Vous êtes sur la page 1sur 25

Préparation au résidanat en

pharmacie

Chimie analytique
-Partie 1 + Partie 2-

QCM regroupés des épreuves de résidanat et


classés par chapitres

Départements

D’Alger Constantine Annaba

Réaliser par : Pharm Aide 1


Généralité sur les solutions

1- Le lactose C12H22O11 est présent dans le lait de nombreux mammifères, combien y a-t-il de
grammes dans 250 ml d’une solution à 5% :

A. 12,5 g
B. 13,2g
C. 7,2g
D. 9,5 g
E. 14g

2- Quel volume d’une solution commerciale de H2S04 de densité 1,84 et à 96% faut ¡I pour
préparer 2 litres de solution 0,1 N, MM=98 g:

A- 5, 53 ml
B- l0 ml
C- 2 ml
D- 15 ml
E- 20 ml

3-Quel est le titre en volume d’une eau oxygénée contenant environ 18% en poids de peroxyde
d’oxygène :

A- 10 Volumes
B- 60 Volumes
C- 30 Volumes
D- 100 Volumes
E- 110 Volumes

4-Quelle est la molarité de la solution suivante: 6 moles de NAOH dans 8 litres de solution

A- A-0,1M
B- B-0,75 M
C- 0,01 M
D- 0,15 M
E- E-0,50 M

5 - Quelle est la molarité d’une solution de KCL à raison de 0,5 mole dans 250 ml de solution:

A. 0,5 M
B. 1M
C. 2M
D. 0,95 M
E. 15M

2
Théories acide-base

1. Quelle est la concentration en ions H + (aq) d'une solution obtenue en ajoutant 7,0 g de HCI à 0,5
litre d'eau?

A. 0,1 moles
B. 0,2 moles
C. 0,25 moles
D. 0,30 moles
E. 0,38 moles. E

2. Quel est le pourcentage d'acide formique moléculaire dans une solution pure de cet acide dont
le pH est de 3,4 (pKa HCOOH/HC00-= 3,8)?

A- 51,5%
B- 61,5%
C- 71,5%
D- 81,5%
E- 91,5%. C

3. On prépare une solution tampon de HCN (0,5M) et NaCN (0,6M) pH= 9,479, Ka= 4.10. Que
devient le pH de ce tampon si on ajoute 0,2 mmol de HCl à 1 litre de ce tampon :

A. pH= 9,479
B. pH= 9,789
C. pH= 9,615
D. pH= 10,653
E. pH= 10,562 A

4. Le pH d'un mélange équimolaire d'un acide faible ( pKa1 = 3,45) et d'une base faible (pKa2= 9,45)

est de:

A. 5,84
B. 6,45
C. 7,78
D. 8,31
E. 9,31 B

5. La valeur du pH d'un mélange de 50 ml d'une solution d'acide formique (0,15 M) et de 20 ml

d'une solution de KOH (0,2M) [pKa(HCOOH/HCOO-)= 3,8)) est de :

A. 1,034
B. 2,892
C. 3,167
D. 3,858
E. 4,504 D

3
6. Parmi les propositions suivantes concernant la valeur du pH d'une solution aqueuse de
paracétamol 0,01M (HO-C6H4-NH-CO-CH3 pKa=9,50) une seule est exacte laquelle?

A. Très basique (pH=12).


B. FaibIement acide (pH=5,75).
C. Neutre (pH=7).
D. D Moyennement basique (pH=I0,75).
E. Très acide (pH=2). B

7. Parmi les propositions suivantes, une seule est fausse, laquelle ? Pour préparer une solution

tampon aqueuse on peut utiliser:

A. du chlorure de sodium,
B. du tétraborate de sodium,
C. du monohydrogénophosphate de sodium,
D. de l'acétate de sodium,
E. du dihydrogénophosphate de sodium. A

8. L'ion oxalate est oxydé en milieu acide fort par l'ion permanganate pour donner le dioxyde de
carbone. Dans le cas d'une telle oxydation, quel est le titre exprimé en normalité d'une
solutiond'oxalate disodique contenant 4,45g de ce sel par litre? (COONa)2= 134,0g/mol:

A. CN=0,0334N
B. CN=0,0134N
C. CN=0,0664N
D. CN=0,0504N
E. CN=0,0104N. C

9. On prépare 400 ml d'une solution (S) en mélangeant 200 ml d'une solution de NH3 (0,4M) et 200 ml
d'une solution de NH4+ (0,6M) pKa= 9,25. La variation du pH de la solution (S) lorsqu'on ajoute 100ml
de HCI (0,05M) est égale à:
A. 0,011
B. 0,024
C. 0,046
D. 0,098
E. 0,102. C

10. Parmi les propositions suivantes concernant la valeur du pH d'un mélange de 50 ml d'une
solution d'acide formique (0,15M) et de 20ml d'une solution de KOH (0,2M), laquelle est exacte?

