Vous êtes sur la page 1sur 124

AHMED AHRICHE

Étude comparative des méthodes d'estimation de


canal à l'aide des pilotes dans les systèmes OFDM à
travers un canal multi-trajets

M é m o i r e présenté
à la Faculté des études supérieures de l'Université Laval
dans le cadre d u p r o g r a m m e de
maîtrise en génie électrique
pour l'obtention
d u grade de Maître ès sciences ( M . S e . )

FACULTE DES SCIENCES E T D E GENIE


UNIVERSITÉ LAVAL
QUÉBEC

2008

© A h m e d Ahriche, 2008
Résumé

Avec les progrès récents des c o m m u n i c a t i o n s numérique sans fil, le besoin d'une

grande vitesse de transmission de données s'impose. Le multiplexage par division en

fréquences orthogonales ( O F D M ) est une alternative d u c à sa robustesse contre les éva-

nouissements sélectifs en fréquence et sa résistance a u x interférences entre s y m b o l e s

(IES). qui est un p r o b l è m e c o m m u n dans la c o m m u n i c a t i o n de données à grande vi-

tesse. D a n s les systèmes O F D M , la m o d u l a t i o n peut être différentielle ou cohérente. La

m o d u l a t i o n cohérente exige l'estimation du canal et d o n n e de meilleures performances

mais avec une structure du récepteur relativement c o m p l e x e .

Les techniques d'estimation de canal p o u r les systèmes O F D M basées sur les s y m -

boles pilotes sont étudiées et c o m p a r é e s dans ce travail. Trois types d'arrangement des

symboles pilotes sont étudiés p o u r différents algorithmes d'estimation de canal aux fré-

quences pilotes. O n présente aussi différentes techniques p o u r interpoler le canal aux

fréquences de données. Les différents types d'arrangement des symboles pilotes utilisés

dans ce travail sont : l'arrangement en forme de b l o c , en forme de peigne et en forme

de treillis. L'estimation du canal aux fréquences pilotes est un p r o b l è m e critique dans

la c o n c e p t i o n d'un système O F D M , et est basée sur l'un des algorithmes suivants : LS,

LS modifié, L M M S E , L M M S E modifié et M L . Quant à l'interpolation de canal, elle est

faite en utilisant l'interpolation linéaire, l'interpolation du second ordre, l'interpolation

passe-bas, ou l'interpolation par splincs cubiques.

N o u s avons c o m p a r é les performances des divers algorithmes d'estimation en mesu-

rant le taux d'erreur par bit ( T E B ) et l'erreur quadratique moyenne ( E Q M ) , dans un

système utilisant les m o d u l a t i o n s M - Q A M traversant un canal à évanouissements par

trajets multiples de Rayleigh.


Abstract

W i t h récent progress in wircless digital c o m m u n i c a t i o n s , the necd for high speed

d a t a transmission is essential. O r t h o g o n a l frequency division multiplexing ( O F D M ) is

an interesting alternative due to its robustness against frequency sélective fading and

its résistance to intersymbol interférence (ISI), which is a c o m m o n p r o b l c m in d a t a

c o m m u n i c a t i o n s at high speed. In O F D M . m o d u l a t i o n may b c differential or cohérent.

W h c n using differential m o d u l a t i o n there is no necd for channcl estimation, but the

performance is inferior to the cohérent System. Cohérent m o d u l a t i o n requires channel

estimation which gives better performance but with a rclatively m o r e c o m p l e x receiver

structure. Pilot s y m b o l s arc used to achieve rcliable channcl estimâtes by transmitting

pilots along with d a t a s y m b o l s . In tins work, w c will analyze différent pilot patterns in

wircless O F D M Systems.

Channcl estimation techniques for O F D M Systems bascd on pilot s y m b o l s arc stu-

died and c o m p a r e d in tins work. T h r c c types of arrangement of the pilot s y m b o l s arc

studied for various algorithms to estimate the channcl at pilot frequencies. W e présent

various techniques t o intcrpolatc the channcl at d a t a frequencies. T h e various types of

arrangement of pilot s y m b o l s used in this work arc : block arrangement, c o m b arran-

gement and treillis arrangement. T h e estimate of the channcl at pilot frequencies is a

critical p r o b l c m in the design of an O F D M System. It is based on o n c of the following

algorithms : LS, modified LS, L M M S E , modified L M M S E and M L while the channcl

interpolation is m a d e b y using the lincar interpolation, the second order interpolation,

the low-pass interpolation, or the c u b i c splines interpolation.

W c c o m p a r e the performances of the various estimation algorithms by mcasuring

the bit error rate ( B E R ) and the m c a n square error ( M S E ) in a System using A / - Q A M

m o d u l a t i o n across a Raylcigh multipath fading channcl.


Avant-propos

Je voudrais exprimer mes sincères gratitudes à mes directeurs de recherche, le P r o -

fesseur Huu Tue H u y n h et le Professeur Paul Forticr, p o u r leurs conseils, appui et

encouragement dans toutes mes études de maîtrise et la préparation de ce travail de

recherche. Ils m'ont toujours donné des conseils perspicaces et une liberté suffisante

dans mes recherches.

Mes plus vifs remerciements s'adressent aux m e m b r e s du jury, à savoir le Profes-

seur Jean-Yves Chouinard et le Professeur D o m i n i c Grenier de l'Université Laval. Leurs

commentaires et suggestions sont très importants p o u r le d é v e l o p p e m e n t de ce travail

de recherche.

Le travail présenté dans ce m é m o i r e a été effectué au sein du laboratoire de radio-

c o m m u n i c a t i o n s et de traitement du signal ( L R T S ) de l'Université Laval. J'adresse mes

remerciements à tout le personnel, professeurs et étudiants et à tous c e u x qui m'ont

aidé de près ou de loin.

Je souhaite exprimer toute m a reconnaissance à l'état Algérien p o u r leur soutien

financier.

Je suis également endetté à tous les m e m b r e s de m a famille qui m'ont soutenu et

m'ont d o n n é leurs a m o u r constant tout le t e m p s , ils ont su m'aider et me soutenir

durant ces trois ans.


Table des matières

Résumé i

Abstract ii

Avant-propos iii

Table des matières iv

Liste des tableaux viii

Table des figures ix

A b r é v i a t i o n s et n o t a t i o n s 1

1 Introduction 4

2 Système O F D M 10

2.1 Principe de la m o d u l a t i o n multi-portcuscs 11

2.1.1 La chaîne de transmission O F D M 12

2.1.2 La transformée de Fourier discrète 13

2.1.3 L'orthogonalité 14

2.1.4 L'interférence entre symboles (IES) 15

2.1.5 L'interférence entre porteuses ( I E P ) 16

2.1.6 L'intervalle de garde 16

2.2 Génération du signal O F D M 18

2.3 Inconvénients de l ' O F D M 22

2.3.1 Le P A P R 22

2.3.2 Le décalage fréquent ici 23

2.4 Conclusion 24
3 Le canal de transmission 25

3.1 Caractéristiques du canal 25

3.1.1 La p r o p a g a t i o n radio mobile 25

3.1.2 Effet des trajets multiples 26

3.1.3 Effet D o p p l c r 26

3.1.4 B a n d e de cohérence 27

3.1.5 T e m p s de cohérence 28

3.2 M o d è l e s des canaux de c o m m u n i c a t i o n s 29

3.2.1 Canal invariant à bruit additif 30

3.2.2 Canal invariant à trajets multiples 30

3.2.3 Canal à trajets multiples variable dans le temps 31

3.2.4 Distribution de Rayleigh 32

3.3 L'entrelacement 33

3.4 Conclusion 35

4 Estimation du canal 36

4.1 A r r a n g e m e n t s des s y m b o l e s pilotes 37

4.2 L'estimateur LS 39

4.3 L'estimateur LS modifié ( L S M ) 39

4.4 L'estimateur L M M S E 40

4.5 L'estimateur L M M S E modifié ( L M M S E M ) 41

4.6 L'estimateur M L 43

4.7 L'interpolation 44

4.7.1 Interpolation linéaire (LI) 45

4.7.2 Interpolation du second ordre ( SO I) 45

4.7.3 Interpolation par splincs cubiques (SCI) 45

4.7.4 Interpolation passe-bas ( L P I ) 46

4.8 L'égaliseur Z F 46

4.9 Conclusion 47

5 Paramètres des simulations 48

5.1 Système O F D M 49

5.1.1 S c h é m a de m o d u l a t i o n 49

5.1.2 C o d a g e de Gray et normalisation 49

5.1.3 La transformée de Fouricr 50


5.1.4 N o m b r e de sous-porteuses 50

5.1.5 Intervalle de garde 50

5.1.6 Durée de s y m b o l e 51

5.1.7 Espacement entre sous-porteuses 51

5.2 Canal de transmission 52

5.2.1 Le profil des puissances des retards 52

5.2.2 L'algorithme de génération des enveloppes corrélées à évanouis-

sements de Rayleigh 53

5.2.3 Paramètres du canal utilisé 57

5.2.4 Résumé 59

5.3 Estimation de canal 60

5.3.1 Positionnement des s y m b o l e s pilotes 60

5.3.2 Arrangement des pilotes en forme de b l o c s 61

5.3.3 Arrangement des pilotes en forme de peigne 61

5.3.4 A r r a n g e m e n t des pilotes en forme de treillis . 62

5.3.5 L'égaliseur Z F 62

5.4 Critères d'évaluation 62

5.4.1 L'erreur quadratique moyenne ( E Q M ) 62

5.4.2 Le taux d'erreur par bit ( T E B ) 63

6 Résultats des simulations 64

6.1 Système O F D M 64

6.1.1 Schémas de m o d u l a t i o n 64

6.1.2 Intervalle de garde 65

6.2 Canal de transmission 66

6.2.1 Canal utilisé 66

6.2.2 Vitesse de déplacement 67

6.2.3 L'instant d'estimation 67

6.3 Estimation du canal 69

6.3.1 Le critère d'estimation M L 70

6.3.2 Le critère d'estimation LS modifié 72

6.3.3 Arrangement des pilotes en forme de b l o c s ( A P B ) 73

6.3.4 A r r a n g e m e n t des pilotes en forme de peignes ( A P P ) 79

6.3.5 Arrangement des pilotes en forme de treillis ( A P T ) . . . . . . . 88


6.3.6 C o m p a r a i s o n entre les différents types d'arrangements des s y m -

boles pilotes 95

6.3.7 Analyse de la c o m p l e x i t é de calcul 98

6.3.8 Conclusions et remarques 100

7 C o n c l u s i o n s et p e r s p e c t i v e s 103

Bibliographie 106
Liste des tableaux

5.1 Facteurs de normalisation utilisés 49

5.2 Paramètres utilisés dans nos simulations 59

6.1 Analyse de la c o m p l e x i t é de calcul des estimateurs d e canal à l'aide des

symboles pilotes en forme de blocs ( A P B ) 98

6.2 Analyse de la c o m p l e x i t é de calcul des différents algorithmes d'interpo-

lation du canal pour le cas avec des arrangements des symboles pilotes

A P P et A P T 99

6.3 Analyse de la c o m p l e x i t é de calcul des estimateurs de canal à l'aide des

symboles pilotes en forme de peignes ( A P P ) et en forme de treillis ( A P T ) . 99

6.4 E x e m p l e illustrant la différence en c o m p l e x i t é calculatoirc entre les dif-

férents critères pour les différents types d'arrangements des symboles

pilotes, p o u r 16 symboles O F D M envoyés successivement 100


Table des figures

2. 1 S c h é m a - b l o c d'un système O F D M 10

2.2 Le spectre d'un signal F D M (gauche) et celui d'un signal O F D M (droite). 11

2.3 S c h é m a - b l o c d'un système O F D M en b a n d e de base 12

2.4 Représentation de la nature orthogonale du spectre d'un signal O F D M . 15

2.5 L'intervalle de garde est rempli par les derniers symboles de la trame. . 16

2.6 Représentation temporelle et frcqucnticlle d u signal O F D M [22] 17

2.7 Représentation des canaux gaussions en parallèle 20

2.8 Puissance instantanée d'un signal O F D M 22

3.1 Effet D o p p l c r sur l'enveloppe de Raylcigh 27

3.2 Canal à bruit additif 30

3.3 Canal à trajets multiples 31

3.4 Canal à trajets multiples variable dans le t e m p s 32

3.5 Densités de probabilité des distributions de Raylcigh p o u r différentes

valeurs de la variance G 2
A 33

3.6 Effet de l'entrelacement sur la distribution des erreurs à travers le spectre. 34

4.1 Estimation et égalisation d'un canal dans un récepteur O F D M 36

4.2 Les trois types de base d'arrangement des pilotes p o u r l'estimation du

canal dans un système O F D M étudiés dans ce travail 38

4.3 S c h é m a - b l o c d'un estimateur de canal modifié de rang p 43

5.1 S c h é m a - b l o c du système O F D M en bande de base 48

5.2 M o d è l e d'un générateur d'enveloppe de Raylcigh 54

5.3 M o d è l e p o u r générer L enveloppes de Rayleigh dans un scénario en temps

réel 57

5.4 Représentation des cinq enveloppes de Raylcigh dans d e u x scénarios de

canal p o u r une durée de 0.15 ms 58


6.1 Influence du t y p e de m o d u l a t i o n utilisé 65

6.2 Influence de la longueur du préfixe cyclique 65

6.3 Influence de la mobilité sur un canal qui varié lentement, F m = 10 Hz. . 66

6.4 Influence de la mobilité sur un canal qui varie rapidement, F m = 560 Hz. 67

6.5 Effet de la vitesse de variation du canal de transmission 68

6.6 Effet du m o m e n t d'estimation du canal sur un canal qui varie lentement. 68

6.7 T a u x d'erreur par bit p o u r différentes valeurs du rang de l'estimateur M L . 70

6.8 Erreur quadratique m o y e n n e pour différentes valeurs du rang d'approxi-

mation /; de l'estimateur M L 71

6.9 T a u x d'erreur par bit pour différentes valeurs du rang d ' a p p r o x i m a t i o n

p de l'estimateur L S M 71

6.10 Erreur quadratique m o y e n n e pour différentes valeurs du rang d'approxi-

mation p de l'estimateur L S M 72

6.11 Les différents critères d'estimation de canal : LS, L S M . L M M S E et L M M -

S E M . p o u r un espacement temporel Kt = 4, 8 et 16 73

6.12 Effet de la vitesse de variation du canal p o u r les différents critères d'es-

timation LS. L S M , L M M S E et L M M S E M 74

6.13 Effet de la variation d u facteur K t sur les différents critères d'estimation. 75

6.14 Différence entre les critères d'estimation LS et L S M 76

6.15 Différence entre les critères d'estimation L M M S E et L M M S E M 77

6.16 Différence entre les critères d'estimation L S M et L M M S E M 78

6.17 Différence entre les critères d'estimation L S M et L M M S E M . pour les

d e u x c a n a u x 1 et 2 78

6.18 C o m p a r a i s o n entre les différentes m é t h o d e s d'interpolation (taux d'er-

reur par bit) 80

6.19 C o m p a r a i s o n entre les différentes m é t h o d e s d'interpolation (erreur qua-

dratique m o y e n n e ) 81

6.20 T a u x d'erreur par bit des différents critères d'estimation M L , LS, L S M ,

L M M S E et L M M S E M ( p o u r K f = 8, 16) 82

6.21 Erreur quadratique m o y e n n e des différents critères d'estimation M L , LS,

L S M , L M M S E et L M M S E M (pour Kf = 8, 16) 82

6.22 Effet du facteur Kf sur le critère d'estimation M L 83

6.23 Effet du facteur Kf sur les critères d'estimation LS et L S M 84

6.24 Effet du facteur K f sur les critères d'estimation L M M S E et L M M S E M . 85


6.25 C o m p a r a i s o n entre les critères d'estimation LS, L S M et M L 86

6.26 C o m p a r a i s o n entre les critères d'estimation L M M S E . L M M S E M et M L . 87

6.27 C o m p a r a i s o n entre les critères d'estimation L S M , L M M S E M et M L . . . 88

6.28 C o m p a r a i s o n entre les m é t h o d e s d'interpolation p o u r le critère d'estima-

tion L M M S E 89

6.29 T a u x d'erreur par bit des estimateurs M L . LS. L S M , L M M S E et L M M -

S E M . pour différentes valeurs de K\ et Kf 90

6.30 Différence entre les critères d'estimation LS. L S M et M L (effet du n o m b r e

de s y m b o l e s pilotes) . . . 91

6.31 Différence entre les critères d'estimation LS. L S M et M L (effet de la

mobilité du canal) 91

6.32 Différence entre les critères d'estimation L M M S E . L M M S E M et M L (effet

du n o m b r e de s y m b o l e s pilotes) 92

6.33 Différence entre les critères d'estimation L M M S E . L M M S E M et M L (effet

de la mobilité du canal) 93

6.34 Différence entre les critères d'estimation L S M , L M M S E M et M L (effet

du n o m b r e de s y m b o l e s pilotes) 94

6.35 Différence entre les critères d'estimation L S M , L M M S E M et M L (effet

de la mobilité du canal) 94

6.36 Effet de la mobilité du canal de transmission sur les différents types d'ar-

rangements des pilotes p o u r les critères d'estimation LS. L S M , L M M S E

et L M M S E M 96

6.37 Effet du taux d'insertion des symboles pilotes sur les différents types d'ar-

rangements des pilotes p o u r les critères d'estimation LS, L S M , L M M S E

et L M M S E M 97
Abréviations et notations

ADSL Ligne d ' a b o n n é numérique à débit asymétrique


APB Arrangement des s y m b o l e s pilotes en forme de blocs

APP Arrangement des s y m b o l e s pilotes en forme de peignes

APT A r r a n g e m e n t des s y m b o l e s pilotes en forme de treillis

CP Préfixe cyclique

DAB Diffusion audio numérique

DFT Transformée de Fouricr discrète

DVB-T Diffusion de vidéo numérique terrestre

EQM Erreur quadratique moyenne

FDM Multiplexage par division en fréquences

FFT Transformée de Fouricr rapide

IEP Interférences entre porteuses

IES Interférences entre s y m b o l e s

LMMSE Linéaire à erreur quadratique m o y e n n e minimale

LMMSEM Linéaire à erreur quadratique m o y e n n e minimale modifié

LS Moindres carrés

LSM Moindres carrés modifié

MIMO Entrées multiples et sorties multiples

ML Vraisemblance maximale

OFDM Multiplexage par division en fréquences orthogonales

PAPR R a p p o r t entre les puissances de crête et m o y e n n e

PDP Profil des puissances des retards

PSAM M o d u l a t i o n assistée par symboles pilotes

PSK M o d u l a t i o n par sauts de phase

QAM M o d u l a t i o n d'amplitude en quadrature


RIC R é p o n s e impulsionnelle du canal

SVD D é c o m p o s i t i o n en valeurs singulières

TEB T a u x d'erreur par bit

ZF Forçage à zéro

Variables utilisées

B Largeur de l^ande utilisée

B c
B a n d e de cohérence

E /N b 0 R a p p o r t entre énergie par bit et densité spectrale du bruit

F Matrice de la D F T

fc Fréquence porteuse

h Fréquence D o p p l e r

fm Fréquence D o p p l e r normalisée

F m
Fréquence D o p p l e r maximale

F s Fréquence d'échantillonnage

g R é p o n s e impulsionnellc du canal

H ( Matrice circulante du canal

li R é p o n s e fréquentiellc du canal

Kf Écart fréquentiel entre les sous-porteuses pilotes

K ( Écart temporel entre les symboles O F D M pilotes

L N o m b r e de trajets du canal

N N o m b r e de sous-porteuses

n k Bruit blanc additif gaussien

<\ N o m b r e d'échantillons dans l'intervalle de garde

N p N o m b r e de sous-porteuses pilotes dans un s y m b o l e O F D M

N s
N o m b r e d'échantillons dans un s y m b o l e O F D M

P Rang d'approximation

R P
T a u x d'insertion des symboles pilotes

S(T) Profil des puissances des retards

T c T e m p s de cohérence

T e m p s d'échantillonnage

T 9
Durée de l'intervalle de garde
71 Durée totale d'un s y m b o l e O F D M

T u Durée utile d'un s y m b o l e O F D M

a Facteur d'atténuation du canal

j3 Constante qui dépend de la constellation du signal

Af Écart fréquentiel entre deux sous-porteuses voisines

AF Décalage fréquentiel

7 R a p p o r t S N R moyen

À Longueur d ' o n d e transmise

v Vitesse de déplacement du récepteur

$ n n Densité spectrale de puissance du bruit

<y\ Variance du bruit additif

a T Étalement effectif (rms) des retards

T Retard de propagation

f Retard moyen

T 2
M o m e n t d'ordre 2 du retard

r m Etalement maximal de la R I C

9 Déphasage angulaire des trajets

Notations mathématiques

E{-} Espérance m a t h é m a t i q u e

Partie réelle

Partie imaginaire

x Scalaire

x Vecteur

X Matrice

(•)* Conjugué

Transposé

(•) H
Transposé c o n j u g u é

(•) Valeur estimée

(g) P r o d u i t de convolution
Chapitre 1

Introduction

D a n s une transmission de type série, les différents symboles sont transmis séquen-

tiellement les uns à la suite des autres. Or, les performances des systèmes séries sont

parfois sérieusement limitées, précisément dans un milieu à trajets multiples, où les

systèmes séries nécessitent l'utilisation de circuits d'égalisation c o m p l e x e s afin de lut-

ter contre l'interférence entre symboles (IES). Le débit binaire est alors limité par la

capacité des systèmes d'égalisation à suivre les variations du canal.

D'autre part, les systèmes parallèles consistent essentiellement à transmettre à bas

débit binaire sur un grand n o m b r e de sous-canaux, plutôt que de transmettre à haut

débit binaire sur une seule porteuse. À la fin des années 50, plusieurs chercheurs ont

p r o p o s é d'utiliser les systèmes de c o m m u n i c a t i o n s parallèles. Ces systèmes nécessitent

cependant la c o n c e p t i o n d'un b a n c de plusieurs modulateurs qui fonctionne en m ô m e

temps à des fréquences différentes. En raison de la c o m p l e x i t é de sa mise en œ u v r e , les

systèmes parallèles ont été abandonnés au profit des systèmes séries plus simples.

Il a fallu attendre les années 80 pour que les techniques parallèles fassent un retour

en force, grâce au d é v e l o p p e m e n t des technologies numériques de traitement de signal

et aux progrès récents des circuits électroniques et des technologies à haute densité

d'intégration [12, 20].

Un canal à trajets multiples présente une réponse fréquentielle qui n'est pas plate,

mais c o m p o r t a n t des creux (évanouissements) dus aux échos et réflexions du signal

transmis par les obstacles qui se trouvent dans l'environnement de transmission. Un

très grand débit i m p o s e une grande b a n d e passante et si cette b a n d e passante couvre


une partie du spectre c o m p o r t a n t des évanouissements, il peut y avoir perte totale de

l'information à la fréquence c o r r e s p o n d a n t e ; le canal est alors dit sélectif en fréquence.

D'autre part, lorsque les s y m b o l e s sont transmis successivement à haut débit dans un

canal sélectif en fréquence, il en résulte des interférences entre les symboles adjacents.

Ces distorsions sont c o m p l e x e s à corriger et font appel à des techniques d'égalisation

[11, 49]. P o u r remédier à ce désagrément, l'idée est de répartir l'information sur un

grand nombre de sous-portcuscs, créant ainsi des sous-canaux très étroits pour lesquels

la réponse fréqucntiellc du canal peut être considérée c o m m e constante. Ainsi, p o u r ces

sous-canaux, le canal est non-sélectif en fréquence, et s'il y a un évanouissement dans

la b a n d e utilisée, il n'affectera que certaines fréquences et le système peut récupérer

l'information perdue sur les autres fréquences porteuses qui n'auront pas été affectées.

T o u t cela favorise le choix des systèmes multi-porteuses et plus précisément de

l ' O F D M . Le principe de la m o d u l a t i o n O F D M consiste à diviser le signal que l'on

veut transmettre sur un grand n o m b r e de sous-porteuses [5, 10, 13, 14, 16]. P o u r que

les fréquences des sous-porteuses soient les plus proches possibles et ainsi transmettre un

m a x i m u m d'information sur une bande de fréquences donnée, l ' O F D M utilise des sous-

porteuses orthogonales entre elles. Pour cela, les signaux des différentes sous-porteuscs

se chevauchent mais, grâce à l'orthogonalitc, n'interfèrent pas entre elles. 1

Les premiers schémas des systèmes O F D M ont été présentés par C h a n g [1] et Saltz-

berg [2]. Et puis, C h a n g et G i b b y [3], Weinstein et Ebcrt [5], Pelcd et Ruiz [8], Hirosaki

[9], Cimini [10], et Le F l o c h et Castclain [13] ont démontré par leurs travaux que les sys-

tèmes parallèles permettent d'obtenir de très bonnes performances. Le système O F D M

que nous décrirons dans ce travail utilise la transformée de Fouricr discrète ( D F T ) avec

un préfixe cyclique. La transformée de Fouricr rapide ( F F T ) est utilisée pour réaliser

la D F T et le préfixe cyclique p o u r remplir l'intervalle de garde. Ces deux paramètres

ont rendu l ' O F D M pratique et attrayant [56]. L ' O F D M est souvent motivé par deux

de ses nombreuses particularités : on le considère c o m m e spectralcmcnt efficace et on

peut simplifier considérablement l'égalisation des canaux dispersifs à évanouissements

sélectifs en fréquence [47, 56].

Bien que cette technique de m o d u l a t i o n résolve le p r o b l è m e de la sélectivité en

fréquence dans un canal de transmission à trajets multiples, elle n'élimine pas l'éva-

nouissement introduit à cause de la combinaison destructive des trajets multiples [29].

Ainsi, on doit faire face à deux phénomènes d'interférence : l'interférence entre s y m b o l e s


(IES) que l'on corrige grâce à l'insertion de l'intervalle de garde, et l'interférence entre

porteuses ( I E P ) que Ton corrige grâce â un c o d a g e approprié [24, 28].

