Vous êtes sur la page 1sur 21

Chapitre1

Introduction générale  :
Le module sécurité électrique a pour objectif d’informer le futur licencié sur la nature
des accidents électriques, les méthodes de secours des accidentés électriques et de
leurs donner des connaissances suffisantes pour leurs permettre de dimensionner au
mieux les dispositifs de protection du matériel et du personnel intervenant dans
l’industrie et d’autres domaines d’utilisation de ces équipements car le risque
électrique est présent partout et doit être évalué et maîtrisé en toute occasion.

I. Risque électrique :
1. Définition : Un risque électrique peut se définir comme
- une situation dangereuse où un travailleur pourrait faire un contact électrique avec de
l'équipement ou un fil sous tension dont le choc pourrait lui causer une blessure et/ou la mort
- la possibilité d'infliger au travailleur une brûlure de coup d'arc, une brûlure thermique ou une
blessure par souffle.
2. Bute de la sécurité du travail : est liée à la santé au travail, est une démarche
pluridisciplinaire qui vise à supprimer ou à réduire les risques d'accidents susceptibles de
se produire lors de l'exercice d'une activité professionnelle.
 Protéger les travailleurs : protéger la vie, préserver l'intégrité, maintenir les travailleurs en
santé face aux risques d'accidents électrique, et aussi de faciliter le fonctionnement fiable
et rentable des systèmes électriques en développant des techniques d'identification des
dangers et d'évaluation des risques et de programmes d'entretiens.
 Adapter le travail aux hommes.
3. Histoire du risque électrique :
L'électricité était connue depuis l'Antiquité, puis elle a été réalisée sous forme d'électricité
Fixé. Comme Frotter de l'ambre sur la laine provoque l'accumulation de charges électriques.
Il y a deux siècles, Benjamin Franklin réalisa de nombreuses expériences (le cerf-volant
restant la plus célèbre) ; il adopta le premier la notion d'isolement électrique et posa le
principe de la mise à la terre.
Le professeur Richmann qui, répétant des expériences sur la foudre (celles de Franklin,
Buffon, Lemonnier, de Romas et autres) avait été électrocuté, le 6 août 1753. Par temps
d'orage On peut le considérer comme étant le premier exemple, attesté scientifiquement,
d'accident électrique Vers 1790, l'anatomiste italien Galvani entra dans le domaine il a
construit la première pile électrique qui marque le début de la nouvelle et grande période de
l'électricité.
Les premiers risques ont apparu. Ces premiers incidents furent surtout chimique dû aux
produits contenus dans les
Piles. Ces produits ont répandu des vapeurs toxiques dans des laboratoires mal aérés.
Ensuite tout s’emballa très vite, des génératrices de plus en plus puissantes pour recharger
des piles de plus en plus grosses, ceci impliqua des tensions de plus en plus élevées et
inévitablement des accidents de plus en plus graves.
Le professeur Autrichien Biegelmeier s'est livré sur lui-même à des mesures de courant et
d'impédance sous des tensions allant de 10 à 220 V, entre différentes parties de son corps et
dans différentes conditions d'humidité. Il a ainsi effectué plus de 600 mesures qui ont permis
d'améliorer de façon importante nos connaissances sur les effets du courant électrique sur le
corps humain

4. Organisme de normalisation :

Figure.1 Texte et
normes réglementaires ED-1522-1995
 La Normalisation :
Ce sont des documents de référence qui apportent des réponses à des questions technique
et commerciales répétitives. Elles sont élaborées selon des procédures strictes par
l’ensemble des acteurs concernés : producteurs, utilisateurs, laboratoires, pouvoirs publics,
consommateurs, puis homologuées par un organisme d’état : AFNOR (Association française
de normalisation) pour la France, D.I.N (Deutsche Institut fur Normung) pour l’Allemagne, S.I.
(Standard Institut) pour la grande Bretagne.

