Vous êtes sur la page 1sur 116

32 PAGES

DE PARTITIONS
TOUS NIVEAUX

PROGRESSEZ À VOTRE RYTHME, VIVEZ VOTRE PASSION ! www.pianiste.fr / Bimestriel juillet-août 2017 n°105

PORTFOLIO
Les somptueux
pianos du musée
de la Musique
NOS TESTS
Trois quarts-de-queue
de belle facture
À L’AFFICHE
Nathalia Milstein
FESTIVALS
Les incontournables
de l’été
Belgique, Lux, Grèce, Port cont., Italie: 9,20 € - Canada: 12,50 $can - Dom: 9,20 € - Nouvelle Calédonie: 1150 XPF - Polynésie: 1300 XPF - Suisse: 15,10 CHF

FRÉDÉRIC
’:HIKNQB=VU]^UU:?a@l@k@f@a"
M 03611 - 105 - F: 8,90 E - RD

Les plus grands


pianistes en parlent
ZINIO

SOMMAIRE NO 105 ❚ JUILLET-AOÛT 2017

LE MAGAZINE
5 ÉDITORIAL
Par Stéphane Friédérich
6 ACTUALITÉS
Événements, festivals,
partitions, livres…
24 À L’AFFICHE
Nathalia Milstein
28 PORTFOLIO
Musée de la Musique: ses trésors en images
32 EN COUVERTURE
Frédéric Chopin par ses interprètes
d’aujourd’hui
60 PIANOS À LA LOUPE
Trois quarts-de-queue de belle facture
et à prix abordable et deux claviers de salon
SDP

complets et faciles d’utilisation


32
66 CHRONIQUES DISQUES
Classique et jazz
82 L’INVITÉ DE PIANISTE
Bernard Magrez

LIVRET DE PARTITIONS
COLLECTIONS MUSÉE DE LA MUSIQUE

32 pages de partitions
MARCO BORGGREVE

annotées

28 24 LA PÉDAGOGIE
43 SCHUBERT, LISZT ET HOROWITZ
Par Alexandre Sorel
TOUTES LES PIÈCES COMMENTÉES
LA LEÇON DE JAZZ
d’Antoine Hervé
« Uptown » de McCoy Tyner
KLAUS RUDOLPH

PINO MONTISCI

6 1

juillet-août 2017 I PIANISTE n°105 I 3


Abonnez-vous à
Numérique

à partir de


16,99

>
Votre magazine Pianiste en version digitale dès sa sortie
Un accès sur tout support : ordinateur, mobile et tablette (iOS/Android)
Un confort de lecture optimisé, où que vous soyez

Abonnez-vous directement sur :


www.pianiste.fr/abonnement/pianiste_num1502
ZI
ZINIO

ACTUALITÉS ÉVÉNEMENTS

connaissent bien. Les clés de l’inter-


À ÉCOUTER prétation des Chants de l’aube sont
Concours Clara Haskil autrement plus difficiles à trouver.
Demi-finale musique Vous parliez de maturité
de chambre, 23 août. des interprètes. N’est-il pas
Finale avec orchestre, 25 août paradoxal de leur demander
Festival et Académie de jouer les Gesänge der Frühe,
de Zermatt, du 8 au alors que la plupart n’ont pas
17 septembre. Avec Isabelle acquis le vécu nécessaire ?
Faust, Esther Hoppe (violons), Évidemment, dans une telle épreuve,
Stephan Genz (baryton), je n’attends pas des candidats qu’ils
Finghin Collins, Michel révèlent la matière sonore d’un Rich-
Dalberto (pianos), Christian ter ou d’un Kempff, mais je sais que
Zacharias (piano et direction) les « vrais » artistes possèdent l’intui-
tion des œuvres. Adam Laloum en
Le problème avec certains concours est l’illustration.
prestigieux, c’est que souvent, le Pre- Parlez-nous du Festival
mier Prix joue très bien pendant et de l’Académie de Zermatt…
cinq ans, puis il disparaît de la scène. Je participe à nouveau au Festival
Or, la maturité d’un pianiste et son et à l’Académie dont les partenaires
style propre s’épanouissent à 40 ou et les organisateurs sont les mêmes
50 ans. C’est à cet âge que l’on sait que ceux du Concours Clara Haskil.
si le prix obtenu vingt ans aupara- Ce qui m’intéresse, c’est de travailler
vant était justifié. en profondeur avec des jeunes qui
Avez-vous apporté sont déjà préparés par des membres
des modifications au règlement du Philharmonique de Berlin, le Scha-
du concours ? roun Ensemble. Il y a un échange de
Cette année, j’ai changé les règles, qualité, d’apprentissage du métier.
notamment en incluant des Études Cette année, j’ai proposé essentiel-
de Chopin. Redoutables Études qui, lement des œuvres de Schumann,
jouées au sens littéral du terme par des concertos, de la musique de
KLAUS RUDOLPH

le candidat, l’éliminent de facto ! L’an chambre et pour orchestre.


passé, j’étais un peu déçu et on n’a Vous êtes pianiste et chef
pas donné de prix. Mais, pour cette d’orchestre. Comment
CHRISTIAN ZACHARIAS édition, nous avons sélectionné répartissez-vous vos activités ?
deux candidats supplémentaires, soit Je donne quelques récitals durant la sai-
26 musiciens sortis des éliminatoires. son, plus encore pendant les festivals.

SUR LES SOMMETS Le niveau est très élevé et, entre nous,
une dizaine de pianistes me paraissent
déjà meilleurs que les finalistes de
À la rentrée, la direction d’orchestre
s’imposera dans mon planning.
Quels sont vos projets
Cette année, le pianiste allemand préside le Concours la précédente saison. J’ai toujours discographiques ?
international de piano Clara Haskil et il est l’un aimé ce concours, tout comme celui Calmes… Je ne ressens pas pour l’ins-
des grands invités du Festival et de l’Académie de Géza Anda que je présiderai en tant le besoin d’enregistrer des pièces
2018, à Zurich. pour piano. Peut-être reviendrai-je
de musique de Zermatt. Nous lui avons demandé Quelles œuvres à Haydn. L’année prochaine, je pro-
de nous parler de ces deux manifestations suisses avez-vous imposées ? gramme en effet des récitals avec trois
auxquelles il est particulièrement attaché. En ce qui concerne les compositeurs sonates de Haydn et deux suites de
contemporains, nous programmons Bach. Pour orchestre, c’est différent.
une pièce de Nicolas Bacri, après celles Je songe notamment aux Légendes de

Q
uelles sont les que leur virtuosité. Au cours de son de Bruno Mantovani et Thomas Dvorák dont il existe peu d’enregis-
spécificités du Concours histoire, celle-ci a toujours récom- Adès. L’année prochaine, nous pro- trements. Encore faut-il que je trouve
Clara Haskil ? pensé de grands artistes, de Chris- poserons probablement une œuvre un complément à cette partition…
J’ai accepté la présidence toph Eschenbach à Michel Dal- de Thierry Escaich. Pour le répertoire Propos recueillis
de ce concours après avoir berto en passant par Richard Goode « traditionnel », nous avons sélec- par Stéphane Friédérich
participé à nombre d’épreuves en tant et Adam Laloum ; autant de musi- tionné les Gesänge der Frühe, une par-
que juré. Je suis séduit par l’âme de ciens avec une immense sensibi- tition rarement jouée, car tardive, L’ENTRETIEN INTÉGRAL SUR
cette compétition qui met en lumière lité, peut-être même une fragilité de Schumann. Nous sommes loin du
la musicalité des candidats bien plus que je qualifierais de « précieuse ». Carnaval que la plupart des pianistes

6 I PIANISTE n°105 I juillet-août 2017


ZINIO

dans Bach, Behzod Abduraimov, Varsovia, dans un programme Cho-


cette fois dans le Concerto n°3 de pin (12), Gaspard Dehaene et Luis
Rachmaninov (23). Suivront les Fernando Pérez, Adam Laloum
clavecinistes Bertrand Cuiller (24), (14), Nelson Freire (14), Arcadi
Yoann Moulin (25), Pierre Gallon Volodos (16), Lucas Debargue (18)
(26), Brice Sailly (28), Bruce Bru- et Abdel Rahman El Bacha (19).
baker (7 août)… N’oublions pas non plus une impres-
Pavel Kolesnikov jouera Schumann, sionnante Nuit du piano réunissant,
Schubert et Chopin (26), Philippe le 5 août, sept pianistes. Quelques
Giusiano, Chopin (27), RémiGeniet, incursions dans le jazz avec le trio de
Beethoven (27), Marc Laforêt, Cho- Joey Alexander (24 juillet), Thomas

SAMUEL CORTES
pin (28). Plamena Mangova et Enhco et la joueuse de marimba Vassi-
Andrei Korobeinikov présenteront lena Serafimova (25), Ray Lema et
les deux concertos de Brahms (29). Laurent de Wilde (1er août)… S. F.
LA ROQUE D’ANTHÉRON On retrouvera aussi Alexandre Kan- du 21 juillet au 19 août, festival-piano.com

Le piano en démesure torow et Christian Zacharias dans


deux récitals (31), puis Jonas Vitaud,
Nicholas Angelich (2 août), Marie-
ncontournable Roque d’Anthé- de la tête entre le parc du château Ange Nguci, Maroussia Gentet,

I ron… une sorte de passeport pour


la plupart des pianistes de la scène
internationale. Voici une sélection
de Florans, l’abbaye de Silvacane et
le florilège d’artistes invités. Boris
Berezovsky ouvrira le festival avec
Vikingur Olafsson, Alexandre Tha-
raud (3), Francesco Tristano, Jean-
Frédéric Neuburger, Seong-Jin Cho
de la 37e édition, entre récitals, musi- le Concerto n°2 de Rachmaninov (4), Momo Kodama, François-

CHRISTOPHE GREMIOT
que de chambre, concerts avec orches- (21 juillet). Puis ce sera au tour Frédéric Guy (6), Nikolaï Lugan-
tre, concerts découvertes, Nuit du d’Evgeny Kissin dans Beethoven et sky (8), Nathalia Milstein (9), Nel-
Boris Berezovsky.
piano, jazz… on ne sait où donner Rachmaninov (22), Jean Rondeau son Goerner aux côtés du Sinfonia

PIANISSIMO
Répertoire varié pour pianistes

Editions volumineuses
pour les cours et le plaisir de jouer

Hans-Günter Heumann Hans-Günter Heumann Tous les volumes disponi-


Für Elise Rêve d‘amour bles dans votre magasin de
Lettre à Elise Les 50 pièces classiques musique et en ligne.
Les 100 pièces classiques les les plus merveilleuses
plus merveilleuses pour piano Listes complètes des œuvres
pour piano
et aperçus sur
OUVEAU NOUVEAU ISBN 978-3-7957-5891-2 www.schott-music.com
ED 20044 • 16,50 € ISBN 978-3-7957-5916-2
Hans-Günter Heumann Hans-Günter Heumann
ED 20573 • 17,50 €
The Entertainer Piano piccolo Une petite musique
100 pièces divertissantes pour piano du 111 Petites pièces classiques originales
de nuit
classique à la musique pop et très faciles pour piano Duos de piano
60 Chefs-d‘œuvre de la
musique classique dans 50 pièces originales de 3
Ce volume regroupe des œuvres pour représente le volume le plus siècles pour piano à 4 mains
des arrangements faciles
adapté aux débutants, avant le volume Für : intermédiaire
pour piano
(ex. Amélie Poulain, Titanic, Cats) et , ED 20044). Ce recueil ISBN 978-3-7957-4875-3
des indémodables des légendes comme géant renferme un répertoire renommé ED 21379 • 19,50 €
ISBN 978-3-7957-5988-9
Duke Ellington et Frank Sinatra. Qui plus auquel se joignent des perles rares, moins
ED 20764 • 17,50 €
est, il contient des œuvres classiques connues. Une vraie caverne d‘Ali Baba,
célèbres et souvent jouées de Bach, idéale pour un enseignement riche et varié Le grand livre
Mozart, Beethoven et autres, jusqu‘aux dès le début.
grands classiques comme Oh Happy Day d‘études
ou . 100 Études merveilleuses
pour Piano

ISBN 978-3-7957-1066-8 ISBN 978-3-7957-1073-6


ED 22600 • 17,50 € ED 22601 • 17,50 € ISBN 978-3-7957-4544-8
ED 21122 • 17,50 €
ZINIO

ACTUALITÉS ÉVÉNEMENTS
Plus d’infos sur www.pianiste.fr

LISZT EN PROVENCE et Boris Berezovsky. Il n’est pas tou-


jours aisé de faire venir des artistes

TOUCHES lorsque telle ou telle manifestation


leur a fait signer des contrats d’enga-
gement exclusifs pour une période

MAGYARES donnée. C’est très dommageable.


Parlez-nous du public
et de l’avenir du festival…
Fondatrice et directrice En termes de culture, il n’y avait pas
grand-chose dans le Haut-Vaucluse
du festival, Thérèse et nous avons eu la chance d’avoir
Français célèbre depuis le soutien de journaux régionaux.
vingt ans le compositeur Nous avons gagné un public qui nous
est resté fidèle et qui vient parfois
hongrois et ses nombreux de fort loin. Maintenir un tel festival
interprètes. Rencontre est enthousiasmant et… éprouvant,
avec une passionnée du car nous ne comptons que sur nous-
mêmes et ne disposons d’aucune aide
grand piano romantique.
publique. C’est l’inconvénient et

SDP
l’avantage à la fois quand on veut res-

C
omment est né août 1998, a été grandement faci- un Erard de 1885. Ce dernier est ter maître de son destin.
le festival ? lité par mon amitié avec le pianiste encore utilisé pour des concerts, Propos recueillis
Quand j’habitais Londres, canadien Marc-André Hamelin. moins le premier. par Stéphane Friédérich
j’admirais les pianistes – sur- Il m’a suivie dans cette aventure. Comment choisissez-vous Les pianistes invités : Florian Noack,
tout russes – qui jouaient Liszt. Par ailleurs, toujours à Londres, les pianistes que vous invitez ? Vanessa Benelli Mosell (23 juillet),
Puis je me suis intéressée aux bio- j’avais fait l’acquisition d’un piano Je les découvre parfois lors de grands Julie Alcaraz, Maurizio Baglini (6 août),
graphies du compositeur, celles d’Alan Fazioli 278 qu’il a fallu transporter concours. Bien sûr, nous accueillons Dmitry Sin, Goran Filipec (13), Marc-
Walker, de Roland de Candé et de dans ce lieu extraordinaire qu’est des musiciens virtuoses, mais plus André Hamelin (20), Elena Rozanova
bien d’autres encore. C’est la musi- le château Saint-Estève où se déroule encore de vrais artistes, en cherchant et Arseny Tarasevich-Nikolaev (27),
que et peut-être plus encore le per- la manifestation. Plus tard, mon un certain équilibre entre têtes Liya Petrova (violon) et Suzana Bartal
sonnage qui m’ont fascinée: sa géné- mari m’a offert un second Fazioli, d’affiche et jeunes talents. (24 septembre), Vérène Andronikof
rosité et son ouverture sur les autres. le modèle 212. Ces deux instru- Quels sont les pianistes que (soprano), Christiane Behn,
Je souhaitais donc mieux le faire ments trônent dans deux endroits, vous êtes impatiente de recevoir ? Cord Garben (pianos) (22 octobre)
connaître en France et le défendre. l’un dans l’Orangerie, l’autre au châ- Qui nous ont encore échappé ? Par du 23 juillet au 22 octobre,
Le coup d’envoi du festival, en teau. Ajoutons un Broadwood et exemple, je pense à Arcadi Volodos liszt-en-provence.com

Juliana
Steinbach. Saison Blüthner : clôture n’aurait mis malheureusement
l’accent que sur la forme. La soirée
s’est achevée avec L’Isle joyeuse de

L
a pianiste franco-brésilienne placé sous les auspices d’une expres- Debussy, ultime remerciement de
Juliana Steinbach a clôturé, sion libre. Outre les qualités pictu- la soliste pour un public conquis.
le 23 mai, l’édition 2016/2017 rales de l’artiste, ce fut sa maîtrise En ce qui concerne la prochaine
de la Saison Blüthner au Goethe- des éclairages sonores et du chant saison ? Pas grand-chose, hormis
BALAZS BOROCZ

Institut. Rhapsodies de Brahms, qui retinrent l’attention, rendant à une date – 3 octobre 2017 – et
Fantaisie de Schumann, pièces de la technique son évidence de fond, un thème – le bio !
Villa-Lobos : ce dernier récital fut là où une interprétation classique Clément Serrano

PIANO ET MASTER CLASSES À L’ABBAYE DE SAINT-SAVIN


Plusieurs concerts seront proposés chaque jour à l’abbaye de Saint-Savin-sur-Gartempe et dans la Vallée des Fresques (86). Le festival accueillera
Philippe Cassard (19 août), Dmitri Alexeev et Stanislav Pochekin, ainsi que le duo Carles Lama & Sofia Cabruja (22). Par ailleurs, des classes
de maître seront dirigées par les solistes invités. Vingt et un jeunes pianistes venus du monde entier y assisteront et donneront chacun un récital.
Du 18 au 27 août, festivaldepianodesaintsavin.com

8 I PIANISTE n°105 I juillet-août 2017


ZINIO

CHRISTOPHE GREMIAUT
Tanguy de
Williencourt.

FESTIVAL DE LA VÉZÈRE

36e opus corrézien www.centre-chopin.com


u cours de l’été, la Corrèze est riche en événements musicaux.

A Le Festival de la Vézère propose 19 concerts associant grands noms


de la scène et jeunes artistes qui se produiront dans des lieux
multiples (château du Saillant, Théâtre de Brive-La-Gaillarde, église
de Saint-Ybard, abbatiale d’Aubazine, etc.). La manifestation s’ouvrira
avec le duo Igudesman & Joo (12 juillet). Parmi les pianistes invités:
Ismaël Margain (15), Tanguy de Williencourt en compagnie
LE PLUS GRAND CHOIX DE
de lauréats du Conservatoire de Paris (le 22), Béatrice Berrut avec
la violoncelliste Camille Thomas (3 août), Abdel Rahman El Bacha (5),
PIANOS ACOUSTIQUES &
Kit Armstrong accompagné par l’Orchestre d’Auvergne dirigé NUMÉRIQUES EN
par Guillaume Chilemme (16) et Pascal Amoyel dans son spectacle
« Le jour où j’ai rencontré Franz Liszt » (19). S. F. EXPOSITION PERMANENTE
du 12 juillet au 22 août, festival-vezere.com
ET EN ESSAI LIBRE.

GRANDS RENDEZ-VOUS
Marc Laforêt participera le 4 juil- de Gordes (84), dans le cadre du
let, à Saint-Nizier-sous-Charlieu prestigieux Festival de la Roque
(42), à l’Estivale de la Bâtie : au d’Anthéron. Il repartira en voyage
programme de son récital avec avec Frédéric Chopin » et Jean-
le récitant Jean-Yves Clément, Yves Clément, le 9 août, à l’abbaye
« Les Voyages de Frédéric Cho- de Corbigny (58).
pin ». Le 18 juillet, au château de
Meursault (21), il donnera des œu- L’association Le Pont des Arts pro-
vres de Bach à Bacchus. Le 24, il se pose plusieurs concerts cet été,
produira dans le domaine de Che- dont celui de la violoniste Naoka
valier, à Léognan (33), pendant Aoki et du pianiste Tadashi Imai,
Les Grands Crus musicaux, puis le 15 juillet, à l’église de Maison-
le 28, au Théâtre des Terrasses Maugis (61). Ils réuniront des mor-
ceaux de Bach, Brahms, Debussy
et Prokofiev.
le-pont-des-arts.org

et, à l’abbaye aux Dames,


cadre du Festival de
Bertrand Chamayou
Concerto pour piano n°23
t sur un pianoforte, avec
e des Champs-Élysées PARIS 20ème BOULOGNE
UGO PONTE

r Alessandro Moccia. Tél: +33 (1) 43 58 05 45 Tél: +33 (1) 46 10 44 77


Marc Laforêt.
festivaldesaintes.org
ZINIO

ACTUALITÉS ÉVÉNEMENTS
Plus d’infos sur www.pianiste.fr

PINO MONTISCI
Enzo
Ponticelli.
PINO MONTISCI

PINO MONTISCI
Lorenzo
Soulès. Claudia Chan.

PIANO CITY MILANO

LES RAGAZZI D’ORLÉANS EN TERRE ITALIENNE


Cette 6e édition, organisée tous les ans à Milan, a vu pousses vertes et « Brins d’herbe » se produire
dans des différents lieux pittoresques de la ville, entre jardin et plan d’eau. Un terreau d’origine bien fertile :
le Concours International d’Orléans qui récompense des jeunes pianistes de toutes nationalités.

D
isséminés un peu partout jardins de la Galerie d’art moderne, crée une onde de choc, délivrant avec Premier Prix du 1er niveau, Enzo
dans la ville, au cœur de le samedi 20 mai. Étudiant au pulsion, tapements de cordes et jeux Ponticelli, 10 ans, Prix Tansman,
la Rotonde de la Besana Conservatoire de Cologne et lauréat de mains sur la table d’harmonie une et Viola Asoskova, 14 ans, Prix
ou sur les eaux de l’Hôtel 2016 du CIO, il sait attirer les curieux musique contemporaine refaite à d’excellence du 2e niveau, accom-
Senato, les lauréats du Concours qui viennent en bancs – à défaut de neuf – et du « vieux » répertoire. pagnant un chœur d’enfants pour
International d’Orléans (CIO) font n’avoir que le programme déplié pour Parmi les œuvres jouées : Mobile de une série de comptines françaises
forte impression. Ils relèvent le défi s’asseoir par terre. Le public s’enthou- Michelle Agnes Magalhaes, plusieurs revisitées par Marc Dupin. On appré-
de participer au Piano City Milano, siasme devant tant d’aisance à rendre extraits des Kinderszenen opus 15 cie les séquences d’improvisation
festival qui noie la ville lombarde au son sa noblesse et ses intuitions de Schumann et les Variations sur un offertes par le très mature Irintsoa
sous un flot ininterrompu de notes : premières. À la suite de la Sonate thème de Schumann opus 9 de Brahms, Rakotondratsima, la virtuosité
plus de 400 concerts en trois jours ! n°10 de Scriabine, le charme se pro- suivies des Caténaires de Carter. En technique de Viola Asoskova et le
Pour eux, l’opportunité est trop longe par quelques notes impres- guise d’accompagnement, quelques toucher profond d’Enzo Ponticelli.
belle. « Nous amenons de jeunes pia- sionnistes et contemporaines : gouttes de pluie importunes. Si Après la ville de Milan, un autre
nistes à vivre une expérience de la deuxième série des Images de cette intrusion interrompt à certains rendez-vous musical sera organisé
concertiste unique, avec un public Debussy et Mana de Jolivet. Un tir moments le concert, son impact sur par le Concours International
divers, des conditions acoustiques ori- nourri d’applaudissements concluent l’eau épouse par temps clair les sono- d’Orléans du 19 au 22 juillet 2017,
ginales et un programme centré sur le concert après la Sonate opus 81 de rités sibyllines du jeu de la soliste. dans les jardins des châteaux de
une musique peu jouée, le répertoire Beethoven, le meilleur de son récital. Le lendemain, la Rotonde de la la Loire. Quatre concerts y seront
contemporain », confie Isabella Vasi- Plus tard dans l’après-midi, Claudia Besana accueille, en plus des tradi- donnés en plein air, mettant à l’hon-
lotta, la directrice artistique du Chan, 27 ans, fait son entrée pieds tionnels ragazzi des quartiers voi- neur six jeunes lauréats du Concours
Concours International d’Orléans. nus dans la cour de l’Hôtel Senato, sins, quelques grands gagnants de Brin d’Herbe. À vos oreilles !
L’odyssée en terre transalpine débute traversant une vaste étendue d’eau l’édition 2017 du Concours Brin C. S.
avec Lorenzo Soulès, 25 ans, qui sur laquelle est posé sur Plexiglas un d’herbe. S’y côtoient les pianistes du 19 au 22 juillet,
anime d’un phrasé sec et soigné les piano Yamaha. Son interprétation Irintsoa Rakotondratsima, 9 ans, jardins-valdeloire.com

10 I PIANISTE n°105 I juillet-août 2017


ZINIO

RENCONTRES MUSICALES D’ÉVIAN Seong-Jin Cho. Evgeny Kissin.

GRANDS
Bol d’air(s) RENDEZ-VOUS
e programme de la Grange au Le 20 juillet, Wilhem Latchou-

BARTEK SADOWSKI/THE FRYDERYK CHOPIN


Lac, écrin de bois sur les hau- mia présentera des partitions de
teurs d’Évian, rend un bel hom- Debussy, Falla, Mompou et Satie
mage à Mstislav Rostropovitch à l’abbaye aux Dames pendant
dont on aurait célébré cette année le festival de Saintes.
le 90e anniversaire. En effet, le vio- festivaldesaintes.org

ALINE PALEY
loncelliste russe inspira ce festival
dont il fut le directeur artistique. Le festival baroque Sinfonia rece-
Parmi les très nombreux invités, œuvres pour violoncelle et piano « Hammerklavier » de Beethoven vra trois clavecinistes. Le premier,
intéressons-nous tout particuliè- de Brahms (2). On retrouvera et des Préludes de Rachmaninov (5). Justin Taylor, associera Bach,
rement à quelques pianistes et à le pianiste dans des quatuors avec Elena Bashkirova s’illustrera avec Rameau, Sweelinck, Scarlatti et
une programmation consacrée pour piano de Brahms et Lekeu (6). d’autres musiciens chambristes dans Soler le 2 août, à l’église de Razac-
l’essentiel à la musique roman- Seong-Jin Cho jouera le Concerto des pièces de Mozart et Schumann sur-l’Isle, en Dordogne. Puis Lil-
tique allemande. pour piano n°2 de Chopin avec (6). Le concert de clôture réunira à lian Gordis s’illustrera dans des
Nicholas Angelich se produira l’Orchestre des Pays de Savoie dirigé nouveau Evgeny Kissin avec le Qua- sonates de Scarlatti à l’église
aux côtés du Quatuor Modigliani par Nicolas Chalvin (2). Nicholas tuor Modigliani dans des partitions d’Antonne (30). Enfin, Amandine
dans le Quintette pour piano, puis Angelich et Martin Helmchen de Mendelssohn, Dvorák et, en Habib se distinguera dans des
en soliste dans les Scènes d’enfants donneront la version à deux pianos création française, dans le Quatuor pièces de Bach à l’église de Bas-
de Schumann (1er juillet). Jean- d’Un requiem allemand de Brahms, à cordes de Kissin (9) ! S. F. sillac (1er septembre).
Frédéric Neuburger accompagnera sous la direction d’Howard Arman du 1er au 9 juillet, sinfonia-en-perigord.com
Henri Demarquette dans des (3). Evgeny Kissin offrira la Sonate rencontres-musicales-evian.fr

Les Solist
es du 2 au 17
septembre
à Bagatelle samedi & dimanche

2017
à 16 h et 18 h

Renseignements :
01 45 88 53 96
Orangerie du Parc de Bagatelle www.ars-mobilis.fr
Grille de Sèvres
Route de Sèvres à Neuilly
75016 Paris Prix des places :
20 € (TP) 15 € (TR)

juillet-août 2017 I PIANISTE n°105 I 11


ZINIO

ACTUALITÉS ÉVÉNEMENTS
Plus d’infos sur www.pianiste.fr

DU MANS À PARIS

LE CLAVIER BIEN
REPRÉSENTÉ
Entre le Festival de l’Épau et le Théâtre des
Champs-Élysées, ce fut un beau voyage pianistique.

