Vous êtes sur la page 1sur 3

Anémie hémolytique par anomalie des enzymes

A.H par déficit en G6PD A.H par déficit en Pyruvate Kinase


► Variant de G6PD :
G6PD B G6PD A
Asparagine 126 Aspartate
(F. sauvage = normale) ► Causes : mutation de son gène :
 Classification selon l’OMS : - ↓ du nombre d’enz.  déficit quantitatif
 Classe I : déficit ENZ et A.H non sphérocytaire - Modification des Enz  déficit qualitatif
Physiopathologie  Classe II : déficit ENZ sèvére < 10 % d’activité enzymatique
 Classe III : déficit ENZ discret ou modéré 10-60% ► Conséquences : ↓ des fonctions Mbaire :
 Classe IV : 60-150 %  G6PD A
Echanges ioniques, perte de lipides, ↓ de déformabilité 
 Classe V : > 150%  activité accrue
séquestration splénique
► Mécanisme de l’anémie :
- Déficit + facteur extérieur (agression oxydante)  déclenche l’anémie
► Clinique : se voie uniquement chez l’homozygote
- Antipaludéen, sulfamides, antalgiques, vitamines, végétaux (fève), infections
- Le déficit des GR en G6PD les rend incapable de fournir une Q suffisante de
NPDH pour éliminer le surplus de peroxyde  dénaturation des prot du stroma
et globuline  précipitation « corps de Heinzs »  rigidité Mbaire 
circulation difficile  élimination par la rate
► Circonstances de découverte : ► CCD :
- Accident hémolytique aigue : 1-3 J après agression oxydante + asthènie, douleurs - Ictère néo-natal
abdominales - Association : Anémie + ictère + SMG
- Anémie hémolytique chronique - Hémolyse variable :
- Ictère néo-natale : fréquent Forme très grave  à la naissance
Diagnostic ► Diagnostic positif : Forme latente  à l’âge adulte
biologique  FNS + Frottis sanguin : ► Diagnostic positif :
 GR avec Hb ↓ , normocytaire, normochrome mais fragmentés et parfois  FNS + Frottis sanguin :
erythroblastes  GR : Hb ↓, normocytaire, normochrome, réticulocytes ↑,
 GB  ↑ , Discrète myélémie fragmentés
 Plaquettes normales, Réticulocytes >>120g/l  Anémie régénérative  GB : normaux, Plaquettes : normales
 Bilan de l’hémolyse :  Bilan de l’hémolyse : positive si sévère
 Bilirubine non conjuguée ↓ , Haptoglobine ↓ ↓ ↓ ↓ , Sidérèmie augmentée, ► Diagnostic de certitude :
Hbémie, Hburie : dans le cas sévère  Spot-test –Beutler)  dépistage
► Diagnostic de certitude :  Auto-hémolyse des GR (37°C + 48h) : corrigé par ATP
 Dépistage par le spot-test (Beutler)  Dosage de l’activité enz : < 30% (interprétation selon
Hémolysât + G6P + NADP+  Fluorescence (-) de NADPH  déficit réticulocyte)
 Dosage de l’activité enzymatique : VN : 17,3 ± 5 UI/gHb  N. né
Dosage spectrophoto UV  VN = 8UI/gHb , Si il y a diminution  déficit 16 ± 3 UI/gHb  adulte
Anémie hémolytique par déficit des protéines membranaires
Sphérocytose héréditaire Elliptocytose héréditaire Stomatocytose héréditaire
- 5 gènes susceptibles de porter des mutations, par fréquence
décroissante :
 ANK11  Ankyrine
 SLC4A1  bande 3 ► Cause : ► Cause :
 SPTB  chaine Beta de spectrine - Mutation du gène codant pour la - Fuite passive d’eau et de cations
Physiopath  EPB42  protéine 4,2 spectrine alpha ou Beta ou bien monovalents à travers la
 SPTA 1  chaine alpha de spectrine pour la protéine 4.1 membrane TAD
- Avec TAD dans 75% des cas
► Conséquences : déstabilisation de la bicouche lipidique  perte de
matériel Mbaire (vésicule)  diminution de la surface des GR +
déshydratation  diminution du rapport S/N  Cellule sphérique 
diminution de la déformabilité
► CCD : Pâleur, SPM, ictére variable ou asymptomatique ► CCD : ► CCD :
► Diagnostic positif : - fortuitement ou anémie - Anémie hémolytique chronique
 Hb diminué hémolytique
 CCMH ↑, ► Diagnostic positif :
Diagnostic  Frottis sanguin : ► Diagnostic positif : - VGM ↑
biologique  Cellule hypertendue (déshydratation) - CCMH : limite supérieur de la
 Sphérocytes  Frottis sanguin : 20-100 % GR normale
 poly-chromophilie allongés  Frottis sanguin : stomatocytes
 Réticulocyte : > 120g/L  régénérative (10%)
 Bilan d’hémolyse : positif ► Diagnostic de certitude :
 Test de Coombs direct : Négatif ► Diagnostic de certitude :
Examens ► Test d’hémolyse : ↓ du rapport S/V des GR :  Ektacytométrie : confirmation - Ektacytometrie : confirmation
spécifiques  Résistance osmotique aux solutions hypotoniques ↓  ELP : recherche d’une ↓ de
↓ sensibilité Test protéine 4.1 ou spectrine
 Pink-test : milieu glycérolé  plus sensible Positif
 Test d’hémolyse (glycérol + acide)  plus en plus sensible
► Cryométrie en plus après marquage des GR par EMA
- Mesure de l’intensité de fluorescence des GR, le colorant se lie à une
prot de bande 3
► Ektacytométrie : en gradient osmolaire  étude de déformabilité, de
resistance, et d’hydratation  permet le diagnostic
► ELP des prot Mbaire  identifier la protéine déficitaire
► Etude Mbaire

Vous aimerez peut-être aussi