Vous êtes sur la page 1sur 7

Rapporter une idée, un fait

Rapporter, c’est faire le récit de ce qu’on a vu, ou entendu, ou  appris.

Pour rapporter une idée ou un fait, on peut employer :

-Verbes introducteurs : dire affirmer, assurer…


-Verbes d’opinion : penser, croire, trouver, voir…
-Prépositions : selon, d’après, pour…
-Expressions : à en croire, si l’on croit…

Une idée peut être rapportée de manière neutre, favorable ou défavorable.

 
Exemples :

Situation de communication Acte de parole

Selon mes voisines, les


Un voyageur informe un autre d’un
cambrioleurs auraient été
retard du train
arrêtés la main dans le sac.
Selon le haut-parleur le train
Une femme rapporte un vol qui a eu
de Casablanca serait en
lieu dans la rue.
retard ce soir.
Il s'imagine que seule la
un professeur d'histoire parle d'un
richesse est source de
monument historique
bonheur. Quelle erreur!
D'après la télévision, il y
Un chauffeur parle du climat qu’il
aurait beaucoup de brouillard
ferait sur l’autoroute.
sur l'autoroute.
Un homme ne partageant pas le point
D'après les archéologues, ces
de vue de son ami, nie que l’argent
ruines dateraient du Ve siècle.
fait le bonheur

 
Juger
 

Le jugement, c’est  l’appréciation, favorable ou défavorable, portée sur quelqu’un


ou sur quelque chose.
Pour exprimer un jugement positif, on emploie un vocabulaire mélioratif,
valorisant, laudatif, élogieux (ces mots sont synonymes et signifient : « qui donne
une image positive de quelqu'un ou de quelque chose »).
Pour exprimer un jugement négatif, on emploie un vocabulaire péjoratif,
dévalorisant, dépréciatif (ces mots sont synonymes et signifient : « qui donne une
image négative de quelqu'un ou de quelque chose. »)
Pour juger, on peut employer :
Jugement favorable Jugement défavorable

-Des verbes : je vous félicite, je vous admire, vous


m’impressionnez, je me prosterne devant vous, j’adore,
j’apprécie, je suis satisfait, je trouve bien que..., je me -Des verbes : je blâme…, je méprise…, vous m'écœurez,
réjouis que... etc. ; vous me dégoûtez, etc.
-Des adverbes : formidablement, exceptionnellement, -Des adverbes : lamentablement, lâchement, ridiculement,
magistralement, superbement, agréablement, bien, etc. ; dommage, etc.
-Des groupes nominaux : Toutes mes félicitations !, Mes -Des groupes nominaux : Quelle honte !, Quelle
compliments !, Toute mon admiration !, etc. ; médiocrité !, Quel scandale !, Quel désastre !, etc.
-Des adjectifs : exceptionnel, formidable, convaincant, -Des adjectifs : médiocre, scandaleux, horrible, sinistre,
beau, parfait, passionnant, somptueux, etc. laid, décevant, catastrophique, déplorable, etc.
-Des interjections : Bravo !, Oui !, Ah ! (dont le sens
dépend du contexte) 
 
Exemples :

Situation de communication Acte de parole

Un spectateur enchanté par la haute J’ai dû attendre l’autobus pendant des heures.
qualité d’un spectacle. C’était désagréable !

Une femme fascinée par la belle


Regardez cette villa. Comme elle est belle !
architecture d’une villa.

Une jeune fille exprime son dégoût pour


Il a copié sur son voisin. Ce n’est pas très beau !
un homme qui l’importune.

Des jeunes expriment leur joie après une On s’est bien amusés à la fête. Oui, c’était
fête. chouette !

Une femme exprime son Le spectacle était formidable ! en effet il m’a


mécontentement à cause d’un bus en beaucoup plu.
retard.

Un professeur mécontent d’un élève qui


Je n’aime pas cet homme. Il me casse les pieds.
triche.

Apprécier
 
Apprécier, c’est aimer, estimer quelqu'un, quelque chose, en faire cas, lui reconnaître du mérite, des qualités.
Pour apprécier, on peut employer : -Très bien !
-Je vous félicite -C’est bon !
-Toutes mes félicitations ! -C’est extraordinaire !
-Tous mes compliments ! -C’est vraiment merveilleux !
-Toute mon admiration ! -C'est formidable !
-Je vous admire -C'est fantastique !
-Vous m'impressionnez -C'est magnifique !
-Je suis content -C'est/c'était/ce serait (vraiment) excellent! super!
génial!
-Je suis fier
-C'est encore mieux/ plus beau que ce que je pensais !
-J’aime beaucoup …
-Ça m'a beaucoup plu !Ça me plairait beaucoup !
-J'adore...
-Ça fait un tabac !
-J’apprécie que…
-C’est hyper top !
-J’admire, j’aime…
-C’est super génial !
-J’ai beaucoup aimé
-C’est trop bien !
-Pas mal !
-C’est mortel ! -C’est tip top !
-C’est cool ! -Ça envoie du bois !
-C’est pas mal ! -Les exclamatifs : quel-quelle-quels-quelles...