A. 1,034
B. 2,892
C. 3,167
D. 3,858
E. 4,504 D

4
11. Le pKb de fanion fluorure est de 10,8. Calculer le pH d'une solution de rinçage dentaire
contenant 0,01 M de cet anion :

A. pH= 7,6
B. pH= 9,6
C. pH= 10,6
D. pH= 5,6
E. pH= 1,6 A

12. Concernant les acides et les bases, quelles sont les propositions exactes ?

A. Pour que la réaction acide-base soit favorisée, il faut que l'acide et la base formés soient
plus faibles que l'acide et la base de départ.
B. Plus la valeur de pKa d'un acide est faible, plus son acidité est grande.
C. L'acide conjugué de H30+ est H20.
D. La base conjuguée de CO3-2 est FIC03-.
E. L’acide ne réagit pas avec sa base conjuguée. ABE

13. Quel est le pH d'une solution aqueuse de HCl 10-8 M, à 25°C ?

A. 8,00.
B. 7,00.
C. 6,98.
D. 6,57.
E. 6,67. C

14. De combien de fois la concentration en ions hydronium dans le sang (pH=7,36) est-elle
supérieure à celle observée dans le liquide céphalo-rachidien (pH=7,53)?

A. 0,67.
B. 1,35.
C. 1,48.
D. 2,00.
E. 2,35. C

15. 5ml d'une solution d'eau oxygénée, de concentration X à déterminer, sont additionnés de 10 ml
d'une solution tampon pH 1 et sont dosés par une solution de permanganate de potassium KMn04
0,02N. Le point d'équivalence étant obtenu par ajout de 5,2 ml de réactif titrant, la molarité de la
solution d'eau oxygénée X à doser est égale à:

A. 0,0104 M
B. 0,1203 M
C. 0,0034 M
D. 0,0892 M
E. 0,0233 M A

5
16. Quelle est la valeur du pH lorsqu'on mélange 10 ml d'une solution d'acide faible AH à la
concentration 0,2M (pKa1 = 4,75) et 15 ml d'une solution de base faible B à la concentration 0,1 M
(pKa2= 9,25) :

A. 5,67.
B. 6,94.
C. 7,09.
D. 7,71.
E. 8,33. B

17. Quelle est la valeur du pH lorsqu'on mélange 10 ml d'une solution d'acide faible à la
concentration 0, 3M (pKa = 3,75) et 20 ml d'une solution d'acide fort à la concentration 0,1 M :

A. 1,332.
B. 1,406.
C. 1,464.
D. 1,792.
E. 1,811. C

18-Dans la théorie de Bronsted:

A. la base de Lewis est une base de Bronsted


B. la base de Bronsted est une base d’Arrhenius
C. la base de Bronsted n’est pas une base de Lewis
D. la base d’Arrhenius n’est pas une base de Bronsted
E. la base d’Arrhenius est une base de Lewis

A : 1,4 ,5 B: 1, 2,5 C: 1,2 D:2, 3,5 E : 3, 4,5

19 -Dans la théorie de Lewis:

1- l’acide de Bronsted est un acide de Lewis


2- l’acide d’Arrhenius est un acide de Lewis
3- l’acide de Bronsted est un acide d’Arrhenius
4- l’acide d’Arrhenius n’est pas un acide de Bronsted
5- l’acide de Lewis n’est pas un acide d’Arrhenius

A: 1,4,5 B: 1,2,5 C: 1,2,3 D:2,3,5 E: 3,4,5

20 -la capacité tampon est:

1- indépendante de la concentration du couple acide/base


2- dépendante de la concentration du couple acide/base
3- proportionnelle à la concentration du couple acide/base
4- inversement proportionnelle à la concentration du couple acide/base
5- il n’y a aucune relation avec la concentration du couple acide/base

A: 1, 4,5 B: 2,3 C:1,2 ,3 D:2,3 E:3, 4,5

6
Composés peu solubles

1. Dans une solution saturée d'hydroxyde de manganèse, la concentration en ions Mn2+ est égale à
4,5 10-5 M. Le produit de solubilité de Mn(OH)2 vaut :

A. 8,9 10-5.
B. 1,8 10-14.
C. 3,6 10-13.
D. 1,2 10 -14.
E. 1,8 10-3. C

2 . Parmi les sels suivants dont on placerait 1 mole dans 1 L d'eau, lequel donnerait la solution la
plus concentrée en ions phosphates ?

A. Ba3 (PO4)2; Ks=6,O 10-39


B. Ca3 (PO4)2; Ks=1,3 10-32
C. Sr3 (PO4)2; Ks=1,0 10-31.
D. Pb3 (P04)2; Ks=1,0 10-54.
E. Cu3 (PO4)2; Ks=1,4 10-37. C

3 . Connaissant le produit de solubilité du fluorure de strontium, calculez la concentration


exprimée en mg/I d'une solution de ce sel à demi-saturation :

(pKs (SrF2) =8,4; Mn (SrF2) = 125,5 g/mol).