 Rôle d’une norme :


La norme est donc un ensemble de textes d’application volontiers et contractuelle. Elle
n’est pas obligatoire et correspondant à des critères momentanés qui peuvent évoluer
dans le temps. Dans certains cas, elle peut être rendus obligatoire par arrête : c’est le cas
pour la norme NFC15-100, norme de réalisations portant sur les installations électrique
basse tension
Figure.2 Normes UTE NF C 15-1
5. Statistiques d'accidents électrique :
En Algérie il est difficile d’obtenir des statistiques sur les accidents électriques par manque
d’enquêtes, d’études et d’organismes de statistiques développés, on peut se faire une idée
sur la situation qui peut exister en Algérie a traves les statistiques en France comme suivant :

Figure.3 Les
statistique
des
accidents en
France.
Il Ya en France,
chaque année,
des accidents
mortels dus à
l’électricité dans
les secteurs domestiques et industrielle. En Europe près de 70 millions de logements
domestique ne sont pas aux normes de sécurité, ce qui provoque chaque anne16000 blessés
et 540 morts On constate 3 principaux facteurs :
o L’ignorance : personnes (bébé, enfant …) ne connaissant pas les dangers du courant
électriques ;
o L’imprudence : personnes prenant des risques en connaissant les dangers ;
o La négligence : personnes oubliant le danger du courant électrique donc ne prenant pas
de précautions suffisantes
Pour s’en protège.
Chapitre2
II. Nature des accidents électriques et dangers du courant
électrique :
1. Classement (actions direct et indirect du courant électrique) :
Définition de l’électricité :
L’électricité est un déplacement d’électrons grâce à un générateur. Elle peut être transformée en
plusieurs sortes d’énergie : force (déplacer un objet) ; chaleur ; lumière ; sons ; froid ; etc.
Les risques de l’électricité :
Les différents risques sont :
- L’électrisation : C’est quand du courant électrique traverse le corps. Tout accident dû à
l’électricité est une électrisation.
- L’électrocution : c’est une électrisation mortelle. Elle fait suite à trop d’électricité passé dans le
corps.
Classement :
On peut classer les accidents d’origine électrique :
Soit d’après leurs actions 2.4 ;
Soit d’après la nature du contact [contact direct, indirect, etc. 3.1] ;
Soit d’après le domaine d’activité dans lequel ils surviennent (ou l’environnement...
Les actions directes du courant électrique :
C’est le contact d’une personne avec des parties normalement sous tension ou avec des conducteurs
d’une canalisation électrique

Les actions indirectes du courant électrique :


- Contact indirect : c’est un contact d’une personne avec des masses mises sous
tensions
Impédance du corps humain :
Les tissus du corps humain peuvent être représentés par une succession de résistances R et de
réactances X (inductances et capacités), le tout constituant une impédance Z :
L'impédance : Z = R+ X
L'impédance du corps humain Z résulte de la somme géométrique des impédances de la peau ou
muqueuse aux points de contact Zp1 et Zp2 et de l'impédance interne des tissus Zi.
L'impédance interne (Zi) est sensiblement toujours la même pour un même individu, sauf si la surface
de contact est très faible, auquel cas elle augmente.
La résistance totale du corps humain décroît rapidement lorsque le courant augmente.
L'impédance de la peau varie pour chaque individu en fonction, essentiellement, des paramètres
suivants :
• La température de la peau ;
• La surface et la pression de contact ;
• La tension de contact ;
• L’état d'humidité et de sudation de la peau ;
• Le temps de passage du courant ;
• L’état physiologique de la personne
• La morphologie de l'individu ;
• Le trajet du courant dans le corps humain.
Variation de la résistance du corps humain en fonction de la tension
de 5
2. Effets physiopathologiques :
Des études menées dans le monde entier sur des animaux et dont les résultats ont été Extrapolés à
l'homme, ont permis pour des courants alternatifs (15 Hz à100 Hz) de fixer des valeurs d'intensité
points de repères ou seuils. Ces résultats d'expérience ont permis à la commission électrotechnique
internationale (C.E.I.) d'établir les courbes précisant, en fonction du temps, les zones correspondant
aux différents effets physiopathologiques résultant du passage du courant et, en particulier, indiquant
les seuils de courants dangereux.
Les effets physiopathologiques du courant électrique sont indiqués sur le diagramme temps courant
de la Figure. ;
Ce diagramme comporte quatre zones dans lesquelles les effets vont en s’aggravant de la zone 1 à la
zone 4 :
- La zone 1 habituellement aucune réaction : le seuil de perception varie suivant les individus, suivant
leur sexe et leur taille, mais se situe entre 0,1 et 0.5 mA ;
- La zone 2 habituellement, aucun effet physiologique dangereux ; cette zone se situe entre le seuil
de perception et le seuil de non-lâcher ; (0.5 à 10 mA)
La zone 3 (entre les courbes B et C1) Habituellement aucun dommage
Organique Probabilités de contractions musculaires et de difficultés de

