Bilan:
4 orbitales sp3 dont une remplie
=> 3 liaisons s possibles
H H => Une paire d’électrons non-liante
Quiz => Eloignement maximal = pyramide
Combien y-a-t-il de liaisons s
et de quels types dans cette molécule ? C C
H H
Effet de l’orbitale remplie : angle entre chaque liaison => 107
H H

Chimie organique Chapitre 1 – liaison covalente 18 Chimie organique Chapitre 1 – liaison covalente 20

Quiz Quiz

Hybridation de type sp3 – L’atome de l’azote


En Chimie générale, dans quelle catégorie trouvera-t-on NH3 ?
Quel est le résultat d’une hybridation sp3 de l’azote ? Les molécules avec une paire non liante sont appelées ?
(diagramme d’énergie et remplissage des cases électroniques)
A Acides de BrØnsted

B Bases de BrØnsted

C Acides de Lewis

D Bases de Lewis

Chimie organique Chapitre 1 – liaison covalente 19 Chimie organique Chapitre 1 – liaison covalente 21
1.2 Hybridation sp3 1.2 Hybridation sp3

Hybridation de type sp3 – L’atome d’oxygène


Résumé des conséquences de l’hybridation sp3 :

Oxygène : 8 électrons = 1s22s22p4


Carbone Azote Oxygène

4 liaisons simples 3 liaisons simples 2 liaisons simples


Tétraédrique Pyramidal Triangulaire (plan)
(une paire non liante) (deux paires non liantes)
4 orbitales hybrides sp3
dont deux remplies

L’orbitale sp3 peut se lier avec :


- Une autre orbitale sp3
- Une orbitale s (hydrogène)

Images F. Nivoliers, INSA, Rouen, Fr

Chimie organique Chapitre 1 – liaison covalente 22 Chimie organique Chapitre 1 – liaison covalente 24

1.2 Hybridation sp3 1.3 Hybridation sp2

Hybridation sp3 de l’oxygène : Hybridation sp2 – modèle moléculaire de la liaison p


Conventions de représentation
Cas du carbone : 6 électrons = 1s22s22p2

º º Dans des conditions très énergétiques (voir chap. 2), une hybridation
partielle peut se produire :

Bilan:
4 orbitales sp3 dont deux remplies 1 orbitale p
=> 2 liaisons s possibles
=> Deux paires d’élections non liantes 3 orbitales hybrides sp2

Effet des deux orbitales remplies : angle entre les deux liaisons => 104.5

Chimie organique Chapitre 1 – liaison covalente 23 Chimie organique Chapitre 1 – liaison covalente 25
Quiz 1.3 Hybridation sp2

Cas de l’éthylène : CH2CH2


a) Quelle est la forme d'une orbitale atomique p ?
b) Comment lier un électron d'une orbitale s avec un électron d'une Orbitales atomiques :
orbitale p (créer une orbitale moléculaire entre s et p) ?
(utiliser un hydrogène et un carbone)
Recouvrement latéral d'orbitales p
=> liaison p (pi)

: Orbitales moléculaires

H H

liaison σ C C liaison π

Convention de représentation H H

Liaison p = double liaison

Chimie organique Chapitre 1 – liaison covalente 26 Chimie organique Chapitre 1 – liaison covalente 28

1.3 Hybridation sp2 1.3 Hybridation sp2

Cas du carbone
azote oxygène
1) Les orbitales du niveau énergétique le plus bas se placent
=> Orbitale hybride sp2 : 3 orbitales atomiques identiques
Eloignement maximal => plan

Angle entre chaque orbitale => 120

3 orbitales sp2 dont une remplie 3 orbitales sp2 dont deux remplies
2) L’orbitale la plus énergique se place 1 orbitale p 1 orbitale p
=> Une orbitale p avec éloignement maximal
=> deux liaisons s et une liaison p => une liaison s et une liaison p
par rapport aux orbitales présentes
H H
=> perpendiculaire au plan formé par les
3 orbitales sp2 (ici, plan de la feuille) C N C O

H H H

Chimie organique Chapitre 1 – liaison covalente 27 Chimie organique Chapitre 1 – liaison covalente 29
1.4 Hybridation sp 1.4 Hybridation sp

Expl. : acétylène : CHCH


Hybridation sp – modèle moléculaire de la liaison p

Carbone : 6 électrons = 1s22s22p2 Orbitales atomiques :

L'hybridation très partielle :

Recouvrement latéral d'orbitales p


2 orbitales p => 2 liaisons p

2 orbitales hybrides sp
liaison σ H C C H liaison π

Convention de représentation
2 liaisons p = triple liaison

Chimie organique Chapitre 1 – liaison covalente 30 Chimie organique Chapitre 1 – liaison covalente 32

1.4 Hybridation sp 1.4 Hybridation sp

1) Orbitale hybride sp => 2 orbitales atomiques identiques Azote : 7 électrons = 1s22s22p3

Eloignement maximal => Linéaire


2 orbitales p
Angle entre chaque orbitale => 180
2 orbitales sp dont une remplie

=> une liaison s et deux liaisons p


possibles
2) Deux orbitales p avec éloignement maximal
=> Perpendiculaires aux orbitales sp et perpendiculaires entre elles

liaison σ H C N liaison π
Expl. : HCN

Chimie organique Chapitre 1 – liaison covalente 31 Chimie organique Chapitre 1 – liaison covalente 33
Quiz Quiz

Quel est le résultat d’une hybridation sp de l’oxygène ? Combien y-a-t-il d’orbitales atomiques s, p, sp, sp2 et sp3 ?
(diagramme d’énergie et remplissage des cases électroniques) (uniquement les orbitales liantes)
Combien y-a-t-il de liaisons s et p ?

Chimie organique Chapitre 1 – liaison covalente 34 Chimie organique Chapitre 1 – liaison covalente 36

Résumé hybridation sp2 et sp 1.5 Conséquences géométriques de l’hybridation

Hybridation sp3 => une géométrie tridimensionnelle compliquée


Carbone Azote Oxygène

2 liaisons simples 1 liaison simple Une chaîne de 4 carbones (butane) est représentée ainsi :
sp2
1 double liaison 1 double liaison 1 double liaison
Planaire Planaire Planaire terminal H H
109.5°
H H
Mobilité très grande :
109.5° C C H la rotation autour de la liaison C-C
1 liaison simple H C C 109.5°
sp entraine des conformations différentes.
1 triple liaison 1 triple liaison 0 triple liaison H H H
H

Linéaire Linéaire terminal => impossible 109.5°

Une orbitale sp2 ou sp peut se lier avec une orbitale sp3, sp2, sp ou s
Conformation : isomérie décrivant le fait qu’une molécule existe sous
Une orbitale p peut uniquement se lier avec une autre orbitale p différents arrangements dans l’espace suite à la rotation de liaisons.
(rotation autour des liaisons s, voir chap. 3)

Chimie organique Chapitre 1 – liaison covalente 35 Chimie organique Chapitre 1 – liaison covalente 37
1.5 Conséquences géométriques de l’hybridation 1.6 La liaison covalente polaire

Exemple de liaison covalente polaire


Hybridation sp2 => une géométrie planaire sur une liaison s :
Une chaine de 5 carbones (pent-2-ène) est représentée ainsi :
chloroéthane Caractère +
H H
En de H = 2.2 d+ d-
La double liaison bloque la rotation En de C = 2.5 • Cl
En de Cl = 3.2
H C C

avec un angle de 120 . Caractère -
H H

Densité asymétrique d’électrons sur la liaison C-Cl


=> les 2 électrons sont plus proches du chlore.
Hybridation sp => une géométrie linéaire
Une chaine de 5 carbones (pent-1-yne) est représentée ainsi :
Exemple de liaison covalente polaire H3 C d+ d-
La triple liaison bloque la rotation sur une liaison p :
En de C = 2.5 C O
avec un angle de 180 . En de O = 3.5 H 3C

Chimie organique Chapitre 1 – liaison covalente 38 Chimie organique Chapitre 1 – liaison covalente 40

1.6 La liaison covalente polaire 1.6 La liaison covalente polaire

Electronégativité (En) : tendance d'un atome à attirer vers lui les électrons A la limite, la liaison se rompt = réactivité => réaction chimique
dans une liaison chimique.
H H H H
1a) δ+ δ−
H C C Cl H C C + Cl
H
2.2 H H H H
Li B C N O F
H3 C d+ H3 C
1.0 2.0 2.5 3.0 3.5 4 d-
Na Mg Al Si P S Cl 1b) C O C O

0.9 1.3 1.6 1.9 2.1 2.6 3.2 H 3C H 3C

K Br
0.8 3.0 Liaison polaire => rupture hétérolytique => ions chargés
I
2.7 Si la liaison covalente est apolaire :
H H H H
Différence d électronégativité (DEn) entre les atomes A et B :
H C C H H C • + •C H
0 à 0.4 A : B => liaison covalente "apolaire"
2) H
d+ d- H H H
0.5 à 1.7 A :B => liaison covalente polaire
Liaison apolaire => rupture homolytique => radical
+ -
> 1.7 A B: => liaison ionique Nb impaire d’électrons => état très instable = très réactif

Chimie organique Chapitre 1 – liaison covalente 39 Chimie organique Chapitre 1 – liaison covalente 41
1.6 La liaison covalente polaire Quiz

Au gymnase, on vous a probablement expliqué que si un atome perd 1 électron


Quelle est la représentation sans C ni H de l’ecstasy ?
sa charge devient +. Ici, je montre que quand Cl prend les 2 électrons de la
liaison, la charge de C devient +. Qui a raison ?

Chimie organique Chapitre 1 – liaison covalente 42 Chimie organique Chapitre 1 – liaison covalente 44

1.7 Représentation & base de nomenclature 1.7 Représentation & base de nomenclature

Représentation des molécules Conventions


• Les atomes autres que C et H sont appelés les hétéroatomes
Formule brute : C2H6
• La partie avec un ou plusieurs hétéroatomes est le groupe fonctionnel
O

CH 2 CH2 CH2 C CH3


H 3C CH2 CH O CH2

CH 3

• Les propriétés de la molécule (réactivité, solubilité dans l’eau,


température d’ébullition, etc.) dépendent principalement du groupe
fonctionnel.
Représentation Représentation Représentation Représentation Ainsi, on peut présenter une molécule en se focalisant sur celui-ci :
spatiale plane avec groupes sans carbone O
(formule développée) ni hydrogène* R- = Reste (de la molécule),
R C si plusieurs Restes => R’, R’’,… ou R1, R2,…
O R'

*Les hydrogènes restent visibles s’ils sont liés à d’autres atomes que C. C’est donc le groupe fonctionnel qui est au cœur des propriétés !

Chimie organique Chapitre 1 – liaison covalente 43 Chimie organique Chapitre 1 – liaison covalente 45
1.7 Représentation & base de nomenclature Résumé – chapitre liaison covalente

Groupe fonctionnel : règle de nomenclature & ordre de priorité

- Orbitale atomique : Hybridation sp3, sp2 et sp et orbitales p et s


Groupe fonctionnel structure Exemple
- Orbitale moléculaire : liaisons covalentes s et p
Priorité croissante en nomenclature

Acide carboxylique Acide acétique


- Type de liaison => conséquence sur l’arrangement spatial (mobilité,
Anhydride Anhydride acétique planarité, linéarité).
- Polarisation de la liaison covalente => conséquence sur la réactivité
Ester Acétate d’éthyle
(rupture homo- ou hétérolytique)
Amide Acétamide - Convention de nomenclature et de représentation (sans H ni C quand
c’est possible, tridimensionnelle, avec groupes ou restes)
Aldéhyde Acétaldéhyde
- Groupes fonctionnels principaux et ordre de priorité (nomenclature)
Cétone Acétone

Chimie organique Chapitre 1 – liaison covalente 46 Chimie organique Chapitre 1 – liaison covalente 48

1.7 Représentation & base de nomenclature

Suite de la page 48
Groupe fonctionnel structure Exemple
Alcool Ethanol
Priorité croissante en nomenclature

Thiol Ethanthiol

Amine Ethylamine

Ether Diéthyléther

Molécules sans hétéroatome (formés que de C et H)


Triple liaison Acétylène

Double liaison Ethylène

Seul. liaisons simples Ethane

Chimie organique Chapitre 1 – liaison covalente 47


Chapitre 2
la réactivité
en chimie organique

CO : chap. 3.5 à 3.9 + p. 38-39

Chimie organique Chapitre 2 – réactivité 1


2.1 La réactivité 2.1 La réactivité

La réactivité est la transformation d’une molécule en présence d’une ou


plusieurs autres molécules (les réactifs) en une ou plusieurs nouvelles Parfois, la réaction est catalysée c’est-à-dire accélérée par la présence d’un
substances (les produits). réactif qu’on retrouve parmi les produits. On appelle catalyseur ce type de
substances. Par sa présence, Ea est abaissée facilitant la réaction.
En chimie du carbone, il y a réactivité sur une simple liaison (liaison s) :
A A Comme le catalyseur n’a pas été transformé durant une réaction, il pourra
A C A + B A C B + A accélérer cette même réaction sur une nouvelle molécule, etc...
• Substitution :
A A

A A A A
• Elimination : A C C A C C + 2A

A A A A

ou sur une liaison multiple (liaison p) :


A A A A
• Addition C C + 2A A C C A

A A A A

Chimie organique Chapitre 2 – réactivité 2 Chimie organique Chapitre 2 – réactivité 4

2.1 La réactivité 2.2 Type de réactions : substitution radicalaire

Profil énergétique d’une réaction sans intermédiaire Réaction de substitution : un atome ou groupe d’atomes en remplace un autre.

Ea : énergie d'activation = énergie Cas général :


minimale à fournir afin que les réactifs
deviennent suffisamment instables pour Il faut rompre une liaison s puis en créer une nouvelle. La rupture d’une liaison
que leurs collisions permettent un signifie que sa paire d’électrons se déplace soit sur A, soit sur B ou A et B
réarrangement atomique => réaction héritent d’un électron chacun.
Ceci dépend de la DEn entre les atomes de la liaison voir p. 39-41, chap. 1.
(Si DH < 0 [J] => réaction exothermique)

Si DEn < 0.5 A : B A• + B• rupture homolytique en radicaux


(Ea : Loi d’Arrhenius) d+ d-
Si DEn > 0.5 A :B A+ + B- rupture hétérolytique en ions

Les liaisons commencent à se rompre ou se former jusqu’à l’état de transition


Au final, il existe donc 3 substitutions :
entraînant une géométrie bien définie mais très instable. Cette géométrie sera
avec réactif radicalaire,
responsable de l’arrangement final des produits.
avec réactif à caractère +
(après l’état de transition, il y a seulement terminaison du processus de
avec réactif à caractère -
ruptures et formations de liaisons).
Chimie organique Chapitre 2 – réactivité 3 Chimie organique Chapitre 2 – réactivité 5
2.2 Type de réactions : substitution radicalaire 2.2 Type de réactions : substitution électrophile

1) Substitution radicalaire 2) Substitution électrophile

Rupture homolytique où le réactif comprend un nb impaire d’électrons Rupture hétérolytique où le réactif est pauvre en électrons

δ- δ+
A B C
• A C + B

+

réactif pauvre en électrons et nb impaire réactif pauvre en électrons


d'électrons => réagit avec un élément riche en électrons
+
=> réagit avec un élément riche en électrons => réactif électrophile (E+ ou E d )
=> réactif radicalaire => réaction de substitution électrophile SE
=> réaction de substitution radicalaire

DEn entre A et B < 0.5 => pas de polarisation notable de la liaison A-B DEn entre A et B > 0.5 => polarisation notable de la liaison A-B avec charges
partielles sur A et B.
=> Rupture hétérolytique de la liaison

Chimie organique Chapitre 2 – réactivité 6 Chimie organique Chapitre 2 – réactivité 8

2.2 Type de réactions : substitution radicalaire 2.2 Type de réactions : substitution électrophile

Electrophiles courants :
Exemple : substitution radicalaire (bromation du méthane):

Electrophile (E+) Réactif


(X = halogène)
hn
Très fort R+ (expl "CH3+") R-X + AlCl3
octet incomplet Réactif de Friedel-Crafts
R-C+=O R-C(=O)-X + AlCl3
Acyle de Friedel-Crafts
X+ X2 parfois renforcé par
Réaction radicalaire initiée par un générateur de radicaux : FeX3
- X2 + hn (énergie lumineuse = Cste de Planck x la fréquence de la lumière) Fort H+ HX
X2 = F2, Cl2 Br2 ou I2 octet complet & NO2+ HNO3 + H2SO4

- peroxyde (expl. H2O2 -> H-O-O-H ou R2O2 -> R-O-O-R) charge positive SO3H+ SO3 + H2SO4

Toutes ces situations sont un liaison entre 2 atomes très En avec DEn = 0

Chimie organique Chapitre 2 – réactivité 7 Chimie organique Chapitre 2 – réactivité 9


2.2 Type de réactions : substitution électrophile 2.2 Type de réactions : substitution nucléophile

Nucléophiles courants :
Exemple : SE du benzène en bromobenzène (bromation du benzène):
Nucléophile - Réactif
d
(Nu- ou Nu: ) (X = halogène)
Doubles liaisons = site riche en électrons Très fort R- (expl. "CH3-") R-MgX (R-X + Mg) (chap. 11)
H H H H
Réactif de Grignard
Fort -CH
2C=O CH3C=O + base (chap. 11)
δ+ δ− δ+
H H + Br Br FeBr 3 H Br ++ FeBr
H+ +4 FeBr4-
-
I- HI
H H H H
OH-, RO- NaOH, RONa (chap. 7)
L'électrophile attaque un site riche en électrons. Faible CH3COO- CH3COOH

La cinétique montre qu’il n’y a qu’un mécanisme où la vitesse dépend Br -, Cl-, F- HBr, HCl, HF
d-
des deux réactifs => uniquement SE NH3 (H-NH2)
d- d-
H2O (H-OH), R-OH

Chimie organique Chapitre 2 – réactivité 10 Chimie organique Chapitre 2 – réactivité 12

2.2 Type de réactions : substitution nucléophile Quiz

3) Substitution nucléophile
Quelle est la raison qui conduit à ce que le réactif CH3-Mg-Cl
Rupture hétérolytique où le réactif est riche en électrons entraine la création de "CH3-" et non pas "CH3+" ?

δ- δ+
A La différence d’électronégativité entre C et Mg
réactif riche en électrons
=> réagit avec un atome pauvre en électrons B Le caractère nucléophile du carbone
-
=> réactif nucléophile (Nu- ou Nu: d )
=> réaction de substitution nucléophile SN C La propension de Mg à former des sels

DEn entre A et B > 0.5 => polarisation notable de la liaison A-B avec charges
partielles sur A et B

Chimie organique Chapitre 2 – réactivité 11 Chimie organique Chapitre 2 – réactivité 13


2.2 Type de réactions : substitution nucléophile 2.2 Type de réactions : substitution nucléophile

Exemple : SN du iodométhane en méthanol; 2 mécanismes envisageables : Comment savoir quel est le bon chemin réactionnel entre SN1 et SN2 ?

Mécanisme en une étape = SN2 (2 réactifs réagissent ensemble) Par observation en cinétique de réaction.

HO CH3 Cl C’est-à-dire en observant l’évolution de la vitesse de réaction en fonction


de la concentration des réactifs. On constate que :
état de transition

d- d- d+
d+ HO CH3 + Cl
SN2 : V dépend de la concentration de chaque réactif
HO + CH3 Cl

réactifs
SN1 : V dépend uniquement de la concentration de la molécule qui va
produits
HO + CH3 + subir la SN.
Cl

intermédiaires réactionnels Ultérieurement, nous comprendrons pourquoi SN2 ou SN1 par l’étude du
mécanisme de réaction.

Mécanisme en deux étapes = SN1 (chaque réactif réagit successivement)

Chimie organique Chapitre 2 – réactivité 14 Chimie organique Chapitre 2 – réactivité 16

2.2 Type de réactions : substitution nucléophile 2.2 Type de réactions : substitution nucléophile

Profil énergétique d’une réaction avec intermédiaire réactionnel La cinétique montre que la substitution du iodométhane en méthanol
par OH- est une SN2 :
δ+
d- d+
δ−
Etats de transition HO + CH3 Cl HO CH3 Cl HO CH3 + Cl

L'intermédiaire réactionnel est


une espèce chimique temporaire
ayant une durée d'existence Exemple d’une SN1 (mécanisme en 2 étapes) :
Intermédiaire
généralement courte mais mesurable
Ea Intermédiaire réactionnel
réactionnel
carbocation

d+ d- d- d+
DHo

et donc V1 << V2

C’est l’étape la plus lente qui détermine la vitesse globale de réaction

Chimie organique Chapitre 2 – réactivité 15 Chimie organique Chapitre 2 – réactivité 17


2.3 Type de réactions : élimination 2.3 Type de réactions : élimination

Réaction d’élimination E
Elimination E1 : chaque groupe par successivement
Le produit final a perdu des atomes entraînant la création d’une liaison multiple.
Exemple avec un halogénoalcane (X = n’importe quel halogène)
L’élimination est initiée par une base qui arrache H+ (comme toute base) :

lent rapide

réactif Intermédiaire produit


Réactionnel carbocation
Il faut que A ait une forte En. Après le départ de H+,
le doublet d’électrons de
cette liaison va sur le C adjacent avec départ de A-.
V dépend uniquement de la concentration en réactif car la réaction lente
se déroule avant que la base intervienne.

Chimie organique Chapitre 2 – réactivité 18 Chimie organique Chapitre 2 – réactivité 20

2.3 Type de réactions : élimination Quiz

L’élimination peut être concertée (E2) ou successive (E1). La cinétique montre Représenter le diagramme énergétique de la E1 de la page précédante
Quel mécanisme est suivi.

Elimination E2 : les 2 atomes partent simultanément


Exemple avec un halogénoalcane (X = n’importe quel halogène)

Energie potentielle
réactif produit

V dépend de la concentration en réactif et en base Coordonnées de réaction

Chimie organique Chapitre 2 – réactivité 19 Chimie organique Chapitre 2 – réactivité 21


2.4 Type de réactions : addition électrophile 2.4 Type de réactions : addition nucléophile

Réaction d’addition (réaction inverse de l’élimination)


Le réactif reçoit des atomes supplémentaires Addition nucléophile AN
=> des atomes doivent pouvoir créer de nouvelles liaisons Addition sur une liaison riche en électrons et réactif nucléophile est contradictoire.
=> l’addition est uniquement possible sur des liaisons multiples
Comment appauvrir une double liaison ? A B
L’addition peut être nucléophile, électrophile ou radicalaire
d+ • d-
Addition électrophile AE : un électrophile réagira facilement avec une double Avec une différence de polarisabilité A
liaison car elle est riche en électrons. •B

δ+ δ-
A B Quiz: Quel tandem a la plus forte différence d’électronégativité ?

H H H B 1) R2C CR2
A
C C A+ B- C C 2) R2C NR
H
H H
H H 3) R2C O
A+, électrophile, s’additionne en premier, puis B-, nucléophile, termine l’addition

Chimie organique Chapitre 2 – réactivité 22 Chimie organique Chapitre 2 – réactivité 24

2.4 Type de réactions : addition radicalaire 2.4 Type de réactions : addition nucléophile

Addition radicalaire Addition nucléophile AN

Il manque un électron au radical qui cherchera un site riche en électrons. L’addition nucléophile est possible sur une double liaison polarisée.
Le meilleur cas est C=O (nous ne recontrerons que celui-ci)
Exemple : addition de HBr sur l’éthylène catalysée par la lumière
Exemple : addition du réactif de Grignard
δ+
MgCl
d- δ−
O O
δ− δ+ +
hn Addition nucléophile CH3CH 2 MgCl + C d C
CH3
H 3C CH3 H 3C
CH 2CH3

Réaction terminée par une hydrolyse


(= addition d'eau)
car l'intermédiaire R-O-MgCl n'est pas une molécule purement organique

Chimie organique Chapitre 2 – réactivité 23 Chimie organique Chapitre 2 – réactivité 25


Quiz 2.5 Type de réactions : « oxydation et réduction »

Les réactions d'addition et d'élimination entraînent une modification du


degré d'oxydation des C. Par simplification, on utilise le terme :
L’hydrolyse est une réaction :
-Oxydation : pour les réactions avec une perte d'atomes d'hydrogène ou un
A de décomposition de l'eau en H+ et OH- gain d'atomes d'oxygène

B de décomposition d’une molécule par les ions H+ et/ou OH- de l’eau -Réduction : pour les réactions avec un gain d'atomes d'hydrogène ou une
perte d'atomes d'oxygène
C acide-base

Le symbole [O] est souvent employé pour indiquer une oxydation.

Chimie organique Chapitre 2 – réactivité 26 Chimie organique Chapitre 2 – réactivité 28

Quiz 2.6 Mécanismes de réaction

Quel est le degré d'oxydation du/des C de la double liaison Rappel : le mécanisme réactionnel comprend les étapes suivantes :
avant et après addition ?
• Rupture de liaisons covalentes => déplacements d’électrons
• Passage par un état intermédiaire : état de transition/intermédiaire réactionnel
• Création de nouvelles liaisons covalentes => déplacements d’électrons

a)Représentation des ruptures et créations de liaisons covalentes


Rupture hétérolytique : une flèche indique le déplacement du doublet d’électrons
(le doublet peut être une liaison ou une paire non liante).

H H HBr / hν H H
H
C C C C
H
H H H Br

Les électrons se déplacent toujours depuis un atome sur un autre atome cible

Chimie organique Chapitre 2 – réactivité 27 Chimie organique Chapitre 2 – réactivité 29


2.6 Mécanismes de réaction 2.6 Mécanismes de réaction

Représentation de molécules en tenant compte de la taille des orbitales


Rupture homolytique : deux flèches partent du milieu de la liaison
indiquant que les deux atomes de la liaison reprennent chacun un électron. Orbitales de (CH3)3CBr Orbitales de CH3I
hn
Rouge = Br Violette = I
Blanche = H Blanche = H
Grise = C Grise = C
b) Etat de transition et intermédiaire réactionnel
Ils sont la clé permettant de prédire l’arrangement spatial du produit final.

Etat de transition : état non mesurable mais de géométrie définie

Intermédiaire réactionnel :
- Carbocation (C+) : 6 électrons => très réactif car déficit d’électrons
Avant rupture, C doit être l'atome le moins électronégatif
- Carbanion (C-) : 8 électrons => très réactif car En du C est faible
Avant rupture, C doit être l'atome le plus électronégatif
- Radical libre (C ) : Nb impaire d'électrons (7) => extrêmement réactif
Un initiateur débute la réaction (lumière ou peroxyde)

Chimie organique Chapitre 2 – réactivité 30 Chimie organique Chapitre 2 – réactivité 32

2.6 Mécanismes de réaction Quiz

Quelle est la structure 3D, l’état d’hybridation de C et le nom de chacun des 2


Importance de la géométrie de l'état de transition / intermédiaire réactionnel. intermédiaires réactionnels issus de la rupture hétérolytique de la liaison C-A?

Exemple : état de transition d’une SN2 => effet parapluie

HO
H H
H δ− H -A-
δ+ δ− δ− d- d+
H C Cl HO C Cl HO C H + Cl A

H H H C
H
H
H
Exemple : intermédiaire réactionnel d’une SN1 => 2 possibilités
-A+

H 3C δ+ δ− d+ d- d- d+
H 3C C Br

H 3C

Chimie organique Chapitre 2 – réactivité 31 Chimie organique Chapitre 2 – réactivité 33


Résumé – chapitre réactivité

Réactivité en chimie organique :

-Substitution : • nucléophile concertée SN2 ou par un intermédiaire SN1


• électrophile SE
• radicalaire

- Addition : • nucléophile AN
• électrophile AE
• radicalaire

- Elimination : • concertée E2 ou par un intermédiaire E1

- Oxydation et réduction

Chimie organique Chapitre 2 – réactivité 34


Chapitre 3
les hydrocarbures saturés
Alcanes & cycloalcanes

CO : chap. 2.2 à 2.7 + 2.9 à 2.11

Chimie organique Chapitre 3 – alcanes & cycloalcanes 1


3. Les hydrocarbures - introduction 3.1 Nomenclature des alcanes

Carbures = composés du carbone avec un élément autre que l’oxygène Hydrocarbures saturés = alcanes et cycloalcanes
Hydrocarbures = composés constitués uniquement de C et H.
Alcane :
Ce sont des dérivés du pétrole et du gaz naturel. Voir CO51 Formé uniquement de liaisons s entre C et H: formule brute CnH2n+2
raffinage : Source d’énergie et de matières premières pour l’industrie. Suffixe : -ane Racine : alc-

Les hydrocarbures sont répartis en 3 types en fonction de la réactivité : Exemple :

1) Hydrocarbures saturés : composés formés uniquement par des


liaisons simples (liaisons s) (chap.3)

2) Hydrocarbures insaturés : composés comportant au moins une


liaison multiple (liaisons p) (chap. 5)
Suffixe -ane = classe chimique des hydrocarbures saturés
3) Hydrocarbures aromatiques : composés cycliques avec des liaisons Racine alc- = chaîne carbonée (longueur non définie)
multiples (liaisons p) en résonance (chap. 6)
NB: je peux parfois utiliser le terme de chaîne aliphatique = chaîne carbonée.

Chimie organique Chapitre 3 – alcanes & cycloalcanes 2 Chimie organique Chapitre 3 – alcanes & cycloalcanes 4

3.1 Nomenclature des alcanes 3.1 Nomenclature des alcanes

La nomenclature en chimie est définie par la IUPAC : International Union of


Nomenclature de la chaîne carbonée
Pure and applied Chemistry
Le nom scientifique d'une molécule organique débute toujours par une Nb de C Racine Alcane Formule brute
racine et se termine toujours par un suffixe :
1 méth- Méthane CH4
racinesuffixe 2 éth- Ethane CH3CH3 => C2H6
3 prop- Propane CH3CH2CH3 => C3H8
Racine : indique la longueur de la chaîne principale (= nb de carbones).
Lorsque la molécule est cyclique, la racine est souvent un nom trivial. 4 but- Butane C4H10
5 pent- Pentane C5H12
Suffixe : indique la classe chimique de la molécule. Cette classe dépend du 6 hex- Hexane C6H14
groupe fonctionnel présent dans la molécule. En effet, les propriétés
physiques (expl. solubilité dans l'eau, température de fusion ou d'ébullition) 7 hept- Heptane C7H16
et chimiques (réactivité) sont très similaires entre molécules possédant le 8 oct- Octane C8H18
même groupe fonctionnel. 9 non- Nonane C9H20

La liste des groupes fonctionnels rencontrés durant le cours de Chimie 10 déca- Décane C10H22
organique figure au tableau p. 46-47 du chap. 1.