L
e Festival de l’Épau, dont sous la voûte enveloppante du dor-
la 35e édition s’est achevée toir de l’abbaye, c’est Nelson Freire
le 23 mai, vaut bien une qui a ému l’auditoire dans un pro-
heure de train, et son abbaye, gramme Bach (transcriptions), Schu-
le détour. Si les mâtines, vêpres et mann, Villa-Lobos, Chopin, avec
complies n’y résonnent plus depuis toute la profondeur, la tendresse,
longtemps, la musique y a trouvé l’ardeur et l’expressivité naturelle
un cadre idéal, magnifiée par une de son jeu.
acoustique sans pareille. La mani-
festation offre plusieurs lieux, et Une sublime prestation
les Manceaux n’ont pas hésité à Retour à Paris le 20 mai, pour
braver la pluie drue d’un gravier à entendre au Théâtre des Champs-

TODD ROSENBERG
l’autre, pour entendre les pianistes Élysées Daniil Trifonov et la Staats-
invités : sous les voûtes de l’hôtel kapelle de Dresde dirigée par Chris- Daniil Trifonov.
du département à l’ambiance inti- tian Thielemann. À l’honneur en
miste, Marc Laforêt et Jean-Yves ce mois de printemps, Pelléas et il met à nu ici et là les frêles reliefs inouï de l’interprète : l’exploit est
Clément en sobre narrateur ont Mélisande de Fauré et de Schoenberg des dissonances ravéliennes dans réussi qui fait entendre une ligne
emmené le public en voyages, ceux mis en miroir, d’une charge drama- de subtiles inflexions, se fond par sublime, jusqu’au Presto où le clavier
de Chopin, dans un cycle de mazur- tique oppressante, et le Concerto moments dans l’orchestre et suspend s’allège, lumineux. En bis, d’impal-
kas interprétées avec noblesse et en sol de Ravel, comme une oasis. le temps dans l’Adagio assai d’une pables Reflets dans l’eau de Debussy
poésie, sans l’once d’un maniérisme Le pianiste sidère par sa posture : lenteur à la limite du concevable, au traits évanescents, dans un doux
que certains infligent à leur écri- dans une transe immobile, une éco- contemplatif, avec une intention, une scintillement. Du grand art !
ture sophistiquée. Le soir, cette fois nomie de gestes poussée à l’extrême, couleur par note. Paradoxe et talent Jany Campello

FESTIVAL DE RADIO FRANCE OCCITANIE MONTPELLIER


NUITS DU
Révolutionnaire ! CHÂTEAU DE
LA MOUTTE
C
ette année, le festival a choisi Kouider et la violoniste Alexandra

F
de célébrer les révolutions et, Soumm (18) et, le même jour, un rançois-René Duchâble,
plus particulièrement, celle récital de Fazil Say. Le 20 juillet aux côtés de la mezzo-
d’octobre 1917 en Russie. Un sujet sera presque entièrement consa- soprano Sandrine Sutter
particulièrement riche sur le plan cré au piano russe avec la venue (1er août), associera des œuvres
musical, qui mettra en valeur les d’Ismaël Margain et Guillaume romantiques. Puis Khatia et
deux orchestres, ainsi que le chœur Bellom, Lukas Geniusas, Boris Gvantsa Buniatishvili offriront
IRENE KIM

de Radio France, et permettra au Berezovsky… Philippe Cassard Lukás Vondrácek. « 2 pianos sur l’eau » (5). Le 10,
public de découvrir des talents et se produira en trio avec le violo- le festival tropézien accueillera
d’assister à nombre de concerts niste Marc Bouchkov et le violon- Vondrácek, François Dumont Nelson Freire. Le dernier concert
gratuits. Parmi les pianistes pro- celliste Christian-Pierre La Marca avec le violoniste Nicolas Dautri- réunira des artistes de jazz
grammés : Jean-Paul Gasparian (21). Herbert Schuch, Florent court (26), et Nathalia Milstein autour de Jacky Terrasson (13).
(11 et 12 juillet), Frederik Steen- Boffard et Andrei Korobeinikov (28) de monter sur scène. du 1er au 13 août, lesnuits
brink accompagnant la chanteuse donneront chacun un récital (22). S. F. duchateaudelamoutte.com
Isabelle Georges (17), Paloma Le 24, ce sera au tour de Lukás du 10 au 28 juillet, lefestival.eu

12 I PIANISTE n°105 I juillet-août 2017


ZINIO

37e Festival
International de Piano
L a R o q u e d ’ A n t h é ro n
Vue du Percy. www.festival-piano . com

PIANO EN TRIÈVES

BENEDICTE WAIT
Moteur, action !
uand le 7e art inspire la 7e édi- se partageront la scène, permet-

Q tion du festival qui se déroule


dans le pittoresque village
du Percy (160 habitants) niché
tant ainsi de décloisonner le clas-
sique. Quelques invités entre chant,
jazz et classique : Karine Dutoit,
au cœur du Trièves, dans l’Isère. le jazzman Andy Emler avec son
Sa directrice, Karine Grosso, a ima- trio (la pianiste Karine Grosso
giné une manifestation des plus créera sa pièce Wake up ya all !),
originales. Celle-ci accueillera entre Karin Lechner, Nathalie Négro,
autres la réalisatrice Coline Serreau, Nima Sarkechik, la Chorale du
dont le public sait moins qu’elle Delta dirigée par Coline Serreau,
est également une remarquable l’Écran Vagabond… À noter que
musicienne. les pianos Bechstein soutiennent
Six soirées ont été conçues autour Piano en Trièves. EVGENY KISSIN
du piano avec des artistes de renom, S. F.
dans un décor naturel époustou- du 7 au 12 juillet, THOMAS ENHCO PIERRE GALLON
RICHARD GALLIANO PAVEL KOLESNIKOV
flant. Amateurs et professionnels piano-en-trieves.com/edition-2017 PIERRE QUEVAL

ALEXANDRE KANTOROW CHRISTIAN ZACHARIAS


YARON HERMAN
NICHOLAS ANGELICH VIKINGUR
OLAFSSON
GRANDS RENDEZ-VOUS FRANCESCO TRISTANO
BRUCE BRUBAKER
Nicolas Stavy se produira avec de Pitié de Saignon (84), à l’occa- FLORENT BOFFARD LIDIJA BIZJAK
le comédien Robin Renucci, sion des Musicales du Lubéron. EMMANUEL STROSSER
dans le concert littéraire intitulé musicalesluberon.com JEAN-PAUL GASPARIAN
« L’Enfance à l’œuvre » qui sera MATAN PORAT
FRANÇOIS-FRÉDÉRIC GUY
donné à plusieurs reprises : du 6 Dans le cadre des Semaines musi- NATHANAËL GOUIN PALOMA KOUIDER
au 24 juillet, lors du Festival d’Avi- cales de Quimper, Romain Hervé
gnon en itinérance, puis à Bastia, jouera, le 17 août, au Théâtre de VINCENT COQ PHILIPPE HATTAT
le 28 juillet. Cornouaille, aux côtés de la soprano LUIS FERNANDO PÉREZ
GASPARD DEHAENE ANNE QUEFFÉLEC
treteauxdefrance.com/ Mathilde Étienne et du ténor Emi- CHRISTIAN IVALDI
les-spectacles liano Gonzalez Toro, des pièces sur GUILLAUME BELLOM
le thème de l’amour. Le 10 septem- ABDEL RAHMAN EL BACHA
Le 3 août, Alexandre Paley bre, on retrouvera le pianiste avec
accompagnera la violoncelliste Véra Tsybakov à l’église Notre-
Sonia Wieder-Atherton dans des Dame-d’Airon (62). Ils y interpré-
sonates, suites et partitas de Bach. teront des pièces de Debussy.
Ce concert aura lieu à Notre-Dame www.semaines-musicales.bzh Réservations: +33 (0)4 42 50 51 15

juillet-août 2017 I PIANISTE n°105 I 13


ZINIO

ACTUALITÉS ÉVÉNEMENTS
Plus d’infos sur www.pianiste.fr

FESTIVAL DU
VIGAN NOTES
GARDOISES

L
a 42e édition du Festival
du Vigan, dans le Gard,
propose 13 soirées
variées, du récital au concert
avec chœur et orchestre.
Alyna Artemyeva
accompagnera la violoniste
Elli Choi dans Chausson,
Beethoven et Ernst (22 juillet).
David Lively présentera
des pièces américaines (25).
Geoffroy Couteau offrira
un programme Schubert-Liszt,
Château de Talcy.
Schumann et Brahms (2 août).

SDP
Miroslav Kultyschev
se produira dans Chopin,
tout simplement le chiffre « 5 ». Rachmaninov et Tchaïkovski
LA CLÉ DES PORTES Étonnant ce que l’on peut réaliser (10). Le violoniste Philip Bride

LE CLUB DES CINQ en matière musicale avec ce chiffre


béni des dieux ! L’inspiration des
responsables du festival est sans
et Jean-Marc Luisada
joueront Mozart, Schubert,
Chopin et Franck (22). S. F.

P
lacée sous la direction artis- Jean-Baptiste Aguessy, Christian- limites et les mélomanes ou simples du 17 juillet au 22 août,
tique d’Arthur Ancelle et Pierre La Marca, Dmitri Berlinsky, curieux se régaleront de ces quin- festivalduvigan.fr
de Ludmila Berlinskaia, la Vytautas Sondeckis, Adelaide Fer- tettes, pièces à cinq mains, Groupe
5e édition de la manifesta-
tion qui se déroule dans le Loir-
riere (Révélation des Victoires de
la musique classique 2017), Sylvain
des Cinq… En somme, cinq fois
plus de raisons d’aller faire un tour
PIANO
et-Cher, entre Mer et Talcy, reçoit Borredon, Tatiana Fedoseeva, sur les bords de la Loire ! S. F. AU FIL DE LA
de nombreux artistes: Alena Baeva, Ludmila Berlinskaia et Arthur
Alexeï Lundin, Léa Hennino, Ancelle. Cette année, le thème est
du 26 au 30 juillet,
lacledesportes-festival.com CHARENTE

P
our sa 1re édition,
ce festival créé par

Les Grands Crus musicaux


Alexandre Sorel s’ouvrira,
le 11 août, par un récital de
Lukas Geniusas au château

O
nze concerts et dégustations ! Oreilles et papilles seront sollicitées à de Verteuil-sur-Charente.
l’occasion de la 15e édition de ce festival, dont les noms des domaines Une belle affiche suivie
qui accueilleront les concerts font rêver: châteaux d’Yquem, Angelus, par un concert-lecture qui
Smith Haut Lafitte, Lescombes, Pape Clément… Quelques artistes réunira la pianiste Jacqueline
invités: Tedi Papavrami (violon) et François-Frédéric Guy (11 juillet), Bourgès-Maunoury (12)
Bertrand Chamayou (13), Lucas Debargue (19), Alexandre Kantorow, et la conteuse Valérie de
Château d’Yquem.
Giovanni Bellucci (22) et Marc Laforêt (24). S. F. La Rochefoucauld: une soirée
SDP

du 11 au 29 juillet, grandscrusmusicaux.com consacrée au « Journal


d’un amour absolu » de Robert
et Clara Schumann.
Le même jour, à l’abbaye
de Nanteuil-en-Vallée, récital
FESTIVAL CLEF DE SOLEIL piano jazz de Bernard
Cette manifestation, qui se déroule à Houplin-Ancoisne (59), a débuté en juin. Elle se poursuit avec Béatrice Désormières. Les pianistes
Berrut (13 juillet), Vanessa Benelli Mosell (20), Alexandre Paley accompagnant la violoncelliste Sonia joueront sur des pianos
Wieder-Atherton (27), Maurizio Baglini avec la violoncelliste Silvia Chiesa (3 août), Alexandre Paley (10) Stephen Paulello. S. F.
et Michel Dalberto (24). jusqu’au 24 août, clefdesoleil.com Rens. : 06 88 82 70 73

14 I PIANISTE n°105 I juillet-août 2017


ZINIO

EXPOSITION
FESTIVAL
Compose se DE MENTON
recompose
S
ous la direction artistique
de Paul-Emmanuel Tho-

ailleurs mas, cette 68e édition du


festival programme les pianistes
Fazil Say (29 juillet), David

PHOTOS RENÉE RUSSIER


ompose de l’artiste Marie- Kadouch aux côtés de Renaud

C Alison Rudkin a été exposée


de longs mois dans un quar-
tier de Lyon. Cette étonnante ins-
Capuçon et d’Edgar Moreau (31),
Christian Zacharias (1er août) et
le violoniste Christian Tetzlaff
tallation à la fois insolite, étrange, avec Leif Ove Andsnes (5), sans
dérangeante mais aussi séduisante, oublier Lars Vogt dans plusieurs
dont nous avons déjà parlé, a démé- concertos de Beethoven (10) et
nagé dans « Les Ateliers », au Parc Nelson Freire. La manifestation
international Cévenol de Chambon- sonore. Leur forme a été préservée propose aussi des concerts
sur-Lignon (43). Dans un nouvel comme s’ils avaient vaincu les au musée Cocteau : Kit Arm-
espace reposent 41 pianos calcinés. flammes, au point qu’ils habillent trong (31 juillet), Iddo BarShaï
À la suite d’un incendie, les maté- l’impersonnalité du lieu habile- (9 août), ainsi que plusieurs réci-
riaux composites révèlent une pro- ment travaillé. Cette exposition, tals de musique de chambre.
fonde émotion. Ils semblent atten- qui se tient jusqu’à la fin de l’année, Entrée libre (vendredi, samedi, du 29 juillet au 13 août,
dre dans le silence comme l’espoir mérite d’être découverte. dimanche, de 10 h à 18 h et sur festival-musique-menton.fr
d’une renaissance imaginaire et S. F. rendez-vous : sensart1@aol.com
STEINWAY & SONS

SON SHOWROOM DE 750 M2 A OUVERT


SES PORTES À PARIS !
eux étages entiers dédiés à toutes les gammes peuvent ainsi choisir le piano de leur prochain récital.

D
La marque s’installe
de pianos à queue et droits de la prestigieuse Enfin, le public est accueilli dans une salle d’une cinquan-
pour la première fois famille Steinway avec, en plus, ses marques taine de places pour divers événements dont la présentation
de son histoire en plein Boston et Essex, soit plus de 45 instruments du modèle Spirio. »
cœur de notre capitale: sur place! La décoration est sobre, privilé-
giant la clarté et l’attention des visiteurs sur leur beauté Spirio: les plus grands interprètes dans son piano
boulevard Saint-Germain, massive. « Nous avons gardé les éléments patrimoniaux Clément Caseau nous le présente : « Avec ce modèle,
dans le quartier huppé de cet espace, un immeuble du XIXe siècle. Une sorte d’écrin on reproduit l’expérience du concert dans son salon. Il s’agit
de la culture. pour les pianos comme celui-ci, en placage de pommier d’un Player qui propose à domicile d’entendre sur Stein-
des Indes, ou cet autre, en ébène de Macassar, une finition way les grands enregistrements du passé mais aussi ceux
aujourd’hui prisée et qui évoque le style art déco », com- d’aujourd’hui. Le système, conçu par Steinway, restitue
mente Clément Caseau, directeur général de Steinway les interprétations sans déperdition sonore. Le catalogue,
& Sons France. qui a été créé de toutes pièces, comprend déjà 2 200 heures
de musique et 25 vidéos disponibles. La mise à jour est
Attraction de divers publics mensuelle et gratuite. Deux studios d’enregistrement, l’un
Le showroom, lieu également de vente, est destiné à être à Hambourg, l’autre à New York, permettent aux artistes
le phare de la marque en France, aux côtés des 12 reven- d’être enregistrés et filmés. Pour l’instant, Spirio n’offre
deurs agréés concessionnaires dans l’Hexagone. Sept pas la possibilité de s’enregistrer soi-même. Cela évoluera
personnes dont deux techniciens y travaillent. « En 2016, bientôt. Il est monté uniquement en usine, car il s’installe
nous avons produit, pour le monde entier, plus de 10000 pia- au cours du processus de fabrication de l’instrument. Il n’est
nos toutes marques confondues. Les Steinway représentent monté que sur les quarts et les demi-queues Steinway
plus du tiers des chiffres de vente », précise Clément Caseau. (modèles O et B). Il faut compter un surcoût de 20 000 euros,
Avant de nous confier ses premières impressions sur soit 122 000 euros pour un Steinway B. »
les différents publics qui découvrent l’endroit : « Il y a Spirio est assez bluffant et on a vraiment l’impression
relativement peu de touristes, mais des curieux, des amateurs, d’accueillir chez soi Art Tatum ou Vladimir Horowitz.
des passionnés et des professionnels. Les gens attendaient « Cinq cents exemplaires ont été fabriqués à ce jour. Ils ont
ce lieu, les amateurs, entre autres, dont beaucoup jouent tous été vendus et notre carnet de commandes est plein
très bien du piano. Le showroom offre divers services comme jusqu’à la fin de l’année. C’est un véritable succès ! » conclut
PHOTOS GRÉGOIRE ELOY

des studios de répétition. L’un se loue [25 euros à l’heure] Clément Caseau.
et permet de s’isoler complètement. Les professionnels disposent Stéphane Friédérich
d’un studio de répétition avec des modèles D. Sans oublier Steinway & Sons, 230, boulevard Saint-Germain,
un espace spécialement dédié au service concert. Les artistes 75007 Paris, métro Rue du Bac

16 I PIANISTE n°105 I juillet-août 2017


ZINIO

YAMAHA

Clavinova CLP-600:
une sacrée belle touche!
’un des événements de Franc- à sensation d’échappement GH 3X,

L fort fut certainement la pré-


sentation de la nouvelle gamme
de claviers numériques de salon
avec un revêtement d’ivoire et ébène
de synthèse. Le CLP-645, lui, est
muni d’un clavier en bois NWX.
Clavinova CLP-600 de Yamaha. Les CLP-675 et CLP-685 offrent
Six modèles : CLP-665 GP, en un tout nouveau toucher, bluffant par
forme de mini-crapaud, CLP-625, son réalisme avec l’ensemble clavier-
CLP-635, CLP-645, CLP-675 mécanique Grand Touch. L’ampli-
[ce modèle est testé dans ce numéro, fication s’étend de 2 x 20 W pour le
p. 63], d’une esthétique sans sur- CLP-625 à une triple amplification
prise, bien que légèrement modi- (2 x 150 W) pour le CLP-685, fleu-
fiée, et le CLP-685, le plus avancé ron de la gamme. La diffusion sonore
techniquement, d’une apparence assez a également été valorisée grâce, par
proche du meuble d’un petit piano exemple, à la présence de cônes de
droit à consoles. Par rapport à la série haut-parleurs en épicéa sur le CLP-
CLP-500, plusieurs améliorations 685. Cette série d’instruments, à la
ont été apportées. Tous les modèles riche connectique et d’une utilisation
disposent aujourd’hui des sonori- toujours plus intuitive, est disponible
tés des CFX et des Bösendorfer. dès à présent en magasins.
L’écoute au casque a été perfection- Les finitions proposées vont du noyer
née avec la fonction CFX Binaural noir au laqué noir ou blanc en passant
Sampling. La fonction VRM opti- par le bois de rose, le blanc mat, le
misé (Virtual Modeling Reso- frêne clair et le noyer foncé. Les tarifs
nance) est présente dès le CLP-635. s’échelonnent, pour les meubles
Le Bluetooth Audio (connexion sans « classiques », de 1454 à 4614 euros
fil) apparaît à partir du CLP-645. en finition non laquée. L’option PE
Mais c’est le toucher qui a été l’objet (ébène polie) est plus élevée (de
d’attentions toutes particulières. En 1 768 à 4 960 euros). Le CLP-665
effet, les CLP-625, CLP-635 et GP, lui, s’affiche entre 4 420 et
CLP-665 GP sont dotés d’un clavier 5012 euros. Bernard Désormières
SDP
ZINIO

ACTUALITÉS INSTRUMENTS
Plus d’infos sur www.pianiste.fr

LES MAÎTRES DU PIANO


ANTON PETROF
LOGÉS À BONNE ENSEIGNE ENFIN
Cofondatrice des Maîtres du Piano et présidente de la chambre syndicale EN FRANCE !
des métiers de la musique, Vanina Paoli évoque l’originalité de ce réseau

À
Musicora, sur le stand
de revendeurs de pianos acoustiques et de claviers numériques. des Maîtres du Piano,
on découvrait, pour

Q
uelle a été l’évolution de pianos d’occasion certifiés MDP l’intention de nos clients, que nous la première fois en France,
du réseau depuis connaissent un réel engouement. avons intégré cette mutation du mar- deux des trois modèles
sa création en 1995 ? Quelles ont été les marques ché. Les avantages pratiques des cla- de la série Anton Petrof,
Les Maîtres du Piano ont de piano choisies et pourquoi ? viers numériques et leur prix ont fini créée en 2014 en hommage
trouvé leur place sur le marché en Notre comité technique a d’abord par séduire une clientèle pragmatique. au fondateur de la firme
bousculant des habitudes, notam- sélectionné Seidl, un piano tchè- Chez les MDP, il se vend à peu près Petrof (1864). Cette gamme,
ment en matière de communica- que de qualité, et cette toute première autant d’acoustiques que de numé- dont les modèles ont été
tion: nous avons, par exemple, col- réussite nous a poussés à créer Keil- riques. Sans négliger les services ren- entièrement redessinés,
laboré avec des chaînes de télé à berg, notre propre marque, nous per- dus par un numérique en constante complète, dans le créneau
l’identité forte sur des émissions à mettant de choisir nos importations évolution, nous restons, par essence, des pianos de prestige,
succès comme la « Nouvelle star ». et de maîtriser les prix. Attachés à attachés à l’âme du piano, celui du bar, le label Petrof, déjà bien
Le piano acoustique y était particu- la compétence française, nous avons de la scène, du salon, d’une vie. présent sur le marché des
relancé les pianos Comment voyez-vous l’avenir instruments haut de gamme ;
Erard avec Alain Se- du réseau et de la pratique une nouvelle vitrine
gui et remporté aus- du piano en général en France ? du facteur tchèque établi
sitôt l’adhésion de Les MDP affrontent sereinement à Hradec Kralové. Le grand
notre clientèle, jusqu’à l’avenir, malgré l’évolution du com- queue de concert AP 275 cm
la fermeture de l’usine merce, la baisse du pouvoir d’achat était exposé aux côtés
d’Alès. Puis, dans le et un certain désenchantement du piano droit AP 136 cm,
tourbillon des impor- ambiant. Bien sûr, des magasins dis- lui-même présenté à Francfort
tations chinoises, la paraissent, des marques sont en dan- en 2016 en même temps
rencontre avec Wendl ger et l’argent manque. Mais notre que le trois-quarts-de-queue
& Lung devenu Feu- profession en a vu d’autres et la musi- AP 225 cm. La finition
rich a, depuis 2004, que n’est pas en voie de disparition ! et le rendu musical sont
rencontré le succès C’est avec une jolie nostalgie que de très haut niveau. Déjà
que l’on sait. Les Maî- nous penserons à l’ivoire, à l’ébène 16 exemplaires du AP 275
tres du Piano ont et au palissandre désormais menacés, ont été commercialisés. Petrof
réussi l’un des seuls mais nos enfants inventeront autre est une marque européenne
lancements de marque chose. J’aimerais que les promoteurs de grande tradition qui
en France depuis des immobiliers installent des salles de connaît une vraie renaissance.
dizaines d’années. musique à côté des appartements, B. D.
DOMINIQUE HORHAN

Nous distribuons éga- comme les Américains ont aménagé Importé par
lement depuis long- des buanderies, pour que chacun Les Maîtres du Piano
Vanina Paoli. temps avec fierté la puisse descendre jouer et partager
marque August Förs- avec les autres. Si la musique est un
lièrement valorisé lors des séquen- ter, fleuron de la facture allemande. antidépresseur et qu’elle rend intel-
ces piano/voix. Nos 50 enseignes Sont venus s’ajouter à nos exclusivités ligent, elle a encore un bel avenir
en réseau ont relayé tous ces événe- les pianos Petrof, fabriqués entière- devant elle, et le piano, tout en émo-
ments. Les bancs d’essais de maga- ment en Europe, un retour aux fon- tions, aussi ! Les Maîtres du Piano
zines comme Pianiste, avec leurs damentaux. Ce sont nos compétences seront là pour continuer de mettre
palmarès techniques, ont également collectives qui ont permis d’obtenir à l’honneur un grand métier.
contribué à notre notoriété. Ce sont ces excellents résultats. Propos recueillis
les médias qui sont alors venus Quelle est la répartition actuelle par Stéphane Friédérich
vers nous, pour nous proposer entre les claviers numériques pianoshop.fr
des partenariats dans des domaines et les pianos acoustiques ?
de plus en plus variés. Notre site, C’est en nous appuyant sur des outils L’ENTRETIEN INTÉGRAL SUR Le nouveau
Pianoshop, est devenu le mieux innovants, comme Les Clés du piano Anton Petrof AP 136.
SDP

référencé de France et ses pages édité tous les ans en septembre à

18 I PIANISTE n°105 I juillet-août 2017


ZI

WILHELM SCHIMMEL

DESIGN, ROBUSTESSE
ET PIANOS D’ÉCOLE
e grand facteur allemand de Braunschweig annonce l’arrivée

SDP
en France, pour octobre 2017, d’un nouveau modèle de piano
NOVUS NV10 DE KAWAI droit au design original, le W 275 Modern. L’instrument
est produit selon un cahier des charges allemand, dans l’usine
Le clavier hybride qui joue polonaise appartenant à Schimmel. En finition noir brillant
et chrome mat, il sera proposé à 7 090 euros (plus 800 euros

les maîtres queues en blanc) avec sa mécanique basique Schimmel International.