respiration, pour des durées de passage du courant supérieures à 2 secondes dans laquelle le passage
du courant peut provoquer quelques troubles de circulation et des difficultés de Respiration, mais
sans conséquences irréversibles ; en particulier, une personne qui tient dans sa main une poignée ne
peut plus desserrer son étreinte ; le seuil de non-lâcher se situe au-dessus de 10 mA.
- La zone 4 dans laquelle existe-le risque de fibrillation ventriculaire, pouvant
Entraîner l’arrêt cardiaque ; ce risque est d’autant plus grand que la durée de passage du courant.
3. Facteurs influant sur les effets du courant :
Différents facteurs influent sur la sensibilité et les effets du passage du courant électrique dans le
corps humain. Ce sont les caractères propres à l’individu, la nature et la durée du passage du courant
et les conditions de contact que l’on peut
Spécifier comme suit :
L’intensité du courant,
L’impédance du corps humain,
La tension du courant,
La fréquence du courant
Le temps de contact,
Définition de l’électrisation :
L'électrisation est causée par le passage d'un courant électrique dans l'organisme. Lorsque ce courant
électrique est de forte intensité et que la durée d'exposition est importante, l'électrisation peut être
mortelle : on parle alors d'électrocution. Les électrocutions sont majoritairement liées à une
négligence professionnelle, notamment lors de la manipulation des câbles électriques
La fibrillation ventriculaire (FV) est un trouble du rythme cardiaque correspondant à la contraction
rapide, désorganisée et inefficace des ventricules cardiaques. Ce qui veut dire que le cœur ne bat plus
comme d'habitude, il ne pompe plus, il tremble.
Lors d'une FV, la perte de conscience est généralement immédiate. C'est une cause, sinon la principale
cause d'arrêt cardiaque et de mort subite. Sans intervention médicale spécialisée, la mort survient en
quelques minutes si aucun traitement n'est administré
Chapitre3
INTRODUCTION :
Les gens entendent souvent le mot électricité, mais réalisent-ils vraiment ce qu'est l'électricité et
quelles sont les conséquences du non-respect des consignes de sécurité pour éviter ses dangers?
L'électricité est le mouvement d'électrons ou de particules chargées à travers des fils métalliques,
tandis que le courant électrique n'est que le résultat du flux d'électricité. Le corps humain est
conducteur d'électricité.
Puisqu'il s'agit d'un conducteur d'électricité, il est exposé à de nombreux accidents électriques
pouvant entraîner des chocs électriques ou des brûlures, et par conséquent des mesures préventives
doivent être prises pour réduire ces risques.

Les mesures de protection des personnes :


Les travaux électriques sont à risque si les règles de base ne sont pas respectées: travaux hors tension
ou abaisser la tension et limite la quantité d'électricité en cas de dysfonctionnement, outillage
électricien, équipement de protection individuelle, etc. L'électricité et l'électrocution sont les
principaux risques.
Et Il doit Utiliser des outils spécifiques

Tous vos outils doivent absolument être isolés pour vous protéger


d'un contact accidentel avec une zone sous tension. Les plus
utiles et les plus courants sont les outils isolés jusqu'à 1000 V, ils
répondent à une norme NF EN CEI 60900. Côté appareil de mesure,
un multimètre (ou un VAT dans une moindre mesure) est impératif, les appareils doivent répondre à la
norme NF EN CEI 601010.
Règlementation :
La prévention du risque électrique relève pour l’essentiel de la réglementation du travail.
D’autres prescriptions peuvent compléter les règles de protection des travailleurs : celles du ministère
de l’Education nationale sur la sécurité des élèves pendant leur formation, celles du ministère de
l’Industrie pour encadrer la conception et l’utilisation de matériels électriques, celles du ministère de
l’Environnement pour assurer la sécurité des travaux à proximité de réseaux... Elles ne sont pas
reprises dans le présent dossier.
Les règles de prévention des risques électriques figurent dans la législation du travail et sont divisés en
deux parties. Un pour les clients. Il couvre la conception et la construction d'installations électriques
pour la construction et l'installation de bâtiments. La seconde s'adresse aux employeurs qui utilisent
des installations électriques, les vérifient et effectuent des opérations dans ou à proximité
d'installations électriques, qui nous intéressent à ce sujet.