Chimie organique Chapitre 3 – alcanes & cycloalcanes 3 Chimie organique Chapitre 3 – alcanes & cycloalcanes 5
Au quotidien – la production de méthane Quiz

Le méthane Peut-on imaginer d'autres alcanes avec la formule brute du quiz P.7 ?

Production annuelle : 500 millions de tonnes

Principalement par la décomposition de matière organique


en absence d’air :

50% Rizières, barrages qui ont inondé des forêts, décharge, marécage
15% Biomasse (fermentation des feuilles) et fonds des océans.
20% Pétrole et gaz naturel
15% Ruminants

Un ruminant produit env. 120 l de méthane par jour expectoré


principalement par la bouche.

Le méthane est un gaz à effet de serre beaucoup plus efficace que le


dioxyde de carbone.

Chimie organique Chapitre 3 – alcanes & cycloalcanes 6 Chimie organique Chapitre 3 – alcanes & cycloalcanes 8

3.1 Nomenclature des alcanes 3.1 Nomenclature des alcanes

Définitions : Définitions
- n-alcane : alcane formé d’une seule chaine (n : normal (= linéaire))
- Isomères de constitution ou isomères de structure : molécules ayant
- Groupe méthylène : -CH2- ou CH2= une formule brute identique, mais des formules développées différentes.
Les propriétés physico-chimiques sont différentes (Eb., F, densité, etc.)
- Série homologue : suite de molécules différentiées uniquement par le nb
de groupes méthylènes. Propriétés physico-chimiques très similaires. - Alcane ramifié : alcane possédant une ou plusieurs chaînes latérales.
Les ramifications sont appelées des substituants. Lorsque le
Quiz : Quel est le nom, la formule brute et la formule développée d’un substituant est un alcane, il s’agit d’un groupe alkyle.
alcane linéaire avec 5 groupes méthylènes successifs ?
- Suffixe -yle : chaine carbonée reliée à la chaîne principale

Exemple d’isomères
de structure

Chimie organique Chapitre 3 – alcanes & cycloalcanes 7 Chimie organique Chapitre 3 – alcanes & cycloalcanes 9
3.1 Nomenclature des alcanes Quiz

Règles de nomenclature pour nommer un carbone ramifié : Nommer quelques molécules ayant pour formule brute C6H14

En fonction du nombre de liaisons formées avec d’autres atomes de


carbone, un carbone donné est appelé :

CH3

Nommer la molécule suivante : CH 2 CH CH 3


H 3C CH CH 2
Notion très importante pour comprendre des différences de réactivité.
Voir chap. 7 à 10. H 3C CH 2
CH 2

Chimie organique Chapitre 3 – alcanes & cycloalcanes 10 Chimie organique Chapitre 3 – alcanes & cycloalcanes 12

3.1 Nomenclature des alcanes 3.2 Conformation des alcanes

Règles de nomenclature pour nommer un composé ramifié :


Arrangement spatial
1) Identifier et nommer la chaîne la plus longue
Exemple : nonane Rappel chap. 1 : une liaison s entre 2 carbones sp3 permet une rotation
complète autour de la liaison
2) Identifier et nommer les chaînes latérales => la molécule peut prendre différents arrangements dans l’espace,
(substituants) ce sont les conformations.
S’il y a plusieurs substituants identiques => préfixe di, tri, tétra,…
Le suffixe –ane est remplacé par –yle. Exemple : CH3- = méthyle
Conformations différentes
3) Indiquer la position de chaque substituant
=> conformères = rotamères = isomères conformationnels
le numéro de position doit être aussi court que possible
le numéro est indiqué avant le substituant. Exemple : 2-méthyle

4) Constituer le nom de la molécule par ordre alphabétique, séparé par A T ambiante : équilibre dynamique; les différents conformères sont
des tirets et terminé par la chaîne principale. interconvertibles (108 à 1010 rotations / s).
Exemple : 6-éthyl-2-méthylnonane A T basse, la mobilité baisse et la conformation se fixe.
(Dans la pratique, j’écris le nom de la chaine principale en laissant de la place
à gauche puis j’ajoute les substituants)
Chimie organique Chapitre 3 – alcanes & cycloalcanes 11 Chimie organique Chapitre 3 – alcanes & cycloalcanes 13
3.2 Conformation des alcanes 3.3 Nomenclature des cycloalcanes

Projection de Newman
Hydrocarbures saturés = alcanes et cycloalcanes
Pour identifier les différentes conformations, on utilise la projection de Newman.
On représente la molécule dans l’axe de la liaison C-C d’intérêt.
Cycloalcane : Alcane cyclique : formule brute CnH2n
Exemple : n-butane (boule noire = groupe méthyle)
Comportement chimique (réactivité) analogue à celle des alcanes
60° 120°
H H H Suffixe : -ane Racine : cycloalc-

H H H H H H (on ajoute le préfixe cyclo au nom de l’alcane ou de l’alkyle)


H
H H

forme éclipsée forme décalée


énergétiquement gauche forme décalée anti
défavorable énergétiquement
la plus favorable
A 25 C
Proportion : 0.01% 28% 72%
DH ~11 kJ/mol entre les formes anti et éclipsées cyclopropane cyclobutane cyclopentane cyclohexane

Animation : http://clemspcreims.free.fr/Simulation/Chimie/butane.swf Eb. -33 C Eb. 12 C Eb. 49 C Eb. 81 C

Chimie organique Chapitre 3 – alcanes & cycloalcanes 14 Chimie organique Chapitre 3 – alcanes & cycloalcanes 16

3.2 Conformation des alcanes 3.3 Nomenclature des cycloalcanes

Projection de Newman et structure tridimensionnelle Tension du cycle : Rappel chap. 1 :


L’angle normal d’une liaison sp3-sp3 = 109.5
Représentation de la molécule dans les diverses conformations CH2
Pour le cyclopropane :
Newman => Tensions dans le cycle
60° => Liaisons C-C moins forte
H
H H2 C CH2 => Très réactif (= la liaison se casse pour
H
C H3 C H H 3C H
H3 C CH3 réagir avec une autre substance)
H H H CH 3
C C C C C C
H H
H H H H
C
CH3 H H CH 2 H2 C CH2
H H H
H H
H
H 2C CH 2 H2C CH2
108° H 2C 120° CH2
anti anti gauche éclipsé 90°
H 2C CH 2 H2C CH 2 H2 C CH2

La forme en zig-zag est la plus favorable tensions Angle ~idéal Angle trop grand

Chimie organique Chapitre 3 – alcanes 15 Chimie organique Chapitre 3 – alcanes & cycloalcanes 17
3.3 Nomenclature des cycloalcanes 3.4 Propriétés des alcanes

Cyclohexane : le cycle n’est pas planaire pour conserver l’angle à 109.5. a) Propriétés physico-chimiques

Les 2 conformations du cyclohexane : - Substances apolaires = non miscibles à l’eau


= hydrophobes = lipophiles (voir chap.13b - lipides)
très peu de différence d’électronégativité => très apolaire

- Bas point d’ébullition => substances volatiles


bateau chaise n < 5 => gaz (n : nb de carbones)

- Sans odeur jusqu’à n = 4 (ensuite odeur de l’essence) généralement


Arrangement des atomes : H = axial H = équatorial peu toxique (sauf le n-hexane).
H H H H
H - Chimiquement inerte car les liaisons s entre C-C et C-H sont fortes.
H H
H ancien nom : paraffines « parum affinis » = sans affinité (n > 20)
H H H H
H H H
H H
H H H
H H H H

Chimie organique Chapitre 3 – alcanes & cycloalcanes 18 Chimie organique Chapitre 3 – alcanes & cycloalcanes 20

Quiz 3.4 Propriétés des alcanes

Représentez en projection de Newman les formes chaise et bateau


du 1,2-diméthylcyclohexane. Température d’ébullition de la série homologue des n-alcanes :
S’agit-il de deux confromères ou deux molécules différentes ?
(le regard est placé dans l'axe des liaisons rouges) Eb [°C]
200
150
100
H3C
H3C
Eb. augmente avec la masse 50
(groupe méthylène) 0
CH3 H3C

-50 0 2 4 6 8 10 12
-100
-150
-200
nb de carbones

Chimie organique Chapitre 3 – alcanes & cycloalcanes 19 Chimie organique Chapitre 3 – alcanes & cycloalcanes 21
Au quotidien – essence et indice d’octane 3.4 Propriétés des alcanes

Composition d’une essence classique : b) Propriétés biologiques

• 20-30% d’alcanes Les alcanes présentent tous les défauts pour avoir une utilité biologique :
• 5% cycloalcanes - peu réactif et insoluble dans l’eau.
• 30 à 45% d’alcènes (chap. 5)
• 30 à 45% d’hydrocarbures aromatiques (chap. 6) Les plantes fabriquent peu de purs alcanes. On en trouve à la surface de
+ des additifs certains fruits (pommes) ou feuilles (feuilles brillantes) pour les protéger
de l’humidité grâce à leur propriétés hydrophobes.
La surface de la pomme est protégée par une paraffine en C27H56.
Diesel et mazout :
~ même composition : 75% d’alcanes et 25% aromatiques Les alcanes à longues chaines sont très importants quand ils ont une
Fraction de distillation entre 250 et 400 C. fonction à l’une des extrémités (voir chap. 13b - lipides).

mais le mazout est détaxé !

Pour traquer la fraude, on ajoute notamment au mazout un colorant rouge

Chimie organique Chapitre 3 – alcanes & cycloalcanes 22 Chimie organique Chapitre 3 – alcanes & cycloalcanes 24

Au quotidien – essence et indice d’octane 3.5 Réactivité des alcanes

Indice d’octane Comme les alcanes sont des composés très stables (paraffines), leur
réactivité sera très limitée et uniquement avec des réactifs très énergétiques.
Résistance à la détonation (auto-allumage) d’un carburant comprimé

Echelle antidétonante : 0 = heptane (mauvais) Substitution ?


100 = « isooctane » (très bon) Oui mais, seulement si on parvient à casser une liaison C-H

Addition ?
Un indice de 95 signifie que le carburant se comporte comme un mélange Non car système saturé
de 95% d’isooctane et 5% d’heptane. L’auto-détonation induit le cliquetis,
Elimination ?
Non, extrêmement difficile car deux liaisons C-H à casser

Oxydation ?
Oui, si oxydant très fort = combustion des hydrocarbures

Réduction ?
Non, déjà réduit (voir aussi définition réduction au chap. 2)
Source : hmf.enseeiht.fr/travaux

Chimie organique Chapitre 3 – alcanes & cycloalcanes 23 Chimie organique Chapitre 3 – alcanes & cycloalcanes 25
Quiz 3.5 Réactivité des alcanes

En chimie organique, seules les oxydations qui conservent les


Quel(s) type(s) de substitution est / sont imaginable(s) sur un alcane ? caractéristiques des molécules organiques sont intéressantes. Il s'agit des :

Oxydations douces = oxydation arrêtée avant le degré maximal d'oxydation


Nu- H H E+ du carbone.
1) Substitution nucléophile SN
2) Substitution électrophile SE C C
3) Substitution radicalaire H H Les alcanes sont insensibles aux oxydants doux. En leur présence, on
H
H assiste à aucune rupture de liaison C-C ou C-H.
R

Exemples d'oxydants doux (oxydants classiques) :


Aide : penser aux propriétés des réactifs et à la différence Permanganate de potassium KMnO4,
d’électronégativité chap. 1, p. 39-41 et chap.2. p. 5. Chromates de potassium K2Cr2O3, K2Cr2O7, K2CrO4,
Ozone O3

Symbole générique pour indiquer une réaction d’oxydation : [O]

Chimie organique Chapitre 3 – alcanes & cycloalcanes 26 Chimie organique Chapitre 3 – alcanes & cycloalcanes 28

3.5 Réactivité des alcanes 3.5 Réactivité des alcanes

Oxydation Substitution radicalaire : Halogénation


L'oxydation des hydrocarbures est la combustion, entraînant une
oxydation maximale du carbone. hn
H 3C H + Cl Cl H 3C Cl + H Cl
Exemple : combustion du méthane lumière
CH4 + 2 O2 CO2 + 2 H2O
(Réaction exothermique DH = - 892 kJ/mol)
Rappel physique : énergie d’un photon E = hn [J]
h : Constante de Planck [J∙s]
n : fréquence du photon [Hz]
Si l’apport en oxygène est insuffisant, combustion partielle

CO + 2 H2O Mécanisme de la réaction radicalaire : 3 étapes


CH4 + 3/2 O2
1) Initiation
Ces réactions sont totalement inintéressantes en chimie organique car hn
les produits obtenus n'ont plus de caractère organique.
Energie de liaison faible car 2 atomes très En => rupture facile

Chimie organique Chapitre 3 – alcanes & cycloalcanes 27 Chimie organique Chapitre 3 – alcanes & cycloalcanes 29
3.5 Réactivité des alcanes Quiz

2) Propagation Combien de molécules différentes sont produites durant la propagation si


du brome (Br2) réagit, catalysé par la lumière, sur du 2-méthylbutane ?
(une seule Srad par molécule)

Ce radical réagira ensuite


avec un nouveau méthane
=> propagation

3) Terminaison

Chimie organique Chapitre 3 – alcanes & cycloalcanes 30 Chimie organique Chapitre 3 – alcanes & cycloalcanes 32

Quiz Résumé sur la réactivité des alcanes

Que peut-on imaginer s’il y a un excès de chlore dans la solution ?

H H Pas de différence d’électronégativité


Pas de site particulier
C H Pas de réactivité sauf si la réaction
R C est très ENERGETIQUE :
H Réactions radicalaires et combustion
H

Chimie organique Chapitre 3 – alcanes & cycloalcanes 31 Chimie organique Chapitre 3 – alcanes & cycloalcanes 33
Chapitre 4
la stéréochimie

CO : chap. 6 + 2.8 + 3.3 à 3.4

Chimie organique Chapitre 4 - Stéréochimie 1


4.1 Les bases de l’isomérie 4.2 Les énantiomères et la chiralité

La stéréochimie est l'étude de l'arrangement spatial des atomes au sein des


molécules. On parle d'isomérie quand l'arrangement spatial est comparé Enantiomères et Chiralité
entre deux molécules ayant même formule brute.
Quelle est la différence entre une paire de gants et une paire de chaussettes ?
Il existe 3 types d’isoméries :
Le gant gauche est un objet non superposable au gant droit et l'image miroir
1) Isomérie de conformation (voir chap. 3 – alcanes) du gant gauche est identique au gant droit. Pour que ce soit possible, le gant
Conformères = isomères de conformation = rotamères ne doit pas posséder de plan de symétrie; il est asymétrique.
La rotation autour d’une liaison sp3 entraîne des arrangements
énergétiquement plus ou moins favorables. La chaussette gauche est parfaitement superposable à la chaussette droite;
La projection de Newman permet de visualiser les effets. elles sont symétriques. La chaussette possède au moins un plan de symétrie.

2) Isomérie de constitution ou de structure (voir chapitre 3 - alcanes)


Même formule brute mais ordonnancement différent des atomes
Quand l’objet asymétrique est une molécule, elle est appelée molécule chirale
(de "main" en grec).
Exemple : Si la molécule possède une symétrie, elle sera achirale.
O
formule brute C2H6O OH

Chimie organique Chapitre 4 - Stéréochimie 2 Chimie organique Chapitre 4 - Stéréochimie 4

4.1 Les bases de l’isomérie 4.2 Les énantiomères et la chiralité

3) Stéréoisomérie (ou isomérie stérique) Comment obtenir une molécule chirale (asymétrique) ?

Se rapporte aux molécules dont la structure en deux dimensions est identique Pour présenter une absence de plan de symétrie, la molécule doit posséder
mais tridimensionnellement différente (forme occupée dans l'espace). un centre asymétrique, un centre chiral (un atome qui porte la chiralité).

Il existe quatre catégories de stéréoisomères : Le C sp3 présente idéalement cette propriété géométrique lorsqu'il est lié à
quatre substituants différents A, B, C et D :
a) Les énantiomères : stéréoisomères image miroir et non superposables

b) Les diastéréoisomères : stéréoisomères non image miroir A A

Absence de symétrie C C
c) Les composés méso : stéréoisomères image miroir et superposables = chiralité D D
B B
C C
d) Les isomères géométriques cis-trans et E-Z
(cas particulier des diastéréoisomères (voir aussi chap. 4 – alcènes)) miroir

Les deux molécules sont 1) images miroir et 2) non superposables:


Ce sont des stéréoisomères appelées des énantiomères.

Chimie organique Chapitre 4 - Stéréochimie 3 Chimie organique Chapitre 4 - Stéréochimie 5


Quiz 4.2 Les énantiomères et la chiralité

Quelle molécule est image miroir de 1 ? Propriétés des énantiomères (conséquence de la chiralité)
Quel est le nom de la relation structurale entre 1-2 et 1-3 ?
Chimiquement, les énantiomères sont identiques en tout point sauf pour
leur chiralité
Ø physiques (Eb. F. densité, etc.) sont identiques
Ø chimiques (réactivité) sont identiques

excepté lorsqu'ils sont en présence d'interactions aussi chirales.


miroir
Biologiquement, les énantiomères, comme un médicament, ont souvent
des effets physiologiques différents, voire antagoniques. Ceci parce que la
chiralité est une caractéristique du vivant et que nos molécules chirales
sont énantiomériquement pures.

Chimie organique Chapitre 4 - Stéréochimie 6 Chimie organique Chapitre 4 - Stéréochimie 8

4.2 Les énantiomères et la chiralité 4.3 La chiralité et l’activité optique

Définitions proportion
Avec 4 substituants différents, l’atome de carbone sp3 présente une
géométrie tétraédrique qui permet la chiralité : A A
Substance énantiomériquement pure
Exemple : 3-méthylhexane Présence d’un seul énantiomère
D D
B B
C C
CH 3 CH 3

H 3C C* C* CH 3
CH2
H H
CH 2
Substance avec excès énantiomérique
CH 2 CH 2 CH2 CH 2 L’un des énantiomères est en excès
CH 3 H 3C
C* = carbone chiral par rapport à l’autre dans un mélange
= centre asymétrique

miroir
Mélange racémique (= racémate)
L'arrangement autour du C* s'appelle la configuration Mélange 50:50 des deux énantiomères
carbone sp2 => orbitales planaires => plan de symétrie
carbone sp => orbitales linéaires => infinité de plans de symétrie

Chimie organique Chapitre 4 - Stéréochimie 7 Chimie organique Chapitre 4 - Stéréochimie 9


4.4 La configuration absolue 4.4 La configuration absolue

La configuration absolue est une règle de nomenclature pour indiquer de Détermination de la configuration absolue de l’acide lactique :
manière univoque l’arrangement spatial autour du centre chiral :

Configuration R ou S (Rectus ou Sinister)


(= Règle de Cahn - Ingold – Prelog) 1) Numéroter :

1.Classer les substituants du C* par priorité (de 1 à 4)


2.Placer le substituant N 4 caché derrière le C*
3.Observer le sens de la séquence 1-2-3
Sens des aiguilles de la montre : R (rectus) 2) Cacher substituant N 4:
Sens contraire : S (sinister)
1 1

2 3
regard 4 C* regard
4 C*

3 2 R (rectus)
1
3) Sens de la séquence :
2 1 3

S R
=> Acide (R)-lactique
3 2

Chimie organique Chapitre 4 - Stéréochimie 10 Chimie organique Chapitre 4 - Stéréochimie 12

4.4 La configuration absolue 4.4 La configuration absolue

Règles de priorité pour le classement des substituants autour du C* Nomenclature D – L (voir chap. 14 et 15)
Avant l’adoption des règles de configuration R et S, on utilisait une
Règle 1 : plus le N atomique de l’atome est grand, nomenclature établie par Fischer pour les sucres et acides aminés.
plus le substituant est prioritaire : I > Br > Cl > S > F > O > N > C > H

Règle 2 : si plusieurs atomes liés à C* sont identiques, on compare leurs voisins :

Règle 3 : les liaisons multiples sont comptabilisées comme si plusieurs liaisons


simples existaient : Les lettres D et L ont été arbitrairement donnée aux deux formes
du glycéraldéhyde.
Þ
Pour les sucres et acides aminés, il s’avèrent que L=S et D=R
C lié à C "lié" à Cette nomenclature n’est pas utilisée pour d’autres molécules.
1O et 2H 2O et 1H

Chimie organique Chapitre 4 - Stéréochimie 11 Chimie organique Chapitre 4 - Stéréochimie 13


Quiz 4.5 Les diastéréoisomères

Quelles sont les configurations absolues de deux acides aminés (chap. 14b) ? Comment simplifier la comparaison entre molécules ?

cystéine sérine

Les placer verticalement.

Faire une rotation des


liaisons s des C* pour
avoir la même succession
verticale.

Comparaison :
un C* avec même configuration et un C* avec configuration inverse =>
molécules différentes et non superposables => diastéréorisomères

Chimie organique Chapitre 4 - Stéréochimie 14 Chimie organique Chapitre 4 - Stéréochimie 16

4.5 Les diastéréoisomères 4.5 Les diastéréoisomères

Chiralité & réaction entre deux molécules chirales Cas général de molécules avec deux centres chiraux

Mélange racémique Mélange racémique ?

Chaque C* peut être R ou S => 4 stéréoisomères


NON ! Les deux molécules formées par cette réaction sont des stéréo-
isomères mais ne sont pas images miroir = définition de diastéréoisomères.

Les réactions entre molécules chirales entraînent une différentiation forte: Une substance avec n centres chiraux peut avoir
les diastéréoisomères n'ont pas les mêmes propriétés physiques. au maximum 2n stéréoisomères

Chimie organique Chapitre 4 - Stéréochimie 15 Chimie organique Chapitre 4 - Stéréochimie 17


Pour la prochaine séance 4.5 Les diastéréoisomères

Soit le composé ci-dessous sans indication de configuration. Choisissez les Classe particulière de diastéréoisomères appelés aussi isomères géométriques
configurations absolues des C* , représentez tous les stéréoisomères et
indiquez les relations de stéréoisomérie entre eux. Isomères cis-trans (E-Z) Isomérie autour d'une liaison bloquée :
a) la liaison p d’une double liaison C=C
A A' A B'

B B' B A'

La règle du n atomique le plus grand attribue la priorité entre A et B et entre A’ et B’


Si les groupes prioritaires sont du même côté de la double liaison : Z (zusammen)
Si les groupes prioritaires sont de chaque côté de la double liaison : E (entgegen)

Si A = A’ et B = B’, on parle d’isomères cis-trans


Chimie organique Chapitre 4 - Stéréochimie 18 Chimie organique Chapitre 4 - Stéréochimie 20

4.5 Les diastéréoisomères Quiz

Cas particulier : les deux centres asymétriques ont les mêmes substituants
Exemple: acide tartrique (représentation sans C ni H (voir chap. 1) Indiquer la bonne stéréoisomérie

F 168 C F 168 C
[a]D = 12 [a]D = -12
R,R S,S

F 146 C
[a]D = 0
S,R

Les deux composés méso sont en fait qu'une seule et unique molécule !

Chimie organique Chapitre 4 - Stéréochimie 19 Chimie organique Chapitre 4 - Stéréochimie 21


4.5 Les diastéréoisomères 4.6 Autres atomes pouvant former un centre asymétrique ?

b) Une liaison s bloquée car deux C* sont dans un cycle


L’azote sp3 peut-il former un centre chiral ?
Théoriquement oui :

N N Pas de plan de symétrie


D D
B B
Composé méso Composés chiraux C C

(identiques) (asymétriques et image miroir)


A température ambiante, l’énergie est suffisante pour que les substituants
basculent dessus et dessous l’azote ("effet parapluie» (qui se retourne sous
Quiz : quels sont les noms des deux molécules ? l’effet d’un coup de vent)) => N passe de R à S à R, etc. => plus de chiralité.

C
N D B N
D =
B N B D
C C

(D'autres atomes induisent de la chiralité mais ils ne sont pas rencontrés dans le cours)

Chimie organique Chapitre 4 - Stéréochimie 22 Chimie organique Chapitre 4 - Stéréochimie 24

4.5 Les diastéréoisomères Au quotidien – importance biologique de la chiralité

La chiralité n’a d’importante que face à la chiralité


Cas plus difficile à détecter : cyclohexane disbustitué
La Vie est chirale, elle utilise cette propriété très généralement

cis trans

Une odeur change


La projection de Newman est d'une grande utilité (voir chap. 3) entre les énantiomères R et S

Même coté chaque coté


du plan => R-limonène S-limonène
du plan => Arôme d'orange Arôme de citron
cis trans

Chimie organique Chapitre 4 - Stéréochimie 23 Chimie organique Chapitre 4 - Stéréochimie 25


Au quotidien – importance biologique de la chiralité

la Vie est chirale…

O
O

N O N O

NH NH

O O O O

Cet énantiomère soulage la nausée Cet énantiomère est tératogène

Le médicament (mélange d’isomères) était donné à la femme enceinte


La thalidomide !

Chimie organique Chapitre 4 - Stéréochimie 26

Au quotidien – importance biologique de la chiralité

la Vie est chirale…

Ce médicament,
la thalidomide,
a entrainé de graves
malformations du fœtus

La toxicité de la cette substance provient de sa structure proche d’une


substance qui entre dans la fabrication des vaisseaux sanguins.
=> Les vaisseaux n’étant plus irrigués meurent.

Cette propriété est maintenant utilisée en cancérologie pour certains


cancers de la moelle (myélome multiple) avec un gain de 2 ans de survie

Chimie organique Chapitre 4 - Stéréochimie 27


Chapitre 5
les hydrocarbures insaturés
Alcènes et Alcynes

CO : chap. 4 à 4.9 + 4.12

Chimie organique Chapitre 5 – alcènes & alcynes 1


5.1 Nomenclature 5.1 Nomenclature

(R: chaîne alkyle)


Nomenclature des hydrocarbures insaturés avec une ramification

Règle 1 : la double liaison est le groupe principal et donc fait partie de la


alcène alcyne chaîne principale même si on pourrait trouver une chaîne plus longue sans
alcane double liaison.
Alcène :
S’il n’y a qu’une double liaison : formule brute CnH2n CH2 CH3 2-éthylpent-1-ène
Suffixe : -ène plusieurs doubles liaisons : diène, triène,… et non un 3-méthylénylhexane
H2C C CH2 CH2 CH3

Alcyne :
S’il n’y a qu’une triple liaison : formule brute CnH2n-2 Règle 2 : la double liaison porte le N le plus bas
Suffixe : -yne
CH3 CH3
Racine: nb de carbones de la chaîne carbonée
H2C C CH2 CH2 CH3 H3C CH CH CH CH3
Le suffixe est précédé par un chiffre indiquant la position de la liaison
multiple dans la chaîne carbonée avec le chiffre le plus bas possible. 2-méthylpent-1-ène 4-méthylpent-2-ène

Chimie organique Chapitre 5 – alcènes & alcynes 2 Chimie organique Chapitre 5 – alcènes & alcynes 4

5.1 Nomenclature Quiz

Nomenclature des alcènes


Formule Nom Nom trivial Nommer les isomères suivants :
CH2=CH2 (éthène) Ethylène
CH2=CH-CH3 propène Propylène
CH2=CH-CH2-CH3 but-1-ène
CH3-CH=CH-CH3 but-2-ène
CH2= (ou -CH2-) Groupe méthylène

Nomenclature des alcynes


Formule Nom Nom trivial
CH ºCH (éthyne) Acétylène
CHºC-CH3 propyne
CHºC-CH2-CH3 but-1-yne
CH3-CºC-CH3 but-2-yne

Chimie organique Chapitre 5 – alcènes & alcynes 3 Chimie organique Chapitre 5 – alcènes & alcynes 5
Au quotidien – effet cis – trans sur la vision 5.2 Propriété des alcènes & alcynes

Effet cis –trans biologique : la vision grâce au rétinal a) Propriété physico-chimiques

double liaison cis (Z) Propriétés similaires aux alcanes (voir chap. 3) : hydrophobe,
bas point d’ébullition, sans odeur (courtes chaines)
hn mais riche réactivité grâce aux liaisons multiples.
11-cis-rétinal

Rappel : liaison entre atomes en hybridation sp2 (chap. 1) :


• Double liaison formée par des atomes en hybridation sp2
=> structure planaire
trans-rétinal
• Pas de rotation autour de la double liaison
=> Isomérie E-Z (ou cis-trans)
=> propriétés physiques différentes entre diastéréoisomères
Les bâtonnets (rhodopsine) captent un photon => isomérisation cis-trans
qui, non seulement capte la lumière, mais amplifie le signal par changement Rappel : liaison entre atomes en hybridation sp (chap. 1) :
de forme de la molécule qui bouscule ensuite les molécules alentours. • Tripée liaison formée par des atomes en hybridation sp
=> structure linéaire
http://www.youtube.com/watch?v=kZKWGtSHTiE

Chimie organique Chapitre 5 – alcènes & alcynes 6 Chimie organique Chapitre 5 – alcènes & alcynes 8

5.1 Nomenclature Quiz

Alcènes cycliques
Représenter dans l’espace, la molécule ci-dessous
Règle : la numérotation commence sur une double liaison et augmente dans (en respectant la géométrie des orbitales)
le sens de la double liaison avec un numéro de position le plus bas possible.

cyclopentène cyclopentadiène 2-méthylcyclopentadiène

cyclohexa-1,4-diène 5-méthylcyclohexa-1,3-diène

Chimie organique Chapitre 5 – alcènes & alcynes 7 Chimie organique Chapitre 5 – alcènes & alcynes 9
5.2 Propriété des alcènes & alcynes 5.3 Réactivité des alcènes

b) Importance biologique Substitution ?


Non, orbitale p moins stable que sp2 (voir chap. 1)
Les plantes synthétisent beaucoup d’alcènes (voir chap. 17 - terpènes) car
les doubles liaisons entraînent des possibilités de réactivité multiples Addition ?
Oui, orbitale sp2 -> sp3 = stabilisation

Elimination ?
Non, car uniquement des liaisons fortes (C-C ou C-H)

Oxydation ?
Oui, si oxydant doux, orbitale sp2 -> sp3 = stabilisation
camphène
Camphène (présent dans lelavande
camphre)
Cas particulier de l'addition
huiles essentielles camphre,
limonène romarin
essence de citron 2,2-diméthyl-3-méthylène-bicyclo[2.2.1]heptane
4-isopropényl-1-méthylcyclohexène Réduction ?
Oui, cas particulier de l’addition orbitale sp2 -> sp3 = stabilisation
Les propriétés physiques (Eb. basse, hydrophobe) font que les animaux,
notamment les insectes, utilisent aussi les alcènes comme phéromones.

