Vous êtes sur la page 1sur 37

Sommaire

Introduction Générale ....................................................................................... 1


Chapitre 1 : Etude Bibliographique .................................................................. 3
I. Introduction ...................................................................................................... 4
II. L'Acrylonitrile .................................................................................................. 4
1. Définition ...................................................................................................... 4
2. Propriétés physico –chimique ...................................................................... 5
3. Utilisations .................................................................................................... 6
III. Procède de fabrication de l’Acrylonitrile..................................................... 6
1. Procèdes de SOHIO ...................................................................................... 6
2. Production à partir d'éthylène cyanohydrine ................................................ 7
3. Production à partir d'acétylène et d'acide cyanhydrique ............................... 7
IV. Description de procédé SOHIO .................................................................... 8
Chapitre 2 : Bilan matière et thermique d’un réacteur à lit fluidisé. ............. 10
I. Bilan matière .................................................................................................. 11
II. Données .......................................................................................................... 11
III. Calcule de Bilan matières ........................................................................... 13
1. Calcul des débits molaires a l’entrée ......................................................... 13
2. Calcul des débits molaires a la sortie : ....................................................... 15
3. Calcule de Bilan thermique......................................................................... 18
Chapitre 3 : Dimensionnement d’une colonne de distillation ........................ 21
I. Introduction .................................................................................................... 22
II. Méthode de Mac Cabe et Thiele ..................................................................... 22
1. Colonne à distiller ....................................................................................... 22
2. Principe de méthode de Mccabe et thiele : ................................................. 24
3. Le reflux minimum ..................................................................................... 26
4. Détermination de nombre de plateaux théorique NPT: ............................. 27
Conclusion Général ........................................................................................ 30
Références bibliographique ............................................................................ 31
Liste des Figures

Figure1 : structure de l’acrylonitrile. ....................................................................... 4


Figure2 : Procédé de SOHIO .................................................................................. 8
Figure3 : Bilan matières sur le recteur fluidisé ...................................................... 11
Figure 4 : Taux de conversion de chaque équation dans un réacteur fluidisé ....... 12
Figure 5: Différentes zones d'une colonne de distillation ...................................... 23
Figure 6: Construction de McCABE & THIELE pour une colonne à distiller
fonctionnant en continu avec une alimentation sous forme liquide bouillant ....... 24
Figure7 : représentation de nombre d’étage minimal ............................................ 26
Figure 8 : Courbe d’équilibre................................................................................. 29
Liste de tableau

Tableau1 : Propriétés physique ................................................................................ 5


Tableau2 : Débit massique de chaque élément et le débit massique ..................... 12
Tableau 3: Résultats du bilan de matière ............................................................... 17
Tableau 4 : composition des flux .......................................................................... 18
Tableau 5: Résultats du calcul des enthalpies de formation ................................. 19
Résumé
L'acrylonitrile est un monomère hautement réactif et hydrocarbure insaturé. Il est utilisé
comme matière première dans le production de fibres, colorants; anti-oxydants.
Industriel la production d'acrylonitrile est réalisée par le procédé Sohio.

La production mondiale d'acrylonitrile est assurée par Sohio processus qui est
l'ammoxydation en phase vapeur du propène. L’avantage du procédé est la forte
conversion des réactifs avec un temps de séjour minimum. L'air, l'ammoniac et le
propène sont introduit dans le réacteur fonctionnant à une pression de 0,3 à 2 atm et
350°C-510°C. L'ammoniac et l'air doivent être fournis au réacteur en excès de
proportions stœchiométriques que l'excès d'air est nécessaires à la régénération du
catalyseur et à l'excès l'ammoniac rapproche la réaction de l'achèvement.

La réaction est hautement exothermique. Le produit en phase gazeuse flux est écrasé en
phase liquide par contre-courant absorbeur d'eau pour éliminer les gaz inertes et
récupérer la réaction des produits. Mélange d'acrylonitrile, d'acétonitrile, d'oxydes de
carbone et du cyanure d'hydrogène se forment. La surtension du produit est envoyée à
fractionner pour éliminer le cyanure d'hydrogène. L'acrylonitrile est séparé de
l'acétonitrile par distillation extractive.
Remerciement

Ce modeste travail est le fruit des efforts et des


sacrifices consentis par les sacrifices consentis
par les enseignants de l’institut qui ont su
guider nos pats dans la voie de la recherche
et de la connaissance .nous prions Allah qu’il
récompense ces nobles enseignants.

