Vous êtes sur la page 1sur 116

32 PAGES

DE PARTITIONS
TOUS NIVEAUX

PROGRESSEZ À VOTRE RYTHME, VIVEZ VOTRE PASSION ! www.pianiste.fr / Bimestriel mai-juin 2017 n°104

JOUEZ
ET GAGNEZ
l’intégrale Pollini
VD !
en 55 CD et 3 D
PAGE 71

REPORTAGE
Au cœur des pianos
Bösendorfer
NOS TESTS
Trois pianos droits
d’excellente facture
À L’AFFICHE
Lukas Geniusas
Belgique, Lux, Grèce, Port cont., Italie: 9,20 € - Canada: 12,50 $can - Dom: 9,20 € - Nouvelle Calédonie: 1150 XPF - Polynésie: 1300 XPF - Suisse: 15,10 CHF

ALFRED
BRENDEL
M 03611 - 104 - F: 8,90 E - RD

L’âme sensible
ZINIO

SOMMAIRE NO 104 ❚ MAI-JUIN 2017

LE MAGAZINE
5 ÉDITORIAL
Par Stéphane Friédérich
6 ACTUALITÉS
Événements, festivals,
partitions, livres…
24 À L’AFFICHE
Lukas Geniusas
28 REPORTAGE
Bösendorfer: valse de timbres et de couleurs
34 EN COUVERTURE
Alfred Brendel : le cœur et la raison
60 PIANOS À LA LOUPE
BENJAMIN EALOVEGA/DECCA

Trois pianos droits d’excellente facture


et deux claviers évolués à prix tirés
66 CHRONIQUES DISQUES
34 Classique et jazz
82 L’INVITÉ DE PIANISTE
Pascal Bruckner

LIVRET DE PARTITIONS
32 pages de partitions
annotées
FELIX BROEDE/SONY CLASSICAL

LA PÉDAGOGIE
43 UNE AFFAIRE DE CŒUR
SDP

24 6 Par Alexandre Sorel


44 TOUTES LES PIÈCES COMMENTÉES

« Petite fleur » de Sidney Bechet


STÉPHANE FRIÉDÉR CH

J.-F. PAGA

28

mai-juin 2017 I PIANISTE n°104 I 3


ZINIO
ZI

ÉDITORIAL
PIANISTE EST UNE PUBLICATION BIMESTRIELLE N O 104 ❚ MAI-JUIN 2017
SOCIÉTÉ ÉDITRICE : Groupe L’Express
SA au capital de 47 150 040 euros
SIÈGE SOCIAL : 29, rue de Châteaudun,
75308 Paris Cedex 09
Tél. : 01 75 55 10 00 - Fax : 01 75 55 41 11
RCS 552 018 681 Paris
PRINCIPAL ACTIONNAIRE : SFR PRESSE
PRÉSIDENT-DIRECTEUR GÉNÉRAL : Alain Weill
DIRECTEUR DE LA PUBLICATION : Guillaume Dubois
ABONNEMENTS
Pianiste - Service Abonnements
4, route de Mouchy, 60438 Noailles Cedex
Tél. : 01 70 37 31 53 - Fax : 01 55 56 70 91
Depuis l’étranger : (+33) 1 70 37 31 53
E-mail : abonnements@pianiste.fr
www.pianiste.fr/abonnements
Tarifs abonnements France Métropolitaine
39 euros - 1 an (soit 6 nos + 6 CD) ;
69 euros - 1 an (soit 6 nos + 6 CD + 6 DVD)
« Tradition ist
RÉDACTION
DIRECTEUR DE LA RÉDACTION :
Bertrand Dermoncourt
Tél. : 01 75 55 43 33 (bdermoncourt@lexpress.fr)
RÉDACTEUR EN CHEF :
Schlamperei »*
Stéphane Friédérich
Tél. : 01 75 55 41 51 (sfriederich@pianiste.fr)

G
SECRÉTAIRE DE RÉDACTION : Valérie Jacobs
Tél. : 01 75 55 41 53 (vjacobs@pianiste.fr) ustav Mahler serait l’auteur de cette ses instruments. Pour les musiciens, faire vivre
ONT COLLABORÉ À CE NUMÉRO : Sylvia
Avrand-Margot, Jacques Bonnaure, Jany Campello,
phrase, agacé que les directeurs d’opéras, une tradition est souvent une exigence artistique.
Jérôme Chatin (photo), Jean-Noël Coucoureux, les metteurs en scène et les artistes s’enfer- Certains l’ont portée jusqu’au sacerdoce.
Bernard Désormières, Michel Fleury, Elsa Fottorino,
Antoine Hervé (pédagogie), Jean-Pierre Jackson,
ment dans leurs traditions et la patine de C’est le cas du pianiste autrichien Alfred Brendel,
Claire-Marie Le Guay, Aurélie Moreau, celles-ci, qui n’est que le visage distingué de la en couverture de ce numéro. Son œuvre, consacrée
Clément Serrano, Alexandre Sorel, Véra Tsybakov
(pédagogie), Philippe Venturini
routine. Au début du XXe siècle, le chef d’orches- en grande partie à la musique viennoise, de Mozart
DIRECTRICE ARTISTIQUE : Isabelle Gelbwachs tre et compositeur combattit cette forme de paresse à Schoenberg, témoigne d’une fidélité maniaque
RÉDACTEUR-GRAPHISTE : Sarah Allien
(sallien@groupe-exp.com)
jusqu’à Vienne où il régna sans partage sur la vie aux textes. Pour autant, la probité de ses inter-
SERVICE PHOTO : Cyrille Derouineau symphonique et lyrique. Ce mois-ci, nous som- prétations, son questionnement incessant des
Tél. : 01 75 55 44 41 (cderouineau@lexpress.fr)
PHOTO DE COUVERTURE : Lewis/Writer
mes allés dans cette capitale d’un empire disparu, sources musicales du répertoire viennois qu’il a
Pictures/Leemage contemplant les imposantes façades des monu- parcouru toute sa vie ne l’ont pas empêché d’écrire
MANAGEMENT ments dédiés aux arts, qui rendent dérisoires dans son ouvrage L’Abécédaire d’un pianiste que
DIRECTEURS GÉNÉRAUX DÉLÉGUÉS :
François Dieulesaint, Guillaume Dubois les luxueuses boutiques des rues piétonnes. « les règles sont là pour être remises en question ».
DIRECTEUR DÉLÉGUÉ PÔLE CULTURE : Nous avons poussé les portes du Stadtsalon de C’est peut-être la meilleure définition d’une tra-
Tristan Thomas
Tél. : 01 75 55 40 73 (tthomas@groupe-exp.com) Bösendorfer, situé derrière la mythique salle de dition intelligente et heureuse.
PUBLICITÉ : concert du Musikverein, pour vous emmener à
Hind Benbirahim (Directrice de clientèle)
Tél. : 01 75 55 42 77 ou 06 26 95 86 46 la découverte de la nouvelle série de pianos de la * La tradition est une négligence.
Fax : 01 75 55 16 06 (hbenbirahim@er-services.fr) marque, Vienna Concert. Celle-ci l’a conçue pour
VENTE AU NUMÉRO RÉSERVÉE
AUX DÉPOSITAIRES DE PRESSE répondre aux exigences des interprètes d’aujour- Stéphane Friédérich
Tél. : 0800 42 32 22 d’hui, tout en préservant la sonorité typée de Rédacteur en chef
ANCIENS NUMÉROS-VPC :
http://boutique.lexpress.fr
FABRICATION : Pascal Delépine (Directeur
technique), Dominique Savonneau
PRÉPRESSE : Key Graphic
PÔLE GRAND PUBLIC
L’Express, Classica, Lire, StudioCinélive, Pianiste
GROUPE L’EXPRESS PIANISTE ET LA SALLE GAVEAU PRÉSENTENT
Diffusion : Alexis Bernard
Directeur des ressources humaines :
Jules Neutre
Directeur des services informatiques :
Au cœur d’une œuvre
Christophe Godin
IMPRIMERIE
Roularta Printing. Imprimé en Belgique
Les chefs-d’œuvre du piano
• Distribution : Presstalis • Diffusion en Belgique :
AMP, Rue de la Petite Ile 1 B-1070 Bruxelles
racontés et interprétés
Tél : + 32 (0) 252 514 11 - E-mail : info@ampnet.be
N° de commission paritaire : 0917 K 80147 par Claire-Marie Le Guay
N° ISSN : 1627-0452 • Dépôt légal : 2er trim. 2017
Les indications de marques et adresses qui figurent dans les pages rédaction-
nelles sont fournies à titre informatif, sans aucun but publicitaire. Toute repro-
duction de textes, photos, logos, musiques publiés dans ce numéro est rigou- 11 mai 2017 à 12 h 30 et 20 h3 0
JÉRÔME CHATIN POUR PIANISTE

BRAHMS Sonate no2


reusement interdite sans l’accord express de l’éditeur.
Ce numéro comporte un CD jeté sur l’ensemble de la diffusion, un encart

et Intermezzi opus 117


abonnement sur la totalité de la diffusion kiosque France, un encart Edigroup
sur la diffusion Suisse et Belgique.

RENSEIGNEMENTS ET RÉSERVATIONS : Salle Gaveau,


45-47, rue La Boétie, 75008 Paris - Tél. : 01 49 53 05 07.
À partir de 18 euros. www.sallegaveau.com

mai-juin 2017 I PIANISTE n°104 I 5


ZINIO

ACTUALITÉS ÉVÉNEMENTS
Plus d’infos sur www.pianiste.fr

de nombre d’interprètes
dits « baroqueux »…
On ne peut pas tout jouer dans un
seul style. Certains diminuendos et
certaines notes « leaders » d’une
partition doivent être privilégiés.
Même si j’apprécie la clarté, les jeux
de texture et souvent la sensibilité
des interprètes baroques, je pense
très différemment d’eux ; avec beau-
coup de nuances certes, car la « famille
baroque » est très diverse : songez
aux interprétations des Gardiner,
Norrington ou Harnoncourt.
Quel type de piano
et de sonorités recherchez-vous
dans cette musique ?
Je ne recherche pas un piano spécial.
Il faut simplement qu’il soit expres-
sif. Je ne suis pas attaché à une sono-
rité en particulier. Vous pouvez
jouer Bach sur toutes sortes de cla-
viers. Le son est un paramètre
secondaire. C’est très différent des
œuvres de la période romantique
qui sont intimement liées à la fac-
ture instrumentale.

FEL X BROEDE/SONY CLASS CAL


Vous allez interpréter l’une
des Suites françaises de Bach.
Qu’est-ce qui vous paraît
« français » dans cette partition ?
MURRAY PERAHIA Le titre ! La forme des danses aussi,
mais c’est une musique beaucoup

À L’ÉPREUVE DU BACH
plus italienne que française. Les
Suites françaises sont particulière-
ment délicates, comme le répertoire
français de l’époque. En revanche,
Le 22 juin, le pianiste donnera un récital à la Philharmonie de Paris. De passage les Suites anglaises me paraissent
dans la capitale, il nous a accordé un entretien. Le sujet : le Cantor de Leipzig ! franchement françaises !
philharmoniedeparis.fr

D
Propos recueillis
eutsche Grammophon semblait préférable. Le seul qui per- C’est la manière dont on transpose par Stéphane Friédérich
a sorti votre sistait… dans l’erreur était Glenn au piano les ornements, par exem-
enregistrement Gould. Je l’ai rencontré et nous ple, qui est importante. Dans ce 1. Heinrich Schenker (1868-1935) fut
des Suites avons longuement parlé, pas telle- domaine aussi, l’évolution a été un compositeur, pianiste et théoricien
dont la méthode d’analyse de la musique
françaises de Bach. ment de Bach, mais plutôt de la considérable. Dans les années 1950-
tonale a fortement influencé de grands
Vous jouerez l’une d’entre elles musique en général. Sa conception 1960, le jeu était empreint d’une pianistes comme Murray Perahia
à la Philharmonie de Paris. de l’interprétation n’était pas la austérité, d’une rigueur toute ger- et Alfred Brendel.
Quel regard portez-vous mienne. Je pense que l’œuvre de manique. Chaque note était sacra-
sur l’évolution de vos interprétations Bach doit résonner dans notre pré- lisée. Plus je me suis penché sur
de l’œuvre de Bach ? sent. Je ne joue donc pas dans le le contrepoint, plus j’ai réalisé que À ÉCOUTER
Quand j’ai commencé à jouer Bach, style d’un claveciniste, mais sur celui-ci était en vérité au service 22 juin, Philharmonie de
il y a fort longtemps, la plupart des un piano d’aujourd’hui, qui est l’ins- de l’émotion. Tout mon travail a Paris ➜ Bach : Suite française
pianistes, comme Claudio Arrau trument le plus répandu au monde. consisté à retrouver un art du chant n°6 BWV 817 ➜ Schubert :
et Clifford Curzon, m’ont conseillé Cela étant, pendant deux ans, qui soit le plus naturel possible. Impromptus D.935
de ne pas interpréter son œuvre au j’ai étudié en détail et au clavecin Vous avez été profondément ➜ Beethoven : Sonate n°32
piano (ce qu’eux-mêmes avaient les écritures de Couperin, Rameau, inspiré par l’analyse de Schenker1 opus 111
pourtant fait !). Le clavecin leur Bach et d’autres compositeurs. qui s’oppose à la conception

6 I PIANISTE n°104 I mai-juin 2017


STEINWAY & SONS
L’EXCELLENCE DEPUIS 1853
MAINTENANT À PARIS

venez célébrer l’ouverture de notre showroom

Événements exclusifs
Tous les mercredis à 19h30 du 17 mai au 5 juillet
Places limitées – Inscriptions sur steinway.fr

230, boulevard saint-germain · 75007 paris


steinway.fr · info@steinway.fr
ZINIO

ACTUALITÉS ÉVÉNEMENTS
Plus d’infos sur www.pianiste.fr

FRENCH-AMERICAN PIANO SOCIETY

LA CONQUÊTE
DE L’AMÉRIQUE
Créée en 2014 par Mathieu Petitjean, un Français
installé outre-Atlantique, cette fondation aide
les jeunes pianistes à lancer leur carrière
aux États-Unis. Une idée menée… tambour battant !

P
romouvoir les jeunes artis-
tes français dans des pays
anglo-saxons, et plus parti-
culièrement aux États-Unis,
n’est pas aisé. Après une conversa-
tion avec Jean-Efflam Bavouzet et
Le salon du consulat
Jerome Rose, un chef d’entreprise, de France à New York où se

MARK C. MORRIS
Mathieu Petitjean s’est attaqué à produisent, entre autres,
ce constat : « Carte blanche est laissée les boursiers de la fondation.
aux deux Conservatoires nationaux
de Paris et de Lyon pour qu’ils sélec- Nous avons quatre boursiers par an des idées et une énergie qui inter- Conservatoires de Paris et de Lyon.
tionnent les meilleurs candidats, futurs (cette année, seulement deux, car nous pellent. Deux anciens boursiers en « Depuis 2014, nous avons accueilli
boursiers de la fondation. De notre côté, faisons l’acquisition d’un Steinway témoignent. « Aux États-Unis, j’ai une trentaine de lauréats. Progressi-
trois critères sont nécessaires : avoir modèle B qui sera installé au consu- pu rencontrer des enseignants venus vement, les lieux de récitals s’ouvrent
la nationalité française, moins de lat de France à New York). Nous du monde entier, participer à diverses et nous fidélisons un certain nombre
27 ans et accueillir autant de filles sommes en quelque sorte un “incuba- classes de maître et enrichir mon projet d’étudiants qui reviennent au début
que de garçons. Nous apportons alors teur pour jeunes pianistes”. » consacré à la musique espagnole et, tout de leur carrière avec un premier disque.
un soutien financier grâce à des entre- La bourse assure la prise en charge particulièrement, à Iberia d’Albéniz », C’est tout un réseau qui se crée entre
preneurs français installés outre- des voyages et des séjours à New confie Julie Alcaraz. Tanguy de Wil- les conservatoires en France, le Bureau
Atlantique. Nous faisons connaître York, ainsi que la participation aux liencourt est tout aussi enthousiaste : Export et la diplomatie française »,
ainsi la nouvelle génération de pia- classes de maître organisées dans « Durant deux semaines d’académie conclut Mathieu Petitjean. La French-
nistes français et, du même coup, le cadre de l’International Keyboard de musique, vous êtes immergé dans American Piano Society est assuré-
un répertoire auprès des Américains, Institut & Festival initié par Jérome des cours “à la carte”, au cœur de ment un atout supplémentaire pour
très friands de la French Touch. Rose. Sans rivaliser avec les masto- l’effervescence de la vie musicale améri- les jeunes talents français. « A vision
Nos jeunes interprètes se produisent dontes que sont les prestigieuses caine. » Les deux boursiers 2017 sont for the future » est, à juste titre, la phi-
en concert, nouent des contacts inter- universités américaines, la French- Sarah Margaine et Félix Dalban- losophie de la fondation.
nationaux, suivent des classes de maître. American Piano Society apporte Moreynas, respectivement des S. F.

Adam Laloum. LA GRANGE DE MESLAY

C’est parti pour la 53e saison !


L
es Fêtes musicales en Touraine accueilleront une pléiade d’artistes du 16 au 25 juin. Le piano sera toujours
au cœur de la 53e édition concoctée par René Martin. Boris Berezovsky ouvrira la manifestation
avec des sonates de Beethoven et Prokofiev (16). Michail Lifits sera rejoint par le violoniste Sergei
Krylov dans Beethoven et Kreisler (17). Le même jour, Rafal Blechacz jouera Bach (compositeur de son dernier
disque chez DG), Beethoven et Chopin. Le violoncelliste Victor Julien-Laferrière et Adam Laloum
ont également choisi Beethoven, mais avec Cerha, Schumann et Brahms (18). Anne Queffélec offrira
des pièces de Bach, Mozart, Mompou… (18). Citons également les venues de Yaron Herman (22),
Stanislav Ioudenitch (23), David Kadouch, Stephen Hough (24) et Yoan Héreau (25). Le festival
s’achèvera avec le récital d’Arcadi Volodos. À son programme, les deux dernières sonates de Schubert (25).
F. BURGER

du 16 au 25 juin, fetesmusicales.com

8 I PIANISTE n°104 I mai-juin 2017


ZINIO

GRANDS
RENDEZ-VOUS

STÉPHANE FRIÉDÉRICH

STÉPHANE FRIÉDÉRICH
Julie Alcaraz jouera des parti- L’abbaye de Royaumont a été La bibliothèque
tions de Chopin, Albéniz, Haydn fondée en 1228 par Saint Louis. musicale François-Lang.
et Sancan, le 10 mai, à la Société
historique et littéraire polonaise FONDATION ROYAUMONT des interprètes et des instruments. Avec
de Paris. Le 12, elle offrira, au tous ces atouts, les participants seront
Conservatoire de Paris, les Nuits
dans les jardins d’Espagne de Le culte de la musique convaincus par la richesse du piano his-
torique », affirme Sylvie Brély, direc-
Falla, accompagnée par l’Orches- trice du programme Claviers de la
tre des lauréats du Conserva- utre la magie du lieu à visiter, scolaires. La seconde est la média- Fondation. De son côté, Edoardo
toire de Paris.
www.bibliotheque-
polonaise-paris-shlp.fr,
O l’abbaye de Royaumont recèle
bien des trésors sonores qu’il
serait dommage de ne pas décou-
thèque Gustav-Mahler installée à
Paris, près du parc Monceau.
Parmi les nombreux ateliers de for-
Torbianelli livre quelques pistes de
réflexion: « Mon jeu change en fonction
de l’esthétique des œuvres. Savez-vous
conservatoiredeparis.fr vrir. Le Centre international pour mation professionnelle, certains que Chopin, adolescent, improvisait avec
les artistes de la musique et de la concernent les claviers. Le pianiste des amis sur ses leçons d’histoire apprises
Dans le cadre de Piano à Lyon, danse offre, en effet, des résidences Edoardo Torbianelli, le violoncelliste au cours de la journée ? »
Christian Zacharias se pro- et gère deux bibliothèques musi- Fernando Caida-Greco et les musi- Du 4 au 8 août, lors d’un autre ate-
duira, le 10 mai, salle Rameau. cales. La première se trouve in situ cologues Jeanne Roudet et Michael lier, le claveciniste Bertrand Cuiller,
Il proposera la Sonate n°5 D.537 et porte le nom de François Lang Pecak aborderont « Chopin, rythme la violoniste Sophie Gent et le flûtiste
de Schubert, les Sonates n°27 et (1908-1944), car son fonds a été et prosodie polonais et le chant du Jocelyn Daubigney approfondiront
n°30 de Beethoven, et les Davids- constitué à partir de la remarquable violoncelle » du 10 au 14 juillet. En L’Offrande musicale de Bach. Puis,
bündlertänze de Schumann. collection d’éditions et de manuscrits résidence à Royaumont jusqu’en au début de la saison suivante, on
pianoalyon.com – environ 1300 titres du XVe au 2018, le soliste italien jouera sur des retrouvera les artistes lors d’un week-
XXe siècle – réunis avant-guerre pianos Pleyel de 1828 et 1842, ainsi end de concerts: Concertos de Haydn
Nelson Freire donnera Mozart, par le pianiste français. La Fonda- que sur un Erard de 1837. Ces ins- avec Kristian Bezuidenhout, Aman-
Chopin, Ravel et Schumann, tion Royaumont l’a acquise grâce truments appartiennent à la collection dine Beyer et Gli Incogniti (30 sep-
le 15 mai, à la Halle aux Grains au mécénat d’entreprise du groupe d’Edwin Beunk. « Nous louons des pia- tembre), Concertos de Chopin avec
de Toulouse. Métro. Elle accueille chercheurs, nos exceptionnels. Pour nous, il est Edoardo Torbianelli et Fernando
grandsinterpretes.com musiciens professionnels ou ama- important que ces ateliers offrent la plus Caida-Greco (1er octobre)…
teurs et d’autres publics comme les grande qualité en ce qui concerne le choix S. F.
David Kadouch interprétera,
le 22 mai, à Gaveau, le Concert
sans orchestre de Schumann,
Gaspard de la nuit de Ravel, LES MUSICALES DE BAGATELLE Florian Noack.
la Sonate n°1 de Prokofiev et
la Suite « En plein air » de Bartók.
sallegaveau.com
Roulez jeunesse !
ue ce soit à Paris ou en régions, Danse macabre de
Le 20 mai, aux côtés de l’Orches-
tre de la Staatskapelle de Dresde
dirigé par Christian Thielemann,
Q la manifestation propose de
nombreux concerts du 27 mai
au 29 septembre. L’occasion de
Saint-Saëns et joue-
ront, aux côtés de
divers musiciens,
Daniil Trifonov présentera découvrir des jeunes talents, lauréats Le Carnaval des
le Concerto en sol de Ravel au de la Fondation Banque Populaire. animaux dont le
Théâtre des Champs-Élysées. C’est ainsi que l’on entendra les texte de Francis
theatrechampselysees.fr pianistes Sélim Mazari et Florian Blanche sera lu par
Noack, seuls ou en musique de le pianiste Pascal
MARTIN TESCHNER

Le 23 mai, dans le cadre de la chambre au parc de Bagatelle Amoyel (3 juin).


saison Blüthner, le Goethe- (27 mai). Pierre-Yves Hodique Le lendemain, les
Institut Paris recevra Juliana interprétera Liszt, puis accompa- mêmes solistes, en
Steinbach avec des pièces de gnera le violoniste Saténik Khour- compagnie de nombreux invités, Rigutto ainsi que la harpiste Marielle
Tchaïkovski. doian et le violoncelliste Edgar dont la violoncelliste Emmanuelle Nordmann, célébreront le 10e anni-
www.goethe.de/ins Moreau (28). Au parc Floral, Bertrand, le violoniste Patrice Fon- versaire du festival.
/fr/fr/sta/par.html Laure Favre-Kahn et Vincent tanarosa, les pianistes Pierre-Yves du 27 mai au 29 septembre,
Balse donneront, quant à eux, la Hodique, Tristan Pfaff et Paolo lesmusicalesdebagatelle.com

mai-juin 2017 I PIANISTE n°104 I 9


ZINIO

ACTUALITÉS ÉVÉNEMENTS
Plus d’infos sur www.pianiste.fr

PIANO LAB

AU BONHEUR
DES PIANISTES

C
omment comprendre le nom
de « Piano Lab », une nou-
velle enseigne consacrée
au piano ou, plus exacte-
ment, aux claviers ? Serait-ce un cen-
tre d’expérimentation de 1 000 m2
autour du piano sous toutes ses for-
mes, situé à vingt minutes de Paris
en voiture ? Tel est le concept, si
l’on en croit ses deux concepteurs,
Michel Labord et Florent Garci-
more. L’alliance des talents de
ces deux professionnels est déjà Un superbe C. Bechstein
une belle promesse pour les curieux à restaurer.
et passionnés qui franchissent les
portes de ce showroom de Villebon-
sur-Yvette (91). Le premier est
facteur et concepteur de pianos, Ils proposent aussi de personnaliser on.
Le studio de créati
technicien, restaurateur… Le second leur design – rappelez-vous, le Col-
serait plutôt le manager, quoique mann Piano Galet présenté dans
au piano il se défende fort bien. Pianiste n°95, conçu pour être « tous
temps », qui utilise des matériaux
Touches personnelles résistant à l’eau, tels que la fibre de
Aligner des claviers les uns à côté carbone pour la table d’harmonie,
des autres comme dans une conces- l’ABS pour le clavier et le Téflon.
sion automobile est intimidant.
Les mélanger et multiplier les envies Le service dans leurs cordes
de dialoguer est plus habile. Quel- Piano Lab est aussi dédié à la créa-
ques pianos anciens en cours de res- tion et à l’expression artistique de

PHOTOS PIANISTE
tauration nous accueillent. Un Carl tous les talents, qu’il s’agisse de musi-
Bechstein côtoie d’autres marques ciens amateurs ou professionnels, Le showroom.
comme Feurich, Sauter et Cole- et accueille, par exemple, les pro-
mann France. Autant de modèles ductions vidéo de débutants. Des la même interrogation de la part y gagnent en plus-value culturelle.
qui témoignent d’un choix d’instru- récitals seront, par ailleurs, bientôt des fondateurs de Piano Lab : com- Piano Lab est pensé comme un lieu
ments typés. S’ajoute, côté numé- programmés et des enseignants y ment répondre à tous les besoins de partage musical, et non plus seu-
riques, le label Casio. Ce n’est assu- organisent déjà les auditions de artistiques, qu’ils soient individuels lement comme un simple magasin.
rément pas le tout-venant. leurs élèves. En clair, tout ce qui ou collectifs ? Enfin, des espaces de À méditer.
Vendre des pianos, les accorder, relève du « service à la personne » location sont prévus pour de l’événe- Tél. : 01 69 82 03 16
les expertiser, y installer également dans le domaine du piano, avec mentiel. Les séminaires d’entreprises pianolab.fr

STEINWAY & SONS UN SHOWROOM CAPITAL


onne nouvelle : le 4 mai, Steinway & Sons ouvre son premier showroom à Paris, au 230, boulevard Saint-Germain, adresse de son siège fran-

B çais : deux étages totalisant 750 m2 dédiés à la vente et au concert. L’ensemble des gammes de pianos de la firme y sera représenté, comme
le très étonnant piano autonome Spirio dont nous avons déjà annoncé la sortie et sur lequel nous reviendrons ultérieurement. Une salle de
récital de 50 places et deux studios de répétitions seront à disposition. Il s’agit du second espace de la marque inauguré en Europe en cent
quarante-deux ans. Le précédent a en effet été ouvert en 1875, à Londres. 230, boulevard Saint-Germain, 75005 Paris

10 I PIANISTE n°104 I mai-juin 2017


ZINIO
ZINIO

ACTUALITÉS ÉVÉNEMENTS
Plus d’infos sur www.pianiste.fr

PIANO CAMPUS À ÉCOUTER


Ana Kipiani
CONCERTINO
ANA KIPIANI REMPORTE à Piano Campus
Sur le CD et le DVD RÉCITAL
de ce numéro.
LE PRIX PIANISTE À DOMICILE

I
l fallait y penser: pour n’im-
Superbe finale, le 5 mars, à la salle L’Apostrophe de Pontoise. porte quelle occasion, vous
La 16e édition de la compétition a tenu ses promesses. Trois lauréats pouvez inviter chez vous
un(e) pianiste qui jouera sur le
dont notre prix remis à la pianiste géorgienne. Rencontre. piano (ou clavier) en état de
votre salon. Un programme au

V
enez-vous d’une famille aéronautique. Je suis venue à la musi- Participer à cette épreuve a été l’une choix de l’hôte : jazz, clas-
de musiciens et comment que tout à fait par hasard. Mes parents de mes plus grandes expériences. sique… L’idée de Luc Auberger,
avez-vous découvert ont décidé de me faire donner des Piano Campus et Pascal Escande, un passionné de piano, a pris
le piano ? leçons de piano à l’âge de 4 ans, juste son directeur artistique, ont su créer rapidement son envol. Une tren-
Absolument pas ! Ma mère est car- pour mon plaisir et mon dévelop- une atmosphère extraordinaire, ami- taine d’artistes déjà – des inter-
diologue, et mon père, ingénieur en pement artistique. Mon professeur cale et particulièrement agréable prètes issus pour la plupart des
m’a enseigné quelques morceaux pour les participants. La salle était grands conservatoires et qui ont
simples, puis comme je les assimilais pleine à craquer ! Autant d’atouts passé des concours internatio-
bien, j’ai rapidement progressé vers qui m’ont profondément stimulée naux – y participent. Plusieurs
des partitions de plus en plus com- pour que je donne le meilleur de « bureaux » se sont ouverts en
plexes. À 5 ans, j’ai joué un Concerto moi-même. Je ne pouvais imaginer régions (Lyon, Marseille, Nice,
pour piano d’Isaac Berkovich avec recevoir autant de récompenses Bordeaux et Nantes).
orchestre. [7 sur 14 lui ont été attribuées dont Les solistes sont répartis en fonc-
Avec quel professeur étudiez-vous le Campus d’Argent et le Prix Pianiste, tion des répertoires et des
actuellement ? ndlr]. Ce fut vraiment un choc ! besoins des particuliers. Il suffit
J’étudie au Conservatoire de Mos- Propos recueillis de remplir la demande de réser-
cou, dans la classe d’Elisso Virsa- par Stéphane Friédérich vation en ligne. Les tarifs sont
ladze. Auparavant, j’avais suivi transparents : 196 euros pour un
des cours à Tbilissi, auprès de Nino concert de quarante minutes
Tchirakadze. devant moins de 15 personnes.
Comment définiriez-vous LE PALMARÈS « Les artistes que nous avons
votre répertoire actuel ? ➜ CAMPUS D’OR : sélectionnés, avec les pianistes
Difficile… Schumann, Brahms, Hin-Yat Tsang (Chine) Aurélien Pontier pour le classique
Mozart, Beethoven, Chopin, Liszt, ➜ CAMPUS D’ARGENT : et Nico Morelli pour le jazz, vivent
Prokofiev… Ana Kipiani (Géorgie) des expériences étonnantes, parfois
DAMIEN MAURICE

Que représentent pour vous ➜ CAMPUS DE BRONZE : même bouleversantes. Ils entrent
le Concours et le Prix Piano Cadmiel Botac (Roumanie) pour quarante minutes dans
Campus ? l’intimité d’un groupe et font par-
tager leur talent ! » s’enthou-
siasme Luc Auberger. De grands
moments d’émotion à déguster
FESTIVAL D’AUVERS-SUR-OISE en famille ou avec des amis.
concertino.fr
Lancement du 37e opus
L
a « patrie » de Van Gogh accueillera, pour sa 37e édition, Jean-Frédéric Neuburger en compositeur
invité. La manifestation s’ouvrira, le 9 juin, avec la Messe du couronnement et le Requiem de Mozart.
Pascal Amoyel se produira avec son spectacle Le Pianiste aux 50 doigts, hommage à Georges Cziffra (11).
Miroslav Kultyshev jouera Chopin et Rachmaninov (14). Thomas Enhco et la percussionniste Vassilena
Serafimova interpréteront diverses partitions pour le moins colorées et rythmées (17). Nicolas Giacomelli,
Campus d’Or 2016, offrira Beethoven, Liszt, Prokofiev et Neuburger (18), tandis que Jean-Frédéric
Neuburger, cette fois au piano, et le violoncelliste Henri Demarquette donneront des pièces de Schubert,
Brahms et Neuburger (24). Lucas Debargue, quant à lui, proposera des œuvres de Schubert et Szymanowski
(29). Le 7 juillet, Philippe Cassard et Natalie Dessay refermeront le festival avec des mélodies de Schubert,
Luc Auberger.
SDP

Pfitzner, Chausson, Debussy et Gounod. du 9 juin au 7 juillet, festival-auvers.com

12 I PIANISTE n°104 I mai-juin 2017


ZINIO

APRÈS COUP

Trois soirées royales


Du 24 au 26 mars, le piano fut souverain au Festival
du Printemps des Arts de Monte-Carlo. Quatre princes
du clavier ont conquis leur trône.

le pianiste redorant à coups de mar-


teaux une œuvre percussive et long-
temps boudée du grand public. Il en www.centre-chopin.com
fut de même pour les extraits des
Miroirs de Ravel où l’impression-
nisme de la partition a côtoyé la nar-
ration mesurée de l’artiste.

Concertos en série
À l’Auditorium Rainier III, le soir
LE PLUS GRAND CHOIX DE
suivant, il s’agissait de convaincre avec
l’excellent Orchestre philharmonique
PIANOS ACOUSTIQUES &
de Monte-Carlo. Jan Michiels a NUMÉRIQUES EN
ouvert le bal avec un Concerto pour
DUSAN-MARTINCEK

piano de Ligeti en demi-teinte, hélas, EXPOSITION PERMANENTE


Ivo Kahánek. faute de dialogue entre la phalange
et le soliste. Il a fallu attendre Ivo ET EN ESSAI LIBRE.
a fête sonore a commencé à Kahánek, bien plus engagé, qui a livré

L l’Opéra Garnier, avec IvoKahá-


nek, dandy tchèque aux allures
de jeune premier. Il s’est d’abord
une prestation du Concerto n°4 de
Martinu riche en couleurs et en varia-
tions rythmiques. Le pianiste a
montré comme un monarque dis- constamment joué sur un double
cret, interprétant à petites foulées registre: celui du super-soliste dont
le Scherzo n°1 opus 20 de Chopin. l’audace était bienvenue et celui de
L’interprétation est demeurée sobre, l’interprète dont la modestie laissait
tranquille, sans désir de conquête : entendre les richesses naturelles de
pas de quoi crier « Hannibal ad por- la mélodie. Une rhétorique subtile,
tas » (« Hannibal est à nos portes ») contrastant avec la puissance de jeu
dans les rues de la principauté. et le lyrisme préromantiques de Jean-
Mais l’auditoire aurait eu tort de Efflam Bavouzet dans le Concerto
sous-estimer le génie tactique de pour piano n°19 K.459 de Mozart.
ce virtuose qui a contre-attaqué avec Le dernier concerto – l’« Empereur »
le Scherzo n°2 opus 31, déployant de Beethoven – a été donné par
les multiples facettes de son jeu : un Bruno Leonardo Gelber profon-
phrasé rêveur, doubles-croches dément touchant.
endiablées, blanches bucoliques et Ultime soirée où le piano arborait
accents barbares. Mention spéciale son sceptre au Yatch Club, avec
pour ses sublimes Trois Danses un récital beethovénien de Bruno
tchèques de Martinu, précédées de Leonardo Gelber, honoré ici par
la Sonate « 1905 » de Janácek. la venue de son Altesse Sérénissime
En seconde partie de soirée, Jean- le Prince Albert de Monaco. Affaibli
Efflam Bavouzet a régné en maître. physiquement, le musicien, qui a
Un musicien au service de la musi- tant marqué son époque, a présenté
que, non de lui-même. Il a offert les Sonates « Waldstein » et « Appas-
la Sonate n°6 de Beethoven en pré- sionata », jetant ses dernières forces PARIS 20ème BOULOGNE
servant sa dimension classique « à dans ces deux chefs-d’œuvre, pierres Tél: +33 (1) 43 58 05 45 Tél: +33 (1) 46 10 44 77
la Haydn ». Le meilleur resta à venir angulaires de son répertoire.
avec les Douze notations de Boulez, Clément Serrano
ZINIO

ACTUALITÉS ÉVÉNEMENTS
Plus d’infos sur www.pianiste.fr

NOHANT FESTIVAL CHOPIN

NATURE ROMANTIQUE
Fréquentation en hausse, stars internationales
côtoyant des jeunes talents, édition en CD
d’archives remarquables… Yves Henry est
un président de festival heureux ! Interview.

E
xpliquez-nous le thème Nohant. L’intimité du lieu et la salle
de cette édition du festival : de concert à « taille humaine » dif-
« Le romantisme fèrent des grandes manifestations
en liberté » ? qui sont parfois devenues des usines
Jean-Yves Clément, le conseiller musi- à récitals. Ici, le côté champêtre et

SDP
cal et littéraire du festival, et moi le calme demeurés intacts décuplent,
avons imaginé une programmation chez les interprètes et les auditeurs,
qui met en valeur l’idée de liberté au une qualité de concentration stupé-
cœur du « bouillonnement » roman- fiante. Les concerts du dimanche
tique. Des stars du piano – Martha matin témoignent d’une ferveur com-
Argerich, Elisso Virsaladze, Alexan- parable à ceux programmés en soirée.
dre Kantorow, Lucas Debargue, Comment voyez-vous l’évolution
Nikolaï Lugansky, Nelson Goerner, du festival ? en 2017, seront consacrés à Emil
entre autres – illustreront cette épo- Je constate qu’au fil des années, Gilels et à Byron Janis. D’autres
que étonnante. À cela s’ajoutent le taux de remplissage des concerts volumes sont prévus, mais les négo-
des échanges littéraires et musicaux. augmente. Associer de très grands ciations avec les ayants droit prennent
D’où l’invitation de personnalités noms de la musique à de jeunes du temps. Nous sommes également
telles qu’Alain Duault, Bruno Mon- talents, dont certains sont parfois en pourparlers avec Warner Classics Argerich, Lucas Debargue, Akiko Ebi,
saingeon, Michel Onfray, Nathalie encore étudiants, séduit. Nous avons, pour diffuser plusieurs archives du Kotaro Fukuma, Nelson Goerner,
Rykiel, Jean-Jacques Eigeldinger… d’ailleurs, noué un partenariat avec festival. À vous de deviner de quels Alexandre Kantorow, Pavel Kolesnikov,
Parlez-nous du public… l’École normale de musique de Paris. grands pianistes il peut s’agir… Adam Laloum, Karl Leister, Nikolaï
Le festival accueille des mélomanes Sur le plan discographique, les pre- Propos recueillis Lugansky, Bruno Rigutto, Béatrice
fidèles et attire chaque année de nou- miers albums des archives du festival par Stéphane Friédérich Uria-Monzon, Elisso Virsaladze,
veaux publics qui découvrent une de Nohant ont rencontré beaucoup du 3 juin au 25 juillet, Cheng Zhang, Trio Wanderer, Quatuor
atmosphère et une magie uniques à de succès. Les prochains, programmés festivalnohant.com de Leipzig…

GRANDS RENDEZ-VOUS Colmar célèbre Plasson


L
Lors du festival Piano à Lyon, Michel Dalberto proposera, le 9 juin, a 29e édition du festival, qui se déroulera du 5 au 14 juillet, rendra
à la salle Rameau, les Prélude, Aria et Final de Franck, les Nocturnes hommage à Michel Plasson. Le 5 juillet, le chef dirigera François-
n°7, n°9, n°11 et n°13 de Fauré et les Sonates « Clair de lune » René Duchâble dans le Concerto pour la main gauche de Ravel.
et « Appassionata » de Beethoven. Le 19 juin, il montera sur la scène Le lendemain, Alexandre Kantorow accompagnera la violoniste Fanny
de la salle Gaveau, à Paris, et y alternera des pièces de Fauré Clamagirand. Hélène Mercier jouera Beethoven, Chausson et Ravel,
(qu’il a récemment enregistrées chez Aparté) avec ces mêmes aux côtés du violoniste Renaud Capuçon (7). Le public découvrira la pia-
sonates de Beethoven. niste Sofia Gülbadamova dans le Concerto de Poulenc, en compagnie de
pianoalyon.com, sallegaveau.com l’Orchestre national de Russie mené par Michel Plasson (7). La même
phalange, mais cette fois sous la baguette de Vladimir Spivakov, interpré-
Le 14 juin, Philippe Bianconi associera des œuvres rarement jouées tera le Concerto pour piano n°3 de Rachmaninov (9). Le jour suivant, Adam
de Saint-Saëns, Chaminade, Debussy (mazurka), Bonis et Alkan. Laloum sera le soliste du Concerto n°23 de Mozart. Soirée des plus atten-
Il donnera ce programme passionnant au Théâtre des Bouffes dues, celle du 12 juillet avec le « traditionnel » récital de Grigory Sokolov.
du Nord, dans le cadre de la 5e édition du Festival Palazzetto Au programme, des œuvres de Mozart et de Beethoven. Dernier pianiste
Bru Zane à Paris. bouffesdunord.com invité : Nikolaï Lugansky. Il offrira les Concertos n°4 et n°5 de Beethoven,
toujours sous la houlette de Spivakov. du 5 au 14 juillet, festival-colmar.com

14 I PIANISTE n°104 I mai-juin 2017


Ka
ro
lo
s
Zo
ug
an
el
is
/T
ho
m
as
Pa
lm
er
/P
as
ca
lA
m
oy
el
Ni /M
co ir
las os
la
Gi
ac v
om Ku
lty
el sh
li
/ ev
Je /
an Vi
-F nc
ré en
dér
tC
i oq
cN /
eu Th
bur om
ge as
r/ En
Lu hc
c o
as
De
ba
rg
ue
/P
hi
lip

AUVERS
pe
Ca
ss
ar
d

Opus Pianistes
ZINIO

ACTUALITÉS ÉVÉNEMENTS
Plus d’infos sur www.pianiste.fr

Fiona Babkina. Alma Bettencourt. Riccardo Bisatti.