Exemples :

Situation de communication Acte de parole

Un spectateur apprécie un film qu’il vient de


Tiens, il est joli ton appartement.
voir.

Un estivant exprime son soulagement après J’adore les grandes plages. J’aime
avoir pris sa douche. également bronzer et plonger.

Un touriste, émerveillé par la hauteur de la


Cette soupe sent bon ; elle est bien épicée.
Tour Eiffel, à sa femme.

Une femme apprécie une soupe qu’elle vient Admire cette Tour .Comme elle est haute!
de goûter chez une amie.

Un touriste apprécie une plage qu’il a trouvée Une douche après la plage, c’est bon.
grande.

Une femme apprécie l’appartement de sa


Le film était superbe. J’ai beaucoup aimé.
voisine.
Critiquer
 
Critiquer, c’est porter sur quelqu'un, quelque chose un jugement défavorable ou sévère en faisant ressortir les défauts,
les erreurs,
Pour critiquer, on peut employer : -J'ai trouvé ça décevant !
-Ce n’est pas terrible ! -C’est un peu moyen !
-Ça laisse à désirer ! -Ça ne casse pas des briques !
-Il n’y a pas de quoi être fier ! -C’est trop nul !
-Il ne fallait pas faire cela. -C’est un bide total !
-Tu n’aurais pas dû… -C’est complètement naze !
-Je désapprouve… -C’est pourri !
-Je condamne… -C'est une nullité !
-Je n'ai pas aimé... -C'est dégueulasse (familier – pour la nourriture)
-Ça ne m' pas plu ! -C’est  ennuyeux !
-C'était vraiment pas terrible ! -C’est mal !
-C'était ennuyant ! -C’est mauvais !
-C'était nul ! -C’est pire !
-Je suis déçu (e) ! -Bof !
-Je m’attendais à autre chose !

 
 
Exemples :

Situation de communication Acte de parole

Une dame dégoûtée par un plat, refuse


Je ne mangerai pas de ce plat. Il est dégueulasse!
de manger.

Je ne sais pas pourquoi le directeur a embauché


Un employé critique un collègue
ce mec, il ne sait pas travailler, il est vraiment
nouvellement embauché.
incompétent.

Un jeune critique un film qu’il n’a pas Je n'ai pas aimé le dernier film de . Je l'ai trouvé
beaucoup apprécié. ennuyeux.

Les peintres n’ont pas bien refait les murs avant de


Une femme critique les travaux de peindre. Ce n’est pas beau du tout, regardez ici,
peinture effectués dans sa maison. par exemple, on voit des bosses, le mur n’est pas
lisse.

Un locataire critique la concierge de son Ah ! Cette concierge, elle m’énerve ! Elle n’est
immeuble. jamais contente !

un passant gêné par des ordures et des Quelle odeur ! Au lieu de sentir la fleur, ça soulève
odeurs désagréables. les cœurs.

Question n°1Dans chacuns des champs vides, écrivez la bonne réponse.


"C'est une vérité, je (être)  la mauvaise étoile de mes parents. Du jour de ma naissance,

d'incroyables malheurs les (assaillir)  par vingt endroits. D'abord nous (avoir)  donc le client de

Marseille, puis deux fois le feu dans la même année(...), puis notre brouille avec l'oncle Baptiste,

puis un procès très coûteux avec nos marchands de couleurs, puis, enfin, la révolution de 18...,

qui nous (donner)  le coup de grâce.

À partir de ce moment, la fabrique ne (battre)  plus que d'une aile ; petit à petit, les ateliers

(se vider)  ; chaque semaine un métier à bas, chaque mois une table d'impression de moins.

C'était pitié de voir la vie s'en aller de notre maison comme d'un corps malade, lentement, tous

les jours un peu. Une fois, on n'(entrer)  plus dans les salles du second. Une autre fois, la cour du

fond (être)  condamnée. Cela (durer)  ainsi pendant deux ans ; pendant deux ans, la fabrique

(agoniser) . Enfin, un jour, les ouvriers ne (venir)  plus, la cloche des ateliers ne (sonner) pas, le

puits à roue (cesser)  de grincer, l'eau des grands bassins, dans lesquels on lavait les tissus,

(demeurer)  immobile, et bientôt, dans toute la fabrique, il ne (rester)  plus que M. et Mme

Eyssette, la vieille Annou, mon frère Jacques et moi ; puis, là-bas, dans le fond, pour garder les

ateliers, le concierge Colombe et son fils le petit Rouget.

C'était fini, nous étions ruinés.