A. [SRF2] = 62,7 mg/I.


B. [SRF2] = 72,7 mg/I.
C. [SRF2] = 82,7 mg/I.
D. [SRF2] = 92,7 mg/I.
E. [SRF2] = 102,7 mg/I. A

4. D'après les valeurs des produits de solubilité Ks, quel est le sel le moins soluble :

A-
B-
C-
D-
E- C

5. Quelle est la solubilité exprimée en mg/l du carbonate de baryum BaC03, Ks=IO-8,7, MBaC03

=197,5 g:

A. 5,62
B. 6,32
C. 8,82
D. 10
E. 15 C

7
6. Parmi les propositions suivantes concernant la solubilité, indiquez celles qui sont fausses :

A. La solubilité de l'AgCI est améliorée dans une solution acide chlorhydrique.


B. La solubilité de l'acétate d'argent diminue avec l'augmentation du pH.
C. La solubilité de l'AgCI diminue dans une solution de sulfate de sodium Na2SO4.
D. La diminution de la taille des particules augmente la solubilité.
E. Un grand excès de réactif hétéro-ionique augmente la solubilité. AD

7. A une solution contenant un mélange de Ca2+ et de Ba2+ à la même concentration, on ajoute


une solution de fluorure F -. On donne pKsp (CaF2)= 10,5 et pKsp (BaF2) = 5,8

A. Le CaF2 précipite le premier.


B. Le BaF2 précipite le premier.
C. seul le BaF2 précipite dans ces conditions.
D. Les deux sels précipitent en même temps. A
E. Les deux sels ne précipitent pas dans ces conditions.

8. Le produit de solubilité d'un sel peu soluble CuS est Ks= 8,5 10-45, sa solubilité est de :

F. 1,7 10-10 mole/l


G. 8,510-15 mole/l
H. 9,2 10-23 mole/l
I. 18,410-46 mole/l
J. 8,5 10-45 mole/l. C

9. La solubilité de l'hydroxyde de magnésium est à 20°C de 8,7mg/l.


Calculez la valeur de son ks (Mg=24,3 g/mol):

10 -La solubilité d’un corps A dans l’eau est de 4mg/ l00 ml, elle est dans le chloroforme de 0,6
mg/ml. Quel est le coefficient de partage chloroforme/ eau:

A. 7
B. 10
C. 15
D. 30
E. 60

8
Les complexes

1.Parmi les propositions suivantes Concernant les complexes, indiquez celles qui sont exactes :

1. Un complexe peut être chargé positivement.


2. La stabilité des complexes peut être fonction du pH.
3. La dilution augmente la stabilité des complexes.
4. un complexe de l'EDTA avec l'aluminium est un chélate.
5. Plus la valeur du pKd est élevée, plus le complexe est instable. 1,2,4

2 . L'ion Cu2+ forme avec l'ammoniac NH3 quatre complexes. On note βn la concentration globale
de formation du complexe [Cu(NH3)n]2+

On donne : log β1 = 4,1; log β2 = 7,6; log β3 = 10,5; log β4 = 12,6.

La valeur de pKd2 est :

A. 7,6.
B. 10'6.
C. 3,5.
D. 1,85.
E. 1,9. C

A. 0,00236 M
B. 0,00102 M
C. 0,00312 M
D. 0,00148 M
E. 0,00907 M. D

4. Un excès de réactif complexant:

A. Augmente la concentration du métal non complexé, augmente la concentration du métal


complexé et augmente la stabilité.
B. Augmente la concentration du métal non complexé, diminue la concentration du métal
complexé et augmente la stabilité.
C. Diminue la concentration du métal non complexé, augmente la concentration du métal
complexé et augmente la stabilité.
D. Diminue la concentration du métal non complexé, augmente la concentration du métal
complexé et diminue la stabilité.
E. Diminue la concentration du métal non complexé, diminue la concentration du métal
complexé et diminue la stabilité.

9
5. Lors de la formation d'un complexe, le métal agit comme :

A. Un acide Lewis.
B. Un acide de Bronsted.
C. Un acide d'Arrhenius.
D. Une base de Lewis.
E. Une base de Bronsted.

6. La formation de complexes peut être utilisée pour Ie dosage:

A. Des chlorures
B. Des acides
C. Du calcium
D. Des barbituriques
E. Des alcaloïdes. A

7 -formule de l’haxaminochromium (Ill) nitrate :

A. [Cr(NH3)6] N03
B. [Cr(NH2)6] N02
C. [Cr(NH2)6] N03
D. [Cr(NH2)6] N03

10
Réactions d’Oxydo-réduction

Quel est le potentiel d'une solution tamponnée à pH 2 obtenue en mélangeant 50 ml d'une


solution 0,03 M en Mn04- avec 100 ml d'une solution 0,015 M en Mn2+ ? On donne : EO
(Mn7+/Mn2+) = 1,50 v

A. 1,0045 V
B. 1,3112 v
C. 1,6344 v
D. 1,8976 V
E. 2,6731 V B

Parmi les propositions suivantes concernant la constante d'équilibre de la réaction d'oxydation du


Cr2+ par le Fe3+ sachant que EO (Cr3+/ Cr2+) = - 0,41 V et EO (Fe3+/Fe2+) = 0,78 V, une seule est
exacte. Laquelle ?