Chimie organique Chapitre 5 – alcènes & alcynes 10 Chimie organique Chapitre 5 – alcènes & alcynes 12

Au quotidien – phéromone du puceron Quiz

Phéromone d’alerte (danger) du puceron

Quel(s) type(s) d’addition est / sont imaginable(s) sur un alcène ?

Nu- H H
H E+
1) Addition nucléophile AN
(E)-β-farnésène (EBF): (6E)-7,11-diméthyl-3-méthylènyldodéca-1,6,10-triène 2) Addition électrophile AE C C
C
3) Addition radicalaire
H H
H
R
Aide : penser aux propriétés des réactifs et à la différence
d’électronégativité dans l’alcène

Chimie organique Chapitre 5 – alcènes & alcynes 11 Chimie organique Chapitre 5 – alcènes & alcynes 13
5.3 Réactivité des alcènes Quiz

Addition électrophile Quel est le produit d’une AE en milieu acide (acide sulfurique) sur l’éthylène
AE en milieu acide (HX) Electrophile : H+ en présence d’eau ?

lent
Etape 1 :

rapide
Etape 2 :

L’étape 2 est irréversible car le carbone est stabilisé passant de sp2 à sp3

Chimie organique Chapitre 5 – alcènes & alcynes 14 Chimie organique Chapitre 5 – alcènes & alcynes 16

5.3 Réactivité des alcènes 5.3 Réactivité des alcènes


AE en milieu acide : HX ou H2SO4 => diversité de produits
Addition électrophile AE sur alcènes dissymétriques

L’addition conduit à 2 produits possibles :

L’expérience montre que c’est le butan-2-ol qui est synthétisé.

ÞRègle de Markovnikov : lors de l’addition de H-A, le produit sera celui


Pour éviter une compétition d'addition entre l'anion de l'acide et un autre où A est fixé au carbone le plus substitué
réactif (eau, alcool), HX est remplacé par H2SO4 (HSO4- s'additionne mal).

Chimie organique Chapitre 5 – alcènes & alcynes 15 Chimie organique Chapitre 5 – alcènes & alcynes 17
5.3 Réactivité des alcènes 5.3 Réactivité des alcènes

Cause de la règle de Markovnikov : l’effet inductif Addition radicalaire : réaction anti-Markovnikov (effet Kharasch)
Une seule réaction avec HBr

HBr, hn

Le carbocation attire les électrons : polarisation de la liaison


Þ Compensation partielle de la charge = stabilisation
Þ Un seul intermédiaire présent, le plus énergétiquement favorable
Stabilité du carbocation : .
H
R R R Le radical Br peut aussi être obtenu par :
> > >>
>
C+ C+ C+ C+ peroxyde : R-O-O-R -> 2 R-O
H H
R' R'' R' H H H peracide : R-COOOH -> R-COO + OH

Chimie organique Chapitre 5 – alcènes & alcynes 18 Chimie organique Chapitre 5 – alcènes & alcynes 20

5.3 Réactivité des alcènes Quiz

Effets électroniques sur la liaison Complétez les 3 étapes du mécanisme radicalaire de la p. 20


Il existe deux types d’effets électroniques :
1) l’effet inductif lié à la polarisation des électrons d’une liaison
2) l’effet mésomère ou mésomérie lié à un déplacement de paires d'électrons

Effet inductif
La différence d’électronégativité (En) polarise la liaison s entraînant la
création d’une charge partielle :
d- d+
d+ d-
Effet attracteur : H3C CH2 > Br Effet donneur : H3C CH2 < MgBr

Alcène :

Chimie organique Chapitre 5 – alcènes & alcynes 19 Chimie organique Chapitre 5 – alcènes & alcynes 21
Au quotidien – les polymères type vinyliques Au quotidien – le caoutchouc

Un polymère naturel : caoutchouc


Addition radicalaire des alcènes peut conduire à une polymérisation Tiré du latex constitué essentiellement de 2/3 d’eau et 1/3 d’isoprène
chauffage sans air

caoutchouc

vulcanisation (soufre)

et procédé
Goodyear

S
La chaine s’allonge jusqu’à une réaction de terminaison

Chimie organique Chapitre 5 – alcènes & alcynes 22 Chimie organique Chapitre 5 – alcènes & alcynes 24

5.3 Ré
Au quotidien – les polymères type vinyliques
activité des alcènes

Addition électrophile AE : Addition d’halogènes


Quelques polymères synthétiques
Etape 1: d- d+
lent

A = Le ion bromonium bloquant l’accès du côté « Br », la 2e étape ne peut avoir


Cl PVC lieu que par l’arrière = addition anti
H polyéthylène PE
CH3 polypropylène PPE Etape 2:
rapide
CN polyacrylonitrile ou OrlonTM (tissus)
C6H5 polystyrène (emballage)

CF2=CF2 Polytétrafluoroéthylène (PTFE) ou TéflonTM

Chimie organique Chapitre 5 – alcènes & alcynes 23 Chimie organique Chapitre 5 – alcènes & alcynes 25
Quiz 5.3 Réactivité des alcènes

Addition électrophile AE : Addition d’halogène sur un alcène cyclique 2) Hydrolyse


Quelles sont les conséquences d’une rotation bloquée ?

Chimie organique Chapitre 5 – alcènes & alcynes 26 Chimie organique Chapitre 5 – alcènes & alcynes 28

5.3 Réactivité des alcènes 5.3 Réactivité des alcènes

Oxydation (par addition) Réduction (par addition)

Oxydation douce en diol (chap. 8) : avec KMnO4 dilué et à froid Addition de H2 = hydrogénation (H2) de la double liaison
catalysée par un métal (Pt, Ni, Pd)

cis-1,2-diméthylcyclopentane

Mécanisme (pour information)


1) Oxydation :

H3 C CH3
Addition syn H H

Intermédiaire réactionnel (= même face) surface de Pt

L'addition se fait sur la même face : addition syn (rappel : AE de X2 sur un alcène est anti)

Chimie organique Chapitre 5 – alcènes & alcynes 27 Chimie organique Chapitre 5 – alcènes & alcynes 29
5.4 Réactivité des alcynes 5.5 Réactivité des diènes conjugués

Les alcynes ont une réactivité plus large que celle des alcènes mais nous
limitons notre intérêt aux réactions d’AE en milieu acide : Mésomérie ou Résonance
Déplacement, délocalisation, des électrons p sur plusieurs liaisons covalentes
AE en milieu acide
=> Stabilisation puissante : la mésomérie est beaucoup plus puissante que
l’induction car les électrons se déplacent d'un atome à l'autre. Lors de
l'induction, les électrons s'approchent de l'atome le plus En.

AE d’eau : catalyseur H+/H2SO4

Stabilité céto-énol:
(voir chap. 11) Les atomes qui participent à l’effet mésomère sont en résonance.
La réactivité doit être évaluée sur tous les atomes en résonance.

Chimie organique Chapitre 5 – alcènes & alcynes 30 Chimie organique Chapitre 5 – alcènes & alcynes 32

5.5 Réactivité des diènes conjugués CO : 4.9 5.5 Réactivité des diènes conjugués

Addition électrophile AE de X2
Diènes conjugués : Addition 1,4
Molécules avec deux doubles liaisons séparées par une liaison simple.

L'intermédiaire réactionnel
Les 3 liaisons C-C ont presque la même longueur car les électrons p circulent (carbocation) est stabilisé
sur tout le système. Ils sont délocalisés = ils sont conjugués. par résonance
p H
H
p
La liaison centrale n’est plus une liaison s, C H
Mais est intermédiaire entre les liaisons s et p. H H
H C
Addition 1,2
H H

Chimie organique Chapitre 5 – alcènes & alcynes 31 Chimie organique Chapitre 5 – alcènes & alcynes 33
5.5 Réactivité des diènes conjugués 5.5 Réactivité des diènes conjugués

Addition électrophile AE de HX Addition de doubles liaisons : cycloaddition – réaction de Diels-Alder

Addition 1,2

Addition 1,4
Des réactions de ce type sont très courantes avec l’isoprène :

Importance biologique des diènes conjugués : terpènes et stéroïdes (chap. 17)

Motif de base :
Isoprène (2-méthylbuta-1,3-diène)

Chimie organique Chapitre 5 – alcènes & alcynes 34 Chimie organique Chapitre 5 – alcènes & alcynes 36

Quiz Quiz

Quels produits obtient-on ?


Quels seront les produits de l'addition de 1 équivalent de HBr
sur le cyclohexa-1,3-diène ?

Br H

H Br

H Br

H Br

Chimie organique Chapitre 5 – alcènes & alcynes 35 Chimie organique Chapitre 5 – alcènes & alcynes 37
Résumé de la réactivité

Alcènes : AE en milieu acide


Si l’électrophile et l’alcène ne sont pas symétriques
=> Régiosélectivité selon Markovnikov

E
A radicalaire : HBr/hn (effet Kharash)
H H H
AE de X2
C C H => Addition anti
R C C
Oxydation (addition) en diols
H H
R => Addition syn

Réduction (addition de H2 – hydrogénation)


=> Addition syn

Diènes conjugués
AE : 1,2 et 1,4
AE sur une double liaison : Diels-Alder

Chimie organique Chapitre 5 – alcènes & alcynes 38


Chapitre 6
les aromatiques

CO : chap. 4.11 + 5

Chimie organique Chapitre 6 - Aromatiques 1


Introduction Quiz

Le terme aromatique provient d’une méconnaissance des anciens; les Représenter le benzène avec les orbitales atomiques p
principes actifs des épices (arômes) présentent parfois un groupe
aromatique mais pas nécessairement. Quelques exemples : Pour simplifier la lecture du dessin,
il est préférable de le dessiner
partiellement de profil.
CHO

OH

OH

CHO
thymol carvacrol
(origan, sariette, cuminaldéhyde cinnamaldéhyde
thym, serpolet) (cumin) (cannelle)

Chimie organique Chapitre 6 - Aromatiques 2 Chimie organique Chapitre 6 - Aromatiques 4

6.1 Le benzène 6.1 le Benzène

Stabilité engendrée par la mésomérie du cycle aromatique


Aromatiques : hydrocarbures cycliques avec doubles liaisons en Bilan énergétique de l'hydrogénation d'alcènes et benzène en cyclohexane
résonnance sur l'ensemble du cycle et respectant la règle de Hückel (p. 11).

H2 H2
Remarque : les aromatiques peuvent aussi être des hétérocycles; ce ne H2
sont donc plus des hydrocarbures (voir chap. 6.5).

Benzène : structure de base des aromatiques ΔH = +24 kJ/mol ΔH = -112 kJ/mol ΔH = -120 kJ/mol

Cycle à 6 carbones avec 3 doubles liaisons


Un hypothétique « cyclohexa-1,3,5-triène (= position des doubles liaisons
figées) » serait environ 140 kJ/mol moins stable que le benzène (fournir 24
Structure selon Kékulé (1865) kJ/mol au lieu de recevoir 112 kJ/mol lors de la première hydrogénation).

mésomérie Ceci montre la grande stabilité induite par l’aromaticité.


6 carbones sp2 => angle de 120 et molécule planaire
Rappel : stabilité = réactivité faible donc une réaction se fera en priorité sur les
Analyse : toutes les liaisons sont de même longueur : 0,139 nm liaisons qui ne participent pas à l’aromaticité. Sur le benzène, il n’y a que les
(liaison simple 0,154 nm; double liaison 0,134 nm) liaisons C-H.

Chimie organique Chapitre 6 - Aromatiques 3 Chimie organique Chapitre 6 - Aromatiques 5


6.1 le Benzène 6.2 Nomenclature

Résonnance : la stabilité des aromatiques est due à la résonnance Aromatique (nom non trivial) :
(mésomérie) ou aromaticité de toutes les liaisons p : Groupe principal : suffixe –benzène R
Groupe secondaire : préfixe phényl- (Ph-; f-)

Autre groupe secondaire important : benzyl-


Nomenclature de polysubstitution :
2 possibilités :

a) Numéros de position
les plus bas possibles

(une fois encore, les effets puissants de la mésomérie sont visibles)


b) ortho = positions 2 et 6
méta = positions 3 et 5
para = position 4

Chimie organique Chapitre 6 - Aromatiques 6 Chimie organique Chapitre 6 - Aromatiques 8

6.2 Nomenclature Quiz

Nomenclature basée sur des noms triviaux Quel est le nom des aromatiques ci-dessous :
car la plupart des aromatiques simples étaient connus depuis longtemps
OH NH 2 NH 2 CH3
CH 3

C 2 H5 O2 N NO2

toluène styrène phénol aniline


benzène NO2

Nomenclature basée sur l’unité benzène


Br NO 2

bromobenzène nitrobenzène éthylbenzène

Chimie organique Chapitre 6 - Aromatiques 7 Chimie organique Chapitre 6 - Aromatiques 9


6.2 Nomenclature 6.4 Réactivité des aromatiques

Aromatiques polycycliques : noms triviaux Substitution ?


Oui, car la mésomérie rend le cycle aromatique très stable laissant
apparaître une réactivité vis-à-vis de la substitution

Addition ?
biphényle Non, car perte de l’aromaticité

Elimination ?
Non, pas de sens
8 1
7 2 Oxydation ?
Non, car perte de l’aromaticité
6 3
5 4
Réduction ?
naphtalène anthracène « Oui », très difficile car perte de l'aromaticité (cas particulier d’addition)
(voir p. 5)
Naphtalène = naphtaline, anti-mite bien connu

Chimie organique Chapitre 6 - Aromatiques 10 Chimie organique Chapitre 6 – Aromatiques 12

6.3 Propriétés des aromatiques 6.4 Réactivité des aromatiques

Propriétés physiques
Substitution électrophile SE : réaction générale des aromatiques
Substances apolaires (hydrophobe) avec une odeur agréable
Benzène : Eb 80 , toxique
E
+ E+ E + H+
Règle d’aromaticité = Règle de Hückel : H

Le caractère aromatique (ou aromaticité) est présent lorsque les atomes


formant le cycle possèdent 4n + 2 électrons p conjugués (= 6, 10, 14,…).
(n = nombre entier > 0) SE avec un halogène « X+ »
Br
Exemple : Br

Le benzène possède 6 électrons p conjugués, il respecte la règle de Hückel. Br Br Fe Br + FeBr 4-


H
Br
ion benzénium
Qu’en est-il de ces cycles conjugués ? Br
Br + H+
H
cyclobutadiène
cyclooctatétraène
Pourquoi l’halogène doit être activés contrairement à l’addition des alcènes ?
Car l’intermédiaire n’est plus aromatique, la destruction de l’aromaticité
Ces molécules ne sont pas aromatiques (elles ne sont pas planaires). est énergétiquement défavorable.
L’explication fait appel à la théorie des orbitales moléculaires. La réactivité de X2 doit être accrue avec un acide de Lewis (FeX3, AlCl3)
Chimie organique Chapitre 6 - Aromatiques 11 Chimie organique Chapitre 6 – Aromatiques 13
6.4 Réactivité des aromatiques 6.4 Réactivité des aromatiques

SE avec l'ion nitronium « +NO2» : nitration SE avec le carbocation « R+ » : alkylation selon Friedel-Craft

Préparation du réactif "R+" ou "R-C+=O" : réaction entre un halogénoalcane


(chap. 7) et un acide de Lewis : AlCl3

Bilan de la réaction de Friedel-Craft

L’intermédiaire de la SE des aromatiques est stabilisé par mésomérie


(voir chap. 5). La charge + est répartie sur 3 atomes entraînant une
stabilisation de l’intermédiaire.

Chimie organique Chapitre 6 – Aromatiques 14 Chimie organique Chapitre 6 – Aromatiques 16

6.4 Réactivité des aromatiques 6.4 Réactivité des aromatiques

Ion nitronium - préparation du réactif : HNO3 (pKa ≈ -1) + H2SO4 (pKa ≈ -3) SE avec le carbocation «R-C+=O» : acylation selon Friedel-Craft

Préparation du réactif "R-C+=O" : un chlorure d'acyle ou anhydride (chap. 12)


et un acide de Lewis : AlCl3

O Cl Cl
O
+
C Al Cl + Cl Al Cl
C
Cl
Cl Cl
carbocation

Bilan de la réaction de Friedel-Craft


Bilan de la nitration du benzène : O O

C C
Cl
+ H + + AlCl4-

AlCl3

Chimie organique Chapitre 6 – Aromatiques 15 Chimie organique Chapitre 6 – Aromatiques 17


6.4 Réactivité des aromatiques 6.4 Réactivité des aromatiques

Substitution nucléophile SN : IMPOSSIBLE Réactions SE sur les aromatiques :


l’aromatique est insensible aux SN donc ce type de réaction :

Br
OH

-OH

PAS DE SN SUR AROMATIQUE

(Le phénol est synthétisé par oxydation de l’aromatique)


et synthèses ultérieures

Chimie organique Chapitre 6 – Aromatiques 18 Chimie organique Chapitre 6 – Aromatiques 20

Quiz 6.4 Réactivité des aromatiques

Pourquoi cette SN est impossible ? Quel serait l’intermédiaire réactionnel Réduction du cycle aromatique : hydrogénation
s’il s’agissait d’une SN1 ? Cette réaction est beaucoup plus difficile que pour les alcènes car il faut
fournir de l’énergie pour compenser la stabilisation de l’aromatique
Br

+ -OH

Sauf dans des conditions extrêmes, très hautes pression et température,


le benzène ne sera pas touché par une hydrogénation.
Comparer les conditions réactionnelles avec les alcène chap. 5, p. 29.

Chimie organique Chapitre 6 – Aromatiques 19 Chimie organique Chapitre 6 – Aromatiques 21


6.5 Effet d’orientation du substituant 6.5 Effet d’orientation du substituant

Le substituant influe sur la densité électronique du cycle aromatique :


SE sur un aromatique déjà substitué : effet orienteur du 1er substituant
-Les substituants nucléophiles enrichissent le cycle en électrons. Effet
Expérimentalement, on observe : activant pour une réaction avec un électrophile (SE).
1) Vitesse de réaction très différente en fonction du substituant : - Les substituants électrophiles appauvrissent le cycle en électrons. Effet
désactivant pour une réaction avec un électrophile (SE).

Chimie organique Chapitre 6 – Aromatiques 22 Chimie organique Chapitre 6 – Aromatiques 24

6.5 Effet d’orientation du substituant 6.5 Effet d’orientation du substituant

2) Site de substitution différent en fonction du substituant : Effet global de l'orientation en fonction du substituant

Activant :

Addition en Addition en
ortho et para méta Désactivant :

Comment l’expliquer ? Étudier l’intermédiaire

Chimie organique Chapitre 6 – Aromatiques 23 Chimie organique Chapitre 6 – Aromatiques 25


Quiz Quiz

Quel sera l’effet orienteur du groupe méthyle dans la nitration du toluène ?


Exemple de synthèse : quelle est le bon chemin synthétique entre les
deux propositions ci-dessous ?
CH3

NO2

+ NO2+

Br
HNO3
H2 SO4 Br2
FeBr 3

Orienteur ortho-para Orienteur méta


NO2 Br
-NR2 -NO2
-OH -CX3
-OR -SO3H
-R (alkyles) -C(=O)-R
Halogènes

Chimie organique Chapitre 6 – Aromatiques 26 Chimie organique Chapitre 6 – Aromatiques 28

6.5 Effet d’orientation du substituant Quiz

Halogène : groupe très faiblement désactivant et orienteur ortho-para


comment choisir la bonne succession de 3 SE pour obtenir la bonne
position de chaque substituant ?
Br Br Br
Br

Effet d'orientation
par mésomérie

formes limites de mésomérie

δ−
Br

δ+
Effet désactivant
par induction attractive

Bilan : cycle appauvri en électrons et orientation ortho-para

Chimie organique Chapitre 6 – Aromatiques 27 Chimie organique Chapitre 6 – Aromatiques 29


6.6 Aromatiques hétérocycliques 6.6 Aromatiques hétérocycliques

Liaison H et protonation de la pyridine


Hétéroaromatiques : l’aromaticité est conservée avec N (O, S)
d--
d+

Pyridine Pyrimidine Pyrrole La pyridine est soluble dans l’eau et est une base (de Lewis); pKb = 8.64
100% soluble dans l’eau 100% soluble dans l’eau 6% soluble dans l’eau .

La Vie utilise beaucoup ces structures car elles sont rigides, souvent
solubles dans l’eau et sont des bases de Lewis.

Pourquoi une telle différence entre pyridine et pyrrole ?

Pyrrole : pKb = 13.6

Chimie organique Chapitre 6 – Aromatiques 30 Chimie organique Chapitre 6 – Aromatiques 32

6.6 Aromatiques hétérocycliques 6.6 Aromatiques hétérocycliques

Aromaticité de la pyridine et du pyrrole et différences de solubilité : Quelques aromatiques hétérocycliques naturels

N
N NH2
HN
CH 3
N

nicotine NH 2
histamine

N
N

N N

R
Le pyrrole met à disposition le doublet d’électrons pour induire l'aromaticité.
La pyridine conserve le doublet libre et peut former des liaisons H avec l’eau. A : adénine

Chimie organique Chapitre 6 – Aromatiques 31 Chimie organique Chapitre 6 – Aromatiques 33


Réactivité

Résumé de réactivité

Chimie organique Chapitre 6 – Aromatiques 34


Chapitre 7
les halogénoalcanes

CO : chap. 7

Chimie organique Chapitre 7 - Halogénoalcanes 1


7.1 Nomenclature 7.2 Propriétés des halogénoalcanes

Nomenclature d’hydrocarbures avec halogène comme groupe secondaire : Propriétés physiques


Préfixe : halogéno- Solvants apolaires : peu polaire et hydrophobe
N de position de l’halogène sur la chaîne carbonée
Cl CH4 CH3Cl CH2Cl2 CHCl3 CCl4
Br Br Methane chloromethane dichloromethane chloroforme tétrachlorure de
H3 C I carbone
Eb -161 C -24 C 40 C 61 C 76 C

iodométhane 1,3-dibromocyclopentane chlorobenzène


toxicité

Les halogènes et les groupes alkyles sont placés par ordre alphabétique. Toxicité au foie qui, lors d’élimination, produit des radicaux libres
Cl2 C CHCl Cl2 C CCl2
Si la numérotation est inutile, on utilise parfois « halogénure de » Autres dégraissants chlorés trichloéthylène perchloréthylène
(triclo) (perclo)
Exemples : iodure de méthyle chlorure de benzène tétrachloréthylène

Le perclo est un solvant du nettoyage à sec (pressing)

Chimie organique Chapitre 7 - Halogénoalcanes 2 Chimie organique Chapitre 7 - Halogénoalcanes 4

Quiz 7.2 Propriétés des halogénoalcanes

Nommer les composés ci-dessous Comment expliquer qu’un halogénoalcane soit très peu polaire sachant
Br
que la liaison C-X est très polarisée (DEn >> 0.5) et qu’ainsi les
F halogénoalcanes soient insolubles dans l’eau ?
I
H 3C CH CH 3 δ−
CH CH 2 Cl Chlorométhane
Moment dipolaire 1,9 Debye
H 3C CH 2 C δ+
Cl
CH 2
H H
H
Car il ne faut pas confondre effets électroniques à l’intérieur de la
molécules et effets électroniques avec l’extérieur.
Les molécules d’eau forment de nombreuses interactions entre-elles par
liaisons hydrogène (voir chap. 8 – alcools). Si on ajoute une molécule qui
ne peut pas faire d’interaction avec les molécules d’eau, ces dernières
resteront entre-elles et seront donc non solubilisées.

La capacité d’un atome à polariser une liaison s’appelle l’effet inductif. Ici,
il s’agit d’un effet inductif attracteur de l’halogène (voir chap. 5, p. 18-19).

Chimie organique Chapitre 7 - Halogénoalcanes 3 Chimie organique Chapitre 7 - Halogénoalcanes 5


Au quotidien – nos besoins en iode = SE des aromatiques 7.3 Réactivité des halogénoalcanes

Importance biologique Substitution nucléophile


Il existe peu de produits naturels contenant des halogènes; on les trouve Nu- = charge – (base de Bronsted)
essentiellement comme métabolites d'organismes marins. Nu: = doublet libre (base de Lewis)
(Les halogènes sont indispensables à la vie sous forme ionique (sels)).
Nu- + R-X à R-Nu + X-
Chez l'Homme, la thyroïde sécrète
deux hormones iodées :

Précurseur : thyrosine
(voir chap. 14)
Le ion bromure est appelé groupe partant ou nucléofuge.

En principe, la SN est une réaction d’équilibre car les groupes d’attaque


Hormones : et de départ sont des Nu: .
Triiodothyronine On favorise la réaction désirée avec les conditions réactionnelles :
Thyroxine excès de réactif, élimination d’un des produits (Le Chatelier)

Chimie organique Chapitre 7 - Halogénoalcanes 6 Chimie organique Chapitre 7 - Halogénoalcanes 8

7.3 Réactivité des halogénoalcanes 7.3 Réactivité des halogénoalcanes

Substitution ? Mécanisme SN2 : Attaque et départ simultanés (concertés) V = k[Nu][réactif]


Oui, liaison polarisée => sensible aux Nu-
δ− d-
Addition ? X
Non, car système saturé
δ+
CH R'
Elimination ? R CH 2
d-
Oui, liaison polarisé; il faut qu'une 2e liaison
puisse être rompue

Oxydation ? SN2 => si réactif chiral, il y a inversion de la configuration (ici S -> R)


Non, la liaison C-X est hors définition (voir chap. 2)
Le réactif nucléophile doit pouvoir s’approcher du C pour que son doublet
Réduction ? d’électrons forme une liaison avec C. Si l’accès est bloqué par des autres
Non, la liaison C-X est hors définition (voir chap. 2) atomes, il n’y a pas de SN2 possible.

SN2 est favorisée pour le carbone nullaire = primaire > secondaire >> tertiaire
car l’encombrement autour du carbone empêche l’approche du Nu.

Chimie organique Chapitre 7 - Halogénoalcanes 7 Chimie organique Chapitre 7 - Halogénoalcanes 9


7.3 Réactivité des halogénoalcanes 7.3 Réactivité des halogénoalcanes

Rappel chap. 3, p. 10 : nomenclature du carbone ramifié Mécanisme SN1 : départ du nucléofuge puis attaque du nucléophile
En fonction du nombre de liaisons formées avec d’autres atomes de
carbone, un carbone est appelé (ici avec un halogène) : Etape 1 : dissociation hétérolytique Substituants volumineux
(chaîne alkyle)

d+ d-

Autres constations: Comme l'encombrement rend très difficile l'accès du nucléophile, une
Cette nomenclature est invariable pour tout hétéroatome. réaction plus lente devient prédominante, le départ du nucléofuge.
Cette nomenclature est invariable par rapport au nombre
d’hétéroatomes liés au carbone. Rappels : le carbocation est stabilisé par l’induction des chaînes alkyles.
Un carbone lié à un hétéroatome ne peut jamais être quaternaire. La géométrie du carbocation étant planaire => perte de configuration initiale.

Chimie organique Chapitre 7 - Halogénoalcanes 10 Chimie organique Chapitre 7 - Halogénoalcanes 12

7.3 Réactivité des halogénoalcanes 7.3 Réactivité des halogénoalcanes

Rappel chap. 3, p. 10 : nomenclature du carbone ramifié


Etape 2 : attaque du nucléophile
En fonction du nombre de liaisons formées avec d’autres atomes de
carbone, un carbone est appelé (ici avec un halogène) :
Nu:
rapide
C+ C Nu + ou +
Nu C

Nu:

nullaire primaire secondaire tertiaire V = k[réactif] SN1 => perte de la configuration


(si C* => mélange racémique)

Réaction non-stéréospécifique

Assez encombré Trop encombré SN1 est favorisée pour le carbone tertiaire > secondaire >> primaire = nullaire
Accès du Nu: très facile
=> SN2 ou SN1 => SN1 car l’encombrement autour du carbone empêche l’approche du Nu
=> SN2
et les chaînes contribuent, par induction, à la stabilité du carbocation.
Chimie organique Chapitre 7 - Halogénoalcanes 11 Chimie organique Chapitre 7 - Halogénoalcanes 13
Quiz Au quotidien - substitution nucléophile biologique

Dessiner le mécanisme réactionnel et le produit obtenu

Etape 2 : SN2 – agent de méthylation

OH COOH
OH COOH
OH H 2N CH
OH H 2N CH
CH 2 SN 2 CH 2
+ +
CH 2 - H+ CH 2
S
HO S
H 3C R HO
NH 2 HN R
noradrénaline adrénaline
CH3

Chimie organique Chapitre 7 - Halogénoalcanes 14 Chimie organique Chapitre 7 - Halogénoalcanes 16

Au quotidien - substitution nucléophile biologique 7.3 Réactivité des halogénoalcanes

SN biologique : L’adénosylméthionine, notre agent de méthylation Nomenclature : numérotation en a, b, g, d

Etape 1 : SN2 de la méthionine sur l’adénosyle NH2 Système permettant d'indiquer une position d'atome(s), généralement C ou H,
à proximité d'un groupe fonctionnel :
N
COOH N
C en γ β γ
O O α β δ
H2 N C H
N N
A
HO P O P O
+
H2 C CH 2
CH3 CH CH 2 CH3 A : groupe fonctionnel
O- O- O utilisé comme référence
CH 2 CH 2 CH 2
H2 C 2

S
et aussi H en γ β α β γ δ
H3 C
HO OH

adénosyle Système de positionnement très pratique car il permet d’indiquer une


méthionine
position (un atome) dans une molécule par rapport à un groupe fonctionnel
(voir chap. 14) (voir chap. 17)
indépendamment de la longueur de la chaîne.
(Cette numérotation sera très régulièrement utilisée pendant le cours).

Chimie organique Chapitre 7 - Halogénoalcanes 15 Chimie organique Chapitre 7 - Halogénoalcanes 17


7.3 Réactivité des halogénoalcanes 7.3 Réactivité des halogénoalcanes

Elimination Elimination E1 ou E2 ?
Uniquement possible si le carbone adjacent (carbone en b) possède Contrairement à la SN où le Nu: doit atteindre le C lié au nucléofuge, lors
un hydrogène. de l’élimination, la base reste éloignée du C et donc les effets stériques
L’élimination est en compétition avec la substitution : sont moins importants.
B: -

H R4 E2
- BH et - X- R1 R4
R3 C C
C C R2 R3
R1
R2 X B: -

- BH
- X- H
E1 R4
C C
R3
R1
R2

Les paramètres permettant de déterminer le type d’élimination étant


Lors de l'élimination, le nucléophile agit comme une base. multiples, nous simplifions en affirmant que :
CO 7.7-7.8 : compétition substitution / élimination Video E1 et E2 SN2 est en compétition avec E2 et SN1 avec E1.

