Vous êtes sur la page 1sur 5

le

Chapitre 14. Activités expérimentales SPCL - systèmes et procédés T STL

La sonde Pt100 : un capteur de température

On étudie ici un dipôle électrique appelé sonde Pt100.

I. Caractéristiques de la sonde Pt100.

1. Caractéristique courant-tension.

On mesure la valeur du courant I pour différentes valeurs de la tension U .

G
+
10 kΩ
0à5V
A
+
Pt100
I
U

V
+
Rôle du résistor de 10 kΩ : la résistance d'environ 10 kΩ permet d'éviter de dépasser U = 50 mV pour le bon
fonctionnement de la sonde Pt100. De plus, pour la même raison, la tension aux bornes du générateur ne doit
pas dépasser 5 V.

Lorsque l'on trace la courbe représentant la tension U en fonction du courant I, on U


obtient une droite passant par l'origine. pente = RPt100
On observe donc ici une relation de proportionnalité entre U et I ; on reconnaît
alors la loi d'Ohm (le coefficient de proportionnalité est alors appelé résistance I
RPt100 de la sonde Pt100).
0
La sonde Pt100 se comporte donc comme une résistance RPt100 : U = RPt100 × I .

2. Effet de la température.

On mesure la valeur de la résistance RPt100 de la sonde Pt100 pour différentes températures.

Pt100

Lorsque la température varie, RPt100 varie : la résistance RPt100 de la sonde Pt100 dépend de la température. Plus
précisément, plus la température augmente et plus la résistance RPt100 augmente.

La sonde Pt100 peut donc servir de capteur de température.

3. Caractéristique de transfert du capteur.

Afin de quantifier la remarque précédente, on détermine la caractéristique de transfert du capteur : on mesure la


valeur de la résistance RPt100 de la sonde Pt100 pour différentes valeurs de la température θ.

Il faut faire en sorte que la sonde Pt100 et le thermomètre de référence soient à la même température :
- on les plonge dans de l'eau afin d'avoir un bon transfert thermique ;
- on les place assez proche l'un de l'autre ;
- on ne les place pas trop près des bords ;
- on met en place une agitation pour que le milieu soit homogène ;
- on fait en sorte que les changements de température soient assez lents.
le
Chapitre 14. Activités expérimentales SPCL - systèmes et procédés T STL

On obtient par exemple (avec la sonde Pt100 n°14) :


RPt100 (Ω) 103,5
θ (°C) 5 10 15 20 25 30 35 40 45 50 55 60 65 70 75 80 85

Caractéristique de transfert de la sonde Pt100 (ou courbe d'étalonnage)

La mesure de RPt100 permet donc de déterminer la température θ.

Exemple de la mesure de la température de l'eau chambrée : on trouve RPt100 = 109,6 Ω avec la sonde Pt100
n°14, en reportant sur le graphique on en déduit que θ = 21 °C .

On peut aussi déterminer l'équation de cette courbe (une droite), soit "à la main" soit avec un tableur-grapheur
tel que Regressi :
On trouve, par exemple (avec la sonde Pt100 n°14), θ 2,586 RPt100 262, 7 (avec θ en °C et RPt100 en Ω)
Il s'agit de la caractéristique de transfert du capteur.

Exemple de la mesure de la température de l'eau chambrée : on trouve à nouveau RPt100 = 109,6 Ω avec la sonde
Pt100 n°14, on en déduit que θ 2,586 109, 6 262, 7 20, 7 °C .

II. Conditionnement de la sonde Pt100.

Le calcul que l'on vient d’effectuer (pour déterminer la température θ de l'eau à partir de RPt100) peut être
automatisé grâce à l'utilisation de montages électriques adaptés. On peut aussi vouloir effectuer un traitement
et une analyse de différentes températures, par exemple pour mettre en œuvre une régulation de température.
Pour des raisons techniques, on ne peut alors pas travailler directement avec des valeurs de résistances RPt100
mais on doit travailler avec des tensions électriques (ou éventuellement des intensités normalisées).
Le conditionnement du capteur consiste alors en la transformation d'une grandeur électrique peu pratique (ici la
résistance RPt100) en une grandeur électrique pratique telle qu'une tension ou une intensité normalisée (ce sera
le cas ici avec I = 4-20 mA) grâce à l'utilisation d'un montage électrique plus ou moins complexe tel qu'un
transmetteur.

On utilise par exemple un transmetteur de température pour sonde Pt100 permettant d'obtenir comme signal
une intensité 4-20 mA pour une échelle de températures 0 à 100 °C :
le
Chapitre 14. Activités expérimentales SPCL - systèmes et procédés T STL

I +
+ A + transmetteur
G 24 V de Pt100
température

température θ intensité I intensité fictive I' = I - 4


min 0 °C 4 mA 0 mA
max 100 °C 20 mA 16 mA
quelconque θ I I'
Il y a proportionnalité entre I' et θ mais pas entre I et θ !
θ 16 θ 16 (I 4) 100
donc I ' donc I 4 donc θ (avec I en mA et θ en °C)
100 100 16
il s'agit de la caractéristique de transfert du capteur conditionné (ou de l'ensemble capteur-conditionneur).

Autre méthode :
signal signalmin grandeur grandeurmin I I min θ θmin
donc
signalmax signalmin grandeurmax grandeurmin I max I min θmax θmin
I 4 θ 0 I 4 θ (I 4) 100
donc ici (avec I en mA et θ en °C) donc donc θ
20 4 100 0 16 100 16
il s'agit de la caractéristique de transfert du capteur conditionné (ou de l'ensemble capteur-conditionneur).