SDP

SDP

SDP
CONCOURS BRIN D’HERBE sympathique, « bien loin de ce qu’on peut
connaître lors des concours ». Les jurés PALMARÈS
ont fait preuve de bienveillance, « pour NON EXHAUSTIF
DES BELLES NOTES encourager ces jeunes qui se sont donnés
à fond, comme leurs professeurs et leurs ➜ 1er NIVEAU

D’ENFANTS familles. C’est une aventure collective »,


a rappelé Françoise Thinat, la pré-
sidente de Brin d’herbe.
Prix d’excellence avec
félicitations : Fiona Babkina
1er Prix : Irintsoa
La 7e édition de cette compétition destinée Le lendemain, tous sont montés Rakotondratsima
aux très jeunes pianistes s’est achevée le 9 avril, une dernière fois sur scène pour Prix spécial pour la meilleure
à Orléans. Une manifestation unique dédiée le concert de gala, la remise des interprétation de Brins de sons:
récompenses et l’annonce des concerts Irintsoa Rakotondratsima
au répertoire contemporain. qui leur sont offerts : en Italie, en ➜ 2e NIVEAU
Suisse, en France (Lille, Saint-Ger- Prix d’excellence avec

I
ls ont tout des grands, la ges- Gestes assurés, poings, avant-bras, main-en-Laye, Paris, Orléans) et, félicitations: Alma Bettencourt
tuelle, la posture, la concentra- paumes des mains… tout était pré- cet été, au Festival Brin d’herbe qui Prix d’excellence:
tion, l’envie de se surpasser, la texte à « jouer » du clavier grâce aux se déroulera dans les jardins et Viola Asoskova
recherche du son juste, mais ce Játékok de Kurtág imposés ; une les châteaux de la région Centre- 1er Prix: Wonjae Ko
sont bien des enfants qui se sont approche physique et ludique. Mais Val de Loire, a précisé Isabella Prix spécial pour la meilleure
réunis salle de l’Institut à Orléans, le piano, c’est aussi cérébral : la soli- Vasilotta, la directrice artistique. interprétation de Brins
liés par leur passion pour le réper- dité du mental des candidats a été Alors, jeunes interprètes, conser- de sons: Tigrane Ponsin
toire contemporain. Durant trois testée. À l’issue des épreuves, alors vez longtemps votre âme d’enfant. ➜ 3e NIVEAU
jours, ils ont présenté un programme que le jury, présidé par le compositeur Parents, pas trop de pression. Pro- Prix d’excellence
solo et Brins de sons, un cycle de suisse Michel Runtz, délibérait lon- fesseurs, conservez votre humanité. avec félicitations: Hae Min An
pièces composées par Marc-Olivier guement, les pianistes en herbe, dont C’est à ces conditions que Brin et Riccardo Bisatti
Dupin pour chœur et piano, jouées le stress était retombé, se sont retrou- d’herbe restera un espace de partage Prix spécial pour la meilleure
en collaboration avec l’excellent vés pour jouer, au gré des nouvelles unique pour les jeunes mordus de interprétation de Brins
chœur du Conservatoire d’Orléans amitiés nouées. Les parents, quant à musique contemporaine. de sons: Riccardo Bisatti
dirigé par Émilie Legroux. eux, discutaient. Il régnait un esprit Sylvia Avrand-Margot

ORLÉANS CONCOURS INTERNATIONAL TOURNÉE JUSQU’À LA FIN DE L’ÉTÉ

S
i Brin d’herbe est l’un des événements phares d’Orléans Concours International, d’autres manifestations sont présentées par Isabella
Vasilotta, sa directrice artistique. Une véritable « saison nomade » jusqu’à la fin de l’été. Ce sont des concerts et des résidences d’artistes
en lien, par exemple, avec des universités américaines, mais aussi la participation à des festivals dans diverses régions. Cette ouverture se
poursuit avec des tournées internationales. L’une d’entre elles, qu’accompagnera Pianiste, aura lieu au mois de mai en Italie. Ce sera l’occasion
de retrouver des solistes, mais aussi des lauréats de Brin d’herbe dans les répertoires les plus variés, l’objectif étant « de rendre le mot contemporain
obsolète », selon la formule de Françoise Thinat. Ce que la présidente d’Orléans Concours International a initié depuis des années porte aujourd’hui
ses fruits, l’institution faisant partie de la Fédération mondiale des concours internationaux de musique. oci-piano.com

16 I PIANISTE n°104 I mai-juin 2017


ZINIO

Piano Folies du Touquet LES SOLISTES À BAGATELLE


u 18 au 26 août, 150 artistes, Anna Kubanova, Jean-Baptiste
CARTE BLANCHE AUX PIANISTES
D dont des grands noms de Fleur, Julian Trevelyan, Arseny

A
la scène internationale, et Tarasevich-Nikolaev, Jean-Paul u fil des ans, la philosophie du festival est demeurée intacte :
60 concerts sont programmés au Gasparian, Nathalia Milstein soutenir la création, les jeunes musiciens et le répertoire
Touquet : Pascal Amoyel et son et Irina Lankova. À noter, plusieurs pianistique. La 18e édition de la manifestation, qui aura lieu
spectacle Le Pianiste aux 50 doigts, classes de maître, notamment celle du 2 au 17 septembre, propose une série de concerts d’une heure
mais aussi Plamena Mangova, d’Elena Tarasova, et la venue de sans entracte, incluant une œuvre contemporaine. S’ajoutent,
Arcadi Volodos, Nikolaï Lugan- l’Orchestre d’Auvergne (dir. Roberto
sky, François Dumont, François- Forés Veses). Il accompagnera la
Frédéric Guy, Dmitri Masleev et jeune pianiste russe et le trompet-
Boris Berezovsky. D’autres pia- tiste Romain Leleu dans le Premier
nistes se produiront en récital, en Concerto pour piano et trompette de
musique de chambre, à deux pia- Chostakovitch.
nos, parfois avec des chanteurs : du 18 au 26 août, lespianosfolies.com

(16), ainsi qu’Adam Laloum (17).


SDP

SDP

SDP
ZINIO

ACTUALITÉS ÉVÉNEMENTS
Plus d’infos sur www.pianiste.fr

BÉATRICE BERRUT

VENT DE FRAÎCHEUR
Après deux disques remarqués, Lux æterna
et Metanoïa, respectivement dédiés à Bach et à Liszt,
la jeune pianiste se produira la saison prochaine
en France. Un nouveau souffle venu de Suisse.

C
omment êtes-vous passionne pour la littérature et la phi-
devenue pianiste ? losophie allemandes.
À cause de… ou grâce à… Vous êtes particulièrement à l’aise
Krystian Zimerman. Enfant, dans le répertoire romantique…
il était mon « dieu » ! Un jour, à la J’ai davantage de facilités avec les œu-
maison, j’ai écouté l’enregistrement vres qui ont besoin de grands accords,
de son Deuxième Concerto pour comme celles de Liszt. Sa musique
piano de Brahms [un disque qu’il a me pose moins de problèmes que
gravé avec le Philharmonique de celle de Chopin. Sa technique est
Vienne dirigé par Leonard Bern- vraiment plus difficile.
stein pour Deutsche Grammophon Quel est le Liszt qui vous attire ?
en 1984, ndlr]. Une telle beauté Celui des Années de pèlerinage,

ALINE FOURNIER
sonore a bouleversé mon exis- des Légendes, de la Sonate en si
tence ! Réellement. mineur, mais également la dernière
Quels sont les grands « piliers » période. J’apprécie moins les Rhap-
de votre répertoire ? sodies hongroises et ce répertoire de Qu’est-ce qui vous plaît personnalisé dont je rêvais. Le toucher
Je vais plutôt vers la musique alle- salon, que je trouve plus convenu. dans les pianos de ce facteur ? est très précis et léger, les sonorités
mande. Est-ce dû à mes origines ? Dans ce numéro, nous avons Je collabore avec Bösendorfer depuis sont variées et chaudes. Pour tout
Probablement. Je viens d’un canton consacré un dossier à la marque trois ans. J’ai enregistré mon CD Bach dire, les pianos Bösendorfer me ren-
suisse où l’on parle le français et Bösendorfer dont vous êtes sur le tout premier prototype du dent la vie plus belle.
l’allemand. J’ai étudié à Berlin et je me l’une des ambassadrices. Vienna Concert. C’est l’instrument Quels sont vos projets ?
Ils sont multiples. En ce moment,
je réalise la transcription des Wesen-
À ÉCOUTER donck Lieder de Wagner, ainsi que
➜ 3 mai, Martigny (Suisse) : Chopin, Concerto pour piano n°2, avec l’Orchestre de chambre de Berne, celle de l’Adagietto de la Cinquième
dir. Philipp Bach ➜ 11 mai, Mies (Suisse) : concert-lecture avec le comédien Jean-Luc Bideau ➜ 13 juillet, Symphonie de Mahler. Je sais qu’il en
Festival Clef de Soleil à Lille : récital ➜ 3 août, Festival de la Vézère à Saint-Ybard (19) : récital existe déjà plusieurs, mais sans m’ins-
avec la violoncelliste Camille Thomas ➜ 12 août, Rencontres musicales de Champéry (Suisse) : récital pirer de celles-ci, je veux savoir ce que
➜ 7 (Angers), 8 et 9 (Nantes) et 11 novembre (Cholet) : Liszt, Concerto pour piano n°1, avec l’Orchestre donnera la mienne.
national des Pays de la Loire, dir. Theodor Guschlbauer Propos recueillis
par Stéphane Friédérich

LILLE PIANO(S) FESTIVAL

Claviers tous azimuts dans la ville du Nord


L
es 9, 10 et 11 juin : trois jours de folie autour du piano ! Une cinquantaine d’artistes, des grands noms de la scène internationale aux récents
vainqueurs de concours, les claviers résonneront dans la ville du Nord. Concerts, classes de maître… Le 9 juin, classes de maître, précisément,
avec Louis Lortie, mais aussi du jazz (Pascal Neveu, Éric Legnini, Ludovic Fiers), des concertos (Stephen Hough et Elena Bashkirova),
de la musique contemporaine avec Vikingur Olafsson. Le 10, parmi les nombreux concerts, notons ceux de Philippe Bianconi, Hélène Mercier
et Louis Lortie, Nelson Goerner, Ismaël Margain, Thomas Enhco. Le 11, Elena Bashkirova à nouveau, Mikhail Rudy, François Chaplin,
Judith Jauregui et Lucas Debargue, mais aussi les lauréats du Concours Brin d’herbe, puis le trio Hélène Mercier, Louis Lortie et Nicholas
Angelich. Ce sont autant de prestations qui donnent le tournis dans différents lieux de Lille, du Conservatoire au Nouveau Siècle.
du 9 au 11 juin, lillepianosfestival.fr

18 I PIANISTE n°104 I mai-juin 2017


ZINIO

Jean-Philippe
Collard.

AXEL COEURET
FLÂNERIES MUSICALES DE REIMS

Remarquables balades
u 22 juin au 12 juillet, cette « Schubert, entre l’amour et la dou-

D immense manifestation (53 évé-


nements !), dont le pianiste
Jean-Philippe Collard assure la direc-
leur », en compagnie de François
Chaplin (29).
Dans la série « Au cœur d’une œuvre »,
tion artistique, recevra une grande Claire-Marie Le Guay présentera,
et étonnante variété de musiciens aux côtés de Stéphane Friédérich,
et d’ensembles dans des lieux remar- la Sonate en si mineur de Liszt (30).
quables. Le 22 juin, Jean-Philippe Artur Pizarro accompagnera la vio-
Collard et l’Orchestre des Pays de loncelliste Anastasia Kobekina dans
Savoie dirigé par Nicolas Chalvin des partitions russes (3 juillet). Natha-
lanceront les festivités avec le Concerto lia Milstein livrera des partitions de
pour piano n°23 de Mozart. Niko- Bach, Ravel et Debussy (5). Jean-
laï Lugansky jouera Chopin et Philippe Collard et le comédien Lam-
Tchaïkovski (26), puis le claveci- bert Wilson entraîneront le public
niste Benjamin Alard interprétera dans un concert-lecture intitulé « Un
des pièces de Frescobaldi, Bach, humour de Proust » (6). El Truco,
Scarlatti et Rameau (27). Le Duo quintette de piano, accordéon, violon,
Jatekok et l’acteur Julien Cotte- guitare électrique et contrebasse,
reau se produiront dans leur ravis- rendra hommage à Piazzolla (7).
sant spectacle Le Petit Prince à Thomas Enhco et l’ensemble vocal
travers les étoiles (28). Le même Pasiphaë s’illustreront dans le spec-
jour,Vanessa Wagner et l’ensem- tacle Alan Seeger: instrument du destin
ble Spirito, sous la direction de sur une musique de Patrick Zimmerli
Nicole Corti, proposeront des œu- (9). Enfin, le duo Igudesman & Joo
vres de Schumann et Robert Pas- offrira une soirée délirante et au titre
cal. Marie-Christine Barrault, elle, évocateur: « And Now Mozart » !
sera la récitante d’un programme du 22 juin au 12 juillet, flaneriesreims.com

GRANDS RENDEZ-VOUS
Le 4 mai, le Collège des Bernardins accueillera Mikhail Rudy pour
un récital intitulé « Musique et liberté », qui mêlera Bach, Mozart,
Wagner, Scriabine, Cage, Ligeti, Pärt, Glass et Kurtág.
collegedesbernardins.fr

Evgeny Sudbin réunira des pièces de Scriabine, Tchaïkovski, Liszt et


Medtner, le 10 juin, à l’Auditorium de la Maison de Radio France.
maisondelaradio.fr
ZINIO

ACTUALITÉS PARTITIONS, LIVRES


Plus d’infos sur www.pianiste.fr

HAENDELSSOHN

I
l s’agit ici du joli titre
« à la Schnittke »
de l’œuvre de Karol Beffa
dont la partition est éditée
par Gérard Billaudot.
La pièce, d’une difficulté
moyenne, est née
d’une improvisation qu’a
transcrite et enregistrée
amputé du bras droit sur le front le compositeur pour
russe pendant la Première Guerre le label Intrada. Utilisée
mondiale, avait imposé par contrat plus tard par le chorégraphe
d’être le seul interprète à jouer la Julien Lestel pour son ballet
partition durant une période de Corps et âmes, elle se déploie
sept ans. Il en profita pour la rema- dans un choral jouant de
nier profondément sans en parler deux inspirations, classique
à Ravel. Ces modifications provo- et romantique, un flot
quèrent une rupture violente entre incessant que Karol Beffa
le compositeur et le soliste. Jacques qualifie de « baroque
Février fut le premier à livrer une fantasmé ». Il précise
version satisfaisante de l’ouvrage aux également que « les nuances
yeux de son créateur. La « recréa- sont laissées au choix
tion » eut lieu le 19 mars 1937, sous de l’interprète ». Seules
RUE DES ARCH VES

la baguette de Charles Munch. indications : « Solennel » et


L’œuvre nécessite non seulement « 56 à la noire ». À chacun(e)
une grande souplesse et une virtuo- de se laisser porter
sité impressionnante, mais aussi une
BÄRENREITER endurance physique peu commune,
par la souplesse du chant,
la logique d’une harmonie
car le poignet est mis à rude épreuve. parfois douce-amère,

CONCERTO POUR Après un formidable crescendo,


le soliste « entre en scène » sur un
accord de La joué « double forte ».
seul repère à l’écriture de
notre époque. Douce-amère
comme le titre méprisant de

LA MAIN GAUCHE L’illusion de l’usage des deux mains


est parfaite. L’interprète se sert de
couleurs qui évoquent le jazz ou,
« Haendelssohn » qu’utilisa
Wagner à l’encontre
de Mendelssohn dont il sut

DE RAVEL plus exactement, de réminiscences


du jazz, car Ravel en avait une idée
imprécise, même après son voyage
pourtant « emprunter »
bien des thèmes pour
ses propres opéras.
aux États-Unis. Il s’agit d’un jazz billaudot.com

V
oici la première parution de ce genre, l’essentiel est de donner, recréé, sorte de musique de cabaret,
d’une édition non fran- non pas l’impression d’un tissu sonore malgré les rythmes chaloupés et
çaise de l’un des plus célè- léger, mais celui d’une partie écrite l’emploi du saxophone.
bres concertos du réper- pour les deux mains. […] Après Pour un pianiste, même de niveau
toire du XXe siècle. Deux une première partie empreinte de moyen, la pièce est passionnante
partitions, comme toujours: orches- cet esprit [celui du concerto tradi- à déchiffrer. Les déplacements de
tre et piano, puis réduction à deux tionnel] apparaît un épisode dans la main, la respiration, la tenue
pianos de la main de Ravel. Le tra- le caractère d’une improvisation qui du rythme, la souplesse des gestes
vail éditorial, réalisé sous la direc- donne lieu à une musique de jazz », que l’on a parfois envie d’accélérer…
tion de Douglas Woodfull-Harris, a précisé le compositeur au cours tout est bénéfique dans l’étude d’un
est remarquable. « Le Concerto d’une interview. tel chef-d’œuvre dont Ravel tenait
pour la main gauche seule est […] Le 5 janvier 1932, à Vienne, Paul absolument à ce que « le texte, seule-
en un seul mouvement, avec beau- Wittgenstein donna la première ment le texte soit respecté ».
coup d’effets de jazz, et l’écriture n’est du Concerto pour la main gauche. Stéphane Friédérich
pas aussi simple. Dans une œuvre Le pianiste autrichien, qui avait été barenreiter.de

20 I PIANISTE n°104 I mai-juin 2017


ZINIO

Gabriel Camille SCHOTT MUSIC


Fauré. Saint-Saëns.
Deux Valses sur
le nom de Bach
ino Rota reconstruit le néoclassicisme.

N Il en déplace même le centre de gra-


vité, ces Deux Valses sur le nom de Bach
situant son œuvre dans l’univers de Fellini
et de ses obsessions circassiennes : acrobaties d’arlequins, fanfares de

PAUL NADAR
PAUL NADAR

clowns augustes, de quoi satisfaire l’imagerie visuelle des auditeurs !


Les plus cinéphiles d’entre eux reconnaîtront quelques ébauches du
thème musical de Huit et demi (1963), ainsi que des sections complètes
HENLE du Casanova de Fellini (1976), le compositeur ayant réutilisé la première

Claviers tous azimuts valse pour les besoins du film. Cette œuvre reste pourtant peu connue
du grand public, n’ayant bénéficié que d’un seul enregistrement en 1993
par Danielle Laval (Valois Auvidis).
’éditeur allemand propose une pour avoir réuni en un seul volume Cette édition est donc bienvenue pour quiconque souhaite en savoir

L belle série de recueils ouverts


aux formes les plus diverses.
Le quatre mains, avec le séduisant
les grands préludes-chorals de Bach
dans les arrangements de Busoni.
Un ouvrage idéal pour les pianistes
davantage sur le matériau de base, à condition d’avoir quelques années
de piano derrière soi et de ne pas être impressionné par la rapidité des tem-
pos. À noter aussi l’absence de la troisième et dernière valse, restée inachevée
Dolly opus 56 de Fauré, un cycle de de niveau supérieur qui retrouvent au moment de la composition. Clément Serrano
pièces pas si simple, si l’on veut en ainsi « Wachet auf, ruft uns die schott-music.de
restituer le charme dissimulé sous Stimme », « Nun komm’ der Heiden
une harmonie souvent audacieuse. Heiland » et « Ich ruf’ zu dir, Herr ».
Si l’on connaît à l’orchestre le Prélude Les autres partitions sont bien plus
à l’après-midi d’un faune de Debussy, virtuoses. Dans la brume (Im Nebel)
on oublie parfois la version pour
deux pianos (1895) qu’en réalisa
le compositeur, puis l’arrangement
de Janácek est l’un des chefs-d’œuvre
du répertoire pianistique si court
du compositeur tchèque. Cette musi-
www.pianoshop.fr
pour quatre mains de Ravel. Datée que d’une folle originalité est difficile,
de 1910, la pièce est d’une habileté mais passionnante à déchiffrer et
« diabolique ». Henle a travaillé à à apprendre. Aux antipodes de ce
partir de la première édition en y morceau aux effluves debussystes,
ajoutant les corrections de Debussy une sélection de pièces pour clavier
sur la partition d’orchestre, cor- de Johann Jakob Froberger (1616-
rections dont Ravel n’avait pas eu 1667), provenant de son Second Livre
connaissance. Plus ambitieux encore,
le Concerto n°2 de Saint-Saëns dans
la version pour deux pianos, le second,
celui de l’orchestre, étant proposé
par Johannes Umbreit. Le plaisir
de déchiffrer l’introduction…
(1649), permet de découvrir le réper-
toire d’un des grands maîtres de
l’époque baroque. Une écriture par-
ticulièrement chantante. L’édition
se base sur les manuscrits transcrits
en notation
Le
réseau
On félicitera également la pres- moderne.
tigieuse maison munichoise henle.de

du Piano
mai-juin 2017 I PIANISTE n°104 I 21
ZINIO

ACTUALITÉS PARTITIONS, LIVRES


Plus d’infos sur www.pianiste.fr

Le Prélude en ut dièse mineur opus 3/2


de Rachmaninov fut inspiré par
le gain que put en retirer le musi- BOHUSLAV
cien : quarante roubles, selon ses
dires ! Cette modique somme n’en MARTINU
reste pas moins le produit d’un som- n plus de fournir
met du genre, le « hit » du bis, si
l’on en croit certains pianovores.
Les notes et doigtés sont revus et
E une étude complète
sur le jazz, la dissonance
et la métrique (voir la préface
corrigés par le pianiste Nils Franke. de Lucie Harasim-Bern
Il en propose un éclairage, non sur disponible en tchèque,
la pratique, mais sur les contextes en anglais et en allemand,
historique, psychologique et tech- mais hélas pas en français),
nologique liés au morceau (en fran- les partitions du compositeur
çais, en anglais et en allemand). tchèque sont une jolie
Dernières pièces de Mikrokosmos, découverte. Black Bottom,
les Six Danses dans le rythme bulgare Foxtrot, etc. sont réunis
WIENER URTEXT de Bartók reviennent dans une édi- dans ce volume appartenant

ODYSSÉE PIANISTIQUE
tion qui synthétise la version origi- à la collection « The Easy
nale avec d’autres sources. C’est très Piano Pieces and Dances ».
clair mais sans doigtés. Pour les plus L’ensemble constitue
téméraires se trouve enfin une antho- un formidable témoignage

P
armi les multiples rééditions édition se base sur l’autographe du logie du piano couvrant deux cents sur l’éclectisme artistique
parues chez l’éditeur vien- compositeur, enrichie de quelques ans de musique, de Bach à Schoen- d’un musicien en exil :
nois, citons la seconde série annotations conformes à son style. berg en passant par Joplin et Debussy. expérimentation de la
des Impromptus opus pos- Une préface (en français, en anglais et La difficulté des pièces est réelle musique nord-américaine,
thume 142 (D 935) de Schubert. en allemand) revient sur les carac- mais homogène, nécessitant toute- influence de l’école de Paris,
Écrit en 1827, ce recueil suscita téristiques du document source et fois la présence d’un enseignant. des danses populaires, du
la colère de Schumann qui y voyait aboutit sur une notice remarqua- La mise en page est précise et aérée, folklore morave… En ressort
une sonate déguisée, et non une blement bien documentée rédigée avec des commentaires de Robert un recueil de six morceaux
composition libre jouée à la manière par Robert D. Levin. Les doigtés D. Levin. C. S. à la brièveté riche et incisive,
d’une improvisation. Cette présente sont, eux, de Paul Badura-Skoda. www.wiener-urtext.com au contenu dense, de quoi
promettre de longues
et belles heures au clavier.
BÄRENREITER Concernant la difficulté,
cet ouvrage s’adresse à un
Beethoven et Mozart niveau intermédiaire et a fait
l’objet d’une révision quant

en sonates à l’utilisation des pédales


et des doigtés, permettant
d’optimiser la qualité de jeu.

A
près les Trois Sonates de les conditions d’interprétation pro- C. S.
Beethoven (voir Pianiste ches du jeu originel. On remarque barenreiter.de
n°101), Jonathan Del Mar notamment la reproduction de cer-
se lance dans une nouvelle édition taines sections du manuscrit, accom-
de la Grande Sonate « Waldstein ». pagnées d’analyses et de commen-
Composée en 1803-1804 et dédiée taires. Il en va de même pour les
au premier mécène du composi- Deux Sonates en mi majeur et sol
teur, « commandeur de l’ordre Teu- majeur opus 14, des œuvres de jeu-
tonique à Vindsberg et chambellan nesse dont l’apparente modestie pré-
de Sa Majesté », cette pièce dévoile figure le génie de la « Pathétique ».
une forme musicale en pleine muta- La Sonate en la majeur dite « Alla
tion, capable d’aligner le complexe, Turca » K.331 de Mozart paraît
l’épure, le lyrisme et la retenue sur dans une édition Urtext enrichie,
une même échelle. La présente car elle regroupe à la fois le matériel
édition (en anglais et en allemand) de la parution originale et d’impor-
est augmentée d’un glossaire en tants fragments du manuscrit.
tout début d’ouvrage, reprenant barenreiter.de

22 I PIANISTE n°104 I mai-juin 2017


ZINIO

SCHOTT MUSIC

Kapustin en majesté SYMÉTRIE


LE PIANO DE REICHA

D
’œuvre du Russe Nikolaï Kapustin ans ces colonnes, nous avons

L connaît une telle notoriété qu’il n’est


pas rare d’entendre quelques-unes de
ses pièces programmées lors de concours
déjà présenté des pièces du

Reicha (1770-1836). Naturalisé


internationaux prestigieux. Il est vrai que français en 1829, académicien en
le niveau technique
nécessaire est des Franck, Liszt, Gounod et Onslow.
plus élevés. Schott Les éditions Symétrie publient
Music poursuit l’édi- trois Sonates opus 46 et les pièces
tion de cette musi- Mesure composée, Fantaisie sur un
que virtuose, réjouis- seul accord, Capriccio et Harmonie.
sante et tonique, L’écriture est à la fois classique et
aussi difficile par- souvent virtuose, mêlant de manière assez étonnante un certain
fois à déchiffrer qu’à académisme et des recherches de rythmes, d’harmonies et de
« monter » au tempo couleurs, ainsi que d’expressions qui surprennent. Le caractère
voulu. Six volumes à la fois épuré et audacieux de certaines partitions comme
sont édités : Sonate la Fantaisie sur un seul accord (mi majeur) réserve bien
n°1, 8 Études de concert, Variations, 24 Préludes des joies aux interprètes. Les contraintes de l’œuvre dévoilent
de jazz, Curiosity et Rain Weather. ainsi leur imagination. symetrie.com
schott-music.de
À L’AFFICHE

24 I PIANISTE n°104 I mai-juin 2017


ZINIO

de votre grand-mère qui fut


LUKAS GENIUSAS une élève d’Heinrich Neuhaus ?
Question difficile… Comment dire…

LE PIANO
Je pense être l’un des maillons de
ce concept étrange que l’on appelle
improprement l’école de musique
russe. Personne ne peut se revendi-
quer, aujourd’hui, de ce concept qui

EN HÉRITAGE
ne correspond plus à rien. D’ailleurs,
plutôt que de concept, je devrais parler
de saveur ou d’arôme. Quelque chose
d’indéfinissable et pourtant que
l’on ressent. Cela mêle beaucoup
d’éléments : une exigence technique,
Né dans une famille de grands pianistes qui ont joué un rôle un sens de la projection sonore, une
attitude devant le piano et sur scène…
majeur dans son éducation musicale, le soliste russo-lituanien Mais le monde change, l’éducation
s’est très vite fait remarquer dans les plus prestigieux concours musicale aussi.
Comment cela ?
ou sur les scènes internationales pour sa sensibilité, son inventivité En Russie, l’enseignement qui est
dispensé pendant les premières années
et sa virtuosité. À 26 ans, il est devenu l’un des jeunes interprètes d’apprentissage est toujours aussi
les plus prometteurs de sa génération. À croire que le talent remarquable. C’est le meilleur au
monde et il n’a pas baissé qualitati-
se transmet par les gènes ! Rencontre. vement depuis la fin de l’ère sovié-
tique. Les écoles de musique publi-
ques bénéficient de fonds massifs et
appliquent des méthodes incompa-
Il y a sept ans, Pianiste vous a pression parmi les professionnels et rables. Malheureusement, ce n’est
interviewé, alors que vous veniez
LUKAS GENIUSAS au sein du public. J’étais très stressé. pas le cas dans les grandes institutions
de remporter le 2e Prix EN QUELQUES DATES On peut se demander ce qui qui forment les futurs musiciens pro-
du Concours Chopin de Varsovie. 1990 Naissance le 1er juillet vous a poussé à le tenter après fessionnels. Il suffit de comparer avec
Quel souvenir gardez-vous à Moscou celui de Chopin… ce qui se passe dans les universités,
de cette compétition ? 1995 Début de l’apprentissage D’une part, j’avais besoin d’accroître écoles et conservatoires à l’étranger.
du piano
Ce fut un moment très important ma notoriété et, d’autre part, j’éprou- Je suis bien placé pour m’en rendre
2003 2e Prix du Concours de piano
dans ma carrière, qui a provoqué Gina Bachauer à Salt Lake City vais l’envie de me mesurer à moi- compte car je voyage beaucoup, sans
un changement radical dans ma vie. (États-Unis) même, de repousser mes capacités parler de mon épouse qui enseigne à
Ce prix a profondément modifié 2008 Fin des études musicales le plus loin possible. En somme, Londres ou de mon père qui travaille
l’organisation de mon travail, c’est- à l’École de musique Frédéric-Chopin je souhaitais relever un défi aussi bien à Glasgow. Les structures russes sont
à-dire de mon quotidien. de Moscou. Classe de Vera personnel que professionnel. aujourd’hui largement dépassées. Elles
En 2015, vous avez obtenu Gornostaeva au Conservatoire Puisque nous en sommes aux se sont enfermées dans une tradition,
de Moscou
la Médaille d’argent d’un autre 2005 Prix « Jeune Talent »
souvenirs, parlons de votre famille. ce qui est un non-sens à l’époque des
prestigieux concours, le Tchaïkovski de la Fédération de Russie À part votre grand-mère, vos parents, échanges internationaux entre pro-
de Moscou. Avez-vous ressenti 2010 2e Prix au Concours Chopin Petras Geniusas et Xennia Knorre, fesseurs et étudiants. Une tradition
les mêmes impressions ? de Varsovie sont également pianistes. n’est valable que si elle évolue. La fai-
L’expérience a été très différente. 2011 CD Chopin : Études opus 10 Vous rappelez-vous vos premières blesse de l’enseignement supérieur
Lorsque j’ai participé au Concours et opus 25 (Dux) émotions musicales ? est clairement apparue après la chute
2013 CD Préludes de Rachmaninov
Chopin, j’étais un parfait inconnu. Ce dont je suis certain et aussi loin de l’URSS et les nombreux départs
(Piano Classics)
Je n’avais rien à perdre et je n’attendais 2014 CD sonates : Sonate que je m’en souvienne, je n’ai jamais consécutifs des enseignants russes
rien. Lors du concours de Moscou, « Hammerklavier » de Beethoven rien imaginé sans musique. En tout vers les pays de l’Ouest.
ma carrière était déjà bien lancée et et Sonate n°1 opus 1 de Brahms cas, mes parents m’ont toujours Vous êtes d’origine lituanienne.
j’arrivais en territoire « miné », notam- (Piano Classics) accompagné sans jamais me freiner. Que représente cette culture
ment parce que ma grand-mère, Vera 2015 Médaille d’argent L’un de mes plus anciens souvenirs dans votre parcours artistique ?
Gornostaeva, était l’un des grands au Concours Tchaïkovski. est d’avoir entendu ma mère travailler Grâce à mon père, la culture litua-
CD « Émancipation de
JEAN-BAPTISTE MILLOT

professeurs du Conservatoire [Alexan- le premier mouvement de la Sonate nienne m’a profondément marqué et,
la dissonance », œuvres
dre Paley, Ivo Pogorelich et Sergei de Desyatnikov, d’Arzoumanov n°2 de Chopin. notamment, sa musique contempo-
Babayan firent partie de ses nombreux et de Ryabov (Melodiya) Revendiquez-vous une tradition raine. J’ai joué, entre autres, des œuvres
élèves, ndlr]. Je ressentais une forte pianistique, notamment vis-à-vis de Kutavicius dont l’écriture est [

mai-juin 2017 I PIANISTE n°104 I 25


ZINIO

À L’AFFICHE LUKAS GENIUSAS

« LA MUSIQUE DE CHOPIN RESTE TOUT DE MÊME LE SOCLE DE MON J’apprécie particulièrement le son des
premiers Steinway. Un peu comme
PIANO. SANS LUI, JE NE SERAIS PROBABLEMENT PAS PIANISTE. » les vieux vins… Cela étant, on ne dis-
pose que rarement d’un piano ancien
[ à la fois ancrée dans une tradition la « nouvelle simplicité » avec un musi- sur scène. On joue le modèle que l’on
nationale et dans un langage d’aujour- cien tel qu’Arvo Pärt ou des compo- a sous les doigts. Si j’avais le choix,
d’hui [né en 1932, Bronius Vaidutis siteurs russes contemporains – Valery j’irais plus souvent vers les instruments
Kutavicius est considéré comme le plus Arzoumanov, Leonid Desyatnikov d’époque, notamment pour interpré-
grand compositeur lituanien vivant, et Vladimir Ryabov – dont j’ai enre- ter Beethoven ou Chopin.
ndlr]. À Vilnius, il y a une puissante gistré plusieurs pièces. Peut-être À ENTENDRE D’où vous vient cette attirance ?
Union des compositeurs lituaniens et qu’un jour, je me focaliserai davantage 7 juillet Récital au château Lafite De ma famille ! Nous possédions trois
je suis heureux que ce pays possède sur une période ou un artiste, mais Rothschild (33) : Enesco, Ravel, ou quatre demi-queue de la mar-
une telle identité nourrie de person- ce n’est pas encore le cas. Je n’ai pas Prokofiev et Stravinsky que Steinway à Moscou. Ils étaient
nalités aussi diverses. de styles, d’esthétiques ou d’époques 20 juillet Récital dans le cadre tous différents. Nous avions même
Poursuivons dans votre répertoire. préférés. Enfin, presque… du Festival de Radio France un modèle américain. J’ai donc vécu
Montpellier : Rachmaninov,
Par exemple, votre discographie C’est-à-dire ? dans le son de ces pianos.
Prokofiev et Zaderatsky
associe Chopin, les musiciens La musique de Chopin reste tout 9 août Récital au Festival Jouer sur ce type de pianos
baltes, John Adams, mais aussi de même le socle de mon piano. international Piano Classique de a influencé vos interprétations
Rachmaninov avec Brahms Sans lui, je ne serais probablement Biarritz (64) : Liszt, Enesco et Ravel de quelle manière ?
et Beethoven. Qu’est-ce qui guide pas pianiste. 11 août Récital au château de Cela a eu assurément une influence
vos choix ? Vous posez-vous la question Verteuil à Verteuil-sur-Charente (16) sur le tempo et le phrasé. Dans le
J’aime autant la musique des mini- du choix de l’instrument, 17 août Récital au Festival répertoire préromantique, il est pri-
de La Roque d’Anthéron (13) :
malistes américains que le roman- précisément quand vous interprétez mordial de préserver la fluidité du
Chopin et Liszt
tisme allemand, les courants dits de le répertoire du XIXe siècle ? jeu. Par exemple, les œuvres tardives

EVGENIA LEVIN

26 I PIANISTE n°104 I mai-juin 2017


ZINIO

de Beethoven sont d’un niveau spi- je suis aidé par plusieurs agences
rituel et émotionnel si élevé qu’il est d’artistes dans différents pays. J’ai
inutile de les alourdir avec nos propres besoin de points de repère pour mieux
émotions. On doit bannir toute forme me concentrer, chaque saison, sur
d’emphase et rechercher sans cesse l’apprentissage d’autres œuvres. Cha-
la simplicité du discours. Les pianos que année, mon catalogue s’enrichit
anciens nous y aident. C’est para- de deux ou trois concertos, ainsi
doxalement en nous préservant de qu’un ou deux nouveaux programmes
notre surcharge émotionnelle que l’on de récitals et autant en musique de
sert au mieux les chefs-d’œuvre. chambre.
Revenons à votre répertoire. Et votre quotidien au piano ?
Jouez-vous de la musique française ? Les premières pièces que je joue en
Ravel, en premier lieu. J’ai joué sa début de journée sont généralement
Sonatine lorsque j’étais enfant, ce fut quelques Études de Chopin. C’est
l’un de mes premiers « grands » mor- plus efficace que n’importe quel autre
ceaux. J’ai souvent interprété les exercice. Je joue, en moyenne, trois
Miroirs et les deux concertos. J’ai éga- à quatre heures par jour, parfois plus,
lement programmé toute l’œuvre de jusqu’à huit heures lorsque j’ai un
Debussy, mais aussi du Poulenc et impératif. En outre, je déchiffre assez
du Satie. Ce dernier, qui était à bien les nouvelles partitions, mais là
son époque un avant-gardiste, a eu encore, tout est relatif. L’un de mes
une influence certaine sur mes choix amis, le pianiste ukrainien Vadym
de partitions contemporaines. Kholodenko, est le plus incroyable
De plus en plus de pianistes déchiffreur que j’aie jamais rencontré.
interprètent des transcriptions Enfin, je ne pense pas avoir une grande
qu’ils ont parfois eux-mêmes capacité mémorielle. Je dois la faire
réalisées. Est-ce un domaine travailler sans cesse.
qui vous intéresse ? Quels sont vos projets
J’ai réalisé des transcriptions de pièces discographiques ?
de Stravinsky, car sa musique orches- Je vais enregistrer l’intégrale des sona-
trale est très inspirante pour les pia- tes pour piano de Prokofiev. Un long
nistes. Je me suis notamment intéressé voyage en perspective…
à Pulcinella et à L’Histoire du soldat. Vous vous produisez régulièrement
La transcription est un exercice que en France, dans des festivals
les interprètes devraient pratiquer et des grandes séries de concerts.
régulièrement. Comment ressentez-vous
Quelles sont les musiques le public hexagonal ?
ou les esthétiques qui ne vous Le public français est particulièrement
inspirent guère ? attentif et très mélomane. Je parle
Je confesse que j’ai beaucoup de dif- souvent avec ceux qui viennent
ficultés avec la musique sérielle. m’écouter et que je trouve éduqués.
Tout ce qui appartient, disons, à Nul n’est choqué quand je pro-
la seconde école de Vienne me pose gramme des œuvres rares comme
problème en termes de compréhen- le Ludus Tonalis de Paul Hindemith.
sion et d’expression. Vous êtes, par ailleurs, très investi
Avez-vous été plus dans des projets sociaux,
particulièrement marqué notamment « Looking at the Stars »
par certains pianistes ? à Toronto. C’est ainsi que
Impossible de tous les citer ! J’ai, vous jouez dans les prisons,
bien évidemment, des idoles comme les hôpitaux, pour les réfugiés…
Sviatoslav Richter, Arturo Benedetti Au Canada, je participe en effet à ce
Michelangeli dont le jeu m’a profon- projet philanthropique, car il répond
dément inspiré. Aujourd’hui, je pour- à une question importante que je me
rais vous citer Mikhail Pletnev qui pose : « Quelle est ma place dans la
est, à mes yeux, un géant du piano. société ? » Pour moi, il s’agit d’une
Comment s’organise forme d’accomplissement artistique.
votre carrière ? Propos recueillis
Pour l’organisation des concerts, par Stéphane Friédérich
REPORTAGE

Au StadtSalon de Vienne, à l’arrière


du Musikverein, Claire-Marie Le Guay
découvre le Vienna Concert 280.