Nous remercions en particulier :

Mme Boumnijel Ibtissem et Mme chermiti


Imen , pour ces précieux conseils, leur
disponibilité et leur compréhension .

Sans oublier ceux qui ont participé de prés ou


de loin à réaliser ce projet
REPUBLIQUE TUNISIENNE

Ministère de l’Enseignement Supérieur,

de la Recherche Scientifique

Université de Gabès
Master Professionnel

En Chimie
Institut Supérieur des Sciences Appliquées et de Technologie de Gabès
Industrielle & Procédés

RAPPORT DE SUJET DE PROJET


TUTORE
Présenté à

L’Institut Supérieur des Sciences

Appliquées et de Technologie de Gabès

En vue de l’obtention de la

Master Professionnel en Chimie


Industrielle & Procédés
Préparé par : GHileb Rihab
Kilani Ahlem

Etude du procédé SOHIO pour la production de


l’acrylonitrile (C3H3N)

Encadré par : BOUMNIJEL IBTESSEM

Année Universitaire 2019-2020


ISSAT Gabés

Introduction Générale

L'acrylonitrile est un intermédiaire chimique de grand volume (plus de 5 × 106 t /


a) utilisé dans la production d'une large gamme de produits chimiques et
polymères. La plus grande utilisation finale de l'acrylonitrile est la fabrication de
fibres acryliques utilisées dans la fabrication de vêtements et d'articles
d'ameublement. D'autres utilisations importantes sont dans la fabrication de
résines acrylonitrile – styrène – butadiène (ABS) pour les polymères techniques,
l'adiponitrile pour les polymères de nylon et l'arylamide pour fabriquer des
homopolymères et des copolymères pour le traitement de l'eau et les applications
de récupération du pétrole brut. Une application de spécialité émergente est dans
la production de fibre de carbone qui trouve une application croissante en tant que
matériau composite à haute résistance et de faible poids pour l'industrie du
transport.

L'acrylonitrile est une molécule réactive ayant deux sites chimiquement actifs, une
double liaison carbone-carbone et un groupe fonctionnel nitrile. L'acrylonitrile
polymérise facilement et nécessite une stabilisation chimique pour le stockage
sous forme liquide. Il est fabriqué par le procédé d' amoxydation du propylène
catalysé hétérogène dans lequel le propylène, l'ammoniac et l'air sont introduits
dans un réacteur contenant un lit fluidisé d'un catalyseur d'oxyde métallique mixte
breveté. Les usines de production d'acrylonitrile sont situées dans le monde entier,
les principaux producteurs étant situés aux États-Unis, en Europe, au Japon et en
Chine.

La demande mondiale d'acrylonitrile croît à un rythme d'environ le produit


intérieur brut (PIB) annuel, les capacités futures devant être concentrées en Chine
et au Moyen-Orient. L'acrylonitrile liquide est inflammable, toxique et corrosif et
est considéré comme un risque de cancer suspecté. Des limites strictes sont fixées
pour toute exposition à ses vapeurs. La fabrication industrielle est réglementée

1
ISSAT Gabés

aux niveaux national et international en ce qui concerne le stockage, la


manutention et le transport de l'acrylonitrile liquide.

Dans ce rapport en étudier la fabrication de l’acrynolitrile par le propène par les


procédés SOHIO

Notre travail est constitué par les chapitres suivants :

 Une Introduction

 Le premier chapitre est consacré à l'étude bibliographique


 Le deuxième chapitre présente le bilan matière et thermique d’un réacteur
a lit fluidisé.
 Le troisième chapitre est consacré à la dimensionnement d’une colonne a
distillation.
 Une conclusion.

2
ISSAT Gabés

Chapitre 1 : Etude Bibliographique

3
ISSAT Gabés

I. Introduction
L‘acrylonitrile est un produit de commodité de gros tonnage. Bien
qu’en perte de vitesse, il reste un intermédiaire important pour la
fabrication de fibres acryliques et de copolymères styréniques (ABS
et SAN).actuellement il est fabriqué dans le monde par un unique
procédé mis au point par SOHIO. [1]

II. L'Acrylonitrile
1. Définition

Figure1 : structure de l’acrylonitrile.

