Vous êtes sur la page 1sur 3

Des Matériaux (3ème édition) Énoncé des exercices

Chapitre 4 – Matériaux sous contrainte

EXERCICE 4-2

Répondez aux questions ci-dessous en cochant une ou plusieurs cases réponses.

1) La cission critique de glissement * :

 correspond à la cission requise pour mettre les dislocations en mouvement ;


 dépend de l’orientation du système de glissement par rapport à l’axe de traction ;
 est fonction de la résistance théorique à la traction du matériau ;
 est égale à la moitié de la limite d’élasticité du monocristal ;
 est déduite de la contrainte nominale appliquée grâce à la relation de Schmid.

2) Dans le système h.c., quand le glissement ne se produit que sur les plans de base
{0001}, le nombre total de systèmes de glissement indépendants est égal à :

 2;
 3;
 4;
 5;
 6;
 8.

3) Quel mécanisme physique microscopique entre en jeu à la limite proportionnelle


d’élasticité Re des métaux?

 Les liaisons atomiques sont déformées de façon permanente ;


 Il y a glissement le long des joints de grain ;
 Les dislocations présentes dans les grains commencent à se mettre en
mouvement ;
 Il y a création, dans le cristal parfait, de dislocations qui se déplacent ;
 La diffusion atomique est activée.

4) La consolidation observée lors d’un essai de traction est due :

 à la multiplication des dislocations ;


 au blocage des dislocations sur les joints de grains ;
 à la diminution du pas du réseau de Frank des dislocations ;
 à la diminution de la densité de dislocations ;
 à une augmentation de la cission critique * au cours de l’essai.

© Jean-Paul Baïlon – Presses internationales Polytechnique


Des Matériaux (3ème édition) Énoncé des exercices

5) Le durcissement par écrouissage des métaux :

 n’est applicable qu’aux métaux purs et aux alliages monophasés ;


 permet d’augmenter leur rigidité ;
 permet d’augmenter leurs limites d’élasticité Re et Re0,2 ;
 entraîne une augmentation de leur ductilité ;
 entraîne une augmentation de la densité de dislocations du métal ou de l’alliage.

6) Au cours d’un essai de traction, la consolidation d’un métal est due à :

 la présence des joints de grains ;


 la déformation plastique apparaissant en tête de fissures ;
 la concentration des contraintes associée aux défauts ;
 l’interaction et la multiplication des dislocations ;
 la création de défauts ponctuels.

7) L’affinement de la taille des grains d’un métal ou d’un alliage polycristallin :

 a pour effet d’augmenter l’anisotropie du métal ;


 a pour effet d’augmenter la rigidité du métal ;
 a pour effet d’augmenter la limite d’élasticité Re0,2 du métal ;
 a pour effet de diminuer la ductilité du métal ;
 est surtout marqué chez les métaux ou alliages c.f.c. et h.c.

8) Ayant des liaisons covalentes, le diamant n’est pas ductile parce que seuls les matériaux
à liaison métallique (métaux) contiennent des dislocations.

 La phrase est entièrement vraie ;


 Les deux affirmations sont vraies, mais le "parce que" est faux ;
 La première affirmation est vraie, mais la deuxième est fausse ;
 La deuxième affirmation est vraie, mais la première est fausse ;
 Les deux affirmations sont fausses.

9) La rigidité d’un matériau est fonction :

 de sa structure cristalline ;
 de la densité initiale de dislocations ;
 de l’intensité des liens atomiques ;
 des défauts microscopiques qu’il contient ;
 de la densité de défauts ponctuels qu’il contient.

© Jean-Paul Baïlon – Presses internationales Polytechnique


Des Matériaux (3ème édition) Énoncé des exercices

10) L’essai Charpy fournit une valeur de l’énergie de rupture parce qu’après la rupture de
l’éprouvette, la hauteur de remontée du pendule est d’autant plus grande que le matériau
est tenace.

 La phrase est entièrement vraie ;


 Les deux affirmations sont vraies, mais le "parce que" est faux ;
 La première affirmation est vraie, mais la deuxième est fausse ;
 La deuxième affirmation est vraie, mais la première est fausse ;
 Les deux affirmations sont fausses.

11) Comparée à celle qui se produit dans les matériaux fragiles, la propagation des fissures
dans les matériaux ductiles est énergétiquement défavorisée parce que la ductilité du
matériau entraîne une forte réduction des concentrations de contraintes.

 La phrase est entièrement vraie ;


 Les deux affirmations sont vraies, mais le "parce que" est faux ;
 La première affirmation est vraie, mais la deuxième est fausse ;
 La deuxième affirmation est vraie, mais la première est fausse ;
 Les deux affirmations sont fausses.

12) Une augmentation de la contrainte nominale appliquée entraîne une diminution de la


longueur critique ac d’une fissure parce que la contrainte modifie le mécanisme de
propagation.

 La phrase est entièrement vraie ;


 Les deux affirmations sont vraies, mais le "parce que" est faux ;
 La première affirmation est vraie, mais la deuxième est fausse ;
 La deuxième affirmation est vraie, mais la première est fausse ;
 Les deux affirmations sont fausses.

© Jean-Paul Baïlon – Presses internationales Polytechnique