A. 1,015. 10 10
B. 1,475.10 20
C.
1,475. 10-20
D. 1,234. 10 30
E. 1,511. 10-30
B

A 100 ml d'eau de source contenant des ions de fer présents, on ajoute 25 ml de bichromate de

potassium M. L'excès de cette solution a été titré en retour par 7,47 ml d'une solution de

Fe2+ 9,79. I0-3M. Quelle est la concentration de fer dans l'échantillon exprimée en mg/l; sachant

que: K=39, Cr=52, 0=16, Fe=56.

A- 148,35 mg/l
B- 14,8 mg/l
C- 12,2 mg/
D- 125,2 mg/l
E- 136,03 mg/l E

11
Les méthodes chromatographiques

1/- Généralités sur Les méthodes chromatographiques :


1- Ia résolution R permet d’exprimer : Constantine 2011

A. le facteur de capacité
B. la séparation des pics
C. la longueur de la colonne
D. Ie facteur de sélectivité
E. le nombre de plateaux théoriques B

2. Quel est le paramètre qui caractérise l'efficacité d'une colonne chromatographique :

A. Le temps de rétention. Constantine 2012


B. La distance de rétention.
C. Le facteur de sélectivité.
D. La résolution.
E. Le nombre de plateaux théoriques. E

3. D'après les valeurs ci-dessous de la hauteur équivalente à un plateau théorique (HEPT),


cochez celle qui correspond à la plus grande efficacité de la colonne : Constantine 2012

A. 0,4cm
B. 1,0cm
C. 0,2cm
D. 0,4mm
E. 0,2mm E

4. La courbe de Van Deemter permet de déterminer : Constantine 2012

A. Le temps de rétention.
B. La distance de rétention.
C. La résolution.
D. La vitesse optimale de la phase mobile.
E. La longueur de la colonne. D

5. Une substance analysée sur une colonne de longueur L=25cm, son pic sort après 2mn, la largeur
à mi-hauteur exprimée en unités de temps est de 30s. Quelle est la hauteur équivalente à un
plateau théorique ? Constantine 2012

A. 0,20mm
B. 0,28mm
C. 0,32mm
D. 0,40mm
E. 0,97mm E

12
6. En chromatographie, la hauteur équivalente à un plateau théorique : Constantine 2012

1. augmente avec le nombre de plateaux de la colonne,


2. dépend du diamètre des particules,
3. est fonction de la vitesse linéaire de la phase mobile,
4. est indépendante du coefficient de diffusion de la substance dans la phase mobile,
5. est une grandeur qui caractérise l'efficacité de la colonne. D

A : 1,2,4 B : 1,3,4 C : 1,3,5 D : 2,3,5 E : 3,4,5

7-La chromatographie est une méthode de séparation qui fait Intervenir : Constantine 2011

A- deux phases stationnaires


B- deux phases mobiles
C- une phase stationnaire et une phase mobile
D- une phase stationnaire liquide seulement
E- une phase mobile gaz seulement C

8-Un pic chromatographique a pour largeur à la base exprimée en unité de temps : 50 secondes, le
temps de rétention est de 50 minutes. Quel est le nombre de plateaux théoriques de la colonne
utilisée : Constantine 2011

A- 3360
B- 5600
C- 57600
D- 46500
E- 6560 C

9. Les paramètres qui influent sur le facteur de capacité k' sont : Constantine 2014

1. le pourcentage du solvant fort dans la phase mobile,


2. le débit de la phase mobile,
3. le pH de la phase mobile,
4. le diamètre des particules de la phase stationnaire,
5. la longueur de colonne C

A: 3,5 B: 2,4,5 C: 1,3 D: 1,4,5 E: 2,4

10. En chromatographie, différents types de réaction de dérivation peuvent être effectués, lesquels ?
1. Méthylation.
2. Silylation. Constantine 2014
3. Hydrogénation.
4. Acylation.
5. Alcoylation. B
A : 1,3,5 B: 2,4,5 C: 1,3 D: 3,4 E: 2,3,4

13
11-Parmi ces paramètres quel est celui qui permet d’exprimer l’efficacité d’une colonne
chromatographique :

A- le temps de rétention
B- la distance de rétention
C- le facteur de sélectivité
D- la résolution
E- la hauteur équivalente à un plateau théorique

12. Concernant la chromatographie sur colonne, une seule proposition est fausse, laquelle ? On
augmente la résolution de deux solutés en : Constantine 2015

A. augmentant la longueur de la colonne,


B. augmentant le diamètre des particules,
C. changeant la nature de la phase mobile,
D. modifiant la vitesse de la phase mobile,
E. augmentant le facteur de sélectivité. B

2/- chromatographie liquide à haute performance HPLC :


1. En chromatographie en phase liquide, l'amélioration de la résolution entre 2 composés dépend
des paramètres suivants sauf un. Lequel ? Constantine 2015

A. Le nombre de plateaux théoriques.


B. Le facteur de capacité du composé le plus retenu.
C. Le facteur de sélectivité.
D. La vitesse de déroulement du papier.
E. La longueur de la colonne. D

2. en HPLC : ALGER 2013

A. L’injecteur est un injecteur Split-spIitless


B. L’injecteur est un injecteur à boucle
C. Le détecteur â barrette de diodes Permet d’enregistrer le chromatogramme en 3D
D. Le détecteur à barrette de diodes permet de résoudre les problèmes de coélution
E. Le détecteur à barrette de diodes est un détecteur universel.