Chimie organique Chapitre 7 - Halogénoalcanes 18 Chimie organique Chapitre 7 - Halogénoalcanes 20

7.3 Réactivité des halogénoalcanes Quiz


Elimination E2 : départs simultanés
Représenter les profils énergétiques d'élimination E1 et E2
(énergie potentielle fonction des coordonnées de réaction)

Elimination E1 : départs successifs donc avec passage par un intermédiaire

Chimie organique Chapitre 7 - Halogénoalcanes 19 Chimie organique Chapitre 7 - Halogénoalcanes 21


7.3 Réactivité des halogénoalcanes 7.3 Réactivité des halogénoalcanes

La compétition entre SN et E montre que le même réactif peut


Elimination : si l’halogène n’est pas en bout de chaine
exprimer un caractère nucléophile ou un caractère basique.
Þ plusieurs produits possibles :
Tableau d'évolution du caractère nucléophile versus basique

Groupe Acide Acide conjugué


nucléophile conjugué fort ?
Très basique CH3- CH4 non

Caractère nucléofuge
Mauvais
OH- H2O non groupe

basicité
F- HF non partant
H2O H3O+ oui
Bon groupe
Cl- HCl oui
partant
Peu basique Br- HBr oui

Pour l'examen de chimie organique :


Si NaOH, KOH ou –OH est indiqué, il s'agit d'un nucléophile. Si ce même
réactif joue le rôle d'une base, le terme «base» est toujours indiqué.
Chimie organique Chapitre 7 - Halogénoalcanes 22 Chimie organique Chapitre 7 - Halogénoalcanes 24

Quiz Au quotidien - CFC & Fréon

Règle de Saytzev : la double liaison se fera préférentiellement sur le CFC = chlorofluorocarbones : gaz anciennement utilisés pour le
carbone le plus substitué (principe de Markovnikov) refroidissement des frigos (détente/compression) et effet de l’interdiction du
protocole de Montréal (1987)
Comment expliquer le résultat de la règle de Saytzev avec le cas suivant?

200 ans pour retrouver


Les niveaux normaux

L’océan produit 4 millions de tonnes de chlorométhane/an


Dans ce cours, nous simplifions en estimant que le produit largement Temps de résidence : 1.4 an (CFC quelques dizaines d’années)
majoritaire est le seul obtenu. (Fréon = marque commerciale de CFC)

Chimie organique Chapitre 7 - Halogénoalcanes 23 Chimie organique Chapitre 7 - Halogénoalcanes 25


Au quotidien – un sang artificiel au goût perfluoré ? 7.3 Réactivité des halogénoalcanes

Des CFC ont été proposés comme substituts de l'hémoglobine pour b) Initiateur de carbanion : (voir chap. 11)
substituer le sang durant les opérations chirurgicales :
Les halogénoalcanes en présence de magnésium métallique peuvent former
Bromure de perfluorooctane (Oxygent, Perflubron) un organométallique appelé réactif de Grignard
Émulsion à 30% dans l'eau avec δ+ δ-
oxygénation à 100% du patient. δ- (éther) MgX
X + Mg δ-
Abandonné (?) en 2005 suite à certains δ+
Réactif de Grignard : CH2
CH2
effets secondaires carbanion
δ+ δ-
Perfluorodécaline (Perftoran, Fluosol) (existe dans certains cosmétiques…) δ- MgX
CH2 CH2 + MgX
Emulsion dans l'eau également.
49 g d'oxygène sont soluble dans 100 ml !
Le carbanion est la base la plus forte de l’univers car son acide conjugué
est un alcane où DEn < 0.5 donc pas de rupture hétérolytique possible.
Donc le réactif de Grignard ne peut pas être utilisé comme nucléophile en
présence d’un H avec caractère acide => il sera utilisé sur un C avec
caractère d+ (voir chap. 11 carbonylés et 13 esters).
Comment solubiliser une substance très apolaire dans l'eau ?
Chimie organique Chapitre 7 - Halogénoalcanes 26 Chimie organique Chapitre 7 - Halogénoalcanes 28

7.3 Réactivité des halogénoalcanes Résumé de la réactivité

Autres réactivités des halogénoalcanes Réactivité


a) Initiateur de carbocation (voir chap. 6)
Les halogénoalcanes en présence d'un acide de Lewis peuvent former
un réactif électrophile (carbocation) :
Nu: ou base

d- SN : concertée SN2 (C primaire) ou


H R X
H
2 étapes SN1 (C tertiaire)
C C => stéréochimie différente
d+ H
R C C
H E1 ou E 2 en b : compétition avec SN
H H produit le plus substitué (Saytzev)
H
Réaction de Friedel-Craft - alkylation d’un aromatique :

H 2C
H
+ H+ + AlCl 4-
AlCl4-

Chimie organique Chapitre 7 - Halogénoalcanes 27 Chimie organique Chapitre 7 - Halogénoalcanes 29


Chapitre 8
les alcools, phénols et thiols

CO : acides-bases: Chap.1.10 + Chap. 8.1 à 8.5 + 8.9

Chimie organique Chapitre 8 – Alcools, phénols, thiols 1


8.1 Nomenclature 8.1 Nomenclature

Alcool : formule générale R-OH (R : groupe alkyle) Phénol : groupe principal alcool lié à un cycle aromatique
(groupe secondaire : préfixe hydroxy-)
Rappel chap. 1: Oxygène en hybridation sp3

OH Cl OH
Groupe principal : suffixe –ol
phénol 4-chlorophénol
-N de position le plus bas possible placé juste avant le suffixe p-chlorophénol

Thiol : formule générale R-SH (S est dans le même groupe que O)


Groupe principal : suffixe –thiol
Groupe secondaire : préfixe thio-

Groupe secondaire : préfixe hydroxy-

Les thiols sont souvent appelés mercaptan du latin (mercurius captan)


(car le mercure « capte» les thiols : R-SH + HgCl2 -> Hg(S-R)2 + 2 HCl)

Chimie organique Chapitre 8 – Alcools, phénols, thiols 2 Chimie organique Chapitre 8 – Alcools, phénols, thiols 4

8.1 Nomenclature 8.2 Propriétés des alcools

Autre appellation admise : alcool alkyloïque Alcools : odeur agréable


Eb. beaucoup plus élevée que les hydrocarbures
Soluble dans l’eau (hydrophile) si la chaîne est courte
(= soluble dans l’eau si < 5 carbones par fonction alcool)

Hydrocarbure Eb [ C] Eb [ C] Alcool
Ethane CH3-CH3 -88 65 CH3-OH méthanol
Propane C3H8 -42 78 C2H5-OH éthanol

Quiz : Nommer la structure suivante :


Hexane C6H14 69 138 C5H11-OH pentan-1-ol
Décane C10H22 174 215 C9H19-OH nonan-1-ol

Chimie organique Chapitre 8 – Alcools, phénols, thiols 3 Chimie organique Chapitre 8 – Alcools, phénols, thiols 5
8.2 Propriétés des alcools 8.4 Caractère acide/base des alcools

La solubilité dans l’eau et l’Eb. élevée sont des effets macroscopiques Acidité des alcools : comme l’eau, les alcools sont des acides faibles
d’un effet électronique induit par la présence de doublets non liants. à cause de la DEn importante entre O et H.
Þ caractère polaire avec formation de liaisons hydrogène : d+ alcoolate

Liaison hydrogène (H) : 20 à 40 kJ/mol δ+ d-


CH 2 δ− H
(env. 5 à 10% d’une liaison covalente)
CH3 O
Substance pKa alcool
Liaisons H entre alcools : Eb. élevée δ+ H CH 2 2-méthylpropan-2-ol 18 3
Liaisons à rompre avant passage en vapeur O CH3
δ− Propan-2-ol 16.5 2
Liaisons H entre alcool et eau : solubilité δ+ H δ− H δ+ [RO-][H3O+] Ethanol 15.7 1
O K a = K[H2O] =
Eau 14
[ROH]
2,2,2-trifluoroéthanol 12.4 ind. attract.

Quand la chaine s’allonge, la partie hydrophobe prend de l’importance et Phénol 10.0


aromatique
la solubilité diminue (le taux de liaisons H est proportionnellement plus faible). p-nitrophénol 7.2

Chimie organique Chapitre 8 – Alcools, phénols, thiols 6 Chimie organique Chapitre 8 – Alcools, phénols, thiols 8

8.3 Propriétés des phénols et thiols Quiz

Phénols : odeur lourde, pas très agréable Pourquoi une telle différence de caractère acide ? OH
le phénol est soluble dans l’eau. Les autres substituants
modifient le caractère polaire et donc la solubilité dans l'eau.
CH2 CH2
H3C OH F3C OH

1'000 x 1'000'000 x

Thiols : substances les plus pestilentielles connues


limite de détection du nez : méthanthiol : 1 ppb
présent dans le chou, l’ail, odeur de la moufette

éthanthiol (éthylmercaptan) : dilué dans le gaz de ville (sans odeur)


pour alerter d'une fuite (odeur d’œufs pourris).
Limite de détection : 2 ppb

Aide : le caractère acide est d'autant plus fort que sa base conjuguée est stabilisée

Chimie organique Chapitre 8 – Alcools, phénols, thiols 7 Chimie organique Chapitre 8 – Alcools, phénols, thiols 9
8.4 Caractère acide/base des alcools 8.4 Caractère acide/base des alcools

Plus le nb d'atomes participants à la mésomérie est grand, plus la charge sur Basicité des alcools : comme l’eau, les alcools sont des bases faibles
la base conjuguée est stabilisée ainsi plus la molécule est acide :
d+
p-nitrophénol 1’000 x plus acide que le phénol
O- O O O
d-

K
ROH + H2O ROH2+ + HO-
N+ N+ N+ N+
-O -O
-O O O -
O O O-

O- O O- OH
[ROH2+] [HO-]
Kb = K[H2O] =
Acide picrique N+ N+ O 2N NO2
-O O [ROH]
2,4,6-trinitrophénol

pKa = 0.25 ! ~ acide fort La liaison C-O des alcools est souvent affaiblie par une réaction acide /
-
N+ NO 2
base (protonation) avant la réaction proprement dite.
O O

Chimie organique Chapitre 8 – Alcools, phénols, thiols 10 Chimie organique Chapitre 8 – Alcools, phénols, thiols 12

8.4 Caractère acide/base des alcools 8.5 Réactivité des alcools

Préparation des alcoolates : (réactif nucléophile) Substitution ?


1) Réaction acide – base Oui, liaison polarisée => sensible aux Nu-
d+
- + Addition ?
R-OH + NaOH R-O + Na + H2O d-
Non, car système saturé
Si R est un phényle préparation possible d+
Elimination ?
Si R est un alkyle, préparation impossible ou très difficile
Oui, liaison polarisée, il faut qu'une 2e liaison
Quiz : pourquoi la réaction ci-dessus ne fonctionne pas avec l'éthanol ? puisse être rompue. Présence d’un hydrogène en b

Oxydation ?
Oui, si présence d’un hydrogène en a

Réduction ?
Non, pas d’addition possible

Chimie organique Chapitre 8 – Alcools, phénols, thiols 11 Chimie organique Chapitre 8 – Alcools, phénols, thiols 13
8.5 Réactivité des alcools 8.5 Réactivité des alcools

Substitution nucléophile (SN1 ou SN2) Elimination (E1 ou E2) Excellent agent de déshydratation : H2SO4/H2O

Etape 1 : affaiblissement de la liaison C-O (réaction acide/base en milieu acide) Etape 1 : affaiblissement de la liaison C-O (réaction acide/base en milieu acide)

d+ d+

d-
intermédiaire
d-

Etape 2 : SN2 proprement dite Etape 2 : élimination E2 proprement dite (:B = H2O)
Cas 1: SN2 en milieu acide (HX)
(H+ et le nucléophile sont issus d'une même molécule)

alcène B: base faible (H2O)

Ø Conduit au départ d'une molécule d'eau => déshydratation


Ø Possible qu'en présence d’un hydrogène sur le carbone en position b
Ø Réaction compétitive de la substitution (voir chap. 7, p.17-20) :
Si le carbone est tertiaire => mécanisme SN1 Ø où nous simplifions SN2 contre E2 et SN1 contre E1
Chimie organique Chapitre 8 – Alcools, phénols, thiols 14 Chimie organique Chapitre 8 – Alcools, phénols, thiols 16

8.5 Réactivité des alcools Quiz

Cas 2: SN2 en milieu acide sur un même alcool (ou un autre alcool) Quel sera le produit d’une E2 sur le 3-méthylbutan-2-ol dans H2SO4 à 180 C
SN2 en milieu acide (H-HSO4) en présence d’eau ?

d+
d-

diéthyléther

La SN2 des alcools sur eux-mêmes = Méthode classique de synthèse des


éthers (voir chap. 9)

Autre SN très importante : estérification (voir chap. 13)

Chimie organique Chapitre 8 – Alcools, phénols, thiols 15 Chimie organique Chapitre 8 – Alcools, phénols, thiols 17
8.5 Réactivité des alcools 8.5 Réactivité des alcools

Les phénols sont-ils sujets à la substitution nucléophile ? Non


Exemple : oxydation d'un diol, le butan-1,3-diol

Oxydation 1 Oxydation 2

Les phénols sont des aromatiques et subissent la SE des aromatiques

b-cétobutyraldéhyde acide b-cétobutyrique

phénol p-nitrophénol

Chimie organique Chapitre 8 – Alcools, phénols, thiols 18 Chimie organique Chapitre 8 – Alcools, phénols, thiols 20

8.5 Réactivité des alcools Détail d’un mécanisme d’oxydation

Oxydation douce des alcools Oxydation avec le chrome (VI)

Donc l'oxydation n'est possible que si le carbone en a de la fonction


alcool possède un ou plusieurs hydrogènes donc l’oxydation se
déroulent sur un alcool primaire ou secondaire.

Alcool tertiaire : pas de réaction


Si l'un des R est aussi un hydrogène :
(pas de H sur le C en a)

Chimie organique Chapitre 8 – Alcools, phénols, thiols 19 Chimie organique Chapitre 8 – Alcools, phénols, thiols 21
Au quotidien – l'éthylomètre Au quotidien – élimination de l’alcool dans l’organisme
L’organisme élimine l’éthanol consommé B
Méthode d'analyse basée sur l'oxydation de l'éthanol par deux oxydations successives H
H
H
C O
H3 C C O- acétaldéhyde
Oxydation 1 : Éthanol H3 C
a) Oxydation avec de dichromate de potassium H

H O H H O

H H
NH 2 NH2

3 C2H5OH + K2Cr2O7 + 4 H2SO4 à 3 C2H4O + Cr2(SO4)3 + K2SO4 + 7 H2O


H N H N H
H

jaune vert R R
NAD+ NADH

Oxydation 2 : H2O NAD+ NADH H+


H -O

b) Oxydation par un courant électrique acétaldéhyde C O C O Acide acétique


(acétate)
sur des électrodes H 3C H 3C

Si la quantité d’alcool à oxyder est importante, les réserves de NAD+ s'épuisent:


Þ Accumulation d’acétaldéhyde dans l’organisme (plus toxique que l’éthanol)
Þ Intoxication à l’acétaldéhyde (maux de tête, mal de ventre) = Gueule de bois

Chimie organique Chapitre 8 – Alcools, phénols, thiols 22 Chimie organique Chapitre 8 – Alcools, phénols, thiols 24

Au quotidien – élimination de l’alcool dans l’organisme 8.5 Réactivité des alcools

Oxydation douce des phénols


L’organisme élimine l’éthanol consommé par deux oxydations Les aromatiques sont insensibles à l'oxydation douce grâce à la stabilité
successives de la mésomérie.

2 oxydations douces successives : Cela leur permet de supporter des oxydations plus fortes causées par les
radicaux. (rappel : les radicaux sont les entités les plus réactives). La nature
H H H
H utilise abondamment les dérivés du phénol comme méthode de protection,
O
[O] [O] comme "antioxydants".
C H C C
H 3C O H3 C O H3 C O Comportement du phénol vis-à-vis d'un radical HO∙

éthanol acétaldéhyde acide acétique


(acétate)

Chimie organique Chapitre 8 – Alcools, phénols, thiols 23 Chimie organique Chapitre 8 – Alcools, phénols, thiols 25
8.5 Réactivité des alcools Au quotidien – un excellent antioxydant

Réaction biologique : oxydation des hydroquinones La quercétine est l’antioxydant le plus actif de la famille des flavonoïdes

L’hydroquinone s’oxyde spontanément


à l’air.
Observer la richesse de
mésoméries après le départ
d’un radical hydrogène et
l’effet sur l’aromaticité.

Quiz : Comment la quinone capte le radical et est stabilisée ? (en rouge, squelettes des flavones)

On trouve la quercétine dans la pellicule des baies (raisin, myrtille, cassis)


et on le retrouve dans le vin rouge.
Elle est aussi présente dans la pellicule des cerises et de la pomme mais
surtout dans les câpres, le chocolat noir et l’oignon rouge !

Chimie organique Chapitre 8 – Alcools, phénols, thiols 26 Chimie organique Chapitre 8 – Alcools, phénols, thiols 28

Au quotidien – un de nos anti-oxydants 8.6 Préparation des alcools

Vitamine E : agent anti-oxydant, besoins journalier 15 mg/jour Méthodes de préparation des alcools

1) SN d’haloalcanes : (rappel chapitre 7)

H2
H2
C Br
-OH
NaOH C OH
H3 C C + H3C C + Br -
H2
H2

2) AE d’alcènes : (rappel chapitre 5)


Freine notamment le vieillissement de la peau H H H
H
H H
H H H
Quantité : +
H H

+ H H+
133 mg/100g dans l’huile de germe de blé,
49 mg/100g huile de tournesol, H CH 3
H CH3 H CH 3
25mg/100g margarine, H
O+
CH 3
O
5mg/100g huile d’olive. O H H H
H H

Additif E30 3) Réduction de doubles liaisons C=O par les hydrures (voir chapitre 11)

Chimie organique Chapitre 8 – Alcools, phénols, thiols 27 Chimie organique Chapitre 8 – Alcools, phénols, thiols 29
8.7 Polyols Résumé de la réactivité des alcools

Polyalcools : beaucoup de molécules biologiques comprennent plusieurs


fonctions alcools dans la molécules : les sucres – chapitre 15

Ethylèneglycol (éthan-1,2-diol)
éthylèneglycol (1,2-éthanediol)
H2C OH
utilisé comme antigel de radiateur de voiture car miscible à l'eau
et Eb 200°C très élevée propice au fonctionnement du radiateur
H2C OH
d+

Préparation de diol : oxydation d’alcène avec KMnO4 et H2O (chap. 5, p. 27) d-

Glycérol (glycérine) – trialcool de base des lipides (chap. 13)


glycérol (glycérine)

H2 C OH liquide sirupeux au goût sucré


utilisé dans les sirops médicaux car il forme une couche grasse
HC OH sur la gorge.

H2 C OH

Chimie organique Chapitre 8 – Alcools, phénols, thiols 30 Chimie organique Chapitre 8 – Alcools, phénols, thiols 32

Au quotidien – le gel hydroalcoolique

Didier Pittet, chef du Service de prévention


et contrôle de l’infection (HUG) a créé, en
équipe, la recette du gel hydro-alcoolique.
Composition recommandée par l’OMS

Formulation de l’OMS pour 1 litre :

• 833 ml éthanol à 96%


ou 752 ml d’isopropanol à 99.8%

• 41,7 ml d'eau oxygénée (H2O2) à 3%

• 14,5 ml de glycérol à 98%)

• eau distillée ou bouillie pour


compléter à 1 litre.

Chimie organique Chapitre 8 – Alcools, phénols, thiols 31


Chapitre 9
les éthers

CO : chap. 8.7 à 8.8

Chimie organique Chapitre 9 – éthers & thioéthers 1


9.1 Nomenclature Au quotidien - l’éther

Ether : Formule générale


Histoire de l’éther

16e : Réaction du vitriol (acide sulfurique) + esprit de vin (éthanol)


Groupe principal : suffixe -éther
Þ huile douce de vitriol (diéthyléther)
Groupe secondaire : préfixe alkoxy- (éventuellement: alkyloxy-)
17e : Paracelse : utilisation comme anesthésiant
« d’un goût agréable, il fait tomber les poulets dans un sommeil profond
dont ils s’éveillent sans subir aucun dommage.
Son emploi est recommandé pour le traitement des maladies douloureuses. »

18e : le chimiste allemand Froben nomme cette substance « éther » en


référence à la mythologie grecque où l’éther était la sphère de l’air. Sa
grande volatilité remplissant tout l’espace.

Pour la nomenclature avec préfixe, le groupe principal sera le substituant De nos jours, l’éther est encore parfois appelé « éther sulfurique » en
le plus grand ou le plus complexe. référence à sa méthode de synthèse (voir chap. 8).

Chimie organique Chapitre 9 – éthers & thioéthers 2 Chimie organique Chapitre 9 – éthers & thioéthers 4

9.1 Nomenclature Quiz

Ethers cycliques : noms triviaux Quels sont les noms des molécules suivantes ?

Groupe époxyde : cycle tendu => très réactif


Oxirane (oxyde d’éthylène) : Eb. 10 C
Quelle est la structure du 1-cyclopentényl-2-propyléther ?
THF et dioxane : solvants organiques (1-(2-propyloxy)-cyclopentène)
(ils figurent parmi les très rares éthers solubles dans l’eau)

Chimie organique Chapitre 9 – éthers & thioéthers 3 Chimie organique Chapitre 9 – éthers & thioéthers 5
9.2 Propriétés des éthers Quiz

Propriétés physico-chimiques
Comment expliquer que déjà le diéthyléther est soluble à 7% dans l’eau alors
Ethers : odeur agréable que le THF (tétrahydrofurane) est parfaitement soluble ?
Eb. proche des alcanes
Soluble dans l’eau si l’addition des deux chaînes respecte la règle Indice : que faut-il pour qu’une substance soit soluble dans l’eau ?
des 5 atomes mais les molécules plus courtes que le diéthyléther
sont gazeuses aux conditions ambiantes ≠ liquides) :
Diéthyléther soluble à 7% dans l’eau = peu soluble = soluble
Ethylpropyléther soluble à 2 % = insoluble.

=> en pratique les éthers aliphatiques sont insolubles dans l’eau.

Hydrocarbure Eb [ C] Eb [ C] Ether
Propane C3H8 -42 -25 CH3-O-CH3 diméthyléther
Butane C4H10 0 8 CH3-O-C2H5 méthoxyéthane
pentane C5H12 36 34 C2H5-O-C2H5 diéthyléther
heptane C7H16 98 89 C3H7-O-C3H7 dipropyléther

Chimie organique Chapitre 9 – éthers & thioéthers 6 Chimie organique Chapitre 9 – éthers & thioéthers 8

9.2 Propriétés des éthers 9.3 Réactivité des éthers

Importance biologique Substitution ?


δ−
Oui, liaison polarisée
R O
Le groupe fonctionnel éther n’est pas très utilisé par la nature sauf δ+ δ+
R'
chez les plantes qui produisent des métabolites recherchées pour Elimination ?
leurs propriétés organoleptiques. Non, pas de groupe partant, départ de H- H H

H
H
Anéthol : goût anisé
R'+ H 2C O H-
H 2C O R'
H 2C O-
O
Addition ?
Non, car système saturé
anéthol
trans-1-méthoxy-4-(prop-1-ényl)benzène
Oxydation ?
Non, stabilité similaire aux alcanes

Réduction ?
Non, car système saturé

Chimie organique Chapitre 9 – éthers & thioéthers 7 Chimie organique Chapitre 9 – éthers & thioéthers 9
9.3 Réactivité des éthers 9.3 Réactivité des éthers

Substitution nucléophile en milieu acide Si l'un des substituants est un groupe phényle, la réaction est univoque
Etape 1 : affaiblissement de la liaison C-O par l’acide (HX/H2O)

CH3
HI
O
OH + I CH3

Etape 2 : substitution proprement dite, par exemple SN1: CH3

O+
+ HO CH3
H

Comme la réaction se déroule toujours en milieu acide,


1) Nu: peut-être X- ou H2O car les autres Nu: réagissent en milieu acide :
Donc la SN se déroule TOUJOURS avec HX ou H2SO4 dans l’eau,
2) seule une base faible peut exister donc pas compétition avec l’élimination.
Chimie organique Chapitre 9 – éthers & thioéthers 10 Chimie organique Chapitre 9 – éthers & thioéthers 12

Quiz 9.4 Préparation des éthers

Quels serons les produits de SN entre ces réactifs ? 1a) SN2 d’alcools en milieu acide: (voir chap. 8)
Contrairement aux autres groupes fonctionnels, l’éther présente 2 sites de SN

80 C

1b) SN1 d’alcools en milieu acide

Chimie organique Chapitre 9 – éthers & thioéthers 11 Chimie organique Chapitre 9 – éthers & thioéthers 13
9.4 Préparation des éthers Résumé de la réactivité

3) AE d’alcool sur un alcène en milieu acide (chap. 5, p. 16)

Chimie organique Chapitre 9 – éthers & thioéthers 14 Chimie organique Chapitre 9 – éthers & thioéthers 16

Au quotidien – les polyéthers PEG & Macrogol

Les PEG = polyéthylène glycol sont des chaînes de succession -CH2-CH2-O-

O H
Si n = 1 éthylène glycol H O Voir chap. 8, polyols
n

Un PEG = HO O O

PolyEthylène Glycol O O OH

Ces substances respectent très largement la règle des 5 carbones et donc sont
très solubles dans l’eau mais solubilisent aussi des molécules peu polaires.
On trouve les PEG dans toutes les solutions pour le corps.

En gastroentérologie, le PEG est la molécule utilisée pour vider les intestins car
il solubilise tout dans l’eau. C’est le laxatif de rêve...

En médecine, le terme PEG est remplacé (pudiquement ?) par Macrogol

Chimie organique Chapitre 9 – éthers & thioéthers 15


Chapitre 10a
les amines

CO : chap. 12 à 12.3 + 12.5 à 12.6 + p. 408-409

Chimie organique Chapitre 10a – amines 1


10.1 Nomenclature 10.1 Nomenclature

Amines : formule générale R-NH2 ou R1R2NH ou R1R2R3N (R: alkyle ou aryle) Amines liées au benzène : noms triviaux

Rappel chap. 1 : N en hybridation sp3

Rappel chap. 4 : A température ambiante : structure pyramidale qui s’inverse


rapidement

Groupe principal : suffixe –amine


Groupe secondaire : préfixe amino-

Chimie organique Chapitre 10a – amines 2 Chimie organique Chapitre 10a – amines 4

10.1 Nomenclature 10.1 Nomenclature

Amine primaire : Amines aromatiques : noms triviaux


- groupe principal : chaîne liée à l'azote groupe secondaire
la plus longue possible
- N de position le plus bas possible

Amine secondaire et tertiaire :


- S’il y a doute sur le rattachement de la chaine groupe secondaire
=> N-alkyle (= alkyle attaché à N)

Chimie organique Chapitre 10a – amines 3 Chimie organique Chapitre 10a – amines 5
10.2 Propriétés des amines Au quotidien – aliments avariés

Propriétés physico-chimiques
Diamines : putréfaction d’acides aminés (chap. 14) : dégradation enzymatique
Amines : odeur très désagréable (poisson pourri) COOH COOH
Eb. plus élevée que les hydrocarbures, plus basse que les alcools H
Soluble dans l’eau si la chaine est courte (5 carbones) N NH2
H 2N H 2N NH 2

arginine Lysine
Alcane Eb [ C] Eb [ C] Amine 1 Eb [ C] Alcool NH

Ethane CH3-CH3 -88 -6 CH3-NH2 65 CH3-OH


Propane C3H8 -42 17 C2H5-NH2 78 C2H5-OH dégradation des acides aminés
COOH = putréfaction
Butane C4H10 4 49 C3H7-NH2 97 C3H7-OH foul-smelling compounds
NH 2
H 2N

ornithine
Amine 3 Ether
(CH3)3CH -12 3 (CH3)3N 11 C2H5OCH3

Importance biologique
NH 2
Très important; fait l’objet du chap. 10b : porphyrines et alcaloïdes H 2N H 2N NH 2

Chimie organique Chapitre 10a – amines 6 Chimie organique Chapitre 10a – amines 8

10.1 Nomenclature Quiz

Diamines naturelles 1) Comment expliquer la solubilité dans l'eau des amines à courte chaine ?
2) Comment expliquer une température d’ébullition des amines primaires
intermédiaire entre alcanes et alcools ?

Diamine industrielle O

NH 2 Cl C
H 2N +
C Cl

C6 : 1,6-diaminohexane O
hexaméthylène diamine
O

H
N C
N C
H
n
O

Nylon 6,6

Chimie organique Chapitre 10a – amines 7 Chimie organique Chapitre 10a – amines 9
10.3 Basicité des amines 10.3 Basicité des amines

Basicité des amines : avec le doublet libre, les amines sont des bases faibles Renforcement du caractère basique : N reçoit une densité électronique de
(la différence d’électronégativité est insuffisante pour un caractère acide) la part des chaînes alkyles (induction donneur). Le caractère basique est
renforcé car l’induction stabilise la charge positive de l’acide conjugué.
H H H3CH2C CH2CH3 H3CH2C CH2CH3
H CH2CH3
N N N
N

H H CH2CH3
H
Amine Ammonium
ammoniac éthylamine diéthylamine triéthylamine
Substance pKb amine pKb = 4.7 pKb = 3.4 pKb = 3.2 pKb = 3.0

NH3 4.7
Affaiblissement du caractère basique : N perd une densité électronique
Ethylamine 3.4 1 par mésomérie du doublet
Diéthylamine 3.2 2 Þ caractère basique affaibli.
Triéthylamine 3.0 3
Þ car déstabilisation
de la charge positive
Aniline 9.4 de l’acide conjugué.
aromatique
Pyrrole 13.6
L’amine n’a pas de caractère acide; pKa ~ 33 pour ammoniac/amidure

Chimie organique Chapitre 10a – amines 10 Chimie organique Chapitre 10a – amines 12

Quiz Complément sur la basicité des amines tertiaires dans l’eau

Il est possible qu’en chimie générale il soit mentionné sans explication que
les amines tertiaires sont légèrement moins basiques que les amines
Quel est le couple ammoniac/amidure dont le pKa vaut ~ 33 ? secondaires et primaires.
C’est effectivement le cas en solution aqueuse alors que les valeurs de la
p. 12 sont à l’état gazeux. La raison est qu’en solution il y a un effet
supplémentaire qui intervient :
H 3C CH3

N N
L’interconversion «effet parapluie» H3C CH3
H3C CH3

Il devient compliqué pour le proton de pouvoir avoir accès du doublet non


liant et donc l’amine est moins basique.
L’effet parapluie existe aussi pour les autres amines mais comme elles
portent un ou plusieurs H, l’accès est facilité.