28 I PIANISTE n°104 I mai-juin 2017


BÖSENDORFER

VALSE DE TIMBRES
ET DE COULEURS
Rares sont les facteurs de pianos à avoir traversé l’Histoire en préservant le prestige
de leur nom. C’est le cas de Bösendorfer, illustre maison viennoise. Les caractéristiques
de conception de ses instruments, qui permettent notamment au meuble entier de participer
au son, leur offrent une palette sonore très riche. Depuis son acquisition par Yamaha
en 2007, la firme fait entendre une voix beaucoup plus puissante avec son nouveau fleuron,
la série Vienna Concert. Nous sommes donc partis à la découverte de l’univers
de la marque en compagnie de la pianiste Claire-Marie Le Guay.

Commençons par un peu d’histoire. son jeu tout en force et en impulsivité. manège du prince Liechtenstein. En mondiale. La production artisanale
Fils du célèbre ébéniste viennois Il adopta le Bösendorfer dont il aima quarante ans, plus de 4 500 concerts reprit lentement et, jusqu’en 1966,
Jakob Bösendorfer, Ignaz Bösendorfer la puissance et la sonorité. En 1830, y furent donnés. En 1909, Ludwig Bösendorfer ne fabriqua qu’une cen-
(1794-1859) commença son appren- Ignaz reçut des mains de l’empereur Bösendorfer, qui n’avait pas d’héritier, taine de pianos par an. Cette année-
tissage auprès du Viennois Joseph d’Autriche le titre de « fabricant de céda la firme à un ami, Carl Hutter- là, Arnold F. Habig, président du
Brodmann, facteur d’orgues et de pianos pour la Chambre et la Cour strasser. En 1913, la salle fut fermée géant américain Kimball Internatio-
pianos renommé. En 1828, il reprit Royale et Impériale ». L’aventure pour des raisons d’urbanisme. Pen- nal Inc. USA, en devint le nouveau
la manufacture de son maître, fonda familiale débutait… dant la Première Guerre mondiale, propriétaire. Une nouvelle usine
sa société et commença la fabrication En 1860, l’entreprise déménagea à puis avec la crise économique de fut implantée en 1973 à Wiener
de ses propres instruments. Sa répu- Neu-Wien puis revint s’installer 1929, les commandes s’effondrèrent. Neustadt, l’actuel site de production.
tation grandit rapidement grâce à dix ans plus tard à Vienne. Une salle Dans les années 1930, la BBC acheta En 2002, le groupe bancaire Bawag-
Franz Liszt. En effet, le compositeur de concert Bösendorfer, inaugurée de nombreux pianos de concert, ce qui P.S.K. en prit le contrôle puis,
et interprète ne trouvait pas de pianos en 1872 par Hans von Bülow, fut relança la marque avant la destruction cinq ans plus tard, Yamaha racheta
à queue suffisamment résistants pour construite dans l’enceinte de l’ancien de l’usine durant la Seconde Guerre la manufacture. [

Toujours à Vienne, dans le showroom,


Bernard Désormières joue, lui, le Vienna
Concert 214. Claire-Marie Le Guay
l’écoute d’une oreille experte.

La façade de l’usine
de Wiener Neustadt.

mai-juin 2017 I PIANISTE n°104 I 29


REPORTAGE BÖSENDORFER

[ UNE OFFRE COMPLÈTE


Si la gamme actuelle des pianos
Bösendorfer ne comprend que deux
modèles de droits, 120 et 130 cm,
elle est complète en pianos à queue
avec huit dimensions, 155, 170, 185,
200, 214, 225, 280 cm et le fameux
grand 290 Impérial comportant
97 notes ! Ce dernier était sorti en
1900 (!), à la demande du compo-
siteur Ferruccio Busoni. Deux autres
pianos à queue, plus économiques,
CS 200 et CS 214, rendent la mar-
Assemblage de l’ossature en bois
que plus accessible. d’un piano à queue. De g. à d.: Bernard
Outre les finitions classiques d’une Désormières, Claire-Marie Le Guay,
esthétique assez standard, le facteur Peter von Seherr-Thoss et Éric Valenchon.
propose des séries spéciales limitées
(Johann Strauss, Franz Liszt, Sena- UNE FACTURE de la marque. L’un des responsables ce plan, l’indépendance des marques
tor, Franz Schubert, Louis XVI, SPÉCIFIQUE de l’entreprise, Peter von Seherr- est totale. Les instruments sont par
Chopin, Vienna, Artisan, Klimt en Les pianos Bösendorfer sont tou- Thoss, résume ce que lui confient nature tellement différents les uns des
2012, Beethoven et Hummingbirds jours produits d’une façon tradition- les interprètes : « Ils sont sensibles à autres », affirme catégoriquement
en 2013, etc.) ou créées par des desi- nelle et quasi artisanale, avec un la diversité des couleurs de pianos, qui Peter von Seherr-Thoss.
gners contemporains (Edge, F.A. souci de perfection et un niveau de sont, comme nous l’a confié András
Porsche, Audi Design). Le système finition rare. La sonorité viennoise Schiff, naturellement timbrés et proches AU SHOWROOM
sophistiqué CEUS peut être installé si spécifique est liée à de nombreux de la voix humaine. Les particularités Notre visite, en deux étapes, débute
en option sur les grands pianos à points de facture comme la présence de la table d’harmonie y sont pour beau- à Vienne, Bösendorferstrae 12.
queue. Développé avant l'arrivée de massive d’épicéa, supérieure à n’im- coup. Tout notre travail consiste à pré- Peu de rues portent dans le monde
Yamaha, il permet la reproduction porte quel autre piano. Plus encore, server cette identité. » le nom d’un facteur d’instruments.
extrêmement fidèle de ce qui vient la conception de l’instrument a été Depuis 2008, Yamaha, repreneur À quelques dizaines de mètres du
d'être joué, à l’instar du Disklavier pensée pour obtenir un corps sonore de Bösendorfer, a apporté un nou- Staatsoper, la Bösendorferstrae
proposé par la firme japonaise. résonant, ceinture comprise. La pré- veau souffle et une aide financière longe le Musikverein. À l’arrière de
Son apport technique chez Bösen- sence d’un capodastre dans l’aigu, et commerciale vitale. Pour autant, la célèbre salle de concert, à l’angle
dorfer concerne les systèmes silen- les cordes montées intégralement l’identité sonore des pianos du fac- de la Canovagasse, on pénètre dans
cieux Yamaha SH qui peuvent être avec des bouclettes individuelles, teur, le fameux son « Bös », a été pré- le StadtSalon de la marque. Installé
notamment posés sur certains pianos le sommier ouvert sur la plupart des servée. Y a-t-il eu un apport de la dans le bâtiment depuis 1914,
de petite taille. modèles font partie des spécificités technologie du géant japonais ? « Sur le showroom présente une grande

Machine à bois à commande


numérique.

Dessous du plateau de clavier


d’un piano à queue.

30 I PIANISTE n°104 I mai-juin 2017


Barrage terminé d’un piano à queue. Examen d’un chevalet ajouré.

partie de la gamme des pianos Marie Le Guay nous livre ses pre- JORG DEMUS, Cent vingt personnes y travaillent
Bösendorfer, ainsi que divers modè- mières impressions : « Ici, tellement dont 95 directement à la production.
les Yamaha. Les conditions acous- d’artistes exceptionnels ont joué, dirigé ! MARIA JOÃO PIRES, Nous découvrons un nouvel et impo-
tiques sont optimales. Sur les murs La musique vibre dans ces murs. Le LOUIS LORTIE… sant showroom où plus d’une tren-
sont accrochées les photos en noir Vienna Concert 280 trône, magnifique, taine de pianos, parfaitement pré-
et blanc d’artistes, musiciens, pia- grandiose dans ce salon qui est un écrin SONT OU ONT ÉTÉ parés et représentatifs de la gamme
nistes ou compositeurs, qui sont ou pour une première rencontre. En me LES AMBASSADEURS complète de l’entreprise, sont exposés.
ont été les ambassadeurs des pianos mettant au piano, j’ai le sentiment de Le paradis des musiciens et des ache-
Bösendorfer, du classique au jazz : retrouver un son que je connais, un son DE LA MARQUE. teurs venus du monde entier !
Jorg Demus, Wilhelm Backhaus, très personnel, empreint du passé et je L’usine produit 300 pianos à queue
Maria João Pires, Oscar Peterson, découvre également un nouvel instru- SUR LE SITE et 60 pianos droits par an. S’il faut
Cecil Taylor, Louis Lortie, Philippe ment qui a la vivacité de la modernité. DE PRODUCTION plus d’une année pour réaliser un
Entremont, Peter Gabriel, Ray- Sa palette sonore est très riche, les pos- Nous voici à 45 km au sud de Vienne, Bösendorfer, les bois nobles usinés
mond Young, Paul Badura-Skoda… sibilités de nuances sont extrêmement à l’usine Bösendorfer de Wiener ont séjourné, quant à eux, pendant
En entrant dans le salon, Claire- variées. Il m’emporte vite avec lui. » Neustadt, Gymelsdorfergasse 42. cinq ans et par tous les temps [
REPORTAGE BÖSENDORFER

Sous les claviers, préréglage


Stockage de bois semi-ouvré. de la pédale tonale.

[ dans l’impressionnant parc exté- insérées dans des petites fentes ou et de peinture étant proches de celles
rieur du site. C’est le prix pour obte- encoches à l’intérieur de cette ceinture. employées par les grands carrossiers
nir la meilleure stabilité des futurs Des capodastres amovibles sont ins- de l’automobile. Pour certains modèles
instruments. Dans les ateliers, de tallés dans l’aigu, et les sommiers de à queue, l’angle d’inclinaison du cou-
nouvelles machines à commande chevilles sont apparents sur la plu- vercle a été soigneusement défini pour
numérique destinées à l’usinage Ajout de flipots dans part des modèles. Les matériaux et une projection sonore optimale.
du bois et du métal des cadres per- la ceinture extérieure. les composants sont de la plus grande Enfin, dans toute l’usine, les condi-
mettent une précision et des tolé- qualité, souvent d’origine allemande, tions d’hygrométrie et de température
rances géométriques impensables d’harmonie. « Tout le meuble participe tels les claviers Kluge et leurs touches sont contrôlées en permanence. Si la
dans le passé. Par exemple, le lissé au son comme un violon », précise Peter revêtues de Tharan (matériau offrant haute technologie est essentielle, de
des bois est admirable. von Seherr-Thoss. Toutes les cordes des sensations proches de l’ivoire), très nombreuses opérations, notam-
Quelques spécificités de facture méri- sont montées à bouclettes, et non à les mécaniques Renner (spéciales pour ment de finitions et de réglage, sont
tent d’être soulignées. Bösendorfer cheval, les graves étant filées sur place. Bösendorfer) ou les marteaux, montés effectuées artisanalement. « Ce qui
est le seul à inclure plus de 80 % de Pour les pianos à queue, le solide bar- à la colle chaude. Les tringles des m’a frappée dans la première partie de
bois de résonance (essentiellement rage est en partie rectangulaire, avec pédales des pianos droits sont en bois la visite, c’est la présence du bois. Le bois
de l’épicéa autrichien) dans ses pianos. des croisements de poutres souvent et les cadres métalliques sont fondus en tranches, en cubes, en pavés, en gran-
En effet, d’après le facteur, le meuble à angle droit et peu en V. La ceinture au sable, technique traditionnelle. des pièces, en petites pièces, en copeaux.
dans son entièreté est ainsi mis en extérieure est en épicéa, et des petites Leur finition est exceptionnelle, les Le bois au repos, le bois travaillé ! C’est
vibration, et pas simplement sa table pièces coniques, sortes de flipots, sont techniques de ponçage, de polissage comme si l’odeur et la présence du bois
appelaient le son. Plus loin, c’est l’univers
du métal qui domine : fonte, cuivre,
polissage, découpage. Cette fois, c’est
le bruit et la force qui vont nous conduire
au son ! » s’enthousiasme Claire-Marie
Le Guay. Le savoir-faire des techni-
ciens, accordeurs, harmonisateurs,
régleurs et ébénistes sont dignes des
artisans les plus qualifiés. Tous ces
atouts sont au service du fleuron de
la marque, la série Vienna Concert.

UN NOUVEAU STANDARD
La série Vienna Concert (VC) est
apparue en 2016 avec le modèle 280,
puis un an plus tard, le demi-queue
214 est né. Pourquoi avoir fabriqué
ces nouveaux modèles ? Qu’apportent-
ils à la gamme déjà très complète
des tailles d’instruments ? Élément
de réponse avec Peter von Seherr-
Thoss: « Le Vienna Concert… c’est une
autre aventure ! Nous avons remarqué
Cadres métalliques terminés. que la nouvelle génération des pianistes
est majoritairement plus intéressée par

32 I PIANISTE n°104 I mai-juin 2017


nous n’avons pas été autorisés à pren-
UNE CONCEPTION dre des photos). Par ailleurs, différents
RÉVOLUTIONNAIRE plans de cordes ont été envisagés.
Deux prototypes, avec ou sans échelles
DE LIAISON DE LA Duplex, puis quatre modèles de pré-
TABLE D’HARMONIE série du nouveau grand queue de
280 cm ont été construits. Des pia-
AVEC LE MEUBLE. nistes les ont longuement testés dans
différents types de salles. Le toucher
des instruments qui proposent de nou- a été largement repensé et s’avère plus
velles sonorités, tout en restant typés et aisé et précis. Il est vrai que dans
en gagnant en puissance. Presque la qua- les années 1980, la réputation de la
drature du cercle : le piano “idéal” qui marque a souffert de critiques. En
associe des qualités diverses comme le effet, les musiciens estimaient que
respect du caractère intimiste de la musi-
que de chambre et la puissance de pro-
jection nécessaire destinée aux grandes
les Bösendorfer étaient à cette époque
difficiles à jouer.
Laissons le mot de la fin à Claire-
Les
salles de concert. On ne peut imaginer Marie Le Guay: « À chaque étape de
un instrument qui ne soit limité qu’à la fabrication d’un piano, il y a un visage.
un seul répertoire. » Que ce soit en menuiserie, en ingénierie,

musicales
Bösendorfer a donc travaillé pendant en vissage, en ponçage, en réglage,
presque six ans pour concevoir une le piano prend pour moi dix visages, dix
nouvelle gamme de pianos, prenant présences qui vont donner sa personnalité
en compte les critères de puissance, à l’instrument. Je ne jouerai plus jamais
la longueur de son notamment dans sur un piano comme avant, je n’écouterai
l’aigu, la capacité de l’instrument
à chanter, sa résistance aux change-
plus jamais un piano de la même façon.
Dans chaque instrument, je verrai de Reims
ments climatiques et aux transports, apparaître les visages de ceux qui l’ont
la stabilité de l’accord et des régla- façonné, préparé avec tant d’attention
ges, etc. Ces caractéristiques sont et de précision. Je jouerai le Vienna
reproduites et adaptées aux différen- Concert à la salle Gaveau, le 11 mai
tes tailles. Pour réaliser ces modèles, prochain. Son timbre si personnel racon-
les moyens de recherche les plus tera l’histoire de Brahms dans le cadre
modernes ont été utilisés, comme des d’“Au cœur d’une œuvre”. »
procédés de simulation numérique. Texte de Bernard Désormières,
Une conception révolutionnaire de Stéphane Friédérich et Claire-Marie
la liaison de la table d’harmonie avec Le Guay. Photos de Bernard Désormières
le meuble a ainsi été élaborée. Celle- et Stéphane Friédérich
ci est comme cerclée d’une sorte de
cadre en bois (un aspect confidentiel
boesendorfer.com festival 22.06 ••• 12.07
Remerciements à Éric Valenchon, chef
de l’étape de fabrication et pour lequel des ventes de Yamaha Music Europe. concert pique-nique 22.07
Au showroom de Wiener Neustadt, Claire-Marie Le Guay
compare plusieurs Vienna Concert 280, présentés
par le responsable technique de Bösendorfer, Hans Muff.

WWW.FLANERIESREIMS.COM
EN COUVERTURE
ISOLDE OHLBAUM/DECCA

34 I PIANISTE n°104 I mai-juin 2017


ALFRED
BRENDEL

Caché derrière ses grandes lunettes, le virtuose autrichien


au sourire espiègle et à l’humour incisif reste l’interprète inoubliable
de Beethoven, Schubert, Mozart, Liszt et Haydn, son répertoire
de prédilection. Son sens prodigieux de l’analyse, son jeu profond
et intense, ses interprétations emplies de poésie sonore ont marqué
la seconde moitié du XXe siècle. En soixante ans de carrière, celui-ci
ne s’est jamais éloigné de son éthique : être au service du compositeur
et restituer l’essence de l’œuvre. Même s’il a fait ses adieux
à la scène en 2008, le pianiste demeure une figure centrale
de la vie musicale. Depuis sa retraite, il se consacre davantage
à son autre passion, la littérature. Rencontre.

mai-juin 2017 I PIANISTE n°104 I 35


ZINIO

EN COUVERTURE ALFRED BRENDEL

des conférences, de lire ma poésie et passé d’excellents moments avec La musique est déjà écrite, mais elle

BEN EALOVEGA/DECCA
Alfred Brendel dans sa maison
de Hampstead, un quartier et d’offrir des master classes. ceux qui aimaient ce que je faisais et dort. Nous sommes là pour poser
du nord de Londres.
Pensez-vous avoir été utile comprenaient ce que je voulais obte- un baiser afin qu’elle se réveille.
dans votre vie ou revendiquez-vous nir. Quant à ceux qui ne savaient pas Les grands chefs-d’œuvre
la magnifique et nécessaire réellement ce qu’était un concert, de la musique sont inépuisables.
Vous avez cessé de donner inutilité de l’artiste ? le travail a été plus compliqué. Vous arrive-t-il encore d’y trouver
des concerts en 2008. À Paris, Bon, on ne risque pas sa vie à jouer Pensez-vous qu’un interprète de nouvelles richesses auxquelles
c’était au Théâtre du Châtelet, du piano… et je n’ai tué personne. peut être, dans une certaine vous n’aviez pas songé
lors d’un récital comprenant Donc, je n’ai pas mauvaise conscience. mesure, un créateur ? auparavant ?
des œuvres de Haydn, Mozart, Et je pense avoir rendu des gens heu- Il existe des interprètes qui utilisent Absolument. Parfois, au beau milieu
Beethoven et Schubert, le cœur reux au cours de ma carrière. Mais, les pièces qu’ils jouent comme si elles de la nuit, certaines musiques me tra-
de votre répertoire. Avez-vous eu évidemment, il y a certainement étaient les leurs. Je suis convaincu, versent l’esprit, très en détail. Ce qui
des regrets par la suite ou caressé, d’autres moyens d’aider ses contem- pour ma part, que le pianiste n’est est intéressant pour moi, à mon âge,
même fugitivement, le désir porains à mieux vivre. J’ai simplement pas le créateur. Sans le compositeur, alors qu’une partie de mon esprit
de remonter sur scène ? fait fructifier le talent que j’avais reçu il n’est pas grand-chose. Nous devons s’évapore un peu, inexorablement,
Pas un seul instant. Ma décision était et cela m’a rendu moi-même heureux. venir en aide au créateur. À ce propos, c’est que la musique reste très pré-
mûrement réfléchie et j’avais une Avez-vous parfois martyrisé le pianiste Edwin Fischer a dit : sente, très vivante. Elle continue à se
idée très claire de ce que je voulais les accordeurs de pianos qui « L’interprète doit rendre vie à l’œuvre développer en moi, à grandir. Je vois,
faire après avoir donné des concerts devaient régler votre instrument sans la brutaliser. » C’est ma position. j’entends et je sens certaines choses
pendant soixante ans de ma vie. avant les concerts ? Certains pensent que la musique avec beaucoup plus de précision
J’ai aussi une activité littéraire et J’ai toujours demandé beaucoup aux commence à prendre vie au moment qu’autrefois. C’est ce que je remarque
j’ai pensé que le moment était techniciens qui m’assistaient. J’ai ren- où ils la jouent, sinon l’œuvre n’existe lorsque je travaille avec des musiciens
venu d’écrire davantage, de donner contré des personnes extraordinaires pas. Je ne crois pas que ce soit la vérité. et que je les conseille.

36 I PIANISTE n°104 I mai-juin 2017


ZINIO

« LA MUSIQUE EST DÉJÀ ÉCRITE, MAIS


ELLE DORT. NOUS SOMMES LÀ POUR POSER
UN BAISER AFIN QU’ELLE SE RÉVEILLE. »
Interpréter la musique est à la fois Dans Réflexions faites, l’un
intellectuel et physique. Vous des chapitres s’intitule « Liszt,
sentez-vous parfois comme cet incompris ». Pensez-vous qu’on
un mathématicien qui doit résoudre le comprend mieux aujourd’hui
un problème délicat, puis comme grâce à vous et à quelques autres ?
un acteur qui doit l’incarner ? La situation s’est nettement amélio-
Il y a effectivement beaucoup à faire rée. Quand j’étais jeune, l’homme
en même temps. Mais, en ce qui cultivé pensait que Schumann était
concerne ma personnalité, je ne me un compositeur profond, que Chopin
sens pas comme un mathématicien, était un poète et que Liszt était seu-
non. Et je ne sépare pas forcément lement un virtuose de salon. Ce n’est
le temps de la réflexion de celui de pas vrai si l’on prend en compte tout
l’action. Quand je joue, certaines son répertoire. Force est de constater
choses sont le fruit de la pensée, et qu’il essaie d’atteindre un niveau trans-
d’autres appartiennent à l’instant pré- cendantal et qu’il y parvient. Liszt a
sent. Ce qui compte, c’est de lire utilisé le piano de manière exhaustive,
la partition avec exactitude – c’est bien mais il n’a pas eu le temps de se poser,
plus difficile qu’on ne le pense – et de choisir, de faire le tri. À mon sens,
aussi de comprendre que ce qui a été les plus belles pièces qu’il a écrites
couché sur le papier n’est qu’une partie n’en restent pas moins ses œuvres
de ce que le compositeur avait en tête. pour le piano. [
Vous sentez-vous de plus en plus
libre avec l’âge ? A FRED BRENDE
Oui. Mais, à mon âge, je sens qu’il EN QUELQUES DATES
est très important que l’interprète 1931 Naissance le 5 janvier,
se souvienne de toutes les étapes de à Wiesenberg, en Tchécoslovaquie
son évolution. Il faut toutes les garder (actuellement, Loucná nad Desnou,
en soi, et pas seulement en écarter en République tchèque)
une partie pour passer à l’autre. La 1948 Premier récital à Graz
(Autriche)
musique a besoin de tous ces diffé-
1949 4e Prix du Concours Busoni
rents paliers, intégrés, mémorisés, de Bolzano. Classe de maître avec
de l’évolution d’un artiste. Edwin Fischer
Quand vous étiez jeune, une partie 1952 Sortie du premier disque
des sonates de Schubert étaient 1958-1964 Premier pianiste
quasi inconnues du public. Vous à réaliser l’intégrale de l’œuvre
avez contribué à sa reconnaissance, pour piano de Beethoven (Vox)
1970 Installation à Londres. Début
avec une sorte de familiarité
des enregistrements des concertos
intime, de telle façon qu’Edwin de Mozart avec sir Neville Marriner.
Fischer a pu vous dire que Ils seront achevés en 1984
vous jouiez sa musique comme 1976 Parution de l’ouvrage
s’il était un oncle à vous. Réflexions faites
En êtes-vous fier ? 1982-1983 77 récitals consacrés
C’est vrai qu’après la guerre, le public aux 32 sonates de Beethoven
1984 Conférence à Cambridge :
ne connaissait qu’un très petit nom- « La musique doit-elle être
bre de sonates de Schubert. J’ai eu entièrement sérieuse ? »
la chance de découvrir cette musique 2005 Parution en français
et de l’offrir aux auditeurs. J’ai même d’Une aile blanche et l’autre noire,
pu tourner 13 petits films pour la recueil de poèmes
télévision et j’ai écrit sur ces œuvres, 2008 Dernier concert à Vienne
le 18 décembre
alors que très peu de choses sérieu-
2014 Parution en français
ses, à l’époque, avaient été publiées de L’Abécédaire d’un pianiste
à leur sujet.

FONDATION D'ENTREPRISE
ZINIO

EN COUVERTURE ALFRED BRENDEL

Alfred Brendel (au centre)


en studio d’enregistrement,
aux côtés du producteur Volker
Straus (au fond, à gauche).

comment son esprit musical fonction-


nait grâce, notamment, aux autres
œuvres qu’il a composées. C’est très
important pour le pianiste parce que
les grands maîtres du piano ont aussi
écrit de la musique d’ensemble ou
de la musique vocale, à l’exception
de Chopin. C’est pour cette raison
que ce dernier doit être considéré
comme un cas à part. Par exemple,
un quatuor à cordes doit jouer ensem-
ble ; cela impose une certaine discipline
qui est la base même de l’interpréta-
tion de la musique. Si le pianiste est
tout seul, il peut être amené à penser:

RICHARD HOLT/DECCA
« Je suis libre de faire ce qui me passe
par l’esprit. » Cette liberté doit être
remise en question et considérable-
ment nuancée par ce qui constitue
mêlés. Dans la grande musique et la les lois de la musique, à l’exception
« QUAND JE JOUE, CERTAINES CHOSES SONT grande littérature, l’enchevêtrement des passages qui sont liés à l’improvi-
LE FRUIT DE LA PENSÉE, ET D’AUTRES des deux libère et élève l’esprit. La musi- sation ou qui évoquent des récitatifs
que est différente en ce qu’elle n’est d’opéra. L’interprète est libre, à condi-
APPARTIENNENT À L’INSTANT PRÉSENT. » pas liée aux mots ou à la réalité. C’est tion de savoir se diriger lui-même et
ce qui la rend si mystérieuse. d’avoir des qualités de chef d’orchestre.
[ Un pianiste doit-il être à la fois nécessaire d’être poète en jouant du Pensez-vous que les grands Je m’en suis souvent rendu compte,
un chanteur et un chef d’orchestre piano, mais la poésie n’est pas l’essence compositeurs avaient toujours au cours de ma carrière, en jouant
à son piano ? de la musique. Je dirais que c’est une la conscience des possibilités des concertos avec de grands chefs
J’ai plus appris des chanteurs et des épice enchanteresse. Si un musicien contenues dans leurs œuvres d’orchestre. Vous comprenez alors
chefs d’orchestre que de mes collè- est exclusivement un poète, il rencon- ou que celles-ci leur échappaient que les changements de tempos ont
gues pianistes. Pour moi, la musique trera des défaillances dans d’autres et même que, parfois, l’œuvre un sens organique, un sens d’ensem-
qui précède le XXe siècle trouve son domaines qui constituent la musique. était plus grande que l’idée ble, et qu’ils ne sont pas uniquement
essence dans le cantabile. Et, en même Alors, qu’est-ce que la musique ? qu’ils s’en faisaient ? le fruit d’une intuition charmante.
temps, le piano a presque toujours été La musique se compose de sons orga- Lorsque l’œuvre quitte le compositeur, Il n’y a jamais eu autant de
traité de manière orchestrale, pas seu- nisés. Mais il faut y voir bien davan- elle vit sa propre vie, jusqu’à un certain pianistes en activité dans le monde
lement à l’époque romantique, mais tage. Le physicien Max Born écri- degré. Nous essayons toujours de com- qu’aujourd’hui. Est-ce, selon vous,
aussi à celle de Bach et dans certaines vait à Albert Einstein que l’émotion prendre le compositeur, de savoir une bonne ou une mauvaise chose ?
sonates de Mozart. D’ailleurs, Hans et l’intellect y sont pernicieusement ce qu’il a voulu accomplir, de sentir Plus l’on enregistre de disques et
von Bülow avait l’habitude de dire plus l’on a de chances d’en trouver
que le pianiste avait un orchestre dans des bons. C’est juste une question
ses dix doigts.
Il était à la fois pianiste
BRENDEL PARLE de probabilité.
Louis Jouvet disait que la base
et chef d’orchestre…
Oui, il est peut-être dans l’Histoire DE MOZART du travail de l’acteur résidait
dans l’art d’aimer et l’art d’admirer,
le seul très grand pianiste à avoir été Si l’écriture de Mozart nous offre la perfection de la forme et du détail, et il ajoutait que, malheureusement,
aussi un très grand chef. il nous apparaît tout autant comme un musicien infiniment raffiné, sensuel le théâtre était pratiqué par
Restez-vous un musicien en et chaleureux. Ce sont les deux aspects de cet équilibre qu’il faut restituer. des gens égoïstes et imbus
écrivant des poèmes et un pianiste Ils sont indissociables et, apparemment, ils ont été créés de la façon la plus d’eux-mêmes. Pensez-vous aussi
doit-il être une sorte de poète, car naturelle. Ces partitions font partie des œuvres les plus insaisissables de la que cela concerne les musiciens ?
ces deux arts semblent proches ? création musicale. Le piano moderne est mieux adapté que les instruments Un interprète doit aimer son père,
Quand je joue du piano, je ne suis pas anciens pour rendre justice à la qualité du chant et à la variété instrumentale et son père, c’est le compositeur.
un écrivain et, lorsque j’écris, même des timbres. Il va de soi que le piano que nous connaissons produit ces qualités S’il critique son père ou s’il le déteste,
si c’est de la poésie, je ne suis pas de façon satisfaisante dans les salles de concert destinées à l’accueillir. il devrait plutôt essayer de devenir
un musicien. C’est peut-être un peu un compositeur lui-même. [

38 I PIANISTE n°104 I mai-juin 2017


ZINIO

ALFRED BRENDEL
À ÉCOUTER

« COMPLETE PHILIPS RECORDINGS »


Un immense témoignage, un hommage à la mesure du génie
de ce poète, écrivain, conférencier, pédagogue et pianiste.
Decca 4788827, 114 CD. 1961 à 2008

P
our le label Philips, Brendel fut,
durant plusieurs décennies, l’une
des grandes icônes du piano, aux côtés

t Zoltán Kocsis. Son registre n’est pas

aucun compositeur français du XXe siècle n’est ici représenté, aucun


des Russes Tchaïkovski, Prokofiev, Rachmaninov. Le pianiste n’a cessé
d’approfondir les œuvres et cycles qu’il jugeait essentiels, en proposant
plusieurs lectures: trois intégrales des concertos de Beethoven, deux
des sonates, divers concertos de Mozart regravés et jusqu’à quatre
versions de la dernière sonate de Schubert. Brendel indique les gravures
qu’il préfère. Il s’agit presque systématiquement des témoignages
les plus récents. En quoi l’interprétation a-t-elle évolué? Le toucher,
le timbre et, plus précisément, le contrôle des harmoniques ont
profondément changé, et on n’inclut pas ici ses premiers enregistrements
réalisés pour Vox à partir du début des années 1950. Au fil du temps,
il creuse les demi-teintes, peaufine quasi fanatiquement les détails
(Schubert, Schumann). Le son se polit, le caractère s’affirme plus
introspectif ou chambriste. Une quête de vérité, quasi mystique, dans
laquelle le clavier s’efface devant le message. Les Schubert de Brendel
sont avant tout « littéraires », suggérant un récit, abandonnant
toute volonté de simplicité, de schubertiade. Cela se perçoit jusque
dans les concertos (Brahms et Beethoven). Il épure les phrases, réduit
la flexibilité des nuances (Haydn et Mozart). Les concertos mozartiens
avec Mackerras se révèlent moins inventifs et plus distants. La sévérité
du propos s’accentue même avec les quelques « live » dont Brendel
a autorisé la parution. On peut ne pas être toujours ému par un artiste
aussi singulier. En revanche, comment ne pas éprouver une immense
admiration pour l’intelligence et la probité de son héritage?
Stéphane Friédérich

PIANOS HP, LX, HPI, DP, KF & GP


Cette sélection de pianos numériques Roland propose une garantie
de 10 ans contre toute défaillance due à un défaut de fabrication. Pour
bénéficier de cette garantie, complétez le formulaire d’enregistrement de
votre instrument sur notre site.

Pour activer la garantie de 10 ans de votre piano Roland, connectez-vous


sur le site www.rolandce.com/register
DECCA

www.roland.com/fr
ZINIO

EN COUVERTURE ALFRED BRENDEL


À LIRE

RÉFLEXIONS FAITES
Buchet/Chastel, 240 p., 17,25 euros

P
aru pour la première fois en français en 1982, le célèbre ouvrage
du pianiste autrichien est publiée dans une édition révisée. Les
pianistes – mais pas seulement – se passionneront pour un texte
qui aborde en profondeur la question de l’interprétation. Que signifie
la « fidélité » à l’œuvre? Quelle forme et quelle psychologie dans les
sonates de Beethoven? Les préjugés dans les sonates de Schubert…
Avec humour et une culture aussi vaste qu’acérée, Brendel fait preuve
de lucidité et, parfois, de provocation dans bien des sujets. Il évoque

BEN EALOVEGA/DECCA
aussi avec affection le souvenir d’Edwin Fischer. Un livre de référence
pour tout pianiste, quel que soit son niveau.

L’ABÉCÉDAIRE D’UN PIANISTE


[ Ou « tuer le père », comme inventé des formes. Il est un aventurier
Christian Bourgois, 160 p., 15 euros
disent les psychanalystes. bien plus qu’un compositeur « clas-
Rangez-vous Glenn Gould

F
aisant suite à son ouvrage Réflexions faites, Alfred Brendel sique ». Cette prise de conscience
nous livre quelques précieux conseils dans ce petit livre des plus dans cette catégorie ? relève en grande partie de la responsa-
instructifs.Retiré de la scène, le pianiste se confie en homme C’est ainsi que je le ressens. Il traite bilité des interprètes. Au final, je dirais
de lettres. Dans ses propos teintés de nostalgie et d’humour, il pose certains compositeurs comme s’ils qu’il en existe deux sortes: ceux qui
clairement certains enjeux esthétiques et techniques: réglage étaient ses ennemis. Visiblement, éclairent l’œuvre de l’extérieur et ceux
des instruments, cohérence des programmes, importance des doigtés, certaines personnes aiment ce trai- qui illuminent l’œuvre de l’intérieur.
influence majeure du lied pour les pianistes… Ses propos sont précis tement un peu… sauvage. Ceci est beaucoup plus rare.
(« ritardando », « trilles », « Una corda », etc.), épurés de toute Que pensez-vous de la Et bien plus difficile…
dithyrambe. Les entrées consacrées aux compositeurs ne sont en rien démocratisation de la musique Oui, cela implique plus de travail.
des hagiographies, mais offrent des clins œil inspirants ou pleins classique ? Est-ce une bonne Écoutez-vous parfois de la musique
de sagesse. Le sens de la formule domine (« Il y a des pianistes nouvelle pour l’avenir de l’humanité « pauvre » ou prétendue telle:
qui ne font que jouer du piano ») et bien des idées sont à méditer, ou le signe d’un déclin de l’idée de la variété, du jazz, de la pop ?
telles que « C’est la pulsation des notes de petite valeur qui définit qu’on peut se faire du grand art ? Je n’en écoute pas par plaisir, elle
le jeu d’ensemble ». Enfin, on s’amuse de sa détestation de tout excès: Le grand art est aristocratique par existe partout et m’irrite souvent,
« Le trouble obsessionnel compulsif, la minutie excessive du contrôle essence. Ce qui ne veut pas dire que car elle est diffusée trop fort. Je res-
de l’instrument… » Un régal. la musique classique doit être un pri- pecte le jazz et comprends la néces-
vilège pour une poignée de personnes. sité de ce style, mais ce n’est pas
UNE AILE BLANCHE ET L’AUTRE NOIRE Je suis très heureux de constater que une musique dont j’ai besoin et qui
Christian Bourgois, 543 p., 26 euros de plus en plus de gens ont accès à me rend heureux.
cette belle musique, mais en même Dans vos poèmes édités

C
e recueil de plusieurs dizaines de poèmes bilingues (en allemand temps, l’accès à une musique plus pau- chez Christian Bourgois qui était
et en français) joue une partition d’inspiration surréaliste. Point vre est nettement plus important. En votre ami, votre sens de l’humour
de métrique définie, mais des couleurs et des rythmes qui se fait, il y aura toujours une musique et de l’absurde nous révèle une
superposent et se croisent. De grands thèmes animent ces pages qui sera l’apanage d’un petit nombre autre facette de votre personnalité.
d’un lyrisme qui prend d’autant plus sa force lorsqu’on lit l’allemand: qui aura eu la chance d’y être fami- D’où cela vous vient-il: de vos
anges et diables, dieux et monstres, bouddhas et pères Noël, spectres liarisé. Prenez Haydn: peu savent à racines moraves ou de l’Angleterre,
et apparitions, hommes et fantômes… autant de mouvements quel point il est un compositeur extra- votre patrie d’adoption ?
qui serpentent la pensée souvent humoristique d’un pianiste aussi fin ordinaire, qu’il a créé un univers dans Je ne sais pas. Même en Allemagne,
gourmet des lettres qu’il le fut des notes. S. F. ses quatuors à cordes, qu’il a introduit il y a un sens de l’humour. Curieu-
de l’humour dans sa musique, qu’il a sement, je ne le ressens pas en France.