Ces règles sont issues de 4 décrets pris en 2010. Ils remplacent les dispositions du décret n ° 88-1456
du 14 novembre 1988, tel que modifié.
Mesures de sécurité :
1 EPI et tenue de travail exigée :
Pour éviter tout arc ou tout contact accidentel ne portez pas
de bijoux (bagues, bracelets, gourmettes, pendentifs etc.).
Habillez-vous avec des vêtements en coton et le moins
ample possible. Des lunettes de protection sont également
bienvenues, tout comme des chaussures de sécurité à
semelles isolées.
En fonction de vos compétences et de l'installation sur laquelle vous intervenez, des Équipements
de Protection Individuelle spécifiques peuvent être portés comme des gants isolants, un tapis
isolant, un casque, etc.
2 Un lieu de travail propre :

Votre poste de travail et/ou le lieu de l'intervention doivent


toujours être les plus propres et secs possibles. Ne stockez pas
de matériel au sol pour ne pas trébucher, pas de fils
électriques ou de câbles non plus pour ne pas s'emmêler les
pieds. Aérez un maximum avant une intervention dans un
local humide.
Dans une moindre mesure, limitez la poussière car source d'accident puisqu’elle d’électrisé l'air
ambiant le rendant conducteur
3 Etre conscient de ses compétences :

L'électricité est dangereuse. Même en respectant toutes les règles ci-dessus, si vous ne
parvenez pas à dépanner ou remettre en service l'installation, ne prenez pas de risque.
Un électricien confirmé pourra sans peine trouver la source de la panne tout en travaillant
en sécurité.

Travailler hors tension :

Cela signifie que le courant doit absolument être coupé avant de faire


quoi que ce soit. Souvent la coupure se fait par un disjoncteur ou
éventuellement un porte-fusible. Une fois le circuit concerné coupé,
vérifiez toujours l'absence de tension avec un multimètre, un voltmètre,
un VAT – Vérificateur d'Absence de Tension.
Travaux aux voisinage des installations électrique :
En cas de travaux exécutés dans le voisinage d'une ligne, canalisation ou
installation électrique du domaine basse tension A (BTA), et dans ce cas
seulement, l'employeur peut, sous réserve de l'accord écrit de l'exploitant,
procéder à la mise hors tension avant les travaux et au rétablissement de la
tension après les travaux. L'employeur : 1° N'ordonne le début du travail qu'après
avoir vérifié que la mise hors tension est effective ; 2° Signale de façon visible la
mise hors tension ; 3° Se prémunit contre le rétablissement inopiné de la tension
pendant la durée des travaux, de préférence en condamnant, en position
d'ouverture, les appareils de coupure ou de sectionnement correspondants ; 4°
Ne rétablit la tension que lorsque les travaux ont cessé et que les travailleurs ne
courent plus aucun danger.
Protection individuelle et collective
Les protections collectives ont pour but d’éloigner physiquement le salarié du danger
potentiel pour ainsi réduire son exposition au risque.
Exemples de protections collectives :

o Grille de protection,
o Garde-corps,
o Balisage d’une zone dangereuse,
o Consignation d’une armoire électrique,
o Ventilation,
o Plaques insonorisâtes, …
Si les protections collectives ne sont pas suffisantes pour protéger les personnes exposées, il
faut alors avoir recours à des équipements de protection individuelle.
Un équipement de protection individuelle est un dispositif ou moyen destiné à être porté ou
tenu par une personne en vue de la protéger contre un ou plusieurs risques susceptibles
de menacer sa santé ou sa sécurité.
Les équipements de protection individuelle sont fournis gratuitement par l’employeur.
L’employeur a également l’obligation de former les salariés à l’utilisation des équipements
de protection individuelle et de les maintenir en état de conformité.
Exemple d’équipements de protection individuelle :
 Casque de protection,
. Les gants isolants
. L’écran facial anti-UV
. Les chaussures ou les bottes isolantes de sécurité
. Le vêtement de protection isolant

PROTECTION CONTRE LES CONTACTS DIRECTS :


PROTECTION CONTRE LES CONTACTS DIRECTS :
Principe Lorsqu’il n’est pas possible de réaliser la consignation ou la mise hors de tension, la mise hors de
portée des pièces nues sous tension accessibles aux travailleurs doit être assurée par :
. Éloignement,
. Obstacles
. Isolation.
Mise hors de portée des pièces nues sous tension
A-/ L’éloignement
L’éloignement consiste à prévoir une distance entre les parties actives et les personnes de telle sorte qu’un
contact fortuit soit impossible directement ou indirectement par l’intermédiaire d’un objet conducteur
(perches, tubes métalliques…)
B-/ L’interposition d’obstacles
L’interposition d’obstacles consiste à disposer des obstacles entre les personnes et les parties sous tension.
L’obstacle est utilisé lorsque l’éloignement ne peut être assuré.
L’interposition d’obstacle consiste également en l’utilisation d’enveloppes (boîtiers, coffrets, armoires, etc.)
permettant de protéger les personnes contre les contacts directs