3. En chromatographie liquide haute performance : Constantine 2012

1. L'utilisation de silice greffée en phase inverse nécessite une élution par des solvants
polaires.
2. La détection par spectrométrie de masse est réalisable.
3. Les molécules thermolabiles ne peuvent pas être séparées.
4. Le gel de silice possède un caractère polaire.
5. Les molécules possédant une masse molaire supérieure à 500 Da sont inséparables. A

14
A : 1,2,4 B : 1,3,4 C : 1,3,5 D : 2,3,5 E : 3,4,5

4. en chromatographie liquide, la hauteur équivalente à un plateau théorique : ALGER 2013

A. Augmente av le nombre de plateaux de la colonne


B. Dépend du diamètre des particules
C. Est fonction de la vitesse linéaire de la phase mobile
D. Est indépendant du coefficient de diffusion de la substance dans la phase mobile
E. est une grandeur qui caractérises l’efficacité de la colonne

5, la qualité de la séparation en HPLC est appréciée par : ALGER 2013

A. le facteur de réponse
B. la hauteur des pics
C. la largeur des pics
D. le facteur de résolution
E. le facteur de rétention

6. un régime isocratique en chromatographie liquide correspond à : ALGER 2013

A- une composition variable de la phase mobile


B- un débit variable de la phase mobile
C- une composition constante de la phase mobile
D- Une séparation a température constante
E- Une séparation a une pression> 350 bars

7. La qualité d'une séparation HPLC entre deux constituants d'un mélange est appréciée par :

A. le facteur de réponse, Constantine 2015


B. la hauteur des pics,
C. la largeur des pics,
D. le facteur de résolution,
E. le facteur de capacité. D

8. En HPLC, la qualité d'une séparation entre deux constituants d'un mélange est appréciée par :

A. Le facteur de réponse. Annaba 2016


B. La hauteur des pics.
C. La largeur des pics.
D. Le facteur de résolution.
E. Le facteur de capacité

9. Un régime isocratique en chromatographie Liquide correspond : Annaba 2016

A. Une composition variable de la phase mobile.


B. Un débit variable de phase mobile.
C. Une composition constante de la phase mobile.

15
D. Une séparation a température constante.
E. Une séparation a une pression > 350 bars.

10. En chromatographie liquide : Annaba 2016

A. L'utilisation de silice greffée en phase inverse nécessite une élution par des solvants polaires.
B. La détection par spectrométrie de masse est réalisable.
C. Les molécules thermolabiles ne peuvent pas être séparées.
D. Le gel de silice, base de fabrication des colonnes, possède un caractère polaire.
E. Les molécules possédant une masse molaire supérieure à 500 Dalton sont inséparables.

11. Parmi les propositions suivantes, une seule est fausse, laquelle ? En chromatographie phase
gazeuse, comparativement aux colonnes remplies, les colonnes capillaires : Constantine 2015

A. Offrent un plus grand nombre de plateaux théoriques,


B. Nécessitent des injecteurs différents,
C. Permettent de meilleures séparations,
D. Présentent une plus faible perméabilité,
E. Ne nécessitent pas de détecteurs différents. D

3/- la chromatographe en phase gazeuse CPG :


1. Les éléments d'un chromatographe en phase gazeuse : Annaba 2016

A. Four thermostat.
B. System d'injection.
C. Colonne remplie ou capillaire.
D. Système de nébulisation des solutions.
E. Four en graphite.

2. Les systèmes d'injection pour colonnes capillaires en CPG: Annaba 2016

A. Vannes d'injection.
B. Système a division de flux.
C. Chambres d'injection pour liquides ou solution.
D. Système sans division de flux.
E. Injection directe on-column.

3. Parmi ces propositions une seule est fausse; en chromatographie en phase gazeuse le gaz vecteur:
A. doit être inerte vis-à-vis de l'échantillon, Constantine 2014
B. doit être de forte viscosité,
C. doit être compatible avec le détecteur,
D. doit être de pureté définie,
E. peut-être de L'azote. B

16
4. Types de colonnes capillaires utilisées en CPG : Annaba 2016

A. PLOT (Porous Layer Open Tubular): La phase stationnaire liquide est immobilisée
sur la paroi de la colonne capillaire.
B. B. SCOT (Support Coated Open Tubular) : De fines particules imprégnées de phase
stationnaire liquide adhèrent a la paroi de la colonne capillaire.
C. WCOT (Wall Coated Open Tubular) : La phase stationnaire liquide est immobilisée sur la paroi
de la colonne capillaire.
D. PLOT (Porous Layer Open Tubuler): La phase stationnaire est un adsorbant solide recouvrant
la paroi interne de la colonne capillaire.
E. WCOT (Wall Coated Open Tubular) : La phase stationnaire est un adsorbant solide recouvrant
la paroi interne de la colonne capillaire.