40 I PIANISTE n°104 I mai-juin 2017


ZINIO

PAROLES DE PIANISTES

ALINE FOURNIER

B. EALOVEGA
Alfred Brendel reste une référence pour un grand
nombre de musiciens et continue de les inspirer.

SDP
BÉATRICE BERRUT À PROPOS DE MOZART… ET DE BRENDEL.
Dans Mozart, mon maître absolu, c’est Brendel ! Un génie ! Il crée un monde avec une imagination débordante inspirée par le chant. Il représente la sensibilité
et l’intelligence, il est le pianiste qui parle et qui chante à la fois. Il s’est retiré au sommet de son art. Il est un modèle pour moi, à tous les niveaux.

ANNE QUEFFÉLEC A PARTICIPÉ AUX CLASSES DE MAÎTRE QU’IL DONNA À VIENNE.


Je suis allée à Vienne, l'été 1968, suivre les classes de maître de Jorg Demus, Paul Badura-Skoda et Alfred Brendel, qui enseignaient à tour de rôle pendant un mois.
Brendel était très peu connu alors, et pas en France où il a donné son premier récital en 1970. J'avais 20 ans, j'étais en troisième cycle au Conservatoire de Paris,
et chose qui semble à peine croyable en 2017, il était rarissime d'y étudier Haydn, Schubert, Mozart. Brendel savait écouter avec une acuité et une exigence qui
ne renonçait jamais, envers lui-même d'abord et envers celui qui jouait pour lui, s'attachant autant à la subtilité d'une harmonie, d'une modulation, d'un phrasé
qu'à la grande ligne à ne jamais perdre de vue, dans un dosage complexe de rigueur et de liberté. Son ouverture d'esprit, son immense culture enrichissaient
l'approche des œuvres. Ce n'était pas le « piano » qui l'intéressait, comment jouer les octaves le plus vite possible… Il ne s'occupait pas de considérations techniques.

JEAN-EFFLAM BAVOUZET AUDITIONNA AUPRÈS DE LUI, À LONDRES.


Je croyais qu’il allait me donner des commentaires généraux. En fait, il a détaillé toute la sonate de Beethoven que je lui avais jouée, insistant dès la première note
sur la prise de son, l’équilibre des deux mains, la différenciation des plans. Cette rencontre m’a énormément servi. Plus les années passent, plus je me sens agressé
par le côté clinquant du piano. Je rêve de sonorités rondes, pleines, un peu comme celles d’Alfred Brendel.

Il y a de l’esprit, oui, mais l’humour, 1933-19341, est l’un des plus beaux
ORCHESTRE
c’est autre chose… Et pourtant vous disques de piano jamais réalisés, tout Orchestre National Du 5 au 14
avez eu Rabelais ! Il faut pouvoir comme son Concerto n°4 de Saint- Philharmonique
de Russie (N.P.R) juillet 2017
accepter ce qui a du sens et ce qui Saëns avec Charles Munch ou ses
n’en a pas. C’est ça, l’humour ! Et Variations symphoniques de Franck. CHEFS
Emmanuel Plasson
19 concerts

je crois que c’est plus difficile pour Il était un chef d’orchestre admiré par Michel Plasson
Vladimir Spivakov
certains que pour d’autres. Debussy. Il a travaillé à Bayreuth, créé
Aimez-vous Paris ? des opéras de Wagner à Paris puis, CHŒUR
Grand Chœur« Maîtres
Dans une prochaine vie, quand je sitôt qu’il a cessé de diriger, il est par- de chant choral » de
Moscou
pourrai bien parler le français, je vivrai venu au sommet de son art au piano.
une partie de ma vie ici. Je suis tou- Pensez-vous que vos disques ENSEMBLES
Trio Wanderer
jours ravi de me promener dans les vous survivront, malgré l’évolution Quatuor Arod
rues de Paris, surtout si le soleil brille. de la technologie, ou que ce sont PIANO
La beauté de cette ville va au-delà vos textes qui resteront, car le texte Zoya Abolitz
François-René Duchable
des autres cités du monde moderne. reste en l’état ? Sofja Gülbadamova
Alexandre Kantorow
Un immeuble moyen y est plus beau Même quand le texte reste, le langage Adam Laloum
que n’importe lequel ailleurs. évolue. On ne parle plus aujourd’hui Nikolaï Luganski
Hélène Mercier
Et vous avez une grande comme Shakespeare, Chaucer2 ou Alexander Romanovsky
admiration pour le pianiste Rabelais. J’espère que quelques-uns Grigori Sokolov

français Alfred Cortot… de mes enregistrements seront pré- VIOLON


Renaud Capuçon
Oui. Je l’ai entendu en concert, alors servés – mais il faudrait que ce soient Fanny Clamagirand
Hommage à Michel Plasson
qu’il n’était plus qu’un « vestige » musi- les meilleurs et qu’ils sonnent toujours Clara-Jumi Kang
Agnès Langer
cal, mais à certains moments, on pou- comme je les entendais. Philippe Quint
Vladimir Spivakov
vait avoir une idée ce qu’avait été Propos recueillis par Olivier Bellamy Maï Suzuki
son apogée. Ses enregistrements des Cette interview, diffusée sur Radio Classique VIOLONCELLE
années 1930 sont un exemple – non le 16 février 2012, a été reprise par Classica Danielle Akta
Petr Gladysh
pas à imiter, bien sûr – pour com- dans son numéro d’avril 2012. Anastasia Kobekina
prendre jusqu’où on peut aller, c’est-
VOIX
à-dire le plus haut niveau d’imagi- 1. « Great Pianists of the XXth Century Ana Aglatova Direction artistique : Vladimir SPIVAKOV
Nicolas Courjal
nation sonore qu’un pianiste peut (volume 21) » – 2 CD Universal. Nikolaï Didenko
atteindre. Son album de Préludes Sophie Koch Renseignements : 03 89 20 68 97
2. Écrivain et poète du XIVe siècle, Marc Laho... www.festival colmar.com
de Chopin, gravés à Londres en auteur des Contes de Canterbury.

mai-juin 2017 I PIANISTE n°104 I 41


ZINIO

PÉDAGOGIE

Une affaire de cœur


ous allons étudier dans ce numéro de « couleur d’âme » et il faut savoir décrire

N de Pianiste un petit Scherzo


de Moscheles et une pièce de
ce que l’on joue. Par ailleurs, pour ce qui est
du son, faire « chanter » le début de l’Arabesque

JÉRÔME CHATIN
Balbastre au titre encourageant : n’est pas si facile, et il faut bien comprendre
Joseph est bien marié (tant mieux !). Nous les moyens techniques permettant
interpréterons aussi une sonate de Scarlatti d’y parvenir. Si la main droite s’aplatit
et une sonate de Haydn, laquelle s’achève sur vers le petit doigt, si vos 3e, 4e et 5e doigts C’est là une considération que vous devez
un optimisme vivace. Jouer les « classiques » sont mous et s’affaissent sur les touches, retenir. « Chanter » au piano, avoir un beau
est important pour développer la technique. votre son semblera étouffé. Il faut donc son, cela dépend de beaucoup d’éléments.
L’agilité des doigts est sans cesse sollicitée sentir la fermeté des doigts du chant Du dosage des plans sonores,
dans ces œuvres où il faut apprendre à tenir et ménager un peu de hauteur sous la main, de la conduite du chant, mais aussi
la pulsation, savoir comment obtenir un jeu comme une sorte de coque. Nous devrons de la manière dont ce chant se déroule dans
clair en développant la mobilité des doigts aussi contrôler la partie médiane : le temps, car sur notre instrument les sons
jouant les notes aiguës, mais également l’entendre, la doser, maîtriser le poids meurent d’eux-mêmes. Donc, si nous
avoir un plan des tonalités dans la tête. des pouces lors du passage d’une main jouons trop lentement, ils ont le temps
Le siècle de Fragonard fut raffiné1. à l’autre. Le pouce est un doigt particulier, de s’éteindre de l’un à l’autre et la ligne
Notre technique doit l’être tout autant ! il faut apprendre à sentir son contact. se fragmentera. Donnez-vous un cadre de
Puis nous ouvrirons les portes En ce début de l’Arabesque, il faut surtout temps très précis. Bref, tout cela concerne
de la tendresse et de la « fleur bleue » respecter scrupuleusement la superposition le « métier » de pianiste, les moyens pour
de Novalis en étudiant l’Arabesque des voix et les tenues indiquées. Si nous accéder à la beauté. Quant au reste, la faculté
opus 18 de Schumann. Marcel Beaufils ne faisons pas entendre la polyphonie, d’émouvoir, de transmettre la poésie
débutait son ouvrage La Musique pour piano si nous lâchons le doigt un dixième contenue dans la musique de Schumann
de Schumann par cette phrase : « J’ai déjà dit : de seconde trop tôt ou trop tard, au lieu et ce profond mystère de l’existence qu’elle
Schumann est une affaire de cœur. Vingt ans d’entendre un chef-d’œuvre, notre auditeur exprime, osons dire que cela ne s’apprend
plus tard, je ne dirais pas autre chose. percevra une bouillie ! Et que dire pas vraiment, sauf en développant
Schumann est une affaire de cœur. » Ajoutons des silences dans l’Intermède, ce rythme la culture, en vivant intensément et en
que, pour bien jouer Schumann, peut-être haché si caractéristique de l’écriture touchant le piano amoureusement. Sur
faut-il même avoir connu le grand amour, de Schumann ? Le pianiste doit donc se cette dernière remarque, j’aimerais rappeler
comme celui que Robert éprouva pour transformer en orfèvre. S’il s’y prend bien, cette belle image du pianiste Abdel
Clara. Cependant, faire vibrer le cœur n’est l’auditeur aura la sensation du naturel. Rahman El Bacha, qui résume tout,
pas synonyme de sentimentalité, bien au C’est cela que nous percevons dans le jeu surtout lorsque l’on joue cette Arabesque :
contraire ! D’ailleurs, Schumann, à l’instar d’un très grand interprète : tout a l’air facile « Il faut jouer du piano comme l’on caresse
de Chopin, avait horreur des épanchements et fluide, cela « chante tout seul ». Oui, le visage de celle que l’on aime. »
déplacés. Et Beaufils d’acquiescer : mais cette simplicité apparente est le résultat Alexandre Sorel
« La sensiblerie est, chez Schumann, accident d’un grand travail !
rare. L’accent réel est, sauf exaltations fugitives Il est encore un point essentiel, il faut 1. Joseph Haydn et Jean-Honoré Fragonard
de joie, celui d’une virilité blessée. » trouver le tempo juste. Alfred Brendel sont nés la même année, en 1732.
2. « Ombres et lumière dans l’interprétation »,
Trouver une expression juste et belle dans le répétait : « Le chant reste au cœur de la
conférence donnée par Alfred Brendel à la Cité
la pudeur, cela vient aussi de notre ressenti musique. Et d’ajouter : Une déclamation de la Musique le samedi 15 janvier 2011. Texte
des modulations : moduler, c’est changer distincte est aussi affaire de tempo et de rythme. »2 non publié, il s’agit de notes que nous avons prises.

I Ignaz Moscheles (1794-1870) : Scherzo opus 55 n°1


I Claude Balbastre (1724-1799) : Joseph est bien marié, extrait du Recueil de Noëls
formant quatre suites avec variations
I Carl Albert Löschhorn (1819-1905) : Étude opus 25 n°5
I Domenico Scarlatti (1685-1757) : Sonate en la majeur K.322
I Joseph Haydn (1732-1809) : Sonate en mi mineur n°53, Hob. XVI :34
I Robert Schumann (1810-1856) : Arabesque en do majeur opus 18

mai-juin 2017 I PIANISTE n°104 I 43


ZINIO

PÉDAGOGIE

DÉBUTANT SUR LE CD PLAGE 1

Ignaz Moscheles (1794-1870) Scherzo opus 55 n°1


1-8

➔ Ce petit scherzo est parfait pour commen- (Ve degré). Apprenez-les ainsi. Quand on com-
13-16
cer. En effet, il n’est pas trop compliqué et plutôt prend les mots et les phrases d’un texte, celui-ci
joli. Pourquoi est-il assez facile ? Parce qu’il com- devient tellement plus facile à retenir !
porte un phrasé très simple et peu d’harmonies Faites aussi travailler votre mémoire des
différentes. doigts. Relevez les doigts qui ne jouent pas.
Prenez les « empreintes » de ces accords.
MES. 1-8
Comment toucher les notes ? D’abord, MES. 13-16
apprenez votre main droite. Remarquez qu’il y a Repérez les « aiguillages de la musique ».
des points au-dessus des notes. Ils signifient qu’il Après un premier petit parcours de huit mesures,
faut détacher les Mi. Sentez ces Mi sous votre Moscheles reprend comme au début. Cependant,
pulpe de doigt, puis repoussez-vous du clavier mesure n°13, cela change. Regardez bien où
par une petite impulsion du bout du doigt. Voyez exactement : à partir de la nuance mf. Notre
ensuite les arcs de phrasé à partir de la mesure voyage se poursuit alors vers le Do majeur.
n°2. Tombez avec un peu de poids dans la pre- Sentez que cette nouvelle tonalité est plus gaie
mière note, afin de bien la prononcer, et laissez que le début qui était en mineur. Éprouvez
la terminaison se jouer toute seule. Allégez votre la musique dans votre cœur.
main et débloquez bien votre poignet. Ce n’est
pas facile de se relaxer volontairement ! MES. 36-39
Les accords. Quant aux accords de la main Notes aiguës. Pour la musicalité et aussi pour
gauche, apprenez-les en réfléchissant. Lorsque développer votre technique, faites bien sonner vos
nous récitons une poésie, nous lisons des mots, notes aiguës au début de chaque petite phrase :
et pas seulement des lettres. Dans la musique, le Mi, mesure n°36, et le Ré, mesures n°38 et n°39, sur le côté de la main, est le « beefsteak du pia-
les accords sont comme les mots, alors que et, enfin, le La, mesure n°40. Pour cela, tendez niste » !). Puis tombez dans les notes avec un peu
les notes isolées ne sont que des lettres. Ici, nous bien votre 5e doigt ou votre 4e doigt. Sentez que de hauteur. N’ayez pas la main aplatie sur le cla-
avons le mot (l’accord de) La mineur : La-Do-Mi ces doigts extérieurs de votre main sont bien vier. Ensuite, diminuez les notes qui descendent,
(Ier degré de La), puis celui de Mi : Mi-Sol #-Si fermes (on dit parfois que le muscle du 5e doigt, en relaxant vos doigts et en jouant de près.

44 I PIANISTE n°104 I mai-juin 2017


ZINIO

36-39

DÉBUTANT SUR LE CD PLAGE 2

Claude Balbastre (1724-1799) Joseph est bien marié, extrait du Recueil de Noëls
formant quatre suites avec variations

1-4

➔ Beaucoup de compositeurs ont écrit des dessin qui est très facile à retenir et que l’on notre main en deux, afin d’exécuter deux plans
œuvres sous forme de variations. Cela signifie appelle « un échange » : Fa-Mi-Ré descend à sonores dans une même main. Ici, mesures n°16
qu’ils exposent d’abord un thème sous une forme la main gauche, tandis que Ré-Mi-Fa monte à et n°17, nous avons : la voix du haut, La, Ré, Mi,
simple, puis le reprennent en étoffant l’écriture, la main droite. Cela s’écarte, les notes s’échan- Fa, Sol, Fa, Mi-i, qui est jouée avec les doigts
tout en gardant le même « fond d’harmonie » gent. Le sentez-vous ? Cette réflexion sur les direc- extérieurs de notre main (5e, 2e, 3e, 4e, 5e doigts) ;
(retenez ce mot !). C’est ce qui se passe ici. tions des notes est essentielle. Elle vous aidera tou- la voix interne qui est moins intéressante, car
jours beaucoup à apprendre. elle joue un La toujours semblable, répété avec
MES. 1-4 Toucher. À l’époque de Claude Balbastre le pouce. Faites sortir davantage la voix du haut
Commencez par bien apprendre le modèle intitulé (né trente-deux ans avant Mozart), le toucher (celle qui bouge !) et atténuez la voix du bas.
« Gracieusement ». D’abord, chantez chaque habituel était plutôt non legato. On l’appelait Utilisez les moyens techniques dont nous avons
main tour à tour. Nous le répétons toujours, « louré ». Pour le réaliser, fixez un peu votre poi- parlé à propos de la pièce de Moscheles.
mais chanter, c’est vraiment la base du jeu de gnet et jouez en soulevant légèrement votre bras 1. Tendez vos doigts qui jouent les notes aiguës.
piano. Ensuite, comparez les directions des notes entre chaque note de basse. Écoutez-vous et 2. Tombez dans ces notes avec un peu de hau-
dans la main droite et dans la main gauche, cela cherchez le bon détaché, à savoir ni trop ni trop teur. La hauteur sous le doigt est une caisse
vous aidera beaucoup à apprendre. Par exemple, peu. Détachez ainsi toutes les noires. Par oppo- de résonance qui permet de donner du son. On
au début, La et Ré sont deux notes qui s’écartent sition, liez les croches. l’obtient grâce à un tout petit geste de rotation
l’une de l’autre. Ensuite, les deux mains vont dans de l’avant-bras vers le dedans, ce qui allège
le même sens, elles descendent parallèlement en VARIATION I, MES. 16-18 aussi le côté extérieur de la main. 3. Atténuez
formant des intervalles de dixième : La et Do # Deux plans sonores dans une main. la voix moins importante, le La qui se répète.
puis Sol et Si. Un peu plus loin, voici un petit Au piano, il est important de savoir partager Détendez votre pouce. [

mai-juin 2017 I PIANISTE n°104 I 45


ZINIO

PÉDAGOGIE

16-18

DÉBUTANT-MOYEN SUR LE CD PLAGE 3

Carl Albert Löschhorn (1819-1905) Étude opus 25 n°5


➔ Ce morceau contient de belles harmonies et
1-2
couleurs. Goûtons-les.

MES. 1-2
Ici, il y a trois voix. La basse est à la main gauche.
À la main droite, il y a le chant et une voix au milieu
qui est jouée par les doigts internes de la main.
Savoir chanter. Nous le rappelons sans cesse: au
piano, pour être capable de conduire plusieurs voix
ensemble, il est fondamental d’apprendre à chanter
chacune de ces voix. Si nous ne savons pas chanter
une quelconque partie, notre oreille ne reconnaît
pas ces notes au moment où nous les jouons,
elle ne les identifie pas, et nos doigts ne savent pas
où se poser. C’est aussi simple que cela.
Sentir dans la main. Commencez à jouer
en vous efforçant de ne pas mettre ces deux
lignes musicales sur le même plan sonore. Voici
comment procéder. Partie aiguë. 1. Tendez À SAVOIR
un peu vos doigts auxquels le chant est confié :
Sib (4e doigt), Do (5e), Sib (4e), Lab (3e), Ré Carl Albert Löschhorn est un compositeur allemand. Comme celui-ci est
(5e doigt), etc. Ne laissez pas vos doigts extérieurs peu connu, le grand dictionnaire de la musique et des musiciens (le fameux
de la main tout mous, sentez-les ! Résistez à Grove Dictionary of Music and Musicians) ne donne que peu d’informations
la jointure du métacarpe. À l’inverse, relaxez sur lui. Il fut pourtant un excellent pianiste et professeur de piano. Il naquit
vos doigts du milieu de la main, afin d’atténuer à Berlin le 27 juin 1819 et y mourut le 4 juin 1905. Il fut l’élève de Ludwig
la partie interne. Cette indépendance dans Berger et étudia à l’Institut de musique d’église de Berlin. Ses pièces les plus
la main est une des bases de la technique du célèbres sont les Klavierstücke opus 86, les Études progressives pour piano
piano. 2. Jouez cette partie aiguë le plus legato opus 66 pour degré intermédiaire et les Études pour piano opus 65, publiées
possible. Tenez bien chaque note, ne quittez pas avec le sous-titre « Pour le développement de la technique et de l’expression ».
la touche avant d’avoir transféré votre poids Il est donc sans doute intéressant de chercher à découvrir un peu mieux
du doigt jusqu’à la suivante. Cet effort pour jouer cet artiste qui écrivait pour le piano.
legato est très important pour faire chanter
les notes au piano. Écoutez-vous et sentez-le
bien. 3. Dessinez la nuance, la courbe musicale, MES. 8-12 en Mi bémol majeur. Profitez-en pour réviser
comme si vous la chantiez. Pour la voix du Ici, mesure n°8, le compositeur module. Alors votre gamme de mi bémol avec ses bons doigtés.
bas. Relaxez vos doigts du milieu, afin qu’ils jouent que ce morceau avait commencé dans le « pays » Sentez en vous ce changement de couleur et ce
moins fort. Jouez-les de tout près. N’éloignez pas de Sol mineur, nous changeons de tonalité grâce bien-être dû au mode majeur qui s’installe
votre pouce du clavier. au La bémol qui s’ajoute. Nous passons alors mesure n°9.

46 I PIANISTE n°104 I mai-juin 2017


ZINIO

Retards, dissonances. La musique est une suc- Ré qui vient ensuite. Ce Mi bémol, collé avec le Fa auditive, mémoire affective (émotions, sentiments),
cession de tensions et de détentes sonores, comme (2e doigt + 3e doigt), crée l’acidité d’une seconde mémoire physique. C’est ainsi qu’il faut étudier.
il existe en gastronomie l’opposition entre le salé et majeure. Sentez ce frottement sonore. De même, Pédale. Changez bien la pédale sur chaque
le sucré, le doux et l’épicé. Les dissonances sont juste après, la rencontre Fa + Sol fait naître une ten- basse. On ne joue pas seulement du piano
une tension pour notre oreille, tandis que les conso- sion qui se résout ensuite sur Do + Mi bécarre. Phy- avec les doigts, mais aussi avec l’oreille, le cœur
nances l’apaisent et lui sont plus agréables. Mesure siquement, sentez l’écartement entre vos doigts. et même le pied qui doit changer la pédale pour
n°10: le Mi b à la partie du milieu est un retard du Ainsi, toutes vos mémoires travaillent: mémoire les différentes harmonies.

8-12

MOYEN SUR LE CD PLAGE 4

Domenico Scarlatti (1685-1757) Sonate en la majeur K.322


1-5

➔ Cette jolie sonate de Scarlatti n’est pas d’une


immense difficulté. Encore faut-il jouer avec toute
l’élégance requise pour exécuter cette musique
spirituelle et raffinée.

MES. 1-5
Commencez par sentir que nous sommes dans
une mesure à deux blanches. Posons-nous à nou-
veau cette question fondamentale : pourquoi met-
on des mesures ? Pourquoi ne nous contentons-
nous pas d’écrire des rythmes (noires, blanches, [

mai-juin 2017 I PIANISTE n°104 I 47


ZINIO

PÉDAGOGIE

[ croches, etc.) les uns à la suite des autres ? ce balancement de la mesure. Or, celui-ci est grands musiciens. Alors qu’elle donnait un jour
Pourquoi ces barres verticales dans la musique ? essentiel musicalement et physiquement. Cher- une leçon de piano sur la Fantaisie en ut mineur
Réponse : les barres de mesures sont là pour chez tout de suite à l’obtenir. de Mozart entourée de ses élèves, elle questionna
distinguer les temps forts et les temps fai- Assurez la beauté de votre partie de main à la volée : « Qu’est-ce qui aide à comprendre
bles. C’est leur différence qui contribue à faire gauche. Si vous la savez parfaitement, si elle est une phrase musicale ? Comment s’établit la tona-
en sorte que la musique balance, qu’elle nous belle et vit par elle-même, votre main droite chan- lité ? Quel est le moyen qui permet de compren-
berce, contrairement au rythme indifférencié tera avec naturel. Ici, veillez à bien balancer votre dre la forme de ce que l’on dit ? » Silence… Per-
des marteaux-piqueurs qui défoncent les trottoirs main gauche à deux blanches, avec temps forts sonne ne savait répondre. « Mais allons, ce sont
des grandes villes. et temps faibles. L’exécution musicale de la main les cadences, naturellement ! Les cadences, c’est
Faites vivre la main gauche. Commencez par gauche est une condition absolue pour bien jouer la ponctuation de la musique ! » s’exclama-t-elle.
déchiffrer cette mélodie. Puis, fragment par frag- la main droite. On ne le répétera jamais assez ! Voici le premier et le meilleur conseil que l’on peut
ment, apprenez votre partie de main gauche à Cadences. Cette sonate de Scarlatti est très donner pour jouer cette pièce : commencez par
deux blanches et balancez-la bien. Lorsque nous tonale. Or, les piliers de la musique tonale sont bien apprendre vos cadences.
déchiffrons lentement et prudemment un nou- les cadences. Rappelons ce mot de Nadia Bou- Exemple. Cette sonate est en la majeur. Mesures
veau morceau (afin de ne pas faire de fausses langer1, qui fut le professeur de Daniel Barenboim, n°2 à n°4, votre basse dessine une première
notes), nous oublions souvent de donner vie à de Gershwin, de Dinu Lipatti et de bien d’autres cadence : La (tonique), Do (tierce) puis Ré (sous-
dominante), Mi (dominante) et, enfin, La, La
(tonique). Voilà le premier parcours. Les notes Ré
À SAVOIR et Mi sont « en chemin », elles avancent, tandis
que la résolution sur La, mesure n° 4, se pose (La
Domenico Scarlatti naquit à Naples en 1685, la même année que Jean-Sébastien est stable). Il en est de même mesures n°5 et n°6,
Bach, et s’éteignit à Madrid en 1757, âgé de 71 ans. Fils d’Alessandro Scarlatti, avec un aboutissement un peu plus prononcé.
grand compositeur d’opéras et de cantates, il suivit d’abord l’enseignement
de Francesco Gasparini à Venise et se lia d’amitié avec Haendel. Après avoir MES. 8-12
exercé comme maître de chapelle à la basilique Saint-Pierre, il partit à Lisbonne Syncope. Cette sonate a une caractéristique,
en 1720. Il y dirigea la chapelle du roi et fut chargé de l’éducation musicale de il s’agit de sa syncope. En effet, la mesure est ici
l’infante du Portugal, Maria Barbara. Lorsque celle-la épousa l’héritier du trône à deux blanches (deux temps). Mesure n°9, le Si
d’Espagne, Scarlatti la suivit à Madrid où il passa la plus grande partie de sa vie. bémol est une syncope, car il ne tombe pas sur
Domenico Scarlatti composa 555 sonates pour clavecin dont la plupart furent le véritable temps, mais au milieu du 1er temps,
écrites durant sa période madrilène. Elles constituent un véritable trésor musical juste après le Ré. Il faut ressentir ce qu’exprime
de finesse et de subtilité. On dit même que le musicien italien fut le père de la une syncope. C’est une sorte de facétie qui
technique moderne du clavier. Vladimir Horowitz, comme beaucoup de grands s’affranchit subitement de la mesure ou de la pul-
virtuoses, les interprétait très souvent. Une seule édition fut publiée en 1738, sation normale et qui doit nous surprendre. Rap-
du vivant de Scarlatti, sous sa propre direction, intitulée Essercizi per Gravicembalo. pelons ceci : une syncope doit être appuyée et
Il s’agit de 30 sonates dédiées au roi du Portugal. Il existe deux classifications il faut sentir, après celle-ci, que l’on se recale sur
pour se repérer dans la forêt des innombrables sonates de Scarlatti : Alessandro la pulsation normale (sinon nous perdons sim-
Longo (L) publia en 1906 la première édition complète en 10 volumes, sous plement le sentiment de la mesure). Récemment
le titre Opere complete per clavicembalo di Domenico Scarlatti. Cet opus encore, nous avons analysé ce mécanisme en
comprend 555 sonates, chacune étant précédée d’un numéro et de la lettre « L ». détail à propos du Ier mouvement de la Sonate
Plus près de nous, le claveciniste et musicologue américain Ralph Kirkpatrick « Pathétique » de Beethoven2.
fit paraître en 1953 l’intégrale des sonates de Scarlatti en 15 volumes pour 1. Appuyez votre Si bémol. Cependant, ne l’apla-
la première fois dans un ordre chronologique, en respectant les dates de leur tissez pas vers le bas, car il exprime un question-
composition et l’organisation par paires, ainsi que le souhaitait leur créateur. nement musical. Touchez le Si bémol avec le bout
Celles-ci portent donc la lettre (R). L’œuvre de Kirkpatrick demeure LA référence de votre doigt et faites entendre l’accent, tout
pour tout musicien qui se penche sur la musique de ce génie du XVIIIe siècle. en remontant un peu votre main. Il est malaisé

8-12

48 I PIANISTE n°104 I mai-juin 2017


ZINIO

18-22

22-28
Scarlatti change subitement de mode. Il passe
en mi mineur en écrivant une tierce mineure :
Sol bécarre, au lieu du Sol # qui est à la clé. De
même, plus loin, Le Do # va devenir Do bécarre.
Sentez en vous-même la puissance expressive
de ces deux notes essentielles, à savoir les IIIe et
VIe degrés, que l’on nomme les notes modales.
Elles sont très importantes pour l’oreille musicale
et la compréhension de la musique, car elles font
schématiquement la différence entre le gai et le
triste3. Si vous repérez et que vous sentez en vous
les notes modales, l’alternance du majeur et du
mineur, vous apprendrez plus facilement vos
morceaux et les jouerez avec plus de sentiment.
Le piège du relief du clavier. La fin de la phrase
arrive mesure n°28, avec le Mi blanche. On doit
le diminuer. Sur une terminaison de phrase il faut,
la plupart du temps, ôter le poids et laisser la main
remonter souplement en libérant le poignet. Ici,
il y a un « piège » technique : ce Mi est une tou-
che blanche sur le clavier, une touche basse. Or,
nous venons tout juste de jouer un Ré # qui est
une touche noire, une touche haute sur le clavier.
d’expliquer par des mots parce que tout cela doit noires et commencent à contretemps : La, Do #, La tendance naturelle serait donc, si l’on n’y prend
surtout être ressenti. Il faut que le rythme et l’har- Ré #… Si, Ré #, Ré #… Si, Ré #, Mi… Continuez pas garde, de tomber complètement avec la main,
monie passent dans notre corps. 2. Sentez que vous à peser un peu plus dans le 1er temps à la main à cause de cette différence de niveau des tou-
vous rétablissez ensuite sur le 2e temps par la main gauche. Cependant, à la main droite, le geste n’est ches. N’en faites rien ! Luttez contre la tendance
gauche, c’est-à-dire sur le Sol #. Procédez ainsi pour pas le même : il faut tomber de haut en bas dans à s’écraser. Ne tombez pas de la main sur cette
toutes les syncopes écrites dans ce morceau. la première note du phrasé, puis laisser remonter terminaison, malgré le relief du piano. Cherchez
la main sur la fin de phrase. Que voyez-vous ? partout où il y a ce piège : une fin de phrase qui
MES. 18-22 Les gestes ne sont donc pas du tout les mêmes arrive sur une touche blanche, en venant d’une
Note modulante. Scarlatti écrit une nouvelle aux deux mains, et c’est là l’une des difficultés touche noire (mesures n°32, n°36, n°40, n°44,
altération, le Ré #, et à partir de ce point, il l’ins- techniques. Exercez vos gestes et comprenez bien n°60, etc.) ; ce principe est partout. C’est à croire
talle de façon durable. Cette note importante qu’ils correspondent à la musique elle-même. que Scarlatti l’a fait exprès pour nous apprendre
témoigne de l’entrée dans la nouvelle tonalité de Quand un petit phrasé finit sur une touche la technique !
mi majeur avec quatre dièses, qui est comme blanche, et que la note d’avant est une touche
1. Procurez-vous ce film passionnant : Nadia Boulanger,
un nouveau paysage. Pensez-la. Vous ne pouvez noire (mesure n°20), faites bien attention à ne Mademoiselle, de Bruno Monsaingeon, Médici Arts.
bien jouer que si vous sentez exactement où sont pas « tomber de la main ». 2. Voir Pianiste n°103, numéro de mars-avril 2017.
les frontières tonales. 3. Il y a naturellement beaucoup d’exceptions
à cette vision un peu schématique du majeur = joyeux,
Gestes. À partir de la fin de la mesure n°18, MES. 22-28 mineur = triste, notamment chez Schubert qui leur accorde,
Scarlatti écrit des petits phrasés qui durent deux Alternance majeur-mineur. Mesure n°23, au contraire, souvent la signification inverse.

mai-juin 2017 I PIANISTE n°104 I 49


ZINIO

PÉDAGOGIE

SUPÉRIEUR SUR LE CD PLAGE 5

Joseph Haydn
(1732-1809) Sonate en mi mineur n°53, Hob. XVI:34

1-6

lisons d’ordinaire assez peu dans la vie courante, le même poids que la main gauche, puisqu’elle
mais le pianiste, lui, sait qu’ils ont une grande porte la terminaison du petit phrasé musical, Sol-
importance, car c’est souvent à eux qu’est confié Ré #-Mi. Une terminaison doit être généralement
le chant principal. B. Cependant, attention: appre- atténuée. Gardez un peu votre doigt dans la tou-
nez à chanter aussi la partie d’alto, même si elle che sur le dernier Mi, relâchez votre poignet
doit être jouée moins fort ! En général, notre oreille puis allégez votre poids. Si vous procédez ainsi,
est happée par la mélodie principale et nous en vous constaterez que votre main droite remonte
oublions d’apprendre la seconde voix. Apprenez d’elle-même. Ôtez la note sans sécheresse. Ana-
également cette partie interne (Si, La, Sol) par lysez bien ce petit mécanisme qui est très impor-
l’oreille, puis jouez-la moins fort, en relaxant votre tant pour la technique.
2e doigt, puis le pouce et encore le pouce. Gestes opposés. Sur le 1er temps, la main gau-
➔I ER MOUVEMENT: PRESTO 2. Synchronisation. Veillez aussi à jouer toutes che pèse vers le bas, afin d’assurer le temps fort.
Le premier thème de ce mouvement, d’un carac- vos doubles notes (tierces, sixtes) rigoureusement Au contraire, la main droite se relève pour atté-nuer
tère très alerte, est bâti sur des arpèges à la main ensemble. C’est fondamental pour sentir et déve- la fin de phrase. Les gestes sont donc opposés
gauche, auxquels répondent en écho des doubles lopper votre technique, car cela conditionne aux deux mains. Mémorisez bien ces sensations
notes à la main droite (tierces et sixtes). Il faut être vos empreintes. Par ailleurs, seule une parfaite qui correspondent à la diction musicale correcte.
précis pour jouer cette sonate, elle ne supporte ni synchronisation des doubles notes permet d’enten- Si vous avez bien compris, votre corps intégrera la
l’imperfection des doigts, ni celle de la pensée ! dre globalement ce que vous êtes en train de jouer. différence entre ces gestes, qui est due à la diffé-
Tombez verticalement dans ces notes. Dans le jeu rence des appuis, et vous ne l’oublierez plus jamais.
MES. 1-6 de piano, il existe non seulement une dimension
1. Main droite: obtenir la clarté des notes horizontale (qui correspond au dessin, à la nuance MES. 14-17
aiguës. Ce que nous devons faire en premier, c’est de la mélodie), mais également verticale pour la Doigts agiles = maîtriser le temps dans les
d’exécuter deux plans sonores dans la seule main synchronisation des notes doubles, des accords doigts. Les doigts doivent aller vite dans ce pas-
droite. Il faut distinguer la partie la plus aiguë, celle et le dosage des plans sonores. Ce qui est difficile, sage. Comment procéder ? Exercez-vous à contrô-
du chant, et la partie interne « accompagnante » c’est de faire les deux à la fois. ler votre pulsation à la croche. Vos doigts ne
(partie d’alto). Il est indispensable d’atténuer cette Rythme : main gauche-temps fort. Assurez doivent ni déraper, ni « savonner » au gré des posi-
dernière et de faire sonner davantage la première. votre temps fort à la main gauche, en donnant suf- tions qu’ils rencontrent sur le clavier. Chopin
Plans sonores. A. Pour jouer la partie aiguë fisamment de poids à votre première basse : Mi. disait : « Personne ne remarquera l’inégalité
plus sonore, Sol, Ré #, Mi, sentez une petite ten- Sentez la différence entre les temps forts et les du son dans une gamme très vite quand elle sera
sion dans vos doigts extérieurs de la main (5e, 3e, temps faibles4, car c’est cela qui donne son balan- jouée également pour le temps. » Retenez bien
4e doigts). Ne les laissez pas mous. Maintenez cement à la musique. Si vous martelez tous les cette phrase de Chopin, elle aussi est essentielle
un peu de hauteur sous ces doigts extérieurs. Si temps de la même manière, votre auditeur aura pour la technique.
votre main s’aplatit trop du côté du petit doigt l’impression que vous ânonnez votre texte, au lieu Surveillez spécialement vos 5e et 6e pulsa-
parce que vos doigts extérieurs sont mous, alors de faire de la vraie musique. tions (croches). Elles ne doivent ni déraper ni
votre son sera étouffé. Développez la sensation de Phrasé, dessin des phrases. Cependant, sur vous échapper. Exemple, mesure n°14 : contrôlez
vos derniers doigts de main (3, 4e 5e). Nous les uti- le 1er temps, la main droite ne doit pas avoir Ré avec le 5e doigt de la main droite, puis La avec

50 I PIANISTE n°104 I mai-juin 2017


ZINIO

14-17

le 2e doigt. Écoutez: Ré, Ré, Si, La, Sol, Fa…/Ré, Ré, Remarquez d’où part le phrasé mesure n°19. donc jouer à chaque fois un peu moins fort. Ne
Do, Si, La, Si… sans presser. C’est une question de Il commence sur la deuxième note, juste après laissez pas votre pouce hors de la main. Une main
pulsation intérieure, de volonté intérieure. Conti- la pulsation… comme dans la musique de Bach ! écartée se crispe, une main condensée est agile.
nuez l’opposition des gestes entre main droite et Pensez le phrasé et imaginez sa courbe. Exécuter Technique de doigts rapides. 1. On raconte
main gauche. La fin du motif doit être diminuée une phrase musicale doit ressembler à l’élan que l’on faisait jouer Arthur Rubinstein avec une
à la main droite (relever, relâcher), tandis que du trait de pinceau du peintre sur sa toile. Ce der- pièce de monnaie sur le dos de la main. Absurde !
la main gauche marque le temps fort. nier sait où il veut mener son trait, il l’imagine Cherchons plutôt à savoir pourquoi on le lui deman-
à l’avance. Sentez jusqu’où s’élance chaque des- dait. La main des pianistes débutants a tendance
MES. 18-25 sin, quel est son sommet aigu : mesure n°19, à s’écrouler complètement vers le petit doigt.
Ce passage demande une grande maîtrise de la c’est Mi puis Ré (mesure n°20) et Do (mesure Nos doigts extérieurs de la main, 4e, 5e doigts, sont
main si l’on veut le jouer égal et joliment dessiné. n°21). L’ensemble de la musique descend et il faut naturellement moins habiles puisque nous les [

Dévoile un nouvel univers musical

O P U S 1 02

Un piano de concert de 3 mètres


cordes parallèles
clavier à 102 touches

Les modèles 190, 220 et droit seront disponibles prochainement


Conçus et fabriqués en France Stephen Paulello - Opus 102
ZINIO

PÉDAGOGIE

18-25

[ utilisons moins souvent dans la vie courante. des pires choses que l’on puisse faire au piano), une théorie sur ce mouvement circulaire du
Cependant, au lieu de poser une pièce sur votre effectuez plutôt un minuscule mouvement circu- doigt censé stimuler la sensation des pulpes. « Par
main (le sol serait jonché d’un véritable trésor !), laire du doigt vers la paume. Forkel, le biographe le mouvement circulaire, le doigt reste sous le
concentrez-vous plutôt pour obtenir le son que de Bach, affirme que le Cantor lui-même pratiquait contrôle de la pensée, il y a continuité dans le mou-
vous voulez, c’est-à-dire réussir toutes vos notes ce mouvement circulaire: « Le doigt ne doit pas se vement comme dans la pensée. La ligne courbe,
aiguës. Développez la sensation et la mobilité de lever perpendiculairement à la touche, mais glisser le mouvement arrondi tend vers la forme par-
vos doigts extérieurs de la main. Ce n’est pas ce qui doucement le long de cette touche, en se repliant faite », explique sa biographe, Hélène Kiener.
se voit qui compte, mais ce que l‘on sent et ce que graduellement vers la paume de la main. » La pia- Néanmoins, toutes ces considérations sur l’aspect
l’on entend ! 2. Toutefois, il faut contrôler égale- niste Marie Jaëll, amie et confidente de Liszt, ainsi physique du jeu comportent aussi un danger, celui
ment les notes jouées par votre pouce. Cette partie, que sa secrétaire personnelle à Weimar, imagina de risquer de nous détourner de la recherche
même si elle doit être moins forte, ne doit pas man-
quer, sinon vous perdrez le contact avec le cla-
vier. Mesure n°19, Haydn a d’ailleurs écrit une À SAVOIR
voix interne qu’il faut souligner, La, Sol, Fa #. Celle-
ci est jouée avec les doigts internes de la main La Sonate en mi mineur n°53, Hoboken XVI :34 de Haydn fait partie d’un groupe
(3e doigt, 2e doigt, puis pouce). Faites sonner cette de trois sonates éditées à Londres en 1783-1784, dans le cadre d’une série
voix en versant votre poids vers l’intérieur de la intitulée A Fifth Sett of Sonates, entreprise par les éditeurs Beardmore & Birchall.
main, vers le pouce. Utilisez pour cela une petite Celle-ci fut la troisième de ce recueil et parut le 15 janvier 1784. Chaque titre
rotation de votre avant-bras sur son axe. Ce savant de pièce composée par Haydn est toujours suivi de son numéro d’Hoboken,
équilibre de la main est la clé de la liberté et l’équivalent du Köchel pour Mozart. Anthony van Hoboken, un musicologue
de l’agilité des doigts. néerlandais (1887-1983), publia en 1957 le grand catalogue thématique
N’alourdissez pas. Ce passage est une marche du répertoire de Haydn. Mais, contrairement au classement chronologique
harmonique. D’abord, pensez vos notes fonda- des catalogues Köchel (Mozart) et Deutsch (Schubert), Haydn ayant écrit
mentales: La - > Fa #, puis un ton en dessous, Sol 750 œuvres, Hoboken choisit de les ordonner par genre de composition et définit
- > Mi, et encore un ton plus bas, Fa # - > Ré. 31 catégories numérotées en chiffres romains. Les œuvres pour piano
Doigts repliés, mouvement circulaire. Dans appartiennent à la catégorie XVI pour l’ensemble des sonates (n°1 à n°52).
tout ce passage qui requiert agilité et rapidité des La catégorie XVII se rapporte à d’autres pièces pour piano (n°1 à n°12).
doigts, notamment avec les petits gruppettos, ne La catégorie XVIIa, elle, concerne les pièces à quatre mains et, enfin, la catégorie
jouez pas avec les doigts tendus et raides devant XVIII est constituée de concertos pour piano (n°1 à n°11). La Sonate en mi mineur
votre main. Au lieu de frapper du doigt de haut n°53 est donc répertoriée Hob. XVI:34 de la catégorie « Sonates pour piano » :
en bas, de donner une « gifle » aux touches (l’une XVI dans l’œuvre générale de Haydn et la 34e de cet opus.