C-/ L’isolation
L’isolation consiste à recouvrir les parties actives par une isolation appropriée. L’isolation intervient lorsque
l’éloignement et les obstacles ne peuvent être utilisés
PROTECTION CONTRE LES CONTACTS INDIRECTS :
1-/ Par coupure automatique de l’alimentation
Le principe repose sur l’association de la mise à la terre des masses et d’un dispositif différentiel. Cette
dernière coupe automatiquement l’alimentation lorsqu’une masse métallique est mise accidentellement sous
tension
Le principe d’un dispositif à courant résiduel est de comparer l’intensité circulant dans le conducteur de phase
(l’aller) et celle du conducteur de neutre (le retour).
2- / Sans coupure automatique de l’alimentation

Ce type d’alimentation est utilisé localement au niveau de certains récepteurs ou de certaines parties limitées
de l’installation. On emploie : - le matériel de classe II, - la séparation des circuits, - la très basse tension.
Tension de sécurité :
Si je dois donner une définition de la TBTS, voici ce que ça pourrait être:

“C’est un niveau de tension qui permet, en cas de contact, d’obtenir un niveau de


sécurité pour le corps humain contre le danger du courant électrique”.

Concrètement, il s’agit d’une valeur qu’il ne faut pas dépasser (on parle de seuil de
tension):

 En alternatif: Tension inférieure à 50 volts.


 En continu: Tension inférieure à 120 volts.
Ces niveaux sont basés sur des données physiques mais aussi législatives puisque
ces valeurs sont normées notamment vis à vis de la législation du travail (ce
décret plus précisément).

Sheema de liaison a la terre (SLT) :


Le schéma de liaison à la terre définit le mode de raccordement à la terre du point neutre d'un
Transformateur de distribution et des masses côté utilisateur pour assurer la protection des
personnes et matériel contre les défauts d'isolation.
On trouve 5 régimes de neutre différents à savoir :
Neutre isolé
Mise à la terre par résistance
Mise à la terre par réactance faible
Mise à la terre par réactance de compensation (à cause de l'effet capacitif des lignes HT)
Mise à la terre direct (non utilisé sur les réseaux européens)

Un schéma de liaison à la terre se caractérise par deux lettres. La première indique le raccordement
du neutre du transformateur, elle peut être :
T pour raccordé à la terre
I pour isolé (ou imposant) par rapport à la terre.
La seconde lettre indique la façon de connecter les masses utilisateurs, elle peut être :
T pour raccordées à la terre
N pour raccordées au neutre, lequel est raccordé à la terre
Schéma de liaison à la terre TT :
Ce raccordement est utilisé par ONE pour les distribution basse tension publique le neutre du transformateur
est mis à la terre via une prise de terre de résistance Rn toutes les masse des matériels protégés par un mémé
dispositif de protection doivent être interconnectées et reliées par un conducteur de protection nommé PF à un
mémé prise de terre
Schéma de liaison à la terre TN-C :

Schéma de liaison à la terre TN-S :

Schéma de liaison à la terre IT 

Schéma de liaison à la terre TN-C-S


Effets de champ électrique et magnétique :
Les champs électriques de basse fréquence agissent sur l'organisme
humain tout comme sur tout autre matériau constitué de particules
chargées. En présence de matériaux conducteurs, les champs
électriques agissent sur la distribution des charges électriques présentes
à leur surface. Ils provoquent la circulation de courants du corps jusqu'à
la terre.

Les champs magnétiques de basse fréquence font également apparaître


à l'intérieur du corps des courants électriques induits dont l'intensité dépend de l'intensité du champ
magnétique extérieur. S'ils atteignent une intensité suffisante, ces courants peuvent stimuler les nerfs et les
muscles ou affecter divers processus biologiques.

Un champ électrique ou magnétique peut faire apparaître une différence


de potentiel ou des courants dans le corps, mais même juste au-dessous
d'une ligne à haute tension, les courants induits sont très faibles par
rapport à l'intensité nécessaire pour produire une électrocution ou
d'autres effets biologiques.

Protection du matériel :
Disjoncteur divisionnaire :
Le disjoncteur fait partie des organes de protection de l’installation électrique.
Il est installé dans le tableau électrique.