Avec l’option de la mécanique Renner, il sera rebaptisé Wilhelm
Schimmel 124 Academy et son prix public conseillé s’affichera
n 2016, le modèle CS-X1 de celles d’un vrai piano. Des cap- à 8 090 euros, soit 1 000 euros de plus. Chaque piano droit Wilhelm

E avait amorcé la collaboration


entre Kawai et Onkyo. Cette
année, pour fêter ses 90 ans et
teurs optiques mesurent la vitesse
de déplacement des marteaux. C’est
le son du grand queue de concert
Schimmel équipé d’une mécanique Renner sera désormais appelé
« Academy » : une nouvelle série faite pour durer et destinée
spécifiquement aux écoles de musique. On note, par exemple,
consolider son partenariat avec le Shigeru Kawai SK-EX qui a été la présence de poignées de transport, de roulettes, de serrures
fabricant réputé pour l’amplifica- choisi, restitué avec la technologie et d’un pupitre élargi. B. D.
tion et la diffusion sonore hi-fi, le Acoustic Imaging XL, combinant
nouveau clavier numérique hybride échantillonnage et modélisation.
Novus NV10, doté d’une vraie Les haut-parleurs et l’amplification
mécanique de piano à queue, a été sont conçus en collaboration avec
présenté au Salon de Francfort. Onkyo. Un confortable écran LCD
Le toucher sera proche de celui couleur, placé du côté gauche du cla-
d’un grand piano de concert, car vier, gère les différents réglages. La
les touches très longues, en bois forme moderne du meuble, en ébène
d’épicéa et revêtues d’ébène et polie avec accastillage chrome, rappelle
d’ivoire synthétiques, sont équili- les anciens pianos carrés. Le meuble
brées individuellement. Elles offrent comprend deux pieds à l’avant et
un important enfoncement près de un large pied arrière central disposé
la barre de dièses. La plupart des derrière une belle lyre à trois pédales.
pièces mobiles de la mécanique La profondeur est limitée à 65 cm
Millenium III « pondérée », proche pour un encombrement minimal.
de celle des pianos Kawai GX, sont Nous avons hâte de tester ce nouvel
en ABS Carbon. On note de vraies instrument prometteur! La date de
têtes de marteaux en ABS (sans disponibilité de ce modèle et son prix
activité réelle) et un mécanisme ne nous ont pas été communiqués
d’étouffoirs, pour une simulation par l’importateur Hohner France.
optimale et des sensations proches B. D.

Desevedavy Pianos primé


’enseigne a reçu un Award européen au Salon international de la

L musique de Francfort. Ce prix récompense les meilleurs magasins


de musique en Europe. Il est décerné par la chambre syndicale de
la profession à l’échelon européen. Le nouvel espace Desevedavy Pianos,
situé à Orvault en périphérie nantaise, a été primé « pour la mise en avant
innovante des produits, pour le choix exceptionnel d’instruments exposés, ainsi
que pour la qualité du conseil et de l’expertise technique du personnel ». S. F.
desevedavy-musique.fr

juillet-août 2017 I PIANISTE n°105 I 19


ZINIO

ACTUALITÉS INSTRUMENTS
Plus d’infos sur www.pianiste.fr

YAMAHA

SX, UNE GAMME DE PIANOS


À QUEUE D’EXCEPTION
La firme nippone lance une nouvelle série
de prestige fabriquée de façon quasi artisanale.

P
ositionnée entre les modèles résonance est réalisé selon le nou-
CX et CF, la série SX, très veau procédé ARE (Acoustic Reso-
haut de gamme, remplace nance Enhancement) d’une techno-
l’excellente S. Celle-ci com- logie révolutionnaire qui permet,
prend quatre dimensions : S3X selon le facteur, « une palette tonale
(186 cm, 330 kg), S5X (200 cm, plus étendue et un accroissement de la Le S3X, 186 cm
et 330 kg.
350 kg), S6X (212 cm, 390 kg) et profondeur et de la chaleur de la sono-
S7X (227 cm, 410 kg). Ces pianos rité ». Par ailleurs, l’esthétique du
à queue sont construits et finis d’une meuble a été légèrement modifiée, des petites salles de concert, à des Disklavier ou TransAcoustic). Prix :
façon quasi artisanale dans la ville notamment avec des pieds présen- écoles de musique pour étudiants très de 44 329 (S3X) à 68 708 euros
de Hamamatsu, au Japon. On note tant un léger galbe élégant. avancés et à des particuliers exigeants. (S7X). Le S3X et le S7X sont dis-
de nouveaux marteaux et une forme Ces instruments (nous avons essayé Proposés uniquement en finition ponibles, alors que les S5X et S6X
différente de la ceinture. Le vieil- le S3X et le S7X chez l’importateur, noir laqué, ils ne seront pas livrables n’arriveront sur le marché français
lissement accéléré des bois de à Marne-la-Vallée) sont destinés à en version hybride (avec silencieux, que fin 2017. B. D.

FEURICH Rouleaux

Un nouveau piano droit de taille moyenne


roulants.

à la facture et à la finition originales


F
ondée en 1851 à Leipzig, la petite usine a été créée à Vienne. moyenne, celui-ci présente de nom-
firme allemande avait débar- De ses ateliers est sorti un premier breuses originalités de facture et de
qué sur le marché français il y a modèle de série exposé cette année finition. La mécanique est dotée
plusieurs années qu’avec des instru- à Musicora, sur le stand de Piano d’un système à rouleaux roulants
ments imaginés en Autriche, pro- Lab. Il s’agit d’un piano droit de facilitant la répétition. Le meuble
duits en Chine, sur le site d’Hailun, 123 cm conçu par des facteurs euro- est aisément démontable. De plus,
et importés par Les Maîtres du péens dont le Français Michel une sorte de lyre, similaire à celle

SDP
Piano. Aujourd’hui, une nouvelle Labord de Piano Lab. De taille des pianos à queue, dissimulée der-
rière le panneau avant inférieur, offre un grand confort de lecture des
Trappe rectangulaire assure une transmission atypique partitions. Le meuble, à consoles et
sur panneau avant entre les pédales et la mécanique à roulettes, présente une finition ori-
en position ouverte.
Renner. Pour un toucher plus régu- ginale noir satiné, obtenue par un
lier, les pilotes de chacune des tou- vernis naturel non polluant et facile
ches relient d’une façon différente à réparer. La mention « Made in Aus-
la mécanique, selon qu’il s’agit de tria » apparaît sur la barre de dièses,
touches noires ou blanches. et le cadre métallique fait ressortir en
Extérieurement, on remarque une relief celle de « Feurich Vienna »,
trappe rectangulaire (60 x 11 cm) ainsi que le célèbre logo du facteur,
s’ouvrant sur le panneau avant supé- en forme de lyre. Le prix annoncé
rieur, qui permet une diffusion plus (moins de 10000 euros) est attractif,
directe vers les oreilles du pianiste. compte tenu du produit. Un prochain
Enfin, sur un mètre de largeur, un sys- test devrait confirmer tout le bien que
SDP

tème d’éclairage à LED, escamotable, nous pensons de ce piano… B. D.

20 I PIANISTE n°105 I juillet-août 2017


ZINIO
ZINIO

ACTUALITÉS PARTITIONS, LIVRES


Plus d’infos sur www.pianiste.fr

JAZZ ET
MUSIQUES
DU MONDE
M
ike Cornick a réuni
ses Six solos
de jazz publiés
par Universal Edition.
Ces pièces relativement
faciles (jusqu’au niveau
amateur de niveau moyen qui doit moyen) sont doigtées.
WIENER URTEXT – SCHOTT MUSIC être capable de jouer une Invention Elles couvrent divers styles
de Bach, une Sonatine de Beethoven de rythmes et d’harmonies,

RECUEILS POUR ou un Prélude de Chopin. En somme,


de quoi déchiffrer et savoir travailler
la base du piano classique, de Bach
et abordent judicieusement
le swing. Les élèves peuvent
se lancer dans l’improvisation

TOUS NIVEAUX à Satie.


Schott Music édite un autre recueil:
The Entertainer, 100 pièces diver-
tissantes pour piano, du classique
à partir de ces morceaux.
Chez Boosey & Hawkes,
Christopher Norton offre
un nouveau volume de sa

F
rom Bach to Schoenberg Domenico Scarlatti moins connues à la musique pop. Là, le niveau est collection au titre attirant :
des éditions Wiener Urtext que d’autres, etc. Toutes les œuvres facile, réservé plus particulièrement Pacific Preludes. Il s’agit de
présente deux cents ans sont publiées en intégralité (Sonate aux débutants. Ce sont des arrange- partitions reprenant des airs
de musique pour piano. opus 10 n°1 de Beethoven, Arabesque ments effectués par Hans-Günter traditionnels des Philippines,
Cette anthologie s’adresse de Schumann). Quelques surprises Heumann, souvent « excessifs » lors- du Mexique, du Honduras…
aux niveaux supérieur et excellence. attendent les pianistes avec Le Bana- qu’il s’agit de grandes pièces du clas- Elles sont harmonisées avec
Pour chaque pièce, des doigtés sont nier de Louis Moreau Gottschalk, sique, mais propres à satisfaire rapi- une saveur… occidentale
proposés, ainsi que des ornements le Prélude d’Albéniz, extrait de ses dement le désir de découverte des et s’avèrent agréables à jouer.
ou des variations réalisés par des Chants d’Espagne, et les Six Pièces apprentis musiciens. Tout est un peu Le CD inclus est utile
personnalités comme Robert D. opus 19 de Schoenberg. mêlé, des tubes de la variété d’une pour bien caler les rythmes
Levin. On apprécie une certaine Schott Music publie Best of Piano qualité musicale contestable à des et retrouver les atmosphères
recherche dans le choix des parti- Classics, 50 pièces célèbres pour partitions efficaces, car abordant la (niveau moyen).
tions : La Toccata BWV 914 de le piano. Rien de surprenant, mais plupart des questions rythmiques. universaledition.com, boosey.com
Bach, par exemple, deux sonates de une sorte de bilan pour tout pianiste www.wiener-urtext.com, schottmusic.de

Répertoire contemporain
A
ux éditions Lemoine, Gérard Pesson a regroupé en deux volumes de
Musica ficta des morceaux pour piano dont il est l’un des compo-
siteurs, aux côtés, entre autres, de Denis Chouillet, Ryo Dainobu,
Francesco Filidei, Ramon Lazkano, Oscar Strasnoy et Alexandre Tharaud.
Des esthétiques très diverses sont représentées dans ces pièces brèves
et, surtout, progressives. En effet, il s’agit de faire découvrir aux élèves
des 1er et début de 2e cycles des langages actuels. Le caractère minima-
liste, impressionniste souvent, impose une grande précision de jeu, mais
aussi un approfondissement des couleurs sonores. Une édition intéressante.
Dans Instants magiques, Jean-François Basteau a écrit sept partitions
faciles destinées à des étudiants de 1er cycle. Le compositeur et professeur
en conservatoire joue des harmonies proches des musiques de films, tout en
distillant un travail pédagogique (harmonique et rythmique) précis.
En somme, il joint l’utile à l’agréable… henry-lemoine.com

22 I PIANISTE n°105 I juillet-août 2017


ZINIO

ESSAI
CHRONIQUE
Un compositeur LETTRE
à la double personnalité OUVERTE
BOOSEY À MA MAIN
É
crivain, poète, éditeur et direc- personnalité se compose, dans ce
teur artistique de festivals, texte, à la manière d’un patient
& HAWKES/ Jean-Yves Clément est un grand kaléidoscope. La progression dra- GAUCHE…
BOTE & BOCK amoureux du piano matique du récit se

A
romantique. Son confond avec les près Crescendo
LES ROSES ouvrage Les Deux ruptures esthétiques, et La Beauté du geste,
un environnement
DU BENGALE Âmes de Frédéric
Chopin – nouvelle politique et social.
Catherine David
publie le dernier volume
D’OFFENBACH édition ici aug- En Pologne ou à de sa trilogie où se mêlent
mentée – éclaire Paris puis dans le musique, esthétique,
les grandes œuvres domaine de Nohant,

R
ichard Wagner a dit de philosophie, déambulation
lui qu’il était « le Mozart du virtuose franco- nous suivons la fi- dans le souvenir
des Champs-Élysées ». polonais avec une nesse des analyses et l’espérance de musiques
Fils du cantor de la synagogue pensée originale, qui échappent avec jouées et à déchiffrer,
de Cologne, Offenbach apprend nourrie de toutes bonheur aux digres- sensations éprouvées
le violon et le violoncelle, les expressions artis- sions musicologi- au piano, à la lecture
puis entre au Conservatoire de tiques. Chopin ne ques, pour se consa- d’un passage de Proust,
Paris en 1833, avant de gagner vit pas dans le romantisme: il est crer à l’essence même du message mais aussi Beethoven
sa vie dans les diverses salles l’une des âmes de celui-ci, vivant de la musique. Stéphane Friédérich et Schumann qui se mutila
de la capitale en y jouant son art jusqu’à se consumer. Sa Le Passeur, 160 p., 15,90 euros la main… Les portraits
ses propres partitions. s’insèrent dans une mosaïque
Son premier opéra, Pascal d’impressions, souvent
et Chambord, est créé en 1839. avec humour et tendresse.
En 1850, il est nommé chef ROMAN La romancière serpente dans
d’orchestre à la Comédie-
Française et, cinq ans plus
tard, il prend la direction du
Deux passions au pupitre les chemins de la connaissance
et de la musique en quête de
soins, car elle souffre d’une

M
Théâtre des Bouffes Parisiens. aestro, le premier livre de confusion presque entre les pères, dystonie focale (caractérisée
Il produira une succession Cécile Balavoine, possède Leopold, le génie et le maestro, par une perte du tonus
ininterrompue de succès dont une mélodie qui ne s’oublie résonance avec la figure du compo- musculaire). Pianiste amateur,
Orphée aux enfers (1858), pas. Son phrasé souple, bien que siteur prodige… elle retrouve progressivement
La Belle Hélène (1864), La Vie composé dans un Le roman se trans- le plaisir de la musique,
Parisienne (1866), La Grande- style direct et affûté, forme en histoire(s) des élans amoureux pour
Duchesse de Gérolstein (1867), au début du moins, d’amour. La quête le clavier qui scintillent
La Périchole (1868). En quelques glisse dans le sillage esthétique et le dé- en de courts chapitres. On
années, Offenbach devient de Mozart pour qui sir fusionnent dans l’accompagne avec plaisir. S. F.
le musicien incontournable elle a un coup de la passion dévorante Actes Sud, 320 p., 22,80 euros
du Second Empire. foudre à l’âge de de la narratrice et
Son catalogue comprend 9 ans. Un senti- du maestro. Les
près de 600 opus dont ment de légèreté et scènes charnelles
des pièces pour le piano, de fraîcheur anime sont justes, d’une
comme ces Six valses le récit au fil des belle vérité, à la
sentimentales composées quelque 200 pages. fois sensuelles et
durant sa jeunesse. Ces Il colore une pas- pudiques. À la fin
charmantes pièces (niveau sion de plus en plus du roman, on res-
moyen) datent des années forte entre l’auteure, devenue jour- sent comme une évidente et
1840 et restituent avec charme naliste, et un chef d’orchestre de nécessaire réconciliation entre les
l’univers sonore parisien sous renom. Les retours incessants à la personnages et leurs héros. S. F.
Louis-Philippe. boosey.com musique de l’enfance sont rythmés Mercure de France, 224 p.,
avec un bel équilibre : voyages, 17,80 euros

juillet-août 2017 I PIANISTE n°105 I 23


ZINIO

À L’AFFICHE

NATHALIA MILSTEIN

TALENT PUISSANCE 2
En 2015, elle est la première femme à remporter le Premier Prix du 10e Concours de Dublin!
Il faut dire que bon sang ne saurait mentir. Troisième génération d’une famille de grands
pianistes, la jeune virtuose de 21 ans est aujourd’hui sur le devant de la scène: elle enchaîne
festivals et récitals dans des salles prestigieuses, du Carnegie Hall de New York au Gewandhaus
de Leipzig, et a conquis le public par son jeu raffiné, audacieux et d’une étonnante maturité.
D’ascendance russe par ses parents, elle joue de son double héritage culturel dans un disque
Prokofiev/Ravel qu’elle publiera en 2018. Elle a également enregistré un programme de musique
française en duo avec sa sœur Maria, violoniste, qui sera disponible en septembre.

Vous êtes issue d’une famille C’est avant tout l’école du son et L’enseignement de Goerner est
de musiciens. Votre grand-père, du chant. Il faut toujours penser à imprégné par l’extraordinaire carrière
NATHALIA MILSTEIN
le pianiste Yakov Milstein, la mélodie, que le piano est d’abord internationale qu’il mène. Son regard EN QUELQUES DATES
enseignait au Conservatoire de une voix avant d’être un instrument sur la musique s’enrichit de son expé- 1995 Naissance à Lyon
2009 Entrée au Conservatoire
Moscou, et votre père, le pianiste mécanique. L’apprentissage se fait rience de concertiste. Il explique, par
de Genève, dans la classe de Serguei
Serguei Milstein, est professeur dans une grande discipline. Je sup- exemple, comment adapter le jeu à Milstein
au Conservatoire de Genève. pose que c’est le lot de tous les élèves l’acoustique des salles. Son répertoire 2013 Entrée dans la classe
Parlez-nous de vos premières qui se destinent à une carrière de est immense, porté par une technique de Nelson Goerner, à la Haute École
années au piano… musicien. Les répertoires abordés acquise en Argentine, aux mêmes de Musique de Genève
J’ai commencé le piano avec mon sont tout aussi communs : Bach, sources que celles de Martha Arge- 2015 Premier Prix du 10e Concours
international de Dublin
père. Je ne me souviens pas d’avoir Chopin, etc. L’école russe – si tant rich, sa compatriote. Pour Goerner, 2016 Premier Prix Jeune Soliste
« choisi » cet instrument. Cela allait est que l’on puisse l’appeler ainsi – c’est la dimension du son qui importe, des médias francophones publics.
de soi. Je ne me suis pas non plus est très physique, attentive à l’assise la composition et la définition de Débuts à l’Orchestre philharmonique
posé la question d’avoir un autre au piano et à la position des mains, la polyphonie. Il est un maître des de Radio France. Récital
professeur, jusqu’à ce que j’entre afin d’éviter tous les mouvements couleurs. Un maître exigeant. au Carnegie Hall de New York
2017-2018 Sortie de deux albums
dans la classe de Nelson Goerner, parasites du poignet. À un haut C’est-à-dire ?
chez Mirare: le premier est un
au Conservatoire de Genève. niveau d’études, les « grandes éco- Son exigence est… la nôtre ! Cela programme de musiques françaises
Est-il difficile de travailler les » se rejoignent. signifie qu’il respecte nos choix musi- avec la violoniste Maria Milstein,
aussi longtemps avec l’un Qu’est-ce qui vous a incitée caux. Lorsqu’on lui présente une le second, un récital Prokofiev
de ses parents ? à entrer dans la classe de Nelson interprétation personnelle, il ne la et Ravel pour piano seul
Non, pas dans mon cas. Ce fut même Goerner ? change jamais. En revanche, il nous
l’inverse. En effet, il pouvait se per- J’avais pris quelques cours avec lui donne des clés supplémentaires pour indispensable que de se nourrir de
mettre de me dire des choses plus et, comme il enseigne également à qu’on aille plus loin dans l’approfon- culture, au sens le plus large du terme.
directement qu’avec ses autres élèves. Genève, mais à la Haute École de dissement de l’œuvre. Personnellement, je lis beaucoup
Comment définiriez-vous Musique, je me suis dit que la quête Vous avez rencontré beaucoup de littérature française et russe.
sa pédagogie ? du Graal m’évitait d’aller ailleurs. d’autres musiciens… Vos goûts musicaux sont
Elena Ashkenazy, Jean-Marc Lui- éclectiques, de Haydn au XXe siècle.
sada, Krzysztof Jablonski, Mikhail Comment choisissez-vous
Voskressensky, Menahem Press- les œuvres que vous ajoutez
« SE NOURRIR DE CULTURE, AU SENS LE PLUS ler… Autant de rencontres heu- à votre répertoire ?
LARGE DU TERME, EST INDISPENSABLE. reuses lors de classes d’été ou, sim- Beaucoup de facteurs entrent en
MARCO BORGGREVE

plement, d’occasions. Un jeune compte. Il est arrivé que Nelson


PERSONNELLEMENT, JE LIS BEAUCOUP pianiste a besoin de jouer devant un Goerner me propose une partition
DE LITTÉRATURE FRANÇAISE ET RUSSE. » maximum d’artistes. C’est tout aussi à laquelle je n’avais pas pensé. [

24 I PIANISTE n°105 I juillet-août 2017


juillet-août 2017 I PIANISTE n°105 I 25
ZINIO

À L’AFFICHE NATHALIA MILSTEIN

« IL EST NÉCESSAIRE DE CONNAÎTRE


LES INSTRUMENTS ANCIENS ET DE SE RENDRE
COMPTE AUSSI DE LEURS LIMITES. »
[ Ce fut le cas de la Suite en plein Ce Deuxième Concerto pour piano a
air de Bela Bartók. Je l’ai découverte représenté un défi qui m’a beaucoup
progressivement. En vérité, non seu- apporté. C’est une œuvre proprement
lement elle me « parle », mais elle monstrueuse, qui est injouable telle
me fait aussi progresser. J’ai égale- qu’elle est écrite. Prokofiev lui-même
ment eu des coups de foudre, comme le reconnaissait, avouant qu’il devait
pour La Valse de Ravel et les sonates aussi énormément travailler pour
de Prokofiev. Ce sont des langages en dominer la technique ! La parti-
qui me correspondent. tion demande un dépassement de
Venons-en à l’un de vos deux soi. Elle est « inhumaine », parce que
enregistrements. Vous avez réuni colossale. Je ne ressens pas cela avec
des pièces de Prokofiev et de d’autres œuvres d’une difficulté consi-
Ravel. Faut-il y voir un hommage dérable comme le Troisième Concerto
au néoclassicisme ? pour piano de Rachmaninov. On en
En effet. Les deux programmes se vient à bout à force de travail. J’espère
répondent en miroir. Les écritures rejouer ce Deuxième Concerto que
sont très différentes, et pourtant j’avais présenté pour la finale du
la démarche intellectuelle des deux Concours de Dublin, car ce n’était pas
compositeurs est parfaitement com- le moment idéal pour l’interpréter.
plémentaire. Prenons le cas de Pro- Au niveau de la technique
kofiev. À mon avis, on joue sa musi- pianistique, quelles différences
que de manière souvent trop distanciée. caractérisent l’écriture de Prokofiev
Il est vrai que l’interpréter telle qu’elle de celle de Rachmaninov ?
est écrite devrait suffire, car elle est Elles sont en fait très éloignées.
aussi chantante que pulsée, sarcas- Prokofiev joue de la percussivité de
tique, provocatrice et « révolution-
naire », mais y ajouter sa personnalité

MARCO BORGGREVE
Maria (à gauche), qui est
la rend plus passionnante encore. LES CONSEILS DE NATHALIA MILSTEIN violoniste, aux côtés de sa sœur,
Nathalia Milstein.
Dans ce disque, j’ai voulu montrer
à quel point son écriture est mélo-
dique et lyrique, inspirée par la féerie,
À PROPOS DES PIÈCES l’instrument, maniant souvent les
les contes et les légendes. On ne peut
privilégier une caractéristique au
OPUS 12 DE PROKOFIEV… petits motifs serrés et pulsés. Rach-
maninov, lui, utilise toute la poly-
détriment d’une autre. « Ces miniatures sont accessibles aux pianistes amateurs. Il faut d’abord phonie de la main, déployant des
Vous refusez toute brutalité prendre plaisir à leurs couleurs harmoniques. Dans le Prélude en do majeur, lignes mélodiques parfois sur plusieurs
dans Prokofiev, au profit par exemple, je conseille de prendre le temps de trouver une assise précise pages ! Le premier est beethovénien,
d’une certaine nostalgie. de la main droite qui imite le jeu de la harpe et de préserver une main le second vit dans l’expansion lyri-
C’est rare au disque… gauche mélodieuse, donc, très souple. Dans toutes ces partitions que. Chez Rachmaninov, le rythme
C’est exactement ce que je cherchais. de Prokofiev, la mélodie s’échange aux deux mains. À chacun de trouver est assez libre, élément du discours
Chez Ravel, la mélancolie est aussi un équilibre pour que jamais l’une l’emporte sur l’autre. » musical, alors que pour Prokofiev,
très puissante. Le Tombeau de Cou- l’expressivité est définie par le
perin est une œuvre triste et délicate.
N’en restituer que la dimension pure-
À PROPOS DU TOMBEAU rythme. D’où la difficulté accrue de
son Deuxième Concerto qui associe
ment néoclassique est insuffisant.
Il faut éviter toute froideur et, bien DE COUPERIN… finalement les deux dimensions,
jusqu’à l’épuisement de l’interprète.
sûr, à l’inverse, tout épanchement. « Là encore, un bon amateur peut jouer cet ouvrage, même s’il y a beaucoup Puisque nous parlons
Il est vrai aussi que les Pièces de détails techniques et harmoniques à apprendre. Je conseille d’écouter des concertos gigantesques,
opus 12 de Prokofiev que vous très attentivement les versions orchestrées de l’œuvre. C’est une aide avez-vous d’autres projets
avez réunies se situent dans précieuse et inspirante pour trouver ses propres couleurs au piano. Il faut dans le même genre ?
une tout autre dimension que son chercher à obtenir un jeu « classique », c’est-à-dire assez léger, en songeant J’aimerais interpréter le Deuxième
Deuxième Concerto que vous avez au toucher des clavecinistes, car le registre dynamique est assez restreint. » Concerto pour piano de Brahms. Pour
joué au Concours de Dublin… l’instant, c’est juste un projet.