52 I PIANISTE n°104 I mai-juin 2017


ZINIO

Neuhaus, dans L’Art du piano, explique que le son


30-35 s’obtient par la force (F), la masse dans le clavier
(M) et la hauteur (H). Ajoutons la notion de résis-
tance du doigt (R). Pour jouer ce passage, faites
sonner votre note aiguë à chaque étape de votre
montée, en utilisant la résistance (R) de vos doigts
extérieurs de la main (5e, 4e, 3e doigts), la masse
(M) et, enfin, la hauteur de main (H) sous ces
doigts. Grâce à ces moyens techniques, dosez
l’ensemble, afin que le son s’accroisse en marches
d’escalier vers l’aigu.

IIE MOUVEMENT: ADAGIO


Ce mouvement pourrait avoir été écrit par Mozart
et serait digne de figurer dans l’un de ses opé-
ras. C’est pourquoi il est indispensable de nous
appuyer sur notre chant intérieur pour rendre jus-
tice à sa beauté musicale.

MES. 1-4
L’écriture de Haydn et Mozart opère souvent par
groupes de quatre mesures, selon ce que j’appel-
lerais le principe d’« ouverture-fermeture » har-
monique. Cette manière est très typique de celle
de Haydn, de Mozart et même, plus tard, de celle
de Beethoven. Expliquons-nous. La première
mesure procède de la tonique (Sol-Si-Ré). Elle
du but musical. Il ne faut jamais s’écarter – ne fût- descendantes, qui se répète plusieurs fois: Ré-Do- donne le sentiment suivant: fermé. La deuxième
ce qu’un seul instant – de l’imagination active de Si…/Si-Sol-Fa…/Do-Si-La…/Ré-Do-Si… Étape par mesure « ouvre » le discours, en exposant l’accord
ce que nous voulons entendre. étape, il se hisse jusqu’au Ré, sa note la plus aiguë. de dominante (Ré-Fa #-La-Do). Celui-ci exprime
1. Jouez un peu plus fort chaque note aiguë du un questionnement. Pour le jouer, conservez votre
MES. 30-35 petit dessin de trois notes Ré-Do-Si…/Si-Sol-Fa…/ regard vers le haut, évitez à chacune de vos deux
Deuxième thème (B) de la forme sonate. Do-Si-La… Diminuez la descente en relaxant vos mains de tomber vers le bas, sentez une sorte
Cette œuvre est bâtie sur le modèle de la forme doigts. 2. Jouez chaque groupe progressivement d’appel vers le ciel, physiquement et mentalement.
sonate. Voici le deuxième thème (B), dans le ton de plus en plus fort, en montant vers l’aigu. Ce Vous constaterez qu’il est alors très facile d’exé-
de sol majeur, ton relatif du ton principal. Celui-ci n’est pas facile à faire sonner, car notre main a ten- cuter la petite enluminure en triples-croches qui
est composé d’un petit dessin de trois notes dance à s’aplatir vers le côté du 5e doigt. Henrich s’achève, elle aussi, sur une interrogation. [

1-4

mai-juin 2017 I PIANISTE n°104 I 53


ZINIO

PÉDAGOGIE

13-16

[ Silence. En cette première fin de phrase, au long du mouvement et vous serez libre de pas par rapport aux autres, ou un facétieux lutin
mesure n°2, Haydn écrit une terminaison avec une déclamer comme dans un opéra de Mozart. qui surgit tout à coup ! Sentez l’effet. Un contre-
croche suivie d’un silence. Ce silence est d’une temps est cet accent subit et un peu déroutant,
importance capitale. Vous ne devez pas le négliger, IIIE MOUVEMENT: VIVACE MOLTO qui vient contredire provisoirement la mesure.
mais le « vivre », l’habiter de votre pensée. Durant Pour jouer ce mouvement, considérez d’abord C’est à travers ce genre de facéties musicales que
cette absence de son, vous devez écouter la musi- son caractère. Un mot le résume: il est jubilatoire. s’exprime l’humour musical de Haydn. Mozart
que des sphères, être tout aussi actif(ve) mentale- héritera de cet esprit espiègle de celui qu’il nom-
ment qu’en jouant des vraies notes. MES. 1-8 mait « Papa Haydn ».
Refermer. Mesure n°3, Haydn débute un nou- La première chose est de ressentir l’atmosphère Il y a donc un conflit entre la mesure qui indique
veau phrasé, mais celui-ci est aussi un question- dansante, le punch rythmique. Considérons que le 1er temps doit être plus fort et le phrasé de
nement. Ne posez donc pas votre jeu. Notez bien trois éléments pour jouer avec le bon rythme : la main droite, qui exige d’atténuer la deuxième
que l’harmonie et le phrasé ne changent pas en 1. La mesure. Elle doit « balancer » à deux temps note. Les deux mains sur le 1er temps ne doivent
même temps. Au contraire, ils se chevauchent. (forts-faibles). 2. Le phrasé. Il se trouvera parfois donc pas avoir le même poids, et c’est pourquoi
Puis nous voici à la mesure n°4. Elle ramène à la en contradiction avec la mesure. 3. Les carrures, elles ne doivent pas être jouées avec le même
fois la tonique et la fin de cette première phrase. les groupes de mesures. geste. Exercez ces gestes opposés. Sentez qu’ils
Il ne faut donc pas l’alourdir. On voit ainsi à quel 1. Temps forts-faibles. Notre mesure est à deux sont dictés par la musique, le rythme et le phrasé.
point la composition elle-même nous indique com- temps. Il y a donc – en principe – un temps fort et 3. Carrures. Haydn construit sa musique par
ment jouer physiquement. L’harmonie et le phrasé un temps faible. Quoi que l’on dise, c’est la pre- « carrures de mesures ». Le développement
sont les deux piliers principaux du cantabile. Ajou- mière chose. Une musique qui n’a pas de temps qu’il donne à son motif est parfaitement logique,
tons cette remarque concrète d’Alfred Brendel, forts et faibles ne « danse » pas. Pratiquez d’abord il s’apparente à un discours bien construit qui a
éminent interprète de Haydn: « Dans le cantabile, votre main gauche toute seule. Votre première un « plan ». Ce plan, il faut le faire sentir à votre
le coude doit toujours être libre. » basse de la mesure doit avoir un peu plus de poids auditeur, lui révéler, sans qu’il sache pourquoi,
que la seconde. les clés de l’œuvre, et pour cela, les 1ers temps de
MES. 13-16 2. Phrasé à contretemps. Maintenant, regar- chaque mesure ne doivent pas tous avoir le même
Menez cette même réflexion partout où la main dez le phrasé de la main droite. Il vient justement poids. Jouez la première basse de la mesure n°1
droite est très volubile. Mesure n°15, l’accord de contredire ce balancement de la mesure à deux suffisamment sonore et diminuez les 1ers temps
Sol à la main gauche est la sous-dominante de temps, qui serait à lui seul un peu « trivial » ! des mesures suivantes. Mesures n° 2, n°3 et n°4,
Ré. Ne la posez pas, avancez ! De même, mesure En effet, dès la mesure n°3, la main droite groupe jouez votre première basse, certes un peu plus
n°16, nous avons l’accord de quarte et sixte, éga- les notes par deux. Or, chacun de ces petits arcs forte que la deuxième, mais sans être aussi forte
lement interrogatif. Si vous asseyez votre pensée de phrasé commence sur la deuxième croche que la première basse de la mesure n°1. Dosez,
tonale et votre main gauche, votre chant de main du 2e temps : Si - > mi’, Mi - > Fa’, Fa - > La (trille), soupesez, évaluez le poids, écoutez-vous. Tout
droite sera statique. Les problèmes de doigt Fa, c’est-à-dire à contretemps. ce savant dosage est compliqué, penserez-vous
n’existent pas en eux-mêmes. Tous les traits Jouez la première de ces deux notes un peu plus peut-être. Certes, mais qui a dit qu’il était aisé
dans ce mouvement, fussent-ils écrits en triples- lourdement que la deuxième. Haydn écrit ici de parler un langage aussi infiniment spirituel ?
croches, doivent être considérés comme l’expres- un décalage de l’accent. On dirait un petit soldat 4. Même si, naturellement, il existe beaucoup d’exceptions
sion d’une pensée harmonique. Jouez ainsi tout qui, dans une marche militaire, se décale d’un à cette règle!

54 I PIANISTE n°104 I mai-juin 2017


ZINIO

1-8

SUPÉRIEUR SUR LE CD PLAGE 6

Robert Schumann (1810-1856) Arabesque en do majeur opus 18


➔« C’est un grand spectacle que la naissance de écoute, ne le traitez pas à la légère, car il exprime les bons doigtés. Ne les changez plus, concentrez-
l’Ange dans un homme… » écrit Jean Paul Richter, une grande profondeur. vous pour bien les intégrer. 2. Apprenez votre ligne
poète allemand, inspirateur de Schumann. de basse avec ses doigtés. 3. Maintenant, apprenez
MES. 1-8 la voix d’accompagnement du milieu (Sol-Si-Fa…
LEICHT UND ZART (LÉGER ET TENDRE) Identifier chaque voix. Ce thème de l’Arabesque Sol-Do-Mi). Cette voix passe d’une main à l’autre
Cette mélodie de l’Arabesque opus 18 paraît revient plusieurs fois comme un petit refrain entre- et c’est pourquoi elle n’est pas si facile à appren-
très simple, fredonnée par une mère qui berce coupé de couplets (« Minore »). D’abord, apprenez dre. Assimilez les doigtés: 2e doigt gauche, pouce
son enfant. Mais, en musique comme dans la vie, à chanter chaque voix avec justesse et avec le nom gauche (doubles-croches) puis pouce droit (cro-
la simplicité peut être le fait des ignorants ou, au des notes. Ne faites pas l’économie de cette étape. che). Ensuite, exercez-vous jusqu’à obtenir un
contraire, la vertu des plus grands esprits. Chez Dans le jeu de piano, le chant est la base de tout. legato parfait de cette voix médiane, en veillant
les poètes allemands qui inspirèrent Schumann, Puis, dès que vous posez vos doigts sur ce passage, à ce que nul ne puisse entendre le passage
ce retour à l’enfance est une expression du génie. soyez très exigeant(e) avec vous-même sur la façon d’un pouce à l’autre. Celui-ci ne doit générer
Albert Béguin écrivit dans L’Âme romantique et dont vous devez tenir ou lâcher chaque note. Schu- ni choc, ni trou dans le son. Nuancez, efforcez-vous
le rêve : « Plus que pour toute autre raison, Jean mann n’a pas écrit ici seulement une jolie mélodie de donner à cette voix une vie musicale autonome.
Paul a aimé le rêve parce qu’il le transportait aux en do majeur, mais plusieurs voix qui se super- 4. En vérité, il y a ici une quatrième voix ! Ce sont
régions de l’enfance ; le retour à la naïveté émer- posent, qui marchent ensemble en un savant entre- les notes tenues au centre de la main gauche,
veillée du premier âge est resté sa réponse pré- mêlement. Il est impératif de mener chaque voix jouées par votre 2e doigt de main gauche. Elles des-
férée aux anxiétés de l’homme mûr. »5 Cette avec indépendance sans tout mélanger. Il y a ici sinent la ligne suivante: Sol (tenu)… Sol (tenu)…/La
phrase ne saurait mieux caractériser l’apparente trois voix principales: le chant, la basse et une voix (tenu)…/La (tenu)… Apprenez-la aussi et sentez-la
simplicité de l’Arabesque de Schumann. Même médiane qui est partagée entre les deux mains. sous votre 2e doigt. Elle a également un rythme par-
si ce morceau semble « simple » à la première 1. Commencez par exercer le chant. Mettez avec soin ticulier, en syncope. [

mai-juin 2017 I PIANISTE n°104 I 55


ZINIO

PÉDAGOGIE

1-8

[ Toutes les voix ensemble. Empreintes. le son en montant jusqu’à ce Fa aigu. Accompa- sous la main. 2. Après cette syncope, rétablissez
À présent, mettez toutes les voix ensemble. gnez votre nuance avec la main gauche. votre sensation du temps normal, retrouvez
Votre écoute harmonique est alors sollicitée et Contexte général. À ce stade de votre exécution, la vraie pulsation. Ajoutons que cette voix centrale
votre mémoire physique des empreintes, des écarts une chose est essentielle : en cherchant à nuancer de main gauche est aussi une note semblable
dans les doigts, commence à travailler. Ces écarts votre mélodie, demeurez dans le contexte musical répétée: Sol - > ol…/Sol - > ol…/La - > a… La - > a.
correspondent aux tenues de notes voulues par de l’œuvre. Bien que Schumann ait écrit des souf- Soulevez bien entre chaque note, puis attaquez
Schumann et, donc, aux intervalles. Pratiquez flets d’intensité, ne jouez jamais trop fort, ni avec de nouveau. Si vous restez englué(e) dans le cla-
d’abord très lentement, afin de bien sentir quels trop de « pathos ». Une exaltation romantique vier, vous ne mémoriserez rien.
sont les doigts qui doivent se lever et ceux qui excessive serait contraire au caractère d’ensemble Pédale. On dit que le secret du jeu de Chopin et
doivent tenir. Cet apprentissage relève de votre du morceau. Ici, l’atmosphère est celle d’une pièce de Liszt résidait dans leur usage subtil de la pédale.
seule discipline personnelle, de votre concentra- généralement douce et tendre. Albert Béguin écrit: Ici, votre pied aussi doit être très agile. 1. Relevez
tion, de votre patience. « Le lyrisme généreux d’un Jean Paul peut atteindre rapidement le pied en jouant la note, afin d’effacer
Nuancez, dosez. L’objectif est maintenant à une tendresse humaine que l’on n’a point éga- les restes de l’harmonie précédente. 2. Redes-
de faire ressortir le chant, la partie la plus aiguë lée. » C’est l’ambiance qui est dépeinte ici. cendez le pied assez tôt, et surtout, faites-le avant
par rapport à l’ensemble. Usez des trois éléments Tenues = écoute des sons longs. Tenir une d’ôter le doigt de la nouvelle note. Si vous redes-
qui sont à votre disposition pour donner davantage note avec le doigt n’est possible que si notre oreille cendez le pied trop tard, tandis que vous avez déjà
de son. 1. Rendez fermes vos doigts extérieurs de la perçoit le son qui se prolonge. Si l’oreille n’entend lâché le doigt, alors vous n’aurez pas pris la nou-
main: 4e et 3e doigts, lorsqu’ils exécutent les petites pas la continuité du son, le doigt lâche la note, iné- velle harmonie et votre chant sera sec et haché.
notes Si-La (Sol-Do). Ne les laissez pas mous. luctablement. Jouez donc suffisamment fort vos Lorsque l’on évoque la bonne façon de mettre
Arrondissez surtout le 4e doigt, comme si vous vou- notes longues qui doivent être tenues. Jouez fort la pédale au piano, il serait mieux de parler de
liez l’arc-bouter au-dessus des touches. 2. Prenez également la basse qui est en syncope puisqu’elle la coordination entre l’oreille et le pied.
un peu de hauteur sous ces doigts d’aigus, comme commence sur un temps faible et se prolonge Tempo. Enfin, trouvez le tempo juste, celui qui
si vous aviez une petite « caisse de résonance » ensuite sur le temps fort de la mesure: Ré - > Do/Ré permet de chanter au mieux cette phrase, de la
dans le creux de la main. Imaginez un petit écha- - > Do… puis Sol - > Fa…/Sol - > Fa… Il faut toujours déployer avec naturel. Au piano il y a une raison
faudage qui vous empêcherait de basculer vers appuyer une syncope, la rendre sonore. de plus à choisir un bon tempo. Le son commence
le 5e doigt. Si votre main s’aplatit trop du côté Les syncopes du début de l’Arabesque. à mourir dès qu’il a été émis. Par conséquent,
du 5e doigt, le son ne « sortira » pas. La note médiane, celle du 2e doigt de la main si nous jouons un chant trop lentement, chaque
Dessinez, dosez la courbe de la mélodie. gauche (Sol - > tenu… Sol - > tenu… La- > tenu…), son a excessivement le temps de « mourir » avant
Cette mélodie débute dans la nuance pp, puis est aussi une syncope, car attaquée sur un temps d’atteindre le suivant. La phrase musicale est alors
elle s’élance jusqu’à une première étape, le Fa faible, elle enjambe ensuite la mesure. 1. Appuyez hachée. Alfred Brendel le confirme : « Le chant
aigu, mesure n°4 (joué avec le 5e doigt). Commen- cette syncope, projetez le son. Donnez-lui du poids reste au cœur de la musique, et une déclamation
cez doucement, puis réchauffez progressivement avec un doigt ferme et suffisamment de hauteur distincte est aussi affaire de tempo et de rythme. »6

56 I PIANISTE n°104 I mai-juin 2017


ZINIO

À SAVOIR 41-48
Schumann est l’auteur de grandes sonates pour piano ou de cycles pianistiques
tels que les Kreisleriana, les Études symphoniques ou les Scènes d’enfants.
En revanche, l’Arabesque opus 18 est, avec le Blümenstück opus 19, l’un des rares
morceaux isolés qu’il composa. Ces deux pièces ont été écrites à Vienne aux
environs de Noël 1838. Au même moment, Schumann composait An C-Gruss
zum heilingen Abend (À Clara, salut la veille de Noël). Blümenstück opus 19 fut
créé sur une idée un peu étrange, celle de « variations mais sur aucun thème »,
comme le souligne Brigitte François-Sappey. Quant à l’Arabesque que nous étudions
aujourd’hui, elle se présente comme un morceau tendre et plein de la fraîcheur
de l’enfance. En effet, Schumann rédige au début de la partition le commentaire
« Leicht und zart », soit léger et tendre. Elle est écrite sous forme de rondo,
car le thème principal revient plusieurs fois, comme un refrain avec deux couplets.

MES. 41-48, MINORE I, ETWAS une voix plus grave, en noires, que nous ne pou- le mariage (Ehe) est une parole très musicale.
LANGSAMER (ASSEZ LENTEMENT) vons pas lier. Exercez soigneusement cette sensa- Il ressemble à une quinte. » Et Schumann dessine
Deux voix, comme deux amants. Comme tion de deux voix parfaitement autonomes dans une portée avec trois notes magiques Mi-Si-Mi
dans un très grand nombre de ses ouvrages, Schu- votre main, l’une liée et l’autre non. Faites cela (= une quinte, la « quinte du mariage »). Nous
mann écrit ici deux voix chantantes qui marchent d’abord très lentement, afin de vous écouter et retrouvons ici cette alliance du ton d’ut majeur
en parallèle. Il s’agit de la métaphore de l’homme de bien sentir l’indépendance de vos doigts. et de la quinte de Clara dans notre gamme descen-
et de la femme qui se disent mutuellement leur dante. Le minimum est donc, pour nous, de jouer
amour. Schumann illustre ainsi sa passion pour MES. 88-96, RUHIGER (PLUS CALME) ce passage avec un sentiment d’amour.
Clara, qui n’a cessé d’imprégner toute son œuvre. Ce passage, constitué de deux blanches liées sui-
Cependant, pour nous, le mouvement parallèle des vies de croches, est une sorte d’appel des lointains. MES. 209, ZUM SCHLUSS (POUR FINIR)
voix n’est pas une chose si naturelle, car nos mains Il contient l’intervalle de quinte qui caractérise Cette dernière partie de l’Arabesque ressemble à la
sont « inversées » par rapport au clavier. Efforcez- Clara. On l’appelle la « quinte de Clara ». Ici, pièce intitulée Le poète parle des Scènes d’enfants.
vous cependant de réchauffer aux deux mains ce sont les notes Do, Si bémol, La, Sol, Fa. C’est Écoutez-la afin d’enrichir votre culture musicale et
le son en montant vers l’aigu et de le diminuer cette même quinte de Clara que l’on retrouve dans votre familiarité avec le langage de Schumann.
en descendant vers le grave. La voix aiguë (Clara la Sonate n°3 pour piano, au début de la Fantaisie Cette fin évoque la face Eusebius de Schumann, [
= main droite) doit jouer plus fort vers le Sol aigu opus 17 et dans les Impromptus. La musicologue
de la mesure n°42, vers le 5e doigt de la main Brigitte François-Sappey explique à propos des 88
droite, tandis que la voix grave (Robert = main Impromptus opus 5 sur une romance de Clara
gauche) doit jouer plus fort vers le pouce de la Wieck : « Les deux quintes Clara/Robert, qui se
main gauche. Nos deux mains doivent être retrouvent dans maintes œuvres à venir, consti-
intenses vers des doigts opposés. La difficulté tuent une devise secrète. Dans la mythologie schu-
vient donc de la coordination. manienne, le chiffre cinq et la quinte désigneront
Indépendance des liaisons dans une même toujours Clara par analogie avec les cinq lettres
main. Chaque main comporte deux voix à la fois. de son prénom. »7
Une voix aiguë en croches, qui doit être toujours
soigneusement liée avec les doigts – la pédale
Plus explicite encore, Schumann écrit à sa bien-
aimée Clara en avril 1838 (peu avant la com-

ne suffit pas : si vous lâchez, cela s’entend –, et position de l’Arabesque) : « Je crois même que

mai-juin 2017 I PIANISTE n°104 I 57


ZINIO

PÉDAGOGIE

➜ 89-96

209

221-224

c’est-à-dire le versant tendre, doux et rêveur de a écrit beaucoup de syncopes. Si l’on n’y prend avec son long accord arpégé, suivi de ses célèbres
son caractère, par opposition à l’autre aspect de pas garde, elles ont largement le temps de mourir « pom, pom, pom » (La-La-Ré…) qui font mine
lui-même, Florestan (le jeune homme emporté et avant d’atteindre le son qui suit. de terminer l’histoire. Mais nous, nous savons
vigoureux). C’est donc ici la nostalgie de l’enfance qu’en réalité, cela ne finit rien. Ici, faites sentir à
qui s’exprime. Nombre de poètes du romantisme MES. 221-224 ceux qui vous écoutent qu’il n’y a pas de réponse,
allemand qui ont inspiré Schumann, tels Ludwig En parlant de l’œuvre de l’écrivain Jean Paul et que nul n’a encore pu regarder derrière le miroir:
Tieck, Novalis ou Eichendorff, évoquent cette Richter, Friedrich Schlegel évoquait une « leçon de touchez ce Mi du bout du doigt et prenez-le vers
douce tristesse qui accompagne la mémoire désorganisation ». On ne saurait mieux dire pour le haut en interrogeant, comme pour regarder
du passé et de l’enfance envolée. Pour la faire décrire ce thème qui se délite petit à petit et finit vers le ciel, vers l’infini des étoiles.
sentir, portez le plus grand soin à toutes vos notes sur la tierce Mi, comme si l’on n’avait jamais fini
tenues, à la main gauche et à la main droite. Tenir de s’interroger. Il est fréquent que la musique de 5. Albert Béguin, L’Âme romantique et le rêve, Librairie
José Corti, Paris, 1939, chapitre « Jean Paul », p. 191.
les notes, cela implique que nous puissions Schumann ne se termine pas vraiment et nous 6. « Ombres et lumière dans l’interprétation »,
percevoir leur son jusqu’au bout. Si ce son meurt laisse en suspens sur une interrogation. Le com- conférence donnée par Alfred Brendel à la Cité
trop tôt, notre doigt quittera la touche. Ici, pro- positeur suggère ainsi qu’il ne peut pas y avoir de de la Musique le samedi 15 janvier 2011. Texte non publié,
il s’agit de notes que nous avons prises.
jetez d’autant plus distinctement vos notes tenues réponse au mystère de la vie. Il en est ainsi, par 7. Brigitte François-Sappey, Robert Schumann,
que le tempo est lent (langsam) et que Schumann exemple, dans la 12e pièce des Papillons opus 2 Librairie Arthème, Fayard, Paris, 2000, p. 65.

58 I PIANISTE n°104 I mai-juin 2017


JAZZ
LA LEÇON D’ANTOINE HERVÉ
ERIC GARAULT

SIDNEY BECHET Petite fleur

oici un arrangement

V sur un tempo très


libre de « Petite
fleur » de Sidney Bechet
retranscrit tel que je l’ai
joué en improvisant
sur le moment. À défaut
de reproduire le style
de l’époque, on y entend
des influences de la
habanera et des modes
arabo-andalous, du tango
et, bien sûr, d’un jazz
plus moderne. Vous pouvez
y puiser toutes sortes
d’idées pour vos propres
arrangements et improviser
soit sur des boucles
courtes (mesure n°12,
par exemple), soit
sur la totalité. À vous
de jouer !

mai-juin 2017 I PIANISTE n°104 I 59


ZINIO

PIANOS À LA LOUPE

Acoustiques
Trois pianos droits
d’excellente facture par Bernard Désormières

sans feutre ni peau, est placé à La puissance est honnête pour un


l’intérieur du cylindre et déborde 121 cm, la sonorité d’ensemble, glo-
de près de 3 cm au-dessus des tou- balement bien équilibrée entre les
ches du clavier. registres. La couleur sonore est d’une
La mécanique n’est pas la même que richesse moyenne, un peu standar-
celle équipant les modèles de la série K disée, mais sans agressivité. Les basses
(en ABS Styran carboné) : il s’agit sont très correctes dans leur défini-
de l’« Ultra Responsive », en ABS tion et présentent une meilleure
et de couleur beige. Elle comporte assise que celles du petit K-200. Elles
un rail et une barre de repos en profilé sont assez profondes. Les médiums
d’aluminium. Les manches des mar- peuvent chanter et réagissent bien
teaux sont en bois, comme sur tous à une articulation un peu musclée.
les instruments Kawai. Le montage Les aigus du piano testé sont ouverts
en cordes, classique, ne comporte et d’une bonne clarté. La longueur
pas d’agrafes et les chevilles tourillon- de son est satisfaisante.

Clavier, confort de jeu: bonne


fermeté et précision du clavier.
KAWAI nées sont nickelées.
Le barrage arrière est doté de quatre Conclusion
Légère gêne pour le débattement
vertical des doigts (place du pupitre) NOIR ND-21 poutres verticales (2 + 2) moyenne-
ment dimensionnées. Les tringles
Pour un tout petit prix, ce modèle
de taille moyenne est très sérieux et
Réponse en pp : acceptable des pédales forte et douce sont fiable. Sans prétendre être un piano
Puissance: correcte pour un 121 cm
e Japonais Kawai a renouvelé métalliques et un câble sous gaine d’expression comme certains instru-
Amplitude dynamique: assez
bonne, belle réactivité
à une articulation musclée
Couleur sonore: un peu standardisée,
peu agressive. Bonne longueur de son
L toute sa gamme de pianos
droits en 2014 avec la série K:
K-200, 114 cm, K-300, 122 cm
relie la pédale centrale au modéra-
teur. Les trois pédales sont plutôt
hautes (7,5 cm). La table d’harmonie
ments beaucoup plus chers, il satis-
fera nombre de pianistes, du débu-
tant à l’amateur confirmé, pour leur
Aigus: ouverts et clairs (Maestro, Pianiste n°88), K-500, est en épicéa massif, « à veines droites travail régulier et soutenu, en leur
Médiums: peuvent chanter 130 cm (Maestro, Pianiste n°90), et serrées », selon le facteur. offrant une musicalité honnête
avec une bonne articulation K-600, 134 cm (Maestro, Pianiste grâce à sa dimension de 121 cm et
Graves: assez profonds, n°100) et K-800, 134 cm. Un modèle Toucher et rendu sonore au savoir-faire presque centenaire
plutôt bien définis
Pédales: 3 (forte, douce et centrale original par son design noir et « Sil- La fermeté du clavier est importante, d’une firme très réputée. L’origina-
modérateur). Précises et silencieuses, ver », de 121 cm et à vocation éco- sans lourdeur excessive, parfaite pour lité de sa finition noire, même en
mais un peu hautes (7,5 cm) nomique, est apparu début 2017. le travail des doigts du pianiste. Les face arrière, pourra séduire certains
Dimensions: 121 (H) x 150 (L) x 58 (P) cm
Poids: 216 kg
Il s’agit du ND-21 dont le prix est touches, d’une longueur moyenne, particuliers ou responsables de petites
Spécificités: tout noir, même la table similaire à celui du petit K-200 de offrent un enfoncement un peu salles de spectacle. Le ND-21 ne
d’harmonie. Silencieux Kawai 114 cm. Regardons-le de plus près. limité, mais acceptable vers la barre peut malheureusement pas être
« Anytime » non proposé sur ce modèle de dièses. Le revêtement des touches fourni avec le silencieux numérique
Ébénisterie: monochrome noir brillant,
accastillage « Silver » Descriptif est agréable sous les doigts, et le tou- Kawai. Un excellent choix pour
Pronostic de durabilité: moyen Si la forme du meuble à consoles et cher, d’une bonne précision, sans un budget très limité.
Usage: du débutant à l’amateur à roulettes et sa couleur noir brillant jeu latéral excessif. Les répétitions
confirmé. Écoles de musique. Bon
sont classiques, l’arrière du piano sont normales pour un piano droit.
piano pour démarrer l’apprentissage
Origine: Indonésie, conception japonaise (barrage et table d’harmonie) et Le contrôle en pianissimo est conve-
l’intérieur (cadre métallique, face nable, sans être idéal, une petite
Prix : 5 590 euros interne de la table d’harmonie), eux, perte de contrôle lors de l’enfonce-
Importé par Hohner France
Remerciements à Pianos Daudé sont entièrement noirs, avec un ment étant légèrement perceptible.
kawaifr.com accastillage argenté dit « Silver ». Les pédales offrent un fonctionne-
B. D.

Le pupitre de 72 cm de largeur, ment irréprochable et silencieux.

60 I PIANISTE n°104 I mai-juin 2017


ZINIO

Le montage en cordes architecture musicale dans une palette


Clavier, confort de jeu: bonnes est original, les agrafes sonore assez riche et dans tous les
fermeté et précision. Répétitions
très correctes pour un droit. Excellente étant placées dans les registres. Le jeu en pianissimo est
ergonomie graves et aussi dans le un peu délicat et nécessite une petite
Réponse en pp: correcte, un peu médium. L’aigu demeure accoutumance. Le piano testé, pres-
délicate à maîtriser parfaitement
classique (sillet et contre- que un prototype, malgré une har-
Puissance: conséquente, correspond
à ce que l’on attend d’un grand droit sillet). Les cordes filées sont monisation et une égalisation pas
Amplitude dynamique: importante, allemandes (Heller), tout assez poussées et un léger manque
facile à contrôler. Permet comme celles en acier (Rös- de stabilisation de l’accord, assure
de forts contrastes de nuances,
sans saturation
CHAVANNE lau). La mécanique à quatre une belle expression musicale dans
Couleur sonore: timbres d’une belle
richesse, équilibre satisfaisant entre 132FR points de fixation (pour une
meilleure rigidité) est une Renner
des styles musicaux très diversifiés.
Ce 132FR dispose déjà d’un fort po-
les registres. Bonne longueur de son Luo, avec barre de centre en multiplis tentiel d’expression qui pourrait être
Aigus: clairs et lumineux
’est dans son atelier avec fin dont la provenance est chinoise. encore amélioré.