L ' O F D M est un p r o c é d é de m o d u l a t i o n qui est utilisé entre autres p o u r les systèmes

de transmissions mobiles à haut débit. Il est particulièrement bien adapté aux c a n a u x

de transmission radio avec trajets multiples. En effet, lorsqu'ils se c o m b i n e n t , les tra-

jets multiples modifient et m ô m e détruisent le signal émis et font (pic le m ô m e signal

est reçu plusieurs fois avec des retards spécifiques [24, 28]. C'est p o u r q u o i on retrouve

cette technique de m o d u l a t i o n dans les normes de diffusion audio numérique ( D A B ) , 1

de télévision numérique terrestre ( D V B - T ) . de c o m m u n i c a t i o n s numériques â hauts


2

débits ( A D S L ) , ainsi que dans les réseaux sans fil tels que la norme américaine I E E E -
3

802.11 ( W i F i ) et son équivalent européen H i p c r L A N / 2 . O n la retrouve également dans

les standards d'accès sans fil à bande large tel que la n o r m e 802.16 ( W i M A X ) d ' I E E E .

Enfin l ' O F D M s'adapte parfaitement aux c o m m u n i c a t i o n s mobiles sans fil, et semble

incontournable p o u r le futur standard de quatrième génération, où il est n o t a m m e n t

question de l'associer aux systèmes mufti antennes [55, 66].

D a n s les systèmes de c o m m u n i c a t i o n s , la m o d u l a t i o n utilisée peut être classifiéc

en tant que différentielle ou cohérente. P o u r le cas différentiel, l'information est c o d é e

par la différence entre les s y m b o l e s consécutifs ; ainsi on n'a pas besoin de détecter

les atténuations des sous-porteuses et aucune estimation de canal n'est exigée [25, 27].

C e p e n d a n t , ce cas de figure limite le n o m b r e de bits par symbole et donne une perte en

S N R de 3 clB c o m p a r é â la m o d u l a t i o n cohérente [25]. Le sacrifice en performance lié

à ce genre de m o d u l a t i o n est souvent m o t i v é par sa structure de récepteur simple qui

évite l'utilisation des symboles pilotes. C e p e n d a n t , si les sous-porteuses sont m o d u l é e s

avec cohérence, l'estimation des atténuations du canal p o u r chaque sous-porteuse est

nécessaire pour les utiliser dans l'égaliseur de canal. En plus, la m o d u l a t i o n cohérente

permet l'utilisation de constellations arbitraires, en permettant un débit binaire b e a u -

c o u p plus élevé que la m o d u l a t i o n différentielle et une meilleure efficacité [25, 57].

D a n s un environnement sans fil, le canal est b e a u c o u p plus imprévisible q u ' u n canal

filairc en raison d'une combinaison de facteurs tels que les trajets multiples, le décalage

(offset) frequentiel, et le bruit de phase. Ceci donne naissance à des distorsions aléa-

toires en amplitude et en phase du signal pendant qu'il traverse le canal. Ces distorsions

1
Digital A u d i o Broadcasting
2
D i g i t a l V i d e o Broadcasting terrestrial
3
A s y n c h r o n o u s Digital Subscriber Line
changent avec le t e m p s . Le but de l'estimation du canal est d'essayer de suivre les varia-

tions de la réponse du canal en envoyant périodiquement des symboles pilotes connus,

ce qui permet de caractériser la réponse du canal à ce m o m e n t - l à . Cette information

pilote est utilisée c o m m e référence pour l'estimation du canal. Cette dernière peut alors

être utilisée par un égaliseur pour corriger les distorsions des données reçues de sorte

qu'elles puissent être correctement démodulées.

L a technique d'estimation de canal à l'aide des s y m b o l e s pilotes est utilisée p o u r

réaliser des estimations fiables en miiltiplcxant des s y m b o l e s pilotes aux symboles de

données [26]. Le récepteur estime les atténuations du canal et les rotations de phase aux

positions des s y m b o l e s pilotes, et c o m p e n s e l'effet du canal aux positions des s y m b o l e s

de données. Un canal à évanouissement exige un suivi constant, ainsi l'information pi-

lote doit être envoyée plus ou moins continuellement. Les symboles pilotes sont transmis

à certaines positions dans la grille temps-fréquence du système O F D M .

L'émetteur utilise certaines porteuses pilotes dans quelques symboles particuliers

p o u r transmettre des données connues (pilotes). La réponse impulsionnelle du canal

peut être estimée, étant donnée la connaissance des signaux transmis et reçus, en uti-

lisant l'un des critères suivants : L S 4


qui est le plus simple, L S M qui est une version

modifiée de LS, L M M S E 5
qui est plus précis mais en m ô m e temps très c o m p l e x e p o u r

des applications pratiques, L M M S E M qui est une version modifiée de L M M S E avec une

c o m p l e x i t é m o d é r é e et enfin le critère à vraisemblance maximale M L . ()

D a n s ce m é m o i r e , nous analysons les différents m o d è l e s d'arrangements des pilotes

dans un système O F D M sans fil. Les trois types d'arrangement des sous-portcuscs pi-

lotes utilisées dans ce travail sont : l'arrangement en forme de b l o c qui utilise toutes

les sous-porteuscs en tant que pilotes dans quelques trames O F D M , l'arrangement en

forme de peigne qui utilise quelques sous-portcuscs en tant que pilotes dans chaque

trame O F D M et enfin, l'arrangement en forme de treillis qui utilise quelques sous-

porteuses en tant que pilotes dans quelques trames O F D M . Les questions qui ont été à

l'origine de ce travail sont :

1. Quelle est le meilleur critère d'estimation du canal pour transmettre le m a x i m u m

d'information à travers un canal à propagation par trajets multiples avec des

évanouissements de Raylcigh ?

2. C o m b i e n de sous-portcuscs pilotes par trame O F D M sont nécessaires p o u r une

4
L e a s t Square
5
L i n e a r Minimum Mean Square Error
' ' M a x i m u m Likelihood
estimation efficace? Quelles sous-porteuses devraient être utilisées en tant que

sous-portcuscs pilotes ?

3. Quel m o d è l e d'arrangement des pilotes est meilleur (pie les a u t r e s ? Et quel est

l'impact du choix des sous-porteuses pilotes sur la qualité d ' e s t i m a t i o n ?

4. Faire une c o m p a r a i s o n entre les trois types d'arrangement des sous-porteuses pi-

lotes ( b l o c , peigne et treillis) en terme de performance.

5. Faire une c o m p a r a i s o n entre les différents critères d'estimation de canal en terme

de performance et de c o m p l e x i t é de calcul.

A u cours de ce travail, on tente de répondre à ces questions en se basant sur les

résultats obtenus par nos simulations, de sorte que d'une part 1 espacement entre les

sous-porteuses pilotes soit assez petit pour permettre d'avoir des estimations de canal

fiables, et d'autre part il ne faut pas qu'il soit trop grand pour ne pas diminuer l'efficacité

de la transmission.

C e m é m o i r e est organisé c o m m e suit. Dans le deuxième chapitre, nous dérivons

les principes généraux de la technique de multiplexage par division en fréquences or-

thogonales ( O F D M ) q u ' o n p r o p o s e afin de faire face aux évanouissements par trajets

multiples, et nous voyons c o m m e n t produire les signaux O F D M à l'aide de l'algorithme

F F T . Ensuite, nous discutons de l'utilité de l'intervalle de garde utilisé c o m m e protec-

tion contre les interférences entre symboles, et de l'orthogonalité utilisée pour c o m b a t t r e

les interférences entre sous-porteuses. En dernier lieu, un aperçu sur les inconvénients

des systèmes O F D M ( P A P R 7
et décalage (offset) de fréquence) est présente.

Le troisième chapitre est consacré au canal de transmission. Nous rappelons les ca-

ractéristiques du canal radio m o b i l e tels que le temps et la bande cohérence, l'effet

D o p p l c r et l'effet des trajets multiples. Nous discutons aussi des différents modèles des

c a n a u x de c o m m u n i c a t i o n s p o u r caractériser le milieu de propagation. Nous parlons de

la distribution de Raylcigh choisie c o m m e m o d è l e pour caractériser l'effet des évanouis-

sements du canal. Enfin, nous d o n n o n s aussi un aperçu sur la technique d'entrelacement

qui représente une forme de diversité des bits transmis afin d'éviter l'effet des erreurs

groupées engendrées par les évanouissements du canal de transmission.

Le chapitre quatre décrit les opérations au récepteur telles (pie les différentes tech-

niques d'estimation de canal à l'aide des symboles pilotes. Les différentes formes d'ar-

rangements des pilotes sont présentés à savoir : l'arrangement en forme de blocs, en

' P e a k to Average Power Ratio


forme de peignes et en forme de treillis. Ensuite, nous discutons des différents critères

d'estimation et d'interpolation de canal. Ce chapitre se termine par une brève descrip-

tion de l'égaliseur Z F .

Le chapitre cinq est consacré aux paramètres des simulations ainsi q u ' a u x différentes

étapes suivies par notre simulation. Nous parlons des différents paramètres choisis, que

ce soit p o u r le système O F D M ou pour le canal de transmission. Pour ce dernier nous

avons choisi un m o d è l e de Tran et al. [65] qui est un m o d è l e modifié basé sur le m o d è l e

de Y o u n g et Bcaulicu [46].

Le chapitre six présente tous les résultats obtenus et c o m p a r e les différentes tech-

niques étudiées au cours de ce travail.

Le chapitre sept, dernier chapitre de ce mémoire, présente la conclusion de ce travail

et d o n n e de futures perspectives.
Chapitre 2

Système O F D M

D a n s ce chapitre, nous nous intéressons à une technique de m o d u l a t i o n multi-

porteuses particulière, qui est le multiplexage par division en fréquences orthogonales

( O F D M ) . Cette technique divise une large bande de fréquences en plusieurs sous-bandes

ou sous-portcuscs, et l'orthogonalité qui la caractérise autorise un certain recouvrement

spectral entre les sous-porteuses, ce qui augmente l'efficacité spectrale du système. La

division de la bande passante en N sous-bandes implique que la transmittance de chaque

sous-bande est presque plate ( p o u r v u que N soit suffisamment g r a n d ) , ce qui explique

la robustesse de cette technique de m o d u l a t i o n en présence des canaux sélectifs en fré-

quence. N o u s résumons les différentes étapes d'une transmission O F D M par le schéma

b l o c de la figure 2.1, avec C P qui indique le préfixe cyclique, et S / P et P / S qui repré-

sentent les conversions série-parallèle et parallèle-série, respectivement.

...
S/P IDFT CP P/S

Canal

F l G . 2.1 - S c h é m a - b l o c d'un système O F D M .


C e p e n d a n t , la technique O F D M présente le désavantage d'avoir une grande sen-

sibilité aux décalages (offsets) fréqucnticls ainsi que la p r é s e n c e d e p i e s d e puissance

( P A P R ) clans le signal transmis.

2.1 Principe de la modulation multi-porteuses

La technique simple de multiplexage par division de fréquence ( F D M ) à deux incon-

vénients principaux, le premier étant une basse efficacité spectrale et le second étant

une difficulté technologique de mettre en application un grand nombre de filtres assortis

(un pour chaque fréquence p o r t e u s e ) . Par conséquent, p o u r éviter le premier inconvé-

nient, nous utilisons une autre solution qui consiste à tolérer un chevauchement entre

les spectres des signaux émis ( c o m m e indiqué sur la figure 2.2), à condition que l'ortho-

gonalité entre les sous-porteuses soit satisfaite, ce qui garanti l'absence d'interférence

entre les différentes porteuses [10, 14, 56].

Le principe des modulations multi-porteuses est de transmettre simultanément plu-

sieurs s y m b o l e s en parallèle. En modulant sur /V sous-porteuses, il est possible d'utiliser

des s y m b o l e s A' fois plus longs tout en conservant le m ê m e débit qu'avec une m o d u l a t i o n

m o n o - p o r t e u s e . En choisissant une valeur assez grande p o u r A', la durée des symboles

devient grande devant l'étalement des retards du canal, et les perturbations lices aux

échos deviennent négligeables [22].

P o u r que le signal modulé ait une grande efficacité spectrale, il faut que les fréquences

des porteuses soient les plus proches possibles, tout en garantissant que le récepteur soit

capable de les séparer et de retrouver le s y m b o l e numérique émis sur chacune d'entre

FiG. 2.2 - Le spectre d'un signal F D M (gauche) et celui d'un signal O F D M ( d r o i t e ) .


elles, d ' o ù la nécessité d'utiliser des porteuses orthogonales. Ceci est vérifié si le spectre

d'une sous-porteuse est nul aux fréquences centrales des autres sous-porteuses [43. 47].

La b a n d e spectrale B allouée à la transmission est partagée entre les différentes

sous-porteuses, et ainsi chaque sous-porteuse peut o c c u p e r une bande de fréquence in-

férieure à la bande de cohérence du canal B . c Néanmoins, la condition d'orthogonalité

n'est plus maintenue à rentrée du récepteur, en raison de l'interférence entre s y m b o l e s

(IES) et de l'interférence entre porteuses ( I E P ) , résultant des trajets multiples du ca-

nal de transmission. L'implômentation d'un intervalle de garde entre chaque s y m b o l e 1

O F D M transmis résout ce problème avec une petite perte d'énergie de transmission

[10. 24, 56].

2.1.1 La chaîne de transmission O F D M

Le synoptique de la figure 2.3 illustre les différents m o d u l e s qui c o m p o s e n t la chaîne

de transmission O F D M . Le modulateur M - Q A M transforme les données binaires b de t

durée T b) en symboles complexes X k de durée T q = l o g M T , où M est la taille de


2 b

la constellation de la m o d u l a t i o n Q A M utilisée. Le convertisseur série-parallèle dispose

les s y m b o l e s Xk en groupes (trames) de N symboles, la durée d'une trame T u est N

Ajout
du
Générateur Modulateur préfixe
S/P IFFT
de données M-QAM cyclique

Canal
J

y \

Suppression
Démod ulateur Données
du préfixe S/P FFT reçues
cyclique P/S M-QAM

FlG. 2.3 S c h é m a - b l o c d'un système O F D M en bande de base.


;

fois plus grande que la durée d'un symbole en série T . Par conséquent, l'effet de canal
q

devient moins nuisible. En appliquant ensuite une transformée de Fourier inverse, on

obtient la trame ( s y m b o l e ) O F D M . L ' I F F T est utilisée afin de transformer le spectre du

signal O F D M au d o m a i n e temporel pour la transmission à travers le canal. Un préfixe

cyclique de durée T ;/ copie les N g derniers symboles de la trame O F D M . et les ajoute

ensuite au d é b u t de la trame. A p r è s conversion parallèle-série, on obtient enfin le s y m -

bole O F D M . qui contient A ,T


S = N + N g symboles de durée totale T = T + T
s u g que l'on

transmet à travers un canal à évanouissements de Raylcigh.

À la réception, les opérations inverses sont réalisées, c o m m e n ç a n t par la suppression

du préfixe cyclique. la d é c o m p o s i t i o n spectrale des échantillons reçus calculée en uti-

lisant l'algorithme F F T , et enfin la d é m o d u l a t i o n pour retrouver les données binaires

transmises. O n note que dans cette figure on n'a pas mentionné les blocs de c o d a g e et

d'entrelacement en émetteur ainsi que le décodeur et le cléscntrelaccur au récepteur.

2.1.2 La transformée de Fourier discrète

A u tout début de l'utilisation des systèmes parallèles, les opérations de m o d u l a -

tion et de d é m o d u l a t i o n nécessitaient plusieurs banques d'oscillateurs pour générer les

fréquences porteuses nécessaires p o u r la transmission des sous-portcuscs. Puisque cela

s'est avéré difficile à accomplir, la représentation a été considérée c o m m e infaisable.

G r â c e au travaux de Weinstcin et Ebert [•")]. la transformée de Fourier, en particulier

l'algorithme de la transformée de Fourier discrète, a éliminé la c o m p l e x i t é initiale du

schéma O F D M . La transformée de Fourier et son inverse sont utilisés pour mettre en

application les processus de m o d u l a t i o n et de d é m o d u l a t i o n des systèmes O F D M .

D a n s les systèmes numériques, la forme traditionnelle de la transformée de Fourier

est remplacée par la transformée de Fouricr discrète ( D F T ) . La D F T d'un signal x(n)

est définie c o m m e suit :

N-\

X{k)=Yl \ ^ ~ l x n e J2irkn,h
<k < N (2.1)
et son inverse associé I D F T est dénoté par :

•^^^E !^^' 1
1 <n < N (2.2)
K=0
où N représente la taille de la D F T / I D F T .

L a matrice de la D F T est c o m p o s é e d'exponentielles c o m p l e x e s . Elle est définie

c o m m e suit :

1 1 1
e-j2*/N -J2IT2/N e-j2rc(N^l)/N

-j2n2/N -J2TT4/N ~j2*2(N-l)/N


fi e
(2.3)

1 e-j2*(N-l)/N e-j2*2(N-l)/N . . . e-j2ir(N-l)(N-l)/N

C e p e n d a n t , p o u r les systèmes O F D M , une autre forme de la D F T est utilisée, appelée

la transformée de Fourier rapide ( F F T ) , qui est un algorithme de D F T d é v e l o p p é en

1965 [58]. Cette transformée rapide réduit considérablement le t e m p s de calcul.

Complexité d'implémentation

L'algorithme^ D F T à N points requiert au total N 2


multiplications c o m p l e x e s . Bien

sûr, des additions sont nécessaires, mais puisque la c o m p l e x i t é matérielle d'un addition-

neur est significativement moindre que celle d'un multiplicateur, seules les opérations de

multiplication sont retenues p o u r la comparaison. Par contre, l'algorithme F F T réduit

considérablement la c o m p l e x i t é de calcul. En plus, si N est une puissance de 2. l'utili-

sation de l'algorithme radix-2 ne requiert que (N/2) log (N)


2 multiplications c o m p l e x e s

[12]. Ainsi, p o u r N = 16, l'algorithme D F T requiert 256 multiplications c o m p l e x e s

contre seulement 32 p o u r l'algorithme F F T .

L'algorithme radix-4 applicable à des nombres N puissances de 4 permet de réduire

encore le n o m b r e d'opérations complexes [12]. Ceci explique le choix du n o m b r e de

sous-porteuses utilisées dans les standards : N = 64, 256, 1024, . . . .

2.1.3 L'orthogonalité

L a différence fondamentale entre les différentes techniques classiques de m o d u l a t i o n

multi-porteuses et l ' O F D M est que cette dernière autorise un recouvrement spectral

entre ces sous-portcuscs, ce qui permet d'augmenter sensiblement leur nombre. C e p e n -

dant, p o u r que ce recouvrement n'ait pas d'effet néfaste, les porteuses doivent respecter
F l G . 2.4 - Représentation de la nature orthogonale d u spectre d'un signal O F D M .

une contrainte d'orthogonalité [43, 47].

Un signal O F D M peut s'écrire sous la forme :

N-l

o ù les éléments X ^ n sont les symboles à émettre à l'instant n sur la k ieme


sous-porteuse,

fk =
/ o + k A / , avec Jq représentant la fréquence de la sous-porteuse originale et ])• la

fréquence de la sous-porteuse d'indice k, Af représente l'écart fréquenticl entre d e u x

sous-porteuses voisines et N indique le nombre de sous-porteuses.

Si on pose que :

alors, les sous-porteuses doivent vérifier la condition d'orthogonalité suivante :

F MO dt = F e ^ V -i*f.
e tdt = ( °' s i
>i ( 2 5 )

Jo Jq [1, si p = q

C o m m e vu sur la figure 2.4, quand n ' i m p o r t e quelle sous-porteuse particulière atteint

l'amplitude maximale, les sous-portcuscs restantes sont à zéro.

2.1.4 L'interférence entre symboles (IES)

D a n s un environnement à trajets multiples, un s y m b o l e transmis prend différents

retards p o u r arriver au récepteur par différents chemins de propagation. D u point de


vue du récepteur, le canal présente une dispersion temporelle dans laquelle la durée du

s y m b o l e reçu est étalée. Prolonger la durée de s y m b o l e fait chevaucher le s y m b o l e reçu

courant avec les s y m b o l e s reçus p r é c é d e m m e n t , ce qui d o n n e naissance à l'interférence

entre symboles (IES) [49].

2.1.5 L'interférence entre porteuses (IEP)

D a n s les systèmes O F D M , les spectres des sous-portcuscs se recouvrent mais d e -

meurent o r t h o g o n a u x entre eux. Ceci signifie qu'au m a x i m u m de chaque spectre de

s o u s - p o r t c u s c , tous les spectres des autres sous-porteuses sont nuls [47]. L'interférence

entre porteuses ( I E P ) est causée par la présence des symboles de données d'une sous-

porteuse sur les sous-porteuses adjacentes.

L ' I E P se produit aussi quand le canal à trajets multiples change pendant la durée

d'un s y m b o l e O F D M [42]. Q u a n d ceci se produit, les effets Doppler sur chaque trajet

causent un décalage de fréquence, ayant pour résultat la perte d'orthogonalité.

2.1.6 L'intervalle de garde

Il peut subsister une légère interférence entre deux symboles O F D M transmis suc-

cessivement. Pour s'en affranchir, il est possible d'ajouter un intervalle de garde entre

ces d e u x symboles. P o u r que cet intervalle de garde soit efficace, sa durée doit être au

moins égale à la durée supérieure de l'étalement des retards non négligeable du canal.

Ainsi les derniers échos d u premier s y m b o l e O F D M auront lieu durant cet intervalle, et

Dernière
Préfixe
partie du
cyclique symbole

TS

F l G . 2.5 - L'intervalle de garde est rempli par les derniers symboles de la trame.
Sous-canaux
Intervalles de garde

Y /1 V »
\

Symboles
/
Fréquence

A
Transformée de
Fourier Rapide

Temps

FlG. 2.6 Représentation temporelle et fréquentiellc du signal O F D M [22].

le s y m b o l e O F D M suivant ne sera plus perturbé.

L'insertion d'une période de garde entre les symboles O F D M successifs éviterait

LIES dans un environnement dispersif. mais elle n'évite pas la perte de l'orthogonalité

entre les sous-portcuscs. Pclcd et Ruiz [8] ont résolu ce problème avec l'insertion d'un

préfixe cyclique, c'est-à-dire, remplir l'intervalle de garde avec les derniers s y m b o l e s

de la trame O F D M . c o m m e montré sur la figure 2.5. Par conséquent, l'égalisation au

récepteur devienne très simple.

Entre la durée clc s y m b o l e , la durée utile et l'intervalle de garde s'instaure d o n c la

relation suivante :

(2.6)

L'utilisation d'un préfixe cyclique a l'inconvénient d'exiger de transmettre plus

d'énergie, car il faut maintenant transmettre N s échantillons au lieu de N. Cette perte

peut être minimisée en choisissant une durée de symbole T u b e a u c o u p plus longue que

la durée du préfixe cyclique T.


g

La figure 2.6 d o n n e une représentation temporelle et fréquentiellc d u signal O F D M

utilisant un intervalle de garde. Dans cette représentation les symboles se chevauchent

dans le d o m a i n e fréquentiel et ils sont séparés par un intervalle de garde dans le d o m a i n e

temporel [22].
2.2 Génération du signal OFDM

D a n s les premiers systèmes multi-porteuses. une des difficultés majeures rencontrées

lors de leur réalisation était la c o m p l e x i t é de l'équipement requis à la m o d u l a t i o n et à

la d é m o d u l a t i o n des différentes sous-porteuses. A u début des années 7 0 , E b c r t et W e i n -

stein [5] ont c o n ç u un système parallèle en utilisant la transformé d e Fourier discrète

( T F D ) . A u j o u r d ' h u i , avec les progrès des technologies numériques, de tels circuits sont

désormais techniquement et é c o n o m i q u e m e n t réalisables [25. 29, 3 8 ] .

Soient X N les s y m b o l e s de données ayant des valeurs c o m p l e x e s prises dans un al-

phabet fini selon la constellation de la m o d u l a t i o n choisie, T s représente la durée d ' u n

s y m b o l e (trame) O F D M , et les N sous-porteuses sont distantes de A / . Les s y m b o l e s

d'entrée X N sont organisés en blocs de taille N x 1. Le k îeme


b l o c est donné par :

Xfc = [A/^o, A f c i l , • • •,A^7v-i] r


(2.7)

Dans ce qui suit, o n o m e t l'indice k pour la simplicité, avec l'application de l ' I D F T au

b l o c de symboles X . on obtient le vecteur :

x FX
H
[./•„../•,.••• ,x -!] N
T
(2.8)

où F désigne la matrice D F T de taille N x A , donnée par la relation ( 2 . 3 ) . L a matrice F H

désigne d o n c l'opération inverse ( I D F T ) , avec ( - ) H


qui indique le transposé c o n j u g u é .

Dans les systèmes O F D M , c'est l'ajout d'une extension cyclique à chaque b l o c qui

permet de prendre en c o m p t e le c o m p o r t e m e n t sélectif du canal. A partir du vecteur x

de taille A x 1, on forme un nouveau vecteur x de taille N s x 1, tel que :

X = [:ï-yv-/v , • * * , £ j v - 1 , £ 0 j £ 1 j ' * '


9 > N-l]
x
(2-9)

Soit h = [ / i , / ? i , -
0
- -
,^l-i] T
et n = [no,rai,** - , ^ v - i ] , la réponse impulsionnelle
T

du canal et le bruit A W G N . respectivement. O n peut d o n c définir :

H = D F T a t (h) = F h et N = F n (2.10)

A u récepteur, le vecteur reçu est donné par :

y x h I n (2-11)

où (g) d é n o t e l'opération de convolution.