Il assure un rôle de protection pour les récepteurs qui sont branchés en bout des
circuits électriques. A ce titre, un disjoncteur procure une protection contre deux
types de défauts:

 Une protection contre les surcharges: il s’agit d’une surconsommation du récepteur


branché sous le disjoncteur.
 Une protection contre les courts circuits : C’est un défaut correspondant à un
contact direct entre phase et neutre.
Ces incidents peuvent mener à des destructions localisées (un appareil électrique) ou à des dégâts
bien plus importants (incendie d’origine électrique).

Chacun de ces défauts mérite un article à lui seul pour expliquer le phénomène. Je
vous propose de retrouver un article ici sur le court-circuit électrique, celui sur la
surcharge est à venir.

Les fusible (pour limiter l’intensité) :


Le fusible ou coupe-circuit à fusible est un dispositif de sécurité conçu pour couper le courant
électrique lors d’une surcharge ou d’un court-circuit. Le composant principal de ce dispositif est un
petit isolant enveloppant un fil conducteur qui fond quand il est traversé par un courant
d’intensité supérieure au calibre supporté. Ainsi, il permet d’ouvrir le circuit électrique pendant
une période de surintensité et prévient les incendies ainsi que la destruction de l’ensemble du
système. Le fusible garantit l’intégrité du circuit d’alimentation.

Dispositifs de protection :
Pour protéger les installations électriques, il y a quelques points à considérer comme un dispositif
différentiel, un dispositif de contrôle général, un dispositif de protection accessible à tout moment, un
dispositif de protection dans chaque circuit et une mise à la terre du circuit. Il est également
nécessaire de respecter les règles relatives aux zones de sécurité de la salle de bain. Il est nécessaire
de vérifier quotidiennement les conducteurs non protégés (il doit être équipé d'une gaine) et les
équipements non adaptés ou usés dans le raccord.

Installation intérieure BT MT HT :


HT : pour une tension composée comprise entre 100 V et 1000 V Les valeurs normalisées sont : 45 kV
- 66 kV - 110 kV - 132 kV - 150 kV - 220 kV
MT : pour une tension composée comprise entre 1000 V et 35 kV Les valeurs normalisées sont : 3,3
kV - 6,6 kV - 11 kV - 22 kV - 33 kV
BT : pour une tension composée comprise entre 100 V et 1000 V Les valeurs normalisées sont : 400 V
- 690 V - 1000 V (à50 Hz)
L’installation d’un poste de livraison en intérieur se justifie lorsqu’on doit protéger l’appareillage HT et
BT du poste contre les fortes variations de température, ou dans le cas de puissances Importantes On
distingue les postes dont l’appareillage HT est sous enveloppe métallique et les postes équipés
d’appareillage HT sans enveloppe. Le matériel, dans ce dernier cas, est dit« ouvert ». Ces postes
maçonnés sont de plus en plus remplacés par des cellules préfabriquées. Les postes avec cellules
préfabriquées métalliques ont pratiquement remplacé tous les postes maçonnés avec appareillage
ouvert. Ils présentent l’avantage d’offrir une meilleure sécurité et une mise en place plus rapide.

Appareils mobiles BT :


Les appareils portatifs à main ne doivent pas être alimentés sous des tensions supérieures à celles du
domaine
B.T.A. Les appareils mobiles ou semi-fixes peuvent être alimentés sous des tensions plus élevées que
celles du domaine
B.T.A. si leur enveloppe empêche la pénétration de corps solides de diamètre égal ou supérieur à 2,5
millimètres.

Vérification contrôles :
Pourquoi faire vérifier ces installations électriques ?  
Que ce soit dans une entreprise, dans un atelier, dans un commerce ou dans un établissement public,
les salariés, les clients, les patients ou les visiteurs sont amenés à évoluer avec ou en présence de
matériel électrique.
Les défaillances de ces installations peuvent être une source de départ d'incendie et d'accidents liés à
des surtensions ou à des décharges électriques.
Pour protéger les biens et les personnes, la réglementation impose la mise en œuvre de contrôles des
installations électriques.
La vérification électrique doit être menée :
Lors de l’ouverture de l’établissement : c’est la vérification initiale des installations
Tous les ans : c’est la vérification périodique des installations
Lors de la vérification, l’inspecteur contrôle le maintien en état de conformité de l’installation :
adaptation du matériel, fixation et état mécanique apparent, isolement, coupure d'urgence,
conditions de protection contre les risques de contacts directs et indirects, …
Chapitre 4
Les effets des bruits et vibrations
Certains engins, machines et outils électriques génèrent beaucoup de bruit et/ou
émettent des vibrations. Compte tenu de leur intensité et du nombre d’heures
d’exposition, le bruit et les vibrations sont néfastes pour la santé et sont reconnus
comme source de maladies professionnelles qui se manifestent avec une certaine
latence. La période entre le début de l’exposition aux facteurs de risques et la maladie
déclarée peut varier entre quelques mois et plusieurs années.