Donc nous nous simplifions la tâche en ne prenant que effet d’induction


(ce qui est parfaitement correct à l’état gazeux).

Chimie organique Chapitre 10a – amines 11 Chimie organique Chapitre 10a – amines 13
Quiz 10.3 Basicité des amines

L’o-nitroaniline sera plus ou moins basique que l’aniline ?


b) Les ammoniums quaternaires

La choline est un constituant très


important de
-phospholipides (chap. 13b, p.42)
-l’acétylcholine (neurotransmetteur).

Tous les ammoniums sont solubles dans l'eau car ce sont des sels mais
seuls les ammoniums quaternaires le sont à tout pH car il n'y a pas de
caractère acide-base, déprotonation impossible quand le pH augmente.

Chimie organique Chapitre 10a – amines 14 Chimie organique Chapitre 10a – amines 16

10.3 Basicité des amines 10.3 Basicité des amines

Les ammoniums Exemple : la différence de solubilité aqueuse d'une amine protonée ou non
Ce qui précède montre qu’il existe deux familles d'ammoniums organiques : permet de l’isoler. Principe utilisé pour extraire les alcaloïdes (voir chap. 10b)
2) solution
a) Les acides conjugués d'amines aqueuse HCl 2M

3) après agitation NO2

ether + nitrobenzène

1) solution
ether + nitrobenzène NH 3+Cl-
eau acide + aniline
+ aniline
Ammonium: primaire secondaire tertiaire
NO2 NH 2

Ces ammoniums existent uniquement à pH acide.

Les ammoniums sont solubles dans l’eau

Chimie organique Chapitre 10a – amines 15 Chimie organique Chapitre 10a – amines 17
10.4 Réactivité des amines 10.4 Réactivité des amines

Substitution ? Mécanisme
Non car la liaison entre C et N est très peu polarisée (DEn 0.5). Il faut
donc augmenter la polarisation
Même la liaison N-H est insuffisamment polarisée

Addition ?
Non, car système saturé

Elimination ?
Non sauf si on parvient à augmenter la polarisation N-C

Oxydation ?
Non, départ très difficile de H2 (polarisation faible)

Réduction ?
Non, pas d’addition

Chimie organique Chapitre 10a – amines 18 Chimie organique Chapitre 10a – amines 20

10.4 Réactivité des amines 10.4 Réactivité des amines

Substitution nucléophile (SN1 ou SN2) – pas de départ de –NH2 (amidure) Elimination


Pour réaliser une élimination, il faut rompre la liaison C-N mais DEn = 0.5
est beaucoup trop faible => Il faut augmenter DEn. Comment ?
Pour alcools et éthers, DEn augmente en les protonant (charge + sur O).
Protoner une amine = faire un ammonium.
CH 3
Mais ajouter H+ ne fonctionne pas car l’élimi- R H

nation se fait avec une base ! Donc l’amine est N C


Réaction acide – base : SN pour synthèse d'amide (voir chap. 12 et 14) transformée en ammonium quaternaire. H 3C CH2 R
H 3C
Quiz
Chap. 7 – quel est le produit d'une E1 sur un halogénoalcane asymétrique ?

Br

H3C CH2 C CH3


H base

Chimie organique Chapitre 10a – amines 19 Chimie organique Chapitre 10a – amines 21
10.4 Réactivité des amines 10.5 Préparation d'amines

Synthèse d'amines polysubstituées à partir d'amine primaire


Elimination d’ammonium quaternaire : Elimination de Hofmann
Alkylation d'amine primaire (SN2)
Etape 1 : réaction acide-base avec NaOH comme base forte

(base)

C’est l’hydrogène en b de l’azote le moins encombré qui sera arraché


entraînant la formation d’une double liaison alcène en fin de chaîne.
C’est le produit de Hofmann qui est formé. Problème : S'il y a un excès de iodométhane, l’amine secondaire, aussi
nucléophile, peut à son tour faire une SN2.

Chimie organique Chapitre 10a – amines 22 Chimie organique Chapitre 10a – amines 24

10.5 Préparation d'amines Quiz

Synthèse d'amine à partir d'halogénoalcane Quel est le produit obtenu s’il y a un large excès de iodométhane ?
Substitution nucléophile (SN2) irréversible à cause de la faible DEn entre C et N
C 16H 33 H
N H 3C I
+ n

Bien entendu, si le carbone est tertiaire, le mécanisme sera SN1.

Chimie organique Chapitre 10a – amines 23 Chimie organique Chapitre 10a – amines 25
Au quotidien - tensioactifs Au quotidien - tensioactifs

Ammonium à longue chaine : Spermaceti : mélange de cire et triglycérides (voir chap. 13).
Tensioactif de mousse à raser, de shampoing et de démêlant Un des composés principaux est une cire : palmitate de cétyle
(IUPAC : hexadécanoate d’hexadécyle)
Exemple : cétylpyridinium

N+
Le mélange solidifie
Pourquoi ce nom de « cétyl » ? progressivement
entre 30 C, liquide
et 0 C, solide.

Substance antiseptique utilisée comme collyre


et contre la plaque dentaire
Cet ester à longues chaînes est aussi présent dans « l’huile de jojoba »

Chimie organique Chapitre 10a – amines 26 Chimie organique Chapitre 10a – amines 28

Au quotidien - tensioactifs Résumé de la réactivité

« Cétyl » provient de
cétacée

Plus précisément
d’une substance
trouvée dans la bosse
du cachalot

Chimie organique Chapitre 10a – amines 27 Chimie organique Chapitre 10a – amines 29
Quiz

Peut-on vérifier que la porphyrine est aromatique et combien


d’électrons participent à la conjugaison ?

Chapitre 10b
Classes principales de substances
biologiques
porphyrines et alcaloïdes

CO : chap. 12.7

Chimie organique Chapitre 10b – porphyrines & alcaloïdes 30 Chimie organique Chapitre 10b – porphyrines & alcaloïdes 32

10.7 Porphyrines 10.7 Porphyrines

Porphyrine : du grec porphura (violet)


Hème : du grec (heima = sang)
macrocycle hétérocyclique composé de 4 pyrroles reliés par 4 ponts CH
Site actif de l’hémoglobine

H
N

Pyrrole (voir chap. 6 et 10a)

Tous les C et N sont en hybridation sp2 avec des liaisons p conjuguées =>
Structure planaire et aromatique (règle de Huckel).
4 azotes : leurs doublets ouvrent la possibilité de créer des liaisons avec un Transport de O2
électrophile placé au centre du cycle.

Chimie organique Chapitre 10b – porphyrines & alcaloïdes 31 Chimie organique Chapitre 10b – porphyrines & alcaloïdes 33
Au quotidien – l’hème 10.7 Porphyrines

Chlorophylle : du grec (khloros = vert et phullon = feuille)


porphyrine dont l’un des cycles pyrroles est réduit :

NH
N N
N

Mg2+

N HN
H N N
H

H H
ROCCH 2CH 2C

squelette de chlorine H 3CO2 C


Image : M. Labarre, Université de Laval, Ca O
R : diterpène
Liaison Fe2+--- O2; affinité Fe2+ --- CO 240x plus forte
Production
Sol pauvre des plantes
en magnésium : «: anémie
500 millions
» de de tonnes: par
la plante an
chlorose

Chimie organique Chapitre 10b – porphyrines & alcaloïdes 34 Chimie organique Chapitre 10b – porphyrines & alcaloïdes 36

Au quotidien – l’hème 10.7 Porphyrines

Vitamine B12 : cobalamine


(cobalt + squelette chlorine)
prophyrine dont les cycles
ne sont plus des pyrroles.

Le macrocycle n’est plus C sp3


aromatique !

Elle est produite par des bactéries


installées notamment chez les
ruminants.
Pour les lapins en mangeant leurs
crottes spécifiques.

Besoin journalier : 2.5 µg/jour


("substance essentielle") Image : Pharmacorama.com

Chimie organique Chapitre 10b – porphyrines & alcaloïdes 35 Chimie organique Chapitre 10b – porphyrines & alcaloïdes 37
Au quotidien – dégradation de l’hémoglobine Au quotidien – dégradation de l’hémoglobine

Dégradation de l’hémoglobine (Hème) : durée de vie 4 mois Dégradation de l’hémoglobine (Hème) : durée de vie 4 mois

1) Oxydation (l’aromatique résiste à l’oxydation) 3) Hydrolyse : perte d’aromaticité, perte de planarité

Hème (rouge) hydroxyhème Biliverdine (vert)

Chimie organique Chapitre 10b – porphyrines & alcaloïdes 38 Chimie organique Chapitre 10b – porphyrines & alcaloïdes 40

Au quotidien – dégradation de l’hémoglobine Au quotidien – dégradation de l’hémoglobine

Dégradation de l’hémoglobine (Hème) : durée de vie 4 mois Dégradation de l’hémoglobine (Hème) : durée de vie 4 mois

2) Oxydation (le cation reste aromatique) 4) Réduction : agent réducteur NADPH -> NADP+

hydroxyhème Bilirubine (jaune)

Chimie organique Chapitre 10b – porphyrines & alcaloïdes 39 Chimie organique Chapitre 10b – porphyrines & alcaloïdes 41
Au quotidien – dégradation de l’hémoglobine Au quotidien – dégradation de l’hémoglobine

Jaunisse du nouveau-né : Dans l’intestin, la flore intestinale réduit la bilirubine en stercobiline

Pour une raison que j’ignore, le fœtus a besoin de beaucoup plus de


globules rouges que le nouveau-né pour se développer. A sa naissance, son O O
organisme détruit le sang en excès.
NH HN
Mais son foie est encore immature et le mécanisme de dégradation de
l’hémoglobine est peu efficace...
NH N
Le bébé prend une couleur jaunâtre suite à l’accumulation de
bilirubine dans le sang
O
HO
Traitement : mettre le bébé à la lumière
O OH
Quel est le rapport entre la lumière et le mécanisme précédant ?
Stercobiline (brun) : responsable de la couleur des selles

Chimie organique Chapitre 10b – porphyrines & alcaloïdes 42 Chimie organique Chapitre 10b – porphyrines & alcaloïdes 44

Au quotidien – dégradation de l’hémoglobine 10.8 Alcaloïdes

Aucun
Aucun !! La
La biliverdine forme l’isomérisation
lumière favorise des liaisons H E
entre
– Z pyrrole et acide
des ponts entre pyrroles Les alcaloïdes : du latin (alkali = alcalin = basique)
Þ Molécule peu polaire : peut passer la barrière membranaire : toxicité Nom donné à cause du doublet libre de l’amine (base de Lewis)
Þ Accès est difficile aux groupes acides : solubilisation difficile
Importance biologique
1) Neurotransmetteurs chez l’humain
2) Métabolites d’acides aminés de plantes et de champignons (défense)
=> Substances psychotropes ou toxiques aigus chez l’homme

Quelques alkaloïdes simples

H
N
N N
poison donné à Socrates

issu de la grande ciguë


(conium maculatum)
nicotine : stimulant coniine famille des ombellifères
En configuration E, il y a moins de liaisons H intramoléculaire => liaisons H
avec l’eauLumière
=> solubilisation => détoxification
: isomérisation E -> Z de la double liaison

Chimie organique Chapitre 10b – porphyrines & alcaloïdes 43 Chimie organique Chapitre 10b – porphyrines & alcaloïdes 45
10.8 Alcaloïdes 10.8 Alcaloïdes

Quelques alkaloïdes : Cocaïne et atropine Biologiquement, les alcaloïdes sont dérivés d’acides aminés (chap. 14b)
NH2
Acide aminé: tryptophane
O O

Plante COOH
Homme
O cocaïne
N
N NH2
O N
H
OH
tryptophane
Présent dans les solanacées (belladone, datura)
OH
OH OH
N N
N N
O O H H
O
psylocine sérotonine
alcaloïde du psylocybe neurotransmetteur
O O champignon d'automne émotions, éveil, douleur

Chez l’Homme, 2 classes de neurotransmetteurs sont synthétisés


atropine : poison scopolamine : allucinogène à partir d’acides aminés : tryptophane et tyrosine

Chimie organique Chapitre 10b – porphyrines & alcaloïdes 46 Chimie organique Chapitre 10b – porphyrines & alcaloïdes 48

Quiz 10.8 Alcaloïdes

Autres alcaloïdes dérivés du tryptophane

La cocaïne sera bien soluble dans l’eau :

A à pH acide

B à pH neutre
LSD : Intermédiaire artificiel de la synthèse de l’ergotamine
C à pH basique (toxine de ergot du seigle)

D elle ne sera jamais bien soluble

Chimie organique Chapitre 10b – porphyrines & alcaloïdes 47 Chimie organique Chapitre 10b – porphyrines & alcaloïdes 49
10.8 Alcaloïdes Au quotidien – la morphine

Acide aminé: tyrosine Dérivé de la morphine :


HOOC

NH2
HO

Plante HO
Homme
N
tyrosine HO O

NHCH3 NH2
H
HO Oxycodone
O HO H3 CO (oxyContine)
OH

Ephédrine Dopamine O
alcaloïde d'Ephédra
HO N N
O O O
NHR
NH
O
HO
O H H
OH
O HO
ecstasy ou MDMA
3,4-méthylènedioxy-méthyl R = H : noradrénaline Héroïne codéine
amphétamine R = CH3 : adrénaline

Chimie organique Chapitre 10b – porphyrines & alcaloïdes 50 Chimie organique Chapitre 10b – porphyrines & alcaloïdes 52

Au quotidien – la morphine Quiz

Morphine : métabolite du pavot Quelle est l’amine dont dérive la morphine ?

HO

HO
HO N
O

H
N H
O +
H /H2O N+
O
HO
NH2
H NH2
H

HO H H
HO
morphine
morphine ammonium N N
solubilité 0.2g/l d'eau
solubilité : 57g/l d'eau

Caractère basique de l’azote => solubilisation dans l’eau sous N


H
HO

forme protonée. OH
1 2 3 4

Chimie organique Chapitre 10b – porphyrines & alcaloïdes 51 Chimie organique Chapitre 10b – porphyrines & alcaloïdes 53
10.8 Alcaloïdes

Acide aminé: histidine


N

HN
NH 2

HOOC

Homme & plantes HN histamine


NH 2

Neurotransmetteur sécrété dans les réactions d’allergie


entraînant une contraction des bronches et une vasodilatation.

Ortie : le dessous de la feuille possèdes des pointes de silice laissant


échapper de l’acide formique et de l’histamine (+ acétylcholine et sérotonine)

Chimie organique Chapitre 10b – porphyrines & alcaloïdes 54


Chapitre 11
les carbonylés :
aldéhydes et cétones
CO : chap. 9.1 à 9.8 + 9.10 à 9.11

Chimie organique Chapitre 11 – aldéhydes & cétones 1


11.1 Nomenclature 11.1 Nomenclature

Groupe carbonyle : formule générale RR’C=O Groupe principal cétone : suffixe –one
Autre usage : alkyl-alkyl-cétone
Si R et R’ alkyles : fonction cétone Numéro de position le plus court possible
Si R alkyle et R’ hydrogène : fonction aldéhyde
Si R et R hydrogènes : formaldéhyde

butanone
méthyléthylcétone
MEK

Rappel chap. 1 : double liaison C=O en C et O sont en hybridation sp2

Chimie organique Chapitre 11 – aldéhydes & cétones 2 Chimie organique Chapitre 11 – aldéhydes & cétones 4

11.1 Nomenclature Quiz

Groupe principal aldéhyde : suffixe –al Nommer les composés ci-dessous

Le groupe est toujours en position 1 donc pas de numéro de position

Quelle est la structure du 2,5-diméthylhexanal ?

Chimie organique Chapitre 11 – aldéhydes & cétones 3 Chimie organique Chapitre 11 – aldéhydes & cétones 5
11.2 Propriétés des composés carbonylés Quiz

Quelques solvants industriels importants :


Comment expliquer la température d’ébullition intermédiaire entre
cat. Ag alcanes et alcools ?
Formaldéhyde H 3C OH H 2C O + H2
600°C
Production : 23 millions de tonnes/an dont 50% pour les plastiques rigides
Médecine : conservation d'organe sous forme de formol : solution dans l’eau
(env. 37%) et comme agent de désinfection.

Le formaldéhyde dénature l’ADN et est suspecté d'être cancérogène.

O
Acétone OH cat. Ag
+ H2
400°C

Production : 6 millions de tonnes/an dont 50% comme solvant car


La substance peu toxique entièrement soluble à l’eau
Þ Solvant de peinture, vernis à ongle

Chimie organique Chapitre 11 – aldéhydes & cétones 6 Chimie organique Chapitre 11 – aldéhydes & cétones 8

11.2 Propriétés des composés carbonylés 11.2 Propriétés des composés carbonylés

Propriétés physico-chimiques
Double liaison C=O : différence d'électronégativité importante et
Aldéhydes et cétones : odeur agréable délocalisation des électrons (mésomérie)
Eb. Intermédiaire entre hydrocarbures et alcools
Soluble dans l’eau : règle des 5 carbones d-

alcane Eb Eb aldéhyde Eb cétone Eb alcool


[ C] [ C] [ C] [ C] d+
C4H10 -0.5 48 C2H5-CHO 56 CH3COCH3 97 C3H7-OH

Liaison C=O très riche en electrons et forte différence d’électronégativité


= forte polarisation & mésomérie => charge partielle
Importance biologique
La double liaison C=O est très utilisée par la nature mais plus souvent Le carbone "C+" sera moins stable que l'oxygène "O-"
comme dérivé d’acide carboxylique (voir chap. 13). Þ Le carbonyle sera plus sensible à une attaque nucléophile
(on peut déjà observer que l'attaque nucléophile sera facilitée en milieu acide)

Chimie organique Chapitre 11 – aldéhydes & cétones 7 Chimie organique Chapitre 11 – aldéhydes & cétones 9
11.2 Propriétés des composés carbonylés 11.2 Propriétés des composés carbonylés

Renforcement de l’acidité du H en a : «1,3-dicarbonyle» comparé à un


Tautomérie et très faible caractère acide de l'hydrogène en a du carbonyle monocarbonylé :

Carbonyle en présence d'une base très forte : La formation d’un cycle à


six stabilise la structure

d-

d+

Exemple, dans l'eau :

Pour arracher le proton, il faut utiliser une base extrêmement forte;


expl. amidure NH2- pKa ~ 33.
Si l'anion est stabilisé, la base peut être beaucoup moins forte, voir p. 12. (pKa = 8.9)

Chimie organique Chapitre 11 – aldéhydes & cétones 10 Chimie organique Chapitre 11 – aldéhydes & cétones 12

11.2 Propriétés des composés carbonylés Quiz

Bilan : Quel type de tautomérie peut être envisagée ?

Substance de type phénol - imine

Forme cétonique Forme énolique


le phénol présente
aussi cette suite de
groupes fonctionnels
C'est une tautomérie : (ici tautomérie céto-énol)
La tautomérie comprend une mésomérie (déplacement d'électrons)
accompagnée par un déplacement d’atomes.
On remarque que les deux molécules ne sont que isomères de structure et
donc présenteront des propriétés physiques et de réactivité différentes.

Généralement, la forme céto est plus stable car la double liaison va sur
l'atome le plus électronégatif.

Chimie organique Chapitre 11 – aldéhydes & cétones 11 Chimie organique Chapitre 11 – aldéhydes & cétones 13
11.3 Réactivité des composés carbonylés Quiz

Substitution de la double liaison ? Addition nucléophile (AN) en milieu basique


Non car orbitale p (plus faible que s); oui en a du carbonyle
d-
Quel sera le produit de l'addition d'un carbonylé en milieu très basique sur
Elimination de la double liaison ? lui-même, c’est-à-dire sur une autre molécule identique ?
Non, 2 liaisons s à couper d+

Addition ?
Oui car double liaison

Oxydation du carbone ?
Oui, si H lié au carbone de C=O (seulement aldéhyde)

Réduction du carbone ?
Oui, car double liaison

Chimie organique Chapitre 11 – aldéhydes & cétones 14 Chimie organique Chapitre 11 – aldéhydes & cétones 16

11.3 Réactivité des composés carbonylés 11.3 Réactivité des composés carbonylés

Substitution en a en milieu basique Addition nucléophile (AN) en milieu basique


1) Réaction acide-base => préparation d'un nucléophile aldolisation croisée (deux carbonylés différents)

1) Aldolisation croisée : préparation du nucléophile puis addition

2) Réaction du nucléophile avec sa cible par SN2 : alkylation de cétones


par des halogénoalcanes 2) Hydrolyse terminale : neutralisation en milieu acide

Si la base forte est en excès, de nouvelles SN2 sont possibles.

Chimie organique Chapitre 11 – aldéhydes & cétones 15 Chimie organique Chapitre 11 – aldéhydes & cétones 17
11.3 Réactivité des composés carbonylés 11.3 Réactivité des composés carbonylés

3) Réaction supplémentaire possible : déshydratation d’un alcool

Réaction d'AN sur un carbonylé par un alcool


Si l’hydrolyse est réalisée avec un acide fort (H2SO4/H2O) et à
température élevée, la réaction est poursuivie par la déshydratation

ou une amine comme nucléophiles


des alcools (chap. 8) :

H+
R1

H carbonylé
H2SO4, 180°C

(E)

En histologie, le terme imine


est généralement remplacé
par Base de Schiff

Chimie organique Chapitre 11 – aldéhydes & cétones 18 Chimie organique Chapitre 11 – aldéhydes & cétones 20

11.3 Réactivité des composés carbonylés Au quotidien – Bactériologie: test de Gram à la fuchsine

Addition nucléophile (AN) en milieu acide La fuchsine (bleue-violette) se fixe sur la paroi cellulaire de bactéries,
Etape 1 : réaction acide-base - renforcement du caractère appelées ainsi Gram positives : expl staphylocoques & streptocoques.
électrophile du carbone NH

Visualisation de
streptocoques dans un
échantillon de sang
H 2N NH2

Etape 2 : addition du nucléophile Et ça se fixe comment ? Fuchsine


Comme le milieu est acide, Nu est une base faible (alcool, amine)
Parce que la paroi de bactéries contient des sucres (chap. 15) liés à des
protéines (chap. 14) et les sucres possèdent une fonction carbonyle.

Si un carbonylé rencontre une amine colorée (la fuchsine a 2 anilines), ils


se lient en formant une imine colorée et donc on colore le tissu.
Etape 3 : réarrangement terminal pour obtenir un produit neutre (p. 20) En histologie, on parle du Réactif de Schiff (fuchsine ou autre amine
colorée) qui formera une base de Schiff = imine s’il y a un carbonylé.

Chimie organique Chapitre 11 – aldéhydes & cétones 19 Chimie organique Chapitre 11 – aldéhydes & cétones 21
11.3 Réactivité des composés carbonylés Au quotidien – biosynthèse des pyrroles

Etape 2 : cyclisation par réaction entre deux acides 5-aminolevuliniques


Tautomérie : équilibre imine – énamine (voir aussi P. 13)

Imine énamine

Méthode puissante utilisée par la nature pour lier un enzyme avec un


substrat. L'enzyme possède une fonction amine et la molécule à
accocher possède une fonction carbonyle.

Chimie organique Chapitre 11 – aldéhydes & cétones 22 Chimie organique Chapitre 11 – aldéhydes & cétones 24

Au quotidien – biosynthèse des pyrroles Au quotidien – biosynthèse des pyrroles

AN naturelles : biosynthèse des pyrroles (porphobilinogène)


Application : biosynthèse des pyrroles (porphobilinogène)

Réactif :

Etape 1 : ancrage du réactif sur l'enzyme par AN

La dernière étape (élimination) est irréversible car l'aromaticité créée


stabilise fortement le produit final (stabilité des aromatiques).
énamine

Chimie organique Chapitre 11 – aldéhydes & cétones 23 Chimie organique Chapitre 11 – aldéhydes & cétones 25
Quiz 11.3 Réactivité des composés carbonylés

Autre addition nucléophile (AN) : Réaction de Grignard (pas en milieu acide)


Que se passe-t-il si l’alcool est en excès dans une AN d’éthanol sur la
l’acétone (bien sûr en milieu acide) ? Etape 1 : préparation du réactif de Grignard
d+
(aide : penser à la réactivité des alcools)
d-

d-

Etape 2 : addition sur le carbonyle


δ+
CH 2 CH 2
CH 2 Mg δ− δ+ δ−
H 3C CH 2 H 3C CH 2
H 3C CH 2 Br Mg Br
δ− H 2O + MgBrOH
R1 C O C
R1 δ− OH
R1
δ+ R2 R2
C O
δ−
R2

Formaldéhyde => alcool primaire


Aldéhyde => alcool secondaire
Cétone => alcool tertiaire

Chimie organique Chapitre 11 – aldéhydes & cétones 26 Chimie organique Chapitre 11 – aldéhydes & cétones 28

11.3 Réactivité des composés carbonylés 11.3 Réactivité des composés carbonylés

Exemple d’AN puis SN d’un diol sur un carbonylé Exemple : synthèse du linalol (essence à odeur du muguet, lavande)

Le groupe acétal est stable en milieu basique. Il a une réactivité semblable


à celle des éthers (chap. 9). Rappel : alcènes sensibles à AE donc insensible au réactif de Grignard
Chimie organique Chapitre 11 – aldéhydes & cétones 27 Chimie organique Chapitre 11 – aldéhydes & cétones 29
11.3 Réactivité des composés carbonylés 11.3 Réactivité des composés carbonylés

Oxydation Mécanisme :

Cétone

Après réduction, la réaction est terminée par une hydrolyse.


Aldéhyde
Les hydrures ne réagissent pas avec la liaison C=C car H- est un
nucléophile alors que la liaison C=C est sensible à l'addition électrophile .

acide carboxylique 2) Réduction par hydrogénation (réaction très difficile)


(voir chap. 12)
L'hydrogénation passe par un mécanisme radicalaire alors que le groupe
carbonyle est polarisé.
Pour le cours, nous considérons que cette méthode ne fonctionne pas !

Chimie organique Chapitre 11 – aldéhydes & cétones 30 Chimie organique Chapitre 11 – aldéhydes & cétones 32

11.3 Réactivité des composés carbonylés Quiz

Réduction
Quel produit obtiendra-t-on ?
1) Réduction par les hydrures (H-)
LiAlH4 : réducteur fort : toute liaison C=O (chap. 12 à 14)
NaBH4 : réducteur plus doux : aldéhyde et cétone

Cétone

alcool secondaire

Aldéhyde

alcool primaire

Chimie organique Chapitre 11 – aldéhydes & cétones 31 Chimie organique Chapitre 11 – aldéhydes & cétones 33
11.4 Préparation des composés carbonylés 11.4 Préparation des composés carbonylés

1) Oxydation des alcools 3) AE d’eau sur un alcyne en milieu acide (chap. 5, p. 30)
Réaction terminée par de la tautomérie (p. 10-12)

2) SE sur un aromatique = Réaction de Friedel-Craft (chap. 6, p. 16)


- H+

Chimie organique Chapitre 11 – aldéhydes & cétones 34 Chimie organique Chapitre 11 – aldéhydes & cétones 36

11.4 Préparation des composés carbonylés Résumé

Mécanisme
Etape 1 : préparation de l'électrophile

d-
a

d
+

Chlorure d'acyle (voir chap. 12)


La réaction fonctionne aussi avec un anhydride (voir chap . 12)

Etape 2 : substitution électrophile des aromatiques

Chimie organique Chapitre 11 – aldéhydes & cétones 35 Chimie organique Chapitre 11 – aldéhydes & cétones 37
Chapitre 12
les acides carboxyliques

CO : chap.1.10 + 4.11 + 10.1 à 10.10

Chimie organique Chapitre 12 – acides carboxyliques 1


12.1 Nomenclature Quiz

Acide carboxylique : formule générale R-COOH Quels sont les noms des acides ci-dessous (position en chiffre et lettre)
R-CO2H

Toujours groupe principal : suffixe acide –oïque

Association des fonctions carbonyle et alcool sur le même


carbone => toujours en bout de chaine

Substances très abondantes dans la nature et connues


depuis longtemps => beaucoup de noms triviaux

Chimie organique Chapitre 12 – acides carboxyliques 2 Chimie organique Chapitre 12 – acides carboxyliques 4

12.1 Nomenclature 12.2 Propriétés des acides carboxyliques

Propriétés physico-chimiques
δ β
α COOH COOH
Eb. plus élevée que les alcools
γ
Soluble dans l’eau (hydrophile) (jusqu’à 5 carbones)
OH

acide 2-hydroxypentanoïque acide 2-méthylpentanoïque


acide α-hydroxypentanoïque (l'acide est toujours Hydrocarbure Eb Acide Eb Eb Alcool
en début de chaîne) [°C] [°C] [°C]
C4H10 -0.5 CH3COOH 118 97 C3H7-OH
Butane a. acétique propanol
Le groupe acétyle : Exemple :

Importance biologique
Nom dérivé de "acide acétique" Avec ses dérivés, le groupe carboxylique est la fonction la plus utilisée
rencontré fréquemment dans les molécules par la nature.
biologiques.
Il peut être abrégé "Ac-" dans la structure.

