Vous êtes sur la page 1sur 6

Université Paul Sabatier L2 SPI - EEA

Exercices de THERMODYNAMIQUE

1. 1 kg d’air, considéré comme un gaz parfait, se trouve dans l’état A de coordonnées thermody-
namiques pA = 105 Pa, TA = 300 K.
A partir de cet état, on fait décrire à l’air le cycle constitué par les transformations suivantes :
A → B : compression adiabatique réversible de la pression pA à la pression pB = 8 105 Pa.
B → C : échauffement monobare au cours duquel l’air reçoit, par transfert thermique, une quantité
d’énergie QBC = 507 kJ. C → D : détente isotherme réversible. D → A : refroidissement isochore.

(a) Représenter le cycle décrit par l’air dans les diagrammes de Clapeyron (p, V) et entropique
(T,S).
(b) Calculer les paramètres pression p, volume V et température T aux points A, B, C et D.
(c) Calculer les quantités d’énergie reçues par l’air, par transfert mécanique, au cours de ces
différentes transformations.
(d) Calculer les quantités d’énergie reçues par l’air, par transfert thermique, au cours de ces
différentes transformations
(e) En prenant comme entropie de référence la valeur S0 = 0 correspondant à l’état p0 = 105 Pa,
T0 = 273 K, calculer l’entropie massique de l’air dans les états A, B, C et D.

Constante massique de l’air : r = 287 J K −1 kg−1


Rapport de capacités thermiques : γ = 1, 4

2. Turbopropulseur
Une masse m = 1 kg d’air prélevée dans l’atmosphère à la température T0 = 300 K sous la pression
p0 = 105 Pa subit dans un turbopropulseur les quatre transformations suivantes:

• A → B: compression adiabatique réversible de l’état A (pA = p0 , TA = T0 , VA ) à l’état B


(pB = 10pA , TB , VB );
• B → C: échauffement monobare, dans la chambre de combustion, au cours duquel elle reçoit
la quantité de chaleur Q1 = 501, 466 kJ qui la fait évoluer de l’état B à l’état C (pC , TC , VC );
• C → D: détente adiabatique réversible dans la turbine de l’état C à l’état D (pD = p0 , VD ,
TD );
• D → A: refroidissement monobare de l’état D à l’état A au contact de l’atmosphère.

L’air est assimilé à un gaz parfait de constante massique r = 287 J.kg−1 .K −1 dont le rapport γ des
capacités thermiques vaut 1, 4.

(a) Représenter le cycle décrit par l’air dans le diagramme de Clapeyron (p,V) et dans le dia-
gramme entropique (T,s).
(b) Calculer les températures TB , TC et TD .
(c) Pour chaque transformation, calculer les quantités d’énergie reçues par l’air sous forme de
chaleur et sous forme mécanique (travail).
(d) Pour chaque transformation, calculer la variation d’entropie.
(e) Calculer l’efficacité du turbopropulseur fonctionnant suivant ce cycle.

3. Moteur Stirling
On étudie dans ce problème une succession de transformations subies par une mole de gaz parfait
constituant un cycle de Stirling. On note TC la température de la source chaude, TF la température
de la source froide et ∆T = TC − TF . Le cycle est constitué des quatre transformations thermody-
namiques suivantes (A, B, D, E sont des points où le gaz se trouve à l’équilibre thermodynamique):
au contact de la source chaude :
- transformation AB : échauffement isochore de TF à TC
- transformation BD : détente isotherme réversible
au contact de la source froide :
- transformation DE : refroidissement isochore de TC à TF
- transformation EA : compression isotherme réversible
On notera R la constante des gaz parfait et γ le rapport des capacités calorifiques. Le rapport des
volumes du point D et du point B est noté α = VVDB

(a) Représenter le cycle décrit par le fluide sur un diagramme de Clapeyron (p,V ) et sur un
diagramme entropique (T, S).
(b) Exprimer la quantité d’énergie QC reçue par le fluide au cours d’un cycle au contact de la
source chaude en fonction de R, γ, ∆T , α et TC .
(c) Exprimer la quantité d’énergie QF reçue par le fluide au cours d’un cycle au contact de la
source froide en fonction de R, γ, ∆T , α et TF .
(d) A partir d’un bilan entropique sur le cycle exprimer l’entropie produite au cours d’un cycle
dans le gaz en fonction de R, γ, ∆T , TC et TF . Montrer qu’il s’agit d’une grandeur positive.
(e) Exprimer l’efficacité thermodynamique η de cette machine.
(f) Rappeler l’expression de l’efficacité de Carnot pour une machine fonctionnant entre les deux
sources à TF et TC . Donner l’expression du rendement de la machine étudiée. Comment
peut-on augmenter le rendement sans changer la température des sources ?

4. Moteur à allumage commandé


Dans chaque cylindre d’un moteur à allumage commandé, une masse m de mélange gazeux, as-
similable à de l’air, décrit le cycle ABDEA constitué des transformations suivantes:

• AB → compression adiabatique réversible;


• BD → échauffement isochore lors de la combustion;
• DE → détente adiabatique réversible;
• EA → refroidissement isochore.