C
Médiums: colorés, chantants,
d’une belle rondeur. showroom installé près de Les marteaux à sous-garniture rouge
Quelques inégalités ponctuelles, Toulouse, à L’Union, que sont signés par Renner. Un très solide Conclusion
perfectibles par une harmonisation
et une égalisation plus poussées
Vincent Chavanne, physicien de barrage arrière de cinq poutres ver- Pour un prix imbattable, le 132FR
Graves: bonne puissance, formation et passionné de facture ticales contribue à la rigidité de la est un bon et solide instrument, bien
sans agressivité. Belle définition, instrumentale, produit artisanale- structure harmonique. conçu et bien construit, avec des com-
même dans les notes extrêmes ment deux modèles de pianos: un La table d’harmonie « brute », ainsi posants de haute qualité, très soi-
Pédales: 3 (forte, douce,
modérateur). À bonne hauteur. Pédale quart-de-queue de 187 cm (Pianiste que les barres de table, sont fournies gneusement sélectionnés par un fac-
douce un peu molle (défaut mineur n°68) et un nouveau grand piano par l’Italien Ciresa avec certificat per- teur connaissant son métier. Pouvant
facile à corriger). Extraction très facile droit de 132 cm, qui remplace celui sonnalisé, un label garantissant la être équipé en option d’une pédale
du feutre modérateur. Tringles
de 125 cm. Étudions le 132FR. meilleure qualité. Chavanne usine tonale sostenuto, ce grand piano droit
de pédales en bois
Dimensions: 132 (H) x 156 (L) de façon particulière cette table qui français, sans rival dans l’Hexagone,
x 68 (P) cm Descriptif devient lenticulaire et reçoit sous devrait être plus souvent choisi dans
Poids: 270 kg Le meuble classique, à consoles presse les barres et le chevalet (qui les conservatoires et les écoles de
Spécificités: conception
et réalisation françaises. Table légèrement effilées et à roulettes ont subi quelques traitements hygro- musique. La capacité de production
d’harmonie italienne Ciresa doubles, est imposant. Le clavier assez métriques secrets). Les tringles de de la petite entreprise Chavanne saura
de premier choix « marbrée ». haut (77 cm) limite l’impression de commande des pédales sont en bois, s’adapter à une demande quantitative
Ébénisterie: noir ou blanc brillant lourdeur par un bon équilibre esthé- preuve d’une belle finition. significative. Un silencieux numé-
Pronostic de durabilité: bon
Usage: amateurs et étudiants tique. Le large pupitre (90 cm), avec rique maison, 100 % français, très
avancés. Bon instrument de travail. feutre, est très bien positionné, sans Toucher et rendu sonore performant, peut être également
Écoles de musique et conservatoires gêne pour le pianiste. Les oreilles Le confort de jeu est au rendez-vous. fourni sur demande. Un modèle
Origine: France, avec certains
composants asiatiques et européens
latérales comportent de jolis arrondis, Les sensations de précision et de fer- encore beaucoup trop rare en maga-
signe d’une finition soignée. Pas de meté, les répétitions faciles montrent sins, à découvrir d’urgence.
Prix: 7 800 euros. Pédale centrale serrure, mais on apprécie la présence que l’on a affaire ici à un instrument
tonale, silencieux numérique d’un ralentisseur de cylindre. L’inté- sérieux. Le contact avec le revêtement
« Chavanne » (prix sur demande)
et touches noires en ébène rieur du 132FR révèle un superbe des touches est agréable. La puissance
à 300 euros en option cadre métallique d’une belle dorure, est là, disponible, et le timbre, varié,
Produit en France, à Toulouse, en haut duquel un macaron bleu- selon les nuances. L’importante lon-
par Pianos Chavanne
blanc-rouge est apposé à côté du nom gueur de son, la bonne assise don-
Remerciements à Pianos Chavanne
chavanne.com « Chavanne » en relief. Instrument née par des basses solides permettent
B. D.
français, sans nul doute. au pianiste de réaliser une belle

Durabilité de l’instrument. Les contacts que nous progressé dans les instruments d’entrée de gamme,
BANC D’ESSAI entretenons régulièrement avec les professionnels notamment d’origine chinoise ou indonésienne.
mode d’emploi du piano (facteurs, techniciens, accordeurs, régleurs On peut acquérir de bons pianos à des prix par-
DR

ou responsables de l’entretien) nous permettent fois agréablement surprenants. Méfions-nous


Lieux des tests. Ils sont effectués dans les magasins, d’avoir une idée assez précise de la qualité intrin- des a priori négatifs tout en restant vigilants.
chez les fabricants, agents distributeurs ou impor- sèque de l’instrument, et notamment de sa capacité Pianos numériques. Nous les testons avec les
tateurs. Dans certains cas, nous testons des pianos à durer dans le temps. mêmes casques stéréo dynamiques, de type fermé.
sans les dernières mises au point avant la livraison Rapport qualité-prix. Les pianos de très haut Les caractéristiques et descriptifs techniques
de l’instrument au client. Nous tenons compte de de gamme restent très chers, mais leur prix est des claviers sont ceux annoncés par les fabricants.
tous ces paramètres dans notre appréciation finale. toujours justifié. Le niveau de qualité a énormément Enfin, tous les prix sont donnés à titre indicatif.

mai-juin 2017 I PIANISTE n°104 I 61


ZINIO

PIANOS À LA LOUPE

placés au « croisement ». Le montage


en cordes est classique, sans agrafes
dans les basses. Pour le médium et
l’aigu, c’est le montage sillet, avec
un solide contre-sillet en trois zones,
qui a été retenu. Le chevillage, qui
traverse le superbe cadre métallique
en fonte pleine (sommier non appa-
Clavier, confort de jeu : belle
fermeté, précision extrême. Bonne rent), ne comporte pas de tourillons,
répétition pour un droit. Revêtement signe de qualité pour le sommier.
de clavier idéal. Excellente ergonomie Les tringles des deux pédales sont,
Réponse en pp : excellente
Puissance : surprenante
quant à elles, en bois massif.
pour un 125 cm, parfaitement
disponible si on la sollicite Toucher et rendu sonore
Amplitude dynamique: très grande, On est immédiatement séduit par
du ppp au fff, sans la moindre
saturation. Très progressive le rendu musical extrêmement riche
Couleur sonore : très typée et le potentiel immense de ce superbe
Steinway, très grande richesse piano de taille moyenne. L’ensemble
en timbre, très belle longueur de son.
clavier-mécanique, d’une grande
Permet une immense diversité de
styles musicaux. Parfaite homogénéité
entre les différentes tessitures
STEINWAY & SONS V-125 précision, d’une fermeté sans lour-
deur, permet un contrôle idéal dans
Aigus : lumineux, très ouverts, tous les types de jeu, du pianissimo
cristallins
utre les sept pianos à queue, & Sons » apposé en lettres dorées au percussif. La longueur de son est
Médiums : particulièrement
chantants, très facilement
modulables
Graves : somptueux, riches,
profonds, d’une parfaite définition,
O du petit S-155 au célébris-
sime D-274, toujours consi-
déré comme la référence des grands
au centre du cylindre, est un peu
intimidant. Un large pupitre (95 cm)
avec peau est bien positionné sur
immense. Les répétitions sont très
satisfaisantes pour un piano droit.
Formidablement équilibré entre
très typés, surtout en fortissimo pianos de concert, Steinway & Sons le cylindre. On note la présence les tessitures, sans discontinuité
Pédales : 2 (forte et douce), précises, produit également deux modèles d’une serrure, mais aucun ralentis- notable au croisement, très bien
bonne fermeté, assez basses (5 cm) dimensionnels de pianos droits, seur de cylindre, ce dernier étant égalisé, ce modèle est exigeant pour
Dimensions : 125 (H) x 152,5 (L)
x 67,5 (P) cm
le V-125 et le K-132, dans son usine parfaitement stabilisé, sans risque le pianiste ; en contrepartie, il lui
Poids : 267 kg allemande de Hambourg. Ceux-ci pour les doigts du pianiste. Deux donne une confiance absolue par
Spécificités : tout le savoir-faire bénéficient de la plupart des bre- pédales seulement, donc pas de une réponse sonore et musicale qui
de ce prestigieux facteur vets qui ont forgé depuis plus de pédale centrale modérateur. Pour- correspond parfaitement à ses inten-
dans ce piano, avec les meilleurs
matériaux. Finition exemplaire cent soixante ans la renommée et quoi en effet se priver de la qualité tions. La puissance est là si on en a
Ébénisterie : noir brillant, ivoire, la réputation de cette firme presti- sonore d’un tel piano d’exception besoin [Le modèle Steinway K-132
blanc, acajou, noyer, 9 placages gieuse, et sont construits dans les par une feutrine ? est encore plus surprenant par sa puis-
de bois nobles dans la série
mêmes conditions d’excellence que Au dos du piano, derrière un très sance, similaire à celle d’un quart-
de luxe Crown Jewels
Pronostic de durabilité : excellent les pianos à queue. Nous présen- robuste barrage, asymétrique, de cinq de-queue de 180 cm]. La pédale forte,
Usage : particuliers très exigeants, tons ici le V-125. poutres verticales (de section 10 x précise et silencieuse, offre de subtils
pianistes confirmés, professionnels. 9,5 cm), on peut admirer le détail effets de demi-pédale. Que des super-
Conservatoires pour classes
avancées, clubs de jazz. Instrument Descriptif du veinage de l’épicéa de la table latifs pour le V-125 !
très polyvalent Le meuble à deux consoles effilées d’harmonie, ce qui donne un éclai-
Origine : Allemagne (usine est très classique. Avec sa superbe rage sur la qualité des bois utilisés Conclusion
de Hambourg) laque noire intense, il en impose en et le très haut niveau de finition. Ce magnifique modèle est un vrai
Prix : 34 400 euros. Sourdine à main, raison de sa profondeur conséquente Cette superbe table d’harmonie, Steinway, très polyvalent et à la sono-
pédale tonale, finitions personnalisées (67,5 cm). De très élégants chan- « diaphragmatique » et bombée, rité typée. Fait pour durer, il enchan-
en option freins doubles et arrondis entourent collée avec le chevalet et les barres, tera tous les pianistes. Ses heureux
Importé par Steinway France
Remerciements à Pianos Daudé
le couvercle supérieur en deux par- est réalisée par le facteur dans possesseurs pourront être fiers d’un
eu.steinway.com ties. Le magnifique logo – la lyre –, des conditions qui restent secrètes. tel instrument qui peut s’avérer un
qui surmonte le nom de « Steinway Le clavier est signé par Kluge. Quant bon placement à moyen et long
à la mécanique allemande, à quatre terme, malgré son prix qui peut
points de fixation (bonne rigidité), paraître élevé, mais qui est parfai-
elle est construite par Renner, selon tement justifié en regard de cette
des spécifications Steinway. vraie merveille musicale. Le V-125
Les têtes de marteaux Renner, devra être régulièrement entretenu
en laine de première qualité, pos- pour qu’il conserve toutes ses qualités
sèdent une âme en noyer. Deux potentielles. Voilà un piano qui fait
B. D.

B. D.

étouffoirs supplémentaires sont vraiment rêver !

62 I PIANISTE n°104 I mai-juin 2017


ZINIO

Numériques Clavier-mécanique : RH III


(Responsive Hammer III)

Deux claviers évolués


à 3 capteurs et contrepoids,
Ivory Touch
Pédales : 3 (forte, douce, sostenuto),
« Grand Feel Pedal System »
Genérateur sonore : PHI

à prix tirés par Bernard Désormières


(Progressive Harmonic Imaging),
échantillonnage piano de 88 notes
Polyphonie : 256 notes
Sensibilité au toucher : oui
(5 niveaux + Off)
Amplification : 2 x 20 W. 4 HP :
13 cm x 2 et 12 x 8 cm x 2
Sons internes : 10 pianos (dont
les nouveaux SK-EX, EX, K-600)
KAWAI CN37 + 342 autres (dont 9 kits batterie)
compatibles GM2
Démo : 31 morceaux.
awai propose quatre séries Concert Magic : 176 morceaux

K de claviers numériques de
salon: CL (Compact Line),
CN (économique), CA (Concert
Modes clavier : Normal,
Quatre Mains (Dual), Split
Effets et fonctions : 6 réverbs,
brillance, Tone Control. Nombreux
effets divers, Virtual Technician
Artist) et CS (Classic Série), la plus (19 paramètres pour les sons
luxueuse. Le CN25 (Pianiste n°90) de pianos, Smart Mode). Accord fin,
et le CN35, nés en novembre 2014, transposition, 8 tempéraments
ont été remplacés début 2017 par Sound Museum, Lessons
(12 recueils, 549 songs)
le CN27 et le CN37. Intéressons- Afficheur : latéral,
nous à ce dernier modèle. 128 x 64 pixels LCD
l’échantillon des grands pianos à un peu faible vers la barre de dièses, Enregistrement : 10 morceaux,
Descriptif queue de concert Shigeru Kawai est acceptable. Les pédales, bien pla- 2 pistes, 90 000 notes (interne).
WAV, MP3, Midi (externe)
Le design reste très classique et sans SK-EX et Kawai EX et celui du récent cées, assurent parfaitement leurs fonc- Métronome : oui, complet
surprise pour ce clavier à consoles. droit K-600. Le nombre d’effets et tions. L’écoute en mode amplifié est Connectique : Line In et Line Out
Par rapport au CN35, le pupitre à de paramètres de réglages a été accru, honnête, sans plus, et manque un peu en gros jack, 2 sorties casque (1/4,
1/8), USB to Host, USB to Device,
trois positions d’inclinaison a été élargi notamment dans Virtual Technician, de crédibilité pour les sons de pianos, Midi (In/Out), Bluetooth Midi
(80 x 20 cm). Les trois pédales ont et avec le Smart Mode pour les sons un peu trop sourds, malgré la présence Alimentation : par adaptateur
été légèrement rehaussées (à 6 cm du de pianos, comme sur les modèles de nouveaux échantillons. Au casque, AC/DC
sol), le bas des consoles a été redessiné plus haut de gamme CA ou CS. c’est meilleur et plus réaliste. On per- Spécificités : SHS (Spatial
Headphone Sound) pour une écoute
et, surtout, les commandes se font à L’amplification de 2 x 20 W, raison- çoit bien les nuances entre chaque son tenant compte du type de casque
présent par un boîtier placé, non au nable mais modeste pour un clavier de piano, ainsi que les harmoniques Finitions : noir, blanc, palissandre
centre du clavier, mais sur son bloc de salon, met en action deux paires et les « bruits » de la mécanique, Dimensions : 144,5 (L) x 43,5 (P)
x 88 (H) cm (pupitre baissé)
gauche et muni d’un afficheur plus de haut-parleurs, dont deux woofers facilement dosables (Virtual Techni- Poids : 54 kg
grand et plus confortable, ne pertur- d’un diamètre de 13 cm. L’arrivée du cian: Damper Noise, Fall Back Noise,
bant plus le regard du pianiste. Bluetooth + Midi permet désormais Hammer Noise…), qui font partie Prix : 1 625 euros
L’ensemble clavier-mécanique reste l’échange de données avec des tablettes intégrante du son global du piano. Importé par Hohner France
Remerciements à Paul Beuscher
le RH III en plastique (et non le ou des smartphones sans le moindre La présence de la nouvelle fonction
Grand Feel II en bois, comme sur les câble. La connectique est très com- SHS participe un peu à cette amé-
séries plus nobles CA et CS), à trois plète et moderne. Les prises Midi lioration de l’écoute. Les multiples fins de Virtual Technician, SHS)
capteurs et avec sensation d’échap- n’ont pas été supprimées. réglages sophistiqués proposent une et de sonorités ou timbres étendus
pement. La surface des touches vraie personnalisation de la diffusion (SK-EX), ce clavier, doté d’une
blanches présente une texture rap- Toucher et rendu sonore sonore, assez pointue, mais le boîtier connectique exhaustive, est très com-
pelant celle de l’ivoire. Trois nouveaux Le clavier RH III, référence récente de commandes n’est pas très simple plet, performant et ludique avec ses
sons de pianos ont été ajoutés, tels chez Kawai, laisse toujours une assez d’utilisation. En dépit de son bel affi- kits batterie et ses fonctions Lessons.
bonne sensation de confort sous les cheur, il risque d’être négligé par Son clavier, un peu moins agréable
doigts et une fermeté correcte, avec des claviéristes qui se contenteront que celui des séries CA et CS, reste
un agréable revêtement des touches, d’allumer l’instrument et de jouer correct et suffisant pour une pratique
qui sont bien guidées, sans jeu exces- immédiatement (réglages Presets). amateur. Le CN37 est proposé à un
sif. Les répétitions sont très aisées, prix compétitif. Un très bon choix
et le contrôle de la réponse dyna- Conclusion qui se justifiera si l’utilisateur n’a pas
mique, correct, permet un jeu poly- Bénéficiant de fonctions et de possi- peur d’exploiter les immenses possi-
B. D.

phonique contrôlé. L’enfoncement, bilités nouvelles (Bluetooth, réglages bilités de réglages de cet instrument.

mai-juin 2017 I PIANISTE n°104 I 63


ZINIO

PIANOS À LA LOUPE

sonore, sans fil. Les trois pédales, complet et très facile d’utilisation.
fixées sur une barre rigide, sont reliées Même si la diffusion sonore est per-
par un câble à la partie supérieure fectible et un peu limitée par rapport
de l’instrument. L’alimentation n’est aux modèles plus haut de gamme
pas directe en 220 V, mais nécessite de la marque (LX17, LX7, HP605),
l’emploi d’un adaptateur AC/DC l’écoute au casque est de qualité
dédié. La diffusion sonore se fait similaire à celle de ses grands frères.
par seulement deux haut-parleurs Un excellent investissement.
de 12 cm, pour une puissance de
2 x 30 W.
Clavier-mécanique : PHA 50,
Toucher et rendu sonore structure hybride bois et plastique,
sensation d’échappement
Le nouvel ensemble clavier-mécanique Pédales : 3, forte et douce
PHA 50, le haut de gamme de à détection continue, sostenuto
Roland, est d’une bonne fermeté. (assignable)
Genérateur sonore : SuperNatural
Il s’avère d’une précision satisfai- Piano Modeling (modélisation)
sante, permettant des répétitions Polyphonie : illimitée pour les sons
aisées. Le contrôle de la dynamique de pianos. 384 notes pour les autres
est aujourd’hui plutôt bien maîtrisé Sensibilité au toucher : oui,
100 niveaux + fixe
par le constructeur japonais avec un Amplification : 2 x 30 W.
ROLAND DP603-CB réglage à 100 niveaux. Il est possible
de bien doser les voix dans un jeu
2 HP de 12 cm
Sons internes : 307
polyphonique. Les possibilités de Démo : 353 songs
Modes clavier : Normal, Twin
isponible depuis début 2017, doigts. Apparaît alors, sous un pupi- réglage fin pour les sons de pianos

D
Effets et fonctions : Ambiance,
le nouveau clavier de salon tre de 60 cm de large, très profond (Piano Designer) sont très faciles Brillance. Casque Ambiance 3D,
Roland DP603, présenté (7,5 cm) et revêtu de velours anti- à mettre en œuvre et, parfois, assez Piano Designer (13 paramètres dont
Lid, Key Off Noise, Hammer Noise,
dans trois finitions dont deux bril- glisse pouvant recevoir d’épaisses bluffantes. Les harmoniques sont Duplex Scale, Full Scale String
lantes très chic, est une version partitions, la barre de dièses. Cette très présents quand certaines notes Resonance, Damper Resonance, Key
un peu design du récent HP603. dernière accueille sur toute la largeur sont enfoncées ou lorsque les pédales Off Resonance, Cabinet Resonance).
Il en possède des caractéristiques de l’instrument les nombreux bou- forte et sostenuto sont utilisées. Transposition, accord fin et 10 types
de tempérament, Registration, limite
très proches, voire quasi identiques. tons de commande et un grand affi- La diffusion sonore, d’une puissance du volume, Panel Lock, Auto Off
Examinons donc plus en détail cheur central LCD rétroéclairé. correcte en appartement, s’avère glo- Afficheur : Central graphique
ce modèle conçu au Japon et pro- Ces commandes sont explicites et balement assez sourde dans le grave 132 x 32 dots LCD, rétroéclairé
Enregistrement : Standard
duit en Indonésie. conviviales et il n’est pas nécessaire pour les sons de pianos. On regrette Midi files 70 000 notes (interne).
de consulter la notice pour effectuer l’absence d’un équaliseur accessible Wav sur clé USB (externe)
Descriptif la majorité des réglages de base. qui pourrait corriger dans l’instant Métronome : oui, complet
Le design de ce clavier de salon, à Pour les sons de pianos, le moteur ce timbre un peu dérangeant. Néan- et ajustable
Connectique : Output en 2 gros
fond ajouré, est assez original et sonore est le SuperNatural, avec une moins, l’écoute au casque bénéficiant jacks, Input en mini-jack stéréo,
sobre. Fermé, il est plutôt discret technologie de modélisation permet- d’Ambiance 3D est très confortable 2 casques (petit et gros jacks,
avec ses panneaux latéraux tant des réglages d’une très grande et d’une assez bonne crédibilité. éclairés), USB Computer, USB
rectangulaires al- finesse (Piano Designer). Au total, Memory, Bluetooth Audio (vers
ou depuis tablettes et smartphones
lant jusqu’au sol. 307 sons internes, plus 353 démos, Conclusion – tournage de pages) dans le boîtier
Il s’ouvre par offrent à ce clavier d’immenses pos- Pour environ 2 000 euros dans sa sous le clavier. Alim DC In, Pedal
le pivotement sibilités. Les connexions non per- version noire, le DP603-CB au design (câble venant du pédalier) à l’arrière
Alimentation : par adaptateur
du couvercle manentes sont concentrées dans un original offre un excellent rapport AC/DC dédié PSB 14U, fourni
grâce à des boîtier placé sous le clavier, les deux qualité-prix (en finitions brillantes Spécificités : design un peu
charnières et entrées casque étant éclairées pour PE et PW, très réussies esthéti- nouveau, couvercle à ralentisseur
deux pattes une insertion aisée de leur jack (mini quement, il est un peu moins bien Finitions : noir (CB), noir poli (PE),
blanc poli (PW)
latérales mé- et 1/4). On apprécie les deux prises placé). Son tout récent clavier Dimensions : 139,8 (L) x 31,1 (P)
talliques, plus USB, les entrées (mini-jack stéréo) hybride PHA 50, combiné aux x 78,3 (H) cm (clavier fermé).
voyantes, en et les sorties (deux gros jacks). Mais immenses variations de modulation 139,8 (L) x 37,7 (P) x 97,5 (H) cm
(clavier ouvert)
forme d’arc aucune prise Midi ! des sons de pianos (Piano Designer), Poids : 45,9 kg (CB),
de cercle. Le Le Bluetooth Audio est présent et sa connectique dernier cri (Blue- 47,4 kg (PE et PW)
couvercle est sera apprécié des possesseurs de tooth, USB, etc.), ses très nombreux
muni d’un smartphones et de tablettes, pour timbres et démos et ses possibilités Prix : 2 089 euros (CB),
2 779 euros (PE ou PW)
ralentisseur l’accès à des applications dédiées d’enregistrement le feront appré- Importé par Roland Europe
évitant de se comme Piano Partner 2. Le DP603 cier par les claviéristes et pianistes Remerciements à Paul Beuscher
coincer les deviendra aussi leur amplificateur désirant un instrument sérieux,

64 I PIANISTE n°104 I mai-juin 2017


pour l'ACPM - R.C.S. Paris B 378 899 363 - *Source: ACPM ONE Global 2016 V4.
Où lirez-vous la presse
quand les tablettes auront disparu?

Sur papier, certainement, et sur d’autres supports qui n’existent pas encore.
La presse a déjà beaucoup changé. C’est même le média qui a le plus évolué.
Aujourd’hui, 98 % des Français nous lisent chaque mois, sur papier, ordinateur, tablette ou smartphone*.
Demain, pour vous accompagner, nous évoluerons encore. Mais ce qui ne changera pas, c’est la qualité du travail
de nos journalistes. C’est et cela restera notre cœur de métier. Et nous trouverons toujours le moyen de vous
rendre accessible une information de qualité qui vous procure du plaisir.
Notre évolution ne se fera pas sans votre avis, exprimez-le sur demainlapresse.com

avec
ZINIO

CHRONIQUES DISQUES, DVD


RÉALISÉ EN PARTENARIAT AVEC LE MAGAZINE

Classique et jazz
Cette rubrique présente une sélection des disques et DVD récemment parus.
Les « maestros » de Pianiste distinguent tout particulièrement ceux qui, selon nous,
ont marqué ou marqueront la discographie.

piano, pour faire entendre interprète, la légèreté n’est été réunis pour réaliser
JEAN-SÉBASTIEN les oppositions entre un JOHANNES pas antonyme de profon- un disque aussi fascinant,
BACH soliste (un instrument plu- BRAHMS deur, mais de lourdeur. En jusqu’à la prise de son enve-
(1685-1750) tôt mélodique aux trilles (1833-1897) génie de la couleur, il dompte loppante et incisive quand
d’une insigne élégance) et la plus infime respiration. À cela est nécessaire. Un récital
un ensemble instrumental ce niveau de contrôle, on à thésauriser.
à la vaste palette chroma- songe au « fanatisme artisa- Stéphane Friédérich
tique. De même, dans l’An- nal » qui caractérise aussi le
dante, le dialogue entre la travail au piano de Krystian
cantilène, qui semble im- Zimerman, bien que celui-
provisée par la main droite, ci n’ait pas, hélas, enregistré
et la basse en croches régu- ces Brahms. Il en aurait d’ail-
lières de la main gauche leurs traduit fort différem-
atteint une rare intensité ment l’univers. En revanche,
Concerto italien. expressive. Le pianiste po- Pièces opus 76 et opus 118. pour ce qui est de la pâte
Partitas n°1 et n°13. lonais peut alors préten- Intermezzi opus 117 sonore, Arcadi Volodos est
4 Duettos BWV 802-805. dre disputer la suprématie Arcadi Volodos (piano) assurément proche des Mur-
Fantaisie et Fugue d’Alfred Brendel. Sony Classical 88875130192. ray Perahia, Radu Lupu et
BWV 944 Cette capacité à éclairer les 2015-2017. 54’ Stephen Kovacevich. Il joue Thème et Variations
Rafal Blechacz (piano) lignes de l’intérieur, sans I Au fil de sa discographie, du silence dont l’épaisseur opus 18b. Ballades opus 10.
Deutsche Grammophon 479 5534. perdre la ligne directrice, Arcadi Volodos offre les pro- étouffante croît d’un opus à Fantaisies opus 116
2012-2015. 1 h 06’ trouve son parfait accom- grammes les plus contrastés. l’autre et fige progressive- Denis Kozhukhin (piano)
I On peut grossièrement plissement dans les quatre D’une part, la virtuosité la ment le monde musical de Pentatone PTC5186568. 2016. 57’
diviser l’interprétation de Duettos, originellement pen- plus folle avec des transcrip- Brahms. Un silence d’autant I Troisième Prix du Concours
Bach en deux camps adver- sés pour l’orgue, dans le cadre tions, puis un « Live at Car- plus écrasant que l’écriture de Leeds (2006) et Premier
ses. Celui de la clarté poly- du Clavier-Übung III. La negie Hall », sans oublier tend à l’épure (Opus 118). Prix du Concours Reine Eli-
phonique, de la lisibilité sûreté grâce à laquelle Rafal le Concerto pour piano n°3 Dans les expressions de la sabeth (2010), Denis Koz-
contrapuntique et de l’éner- Blechacz avance sans peine de Rachmaninov, et d’autre solitude et de la résignation, hukhin comprend la res-
gie rythmique se regroupe dans le labyrinthe chroma- part, des pièces ne sollicitant les quelques envolées lyri- piration de la musique de
sous la bannière de Glenn tique et les escaliers glis- guère des moyens digitaux ques, simulacres de révoltes, Brahms. Les Variations se
Gould. Celui du lyrisme, sants en triples-croches du particuliers, comme un album réminiscences des ballades déploient avec un phrasé très
de la couleur et de la sou- BWV 802 ou le ton badin et d’anthologie dédié à Mom- et des concertos, prennent naturel, dans un son chaleu-
plesse mélodique choisit le pied léger avec lesquels pou. En somme, des com- une force peu commune reux, creusé au fond du cla-
Murray Perahia pour am- il s’engage sur le BWV 804 positeurs et des œuvres sans parce que chaque pièce aux vier. Le ton est noble, les
bassadeur. L’intelligence devraient faire école. liens esthétiques, mais tous notes de plus en plus comp- dynamiques projetées sans
souveraine et l’éloquence Dans les Partitas, le soliste transcendés par les couleurs tées a miraculeusement pré- dureté. Les quatre Ballades
digitale avec laquelle Rafal trouve également le ton du piano. La jouissance de servé sa fantastique com- possèdent des humeurs plus
Blechacz appréhende cette juste, évitant toujours de la couleur ! plexité harmonique. En âpres, voire schumaniennes.
musique devraient les récon- prendre la pose (les sara- Ce récital Brahms témoigne cueillant méthodiquement À nouveau, le pianiste russe
cilier durablement. Son bandes), laissant les cou- à nouveau du contrôle absolu et dans chaque phrase le suc ne surcharge pas son jeu. Il
Concerto italien parvient, rantes caracoler, les menuets du son obtenu par le pianiste de l’émotion, en produisant s’en tient au raffinement des
en effet, à redéployer dans sourire comme le Scherzo et russe. Une maîtrise sidérante, une sorte d’apesanteur dans demi-teintes (Ballade n°4) et
l’espace ce que Bach a emportant les gigues dans sans l’ombre d’un manié- une ligne continue, à l’instar pose davantage de questions
concentré dans sa partition. le tourbillon d’un mouve- risme ou d’un artifice. Le tou- de ce que Karajan obtenait à qu’il n’assène de vérités.
Dès le premier mouvement, ment perpétuel. Bach n’a cher paraît effleurer le piano, l’orchestre et précisément Les sept Fantaisies opus 116
celui-ci exploite avec autant pas à hésiter : aujourd’hui, alors que l’on sait, parado- dans Brahms, Volodos nous prennent une dimension
d’efficacité que de goût les il a trouvé son camp. xalement, les doigts au fond fait oublier l’instrument lui- orchestrale. Les contrastes
capacités dynamiques du Philippe Venturini du clavier. Chez un tel même. Tous les atouts ont dynamiques et les ruptures

66 I PIANISTE n°104 I mai-juin 2017


ZINIO

rythmiques sont pensés avec de l’Europe de 1830. Ce Cho-


finesse. Ce dernier Brahms, pin encore jeune, voyageant
parfois étrangement pré- entre Varsovie, Vienne et
debussyste, jamais austère, Paris, possède son langage
ondoie dans l’incertitude de et pose les bases de son
la tonalité, cultive avant tout répertoire. La fraîcheur de
la sonorité épaisse, le souvenir ton, la recherche de couleurs
du lied et des dernières œu- sont saisies sous les doigts du
vres symphoniques. Denis musicien canadien. L’inter-
Kozhukhin ne joue visible- prétation est « crédible » par
ment que pour un auditoire la restitution du caractère
restreint, traduisant la concen- intimiste des pièces et jusque
tration intérieure du texte. dans leur captation.
Le résultat est simplement Lisiecki avait enregistré les
émouvant. S. F. concertos (Institut Frédéric-
Chopin) et révélait déjà un
FRÉDÉRIC tempérament altier, sincère,
bien qu’encore un peu ner-
CHOPIN veux en raison probablement
(1810-1849) de son jeune âge. Ses albums
successifs pour DG mon-
trent qu’il a préservé sa per-
sonnalité en élargissant sa
palette, utilisant fort à pro-
pos et sans une ombre de
vulgarité un art du chant et
une virtuosité au service du
message musical. Tout cela
équilibre ses Variations sur
un thème de Don Giovanni.
Andante spianato Le jeu articulé y gomme une
et Grande Polonaise relative uniformité expres-
brillante opus 22. Rondo sive que l’on reprochait, dans
à la krakowiak opus 14. ces mêmes colonnes, à ses
Variations sur « Là ci Études de Chopin.
darem la mano » opus 2. La Fantaisie sur des airs
Fantaisie sur des airs polonais, si délicate par son
polonais opus 13. caractère virevoltant – elle
Nocturne en ut dièse pose de sérieux problèmes à
mineur opus posthume tout orchestre dont le dia-
Jan Lisiecki (piano), Orchestre logue est réduit au mini-
de la Philharmonie de l’Elbe mum –, est sans conteste
NDR, dir. Krzysztof Urbanski une réussite. Voilà un inter-
Deutsche Grammophon 4796824. prète aussi racé que sensible,
2016. 1 h 04’ qui offre un disque finale-
I Ce programme est paru ment original dans le cata-
dans le somptueux coffret logue discograhique de
« Complete Chopin Deluxe Chopin. S. F.
Edition » que le label a publié
il y a quelques mois. Deut- GABRIEL
sche Grammophon a eu rai-
son de le proposer en volume FAURÉ
séparé. En effet, on croit tout (1845-1924)
connaître de Chopin, mais
en regroupant les œuvres
pour piano et orchestre (à
l’exception des deux concer-
tos et en ajoutant un noc-
turne posthume comme un
« bis »), Jan Lisiecki réalise
un concert intéressant, car
il restitue – sur un piano
moderne – l’esprit des salons [
ZINIO

CHRONIQUES DISQUES, DVD


RÉALISÉ EN PARTENARIAT AVEC LE MAGAZINE

ENTRETIEN AVEC… VANESSA WAGNER


QUI VA PIANO…
VA PIANOFORTE
ELLE JOUE SUR PIANO MODERNE
ET INSTRUMENTS ANCIENS, A ENREGISTRÉ
DES PIÈCES DE RAMEAU À DUSAPIN,
COLLABORE AVEC MURCOF, MUSICIEN
DE LA SCÈNE ÉLECTRO, ET ASSURE
LA DIRECTION ARTISTIQUE DU FESTIVAL
DE CHAMBORD. LE PARCOURS DE LA
PIANISTE FRANÇAISE DÉTONNE ET ÉTONNE.
CES JOURS-CI, ELLE PUBLIE SON NOUVEAU
DISQUE CHEZ LA DOLCE VOLTA CONSACRÉ
À MOZART ET CLEMENTI. PASSIONNANT.

alors tellement de choses.

A
ssocier Mozart et Clementi,
n’est-ce pas curieux ? À l’époque actuelle où prévaut
Certes, on dit que Mozart le perfectionnisme quasi fanatique
méprisait Clementi, qui était de l’enregistrement, la réalité
un virtuose, une « star » de son temps – imparfaite – du pianoforte est

BERNARD MARTINEZ
gagnant beaucoup d’argent. un retour sain aux fondamentaux.
La réciproque n’était pas vraie. Un peu Comment êtes-vous venue
de jalousie, peut-être ? Clementi au pianoforte ?
assure une sorte de lien invisible Il y a une vingtaine d’années, je n’avais
entre le classicisme et le aucune idée de ce dont il s’agissait et Voilà donc une nouvelle le faire devant un piano moderne ?
préromantisme, entre Mozart et j’avais même un peu de mépris pour expérience qui enrichit votre jeu Voilà une bien mauvaise tradition.
Beethoven. Dans un premier temps, les instruments anciens. Je laissais et votre répertoire… Pour ma part, j’ai le sentiment d’avoir
j’avais eu envie de revenir à Mozart, volontiers cela aux spécialistes dont Je ne m’épanouis que dans trouvé une forme de liberté dans
incitée en partie par Augustin on disait qu’ils n’avaient pas assez des chemins inattendus. J’essaie le jeu et de rompre plus encore
Dumay avec lequel je l’ai joué à de de technique pour utiliser le piano de trouver du sens à tout cela. avec une certaine uniformisation
nombreuses reprises. Finalement, « moderne »… Bref, une succession Il est rare que je présente de l’interprétation et du son.
le disque s’est imaginé en miroir, d’a priori. Grâce à une rencontre avec en concert deux fois de suite le même Quel sera votre prochain
associant deux compositeurs le chef d’orchestre François-Xavier programme. D’ailleurs, depuis peu, disque ?
et deux instruments : un pianoforte Roth qui m’a demandé d’interpréter j’assume de ne plus jouer par cœur. Il sera consacré à des pièces tardives
Brodmann et un Yamaha CFX. un concerto sur pianoforte avec Je n’ai besoin ni de tourneur de Liszt, toujours chez La Dolce Volta.
Pourquoi avoir enregistré sur deux son ensemble Les Siècles, j’ai joué ni de pupitre. Je me débrouille. Le choix du piano n’est pas encore
instruments aussi dissemblables ? sur la copie d’un Walter et cela m’a Craignez-vous le trou de mémoire ? définitif. Un Bösendorfer, peut-être ?
Je ne devais jouer que sur pianoforte, profondément décontenancée. Bien Je connaissais le stress, mais pas
mais en travaillant la sonate tardive que ne m’étant jamais considérée encore le trou de mémoire. Pourquoi Propos recueillis
en sol mineur de Clementi sur comme une pro du pianoforte, j’ai eu se met-on une pression pareille, par Stéphane Friédérich
le Brodmann, un original, non envie de poursuivre l’expérience. alors que tout le monde se fiche
une copie, j’ai ressenti une limite Une expérience pour le moins que vous installiez une partition Mozart : Fantaisie en ré mineur
technique et sonore. Commencer aux antipodes de mes débuts ! Sur devant vous ou pas ? Comme si K.397. Sonate K.570. Clementi :
un concert ou un disque sur un pianoforte, il faut être extrêmement on devait « recréer » l’œuvre ! Sonates opus 23 n°2 et opus 50 n°3
instrument et l’achever sur un autre expressif et je pense avoir des doigts Quelle idiotie ! On ne reproche pas « Didone abbandonata – Scene
paraît étonnant, mais cela change assez légers et rapides, ce qui convient à un pianofortiste de jouer avec Tragiche » (La Dolce Volta).
toute l’interprétation. On dévoile à ce type d’instrument. une partition. Pourquoi ne pas Lire la chronique du CD page 70.