Chimie organique Chapitre 12 – acides carboxyliques 3 Chimie organique Chapitre 12 – acides carboxyliques 5
Quiz Au quotidien – l’acide g-aminobutyrique

Quelques antiépileptiques : GABA substitué en position b = 3


Comment expliquer l’affinité très forte avec l’eau et l’Eb. très élevée ?
Gabob : acide g-amino-b-hydroxybutyrique
(aussi endogène)

Gabapentine :

acide 1-(aminométhyl)cyclohexylacétique

Prégabaline :
acide (S)-3-aminométhyl-5-méthylhexanoïque

Phenibut : acide 4-amino-3-phénylbutyrique


OH

Baclofène :
Cl O
acide 4-amino-3-p-chlorophénylbutyrique
NH2

Chimie organique Chapitre 12 – acides carboxyliques 6 Chimie organique Chapitre 12 – acides carboxyliques 8

Au quotidien – l’acide g-aminobutyrique 12.2 Propriétés des acides carboxyliques

Neurotransmetteur GABA
Acides carboxyliques : goût déplaisant, acre
acide acétique : vinaigre
acide g-aminobutyrique
acide butyrique : goût rance du beurre
GABA acide caproïque (acide hexanoïque) : odeur du fromage de chèvre (bouc)

Principal neurotransmetteur inhibiteur dans le cerveau. Il diminue


O
l’activité des neurones : anxiolytique

Ses effets sont contrebalancés par un excitateur, le glutamate (acide Le lait contient de l’acide L-lactique OH

glutamique) voir chap. 14 - acides aminés. (env. 1.5 g/l) OH

acide L-lactique
On remarque que GABA est acide (S)-2-hydroxypropionique
dérivé de l’acide glutamique
par décarboxylation. Le lactate est aussi une métabolite produite lors de la consommation de
(voir chap. 12.6) sucre (glucose) durant l’effort.
Le taux de lactate dans le sang est une valeur très suivie chez les
Un déséquilibre GABA/glutamate est impliqué dans l’épilepsie. athlètes professionnels.

Chimie organique Chapitre 12 – acides carboxyliques 7 Chimie organique Chapitre 12 – acides carboxyliques 9
Quiz 12.3 Acidité des acides carboxyliques

Une substance sera d'autant plus acide que sa base conjuguée se formera
Quel est le nom de cette molécule?
facilement = que la charge négative créée sera stabilisée.
D'une manière générale, cette stabilisation électronique peut être :
- Charge sur un atome très électronégatif (fort)
- Charge pouvant être répartie sur plusieurs atomes (mésomérie) (fort)
- Présence d'un effet inducteur attracteur à proximité de la charge (faible)

Cas des acides carboxyliques :

Longueur de liaison C=O 1.23 Å ion carboxylate


En médecine, la base conjuguée est appelée valproate, médicament C-OH 1.36 Å
antagoniste de GABA et utilisé contre l’épilepsie et les troubles bipolaires. carboxylate : 1.27 Å
La mésomérie sur deux atomes très électronégatifs rend les acides
carboxyliques beaucoup plus acides que les alcools.

Chimie organique Chapitre 12 – acides carboxyliques 10 Chimie organique Chapitre 12 – acides carboxyliques 12

12.3 Acidité des acides carboxyliques Quiz

Acidité des acides carboxyliques : Comment expliquer la différence d’acidité entre l’acide formique et l’acide
acétique (facteur 10) ?

Substance pKa
Eau 14
K Acide formique 3.7
HA + H2O A- + H3O +
Acide acétique 4.7
+ -
[H3O ][A ] Acide trifluoroacétique 0.3
K [H2O] = K a =
[HA] Acide benzoïque 4.2
Acide o-chlorobenzoïque 2.9
Acide m-chlorobenzoïque 3.8

Comment expliquer le caractère beaucoup plus acide de la fonction


R-COOH comparé à R-CH2-OH ?

Chimie organique Chapitre 12 – acides carboxyliques 11 Chimie organique Chapitre 12 – acides carboxyliques 13
Quiz 12.4 Réactivité des acides carboxyliques

Comment expliquer la différence d’acidité entre l’acide acétique et Substitution ?


O O

l’acide trifluoroacétique (facteur 30'000) ? Oui, liaison polarisée caractère acide R C R C + H+

O H O

Elimination ?
Non, pas de rupture de la liaison C-O (rupture O-H)
O
Très difficile de couper une liaison C-C mais O

il existe une faible polarisation R C R C

O H O H
Addition ?
Oui, car double liaison
mais compétition avec l'acidité
=> SN
O

R C
Oxydation du carbone ?
Non, car déjà oxydé au maximum pour une molécule organique O H

Réduction du carbone ?
Oui, car double liaison

Chimie organique Chapitre 12 – acides carboxyliques 14 Chimie organique Chapitre 12 – acides carboxyliques 16

Quiz 12.4 Réactivité des acides carboxyliques

Comment expliquer une acidité similaire entre l’acide acétique et l’acide Substitution nucléophile
benzoïque et un facteur 100 entre ce dernier et l’acide o-chlorobenzoïque ? La SN des acides carboxyliques est une réaction acide – base.
Comme nous sommes en milieu acide, le Nu ne peut pas être chargé Nu-
donc Nu: est une molécule (alcool, amine notamment).

-
O δ O
H O
δ+ δ-
R C R C O R C + H 2O qui est aussi nucléophile
δ-
O H Nu Nu
H
δ-
Nu H

En fonction de Nu:, le dérivé des acides carboxyliques s'appelle :


Nu:
O -OH : acide carboxylique
-O- : carboxylate
R C -OR : ester => carboxylate d’alkyle
Nu -NH2 : amide
-OC(=O)R : anhydride

Chimie organique Chapitre 12 – acides carboxyliques 15 Chimie organique Chapitre 12 – acides carboxyliques 17
Quiz 12.4 Réactivité des acides carboxyliques

Quel nucléophile ou base permet d’obtenir ces dérivés de l’acide acétique ?


anhydride acide carboxylique ester amide carboxylate

O O O O O O

C C C H C CH3 C H C
O O O N O

H
O O
O O O O

C C
C H C CH 3 C H C
O
O O N O

O O O O O O

C C C H C CH 3 C H C
O O O N O

H
charge toujours charge partielle charge partielle charge délocalisée charge négative déjà
localisée sur un C sur le O sur le O stabilisée sur le N car ΔEn entre présente
par induction donneur C et N est faible => difficulté à en ajouter
de la chaîne carbonée => C non réactif

Chimie organique Chapitre 12 – acides carboxyliques 18 Chimie organique Chapitre 12 – acides carboxyliques 20

12.4 Réactivité des acides carboxyliques Quiz

On peut également observer cette différence de réactivité en imaginant une


Dérivés des acides carboxyliques
rupture de la liaison C(=O)-Nu. Représenter et nommer le Nucléofuge obtenu
Différence de réactivité vis-à-vis de la SN et commenter sa probabilité d’existence dans l’eau.

anhydride acide carboxylique ester amide carboxylate

O O O O O
O

C C C H C H C
réactivité vis-à-vis d'un nucléophile C
O O N O
O

O O O O O O

H 3C C O C CH 3 > H 3C C OH > H 3C C OR' > H 3C C NH 2 H 3C C O


>

Ainsi, il est facile de faire réagir un dérivé d’acide carboxylique très C

réactif en un dérivé moins réactif.


Par exemple, un anhydride en un ester. Probabilité
d'existence

Chimie organique Chapitre 12 – acides carboxyliques 19 Chimie organique Chapitre 12 – acides carboxyliques 21
12.4 Réactivité des acides carboxyliques 12.4 Réactivité des acides carboxyliques

a) Substitution nucléophile avec R- (avec le réactif de Grignard) Addition

− SN impossible Pas d'addition sur la double liaison car après la première addition d'un

OMgBr car R- est une base nucléophile, le carbone se trouve entouré par 3 atomes avec forte
électronégativité :
+
CH3 Cδ H extrêmement forte qui fait une
CH3 C
CH 2 O
δ+
Mg
CH 2 OH simple réaction acide-base d-
R δ− H 2C
CH 2 Br R avec H de la fonction acide :
δ− d-

Oδ O
+
d-
CH3 Cδ H CH3 C + R CH3
CH 2 O CH 2 O MgBr
δ+
R Mg δ−
CH 2 Br
δ− O
H 2O + MgBrOH + R CH3
CH3 C
CH 2 OH
hydrolyse terminale

La réaction se termine donc par l'élimination d'un des nucléophiles.


Si on remplace la liaison O-H par O-R, le caractère acide disparaît et la SN
peut s’exprimer. voir : chap. 13 (ester). Bilan : substitution nucléophile

Chimie organique Chapitre 12 – acides carboxyliques 22 Chimie organique Chapitre 12 – acides carboxyliques 24

12.4 Réactivité des acides carboxyliques 12.4 Réactivité des acides carboxyliques

Réduction
b) Substitution nucléophile entre 2 acides carboxyliques : anhydrides 1) Réduction par les hydrures (H-) LiAlH4
d-

d- D

d +

Chauffage à ébullition => évaporation d’eau Alcool primaire


Le Chatelier => réaction de déshydratation favorisée (=> irréversible)
L’anhydride s’hydrolyse spontanément avec l’humidité de l’air (réaction inverse) Après réduction, la réaction est terminée par une hydrolyse.
Chimie organique Chapitre 12 – acides carboxyliques 23 Chimie organique Chapitre 12 – acides carboxyliques 25
Quiz 12.6 Acides dicarboxyliques – Réactivité spécifique

Quel sera le produit de cette réduction (hydrogénation) ? Les diacides carboxyliques ont souvent des noms triviaux car très
(aide : réactivité chap. 5 – alcène & chap. 11 - carbonyle) répandus dans la nature.

Quelques molécules biologiques importantes :

HOOC COOH HOOC CH 2 COOH


n

acide oxalique n = 1 acide malonique (acide propandioïque)


acide éthandioïque n = 2 acide succinique (acide butandioïque)
n = 3 acide glutarique (acide pentandioïque)
n = 4 acide adipique (acide hexandioïque)

Acide oxalique : présent dans beaucoup de plantes dont la rhubarbe.


Dans l’organisme, il peut précipiter sous forme de carboxylate de Ca2+
ou Mg2+ augmentant la goutte.
A la cuisson, il est détruit (voir p. 29)
Ainsi on ne mange pas la rhubarbe crue.

Chimie organique Chapitre 12 – acides carboxyliques 26 Chimie organique Chapitre 12 – acides carboxyliques 28

12.5 Préparation des acides carboxyliques 12.6 Acides dicarboxyliques – Réactivité spécifique

Oxydation d’alcool ou d’aldéhyde (rappel chap. 8 et 11) Les acides dicarboxyliques présentent bien entendu la réactivité vue avec
les acides (mono)carboxyliques.
Si la chaîne séparant les deux fonctions carboxyliques est très courte (0 à
aldéhyde 2 carbones), une réactivité supplémentaire et spécifique apparaît :

Elimination de CO2 = décarboxylation par chauffage


alcool primaire

1) 0 carbone entre les deux groupes carboxyliques = acide oxalique


Dégradation par la température

H O
O
Synthèse malonique (voir chap. 13) O O 150 C
C H + C
C C
O O
H O O
H

acide formique

Chimie organique Chapitre 12 – acides carboxyliques 27 Chimie organique Chapitre 12 – acides carboxyliques 29
12.6 Acides dicarboxyliques – Réactivité spécifique Résumé de la réactivité

Elimination de CO2 = décarboxylation par chauffage


2) 1 carbone entre les deux groupes carboxyliques : acide malonique

Quel mécanisme peut être imaginé en s’inspirant de celui de l’acide oxalique ?


Quels sont les produits obtenus ?
d-
O O

C C
d+ d+
HO CH 2 OH

Diacides : décarboxylation par chauffage

Chimie organique Chapitre 12 – acides carboxyliques 30 Chimie organique Chapitre 12 – acides carboxyliques 32

Au quotidien – la fermentation malolactique

Lors du processus de vinification, le raisin rouge


subit la 2e fermentation: fermentation malolactique

Image : écoulage du merlot Château-Palmer.com

Vins blancs : fermentation supprimée de manière à conserver de l’acidité.


On ajoute un excès de SO2 structure proche de CO2 pour bloquer la réaction
(inhibition basée sur Le Chatelier).

Chimie organique Chapitre 12 – acides carboxyliques 31


Chapitre 13a
les esters

CO : chap. 10.11 + 11.6 à 11.7 + 11.11

Chimie organique Chapitre 13a – les esters 1


13.1 Nomenclature 13.2 Propriétés des esters
O
Ester : formule générale R-COOR Arômes naturels
R C
R-CO2R
O R'

nb de C : R R’
Groupe principal : suffixe –oate d’alkyle
Rhum 0 2
(= carboxylate lié à une chaîne alkyle)
Bonbon 1 4
O Banane 1 5 isopentyle
Exemple : acétate d’éthyle
H3C C Poire 1 5 pentyle
Acide acétique -> acétate O C 2H 5
Orange 1 8
Ananas 3 2
O
Pomme 3 1
p-nitrobenzoate de
m-méthylphényle O2 N Abricot 3 5
O Jasmin 1 7 benzyle
Noix de coco 9 g-lactone

Chimie organique Chapitre 13a – les esters 2 Chimie organique Chapitre 13a – les esters 4

13.2 Propriétés des esters 13.3 Préparation des esters

Propriétés physico-chimiques Les esters ne sont formés que par une unique réaction :
Estérification (en milieu acide, voir aussi chap. 12)
Esters : odeur agréable (très employé en parfumerie)
Solubilité dans l’eau : règle de la chaîne de 5 carbones
Eb. Intermédiaire entre hydrocarbures et alcools
(comme les carbonylés)

O O
OH

O HO

2-méthylpentane acétate d’éthyle pentan-2-ol Acide butanoïque Réaction acide-base : acide + alcool -> ester + eau
Eb 60°C Eb 77°C Eb 119°C Eb 162°C
Amyle = pentyle : au 19e siècle, on fermentait de la fécule de pomme-de-
Propriétés biologiques terre (amylose) qui donnait du pentanol.
Les esters sont très répandus dans le vivants : triglycérides & Acétate d’isoamyle : arôme banane mais aussi phéromone d’alarme
phospholipides faisant l’objet du chap. 13b. de l’abeille.
Ils sont aussi les goûts agréables dans les fruits murs. Cet ester est produit durant la fermentation du vin (beaujolais nouveau)
Chimie organique Chapitre 13a – les esters 3 Chimie organique Chapitre 13a – les esters 5
13.3 Préparation des esters 13.3 Préparation des esters

Mécanisme de l’estérification : en milieu acide Synthèse de lactone :


oxygène issu de l’alcool ou acide ? Estérification entre acide carboxylique & alcool intramoléculaires

Si la chaîne est suffisamment longue : O

O
β cat. H + α CH 2 O + H2O
HO CH 2 C
CH 2 CH 2 OH CH 2 CH 2
γ α (la polymérisation est β γ
aussi envisageable)
lactone : γ-butyrolactone

O
β
γ β α cat. H + δ
δ γ
α + H2O
OH

O
OH
O
γ-nonalactone

Si l'hydroxyle est en position a ou b, pas de cyclisation car cycle trop tendu.


Chimie organique Chapitre 13a – les esters 6 Chimie organique Chapitre 13a – les esters 8

13.3 Préparation des esters Au quotidien – une lactone indispensable

Suite… Lactone très connue : la vitamine C

La vitamine C possède un groupe lactone mais ce n'est pas cette fonction


qui joue l'effet biologique. En biologie, on la place dans les cofacteurs
enzymatiques. C’est-à-dire que sans elle, la catalyse enzymatique de
protéines ne fonctionne pas.

Toutes les étapes de l’estérification sont réversibles.

Rappel : les réactions acide – base sont réversibles.


Elles peuvent devenir irréversible si :
1) l'un des produits quitte le milieu réactionnel (CO2, vapeur d'eau)
ou Acide ascorbique
2) Les produits finaux ont une réactivité entre eux (expl. saponification Vitamine C
en milieu basique, p. 12-13)
NB. La vitamine C est un dérivé d’un sucre, le glucose (voir chap. 15, p. 21-23).

Chimie organique Chapitre 13a – les esters 7 Chimie organique Chapitre 13a – les esters 9
13.4 Réactivité des esters 13.4 Réactivité des esters

Substitution ? 2) en milieu basique = saponification


1) Oui, liaison polarisée entre O et C=O
2) Comme le caractère acide carboxylique est absent,
O O
l'hydrogène en a du carbonyle présente sa faible acidité eau
NaOH + HO
δ− +
O Na
Elimination ? R O
O
Non, aucun groupe à éliminer (ou destruction de la H δ+
C C
Carboxylate de sodium
molécule) (structure des savons)
H O CH 2
δ−
Mécanisme :
Addition ? R'

Oui, car double liaison et pas de caractère acide (voir


chap.12)
eau
Oxydation ?
Non, car le carbone est déjà complètement oxydé

Réduction ?
Oui, car double liaison

Chimie organique Chapitre 13a – les esters 10 Chimie organique Chapitre 13a – les esters 12

13.4 Réactivité des esters 13.4 Réactivité des esters

Substitution nucléophile : Fin du mécanisme de la saponification :


1) en milieu acide = inverse de l'estérification

Carboxylate alcool

Quiz : Pourquoi la dernière étape est irréversible ?

Il s'agit d'une réaction acide – base dont le mécanisme, où toutes les


étapes sont réversibles, est l'inverse de celui décrit p. 7 à 8.

Quiz: Est-ce la règle qui dit que les réactions acide-base sont réversibles
n'est pas toujours vraie ?

Chimie organique Chapitre 13a – les esters 11 Chimie organique Chapitre 13a – les esters 13
Quiz 13.4 Réactivité des esters

Acidité du H en a de l’ester La réaction peut être poursuivie pour donner globalement :


Identifier la réactivité de l’acétate d’éthyle sur lui-même en milieu très basique « ajout de -CH2-COOH » à une chaîne carbonée.
(la base est un alcoolate: l'éthanolate : C2H5O-) ? 3) Addition de base (NaOH), neutralisation et chauffage
(Aide : penser à la faible acidité de l'H en a vue avec les carbonylés (chap. 11)) => NaOH entraîne la saponification en acide malonique substitué en a :

=> le chauffage entraîne la décarboxylation de l'acide malonique :

Bilan : R-X + acide malonique --> R-CH2-COOH + HX + CO2

Chimie organique Chapitre 13a – les esters 14 Chimie organique Chapitre 13a – les esters 16

13.4 Réactivité des esters Au quotidien - Biosynthèse des acides gras

malonyl-CoA
Acidité du H en a du b-diester = ester de l’acide malonique
1) Préparation du nucléophile (base = C2H5O-Na+)

acétyl-CoA
O O O O O O

C2H 5 C2H 5
- EtOH
C2H 5 C2H 5 C2H 5 C2H 5
O C O
d+
O C O O C O

H H d-
H H
base EtO
nucléophile
2) Substitution nucléophile sur un halogénoalcane

Jusqu’ici rien de nouveau par rapport à la réactivité des carbonylés.


Chimie organique Chapitre 13a – les esters 15 Chimie organique Chapitre 13a – les esters 17
13.4 Réactivité des esters 13.4 Réactivité des esters

Attaque nucléophile avec « R- » : (issu de la réaction de Grignard) Réduction


Etape 1 : Substitution nucléophile - Formation d’une cétone (aldéhyde) Réduction par les hydrures (H-)
O
O δ

LiAlH4
δ+ R CH 2OH HO R'
MgX

+ δ− O R C OR' H-
O
R1 OCH 2R toujours alcool 1'
δ+ C + XMg OCH 2R
δ+ C
Mg R1 R2
δ− R1 OCH 2R
R2 X
R 2 δ−
δ− cétone alcoolate Mécanisme (voir aussi chap. 12) :
O
La cétone formée est aussi sensible au Grignard et réagit immédiatement ! O O

C + OR
Etape 2 : Addition nucléophile - Formation d’un alcool tertiaire R C OR' H- R C OR'
R H
− δ+
O δ δ− MgX H
+
O

δ+ alcoolate tertiaire O O OH
R1 R2 C
δ+ R1 R2 hydrolyse
Mg δ− R2 C H- R C H R C H + HOR
R2 X R H
δ− H
H2O
H

Chimie organique Chapitre 13a – les esters 18 Chimie organique Chapitre 13a – les esters 20

Quiz Résumé de la réactivité

Comme toute réaction de Grignard, celle-ci est terminée par une hydrolyse
terminale. Présenter cette dernière réaction :

d-
eau

d+

a
Quiz : Bilan :
N.B. Lors de l'hydrolyse, H2O peut bien entendu être remplacé par HCl
MgXOH devenant MgXCl
Cette réaction de Grignard comprend donc une «SN» puis une AN
(terminée par une hydrolyse)

Chimie organique Chapitre 13a – les esters 19 Chimie organique Chapitre 13a – les esters 21
Au quotidien - huiles minérales

Traduction du terme anglais « oil » = huile

Exemple : gazoil ou gazol

Chapitre 13b En Suisse, terminologie allemande :


Diesel : Inventeur du moteur fonctionnant à l’huile lourde (= mazout)
Classes principales de substances
biologiques Huile lourde : mélange d’hydrocarbures Eb : 150 à 370 C
les lipides Huile minérale = huile de pierre = petra – oleum = pétrol

CO : chap. 16.1 à 16.4 L’avantage de l’huile minérale est sa résistance vis-à-vis de l’oxydation
(absence de fonction ester et de double liaison)

Les moteurs diesel peuvent facilement s’adapter aux huiles végétales

Chimie organique Chapitre 13b – les lipides 22 Chimie organique Chapitre 13b – les lipides 24

13.5 Classes de lipides 13.6 Triglycérides & acides gras

Importance biologique a) Triglycérides (huiles et graisses naturelles) H2 C OH


Lipides : terme générique signifiant « corps gras » et constituant la matière
grasse des êtres vivants. Les lipides sont hydrophobes. Esters naturels d’acides carboxyliques à longue chaîne HC OH

aliphatique liés au glycérol H2 C OH

Les lipides sont divisés en deux grandes familles : (= estérification entre 3 acides carboxyliques et le glycérol) glycérol
a) Lipides saponifiables : esters d'acides carboxyliques à longues chaînes Structure générale des triglycérides
b) Lipides non saponifiables : Terpènes et stéroïdes (voir chap. 16) O

Image: http://abouthighbloodpressuresymptoms.com
H 2C O C
Lipides saponifiables O
a) Triglycérides
HC O C
Constituant de la matière grasse des êtres vivants
Þ Réserve d’énergie (cellules adipeuses, graines) O

Lipides solides : graisses, beurre, lard, suif (= graisse animale fondue) H 2C O C R R : chaine alkyle ou alcène
Lipides liquides : huiles notamment végétales

b) Phospholipides
Principaux constituants des membranes cellulaires Propriétés physiques :
Insoluble dans l’eau. Très soluble dans l’éther et les solvants apolaires.
Compte tenu de la taille, substance à Eb. élevée => utilisée pour la friture.

Chimie organique Chapitre 13b – les lipides 23 Chimie organique Chapitre 13b – les lipides 25
13.6 Triglycérides & acides gras 13.6 Triglycérides & acides gras

Quelques acides gras importants : acides gras insaturés


La saponification des triglycérides puis neutralisation donne les
acides carboxyliques et le glycérol :
Nb de C Position des nom F
O O doubles liaisons
H 2C O C R H 2C OH
HO C R 18 - (a. gras saturé) acide stéarique 70°C solide
O O
1) 3 NaOH 18 C9 acide oléique 13°C liquide
HC O C R HC OH +
2) neutralisation
HO C R + 3 NaCl 18 C9 + C12 acide linoléique -5°C liquide
O 3 HCl O
18 C9 + C12 + C15 acide linolénique -11°C liquide
H 2C O C R H 2C OH
HO C R

triglycérides glycérol 3 acides gras

Acide gras avec une ou plusieurs doubles liaisons :


• Abaissement de F par rapport à l’homologue saturé => liquide
Les acides carboxyliques naturels à longue chaîne sont souvent appelés • naturellement, la double liaison toujours cis
des acides gras. • Surtout présent dans les plantes => huiles végétales
(Les nutritionnistes parlent souvent de manière impropre d'acides gras
alors que nous consommons surtout des triglycérides (esters).)

Chimie organique Chapitre 13b – les lipides 26 Chimie organique Chapitre 13b – les lipides 28

13.6 Triglycérides & acides gras Quiz

Quelques acides gras importants : acides gras saturés


Pourquoi F baisse avec la présence de doubles liaisons ?
Nb de C Nom F [°C]
COOH
12 acide laurique 44°C
16 acide palmitique 63°C acide oléique = acide cis-9-octadécénoïque
18 acide stéarique 70°C
20 acide arachidique 77°C

Les acides gras naturels ont toujours un nb pair de carbones (p.17)

L’acide palmitique est le principal acide gras de l’huile de coco (palme)


L’acide stéarique est un des principaux acides gras du beurre de Karité

Chimie organique Chapitre 13b – les lipides 27 Chimie organique Chapitre 13b – les lipides 29
Au quotidien – les huiles trans Au quotidien - huiles végétales insaturées

Mauvaises huiles : insaturées trans (isomère non naturel) Nutrition : des huiles riches en « w3 » et/ou « w6 »
COOH
Cette nomenclature "étrange" provient d'un constat : la position des
doubles-liaisons le long de la chaîne aliphatique est systématiquement
acides gras insaturés : isomère trans
placée sur les 3e, 6e et/ou 9e carbones depuis la fin de chaîne.
En comptant la position depuis le dernier carbone appelé Cw , on peut
Isomère formé durant un procédé d’hydrogénation incomplet ou cuisson.
regrouper toutes les longueurs de chaîne dans de même familles.
acides gras insaturés : isomère cis
COOH
W 2 4 6
COOH
COOH
1 3 5
hydrogénation un acide gras oméga 6
procédé Sabatier H2/Ni

COOH W 3
COOH
acides gras saturés 1
2

=> conservation de l’huile, préparation de margarine par hydrogénation partielle un acide gras oméga 3

Chimie organique Chapitre 13b – les lipides 30 Chimie organique Chapitre 13b – les lipides 32

Au quotidien – les huiles végétales dans notre assiette Au quotidien – le régime méditerranéen ou crétois

Les huiles végétales sont un mélange de triglycérides avec longueur de Constat : très faible mortalité cardiovasculaire et d’hypertension
chaînes différentes et proportion d’insaturations variable.
Alimentation riche en huile d’olive, fruits à coque (noisettes, noix, graines)
= en lipides insaturés
riche en légumes comme la laitue, épinards, céleri, radis et carottes.
Huile végétale Acides gras (% masse) = en nitrates
saturés Mono-insaturés Di-insaturés
Huile de palme palmitique 44% oléique 38% linoléique 10%
Huile d’olive palmitique 12% oléique 72% linoléique 8% Nitration des
Huile de colza palmitique 6% oléique 58% linoléique 22% chaînes
Huile de tournesol palmitique 6% oléique 20% linoléique 67% insaturées :

Beurre de cacao stéarique 34% oléique 34%


Les nitroacides gras neutralisent une enzyme qui régule la tension artérielle.
palmitique 26%
Ce régime comprend une consommation de vin rouge qui est riche en
polyphénols (chap. 8, antioxydants) issus de la peau du raisin.

Chimie organique Chapitre 13b – les lipides 31 Chimie organique Chapitre 13b – les lipides 33
13.7 Utilisation des triglycérides - savons 13.7 Utilisation des triglycérides - savons

Savon traditionnel = saponification de triglycérides L’action de nettoyage du savon dans l’eau :


Groupe carboxylate (boule ci-dessous) = soluble dans l’eau
O O
Longue chaîne apolaire = insoluble dans l’eau
H 2C O C R H 2C OH +Na -O C R
O
3 NaOH
O Les groupes carboxylates forment de nombres liaisons H avec l’eau.
HC O C R HC OH + +Na -O C R
La solubilisation se fait par la création de petites boules appelées micelles
2) neutralisation
O 3 HCl O

H 2C O C R H 2C OH +Na -O C R
H 2O
triglycérides glycérol 3 sels d'acides gras
H 2O
A l’intérieur de la micelle,
Propriétés physico-chimiques des savons les chaînes apolaires
A l’extérieur, les carboxylates

micelles
Molécule amphiphile (comprend des groupes hydrophiles et hydrophobes) Amphiphile = tensioactif = « surfactant »

Chimie organique Chapitre 13b – les lipides 34 Chimie organique Chapitre 13b – les lipides 36

Au quotidien – une bulle de savon 13.7 Utilisation des triglycérides - savons

Pourquoi le savon fait des bulles avec l’eau ? Mécanisme du nettoyage


Pour répondre à cette question, il faut déjà faire le catalogue des molécules
présentes. La saleté non soluble dans l’eau est donc hydrophobe. Elle va s’incérer
au cœur des micelles et donc la tâche aura disparu.
Une bulle c’est de l’air emprisonné dans un film lui-même entouré d’air (N2 et O2).
Le film est composé d’un agent moussant, un amphiphile organisé en bicouche :
- Les parties hydrophile en contact avec un film d’eau
- Les chaînes hydrophobes avec l’air (pas d’interaction entre molécules apolaires)

tache

tache

Chimie organique Chapitre 13b – les lipides 35 Chimie organique Chapitre 13b – les lipides 37
Au quotidien – Pourquoi des détergents synthétiques Au quotidien – les détergents synthétiques

Les savons traditionnels sont sont des bases conjuguées d’acide faible
=> base plutôt forte mal adaptée aux peaux sensibles Les parabènes = PARAhydroxyBENzoates
=> protonation facile en milieu acide => acide insoluble dans l’eau => perte = esters de l’acide p-hydroxybenzoïque
d’efficacité
Avec une eau calcaire (Ca2+, Mg2+), liaison avec le carboxylate => précipitation Présents dans plus de 80% des cosmétiques (crèmes, shampoings,
=> perte d’efficacité Mousse à raser, nettoyants, etc.)

Quelques amphiphiles synthétiques courants : sulfates O R= CH 3

O C 2 H5
-
O Na + HO

Les sulfates sont les S


O R C 3 H7
O
bases conjuguées O
C 4 H9
d’acide fort (acide lauryle sulfate
sulfurique).
O Ils sont utilisés comme antifongiques et bactéricides pour éviter que votre
O
Þ Base très faible O
crème de nuit ou votre shampoing ne devienne le lieu de prolifération de
n S
Þ Ne se protone pas O-Na+ ces microorganismes.
O
laureth sulfate de sodium : C12 + PEG + sulfate

Chimie organique Chapitre 13b – les lipides 38 Chimie organique Chapitre 13b – les lipides 40

Au quotidien – les détergents synthétiques 13.8 Phospholipides

Surgraissant b) Phospholipides
Le glycérol est lié à deux liaisons esters carboxyliques et une ester phosphate
O
O 7

O O
O 7

O O
O 7

O
Généralement,
PEG-7 glycérylcocoate 1e chaîne saturée
et 2e chaîne insaturée
Chaîne phosphatée : • 2-aminoéthanol
Rend à peau douce après shampoing : laisse un film sur la peau • choline = N,N,N-triméthylamino-2-éthanol
Les surgraissants ne sont pas pas amphiphiles et donc insolubles dans l’eau. (voir chap. 10a, p. 16)
Ils ont une structure proche aux triglycérides et donc des propriétés similaires
(Acétylcholine : neurotransmetteur actif dans l’apprentissage)
Chimie organique Chapitre 13b – les lipides 39 Chimie organique Chapitre 13b – les lipides 41
13.8 Phospholipides

Les phospholipides prennent une géométrie de ce type :

tête polaire queues apolaires


hydrophile hydrophobes

La molécule étant ionique (= sel), elle est soluble dans l'eau sous une
forme de micelles isolant les chaînes apolaires à l’intérieur de celle-ci.