On donne:

m = 0, 53 g, TA = 330 K, TD = 3045 K, pA = 105 Pa


Rapport volumétrique: α = VVBA = 8
Pouvoir calorifique du carburant: PCI = 48000 kJ.kg−1
Masse volumique du carburant: ρ = 720 kg.m−3
L’air est assimilable à un gaz parfait de constante massique r = 287 J.kg−1 .K −1 dont le
rapport γ des capacités thermiques à pression et à volume constants vaut 1, 4.
(a) Calculer: TB , TE , pB , pD , pE
(b) Calculer le travail W reçu par le fluide gazeux au cours d’un cycle
(c) Calculer l’efficacité (rendement thermique) µ du cycle.
(d) Sachant que le moteur est un moteur à quatre temps et qu’il comporte quatre cylindres, cal-
culer sa puissance théorique à 5000 tr.min−1 en Watt et en chevaux.
(e) Calculer la consommation horaire du moteur en kg.h−1 et en `.h−1 .

5. Moteur Diesel à double combustion

Dans les moteurs Diesel actuels, on cherche à réaliser une combustion qui s’effectue en deux
étapes:
- une première étape où la combustion s’effectue à volume constant,
- une seconde étape où la combustion s’effectue à pression constante.
On considère 1 kg d’air subissant le cycle de transformations représenté sur la figure ci-après
dans le diagramme de Clapeyron (p,V). La pression en 1 est p1 = 105 Pa et la température est
T1 = 293 K. La pression maximale est 65.105 Pa et la température maximale est T4 = 2173 K. Le
rapport de compression V1 /V2 vaut 19.
On suppose que l’air est un gaz parfait de masse molaire M = 29 g.mol −1 et dont le rapport γ des
capacités thermiques à pression et à volume constants est égal à 1, 4.
'"

)&*!+&",-" $" %"

#"

&"

!*!+&",-"
!"

(#" (!" ("

(a) Quelle est la nature de chacune des transformations constituant ce cycle ?


(b) En quoi ce cycle diffère-t-il du cycle Diesel classique ? Rappeler l’endroit du cycle Diesel
classique où est injecté le carburant.
(c) Calculer la température T2 et la pression p2 en fin de compression.
(d) En déduire la valeur de T3 .
(e) Calculer alors la température T5 en fin de détente.
(f) A partir des questions précédentes, calculer Q f et Qc , représentant respectivement les quan-
tités d’énergie reçues par l’air sous forme de chaleur au contact des sources froide et chaude.
(g) En déduire la valeur de l’énergie reçue par l’air sous forme mécanique au cours d’un cycle.
(h) Calculer alors l’efficacité (ou rendement thermique) théorique du moteur fonctionnant suiv-
ant ce cycle mixte.

6. Modèle de fonctionnement d’une machine frigorifique


On considère une machine frigorifique fonctionnant avec du HFC134a et suivant le cycle de Carnot
composé de deux isentropiques et de deux isothermes.
Le fluide est aspiré dans le compresseur à l’état de vapeur saturante (état A) à la pression pA =
p1 = 3 bar et à la température TA = 273 K, et refoulé sous forme gazeuse (état B) à la pression pB
en ayant subi une compression isentropique.
Au contact de la source chaude à la température Tc , le fluide cède une quantité de chaleur Qc par
une transformation isotherme réversible jusqu’à atteindre un état de liquide saturé (état D), à la
pression pD = 5 bar.
Il est alors détendu de manière isentropique jusqu’à l’état E à la pression pE = p1 = 3 bar, puis
vaporisé en recevant une quantité de chaleur Q f au contact de la source froide à température T f
jusqu’à revenir à l’état A.
Dans tout le problème on considérera une masse m de 1 kg de fluide. On assimile la vapeur à un
gaz parfait de constante r = 80 J.kg−1 .K −1 et on néglige le volume massique du liquide devant
celui de la vapeur. La chaleur latente de vaporisation est supposée constante dans le gamme de
température considérée: `v = 188 kJ.kg−1 . Le rapport γ des capacités calorifiques à pression et à
volume constants de la vapeur (toujours assimilée à un gaz parfait) est de 1,16. La capacité ther-
mique massique du liquide est c` = 1390 J.kg−1 .K −1 .

(a) Représenter qualitativement le cycle dans un diagramme de Clapeyron (p,V ).