L'acrylonitrile (également appelé nitrile d'acide acrylique, nitrile de propylène,


cyanure de vinyle, nitrile d'acide propénoïque) est un monomère multidirectionnel
et réactif qui peut être polymérisé dans une grande variété de conditions et
copolymérisé avec une large gamme d'autres monomères vinyliques. Il a été
préparé pour la première fois en 1893 par le chimiste français Charles de Formule
chimique C 3 H3 N . [1]

4
ISSAT Gabés

2. Propriétés physico –chimique

 Propriétés physiques
L'acrylonitrile se présente sous la forme d'un liquide incolore ou
jaunâtre, très volatil, d'odeur caractéristique légèrement
piquante. Le seuil olfactif se situe en moyenne à 20 ppm.

Il est soluble dans l'eau à raison de 73,5 g/L à 20°C. [4]

Tableau1 : Propriétés physique


Non de substance Détaille
Etat Physique Liquide
Masse molaire 53,06
Point de fusion -83,5 °C
Point d'ébullition 77,3 °C à la
pression
atmosphérique
Densité 0,806
Densité gaz / 1,83
vapeur
Acrylonitrile Pression de vapeur 6,6 kPa à 8,7 °C
13,3 kPa à 23,6 °C
33,3 kPa à 45,5 °C
Indice 4,54
d'évaporation
Point d'éclair - 1°C (Coupelle
fermée)
Température 481°C
d'auto-
inflammation
Limites Limite inférieure : 3
d'explosivité ou %
d'inflammabilité Limite supérieure :
(en volume % dans 17 à 28 % (selon les
l'air) sources)

 Propriétés chimiques

L'acrylonitrile polymérise facilement à la lumière, à la chaleur ou


sous l'action de produits chimiques divers tels que les bases fortes, les
peroxydes, les persulfates,... Cette réaction fortement exothermique

5
ISSAT Gabés

peut devenir explosive. Pour minimiser ce danger, le produit


commercial est stabilisé par addition d'un inhibiteur de
polymérisation, le plus souvent 35 à 45 ppm d'éther monoéthylique
de l'hydroquinone et 0,4 à 0,5 % d'eau. La stabilisation n'est plus
efficace en l'absence d'oxygène.

L'acrylonitrile peut également réagir vivement, jusqu'à l'explosion,


avec de nombreux composés tels que les acides forts, les oxydants, les
halogénés (brome en particulier), l'ammoniac, le nitrate d'argent et les
amines. En présence d'eau, il attaque le cuivre et ses alliages.

La décomposition thermique de l'acrylonitrile peut donner naissance


à du cyanure d'hydrogène. [4]

3. Utilisations
 Fabrication de fibres acryliques, encollages et apprêts, en
particulier pour l'industrie textile.
 Fabrication de certaines matières plastiques: copolymères
acrylonitrile-styrène (SAN) et acrylonitrile butadiène-styrène (ABS).
 Fabrication du caoutchouc nitrile et des élastomères. [4]

III. Procède de fabrication de l’Acrylonitrile


Il existe différentes méthodes pour la production d'acrylonitrile. Les principaux
sont :

1. Procèdes de SOHIO
Environ 90% de la production totale d'ACN suit le procédé Standard Oil of
Ohio (SOHIO), qui est basé sur l'ammoxydation du propylène. La réaction est
une production ACN sélective, rapide et trop élevée sans nécessiter d'efforts de
recyclage excessifs.

Le coût de la production d'ACN, où plus de 70% du propylène est produit, a


augmenté ces derniers temps. Pour cette raison, ACN est produit à la suite des
travaux car il est nécessaire de trouver des solutions alternatives plus

6
ISSAT Gabés

économiques. En particulier, l'ammoxydation au propane est considérée


comme le processus alternatif le plus brillant.

Dans ce procède , le propène, l'oxygène (sous forme d'air) et l'ammoniac sont


convertis directement par le catalyseur en acrylonitrile à l'aide d'un réacteur à
lit fluidisé fonctionnant à des températures de 400 à 500 ° C et à des pressions
manométriques de 30 à 200 k Pa (0,3 à 2 bar) . [2]

2. Production à partir d'éthylène cyanohydrine


Cette opération était basée sur la déshydratation catalytique de l'éthylène
cyanohydrine. Qu’il a été produit à partir d'oxyde d'éthylène et d'acide
cyanhydrique aqueux à 60 ° C en présence d'un catalyseur basique.
L'intermédiaire est ainsi déshydraté en phase liquide à 200 ° C en présence de
carbonate de magnésium et de sels alcalins ou alcalino-terreux d'acide
formique. Un avantage de ce procédé était qu'il générait peu d'impuretés mais
ce n'était pas économiquement compétitif. [2]

3. Production à partir d'acétylène et d'acide cyanhydrique


Avant l'amélioration du procédé d'ammoxydation du propène, une voie
industrielle majeure vers l'acrylonitrile impliquait l'addition catalytique d'acide
cyanhydrique à l'acétylène.