O n supprime le préfixe cyclique, d o n c les N g premiers s y m b o l e s qui contiennent de


1 interférence entre les blocs sont supprimés, c'est-à-dire :

y = \yN ,yN +i-


a a VN+N -I Q
(2.12)

Sous la supposition que les interférences sont complètement éliminés, on peut dériver

le vecteur reçu y de taille N x 1 c o m m e suit :

y = H x + n (2.13)

où H est une matrice de taille N x 7V , qui représente l'effet du canal. Elle est d o n n é e
S

par :
• 0 0

• 0 0

H h -\
L h -
L 2
2.14)

0 0 0

• ho 0

0 0

Puisque les N g premiers éléments de x sont identiques aux N g derniers, on peut

écrire :
y = H x + n c (2.15)

où H c est une matrice de taille A' x A', obtenue à partir de (2.14), en superposant les

Ng premières colonnes aux N g dernières, ce qui donne :

0 h .yL

/il ho 0

0 /lL-1
H c = h -i
L h_
L 2
0 0 (2.16)

0 hL-i

h - L 2 ho 0

0 0 hL-i hi ho

H c étant une matrice circulante, on peut exprimer sa d é c o m p o s i t i o n en valeurs propres

c o m m e suit :
H c = F H F (2.17
avec la matrice H qui contient dans sa diagonale la réponse fréquentiellc du canal. Elle

est donnée par :


r
H 0 0 • • • 0

( ) / / ! • • • 0
H (2.18)

0 0 H -\N

ou
L-l
•j2Trkm/N
(2.19)
m=0

En d'autres m o t s , H contient sur sa diagonale la D F T à N points de la réponse hnpul- 1

sionnclle du canal. O n peut écrire le signal reçu c o m m e :

y = H x + n
c

= F^HFx + n
2.20)
F " H F F " X + n

- F w
H X + n

Pour retrouver les symboles émis, o n applique la D F T au vecteur y . ce qui d o n n e :

Y = Fy

= F F H X + F n 2.21

= H X + N

ou sous la forme scalaire suivante :

Yk = HX k k + N, k fc = l,- V '2.22)

En résumé, l'utilisation du préfixe cyclique transforme la convolution linéaire tra-

ditionnelle en une convolution circulaire, qui se traduit par la présence d'une matrice

no

h -i
N n -iN

XN-\ VN-I

FlG. 2.7 - Représentation des canaux gaussions en parallèle.


circulante dans le m o d è l e du signal reçu. C o m m e le montre l'équation ( 2 . 2 2 ) , cette tech-

nique p e r m e t de d é c o u p e r un canal sélectif en fréquence en un ensemble de N c a n a u x

gaussions parallèles (un gain c o m p l e x e suivi par un bruit blanc additif gaussien), c o m m e

montré sur la figure 2.7. Chacun de ces canaux à un évanouissement plat avec un gain

Hk, c'est-à-dire une des valeurs de la D F T à N points de la réponse impulsionncllc du

canal.

L'équation (2.22) montre que l'on peut égaliser très facilement en multipliant chaque

sortie clc la D F T par le coefficient H7 l


correspondant. C e p e n d a n t , selon la valeur de

Hk, la transmission sur une sous-bande est dite bonne ou mauvaise. 1

Exemple

Pour simplifier le c o n c e p t , on choisit un exemple où TV = 4 sous-portcuscs et L =

2 trajets. Ainsi après passage dans le canal à trajets multiples, sans c o m p t e r l'effet d u

bruit additionnel, le symbole O F D M reçu est donné par la convolution entre h et x .

Sous forme matricielle, ceci devient :

2/o " h 0 0 0 X0

lh fh h 0 0 Xi
v — (2.23)
0

y - 0 0
2/2 h 0 X2

2/3 0 0 //, h . 0
X3

Si on insère un préfixe cyclique de longueur N g = 2 avant l'envoi à travers le canal,

cette convolution devient :

y-2 h 0 0 0 0 0 x 2

2/-i fh h 0
0 0 0 0 x3

2/o 0 fh ho 0 0 0 Xo
y = • y Un (2.24)
2/1 0 0 fh ho 0 0 Xi

2/2 0 0 0 fh h 0
0 x 2

2/3 0 0 0 0 fh h 0
x3

A p r è s suppression du préfixe cyclique au récepteur, on peut exprimer ceci connue :

2/o " ho 0 0 fh ' Xq

2/i fh ho 0 0 Xi
A/ — y = H x
c (2.25)
y- 0 0
2/2 hi h* %2

2/3 0 0 fh ho _ X3
qui est équivalent à une convolution circulaire. La matrice de canal H c est maintenant

une matrice circulante.

2.3 Inconvénients de l'OFDM

Lors de l'implémentation d'un système O F D M , il y a deux problèmes qu'il faut

prendre en c o m p t e , le premier est au niveau de l'émetteur, soit le P A P R (rapport entre

les puissances de crête et moyenne) et l'autre est au niveau du récepteur, soit le décalage

(offset) fréquenticl.

2.3.1 Le P A P R

Un point qui peut être critique dans les systèmes O F D M est la variation importante

de l'amplitude du signal en fonction des symboles à transmettre. En effet, si l'addi-

tion des porteuses se fait de manière cohérente, le P A P R peut être très important.

Puissance du signal O F D M
Puissance moyenne

P A P R = 10.20 d l î

0.04

tllli liiJ lli. Il


200 400 600
1024 Echantillons

F l G . 2.8 - Puissance instantanée d'un signal O F D M .


Habituellement, ce rapport est défini c o m m e suit :
2

(2.26)
2
dt

Il est évident que plus le n o m b r e de sous-porteuses est i m p o r t a n t , plus grande est la

probabilité d'avoir un P A P R élevé. La figure 2.8 montre la puissance instantanée d'un

signal O F D M (N = 1024, pas de préfixe cyclique). O n y constate la présence d'un pic

très significatif, donnant lieu à un P A P R de 10.20 d B .

P o u r transmettre ces pics sans écretage, non seulement le convertisseur doit posséder

un n o m b r e de bits suffisant p o u r les coder, mais l'amplificateur de puissance doit rester

linéaire sur toute la plage de l'amplitude. Ceci se traduit généralement par un c o û t

plus élevé du système et une forte c o n s o m m a t i o n de puissance. Différentes techniques

ont été proposées p o u r réduire le P A P R [58], tels que le chpping, le peak windowing, le

peak cancellation, le scrambling, etc. Une étude approfondie de ces techniques peut être

trouvée dans [471.

2.3.2 Le décalage fréquentiel

Le décalage fréquentiel résulte de la différence entre l'oscillateur de l'émetteur et

celui du récepteur. En plus, le bruit de phase de l'oscillateur du récepteur peut être

lui aussi considéré c o m m e une source du décalage fréquentiel. Le récepteur doit esti-

mer et corriger le décalage fréquentiel responsable de l'interférence entre porteuses. Le

décalage fréquentiel cause de l'interférence entre porteuses ce qui mène à une perte de

l'orthogonalité entre les sous-canaux [58].

Pollct et al. [23] ont démontré que les systèmes multi-porteuses sont b e a u c o u p plus

sensibles aux décalages fréquentiels que les systèmes m o n o - p o r t e u s e s . Ils ont d o n n é une

relation qui détermine la dégradation en termes de S N R :


'2

(2.27)

où AF est le décalage fréquentiel normalisé par l'écart entre les porteuses À / = B/N,

R est le taux de s y m b o l e qui est égal à A / T , et E /N


s s 0 est le rapport entre l'énergie par-

s y m b o l e et la densité spectrale de bruit. La sensibilité est d o n c d'autant plus importante

que les porteuses sont proches.


2.4 Conclusion

En conclusion, dans ce chapitre, le principe de base de la m o d u l a t i o n multi-porteuses

à fréquences orthogonales a été expliqué. Nous avons vu qu'une réalisation en terme de

la transformée de Fourier permet de surpasser les difficultés liées à la mise en œuvre

des systèmes à porteuses multiples.

Plusieurs mécanismes sont d o n c présents dans une transmission O F D M . L'intervalle

de garde réduit les interférences entre symboles ducs aux trajets multiples, mais le

désavantage étant un petit gaspillage de la b a n d e passante. L'égalisation du canal que

Ton réalise avec une simple multiplication réduit les interférences à l'intérieur d'un

s y m b o l e O F D M . dues principalement au bruit multiplicatif de densité de Raylcigh.


Chapitre 3

Le canal de transmission

Ce chapitre décrit de façon générale le milieu de propagation radio mobile. O n sait

que la performance de n ' i m p o r t e quel système de c o m m u n i c a t i o n sans fil est affectée

par le milieu de propagation, à savoir les caractéristiques du canal. Par conséquent. il

est impératif de c o m p r e n d r e ce qui se passe dans le canal de sorte que le signal original

puisse être reconstruit avec le moins d'erreurs possible.

O n distingue deux types de fluctuations de l'enveloppe du signal reçu : les éva-

nouissements sévères, qui sont causés par l'addition des différents trajets provenant des

diffuseurs à proximité du récepteur, et les évanouissements lents, qui sont causées par

les variations à grande échelle du milieu de propagation [20, 28, 37].

3.1 Caractéristiques du canal

3.1.1 La propagation radio mobile

Il y a trois mécanismes de base qui affectent la propagation du signal dans un

système de c o m m u n i c a t i o n s mobiles, à savoir la réflexion, la diffraction, et la dispersion

[37].

L a r é f l e x i o n se produit quand la propagation de Tonde électromagnétique touche une


surface lisse avec des dimensions très grandes c o m p a r é e s à la longueur d ' o n d e du

signal (À).

La diffraction se produit quand le trajet de propagation entre l'émetteur et le r é c e p -

teur est obstrué par un corps dense avec de grandes dimensions comparées au À.

causant la formation d'ondes secondaires après le passage par corps d ' o b s t r u c t i o n .

La diffraction est un phénomène qui explique rénergie R F voyageant de l'émetteur

au récepteur sans trajet direct entre les deux.

L a d i s p e r s i o n se produit quand l'onde radio touche approximativement une grande

surface ou n ' i m p o r t e quelle surface dont les dimensions sont de l'ordre de A ou


1 1

moins, causant l'étalement de l'énergie réfléchie dans toutes les directions.

3.1.2 Effet des trajets multiples

L a propagation des ondes dans un canal se fait par voie directe, mais plus souvent

par réflexion, réfraction et diffusion des ondes par les obstacles artificiels et naturels

qui entourent le récepteur. Les trajets multiples sont le résultat des répliques du signal

original qui arrivent au récepteur à des instants différents. Ainsi, le signal reçu sera

c o m p o s é d'une s o m m e de plusieurs répliques. Ces derniers suivront des trajets différents,

de ce fait chaque trajet sera affecté d'une atténuation, d'un retard et d'un déphasage

différent [34. 37].

Un canal multi-trajct est dit sélectif en fréquence lorsque la b a n d e disponible c o u v r e

une partie du spectre c o m p o r t a n t des évanouissements, ce qui engendre la perte de

l'information transmise p o u r la fréquence correspondante.

3.1.3 Effet Doppler

Dans un environnement radio mobile, le récepteur est souvent en mouvement par

rapport à l'émetteur. Ce mouvement introduit un décalage de fréquence dans le contenu

spectral du signal reçu. Ce décalage de fréquence, appelé effet D o p p l e r , d é p e n d de la

vitesse du mobile, de la longueur d ' o n d e (fréquence porteuse) et de l'angle d'incidence

du trajet par rapport à la trajectoire de déplacement. L'effet D o p p l e r peut poser des


F l G . 3.1 Effet Doppler sur l'enveloppe de Rayleigh.

problèmes significatifs si la technique de transmission est sensible aux décalages de

fréquences (qui est le cas des systèmes O F D M ) . L'influence d u changement de la vitesse

de déplacement sur la vitesse de variation de l'amplitude d'un canal à évanouissement

de Raylcigh est représentée à la figure 3.1.

Le décalage D o p p l e r est d o n n é par l'expression suivante :

fd = jCos( )
V (3.1)

où v est la vitesse de déplacement du récepteur, À est la longueur d ' o n d e et (p l'angle

d'incidence par rapport à la trajectoire de déplacement.

3.1.4 Bande de cohérence

La b a n d e de cohérence est une mesure statistique qui quantifie la sélectivité en

fréquence du canal. Elle permet de déterminer la bande à l'intérieur de laquelle le canal

est considéré non sélectif en fréquence et laisse passer tout les c o m p o s a n t s spectraux

avec approximativement le m ê m e gain et une phase linéaire. Noter que B c et rm sont

réciproquement reliés (avec une constante multiplicative). C o m m e a p p r o x i m a t i o n , il est


possible de dire que [34, 37] :

B c = — (3.2)
'm

où r m est r é t a l c m c n t m a x i m a l de la réponse impulsionncllc du canal.

L'étalement d u retard m a x i m a l , r , n'est pas nécessairement le meilleur indicateur


m

de la façon dont n ' i m p o r t e quel système s'exécutera à travers un canal parce que dif-

férents canaux avec la m ô m e valeur de T m peuvent montrer des profils de l'intensité d e

signal très différents. Une mesure plus utile de l'étalement du retard est le plus souvent

caractérisée en termes de l'étalement effectif ( r r a s ) d u retard, cr . où : T

oT = \]r 2
- T2
(3.3)

f est le retard moyen, t 2


est le m o m e n t d'ordre 2.

Une relation exacte entre la largeur de bande de cohérence et l'étalement du retard

n'existe pas, et doit être dérivée des mesures de la dispersion du signal réel dans des

canaux particuliers. Si la largeur de bande de cohérence est définie c o m m e l'intervalle

de fréquence au-dessus duquel la fonction de transfert du canal a une corrélation au

moins de 0.9. la largeur de la bande de cohérence est approximativement [37] :

B
* - l k ( 3
- 4 )

P o u r le cas d'un canal radio mobile et une rangée de diffuseurs uniformément espacés,

la largeur de bande de cohérence a été définie, c o m m e la largeur de b a n d e au-dessus de

laquelle la fonction de transfert du canal a une corrélation d'au moins 0.5 [37] :

R
B c = °- 2 7 6
(<* K\
(3.5)

Une approximation plus populaire de B c correspondant à une largeur de b a n d e ayant

une corrélation d'au moins de 0.5 est :

B c - -L (3.6)

3.1.5 Temps de cohérence

Le t e m p s de cohérence est une mesure de la vitesse à laquelle le canal fluctue. Avec

la connaissance de r é t a l c m c n t Doppler m a x i m a l , il est possible d ' a p p r o x i m e r le temps


de cohérence du canal par la relation suivante, qui indique que le temps de cohérence

est approximativement l'inverse de la fréquence Doppler maximale [34, 37] :

T c « ±- (3.7)
"m

Par conséquent, r é t a l c m c n t Doppler maximal F m est considérée c o m m e le taux d'éva-

nouissement typique d u canal. Plus tôt, T c a été décrit c o m m e la durée de t e m p s en

dessous duquel la réponse du canal à une sinusoïde est essentiellement invariable. Si T c

est défini plus précisément c o m m e la durée de temps en dessous duquel la réponse du

canal à une sinusoïde a une corrélation de plus de 0.5, la relation entre T c et Fm est

approximativement :

loir F m

Le t e m p s de cohérence peut être interprété c o m m e la durée pendant laquelle le canal est

invariant. Ainsi, plus la bande D o p p l e r sera étroite, moins le canal variera rapidement.

Un principe de base plus utilisé est de définir T c c o m m e la m o y e n n e géométrique des

équations (3.7) et (3.8). Ceci d o n n e :

T
^ t e = ^ ( 3
' 9 )

P o u r un s y m b o l e de durée T SJ deux critères doivent être satisfaits. Il ne doit pas

y avoir ni perte de cohérence dans le signal reçu ni distorsion d u c à la sélectivité en

fréquence. Ces deux conditions mènent à la d o u b l e inégalité suivante :

- ^ « T S « T C (3.10)

Dans les environnements de propagations, il est toutefois assez rare q u ' u n canal respecte

parfaitement ces contraintes, obligeant les opérateurs à trouver un c o m p r o m i s .

3.2 Modèles des canaux de communications

Dans la c o n c e p t i o n des systèmes de c o m m u n i c a t i o n s , il est nécessaire de construire

les m o d è l e s mathématiques qui caractérisent le milieu de propagation. Les modèles les

plus utilisés dans les c o m m u n i c a t i o n s sans fil sont donnés dans la suite.
3.2.1 Canal invariant à bruit additif

Le m o d è l e le plus simple à générer et à analyser est le canal à bruit additif, qui

est illustré à la figure 3.2. Physiquement ce bruit modélisc à la fois le bruit d'origine

interne (bruit thermique dû aux c o m p o s a n t e s électroniques et les amplificateurs) et

le bruit d'origine externe (antenne, e t c . ) . Habituellement, ce bruit est statistiquement

caractérisé c o m m e un processus gaussien.

L'effet de l'atténuation de canal peut être facilement incorporé à ce m o d è l e . Q u a n d

le signal subit une atténuation par le canal, le signal reçu devient :

y{t) ax(t) + n(t) (3.11)

où o dénote le facteur d'atténuation et n(t) le bruit additif caractérisé par un processus

aléatoire gaussien de moyenne nulle, de variance o 2


n et de densité spectrale de puissance
1

bilatérale $ „ „ = f .
1

3.2.2 Canal invariant à trajets multiples

Les canaux à trajets multiples (ou dispersifs) sont habituellement caractérisés par

des filtres linéaires avec bruit additif. De tels canaux sont illustrés à la figure 3.3.

Cette structure de canal contient plusieurs coefficients (facteur d ' a t t é n u a t i o n ) , qui sont

également étendus clans le temps.

L a réponse impulsionnelle d'un canal à trajets multiples est donnée par :

L - l

h{T) = 2\ja é »6{T-T )


n
e
n

n=0

n(t)

F l G . 3.2 Canal à bruit additif.


x(t) Filtre linéare y(i) = x(t) (g) h{t) + n(t)
-,
h(t) e
*

n(t)

FlG. 3.3 - Canal à trajets multiples.

q ù L est le n o m b r e de trajets et a , (9 et r sont respectivement le facteur d'atténuation,


n n n

le déphasage et le retard de propagation d u n ieme


trajet reçu.

Un signal qui traverse un canal à trajets multiples subit une convolution avec le

filtre linéaire du canal. C e fait est décrit par la relation suivante :

yij) = x(t)®h(t) + n(t)

= / h(t) x(t — r)dr + n(t)


J—oc (3.12)
L-1

= ^ a n e ? e n
x { t - T n ) + n(t)
N=0

où (g) dénote la convolution. Il devient évident que le canal par trajets multiples introduit

l'interférence entre symboles (ISI). un p h é n o m è n e qui peut rigoureusement dégrader la

performance du système de c o m m u n i c a t i o n s .

3.2.3 Canal à trajets multiples variable dans le temps

Ces canaux peuvent être représentés m a t h é m a t i q u e m e n t c o m m e des filtres linéaires

variables clans le temps. De tels filtres linéaires sont caractérisés par une réponse hnpul-

sionnelle de canal variable dans le temps / i ( £ ; r ) , qui est la réponse du canal au temps t

due à une impulsion appliquée au temps t — T. Ainsi, r représente la variable âge ( t e m p s

écoulé). La figure 3.4 montre un canal variable dans le t e m p s avec un bruit additif.

Le m o d è l e de canal dans lequel la réponse impulsionnelle varie clans le temps a la

forme suivante :
L-1

H(T-T) = Y. 7 )< ' S(t~r (iy)


a t J0 At)
n (3.13)

où a (t).
n 9 (t) et r (t)
n n sont respectivement le facteur d'atténuation, le déphasage et le

retard de propagation du n wme


trajet reçu.
x(t) Filtre linéare y(t) = x(t)®h(t;T) + n(t)
variable en *
temps h(t; r )

n(t)

FlG. 3.4 Canal à trajets multiples variable dans le t e m p s .

Généralement, a (t).
n suit une distribution de Raylcigh, de R i c c ou d e Nakagami.

6 (t)
n est souvent considérée uniformément distribuée sur l'intervalle [0, 2n) et r (t) n est

approximé par un processus de Poisson.

Pour un signal d'entrée x(t), la sortie devient :

y(t) = x(t)®h{t;r) + n{t)

!
L-1
h(t:r)x(t - r)dr + n(t)
(3.U

V J « „ ( t ) e ^ " W : ( i - r „ ( / ) ) + n(0
r

n=0

3.2.4 Distribution de Rayleigh

Si le nombre d'éléments d'un trajet est important, o n peut utiliser le théorème de

la limite centrale et approximer le c o m p o r t e m e n t dans le t e m p s des différents trajets

par une variable c o m p l e x e dont les c o m p o s a n t e s en quadrature / et Q ont une distribu-

tion gaussienne. Q u a n d le signal reçu se c o m p o s e de multiples rayons réfléchis plus un

c o m p o s a n t significatif (trajet d i r e c t ) , l'amplitude d'enveloppe d u c à l'évanouissement

à petite échelle suit une densité de R i c c . Q u a n d l'amplitude du trajet direct approche

zéro, la densité de R i c c approche une densité de Raylcigh. L a densité de Raylcigh ré-

sulte de n'avoir aucun trajet dominant dans le signal.

Dans ce travail, nous allons utiliser la loi de distribution de Rayleigh pour l'ampli-

tude, alors que la phase est en général une variable aléatoire uniformément distribuée

sur [0,27r). D e plus, nous allons supposer que les trajets sont indépendants. D o n c , l'am-

plitude a (t)n suit une loi de Raylcigh avec une varianec o\ et sa densité d e probabilité

à la forme suivante (figure 3.5) :

p(x) = ~ e - x 2 / { 2 ( j l )
pour x > 0 (3.15)
c = 1/4

FlG. 3.5 Densités de probabilité des distributions de R a y l c i g h p o u r différentes valeurs

de la variance rx^.

Dans la figure 3.5, on trace la densité de probabilité de Rayleigh donnée par l'équa-

tion (3.15) pour différents valeurs de la variance a . 2


Dans le chapitre 5, nous allons

présenter un algorithme pour la génération des enveloppes de Rayleigh.

3.3 L'entrelacement

En présence de canaux sélectifs en fréquence, les erreurs de propagation ne sont

plus indépendantes, mais arrivent souvent en groupes. La figure 3.6 montre la réponse

fréquentiellc du canal et les erreurs obtenues à la sortie de celui-ci avec et sans entrelace-

ment. O n constate que si une sous-porteuse est fortement atténuée, ses voisines le seront

également. Il en résulte des erreurs groupées, difficiles à corriger avec un codeur tradi-

tionnel. L'utilisation de la technique d'entrelacement des données est alors requise afin

de répartir les erreurs. A u récepteur, après la d é m o d u l a t i o n , le déscntrclaccur réordonne

les symboles reçus.


No. porteuse

(a) Réponse du canal

0.015

0.01

0.005

0
0 50 100 150 200 250
No. porteuse

(b) Taux d'erreur sans entrelacement

0.01 | 1 ! ! !

0.009 - :

0.008 - ;
•:

0.007 - •

0 50 100 150 200 250

(c) Taux d'erreur avec entrelacement

FlG. 3.6 - Effet de l'entrelacement sur la distribution des erreurs à travers le spectre.
3.4 Conclusion

D a n s ce chapitre, les principes fondamentaux du milieu de propagation sans fil ainsi

que les modèles mathématiques des canaux de transmission sont présentés. Les trois

modèles décrits ci-dessus couvrent la grande m a j o r i t é des canaux physiques rencontrés

dans la pratique. En dernier lieu, nous avons vu l'utilité de l'entrelacement p o u r éviter

l'effet des erreurs groupées engendrées par les évanouissements sélectifs du canal de

transmission.

D a n s ce travail nous nous concentrerons principalement sur le dernier m o d è l e , qui

est le m o d è l e le plus utilisé p o u r les systèmes O F D M sans fil. Pour ce type de canal,

nous étudierons le problème d'estimation des coefficients de canal à l'aide de différents

critères. Ceci sera l'objectif du prochain chapitre.


Chapitre 4

Estimation du canal

L'utilisation de la m o d u l a t i o n différentielle dans les systèmes O F D M évite le besoin

de suivre les variations temporelles du canal. C e p e n d a n t , cette m o d u l a t i o n engendre

une perte en S N R de 3 d B [25, 66]. Par contre la m o d u l a t i o n cohérente permet d'uti-

liser des constellations arbitraires, mais des stratégies efficaces d'estimation de canal

sont exigées. La figure 4.1 montre la structure globale d'un récepteur O F D M cohérent.

P o u r l'estimation du canal de transmission on utilise des s y m b o l e s pilotes (un signal

de référence connu par l'émetteur et le récepteur) [15, 17, 26, 3 1 , 35, 36, 40, 50, 54].

Cette m é t h o d e consiste à utiliser des symboles connus au récepteur p o u r effectuer l'esti-

mation. L'atténuation des symboles pilotes est mesurée et les atténuations des symboles

de données entre ces symboles pilotes sont interpolées. En revanche, un tel système pré-

sente le désavantage de c o n s o m m e r une partie d u débit disponible.

\ /' Suppression du
préfixe cyclique

Synchronisation S/F
Signal reçu
A/D en temps et FFT K'ahs i'/S
analogique
en fréquence

Estimation
de canal

FlG. 4.1 - Estimation et égalisation d'un canal dans un récepteur O F D M .


Dans ce travail on s'intéresse aux techniques d'estimation à l'aide de s y m b o l e s pi-

lotes. P o u r cela, il y a deux problèmes principaux à prendre en considération pour mieux

c o m p r e n d r e le but de ce travail. Le premier p r o b l è m e est le positionnement des pilotes

dans la grille temps-fréquence. Le second est la c o n c e p t i o n d'un estimateur avec une

basse c o m p l e x i t é et une grande capacité de suivre les variations du canal.