Les effets du bruit


Le bruit peut provoquer des troubles de la santé, des maladies, dont l’hypoacousie
ou la surdité, mais aussi d'autres pathologies (stress, fatigue...), ainsi que des
accidents du travail est. Il est reconnu comme source de maladie professionnelle.

Le niveau de bruit

50 dB(A) = niveau habituel de conversation, 85 dB(A) = seuil de nocivité (pour une


exposition de 8h/j), 120 dB(A) = bruit provoquant une sensation douloureuse, Un
bruit de 150 dB entraîne la rupture du tympan.
L’échelle de décibels représentée dans le tableau (IX.2) suivant donne un aperçu
des différents niveaux sonores rencontrés dans la vie de tous les jours et sur
chantier.
Tableau IX.2 : Niveaux sonores rencontrés dans la vie de tous les jours et sur chantier

Les bruits intenses peuvent être la cause de :


 gêne pour le travail (mauvaise communication, ordres mal compris, signaux
de danger non perçus) ;
 accidents (le bruit exerce un effet de masque sur les signaux d'alerte,
perturbe la communication verbale, détourne l'attention) ;
 troubles physiologiques tels que :
o l’accélération du rythme cardiaque,
o une augmentation de la tension, du rythme respiratoire,
o la dilatation des pupilles,
o des maux de tête,
o de l’agressivité, l'insatisfaction, l'irritabilité, l'anxiété ;
o des troubles du sommeil,
o etc.
 fatigue auditive
 surdité permanente causée par des lésions de l’oreille interne (destruction des
cellules ciliées) en cas d’exposition prolongée à un bruit intense. Cette perte
auditive est irréversible.

Mesures de prévention contre le bruit

 Éviter le risque en utilisant des méthodes de travail dont l’exposition au bruit


ne dépasse pas 80 dB (A).
 Évaluer le risque par une estimation du niveau sonore.
o S'il faut élever la voix pour communiquer c'est qu'il est élevé : à 2
mètres de distance, s'il faut crier, c'est qu'il est d'au moins 85 dB(A).
o Il faut procéder au mesurage.
 Combattre le risque ; remplacer ce qui est dangereux par ce qui
l’est moins
o choix d’équipements de travail émettant le moins de bruit possible ;
o entretien des équipements, remplacement des pièces usées ;
o localiser les bruits dans un espace déterminé isolé du reste ;
o éviter la propagation du bruit par des montages antivibratiles.
 Prévoir des équipements de protection collective
o Capotage d’une source de bruit (enveloppe complète ou partielle d’une
source de bruit destinée à réduire la propagation du bruit)
 Prévoir des équipements de protection individuelle
o Utiliser des protecteurs auditifs individuels, appropriés et correctement
adaptés (norme NBN-EN 458 Protecteurs contre le bruit) tels que les
bouchons d’oreilles (NBN-EN 352- 2), qu’ils soient jetables,
réutilisables, prémodelés ou réalisés sur mesure.
o Utiliser des coquilles sur serre-tête ou casque (NBN-EN 352-1 et 3). . Il
existe certains modèles qui laissent passer la voix grâce à une
membrane dite vocale.
 Adapter le travail à l’homme ; limiter le risque ; planifier la prévention
o éloigner un maximum de personnes de la source de bruit ;
o rassembler les équipements bruyants dans un endroit tout en étant attentif
au voisinage urbain ;
o limiter le temps d’exposition au bruit en répartissant le travail entre
plusieurs travailleurs et prévoir des temps de repos ;
o si on se trouve dans un local, réduire la propagation du bruit en y installant
des parois absorbantes. Éviter les phénomènes de réverbération (mesure
plus facilement applicable en atelier).