La mesure de I permet donc de déterminer la température θ.


Exemple de la mesure de la température de l'eau chambrée : on trouve I = 7,60 mA avec la sonde Pt100 n°14, on
en déduit que
7,60 4
θ 100 22,5 °C
16

Le montage précédent pose cependant deux problèmes :


- Lorsque le capteur est conditionné, pour mesurer l'intensité I il faut ouvrir le circuit pour insérer un
ampèremètre ;
- Il est plus aisé de travailler avec des tensions électriques que des intensités (et, entre autres, Orphy ne permet
de visualiser que des tensions).
Il est donc judicieux, lors de la réalisation du circuit de conditionnement du capteur, d'insérer définitivement un
résistor (par exemple de résistance R ≈ 100 Ω environ) car la mesure de la tension UR à ses bornes permet de
connaitre l'intensité I (pour un tel dipôle I = UR / R ) :

+
V

UR
I
+ R + transmetteur
G 24 V de Pt100
température

La mesure de U permet donc de déterminer la température θ.


Exemple de la mesure de la température de l'eau chambrée : on trouve UR = 0,758 V avec la sonde Pt100 n°14 et
une résistance de 100,1 Ω, on en déduit que
UR 0,758 V 7,57 4
I 0,00757 A 7,57 mA et donc θ 100 22,3 °C
R 100,2 Ω 16
le
Chapitre 14. Activités expérimentales SPCL - systèmes et procédés T STL

III. Suivi d'une température.

Il peut être intéressant de réaliser une acquisition informatisée (à l’aide du module d’acquisition Orphy, placé à
la place ou en plus du voltmètre) si l'on désire, par exemple, suivre l'évolution de la température du capteur au
cours du temps.

Par exemple, pour déterminer le temps de réponse à 95 % de la sonde PT100, à t = t0 , on plonge directement le
capteur depuis la salle de classe (à 20 °C environ) dans de l'eau chaude (maintenue à 70 °C environ) …
Donnée : Pour éviter les interférences, débrancher le câble d'alimentation du thermostat juste avant l'acquisition.
On utilise alors le montage de la fin de la partie II où l'on branche le module d'acquisition Orphy aux bornes de
la résistance R . Une fois les données acquises, elles sont transférées vers le tableur-grapheur Regressi.
UR UR
Puis, sous Regressi, la grandeur I est calculée pour chaque valeur de UR .
R 100,2
I 4
Puis, sous Regressi, la grandeur θ 100 est calculée pour chaque valeur de I .
16
Puis, sous Regressi, la courbe représentant l'évolution temporelle de la température θ est affichée et le temps de
réponse à 95 % de la sonde PT100 est mesuré à partir de cette courbe.

IV. Réalisation d'un bain thermostaté à l'aide d'une sonde Pt100

Ne pas allumer la plaque chauffante tant que la question n°3 n'a pas été entamée .

1. À l'aide de sa notice simplifiée, paramétrer le régulateur REX-C100 avec un des trois réglages suivants :
- régulateur à action discontinue à deux seuils dont la consigne vaut 50 °C et hystérésis 1 °C ;
- régulateur à action continue dont la consigne vaut 50 °C, la bande proportionnelle vaut 45, le temps
d'intégration vaut 950 s et le temps de dérivation vaut 500 s ;
- régulateur à action continue dont la consigne vaut 50 °C, la bande proportionnelle vaut 45, le temps
d'intégration vaut 950 s et le temps de dérivation vaut 230 s.

2. En contrôlant la plaque chauffante avec le régulateur, préparer un bain thermostaté pour 100 mL d'eau placés
dans un bécher de 150 mL (sur la plaque chauffante, le chauffage doit être réglé au maximum).

3. En utilisant le tableur-grapheur Regressi, afficher l'évolution temporelle de la température de ce bain


thermostaté puis comparer aux autres.
le
Chapitre 14. Activités expérimentales SPCL - systèmes et procédés T STL

La sonde Pt100 : un capteur de température.


Liste du matériel.

Au bureau :

□ au moins 3 bains thermostatés, idéalement 6 bains thermostatés


□ accès à l'eau du robinet (ou remplir d'eau tous les béchers)

Pour chaque poste : (au moins 6 postes)

□ calculatrice utilisée au bac


□ sonde Pt100
□ câbles "Radiall" de connexion électrique
□ 2 multimètres (voltmètre et ampèremètre)

□ générateur électrique de tension réglable (0 à 5 V ou plus)


□ résistor 10 kΩ

□ 2 béchers (résistant au chauffage)


□ thermomètre numérique (0 à 100 °C)
□ support avec pince (pour accrocher le thermomètre et la sonde Pt100)
□ agitateur magnétique chauffant avec barreau aimanté
□ pince en bois
□ chiffon
□ glaçons

□ module d'acquisition Orphy


□ ordinateur avec Regressi

□ transmetteur de température ayant le même numéro que la sonde Pt100


□ générateur continu 24 V
□ résistor 100 Ω

□ régulateur avec entrée Pt100 et sortie relais (prise femelle 220V connecté à la sortie relais du régulateur)
□ bécher 150 mL (résistant au chauffage)

Vous aimerez peut-être aussi