L'estimation de canal dans le cadre des systèmes O F D M a été largement étudiée

[25, 26, 31, 35, 36. 40, 38, 39, 44, 48, 50, 52, 54, 57, 58, 59, 6 1 , 63, 66]. O n retrouve dans

la littérature d'une part les estimateurs utilisant des b l o c s (trames) pilotes qui peuvent

être basées sur l'algorithme à moindres carrés (LS) et l'algorithme linéaire à erreur

quadratique moyenne minimale ( L M M S E ) , et d'autre part les estimateurs utilisant des

pilotes en forme de peigne incluent les algorithmes précédents avec interpolation, et

aussi l'algorithme à vraisemblance maximale ( M L ) . O n peut aussi retrouver un troi-

sième t y p e d'arrangement des pilotes qui est une c o m b i n a i s o n entre les deux m é t h o d e s

d'arrangements cités p r é c é d e m m e n t , et qui utilise les trois algorithmes d'estimation LS,

L M M S E et M L c o m b i n é s avec différentes techniques d'interpolation.

L'interpolation du canal clans le deuxième et le troisième type d'arrangement des

pilotes peut dépendre de l'interpolation linéaire, l'interpolation du second degré, l'in-

terpolation passe-bas, et l'interpolation par splines cubiques.

4.1 Arrangements des symboles pilotes

Dans ce qui suit, les m é t h o d e s d'estimation sont basées sur l'insertion de s y m b o l e s

pilotes connus par le récepteur, afin d'estimer et d'interpoler les c o m p o s a n t e s de la

réponse du canal. Ces m é t h o d e s , dites P S A M , se divisent en trois grandes classes


1

suivant le type d'insertion effectué : blocs pilotes, porteuses pilotes ou pilotes en treillis,

leurs principes de base étant illustré à la figure 4.2.

Dans la première configuration, on utilise périodiquement des symboles pilotes en

forme de blocs. Cette configuration est développée sous la supposition d'un canal à

évanouissement lent. C h a q u e s y m b o l e de ce b l o c (trame) étant envoyé sur chaque sous-

porteuse, les caractéristiques d u canal seront connues p o u r toutes les fréquences, mais

à des intervalles de temps K . t Tandis que, dans la d e u x i è m e configuration, quelques

1
Pilot Symbol Assistée! Modulation
# Symbole pilote
Fréquence Fréquence

•OOOOOIOOOOOIO ^ %; ) « ' ^ ^ H$ ^ HP |^ 1 0 0 0 0 1 0 0 0 0 1 0 0 0
IOOOOOIOOOOOIO 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 o o o o o o o o o o o o o o
IOOOOOIOOOOOIO 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 o o o o o o o o o o o o o o
•OOOOOIOOOOOIO 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 o o o o o o o o o o o o o o
IOOOOOIOOOOOIO 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 o o o o o o o o o o o o o o
«OOOOOIOOOOOIO • M s * o »
IOOOOOIOOOOOIO o o o o o o o o o o o o o o IOO0OIOOO0IO00f
IOOOOOIOOOOOIO o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o
•OOOOOIOOOOOIO o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o K
IOOOOOIOOOOOIO o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o
IOOOOOIOOOOOIO Il II o o o o o o o o o o o o o o I
IOOOOOIOOOOOIO o o o o o o o oooo ooo IOOOOIOOOOIOOO
•OOOOOIOOOOOIO o o o o o o o oooo ooo oooooooooooooo
IOOOOOIOOOOOIO o o o o o o o oooo 000 oooooooooooooo
IOOOOOIOOOOOIO o o o o o o o oooo ooo oooooooooooooo
IOOOOOIOOOOOIO # # 9 ' , ~< > * > I l oooooooooooooo
IOOOOIOOOOIOOO lail
i 1s

Blocs (trames) pilotes Porteuses pilotes Pilotes en treillis

FlG. 4.2 Les trois t y p e s de base d'arrangement des pilotes pour l'estimation du canal

dans un système O F D M étudies dans ce travail.

s y m b o l e s pilotes sont envoyés de façon continue sur certaines sous-portcuscs, baptisées

d o n c porteuses pilotes. Dans ce cas, l'état du canal est toujours connu, niais uniquement

pour quelques fréquences porteuses, avec un intervalle de fréquence Kf, ce qui i m p o s e

d o n c une interpolation fréquentiellc La troisième configuration est une c o m b i n a i s o n

entre les deux configurations précédentes, où les s y m b o l e s pilotes sont placés à des

intervalles de temps K t et des intervalles de fréquence Kf.

Edfors et al. [38, 44] et Li et al. [39] focalisent leurs travaux sur le premier m o d è l e

de pilote de la figure 4.2. Les atténuations de canal entre ces s y m b o l e s O F D M sont

alors interpolées en utilisant la corrélation temporelle du canal. Le d e u x i è m e m o d è l e

est appliqué sur des symboles O F D M consécutifs, tels q u ' é t u d i é par W i l s o n et al. [19]

et M i g n o n e et M o r c l l o [30].

Pour pouvoir suivre l'évolution dans le t e m p s de la fonction de transfert du canal,

il faut que l'écart fréquentiel entre les porteuses pilotes Kf soit inférieur à la b a n d e de

cohérence du canal B c et que l'intervalle de t e m p s entre d e u x s y m b o l e s pilotes K t soit

bien inférieur au temps de cohérence du canal T. c


4.2 L'estimateur LS

L'estimateur de canal à moindres carres LS est le m o d è l e le plus simple puisqu'il

consiste en une division du signal reçu sur le signal d'entrée, qui devrait être des s y m -

boles pilotes connus.

O n rappelle q u ' a u récepteur, les s y m b o l e s observés à la sortie de la D F T sont :

Y = X H + N (4.1)

où la matrice diagonale X contient les s y m b o l e s transmis sur sa diagonale, et le vecteur

H contient la réponse fréquentielle du canal.

L'estimateur LS minimise le paramètre ( Y - X H ) " ( Y - X H ) . Les coefficients de

l'estimateur LS sont donnés par la formule suivante [25] :

(4.2)

L'avantage principal de cet estimateur est sa simplicité. Il exige seulement une simple

division par sous-porteuse. L'inconvénient principal est qu'il a une grande erreur qua-

dratique moyenne. Ceci est dû à l'utilisation d'un m o d è l e de canal t r o p simplifié et que

cet algorithme ne se sert pas des corrélations fréquentiellc et temporelle du canal.

4.3 L'estimateur LS modifié (LSM)

Nous étudions, dans cette section, une m é t h o d e p o u r améliorer la précision de l'es-

timateur à moindres carrés ( L S ) . L'estimateur de canal LS a une structure très simple.

C e p e n d a n t , il souffre d'une grande dégradation dans la précision de l'estimation c o m p a -

rée à l'estimateur L M M S E . C e t t e m é t h o d e transfère la réponse impulsionnelle du canal

à partir du domaine fréquentiel au d o m a i n e temporel et a p p r o x i m e les trajets multiples

de faible énergie par des zéros. La m é t h o d e utilisée aide à supprimer l'influence de bruit

et à améliorer la précision de l'estimation [25, 44, 63].

La m é t h o d e proposée dans cette section est basée sur le fait que la plupart des c o m -

posants significatifs des trajets dans la réponse impulsionncllc discrète du canal sont

concentrés sur un intervalle de temps qui est b e a u c o u p plus petit que la longueur de la
trame O F D M . Puisque le bruit A W G N est identiquement distribué sur toute la b a n d e ,

les c o m p o s a n t s qui ont une grande énergie sont plus fiables que ceux avec une faible

énergie. Par conséquent, exclure les trajets non-fiables aidera à améliorer la précision

de l'estimation. N o u s récapitulons cette m é t h o d e dans les étapes suivantes :

1. Estimer initialement le canal grâce à l'information pilote, c o m m e mentionné dans

la section précédente.

2. Obtenir la réponse impulsionnelle discrète du canal dans le d o m a i n e t e m p o r e l

h(n), par la transformée de Fouricr inverse ( I F F T ) .

3. Ignorer les trajets dont les retards excèdent le plus grand retard de canal, ce qui

peut être exprimé c o m m e :

h(n) = < (4.3)


[ 0 n > r max

4. Estimer le canal au d o m a i n e fréquentiel par l'application de la transformée de

Fouricr F F T sur le signal h(n).

4.4 L'estimateur LMMSE

L'estimateur linéaire à erreur quadratique m o y e n n e minimale ( L M M S E ) minimise

l'erreur quadratique moyenne entre le canal réel et estimé en utilisant la corrélation fré-

quentiellc du canal. Ceci est réalisé par une transformation linéaire optimale appliquée 1

à l'estimateur LS décrit dans la section précédente.

O n dénote par R w , R / ^ et Hyy les matrices d'autocovarianec de g, h et y , res-

pectivement, et par R 9 y la matrice de covariance croisée entre g et y . On d é n o t e en

outre par a 2
= E {|n| } la variance de bruit. On suppose que le vecteur de la réponse
2

impulsionnelle du canal g et le bruit gaussien n sont non-corrélés. O n a alors :

R „ „ = E { h h" } = E { ( F g ) ( F g ) w
} = F E {g g" } F" = F K gg F".

R ,=9 E{gy"} = £ { g ( X F g + n)"} = R 9 3 F"x".

Ky V = E {y y" } = X F R gg FH
X" + o* lN

O n suppose que R 9 9 (ainsi que R w , ) et a\ sont connus au récepteur à l'avance. De

la théorie des filtres adaptatifs, la solution optimale en termes d'erreur quadratique


moyenne qui d o n n e l'estimateur L M M S E de la réponse impulsionnelle du canal est

[25, 33, 38, 54] :

SLMMSE = Rgy ^yy Y


(-)
4 4

Enfin, on a :

H L M M sE = F g L M M S E

= F Hgy R~y Y

= F Rgg X " ( X F Rgg F " X " + <j\ lN) 1


Y

. = F R , F ^ X F R , F % ^ ( X /
r ' ) " 1
Y ^

= F Rg9 F' 1
(F R gg F" -f al ( X " ) " 1
X " 1
) ' X " 1
Y

= R ^ ^ R ^ + c t ^ X X ^ ) " 1
) " 1
! ! ^

L'estimateur L M M S E d o n n e de meilleure performance par r a p p o r t à l'estimateur LS.

particulièrement dans le cas de faibles S N R . L'inconvénient principal de cet estimateur

est qu'il a une c o m p l e x i t é très élevée. L'évaluation de l'inverse de Rhh 0 T


de X X / ;

implique l'inversion de matrices de dimension N x N qui c o m p l i q u e le calcul de cet

estimateur chaque fois que les données dans X changent.

4.5 L'estimateur LMMSE modifié (LMMSEM)

L a c o m p l e x i t é de l'estimateur L M M S E peut être encore réduite en utilisant la clé-

c o m p o s i t i o n en valeur singulière de la matrice d'autocorrélation H . hh Par conséquent

nous p o u v o n s appliquer une réduction de rang et utiliser seulement les éléments les plus

significatifs de Rhh- C e t t e simplification aura lieu aux d é p e n d s d'une petite réduction

de performance.

Les estimateurs L M M S E modifiés sont largement étudiés [25, 33, 38] p o u r réduire la

c o m p l e x i t é qui caractérise les m o d è l e s L M M S E . Parmi eux, on s'intéresse au estimateur

L M M S E utilisant la d é c o m p o s i t i o n en valeur singulière, qui c o m b i n e les trois techniques

de simplification suivantes :

1. La première simplification est de remplacer le terme ( X X 7 7


) 1
dans l'équation

(4.5) avec son espérance E ' < ( X X / /


) ' |. A s s u m a n t la m ê m e constellation de
signal sur toutes les sous-porteuses et tous les points de la constellation c q u i p r o -

bables, on a :

Définissant le rapport S N R m o y e n par :

_ E{\X \ } k
2

7 =
2

Alors, dans l'équation (4.5) on peut faire l'approximation suivante :

a {XX y ^4lN
2
n
H l
(4.7)
7

où /3 est une constante qui d é p e n d de la constellation du signal. Elle est d o n n é e

par :
g E{\X ?) k

E{\l/X f}
k

2. La deuxième simplification est basée sur l'approximation à bas rang. Comme

indiqué dans le troisième chapitre, on sait que la majeure partie de l'énergie 1

clans le vecteur g est contenue clans les premiers L trajets. Par conséquent, nous

p o u v o n s considérer seulement les trajets à énergie significative, c'est-à-dire, le coin

gauche supérieur de la matrice d'autocovarianec R . gg Ainsi la taille effective de

la matrice est réduite après l'utilisation de l'approximation à bas rang.

3. La troisième simplification consiste en l'utilisation de la d é c o m p o s i t i o n en valeur

singulière ( S V D ) de la matrice R / / :
2
l l

R / t / i = UDU 7 /
(4.8)

où U est une matrice unitaire contenant les vecteurs singuliers et D est une

matrice diagonale contenant les valeurs singulières, do > d\ > • • • > d/v-i > 0.

sur sa diagonale.

C o m b i n a n t les techniques de simplification précédentes, l'estimateur L M M S E m o -

difié est expliqué c o m m e suit. Le système détermine d ' a b o r d le rang de la matrice exigé

par l'estimateur, d é n o t é par p, qui ne devrait pas être plus petit que L. Puis, on doit

connaître la constellation du signal, la variance de bruit et la matrice d'autocovarianec


2
Singular Value Décomposition
U U

VN-I hN

F l G . 4.3 - S c h é m a - b l o c d'un estimateur de canal modifié de rang p.

de canal R / ^ . A u récepteur, on calcule (3, 7, la matrice unitaire U , et les valeurs singu-

lières d . k On obtient ainsi une matrice diagonale D de taille N x AT, ses éléments sont

donnés par :

(4.9)

Par la prise en c o m p t e des p premières valeurs singulières correspondant aux valeurs

les plus significatives de R / ^ , la meilleure a p p r o x i m a t i o n de rang p de l'estimateur est :

Hlmmse-m — U D ; ; U H L S
(4.10)

où D P est une matrice de dimension p x p donnée par le coin gauche supérieur de la

matrice D .

L'estimateur L M M S E M peut être interprété c o m m e suit : d ' a b o r d projetant l'esti-

mateur LS sur un sous-espace de petite dimension (aussi petit que L). la c o m p l e x i t é

de l'estimateur L M M S E M est inférieure à celle de l'estimateur L M M S E . C e p e n d a n t ,

cet estimateur présente des erreurs ducs à la partie du canal ignorée par le sous-espace

choisi, c o m m e indiqué sur la figure 4.3.

4.6 L'estimateur ML

C o m m e mentionné p r é c é d e m m e n t , la m a j e u r e partie de l'énergie dans g est c o n t e -

nue dans les L premiers trajets. D e m ê m e que la définition de la matrice D F T , nous


définissons la matrice D F T non-carrée, de dimension A x B, par

F a,b
A.B
AxB
(0 < a < A, 0 < b < B)
(4.1i;
OU
1
,a,b -j2nab/N
.Y

En outre, nous définissons la matrice D F T uniformément espacée, avec l'espace s,

c o m m e suit :
j-IAS,b
A.B N (4.12)
. \ • I; AxB

Il est évident que :

h = F RNV g

où N p est le nombre de porteuses pilotes utilisées. Ainsi, l'estimateur à vraisemblance

maximale ( M L ) de g est obtenu par [58, 66] :

N ,L
Hi
LS
(4.13)
D

Finalement, l'estimation c o m p l è t e de toutes les sous-porteuses est calculée par :

-H-ml = F v.l Sml


7 (4-14)

4.7 L'interpolation

Dans l'estimation de canal basée sur le deuxième et troisième cas d'arrangement

des pilotes, une technique efficace d'interpolation est nécessaire afin d'estimer le canal

aux sous-portcuscs de données en utilisant l'information sur le canal aux sous-portcuscs

pilotes.

L'interpolation est utilisée p o u r estimer le canal aux sous-porteuses de données, où

le vecteur H ^ de longueur N
( /
p est interpolé p o u r donner un vecteur H de longueur N

(Np = N/Kf), sans utiliser la connaissance additionnelle des statistiques de canal. Les

m é t h o d e s de l'interpolation sont récapitulées dans ce qui suit.


4.7.1 Interpolation linéaire (LI)

L'interpolation linéaire a été étudiée dans [31] et s'avère meilleure que l'interpolation

par segments constants. La m é t h o d e LI utilisée p o u r estimer le canal aux sous-porteuses

de données entre deux sous-porteuses pilotes H P


(m) et H P
( m + 1) est donnée par :

H (niKf + /) = H ( p )
(m) + — (H ( p )
( m + 1) - H^\mj) , 0 < / < Kf (4.15)

4.7.2 Interpolation du second ordre (SOI)

.La m é t h o d e S O I s'exécute mieux que la m é t h o d e LI. où l'estimation de canal aux

sous-porteuses de données est o b t e n u e par la c o m b i n a i s o n linéaire des trois estimations

des sous-porteuses pilotes adjacentes. Le canal estime par l'interpolation de second ordre

est d o n n é par :

H(mKf + / ) = C] H ( m -p 1) + c H ( m ) + c_j H ( m + 1)
0 p p (4.16)


Ci = a:(o: - l)/2.

co = - ( o - l ) ( o + l).

c_! = a(a + l)/2,

, û = //A/'-

4.7.3 Interpolation par splines cubiques (SCI)

La m é t h o d e SCI produit un p o l y n ô m e continu entre les points de données (la f o n c -

tion spline clans M a t l a b ) . Dans [54], il est d é m o n t r é que l'interpolation par splines

cubiques s'exécute mieux que l'interpolation linéaire, ce qui est également confirmé par

nos résultats de simulation.


4.7 A Interpolation passe-bas (LPI)

La m é t h o d e L P I s'exécute en insérant des zéros dans la séquence originale H P


et

puis en appliquant un filtre passe-bas de réponse impulsionnelle finie ( F I R ) (la fonction

interp dans M a t l a b ) , qui permet aux données originales de passer sans changement.

Cette m é t h o d e minimise l'erreur quadratique moyenne entre les points interpolés.

4.8 L'égaliseiir ZF

Il est clair que l'égalisation dans les systèmes O F D M est très simple. C'est l'un des

avantages principaux de l'utilisation de l ' O F D M au lieu des systèmes à simpk porteuse. 1

L'égalisation de canal dans les systèmes O F D M peut être faite par juste une simple di-

vision dans le d o m a i n e fréquentiel.

D a n s l ' O F D M . tant que le préfixe cyclique demeure assez long par rapport à la ré-

ponse impulsionnelle du canal p o u r maintenir l'orthogonalité entre les sous-porteuses,

l'égalisation peut être réalisée simplement par l'égaliseur Z F L'égaliseur ZF mini-

mise la distorsion maximale entre les symboles à la sortie de l'égaliseur.


1

L a dérivation des coefficients du filtre Z F est donnée dans [49]. Le filtre linéaire du 1

canal avec les coefficients h n et les coefficients de l'égaliseur w n peuvent être exprimés

c o m m e un seul filtre par :

q n = V Wjhn-j = l • (4.17)

Si on utilise la transformée en z on obtient :

Q(z) = W(z)H(z) = l (4.18)

En d'autres termes, les coefficients de l'égaliseur sont donnés par :

W
^ " W ) ' ( 4 1 9 )

Ainsi, le filtre qui satisfait le critère ZF a les coefficients W(z) qui sont juste l'inverse

des coefficients du canal H(z). Il est important de noter que cet égaliseur n'élimine pas

l'IES.
C e p e n d a n t , une prolongation cyclique plus longue que la réponse impulsionnelle
1

de canal peut supprimer FIES et l'IEP. Dans l ' O F D M , l'égaliseur Z F aura lieu dans le

d o m a i n e fréquentiel. d o n c , le rôle de l'égaliseur devient juste une opération d'ajustement

de gain et de phase sur chaque sous-porteuse.

L'inconvénient principal d'une telle m é t h o d e est q u a n d H(z) est tout près de zéro,

le filtre réciproque W(z) sera très grand, ce qui amplifiera nettement le bruit ou les

erreurs d ' a p p r o x i m a t i o n s .

4.9 Conclusion

Ce chapitre passe en revue les différentes stratégies d'estimation de canal à l'aide


1

des symboles pilotes dans les systèmes O F D M . Il décrit trois types d'arrangements des

symboles pilotes dans la grille temps-fréquence. L'arrangement des pilotes en forme de

bloc est préféré p o u r le cas d'un canal à évanouissements lents, le deuxième type d'ar-

rangement des pilotes en forme de peigne est meilleur pour le cas d'un canal qui varie

rapidement, et le troisième t y p e d'arrangement est un c o m p r o m i s entre les deux.

Dans ce chapitre, nous avons discuté des techniques de base d'estimation de canal,

à savoir les algorithmes LS et L M M S E , ainsi que l'algorithme M L dans les systèmes

O F D M . O n a aussi étudié une approche p o u r améliorer l'estimation de canal basée

sur l'algorithme LS. D a n s cette a p p r o c h e , nous améliorons la précision d'estimation en

ignorant les c o m p o s a n t s des trajets multiples non significatifs de la réponse impulsion-

nelle du canal dans les canaux à évanouissements par trajets multiples.

L'estimateur L M M S E s'exécute mieux que l'estimateur basé sur le critère à moindres 1

carrés (LS) mais sa c o m p l e x i t é de calcul est l'un des inconvénients principaux p o u r des

implémentations pratiques. Une approche à basse c o m p l e x i t é a été étudiée dans ce cha-

pitre dont la simplification est basée sur la décompositiem en valeur singulière. En effet,

les estimateurs L M M S E exigent la connaissance des statistiques de canal qui sont ha-

bituellement inconnue dans les environnements sans fil.

O n a passé en revue les différentes techniques d'interpolation qui sont exigées dans

le cas où nous choisissons le; deuxième ou le troisième t y p e d'arrangement des pilotes.

O n a o p t é p o u r quatre algorithmes d'interpolation q u ' o n retrouve plus souvent dans la

littérature.
Chapitre 5

Paramètres des simulations

Les paramètres utilisés dans nos simulations s'inspirent de différents articles et tra-

vaux de recherche, p o u r démontrer la validité et l'efficacité des algorithmes d'estimation

de canal dont on avait donné un aperçu dans le chapitre précédent.

Notre système O F D M est modélisé et simulé en utilisant M a t l a b p o u r permettre de

tester l'effet des changements des divers paramètres du système. Le but des simulations

est de mesurer la performance du système O F D M sous différentes conditions de canal,

et d'examiner les différents schémas de configurations d'un système O F D M .

Séquence Modulation Transmetteur


Entre lace ur
d'entrée PSK/QAM OFDM

Séquence
Canal
pilote

Démodulateur Récepteur
Désentrelaceur
PSK/QAM OFDM

Séquence Estimation
Égalisation
de sortie de canal

FlG. 5.1 S c h é m a - b l o c du système O F D M en bande de base.


P o u r cela, nous s u p p o s o n s ce qui suit, pour toutes les simulations.

• L'extension cyclique des symboles O F D M est utilisée c o m m e intervalle de garde.

• La réponse impulsionnelle de canal est plus courte que la longueur du préfixe

cyclique p o u r éviter FIES.

• L'émetteur et le récepteur sont parfaitement synchronisés.

• O n suppose que le canal demeure sans changement pendant la durée d'un s y m b o l e

O F D M . pour éviter l'IEP.

La figure 5.1 montre un s c h é m a - b l o c du système O F D M simulé en b a n d e de base.

5.1 Système OFDM

5.1.1 Schéma de modulation

Le schéma de m o d u l a t i o n utilisé clans un système O F D M peut être choisi en se

basant sur le besoin en efficacité spectrale. Le type de m o d u l a t i o n peut être spécifié

par le n o m b r e c o m p l e x e dn = an + jb .
n Les symboles a n et b n prennent les valeurs

± 1 , ± 3 . . . . selon le nombre de points dans la constellation du signal. Par exemple, an

et bn peuvent être choisis entre ( ± 1 ) pour le Q P S K . et ( ± 1 , ± 3 ) pour le 1 6 - Q A M .

5.1.2 C o d a g e de Gray et normalisation

Le c o d a g e de Gray consiste à assigner aux symboles c o m p l e x e s des m o t s binaires de

telle façon que les m o t s entre s y m b o l e s voisins ne soient distants que de 1 bit. Avec un

Constellation Facteur de normalisation

BPSK 1

QPSK 1/V2

16-QAM l/Vlô
64-QAM l/\/42

T A B . 5.1 - F a c t e u r s de n o r m a l i s a t i o n utilisés.
c o d a g e de Gray, une erreur sur un s y m b o l e ne produit alors qu'une erreur d'un bit.

D a n s ce travail, nous avons fait le choix d'utiliser un c o d a g e de G r a y avec des constel-

lations ''carrées" ( B P S K . Q P S K . 1 6 - Q A M et 6 4 - Q A M ) . P o u r normaliser ces constella-

tions à une puissance unitaire (tous les points de la constellation étant équiprobables)

chaque constellation doit être multipliée par un facteur de normalisation (tableau 5.1).

5.1.3 La transformée de Fourier

O n utilise la transformée de Fourier discrète et son inverse p o u r m o d u l e r et d é m o d u -

ler les données parallèles. Les spectres individuels sont maintenant des fonctions (sinus

cardinal). L'émetteur et le récepteur peuvent être implémcntés en utilisant les tech-

niques efficaces de l ' I F F T F F T réduisant le n o m b r e d'opérations et par le fait m ô m e le

temps de calcul.

5.1.4 N o m b r e de sous-porteuses

Le n o m b r e de sous-portcuscs N peut être déterminé en se basant sur la largeur de

bande du canal, le débit et la durée utile du s y m b o l e . Le n o m b r e de sous-portcuscs

correspond au n o m b r e de points c o m p l e x e s qui sont traités dans la F F T . O n a choisi

N parmi les trois valeurs suivantes : 64, 256, 1024.

5.1.5 Intervalle de garde

L'intervalle de garde est choisi pour être plus grand que r é t a l c m c n t du retard de

canal, T g > r.
m p o u r éviter l'IEP et LIES. Nous avons utilisé l'extension cyclique c o m m e

critère p o u r remplir cet intervalle de garde. O n a choisi T g = Af/16, ce qui c o r r e s p o n d

à 6 . 2 5 % de la durée utile d'un s y m b o l e O F D M .