5. En chromatographie en phase gazeuse, la formation de dérives est utilisée : Annaba 2016

A. Pour déterminer les pKa des acides et bases faibles.


B. Pour améliorer la spécificité et la sensibilité de la détection.
C. Pour augmenter la stabilité des composes fragiles.
D. Pour augmenter le débit de la phase mobile.
E. Lorsque les substances ont des poids moléculaires trop faibles.

6. En CPG, la silylation sert à rendre le composé : ALGER 2013

A- Moins polaire
B- Moins volatile
C- Fluorescent
D- Plus stable thermiquement
E- Détectable par UV

7. La chromatographie en phase gazeuse : ALGER 2013

A. Ne se pratique qu’avec des échantillons gazeux


B. Utilise une phase mobile liquide
C. Permet le dosage d’un mélange d’acides gras
D. Peut mettre à profit (le phénomène de partage)
E. Peut mettre profit le phénomène d’échange d’ions

1. La séparation d'analytes par chromatographie d'échange d'ions repose sur les différences de:
1. Charge, Constantine 2014
2. Taille,
3. Masse volumique,
4. Solubilité,
5. Valeur de pKa. C
A: 4,5 B: 2,3,5 C:1,5 D:3,4,5 E:1,2

17
2. Concernant la séparation chromatographique d'acide L-glutamique (pHi=3,22) et de la L-leucine
(pHi=5,96) sur une résine substituée par des groupements fonctionnels sulfonate (S0 3-):
1. La résine utilisée est une résine échangeuse d'anions. Constantine 2014
2. A pH=8, les deux acides aminés ne sont pas retenus par la colonne.
3. Met en jeu des liaisons covalentes entre la résine et les acides aminés.
4. A pH=2, les deux acides aminés sont retenus par la colonne.
5. Est une chromatographie de partage. E
A: 3,5 B: 2,4,5 C:1,3 D:1,4,5 E:2,4

3. Dans la chromatographie d'exclusion-diffusion : Constantine 2014

1. les molécules de taille supérieure au diamètre des pores restent exclues de la colonne,
2. les molécules les plus grosses diffusent en dernier entre les mailles,
3. La séparation des molécules est fondée sur la différence de taille,
4. la séparation des molécules est fondée sur les interactions physico -chimiques
avec la phase stationnaire,
5. toutes les réponses sont vraies. C
A: 1,3,5 B: 2 4,5 C: 1,3 D: 3,4 E: 2,3,4

4. Parmi les propositions suivantes, lesquelles sont exactes ? La chromatographie à polarité de


phase inversée : Constantine 2012

1. Utilise une phase stationnaire polaire.


2. Utilise une phase mobile polaire.
3. Peut être appliquée aux espèces ionisées.
4. Elue en premier les solutés les plus polaires.
5. Utilise une phase stationnaire en silice vierge. D

A : 1,2,5 B : 1,3,4 C : 2,4,5 D : 2,3,4 E :3,4,5

18
Les méthodes spectrophotométriques

1- Parmi les propositions suivantes quelle(s) est (sont) celle(s) qui est (sont) juste(s) ? En

spectrophotométrie, l’absorption correspond à : ALGER 2016

A. Une réaction irréversible


B. Un phénomène induit par la lumière
C. Une complexation
D. Une émission de lumière
E. Un phénomène chimique

2- Parmi les propositions suivantes concernant la spectrophotométrie UV-visible, laquelle

(lesquelles) est (sont) exactes : ALGER 2016

A. Les carbures saturés n'absorbent pas dans l'ultra-violet proche


B. Une substance incolore absorbe dans la zone de longueur d'onde comprise entre 400 à 700
nm
C. La conjugaison des liaisons multiples déplace le maximum d'absorption de la molécule vers les
grandes longueurs d'onde
D. Le solvant n’influence pas l'absorption des substances dissoutes
E. Les groupements fonctionnels porteurs d'hétéroatomes sont polychromes

3 -le « cut-off point » d'un solvant correspond a : ALGER 2016

A. la longueur d'onde au-dessous de laquelle le solvant ne peut être utilisé


B. la longueur d'onde au-dessus de laquelle le solvant ne peut être utilisé
C. le coefficient d'extinction molaire du solvant
D. une longueur d'onde inférieure au maximum d'absorption d'un analyte
E. une longueur d'onde égale au maximum d'absorption d'un analyte

4.Donner la bonne proposition concernant le classement des différentes régions du spectre


électromagnétique par ordre d'énergie croissante : Constantine 2012

A- (rayons X) - (Ultra-violets) - (visible) - (Infra- rouge) - (micro-ondes).