26 I PIANISTE n°105 I juillet-août 2017


ZINIO

Y a-t-il des compositeurs


ou des œuvres pour lesquels
À ÉCOUTER
vous ne ressentez pas d’affinités En septembre Pierné: Sonate pour
particulières ? violon et piano. Hahn: À Chloris,
L’Heure exquise. Saint-Saëns:
Si je n’exclus personne, je ne me
Sonate pour violon et piano.
sens pas prête pour certains réper- Debussy: Sonate pour violon
toires comme les dernières sonates et piano. Maria Milstein (violon)
de Beethoven. Je crains un peu ces et Nathalia Milstein (piano) (Mirare)
grands monuments de la musique. En 2018 Prokofiev: Sonate n°4
Je suis également moins attirée par opus 29. Pièces opus 12. Toccata
la musique dite « contemporaine », opus 11. Ravel: Le Tombeau
de Couperin. Nathalia Milstein
bien que j’aime beaucoup plusieurs
(piano) (Mirare)
compositions de notre époque. Sim-
plement, je n’ai pas encore entendu
de musiciens actuels dont les œuvres
À NE PAS MANQUER
me parlent autant que celles des 7 juillet Château Lafite Rothschild,
compositeurs « classiques ». les Estivales de musique en Médoc,
Pauillac: Schumann et Prokofiev
Le choix des instruments
9 et 10 juillet Chapelle
compte-t-il pour vous, du Vieux Rompon (07): récital
notamment celui des instruments 10 août Festival de La Roque
anciens pour interpréter d’Anthéron, château de Florans:
le répertoire classique ? Schumann et Chopin
C’est une question que je me pose 17 et 18 septembre Saint-Cyr-au-
souvent. J’ai joué sur des clavecins Mont-d’Or (69), Festival de Musique
de chambre aux Monts d’or:
et des pianofortes. Il est nécessaire
Saint-Saëns, Ravel, Dvorák et Brahms
de connaître ces instruments anciens 2 octobre Église de Neuville-
et de se rendre compte aussi de leurs sur-Saône (69), Les Pianissimes:
limites. Pour moi, Beethoven, dont Mozart, Liszt, Chopin et Ravel
nous venons de parler, « dépasse » 8 octobre Oizon (18), château
l’instrument de son temps. Je n’ima- de la Verrerie: Bach, Mozart,
gine pas un instant m’interdire Bartók, Liszt et Ravel
le répertoire de Bach, au prétexte
que je l’interprète sur un piano plus ancienne du disque. Cette musi-
moderne. On joue avec son époque. que française se définit par un sens
Venons-en à votre second album aigu de la clarté, mais aussi un raf-
consacré à des pièces françaises, finement certain, une légèreté, au
que vous avez enregistré sens d’absence de prétention.
avec votre sœur violoniste. Pour conclure, parlez-nous
Comment vous est venue l’idée de votre travail quotidien
de ce programme ? au piano…
Grande lectrice de Proust, ma sœur Mes premiers gestes au piano sont
Maria souhaitait graver un disque destinés à prendre possession du
exclusivement de musique française. clavier. Je joue des arpèges et des
Nous adorons la Sonate de Saint- gammes improvisés, puis j’entre dans
Saëns et la « Sonate de Vinteuil », le programme prévu. Je n’annote pas
auxquelles nous avons ajouté d’autres les partitions mais, si j’écris quelque
pièces : la Sonate de Debussy, celle chose, c’est que l’information est
de Pierné que nous avions donnée vraiment importante. Je déchiffre
il y a longtemps, lors d’un concours. assez aisément. Ma mémoire est
Les partitions se sont associées assez sélective, plutôt tactile et, jusqu’à
logiquement entre elles. aujourd’hui, je lui fais confiance !
Bien que fort différentes les unes Pour l’instant, je joue en public sans
des autres, ces partitions partition, mais si dans le futur j’avais
respirent un style profondément un problème de mémoire, je poserais
français… sans aucun état d’âme la partition
Il y a en effet une « école de la cou- sur le pupitre.
leur » qui transparaît déjà dans la Propos recueillis
Sonate de Saint-Saëns, la pièce la par Stéphane Friédérich

juillet-août 2017 I PIANISTE n°105 I 27


PORTFOLIO

MUSÉE DE LA MUSIQUE

SES TRÉSORS
EN IMAGES
Comment? Vous n’êtes pas encore allé(e) visiter
le musée de la Musique à Paris? Celui-ci, niché
au sein de la Cité de la Musique-Philharmonie
de Paris, regorge de merveilles: « Plus de 7000 pièces,
explique Thierry Maniguet, conservateur en charge
des claviers, instruments à vent et instruments
électroniques. Au fil des ans, nous avons élargi
la collection surtout dédiée dans le passé PIANO À QUEUE TASKIN 1788
Voilà un instrument royal ! En témoigne la fleur
aux claviers romantiques et d’origine française. de lys peinte sur la table d’harmonie. Pascal
Taskin (1723-1793) fut l’un des prestigieux
Grâce à des acquisitions régulières, nous avons facteurs de son temps. Il conçut de nombreuses
innovations destinées au clavecin, comme
diversifié les écoles de facture. Ainsi, deux pianos le système de genouillères qui permettait
de changer de registration tout en jouant.
Pleyel de 1830 et 1842 sont en cours de restauration. Pour la petite (ou grande) histoire, ce piano
fut offert en 1903 par le président Émile Loubet
Nous les exposerons bientôt. L’un d’entre eux au grand-duc Paul, oncle du tsar Nicolas II.
est un très rare piano-armoire. Il est essentiel
que ces modèles soient à nouveau joués avec leurs
composants d’origine. C’est un patrimoine qui revit. »
Photos collections musée de la Musique
/Claude Germain/Jean-Marc Anglès

La caisse de ce piano
est plaquée d’acajou
de Saint-Domingue
et incrustée de bois
de rose et d’ébène.
L’instrument est parvenu
dans son état original.

28 I PIANISTE n°105 I juillet-août 2017


PIANO CARRÉ ORGANISÉ ERARD 1791
Ce piano très rare appartient à la famille des
claviorganums, faisant référence aux instruments
issus de l’orgue et des cordes pincées ou frappées,
d’où le qualificatif « organisé ». Ce modèle fut prisé
dans les salons de la fin du XVIIIe siècle. Le piano
et l’orgue peuvent être joués seuls ou accouplés.

PIANO À QUEUE GRÄBNER 1791


Construit à Dresde par les frères Gräbner,
ce piano – l’un des cinq répertoriés au monde –
est arrivé au musée dans un remarquable
état de conservation. Il faisait partie du mobilier
du château de Cherasco situé dans la région
du Piémont, en Italie. Le décor marqueté associe
loupe d’orme, érable et bois de poirier.

PIANO CARRÉ, ANONYME, 1837


Cet instrument de quatre octaves
et une sixte (si-sol) est en bois d’ébène.

PIANO CARRÉ
PLEYEL 1809
Ce détail est celui
du piano Pleyel le plus
ancien répertorié.
Il est encore joué
aujourd’hui.
Compositeur, pianiste,
éditeur et facteur
d’instruments, Ignace
Pleyel (1757-1831) créa
son entreprise en 1807.
Le pourtour du clavier
est plaqué de sycomore.

juillet-août 2017 I PIANISTE n°105 I 29


PORTFOLIO MUSÉE DE LA MUSIQUE

PIANO À QUEUE
BOISSELOT 1838-1841
C’est à Montpelier puis à Marseille que
s’était établie la dynastie des facteurs Boisselot.
Jean-Louis Boisselot (1782-1847) vendit diverses
marques d’instruments avant de commercialiser
ses propres pianos carrés, puis à queue
et droits dans les années 1830. Au plus fort
de sa production, à la fin des années 1840,
la firme fabriquait plus de 400 pianos
par an. Ils feront l’admiration de Liszt.
L’entreprise mit la clé sous la porte
lors de la Première Guerre mondiale.

PIANO À QUEUE
PLEYEL 1842
Ce modèle, archétype
du piano de salon, est
doté d’une mécanique
à échappement simple.
Il a été récupéré
dans son état d’origine
et possède encore
ses cordes harmoniques
et la tête de ses marteaux
recouverts de peau
chamoisée. Sa caisse
est en acajou chenillé.

PIANO CARRÉ RENÉ COCHU XIXe SIÈCLE


Ce piano de cinq octaves possède l’inscription suivante : « Cochu
facteur d’orgues à Troyes ». La destinée de cette famille débute avec
Jacques Cochu (1693-1765) qui construisit l’orgue de la cathédrale
Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Troyes. La caisse de ce modèle
est en acajou fileté, la table, en épicéa non verni, les chevalets,
en hêtre, le sommier, en noyer, et le clavier, en peuplier.

30 I PIANISTE n°105 I juillet-août 2017


PIANO « LUTHÉAL » ERARD/MAGNE 1891
Ce modèle a été rendu célèbre grâce à la pièce Tzigane
de Ravel. En effet, le compositeur écrivit une version
de sa partition pour violon et luthéal. Ce piano « préparé »
peut produire des sons proches du clavecin, mais aussi
du tympanon ou du cymbalum, tout en conservant
les propriétés propres du piano. Cet instrument, restauré
par Daniel Magne, est souvent joué.

PIANO MÉCANIQUE « ÉOLIENNE »


FORAY-STORACE VERS 1920
La firme Foray-Storace était installée à Nice où co-existaient
plusieurs manufactures d’instruments de musique mécaniques
jusqu’à la veille de la Seconde Guerre mondiale.

PIANO DOUBLE PLEYEL 1928


Piano double ou vis-à-vis, l’instrument
fascine car il semble résoudre toutes
les questions posées par les interprètes,
notamment celles concernant
l’homogénéisation des timbres : une seule
caisse, une seule table d’harmonie
et, par conséquent, une extrême tension
qui résulte du montage de deux plans
de cordes sur un seul cadre. Voilà l’un
des 48 exemplaires de pianos doubles
construits et régulièrement joués en concert.

juillet-août 2017 I PIANISTE n°105 I 31


EN COUVERTURE

32 I PIANISTE n°105 I juillet-août 2017


CHOPIN
PAR SES INTERPRÈTES
D’AUJOURD’HUI

LE CHANT
du cœur
Musicien de tous les extrêmes et grand poète du piano auquel il a donné
une véritable âme de soliste et dont il a révolutionné la technique,
le virtuose franco-polonais a laissé à la postérité un héritage considérable:
études, valses, mazurkas, polonaises, préludes, concertos… des pièces
aux formes variées, flamboyantes et pleines de ferveur ou profondes
et mélancoliques, qui ont influencé toute une lignée de compositeurs
et d’interprètes. Sa musique, passage indispensable à la compréhension
du répertoire pianistique, reste aujourd’hui l’une des plus jouées
en concert et des plus enregistrées par des jeunes prodiges en début
de carrière ou des gloires de renommée internationale. De génération
en génération, les pianistes se sont transmis le flambeau, toujours aussi
inspirés par son œuvre au chant si humain. Au gré des interviews
de Pianiste, voici un florilège d'interviews d'artistes actuels.
Dossier réalisé par Stéphane Friédérich

L’un des trois


clichés de Frédéric
Chopin (1810-1849), Pianistes cités : Joaquin Achúcarro, Pascal Amoyel, Vladimir Ashkenazy, Yulianna Avdeeva, Rafal Blechacz,
ici peu de temps avant Seong-Jin Cho, Geoffroy Couteau, Lucas Debargue, Anna Fedorova, Nelson Freire, Jean-Paul Gasparian,
sa disparition.
Daguerréotype de Lukas Geniusas, Hélène Grimaud, Adam Laloum, Claire-Marie Le Guay, Igor Levit, Louis Lortie, Jean-Marc Luisada,
AKG-IMAGES

Louis-Auguste Bisson, Denis Matsuev, Kun-Woo Paik, Murray Perahia, Cédric Pescia, Ivo Pogorelich, Maurizio Pollini, András Schiff,
Paris, 1849. Cédric Tiberghien, Daniil Trifonov, Hélène Tysman, Yundi, Krystian Zimerman.

juillet-août 2017 I PIANISTE n°105 I 33


ZINIO

EN COUVERTURE CHOPIN PAR SES INTERPRÈTES D’AUJOURD’HUI

Ceux qui jouent son répertoire Cédric Pescia: « Comme tout étudiant, j’ai beaucoup fréquenté
l’univers de Chopin. Aujourd’hui, il me fait peur, il y a
Anne Fedorova: « La musique de Chopin représente, depuis une telle pureté dans sa musique, une telle pudeur. Il me
l’enfance, la pierre angulaire de mon répertoire. Je ressens semble qu’il a besoin d’une attention exclusive, peut-être
cette musique au plus profond de moi. » consacrerai-je un jour quelques mois de ma vie à travailler
Nelson Freire : « Chopin, évidemment… Impossible de le uniquement Chopin… »
laisser de côté, car il est très jaloux, exclusif même ! Je vis avec András Schiff: « J’aime sa musique, mais je la trouve très exi-
ses œuvres comme avec des amis. Certaines vous “snobent”, geante. Dans le passé, presque aucun pianiste ne jouait Beethoven
d’autres vous aiment indéfiniment. » et Chopin. C’était l’un ou l’autre. Quand j’interprète Mozart,
Lukas Geniusas: « La musique de Chopin reste tout de même Beethoven ou Schubert, j’éprouve plus de gratification émo-
le socle de mon piano. Sans lui, je ne serais probablement pas tionnelle en retour. Au contraire, Chopin me prend tout. C’est
devenu pianiste. » un compositeur fantastique que j’ai un peu pratiqué, sans jamais
Hélène Grimaud: « Son écriture nostalgique mais sans tristesse, être très content de moi. »
évocatrice, sensuelle et en même temps désincarnée nous
déroute. Elle nous questionne. »
Claire-Marie Le Guay: « Chopin est le compositeur de l’intimité, Les limites de l’interprétation
le musicien dont la relation au temps touche chacun. C’est son Vouloir interpréter Chopin, c’est entrer dans un univers
fameux rubato, son regard sur le passé, sur le temps présent. incomparable au sens littéral du terme. Joaquin Achúcarro
Il nous parle au sens premier du verbe. » définit ainsi le rôle de l’interprète : « Il faut ressentir les inter-
Cédric Tiberghien : « Pour un pianiste, Chopin, c’est le com- rogations du compositeur, l’insuffisance de la notation pour
positeur de rêve ! Un rêve abordable quand on a 7 ans et ce qu’il veut exprimer. Certaines nuances dilatent le temps et
qu’on dit fièrement à ses parents qu’on joue l’une de ses valses. l’interprète doit résoudre cela avec son propre temps musical. »
Avec l’âge, la même valse nous paraît bien moins évidente… Il faut aussi avoir envie de transmettre un message.
Le Chopin qui me passionne, c’est celui qui invente sa propre Vladimir Ashkenazy : « Il ne fait aucun doute à mes yeux
harmonie dès les premières pièces. Son piano se transforme que son œuvre est d’abord un message humain avant d’être
alors en un laboratoire de l’introspection, des sentiments, de la “musique pure”. Même les musiques dont la rationalité
des sensations. Parfois même, il organise le silence. » est la plus affirmée, les œuvres les plus structurées laissent
Daniil Trifonov: « Chopin est le compositeur le plus élusif qui toujours passer un sentiment d’humanité. »
soit. Son écriture offre une palette expressive d’une telle sensibilité Comment évolue l’interprétation de chacun ?
que rien n’est pratiquement reproductible. Il fait appel à une Maurizio Pollini: « Avec l’expérience, je joue avec plus de liberté,
concentration mentale et digitale absolue. Cela Chopin notamment. »
signifie que l’on doit être dans un état de perception Kun-Woo Paik: « Des musiciens comme Chopin ou Liszt ne
tactile optimal. Si je travaille une pièce de Chopin jouaient jamais deux fois de suite leurs œuvres de la même
et que j’aboutis à un certain résultat, mais que façon ! Nous avons perdu cet art de l’improvisation. »
je ne la joue plus pendant une semaine, j’ai toutes
les chances de ne pas retrouver la sensation que
j’avais obtenue. Chopin est un compositeur qui Ballades littéraires
ne souffre pas l’oubli. Et apprendre trois heures Les quatre Ballades de Chopin ouvrent la voie à l’impression-
de sa musique pour le Concours Chopin de Var- nisme de Claude Debussy, aux univers d’Alexandre Scriabine,
sovie fut une expérience harassante. Penser, vivre voire aux couleurs d’Olivier Messiaen. Le musicien se passionnait
JEAN-BAPTISTE MILLOT

et mourir pour Chopin… J’avoue qu’après la com- pour la littérature et, tout particulièrement, celle des romanciers
pétition, j’étais totalement rassasié et qu’il m’a et des poètes polonais. Le titre de « ballade » lui serait venu
Daniil Trifonov.
fallu une année avant de rejouer ses partitions! » en lisant les écrits de Niemcewicz et Mickiewicz.
Hélène Tysman : « Je me demande d’abord si Chopin était
conscient d’une inspiration littéraire dans son œuvre. On sait
Ceux qui s’y refusent qu’il était gêné par l’écriture du français, une langue dont il maî-
Igor Levit : « Je ne joue jamais Chopin. J’aime trisait difficilement la syntaxe. En vérité, coucher les notes sur
énormément sa musique, mais quand j’écoute le papier lui suffisait. Par ailleurs, son niveau d’abstraction,
des confrères, d’immenses pianistes comme son génie musical étaient tels, que l’on peut aussi concevoir
Rafal Blechacz, je me dis que ce n’est vraiment que les mots peinent à suivre la musique. Pour autant, il donna
pas mon langage. Bref, je me trouve mauvais. » le titre de “ballade” à quatre de ses partitions. C’est donc bien,
Denis Matsuev : « Chopin ? Question cruelle. qu’à l’heure du romantisme, elles racontent une certaine histoire
J’ai 45 concertos pour piano à mon répertoire “littéraire”. Chopin place l’interprète face à ses responsabilités.
et près d’une vingtaine de programmes de récitals En somme, ai-je besoin d’un support littéraire pour organiser
dont les concertos de Chopin. Je les connais et ma pensée musicale ? Lorsque j’interprète une Ballade, je ne
SDP/SONY CLASSICAL

je pourrais les jouer demain. Mais je n’ai pas me représente pas une histoire. Je préfère parler d’une suite
Murray Perahia.
franchi le pas, tout simplement parce que je ne de sensations. C’est inconscient et très étrange parce que
les ressens pas. » cette perception peut devenir puissante dans certains passages.

34 I PIANISTE n°105 I juillet-août 2017


ZINIO

D’une puissance à la fois floue et précise. Au piano, on doit


savoir ce que l’on veut dire, mais on ne sait pas où l’on va. »
Seong-Jin Cho : « Les Ballades sont des œuvres d’avant-garde !
Dès les premiers arpèges de la Première Ballade, Chopin nous
fait douter de la tonalité. Et puis, la forme des ballades
est étrange. Il faut s’appuyer sur des images inspirantes.
Par exemple, quand je joue la Troisième, je songe toujours
au poème Ondine de Mickiewicz : le désespoir d’un chevalier
amoureux d’une déesse païenne. La Quatrième est la plus
difficile à jouer et à interpréter. »
Précisément, comment travailler l’immense Quatrième Ballade ?
Lucas Debargue : « La spiritualité de l’œuvre doit surgir dès
le début. Les premières mesures sont les plus délicates de la
partition. Il me semble qu’il faut travailler la main gauche
seule. Chopin a commencé avec cette “sérénade” dont il est
nécessaire de retrouver le chant et d’éviter à tout prix une
lecture académique. Les accords, presque arpégés, sont ceux
d’une guitare ou d’une contrebasse dont la mélodie, au-dessus,
serait tenue par une flûte fantomatique. Ces divers instruments
se croisent avec des intonations dissemblables. Il faut gérer
ces antinomies tout en restant lucide, car les déplacements
à la main gauche sont techniquement difficiles. Voilà donc
une ballade qui est à la fois une forme sonate et une pièce liée
à la variation et à la rhapsodie. »

Une Barcarolle avant-gardiste


Nelson Freire : « C’est à l’évidence un chant de gondolier,
un chant italianisant, mais cette Barcarolle est incroyablement
sophistiquée et elle demeure l’une des pièces les plus avant-

AKG-IMAGES
gardistes de Chopin. J’ai remporté le Prix Vianna da Motta de
Lisbonne à l’âge de 19 ans avec cette œuvre. Elle est d’une extrême
difficulté, non sur le plan technique, mais pour ce qui concerne
la restitution de son équilibre interne. En règle générale, je ne valent pas ceux de Chopin, même si on nous répète à satiété Portrait de Frédéric
suis jamais satisfait de la manière dont je la joue. » que ce dernier fut un piètre orchestrateur. » Chopin. Dessin
du peintre et
Murray Perahia : « Liszt n’a pas, pour l’instant, été au cœur lihographe allemand
de mes préoccupations. Sa musique me reste un peu extérieure ; Franz Xaver
Chopin versus Liszt je ressens bien plus d’affinités avec Chopin, par exemple. Est- Winterhalter de 1847.
On oppose parfois leurs deux univers musicaux et, dans le passé, ce parce que son art découle directement de Bach et de Mozart ?
nombre d’interprètes ne jouaient que l’un ou l’autre. Pour Jean- Que son caractère intimiste correspond mieux à mon caractère ?
Marc Luisada et Murray Perahia, la cause est entendue. C’est difficile à dire. »
Jean-Marc Luisada: « Je n’ai pas une grande passion pour Liszt.
J’aime cent fois plus Chopin que je considère comme le plus
grand compositeur du XIXe siècle, malgré un catalogue consacré Des Concertos plutôt « faciles »
presque exclusivement au piano. La Quatrième Ballade, le Qua- Deux concertos et deux « tubes » du répertoire ! Quelques
trième Scherzo, les deux Concertos et sa Polonaise-Fantaisie sont règles de base pour les jouer.
du niveau de la Sonate de Liszt qui, à mes yeux, domine sa pro- Louis Lortie: « Ses Concertos ne sont pas difficiles à mémoriser.
duction, à quelques exceptions près comme La Bénédiction de La pensée de Chopin est extrêmement logique, son écriture
Dieu dans la solitude et Après une lecture du – de jeunesse – est construite clairement sur
Dante. Ses pièces ultimes dont on fait grand des bases de quatre et huit mesures. Ryth-
cas (La Lugubre Gondole, la Bagatelle sans « SON PIANO miquement, c’est beaucoup plus simple que
tonalité, Unstern, etc.) sont superbes, mais… SE TRANSFORME celui de Schumann. Pour bien les apprendre,
pour moi, ce sont des “fonds de tiroir de
luxe”. C’est terrible à dire, mais c’est ainsi. En
EN UN LABORATOIRE ilc’est-à-dire faut connaître la syntaxe de son écriture,
avoir travaillé les Études. Il y
revan-che, la Sonate pour violoncelle et piano DE L’INTROSPECTION concentre toute la technique de ses œuvres
de Chopin, son ultime partition de musique
de chambre, hélas méconnue, est un chef-
ET DES SENTIMENTS. » àtrès venir. C’est comme s’il avait voulu en finir
tôt avec la virtuosité, pour ne plus se
d’œuvre. Et puis, les concertos de Liszt ne CÉDRIC TIBERGHIEN concentrer par la suite que sur la musique ! » [

juillet-août 2017 I PIANISTE n°105 I 35


ZINIO

EN COUVERTURE CHOPIN PAR SES INTERPRÈTES D’AUJOURD’HUI

moins naturels. Les Études ne peuvent (et ne doivent) en aucun


cas provoquer une fatigue. »
Nelson Freire: « Le mot “étude” me paraît inapproprié, bien
qu’il y ait un rapport direct avec une notion de pédagogie ; en
réalité, il s’agit bien davantage de préludes. Elles ne représentent
pas un cycle constitué et peuvent se donner en intégralité ou
seulement en partie. La mode des intégrales est récente et, à
mes yeux, même les Préludes peuvent être joués séparément. »

L’art du chant des Nocturnes


Le mot « nocturne » est aussi imprécis que l’esprit musical de
l’œuvre. Le contenu est à l’égal du contenant : rêveur, mélan-
colique, comme si le musicien hésitait à qualifier d’un terme
plus littéraire cette expression musicale. Chopin l’avoue lui-

BNF GALLICA/BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCE


même : « Vous savez chanter ou vous ne savez pas ! »
Louis Lortie : « Cette musique est beaucoup plus proche de
l’opéra italien, du bel canto que du romantisme allemand.
Les voix internes doivent être atténuées pour préserver la tex-
ture la plus transparente. Écouter la Tebaldi ou bien la Callas
ne peut qu’aider. Le répertoire de Chopin n’est pas adapté
aux très grands espaces. D’ailleurs, celui-ci ne jouait que
dans des salons. L’idéal est de ne jamais atteindre les fortes
les plus extrêmes. »
Partition manuscrite [ On fait souvent reproche à Chopin de ne pas avoir été Quelques conseils à propos du Nocturne en ré bémol majeur…
de la Quatrième Étude un grand orchesteur… Jean-Paul Gasparian : « Il faut essayer d’atteindre une sorte
opus 25 de Chopin.
Kun-Woo Paik : « Tout le monde pense que Chopin était d’unité lisse à la main gauche et, simultanément, une expression
un piètre orchestrateur. Je ne partage pas cet avis. C’est à la plus suave possible à la main droite. Une expression qui
l’orchestre de souligner ce qu’il y a dans la partition, de com- soit à la fois d’une grande noblesse et d’une grande liberté.
prendre ce qui est écrit et de rechercher sans Il faut donner à l’interprétation l’apparence
cesse l’accompagnement avec le soliste. »
« IL A VOULU EN FINIR presque d’une improvisation, comme s’il
n’y avait pas de structure rythmique, sans

Des Études audacieuses AVEC LA VIRTUOSITÉ, tomber, bien évidemment, dans un senti-
mentalisme outrancier et l’excès de rubato.
Qui a interprété les Études de Chopin peut
POUR NE PLUS Le jeu doit être légèrement retenu, un peu
tout jouer ! Certes, on trouvera toujours SE CONCENTRER QUE “aristocratique”, et laisser apparaître une
dans le grand répertoire des œuvres plus
complexes et plusieurs exemples de pièces
SUR LA MUSIQUE! » fragilité touchante. Rechercher avant tout
un raffinement sonore composé de subtiles
« injouables ». Pour autant, ses Études ne se LOUIS LORTIE demi-teintes, de clairs-obscurs. »
limitent pas à la seule définition étroite du
terme, celle d’un « morceau composé en principe dans un but di-
dactique ». L’accumulation de difficultés redoutables est peu Des Polonaises révoltées
en comparaison des audaces musicales qu’elles révèlent. Faut- À l’origine, la polonaise est une danse populaire, la taniec polski.
il « oublier » la virtuosité ? Non, mais assurément la dépasser ! Au XVIIIe siècle, elle séduit la noblesse dont elle agrémente
Adam Laloum : « Malheureusement, j’associe les cérémonies en raison de son caractère martial. Le premier
encore trop les Études aux années de conserva- nom disparaît au profit du terme français de « polonaise ».
toire et aux concours passés. On nous les a tel- Le matériau thématique est assez sobre. Il traduit moins une
lement fait travailler pour atteindre une perfec- danse qu’un pas de révolte. Pour certains interprètes, la polonaise
tion technique et obtenir la mention “Très bien” évoque parfois des souvenirs douloureux.
qu’on en a négligé la valeur poétique. Nous ne Pascal Amoyel: « Je me souviens de les avoir découvertes grâce
devons jamais oublier pourquoi nous jouons à mon grand-père polonais exilé en France. Les polonaises
du piano. » expriment la nostalgie d’un pays et l’expression dramatique
MAT HENNEK/DEUTSCHE GRAMMOPHON

Rafal Blechacz : « La virtuosité permet de juger d’un peuple qui a connu de multiples souffrances. Ces pièces
de l’état physique de vos mains. Un point, c’est ne sont pas victorieuses. En fait, elles révèlent à la fois une
tout ! Pour moi, c’est une sorte de test. » forme d’impuissance, de sidération devant les événements his-
Geoffroy Couteau : « Jouer les Études de Chopin toriques et jusqu’à une jubilation dans la Polonaise-Fantaisie. »
Hélène Grimaud.
engage tout le corps. Si on éprouve la moindre Quel type de sonorité correspond le mieux à l’expression de
petite tension, le son et le phrasé deviennent la polonaise ?