Chapitre 5. Paramètres des simulations

5.1.6 Durée de symbole

La durée de s y m b o l e T affecte l'espacement entre les sous-porteuses. Une plus longue


s

durée de s y m b o l e a c o m m e conséquence une augmentation du n o m b r e de porteuses et

d o n c , la taille de la F F T . Si l'application est pour une réception mobile, l'espacement

entre porteuses doit être assez grand pour rendre l'effet D o p p l e r négligeable.

D o n c pour être à l'intérieur de la bande de cohérence, et avoir la possibilité de

récupérer l'information transmise, il suffit de choisir la durée du s y m b o l e c o m m e :

T c » T 5 » r m (5.1)

L'équation précédente fournit les limites inférieure et supérieure 1


de la durée d u

symbole O F D M .

F i x o n s maintenant, à travers un exemple, les paramètres utilisés dans notre système 1

O F D M dans un canal radio mobile. Soit une fréquence porteuse de 5 G H z . une vitesse

maximale de 120 k m / h et un étalement maximal de la réponse impulsionnelle r m ele 1.2

LIS. Avec ces données, on obtient, en utilisant ( 3 . 1 ) , un décalage D o p p l e r maximal F m

de 555.56 Hz. C e qui correspond à un temps de cohérence T , en utilisant l'équation


c

(3.9). de 0.76 ms. Le s y m b o l e O F D M sera alors limité par l'inégalité suivante :

761 //s > T > s 1.2//s

P o u r le système O F D M utilisé, la durée de s y m b o l e utile choisie est de 64 LIS, et la

durée de l'intervalle de garde est de 4 LIS. Par conséquent, la durée totale d a m s y m b o l e

O F D M est de 68 / / s , une valeur qui est bien à l'intérieur de l'intervalle délimité par

l'équation (5.1).

5.1.7 Espacement entre sous-porteuses

P o u r limiter les distorsions dues au canal on choisit le n o m b r e de porteuses A de telle r

sorte que la durée T d'un s y m b o l e O F D M soit longue devant celle de la réponse impul-
s

sionnelle du canal. C e t t e condition peut se traduire dans le d o m a i n e fréquentiel c o m m e

suit : on cherche à avoir une largeur ele bande d'une sous-porteuse l/T
1 1
s petite devant la

bande de cohérence d u canal. Ainsi on peut considérer que la réponse fréquentiellc du


canal est constante p o u r chaque sous-porteuse. L'espacement entre sous-porteuses est

Af — 15.625 kHz. une valeur qui est de loin inférieure à celle de la bande de cohérence

Bc = 476.19 k H z , en utilisant l'équation ( 3 . 6 ) .

5.2 Canal de transmission

Nous utilisons un m o d è l e de canal à évanouissement par trajets multiples [49]. se

c o m p o s a n t de L = 5 trajets [25, 36. 10. 60]. La réponse impulsionnelle du canal est

donnée par :
L-1

/,..((: r ) =J2<*k(t)5(t-T T )k e (5.2)


fc=0

où T e est la période d'échantillonnage et 0'K{t) sont les trajets d u canal qui ont une

distribution de Raylcigh dont l'évanouissement est basé sur l'algorithme décrit dans

cette section.

5.2.1 Le profil des puissances des retards

Le profil des puissances des retards ( P D P ) décrit l'enveloppe de la réponse i m -


1

pulsionnelle du canal en fonction d u retard. Le P D P d ' u n environnement urbain est

généralement décrit par une exponentielle, puisque chaque impulsion retardée a habi-

tuellement moins de puissance que la précédente. Ainsi, le P D P choisi dans notre travail

est décrit par l'équation suivante :

S(T) « exp ( ^ ) (5.3)

où G est la valeur effective d u profil de retard de puissance.


T

1
Power Delay Profile
5.2.2 L'algorithme de génération des enveloppes corrélées à éva-
nouissements de Rayleigh

L a génération des enveloppes à évanouissements de Rayleigh corrélés a été intensi-

vement considérée dans la littérature [21, 4 1 , 45, 46, 62, 65]. Dans ce travail, on a choisi

le m o d è l e p r o p o s é par Tran et al. [65], qui est un algorithme général p o u r la généra-

tion d'un nombre arbitraire d'enveloppes de Rayleigh avec n ' i m p o r t e quelle puissance

désirée, dans un canal sans fil avec ou sans décalage Doppler. Cet algorithme peut être

appliqué dans le cas de la corrélation spatiale, c o m m e avec les antennes multiples dans

les systèmes M I M O , ou dans le cas de la corrélation spectrale entre les processus aléa-

toires c o m m e dans les systèmes O F D M .

D a n s les systèmes O F D M , les évanouissements affectant les porteuses peuvent être

corrélés due à la petite largeur de bande de cohérence du canal, ou d u c à la séparation

en fréquence insatisfaisante entre les porteuses. Par conséquent, cet algorithme peut

générer des enveloppes à évanouissements corrélés de Raylcigh p o u r simuler les perfor-

mances des systèmes.

L'analyse du spectre Doppler a été dérivée la première fois par G a n s [6], basé sur le

m o d è l e de Clarke [4]. M o t i v é par ces travaux, Smith [7] a d é v e l o p p é un m o d è l e assisté

par ordinateur p o u r générer une enveloppe à évanouissements de Raylcigh clans des

canaux à évanouissements plats. Ce m o d è l e a été alors modifié par Y o u n g [46] p o u r

fournir une réalisation plus précise du canal.

O n note que dans cet algorithme, les auteurs utilisent la d é c o m p o s i t i o n en valeurs

singulières, au lieu de la d é c o m p o s i t i o n de Cholcsky, p o u r calculer la matrice de colora-

tion, puisque la d é c o m p o s i t i o n de C h o l c s k y ne peut pas fonctionner p o u r une matrice

de covariance qui a des valeurs propres égales ou près de zéro [65].

Le m o d è l e d'un générateur à évanouissements de Raylcigh p o u r générer les enve-

loppes individuelles de Raylcigh en b a n d e de base p r o p o s é dans [46] est m o n t r é sur

la figure 5.2. Ce m o d è l e génère une enveloppe à évanouissements de Rayleigh en utili-

sant la transformée de Fouricr discrète inverse ( I D F T ) , basée sur des variables aléatoires

gaussiennes indépendantes et de moyenne nulle pondérées par les coefficients appropriés


1

d'un filtre Doppler. La séquence //.„[/:. I = 0 , 1 , . . . , M — 1 des échantillons aléatoires

gaussions c o m p l e x e s à la sortie du n 'ieim


générateur de Rayleigh peut être exprimée
M variables
gaussiennes réelles A [k]
n

de moyenne nulle
et i.i.d. A [k]-jB [i
n n
IDFT
à M points
K = 0.. .. ,M -R 1 complexes

M variables /(X SÉQUENCE GAUSSIENNE COMPLEXE EN BANDE


gaussiennes réelles DE BASE AVEC UNE ENVELOPPE DE RAYLEIGH
de moyenne nulle 1 = 0 M — 1
B [k]
et i.i.d.
n

F l G . 5.2 - M o d è l e d'un générateur d'enveloppe de Raylcigh.

comme

«-w = ji £ 1 Ad A: c
J2NKL/M
(5.4)

fc=0
ou
• M est le n o m b r e de points de 1"IDFT :

• / est l'indice de l'échantillon en temps discret (/ = 0 , 1 , . . . , M — 1) ;

. U [k]
n = F\k]A [k}-jF[k}B [k};
n n

• F[k] sont les coefficients du filtre Doppler.

Par définition, la variance de la séquence u[l] à la sortie du générateur de Raylcigh est

donnée par [65] :


M-L
2a:
(5.5;
= E{u[l]u[lY} = ^J2 r
W
A:=0
où (•)* dénote le c o m p l e x e c o n j u g u é .

P o u r réaliser la fonction d'autocorrélation désirée R nor = Jo(2nf d)


m 1 où f m est la

fréquence D o p p l e r maximale normalisée par la fréquence d'échantillonnage F s (c'est-à-

dire, f m = F /F ),
m s les coefficients du filtre D o p p l e r F[k] sont déterminés dans le m o d è l e
de Y o u n g [46] c o m m e suit

0. 0;

1, k m 1;
i-(k/(Mf )y m

( km
arc tan kmi
F[k] =
V2 5.6)
k m + 1 .1/ - k

( fùn - 1
arctan M - A-,

M - k m 4-1 , A/ - 1
2^1 - ((M-k)/(M f )fm

Dans ( 5 . 6 ) , fc m = [ / M J , où [-J indique l'arrondissement vers le plus grand n o m b r e


m

entier inférieur ou égale à l'argument.

Le m o d è l e p o u r générer L enveloppes à évanouissements de Raylcigh corrélés corres-

pondant à une matrice de covariance désirée dans un scénario où les décalages D o p p l e r

sont considérés est représenté sur la figure 5.3.

L'algorithme p o u r générer L enveloppes de Raylcigh corrélées à des instants discrets

/. p o u r l = 0 , . . . , M — 1, peut être récapitulé c o m m e suit :

1. Dans le cas général, les variances désirées aî des variables aléatoires gaussiennes

c o m p l e x e s doivent être connues. Particulièrement, si on veut produire des enve-

loppes de Rayleigh correspondant aux variances désirées a , 2


n les a 2
n sont calculées

c o m m e suit [65] :

<=(J-hjTy Vn=l,.. L. ) (5.7)

2. Déterminer les matrices de covariance R (k,n), xx R (k n),yy ) R (k,n)


xy et R (k,n),
yx

p o u r k,n= 1 , . . . , L et k ^ n, c o m m e suit :

D 11 \ D H \ cr J (27rF „r . )
2
0 î fc n

R (k,
xy n) = -Ry (k,X n) = -Aw _ a R {k, k n T xx n).

où a 2
est la variance des processus aléatoire gaussien c o m p l e x e , J 0 est la fonction

de Bcsscl du premier genre d'ordre zéro, F m est la fréquence D o p p l e r m a x i m a l e ,

Aw kjl = 27r (fk — fn) est la séparation en fréquence angulaire entre les deux p r o -

cessus gaussions c o m p l e x e s , a T est r é t a l c m c n t m i s du retard du canal sans fil et

Tkn c s
t le retard du t e m p s d'arrivée entre les d e u x trajets d'indice k et n.
3. Créer la matrice de covariance K de taille L x L c o m m e :

K=K,,] t x t , (5.9)

ou

{ a
n

9(1
pour v — q

^ (5.10)
(R (p.
xx q) + Ryyip, q)) - J [RxyKPi q) ~ RyxKP, q)) pour p ^ q
4. A p p l i q u e r la d é c o m p o s i t i o n en valeurs singulières :

K - V G V " (5.11)

avec G = diag ( A i , . . . , A l ) . Puis, calculer la nouvelle matrice diagonale :

A = diag(Âi,..., ) . L (5.12)


c / K pour A n > 0.
A — <n n = 1 , . . . , L. (5.13)
[ 0 pour A„ < 0,

D o n c , nous avons une matrice diagonale A avec tous ses éléments clans la diagonale

qui sont réels: cette matrice est d o n c définie n o n négative [ 6 5 ] .

5 . Déterminer une nouvelle matrice  = y/K et calculer la matrice de coloration A

c o m m e suit :

A = VÀ (5.14)

6 . A partir des propriétés de la fonction d'autocorrélation désirée, déterminer les

valeurs de M et o . Ces valeurs peuvent être arbitrairement choisies.


2
0

7. P o u r chaque générateur d e Rayleigh présenté sur la figure 5 . 2 , générer M échan-

tillons aléatoires gaussions réels, de m o y e n n e nulle, indépendants et identiquement

distribués (i.i.d.) A[k] avec une variance o 2


0 et, i n d é p e n d a m m e n t , générer M échan-

tillons aléatoire gaussions réels, de m o y e n n e nulle et i.i.d. B[k] avec la distribution

(0, a ).
2
De A[k] et B[k], générer M variables aléatoires gaussiennes c o m p l e x e s et

i.i.d A[k] — jB[k]. L générateurs de Rayleigh sont utilisés simultanément p o u r

produire L enveloppes de Raylcigh c o m m e présenté sur la figure 5 . 3 .

8 . Multiplier les échantillons gaussions c o m p l e x e s A[k] — jB[k]. pour k = 1 , . . . , M ,

avec les coefficients correspondants d u filtre D o p p l e r F[k] d o n n é dans (5.6).

9. A p p l i q u e r l ' I D F T à M - p o i n t s sur les échantillons résultants.


Générateur
de Rayleigh Enveloppe 1

Générateur
de Rayleigh Les deux Enveloppe 2
9 dernières étape:
de l'algorithme

Générateur
de Rayleigh Enveloppe L
L

F l G . 5.3 - M o d è l e p o u r générer L enveloppes de Raylcigh dans un scénario en t e m p s

réel.

10. Calculer la variance a 2


de la sortie u[l] suivant ( 5 . 5 ) . O n note que a 2
est la m ô m e

pour les L générateurs de Rayleigh.

11. Créer un vecteur u = (ui,..., Ui) T


de L échantillons aléatoires gaussiens c o m -

plexes avec la distribution (0. a ) 2


où l'élément u . pour
ri n = 1 , . . . . L , est la sortie

du n ieme
générateur de Raylcigh.

12. Générer un vecteur z de L échantillons aléatoires gaussiens complexes corrélés

c o m m e suit :
A u , Z
L. 5.15)
z = = (Zi

Les m o d u l e s des L échantillons gaussiens dans z sont les enveloppes à évanouis-

sements de Raylcigh désirées aux instants considères /.

On répète les deux dernières étapes pour différents instants / (/ = 0 , . . . , M — 1). et

d o n c , l'algorithme peut être utilisé pour un scénario en t e m p s réel.

5.2.3 Paramètres du canal utilisé

Dans notre travail, nous simulons L = 5 enveloppes à évanouissements de Rayleigh

corrélés en fréquence correspondant aux variables aléatoires gaussiennes c o m p l e x e s avec

des puissances égales a . — 1 (J — 1 , . . . , X ) . Les paramètres considérés ici sont M = 2


2
g
2 0
,

a'2
= 1/2 (variance par dimension dans le m o d è l e de Y o u n g [46]), F s = 4 MHz, F m
variable entre 10 et 560 Hz (correspondant à une fréquence porteuse de 5 G H z et

une vitesse de déplacement v entre 2.2 et 121 k m / h ) . L'écart fréquentiel entre d e u x

fréquences porteuses adjacentes est Af = 15.625 kHz. En outre, nous considérons un

étalement effectif (rms) du retard de a T = 0.42 ris [53] et les délais entre les cinq

enveloppes sont de 0.25 //s entre les quatre premiers et de 0.5 //s entre le quatrième et

le cinquième trajet.

D a n s la suite, on a d o p t e c o m m e notation pour les canaux utilisés, ce qui suit :

_ -2
m

Enveloppe 1
• Enveloppe 2
- Enveloppe 3
• • Enveloppe 4
Enveloppe 5

0.05 0.1
Temps (ms)

(a) Fm = 10 Hz.

— - Enveloppe 3
Enveloppe 4
Enveloppe 5
20
0.05 0.1
Temps (ms)

(b) F n
200 Hz.

FlG. 5.4 Représentation des cinq enveloppes de Rayleigh dans d e u x scénarios de canal

p o u r une durée de 0.15 ms.


Le canal est généré suivant l'algorithme décrit dans la section précédente, le n o m b r e de

trajets est L = 5, r é t a l c m c n t de la réponse du canal r m est de 1.25 //s.

• Canal 1 : c'est un canal qui varie lentement correspondant à une fréquence D o p p l e r

maximale F m égale à 10 Hz (y = 2.1 km h ) .

• Canal 2 : c'est un canal qui varie moyennement correspondant à une fréquence

D o p p l e r maximale F m égale à 200 Hz (y = 43.2 k m / h ) .

• Canal 3 : c'est un canal qui varie rapidement correspondant à une fréquence

D o p p l e r maximale Fm égale à 560 Hz (u 121 k m h).

En utilisant cet algorithme, nous o b t e n o n s les résultats représentés à la figure 5.4

pour deux fréquences Doppler de 10 et de 200 Hz pendant une durée de 0.15 ms.

5.2.4 Résumé

Le tableau 5.2 reprend les paramètres q u ' o n a utilisés dans nos simulations.

Paramètres Spécifications

B a n d e passante 4 MHz

N o m b r e de sous-porteuses 256

Taille de P F F T / I F F T 256

Constellations BPSK, QPSK, 16-QAM, 64-QAM

T y p e d'intervalle de garde Extension cyclique

Intervalle de garde 16 échantillons

Canal de transmission M o d è l e de Raylcigh

N o m b r e de trajets 5

Profil des puissances des retards Exponentiel

Vitesse de déplacement Variable de 2.2 à 121 k m / h

Synchronisation Parfaite

Entrelacement Fréquentiel

T A B . 5.2 - Paramètres utilisés clans nos simulations


5.3 Estimation de canal

L'estimation de canal est basée sur des symboles pilotes transmis à certaines posi-

tions dans la grille temps-fréquence du système O F D M . Les atténuations de canal sont

estimées au moyen d'interpolation entre ces pilotes. Les atténuations de canal dans les

points voisins dans la grille temps-fréquence sont fortement corrélces, une propriété qui

peut être utilisée p o u r l'estimation de canal.

Le canal peut être estimé aux fréquences pilotes avec l'utilisation de l'un des algo-

rithmes suivants :

1. L'estimateur à moindres carrés (LS) ;

2. L'estimateur LS modifié ( L S M ) ;

3. L'estimateur linéaire à erreur quadratique moyenne minimale ( L M M S E ) ;

4. L'estimateur L M M S E modifié ( L M M S E M ) ;

5. L'estimateur à vraisemblance maximale ( M L ) .

5.3.1 Positionnement des symboles pilotes

D a n s ce travail on a étudié la façon de transmettre les symboles pilotes dans les

systèmes O F D M sans fil, dans laquelle une comparaison entre quelques arrangements

des symboles pilotes a été montrée. L'utilisation des s y m b o l e s pilotes p o u r l'estimation

de canal réduit le t a u x de transmission de l'information et il est souhaitable de garder

le n o m b r e de symboles pilotes aussi petit que possible. Le p r o b l è m e est de décider où

et c o m b i e n de fois on doit insérer ces symboles pilotes. L'espacement entre les s y m b o l e s

pilotes doit être assez petit pour rendre les estimations de canal fiables et assez grandes

p o u r ne pas trop réduire le taux de transmission de l'information. Utiliser un m o d è l e de

pilotes dense signifie que le canal est sur-échantillonné, et les s y m b o l e s pilotes sont près

les uns des autres, ce qui implique que les m é t h o d e s d'estimation à bas rang peuvent

mieux fonctionner.

D a n s les simulations, trois types d'arrangements des symboles pilotes dans la grille

temps-fréquence sont utilisés : arrangement en forme de blocs p o u r des c a n a u x qui

varient lentement et arrangement des pilotes en forme de peigne et de treillis, introduits


p o u r satisfaire le besoin d'égalisation quand le canal change m ê m e p o u r une trame

O F D M . L'estimation de canal clans ce cas-ci consiste à estimer le canal aux fréquences

pilotes et ensuite interpoler le canal.

P o u r positionner les symboles pilotes on rassemble les symboles O F D M en paquets,

chaque paquet se c o m p o s e d'un n o m b r e fixe de trames O F D M . La figure 4.2 illustre les

trois types d e positionnement des s y m b o l e s pilotes utilisés dans ce travail.

5.3.2 Arrangement des pilotes en forme de blocs

Les 64 trames O F D M dans chaque paquet sont divisées en N g groupes, avec K t

trames dans chaque groupe. Les symboles pilotes sont introduits dans toutes les sous-

portcuscs du premier s y m b o l e O F D M de chaque g r o u p e . L'estimation de canal est

effectuée en utilisant l'un des algorithmes suivants : LS, L S - M , L M M S E et L M M S E - M .

Le canal estimé au d é b u t du groupe est utilisé pour toutes les trames suivantes dans le

m ô m e g r o u p e , et ainsi de suite pour les groupes suivants.

5.3.3 Arrangement des pilotes en forme de peigne

Les symboles pilotes sont mélangés avec les symboles m o d u l é s . P o u r un système à N

sous-portcuscs, o n suppose que toutes les sous-porteuses sont divisées en N p groupes,

avec Kf sous-porteuses dans chaque g r o u p e , c'est-à-dire, N = N p Kf et la première

sous-porteuse de chaque groupe est assignée pour le s y m b o l e pilote. Ainsi, il y a Np

sous-portcuscs pilotes et N — N p sous-portcuscs de données dans chaque trame O F D M .

N o u s avons utilisé les algorithmes LS, L S - M . L M M S E , L M M S E - M et M L pour

estimer le canal aux fréquences pilotes, et p o u r les fréquences de données les techniques

d'interpolation utilisés sont : linéaire ( L I ) , second degré ( S O I ) , passe-bas ( L P I ) , et par

splines cubiques ( S C I ) .
5.3.4 Arrangement des pilotes en forme de treillis

Une trame O F D M sur K t contient des symboles pilotes et une porteuse sur Kf est

insérée c o m m e s y m b o l e pilote dans cette trame, où K t et Kf dénotent l'espacement

entre symboles pilotes le long des domaines de temps et de fréquence, respectivement.

Ainsi, le taux d'utilisation des symboles pilotes n'est que de l/K Kf.
t

L'estimation de canal aux fréquences pilotes est effectuée en utilisant l'un des al-

gorithmes suivants : LS. L S - M . L M M S E . L M M S E - M et M L , et p o u r les fréquences de

données on a choisi les m ê m e s techniques d'interpolation utilisés p r é c é d e m m e n t .

5.3.5 L'égaliseur ZF

L a réalisation de l'égaliseur Z F est relativement simple p o u r un système O F D M . En

effet, il suffit de diviser chacune des valeurs spectrales du signal reçu par les coefficients

du spectre de canal.

5.4 Critères d'évaluation

5.4.1 L'erreur quadratique moyenne ( E Q M )

L'erreur quadratique moyenne ( E Q M ) et le taux d'erreur par bit ( T E B ) sont deux

critères importants p o u r effectuer l'évaluation des performances des estimateurs de

canal. P o u r ce faire, nous définissons l'erreur quadratique m o y e n n e selon :

(5.16)

où H est le vecteur de canal estimé et H est le vecteur des atténuations de canal.


5.4.2 Le taux d'erreur par bit ( T E B )

Le t a u x d'erreur par bit est calculé par :


Chapitre 6

Résultats des simulations

C e chapitre est consacre aux résultats obtenus lors de nos simulations, ainsi q u ' a u x

discussions des différents résultats. Les paramètres utilisés dans nos simulations sont

ceux donnés au chapitre précédent clans le tableau 5.2. Les résultats sont divisés en trois

sections : système O F D M , canal de transmission et estimation de la réponse du canal.

6.1 Système OFDM

6.1.1 Schémas de modulation

L a figure 6.1 illustre l'effet de la taille de la constellation ( t y p e de m o d u l a t i o n )

utilisée. O n constate une dégradation du taux d'erreur par bit ( T E B ) quand le n o m b r e

d'états dans la constellation augmente. Ceci est dû au fait que l'augmentation du n o m b r e

d'états diminue par conséquence la distance euclidienne entre ces états et la probabilité

de faire une fausse décision augmente. E x c e p t i o n faite p o u r le cas des m o d u l a t i o n s

B P S K et Q P S K , qui ont des distances euclidiennes identiques.


E /N (dB)
b o x
'

F l G . 6.1 Influence du t y p e de m o d u l a t i o n utilise.

6.1.2 Intervalle de garde

Le but principal de l'insertion d'un intervalle de garde entre chaque deux s y m b o l e s

O F D M est d'éviter l'interférence entre s y m b o l e ( I E S ) . La figure 6.2 montre l'effet de

E /N (dB)
b o

F l G . 6.2 - Influence de la longueur du préfixe cyclique.


la longueur de l'intervalle de garde sur le taux d'erreur. O n constate que lorsque la

longueur de la réponse impulsionnelle du canal L excède la longueur de l'intervalle de

garde T g il en résulte de l'IES qui dégrade les performances d u système.

D a n s la figure 6.2. on a pris la durée de la réponse impulsionnelle d u canal r


1
m = 1.25

fis. D o n c , pour avoir de meilleure performance il suffit de choisir un préfixe cyclique de

longueur supérieure à la longueur de la réponse impulsionnelle du canal. O n observe

que, q u a n d la longueur du préfixe excède la longueur de la réponse impulsionnelle, il

n'y a plus d'IES et augmenter encore la longueur du préfixe cyclique est inutile, puisque

le préfixe c o n s o m m e une partie de la bande passante.


1 1 1 1

6.2 Canal de transmission

6.2.1 Canal utilisé

Les figures 6.3 et 6.4 montrent une représentation temporelle et fréquentiellc d u

canal utilisé dans nos simulations. Les deux figures correspondent respectivement à des

fréquences D o p p l e r maximales F m de 10 Hz et 560 Hz, et les d e u x c a n a u x ont été générés

F l G . 6.3 - Influence de la mobilité sur un canal qui varie lentement, F rn = 10 Hz.


10,

03
"O

T3 *l 1
3

t ?

I -20 J
-30 i
600
400
200
Echantillons Fréquences

FlG. 6.4 - Influence de la mobilité sur un canal qui varie rapidement, F m — 560 Hz.

selon le m o d è l e de I r a n et al. [65] décrit dans le chapitre précédent.


1

6.2.2 Vitesse de déplacement

La figure 6.5 illustre l'influence de la vitesse de déplacement (fréquence D o p p l e r ) sur

les performances du système. O n a utilisé le critère d'estimation de canal LS et la vitesse

de déplacement varie de 5 à 50 k m / h . O n constate q u ' u n e dégradation des performances

p o u r une vitesse de 5 k m / h peut être acceptable, mais p o u r une vitesse de déplacement

plus élevée le taux d'erreur augmente de façon intolérable. La variation de la vitesse

à un impact direct sur l'effet D o p p l e r qui à une influence directe sur l'orthogonalité à

l'intérieure du spectre O F D M , ce qui engendre de l'interférence entre les sous-porteuses,

qui est responsable de la dégradation des performances du système.