Comme indique la réaction suivant :

H-C≡C-H + HCN → CH2 =CH-CN (R1)

Bien qu'une réaction en phase vapeur ait été rapportée, la réaction commerciale
a généralement été effectuée à 80 ° C dans de l'acide chlorhydrique dilué
contenant du chlorure cuivreux. L'acétylène n'ayant pas réagi a été recyclé. Le
rendement de cette réaction était bon; cependant, les matières premières étaient
relativement coûteuses, certaines impuretés indésirables, le divinylacétylène et
la méthylvinylcétone, étaient difficiles à éliminer et le catalyseur nécessitait
une régénération fréquente. Du Pont, American Cyan-amid et Monsanto ont
utilisé cette méthode jusque vers 1970. [2]

7
ISSAT Gabés

IV. Description de procédé SOHIO

Figure2 : Procédé de SOHIO

L’air, l'ammoniac et le propylène sont introduits dans un réacteur


catalytique à lit fluidisé fonctionnant à une pression de 0,3 à 2 bars et à 400
à 510 ° C. L'ammoniac et l'air sont introduits dans le réacteur dans de
légères proportions stœchiométriques car l'ammoniac supplémentaire
rapproche la réaction de l'intégration et l'air régénère continuellement le
catalyseur. Une caractéristique importante du procédé est la forte conversion
des réactifs en une seule fois avec seulement quelques secondes de temps
d'habitation.

La chaleur générée par la réaction exothermique est récupérée via une


chaudière de récupération de chaleur résiduelle de 400C°-510C°.

Les réactions : [2]

La réaction principale :

8
ISSAT Gabés

2C3 H6 + 2NH3 + 3O2 2C3 H3 N + 6H2 O (R2)

Le s r é a c t i o ns se c o nd a i r e s :

4C3 H6 + 6NH3 + 3O2 6C2 H3 N + 6H2 O (R4)

C3 H6 + 3NH3 + 3O2 3HCN + 6H2 O (R5)

2C3 H6 + 3O2 6CO2 + 6H2 O (R6)

Le flux de produits s'écoule ensuite à travers un absorbeur-séparateur d'eau


à courant opposé pour rejeter les gaz inertes et récupérer les produits de la
réaction. L'opération donne un mélange d'ACN, d 'acétonitrile et d'eau, puis
est envoyée à un fractionneur pour éliminer le cyanure d'hydrogène. Les
deux dernières étapes impliquent le séchage du courant ACN et la
distillation finale pour acheminer les extrémités lourdes. L'ACN à base de
fibre obtenue à partir du procédé est pur à 99 %. Plusieurs catalyseurs à lit
fluidisé ont été utilisés depuis le début du procédé d'ammoxydation SOHIO

Le catalyseur, qui représente le quatrième niveau d'amélioration majeur, est


actuellement recommandé dans le processus. Les émissions d'ACN au
démarrage sont radicalement plus élevées qu'en fonctionnement normal. Au
démarrage, le réacteur est chauffé à la température de fonctionnement avant
l'introduction des réactifs (propylène et ammoniac). Les effluents du
réacteur lors du démarrage commencent comme riches en oxygène, puis
traversent la gamme explosive avant d'atteindre la zone riche en
combustible qui est maintenue pendant le fonctionnement normal de l'usine.
Pour éviter les explosions dans la conduite vers l'absorbeur, l'effluent du
réacteur est évacué vers l'atmosphère jusqu'à ce que le mélange d'effluent
riche en combustible puisse être atteint. Le gaz d'évent de l'absorbeur
contient de l'azote et de l'oxygène non converti de l'air alimentant le
réacteur, du propane et du propylène non converti de l'alimentation en
propylène, du produit ACN, du sous-produit du cyanure d'hydrogène et de
l'acétonitrile, d'autres matières organiques non récupérées de l'absorbeur et
de la vapeur d'eau. [2]

9
ISSAT Gabés

Chapitre 2 : Bilan matière et thermique d’un


réacteur à lit fluidisé.

10
ISSAT Gabés

I. Bilan matière

Les bilans matières sont à la base de la conception des processus. Un bilan


matière repris complet les processus détermineront les quantités de matières
premières nécessaires et les produits fabriqués..