36 I PIANISTE n°105 I juillet-août 2017


ZINIO

LES GRANDS NOMS


DU PASSÉ
Des pianistes de légende ont marqué
Saint-Ursanne (Jura | Suisse)
l’histoire de la musique et la discographie
avec leurs interprétations inoubliables Cloître et collégiale
de la musique de Chopin. Allez, 2-13 août 2017
mesdames et messieurs 14 édition
les interprètes, donnez-nous
quelques noms!
Cédric Tiberghien : « Pour les Mazurkas, je citerais
le pianiste polonais Ignaz Friedman. Son jeu alliait
la liberté à un charme fou ! Une référence. »
Daniil Trifonov : « C’est grâce à la personnalisation du son
que l’on reconnaît aujourd’hui encore les jeux des Cortot,
Lipatti, Horowitz et Gilels. Ils se sont approprié les œuvres
et sont devenus à leur tour des créateurs. »
Nelson Freire : « J’ai travaillé la Sonate “funèbre”
avec Stefan Ashkenase. Je me rappelle notamment
qu’il avait de très petites mains. Je suis stupéfait
par l’originalité de son interprétation chez Deutsche
Grammophon. C’est tout à fait passionnant. »
Christiane Baume-Sanglard
Kun-Woo Paik : « Évidemment, je connais les traditions Giovanni Bellucci
instaurées par Joseph Lhévinne, Arthur Rubinstein, Ignaci
Paderewski, Josef Hofmann, Ignaz Friedman… En réalité,
Frédéric Carrière
je ne crois pas qu’il y ait de véritables traditions ; il s’agit Christian Chamorel
bien davantage d’une succession de personnalités François Chaplin
qui vivent ou ont vécu des expériences différentes avec
leur cœur. Si j’avais enregistré ce cycle accompagné par Dana Ciocarlie
un orchestre londonien, le résultat aurait été professionnel, Brigitte Fossey
mais je ne pense pas me tromper en disant qu’en Pologne,
cette musique est vécue. Être soi-même est l’unique conseil
Duruntina Guralumi
que l’on puisse donner pour jouer Chopin, car chaque Dasol Kim
ornementation de la partition possède sa propre nuance Claire-Marie Le Guay
qu’il vous faut découvrir. »
Sergio Marchegiani
www.crescendo-jura.ch
David Pia
Pascal Amoyel:« La polonaise laisse une très grande liberté de
choix, d’autant plus qu’elle traduisait alors une urgence [l’occu- Roman Rabinovich
pation de Varsovie par l’armée russe, ndlr], et que Chopin jouait Frédéric Rapin
sur les pianos qu’il trouvait. Qui plus est, son esprit a évolué
au fil du temps. D’un climat de révolte, elle a rejoint parfois
Véronique Rapin
celui du nocturne. Plus qu’ailleurs, Chopin modèle la forme à Marco Schiavo
sa convenance. » Igor Tchetuev
Il évoque les difficultés de l’interpré-
tation : « Il faut certes respecter le
texte, mais surtout la source d’inspi-
ration du compositeur. Les indications
de Chopin ne sont pas des ordres !
Orchestre international de Genève
Elles sont écrites pour que l’on ne Alexei Ogrintchouk, direction
fasse pas ce qu’il n’indique pas. Il faut
PHILIPPE GONTIER/DEUTSCHE GRAMMOPHON

ensuite faire preuve d’endurance phy-


sique et mentale (maîtriser et varier
des cellules rythmiques répétées, une
polyphonie et une harmonie, voire
Design : www.nusbaumer.ch

un contrepoint, complexes), surtout


dans l’Opus 44 et la Polonaise-Fantaisie, Maurizio Pollini.
deux œuvres visionnaires. Dans [
ZINIO

EN COUVERTURE CHOPIN PAR SES INTERPRÈTES D’AUJOURD’HUI

[ cette dernière, on s’interrogera sur la combi-


naison, en apparence contradictoire, de la polonaise
et de la fantaisie. Pour tout cela, la règle est simple :
ne jamais séparer le travail technique de la pensée
LE CHOIX CORNÉLIEN
musicale. Toutefois, la principale difficulté, ténue
pourtant, est ailleurs. Il s’agit de penser l’œuvre
DES ÉDITIONS
autrement qu’elle a toujours été jouée. Je déteste
l’originalité pour l’originalité, mais il est essentiel
MUSICALES
de trouver en soi une fraîcheur d’inspiration. La Pour certains pianistes, la sélection
polonaise de Chopin n’a pas eu de descendance. doit être rigoureuse. D’autres sont
Elle disparaît après lui, car l’œuvre est ancrée dans
beaucoup moins puristes.
KEITH-SAUNDERS

une époque précise. Le cri de désespoir est uni-


Vladimir Ashkenazy. versel, et pourtant il demeure, ici, singulier. » Rafal Blechacz : « À l’occasion du Concours de Varsovie,
j’ai travaillé sur l’édition polonaise Paderewski. »
Kun-Woo Paik : « Le problème est qu’il en existe tant
Le secret des Mazurkas qu’il faut faire des choix. En ce qui concerne les concertos,
À l’évidence, cette danse « indansable » est parfois dépréciée. j’ai travaillé d’après les éditions originales conservées
Moins spectaculaire que la polonaise, elle s’affirme comme au Musée de Varsovie. J’ai réfléchi sur le son du piano
un acte de rébellion plein d’audaces harmoniques, de jardins et celui de l’orchestre de cette époque. Il est essentiel
secrets, de traits fulgurants, de larmes de rage et de tendresse. de revenir aux sources, car tous les travaux ultérieurs,
Où puise-t-elle son inspiration ? y compris la prestigieuse édition Paderewski, ont
Vladimir Ashkenazy: « Vous ne pouvez pas les jouer sans savoir profondément modifié l’interprétation des œuvres.
à quoi correspond chaque danse. Si vous en négligez certains Le virtuose supplantait alors le compositeur! La composition
aspects populaires, vous ne rendez pas justice à cette musique, originale de Chopin est plus limpide, plus poétique. »
même si vous l’interprétez de façon musicale. En 1955, je par- Pour d’autres pianistes, la sélection de telle ou telle édition
ticipais au Concours Chopin de Varsovie où paraît plus secondaire.
j’obtins le Deuxième Prix. Je jouais alors assez Nelson Freire : « J’ai décidé de toutes les mélanger,
« IL EST bien quelques Mazurkas, du moins pour mon même si parfois les différences sont considérables, jusque
LE COMPOSITEUR âge ! Puis ce fut au tour du pianiste chinois Fou dans les notes! Les spécialistes devineront peut-être

DE L’INTIMITÉ DONT T’song. Il reçut un Prix spécial pour son inter-


prétation des mazurkas parce qu’il les joua avec
les éditions de Paderewski, Peters, Cortot, Badura-Skoda…
Je sais qu’il y a des écoles très “puristes” en matière
LA RELATION AU TEMPS une telle vérité et un équilibre idéal entre le fol- de partitions et tout spécialement pour le piano de Chopin.

TOUCHE CHACUN. » klore et l’esprit de cette musique. Eh bien, vous


voyez, à chaque fois que je joue des Mazurkas,
Je vous avoue que je ne pratique pas cette religion
de l’authenticité de façon très fanatique… »
CLAIRE-MARIE LE GUAY je repense à ce confrère entendu en 1955, à Cédric Tiberghien : « Il n’y a pas un texte que je considère
l’impression si profonde qu’il me fit à ce moment. comme définitif et, dans le cas de Chopin, les matériels
Cela m’aide dans ma recherche pour donner une touche délicate, sont très différents. J’ai travaillé sur Paderewski. Dans
presque imperceptible de la danse. C’est l’esprit de la danse les Mazurkas, il est pratiquement impossible “d’imposer”
qui compte chez Chopin, et non la danse en elle-même. » une édition. Il vaut mieux comparer. Le compositeur est
La jeunesse de l’interprète semble faire assez mauvais ménage le premier responsablede cette situation! En effet, il aimait
avec ce genre musical. Demandons à un professeur s’il pense offrir ses manuscrits. Par exemple, il donnait à une élève
enseigner l’art de la mazurka… une mazurka qu’il avait rapidement retranscrite. On dispose
Cédric Tiberghien: « Je ne vais pas empêcher un élève de travailler ainsi de plusieurs versions. Pour moi, cela ne représente pas
les Mazurkas ! Mais qu’apportent-elles sur le plan technique ? une gêne. L’interprète choisit en fonction de ses goûts. »
À vrai dire, pas grand-chose. Elles se déchiffrent Yundi : « J’ai utilisé des éditions polonaises, notamment
aisément, les notes tombent sous les doigts et on celle de Paderewski avec laquelle j’ai remporté en 2000
a rapidement tout dit. C’est assez déroutant. Et le Concours Chopin de Varsovie. »
puis, il arrive qu’on éprouve le sentiment qu’il
manque quelque chose ou bien qu’on a ajouté
un élément étranger, gênant. C’est pour cela que plus affirmée dans les premières partitions composées avant
les Mazurkas sont considérées comme les pièces l’exil à Varsovie. La mazurka, c’est à la fois la recherche d’un
les plus délicates du répertoire de Chopin. On en état d’esprit du passé et une projection dans le futur. Le musi-
détient quelques clés avec la maturité. Chopin cien y pose les bases de l’écriture du piano moderne en même
n’était pas un ethnomusicologue. En revanche, temps qu’il se raconte. Je ne les ai jouées que tardivement,
je préfère définir les Mazurkas comme une “mélan- suivant les conseils de mon professeur, Gérard Frémy, au
HARALD HOFFMAN

colie du folklore”. Celle-ci est plus présente dans Conservatoire de Paris. Il m’avait prévenu : les Mazurkas
Yulianna Avdeeva.
le Chopin de la maturité, quand les racines natio- représentent le “laboratoire” musical de Chopin. Je conseillerais
nales n’apparaissent plus qu’en filigrane. Elle paraît davantage à un étudiant de travailler les Nocturnes. Ils sont

38 I PIANISTE n°105 I juillet-août 2017


ZINIO

BNF GALLICA/BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCE


Partition originale parfaits pour acquérir le sens du chant
de la Mazurka en sol et la clarté de l’accompagnement. »
majeur de Chopin.
Comment travailler ces Mazurkas ?
Cédric Tibergien : « Il faut partir du
principe que rien n’est jamais définitif et qu’il est illusoire d’en
espérer “caler” l’interprétation. Avant même de poser les mains
sur le clavier, j’essaie de faire le vide intérieurement. Musica-
lement, on part de presque rien. Que peut-il y avoir de plus
éloigné d’une mazurka qu’une étude dans laquelle toute hési-
tation est, par définition, inenvisageable ? Après le premier
geste, le tempo s’impose de lui-même. Avant de mettre mes
doigts sur les touches, je n’ai aucune idée de celui-ci. C’est
de l’ordre de l’improvisation. Pour ce qui concerne le tou-
cher, je joue sur la plus grande surface de la pulpe des doigts,
afin que la sonorité s’arrondisse au maximum. Nul besoin
d’impressionner. Il suffit d’être simple et le rubato se glisse
dans la respiration d’ensemble. La pédale doit être suffisamment
légère pour ne pas brouiller le chant, mais empêcher aussi que
les basses s’assèchent. Toutefois, je préfère accentuer la durée
des notes avec les doigts et que la pédale colore la ligne mélo-
dique avec la plus grande discrétion. »

Des Préludes comme improvisés


Dans un langage fleuri qui correspondait à son époque, Alfred
Cortot a affublé les Préludes de Chopin de titres qui prêtent
aujourd’hui à sourire : « Désir de jeune fille », « Elle m’a dit
je t’aime », « Du sang, de la volupté, de la mort »… Ces ins-
tantanés musicaux, dont peu d’entre eux excèdent les deux
minutes, se suffisent toutefois à eux-mêmes. Mais ne sont-
ils que musique pure ?
Yulianna Avdeeva: « C’est un seul univers qui se compose de
24 personnages ou portraits différents n’existant qu’en rapport
les uns avec les autres. Pour autant, au sein du cycle se forment
des groupes solidaires. Cela signifie que, lorsque vous les jouez,
vous devez préparer le prélude qui suit. Chopin laisse en vérité
une liberté considérable à l’interprète. »
Comment aborder l’étude des Préludes ?
Daniil Trifonov: « Chacun d’entre eux nécessite une réactivité
immédiate. D’où l’importance des silences, tous différents entre
les Préludes, mais aussi de la spontanéité, de la fraîcheur du jeu.
Chaque pièce est une histoire unique dont l’interprétation
traduit la magie sans possibilité de reproduction. Il y a de fait [
ZINIO

EN COUVERTURE

« Bach est un astronome il finit ; avec des dissonances, par des dissonances, dans des dis-
qui découvre les plus sonances. Et pourtant que de beautés aussi renferme ce morceau »,
merveilleuses étoiles.
Beethoven se mesure
avoue Robert Schumann.
à l'univers. Moi, je ne Ivo Pogorelich : « Chopin rejette la musique à programme,
cherche qu'à exprimer et pourtant nomme le mouvement lent de sa Sonate n°2, « Marche
l'âme et le cœur funèbre ». N’est-ce pas contradictoire ? En vérité, il s’inspire
de l'homme », disait
Chopin. d’éléments à la fois littéraires et philosophiques. Tout comme
dans le Scherzo de la Sonate, il change l’esprit des termes, son
écriture évoluant très rapidement. »
Nelson Freire: « Cette Sonate n°2 est une course contre la mort.
Elle me semble bâtie en un seul mouvement dont le point
culminant est la Marche « funèbre ». Ce sont les différents aspects
de la mort, jusque dans le Scherzo qui possède une dimension
très polonaise par ses sentiments de fierté et de révolte ! Il s’agit

COLLECTION PARTICULIÈRE
d’une œuvre incroyablement moderne dont il faut donner l’illusion
d’un récit. Même à Paris, Chopin reste toujours polonais ! »
Krystian Zimerman: « Mon problème, c’est la Sonate « funèbre ».
Si seulement je pouvais réaliser ce que j’ai en tête ! Cette œuvre
symbolise le passage de la vie à la mort. Si un médecin testait
[ une part d’improvisation. Je l’ai appris en travaillant avec mon corps après que je l’ai jouée, je crois qu’il aurait des sur-
Sergei Babayan. Il incite ses étudiants à jouer les phrases les plus prises… J’ai toujours l’impression de défaillir. »
simples avec les expressions, les émotions les plus diverses
comme le ferait un acteur. Vous appréhendez ainsi les limites
des timbres, des couleurs, des dynamiques. » Piano d’époque ou moderne ?
La plupart des pianistes ont déjà joué sur des pianos anciens.
Certains ont apprécié l’expérience et sont acquis à la cause.
Des Scherzos capricieux Commençons par les artistes conquis et enthousiastes.
Le scherzo – plus que tout autre forme musicale, à l’exception Yulianna Avdeeva: « J’ai interprété et enregistré les deux Concertos
peut-être de la ballade – symbolise la liberté, le caprice de l’ins- de Chopin sur un piano Erard de 1849. Ce fut une expérience
tant : « Scherzando » ne signifie-t-il pas en italien « en plaisantant » fantastique. Le son des instruments anciens est beaucoup
ou « d’une allure légère » ? plus court que celui des pianos modernes.
Yundi: « Leur énergie est stupéfiante, autant Le phrasé, la pédalisation, le toucher, tout
que leur expressivité. Quand on joue de telles « UN MESSAGE est différent. Il faut donc chercher une nou-
partitions, on doit tout donner ; il est impos- MUSICAL MÊLÉ À UN velle manière de jouer et la lecture des par-
sible de mentir au public et, par conséquent, titions s’en trouve changée. Les nuances
de se mentir à soi-même ! Ces pièces repré- MESSAGE HUMAIN deviennent, par exemple, beaucoup plus fines
sentent un défi technique. L’engagement D’UNE PROFONDEUR et claires. Habituellement, les indications de
physique qu’elles nécessitent est probable- Chopin nous semblent relativement anodines,
ment unique dans l’œuvre de Chopin. Après ÉTONNANTE. » “normales”. Sur un piano ancien, elles pren-
les avoir jouées, vous en sortez épuisé. Mais, VLADIMIR ASHKENAZY nent une importance considérable. Je suis
en dehors de son côté sportif assez excitant, entrée dans un nouvel univers sonore dont
cette musique est révolutionnaire, aussi bien sur le plan har- je ne soupçonnais pas la richesse. J’ai éprouvé aussi une sensation
monique que rythmique. Il faut traduire ces pages avec un jeu extraordinaire en concert : celle de me rapprocher de la création
spontané. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle je ne crois pas de l’œuvre parce que le compositeur avait pensé sa musique
que l’on puisse prétendre inscrire aujourd’hui avec les moyens de l’instrument que j’avais sous mes doigts. »
une interprétation dans une tradition musicale András Schiff : « Je me suis exercé sur un vieux Pleyel. Cela
spécifique. Faire vivre ce répertoire demande m’a donné envie de revenir aux Mazurkas, ce que je devrais
trop d’investissement personnel, trop de prépa- faire dans un futur proche. Je n’aime pas interpréter Chopin
ration et de réflexion, pour que l’on imagine sur un Steinway moderne. Je préfère les couleurs d’un ins-
entrer dans le moule d’une école de piano passée. » trument d’époque. Chopin jouait surtout sur des Pleyel, car
il aimait la légèreté de ces instruments, à l’inverse de Liszt
et de beaucoup de ses contemporains qui préféraient les
La Sonate n°2 mortelle pianos Erard, plus virtuoses. »
Trois sonates dont la Deuxième, « funèbre », D’autres interprètes ont tenté l’expérience, mais elle ne leur
DEUTSCHE GRAMMOPHON

la plus jouée… « Jeter les yeux sur les premières fera pas renoncer au piano moderne.
mesures de cette sonate, celle en si bémol mineur, Pascal Amoyel : « J’ai joué sur des pianos anciens, ceux de
Krystian Zimerman.
et pouvoir douter de qui elle serait peu digne l’époque du compositeur, des Pleyel des années 1830. C’est
d’un bon connaisseur. Tel débute Chopin et tel passionnant, mais pour moi, ces instruments ne sont pas achevés.

40 I PIANISTE n°105 I juillet-août 2017


ZINIO

Il y a beaucoup de choses que l’on apprend d’eux, et d’autres

LA VOIX que l’on ne peut réaliser que sur un piano moderne. Jouer avec
le vibrato, utiliser des quarts de pédale, par exemple. Chopin
est tellement précis dans ses partitions ! »
DU MAÎTRE Mais la question du choix du piano se résume-t-elle simplement
à la sélection de l’instrument ? La problématique s’expose peut-
Raffinement et retenue pourraient être différemment.
caractériser le jeu du compositeur. Daniil Trifonov : « J’ai interprété des Mazurkas de Chopin
sur un Pleyel… au Texas ! Chez moi, je travaille sur un piano
C’est ce que note Jean-Jacques ancien, un Blüthner de 1929. La mécanique est singulièrement
Eigeldinger dans son livre Chopin différente des pianos modernes. Lors du Concours de Var-
vu par ses élèves, relevant les propos sovie, j’ai souhaité utiliser un Fazioli parce que je pouvais
d’un de ses assistants, Karol Mikuli: obtenir les pianissimi extrêmes et les détails de couleurs que
je recherchais. Lors des Concours Tchaïkovski et Rubinstein,
« Selon [lui], Chopin jouait avec j’ai joué des Steinway. »
un toucher délicat, évitant les accents Cédric Tiberghien: « J’apprécie que l’instrument ait une sonorité
intenses et criards. […] Il ne supportait riche et profonde, qu’il possède des basses rondes. Je déteste
le clinquant lorsqu’il devient vulgaire. Le choix des marques
pas le son trop intense du piano, évolue avec le temps et, parfois, des phénomènes de modes.
qu’il appelait “un aboiement Durant mon enfance, j’ai travaillé sur un Pleyel de 1926. Le tim-
de chien”. » bre était doux, feutré et chantant. »
Nelson Freire: « Les quelques témoignages des pianistes du
Était-il pour autant dans la sophistication ? Certainement pas. passé révèlent qu’ils possédaient une légèreté du jeu que l’on a
Chopin voyait en l’art de jouer le prolongement naturel perdue en grande partie. Qui est responsable ? Le fait qu’ils aient
du corps humain et avait horreur des interprétations disposé d’instruments plus légers et moins dynamiques ou bien
trop mécaniques, usant volontiers du rubato pour mimer que les salles de concert aient été plus petites à leur époque ? Je
ce qu’il nomma « la respiration dans la voix ». « […] Ainsi ne le crois pas. Nous sommes trop obsédés par la puissance du
se mettait-il rarement au piano dans un état d’esprit toucher et nous avons oublié ce qu’est un jeu “perlé” qui chante. »
et un climat émotionnel semblables : en sorte qu’il lui arrivait
rarement de jouer une composition comme la fois d’avant »,
a observé Marcelina Czartoryska, une aristocrate polonaise Aller « au-delà » des notes…
qui bénéficia des leçons du Maître. … Le Graal de tout interprète. Le moment où celui-ci devient
Emilie von Gretsch, élève à qui Chopin dispensa des cours la voix du compositeur.
à Paris de 1842 à 1844, va plus loin dans l’analogie. Krystian Zimerman : « Le plus important pour un artiste est
Elle a comparé le jeu organique du compositeur à celui la crédibilité. Il est la première victime de la musique qu’il joue.
du chanteur, prêtant un soin particulier aux couleurs Il doit être touché de façon authentique par elle pour être crédible.
et aux tessitures : « Pendant les leçons, Chopin répétait Le savoir-faire, la technique, l’étude du style, du piano choisi…
inlassablement : “Il faut chanter avec les doigts ! […] tout cela vient après. Ce qui prime, c’est la passion qui nous
Son jeu était entièrement basé sur le style vocal de Rubini, anime lorsqu’on joue et le fait d’être crédible. Après, on recherche
Malibran, Grisi… ce qu’il confirma lui-même. » à accéder à un niveau de plus en plus élevé. Au départ, vous
Son sens du lyrisme et du phrasé ne doit toutefois pas jouerez l’œuvre puis, plus tard, la musique et, plus tard encore,
pousser à la caricature le pianiste romantique qu’il était. vous jouerez la raison pour laquelle la musique a été composée.
Si l’usage de la pédale et des contrastes était recommandé, Cela correspond au niveau le plus élevé auquel un artiste peut
il devait se faire dans un esprit d’économie et de prudence, aspirer. Je recherche des œuvres à travers lesquelles je peux ima-
faisant montre d’une puissance qui « ne pouvait être que par giner, visualiser cette émotion pour y plonger
éclairs », selon les dires de Georges Mathias. Parfois, il était et pour lesquelles je suis capable de mourir. »
même préférable pour le maestro de feindre un jeu sobre pour Laissons le mot de la fin à Vladimir Ashkenazy:
ne pas donner à ses élèves le goût des mauvaises habitudes : « Au cours des trois dernières années de sa vie,
« Chopin ne voulait pas de pédale, et pourtant il s’en servait, Chopin a produit une musique qui a franchi les
mais surtout de la pédale douce, sans l’indiquer à ses élèves, barrières de son temps, tant sur le plan mélodique
pour ne pas charger ou dépasser ses effets », souligna qu’harmonique. Son écriture avait 50 ans d’avance
Mme Courty dans l’une de ses correspondances adressées sur son époque. Son œuvre est la combinaison
au musicologue et écrivain Louis Aguettant. Comme le disait entre un message musical et un message humain
BERNARD BONNEFON/AKG-IMAGES