6.2.3 L'instant d'estimation

La figure 6.6 illustre l'influence du m o m e n t d'estimation sur les performances du

système. O n a utilisé un canal qui varie lentement, le critère d'estimation de canal LS


FlG. 6.5 Effet de la vitesse de variation du canal de transmission.

et l'instant d'estimation est déterminé en fonction de la durée d'un s y m b o l e O F D M

T.
8 O n constate que la dégradation des performances p o u r une durée de 4 T s peut être

acceptable, à 4 T s plus tard il y a une augmentation intolérable du t a u x d'erreur. A

titre d ' e x e m p l e , p o u r un rapport E /N


o 0 de 30 d B , le t a u x d'erreur passe de 3 x 1 0 ~ 4

à 68 LIS après une estimation c o m p l è t e du canal à un taux d'erreur de 3 x 1 0 " ' si on 3

E /N (dB)
b o

FlG. 6.6 Effet du m o m e n t d'estimation du canal sur un canal qui varie lentement.
utilise la m ô m e estimation à 952 fis plus tard.

Il faut d o n c , soit transmettre des séquences de taille inférieure, ou diminuer la p é -

riode d'insertion des symboles pilotes pour mettre à j o u r l'estimation du canal. Pour

cette deuxième o p t i o n , on peut envisager une des trois possibilités d'arrangement des

symboles pilotes décrites dans le chapitre 4. à savoir, soit effectuer périodiquement une
1

nouvelle estimation c o m p l è t e du canal, s o i t inclure quelques s y m b o l e s pilotes dans les

trames O F D M et ainsi on peut suivre les variations du canal de façon continue. Ceci

sera l ' o b j e c t i f de la prochaine section.


1

6.3 Estimation du canal

D a n s les systèmes O F D M . la densité des symboles pilotes dans chaque s y m b o l e

O F D M peut être déterminée en se basant principalement sur la sélectivité fréquentiellc

du canal sans fil par rapport à la largeur de bande de fonctionnement du système.

Les techniques robustes d'estimation de canal basées sur les s y m b o l e s pilotes exigent

un n o m b r e de s y m b o l e s pilotes relativement grand p o u r une estimation précise de la

R I C . De tels estimateurs de canal doivent suivre les variations de la R I C en t e m p s et


1

en fréquence pour q u ' o n ait un b o n fonctionnement du système dans divers environne-

ments radio. Par ailleurs, le n o m b r e de s y m b o l e s pilotes doit être maintenu aussi petit

que possible pour une transmission efficace. Ainsi, le n o m b r e de s y m b o l e s pilotes dans

les systèmes O F D M est l'un des facteurs les plus i m p o r t a n t s pour avoir un c o m p r o m i s

entre la précision de l'estimation de la R I C et l'efficacité de transmission.

D a n s cette section, nous évaluons les performances des différentes m é t h o d e s d'esti-

m a t i o n du canal. La légende « R I C » représente la connaissance perfaitc des paramètres

du canal. Les légendes « A P B , A P P et A P T » indiquent le type d'arrangement des pi-

lotes en forme de b l o c s , en forme de peignes et en forme de treillis, respectivement. En

plus, les légendes « LI, S O , S C et P B » dénotent respectivement les schémas d'inter-

polation linéaire, du second ordre, par splines cubiques et passe bas, p o u r l'estimation

de canal aux fréquences pilotes dans le cas où on utilise les arrangements des pilotes en

forme de peignes et en forme de treillis. En outre, les légendes « LS, L S M , L M M S E ,

L M M S E M et AIL » représentent les critères d'estimation de la réponse du canal basés

1
Réponse impulsionnelle du canal
sur le critère à m o i n d r e s carrés, à moindres carrés modifié, linéaire à erreur q u a d r a -

tique m o y e n n e minimale, linéaire à erreur quadratique m o y e n n e minimale modifié, et à

vraisemblance m a x i m a l e , respectivement.

6.3.1 Le critère d'estimation M L

L "estimateur M L utilise un filtre adaptatif à chaque fréquence pilote. La première

valeur est trouvée directement par l'algorithme LS et les valeurs suivantes sont calculées

basé sur l'estimation précédente et la sortie actuelle d u canal. La figure 6.7 illustre

l'évolution du taux d'erreur par bit en fonction du r a p p o r t E /NQ, 0 pour différentes

valeurs du rang p de l'estimateur M L . O n a utilisé l'arrangement des s y m b o l e s pilotes

en forme de peignes, le canal 3 avec L = 5 trajets à évanouissements de R a y l c i g h et Kj

= 8, afin de mieux voir l'effet de la variation de la valeur du rang p de l'estimateur M L

par rapport aux estimateurs LS et L M M S E c o m m e référence. A partir de cette figure,

on constate que la diminution du rang p améliore la p e r f o r m a n c e , et l'estimateur M L

se r a p p r o c h e de l'estimateur L M M S E , à c o n d i t i o n de ne pas choisir un rang p inférieur

à la longueur de la réponse impulsionnelle du canal. Par e x e m p l e , si on prend p = 4

< L, on a ignoré un trajet et la performance du système se dégrade considérablement.

O n c o n c l u que plus o n se r a p p r o c h e de la longueur de la réponse impulsionnelle du

canal meilleure sera la performance du système. Le m ô m e c o m p o r t e m e n t est observé

10 15 20
E/N (dB)

(a) Taux d'erreur par bit. ( b ) Z o o m entre 10 et 20 d B .

FlG. 6.7 T a u x d'erreur par bit p o u r différentes valeurs du rang de l'estimateur M L .


10'

E./N
b o (dB)'
v

F l G . 6.8 Erreur quadratique m o y e n n e p o u r différentes valeurs du rang d ' a p p r o x i m a -

tion p de l'estimateur M L .

lorsqu'on trace l'erreur quadratique moyenne en fonction de E /N b 0 (figure 6.8).

10

0 5 10 15 20 25 30 10 12 14 16 18 20
E / N (dB)
b Q E / N (dB)
b Q

(a) Taux d'erreur par bit. (b) Z o o m entre 10 et 20 dB.

F l G . 6.9 Taux d'erreur par bit p o u r différentes valeurs du rang d ' a p p r o x i m a t i o n p de

l'estimateur L S M .
oLU

L M M S E

10 G 5 10 15 20 25
30

F l G . 6.10 - Erreur quadratique moyenne p o u r différentes valeurs du rang d ' a p p r o x i m a -

tion p de l'estimateur L S M .

6.3.2 Le critère d'estimation LS modifié

La figure 6.9 illustre r é v o l u t i o n du taux d'erreur par bit en fonction du rapport

Eb/No, p o u r différents valeurs du rang p de l'estimateur L S M . O n a utilisé l'arrangement

des s y m b o l e s pilotes en forme de peignes, le canal 3 avec L = 5 trajets à évanouissements

de Raylcigh et un écart entre les fréquences porteuses Kf = 8, afin de mieux voir l'effet

de la variation de la valeur du rang p de l'estimateur L S M par rapport aux estimateurs

LS et L M M S E c o m m e référence. A partir de cette figure, on constate que la diminution

du rang p améliore la performance, et l'estimateur L S M se rapproche de l'estimateur

L M M S E , à condition de ne pas choisir un rang p inférieure à la longueur de la réponse

impulsionnelle du canal. Par e x e m p l e , si o n prend p = 4 < L, on a ignoré un trajet

et la performance du système se dégrade considérablement. Pour des rapports E /Nq


0

bas, l'effet de l'approximation est petit c o m p a r é au bruit du canal, alors qu'il devient

dominant pour les grands E /N . b 0 O n conclu que plus on se rapproche de la longueur de

la réponse impulsionnelle du canal meilleure est la performance du système. Le m ô m e

c o m p o r t e m e n t est observé lorsqu'on trace l'erreur quadratique m o y e n n e en fonction de

Eb/No, c o m m e montré sur la figure 6.10.


6.3.3 Arrangement des pilotes en forme de blocs ( A P B )

Effet d u m o m e n t d'estimation

Sur la figure 6.11, le taux d'erreur par bit ( T E B ) en fonction de Eb/N 0 est tracé

dans le cas des schémas d'estimation de canal en utilisant des pilotes en forme de b l o c

à travers un canal à évanouissements lents (canal 1). Dans cette figure, l'estimateur

L M M S E donne la meilleure performance , et l'estimateur LS donne la moins b o n n e .


1 1

En outre, pour les trois cas de figure choisis, on constate aussi que l'augmentation ele 1

l'écart entre les symboles O F D M pilotes (K ) t a p o u r effet de diminuer la performance

du système. D o n c , on peut conclure que p o u r avoir un meilleur suivi des variations du

canal, il vaut mieux minimiser l'écart temporel entre les symboles pilotes.

E f f e t d e la v i t e s s e d e v a r i a t i o n d u c a n a l

L a figure 6.12 représente r é v o l u t i o n du T E B pour les différents critères d'estimation

élu canal. Le T E B est tracé pour les canaux 1 et 2. Sur cette figure on voit l'effet de la

variation du canal (vitesse de d é p l a c e m e n t ) , le canal 1 d o n n e la meilleure performance

(Kt = 16) LMMSE


(Kt = 16) LMMSEM
10 15 30
0 5 10 20 25
E / N (dB)
b Q

FlG. 6.11 - Les différents critères d'estimation de canal : LS. L S M , L M M S E et L M M -

S E M , p o u r un espacement temporel K t — 4, 8 et 16.


c o m p a r e au canal 2, puisque ce dernier change tellement vite qu'il y ' a un changement

de l'état du canal à l'intérieure d'un s y m b o l e O F D M . O n a pris deux cas de figure, K t

= 4 (la mise à j o u r de l'estimation est faite chaque 4 symboles O F D M ) et Kt = 8 ; le

m ê m e c o m p o r t e m e n t du T E B est observé dans les d e u x cas. Par conséquent, dans ce

cas de figure, l'augmentation de la vitesse de variation du canal à un effet néfaste sur

les performances d u système.

Les critères d'estimation d u canal

L a figure 6.13 m o n t r e r é v o l u t i o n du taux d'erreur par bit en fonction du rapport

Eb/No p o u r différentes valeurs du facteur K .t Les quatre critères LS, L S M , L M M S E

et L M M S E M sont utilisés c o m m e algorithmes d'estimation du canal. D a n s cette figure

R I C représente la connaissance perfaitc des paramètres du canal. O n constate que l'aug-

mentation du facteur K est bénéfique en ce qui concerne la minimisation de l'utilisation


t

du nombre de s y m b o l e s pilotes, mais elle a un effet néfaste sur le T E B , et ceci p o u r

les quatre critères d'estimation. La m ê m e situation est observée avec l'utilisation du

canal 1 ou 2. Dans cette figure on voit aussi l'effet de la vitesse de variation du canal

à travers les deux c a n a u x 1 et 2. Le canal 1 réalise la meilleure performance puisqu'il

varie lentement c o m p a r é au canal 2. La meilleure performance est constatée quand Kt

E /N
b o (dB) E /N
b Q (dB)

(a) K t = 4. (h) K t = 8.

Fie;. 6.12 - Effet de la vitesse de variation du canal p o u r les différents critères d'esti-

mation LS, L S M , L M M S E et L M M S E M .
= 4, c'est-à-dire, q u a n d on a un taux d'insertion de s y m b o l e s pilotes de 1/4.

C o m p a r a i s o n e n t r e les c r i t è r e s L S et LSM

L a figure 6.14 illustre le c o m p o r t e m e n t du taux d'erreur par bit p o u r différents va-

leurs de K . Dans cette figure en c o m p a r e les performances des deux critères d'estimation
t

LS et L S M à travers le canal 1. Le critère L S M réalise une amélioration d'environ 3 d B

par rapport au critère LS pour les trois valeurs de K . t O n constate que l'estimateur LS

15 20 10 15 20
E./N (dB) E./N. (dB)

'a) Estimateur LS. ( b ) Estimateur L S M .

- RIC
LMMSE (Canal 1. Kt = 04)
—G—LMMSE (Canal t, Kt «
—B—LMMSE (Canal t, Kt > 16)
- • - LMMSE (Canal 2. Kt = 04)
- 9 - LMMSE (Canal 2. Kt = 08)
- B - LMMSE (Canal 2. Kt = 16)

10 15 20
E
b / N
o { d B
*

(c) Estimateur L M M S E . (d) Estimateur L M M S E M .

FlG. 6.13 - Effet de la variation d u facteur K t sur les différents critères d'estimation.
modifie se rapproche de la réponse du canal dans le cas où K t = 4. Ainsi, on remarque

que l'augmentation du facteur K t diminue la performance du système.

C o m p a r a i s o n e n t r e les c r i t è r e s L M M S E e t LMMSEM

La figure 6.15 illustre le c o m p o r t e m e n t du taux d'erreur par bit pour différentes


1 1

valeurs de I\ . Dans cette figure en c o m p a r e les performances des deux critères d'esti-
t

m a t i o n L M M S E et L M M S E M à travers le canal 1. Le critère L M M S E M réalise presque

la m ô m e performance que le critère L M M S E p o u r les trois valeurs de K . t O n constate

que les deux estimateurs se rapproche ele la réponse du canal dans le cas où K
1
t = 4.

C o m p a r a i s o n e n t r e les c r i t è r e s L S M e t LMMSEM

La figure 6.16 illustre le c o m p o r t e m e n t du taux d'erreur par bit pour différents

valeurs de K . t Dans cette figure en c o m p a r e les performances des d e u x critères d'esti-

mation L S M et L M M S E M à travers le canal 1. Le critère L S M réalise presque la m ô m e

performance que le critère L M M S E M p o u r les trois valeurs de K.


t

EJN (dB)

F i e . 6.14 - Différence entre les critères d'estimation LS et L S M .


I I 1
Ifc,......... î . . .
" " O •,,
a • o

10~ 1
4 1 1 1 1 1
'
0 5 10 15 20 25 30
E / N (dB)
b o

FlG. 6.15 - Différence entre les critères d'estimation L M M S E et L M M S E M .

Dans la figure 6.17 et pour une valeur de Kt de 4. on observe presque le m ê m e c o m -

portement des deux estimateurs, et ceci malgré le changement du canal de transmission.

D o n c , les deux estimateurs réalisent presque les mômes performances, à condition que

le canal change très lentement.


10
0 5 10 15 20 25 30
E /N (dB)
b o

F l G . 6.16 - Différence entre les critères d'estimation L S M et L M M S E M .


6.3.4 Arrangement des pilotes en forme de peignes ( A P P )

Avec le type d'arrangement des symboles pilotes en forme de peignes, les estimateurs

sont en mesure de suivre les variations d u canal. P o u r les trois c a n a u x choisis, les

différents critères d'estimation arrivent à bien suivrait les variations d u canal. Par

conséquent, dans le c a s o ù on utilise ce t y p e d'arrangement des s y m b o l e s pilotes on ne

fait pas de c o m p a r a i s o n entre les différents c a n a u x de transmission.

Les m é t h o d e s d'interpolation

Sur la figure G. 18, o n a tracé le taux d'erreur par bit en fonction de E^/Nq p o u r les

quatre critères d'estimation. O n a choisi Kf 16 (l'espacement entre les sous-porteuses

pilotes au sein d'un symbole O F D M ) et le canal 3, p o u r mieux voir l'effet des différentes

m é t h o d e s d'interpolation. P o u r les quatre sous-figures la meilleure m é t h o d e d'interpo-

lation est L P (interpolation passe-bas). C e résultat est prévu puisque l'interpolation

LP minimise l'erreur quadratique moyenne entre les points interpolés et leurs valeurs

idéales. O n constate aussi que les deux m é t h o d e s d'interpolation S C et S O ont presque

la m ô m e performance, et la m é t h o d e LI arrive en dernier lieu.

Les m ê m e s conclusions sont observées p o u r les variations de l'erreur quadratique

moyenne en fonction de E /N b 0l c o m m e m o n t r é sur la figure 6.19. Encore une fois, c'est

la méthode L P qui est la meilleure et il y a une différence de 2 d B entre les m é t h o d e s


1

SC et S O dans le cas des deux critères d'estimation LS et L S M .

Les critères d'estimation d u canal

Les figures 6.20 et 6.21 représentent l'évolution du t a u x d'erreur par bit et de l'erreur

quadratique m o y e n n e en fonction d u rapport E /N b 0 respectivement. O n a représenté

tous les critères d'estimation d u canal p o u r deux valeurs d u facteur Kf et le canal 3.

On constate (pic l'augmentation d u facteur Kf diminue les performances d u système.

Le critère L M M S E réalise la meilleure performance et LS la moins b o n n e .


— RIC

—e— LSM LI
—B— V SO
LSM S::
—*— LSM : P

0 . 5 10 15 20 25 30
E./N (dB)

(a) L'estimateur LS. (b) L'estimateur L S M .

(c) L'estimateur L M M S E . (d) L'estimateur L M M S E M .

FlG. 6.18 C o m p a r a i s o n entre les différentes m é t h o d e s d'interpolation (taux d'erreur

par b i t ) .
(a) L'estimateur LS. (b) L'estimateur LSM.

(c) L'estimateur L M M S E . (d) L'estimateur L M M S E M .

FlG. 6.19 - C o m p a r a i s o n entre les différentes m é t h o d e s d'interpolation (erreur quadra-

tique m o y e n n e ) .
10°

E /N
u (dB)
b o v
'

F L G . 6.20 - T a u x d'erreur par bit des différents critères d'estimation M L . LS, L S M ,

L M M S E et L M M S E M (pour K f = 8, 16).

F L G . 6.21 - Erreur quadratique moyenne des différents critères d'estimation M L , LS,

L S M , L M M S E et L M M S E M ( p o u r Kf = 8, 16).
E f f e t d e la d e n s i t é d e s p i l o t e s

La figure 6.22 illustre l'effet de la variation du n o m b r e de sous-porteuses pilotes dans

un s y m b o l e O F D M sur la performance du système dans le cas où le critère d'estimation

M L est utilisé, on a représenté d'une part le taux d'erreur par bit et d'autre part l'erreur
1

quadratique m o y e n n e . O n a choisi quatre valeurs p o u r Kt = 4, 8, 16 et 32, et le canal

3. On conclu que. plus l'espacement entre les sous-porteuses pilotes diminue (le n o m b r e

de pilotes a u g m e n t e ) , meilleure est la performance du système. Mais l'augmentation du

n o m b r e de pilote diminue l'efficacité de transmission. P o u r cela, un c o m p r o m i s entre

performance et efficacité est à envisager.

Les figures 6.23 et 6.24 représente le m ô m e effet du facteur Kf p o u r les critères

d'estimation LS, L S M , L M M S E et L M M S E M , respectivement,

C o m p a r a i s o n e n t r e les c r i t è r e s d ' e s t i m a t i o n L S , L S M et ML

La figure 6.25 illustre l'évolution du T E B et de l ' E Q M en fonction de E /N b 0 poul-

ies critères d'estimation LS, L S M et M L . O n a choisi le canal 3 et 8, 16 et 32 comme 1

valeurs du facteur Kf. L'estimateur M L avec Kf = 8 réalise la meilleure performance et

l'estimateur LS avec Kf = 32 la moins b o n n e . O n constate que l'estimateur M L garde

0 5 10 15 20 25 30 0 5 10 15 20 25 30
E /N
b (dB) E / N (dB)
b Q

(a) Taux d'erreur par bit, (b) Erreur quadratique moyenne.

Fie;. 6.22 - Effet du facteur Kf sur le critère d'estimation M L .


(a) Taux d'erreur par bit ( L S ) . (b) Erreur quadratique moyenne ( L S ) .

10 15 20 10 15 20
E./N (DB) E./N (DB)

(c) Taux d'erreur par bit ( L S M ) . (d) Erreur quadratique moyenne ( L S M ) .

FiG. 6.23 - Effet du facteur Kj sur les critères d ' e s t i m a t i o n LS et L S M .


E / N (dB)
b o E / N (dB)
b o

(a) Taux d'erreur par bit ( L M M S E ) . ( b ) Erreur quadratique moyenne ( L M M S E ) .

E /N
b o (dB) E / N (dB)
b Q

(c) Taux d'erreur par bit ( L M M S E M ) . (d) Erreur quadratique moyenne ( L M M S E M ) .

F l G . 6.24 Effet du facteur K f sur les critères d ' e s t i m a t i o n L M M S E et L M M S E M .


-RIC
— e — (KI = 0 8 ) L S
- E - (Kl = 16) LS
• O • (Kt = 32) LS
— B — (Kl = 08) LSM
- B - ( K f = 16) LSM - B - (Kl = 16) LSM
• D ' (KU32)LSM (Kl = 32) LSM
(Kl = 08) ML — * — (Kl = 08) ML
- * - (Kl = 16) ML - # - (Kl = 16) ML
(Kl = 32) ML (Kl = 32) ML

10 15 20 10 15 20
E./N (dB) E /N (dB)

(a) Taux d'erreur par bit. (b) Erreur quadratique moyenne.

F l G . 6.25 - C o m p a r a i s o n entre les critères d'estimation LS, L S M et M L .

presque la m ô m e performance avec une différence en T E B de 1 d B entre Kf = 8 et Kf

= 32 et une différence en E Q M de 5 d B . E n outre, l'estimateur L S M est meilleur q u e

LS, et il approche l'estimateur M L pour Kf = 8 avec une différence en E Q M de 1.5 d B .

O n observe aussi q u e l'augmentation de l'espacement entre les sous-porteuses pilotes

Kf. engendre une dégradation des performances et cette effet est bien visible pour les

estimateurs LS et L S M et moins nuisible dans le cas d e l'estimateur M L .

C o m p a r a i s o n e n t r e les critères d ' e s t i m a t i o n L M M S E , L M M S E M et M L

La figure 6.26 illustre l'évolution du T E B et de l ' E Q M en fonction de E /N b 0 pour

les critères d'estimation L M M S E , L M M S E M et M L . O n a choisi le canal 3 et 8, 16

et 32 c o m m e valeurs d e Kf. L'estimateur L M M S E M avec Kf = 8 réalise la meilleure

performance et l'estimateur L M M S E M avec Kf = 32 la moins b o n n e . O n constate que

l'estimateur M L garde presque la m ô m e performance avec une différence en E /N b 0 pour

le m ô m e T E B de 1 d B entre K f = 8 et Kf = 32. E n outre, l'estimateur LMMSEM

a approximativement la m ô m e performance en T E B q u e l'estimateur L M M S E et ceci

pour les différentes valeurs de Kf. Par ailleurs le critère L M M S E M dépasse le critère

L M M S E en E Q M , et ils ont tendance à se joindre au fur et à mesure que le rapport

E /N
b 0 augmente. O n observe aussi que l'augmentation de l'espacement entre les sous-

porteuses pilotes Kf, engendre une dégradation des performances et cette effet est
• (Kf = 08) LMMSE
• (Kf = 16) LMMSE
O (Kf = 32) LMMSE
-B— (Kf = 08) LMMSEM
B - (Kf = 16) LMMSEM
•O • • (Kf = 32) LMMSEM
(Kf = 08) ML
* - (Kf = 16) ML
» (Kf = 32) ML

RIC
O (Kf = 08) LMMSE
- E - ( K f = 16) LMMSE
O (Kf = 32) LMMSE
—B— (Kf = 08) LMMSEM
— B - (Kf = 16) LMMSEM
• • 'D • • (Kf = 32) LMMSEM
— * - (Kf = 08) ML
- ~ (Kf = 16) ML
(Kf = 32) ML

10 15 20 10 15 20
E /N (dB) E /N (dB)

(a) Taux d'erreur par bit. (b) Erreur quadratique moyenne.

FiG. 6.26 - C o m p a r a i s o n entre les critères d'estimation L M M S E . L M M S E M et M L .

bien clair p o u r les estimateurs L M M S E et L M M S E M et moins nuisible pour le cas de

l'estimateur M L qui garde la m ê m e tendance.

C o m p a r a i s o n e n t r e les c r i t è r e s d ' e s t i m a t i o n L S M , L M M S E M et M L

La figure 6.27 illustre r é v o l u t i o n du T E B et de l ' E Q M en fonction de E /N h () poul-

ies critères d'estimation L S M , L M M S E M et M L . O n a choisi le canal 3 et K f = 8 et

16. L'estimateur L M M S E M avec Kf = 8 réalise la meilleure performance et l'estima-

teur L M M S E M avec Kf = 32 la moins b o n n e . O n constate cpie l'estimateur M L garde

presque la m ê m e performance et il garde la m ê m e pente de descendance en E Q M . En

outre, l'estimateur L S M a approximativement la m ê m e performance en T E B que l'es-

timateur L M M S E M p o u r de petites valeurs de Kf. Par ailleurs le critère L S M dépasse

L M M S E M pour K t = 16 et des valeurs élevés d u rapport E /N .


b 0 O n observe aussi

que l'augmentation de l'espacement entre les sous-porteuses pilotes Kf engendre une

dégradation des performances et cet effet est bien visible p o u r les estimateurs L S M et

L M M S E M et moins nuisible p o u r le cas de l'estimateur M L .


0 5 10 15 20 25 30 0 5 10 15 20 25 30
E /N
b Q (dB) E / N (dB)
b o

(a) Taux d'erreur par bit. ( b ) Erreur quadratique moyenne.

F l G . 6.27 - C o m p a r a i s o n entre les critères d'estimation L S M , L M M S E M et M L .

G.3.5 Arrangement des pilotes en forme de treillis ( A P T )

Les m é t h o d e s d'interpolation

À la figure 6.28 on a représenté la différence entre les m é t h o d e s d'interpolations dans

le cas où l'arrangement A P T est utilisé. O n a employé le critère d'estimation L M M S E , 1

K t = 4 et Kf = 16, p o u r mieux voir l'effet des différentes m é t h o d e s d'interpolation. La

meilleure m é t h o d e d'interpolation est toujours LP, et la moins b o n n e est LI. Les deux

m é t h o d e s S C et S O réalisent presque les m ô m e s performances.