Le général 'équation de conservation pour tout processus peut être écrite comme;

Matière sortie = matière entrée + génération - consommation + accumulation

Pour un processus en régime permanent, le terme d'accumulation est nul. Si une


réaction chimique se produit, un des espèces chimiques particulières peuvent se
former ou être consommées. Mais s'il n'y a pas de réaction chimique, le réduction
de l'équilibre en régime permanent,

Matière sortie = Matière entrée

Une équation d'équilibre peut être écrite pour chaque espèce identifiable
séparément présente, éléments, composés et pour le matériau total. [2]

II. Données

Figure3 : Bilan matières sur le recteur fluidisé

11
ISSAT Gabés

Figure 4 : Taux de conversion de chaque équation dans un réacteur fluidisé

Tableau2 : Débit massique de chaque élément et le débit massique


Stream Mol Wight 1 2 3
Kg /mol Kg/s Kg/s Kg/s
Température C 400 400 400
Components
C3H8 42 4,258
O2 32 6,455
N3 28 21,22
NH 3 17 2,067
CO2 44
HCN 27
AN 53
ACN 41
H2O 18
Total 4,258 2,067 27,67

12
ISSAT Gabés

III. Calcule de Bilan matières

1. Calcul des débits molaires a l’entrée

La réaction principale :

2C3 H 6  2 NH3  3O2  


0,85
 2C3 H3 N  6H 2O

La production total en Acrylonitrile (AN) est évaluée à :

QAN  105 tonne / an

105 103
QAN   13889kg /h
300  24

13889
QAN   3,858kg /s
3600

3,858
QAN   0, 0727kmol /s
53

Débit en propylène

QAN
Qpropylene 
taux de conversion

3,858
AN Qpropylene   3,896kg /s
0,99

Qpropylene  0,0735kmol /s

13
ISSAT Gabés

Il est à noter que seulement 85 % de propylène ont été convertis en acrylonitrile,


donc le débit de propylène consommé lors de la réaction principale est :

QAN ,mol 0, 0727


Qpropylène    0, 0855kmol / s
taux de conversion 0,85

Débit en ammoniac :

Il est à noter que le taux molaire d’alimentation propylène/NH 3/ air = 1/1,2 /9,5

1 mole de propylène  9,5 mole d'air



0, 0855kmol / s de propylène  Y

0, 0855 1, 2
QNH   0,1026kmol /s
3,E
1

Débit en air :

1 mole de propylène  9,5 mole d'air



0, 0855kmol / s de propylène  Y

0, 0855  9,5
Qair   0,81225kmol /s
1

Donc

QO2  Qair *0, 21

AN

QO2 , E  0,81225*0, 21  0,1705725kmol /s

QN2  Qair  QO2

14
ISSAT Gabés

AN

QN2  0,81225 1,17057727  0,642kmol /s

2. Calcul des débits molaires a la sortie :


Débit en HCN:

C3 H 6  3NH3  3O2  
0,02
 3HCN  6H 2O

Alors

QHCN  Qpropylène *0,02*3

AN

QHCN  0,0855*0,02*3  0,00513kmol / s

Débit en ACN :

4C3 H 6  6 NH3  3O2   6C2 H3 N  6H 2O


0,02

Qpropylène *0, 02*3


QAN 
2

AN

0, 0855*0, 02*3
QACN   0, 002526kmol /s
2

Débit en CO2 :

2C3 H 6  3O2 
0,1
 6CO2  6H 2O

Alors
QCO2  Qpropylène *0,1*3

AN

QCO2 ,S  0,0855*0,1*3  0,02565kmol /s

15
ISSAT Gabés

Débit en propylène :

il y a 1% perte alors

Qpropylène *1
Qpropylène s 
85

AN

0, 0855*1
Qpropylène s  = 0,001 kmol /s
85

Débit en NH 3 :

  6 
QNH 3  QNH  Qpropylène * 0,85  0, 02*  0, 02*3 
3 ,E
  4 

AN

 6 
QNH 3 ,S  0,10626  0,0855* 0,85  0,02*  0,02*3  0,02589kmol /s
 4 

Débit en O2 :

  3 3 3 
QO2 , S  QO2 , E  Qpropylène 0,85* 2  0, 02* 4  0, 02*3  0,1* 2  
 

AN

  3 3 3 
QO2 , s  0,1705725  0, 0855 0,85*  0, 02*  0, 02*3  0,1*    0, 0423225kmol / s
  2 4 2 