Friedrich Nietzsche, « le diable est dans les détails »… d’une profondeur étonnante. Elle est un tout
Clément Serrano organique, qui se développe sans cesse vers de
On trouvera matière à réflexion dans l’ouvrage de Jean-Jacques Eigeldinger, nouveaux horizons. Pour l’interprète, elle est
Chopin vu par ses élèves (Éditions de la Baconnière, Neuchâtel, 1988). une source miraculeuse car il n’en finit pas de se Lucas Debargue.
l’approprier et de puiser ses richesses. »

juillet-août 2017 I PIANISTE n°105 I 41


ZINIO

PÉDAGOGIE

JÉRÔME CHATIN
Schubert, Liszt et Horowitz
our la plupart des pianistes, jouer fascinante. Le pianiste vieillissant donne sûr, ce n’est pas seulement en regardant

P le mieux possible, chercher


la perfection technique est un combat
quotidien, une quête douloureuse.
Hélas, dans tout art, la beauté ne peut
s’acquérir à bon compte ; elle est le fruit
un concert au Musikverein de Vienne.
La caméra explore méticuleusement son visage
glabre, ses traits émaciés, ses poches
sous les yeux. Et pourtant lorsqu’il se met
à égrener avec une aisance à peine croyable
les mains d’Horowitz que nous ferons
des progrès. « L’essentiel est invisible
pour les yeux », disait le Petit Prince
de Saint-Exupéry. Pour que nos doigts
deviennent agiles, les meilleurs guides sont
de l’effort, de la patience. Si l’aisance survient le passage très rapide (la variation en triolets), le respect des doigtés et le désir de rendre
enfin, c’est souvent au terme d’un long travail, le temps semble s’abolir d’un coup, sa vieillesse ce morceau le plus beau et le plus vrai possible.
voire de tortures et d’angoisses. La souffrance s’envole. La musique serait-elle le secret de la De même que dans notre Sonatine
fait-elle partie de notre métier de pianiste ? jeunesse éternelle ? La clé de ce que cherchent de Clementi, si, par exemple, notre soif
C’est bien possible. D’ailleurs, existe-t-il un art à nous vendre les gourous de la médecine de briller nous rend nerveux, nous risquons
dépourvu de souffrance ? Schubert déclarait: anti-âge, champions des vitamines de précipiter les fins des phrases. Alors,
« Mes œuvres sont les enfants de ma connaissance et de l’allongement des télomères ? nous aurons beau faire, nos doigts nous
et de ma douleur. » Comment croire que Certes, reconnaissons-le, Horowitz fait échapperont. En vérité, ce ne seront pas
Vadlimir Horowitz lui-même n’a pas peiné quelques fausses notes ! Durant les leçons nos pauvres doigts les coupables, mais plutôt
pour parvenir au sommet de son art ? qu’il donnait à Weimar, Liszt les surnommait un manque de contrôle nerveux, une faille
La maîtrise pianistique de ce grand homme les « invités importuns ». Cette expression dans notre façon de déclamer la partition.
aux mains interminables comme son sens avait le don de faire rire ses disciples, surtout Ou bien, si nous ne ressentons pas
de la dérision en sont une preuve. D’ailleurs, quand, lors d’une mauvaise exécution, il priait les alternances harmoniques, là où la musique
son humour, célèbre, ne peut être qu’une « les invités » de partir ! Horowitz en convie avance et, au contraire, là où il faut nous
« politesse du désespoir », suprême intelligence donc quelques-uns, mais cela n’a guère relaxer, alors notre corps ne « respirera » pas
qui s’apparente à la lucidité du clown. Il y a d’importance, car la magie de son interprétation dans ce voyage musical et nous finirons
donc un mystère Horowitz et, à travers opère. La puissance de son expression par nous crisper. Ajoutons encore: si les plans
l’une des œuvres que nous allons étudier est telle que sa technique, bien qu’elle soit sonores sont déséquilibrés, si le phrasé n’est pas
aujourd’hui, je vous propose de vous y plonger: époustouflante, passe au second plan. beau, si cela ne « respire » pas, si la pédale noie
il s’agit de la Soirée de Vienne, Sixième D’ailleurs, Liszt lui-même privilégiait les harmonies, on passera à côté de l’œuvre.
Valse-Caprice, transcription par Liszt l’expression. Il ne donnait jamais de conseils C’est pourquoi il faut de la patience pour être
d’une valse de Schubert. Cette pièce reflète techniques et, en cas de problème, s’exclamait: un bon pianiste. Il faut aimer la partition avec
l’alliance de deux génies antinomiques, « Allez donc laver votre linge sale en famille ! » passion, sans jamais se lasser d’en améliorer
celle d’un Franz bateleur et magicien, Liszt, « La technique est un travail de l’esprit, l’exécution jour après jour, et sculpter
à celle d’un Franz en demi-teintes, le doux non de la mécanique », confia-t-il aussi à Lina inlassablement notre toucher. Bref, on ne doit
Schubert. De cet amalgame naît une perle rare. Ramann. Cela est attesté par les journaux jamais pianoter pour rien, il ne faut jouer
Cette Sixième Soirée de Vienne est une partition d’Amy Fay et de Valérie Boissier, ainsi que que concentré. C’est une grande discipline !
peu connue, rarement interprétée, et pour cause, par l’ouvrage d’Alan Walker qui donne Essayer, réfléchir, aimer, recommencer:
car elle est horriblement difficile, notamment des indications sur l’enseignement du Maître n’est-ce pas épuisant ? Et si c’était précisément
pour l’agilité des doigts qui se chevauchent, à Weimar. Or, nul autre que Liszt n’a la formule de l’élixir de l’éternelle jeunesse ?
à l’instar de l’Étude opus 10 n°2 de Chopin. autant réfléchi à la technique, accumulé Et cela ne vaut-il pas la peine de souffrir un peu
Mais regardez sur YouTube comment pour lui-même autant de gammes, d’exercices pour valser dans une Soirée à Vienne ?
Horowitz la joue ! C’est une expérience en tout genre. Alors, que croire ? Ce qui est Alexandre Sorel

I Jacob Schmitt (1803-1853) : Pièce romantique opus 248 n°2


I Muzio Clementi (1752-1832) : Sonatine opus 36 n°2 (Allegretto. Allegretto. Allegro)
I Jean-Sébastien Bach (1685-1750) : Prélude en mi mineur BWV 855a, n°18 du Klavierbüchlein
für Wilhelm Friedemann Bach de 1720
I Franz Schubert (1797-1828) : Valses sentimentales n°12 et n°13 opus 50 D.779
I Jean-Sébastien Bach/Alexandre Siloti (1863-1945) : Transcription en si mineur du Petit Prélude
en mi mineur BWV 855
I Franz Schubert/Franz Liszt (1811-1886) : Soirée de Vienne, Valse-Caprice n°6

juillet-août 2017 I PIANISTE n°105 I 43


ZINIO

PÉDAGOGIE

DÉBUTANT SUR LE CD PLAGE 1

Jacob Schmitt
(1803-1853) Pièce romantique opus 248 n°2

1-8

➔ Quand on aborde un nouveau morceau,


ce qu’il faut faire en premier, c’est de le chanter,
puis de regarder les phrasés et les signes d’articu-
lation, par exemple, les points de détaché que
nous voyons mesure n°3. Les phrasés sont les
petits arcs au-dessus des notes. Ils indiquent qu’il
faut les jouer liées entre elles et d’un seul élan,
comme lorsque nous prononçons une phrase ou
un groupe de mots d’un seul souffle.
Le jeu lié. Pour jouer lié et conduire une phrase
d’un bout à l’autre, il faut bien tenir chaque
touche avec le doigt jusqu’à la touche suivante.
Si nous lâchons le doigt (même un dixième de confiance dans notre 5e doigt et d’appliquer le tenant les touches jusqu’à Mi + Sol # + Si, ce que
seconde entre les deux notes), cela fait un petit poids de votre main sur la note aiguë, sans que l’on nomme la résolution harmonique, et atté-
trou dans le son. Apprenez à sentir que vous trans- cette dernière s’aplatisse sur le clavier. nuez le son. Sur cette croche finale, ôtez presque
férez bien le poids d’une touche à l’autre, en des- Mesure n°2: les bons gestes. Sur le 1er temps complètement votre poids de main dans les
sinant les phrases de votre sonatine. Il est très de la mesure n°2, le petit phrasé de la main droite touches, mais sans pourtant les lâcher sèche-
important de pratiquer ce jeu legato, de le sentir se termine, tandis que celui de la main gauche ment. Gardez un peu le doigt avant de couper.
dans votre main en vous écoutant. Cela a une commence la phrase. Cela oblige à exécuter des Cela ne peut se faire que si votre poignet est com-
grande influence à la fois sur la beauté de votre gestes différents aux deux mains. À la main droite, plètement libre, débloqué. Il est essentiel au piano
jeu et sur votre mémoire au piano, car cette der- allégez la terminaison (Sol # est aussi la note « sen- d’apprendre cette sensation d’alléger par le poi-
nière passe aussi par le toucher. sible » du ton et exprime un questionnement), gnet et de distinguer les notes que vous devez
et laissez votre main remonter souplement vers appuyer de celles qu’il faut alléger. Cela construit
MES. 1-8 le haut. À la main gauche, au contraire, donnez un notre mémoire par le toucher.
L’équerre du petit doigt. Faites sonner le pre- peu de poids sur le Fa, première note de la phrase.
mier Mi. Jouez-le en tendant votre petit doigt. Sentez la différence. Les gestes sont contraires. MES. 33- 36
Il doit former un angle droit avec votre main. Pour Mesure n°4: appoggiatures. Le Ré # à la main Plans sonores. Nous expliquons souvent que,
mieux sentir cela, retournez votre main, paume gauche et La-Do à la main droite sont des notes dans la technique du piano, il est fondamental
vers le haut, puis formez un angle droit entre étrangères à l’harmonie. On les appelle des appog- de savoir réaliser deux « plans sonores » dans une
le dos de votre main et votre 5e doigt. Imaginez giatures (comme « appuyer » en français). Ce sont même main. Voici un bel exemple. Mesure n°33,
une équerre. Fixez-la ! Cela développe ce petit des notes qui apparaissent sur le temps fort et la main droite comprend deux voix, les doubles-
muscle sur le côté de la main, que l’on appelle créent une tension, une dissonance. Sentez que croches, et la première d’entre elles qui est égale-
le « beefsteak du pianiste » ! Retenez ce mot drôle cela frotte à l’oreille ! Pour jouer, pesez de haut ment une noire avec une queue vers le bas
et, surtout, cette sensation. Elle permet d’avoir en bas dans ce Ré # + La-Do. Ensuite, glissez en (on l’appelle une hampe). Il faut faire sonner

44 I PIANISTE n°105 I juillet-août 2017


ZINIO

33-36

davantage cette noire , d’autant plus qu’elle est le clavier. Au contraire, relaxez vos doigts du milieu d’abord le poids de votre avant-bras vers l’inté-
surmontée d’un petit trait. Rendez ferme votre dans Mi-Ré #-Mi-Fa #-Mi. Atténuez ces notes. rieur (vers le dedans, allégez-vous du côté du petit
4e doigt, en jouant le La de la voix supérieure. Rotation de l’avant-bras. Pour peser dans la doigt), puis revenez vers l’extérieur, afin d’appli-
Résistez là où il s’attache avec la main (le méta- note de chaque 1er temps, utilisez la rotation de quer ce poids sur votre 5e doigt ferme. Écoutez-
carpe), afin que celle-ci ne s’aplatisse pas sur votre avant-bras. Préparez-vous en basculant vous jouer et mémorisez cette sensation.

DÉBUTANT-MOYEN SUR LE CD PLAGE 2

Muzio Clementi
(1752-1832) Sonatine opus 36 n°2 (Allegretto. Allegretto. Allegro)

➔ PREMIER MOUVEMENT, allégeant complètement le poids, grâce à votre poi- et les fugues de Bach constituaient la clé du jeu
ALLEGRETTO (DÉBUTANT-MOYEN) gnet qui doit être complètement libre, débloqué. de piano ; il considérait ces compositeurs comme
Regardez : votre main remonte ! 4. Coupez alors la meilleure préparation à l’étude de ses propres
MES. 1-8 un tout petit peu entre le premier et le second Si œuvres. » 1 Enfin, Zofia Zaleska, de raconter que,
Les bons appuis. Le plus important pour bien (entre les deux arcs). Cette minuscule « respira- si ce n’était pas bien joué, Chopin s’écriait :
jouer cette sonatine enjouée est d’intégrer les appuis tion » se fait aisément car, auparavant, vous avez « Qu’est-ce ? Est-ce un chien qui vient d’aboyer ? » 2
de sa mélodie et la façon de phraser. Les bons allégé votre poids en libérant le poignet. Il est facile Gardons-nous donc d’aboyer avec les doigts !
appuis et les nuances sont, dans l’art du piano, de couper quand il n’y a plus de poids dans la Non seulement la musique de Clementi exige de
ce qui fonde la technique. Ils sont à la base même note ! Retenez bien cette façon de faire. Cela crée nous un contrôle parfait de chaque pulsation,
du toucher. Bien jouer le morceau, c’est aussi bien un minuscule geste, à peine visible. Il s’agit plutôt mais comme elle est fort jolie, il faut aussi la phra-
le toucher. C’est pour cette raison qu’il est si beau d’une sensation secrète, mais elle est fondamen- ser avec élégance. Ce qui est délicat, c’est de réa-
de voir les mains d’un grand pianiste se mouvoir tale à comprendre pour développer la technique liser les deux en même temps. « Dessinez » bien
sur le clavier. Clementi a groupé les notes par et jouer avec les bons appuis et les respirations. vos phrases pour la nuance. En général, diminuez
deux dans la première phrase, ce que nous remar- Fermeté du 5e doigt. Mesure n°2, le Sol aigu lorsque la phrase descend vers le grave, jouez
quons grâce aux petits arcs qu’il a placés au- doit bien sonner. Pour lui donner du son, résistez plus intense quand elle remonte.
dessus. Cette figure se nomme un « deux-en- avec votre 5e doigt. Formez l’« équerre » entre Notes des pulsations. Développez également
deux ». Nous devons peser dans la première des votre 5e doigt et le plateau de la main, comme votre maîtrise et votre écoute des notes des
deux notes et alléger la seconde. nous l’avons vu dans la petite Pièce romantique temps. Apprenez-en les doigtés. Ici, mesure n°9,
Liberté du poignet. Préparez par le geste en opus 248 n°2 de Jacob Schmitt. la note du 1er temps est Fa #, joué avec notre
débloquant votre poignet, bras suspendu, avant 3e doigt (dans la mesure précédente, La-Sol doi-
de commencer (on nomme le petit Ré une ana- MES. 8-12 vent être joués légèrement, car il s’agit d’une
crouse), puis lancez-vous. 1. Tombez en pesant un Vladimir Horowitz avait une grande admiration anacrouse, ce n’est qu’un élan). Pesez bien dans
peu de haut en bas dans le Ré du 1er temps 2. pour la musique de Clementi. Adolf Gutmann, ce Fa #.
Glissez votre poids legato jusqu’au Si. 3. Allégez l’élève préféré de Chopin, rapporte : « De l’avis Relief du clavier. Attention : ce Fa # est une
ce Si en tenant votre doigt dans la touche, mais en de Chopin, le Gradus ad Parnassum de Clementi touche noire du clavier, qui est en hauteur [

juillet-août 2017 I PIANISTE n°105 I 45


ZINIO

PÉDAGOGIE

1-12

[ par rapport aux touches blanches. Sentez


comme il est peu naturel de peser dans une tou-
che noire. Il est tellement plus facile de peser sur
une touche blanche. Remontez bien votre main
avant le Fa #, afin de pouvoir descendre sur lui !
Au 2e temps, contrôlez par l’oreille le Si, joué avec
le 2e doigt. Ne le pressez pas. Écoutez toujours
ces notes des temps, ne les laissez jamais presser
ni vous échapper. Pour la technique, il est indis-
pensable de maîtriser le temps du morceau,
À SAVOIR : MUZIO CLEMENTI son déroulement dans les doigts.
Mesure n°10 : gamme de main gauche. Ici,
Muzio Clementi fut l’un des plus brillants pianistes de son temps. Il a composé la main gauche joue des doubles-croches. Hélas,
presque exclusivement pour le clavier. Vers 1774, il s’installa à Londres où il dirigea notre main gauche est en général moins habile
l’Orchestre de l’Opéra Italien. Grand interprète, il se lança dans une tournée de que la droite ! Comment la développer ? Par la
concerts à travers l’Europe en 1780. Mozart, qui vit le jour quatre ans plus tard, commande du cerveau et, ici encore, en connais-
a rencontré Clementi et l’a traité de « ciarlatano » ! En effet, en 1781, à Vienne, sant bien les notes des temps. Le premier Ré est
l’empereur Joseph II organisa une compétition entre les deux compositeurs. joué avec notre 5e doigt. Sur cette tonique, relaxez-
Et Mozart de dire à propos de Clementi qu’il était « une mécanique sans un sou vous bien avant de partir. Le 2e temps tombe au
de sensibilité ni de goût ». En revanche, Chopin tenait Clementi en très haute estime, milieu de la gamme, sur le La avec votre pouce.
au point qu’il considérait que sa pièce Gradus ad Parnassum constituait la meilleure Contrôlez ce doigt et ce son. Empêchez-vous
préparation à l’étude de ses propres œuvres. Madame Dubois raconte que Chopin de presser. Les notes des temps sont comme
faisait étudier à tous ses disciples une fameuse Étude en la bémol de Clementi, les arbres ou les pylônes que l’on voit défiler à tra-
dont il voulait une exécution parfaite et qui fit verser bien des larmes aux pauvres vers la fenêtre du TGV. Ils donnent le tempo
impétrants. Clementi s’intéressa aussi à l’édition musicale, à la facture des pianos immuable, sauf… quand le TGV ralentit. L’équiva-
et à l’enseignement. Parmi ses élèves, on trouve notamment John Field qui fut le lent en musique ? Cela s’appelle l’agogique.
prédécesseur de Chopin dans le domaine du nocturne. Quant à l’épouse de Vladimir
Horowitz qui était la fille d’Arturo Toscanini, on la voit dans un film étonnant critiquer MES. 18-22
son malheureux époux, sous prétexte qu’il ne travaillait pas assez, et dire de lui : Le second point pour obtenir l’agilité des doigts
« Ah, Volodia en ce moment : Clementi, Clementi, il ne jure plus que par Clementi ! » est de dessiner la courbe sonore de chaque

46 I PIANISTE n°105 I juillet-août 2017


ZINIO

18-22

1-8

finale dans le rythme « croche-pointé + double-


croche ». Il ne faut pas la commencer trop tard.
En jouant ce petit motif Mi… Sol-Do… La-Sol… Fa-
Mi…, ne raccourcissez pas la double-croche.
Commencez-la suffisamment tôt et donnez-lui
son vrai poids. C’est une condition pour faire
chanter ce thème.
Appuis. Les mesures n°5 et n°6 sont « à part ».
Cela se voit à l’accentuation fz - > p. Clementi
répète deux fois la même chose, il insiste. Faites-
le sentir, appuyez Ré-Fa. Cette blanche exprime
phrase. Chopin a écrit dans son Projet de méthode: la phrase. Partagez votre main en deux, comme une sorte de prière. Ce Fa de l’aigu aspire à se
« Le but n’est pas de savoir tout jouer d’un son dans le morceau de Jacob Schmitt. résoudre sur le Mi. Quant au Si de la basse, c’est
égal. Il me semble d’un mécanisme bien formé de une note très « sensible » : elle « désire » forte-
savoir bien nuancer une belle qualité de son. » 3   DEUXIÈME MOUVEMENT, ment se jeter dans les bras du Do au 3e temps.
Cette remarque ouvre la porte à toute la pédagogie ALLEGRETTO (DÉBUTANT) Sentez en vous les attractions de ces notes. Faites
moderne du piano. Chantez le « dessin » de le bon geste en remontant votre main sur la réso-
votre phrase. Comment doit-elle sonner ? Mesures MES. 1-8 lution harmonique avec un poignet libre et
n°18 à n°19, la musique s’élance vers l’aigu, vers D’abord, chantez cette phrase qui se balance moel- débloqué, sans ôter sèchement.
le Do # : Ré, Fa #, La, Ré, Do #… Puis la phrase leusement, afin de sentir comment la restituer. Cadence. Si vous voulez rendre le vrai discours
redescend Do #, Si, La, Sol, Fa #, Mi, Ré, Do #, etc. Le piano est une affaire sensuelle, et si on n’est pas du compositeur compréhensible, repérez où sont
Dessinez. Ne jouez jamais deux sons successifs véritablement amoureux de notre toucher du mor- les cadences. Ici, il y a une première étape due à
avec la même force. Nuancez, c’est ainsi que ceau, on ne joue pas bien. Reportez-vous à ce que la cadence parfaite, mesures n°7 et n°8 : Fa - > Sol
vous développerez vos doigts. nous avons écrit sur le legato à propos du Petit Pré- quarte et sixte - > Sol dominante - > tonique Do.
Sortir une voix. Mesure n°20, nous avons deux lude de Bach. C’est seulement en tenant chaque Faites-la sentir en ne posant pas votre jeu avant
fois de suite un petit La aigu. Faites-les ressortir note de l’une à l’autre, sans interruption avec d’arriver sur le Do. Ensuite, au contraire, expirez,
en tendant votre 5e doigt et en relaxant les doigts le doigt, que le pianiste parvient à imiter la voix relaxez-vous sur la tonique finale. Guidez votre
du milieu. Faites comprendre à votre auditeur humaine, avec sa beauté et sa continuité. auditeur, prenez-le par la main pour le conduire
qu’ici, Clementi désire que l’on entende un petit Rythme. Beaucoup de musiciens oublient de dans le vrai voyage musical, avec ses départs,
« coucou » espiègle et joyeux qui se dégage de donner son poids et sa durée à la double-croche ses étapes et ses arrivées. [

juillet-août 2017 ■ PIANISTE n°105 ■ 47


ZINIO

PÉDAGOGIE

1-12

[   TROISIÈME MOUVEMENT, mourir d’elle-même, en laissant la main remonter


13-14
ALLEGRO (DÉBUTANT-MOYEN) avec un poignet parfaitement souple.
Ce que nous avons dit pour le 1er mouvement Parcours des degrés de la tonalité. Les
s’applique également ici. Il ne faut jamais laisser degrés de la tonalité constituent le voyage musi-
échapper vos notes des temps. Le contrôle de la cal de cette pièce et ce voyage doit passer dans
pulsation intérieure est une question de volonté votre corps. Il faut vivre physiquement avec
et, j’oserais dire, de courage. Il s’obtient par une le morceau, avec son parcours d’éloignement
sorte de petite tension intérieure sur chaque puis de retour. Exemple à la mesure n°9, nous
temps. Cependant, il faut aussi dessiner la avons un Do à la basse. Ce Do est la tierce de
phrase avec les doigts, afin de la rendre musi- l’harmonie de La (La-Do-Mi) et c’est donc un accord
cale. Un bon pianiste doit savoir réaliser les renversé. Ce dernier ne finit pas le mouvement,
deux en même temps ! Contrôler les pulsations il ne le termine pas. Ne le jouez pas lourd, car
ne veut pas dire que l’on met un accent sur il « avance » ! Ce Do appartient à l’accord La-Do-
chaque temps. Cela permet seulement de maî- Mi qui est le IIe degré du ton principal, Sol majeur.
triser le déroulement du temps dans le morceau. Nous sommes donc « en voyage » vers Sol.
Ne confondez pas intensité des sons et vitesse En voyage, on ne s’arrête pas pour pique-niquer, 5e doigt, maintenez-le ferme et appliquez le
des sons. sinon on n’arrive jamais à destination. N’alour- poids. Préparez en basculant d’abord un peu
dissez pas votre bras sur le Do de la basse, vers l’intérieur par un léger mouvement de rota-
MES. 1-12 pas davantage sur la petite gamme en doubles- tion de l’avant-bras vers le dedans. Il ne reste
Dessin de la phrase. Prononcez bien la pre- croches à la main droite, ni sur le Si qui suit à la plus qu’à utiliser cette rotation dans l’autre
mière note de cette phrase douce et joyeuse et basse. Avancez ! Voyagez ! Si vous êtes léger(ère) sens pour donner du poids à la partie aiguë.
regardez son relief Sol-Sol-Sol-Sol, La-Ré-Do-Si. par la pensée et par le bras, vos doigts marche- En même temps, atténuez la partie du dessous
C’est une sorte de petit trait de pinceau qui monte ront tout seuls, car ils seront libérés. (le Ré répété).
vers l’aigu et redescend. Chantez-le avec les doigts. 1. Chopin vu par ses élèves, textes présentés
Ensuite, nous avons un autre petit dessin Sol-La- MES. 13-14 et commentés par Jean-Jacques Eigeldinger,
Si-Sol-La… Jouez-le joliment avec sa courbe. Il se Deux voix. Clementi indique ici deux voix : 3e édition, La Baconnière Neuchâtel, 1988, p. 94.
2. Chopin vu par ses élèves, opus déjà cité, p. 93.
termine sur le 1er temps de la mesure (le temps la partie du haut, jouée avec le 5e doigt (ou le
3. Frédéric Chopin, Esquisse pour une méthode de piano,
fort, en principe). Mais, justement, n’accentuez 4e), Do, Si, La, Si, La, Sol, Fa. Celle-ci doit être textes réunis et présentés par Jean-Jacques Eigeldinger,
pas ce temps fort ! Laissez la phrase diminuer, soulignée. Prenez un peu de hauteur sous votre Harmoniques, Flammarion, Paris, 2010, p. 74.