68 I PIANISTE n°104 I mai-juin 2017


ZINIO

[ Ballade. Impromptu n°3. compositeur Olivier Greif


Nocturnes n°6, n°7, n°9, (1950-2000), qui témoignent
n°11 et n°13. Thème d’une extraordinaire intelli-
et Variations gence de l’univers fauréen.
Michel Dalberto (piano) Jacques Bonnaure
Aparté AP150. 2017. 1 h 13’
I Le programme de ce récital PHILIP
présente le Fauré le plus
grandiose (Nocturnes n°6 et GLASS
n°13), mais aussi le plus aus- (né en 1936)
tère. Ceux qui croient encore
à un compositeur de salon
Belle Époque feront bien de
passer leur chemin ou, mieux,
d’écouter les Nocturnes n°7,
n°9 et n°11, pour découvrir
une écriture plus que réservée,
un style émacié, d’un lyrisme
introverti, parfois marqué par
d’âpres dissonances, à rebours
des suavités voluptueuses Études. Opening
que l’on associe quelquefois Vikingur Olafsson (piano),
à Gabriel Fauré. Siggi String Quartet
Il est vrai que Michel Dal- Deutsche Grammophon 479 6918.
berto ne fait rien pour sucrer 2016. 1 h 19’
les partitions. Avec intelli- I On a beau penser que sa
gence et sensibilité, il les musique est outrageusement
scrute, les décortique, en commerciale, souvent insi-
expose avec clarté les linéa- pide ou parfois indigente,
ments et la texture complexe, on n’arrive pas à détester
faisant résonner le caractère Philip Glass ; ni même sa
rugueux de certains passa- musique, d’ailleurs. D’une
ges. Pour autant, il ne refuse part, parce qu’il a inventé
pas tout ce que Fauré doit un idiome reconnaissable
au romantisme, employant et abordable, souvent copié
occasionnellement un très sans être vraiment égalé, no-
léger rubato qui donne de tamment au cinéma ; d’autre
la respiration, sans altérer part, parce qu’il a su puiser
la gravité du propos. à la source du minimalisme
Et son piano, un Bechstein et l’adapter à tous les genres
enregistré au Conservatoire qu’il a abordés ; aussi, parce
d’Art dramatique, n’est pas qu’il possède un sens inné
incolore. Il sait en effet dis- du théâtre, qui lui a valu de
tinguer les plans sonores par belles réussites sur les scènes
le travail des timbres, comme lyriques. Pour toutes ces rai-
au début de la première sons, Philip Glass est irrem-
variation de Thème et Varia- plaçable. Il est l’un des trop
tions, lorsque le pianiste rares créateurs d’aujourd’hui
oppose une lumineuse main à faire le pont entre la musi-
droite à de sombres et denses que savante, voire expéri-
couleurs à la main gauche. mentale, et une écriture « pop »
Ce récital pour fauréens aver- accessible à tous. Entre le clas-
tis est certes sévère de prime sique et les variétés, Philip
abord, mais son exigence Glass représente un peu le
même fait pénétrer l’auditeur cross-over à lui tout seul. Pas
au plus profond de l’art du étonnant que toutes les mai-
compositeur. Élément non sons de disques en manque
négligeable pour la compré- de tubes se tournent vers lui.
hension de la musique, C’est le cas, ici, de Deutsche
Michel Dalberto, qui signe Grammophon.
le texte de présentation, y Pour son tout premier dis-
insère plusieurs citations que, Vikingur Olafsson a
du journal de son ami, le puisé parmi les Études [
ZINIO

CHRONIQUES DISQUES, DVD


RÉALISÉ EN PARTENARIAT AVEC LE MAGAZINE

[ (1991-2012), un cahier suite, de pièces pour piano (pianoforte), Sigiswald Kuijken la légèreté du geste n’interdit
multi-enregistré, une dizaine à quatre mains par Kun-woo (violon), La Petite Bande jamais l’intensité de l’expres-
d’entre elles. L’Islandais en Paik et Hüseyin Sermet. La Challenge Classics SACD sion. La Sonate opus 50 n°3,
donne la version la plus ori- nouvelle intégrale est un peu CC72752. 2016. 1 h 14’ sous-titrée « Didone abban-
ginale et la plus maîtrisée à plus complète (!) que la pré- I Composés en 1782, un an donata » et conçue comme
ce jour. La stabilité rythmique cédente et l’on trouve quel- à peine après l’installation une scène d’opéra sans paro-
impressionne, le contrôle ques menus morceaux sup- de Mozart à Vienne, ces les, évolue du grave premier
de la sonorité et des échelles plémentaires : Improvisazione, trois concertos furent pro- mouvement en rythmes poin-
dynamiques aussi. Tout cela Canon dans le mode phrygien, posés par le compositeur dans tés vers le tumulte du dernier
avec un instrument bien Rêverie, Les Jeunes Lauriers, deux accompagnements, l’un avec une logique irrépressible.
réglé et une prise de son cli- deux brèves Études compo- pour orchestre, l’autre pour Fantaisie K.397. « Mon but n’est pas de prouver
nique, qui situent l’interpré- sées pour Magda Taglia- quatuor à cordes. L’origina- Sonate pour piano K.570 quoi que ce soit », confie Vanessa
tation de Vikingur Olafsson ferro en 1927, ainsi que la lité des présentes lectures + Clementi : Sonates Wagner. Son disque n’est pas
à l’opposé des tentatives du version pour piano de la repose sur le remplacement opus 23 n°2 et opus 50 n°3 une leçon : il rappelle seule-
compositeur (Sony) et de sa musique de scène de Manon, du violoncelle par une contre- Vanessa Wagner (piano ment que l’instrument reste
protégée, Maki Namekawa fille galante d’Henry Bataille basse, justifié selon Sigis- et pianoforte) un outil dont l’efficacité dé-
(OMM) : aucune recherche (1923), un sujet qui ne pou- wald Kuijken par le fait que La Dolce Volta LDV31. 2016. 56’ pend du talent du musicien.
climatique ici, nulle ambiance vait que séduire le disciple le phrasé du dernier suit I Vanessa Wagner fait se cô- P. V.
cinématographique, mais des de Massenet. généralement la ligne de toyer le pianoforte et le piano,
œuvres abstraites, que le musi- Il est difficile de départager basse et que cette substitution comme elle associe Mozart SERGE
cien rapproche de ces chefs- les deux sommes. Globale- permet de libérer l’espace (1756-1791) et Clementi
d’œuvre spéculatifs que sont ment, Deljavan semble mieux sonore pour magnifier la par- (1752-1832). Proches et dif- RACHMANINOV
les Études de Ligeti. C’est réussir les pages de caractère tie piano de la main gauche. férents. « C’est un compa- (1873-1943)
dire ! néoclassique, telle la Sona- Ce choix audacieux se révèle gnonnage », explique-t-elle,
Bertrand Dermoncourt tine, grâce à un style plus à l’écoute très convaincant, ajoutant que la pratique de
délié que celui de Cristina l’ensemble se parant d’une l’instrument ancien a affiné
REYNALDO Ariagno. Il est en outre dimension sonore élargie, le toucher de son cousin mo-
mieux servi par la prise de solide et chaleureuse, malgré derne : « Plus de subtilité, de
HAHN son – celle d’Ariagno paraît quelques raideurs induites clarté et de délié dans le phrasé. »
(1874-1947) compacte en comparaison. par la sonorité des instru- Il n’est pas, bien sûr, question
En revanche, pour les pages ments d’époque. Les Alle- de se livrer à une fastidieuse
les plus personnelles comme gros se déploient sans pathos, liste des qualités et des défauts
les 52 morceaux du Rossignol ni virtuosité excessive, gar- des deux instruments, et il vaut
éperdu où l’expression roman- dant ainsi le caractère de mieux se réjouir d’une telle Preghiera, arrangement
tique se pare de couleurs dis- divertissement qui sied. ouverture d’esprit. du Concerto pour piano n°2.
crètement « impression- Les musiciens parviennent Aux commandes d’un Brod- Trios élégiaques
nistes », les deux interprètes en permanence à préserver mann de 1814 du musée de n°1 et n°2 opus 9
savent tirer du piano d’infi- un équilibre souverain entre la Musique superbement Daniil Trifonov (piano),
nies nuances et, pour repren- les cordes et le pianoforte enregistré, la pianiste pro- Gidon Kremer (violon)
dre un titre de Messiaen, « les – une copie d’un Andreas pose une lecture d’une spon- et Giedré Dirbanauskaité
Intégrale de la musique sons impalpables du rêve ». Stein de 1785 – dont les tanéité enthousiasmante (violoncelle)
pour piano J. B. sonorités cristallines et colo- dans la Fantaisie de Mozart. Deutsche Grammophon 4796979.
Alessandro Deljavan (piano) rées exercent un pouvoir La première section, en trio- 2015. 1 h 07’
Ævea 4 CD Æ15001-07. WOLFGANG AMADEUS de séduction évident. Sou- lets arpégés, semble impro- I L’idée d’ouvrir ce récital par
2013-2015. 5 h 18’ tenus par la contrebasse, visée, soumise au bon vouloir l’arrangement du deuxième
I L’avantage de ces répertoi- MOZART les mouvements lents gagnent de l’inspiration et donc gui- mouvement du Concerto n°2
res méconnus, c’est que très (1756-1791) en densité sonore, se nim- dée par un léger rubato. Elle réalisé par Fritz Kreisler est
souvent ceux qui s’y risquent bent d’une dimension mé- contraste alors avec la partie excellente. Le dialogue ori-
ne le font pas sans de sérieuses lancolique et introspective, suivante, balisée de blanches ginel entre le piano, la flûte
motivations. La réussite est comme l’illustre le profond régulières et portée par un et la clarinette crée une im-
donc au rendez-vous. L’œu- Larghetto du Concerto en fa élan continu. Assise face à pression d’immobilité d’une
vre pianistique de Reynaldo majeur. Ces interprétations son Yamaha CFX, l’artiste étrange beauté, que le violon
Hahn est désormais bien ser- s’inscrivent entre les lectu- conserve une lisibilité des et le violoncelle transfigurent
vie. Voici la deuxième inté- res intimistes et raffinées lignes identique et la même avec une magnifique élégance
grale, quatre ans après celle pour quatuor à cordes « tra- souplesse du toucher. Ses et sans surcharge émotion-
de Cristina Ariagno, aux- ditionnel » de Sylviane doigts rebondissent réguliè- nelle. Les trois artistes ont
quelles s’ajoutent les trois Deferne et du Quatuor Ernest rement sur les trois temps largement éprouvé ce pro-
autres de l’énorme cycle Le Concertos pour piano (Doron) et celles pour orches- du premier mouvement de gramme en tournée et le Trio
Rossignol éperdu par Billy n°11 K.413*, n°12 K.414** tre, plus denses et colorées, la Sonate K.570 et esquissent n°2, pièce maîtresse du dis-
Eidi, Bernard Paul-Régnier et n°13 K.415** de Bezuidenhout avec le un sourire mutin dans le finale. que, est tout aussi admirable-
et Earl Wild, une anthologie (version pour quatuor Freiburger Barockorchester Les deux pièces de Clementi ment tenu. Habituellement,
de Laure Favre-Kahn et un à cordes) (Harmonia Mundi). profitent du même traite- c’est la voix du piano qui
volume, qui n’eut jamais de Marie* et Veronica** Kuijken Jean-Noël Coucoureux ment musical et digital où domine dans cet hommage [

70 I PIANISTE n°104 I mai-juin 2017


JOUEZ&GAGNEZ
D’UNE

2017,

de 200 pages.

de Bach à Schumann en passant par Schubert


et Chopin, le fameux cycle complet des sonates
de Beethoven ainsi que le tout premier
enregistrement du Concerto pour piano n°3 de
Prokofiev réalisé à Tokyo en 1974 avec le NHK
Symphony Orchestra dirigé par Maxim

de concertos dirigés par Karl Böhm et Claudio


Abbado, entre autres, et l’acclamé documentaire

Une collection inédite qui témoigne du


perfectionnisme et de l’inspiration intarissable
de Maurizio Pollini, dont l’histoire est intimement
liée à celle de Deutsche Grammophon et de la POUR PARTICIPER :
musique classique en général. www.pianiste.fr

Jeu-concours du 05/05/2017 au 06/07/2017 inclus – Concours par tirage au sort.


*Un coffret par gagnant.
ZINIO

CHRONIQUES DISQUES, DVD


RÉALISÉ EN PARTENARIAT AVEC LE MAGAZINE

[ de Rachmaninov à Tchaï-
ENTRETIEN AVEC… DENIS PASCAL kovski dont il venait d’appren-
dre la mort tragique. Ici, l’équi-
libre entre les trois solistes est
ARRÊTER LE TEMPS plus avéré que dans bien des
versions. Qui plus est, la beauté
de la prise de son sert parfai-
DANS UN ALBUM CONSACRÉ À SCHUBERT QUI PARAÎT CHEZ tement le caractère improvisé
de certains passages, comme
LA MUSICA, LE PIANISTE EXPLORE EN ARTISTE ET PHILOSOPHE les huit variations qui com-
DE LA MUSIQUE UN COMPOSITEUR QUI, SELON SON EXPRESSION, posent le mouvement central.
L’interprétation évacue à la
« NOUS EXTRAIT DU MONDE ». fois l’austérité des thèmes et,
à l’opposé, une certaine com-
plaisance expressive. Les trois

A
près Liszt et Chopin, sonates, la musique est distendue, temporelle du jeu, et de la laisser vivre, personnalités s’appuient al-
vous venez d’enregistrer le temps est scandé, étiré au point tout en veillant à la mesure du temps, ternativement sur des mélo-
Schubert. À votre avis, qu’elle avance comme un flot continu, dans l’effacement de soi. dies populaires et les chants
quel est son rapport infini. Ce ne sont pas seulement Où résident les difficultés techniques religieux qui fondent la mé-
à la musique romantique ? leurs « divines longueurs », les lenteurs, de cette œuvre ? lodie et l’harmonie de l’œu-
Le caractère introspectif de ses œuvres. qui font perdre pied, l’épreuve du Certainement pas dans la vélocité vre. La tension ne cesse de
Schubert parle de lui. Sa musique temps est aussi dans le rythme. Prenons ou la virtuosité. La principale difficulté, croître, la partition quittant
sonne « romantique », tel ce thème en l’exemple de l’Andante de la D.960: et pas des moindres, est de transcender progressivement l’esprit cham-
do dièse mineur dans la Sonate D.960. l’ostinato rythmique ressemble à un le piano, de le faire oublier. Elle est briste pour des contrastes et
Mais, dans sa dévotion à celle-ci, battement de cœur. Il faut le faire sien. précisément dans le chant, pas le chant un dynamisme aux allures
le compositeur est inclassable: La D.784 est beethovénienne par lyrique mais la chanson, celle que symphoniques. Daniil Tri-
toute sa vie est centrée sur l’écriture. certains aspects. Dans la D.960, il y a l’on fredonne pour soi. La musique fonov, notamment, restitue
Il s’exprime librement, suivant ces arrêts, ces interruptions de phrases, de Schubert est en résonance avec superbement le motif du
son inspiration, ne s’encombrant pas qui créent des silences d’une densité l’empathie de la voix, de la parole. requiem orthodoxe.
de barrières formelles, hors de toute particulière. Ce ne sont pas des silences Pour cette raison, elle exige que Alors qu’il était encore étu-
contrainte (en cela il serait plutôt structurels comme chez Beethoven ; l’on affine le jeu à un très haut niveau, diant au Conservatoire de
anarchiste !). Quant au classicisme Schubert, lui, immobilise le temps. quel que soit le piano, ancien Moscou, Rachmaninov com-
de Mozart, aucune comparaison Parlons justement de la dernière ou moderne. Je suis opposé à toute posa un Premier Trio en sol
possible. Si Mozart nous électrise, sonate, D.960: quand peut-on dichotomie entre l’un et l’autre. mineur. Sans numéro d’opus,
Schubert, lui, nous plonge dans un état « s’autoriser » à la jouer ? La musique appartient à tout le monde ; cette pièce fut oubliée durant
intérieur très particulier, un peu Il n’y a pas de règle. Cependant, il faut c’est ce que Thomas Mann nous dit plus d’un demi-siècle, alors
comme Wagner avec Tristan et Isolde. beaucoup de temps avant de faire quand un de ses personnages en haut que sa création, le 30 janvier
C’est-à-dire ? parler cette musique. Elle exige de d’une montagne fredonne un faux lied 1891, avait été un succès.
Un état hypnotique. Schubert nous l’interprète de faire le vide, de lâcher de Schubert en faux allemand ! Redécouverte, elle fut publiée
extrait du monde. Dans ces deux prise, pour entrer dans l’expérience Quels conseils donnez-vous en 1947, quatre ans après
en tant que pédagogue ? la mort du compositeur. Elle
Surtout pas de travail linéaire, se compose d’un seul mou-
obsessionnel. Il faut avoir joué avant vement, d’une fraîcheur et
les Impromptus de l’Opus 90. On doit d’une inventivité inouïe, que
beaucoup déchiffrer, en particulier les musiciens traduisent avec
les lieder. Considérer le rapport beaucoup de nostalgie. Un
au corps: trouver sa vibration intérieure, disque superbe.
sa respiration. S. F.
Quelle est la suite de vos projets ?
Enregistrer les dernières sonates, FRANZ
les Impromptus, les Klavierstücke,
la Wanderer Fantasie. Continuer SCHUBERT
à sonder les tréfonds de cette musique (1797-1828)
tournée vers la lumière, celle
de la réconciliation: Schubert,
c’est l’émotion de demain.
Propos recueillis par Jany Campello

Schubert : Sonates D.960 et D.784


PHILIPPE MATSAS

(La Musica).
Lire la chronique du CD dans le prochain
numéro de Pianiste.

72 I PIANISTE n°104 I mai-juin 2017


ZINIO

Sonate pour piano n°21 pianoforte contiennent la mozartien (n°2) et la force Schubert, bénéficiant de la n’amoindrit pas une grande
D.960. Drei Klavierstücke dynamique avec une belle élé- primitive de Beethoven (n°3). magnifique acoustique de la noblesse de ton, le peu de
D.946 gance. L’épaisseur des silences Un très beau récital. S. F. Chaux-de-Fonds en Suisse. perte de substance (n°4 D.899,
Ismaël Margain (piano) est judicieuse. Cette version, Ce programme représente un n°1 D.935). On pourra re-
Records LBM 006. 2016. 1 h 06’ éminemment structurée, man- vrai défi, car il s’agit d’entrer, gretter un peu de distance,
I Le 6 mars dernier, au Théâ- que pourtant d’un soupçon à chaque pièce et dès les pre- certainement, dans le troi-
tre de l’Athénée de Paris, d’imprévisibilité. Ismaël Mar- mières mesures, dans un uni- sième ImpromptuD.899, com-
le jeune pianiste se produisait gain n’est pas encore prêt vers bien identifié. Aman- pensée par l’habileté dans le
dans ce même programme pour le « lâcher prise ». En dine Savary projette le son du mi bémol majeur (D.899) qui
qui avait été également capté témoignent Sokolov, Bren- piano avec naturel, sa maîtrise respire si naturellement (à
en public moins d’un an aupa- del, Serkin, Pollini, Fleisher de l’art du chant et de l’ac- force de travail, devrait-on
ravant à Deauville. Il fait et Richter dans l’Andante sos- compagnement – la musique ajouter). La seconde série
l’objet du présent disque. tenuto de la pièce. Les deux de chambre, assurément –, (D.935) se situe peut-être au
D’un récital à l’autre, les im- derniers mouvements sont étant une aide précieuse. même niveau, jouant d’une
pressions demeurent, mais au impeccables d’énergie, pressés Impromptus D.899 et D.935 À la première écoute, on pen- patine plus unifiée avec d’iné-
bénéfice de l’enregistrement. et vifs. On les aurait aimés Amandine Savary (piano) cherait plutôt pour un jeu vitables pesanteurs (variations
La très grande maîtrise du plus rudes encore, moqueurs, Muso MU-015. 2016. 1 h 03’ masculin – allez savoir pour- du troisième D.935). Cela
flux narratif est assurée dans achevant ainsi la partition I La pianiste française a dé- quoi – et on apprécie une per- étant, le sentiment de probité,
cette Sonate traitée comme dans une forme de tourbillon buté une brillante carrière en sonnalité affirmée, qui ne de justesse, ce côté germa-
un immense lied, une ultime de plus en plus amer, cachant Grande-Bretagne. Membre minaude jamais à proximité nique de Schubert (Kempff
« promenade » aux teintes difficilement un sentiment du Trio Dali aux côtés de Jack des chausse-trappes de cette et Zacharias) s’imposent dans
encore mozartiennes. La prise irrépressible de peur. Liebeck et de Christian- musique si propice à la digres- ces interprétations qui ne
de risques est plus patente Plus réussis, les Drei Klaviers- Pierre La Marca, elle a enre- sion malheureuse. L’inter- cherchent pas une séduction
dans cette gravure que lors du tücke déploient une tension gistré plusieurs albums dont, prète joue avec une belle hau- à vil prix. Amandine Savary
concert parisien. Le style vien- haletante, une cruauté obs- en solo, un récital Bach (Toc- teur de vue (pratique-t-elle a eu raison d’avoir privilégié
nois de l’œuvre, le jeu perlé tinée et même des visions cata) de belle facture. Pour son le pianoforte ?), mais avec les la dure vérité d’un Schubert
d’un toucher évoquant – peut- fantastiques associant l’impro- nouveau disque, elle a réuni moyens du Steinway moderne. au désespoir au beau parfois
être inconsciemment – le bable : le classicisme encore l’intégrale des Impromptus de La puissance de l’instrument bien factice. S. F. [
ZINIO

CHRONIQUES DISQUES, DVD


RÉALISÉ EN PARTENARIAT AVEC LE MAGAZINE

[ pièces ? Cette version, très style néoclassique assez pro- Eroïca, sur un thème d’interprètes possèdent une
ROBERT personnelle, ne saurait faire che de celui de Chostako- original, sur les ruines perfection sonore et des cou-
SCHUMANN oublier Argerich, Richter et vitch, est restituée avec une d’Athènes. Sélection de leurs autrement plus sédui-
(1810-1856) Pollini dans la Fantaisie, ni verve magnifique, sans au- Bagatelles. Concertos pour santes. Richter, lui, ne joue
Argerich ou Horowitz dans cune sécheresse. La fugue piano n°1 et n°3. Rondo pas comme un pianiste : la
Kreisleriana. Aurélie Moreau conclusive est une véritable pour piano et orchestre. beauté du son l’indiffère. Il
« bataille sonore » propre- Sonates pour violoncelle éblouit dans une Bagatelle, au
ment réjouissante. En toute et piano n°1 à n°5 détour d’un mouvement de
RÉCITALS logique, la Première Sonate de Sviatoslav Richter (piano) sonate, par un rubato, un si-
Chostakovitch explose avec Mstislav Rostropovitch lence, l’explosion d’une éner-
YURY une vigueur et une clarté de (violoncelle), Orchestres gie jaillissant parfois de détails.
la construction qui suscitent symphoniques de la RTV d’URSS, S. F.
FAVORIN l’admiration. Il y a, en effet, d’État d’URSS, Orchestre
tout ce que l’on espère : la philharmonique de Moscou,
Fantaisie. Kreisleriana mobilité, la frénésie, le sens dir. Kurt Sanderling, Hermann
« 4 CITIES »
Jean-Philippe Collard (piano) du grotesque, mais aussi la Abendroth, Kirill Kondrachine
La Dolce Volta LDV 30. 2017. 1h07’ qualité des effets acoustiques, Profil Hänssler 12 CD PH16030.
I Un cri d’amour, de souf- tout ce qui pressent déjà l’écri- 1947 à 1963. 14 h 25’
france et de désespoir, c’est ture révolutionnaire de l’opéra I Cette réédition d’archives
ainsi que l’on aime à entendre Le Nez, achevé en 1928. présente des sources très di-
la grande Fantaisie de Robert Les sept pièces pour piano verses, incluant des bandes
Schumann. Le premier mou- d’On the Other Side de Vla- jamais diffusées, comme les
vement, « à jouer d’un bout à dimir Rebikov stupéfient par Sonates n°8, n°9, n°10 et n°12
l’autre d’une manière fantastique Prokofiev : 4 Études op. 2. leur modernité. Nous som- captées, en 1947, à Moscou.
et passionnée », comme l’indi- Popov : Grande Suite mes dans le primitivisme, non On retrouve aussi le fameux
que Schumann, est exposé pour le piano op. 6. loin de Stravinsky, et parfois concert de Leipzig du 28 no- Fazil Say : 4 Cities.
sans détour par Jean-Philippe Chostakovitch : Sonate même d’un « préminima- vembre 1963 (CD Parnassus) Debussy : Sonate
Collard. Il se montre riche n°1 op. 12. Rebikov : lisme » teinté d’harmonies et les gravures soviétiques des pour violoncelle et piano.
sur le plan sonore et bien On the Other Side, 7 pièces entre Debussy et Scriabine ! concertos. Les sonates pour Janácek : Pohadka. Presto.
mené. Cependant, l’effort pour piano op. 47. Feinberg: Favorin joue avec expressivité violoncelle et piano regrou- Chostakovitch : Sonate
pour maintenir une tension Sonate pour piano n°6 op. 13 ces courts morceaux pleins pent les témoignages de Mos- pour violoncelle et piano
dramatique au sein du foi- Yuri Favorin (piano) de poésie. Dans un tel pro- cou (1950) et de Vienne Fazil Say (piano),
sonnement d’idées ne semble Melodiya MEL CD 1002459. 2016. gramme, la Sixième Sonate de (1962-1963). L’éditeur a Nicolas Altstaedt (violoncelle)
pas assez soutenu. Dans le 1 h 07’ Samuel Feinberg passerait ajouté les bandes studio Phi- Warner Classics 0190295867249.
deuxième mouvement, les I Dès la première Étude de presque pour un choix banal ! lips captées, à Paris, en 1963. 2015. 1 h 12’
rythmes sont affûtés et l’on Prokofiev, nous sommes éba- Une fois encore, le soliste En tout, 18 des 32 sonates, I Ce programme s’ouvre sur
sent une véritable joie de his par la richesse du jeu du domine la construction de la mais avec des doublons (n°9, une première mondiale du
jouer. Néanmoins, celui-ci pianiste qui offre, de surcroît, partition avec un son d’une n°10, n°11, n°17 et n°22). Les compositeur Fazil Say: 4Cities,
manque de contrastes: les dif- un programme passionnant. superbe densité musicale. Il bandes n’ont visiblement pas quatre villes d’Orient, sont res-
férents épisodes sont traités On interprète souvent le pre- s’approprie l’univers du com- été remastérisées, mais un peu tituées dans leurs ambiances,
sensiblement de la même mier Prokofiev de manière positeur russe, sans en faire nettoyées. Est-ce suffisant ? bruitistes parfois. L’inventivité
façon et la coda paraît aussi cassante, métallique, sous pré- du « proto » Scriabine ou Pro- La somme est tellement im- de l’écriture séduit autant que
bien sage. Dans le sublime texte de « modernisme ». Ici, kofiev. Admirable. S. F. portante que ce coffret mérite la performance physique des
finale et sa longue cantilène, la puissance tellurique du toutefois d’être acquis, car deux interprètes. La liberté
le pianiste déploie une superbe piano s’enrobe aussi de teintes il rassemble des témoignages de ton domine dans les uni-
palette de couleurs qui met subtiles, d’une pâte sonore « SVIATOSLAV jamais réunis ainsi. vers des trois autres compo-
en valeur la beauté des har- très personnelle. Ce toucher RICHTER PLAYS Peu de pianistes, c’est le moins siteurs. Un Debussy lumi-
monies schumaniennes. d’une énergie impressionnante qu’on puisse dire, ont marqué neux, puissant, charpenté,
Dans Kreisleriana, il impres- est d’abord au service de la BEETHOVEN » à ce point le répertoire beetho- comme on l’entend peu. Jus-
sionne par sa concentration couleur. Rappelons que Yury vénien. L’engagement de qu’aux silences qui ont, ici,
et sa façon d’économiser Favorin a étudié auprès de Richter oscille entre la tru- une importance considérable.
l’énergie digitale et le mouve- Mikhail Voskresensky puis de culence (variations) et la bru- La reconstitution des atmo-
ment. Ses mains ne se dépen- Jacques Rouvier. En 2010, il talité assumée. Il crée un véri- sphères des deux pièces de
sent qu’à bon escient. Peu de a remporté le 4e Prix du Reine table théâtre musical, offrant Janácek est tout aussi convain-
tumulte, pas d’agitation inu- Elisabeth. Depuis, il est invité dans les sonates ultimes une cante. C’est avant tout l’ex-
tile dans ce jeu très rationnel. par les plus grands festivals en sorte de voyage aux sources pression qui prévaut. Elle
Ausserst bewegt impose le ton. France. Son répertoire réserve de la pensée du compositeur. s’enrichit des folklores recréés,
Sehr innig évite de larmoyer une large place à la musique Son jeu devient « subversif », mais aussi d’un romantisme
et Sehr langsam est traité avec contemporaine et à l’improvi- à l’égal de l’écriture de Beet- encore à fleur de peau. Les
une sorte de nonchalance. sation pour laquelle il a créé Sonates pour piano nos 3, 7, hoven. La mise en danger est couleurs sont violemment
Le jeu du soliste est pur et un ensemble, Error 404. 8, 9, 10, 11, 12, 17, 18, 19, permanente parce que Rich- contrastées et conduisent à
élégant, mais traduit-il la Après Prokofiev, la Grande 20, 22, 23, 27, 28, 30, 31 ter cherche la tension vitale une narration – Pohadka est
douleur de ce cycle de huit Suite de Gavriil Popov, d’un et 32. Variations Diabelli, de la musique. Beaucoup un conte – d’autant plus [

74 I PIANISTE n°104 I mai-juin 2017


‘‘Tous les instruments essaient d’imiter la voix humaine.
Ce piano y arrive, à un très, très haut niveau.’’

Sir András Schiff

VC
the new
280VC Vienna
Concert
ZINIO

CHRONIQUES DISQUES, DVD


RÉALISÉ EN PARTENARIAT AVEC LE MAGAZINE

[ personnelle qu’il existe déjà Amadé, dir. Leon Fleisher KM/GGMT. 52’ géant canadien. La présence rative qui émaillait chacune
nombre de grandes versions Accentus Music ACC20407. I Après 53rd Street et High de thèmes extraits de la musi- des prestations d’Erroll Gar-
de l’œuvre. Pièce à part, le 2014, 2015. 1 h 28’ Line qui avaient déjà consacré que de Bach (Concerto bran- ner, maître malicieux et plus
Presto fut à l’origine destiné à Spécialiste des répertoires de à la fois le pédagogue et le debourgeois n°3), Frank (Pré- savant qu’il ne voulait bien
Pohadka. Altstaedt et Say Mozart et Beethoven (elle fut pianiste, le compositeur et lude opus 18) et Beethoven le faire croire. La réussite de
jouent cette page assez rare aussi élève de Fleisher), Mar- l’improvisateur, Robert Kad- (sublime 2e mouvement de l’entreprise, c’est qu’elle n’est
avec un sens aigu du swing ! garita Höhenrieder offre deux douch renouvelle l’esthétique la Septième Symphonie dont pas imitation servile, mais
Un peu moins probante est interprétations particulière- de la rencontre musicale. l’enchaînement harmonique vive mise en œuvre de l’esprit
la Sonate de Chostakovitch. ment inspirées des concertos Après celle avec Gary Pea- n’avait curieusement pas été que diffusait le clavier de cet
Les couleurs sont ouverte- de Beethoven. Le Deuxième, cock, cet album offre en réa- encore exploité par le jazz) elfe légendaire. J.-P. J.
ment romantiques, à peine en si bémol majeur, porte en- lité une double rencontre. indique assez l’attrait qu’il
teintées de quelques acidités. core l’influence mozartienne, D’abord, avec les composi- éprouve pour le grand réper-
TIGRAN
Dans la danse effrénée de que les musiciens traduisent tions de Gérard Trémège, toire classique. La participa-
l’Allegro, le piano domine sans avec autant d’élégance que maire de Tarbes, qui sont tion du Quatuor du Maine HAMASYAN
conteste, remplissant l’espace d’humour. La sonorité du magnifiées par un traitement en atteste brillamment. S’y
sonore de notes percutées, piano est ronde et chaleureuse. inspiré de celui que Béla Bar- incorporent en outre des com-
refusant tout silence. L’Allegro Leon Fleisher anime avec tók opérait sur les mélodies positions personnelles, une
est superbe. Il annonce déjà, beaucoup d’intelligence un populaires roumaines où de Michel Petrucciani et
avec quelques décennies orchestre aux pupitres allégés, « traiter une mélodie qui émane « Qu’est-ce qu’on attend pour
d’avance, le langage épuré des un peu trop docile toutefois. du cœur, c’est comme sertir un être heureux ? » de Ray Ven-
pages ultimes du composi- Les dialogues sont serrés, joyau ». C’est dire combien tura, soigneusement arrangée
teur. Le finale est un Allegro sans une perte de concen- ici l’improvisation ne délaisse et superbement interprétée.
sarcastique, caractéristique tration ou de tension. pas les mélodies, mais vaga- Cette passerelle a toujours
du tempérament tragique et Le Concerto en ut mineur est bonde sur un Fazioli F278, existé entre le jazz et la musi-
burlesque de son auteur. Le plus creusé avec l’Orchestre sans rien oublier de leurs fra- que classique ; elle trouve ici « An Ancient Observer »
violoncelle semble ici accom- de chambre du Wurtemberg grances. Rencontre ensuite une nouvelle et passionnante Nonesuch PRO 559256 (Warner).
pagner le piano, le premier de Heilbronn, que l’on sent avec la contrebasse de Michel illustration. 45’
étant peut-être trop dans la posséder davantage de métier. Benita dont la concentra- J.-P. J. I Neuvième album sous son
cantilène, alors que les pas Une fois encore, on est pris tion, l’attention aux moindres nom, An Ancient Observer
lourds et violents du second par la clarté du jeu de la pia- détours font merveille avec est sans doute le plus per-
PIERRE
devraient être progressive- niste qui va au cœur de la par- une constante justesse d’énon- sonnel de Tigran Hamasyan.
ment dominés par la voix de tition. Le chef dirige un en- ciation et une pertinence sans CHRISTOPHE L’Arménie, ses mélodies
l’instrument à cordes. Une semble plus valeureux dans défaut. Univers délicat et sen- populaires, ses paysages et
lecture qui surprend, à défaut les vents que dans les cordes. sible donc, loin des fureurs l’esprit de cette terre imprè-
de nous combler totalement. Fleisher et Höhenrieder pos- du monde, dont pas un mo- gnent à l’évidence son appro-
S. F sèdent une conception com- ment ne peut être indifférent che et les contrées sonores
plémentaire de l’œuvre. Ils à qui ne confond pas le ravis- qu’il fait naître. Seul avec
assurent une mise en place sement installé hors du temps son clavier, et non face à lui,
DVD étourdissante, une évidence avec l’intérêt du jour présent il fait chanter les touches,
de ton d’un classicisme à toute et ses foucades. distille avec une maîtrise et
LUDWIG VAN épreuve. Une très belle leçon Jean-Pierre Jackson un remarquable sens des
de musique. nuances et des dynamiques
BEETHOVEN S. F.
PHILIPPE « Live ! » une sorte de nostalgie, une
(1770-1827) Camille Productions 022017. 58’ manière de terre poétique
DUCHEMIN I Tout le monde connaît (ou imaginaire. Pour autant, il
JAZZ devrait connaître) Concert n’est nul besoin d’être armé-
by the Sea, Misty ou Mambo nien ou même de savoir
Moves Garner, trois disques qu’un pays réel est évoqué
ROBERT d’Erroll Garner dont la popu- pour chavirer et rendre les
KADDOUCH ET larité et l’excellence ne sont armes. Car la lassitude ne
pas démenties par les années. pointe pas un instant le bout
MICHEL BENITA Enregistré en public à Vaux- de son nez, malgré la redou-
sur-Mer, cet album rend table épreuve qu’est le piano
hommage à ce maître es solo où d’autres parfois nous
swing et pianiste inclassable ennuient, tant le désir qu’il
« Passerelle » à travers huit thèmes de sa provoque est souvent plutôt
Black & Blue 815.2. 51’ composition et trois standards de chanter et même, c’est un
Concertos pour piano I Réputé pour être l’un de dont il a donné des versions accomplissement, de danser
n°2 et n°3 ceux qui en France ont assi- souvent renversantes. En avec lui. Au fond, d’où l’on
Margarita Höhenrieder (piano), milé le style et la technique compagnie d’une rythmique vient est moins important
Orchestre de chambre d’Oscar Peterson, Philippe à toute épreuve et suffisam- en musique que ce que les
du Wurtemberg de Heilbronn, Duchemin ne limite pas son ment féline, Pierre Chris- doigts peuvent faire naître
Philharmonie de chambre « Une rencontre » univers musical à celui du tophe fait revivre la joie robo- pour tous. J.-P. J.

76 I PIANISTE n°104 I mai-juin 2017


ZINIO

Stages de piano jazz avec Antoine Hervé


• 3 au 7 et 10 au 14 juillet - Aix-En-Provence - Luynes (13)
• 17 au 21 juillet à Lunéville (près de Nancy)
• Méthode de travail
• Vocabulaire impro
• Forme des chorus
• Technique
• Rythme
• Tempo
• Indépendance
• Accompagnement
• Arrangements
• Harmonisations

www.antoineherve.com

SAISON 2016/2017
LES RÉCITALS DE PIANO

• 22 MAI 20h00 JÉRÔME GRANJON . BEETHOVEN


• 29 MAI 20h00 FANNY AZZURO . RAVEL . DEBUSSY . ALBENIZ

94 Bvd. AUGUSTE BLANQUI 75013 PARIS RETROUVEZ TOUS LES CONCERTS SUR
+33 (0)1 43 37 36 35 SALLECOLONNE.FR
ZINIO

PETITES ANNONCES

PIANO : À vendre piano Schimmel PIANO : Vends piano Seiler 116 COURS/STAGES : Prof de conservatoire
n°125000 Modèle Vendôme 1m74 Kitzingen Germany tradition organise stage été piano adulte
- Vernis noir - accordé 3 fois par an noir brillant en RDC - Prix : 4 700 Euros comprenant pension, cours, détente et
- Expertisé le 15/09/2016 - Prix : - Vincennes, 94300 concert La Roque d'Anthéron et Chorégies
10 000 Euros - Tél. 01 45 80 56 52 - Tél. 06 78 13 04 31 d'Orange - Rens. 06 76 67 00 29

STAGES-COURS
de piano pour POUR PASSER
adultes tous niveaux
Région lyonnaise UN MODULE SUR

Contactez :
Hind Benbirahim
par téléphone au 01 75 55 42 77
ou par e-mail :
hbenbirahim@alticemediapub.fr
Prochain Pianiste :
Natalia Sibileva daté juillet/août 2017
diplomée et premier prix
du Conservatoire Supérieur
de Saint Petersbourg
➜ Parution le 23 juin
Cours individuels ➜ Réservation avant le 17 mai
Pension complète
Toute l’année ➜ Remise technique avant
Tél.: 06 08 61 62 96
www.sibileva-piano.com Courriel:guz.verlegh@gmail.com
le 29 mai

Les tarifs
3 lignes..................................................................................40 € TTC Forfait 2 parutions :...............................................................70 € TTC
Ligne supplémentaire :..........................................................10 € TTC Lignage : une ligne correspond à 42 signes et espaces.

VOUS SOUHAITEZ PASSER UNE ANNONCE


MERCI DE NOUS RETOURNER CE COUPON AINSI QUE VOTRE RÈGLEMENT À L’ADRESSE SUIVANTE :
PIANISTE-PA, 23-29, rue de Châteaudun, 75308 Paris Cedex 09, ou par courriel : pa@pianiste.fr (en précisant votre région).

Votre annonce I PIANOS I CLAVECINS I ORGUES I COURS I HI-FI I DISQUES I CONTACTS I PARTITIONS I DIVERS

NOM : .................................................................................................................. PRÉNOM : .................................................................................................