Chimie organique Chapitre 13b – les lipides 42

13.8 Phospholipides

La nature utilise les phospholipides sous forme de bicouches lipidiques.


Les groupes hydrophiles présents des deux côtés de la bicouche permettent
de constituer la membrane cellulaire :

Phospholipides :
env. 40% de la membrane
env. 30% du poids du cerveau sec
env. 15% des nerfs

Image : biotech.ubc.ca

phospholipides avec choline = phosphidylcholine = lécithine


utilisé comme émulsifiant; couleur jaune (jaune de l’œuf)
Chimie organique Chapitre 13b – les lipides 43
Chapitre 14a
les amides

CO : chap. 10.12

Chimie organique Chapitre 14a – les amides 1


14.1 Nomenclature Quiz

Amide : formule générale R-CONR2 Comment expliquer ces très hautes températures d’Eb. et F ?
(comparer l’acide acétique au N-méthylacétamide)

Groupe principal : suffixe –amide (acide NOM-oïque => NOM-amide)

Comme pour les amines, si l'amide est secondaire ou tertiaire, on ajoute


N-alkyle pour lever le doute de position de la chaîne.
Chimie organique Chapitre 14a – les amides 2 Chimie organique Chapitre 14a – les amides 4

14.2 Propriétés des amides 14.2 Propriétés des amides

Propriétés physico-chimiques Stabilité de la liaison amide : mésomérie

Amide : substance solide (sans odeur)


si liquide, odeur désagréable, piquante
soluble dans l’eau (règle de la chaîne des 5 atomes)
Etat à 20 C Eb
Acétamide solide > 250 C
N-méthylacétamide solide 205 C
N,N-diméthylacétamide liquide 165 C
Þ très défavorable pour former un ammonium (N ne captera pas H+)
Acide acétique liquide 118 C Þ faible charge + sur le carbone
Acétate d éthyle liquide 77 C Þ faible réactivité vis-à-vis de la SN (voir chap. 12, p. 19-21)
Þ liaison très stable vis-à-vis de l’hydrolyse
Azote primaire : liaisons H très fortes => F et Eb plus élevés que les acides
Azote tertiaire : absence de liaison H => baisse de F et Eb Þ si liaison N-H: formation de liaisons H sur une structure peu réactive

Chimie organique Chapitre 14a – les amides 3 Chimie organique Chapitre 14a – les amides 5
Au quotidien – le Kelvarä 14.3 Préparation des amides

Stabilité de la liaison amide = solidité du matériaux


Lactame : amide cyclique intramoléculaire

O
O

H 2N
b NH
OH
g a

lactame : g-butyrolactame

rappel chap. 13 : Lactone = ester cyclique intramoléculaire


O
Image : Wikipedia.com O

HO
b O
OH
Polymère de type aramide extrêmement résistant aux chocs et utilisé g a
comme équipement de protection : sport, gilet pare-balles, coque de bateau
lactone : g-butyrolactone

Chimie organique Chapitre 14a – les amides 6 Chimie organique Chapitre 14a – les amides 8

14.3 Préparation des amides 14.3 Préparation des amides

"SN" – réaction acide-base : acide + amine -> amide + eau b-Lactame : groupe de base des pénicillines O
a
δ−
O O δ− OH
OH
Cycle tendu pouvant s’ouvrir et faire une
O
O SN2 plus facilement b NH
δ+ δ+ +
+
O SN 2
H 2N O
δ− NH

anhydride acétique p-aminophénol Autre forme d’amide : groupe urée (appelé aussi carbamide)
H

O
OH

O N-p-(hydroxyphényl)acétamide acide malonique + urée


- H+ O
HN NH
(paracétamol nom inventé par contraction de
NH para-acétyl-aminophénol) C
Ste-Barbe & urée
H 2N NH 2
O O
Urée + eau oxygénée :
Rappel chap. 12 : l’anhydride permet une réaction irréversible.
Blanchiment des dents
urée acide bariturique
Quiz : pourquoi l'oxygène du p-aminophénol ne réagit pas ? (urée stabilisation de H2O2)
Urée : 10 à 25 g/l dans l’urine

Chimie organique Chapitre 14a – les amides 7 Chimie organique Chapitre 14a – les amides 9
Quiz

Pourquoi cette substance s’appelle acide barbiturique ? (pKa = 4.12)

O O

H H H

N N N N
H+
+
Chapitre 14b
O O
Classes principales de substances
O O

biologiques
acides aminés, peptides & protéines

CO : p.351-2 + 389-90 + chap. 15 à 15.2 + 15.5 à 15.6 + 15.9

Rappel : limite de tautomérie et d’aromaticité

Chimie organique Chapitre 14a – les amides 10 Chimie organique Chapitre 14b – acides aminés, peptides & protéines 12

14.4 Réactivité des amides 14.5 Nomenclature

Amides naturels : acides aminés (aa) & protéines


Substitution nucléophile = Hydrolyse des amides
SN = amide + eau -> acide + amine

Comme la liaison amide est très stable, il faut des conditions très fortes
pour parvenir à l’hydrolyser :

Acide aminé : brique de base (monomère) des peptides et des protéines


Protéine : macromolécule constituée principalement de chaînes d’aa
Squelette : chaine d’amides
Rappel : la liaison ester s’hydrolyse à température ambiante et en Fonctions : groupements latéraux R
milieu faiblement acide. Peptide : chaine courte d’aa (de 2 à quelques centaines d’aa)

Chimie organique Chapitre 14a – les amides 11 Chimie organique Chapitre 14b – acides aminés, peptides & protéines 13
14.5 Nomenclature Quiz

Acide aminé (ou aminoacide) : unité de base de la protéine Chiralité des acides aminés :

Forme générale des acides a aminés: quelle est la configuration absolue d’un acide aminé naturel selon Cahn
– Ingold – Prélog ?
COOH
groupe acide carboxylique
C
H
groupe amine NH2
COOH CH2
C* si R = H
*
H 2N C H R

4e substituant : toujours H
chaine latérale comprenant
la fonction désirée

Chimie organique Chapitre 14b – acides aminés, peptides & protéines 14 Chimie organique Chapitre 14b – acides aminés, peptides & protéines 16

Quiz 14.5 Nomenclature

Chiralité des acides aminés : Chaine latérale = fonctionnalisation : choix de 20 aa différents


La nature a choisi l’énantiomère L pour tous les acides aminés.
1) Chaine latérale hydrophobe (groupes hydrocarbures)
Représenter l’acide aminé selon Fischer

Principe de la projection de Fischer (voir aussi chap. 15) :


1) La chaîne carbonée est représentée verticalement
2) Le carbone le plus oxydé est placé en haut (carbone réduit en bas)
3) Les groupes latéraux viennent devant le plan
4) Lorsque la fonction amine est placée à: • droite : acide aminé D
• gauche : acide aminé L

COOH
Fischer
C
H
NH 2
R Groupement hydrophobe : isole une structure de l’eau environnante
* : acide aminé essentiel = non synthétisé par notre organisme

Chimie organique Chapitre 14b – acides aminés, peptides & protéines 15 Chimie organique Chapitre 14b – acides aminés, peptides & protéines 17
14.5 Nomenclature 14.5 Nomenclature

2) Chaine latérale hydrophile (groupes nucléophiles alcools ou thiols) 4) Chaine latérale basique (groupe amine; accepteur de H+)

Groupement polaire : liaison H avec l'eau


Cys : possibilité de réaction rédox pour former un pont disulfure * : acide aminé essentiel = non synthétisé par notre organisme

Chimie organique Chapitre 14b – acides aminés, peptides & protéines 18 Chimie organique Chapitre 14b – acides aminés, peptides & protéines 20

14.5 Nomenclature 14.6 Propriétés des acides aminés

Propriétés physico-chimiques
1) Propriétés de sel : dans l’eau, les aa sont sous forme ionique :
3) Chaine latérale acide (groupe carboxylique; donneur de H+)
COO-

ion double carboxylate et ammonium +H N C H


3

Lorsque la charge nette = 0 (autant de charges + et -), cette espèce


est appelée zwitterion

Une molécule sous forme ionique est un sel


ÞSoluble dans l'eau
Þ température de fusion très élevée

La forme zwitterion de la glycine est confirmée par :


F = 232 C et solubilité dans l'eau (25 C) = 250 g/l !

Chimie organique Chapitre 14b – acides aminés, peptides & protéines 19 Chimie organique Chapitre 14b – acides aminés, peptides & protéines 21
14.6 Propriétés des acides aminés 14.6 Propriétés des acides aminés

2) Comportement amphotère : 3) Point isoélectrique (pI) : pH où toutes les molécules sont


acide (cédant un proton à pH basique) sous forme de zwitterion (charge nulle). COO-
basique (captant un proton à pH acide)
Pour un aa sans charge sur la chaine +H N
3 C H

latérale pI = ½ (pKa1 + pKa2)


CH 3

Expl : point isoélectrique de Ala : (pKa1 = 2.34 + pKa2 = 9.69) / 2 = 6.02

Le bilan de charge étant nul au pI, c'est à ce pH précis que la


solubilité baisse fortement dans l'eau. Les molécules s'arrangent entre-
elles par interactions électrostatiques diminuant ainsi les interactions
avec l'eau.
Le pI est une propriété très importante pour isoler les protéines. On
applique un courant électrique qui fait migrer les molécules chargées. Plus
2,4 9,6 pH la charge est grande, plus elles migrent rapidement.

Un acide aminé possède au moins deux constantes d'acidité voire Si on varie le pH, les protéines migrent à tour de rôle à mesure que leur
trois en fonction de la chaîne latérale. charge change.

Chimie organique Chapitre 14b – acides aminés, peptides & protéines 22 Chimie organique Chapitre 14b – acides aminés, peptides & protéines 24

14.6 Propriétés des acides aminés 14.7 Réactivité des acides aminés

Titration de l’alanine par NaOH 1M 1) Hydrolyse des protéines réaction à 110 C pendant 1 à 3 jours
avec HCl concentré (généralement ~ 6M = HCl > 20% dans l'eau)

2) Test de la ninhydrine : présence d’acide aminé dans un échantillon

O COO-
OH O O
2 +H
3N C H
OH N

O R O -
O
Domaine de pH
pH = pI
zwitterion Violet
O

+ H+ + 3 H2O + CO 2 + C H

R
Connaître uniquement l'utilité du test de la ninhydrine :
Détection de la présence d'un groupe amine primaire.
(connaissant l'échantillon utilisé, on peut ensuite déduire qu'il s'agit d'aa)
Chimie organique Chapitre 14b – acides aminés, peptides & protéines 23 Chimie organique Chapitre 14b – acides aminés, peptides & protéines 25
14.7 Réactivité des acides aminés 14.8 Peptides et protéines

3) Pont disulfure : réaction d'oxydo-réduction qui forme une Structure spatiale des protéines
liaison entre 2 cystéines
O O 1) Structure primaire : identification et ordonnancement des aa
+ ponts disulfure
H H
C N C C NH

O O CH2 L'indication Ser-NH2 signifie :


oxydation
H H
2 C N C C NH S 0
réduction 0 S
CH2

CH2
S
-1
H H
C N C C NH
+1 H mais Ser reste l’aa C terminal
O O

S réduit S oxydé Byetta (exenatide) : peptide contre le diabète type 2


Inspirée d’une protéine (exendine-4) présente dans la salive d’un lézard
Le pont disulfure permet de rigidifier des tronçons de la protéine venimeux, le monstre de Gila

Chimie organique Chapitre 14b – acides aminés, peptides & protéines 26 Chimie organique Chapitre 14b – acides aminés, peptides & protéines 28

Au quotidien – les protéines sont la machinerie du vivant 14.8 Peptides et protéines

Les protéines sont les molécules les plus importantes du vivant. Elles Diversité de fonctions peptidiques
réalisent la plupart des fonctions nécessaires à notre vie :
- Protection : anticorps (ex. immunoglobulines) Dipeptide : aspartam (Asp-Phe-OMe)
- Régulation : participe à la communication intercellulaire (ex. certaines
hormones, insuline)
-mOuvement : contraction musculaire (ex. actine, myosine) O

- Transport : transport de substances (ex. hémoglobine)


- Energie: réserve d'aa comme énergie (ex. ovalbumine, caséine) O O

- Influx Nerveux: vision (ex. rhodopsine) Pouvoir sucrant 200x supérieur H


N
- Enzymes: catalyseur de réaction chimique (ex. transférase, isomérase) au sucre de table H3 N O

- Structure: protection des structures biologique (ex. collagène, myéline: (Sans le méthyle : goût amer)
O
80% lipide & 20% protéine)

Mais peuvent être toxiques !

Toxine botulique LD50 : 1 ng/kg


taille : 2 chaines protéiniques de 100 kDa + 50 kDa reliées par un pont Quiz : le test de la ninhydrine sera-t-il positif sur l'aspartame et pourquoi ?
disulfure

Chimie organique Chapitre 14b – acides aminés, peptides & protéines 27 Chimie organique Chapitre 14b – acides aminés, peptides & protéines 29
Quiz 14.8 Peptides et protéines

Identifier la structure primaire Structure spatiale des protéines


de ce peptide, le glutathion : 2 2) Structure secondaire : certains tronçons
forment une géométrie répétitive.
La protéine peut être considérée
comme un enchainement
Le glutathion est une molécule de structures secondaires
vitale comme antioxydant grâce
au couple d’oxydo-réduction:
2 R-SH / R-S-S-R.
Hélice a
Non seulement, il agit comme Hélice tournant à droite (aa1 = N terminal)
antioxydant mais il régénère Liaison H entre aa1 : N-H---O=C : aa5
d’autres antioxydants (vitamine
C et E) en les réduisant. Liaison entre aa n et aa n+4

Chimie organique Chapitre 14b – acides aminés, peptides & protéines 30 Chimie organique Chapitre 14b – acides aminés, peptides & protéines 32

14.8 Peptides et protéines 14.8 Peptides et protéines

Peptide de 9 aa : Ocytocine, hormone de l’amour et de la morale ? Structure spatiale des protéines

Sécrétée par l'hypothalamus et distribuée Feuillet b


dans le cerveau et le sang, elle est Structure en ruban : chaque aa forme une liaison H avec une partie
impliquée dans l'accouchement et la plus lointaine de la chaine => forme feuille en zig-zag
lactation. Des études ont montré qu'elle
promouvait aussi la vérité, la coopération,
l'altruisme, l'empathie et même
l'attachement.
Extrait de Universcience.fr

Image : www.umh.ac.be

Chimie organique Chapitre 14b – acides aminés, peptides & protéines 31 Chimie organique Chapitre 14b – acides aminés, peptides & protéines 33
14.8 Peptides et protéines 14.8 Peptides et protéines

représentation spatiale des protéines Structure spatiale des protéines

Feuillet b 3) Structure ternaire : structure spatiale de la protéine complète


Structure en ruban : chaque aa forme une liaison H avec une partie Il existe 2 formes principales :
plus lointaine de la chaine - Protéines allongées : insolubles dans l’eau (kératine, collagène, soie)
- Protéines globulaires : solubles dans l’eau (enzyme, caséine, albumine)

4) Structure quaternaire :
Agrégation de plusieurs protéines
pour former l’espèce active

Exemple :
Récepteur GABA :
5 protéines identiques
forment un tube
Image : académique Orléans-Tour

Chimie organique Chapitre 14b – acides aminés, peptides & protéines 34 Chimie organique Chapitre 14b – acides aminés, peptides & protéines 36

14.8 Peptides et protéines

Importance de l’arrangement spatial


Le prion (protéine prp-c) : une partie de l’hélice a mute en feuillet b

=> ESB, maladie de Creutzfeldt-Jakob, tremblante du mouton

Chimie organique Chapitre 14b – acides aminés, peptides & protéines 35


Chapitre 15
Classes principales de substances
biologiques
sucres – hydrates de carbone – glucides

CO : chap. 9.9 + 14 à 14.6 + 14.8 à 14.10 + p. 495

Chimie organique Chapitre 15 – hydrates de carbone 1


15.1 les glucides 15.2 Nomenclature et représentation
Importance biologique
Sucres : production des plantes par la photosynthèse Hydrate de carbone = glucide = saccharide : Cn(H2O)n

photosynthèse Nom trivial terminé par suffixe –ose (expl. fructose)


n CO2 + n H 2O Cn(H2O)n + n O2
enzyme, hn Tout monosaccharide correspond à la formule brute Cn(H2O)n et est composé :
hydrate de carbone 1) d’une chaîne carbonée de Z carbones (souvent 5 ou 6)
2) d’un groupe carbonylé
Hydrate de carbone : constat que la formule brute est n molécules d’eau 3) de Z -1 fonctions alcool (Z ≥ 2)
additionnées à n C. expl : glucose : n= 6
Comme il existe deux types de carbonylés, les monosaccarides forment deux
Sucres naturels les plus courants : familles :
cellulose : macromolécule responsable de la structure rigide des plantes - aldose : présence d’un aldéhyde : (polyhydroxyaldéhyde)
non digérées par l’homme mais par les ruminants.
- cétose présence d’une cétone (polyhydroxycétone)
Amidon : stockage d’énergie des plantes accessible à l’homme (sucre lent).
Monosaccharide : glucide le plus simple (aldose ou cétose) non hydrolysable
Glycogène : stockage d’énergie à court terme chez l’animal.
Ils peuvent se lier formant des disaccharides, tri-,… jusqu’à polysaccharides
(stockage d'énergie à long terme : lipides)

Chimie organique Chapitre 15 – hydrates de carbone 2 Chimie organique Chapitre 15 – hydrates de carbone 4

Au quotidien – les sucres naturels Rappel

Hydrolyse : décomposition d’une substance par l’action de l’eau (H+ et OH-)


Miel
mélange de sucres dont 80% de glucose et de fructose Rappel : Hydrolyse d’un ester
Dépend de la source : O O
Miel de fleur H +/H 2O
+
Macération du pollen par l’abeille O ou OH HO
OH -/H 2O
(Pollen : 40% de protéines, seule ressource d’énergie des abeilles).
Miel de forêt
Hydrolyse d’un glucide = SN2 d’un éther
Miellat de pucerons (miel brun, miel de sapin) qui contient plus de fructose
(sucre lent) que de glucose.

Canne à sucre
Tiges très sucrées simplement extraites dans l’eau puis cristallisées.
Contient 25% de saccharose. Le résidu liquide encore très sucré, noirâtre
et visqueux est la mélasse.

Betterave sucrière
Goût peu sucré. Contient 16 à 20% de saccharose.
disaccharide monosaccharides

Chimie organique Chapitre 15 – hydrates de carbone 3 Chimie organique Chapitre 15 – hydrates de carbone 5
15.2 Nomenclature et représentation Quiz

Combien y-a-t-il d’aldotétroses ("dérivés" du glycéraldéhyde)


Monosaccharide et de cétotétroses ("dérivés" de la dihydroxyacétone) ?
Quelles sont leurs projections de Fischer et leurs relations de configuration ?
les plus petits glucides possibles :

On peu considérer tous les autres sucres comme « dérivés » du


glycéraldéhyde ou de la dihydroxyacétone.
Glucides les plus importants 4C : tétroses, 5C : pentoses, 6C : hexoses

Les glucides possèdent un ou plusieurs C chiraux (sauf dihydroxycétone)

Chimie organique Chapitre 15 – hydrates de carbone 6 Chimie organique Chapitre 15 – hydrates de carbone 8

15.2 Nomenclature et représentation 15.2 Nomenclature et représentation

Représentation de sucres selon Fischer et série de sucres D ou L


Projection de Fischer : extension aux autres sucres
Principe : Si le C* le plus éloigné de l’aldéhyde (cétone) a même configuration que
1) La chaine carbonée est représentée verticalement le D-glycéraldéhyde => il est aussi D-monosaccharide (idem pour L).
2) Le carbone le plus oxydé est placé en haut (carbone réduit en bas)
3) Les groupes latéraux viennent devant le plan Cas des hexoses : monosaccharides les plus importants
4) Quand le groupe hydroxyle chiral le plus éloigné du carbone oxydé est à :
• droite : sucre de la série D a) Aldohexoses : CHO CHO

• gauche : sucre de la série L H OH HO H


4 C* => 24 = 16 stéréoisomères
HO H H OH

le plus important : glucose H OH HO H

H OH HO H

CH 2OH CH 2OH

D-glucose
D-(+)-glucose L-glucose
L-(-)-glucose
donc (S)-glycéraldéhyde = L-glycéraldéhyde
La nature ne produit que des sucres de configuration D (R)

Chimie organique Chapitre 15 – hydrates de carbone 7 Chimie organique Chapitre 15 – hydrates de carbone 9
15.2 Nomenclature et représentation Quiz
CHO CHO CHO CHO Comme le glucose possède 4 C*, il possède 4 épimères.
Les 8 D-aldohexoses
H OH HO H H OH HO H Dessiner et nommer les.
H OH H OH HO H HO H

H OH H OH H OH H OH

H OH H OH H OH H OH
CHO
CH2OH CH2OH CH2OH CH2OH
H OH
Aller Altruistes D-allose
D-(+)-allose D-altrose
D-(+)-altrose D-glucose
D-(+)-glucose D-mannose
D-(+)-mannose
HO H
Glanner la Manne,
H OH
Gustave Ira
CHO CHO CHO CHO
Garder les Taureaux H OH

H OH HO H H OH HO H CH2OH

H OH H OH HO H HO H D-glucose
D-glucose
HO H HO H HO H HO H

H OH H OH H OH H OH

CH2OH CH2OH CH2OH CH2OH

D-gulose
D-(+)-gulose D-idose
D-(+)-idose D-galactose
D-(+)-galactose D-talose
D-(+)-talose

Chimie organique Chapitre 15 – hydrates de carbone 10 Chimie organique Chapitre 15 – hydrates de carbone 12

15.2 Nomenclature et représentation 15.2 Nomenclature et représentation

Epimères : 2 stéréoisomères qui ne diffèrent que par un centre chiral b) Cétohexoses :


CH2 OH

3 C* => 23 = 8 isomères O
Exemple :
CHO CHO HO H

le plus important : fructose


H OH HO H H OH

H OH H OH H OH

H OH H OH CH2 OH

H OH H OH
Sucres naturels : configuration D (R) D-fructose
D-(+)-fructose
CH2OH CH2OH

D-allose
D-(+)-allose D-altrose
D-(+)-altrose

Mais naturellement, les sucres en C5 et C6 prennent généralement


une structure cyclique !

Chimie organique Chapitre 15 – hydrates de carbone 11 Chimie organique Chapitre 15 – hydrates de carbone 13
15.3 Réactivité de base des glucides 15.3 Réactivité de base des glucides

Rappel chap. 11 : AN en milieu acide d'un alcool sur un carbonyle Forme cyclique (hémiacétal) des hexoses
=> formation d'un hémiacétal
HO O HO OH

CH CH CH CH
2 1 1
HO CH 3 OH HO CH O
4 5
CH CH CH CH

HO 6 CH 2OH HO CH 2OH

hexose hexose hémiacétal

Forme la plus stable !

La cyclisation entraîne la formation d’un nouveau C* en C1


Þ 2 isomères supplémentaires a ou b
hémiacétal

Chimie organique Chapitre 15 – hydrates de carbone 14 Chimie organique Chapitre 15 – hydrates de carbone 16

Quiz Quiz

Quel sera le produit d’une AN entre aldéhyde et alcool en milieu acide, Quelles sont les structures tridimensionnelles (= conformations)
si les groupes sont sur la même molécule, le 5-hydroxypentanal ? adoptées par cet hexose ? (aide : penser au chap. 3 – alcanes)

HO OH

CH CH

HO CH O

CH CH

HO CH 2OH

Chimie organique Chapitre 15 – hydrates de carbone 15 Chimie organique Chapitre 15 – hydrates de carbone 17
15.4 Conformation des hexoses 15.4 Conformation des hexoses

Structure et conformation naturelles des aldohexoses Projection des formes cycliques d'aldoses et cétoses
H (La projection de Fischer est beaucoup plus compliquée à déchiffrer)
H HOCH 2
H
(ce ne sont pas des conformations !)
O
HOCH 2 HO
H OH H
HO
HO
O H OH
C Ø projection de Haworth
HO
H C
OH H OH
H H position Cycle de profil
a-D-glucose
a-D-glucose axiale
F =146°C [a] D = 112°
Les substituants sont
F = 146 C. perpendiculairement placés
Série D-hexoses : a-D-glucopyranose b-D-fructofuranose
Isomère a : pointe sous le cycle H dessus ou dessous le cycle.
Isomère b : pointe au dessus du cycle HOCH 2
H O
HO
OH
HO
C
Ø projection de Mills
H
Les isomères a et b sont des diastéréoisomères OH

appelés anomères H H
position Cycle de face
b-D-glucose
b-D-glucose
équatoriale
Les substituants s'approchent
FF= = 146[a]DC.
150°C = 19°
Mutarotation du carbone anomère ou s'éloignent.
Dans l’eau, il y a interconversion des formes a et b appelé mutarotation. a-D-glucopyranose
b-D-fructofuranose
L’hémiacétal s’ouvre et se referme formant un équilibre entre formes a et b.
Chimie organique Chapitre 15 – hydrates de carbone 18 Chimie organique Chapitre 15 – hydrates de carbone 20

Quiz Au quotidien – du glucose à la vitamine C

Quelle sera la structure cyclique d'un cétohexose ? (prendre le fructose) Oxydation : démo déshydratation des sucres

La nature réalise des oxydations douces pour produire d'importants dérivés

Cyclisation avec quelle fonction


alcool ?
Celle(s) permettant de former un
cycle possédant 5 ou 6 atomes.
D-fructose

acide D-glucuronique* acide a-D-glucuronique*

* Formellement, cet acide n’est plus de configuration D car le C le plus oxydé est le groupe acide carboxylique.
On devrait donc mettre le groupe COOH en haut et observer la position du C chiral le plus éloigné qui est L.
Mais il a été décidé que tant que le groupe carbonylé est présent, il reste le C de référence…
Acide gluconique : Présent dans les fruits et le vin notamment surmaturés,
Acide glucuronique : intermédiaire très important pour l'organisme
(voir les glycosaminoglycanes (GAG), p. 36)

Chimie organique Chapitre 15 – hydrates de carbone 19 Chimie organique Chapitre 15 – hydrates de carbone 21
Au quotidien – du glucose à la vitamine C 15.5 Classes de glucides - disaccharides
Disaccharides
Dérivé important de l’acide glucuronique : acide ascorbique – vitamine C Molécules composées de 2 monosaccharides liés par une liaison glycosidique
COOH
Maltose Sucre du malt produit par hydrolyse enzymatique partielle de
HO H
l’amidon notamment de l’orge
HO H 2 D-glucoses liés en 1-4 Produit par les levures lors
du brassage de la bière.
H OH

HO H
La mutarotation reste
CH2OH
présente sur le carbone
acide D-glucuronique* acide L-gulonique** L-g-gulonolactone anomère sans liaison
** Le groupe carbonylé n’est plus présent donc L
glycosidique (C1). a-D-glucopyranosyl-(1®4)-b-D-glucopyranose = maltose

Cas très fréquents des disaccharides


+ H2O
1) Substitution en C1 sur un monosaccharide (carbone anomère) qui
est plus réactif que les autres groupes alcools.
2) Substitution généralement en C4 sur le 2e monosaccharide
=> Position idéale pour former une structure linéaire lors de la
formation de la liaison glycosidique.

Chimie organique Chapitre 15 – hydrates de carbone 22 Chimie organique Chapitre 15 – hydrates de carbone 24

Au quotidien – pourquoi la vitamine C est l’acide ascorbique ? 15.5 Classes de glucides - disaccharides

Pourquoi acide ascorbique ? pKa = 4.1 Lactose (ne pas confondre avec acide lactique)
D-galactose – D-glucose 1-4

Principal sucre du lait


maternel (4 à 8%)
et de la vache

b-D-galactopyranosyl-(1®4)-a-D-glucopyranose = lactose

Anion stabilisé
par mésomérie Galactosémie : maladie génétique très rare où l’enfants ne digère pas le lait.
L’enzyme qui isomérise (gluco-épimérase) le galactose en glucose est déficiente.

Les primates sont incapables de le synthétiser (mutation il y a 40 M années). Þ Substitut de lait « lait de soja » (tofu non caillé)
Carence : scorbut, lors de la synthèse du collagène (paroi des vaisseaux 5% de saccharose + polysaccharides
sanguins), un radical est émis O•, sans vitamine C, O• fragilise les vaisseaux.
Chimie organique Chapitre 15 – hydrates de carbone 23 Chimie organique Chapitre 15 – hydrates de carbone 25
15.5 Classes de glucides - disaccharides Au quotidien - quelques édulcorants artificiels

Saccharose (ou sucrose ou sucre de table)


D-glucose – D-fructose 1-2 Edulcorant naturel non glucidique : le stéviol issu de feuilles de Stevia
(Amérique latine)
H 2COH
O
O OH
OH
C H2 COH
H O
O
OH
OH
C
H HO

Liaison glycosidique entre les


HOCH 2
2 C anomères O
HO O
HO
OH
C O Pouvoir sucrant : 40 à 300x
a-D-glucopyranosyl-(1 ® 2)-b-D-fructofuranoside = saccharose H

stéviol
et aussi b-D-fructofuranosyl-(2 ® 1)-a-D-glucopyranoside
stévioside = stéviol + 3 b-D-glucopyranosides

Issu de la canne à sucre, bettrave

Chimie organique Chapitre 15 – hydrates de carbone 26 Chimie organique Chapitre 15 – hydrates de carbone 28

Au quotidien - quelques édulcorants artificiels 15.6 Classes de glucides - polysaccharides

O O
Quelques polymères de monosaccharides = polysaccharides
C pKa env. 2 C
Saccharine – 1880 NH N Amidon : polymère de glucose a 1®4 sous 2 formes :
S S

O O O a) Amylose (25% de l’amidon) : chaine linéaire de 600 à 1000 unités


Pouvoir sucrant 3-400x O

O O
Cyclamate - 1937
S
N O- Na +
Pouvoir sucrant 30 à 50x H

COO -
O

H
N
+
H 3N O
Aspartam - 1966
O
Hydrolyse partielle : maltose
Pouvoir sucrant 200x Hydrolyse complète : glucose
tous découverts par hasard

Chimie organique Chapitre 15 – hydrates de carbone 27 Chimie organique Chapitre 15 – hydrates de carbone 29
15.6 Classes de glucides - polysaccharides Au quotidien – le coton

b) Amylopectine (75% de l’amidon) Cellulose = Chaines de glucose b 1®4 d’environ 500 unités

Chaines de glucose a 1®4 avec


ramification 1®6 tous les 25 unités

Le coton est composé à


plus de 90% de cellulose
qui forme un réseau dense
de liaisons Hydrogène.

taille de 10’000 à 100’000 unités


Les ramifications font gonfler la structure dans l’eau Quiz : pourquoi est-il beaucoup plus facile de repasser un vêtement en
coton après l’avoir humidifié ?