48 ■ PIANISTE n°105 ■ juillet-août 2017


ZINIO

DÉBUTANT-MOYEN SUR LE CD PLAGE 3

Jean-Sébastien Bach
(1685-1750) Prélude en mi mineur BWV 855a,
n°18 du Klavierbüchlein für Wilhelm Friedemann Bach de 1720

➔ Ce prélude de Bach, dont nous étudierons Mais qu’est-ce que jouer legato ? Cela consiste la tierce entre Mi et Sol (entre les 5e et 3e doigts),
e
ci-après une transcription effectuée au XIX siècle à sentir sous le doigt que nous tenons chaque la deuxième entre le 2e doigt et le pouce, etc.
par le pianiste Alexandre Siloti, est en mi mineur, note jusqu’à la suivante, cela signifie que le poids Appréciez les espaces entre les notes. Souvenez-
avec un seul dièse à la clé, tandis que la version se transporte d’une touche à l’autre. vous toujours de cette phrase que Chopin
de Siloti a été déclinée en si mineur, avec deux Soulevez le couvercle de votre piano et regardez adressa à ces élèves : « Caressez la touche, ne
dièses à l’armure : Fa # et Do #. Quel que soit ce qui se trouve à l’intérieur. Ces petits feutres la heurtez jamais. » 5
la partition que vous travaillez, la connaissance que l’on voit au-dessus des cordes se nomment
de sa tonalité et des degrés de la gamme sur les étouffoirs. Dans le jeu lié, ces derniers ne doi- MES. 5-8
lesquels s’appuie notre aventure musicale est vent pas retomber sur les cordes avant que vous Notes fondamentales. Les notes fondamen-
très importante pour jouer et mémoriser. Elle ne sentiez votre doigt sur la note suivante. C’est tales sont les basses des accords lorsque ceux-
conditionne votre représentation mentale du ainsi que les sons peuvent résonner de l’un à ci ne sont pas renversés, et que les notes sont
morceau par l’oreille et la pensée. Ne jouez pas l’autre. Si l’on sait ainsi transférer le poids, superposées par tierces. Remettez toujours men-
seulement du piano : apprenez la musique, les sons s’écoulent alors comme une voix qui talement vos accords « dans le bon sens » ! Ici,
comme le voulait le grand Bach qui composait chante et maintiennent la continuité de la phrase. à partir de la mesure n°5, leur enchaînement est
lui-même pour ses élèves. C’est indispensable pour la beauté de votre jeu, très simple à retenir, car il s’agit de l’ordre des
mais c’est également essentiel pour votre bémols 6 Fa #, Si, Mi, La, Ré, Sol, Do, Fa #.
MES. 1-4 mémoire, car cette dernière passe aussi par Apprenez-les par cœur. Vous découvrirez sans
Cherchez le parfait legato. « Aimez » la phrase. les doigts, et ce que retient la main, ce ne sont doute que beaucoup de fragments de chansons
Toute la difficulté de cette main gauche est de pas des notes, mais des espaces entre les notes, célèbres sont construits sur cet enchaînement,
la jouer parfaitement legato et de la faire chan- c’est-à-dire des intervalles musicaux. Donc, ne celui de l’ordre des bémols.
ter. Georges Mathias, un des étudiants de Cho- « giflez » jamais les touches avec vos doigts,
pin, raconte que ce dernier « demandait à mais jouez legato. 4. Chopin vu par ses élèves, opus déjà cité, p. 48.
5. Chopin vu par ses élèves, opus déjà cité, p. 54.
ses élèves de travailler lentement et legato » 4. Chantez votre main gauche Mi-Sol-La-Si-La-Si- 6. Ordre des bémols : Si, Mi, La, Ré, Sol,
Le legato était la base de l’enseignement du Maître. La-Sol-Mi… Sentez sa courbe et chaque intervalle, Do, Fa. [

1-4

juillet-août 2017 I PIANISTE n°105 I 49


ZINIO

PÉDAGOGIE

5-8

MOYEN SUR LE CD PLAGE 4

Franz Schubert
(1797-1828) Valses sentimentales n°12 et n°13 opus 50 D.779

➔ VALSE N°12 Le phrasé et l’articulation. Liez Fa #, Sol, Fa, le compositeur écrit un accord isolé, Ré. Sentez
MES. 1-4 Mi # par le poids, en rampant vraiment legato ce jeu espiègle avec la mesure. Il rompt la mono-
Dans cette jolie valse, très dansante comme d’une touche à l’autre. En revanche, repoussez tonie du trois temps.
un Laendler, Schubert note d’abord sous un petit votre Mi # grâce à une vive impulsion du doigt.
arc une noire liée suivie de deux croches, puis Cela vous permet de reprendre de la hauteur MES. 16–24
une noire vivement détachée. L’effet est dansant et de la légèreté avec le bras. Sentez comme L’une des spécificités de l’art de Schubert est
et, en même temps, un peu « pataud ». Mais le doigt propulse le bras vers le haut ! la subtilité avec laquelle il se joue sans cesse des
n’oublions pas que le compositeur a écrit Petites coupures. Toutes les coupures, même modes majeur et mineur, laisse planer l’ambi-
cette pièce vers 1823, époque où la valse était les plus infimes, ont une importance capitale guïté entre la joie et la tristesse 7. La deuxième
encore dansée par des paysans en sabots dans dans la technique et la musique, car elles permet- partie débute en Si mineur, le jumeau « triste »
les tavernes du mont Kahlenberg, ces collines qui tent d’aérer le discours musical, de respirer. Tech- de Ré majeur (son relatif). Nous devrions donc
dominent Vienne. niquement, elles nous contraignent aussi à lever être tristes… Cependant, il nous mène aussi sur
ce bras qui est lourd devant nous et à l’alléger, l’accord de Sol majeur (mesure n°19). Cet accord
Fondamentale, tierce ou quinte ? D’abord, ce qui libère nos doigts. Forcez-vous à toujours est à la fois un accord majeur, mais posé sur
à la main gauche, posez bien votre basse Ré respirer, à séparer les phrases, et vous ferez de le VIe degré mineur de Si mineur. Tout cela est
au 1er temps (le danseur marque le temps fort grands progrès techniques par ce seul moyen. donc terriblement ambigu. Devons-nous être
d’un bon coup de sabot). La main droite est dès tristes ou gais ? Quand vous apprenez des mor-
le départ plus aérienne, car il s’agit de la tierce MES. 5-8 ceaux, cherchez toujours à approfondir votre res-
de l’accord de Ré. Or, la tierce doit être res- Schubert s’affranchit ici de la mesure, en digne senti de la musique et, notamment, ce jeu subtil
sentie comme plus légère. Ici, le Fa # ne ferme précurseur de Schumann et de Brahms. Nous entre majeur et mineur. Schubert et Liszt usent
pas le chant, d’emblée, il l’ouvre. Laissez peser sommes bien dans une valse à trois temps, et souvent de ces ambiguïtés de mode. Nous l’avons
votre bras gauche et, au contraire, sentez votre pourtant il groupe ici son motif par deux temps, vu notamment en étudiant le célèbre Rêve
bras droit léger. Avancez dès la première note. en le répétant, Do-La… Do-La… « Une-deux… Une- d’amour de Liszt 8. Les deux compositeurs
Ce Fa # marque aussi le mode majeur. Sentez deux… » Ensuite, afin de « retomber sur ses manient l’hésitation entre ces couleurs de l’âme,
sa couleur. pieds » (c’est le cas de le dire dans un Laendler !), comme le soleil peut luire à travers la pluie

50 I PIANISTE n°105 I juillet-août 2017


ZINIO

1-8

16-24

en créant de mystérieuses lumières, le soulage- afin que le lecteur puisse la comparer avec 7. Nous employons à dessein cette distinction
ment bienfaisant d’un arc-en-ciel. la transcription de Franz Liszt, que nous étudie- afin de simplifier les choses. En réalité, comme le souligne
rons ci-après. Pour le commentaire technique et le grand pianiste schubertien Alfred Brendel,
chez Schubert, c’est souvent l’inverse : le majeur
VALSE N°13 musical de cette pièce, nous renvoyons à l’étude n’est pas joyeux, il représente au contraire une douleur,
Nous proposons dans notre cahier de partitions dans sa transcription par Liszt, car plusieurs frag- un faux bonheur. Il n’est qu’un leurre.
cette valse de Schubert dans sa version originale, ments demeurent inchangés. 8. Pianiste n°92 (mai-juin 2015).

juillet-août 2017 I PIANISTE n°105 I 51


ZINIO

PÉDAGOGIE

À SAVOIR : À PROPOS DE LA VALSE


Bien que l’on se dispute souvent sur son origine, les Français soutenant qu’elle vient de la volte provençale, les Allemands
affirmant, eux, qu’elle est issue de l’allemande des suites baroques, nous pouvons convenir que la valse a reçu son nom
de baptême à Vienne vers 1750. On la dansait dans ces petites auberges rustiques nichées dans la forêt qui peuplait les collines
surplombant Vienne, les pentes du Kahlenberg. La limite est encore mal définie avec ce bon vieux Laendler dont Schubert a écrit
plusieurs recueils. Lors de la Révolution française, las du cérémonial rigide du menuet, on découvre tout à coup cette nouvelle
danse plus coquine où l’on tourne et s’enlace en de tendres postures. Charles Burney, célèbre musicologue de l’époque,
« tremble à l’idée de ce qu’une mère anglaise penserait si elle voyait sa fille soumise à un traitement si familier ». Mais la fin
du XVIIIe siècle voit triompher la valse en même temps que la classe bourgeoise, qui possède des parquets bien glissants,
permettant de s’élancer dans ce trois temps enivrant. Mozart avait publié en 1786 un recueil de danses allemandes et de Laendler,
mais il ne les a jamais décrits explicitement comme des Walzer. Les premiers grands compositeurs de valses furent Michael Pamer
(1782-1827) et, surtout, Joseph Lanner (1801-1843) qui sera l’un des inspirateurs de Schubert dans ce domaine. Ce dernier a
composé un très grand nombre de danses à trois temps pour le piano : menuets, Laendler, danses allemandes et valses. L’éditeur
Diabelli a publié ses premières valses sous le titre de « Dernières valses ». Il se trompait lourdement ! Le recueil des Valses opus 50
D.779 en comprend 34 pour piano et s’intitule Valses sentimentales. Elles ont été composées entre 1823 et 1825. Ce n’est pas
Schubert lui-même qui leur a donné cette appellation, mais Diabelli. L’ensemble est conçu en deux cahiers : un premier de 17 valses
autour de tonalités très simples (do, sol, ré, la, fa, si bémol) et un second aux tonalités plus complexes, où reviennent souvent
la bémol et mi bémol. Il n’y a pas d’ordre très logique, tout au plus pouvons-nous remarquer que les valses se groupent
par deux. C’est pourquoi nous avons choisi d’en étudier une paire : les n°12 et n°13. La Valse n°13 en la majeur du premier
cahier est la plus étonnante. Elle est la seule de sa tonalité et de son caractère, avec sa surprenante modulation en ut dièse
majeur. Elle est aussi la seule qui comporte une indication « Zart » (= tendre). Elle a fait l’objet d’une magistrale adaptation
par Franz Liszt qui lui a apporté une autre pierre encore, celle de son génie propre. En toute logique, nous examinerons aussi
comment celui-ci fera, grâce à Schubert, « trembler les mères anglaises »…

MOYEN-SUPÉRIEUR SUR LE CD PLAGE 5

Jean-Sébastien Bach/
Alexandre Siloti
(1863-1945) Transcription en si mineur du Petit Prélude en mi mineur BWV 855

➔ Ce Petit Prélude de Bach, ici transcrit par Dès que nous avons joué une note, le son de le son, la relation entre la vie et la mort – une
Alexandre Siloti, a été initialement écrit dans cette note, aussitôt émis, commence à dimi- faculté qui n’est à l’évidence pas donnée aux
une autre tonalité, celle de mi mineur, comme nuer puis, finalement, il s’éteint. La prise de êtres humains dans la vie. » 10 Dans cette pièce
nous l’avons vu plus tôt. Il fut composé par Jean- conscience de cette particularité de notre ins- de Bach, si vous voulez rester en vie, votre pre-
Sébastien Bach pour son fils Wilhelm Friedemann trument est très importante, particulièrement mier but doit donc être de suivre à l’oreille vos
Bach en 1720 et placé dans un recueil qu’il des- pour jouer ce morceau. La partie principale notes longues et de veiller à ce que leur sillage
tinait à ce dernier. Le compositeur russe Alexandre est constituée par un son long qui doit planer sonore ne soit jamais dévoré par les croches
Siloti a réalisé sa transcription en changeant au-dessus des autres. Imaginez un son de cloche d’accompagnement.
sa tonalité (mi mineur devient si mineur) et qui résonne dans l’air, vibre d’abord assez fort, 2. Jouez le plus legato possible les cro-
en le transformant en un moment de paix puis expire petit à petit. Ce son du piano qui se ches d’accompagnement. Ne vous contentez
sublime, fort prisé des pianistes d’aujourd’hui meurt a quelque chose de nostalgique et d’iné- pas de mettre la pédale, jouez legato avec les
qui le jouent parfois en bis pour mettre en valeur luctable, à l’image du temps qui s’écoule, de doigts. Rappelons que jouer legato consiste à
leur « palette sonore ». la vie qui passe et nous mène vers la mort. Faire tenir chaque note avec votre doigt dans la touche
sonner les sons longs, c’est donc s’efforcer de jusqu’à la note suivante, afin qu’il n’y ait aucune
MES. 1-4 maintenir la vie. discontinuité dans le son. Si nous lâchons
Notes longues. 1. Comme le rapporte Klec- Dans son livre La musique éveille le temps, Daniel la touche entre deux notes, l’étouffoir retombe
zynski, Chopin insistait sur la nécessité de Barenboim souligne : « La musique est le miroir sur la corde et les sons ne sont plus coulés de
« savoir jouer les notes longues ». Il répétait de la vie, car toutes deux commencent et finissent l’un à l’autre, mais séparés par un petit « blanc ».
toujours : « Une note longue est à jouer plus dans le néant. Lorsque l’on joue de la musique, Ce jeu legato est également essentiel pour la
fort, tout comme une note aiguë. » 9 Nous évo- il est possible d’atteindre un état de paix unique, mémoire physique, car il permet de sentir les
quons souvent cette particularité du piano. dû en partie au fait qu’on peut contrôler, à travers intervalles entre les sons, donc les espaces [

52 I PIANISTE n°105 I juillet-août 2017


ZINIO

1-4

5-9

juillet-août 2017 I PIANISTE n°105 I 53


ZINIO

PÉDAGOGIE

[ entre les doigts. Enfin, un beau jeu legato


vient aussi de la manière musicale dont nous
À SAVOIR : ALEXANDRE SILOTI
dessinons la phrase, dont nous cherchons à la Alexandre Siloti, dont nous étudions la transcription du Petit Prélude
nuancer avec sa courbe. Ne jouez jamais deux en mi mineur de Bach, est un compositeur russe né à Kharkov en 1863
sons successifs avec la même intensité. Nuancez, et mort à New York en 1945. Il a étudié le piano au Conservatoire de Moscou
et votre mémoire et votre musicalité se dévelop- et a été un élève d’Anton Rubinstein. Il a aussi eu la chance de suivre les cours
peront en même temps. de Franz Liszt à la Hofgärtnerei de Weimar en 1883 et 1886, aux côtés
3. Rappelons ce conseil de Dinu Lipatti : de Bernhard Stavenhagen et Louis Held. Siloti fut un pianiste très célèbre
il considérait que la maîtrise des temps faibles en Russie, au point que Rachmaninov, Liszt et Tchaïkovski lui ont dédié
était la condition indispensable d’un beau jeu des œuvres. Il a lui-même exécuté de nombreuses transcriptions d’œuvres
chanté. Certes, il faut nuancer, mais aussi ne de Jean-Sébastien Bach, Vivaldi, Beethoven et Liszt. Il a également édité
laisser échapper aucune pulsation. Ici, écoutez le Concerto n°1 pour piano et orchestre de Tchaïkovski.
sur quelle note tombe chaque temps. Sachez
le doigté sur chacune de ces notes des temps.
Cherchez à obtenir l’égalité des croches, non
une égalité dans le son des notes, mais une éga- Comment passe-t-on de la mesure n°5 à la mesure en mouvement contraire, en mouvement paral-
lité dans le temps. n°6 ? C’est très simple. Les deux notes extrêmes lèle, en montant, en descendant, en s’écartant
4. Ne laissez jamais votre main écartée. La et Do rejouent la même chose, La et Do, mais ou en se rapprochant. C’est une grande aide
Ramenez vos doigts vers la paume, refermez c’est maintenant la voix centrale du milieu qui pour apprendre et entraîner vos réflexes de
votre main gauche aussitôt après avoir arpégé change. En effet, elle passe du Mi avec le 2e doigt coordination mentale.
les accords d’accompagnement. au Ré avec le 3e doigt. Cette mesure est identique
à la précédente, un ton en dessous. C’est de MES. 10-11
MES. 5-9 cette façon qu’il vous faut apprendre. Vincent Nous disons très souvent qu’il faut ressentir
La musique de Bach procède autant de l’har- d’Indy, dans son Cours de composition musicale 11, le voyage de la tonalité, sa direction pour mémo-
monie que du contrepoint. Que signifient donc affirme que la musique doit d’abord être consi- riser un morceau. Ici, écoutez la gamme mélo-
ces mots compliqués ? Nous avons à jouer tout dérée du point de vue des lignes horizontales et dique ascendante qui est cachée dans la pro-
autant des lignes musicales, des notes jouées du contrepoint. Et Amy Dommel-Diény, qui fut gression de Bach. Nous allons vers la tonalité de
les unes après les autres, que des « harmo- un merveilleux professeur, précise dans son Si mineur (1er temps, mesure n°11). Or, la ligne
nies », des notes jouées ensemble. Prenons un ouvrage L’Harmonie vivante : « Chacune des musicale Sol #, La #, Si n’est autre que sa
exemple. Mesure n° 5, regardez la main gauche. voix accomplit son propre parcours. Si nous gamme mélodique ascendante. Elle est le fil
Les notes extrêmes, basse et ténor (5e doigt et les suivons horizontalement, ligne par ligne, d’Ariane de ce passage. Guidez votre pensée en
pouce), forment un intervalle de dixième, de Si elles nous apparaissent sous leur aspect mélo- la chantant. De même, aux mesures n°14 et n°15,
à Ré. Dans la même mesure, le deuxième accord dique contrapunctique, et si nous les consi- la gamme mineure mélodique ascendante Do #,
joue encore un dixième, La et Do. Au milieu, dérons verticalement, associées en accords, Ré #, Mi nous conduira en Mi mineur. Repérez-
nous avons un Mi, note centrale, qui joue deux nous les voyons sous leur aspect harmonique. la et chantez-la.
fois. Jouez ce Mi la première fois avec le 3e doigt, Mais les deux sont inséparables. Car l’un condi-
9. Chopin vu par ses élèves, opus déjà cité, p. 67.
puis jouez-le dans le deuxième accord avec tionne l’autre. Sans lignes mélodiques en mar- 10. Daniel Barenboim, La musique éveille le temps,
le 2e doigt (la main est alors mieux placée). che, il n’y aurait pas d’accords, et sans accords Librairie Arthème, Fayard, Paris, 2008, p. 15.
Exercez-vous plusieurs fois. Pensez les lignes. successifs, les lignes mélodiques n’existeraient 11. Vincent d’Indy, Cours de composition musicale,
rédigé par Auguste Sérieyx, d’après les notes prises
Chantez et sentez « où va chaque note ». Vous pas. Harmonie et contrepoint sont complémen- aux classes de composition de la Schola Cantorum
n’arriverez jamais à apprendre ces enchaîne- taires. » 12 Il n’y a pas de façon plus juste et intel- en 1901-1902.
ments par cœur si vous ne comprenez pas ligente d’aborder l’œuvre de Bach ! 12. Amy Dommel-Diény, L’Analyse harmonique
en exemples, de Bach à Debussy, tome V, volumes n°1
le mouvement des voix. Réfléchissez aux directions des voix. à n°5 : « Pardon Bach », Éditions Amy Dommel-Diény,
Enchaînement des mesures n°5 à n°6. Demandez-vous toujours si les lignes marchent Paris, 1982, pp. 22-23.

10-11

54 I PIANISTE n°105 I juillet-août 2017


ZINIO

EXCELLENCE SUR LE CD PLAGE 6

Franz Schubert/Franz Liszt


(1811-1886) Soirée de Vienne, Valse-Caprice n°6

 Cette Soirée de Vienne de Liszt est une pièce 1-3


de haute virtuosité. Mais c’est aussi un chef-
d’œuvre de finesse musicale, notamment grâce à
ses merveilleuses modulations. D’abord, comparez
ce morceau avec l’original de la Valse n°13 de
Schubert, qui figure dans notre cahier de parti-
tions. Les harmonies sont les mêmes que dans la
transcription de Liszt, qui en fera un feu d’artifice.

MES. 1-3
Les fonctions harmoniques doivent conditionner
notre abord physique du clavier. Mais, pour maî-
triser la technique, il importe également de tenir
compte du relief du clavier. Chopin, dans son
Esquisse de méthode et dans toute sa pédagogie, Contenu musical. D’abord, apprenez bien par Travail du son. Le chant doit surplomber à la
insistait sur cette particularité du clavier qui com- cœur l’enchaînement de vos notes fondamentales main droite. Pour que cela sonne: 1. Résistez avec
prend des touches basses (touches blanches) et et les degrés. Ce sont Fa (Ier), Do (Ve), Sol (IIe ou IVe), vos doigts des aigus (2e doigt, 3e, 2e, 5e, 4e, etc.).
des touches hautes (touches noires) et à laquelle Ré, encore Ré, Do, Do et retour en Fa. Sentez que, 2. Maintenez un peu de hauteur, de distance entre
la main est spécialement adaptée, avec ses doigts au milieu de ce parcours, l’harmonie de Sol est vos doigts et le clavier. Si votre main s’affaisse vers
longs et ses doigts courts. Voyons comment, ici, instable, car elle est à la fois le IIe degré du ton que le 5e doigt et tombe à plat, votre son sera étouffé.
ce relief risque au contraire de nous gêner. l’on quitte (Fa) et du IVe degré du ton où l’on va Surveillez particulièrement votre 4e doigt. Jouez-le
La fonction harmonique. En ce début de parti- (Ré). Cet accord peut donc appartenir aux deux avec résistance, arrondi comme les arcs-boutants
tion, la nuance est forte. Liszt note même « Allegro tonalités. Il est une sorte de plaque tournante. des absides dans les cathédrales, car il doit empê-
strepito ». L’accord est Ré #-Fa #-La-Do. C’est Éprouvez son instabilité et, donc, ne l’alourdissez cher votre main de flancher vers l’extérieur.
une harmonie de septième diminuée qui, dans pas ! Ce n’est pas de l’analyse, c’est du sentiment ! 3. Laissez votre main peser sur ce doigt, afin de faire
un esprit rageur, exprime une profonde interroga- Phrasés. Le cœur d’une musique, c’est son phrasé, sonner cette partie. Appliquez-lui le poids naturel.
tion. Mais voici le danger technique. Lorsque l’on sa « diction ». Exécutez avec soin chaque phrasé. En même temps, veillez à la liberté de votre coude.
interroge, on lève plutôt les sourcils (ou on lève Coupez, même un dixième de seconde entre chaque Comme l’a préconisé Alfred Brendel: « Dans le can-
les bras au ciel !). Or, comme nous devons jouer petit arc au-dessus des notes. Comment faire ici, car tabile, il faut toujours avoir le coude libre. » 14
très fort, nous aurions tendance à écraser notre nous avons bien peu de temps pour couper ? La basse. Écoutez la clarté de chacune de vos
jeu, à le plaquer vers le bas, en espérant ainsi Gestes. Sur chaque fin des petits arcs, allégez notes basses. Aucune ne doit manquer, que ce soit
avoir du son. C’est le contraire qu’il faut faire : votre poids du bras, tout en gardant une fraction la note de basse elle-même (Fa, Do, Sol, Ré, etc.)
n’écrasez rien vers le bas. Ne baissez pas votre de seconde votre doigt dans la touche. Pour exé- ou la note la plus grave de chaque accord de « rem-
poignet. Jouez fort, mais vers le haut, en vous cuter ces deux opérations en même temps, votre plissage » (La puis Do, mesure n°45). Résistez avec
repoussant des touches et en extrayant le son poignet doit être parfaitement débloqué, libre et le doigt extérieur de la main gauche. Tout l’édifice
du piano, comme pour le tirer vers le plafond. souple. Alors, la main remonte toute seule. Remon- musical s’appuie sur vos notes graves, ce qui ne
Luttez contre le relief du clavier. De plus, ter la main sur les terminaisons puis couper, veut pas dire, bien sûr, qu’il faut les jouer plus fort !
le clavier nous gêne. Nous avons tendance à tomber c’est l’équivalent de prendre sa respiration entre Au contraire, il est essentiel de nuancer votre ligne
dans le « trou » des touches blanches quand nous les phrases lorsque l’on parle. C’est pourquoi de basses. Elle doit suivre et accompagner les
jouons du Fa # (qui est une touche noire et haute Chopin a écrit dans son projet de Méthode : nuances du chant. Madame Auguste Boissier, dont
du clavier) vers le Mi qui est une touche blanche. « Le poignet [est] la respiration dans la voix. » 13 la fille, Valérie Boissier, fut l’élève de Liszt à Paris
N’en faites rien ! Ne vous laissez pas tomber du poi- Aucun geste. Lorsque le phrasé est un peu plus en 1832, assistait à ces leçons dispensées par
gnet à cause de cette différence de niveau. Jouez long, comme à la mesure n°47 (Si-La-Si-Ré-Do-Si… le Maître et en profitait pour prendre des notes.
avec les doigts, non en flanchant de la main ! Ré), au contraire, ne faites plus de gestes. Un seul Elle relate, le 17 mars 1832, en parlant de Liszt :
geste d’élan au début suffit, n’en faites pas davan- « Notez bien qu’il est aussi scrupuleux pour les
MES. 45-52 : « Scherzando con grazia » tage. Maintenez seulement la ligne legato en pres- nuances de la basse que pour celles du dessus, afin
Cette mélodie gracieuse doit sonner de manière sant la touche d’une note à l’autre avec les doigts – dit-il – d’éviter que la musique ne soit pauvre, car
claire et avec simplicité. Elle est presque naïve. et en transférant le poids. Des gestes inutiles il la veut riche, variée, pleine, nuancée et formant
Mais il n’est jamais facile d’être simple, pur et du poignet sont aussi nuisibles à la phrase que un ensemble immense et plein d’unité comme
sincère ! l’absence de gestes pour phraser. les œuvres du Créateur. » 15 [

juillet-août 2017 ■ PIANISTE n°105 ■ 55


ZINIO

PÉDAGOGIE

45-52

soulignez le Fa blanche (1er temps) et le Fa suivant


qui est une syncope, puisqu’il s’agit d’une noire
qui se prolonge dans la mesure suivante. Mesure
n°101, apparaît à la partie d’alto un Si bémol :
encore une blanche qui dure deux temps. On le
voit, nous avons donc bien un groupement par
deux temps dans la main droite.
Main gauche. Cependant, simultanément, il faut
faire sentir votre balancement de la mesure à trois
temps dans la main gauche: « Pom, pom, pom »
99-106 (une basse + deux accords). Après la syncope de
la main droite, rétablissez-vous sur le temps fort
par la basse de la main gauche. L’énergie du
rythme dans le jeu de piano est indispensable.
Elle exprime notre énergie vitale. C’est cette volonté
du rythme qui donne à nos doigts l’impulsion
nécessaire, elle qui, prenant sa source dans notre
pensée et notre ressenti musical, commande à nos
doigts d’exécuter leurs mouvements.