B- (Ultra-violets) - (rayons X) - (Infra- rouge) - (visible) - (micro-ondes).
C- (visible) - (Infra- rouge) - (rayons X) - (Ultra-violets) - (micro-ondes).
D- (micro-ondes) - (Infra- rouge) - (visible) - (Ultra-violets) - (rayons X).
E- (Infra- rouge) - (Ultra-violets) - (visible) - (micro-ondes) - (rayons X). D

19
2. La loi de Beer-Lambert : Constantine 2012

1. s'applique aux dosages polarimétriques,


2. s'applique aux dosages spectrophotométriques,
3. est valable quelle que soit la concentration de la solution,
4. est une loi additive,
5. peut être appliquée en lumière polychromatique. D

A: 3,5 B:1,3 C: 2,3,5 D : 2,4 E :1,2,5

3. La lampe à cathode creuse utilisée en spectrophotométrie d'absorption atomique est remplie


d'un gaz, lequel ? Constantine 2015

A. Le chlore.
B. L'oxygène.
C. Le dioxyde de carbone.
D. L'argon.
E. Le méthane. D

4. Un effet bathochrome en spectrophotométrie UV/Visible est : ALGER 2013

A. une augmentation de l'intensité d'absorption à la longueur d'onde maximale d'absorption.


B. une émission de lumière diffuse,
C. un déplacement du maximum d'absorption de la molécule vers de plus grandes longueurs
d'ondes,
D. une diffraction de la lumière,
E. une absorption de la lumière par le solvant.

5. Concernant la spectrophotométrie d'absorption moléculaire UV-Visible, quelle est la proposition


fausse ? Constantine 2015

A. On utilise des cuves avec deux faces polies.


B. La présence d'une impureté modifie la position des longueurs d'ondes des maxima
d'absorption.
C. C'est la méthode de référence pour l'identification.
D. C'est une méthode qui permet l'analyse des mélanges.
E. Les formes acide et basique d'une même molécule peuvent avoir des spectres différents. C

6. Parmi les propositions suivantes, une seule est fausse, laquelle ? En spectrophotométrie UV-
Visible, l’absorption : Constantine 2015

A. Dépend de la longueur d'onde,


B. Dépend de l'épaisseur de la cuve,
C. Dépend de la concentration de la solution,
D. Dépend du coefficient d'absorption molaire du composé dosé,
E. Est égale au rapport I/I0. E

20
7. En spectrophotométrie du proche UV : Annaba 2016

A. On exploite un spectre de bandes.


B. Les cellules d'analyse sont en verre.
C. La source d'émission la plus courante est une lampe au deutérium.
D. L'absorption obéit à la loi de Beer-Lambert.
E. II est possible de doser des chromophores absorbant à 600 nm.

8. En spectrophotométrie UV-Vis, un groupement auxochrome provoque toujours: Annaba 2016

A. Un effet thermique.
B. Un effet dipole-dipole.
C. Un effet bathochrome.
D. Un effet hypochrome.
E. Aucun de ces effets.

9. L'absorption dans le proche UV du chromophore carbonyle > C = 0 est due : Annaba 2016

A. A une transition
B. A une transition .
C. A une transition
D. A une transition
E. A une transition

10. Le(s) point(s) commun(s) entre l'émission de flamme et l'absorption atomique est (sont) :

A. Le type d’éléments analysés. Annaba 2016


B. Le détecteur
C. La source lumineuse.
D. Le nebulisateur
E. Le monochromateur.

11. La spectrophotométrie par absorption atomique permet de doser : Annaba 2016

A. Le plomb.
B. Le fer.
C. Le soufre.
D. Le calcium.
E. L'argon.

12- En photométrie de flamme le système de détection fonctionne selon le principe :

A- thermique Constantine 2011


B- photoélectrique
C- chimique.
D- électronique
E- électrochimique B

21
13 -La spectrophotométrie dans l’ultraviolet permet une analyse: Constantine 2011

A- qualitative
B- séparative
C- qualitative et quantitative
D- extractive
E- quantitative C

14-le solvant utilisé en spectrophotométrie ultraviolette doit : Constantine 2011

1- obligatoirement réagir avec la substance


2- être inerte vis-à-vis de la substance
3- absorber à la longueur d’onde de travail
4- être transparent à i longueur d’onde utilisée
5- manifester une interaction vis à vis du rayonnement A

A: 2,4 B : 2,3 C: 1, 2,3 D:1,3 E: 1, 4,5

15.Une augmention de la conjugaison sur un Chromophore va entrainer un effet : ALGER 2013

a. Hypsochrome
b. Bathochrome
c. Hyperchrome
d. Hypochrome
e. Solvatochrome

16. En spectrophotomètre UV-visible: ALGER 2013

A. les carbures satures n’absorbent pas dans l’ultra-violet proche


B. Une substance incolore absorbe dans la zone de longueur d’onde comprise entre 400 à 700 nm
C. La conjugaison des liaisons multiples déplace le maximum d’absorption de la molécule ver les
longueurs d’onde plus courtes
D. Le solvant n’influence pas l’absorption des substances dissoutes
E. Les groupements fonctionnels porteurs d’hétéroatomes sont auxochromes

17. Ia loi de Beer-Lambert: ALGER 2013

A. S’applique aux dosages planimétriques


B. S’applique aux dosages spectrophotométries
C. est valable quelle que soit la concentration de la solution
D. N’est pas une loi additive
E. N’est applicable qu’en lumière polychromatique.