(b) Quelle est la température de la source froide?
(c) A partir de la relation de Clapeyron intégrée, déterminer la température Tc de la source
chaude.
(d) Calculer la pression pB au point B.
(e) Déterminer la quantité de chaleur Qc échangée au contact de la source chaude.
(f) En déduire la quantité de chaleur Q f échangée au contact de la source froide, ainsi que
l’énergie reçue par le fluide sous forme mécanique au cours d’un cycle.
(g) Calculer alors l’efficacité de cette machine frigorifique.
7. Pompe à chaleur diphasée

La pompe à chaleur schématisée ci-dessous sert à chauffer de l’eau par l’intermédiaire de l’échangeur
B.
!"#$%&''&(%)
@"(%!&)<%"=*&) 7) 8)
@"%A&)&0())
!/0(*&)>)?@)
.!/0-1&(%)2)
3+40$"%0,&(%5)
.!/0-1&(%)6)
3!"-*&-'&(%5)

:)
9)
*+,&-*&(%)

;-,%+&)&0())
<%"=*&)>)?;)

L’installation comporte les éléments suivants: deux échangeurs de chaleur A et B qui assurent les
transferts thermiques avec les sources froide et chaude, un compresseur et un détendeur.
Dans cette installation, le fluide frigorigène subit les transformations suivantes qui constituent un
cycle diphasé:
• 1 → 2 Compression adiabatique irréversible dans le compresseur: à l’entrée du compresseur,
le fluide se trouve à l’état de vapeur saturante dans les conditions p1 = 2, 92 bar et T1 = 273 K
(état 1). Il est comprimé de manière adiabatique jusqu’à la pression p2 = 21, 13 bar (état 2).
La température T20 et l’enthalpie massique h2 de la vapeur dans l’état 2 sont respectivement
T20 = 363 K et h2 = 458 kJ.kg−1 .
• 2 → 3 Refroidissement monobare suivi d’une liquéfaction totale, sans sous-refroidissement,
dans le condenseur sous la pression p2 = 21, 13 bar.
• 3 → 4 Détente adiabatique irréversible et isenthalpique dans le détendeur.
• 4 → 1 Vaporisation monobare totale, sans surchauffe, dans l’évaporateur sous la pression p1 .

Les questions suivantes se rapportent à 1 kg de fluide frigorigène. Certains calculs nécessitent de


se rapporter au tableau ci-joint dans lequel figurent des valeurs relatives au liquide saturant et à la
vapeur saturante du fluide frigorigène. Il est demandé pour ces calculs, autant que possible, de ne
pas se servir des grandeurs pouvant être lues sur le diagramme de Mollier (p,h).

(a) Représenter le cycle décrit par le fluide (Forane 134a) dans le diagramme de Mollier (p,h).
(b) Déterminer les valeurs numériques des chaleurs latentes massiques de vaporisation aux pres-
sions p1 et p2 .
(c) Sachant qu’à la sortie du condenseur (état 3), le fluide se trouve totalement à l’état liquide
saturant à la pression p2 , calculer la quantité de chaleur Qc = Q2→3 reçue par le fluide frig-
origène dans le condenseur.
(d) A la sortie du condenseur, le fluide se détend de manière adiabatique et irréversible dans le
détendeur de l’état 3 (p2 , T2 ) à l’état 4 (p1 , T1 ). Sachant que cette détente peut être considéré
isenthalpique, déterminer le titre massique en vapeur x4 du système liquide-vapeur dans l’état
4.
(e) Calculer la quantité de chaleur Q f = Q4→1 reçue par le fluide dans l’évaporateur.
(f) Calculer le travail W reçu par le fluide au cours du cycle.
(g) En déduire l’efficacité de la pompe à chaleur.
(h) Sachant que l’on veut récupérer dans l’échangeur B une puissance de 2500 W, calculer le
débit massique en kg.s−1 que l’on doit imposer au fluide frigorigène.
(i) La chaleur cédée par le fluide frigorigène dans l’échangeur B est entièrement reçue par l’eau.
Celle-ci entre dans l’échangeur à la température TE = 288 K et on veut obtenir à la sor-
tie de l’eau à Ts = 340 K. Sachant que la capacité thermique massique c` de l’eau vaut
4180 J.kg−1 .K −1 , calculer le débit massique que l’on doit imposer à l’eau.
Table 1: conditions de saturation du Forane 134a

T (˚C) p (bar) h` (kJ.kg−1 ) hv (kJ.kg−1 )


-40 0,532 155,9 371,7
-35 0,680 161,0 374,8
-30 0,861 166,1 377,9
-25 1,078 171,4 381,1
-20 1,338 176,8 384,1
-15 1,646 182,4 387,2
-10 2,008 188,1 390,2
-5 2,431 194,0 393,2
0 2,92 200,0 396,1
5 3,484 206,2 399,0
10 4,129 212,5 401,8
15 4,863 219,0 404,6
20 5,694 225,7 407,3
25 6,630 232,5 409,9
30 7,678 239,6 412,4
35 8,848 246,8 414,8
40 10,15 254,3 417,2
45 11,58 261,9 419,3
50 13,17 269,8 421,4
55 14,91 278,0 423,2
60 16,81 286,4 424,9
65 18,88 295,1 426,3
70 21,13 304,0 427,4
75 23,58 313,4 428,1
80 26,21 323,1 428,4
85 29,06 333,3 428,1
90 32,11 344,5 426,9

Vous aimerez peut-être aussi