Chimie organique Chapitre 15 – hydrates de carbone 30 Chimie organique Chapitre 15 – hydrates de carbone 32

15.6 Classes de glucides - polysaccharides Au quotidien – paroi végétale & confiture

Cellulose Pectine = chaine d’acide galacturonique 1-4

Chaines de glucose b 1®4 d’environ 500 unités Constituant de la paroi de beaucoup de fruits, agrumes notamment

Les groupes carboxyliques peuvent se lier à Ca2+ et former des


liaisons entre chaines => conserver l’eau dans les cavités sous forme de Gel.
Pour faire gélifier les confitures, soit le fruit contient du Ca2+ et un réseau
Nos enzymes ne sont pas capables de rompre les liaisons b-glucose carboxylate se forme (penser aux savons perdant leur efficacité), soit on acidifie
contrairement à la vache (jus de citron) pour protoner les carboxylates et former des liaisons H avec les
sucres.

Chimie organique Chapitre 15 – hydrates de carbone 31 Chimie organique Chapitre 15 – hydrates de carbone 33
Au quotidien – acide hyaluronique et autres GAGs

GAGs = GlycosAminoGlycanes
Polymères composés de dimères acétylglucosamine et hexose dont l’alcool
en position 6 est oxydé en acide carboxylique et parfois encore sulfaté.

HO
OH O

O O
HO
Acide hyaluronique O
O
NH
env. 5’000 unités HO
OH

Avec ces groupes fonctionnels, ces polymères ont une forte rétention d’eau
(comme les pectines) et sont nos lubrifiants des articulations et coussins
amortissant les choc.

Les GAGs les plus connus sont :


•acide hyaluronique aussi utilisé pour gommer les rides.
•Héparine : anticoagulant extrêment puissant utilisé contre la trombose.

Chimie organique Chapitre 15 – hydrates de carbone 34


Chapitre 16
Classes principales de substances
biologiques
les terpènes & stéroïdes

CO : chap. 16.5

Chimie organique Chapitre 16 – terpènes & stéroïdes 1


16.1 les terpènes 16.1 les terpènes
Importance biologique
Rappel : chap. 5 – alcènes :
Terpènes : hydrocarbures insaturés (voir chap. 5 – alcènes) produits par
Illustration avec la phéromone d’alerte du puceron : b-farnésène
les plantes (notamment les résineux) et les insectes (phéromones)

Terpène est un mot dérivé de térébenthine

Unité de base : isoprène (2-méthylbuta-1,3-diène)

Unité de 5 carbones

Þ Tous les terpènes sont des molécules à n x 5 carbones

Molécule composée de 3 unités isoprènes (15 carbones)

Chimie organique Chapitre 16 – terpènes & stéroïdes 2 Chimie organique Chapitre 16 – terpènes & stéroïdes 4

Au quotidien – la térébenthine 16.1 les terpènes

Pour obtenir le farnésène, on pourrait imaginer une addition électrophile en


Térébenthine : milieu acide:
Essence obtenue par distillation
de la sève de résineux.

En particulier le
Pistachier térébenthe (turpentine tree)

=> Terpène

(Cela ne fonctionne pas au laboratoire car on ne sait pas stopper la réaction au bon moment)
Cette sève est composée :
Lors de la biosynthèse, la plante doit "tenir" l'isoprène qui est fonctionnalisé :
• 70% colophane
• 20% essence de térébenthine
• 10% d’eau
ADP isopentényl pyrophosphate
O
Source : wikipedia.com - gemmage

Chimie organique Chapitre 16 – terpènes & stéroïdes 3 Chimie organique Chapitre 16 – terpènes & stéroïdes 5
16.2 Classes de terpènes 16.2 Classes de terpènes

Monoterpènes : 10 C = 2 unités isoprènes Monoterpènes : 10 C = 2 unités isoprènes

Géraniol : essence de rose a-pinène : odeur de la sève et bourgeons du pin

OH

H
OH

CH2

H
Limonène

Chimie organique Chapitre 16 – terpènes & stéroïdes 6 Chimie organique Chapitre 16 – terpènes & stéroïdes 8

Quiz 16.2 Classes de terpènes

Comment étaient positionnés les isoprènes avant synthèse ? Sesquiterpènes : 15 C = 3 unités isoprènes
Au laboratoire comment s'appelle cette réaction ?
Combien y-a-t-il de carbones asymétriques ?
Farnésol : phéromone d’insectes
et huile essentielle (muguet) (citronelle, bergamotte, citron vert, musque)

OH

Chimie organique Chapitre 16 – terpènes & stéroïdes 7 Chimie organique Chapitre 16 – terpènes & stéroïdes 9
16.2 Classes de terpènes 16.2 Classes de terpènes

Diterpènes : 20 C = 4 unités isoprènes Diterpènes : 20 C = 4 unités isoprènes

Taxadiène : présent dans les aiguilles de l’if, précurseur du taxol Vitamine A - rétinol : voir chap. 5 (vision)

Synthèse dans le foie


à partir du carotène OH

Aliments riches en rétinol : huile de foie de morue 180 mg/100g,


Viande 5 à 30 mg/100g
Carottes, abricots, épinards 2 à 10 mg/100g
Besoins journalier : env. 0.8 mg/jour
Carence : renforce acné juvénile

Chimie organique Chapitre 16 – terpènes & stéroïdes 10 Chimie organique Chapitre 16 – terpènes & stéroïdes 12

Au quotidien - dérivé du taxadiène 16.2 Classes de terpènes

Tétraterpènes : 40 C = 8 unités isoprènes


Taxol (paclitaxel) : anticancéreux (cancer de l’ovaire et mélanome)

O
b-carotène : 2 unités rétinols
OAc

Ph NH O O
OH

Ph O

OH

HO
H
BzO
AcO O Participe indirectement au processus de la photosynthèse en transmettant
l’énergie (électrons) absorbée par la chlorophylle
Extraction d’env. 10 g de taxol par tonne d’aiguilles d’if
Donc sa production est réalisée en laboratoire (bactérie OGM) pour
satisfaire la demande

Chimie organique Chapitre 16 – terpènes & stéroïdes 11 Chimie organique Chapitre 16 – terpènes & stéroïdes 13
Au quotidien – protection de l'oeil Au quotidien – rouge paprika

Lutéine : donne la couleur orangée du jaune d'oeuf capsanthine : donne la couleur rouge au poivrons et piments
(colorant alimentaire E160c)

Terpène présent également dans les épinards, le maïs, la carotte. Elle n’est pas responsable du brûlant de l’épice en bouche.
Notre corps l'utilise pour se protéger contre le rayonnement UV (antioxydant). (Le brûlant est causé par la capsaïcine)
Il protège contre la dégénérescence maculaire due à l'âge.

Chimie organique Chapitre 16 – terpènes & stéroïdes 14 Chimie organique Chapitre 16 – terpènes & stéroïdes 16

Au quotidien – algues, crevettes & flamant rose 16.2 Classes de terpènes

astaxanthine : « carotène » du flamant rose Triterpènes : 30 C = 6 unités isoprènes

Terpène d’une algue, artemia salina (couleur rose de marais en Provence)


Ecran protecteur pour sa chlorophylle (filtre solaire) Squalène : découvert dans l’huile de foie de requin mais présent dans
tous les mammifères.
O
OH

HO
O précurseur des stéroïdes

L’algue est mangée par une petite écrevisse (famille des astacidés)
Elle-même mangée par le flamant rose
Présent à 12% dans le sébum de la peau (film protecteur)
(Cuisson des fruits de mer) (le sébum est responsable de l'aspect graisseux des cheveux malpropres)

Chimie organique Chapitre 16 – terpènes & stéroïdes 15 Chimie organique Chapitre 16 – terpènes & stéroïdes 17
16.3 Du squalène aux stéroïdes 16.4 stéroïdes

AE du squalène époxydé => stéroïdes Stéroïdes : catégorie de « lipides non hydrolysables » aux fonctions
biologiques multiples notamment comme hormones
1) Ouverture de l'époxyde en milieu acide
Lanostérol : molécule de base des stéroïdes

HO

Squalène époxydé En rouge, différences avec le carbocation issu de l'AE du squalène


Avec 30 carbones, il est toujours un triterpène.
Une carence en lanostérol (maladie génétique) cause une cataracte précoce et des injections de
cette substance dans l’œil pourraient être un nouveau traitement.

Chimie organique Chapitre 16 – terpènes & stéroïdes 18 Chimie organique Chapitre 16 – terpènes & stéroïdes 20

16.3 Du squalène aux stéroïdes 16.4 stéroïdes

AE du squalène époxydé => stéroïdes Cholestérol


A perdu 3 carbones comparé au lanostérol
2) AE successives sur quatre alcènes

C D

A B En bleu, structure du stérol avec


ses 4 cycles propres aux stéroïdes
HO

HO

Ø Composant majeur des membranes avec les phospholipides


Carbocation stéroïdique Ø Précurseur de la vitamine D et des hormones stéroïdiennes

Chimie organique Chapitre 16 – terpènes & stéroïdes 19 Chimie organique Chapitre 16 – terpènes & stéroïdes 21
16.4 stéroïdes Au quotidien - hormones stéroïdiennes et contraceptif

Vitamine D3 = cholecalciférol :
participe à l’absorption du Ca2+ dans l’intestin et produit à partir du cholestérol.
3) Progestagènes : progestérone contraceptif : levonorgestrel
cycle menstruel de la femme
19 H
H 2C
9
CH

10 C 8 O
5 7
OH
HO HO
6
cholestérol

19 CH
hν 2
9
H 2C
8
10 C
5 O O
HO
7 Vitamine D3
6
HO
La lumière ne catalyse pas une isomérisation mais le déplacement d’un H en C19 sur C9
provoquant l’ouverture du cycle et la conjugaison sur 3 doubles liaisons. Préparation de l’utérus à la nidation, Principe actif du stérilet.
Ø Synthétisé par exposition au soleil. sécrétion accrue dès le 14e jour. Va au site actif et mime l’hormone
Ø Carence : rachitisme, ostéoporose, fatigue de février Sans fécondation, conc. diminue.

Chimie organique Chapitre 16 – terpènes & stéroïdes 22 Chimie organique Chapitre 16 – terpènes & stéroïdes 24

Au quotidien - hormones stéroïdiennes Au quotidien - hormones stéroïdiennes et contraceptif

1) Androgènes : testostérone 2) Œstrogènes : estradiol 2009 - nouvel antagoniste de la


contraceptif : ethynestradiol Contraceptif : RU 486
progestérone :
pilule orale pilule du lendemain
Ulipristal (pilule du surlendemain)
OH OH

OH

O HO
HO

Hormone sexuelle mâle développant Hormone sexuelle femelle développant


Antagoniste de l’estradiol ! Antagoniste puissant de la progestérone
la musculature, la pilosité les seins (apport lipidique)
Taux augmente en fin de cycle Bloque le site actif

Chimie organique Chapitre 16 – terpènes & stéroïdes 23 Chimie organique Chapitre 16 – terpènes & stéroïdes 25
Au quotidien - hormones stéroïdiennes

4) Glucorticoïdes : cortisone 5) Minéralocorticoïdes : aldostérone

O OH O OH
OH O

HO
HO

O
O

Stimule l’augmentation du
glucose dans le sang
Anti-inflammatoire Récupération du sodium dans les reins

Chimie organique Chapitre 16 – terpènes & stéroïdes 26

Au quotidien - stéroïde mortel

Pancuronium : stéroïde de type curare utilisé comme agent létal


pour certaines exécutions par injection dans les prisons US.

N+
N+

Il est aussi utilisé en médecine comme


O anesthésiant général !

Chimie organique Chapitre 16 – terpènes & stéroïdes 27


Chapitre 17
Classes principales de substances
biologiques
les acides nucléiques

CO : chap. 16.7 à 16.10

Chimie organique Chapitre 17 – acides nucléiques 1


17.1 Les acides nucléiques Quiz

Importance biologique Quel est le caractère aromatique de la thymine ?


Quel effet électronique permet l’aromaticité ?
Acides nucléiques : polymères (macromolécules) contenant l’information
génétique d’un individu. O

a) Acide désoxyribonucléique (ADN) : contient l’information génétique HN

de tout organisme vivant.


O N

b) Acide ribonucléique (ARN) : copie un tronçon de l’ADN pour transcrire R

l'information contenue. Cette information est la "recette" de la composition


d'une protéine.

Unité du polymère (monomère) = nucléotide comprenant :


1) Un hétérocycle aromatique aminé = base
2) Un sucre (ribose ou désoxyribose)
3) Un acide phosphorique intercalaire

Chimie organique Chapitre 17 – acides nucléiques 2 Chimie organique Chapitre 17 – acides nucléiques 4

17.2 Les bases 17.2 Les bases

Les 4 bases de l’ADN : Base (ou base azotée) car caractère basique de l’amine Les 4 bases (ou bases azotées) de l’ARN
Identiques à celles de l’ADN excepté perte d’un méthyle de la thymine :

Toutes les bases sont aromatiques (grâce au doublet de l’azote & tautomérie)
Toutes les bases sont aromatiques (grâce au doublet de l’azote & tautomérie)
Þ Structure planaire et stabilité des aromatiques
Þ Structure planaire et stabilité des aromatiques
Þ Présence de groupes fonctionnels pouvant former des liaisons H
Þ Présence de groupes fonctionnels pouvant former des liaisons H

Chimie organique Chapitre 17 – acides nucléiques 3 Chimie organique Chapitre 17 – acides nucléiques 5
Au quotidien – dégradation des purines Quiz

L'organisme élimine les purines sous forme d'acide urique : Quel est le carbone anomère du ribose ?
Quelle est sa forme ouverte en projection de Fischer ?
Quel autre cycle peut-il former ?

L'aromaticité est-elle conservée ? b-D-ribofuranose


Pourquoi ce nom "acide" et "urique" ? (pKa1 = 5.4; pKa2 = 10.3) en projection de Haworth

L'acide urique est très mal soluble dans l'eau. En précipitant, il forme
des cristaux qui s'accumulent dans nos "filtres", les reins, provoquant des
"calculs rénaux" . Ils précipitent également aux articulations => la "goutte".

Chimie organique Chapitre 17 – acides nucléiques 6 Chimie organique Chapitre 17 – acides nucléiques 8

17.3 Les nucléotides 17.4 Les polymères nucléiques

Les bases sont attachées sur un sucre :


Ø D-ribose : ARN
Ø 2-désoxy-D-ribose : ADN

HO HO

5 OH OH
O O
4 1

3 2

OH OH OH
Structures primaires
D-ribose 2-désoxy-D-ribose nucléoside des acides nucléiques
= polynucléotides
Nucléoside : base + sucre
Nucléotide : ester phosphorique nucléotide
du nucléoside = monomère ADN ARN

Chimie organique Chapitre 17 – acides nucléiques 7 Chimie organique Chapitre 17 – acides nucléiques 9
17.4 Les polymères nucléiques Au quotidien - transmission de l’information
La double hélice de l’ADN : stabilisation par liaisons hydrogène
La partie codante de l’ADN a été dupliquée en ARN messager puis traduit
L’ADN forme un dimère (double hélice) par liaisons H entre bases en acide aminé par la ARN de transfert (= qui transfert un aa)

H A chaque codon
(groupe de 3
N
O bases d’ARN),
H H H
N O correspond un
N N
N N acide aminé
R H
R H N N
N N
O
O 4 bases =>
H
N N N N 43 = 64
N
possibilités
R paire C-G R
paire T-A H

Largement
suffisant pour
Transmission de l’information de l’ADN à l’ARN = synthèse du complémentaire coder 20 aa Image : proteoWiki
Premier codon découvert : UUU => Phe
L’ARN ne forme pas de dimère => transmission de l’information
Video : de l’AdN à la protéine

Chimie organique Chapitre 17 – acides nucléiques 10 Chimie organique Chapitre 17 – acides nucléiques 12

Au quotidien – la double hélice de l’ADN Au quotidien – famille de maladies génétiques & « microsatellite »

Un microsatellite est une séquence d’ADN formée par une répétition d’une
Les liaisons H entre suite de 1 à 4 nucléotides.
A-T et C-G lient les
deux brins d’ADN et
La suite CAGCAGCAGCAGCAGCAGCAGCAG est très surveillée en
le désoxribose
médecine dégénérative.
entraîne la structure
hélicoïdale.
CAG est la séquence correspondante à l’acide aminé glutamine

Une chaîne protéinique terminale comportant un nombre important de


glutamine conduit à la malade de Huntington.

Répétition normale de la séquence CAG : env. 10 à 20 CAG


devient pathogénique dès 40 CAG et mesuré jusqu’à 250 !

Chimie organique Chapitre 17 – acides nucléiques 11 Chimie organique Chapitre 17 – acides nucléiques 13
Au quotidien - les biomolécules avec un nucléoside Au quotidien - les biomolécules avec un nucléoside

Autres utilisations remarquables de l’adénosine NADP+ : Nicotinamide Adénosine Dinucléotide Phosphate

ATP : Adénosine triphosphate


NADPH NADP+
O
ATP4- + H2O ADP3- + PO43- + 2 H+ - 30 KJ/mol
O H H NH2

H 2N N
NH2
H2 N
+H+ + 2e- N
O O
N N
N N
O P O P O N
O O O N
O
N N O O O
O P O P O P O R
NDA+
O O O O
NADP+
FAD OH OH
HO O
Coenzyme-A
HO OH O P O

Coenzyme d’oxydoréduction O

Chimie organique Chapitre 17 – acides nucléiques 14 Chimie organique Chapitre 17 – acides nucléiques 16

Au quotidien - les biomolécules avec un nucléoside Au quotidien - les biomolécules avec un nucléoside

NAD+ : Nicotinamide Adénosine Dinucléotide FAD+ : Flavine Adénosine Dinucléotide

O
NADH NAD+
N
O
NH NH2
O H H NH2

N
H 2N N N
N N OH O
H2 N
+H+ + 2e- N O O
O O
N N N
N O P O P O
O P O P O N
N
O OH O O O
O OH
O O
R

Dérivé du ribose HO O
OH OH
HO OH

O P O

O
Coenzyme d’oxydoréduction Coenzyme d’oxydoréduction

Chimie organique Chapitre 17 – acides nucléiques 15 Chimie organique Chapitre 17 – acides nucléiques 17
Au quotidien - les biomolécules avec un nucléoside

FADH2 : Flavine Adénosine Dinucléotide


H O

N
NH

NH2

N N O
N
N
H OH O O

N N
O P O P O

OH O O O
OH

HO O

O P O

O
Coenzyme d’oxydoréduction

Chimie organique Chapitre 17 – acides nucléiques 18

Au quotidien - les biomolécules avec un nucléoside

Coenzyme A (A = acyle) : CoA-SH

NH2

N
N
O O O O
HS N N
O P O P O
N N
H H
O- O- O
OH

O OH

Phosphate en -O P O-
position 3
O

Coenzyme d’acétylation : agent de thioestérification du groupe acétyle

Chimie organique Chapitre 17 – acides nucléiques 19


Résumé solubilité

Eau Catégorie Solvants peu


polaire
Soluble à tout pH Ø Mono- et disaccharides Insoluble
Ø Sels dont zwitterions,
ammoniums quaternaires
Résumé de la solubilité des
molécules organiques dans les Soluble à pH acide Ø Amines -> ammoniums Insoluble
primaires*, secondaires*, (pour catégories
solvants peu polaires et dans l'eau tertiaires* marquées par *)

Soluble à pH Ø Phénols -> phénolates* Insoluble*


basique Ø Acides carboxyliques -> (pour catégories
carboxylates* marquées par *)

Insoluble Ø acides aminés au pI Insoluble


Ø Polysaccharides

Chimie organique Solubilité 1 Chimie organique Solubilité 3

Résumé solubilité

Eau Catégorie Solvants peu


polaire
Insoluble Ø Hydrocarbures dont terpènes Soluble
Ø Hydrocarbures halogénés
Ø Triglycérides

Soluble à tout pH Ø Alcools Soluble


si chaîne Ø Amines
< 5 atomes/ Ø Cétones/aldéhydes
groupe fonctionnel Ø Ethers dont THF
Ø Esters
Ø Acides carboxyliques
Ø Amides primaires,
secondaires & tertiaires
Ø Le phénol
(la substitution du phénol
modifie la solubilité)

Chimie organique Solubilité 2


Chapitre 18
quelques classes de médicaments

Chimie organique Chapitre 18 – médicaments 1


18.1 Sulfamides 18.1 Sulfamides

Antibiotiques : Sulfamide - 1935 Les suflamides bloquent la synthèse d’acide folique (vitamine B9)

H 2N H
N
O
Vitamine B9 N

réduction par
H2N N N S NH 2 N
les bactéries N CH2 O
COOH
O H
O HN C N COOH
NH 2
prontosil
H 2N H
N N
O
méthotrexate N
H 2N NH 2 H 2N S NH 2
O
Anticancéreux N CH2 COOH
O H
NH 2 N C N COOH
NH2 sulfanilamide
H3 C

En colorant des bactéries avec des colorants diazoïques, il a été remarqué Même inhibition (occupation du site actif) du coenzyme participant à la
la mort de la colonie. La molécule active est le sulfanilide synthèse des purines => bloquer la synthèse d’ADN et/ou ARN

Chimie organique Chapitre 18 – médicaments 2 Chimie organique Chapitre 18 – médicaments 4

18.1 Sulfamides 18.1 Sulfamides

Mode d’action : structure similaire à l’acide p-aminobenzoïque


bloquant la synthèse
de l’acide folique O O

(vitamine B9) H N S NH
2 2 H 2N C OH

Vitamine B9 est un coenzyme de la synthèse des nucléotides Les suflonylurées


sont des médicament
H 2N H
N N contre le diabète. Le
blocage du site actif
N de l'ATP entraîne
N CH2 O
COOH l'augmentation de
O HN C
H
N COOH production d'insuline

Chimie organique Chapitre 18 – médicaments 3 Chimie organique Chapitre 18 – médicaments 5


18.2 Pénicillines 18.3 Tétracyclines & anthracyclines

Antibiotiques : pénicillines = b-lactames Antibiotique : tétracyclines – 1950


Fleming remarque que des métabolites d’un champignon penicillium tue Métabolites découvertes dans des bactéries
des colonies de bactéries (streptomycètes)
H
R N a b
S
Cycle lactame tendu, s’ouvre et
HO N
forme une liaison amide avec
O N l’enzyme qui synthétise la paroi OH

O
cellulaire.
COOH
NH2
b-lactames = céphalosporines
H OH
R N S HO O OH
Autres b-lactames issus de O O

champignons céphalosporium
(cycle thioéther à 6 atomes)
O N

O Inhibiteur intercalaire de l’ADN


COOH

Chimie organique Chapitre 18 – médicaments 6 Chimie organique Chapitre 18 – médicaments 8

18.2 Pénicillines 18.3 Tétracyclines & anthracyclines

La pénicilline présente une structure reconnue comme 2 acides aminés


par une enzyme peptidase (= rupture de la liaison amide) Anticancéreux : Anthracyclines
H
Métabolites de bactéries (streptomycètes)
Ph H 2N
N
S SH Intercalant de l’ADN & formation de radicaux libres
O H
N
N
O O O
HO
O
COOH COOH

Ph
valine OH
b-lactame cystéine
H
N
Ph S O
O
NH Daunorubicine (rouge)
HO O OH O
N S
O O O
COOH O
O HN
tra
ns

tra H2 N
pe

COOH
ns OH
pt

pe
id
as

pt
id
e

as
e

Chimie organique Chapitre 18 – médicaments 7 Chimie organique Chapitre 18 – médicaments 9


18.4 Mimes de nucléotides 18.4 Mimes de nucléotides

Antibiotique (HIV & herpes) «mimes de nucléotide» (uracile & thymine) Antibiotique (HIV) : «mimes de nucléotide» (adénine)
Þ inhibition de la transcription inverse ARN -> ADN

NH 2 NH 2
O O O O

H I N N
F N
HN HN HN N
HN

N HO N
O N N N
HO O N HO O N HO HO O N
O
O O O O Tenofovir
nucléotide
O
S
O OH
OH OH OH OH
O P O O P O
nucléoside d'ARN nucléoside d'ADN idoxuidine
emtricitabine
O O

La liaison C-F est de taille semblable à C-H mais mauvais groupe partant.
I est bon groupe partant pour une SN (meilleur que l’alcool). Cible également la transcriptase inverse

Chimie organique Chapitre 18 – médicaments 10 Chimie organique Chapitre 18 – médicaments 12

18.4 Mimes de nucléotides 18.4 Mimes de nucléotides

Antibiotique (HIV) «mimes de nucléotide» (adénine) Antibiotique (HIV) : «mimes de base» (purine)
=> inhibition de la transcription inverse ARN -> ADN => inhibition de la transcription inverse ARN -> ADN

H 2N

N N
F3 C

Cl
N N O
O
efavirenz O

O P
O O O
N O
O O O H

O Ressemble vaguement à une purine


prodrogue du tenofovir

Prodrogue hydrolysée dans l’estomac Ces traitements forment la trithérapie

Chimie organique Chapitre 18 – médicaments 11 Chimie organique Chapitre 18 – médicaments 13


18.4 Mimes de nucléotides 18.4 Mimes de dérivés de glucides

Anticancéreux : Mimes de base (uracile & purine) Statines : inhibiteur de la biosynthèse du cholestérol

F Clatribine
5-fluoro-uracile HN

O N
H

SH

mercaptopurine
N
N

N N
H

Lovastatine
Même inhibition (occupation du site actif) coenzyme participant à la
synthèse des purines => bloquer la synthèse d’ADN et/ou ARN

Chimie organique Chapitre 18 – médicaments 14 Chimie organique Chapitre 18 – médicaments 16

18.4 Mimes de dérivés de glucides 18.4 Mimes de dérivés de glucides

Antibiotiques Oseltamivir (Tamiflu) : inhibiteur de la synthèse de la paroi Statines : inhibiteur de la synthèse du cholestérol
du virus influenza

OH
HO
OH
O CO2 Et O
COOH
HO

AcHN
AcHN

NH 2 H 3PO 4 HO

Acide sialique

Acide sialique : monomère de la paroi du virus


Þ Tamiflu créée des trous Pravastatine Rosuvastatine

Chimie organique Chapitre 18 – médicaments 15 Chimie organique Chapitre 18 – médicaments 17


18.4 Mimes de dérivés de glucides 18.5 Alcaloïdes

Statines : mécanisme d’inhibition Médicaments du système nerveux central

Médicament pas un
thioester donc bloquage Fluoxétine (prozac) : Diphenhydramine (benadryl) :
antidépresseur Allergie, rhume

H O
N
O
Etape de la N
F
biosynthèse :
hydrolyse du F
F
thioester CoA-S-R

Tranquillisant - somnifère - hypnotique Antihistaminique


A noter que ce début de biosynthèse est utilisé pour d’autres molécules et
que les statines posent de sérieux problèmes de santé.
Chimie organique Chapitre 18 – médicaments 18 Chimie organique Chapitre 18 – médicaments 20

18.5 Alcaloïdes 18.5 Alcaloïdes

Médicaments du système nerveux central


Médicaments du système nerveux central
Benzodiazépines : antidépresseur
Tranquillisants - somnifères - hypnotiques
Tranquillisants - somnifères - hypnotiques

N
O O
O N O O O
H
N H
N N N

O
N
N N
N
Br O
Cl Cl

N
méthylphénidate (ritaline) cocaïne

diazepam alprazolam bromazepam


(Valium)

Chimie organique Chapitre 18 – médicaments 19 Chimie organique Chapitre 18 – médicaments 21


18.5 Alcaloïdes 18.6 Quelques vasodilatateurs

Antalgique (= anti-douleur) Vasodilatation : NO se lie l’enzyme O

=> Augmentation de cGMP


N
NH
O guanosine triphosphate
GTP
diphosphate O P O N
N NH 2
O
Gabapentine O -

OH O
NO OH

N
catalysé par NH
la guanylate
cyclase
N
N NH 2
O

Antagoniste de GABA (Gamma AminoButyric Acid) cGMP entraîne une


guanosine monophysphate
cascade de réactions O
cyclique cGMP
La gabepentine est une alternative à la morphine. Menant à la vasodilatation O P O OH
C’est également un antiépileptique.
O-

Chimie organique Chapitre 18 – médicaments 22 Chimie organique Chapitre 18 – médicaments 24

18.6 Quelques vasodilatateurs 18.6 Quelques vasodilatateurs

Dilatation des vaisseaux – relaxation des muscles des vaisseaux – baisse Autre stratégie: allongement de la durée d’action =>
de la pression artérielle Inhibiteurs de l’enzyme par hydrolyse : cGMP + H2O -> GMP
O

N
Trinitroglycérine O HN
O N
(trinitrine) S sildenafil
N
N
NO2
O O O
enzyme N
3 NO
O O HN
O
O2N NO2 O N
vardenafil
S N
N
N

O
N

Chimie organique Chapitre 18 – médicaments 23 Chimie organique Chapitre 18 – médicaments 25


18.6 Quelques vasodilatateurs 18.6 Anti-inflammatoire

Dexaméthasone
Autres actions inhibitrice analogue au Viagra

OH

HO
apomorphine

naturel : cortisol synthétique : dexaméthasone


Structure de « dopamine rigidifiée », elle-même vasodilatateur

La dexaméthasone est 40x plus puissante comme inflammatoire et


est utilisée pour traiter des patients gravement atteints par le Covid-19
pour réduire l’emballement du système immunitaire.

Chimie organique Chapitre 18 – médicaments 26 Chimie organique Chapitre 18 – médicaments 28

18.7 transport du ion chlorure

Trithérapie contre la mucoviscidose H


N OH
O
F

Tezacaftor F O
O
F
N

HO

HO

F
O N O

O N F

Elexaxaftor
N F
S NH N

N N
O

OH

O O

N
Ivacaftor H

N
H

Chimie organique Chapitre 18 – médicaments 27