E f f e t d e la d e n s i t é d e s p i l o t e s

Dans cette section o n présente l'effet de la variation du n o m b r e de sous-portcuscs

pilotes dans la grille temps-fréquence, à savoir la valeur de K t et Kf, sur le taux d'erreur

par bit p o u r les différents critères d'estimation du canal, c o m m e illustré sur la figure

6.29. O n a utilisé le canal 1. K t et Kf prennent les valeurs 4 et 16. La meilleure perfor-

m a n c e est observée lorsqu'on prend K t Kf = 4, qui représente un taux d'insertion de

symboles pilotes de 1/16 (un s y m b o l e pilote p o u r 15 s y m b o l e s de d o n n é e s ) , et la moins

b o n n e performance est observée lorsqu'on prend K t Kf = 16, qui représente un taux


E
b / N
o ( d B ) E
b / N
o ( d B )

(a) Taux d'erreur par bit. (b) Erreur quadratique moyenne.

F l G . 6.28 - C o m p a r a i s o n entre les m é t h o d e s d'interpolation pour le critère d'estimation

LMMSE.

d'insertion de s y m b o l e s pilotes de 1/256. O n constate que les différents critères d'esti-

mation ont le m ê m e c o m p o r t e m e n t . Par conséquent, la minimisation de l'espacement

entre les sous-porteuses pilotes engendre de meilleurs résultats, mais elle c o n s o m m e une

partie de la bande de transmission.

C o m p a r a i s o n e n t r e les c r i t è r e s d ' e s t i m a t i o n L S , L S M e t ML

La figure 6.30 illustre l'effet de la densité des symboles pilotes sur la performance du

système. L a c o m p a r a i s o n entre les critères d'estimation LS, L S M et M L est faite p o u r

deux valeurs du t a u x d'insertion des s y m b o l e s pilotes de 1/64 et 1/256 à travers le canal

1. Le meilleur critère d'estimation est M L , suivi de L S M qui réalise approximativement

la m ê m e performance que M L p o u r K t = Kf = 8, et la moins b o n n e performance est

observée avec l'utilisation du critère LS. O n constate que la minimisation de l'espace-

ment entre les s y m b o l e s pilotes que ce soit dans le d o m a i n e temporel ou le d o m a i n e

fréquentiel améliore les performances du système.

Sur la figure 6.31 on fait une c o m p a r a i s o n entre les critères d'estimation LS. L S M

et M L du point de vue mobilité du canal de transmission. On a choisi les canaux 1

et 2 p o u r expliquer la différence du c o m p o r t e m e n t des différents estimateurs vis à vis

la mobilité du canal, et l'espacement entre les symboles pilotes est K t = Kf — 16. Le


—B— LS (Kt=08. K1=
LS (Kt=16, Kf=08)
LS (Kt=16, K1=16)

15 20 10 15 20 25 30
E /N (dB) E./N (dB)

(a) L'estimateur ML. (b) L'estimateur LS.

S ,
N I

RIC
— L M M S E (Kt=04, Kf=04)
— 6 — LMMSE (Kt-04, Kl=16)
LMMSE (KM», Kt=08)
LMMSE (Kt-16, KM»)
LMMSE (Kt=16, Kf= 16)

15
N (dB)
E IN (dB)

(c) L'estimateur LSM. [d) L'estimateur L M M S E .

(e) L'estimateur L M M S E M .

FlG. 6.29 - T a u x d'erreur par bit des estimateurs M L , LS, L S M , L M M S E et L M M S E M ,

p o u r différentes valeurs de K t et Kf.


1(3

10

. RIC
—6— (Kt=08, Kf=08) LS
10" - 0 - (Kt=16, Kf=16) LS
—B— (Kt=08, Kf=08) LSM
- B - (Kt=16, K(=16) LSM
• (Kt=08, Kf=08) ML
- • ~(Kt=16, Kf=16) ML

10 15 20 25

Fie;. 6.30 Différence entre les critères d'estimation LS, L S M et M L (effet du n o m b r e

de s y m b o l e s pilotes).

E /N (dB)
b o

FlG. 6.31 Différence entre les critères d'estimation LS, L S M et M L (effet de la mobilité

du c a n a l ) .
O (Kt=08, Kf=08) LMMSE
-3
10 - e - (KU16, Kf=16) LMMSE
• (Kt=08, Kf=08) LMMSEM
- B - (Kt = 16, Kf=16) LMMSEM
(Kt=08, Kf=08) ML
(Kt 1G. K f = 1 6 i Ml
icf 4

n 5 10 15 20 25 30
E /N (dB)
b o v
'

FlG. 6.32 - Différence entre les critères d'estimation L M M S E , L M M S E M et M L (effet

du n o m b r e de s y m b o l e s pilotes).

canal 1 d o n n e la meilleure performance, puisqu'il varie lentement et le canal 2 d o n n e la

moins b o n n e . Dans le cas du canal 1, le critère M L est le meilleur, mais pour le canal 2,

tous les critères souffrent de l'effet d e variation du canal de transmission, et ont presque

la m ô m e c o u r b e de T E B .

C o m p a r a i s o n e n t r e les c r i t è r e s L M M S E , L M M S E M et ML

L a figure 6.32 illustre l'effet de la densité des symboles pilotes sur la performance

du système. La c o m p a r a i s o n entre les critères d'estimation L M M S E , L M M S E M et M L

est faite p o u r d e u x valeurs du t a u x d'insertion des s y m b o l e s pilotes de 1/64 et 1/256

à travers le canal 1. Les critères L M M S E et L M M S E M réalisent approximativement la

m ê m e performance qui est meilleure que le critère M L p o u r K t = Kf = 8, mais pour

Kt = Kf = 16, le critère M L dépasse les d e u x autres. O n constate que la minimisât ion

de l'espacement entre les s y m b o l e s pilotes que ce soit dans le d o m a i n e temporel ou

fréquentiel améliore les performances du système. En outre, l'effet de cette minimisation

est m o i n s nuisible p o u r le critère M L que p o u r les critères L M M S E et L M M S E M .

Sur la figure 6.33 on fait une c o m p a r a i s o n entre les critères d'estimation L M M S E ,


— RIC
~ ML (canal 1
-# - ML (canal 2
- e — L M M S E (canal 1
e - L M M S E (canal 2)
-B— L M M S E M (canal 1
B - L M M S E M (canal 2)

10 20 25

F l G . 6.33 Différence entre les critères d'estimation L M M S E , L M M S E M et M L (effet

de la mobilité du c a n a l ) .

L M M S E M et M L du point de vue mobilité du canal de transmission. O n a choisi les

canaux 1 et 2 p o u r expliquer la différence du c o m p o r t e m e n t des différents estimateurs

vis à vis la mobilité du canal, et l'espacement entre les symboles pilotes est K t = Kf =

16. Le canal 1 d o n n e la meilleure performance, puisqu'il varie lentement et le canal 2

d o n n e la moins b o n n e . Dans le cas du canal 1, le critère M L est le meilleur, mais p o u r

le canal 2, tous les critères ont presque la m ê m e c o u r b e de T E B .

C o m p a r a i s o n e n t r e les c r i t è r e s L S M , L M M S E M et ML

La figure 6.34 illustre l'effet de la densité des symboles pilotes sur la performance du

système. La c o m p a r a i s o n entre les critères d'estimation L S M , L M M S E M et M L est faite


1

p o u r deux valeurs du t a u x d'insertion des symboles pilotes de 1/64 et 1/256 à travers le

canal 1. Le meilleur critère est L M M S E M , suivi de M L qui réalise approximativement

la m ê m e performance que L S M qui vient en dernier p o u r K t = Kf = 8, mais p o u r Kt

- Kf = 16, le meilleur critère est M L . suivi de L S M et en dernier L M M S E M . Ainsi,

l'estimateur L M M S E M est plus sensible au nombre de symboles pilotes que les deux

autres. O n constate que la minimisation de l'espacement entre les symboles pilotes que
10

10

m _ 2

LU 10

-e— (Kt=
RIC

e - (Kt=
0 8 , Kf=08) LSM
10 16, K f - 1 6 ) LSM
- B — (Kt- 0 8 , Kf=08) L M M S E M
B - (KT= 1 6 , Kf=16) L M M S E M

(Kt 0 8 , Kf=08) ML
* - (Kt= 16, K f = 1 6 ) ML
10
10 15 20 25 30

FlG. 6.34 - Différence entre les critères d'estimation L S M , L M M S E M et M L (effet du

n o m b r e de s y m b o l e s pilotes).

FlG. 6.35 - Différence entre les critères d'estimation L S M , L M M S E M et M L (effet de

la mobilité du c a n a l ) .
ce soit dans le d o m a i n e temporel ou le d o m a i n e fréquentiel améliore les performances

du système.

Sur la figure 6.35 on fait une comparaison entre les critères d'estimation LSM,

L M M S E M et M L d u point de vue mobilité du canal de transmission. O n a choisi les

c a n a u x 1 et 2 p o u r expliquer la différence du c o m p o r t e m e n t des différents estimateurs

vis à vis la mobilité du canal, et l'espacement entre les symboles pilotes est K t — Kf =

16. Le canal 1 d o n n e la meilleure performance, puisqu'il varie lentement et le canal 2

d o n n e la moins b o n n e . Dans le cas du canal 1. le critère M L est le meilleur, mais p o u r

le canal 2, tous les critères ont presque la m ê m e courbe de T E B .

6.3.6 Comparaison entre les différents types d'arrangements des


symboles pilotes

Les figures 6.36 et 6.37 c o m p a r e n t les performances de l'estimation de la réponse

impulsionnelle du canal p o u r les trois types d'arrangement des symboles pilotes q u ' o n a

étudié dans ce travail. En premier lieu, on fait une comparaison concernant la mobilité

du canal, et après, une c o m p a r a i s o n concernant le nombre de symboles pilotes utilisés.

L a figure 6.36 illustre l'évolution du taux d'erreur par bit en fonction du rapport

E /N
b 0 p o u r les critères d'estimation de canal LS, L S M , L M M S E et L M M S E M . Dans

cette figure, on a représenté l'effet du changement du type d'arrangement des symboles

pilotes, ainsi que l'effet de la mobilité du canal de transmission. O n a utilisé un taux

d'insertion de symboles pilotes de 1/4. L a meilleure performance est constatée lors de

l'utilisation de l'arrangement A P B à travers le canal 1 p o u r les différents critères d'esti-

m a t i o n . L a moins b o n n e performance est constatée avec le m ê m e type d'arrangement à

travers le canal 2 p o u r les différents critères d'estimation. À partir des résultats obtenus

il est clair cpie les critères d'estimation avec l'arrangement A P P sont moins affectés par-

la fréquence D o p p l c r ; le T E B augmente mais l'incrémentation est très petite.

Ainsi, on peut conclure que l'arrangement A P B ne peut pas suivre les variations du

canal, et d o n c il est déconseillé d'utilisé ce type d'arrangement des symboles pilotes si le

canal change rapidement. Parmi les trois types d'arrangement des pilotes. A P P réussit

à suivre les variations du canal, puisque la mise à j o u r de l'estimation est faite pour

chaque s y m b o l e O F D M transmis.

La figure 6.37 illustre l'évolution du taux d'erreur par bit en fonction du rapport
E
b / N
o ( d B ) E
b / N
o ( d B )

(c) L'estimateur L M M S E . (d) L'estimateur L M M S E M .

F l G . 6.36 - Effet de la mobilité du canal de transmission sur les différents types d'ar-

rangements des pilotes p o u r les critères d'estimation LS, L S M , L M M S E et L M M S E M .

E /N
b 0 p o u r les critères d'estimation de canal LS, L S M , L M M S E et L M M S E M . Dans

cette figure, on a représenté l'effet du changement du type d'arrangement des symboles

pilotes, ainsi que l'effet du n o m b r e de s y m b o l e s pilotes dans la grille temps-fréquence.

On a utilisé le canal de transmission 1. La meilleure performance est constatée lors

de l'utilisation de l'arrangement A P B avec un taux d'insertion de pilotes de 1/4 poul-

ies différents critères d'estimation. La moins b o n n e performance est constatée avec le

m ê m e t y p e d'arrangement avec un taux d'insertion de pilotes de 1/16 p o u r les différents

critères d'estimation. Ainsi, on peut conclure que l'arrangement A P B ne peut pas suivre

les variations du canal si l'espacement entre les pilotes augmente. En outre, quand la

densité des pilotes est assez haute, la performance en T E B approche sa limite. Parmi
RIC
—e— L S M - A P B ( R p =
- e - L S M - A P B ( R p = 1 16
—B— L S M - A P P ( R p = 1 4
- B -LLSM-APT
SM-APP(Rp =
1 loi
—"K— (Rp
1 4,
~ LSM-APT(Rp =
1 16)
15 20

E IN (dB)
E./N (dB)

(a) L'estimateur LS. (b) L'estimateur L S M .

- RIC
• O — L M M S E - A P B (Rp = 1/4)
8 - L M M S E - A P B (Rp = 1/16)
-B— L M M S E - A P P (Rp = 1/4)
B - L M M S E - A P P (Rp = 1/16)
LMMSE-APT(Rp = 1/4)
- * - L M M S E - A P T (Rp = 1/16)

10 15 20 15 20
E./N (dB) E /N (dB)

(c) L'estimateur L M M S E . (cl) L'estimateur L M M S E M .

FlG. 6.37 - Effet du t a u x d'insertion des s y m b o l e s pilotes sur les différents types d'ar-

rangements des pilotes p o u r les critères d'estimation L S , L S M , L M M S E et L M M S E M .

les trois types d'arrangement des pilotes et p o u r un taux d'insertion de symboles pilotes

de 1/16, A P T réussit à suivre les variations du canal, surtout pour des valeurs élevées

du r a p p o r t E^/NQ.

Par c o n s é q u e n t , les schémas d'arrangement des pilotes A P P sont plus appropriés à

la transmission de données à travers des c a n a u x à évanouissements rapides, ainsi que les

schémas A P T à c o n d i t i o n de bien choisir les positions des pilotes dans la grille t e m p s -

fréquence (essentiellement du coté t e m p o r e l ) . Tandis que les schémas A P B sont plus

appropriés aux c a n a u x à évanouissements lents.


6.3.7 Analyse de la complexité de calcul

D a n s cette section, on d o n n e un résume sur la c o m p l e x i t é de calcul des schémas

d'estimation du canal étudiés, et on discute les résultats des simulations pour d é m o n -

trer les performances [44, 59, 60, 66, 67].

En premier lieu, on s'intéresse à l'analyse de la c o m p l e x i t é de calcul des différents

critères d'estimation, dans le cas d'arrangement des symboles pilotes en forme de blocs

( A P B ) . Le tableau 6.1 montre le nombre de multiplications c o m p l e x e s utilisé par atté-

nuation (sous-porteuse) p o u r les quatre critères d'estimation. On constate que l'estima-

teur L M M S E est le plus c o m p l e x e (le plus grand temps de calcul), et le plus simple est

l'estimateur LS. Les d e u x autres critères ont une c o m p l e x i t é m o d é r é e . Par conséquent,

la modification d u critère LS augmente la c o m p l e x i t é de calcul, et ceci est en fonction

du n o m b r e de sous-porteuses utilisées par le système. C e p e n d a n t , la modification

apportée au critère L M M S E diminue la c o m p l e x i t é de calcul, et ceci en fonction de la

taille de l'intervalle de garde N g et du rang d ' a p p r o x i m a t i o n p.

En second lieu, on s'intéresse à l'analyse de la c o m p l e x i t é de calcul des différents cri-

tères d'estimation, dans le cas d'arrangement des symboles pilotes en forme de peignes

( A P P ) et forme de treillis ( A P T ) . A travers le tableau 6.2, nous présentons la c o m p l e x i t é

de calcul p o u r les quatre m é t h o d e s d'interpolation utilisées dans ce travail. Le n o m b r e

de multiplications c o m p l e x e s est calculé p o u r chaque sous-porteuse. L'algorithme LI

réalise la plus basse c o m p l e x i t é et LP, la plus c o m p l e x e . Le n o m b r e de multiplications

est calculé en fonction du n o m b r e de sous-porteuses N, du nombre de sous-porteuses

pilotes N p dans chaque s y m b o l e O F D M et de l'espacement en fréquence entre les sous-

porteuses pilotes Kf.

Le tableau 6.3 m o n t r e la c o m p l e x i t é de calcul des cinq critères d'estimation. Dans

Méthode N o m b r e de multiplications
d'estimation c o m p l e x e s par sous-porteuse

LS 1

LSM 1 - 3/4 l o g N 2

LMMSE N • 1

LMMSEM Ng+P

T A B . 6.1 - Analyse de la c o m p l e x i t é de calcul des estimateurs de canal à l'aide des

s y m b o l e s pilotes en forme de b l o c s ( A P B ) .
Méthode N o m b r e de multiplications
d'interpolation c o m p l e x e s par sous-porteuse

LI (N - N ) p 1 N

SO 3 {N - N ) p 1 (2 TV)

SC 4 (N p - l)(N-N )/(K p f N)

LP N /4
p

T A B . 6.2 - Analyse de la c o m p l e x i t é de calcul des différents algorithmes d'interpolation

du canal p o u r le cas avec des arrangements des symboles pilotes A P P et A P T .

Méthode N o m b r e de multiplications complexes


d'estimation par sous-porteuse

LS 1

LSM 1 - 3/4 l o g 2 Np

LMMSE N p - 1

LMMSEM N p — p

ML 3N/2 (log4N-l)-^p-^(^p-l)(^-l/2)

T A B . 6.3 - Analyse de la c o m p l e x i t é de calcul des estimateurs de canal à l'aide des

symboles pilotes en forme de peignes ( A P P ) et en forme de treillis ( A P T ) .

ce tableau, on calcule le n o m b r e de multiplications c o m p l e x e s par sous-porteuse en fonc-

tion du n o m b r e de sous-porteuses du système N, du n o m b r e de sous-porteuses pilotes

Np et du rang d ' a p p r o x i m a t i o n p. O n constate que le critère LS a la plus basse c o m -

plexité, et le critère L M M S E M réalise le plus grand t e m p s de calcul. O n remarque que,

p o u r un seul s y m b o l e O F D M , la c o m p l e x i t é de calcul diminue considérablement avec

l'utilisation des arrangements A P P et A P T comparativement à l'arrangement A P B , et

ceci et plus marqué si on utilise le critère L M M S E .

L ' e x e m p l e suivant permet de m i e u x voir l'effet de la complexité calculatoire des

différents critères d'estimation en utilisant les trois types d'arrangements des symboles

pilotes. D a n s cette exemple, on utilise les paramètres suivants : on transmit un paquet

de 16 s y m b o l e s O F D M , le n o m b r e de sous-portcuscs N = 256, un préfixe cyclique N g -

16. n o m b r e de pilotes N p — 16, l'espacement temporel et fréquentiel entre les s y m b o l e s

pilotes est Kt = 4 et Kf = 16, et le rang d ' a p p r o x i m a t i o n est p = 5. Les résultats du

calcul sont présentés au tableau 6.4.

La plus basse c o m p l e x i t é est observée lors de l'utilisation du critère LS et l'arran-


Type Critère
N o m b r e de M C s par sous-porteuse
d'arrangement d'estimation

LS 4

LSM 28
APB
LMMSE 1028

LMMSEM 84

LI SO se LP

LS 31 38.5 79.75 80

LSM 79 86.5 127.75 128


APP LMMSE 287 294.5 335.75 336

LMMSEM 351 358.5 399.75 400


ML 90.53

LS 7.75 9.63 19.94 20

LSM 19.75 21.63 31.94 32


APT LMMSE 71.75 73.63 83.94 84

LMMSEM 87.75 89.63 99.94 100

ML 22.63

T A B . 6.4 - E x e m p l e illustrant la différence en c o m p l e x i t é calculatoirc entre les différents

critères p o u r les différents types d'arrangements des symboles pilotes, pour 16 s y m b o l e s

O F D M envoyés successivement.

gement A P B , et la plus grande c o m p l e x i t é est observée si on utilise le critère L M M S E

et le m ê m e t y p e d'arrangement. O n constate que l'arrangement A P T à une c o m p l e x i t é

m o d é r é e c o m p a r a t i v e m e n t aux arrangements A P P et A P B . En outre, le critère M L avec

l'arrangement A P T réalise une c o m p l e x i t é basse par rapport à l'arrangement A P P .

Il convient de noter que les estimateurs L M M S E et L M M S E M ont été dérivés sous

la supposition q u ' o n connaît la corrélation de canal et la varianec du bruit. D a n s la

pratique ces quantités, ~R gg et cr^, sont soit fixées ou estimées, généralement d'une m a -

nière adaptative. Ceci augmentera la c o m p l e x i t é de l'estimateur et réduira légèrement

la performance.

6.3.8 Conclusions et remarques

Une b o n n e c o n c e p t i o n d'un estimateur de canal est basée sur un c o m p r o m i s entre

performance et c o m p l e x i t é . En termes de complexité, l'estimateur L M M S E dans le cas


A P B exige b e a u c o u p plus de calcul que les autres estimateurs. L'estimateur L M M S E M

à cet égard est meilleur que le L M M S E , car il réalise des performances presque iden-

tiques au L M M S E , avec un avantage d a m e réduction substantielle du temps de calcul

exigé, et ceci est p o u r les différents types d'arrangements des symboles pilotes. On note

que la différence de performance entre l'estimateur L M M S E et l'estimateur L M M S E M

est pratiquement nulle. C'est seulement sous le critère E Q M q u ' o n peut voir la différence

de performance entre les deux estimateurs. L'estimateur L M M S E M semble l'option la

plus faisable et la plus pratique.

Les résultats des simulations prouvent que l'estimation de canal à l'aide des s y m -

boles pilotes en forme de peigne ( A P P ) . en utilisant le critère L S M avec interpolation

passe-bas ( L P ) est la meilleure ele toutes les m é t h o d e s du coté c o m p l e x i t é de calcul.

L'estimateur M L donne la meilleure performance parmi tous les estimateurs de canal

utilisant des pilotes en forme de peigne, mais il a une complexité relativement élevée.

Il est clair que parmi tous les arrangements des pilotes étudiés, l'arrangement A P B

est le meilleur, en terme de T E B , p o u r un canal qui varie lentement. C e p e n d a n t , si nous

c o m p a r o n s les critères d'estimation avec l'arrangement A P B p o u r différentes valeurs de

fréquence D o p p l e r , l'arrangement A P B a la moins b o n n e performance si le canal change

rapidement. C'est un résultat prévu, parce q u ' à des fréquences Doppler plus élevées, la

fonction de transfert du canal change tellement vite qu'il y a m ê m e des changements

importants entre les symboles O F D M adjacents. Dans les environnements qui varient

rapidement, les modèles avec les arrangements des pilotes A P P et A P T sont une solution

envisageable.

A partir des résultats ci-dessus, on constate que l'arrangement des pilotes A P P peut

suivre les variations rapides des canaux parce que dans cet arrangement les pilotes sont

transmis clans chaque s y m b o l e O F D M . et par conséquent il permet le suivi constant des

variations des c a n a u x à évanouissements rapides. Par conséquent, l'arrangement A P P

est moins affecté par la fréquence Doppler. Le T E B augmente avec l'augmentation de

la fréquence D o p p l e r , mais l'incrémentation est très petite.

La performance parmi les techniques d'interpolation de canal p o u r les arrangements

des pilotes A P P (le m ê m e cas est observe lors de l'utilisation des arrangements A P T )

s'étend habituellement du meilleur au plus mauvais c o m m e suit : passe-bas ( L P ) , par

splines cubiques ( S C ) , du second ordre ( S O ) et linéaire ( L I ) . Le résultat est prévu

puisque l'interpolation passe-bas minimise l'erreur quadratique moyenne entre les points
1
interpoles et leurs valeurs idéales. En outre, L P et S C rapportent presque la m ê m e

performance dans les scénarios à bas Eb/No, alors que L P surpasse S C dans des scénarios

à Eb/No élevé. En termes de c o m p l e x i t é , L P et S C ont environ le m ê m e temps de calcul,

alors que S O et LI ont une basse c o m p l e x i t é . Par conséquence, les techniques L P et S C

sont habituellement r e c o m m a n d é e s parce qu'elles donnent un meilleur c o m p r o m i s entre

performance et c o m p l e x i t é .
Chapitre 7

Conclusions et perspectives

Avec le besoin grandissant des services de télécommunications sans fil à grande

vitesse, l ' O F D M a suscité des intérêts croissants en raison clc sa robustesse aux éva-

nouissements par trajets multiples et sa capacité de réaliser une efficacité élevée de

transmission. Les excellentes performances de l ' O F D M ont justifié son adoption dans

plusieurs standards p o u r les systèmes sans fil actuels et futurs. Une courte description

de notre travail est présentée dans ce qui suit.

A u chapitre 2. nous avons examiné en détail les performances des systèmes O F D M ,

en c o m m e n ç a n t par discuter des principes généraux de la m o d u l a t i o n multi-porteuses.

Nous avons passé en revue le principe de l'orthogonalité et l'utilité de l'intervalle de

garde p o u r c o m b a t t r e les interférences. Nous avons terminé par la présentation de deux

inconvénients majeurs des systèmes O F D M , à savoir le P A P R et le décalage fréquentiel,

ce qui requiert nécessairement d'effectuer une synchronisation.