ADRESSE : ........................................................................................................... CODE POSTAL : .......................................................................................
VILLE : ................................................................TÉL. : ....................................... E-MAIL : .....................................................................................................
MOIS DE PARUTION SOUHAITÉ(S) : ................................................................. CI-JOINT UN CHÈQUE DE : .....................................................................
Les annonces à la ligne doivent être accompagnées du règlement correspondant libellé à l’ordre de Groupe Altice Media.
Retrouvez les DVD et les anciens numéros de PIANISTE
7€
le DVD
La leçon de piano en DVD
Ce DVD vous explique et vous montre en 45 minutes de leçon
privée comment travailler toutes les partitions du magazine.
Toutes les clés, en images, pour surmonter les difficultés
techniques, et progresser pas à pas dans votre apprentissage
du piano (position des mains et doigtés, travail sur la pédale,
nuances de jeu et détails d’interprétation).
DVD N°78 DVD N°79 DVD N°80 DVD N°81 DVD N°82 DVD N°83
(Pianiste n°78) (Pianiste n°79) (Pianiste n°80) (Pianiste n°81) (Pianiste n°82) (Pianiste n°83)
Réf.: DPIO78Z1 Réf.: DPIO79Z1 Réf.: DPIO80Z1 Réf.: DPIO81Z1 Réf.: DPIO82Z1 Réf.: DPIO83Z1

DVD N°84 DVD N°85 DVD N°86 DVD N°87 DVD N°88 DVD N°89 DVD N°90 DVD N°91 DVD N°92 DVD N°93
(Pianiste n°84) (Pianiste n°85) (Pianiste n°86) (Pianiste n°87) (Pianiste n°88 (Pianiste n°89) (Pianiste n°90) (Pianiste n°91) (Pianiste n°92) (Pianiste n°93)
Réf.: DPIO84Z1 Réf.: DPIO85Z1 Réf.: DPIO86Z1 Réf.: DPIO87Z1 Réf.: DPIO88Z1 Réf.: DPIO89Z1 Réf.: DPIO87Z1 Réf.: DPIO87Z1 Réf.: DPIO92Z1 Réf.: DPIO93Z1

DVD N°94 DVD N°95 DVD N°96 DVD N°97 DVD N°98 DVD N°99 DVD N°100 DVD N°101 DVD N°102 DVD N°103
(Pianiste n°94) (Pianiste n°95) (Pianiste n°96) (Pianiste n°97) (Pianiste n°98 (Pianiste n°99) (Pianiste n°100) (Pianiste n°101) (Pianiste n°102) (Pianiste n°103)
Réf.:DPIO94Z1 Réf.:DPIO95Z1 Réf.: DPIO96Z1 Réf.: DPIO97Z1 Réf.: DPIO98Z1 Réf.: DPIO99Z1 Réf.: DPIO100Z1 Réf.: DPIO101Z1 Réf.: DPIO102Z1 Réf.: DPIO103Z1

POUR COMMANDER
Renvoyez votre bon de commande avec votre règlement au 01 55 56 71 45
à : L’Express Boutique - 4 rue de Mouchy 60438 Noailles cedex (Paiement par CB uniquement) www.pianiste.fr/boutique

à renvoyer sous enveloppe affranchie à l’adresse suivante :


BON DE COMMANDE L’Express Boutique - 4 rue des Mouchy -60438 Noailles Cedex SHL/PCIPI104
LIBELLÉ RÉFÉRENCE PRIX UNITAIRE QUANTITÉ PRIX TOTAL

Exemple : DVD N°92 (Pianiste n° n°92) réf. : DPI092Z1 7,00 €


7,00 €
7,00 €
7,00 €

Exemple : Pianiste n°92 réf. : PI092Z1 8,90 €


8,90 €
8,90 €
8,90 €
8,90 €
Total de ma commande
Participation aux frais d’envoi 3,50 €
TOTAL À RÉGLER

Nom ............................................................................................................................................ Je joins mon règlement par :


Prénom ....................................................................................................................................... ❒ Chèque bancaire ou postal à l’ordre de Groupe L’Express
Adresse complète ......................................................................................................................
❒ Carte bancaire
.....................................................................................................................................................
N° qqqf qqqf qqqf qqqf
Code postal qqqqf Ville.........................................................................................
AG21354

Pays............................................ Tél........................................................................................... Expire le qqqf Clé* qqf Signature obligatoire


* Les 3 derniers chiffres
e-mail qqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqf figurant au dos de votre
carte bancaire (pour
J’accepte de recevoir les informations de la Boutique Pianiste ❒ OUI ❒ NON et de ses partenaires ❒ OUI ❒ NON sécuriser le paiement)

GROUPE L’EXPRESS, SOCIÉTÉ ANONYME AU CAPITAL DE 47 150 040 Ð - 29 RUE DE CHÂTEAUDUN – 75308 PARIS CEDEX 09 – RCS 552 018 681 PARIS
COMMANDEZ ET FAITES LE PLEIN DE PARTITIONS !
Liste des partitions classiques déjà parues Classées par compositeur et par niveau (D : débutant, M : Moyen, S : Supérieur, E : Excellence )

D Chanson populaire russe 77


D Contredanse WoO 14 n°2 Sarabrande, extrait de la Suite Sonatine Adagio de la sonate n°48 en ut majeur
NUMÉRO DE PIANISTE D Danses villageoises
45
38
D
en mi mineur 102
D 34 M
Hob.XVI.35 27
À COMMANDER D Écossaise 28 S Allegro con brio de la Sonate n°48 Hob.
D Écossaise militaire WoO 23 45 DM Allegro 74 XVI.35 86
D Ländler WoO 11 n°2 48 S Pièce pittoresque n°4 “Sous bois” 23 D Ariette 27
M Prière op.48 n°1 35 S Concerto Hob. XXXI: c:17b 46
M España op.165 “Capricho catalan” 37 S Humoresque op.101 n°7 82 D Danse allemande 26
MS Sonate n°1 en fa mineur op.2 (1 Mvt) 90
M España op.165, “Prélude” 79 S Ballade n° 3 op. 47 60 S Quintette op.81 «Dumka» 19 D Danse allemande Hob. IX: 22/2 67
MS Sonate n°1 en fa mineur op.2 (2 Mvt) 90
M España op.165 n°2, “Prélude” 50 S Barcarolle en fa dièse majeur op. 60 77 M Divertimento Hob XVI 9 22
S Sonate n°1 en fa mineur op.2 (4 Mvt) 90
M España op.165 n°2 “Tango en ré majeur” 35 E Étude op.12 (Révolutionnaire) 95 M Divertimento Hob XVI 11 37
S Sonate n°5 op.10 n°1 (1 Mvt) 80 E 6 nocturne en ré bémol majeur opus 63 97
S Granada, extrait de la Suite espagnole S Étude en fa mineur op.25 n°2 84 DM Finale, extr. de la Sonate Hob.XVI : 8 71
S Sonate n°5 op.10 n°1, 2 mvt S Nocturne n°4 en si bémol majeur op.36 87
op.47 74 S Etude op.10 n°5 en sol bémol 69
adagio molto 84 M Pièce brève opus 84 n°5 “Improvisation” 78 D Menuet Hob.IX:8 n° 8 58
S Iberia “el puerto” 40 S Fantaisie Impromptu op.66 (Version Fontana) 66
S Sonate op.6 (rondo) 18 M Menuet Hob.IX :11 n° 12 58
M Pequeñosvalses n°2 op.25 45 S Grande Valse brillante opus 42 en la bémol
M Sonate op.10 n°3 (2 Mvt) 50 majeur 102 S Sonate en Mib majeur Hob. XVI :52
S Rumorez de la Caleta, Malaguena 87 S Sonate op.13 n° 8 «Pathétique» 45 S Nocturne n°2 17 (1 mvt) 58
MS Tango op.165 n°2 (Espana) 89 S Impromptu n°1 en la bémol majeur op.29 89
M Sonate op.49 n°2 (1 Mvt) 50 M Mazurka op. 6 n° 1 60 S Nocturne n°5 19 M Sonatine en sol majeur (allegro) 15
M Sonate op.49 n°2 (1 Mvt) 70 M Mazurka op. 7 n° 2 60 M Sonatine Hob XIV:4 9
S Sonate op.81a «Les adieux»(1 Mvt) 50 M Variations en fa Hob. XVII:6 (extrait) 48
M Barcarolle op.65 n°6 (3 Recueil M Mazurka op.7 n°5 39 D Les plaintes d’une poupée 67
de chants) 45 S Sonate en ut mineur opus 13 : MS Mazurka en mi mineur opus 17 n°2 100
I. Grave, allegro di molto e con brio 103 S Prélude (Prélude, Choral et Fugue) 79
M Mazurka op.67 n°2 67 Premières compositions n°3 34 M Avalanche op.45 n°2 81
S Sonate en ut mineur opus 13 : M
II. Adagio cantabile 103 MS Mazurka op.67 n°4 en la mineur 93 M Sonate pour piano et violon en DM Chants d’automne 69
D Petit Livre d’Anna Magdalena Bach : Marche 79 S Mazurka op.63 n°3 en ut dièse mineur 93
S Sonate en ut mineur opus 13 : la majeur (3 Mvt) 37 DM Etude, allegro en sol mineur 100
III. Rondo, Allegro 103 E Nocturne op.9 n°3 75
M Valse romantique 100 D Sonatine n° 1 anh. 5 (romance) 25 MS Nocturne op.15 n°1 21
M Sonatine en fa majeur 21 M Nocturne opus posthume KK IVa n°16 25 D Chère petite sœur op.32 n°14 80 D Mélodie op.77 n°5 82
M Sonatine en fa majeur Anh.5 – Allegro 85 M Nocturne op.55 n° 1 60 D Douce consolation op.47 n°11 80 D Le soir 82
M Wiegenlied 29 M Sonatine en fa majeur Anh.5 – Rondo 85 S Nocturne en fa majeur opus 15 n°1 99
M Sonatine en sol op.posthume 17 DM Petite Polonaise en sol mineur 87
M Allegro 73 S Oraison d’aurore, pièce n°1
D Variations sur un air Suisse WoO 6 36 D Prélude op. 28 n° 4 60
M Dance Sonatina 28 du recueil Au pays bleu 100
M Variations sur un air Suisse WoO 64 39 S Prélude op. 28 n° 6 79
D Sonatine en sol majeur 94 S Prélude op.28 n°17 36
S Rondo de la Sonate op. 49 n°1 71 MS Prélude n°2 en ut dièse mineur 102
S Rondo pour un sou perdu op. 129 S Prélude op.45 en ut dièse mineur 46 D Exubérance en sol majeur 37
(2 partie) 59 E Première ballade op.23 91
DM Allegro 85
M Valse op.34 n°2 42 DM Mazurka 69
M Valse op. Posth. 69 n° 2 60 D Polka 72 M Allegro op.52 38
D Allegro en sol majeur 100 S Valse en ré bémol op.64 n°1 81 D Polka russe 19 Dialogue taquin 23
M Andante 77 D
D Aria BWV 509 34 M Valse sans opus KK IVb n°11 19 M Valse de l’adieu 24 D Écossaise op.52 36
S Concerto BWV 1057 (2 Mvt) 30 D Écossaise op.52 n°5 70
D Prélude en fa majeur 98
S Concerto italien 971 (1 Mvt) 78
D Histoire gaie (Petits contes) 18 M Air d’Orfeo 23
S Concerto italien 971 (2 Mvt) 78
D L’heure tranquille 21 D Chanson berçante, extr. des Pièces
SE Fantaisie chromatique BWV 903 93 D Chant des montagnes 37 pour enfants 78
SE Fugue BWV 903 93 D Tarentelle 38 D Conte de fée, extr. des Pièces
SE Fugue en ré mineur (analyse) 88 D Tarentelle 75 D Valse (extr. de Faust) 20 pour enfants 78
SE Fugue en ré mineur (interprétation) 88 M Jeu d’enfants op.22 - Petite Marie,
D Petite Valse chantante, extr. des Pièces
M Invention à 2 voix BWV 775 76 petite femme ! (4 mains) 38 pour enfants 78
Invention à 2 voix en la mineur BWV 784 84 M L’Arlésienne, suite n°2 15 M Sonatine op.36 n°2 (3 Mvt) 26 Andaluza op.37 n°5, extrait des
M S D Papillons gris, extr. des Pièces
M Invention à 2 voix n°14 M La Poupée – Berceuse (4 mains) 33 M Sonatine op.36 n°3 (2 Mvt) 30 Danses espagnoles 70 pour enfants 78
en si bémol maj. BWV 785 35 DM Sonatine op.36 n°4 (1 Mvt) 67 M Danse de la rose (Escenas poeticas) 85
D Menuet 40 M Sonatine op. 36 n° 6 76 MS Epilogo, extrait des Escenas Romanticas 97
Moderato molto legato 18 Les petits jumeaux 17
D Menuet BWV Anh. 116 26 D Rondalla Aragonesa 40 D
D Menuet BWV Anh. 115 33 M Souvenirs de l’enfance (Contes de jeunesse) 18 D Petite chanson op.27 n°1 26
D Menuet en do majeur 22 D Sarabande 86
M Allemande 83
D Menuet en mi bémol majeur 31
MS Etude opus 20 n°3 100
D Menuet en ut “La Pott” 92 D Bourrée en ré mineur 85
D L’epineuse, Extraite du VI Ordre 74
D Musette BWV Anh. 126 25 M Mazurka en ré bémol majeur extraite
M La pastourelle 31
D Musette BWV Anh. 126 75 de la Petite Suite 72 D Solitude 27
M Les coucous bénévoles 36
M Petit prélude bwv 924 18 18 MS La Danse des elfes, extr. des Pièces
M Le Petit Rien 22 lyriques op. n°4 77
D Petit prélude bwv 939 36
M Petit prélude en ré mineur BWV 926 81 M Ballade op.10 n°1 48 M Pièces lyriques op. 12 n° 2, valse 59 D Cradle Song 76
D Petit prélude en ut mineur BWV 934 87 S Ballade op.118 n°3 48 S Pièce lyrique op.54 n°4 27
DM Simple Confession op.20 n°1 72
D Petit prélude, en ut mineur BWV 999 87 S Intermezzo op. 76 n° 3 55 S Au temps de Holberg op.40 10
M Petit prélude pour commençants S Intermezzo op.116 n°2 30 S Concerto op.16 (2e Mvt) 20 D Balade insouciante 29
en ré majeur BWV 936 97 S Intermezzo op.116 n°6 33 M École de la vélocité : 2 études 29 S Élégie op.38 34
DM Petite étude 91 S Intermezzo op.117 n°1 11 M Étude n°1 (extrait des 25 études) 23 M Feuillet d’album 30
D Rigaudon 18
M Prélude en do mineur 27 S Intermezzo op.117 n°2 38 D Étude, extr. des Cinq Doigts op.777 71 M Pièce lyrique op.71 n°7, souvenirs 46
SE Prélude en ré mineur S Intermezzo op.118 n°2 25 M Schmetterling op.43 n°1 (suite lyrique) 89
(livre II du clavier bien tempéré) 88 S Intermezzo op.119 n°1 80 D Volksweise, chanson populaire D Bourrée 34
M Prélude BWV 999 38 Intermezzo op.119 n°2 80 M Gavotte en rondeau 19 op.12 n° 3 88
S D Menuet en do majeur 30
S Prélude n°3 BWV 848 15 Klavierstück op. 118 n°1 92 M Wächterlied op.12 n°3, extrait
S D Menuet en sol majeur 32
D Rondeau en la mineur “La Gleim” 92 E Rhapsodie en sol mineur op.79 71 des Pièces lyriques 70
M Solfeggietto 74 S Clair de lune (Suite bergamasque) 30
S Sonate pour violon et piano n°3 op.108 S Fantaisie pour piano et orchestre
D Thème de la cantate d’anniversaire 19 en ré mineur (3 Mvt) 23 D Écossaise 45
(1 partie 2 Mvt) 27
D Allegro en sol majeur 50 S Thème et variations op.18 25 D Accents nordiques op. 101 n° 4 58 D Praeludium 31
S Fantaisie pour piano et orchestre
S Concerto italien BWV 971 (Finale) 79 S Valse en la bémol majeur op 39 n°15 78 D Berceuse op.62 80 M Sonatine opus 55 n°4 102
(2 partie 2 Mvt) 28
S Ich ruf zu dir, Herr Jesu Christ S Valse op.39 n°1 9 D Das Schaukelpferd (le cheval à bascule) 99 M Variations en sol majeur 36
M Golliwogg’s Cakewalk 92
(cantate BWV 177) 82 M Valses op.39 nos1, 2 et 3 45 D Feuillet d’album op.101 45
M Gradus ad parnassum (Children’s Corner) 76
M La complaisante 17 M Valse op.39 n°5 en mi majeur (quatre mains) 35 D Histoire romantique 24
E Jardins sous la pluie, extraits des Estampes 70 Petite pièce 84
S Valse op.39 n°6 en ut dièse majeur D Novelette 73 D
S La Fille aux cheveux de lin
(quatre mains) 35 (Préludes, Livre I, n°8) 79 D Petites fleurs op.205 83
M Mazurka 72 M Valse op. 39 n° 7 (quatre mains) 59 M Le petit berger 82 D Salutation du matin op.130 n° 1
D Valse op. 39 n° 9 (quatre mains) 59 (Petites Etudes) 65 M Danse espagnole 24
S Le petit nègre 40
M Valse op.39 n°9 37 M Le petit nègre 96
D Mélodie 32 M Valse op. 39 n° 15 (quatre mains) 55 S Petite suite : en bâteau (4 mains) 40
M Variations et fugue sur un thème M Courante, Suite n°2 HWV 427 71 DM Allegretto de la Sonatine n°2 100
S Première Arabesque 81
de Haendel 19 S Sarabande, extrait de la suite
D Gavotte 26
D Air tyrolien op. 107 n° 1 59 pour le piano 99 M Gavotte 32
D Allemande WoO 8 n° 1 45 S Valse romantique 73 D Largo 35 D Air tendre 18
S Allegretto WoO 53 100 M Arabesque 40 S Voiles n°2 (prélude) 31 M Menuet 27 D Etude en fa majeur, extrait des 25 études
M Bagatelle op. 33 n° 2 59 D Arabesque 77 D Menuet en la mineur 23 de l’Alphabet opus 17 103
M Bagatelle op.33 n°3 45 D Consolation op. 100 n° 13 59 D Rigaudan 67
M Bagatelle op.119 n°3 33 D La Candeur op.100 45 D Bagatelle 28 D Sarabande en ré mineur HWV 437
M Bagatelle op.119 n°9 50 M La Pastorale op. 100 n° 3 94 M Sonatine en sol majeur (Allegro) 96 (4 suite) 89 D Étude op.37 n°3 25
M Bagatelle op.126 n°5 25 D Innocence opus 100 96 M Sonatine en sol majeur (Rondo) 96 S Suite pour clavier n°6 (gigue) 20 D Étude op.37 n°26 93

Plus simple et plus rapide, commandez sur : www.pianiste.fr/anciensnumeros


ZINIO

Liste des partitions classiques déjà parues Classées par compositeur et par niveau (D : débutant, M : Moyen, S : Supérieur, E : Excellence )

D Menuet en la (Petit livre pour S Sonate en mi majeur K.380 91


M Prélude op.40 n°3 40 Maria Anna n°9) 45 S Sonate en mi majeur K.162 83 S Romance op.21 n°3 48 D Petite sonate (moderato) 38
D Menuet en ré majeur (Petit livre pour M Sonate en ré mineur “Gavotte” 10 MS Soirées musicales op.6 n° 3, Mazurka 58 D Petite sonate (menuet) 39
Anna Maria) 51 S Sonate en sol majeur 40
D Auf dem Spielplatz (Sur le terrain de jeux) 99 D Menuet en sol K.1 33 S Sonate en sol majeur K.146 91 JAZZ - CHANSONS
D Menuet en sol majeur 36 S Étude op.2 n°1 26
D Menuet et trio en sol majeur k.1 80 S Étude en ut dièse mineur op.2 n°1 90
E Au bord d’une source, La bohème 22
Menuet 73 DM Prélude en ré mineur SSW 576 98 S Feuillet d’album op.45 n°1 37
extrait des années de pèlerinage 100 D Pièce K. 15K 40 S Mazurka op.3 n°6 17 Vienne 33
D Carrousel de Madame PN 24 D Pièce en fa majeur K. 15H 37 S Prélude op.22 n°3 72
S Consolation N°2 75 MS Première Sonatine viennoise KV 439b 95 S Prélude op.11 n°2 32 Un homme et une femme 23
M Adagio en sol majeur D.178 99
S Les Cloches de Genève (1 année SE Presto de la Sonate en la mineur K.310 98 M Prélude op.37 n°1 63
DM Cinq valses 75
de Pèlerinage, Suisse) 73 M Rondo - 2 Sonatine viennoise K.439b 70 S Sonate op.30 n°4 (1 Mvt) 46 For No One 24
M Cotillon D.976 28
E La Leggierezza 85 S Sonate K. 457 (3 Mvt) 39 S Valse en ré bémol 22 Get Back 30
D Danse allemande n°2 D.420 35
S Nocturne n°3 “Rêve d’amour” 92 M Sonate K 545 (1 Mvt) 20 How Deep Is Your Love 28
D Danse allemande n°5 D.420 39
D Rhapsodie Hongroise n°2 10 S Sonate en la mineur K.310 (1 Mvt) 96 D Danse n°11 en si majeur 102 Johnny B. Goode 31
S Un sospiro, Grande Etude de concert N°3 67 S Sonate en si bémol majeur K.333 (1 mvt) 82 M Invocation à Schumann, pièce n°1
S Divertissement à la hongroise D.818 de la suite En vacances 77
S Sonate en si bémol majeur K.333 (3 mvt) 83 (andante ) 4 mains 24 Wake Up Little Susie 31
S La fontaine de Chopin 88
D Chant Polonais op.7 4 n°2, Le printemps 46 D Écossaise n°8 D.299 46 M Valse romantique 77 Parlez-moi d’amour S7
S Impromptu en sol bémol majeur op 90
M Chacone 21 n°3 D.988 69 Valentine 24
D Fugue 10 Impromptu en la bémol majeur op.142 Ma préférence 44
D Menuet en ut majeur n°16 79 S SE Impromptu en mi bémol majeur
S Transcription de l’Ave Verum 19 n°2 D.935 83 opus 90 D 899 n°2 100 Femmes, je vous aime 44
S Impromptu n° 4 op. 92 D.899 76
D Prélude op.8 n°1 81 D Ländler D.679 23 I’ve Got You Under My Skin 34
M Ständchen D. 957 (Chant du cygne) 46 M Marche pour enfants en sol maj. S Sonate en ré n° 84 – Allegro 85 She 27
S Transcription de Trockne Blumen 21 D.928 (4 mains) 36
DM Presto 77
M Menuet D.334 34
Aria 30 Fanny Ardant et moi 26
M Menuet n°1 D.41 30 D
S Isolde’s Liebestod (Tristan et Isolde) 46 D Procession solennelle 21 M Menuet n°17 D.41 32 D Gavotte 33
M Moment musical n°2 op. 94 D. 780 55 The Girl From Ipanema 26
S Moment musical n°4 op.94 D.780 40
D Menuet en ré mineur 78 La Mélancolique 97 D Romance sans paroles 33 Gentleman cambrioleur 32
D S Moment musical op.94 n°2 D.780 89
D Chanson sans paroles 82 Hotel California 37
D Premier chagrin 81
M Sung Outside a Prince’s Door 81 M Quatre Ländler D.814 31 Blues In Thirds 22
D Danse allemande 32
M To A Wild Rose 19 M Scherzo en réb majeur D.593 51 D Adagio 76
D Pour une rose sauvage 71 M Sonate L.97 en sib majeur 46 Caravan 32
D Air 20 S Sonate n°13 op.120 D.664 (andante) 10 Don’t Get Around Much Anymore 40
D Rondo 100 M Sonate n°15 op.120 D.664 (1 Mvt, D La vie d’artiste (adaptation) 17 I’m BeginningTo See the Light 35
D Berceuse 72 allegro moderato) 94 Satin Doll 9
D Suite en sol majeur Z.600
D Petit Conte 72 (prélude et menuet) 35 S Sonate n°15 op.120 D.664 Solitude 27
D Au jardin 78 (2 Mvt, andante) 94 DM Mazurka 74
D Etude 78 S Sonate n°15 op.120 D.664
I Can Give You Anything But Love 30
D Matin calme 90 E Prélude en sol mineur op.23 n°5 72 (3 Mvt, allegro) 94
D Air et burlesque 40 Misty 15
S Sonate op.120 D.664 (1 Mvt) 45
M Choral «Valter unser im himmelreich»
S “Trockne Blumen” 21
DM Les feuilles d’automne 98 M La boîteuse 29 M Valse D.844 26 tww 31 17 That Ole Devil Called Love 33
D Le lardon, menuet en fa majeur 37 D Danse galante, extr. De la Suite Grazioso 71
M Valse D.980 n°1 20
M 2 Gigue en rondeau (Pièces de D Fantaisie en do majeur TWV 33:14 102 C’est si bon 23
M Élégie op.10 n°5 34 clavecin de 1724) 73 M Gavotte en rondeau 33
S Le rappel des oiseaux (2 recueil Albumblätter op.99 n°4
D Prélude en ré majeur 50
de pièces pour clavecin) 24 D 39 Blue Eyes 38
D Rigaudon 15
M Andante sostenuto op. 72 n°2 92 M Album pour la jeunesse, pièce n° 26 74 Can You Feel Love Tonight 50
D Menuet (Pièces de clavecin de 1724) 73
M Chant du gondolier op. 30 n°6 71 D Chanson du moissonneur Your Song 26
M Rigaudon 18 (Album pour la jeunesse op. 68) 84
M Chant du gondolier vénitien opus 19 n°6 103 D Rondino 21 D Ancienne chanson française Mapple Leaf Rag 17
M Chanson nordique n°17 D .41 32 (Album pour enfants op.39) 46 Palm Leaf Rag 36
S Concerto pour piano n°1 op.25 10
S Chopin (extr. du Carnaval op.9) 87 Chanson italienne op.39 n°15 81 Peacherine Rag 48
M Pièce pour enfants op.72 n°2 48 D
Allegro 39 S Étude symphonique n°2 op.13 39 Concerto n°1 op.23 (2 Mvt) 11 Fig leaf 59
S Prélude op.35 n°4 50 D S
S Étude symphonique n°5 op.13 8 Feuillet d’album op.19 n°3 80
M Romance 82 M Singing In The Rain 19
M Étude symphonique op.13 La nouvelle poupée
MS Romance sans paroles op. 62 n° 1 86 D Can’t Help Lovin’dat Man 45
M Maria Wiegenlied op.76 n°52 17 (Var. n°4 op. posth.) 33 (album pour enfants op.39) 84
S Romance sans paroles op.102 n°4 35 Love Story 27
S Fantasiestücke op. 12 (Des Abends) 95 D La poupée malade 22
M Variations sérieuses op.54
M Fantasiestücke op. 14 (Warum) 27 M Les saisons, mars : Chant de l’alouette 50 Great Balls Of Fire 15
(thème et var.14) 32 D Menuet 34 S L’enfant s’endort, Scènes S Les saisons, juin : Barcarolle 40 Stand By Me 19
M Variations sérieuses op.54 (var.10) 40 D Promenade 40 d’enfants Op.15 n°12 73 M Octobre-Chant d’automne op.37 bis n°10 86 Tutti Frutti 17
S Intermezzo (Carnaval de Vienne op.26) 18 S Novembre (Troïka) op.37 n°11, Don’t Cry For Me Argentina 35
S Etude n°62, extrait des Pièces D La danse de l’ours 94 extr. des Saisons 72
D Chanson op.183 83 D Le cavalier farouche op. 68 n°8
La Panthère rose 58
romantiques 96 D Prière du matin,
D Élégie 20 (Album pour la jeunesse 77 extr. de l’Album pour enfants op.39 76 Mon homme 25
D Élégie op.183 n°2 70 M Mélodie (Album pour la jeunesse op.68) 9 M Rêverie 69 Alfie 51
DM La montagnarde 95 D Gavotte 95 M Mignon (Album pour la jeunesse op.68) 22 MS Romance, extrait des 6 pièces Misterioso 36
D Menuet en do majeur 24 M Papillons (Intro et 3 premières pièces) 10 pour le piano op.51 99 Well, You Needn’t 23
D Pastorale op.183 83 D Petite mélodie (Album pour la jeunesse) 69 M Trio en la mineur op.50 (thème du 2 Mvt) 36
D Allegro K.3 25 D Rondino pastorale 30 D Petite étude, extrait de l’album pour M Valse op.39 n°8 (Album pour les enfants) 79 I Wanna Be Loved By You 20
DM Andante de la Sonate en ut majeur K.545 86 la jeunesse opus 68 n°14 100
S Andante cantabile de la Sonate en D Petite pièce (Album pour la jeunesse op.68) 29
la mineur K.310 98 DM Romance op.15 n°2 93 DM Phantasietanz op.124 n°5 91 D Deux petites pièces 31 Cécile, ma fille 29
D Andante en si bémol majeur KV15ii 89 S Pièces dans un ton populaire n°1 D Trois petites pièces 28
D Ariette en fa majeur 69 op.102 avec violoncelle 34 La vie en rose 21
M Ouverture de «Guillaume Tell» 10
D Cahier de musique pour Nannerl S Pièces dans un ton populaire op.102 Libertango 28
n°11 - menuet 23 avec violon 17 D Sonatine 97
S Concerto n°13 K.415 (andante) 22 S Préambule du Carnaval op.9 86 Smoke Gets In Your Eyes 39
D Bourrée 91
S Concerto n°27 K.597 (2 Mvt) 15 D Premier chagrin (Album pour
la jeunesse op.68) 24 D Di provenza (La Traviata) 10 Lettre à France 46
M Fantaisie K.396 en ré mineur 28
Fantaisie K.397 (Andante & Adagio) 40 M Ronde, extrait de l’album pour M Marche de Aïda 58 Sous les ponts de Paris 22
S M Le cygne 32
M Fantaisie en ré mineur K.397 78 la jeunesse opus 68 n°22 97 M Rigoletto (adaptation) 40 Heartbreak Hotel 29
M Marche Turque (allegretto de la Sonate S Scènes d’enfants op.15 n°1 40 Just A Gigo 15
en la majeur K.331) 24 M Gymnopédie n°1 71 S Scènes d’enfants op.15 n°1 (4 mains) 48
D Scènes d’enfants op.15 n°7 (4 mains) 50 D Petite Pièce 74
D Menuet extrait du petit livre pour M Je te veux 88 Climb Ev’ry Mountain 31
Maria Anna 27 M Première Gymnopédie 88 S Sonate op.105 n°1 pour violon et piano
M Menuet K.5 en fa majeur 34 (2 Mvt) 25
E L’Invitation à la valse op. 65 74 King Porter Stomp 20
D Menuet K.6 40 DM Shéhérazade opus 68 n°32, extrait de
D Menuet K.15C (Londoner Skizzenbuch) 61 D Folia «Folies d’Espagne» 17 l’Album pour la jeunesse 103 Le parrain 32
D Menuet en do majeur 32 M «Folies d’Espagne» 95 M Valse (Albumblätter op.124 n°4) 38 MS Polka “ Minuit ” 75
D Menuet en fa majeur 38 DM Gigue 75 M Variation n°4 op. Posth. 33 My Way 25
D Menuet en fa majeur (Petit Livre pour M Larghetto 39 M Valse op.124 n°4 38 Strangers In The Night 28
Maria Anna n° 8) 55 MS Sonate en mi majeur K.531 98 M Variation Abegg op.1 (thème) 39 D Andante con variazione op.3 37
D Menuet en fa majeur K.33B 48 D Sonate en do majeur 29 M Wiegenliedchen op.124 n°6 36 DM Scherzo 70 Londonderry Air 29

Pour commander une partition, il vous suffit d’indiquer la référence du numéro de Pianiste
de la façon suivante : Pianiste n°103 - Réf. : PI0103Z1
Merci de reporter cette référence sur le bon de commande que vous trouverez en page précédente.

Plus simple et plus rapide, commandez sur : www.pianiste.fr/anciensnumeros


L’INVITÉ DE PIANISTE

PASCAL BRUCKNER

BACH OPTION MOZART


L’essayiste, qui vient de publier Un racisme imaginaire
chez Grasset, nous parle de ses compositeurs préférés
et de sa pratique du piano.

vez-vous un lien Peut-être ai-je été influencé par

A avec le compositeur
Anton Bruckner ?
Aucun et, d’ailleurs, je le
déteste. Je n’aime pas du tout sa musi-
que trop lourde et trop grandilo-
mon professeur de philosophie,
Vladimir Jankélevitch, qui jouait
tous les jours ! Moi, j’aurais adoré
être musicien dans un groupe de rock.
« En compensation », je prends beau-
quente. Pour un peu, elle me don- coup de plaisir à pianoter dans les
nerait envie de changer d’état civil ! gares ou les aéroports !
Alors, qui figure en haut La pratique du piano,
de votre palmarès ? que vous apporte-t-elle ?
Bach. Les cantates, les messes… tout Pour moi qui suis un cérébral, le piano
son répertoire pour clavier, je l’écoute me permet d’avoir un usage « pra-
à longueur de journée. Cela remonte tique » de mes mains. Mais, surtout,

JEAN-FRANÇOIS PAGA
à mes années d’enfance. À la maison, l’instrument est comme un appel.
on mettait de la musique le diman- Il nous convie à le réveiller, à explorer
che. J’ai pris cette habitude assez toutes les mélodies qu’il recèle en lui.
jeune. Puis j’ai cessé complètement Muet, il ressemble à un meuble.
jusqu’à mes 40 ans. Joué, il devient le personnage central l’existence. Hélas, aujourd’hui, les davantage pour l’homme que pour
Pour quelle raison ? du lieu, un petit dieu Lare qui attire gens n’achètent pas de pianos. Quel- ses prestations. Dans ce répertoire,
C’était une façon de rejeter mon édu- les regards et les sens. Tout amateur que chose a été oublié, comme si cet je lui préfère Richter, que j’adore. Et,
cation catholique bourgeoise. Puis ne peut se contenter d’écouter des instrument était un vestige du passé. insurpassable, Rachmaninov par lui-
j’ai fini par comprendre que j’allais œuvres en boîte. Il doit, à son tour, Le philosophe Roland Barthes, même. À mes yeux, il est celui qui
m’appauvrir. Je me suis replongé à son modeste niveau, participer, les qui était pianiste amateur, a écrit joue le mieux la musique qu’il a écrite.
dans la musique avec Bach et Mozart, ressusciter sous ses doigts en éprou- que la pratique de la musique Autre grand souvenir, Horowitz, que
notamment la Messe du couronnement. vant les beautés et les surprises. La engageait le corps amoureux. j’ai vu deux fois. Il était très vieux et
En Autriche où j’ai passé une partie musique s’exerce en solitaire, mais Cette idée vous est-elle familière ? fatigué. Et c’était magnifique. Parmi
de mon enfance, on l’écoutait tou- se joue en groupe, devant des témoins Pas vraiment. Le clavier est une les contemporains, je suis sensible
jours au moment de Noël. Mainte- qui participent au plaisir. Quand énigme qui s’offre à nous. Cela dit, à Hélène Grimaud, pour son côté
nant que la musique s’est réinstallée elle est belle, allègre, elle intensifie certains interprètes donnent l’im- romantique, mais aussi à Fazil Say,
dans ma vie, je ne peux plus m’en pression de « faire l’amour » à leur Evgeny Kissin, David Fray… Et,
passer. C’est une extension formi- piano. Je pense, par exemple, à Khatia dans Bach, Alexandre Tharaud.
dable de la sensibilité. J’ai redécou- À LIRE Buniatishvili. Mais c’est peut-être Quel regard portez-vous
vert une tradition que j’avais déclarée Dans Un racisme imaginaire, Pascal plus son physique qui doit impres- sur les solistes ?
morte. J’ai l’impression de toucher Bruckner revient sur l’un de ses chevaux sionner le public. J’ai une profonde admiration pour
du doigt quelque chose d’illimité. de bataille: appliquer l’esprit d’examen Quels sont vos interprètes les solistes. Il existe une mélancolie
Pratiquez-vous aujourd’hui aux systèmes religieux et, ici, à l’islam. de prédilection ? de l’interprète. Malgré son travail,
Dans son essai, il livre sa réflexion
un instrument ? J’ai entendu plusieurs fois Keith Jarrett son exploration acharnée de la parti-
sur l’antiracisme
Comme mon grand-père, je joue et les dérives en concert, au tout début de sa car- tion, l’œuvre reste finalement l’appen-
du piano : de la variété, du jazz et du du politiquement rière, à San Francisco. Il jouait aussi dice du compositeur. Derrière ce
blues. Le classique m’a vite semblé correct et s’attaque bien du jazz que Haendel et Bach. métier se cache l’idée d’un sacrifice.
ennuyeux à travailler. Je trouvais cette au concept Quand on pense à Bach, le nom de Même si, parfois, certains pianistes
musique trop conventionnelle. Je me d’islamophobie. Gould s’impose, même s’il y a quelque supplantent le compositeur, la musi-
suis pris d’une passion pour le jazz. Grasset, 272 pages, chose d’un peu froid dans ses inter- que dévore ses propres serviteurs.
J’essaie de m’exercer régulièrement. 19 euros. prétations. Je me passionne peut-être Propos recueillis par Elsa Fottorino

82 I PIANISTE n°104 I mai-juin 2017


CLP- Série 600

Recommandée par des experts.

L’essence même du piano


La nouvelle gamme Clavinova CLP de la série 600 écrit un nouveau
chapître de la fabuleuse histoire des Clavinova.

certainement aimé vivre... Modèle présenté : CLP-685PE

www.yamaha.fr
ZINIO

LES PARTITIONS n°104


Ignaz Moscheles Scherzo opus 55 n°1 ..............................................................................................................................................................I
Claude Balbastre Joseph est bien marié, extrait du Recueil de Noëls formant quatre suites avec variations ...............................................III
Carl Albert Löschhorn Étude opus 25 n°5 ......................................................................................................................................................IV
Domenico Scarlatti Sonate en la majeur K.322 ...............................................................................................................................................VI
Joseph Haydn Sonate en mi mineur n°53, Hob. XVI :34 ....................................................................................................................................X
Robert Schumann Arabesque en do majeur opus 18 ..................................................................................................................................XXIV
Avec l’aimable participation des éditions Henry Lemoine.

Ignaz Moscheles Scherzo opus 55 n°1 DÉBUTANT SUR LE CD PLAGE 1

mai-juin 2017 I PIANISTE n°104 I I


ZIN

Ignaz Moscheles Scherzo opus 55 n°1 DÉBUTANT SUR LE CD PLAGE 1

II I PIANISTE n°104 I mai-juin 2017


ZINIO

Claude Balbastre Joseph est bien marié, extrait du Recueil de Noëls DÉBUTANT SUR LE CD PLAGE 2

mai-juin 2017 I PIANISTE n°104 I III


ZIN

Carl Albert Löschhorn Étude opus 25 n°5 DÉBUTANT-MOYEN SUR LE CD PLAGE 3

IV I PIANISTE n°104 I mai-juin 2017


ZINIO

Carl Albert Löschhorn Étude opus 25 n°5 DÉBUTANT-MOYEN SUR LE CD PLAGE 3

mai-juin 2017 I PIANISTE n°104 I V


ZIN

Domenico Scarlatti Sonate en la majeur K.322 MOYEN SUR LE CD PLAGE 4

VI I PIANISTE n°104 I mai-juin 2017


ZINIO

Domenico Scarlatti Sonate en la majeur K.322 MOYEN SUR LE CD PLAGE 4

mai-juin 2017 I PIANISTE n°104 I VII


ZINI

Domenico Scarlatti Sonate en la majeur K.322 MOYEN SUR LE CD PLAGE 4

VIII I PIANISTE n°104 I mai-juin 2017


ZINIO

Domenico Scarlatti Sonate en la majeur K.322 MOYEN SUR LE CD PLAGE 4

mai-juin 2017 I PIANISTE n°104 I IX


ZIN

Joseph Haydn Sonate en mi mineur n°53, Hob. XVI:34 SUPÉRIEUR SUR LE CD PLAGE 5

X I PIANISTE n°104 I mai-juin 2017


ZINIO

Joseph Haydn Sonate en mi mineur n°53, Hob. XVI:34 SUPÉRIEUR SUR LE CD PLAGE 5

mai-juin 2017 I PIANISTE n°104 I XI


ZIN

Joseph Haydn Sonate en mi mineur n°53, Hob. XVI:34 SUPÉRIEUR SUR LE CD PLAGE 5

XII I PIANISTE n°104 I mai-juin 2017


Joseph Haydn Sonate en mi mineur n°53, Hob. XVI:34 SUPÉRIEUR SUR LE CD PLAGE 5

mai-juin 2017 I PIANISTE n°104 I XIII


ZIN

Joseph Haydn Sonate en mi mineur n°53, Hob. XVI:34 SUPÉRIEUR SUR LE CD PLAGE 5

XIV I PIANISTE n°104 I mai-juin 2017


Joseph Haydn Sonate en mi mineur n°53, Hob. XVI:34 SUPÉRIEUR SUR LE CD PLAGE 5

mai-juin 2017 I PIANISTE n°104 I XV


ZIN

Joseph Haydn Sonate en mi mineur n°53, Hob. XVI:34 SUPÉRIEUR SUR LE CD PLAGE 5

XVI I PIANISTE n°104 I mai-juin 2017


Joseph Haydn Sonate en mi mineur n°53, Hob. XVI:34 SUPÉRIEUR SUR LE CD PLAGE 5

mai-juin 2017 I PIANISTE n°104 I XVII


ZIN

Joseph Haydn Sonate en mi mineur n°53, Hob. XVI:34 SUPÉRIEUR SUR LE CD PLAGE 5

XVIII I PIANISTE n°104 I mai-juin 2017


Joseph Haydn Sonate en mi mineur n°53, Hob. XVI:34 SUPÉRIEUR SUR LE CD PLAGE 5

mai-juin 2017 I PIANISTE n°104 I XIX


ZIN

Joseph Haydn Sonate en mi mineur n°53, Hob. XVI:34 SUPÉRIEUR SUR LE CD PLAGE 5

XX I PIANISTE n°104 I mai-juin 2017


ZINIO

Joseph Haydn Sonate en mi mineur n°53, Hob. XVI:34 SUPÉRIEUR SUR LE CD PLAGE 5

mai-juin 2017 I PIANISTE n°104 I XXI


ZINIO

Joseph Haydn Sonate en mi mineur n°53, Hob. XVI:34 SUPÉRIEUR SUR LE CD PLAGE 5

XXII I PIANISTE n°104 I mai-juin 2017


INIO

Joseph Haydn Sonate en mi mineur n°53, Hob. XVI:34 SUPÉRIEUR SUR LE CD PLAGE 5

mai-juin 2017 I PIANISTE n°104 I XXIII


ZIN

Robert Schumann Arabesque en do majeur opus 18 SUPÉRIEUR SUR LE CD PLAGE 6

XXIV I PIANISTE n°104 I mai-juin 2017


Robert Schumann Arabesque en do majeur opus 18 SUPÉRIEUR SUR LE CD PLAGE 6

mai-juin 2017 I PIANISTE n°104 I XXV


ZIN

Robert Schumann Arabesque en do majeur opus 18 SUPÉRIEUR SUR LE CD PLAGE 6

XXVI I PIANISTE n°104 I mai-juin 2017


ZINIO

Robert Schumann Arabesque en do majeur opus 18 SUPÉRIEUR SUR LE CD PLAGE 6

mai-juin 2017 I PIANISTE n°104 I XXVII


ZINI

Robert Schumann Arabesque en do majeur opus 18 SUPÉRIEUR SUR LE CD PLAGE 6

XXVIII I PIANISTE n°104 I mai-juin 2017


Robert Schumann Arabesque en do majeur opus 18 SUPÉRIEUR SUR LE CD PLAGE 6

mai-juin 2017 I PIANISTE n°104 I XXIX


ZINI

Robert Schumann Arabesque en do majeur opus 18 SUPÉRIEUR SUR LE CD PLAGE 6

XXX I PIANISTE n°104 I mai-juin 2017


Robert Schumann Arabesque en do majeur opus 18 SUPÉRIEUR SUR LE CD PLAGE 6

mai-juin 2017 I PIANISTE n°104 I XXXI


ZIN

Robert Schumann Arabesque en do majeur opus 18 SUPÉRIEUR SUR LE CD PLAGE 6

XXXII I PIANISTE n°104 I mai-juin 2017