Débit en H2O :

H2O est un produit de 4 réactions suivant :

2C3 H 6  2 NH3  3O2  


0,85
 2C3 H3 N  6H 2O

C3 H 6  3NH3  3O2  
0,02
 3HCN  6H 2O

16
ISSAT Gabés

4C3 H 6  6 NH3  3O2   6C2 H3 N  6H 2O


0,02

2C3 H 6  3O2 
0,1
 6CO2  6H 2O

Alors

 6 
QH2O, S  0, 0855 0,85*3  0, 02*  0, 02*6  0,1*3
 4 

AN

 6 
QH2O, S  0,0855  0,85*3  0,02*  0,02*6  0,1*3  0, 2565kmol / s
 4 

Tableau 3: Résultats du bilan de matière

Entrée Sortie
(kmol /s) (kmol /s)

Flux 1 2 3 4
Température 400 400 400 400
Propylène 0,0855 0,001
NH 3 0,1026 0,02589
O2 0,17057 0,0423225
N2 0,642 0,642
Acry - 0,0727
HCN - 0,00513
ACN 0,00252
CO2 - 0,02565
H2 O - 0,2565
Total 0,0855 0,1026 1,00067 1,0737125

17
ISSAT Gabés

3. Calcule de Bilan thermique

Tableau 4 : composition des flux


Component 𝒌𝑱 𝑲𝑱
ΔH°f 298 (𝒎𝒐𝒍) Cp (𝒎𝒐𝒍)

Propylène 20,41 0,05

Ammoniac -46,19 0,03

Oxygène 0,03

Nitrogène 0,03

Acrylonitrile 184,93 1,204

Acetonitrile 74,56 0,06

HCN 130,5 0,035

CO2 -393,5 0,039

H2O (g) -241,83 2,013

H2O(L) -285,83 4,184

Les enthalpies de formation


i i
H  f   µi H  f   µi H  f
1 Pr oduit 1 reactif

18
ISSAT Gabés

Tableau 5: Résultats du calcul des enthalpies de formation

Réaction H  f (kJ /mol)

R1 2C3 H 6  2 NH3  3O2  


0,85
 2C3 H3 N  6H 2O -1293,56

R2 C3 H 6  3NH3  3O2  
0,02
 3HCN  6H 2O -1205,32

R3 4C3 H 6  6 NH3  3O2   6C2 H3 N  6H 2O


0,02
-941.32

R4 2C3 H 6  3O2 
0,1
 6CO2  6H 2O -3852.8

H  f total = 7293 kJ /mol

Enthalpie des réactifs:

A T = 400°C

H R   ncp  propane   ncp ammoniac   ncp oxygen   ncp nitrogen   T


 

AN

H R = [ (0,0855* 0.05)+ (0,1026* 0.03) + (0,17057 *0.03 )+


réactifs

(0,642*0.03 ) ] *( 400-25)= 11,898 KJ/s

Enthalpie des produits

A T=130 °C

H pro   ncp  propane   ncp ammoniac   ncp oxygen   ncp nitrogen   ncp acenolitrile   ncp acrylonitile   ncp HCN   ncp H 2O  T
 

19
ISSAT Gabés

AN

H R = [(0.05*0,001) +(0,02589*0.03) + (0,0423225*0.03)


Pr oduits

+(0,642*0.03) + (0,0727*1.204) +(0,00513*0.035 ) +(0,00513*0.06) +(


0,02565*0.039)+( 0,2565*4.183)] *(130-25)=124 ,238 KJ/s

Enthalpie de réaction :

H R  H R  H R  H  f
réactifs Pr oduits

H R  11,898  124, 238  7293  7156, 864 KJ / s

Donc le signe est négatif donc la réaction est exothermique

20
ISSAT Gabés

Chapitre 3 : Dimensionnement d’une colonne


de distillation

21
ISSAT Gabés

I. Introduction

La distillation est l'opération de séparation la plus répandue dans le monde


industriel. Bien que peu efficace d'un point de vue énergétique, elle est simple et
présente généralement peu de risque, c'est pourquoi elle est si largement répandue.
Il s'agit d'une opération de transferts de matière et de chaleur couplés.