18. Le coefficient d’extinction molaire d’une substance absorbant dans l’UV: ALGER 2013

A. Ne varie pas avec la température


B. Varie avec ta longueur d’onde
C. N’est pas modifié par la nature du solvant
D. Varie avec la longueur du trajet optique
E. Peut être identique à 2 longueurs d’ondes différentes.

22
19. Condition(s) d’application de la loi de Beer-Lambert: ALGER 2013

A. Les solutions doivent être limpides


B. Les longueurs d’onde utilisées doivent ¿tic comprises entre 400 et 500 nm
C. Les concentrations des solutés doivent très faibles
D. Les cuves de mesure doivent être en verre
E. Aucune des réponses ci-dessus n’est juste

20. Un effet bathochrome en spectrophotométrie UV/visible est : ALGER 2013

A. Une augmentation de l’intensité d’absorption â la longueur d’onde maximale d’absorption


B. Une émission de lumière diffuse
C. Un déplacement du maximum d’absorption de la molécule vers de plus grandes longueurs
d’onde
D. Une diffraction de la lumière
E. Une absorption de lumière par le solvant

21. La spectrophotométrie d’absorption moléculaire UV/Visible : ALGER 2013

A. Est une méthode d’identification


B. Ne permet pas Ie dosage des mélanges
C. Est fondée sur l’exploitation d’un spectre de rotation
D. Permet les analyses quantitatives
E. Aucune des réponses ci-dessus n’est exacte,

22-Parmi les propositions suivantes quelle(s) est (sont) celle(s) qui est (sont) juste(s) ? En ALGER
spectrophotométrie, l’absorption correspond à :

A- Une réaction irréversible


B- Un phénomène induit par la lumière
C- Une complexation
D- Une émission de lumière
E- Un phénomène chimique

23-conditions d’application de la loi de Beer-lambert en ultra-violet: ALGER 2013

A. les solutions peuvent être colorée


B. les longueurs d’onde utilisées sont comprises entre 400-500
C. les impuretés n’ont pas d’influence sur le dosage
D. le trajet optique doit être parallèle aux paroi de la cuve
E. les molécules doivent être thermostable

23
24-en spectrophotométrie, l’absorption correspond a: ALGER 2014

A. une réaction irréversible


B. un phénomène induit par la lumière
C. une complexation
D. une émission de lumière
E. un phénomène chimique

25-la méthode de Karl-Fisher est une méthode de: ALGER 2016

A. dosage des chlorures dans une solution aqueuse


B. spectrophotométrie UV-visible
C. iodométrique
D. dosage de l’eau
E. complexométrique

Les méthodes de séparation

1-les solvants utilisables pour l'extraction liquide-liquide de solutions aqueuses sont : ALGER 2016

A. chloroforme
B. diethylether
C. acetonitrile
D. l'ethanol
E. méthanol

2-Deux extractions réalisées par 50 ml de chloroforme permettent d’extraire 80% d’un soluté à
partir de 200 ml de solution aqueuse. Quel est le coefficient de partage :

A- 2,49
B- 4,94
C- 7,54
D- 5,45
E- 6,95

3- Pour augmenter le rendement d’une extraction le coefficient de partage doit être :

A- en faveur du solvant initial


B- en faveur du solvant d’extraction
C- inférieur à 1
D- égal à 0
E- sans importance

24
4-Le but recherché dans les extractions répétées est :

A. d’extraire le maximum de substances même en dépensant un plus grand volume de solvant


B. d’avoir le meilleur rendement même en utilisant un grand volume de solvant
C. d’améliorer le rendement avec un même volume de solvant global
D. d’améliorer le rendement par rapport à l’extraction simple et en dépensant moins de solvant
E. d’extraire sans se soucier du rendement

5. Les solvants utilisables pour I ‘extraction liquide-liquide de solution aqueuses sont : ALGER

A- Le chloroforme
B- L’éthanol
C- le méthanol
D- Le diéthyléther
E- Aucun des quatre solvants cités ci-dessus.

6. Le rendement de l'extraction par un solvant organique d'un composé acide en solution dans
l'eau augmente lorsque: Constantine 2014

1. Le volume de la phase aqueuse à extraire augmente,


2. Le coefficient de partage conditionnel du composé augmente,
3. Le nombre d'extractions réalisées augmente,
4. Le volume du solvant organique diminue,
5. Le pH de la phase aqueuse augmente. B
A: 2,3,5 B: 2,3 C: 1,3 D: 1,4,5 E: 2,4

7. Concernant l'extraction de l'acide acétique à partir d'une solution aqueuse : Constantine 2014

1. La dimérisation entraine l'augmentation du coefficient de partage conditionnel.


2. La dimérisation entraine l'augmentation du rendement.
3. La dimérisation augmente avec la polarité du solvant.
4. Un solvant polaire favorise la dimérisation.
5. Un solvant apolaire et aprotique diminue le rendement. A
A:1,2 B:2,3,5 C:2,3 D:1,3,4 E :2,5

25