A u chapitre 3, nous avons étudié quelques principes des canaux de transmission

sans fil, tel que les rapports entre la sélectivité fréquentiellc et les retards des trajets

multiples, la sélectivité temporelle et l'effet Doppler, et leurs effets sur la c o n c e p t i o n

d'un système O F D M . N o u s avons également discuté des différents m o d è l e s de canaux de

c o m m u n i c a t i o n s , en passant par la distribution de Raylcigh et en terminant par étudier

l'effet de l'entrelacement sur la performance du système . 1

A u chapitre 4, nous avons présenté cinq techniques d'estimation de canal O F D M ,

à savoir les estimateurs LS, L S M , L M M S E , L M M S E M et M L . Dans ce chapitre, nous

avons concentré notre attention sur les estimateurs modifiés L S M et L M M S E M ainsi


que sur l'estimateur M L . Dans les systèmes O F D M , la plupart des m é t h o d e s d'estima-

tion de canal utilisent des s y m b o l e s pilotes. Employer plus de pilotes aide à améliorer

la précision de l'estimation mais réduit l'efficacité de transmission. Ainsi, il est sou-

haitable de garder le nombre de pilotes aussi bas que possible. L'estimation du canal

peut être effectuée de plusieurs manières : en insérant des symboles pilotes dans tous

les sous-porteuses des s y m b o l e s O F D M avec une période spécifique ( A P B ) , en insérant

des s y m b o l e s pilotes dans chaque s y m b o l e O F D M ( A P P ) ou en insérant des s y m b o l e s

pilotes dans certaines symboles O F D M avec une période spécifique ( A P T ) . D a n s ce

m é m o i r e , nous avons exploré ces trois arrangements de symboles pilotes en détail p o u r

différents critères d'estimation et différentes fréquences Doppler.

A u chapitre 5, nous avons présente les différents paramètres utilisés lors de nos

simulations. Nous avons également discuté la m é t h o d e p o u r simuler le canal à éva-

nouissements multi trajets de Rayleigh.

A u chapitre 6, nous avons présenté et discuté les résultats obtenus lors de nos simu-

lations. D a n s les systèmes O F D M , les techniques robustes d'estimation de canal basées

sur les symboles pilotes exigent typiquement un nombre de symboles pilotes relative-

ment grand p o u r une estimation précise. De tels estimateurs de canal doivent p o u v o i r

suivre les variations du canal en t e m p s et en fréquence p o u r que le système fonctionne

avec succès dans divers environnements radio. D'autre part, tel que mentionné plus

haut, le n o m b r e de symboles pilotes doit être maintenu aussi petit que possible p o u r

une transmission efficace. Ainsi, le nombre de symboles pilotes dans les systèmes O F D M

est l'un des facteurs les plus importants p o u r avoir un c o m p r o m i s entre la précision de

l'estimation du canal et l'efficacité de la transmission. A partir de ces résultats, o n peut

faire les conclusions suivantes.

• Les schémas d'estimation de canal à l'aide de symboles pilotes en forme de b l o c

( A P B ) sont plus appropriés aux canaux à évanouissements lents, et les schémas

d'estimation de canal à l'aide des symboles pilotes en forme de peigne ( A P P ) sont

plus approprié aux c a n a u x à évanouissements m o y e n s et rapides. C e p e n d a n t , les

schémas A P T peuvent être utilisés avec les mêmes canaux que A P P à condition

de diminuer l'espacement entre les symboles pilotes dans le d o m a i n e temporel.

• Les estimations de canal avec des pilotes en forme de b l o c ( A P B ) et en forme de

treillis ( A P T ) sont habituellement plus simples que celles qui utilisent des pilotes

en forme de peigne ( A P P ) parce que dans le premier cas, les estimations sont cal-

culées une fois par groupe de K t symboles O F D M , tandis que l'arrangement A P P


calcule les estimations pour chaque s y m b o l e . De plus, les arrangements A P P et

A P T font appel à des techniques d'interpolation, ce qui augmente leur c o m p l e x i t é

de calcul.

• Dans l'estimation de canal à l'aide des symboles pilotes A P B , le critère L M M S E M

d o n n e le meilleur c o m p r o m i s entre performance et complexité.

• Le critère d'estimation L S M surpasse l'estimateur LS conventionnel dans la plu-

part des arrangements étudiés et pour tous les rapports E^/Nq, puisque les trajets

exclus contiennent seulement du bruit.

• L'estimateur de canal L M M S E démontre la meilleure performance. C e p e n d a n t ,

sa c o m p l e x i t é est l'un de ses inconvénients principaux. En outre , il exige éga-


1 1

lement la connaissance des statistiques du canal, ce qui augmente davantage la

c o m p l e x i t é de calcul de l'estimateur. Nous avons étudié une approche pour sim-1

plifier la c o m p l e x i t é de l'estimateur L M M S E . Dans cette approche, les cléments

non significatifs dans la matrice de covariance du canal sont négligés. Nos résul-

tats de simulation démontrent que L M M S E M a presque la m ê m e performance que

l'estimateur conventionnel L M M S E .

• L'arrangement des symboles pilotes A P T s'est avéré un excellent choix p o u r des

valeurs plus basses des fréquences Doppler.

D a n s ce travail, nous avons utilisé les schémas d'estimation de canal à une dimension,
1

puisqu'ils ont une basse c o m p l e x i t é de calcul. O n peut se demander quel serait le résultat

si on utilisait des schémas à deux dimensions. Par ailleurs, on peut envisager de faire

une comparaison entre l'estimation de canal avec des symboles pilotes et l'estimation
1

aveugle ou semi-aveugle. On peut aussi envisager l'effet élu c o d a g e ele canal sur la
1

performance du système, en utilisant les codes L D P C par exemple. En outre . O F D M 1

d o n n e de meilleures performances si on l'associe aux systèmes M I M O . qui un sujet

d'investigation très intéressant.

En t o u t , plusieurs recherches sur les systèmes O F D M sont encore ouvertes. Nous

espérons que ce travail a fourni des solutions à certains de ces problèmes et fournira

une base p o u r de futures recherches.


Bibliographie

[1] R. W . C h a n g , " O r t h o g o n a l F r e q n e n c y M u l t i p l e x D a t a T r a n s m i s s i o n Sys-

t e m " , Bell Téléphone Laboratories, No. 459042, novembre 1966.

[2j B. R. Saltzberg, " P e r f o r m a n c e o f a n E f f i c i e n t P a r a l l e l D a t a Transmission

S y s t e m " . I E E E Transactions on C o m m u n i c a t i o n s , Vol. 15, N o . 6, p p . 805-811,

d é c e m b r e 1967.

[3] R. W . Chang et R. A . Gibby, " A T h e o r e t i c a l S t u d y o f P e r f o r m a n c e o f a n

O r t h o g o n a l M u l t i p l e x i n g D a t a T r a n s m i s s i o n S c h e m e ' . I E E E Transactions

on C o m m u n i c a t i o n Technology, Vol. 16, No. 4, p p . 529-540, août 1968.

[4] R. H. Clarke. " A S t a t i s t i c a l T h e o r y o f M o b i l e - R a d i o R é c e p t i o n " . Bell System

Technica! Journal, Vol. 47, N o . 6, p p . 957-1000, 1968.

[5| S. B. Wcinstcin et P. M. E b e r t , " D a t a T r a n s m i s s i o n b y Frequency-Division

Multiplexing U s i n g t h e D i s c r è t e F o u r i e r T r a n s f o r m " , I E E E Transactions

on C o m m u n i c a t i o n s , Vol. 19, N o . 5, p p . 628-634, o c t o b r e 1971.

[6] M . J. G a n s , " A P o w e r S p e c t r a l T h e o r y o f P r o p a g a t i o n i n t h e M o b i l e R a d i o

E n v i r o n m e n t " , I E E E Transactions o n Vehicular Technology, Vol. 21, N o . 1, p p .

27-38, février 1972.

|7] J. I. Smith. " C o m p u t e r G e n e r a t e d M u l t i p a t h F a d i n g S i m u l a t i o n f o r Mo-

b i l e R a d i o " . I E E E Transactions on Vehicular Technology, Vol. 24, No. 3, p p . 39-40,

août 1975.

[8] A . Peled et A . R u i z , " F r e q u e n c y D o m a i n D a t a T r a n s m i s s i o n u s i n g R e d u c e d

C o m p u t a t i o n a l C o m p l e x i t y A l g o r i t h m s " , I E E E International Conférence on

A c o u s t i c s , Speech, and Signal Processing, Vol. 5, p p . 964-967, avril 1980.


[9] B. Hirosaki, " A n O r t h o g o n a l l y M u l t i p l e x e d Q A M System Using the Dis-

c r è t e F o u r i e r T r a n s f o r m a I E E E Transactions on C o m m u n i c a t i o n s , Vol. 29. N o .

7, p p . 982-989. juillet 1981.

[10] L. J. Cimini. Analysis and Simulation of a Digital M o b i l e Channel Using

O r t h o g o n a l F r e q u e n c y D i v i s i o n M u l t i p l e x i n g " , I E E E Transactions on C o m -

munications, Vol. 33, No. 7, p p . 665-675, juillet 1985.

[11] S. U. H. Qureshi, " A d a p t i v e E q u a l i z a t i o n " . P r o c c c d i n g s of the I E E E . Vol. 73,

N o . 9, p p . 1349-1387, septembre 1985.

[12] R. E. Blahut, " F a s t A l g o r i t h m s for Digital Signal Processing". Addison-

Wcslcy, septembre 1985.

[13] B. Le F l o c h , R. H. Lassallc et D. Castelain, " D i g i t a l S o u n d B r o a d c a s t i n g to

M o b i l e R e c e i v e r s " . I E E E Transactions on Consumer Electronics. Vol. 35. No. 3.

p p . 493-503, août 1989.

[14] J. C. Rault, D . Castelain et B. Le F l o c h , " T h e C o d e d O r t h o g o n a l Frequency

D i v i s i o n M u l t i p l e x i n g ( C O F D M ) T e c h n i q u e , a n d its A p p l i c a t i o n t o D i -

g i t a l R a d i o B r o a d c a s t i n g T o w a r d s M o b i l e R e c e i v e r s " , I E E E Global Télé-

c o m m u n i c a t i o n s Conférence, Vol. 1, p p . 428-432, novembre 1989.

[15] M . L. M o h e r et J. H. L o d g e , " T C M P - A M o d u l a t i o n a n d C o d i n g Strategy

f o r R i c i a n - F a d i n g C h a n n e l s " , I E E E Journal on Sclected A r c a s in C o m m u n i c a -

tions, Vol. 7, No. 9, p p . 1347-1355, décembre 1989.

[16] J. A . C. B i n g h a m , " M u l t i c a r r i e r M o d u l a t i o n f o r D a t a T r a n s m i s s i o n : A n

I d e a w h o s e T i m e h a s C o r n e " , I E E E C o m m u n i c a t i o n s Magazine, Vol. 28, N o .

5, p p . 5-14, mai 1990.

[17] J. K. Cavcrs, " A n A n a l y s i s o f P i l o t S y m b o l A s s i s t é e ! M o d u l a t i o n f o r R a y -

l e i g h F a d i n g C h a n n e l s " , I E E E Transactions on Véhiculai" Technology, Vol. 40.

N o . 4. p p . 686-693, novembre 1991.

[18] L. L. Scharf, " S t a t i s t i c a l S i g n a l P r o c e s s i n g : D é t e c t i o n , E s t i m a t i o n , and

T i m e S é r i e s A n a l y s i s " , A d d i s o n - W e s l c y Publishing C o m p a n y , 1991.

[19] S. K. W i l s o n , R. Ellen K h a y a t a et J. M . Cioffi, " 1 6 - Q A M Modulation with

OFDM in a R a y l e i g h Fading E n v i r o n m e n t " , I E E E Véhiculai Technology

Conférence, Vol. 3, p p . 1660-1664, juin 1994.


[20] M . Lcclerc, " A n a l y s e d e s P e r f o r m a n c e s d'un Système de Télécommuni-

c a t i o n à P o r t e u s e s M u l t i p l e s d a n s le C a n a l R a d i o M o b i l e " , M é m o i r e de

( M . S e ) , Université Laval, juillet 1994.

[21] W . C. Jakcs, " M i c r o w a v e M o b i l e C o m m u n i c a t i o n s " . W i l e y - I E E E Press, 1994.

[22] W . Y . Zou et Y . \Yu. COFDM : A n O v e r v i e w " , I E E E Transactions on B r o a d -

casting, Vol. 4 1 , N o . 1, p p . 1-8, mars 1995.

[23] T . Pollct, M . van Bladel et M . Moeneclacy, 1


B E R Sensitivity of O F D M Sys-

t e m s t o C a r r i e r F r e q u e n c y O f f s e t a n d W i e n e r P h a s e N o i s e " , I E E E Tran-

sactions on C o m m u n i c a t i o n s , Vol. 43, No. 2 / 3 / 4 , p p . 187-190, f é v r i e r / m a r s / a v r i l

1995.

[24] B. Le Floch, M . Alard et C. Berrou. " C o d e d O r t h o g o n a l F r e q u e n c y Division

M u l t i p l e x " , Proceedings of the I E E E . Vol. 83, No. 6, p p . 982-996. juin 1995.

[25] J. J. Van de Beek, O. Edfors, M . Sandcll, S. K. W i l s o n et O. P. Borjesson, " O n

C h a n n e l E s t i m a t i o n i n O F D M S y s t e m s " , I E E E Vehicular T e c h n o l o g y C o n f é -

rence, Vol. 2, p p . 815-819. juillet 1995.

[26] J. M . Torrancc et L. Hanzo, " C o m p a r a t i v e S t u d y o f P i l o t S y m b o l Assisted

M o d e m S c h e m e s " , International Conférence o n R a d i o Receivers and A s s o c i a t e d

Systems, p p . 36-41, septembre 1995.

[27] V . Engels et H. Rohling, " M u l t i l e v e l D i f f e r e n t i a l Modulation Techniques

(64-DAPSK) f o r M u l t i c a r r i e r T r a n s m i s s i o n S y s t e m s " , E u r o p c a n Transac-

tions on Télécommunications, Vol. 6, No. 6, p p . 633-640, 1995.

[28] T . Ennaciri, " A n a l y s e d e s P e r f o r m a n c e s d ' u n S y s t è m e d e Télécommuni-

c a t i o n à P o r t e u s e s M u l t i p l e s C o d é e s e n Treillis d a n s le C a n a l Radio-

M o b i l e " , M é m o i r e de ( M . S e ) , Université Laval, février 1996.

[29] O. Edfors, M . S a n d c l l J. J. Van de Beek, D . L a n d s t r o m et F. Sjoberg, " A n In-

troduction to Orthogonal Frequency Division Multiplexing", Université

technique de Lulcâ, Swcdcn, septembre 1996.

[30] V . M i g n o n e et A . Morello, " C D 3 - O F D M : A Novel Démodulation Scheme

f o r F i x e d a n d M o b i l e R e c e i v e r s " , I E E E Transactions on C o m m u n i c a t i o n s , Vol.

44, N o . 9, p p . 1144-1151, septembre 1996.

[31] J. R i n n c et M . Rcnfors, " P i l o t Spacing in O F D M Systems on Practical

C h a n n e l s " , I E E E Transactions on Consumer Electronics, Vol. 42, N o . 4, p p . 959-

962, novembre 1996.


[32] R. W . Chang. " S y n t h e s i s o f B a n d L i m i t e d Orthogonal Signais for Mul-

t i c h a n n e l D a t a T r a n s m i s s i o n ' , Bell Systems Tcchnical Journal, Vol. 45, p p .


,

1775-1796, décembre 1996.

[33] P. Strobach. 1
L o w - R a n k A d a p t i v e F i l t e r s " . I E E E Transactions on Signal P r o -

cessing, Vol. 44. No. 12. pp.2932-2947. décembre 1996.

[34] T . S. R a p p a p o r t , " W i r e l e s s Communications : Principles and Practice",

Institute of Elcctrical and Electronics Engineers, 1996.

[35] F. Tufvcsson et T . Mascng, " P i l o t A s s i s t e d C h a r m e l E s t i m a t i o n f o r OFDM

in M o b i l e C e l l u l a r S y s t e m s " , Proccclings I E E E Véhiculai' T e c h n o l o g y C o n f e -

ranec, Vol. 3, p p . 1639-1643. mai 1997.

[36] Y . Zhao et A . Huang, " A N o v e l C h a r m e l E s t i m a t i o n M e t h o d for OFDM

M o b i l e C o m m u n i c a t i o n S y s t e m s B a s e d on Pilot Signais and Transform

D o m a i n P r o c e s s i n g " , I E E E Vehicular T e c h n o l o g y C o n f c r a n c c . Vol. 3, p p . 2089-

2093, mai 1997.

[37] B. Sklar, " R a y l e i g h F a d i n g C h a n n e l s i n M o b i l e D i g i t a l Communication

S y s t e m s P a r t I : C h a r a c t e r i z a t i o n " , I E E E C o m m u n i c a t i o n s Magazine, Vol. 35,

No. 7, p p - 90-100, juillet 1997.

[38] O. Edfors, M . Sandcll. J. J. van de Beek, S. K. W i l s o n et P. O. Borjcsson. " O F D M

C h a n n e l E s t i m a t i o n b y S i n g u l a r V a l u e D é c o m p o s i t i o n " , I E E E Transactions

on C o m m u n i c a t i o n s , Vol. 46, N o . 7, p p . 931-939, juillet 1998.

[39] Y . Li, L.J. Cimini et N. R. Sollcnbcrgcr, " R o b u s t Channel Estimation for

O F D M S y s t e m s w i t h R a p i d D i s p e r s i v e F a d i n g C h a n n e l s " , I E E E Transac-

tions on C o m m u n i c a t i o n s , Vol. 46, N o . 7, p p . 902-915, juillet 1998.

[40] M . H. Hieh et C. H. W c i , " C h a n n e l E s t i m a t i o n f o r O F D M Systems Based

o n C o m b - T y p e A r r a n g e m e n t in F r e q u e n c y S é l e c t i v e F a d i n g Channels",

I E E E Transactions on C o n s u m e r Electronics, Vol. 44, N o . 1, p p . 217-225, féveier

1998.

[41] N. C. Beaulieu, " G é n é r a t i o n of Correlated Rayleigh Fading Envelopes".

I E E E C o m m u n i c a t i o n s Lett., Vol. 3, N o . 6, p p . 172-174, 1999.

[42] S. Kaiser et P. R o b e r t s o n , " T h e E f f e c t s o f D o p p l e r S p r e a d s i n OFDM(A)

Mobile Radio S y s t e m s " , I E E E Vehicular Technology Conférence, Vol. 1, p p .

329-333, septembre 1999.


[43] A . R. S. Bahai et B. R. Saltzberg, " M u l t i - C a r r i e r D i g i t a l Communications,

T h e o r y a n d A p p l i c a t i o n s o f O F D M " . Kluwer A c a d é m i e / P l é n u m Publishers,

1999.

[44] O. Edfors, M . Sandcll. J. J. van de Beek. S. K. W i l s o n et P. O. Borjesson, " A n a -

lyses o f D F T - B a s e d Channel Estimators for O F D M . Wireless Personal

C o m m u n i c a t i o n s , Vol. 12, N o . 1, p p . 55-70, janvier 2000.

[45] N. C. Bcaulieu et M . L. Merani, " E f f i c i e n t S i m u l a t i o n o f C o r r e l a t e d D i v e r s i t y

C h a n n e l s *, I E E E Conférence o n Wireless C o m m u n i c a t i o n s and Networking, Vol.

1. p p . 207-210, septembre 2000.

[46] D . J. Y o u n g et N. C. Bcaulieu, " T h e G é n é r a t i o n o f C o r r e l a t e d R a y l e i g h R a n -

d o m V a r i â t e s b y I n v e r s e D i s c r è t e F o u r i e r T r a n s f o r m " , I E E E Transactions

on C o m m u n i c a t i o n s , Vol. 48. No. 7. p p . 1114-1127. 2000.

[47] R. Van Née et R. Prasad, " O F D M for W i r e l e s s M u l t i m e d i a Communica-

t i o n s " , Artech Housc Publishers, 2000.

[48] B. Y a n g , K. B. Letaief, R. S. C h c n g et Z. C a o . " C h a n n e l E s t i m a t i o n f o r OFDM

T r a n s m i s s i o n in M u l t i p a t h F a d i n g c h a n n e l s B a s e d o n P a r a m e t r i c Chan-

n e l M o d e l i n g " , I E E E Transactions on C o m m u n i c a t i o n s , Vol. 49, N o . 3, p p . 467-

" 479, mars 2001.

[49] J. G. Proakis, " D i g i t a l c o m m u n i c a t i o n s " , M c G r a w - H i l l , 4th édition, 2001.

[50] M . Morclli et U. MengalL " A C o m p a r i s o n o f P i l o t - A i d e d C h a n n e l Estima-

t i o n M e t h o d s f o r O F D M S y s t e m s " , I E E E Transactions on Signal Processing,

Vol. 49, No. 12, p p . 3065-3073, décembre 2001.

[51] B. Skiai. " D i g i t a l C o m m u n i c a t i o n s : F u n d a m e n t a l s a n d A p p l i c a t i o n s " , Se-

c o n d Edition, Prentice Hall P T R , 2001.

[52] Y . Li, " S i m p l i f î e d C h a n n e l E s t i m a t i o n f o r O F D M S y s t e m s w i t h M u l t i p l e

T r a n s m i t A n t e n n a s " , I E E E Transactions on Wireless C o m m u n i c a t i o n s , Vol. 1.

N o . 1, p p . 67-75, janvier 2002.

[53] X . Z h a o , J. Kivincn, P. Vainikaincn et K. Skog " P r o p a g a t i o n Characteristics

f o r W i d e b a n d O u t d o o r M o b i l e C o m m u n i c a t i o n s a t 5.3 G H z " , I E E E Jour-

nal on S c l c c t c d Arcas in C o m m u n i c a t i o n s , Vol. 20, No. 3, p p . 507-514, avril 2002.

[54] S. Colcri, M . Ergcn, A . Puri et A. Bahai, " C h a n n e l E s t i m a t i o n Techniques

Based on Pilot Arrangement in O F D M S y s t e m s " , I E E E Transactions on

Broadcasting, Vol. 48, No. 3, p p . 223-229. septembre 2002.


[55] O . Border, " O p t i m i s a t i o n e t S t r a t é g i e s d ' A l l o c a t i o n d e P u i s s a n c e d e s S y s -

t è m e s d e T r a n s m i s s i o n M u l t i - A n t e n n e s " , Thèse de l'Université de Bretagne

Occidentale, décembre 2002.

[56] J. J. van de B c c k , P. Odling, S. K. W i l s o n et P. O. Borjcsson, "Orthogonal

Frequency Division Multiplexing ( O F D M ) " . International Union of R a d i o

Science ( U R S I ) , 2002.

[57] S. Coleri, M . Ergen, A. Puri et A. Bahai. " A S t u d y o f C h a n n e l E s t i m a t i o n in

OFDM S y s t e m s " ; I E E E Vehicular Technology Conférence, Vol. 2. p p . 894-898.

2002.

[58] L. Dcncirc. P. V a n d e n a m c c l c , L. V . D . Perre, B. Gysclinckx et M . Engels, " A

Low Complexity M L C h a n n e l E s t i m a t o r f o r O F D M " . I E E E Transactions

o n C o m m u n i c a t i o n s , Vol. 51, N o . 2. février 2003.

[59] J. W u et W . W u . " A C o m p a r a t i v e S t u d y o f R o b u s t C h a n n e l Estimators

for O F D M S y s t e m s " . I E E E International Conférence on C o m m u n i c a t i o n T c c h -

nollogy P r o c e c d i n g s , Vol. 2, p p . 1932-1935. avril 2003.

[60] S. G. Kang, Y . M . Ha et E. K. J o o , " A C o m p a r a t i v e I n v e s t i g a t i o n o n C h a n n e l

Estimation Algorithms for OFDM in M o b i l e Communications". IEEE

Transactions on Broadcasting, Vol. 49. No. 2, p p . 142-149. juin 2003.

[61] F. Sanzi. J. Sven et J. Spcidel, " A Comparative Study of Itérative Chan-

n e l E s t i m a t o r s f o r M o b i l e O F D M S y s t e m s " . I E E E Transactions on Wircless

C o m m u n i c a t i o n s . Vol. 2, No. 5, p p . 849-859, septembre 2003.

[62] S. Sorooshyari et D . G. Daut, " G é n é r a t i o n o f C o r r e l a t e d R a y l e i g h F a d i n g E n -

v e l o p e s for A c c u r a t e P e r f o r m a n c e A n a l y s i s o f D i v e r s i t y S y s t e m s " . IEEE

International S y m p o s i u m on Personal. Indoor and M o b i l e R a d i o C o m m u n i c a t i o n s ,

Vol. 2, p p . 1800-1804, septembre 2003.

[63] X . M a , H. Kobayashi et S. C. Schwartz, " E M - B a s e d C h a n n e l E s t i m a t i o n Al-

g o r i t h m s f o r O F D M " , E U R A S I P Journal on A p p l i e d Signal Processing, Vol.

2004, No. 10, p p . 1460-1477, 2004.

[64] S. Lin et D. J. Costello, " E r r o r C o n t r o l C o d i n g : F u n d a m e n t a l s a n d A p p l i -

c a t i o n s " . 4th Edition. Prentice Hall. 2004.

[65] C. Tran, T . A . W y s o c k i , A . Mertins et J. Seberry, " A G e n e r a l i z e d Algorithm

for t h e G é n é r a t i o n o f C o r r e l a t e d R a y l e i g h F a d i n g E n v e l o p e s in W i r e l e s s
C h a n n e l s " , E U R A S I P Journal on Wireless C o m m u n i c a t i o n s and Networking, Vol.

5, N o . 5, p p . 801-815, o c t o b r e 2005.

[66] Y . Shcn et E. Martincz, " C h a n n e l E s t i m a t i o n i n O F D M S y s t e m s " , Frcescale

S e m i c o n d u c t o r , Inc., 2006.

[67] E. Golovins et N. Ventura. " L o w - C o m p l e x i t y C h a n n e l E s t i m a t i o n for the

Wireless O F D M S y s t e m s " . E u r o p c a n Wireless Conférence, Avril 2007.

Vous aimerez peut-être aussi