L'objectif de ce chapitre est de vous faire découvrir la distillation industrielle et


de vous apprendre à effectuer un pré-dimensionnement de colonne par la méthode
de McCABE & THIELE

II. Méthode de Mac Cabe et Thiele


1. Colonne à distiller
Une colonne à distiller est un appareil permettant l'échange de matière et de
chaleur entre une phase vapeur ascendante et une phase liquide descendante.
C'est un contacteur gaz-liquide multi-étagé qui est constitué d'un ensemble
de plateaux comme illustré ci-contre. En pied de colonne, il y a un
rebouilleur qui permet de vaporiser le liquide alors qu'en tête, il y a un
condenseur qui permet de condenser le courant vapeur V sortant. On
distingue :
 Un rebouilleur total quand toute l'alimentation liquide du rebouilleur est
vaporisée.
 Un rebouilleur partiel qui conduit à la formation d'un mélange liquide-
vapeur en équilibre est donc équivalent à un étage théorique.
 Un condenseur total qui condense tout le courant vapeur sortant de la
colonne
 Un condenseur partiel qui conduit à la formation d'un mélange liquide-
vapeur en équilibre. Le condenseur partiel est équivalent à un étage
théorique.
Le mélange à distiller, qu'on appelle l'alimentation F (de composition xF),
est introduit à un certain niveau de la colonne (plateau d'alimentation).
Une partie du liquide récupéré au condenseur est alors retourné dans la
colonne : c'est le reflux(L). L'autre partie est récupéré est constitué le

22
ISSAT Gabés

distillat (D) de composition xD.

En pied de colonne, on récupère le résidu (w) de composition xW. Les zones


de la colonne situées respectivement au-dessus et en dessous de
l'alimentation s'appellent respectivement les zones de rectification (ou
d'enrichissement) et d'épuisement (ou d'appauvrissement). [ 3]

Figure 5: Différentes zones d'une colonne de distillation

Remarque
 Le taux de reflux interne est le rapport du débit liquide retourné en tête,
𝐿
L, sur le débit de vapeur sortant de la colonne V:R = ;
𝑉
 Le taux de reflux externe est le rapport du débit liquide retourné en tête L,
sur le débit de
𝐿
distillat, D, produit.R =
𝐷

23
ISSAT Gabés

2. Principe de méthode de Mccabe et thiele :

 La méthode de McCABE & THIELE permet de déterminer


graphiquement le nombre d'étages théorique (NET) d'une colonne à
distiller.
 On commence par positionner sur la première bissectrice les points
correspondants au teneur en composé le plus volatil dans le distillat, dans
l'alimentation et dans le résidu.
𝑅
 Puis on trace la droite d'enrichissement, dont la pente est égale à la
R+1
droite d'alimentation, dont la pente dépend de l'état physique de cette
alimentation.
 Ensuite on trace la droite d'appauvrissement à partir de l'intersection
entre les deux droites précédentes.
 Enfin on dessine et on compte les gradins. [ 3]

Figure 6: Construction de McCABE & THIELE pour une colonne à distiller


fonctionnant en continu avec une alimentation sous forme liquide bouillant

24
ISSAT Gabés

Les hypothèses de LEWIS sont les suivantes :

 la colonne est adiabatique ;


 la chaleur de mélange des deux constituants du binaire est nulle ;
 les enthalpies de vaporisation de ces deux constituants sont proches.

Comme cela est expliqué relativement en détails ici, les hypothèses de LEWIS
conduisent au fait que le débit total de liquide n'est pas modifié lors de la traversée
d'un plateau (par contre sa composition change) ; il en va de même pour le débit
total de vapeur.

Cette simplification remarquable conduit à l'existence des droites opératoires


(droite d'enrichissement et droite d'appauvrissement). Sans ces hypothèses, ce ne
serait pas des droites. [ 3]

 NET à reflux total ou à reflux minimum

À reflux total, on obtient le nombre minimum d'étages théoriques mais la


production de distillat est nulle.

Au contraire, au taux de reflux minimum (donc pour la production maximale de


distillat), il faudrait un nombre d'étages infini pour réaliser l'opération.

La pente des droites opératoires qui est donc égale à 1 est maximum dans la zone
de rectification et minimum dans la zone d'épuisement. Les droites opératoires se
superposent à la bissectrice.

25
ISSAT Gabés

Figure7 : représentation de nombre d’étage minimal

3. Le reflux minimum

Le reflux minimum à utiliser pour faire une séparation correspond au cas où l'on
disposerait d’une colonne idéale munie d'un nombre infini de plateaux.
Graphiquement, un nombre de plateau infini s'observe lorsque le point
intersection des droites opératoires et d'alimentation devient un point de la courbe
d'équilibre. Ceci peut s'observer comme illustré la figure .la droite opératoire de la
zone de rectification peut alors soit couper soit être tangent a la courbe
XD
d’équilibre. L'ordonné représente le point d’intersection de la droite
R min +1

opératoire avec l’axe des ordonnées (OY).