 Former et informer le travailleur


L’employeur veille à ce que les travailleurs qui sont exposés sur leur lieu de travail à
un niveau sonore égal ou supérieur aux valeurs d’exposition inférieures déclenchant
l’action (80 dB (A) et Pcrête 112 Pa) reçoivent des informations et une formation en
rapport avec les risques découlant de l’exposition au bruit, notamment en ce qui
concerne :
o la nature de ce type de risque ;
o les mesures prises en vue de supprimer ou de réduire au minimum les
risques résultant du bruit;
o les valeurs limites d'exposition et les valeurs d'exposition déclenchant l'action
;les évaluations et les mesurages du bruit

IX.3 Les effets des incendies et des explosions d’origines électriques


Un défaut électrique peut entraîner la production d’étincelles et l’échauffement anormal
d’un système électrique parcouru alors par un courant incompatible avec ses
caractéristiques. Ces effets peuvent conduire à un incendie généralisé ou à une explosion, si
des matières inflammables se trouvent à proximité.
Les incendies et explosion sur le lieu de travail sont souvent spectaculaires et parfois
mortels. Leur prévention fait l'objet d'une réglementation spécifique.

IX.3.1 Les explosions

La principale manifestation d’une explosion est l’augmentation brutale de pression qui


provoque un effet de souffle et une onde de pression, accompagnée de flammes et de chaleur.
De plus, les effets d’une explosion se combinent toujours avec un dégagement de chaleur
important, et une zone de flammes peut envahir un volume dix fois supérieur à celui de l’ «
espace d’atmosphère explosible initiale ».

IX.3.1.1 Les causes de l’explosion


Il ne peut y avoir explosion que sous certaines conditions, après formation d’une
atmosphère explosible, résultant d’un mélange avec l’air de substances inflammables dans
des proportions telles qu’une source d’inflammation d’énergie suffisante produise son
explosion.
Six conditions à réunir simultanément pour qu’une explosion ait lieu
 Présence d’un comburant (en général l’oxygène de l’air)
 Présence d’un combustible
 Présence d’une source d’inflammation
 Etat particulier du combustible, qui doit être sous forme gazeuse, d’aérosol ou de poussières en
suspension
 Obtention d’un domaine d’explosivité (domaine de concentration du combustible dans l’air à l’intérieur
duquel les explosions sont possibles) ; Confinement suffisant

La source d’inflammation dans le cas des explosions d’origine électrique se limite à


l’étincelle et l’arc électrique.
En milieu de travail, des atmosphères explosibles peuvent se former à la présence de :

 Gaz et vapeurs : combustibles pour les installations de chauffage, de séchage, etc., gaz combustibles
stockés, vapeurs de solvants inflammables stockés ou manipulés.

 poussières combustibles : susceptibles de constituer avec l’air des nuages explosifs lors d’opérations
courantes, telles que la farine, le sucre, le lait, le charbon, le soufre, l’amidon, les céréales, le bois, les
matières plastiques, les métaux…).

La prévention contre les explosions

 Eviter la formation d’atmosphères explosives

o Mesures relatives aux produits


- Tests préliminaires pour déterminer les caractéristiques d’explosivité du
combustible, et tout particulièrement pour les poussières
- Diminution de la teneur en oxygène (comburant) de l’air, au moyen de gaz
inerte (azote par exemple)

o Mesures relatives aux procédés


-Refroidissement
- Contrôle des températures et des pressions
 Identifier les sources d’inflammation
o Instauration de la procédure du permis de feu pour les travaux par points
chauds (interdiction des flammes et feux nus, limitation de la température
des surfaces chaudes)
o Interdiction de fumer dans les zones à risque.
o Contrôle et/ou suppression des sources d’étincelles d’origines mécanique,
électrique, et électrostatique

 Limiter les effets des explosions


o Éloignement ou séparation des installations
o Construction résistant à l’explosion
o Décharge de la pression d’explosion (mise en place d’évents)
o Dispositifs permettant d’arrêter le développement d’une explosion dans une
enceinte (arrêt de l’explosion) ou une canalisation (découplage technique
comme les arrêtes flammes, les vannes à fermeture rapide, les extincteurs
déclenchés…) avant que la surpression ait atteint une valeur dangereuse
pour l’installation
 Adopter des mesures organisationnelles
o Formation et sensibilisation de l’ensemble du personnel au risque
«explosion»
o Établissement de procédures d’intervention
o Information des entreprises extérieures
o Nettoyage
o Balisage

Les incendies d'origine électrique


Pour que survienne un incendie d'origine électrique, il faut qu'il y ait simultanément :

 une source de chaleur ou une étincelle (énergie d ’activation nécessaire au


démarrage de la combustion) ;
 un comburant (l'oxygène de l'air qui entretient la combustion).
 un combustible (corps qui brûle composés du carbone et de l’hydrogène).

Vous aimerez peut-être aussi