Pour déterminer le NPT on va faire un bilan sur la colonne et extraire les deux
équations des deux zones dont constituée la colonne ; zone d'enrichissement et
zone d'épuisement. Ainsi on obtient :

Pour la zone d'enrichissement :

26
ISSAT Gabés

𝑅 1
Y =𝑅+1 X + XD
𝑅+1

Pour la zone d'épuisement :

1+𝐵 1
Y= X + XW
𝐵 𝐵
4. Détermination de nombre de plateaux théorique NPT:

 Donnés
on prend R (optimal)=1,2 R (minimum)

F=3.1556 kmol/s

D=0.1096 kmol/s

W=3.0460 kmol/s

 Calcul
𝑑𝑒𝑏𝑖𝑡 𝑎𝑐𝑟𝑦𝑛𝑜𝑙𝑖𝑡𝑟𝑖𝑙𝑒
Xf= ;
𝐹

AN
0.0727
Xf=3.1556 =0.023

𝑑é𝑏𝑖𝑡 𝑎𝑐𝑟𝑦𝑛𝑜𝑙𝑖𝑡𝑖𝑙𝑟
XD= 𝐷

AN
0.0727
XD=0.1096 =0.663

𝑑é𝑏𝑖𝑡 𝑎𝑐𝑟𝑦𝑛𝑜𝑙𝑖𝑡𝑟𝑖𝑙𝑒
𝑋𝑤 =
𝑤
AN
0.0727
Xw=3.0460 =0.238

27
ISSAT Gabés

La droite opératoire de la zone de rectification peut alors soit être tangent a la


XD
courbe d’équilibre. L’ordonné (R ) représente le point de la droite opératoire
min +1
avec l’axe des ordonnées (oy)
XD
Donc la Pente= R = 0.05
min +1

𝑋𝐷−𝑝𝑒𝑛𝑡𝑒
Rmin= 𝑝𝑒𝑛𝑡𝑒

AN
0.66−0.05
Rmin = =12.2
0.05

Et on prend K=2

Alors

R=k*Rmin

AN

R=2*12.2=24.4

Donc
XD
- la droite d’enrichissement de coordonné (XD, XD) ;(0, R )
min +1

-la droit d’épuisement de coordonné (XW , XW) et(XF , l’ intersection entre les
deux autre droits)

28
ISSAT Gabés

Figure 8 : Courbe d’équilibre

29
ISSAT Gabés

Conclusion Général

L'objectif de cette étude était de développer une méthodologie en utilisant


l'optimisation multi-objectif qui améliorerait une processus chimique en
augmentant le revenu global et aussi réduire les déchets générés.

Cette recherche a été faite en utilisant le procédé à l'acrylonitrile comme étude de


cas. Un général méthodologie impliquant la modélisation des processus, la
génération d’alternatives de processus et incorporation d'objectifs multiples
l'optimisation a été formulée. L'acrylonitrile est fabriqué de Sohio Process qui
traite de la production d'acrylonitrile 200 tonnes / jour, dans un processus continu.
L’enquête documentaire a été faite et le processus Sohio a été sélectionné pour ce
travail académique. Les avantages relatifs de ce processus sont envisagées par
rapport à d’autres méthodes de fabrication le même.

Le Fabrication et le mécanisme d'ammoxydation du procédé propène est expliqué


en détail. Conception variée les paramètres sont pris en compte pour la conception
optimale d'un Réacteur à lit fluidisé et également colonne de distillation.
Conception structurelle pour le meilleur matériau de construction et les
possibilités d’aménagement de l’usine sont décrites dans ce projet. Dans Outre ces
points, le coût de production et peu de les stratégies de marketing sont incluses.

30
ISSAT Gabés

References bibliographique

[1] : Akshay Grover, Mohit Sharma, Divyanshu Patel, Shashwat Mitra,


Manufacture of Acrylonitrile, April 2012.

[2] : Deepa H. A , Anusha R , Asha P , ‘Evaluation on Production and Economics


of Acrylonitrile by Sohio Process’, ICRET - 2016 Conference Proceedings

[ 3] : Marie DEBACQ ,’ Distillation introduction au dimensionnement de


colonne’

[4] : wikipidea

31

Vous aimerez peut-être aussi