MES. 186: Variation rapide, en triolets


Cette variation est brillante, extrêmement difficile
techniquement et demande le plus grand soin.
Néanmoins, ne cherchez pas ailleurs que dans
la commande par le cerveau les moyens qui vous
permettront d’arriver à la grande virtuosité ici
nécessaire. Tout relève des appuis et des phrasés,
ainsi que des gestes adaptés à ces appuis et à ces
phrasés. En tout cas, cela ne se limite pas au seul
problème des muscles des doigts.
Les syncopes. À la main droite, Liszt ne fait ici
[ Cette remarque est fondamentale pour le jeu MES. 99-106 : « Poco Allegro. Tenera- qu’ajouter des triolets à la voix d’alto afin d’étoffer
de piano. Pensez à nuancer votre ligne des basses, mente ». Rythme 3 temps + 2 temps le chant. Il s’agit d’une variation du thème précé-
en soutenant avec elle la nuance que vous voulez Main droite. Dans tout ce thème, Schubert écrit dent. Ainsi, malgré la difficulté supplémentaire due
pour l’ensemble. Le pianiste Pierre Sancan disait: une main gauche qui balance normalement à trois aux triolets, les appuis doivent demeurer les mêmes,
« Soutenez vos nuances avec vos parties secondai- temps. Il s’agit donc d’une valse. Cependant, c’est-à-dire survenir tous les deux temps à la main
res. » Cette idée peut générer d’immenses progrès. dans le chant à la main droite, il multiplie à l’envi droite, tandis que la gauche berce normalement
Pédale. Attrapez bien votre basse dans la pédale les syncopes, ce qui décale sans cesse cette main par le rythme de valse à trois temps. C’est là tout
au changement d’harmonie ! Si nous ôtons le doigt droite par rapport à la gauche. On pourrait presque le « chic » de cette valse de Schubert, et ce n’est pas
trop tôt (avant que notre pied ne soit redescendu), dire que Schubert a écrit une main gauche à trois sans raison que Liszt s’en est emparé.
alors nous n’aurons pas la basse dans la pédale temps, et une main droite à deux temps ! Faites-le Jouer les triolets legato. Exécuter les appuis
et notre jeu sera pauvre et grêle. N’oubliez pas : sentir. Appuyez vos notes du chant à la main droite par l’ondulation du poignet. La difficulté est de
un jeu sans basse est comme une maison sans fon- dont chacune s’étend sur la durée d’une blanche jouer à la fois les triolets legato et de faire sentir
dations: elle s’écroule ! (ou deux noires liées). Par exemple, mesure n°99, les appuis tous les deux temps dans la même

56 I PIANISTE n°105 I juillet-août 2017


ZINIO

médiane du clavier, avec le Mi bécarre. Tout à


186 200-201 coup, nous devons jouer ces sixtes vers l’aigu.
Avancez votre corps, accompagnez cette figure
avec votre buste et votre coude. Ce dernier doit
être à la place la plus naturelle possible, ni serré,
ni bloqué contre le corps. 5. Sans presser.
Notre dernier conseil est d’ordre psychologique
et nerveux. Veillez à bien terminer cette figure
en sixtes. N’en pressez jamais la fin, par peur d’être
en retard pour la suite. Finissez chaque phrase,
car votre contact en dépend !
C’est cette Soirée de Vienne que Liszt joua peu de
temps avant sa mort, en donnant son dernier
concert à Luxembourg, le 19 juillet 1886. Il fit ainsi
main. Jouez ces triolets en pressant bien d’une 3. Ne cassez pas le poignet, sous peine de ses adieux à son public, au piano et à Schubert,
touche à l’autre. Les doigts étant mobilisés par ce perdre le contact de vos pulpes de doigts avec le et s’envola pour le rejoindre dans l’éternité.
legato, on ne pourra exécuter ces appuis qu’au clavier. Tellefsen, l’élève de Chopin auquel ce der-
moyen d’une discrète ondulation du poignet, qui nier confia le soin de terminer sa Méthode, a écrit 13. Esquisse de méthode, opus déjà cité, p. 76.
14. « Ombres et lumière dans l’interprétation »,
va peser et redescendre sur la note que l’on veut dans son Traité du mécanisme au piano: « Depuis conférence donnée par Alfred Brendel à la Cité
souligner tous les deux temps. Seuls ce mouve- le coude jusqu’au bout des doigts, la main doit de la Musique, le 15 janvier 2011.
ment libre du poignet et ce dosage du poids venu avoir sur le clavier la position qui conserve aux 15. Madame Auguste Boissier, Liszt pédagogue,
24e leçon, Honoré Champion éditeur, Paris, 1993, p. 83.
du bras permettent de jouer une partie legato, tout muscles leur ligne droite. » 16 Ne levez pas la main 16. Thomas A. Tellefsen, Traité du mécanisme au piano
en faisant sentir ces appuis à une autre partie. en passant vos doigts par-dessus ! 4. Placez votre in Esquisse de méthode, textes présentés par Jean-Jacques
Exemple : mesure n°188, il faut souligner le Fa corps. Pour que vos doigts soient agiles, il faut Eigeldinger, Harmoniques, Flammarion, p. 85.
(note blanche), puis le Si bémol (note noire syn- qu’ils soient libres ! Or, pour cela, la position de 17. Ernst Burger, Franz Liszt, préface d’Alfred Brendel,
Librairie Arthème, Fayard, Paris, 1998, p. 107.
copée à la partie d’alto) puis, mesure n°189, le Si votre buste a aussi son importance. La phrase 18. Franz Liszt’s Briefe, huit volumes, volume 2, éditions
bémol au pouce et, mesure n°190, le Mi bémol. musicale précédente s’achevait sur la partie La Mara, Breitkopf & Härtel, Leipzig, 1893, p. 133.
Cela fait bien deux temps à chaque fois ! Tout en
jouant legato, allégez le poids sur les notes qui pré-
cèdent ces appuis. Prenez une très légère hauteur
avec la main, mais sans lâcher. En d’autres termes, À SAVOIR : LISZT ET SCHUBERT
anticipez l’appui par le geste du poignet. Sur la
note importante, tout devient alors facile: il suffit Liszt a entretenu avec Schubert une relation d’affinité musicale et de sensibilité,
de laisser un peu tomber la main. bien que leurs personnalités fussent très différentes. Au regard tendre et vulnérable
de Schubert s’oppose, du moins apparemment, la flamboyance de Liszt. Il convient
MES. 200-201 cependant d’y regarder de plus près. Liszt et Schubert ne se sont jamais rencontrés,
Le dessin en sixtes pp qui termine le motif. même s’ils étaient tous les deux à Vienne en 1822 et 1823. À cette époque, Liszt,
Les doubles notes représentent une réelle diffi- qui était un enfant prodige, prenait des cours avec Antonio Salieri. Or, ce dernier
culté au piano, qui vient tout autant de jouer que avait aussi donné des leçons de composition à Schubert. Une autre rencontre
d’entendre les deux parties à la fois. Il faut faire indirecte eut lieu lorsque l’éditeur Diabelli commanda à plusieurs musiciens
sonner la partie supérieure de ces sixtes et atténuer des variations pour piano sur l’un de leurs propres thèmes : Schubert participa
la voix basse. Cela n’est pas aisé à cause de au recueil et ce fut aussi la première œuvre de Liszt que l’histoire ait retenue.
ce doigté typiquement lisztien: le 4e doigt qui passe Par la suite, en 1854, Liszt aurait demandé à un ami de Schubert, Anselm
par-dessus le 5e doigt (voir aussi la Étude n°2 en la Hüttenberger, des renseignements, car il aurait projeté d’écrire la biographie
mineur opus 10 de Chopin). de Schubert, mais ce projet fut abandonné. Cependant, nul autre que Liszt n’aura
Voici plusieurs conseils: 1. Tendez ces doigts œuvré avec autant de conviction pour faire connaître le répertoire de Schubert.
des aigus, appliquez-leur un peu plus de poids, « Nos pianistes ne se doutent guère du trésor divin qu’ils trouveraient dans
jouez-les sans aplatir la main vers le 5e (gardez les compositions pour piano de Schubert » 17, écrivit-il en 1868. Liszt transcrivit
un peu de hauteur sous le 5e). Relaxez vos doigts une centaine de ses partitions pour piano, de sa première transcription du lied
du centre, afin de diminuer la partie la plus grave. Die Rose en 1833 jusqu’à celle du quatuor vocal, Der Gondelfahrer. Entre
2. Synchronisez parfaitement les deux transcriptions, orchestrations et paraphrases, il n’eut de cesse d’exprimer
notes. Concentrez-vous à chaque fois que vous son admiration pour Schubert. Quant aux neuf séries des Soirées de Vienne,
vous exercez pour exécuter les deux notes rigou- il s’agissait d’une sorte de Haus Musik, de la musique « pour la maison ».
reusement ensemble. Se forcer à synchroniser Les éditeurs commandaient en effet à Schubert ces pièces de danse, car elles se
les notes développe aussi notre faculté à les vendaient bien. Liszt déclara à leur propos : « Il y a là des joyaux de la plus belle
entendre en même temps. Cela permet aussi de espèce. » 18 Celui-ci piocha dans ce trésor, en transcrivant ici et là un morceau
sentir les intervalles musicaux et, donc, les espaces ou un autre et créant ses propres enchaînements et, en 1883, il composa
entre nos doigts. Techniquement, c’est essentiel. des cadences supplémentaires pour les Soirées de Vienne n°6 et n°9.

juillet-août 2017 I PIANISTE n°105 I 57


PÉDAGOGIE

JAZZ
LA LEÇON D’ANTOINE HERVÉ
ERIC GARAULT

MCCOY TYNER Uptown

oici un thème

V de McCoy Tyner
qui fut pendant
six ans le pianiste de John
5

Coltrane. Tyner est toujours


en vie et continue à jouer
merveilleusement bien
du piano. Son style, très
original, est composé 9
de quartes superposées
à la main gauche et de
travail sur les transpositions
de cellules mélodiques
issues de gammes
pentatoniques à la main
droite. Il faut l’interpréter
en poussant les dynamiques 13
au maximum, du piano
au fortissimo. Force,
énergie, fougue et jeunesse
de l’Afrique habitent en toile
de fond cette musique
qui fut révolutionnaire
en son temps.
17

22

58 I PIANISTE n°105 I juillet-août 2017


ZINIO

LE GUIDE DE RÉFÉRENCE POUR TOUT CANDIDAT AU DÉPART


EN VENTE CHEZ VOTRE MARCHAND DE JOURNAUX
ZINIO

PIANOS À LA LOUPE

Acoustiques
Trois quarts-de-queue
de belle facture et à prix
abordable par Bernard Désormières

YAMAHA Yamaha, avec barre de centre en pro-


filé d’alliage léger, est doté de mar-
motivante dans les mélanges sonores
subtils. Les pédales assurent parfai-
un petit salon. Pour des salles plus
spacieuses et une plus importante
C2X teaux dont le feutre est d’origine alle-
mande (FFW). Les touches ont une
tement leur fonction, le bon réglage
de la mécanique et du départ des
richesse sonore, Yamaha dispose de
modèles plus grands et de séries plus
bonne longueur pour un petit quart- étouffoirs du piano testé garantissant nobles S ou CF, mais à des prix très

O
utre les très récents modè- de-queue, permettant un enfonce- un jeu en demi-pédale précis. supérieurs. Un excellent choix.
les de prestige de pianos à ment appréciable en fond de touches.
queue CF et SX, la gamme Les techniques de collage de la table, Conclusion
CX du Japonais Yamaha, apparue des barres de table et des chevalets Sans atteindre la puissance de ses Clavier, confort de jeu: bonne
ergonomie. Toucher d’une belle
en 2013, est une évolution sensible s’inspirent de celles employées grands frères de la série CX, le récent fermeté, très précis, revêtement
de l’ancienne série C (Conservatory). pour la série noble CF. Le sommier C2X, que l’on peut considérer des touches agréable
Celle-ci propose six dimensions : en cinq plis de hêtre massif reçoit comme un mini-C3X, est un piano Réponse en pp: excellente
C1X, 161 cm (testé dans Pianiste des chevilles nickelées, montées avec fiable et solide, très bien conçu, Puissance: très correcte
pour un 173 cm, mais insuffisante
n°92), C2X, 173 cm, C3X, 186 cm des tourillons. équilibré et polyvalent. C’est un pour une petite salle de concert
(Maestro, Pianiste n°83), C5X, excellent instrument de travail et Amplitude dynamique: importante.
200 cm, C6X, 212 cm (Maestro, Toucher et rendu sonore d’expression. Il est proposé à un prix Évolution restant bien équilibrée
Pianiste n°86) et C7X, 227 cm L’ergonomie est très bonne, et le tou- abordable. Son confort de jeu et sa entre les registres, du pp au ff. Beaux
contrastes de nuances possibles
(Maestro, Pianiste n°89). Examinons cher, d’une grande précision. Il auto- précision le feront apprécier des étu- Couleur sonore: plaisante
le petit quart-de-queue C2X. rise un jeu en pp sans risque de blancs diants et des pianistes exigeants pour et chantante, allant du feutré au cuivré,
et des répétitions audacieuses. Le revê- un usage en appartement, dans selon les nuances
Aigus: bien ouverts, clairs
Descriptif tement des touches est agréable sous Médiums: belle rondeur, chantants
L’esthétique, similaire à tous les modè- les doigts, sans dérapage. Il est aisé Graves: définition correcte dans les
les de la série CX, est sobre et raffinée, de doser les nuances sur cet instru- extrêmes. Ils assurent une bonne assise
avec des pieds non élargis à leur base ment non agressif, mais que l’on peut pour un petit quart-de-queue
Pédales : 3 (forte, una corda,
et une lyre légère aux formes simples. réveiller aisément, si nécessaire. Bien sostenuto). Bonne hauteur, précises
Les oreilles latérales et les chanfreins sûr, la taille du piano ne permet pas Dimensions: 173 (P) x 149 (L)
de couvercle sont à angle vif. La fini- une immense puissance sonore, x 101 cm (H)
tion est soignée : serrure, ralentisseur mais le bon équilibre d’ensem- Poids: 305 kg
Spécificités: facture et esthétique
de cylindre, solide béquille à trois ble entre les registres inspirées des séries haut de gamme
positions, large et solide pupitre à offre un rendu sonore de Yamaha
six positions, cadre métallique bien global homogène Ébénisterie: brillant en noir PE, blanc
PWH ou acajou PM, satiné en noyer SAW
lisse (coulé sous vide, selon le pro- dans un timbre Pronostic de durabilité: très bon
cédé Vacuum Process) et d’une belle pouvant évoluer Usage: en appartement, pour
couleur doré-orangé. Le revêtement sensiblement du les pianistes de tous niveaux. Écoles
des touches du clavier est en Ivorite pp au ff. Les basses sont de musique. Instrument très polyvalent
Origine: Japon
et bois composite. d’une définition correcte
Le montage en cordes fait appel aux et d’une belle rondeur, Prix : 24535 euros (noir brillant PE).
agrafes dans le grave et le médium, en p et mf, ce qui est Option Silent SH: 31329 euros
sans aucune mauvaise angulation rarement le cas pour un Importé par Yamaha Music Europe
Remerciements à Pianos Nebout
aux points de croisement. Les échelles 173 cm. Les médiums sont assez & Hamm
Duplex sont présentes dès le médium. chantants. On obtient une belle yamaha.com
L’ensemble mécanique-clavier signé expression et une longueur de son

60 I PIANISTE n°105 I juillet-août 2017


INI

L’ensemble mécanique-clavier reprend


Clavier, confort de jeu: fermeté
l’ingénierie et la géométrie des pianos idéale pour de pianistes avancés.
C. Bechstein, offrant des rapports Grande précision. Répétitions aisées.
de leviers optimisés. Le WH 162 P Revêtement des touches agréable
fait l’objet d’un réglage soigné en Réponse en pp: délicate,
mais aisément contrôlable
usine. Quant aux beaux marteaux par les pianistes avancés
allemands Renner à sous-garniture, Puissance: très importante,
ils ont une âme en acajou. surprenante pour un petit
quart-de-queue
Amplitude dynamique: très
Toucher et rendu sonore importante
L’ergonomie est parfaite, le toucher, Couleur sonore: brillante, claire.
ferme et précis. Les répétitions sont Léger manque de rondeur et de
chaleur. Piano assez homogène
aisées, le revêtement des touches est Aigus: très ouverts, clairs, brillants
confortable sous les doigts, légèrement Médiums: ouverts, assez chantants,
rugueux pour les touches noires, une malgré le peu de rondeur
Graves: puissants, bien définis pour
sensation très plaisante. Les pédales un 162 cm, légèrement cuivrés en ff
esthétique dans la couleur gris laqué, ont un fonctionnement irréprochable.
W.HOFFMANN façon chrome, du cadre métallique, On est immédiatement surpris et un
Pédales: 3 (forte, una corda,
Sostenuto). Bonne hauteur, belle
fermeté, précises et silencieuses
PROFESSIONAL dans l’accastillage et les logos chro-
més ainsi que dans le gris des feutres.
peu dérouté par l’ampleur et la puis-
sance sonore de ce petit quart-de-
Dimensions: 162 (P) x 151 cm (L)
Poids: 292 kg
WH 162 P La finition apparente est de haut
niveau. On apprécie la présence d’une
queue, ce qui semble avoir été un des
objectifs du facteur. Si ce but est lar-
Spécificités: puissance surprenante
pour un petit quart-de-queue,
serrure et d’un ralentisseur de cylindre. gement atteint, cette qualité évidente gris du cadre et des feutres
Ébénisterie: noir brillant et chrome
es pianos W.Hoffmann actuels Le bois massif est largement utilisé de grande réactivité dynamique limite

L sont conçus et construits par


le groupe allemand C. Bech-
stein pour la plupart en République
au détriment du médium. Bravo pour
le large et solide pupitre qui comporte
six positions d’inclinaison, plus l’aplat !
sensiblement la capacité de cet ins-
trument à jouer dans des nuances très
intimistes et d’une façon très égale.
(cadre laqué gris chrome…)
Pronostic de durabilité: très bon
Usage: pianistes avancés
et professionnels. Écoles de musique,
petits clubs de jazz
tchèque, dans l’usine C. Bechstein Une solide béquille à deux positions La couleur sonore d’ensemble est Origine: République tchèque.
Europe, certaines opérations étant maintient le lourd couvercle. claire, mais manque un peu de ron- Conception allemande C. Bechstein
réalisées en Allemagne, sur le site La mention « Made by C. Bechstein deur ou de chaleur, sans être vraiment
Prix: 28850 euros. Option silencieux
de Seifhennersdorf. Trois séries qua- Europe » apparaît en relief sur le cadre agressive. Nous avons noté çà et là Vario: 5190 euros
litatives de pianos droits et à queue métallique et en décalcomanie sur quelques inégalités dans l’harmoni- Importé par Saico Euroclaviers
constituent la gamme W.Hoffmann: la superbe table d’harmonie en épicéa sation de ce piano, ces défauts locaux Remerciements à Euroconcert
bechstein.com
Vision, Tradition et la récente Pro- massif, d’une surface maximalisée pouvant aisément être corrigés. Les
fessional, plus luxueuse. Cette der- pour une si petite dimension de basses sont d’une bonne définition
nière présente trois modèles de pia- piano. Les barres sont prolongées pour un 162 cm et l’extrême aigu est à des répertoires intimistes, sauf peut-
nos droits (114, 120 et 126 cm) et jusque dans l’angle des basses et com- particulièrement ouvert. être pour des musiciens capables de
trois dimensions de pianos à queue plétées par un bâton de résonance. dosages subtils de nuances. Il sera
(162, 188 et 206 cm). Étudions le Le chevalet principal est évidé pour Conclusion apprécié lorsque la puissance est un
petit quart-de-queue WH 162 P. limiter les pertes d’énergie. Ce petit quart-de-queue est un piano des critères de choix pour les partitions
Le montage en cordes fait appel aux de haute qualité, très bien conçu et abordées. Malgré ce léger manque
Descriptif agrafes, du grave au haut médium. fini. Confortable à jouer, il séduira de polyvalence, le WH 162 P, fabriqué
D’une allure classique, à trois pieds Les échelles Duplex, elles, sont pré- les étudiants et les pianistes avancés dans des conditions de grand sérieux,
et à larges roulettes, ce piano d’un sentes dès le médium et doubles dans désirant un excellent instrument de est un bon investissement pour un
beau laqué noir, trouve son originalité l’aigu. Les chevilles sont tourillonnées. travail. Il sera néanmoins peu adapté usage ciblé.

Durabilité de l’instrument. Les contacts que nous progressé dans les instruments d’entrée de gamme,
BANC D’ESSAI entretenons régulièrement avec les professionnels notamment d’origine chinoise ou indonésienne.
mode d’emploi du piano (facteurs, techniciens, accordeurs, régleurs On peut acquérir de bons pianos à des prix par-
DR

ou responsables de l’entretien) nous permettent fois agréablement surprenants. Méfions-nous


Lieux des tests. Ils sont effectués dans les magasins, d’avoir une idée assez précise de la qualité intrin- des a priori négatifs tout en restant vigilants.
chez les fabricants, agents distributeurs ou impor- sèque de l’instrument, et notamment de sa capacité Pianos numériques. Nous les testons avec les
tateurs. Dans certains cas, nous testons des pianos à durer dans le temps. mêmes casques stéréo dynamiques, de type fermé.
sans les dernières mises au point avant la livraison Rapport qualité-prix. Les pianos de très haut Les caractéristiques et descriptifs techniques
de l’instrument au client. Nous tenons compte de de gamme restent très chers, mais leur prix est des claviers sont ceux annoncés par les fabricants.
tous ces paramètres dans notre appréciation finale. toujours justifié. Le niveau de qualité a énormément Enfin, tous les prix sont donnés à titre indicatif.

juillet-août 2017 I PIANISTE n°105 I 61


ZINIO

PIANOS À LA LOUPE

BOSTON GP-178 PE II
DESIGNED BY STEINWAY & SONS
i les pianos à queue Boston en face de l’usine Steinway, rue

S sont produits chez le Japo-


nais Kawai, ils sont conçus
par Steinway & Sons et fabriqués
Rondenbarg. Outre les trois modè-
les de pianos droits (118, 126 et
132 cm), cette série comprend cinq
selon son cahier des charges très dimensions de pianos à queue de
strict. Nés en 1992, ceux-ci avaient 156 cm (testé dans Pianiste n°93),
évolué en 2010 avec la nouvelle réfé- 163 cm (Maestro, Pianiste n°92),
rence PE (Performance Edition) 178 cm (testé en version PE dans
et, l’an passé, ils ont été améliorés Pianiste n°71), 193 cm (Maestro,
avec la version PE II. Pour un ac- Pianiste n°85) et 215 cm (Maestro,
croissement de la qualité, tous ces Pianiste n°86). Nous vous présen-
instruments transitent désormais tons ici le quart-de-queue GP-178,
par le tout nouveau Boston Distri- l’actuel best-seller de la marque
bution Center, situé à Hambourg, dans la gamme PE II.

Descriptif
Clavier, confort de jeu :
excellent. Répétitions aisées.
Par rapport à l’ancienne version PE,
Revêtement du clavier agréable. le placage bois de l’intérieur de la
Très bonne ergonomie. ceinture des modèles en noir laqué
Fermeté idéale pour la pratique est en kewasinga bubinga, une essence une découpe à angle vif des oreilles. plutôt claire, non ouatée, et fait penser
professionnelle du piano
Réponse en pp : excellente plus noble que l’acajou. Les feutres Les ouïes du cadre métallique sont un peu à la sonorité des Steinway
Puissance : importante, des têtes de marteaux ont été amé- en forme de losange, et non circu- dans le médium et les graves, bien
sans saturation liorés. Ces dernières contribuent à laires, spécificité de Boston. Le large définis et profonds. Le revêtement
Amplitude dynamique : très une sonorité proche de celle des Stein- et solide pupitre, aux inclinaisons des touches est agréable et les pédales
importante
Couleur sonore : assez brillante, way. Le cadre métallique a également idéales, est similaire à ceux des pianos ont un fonctionnement irréprochable.
sans rondeur excessive, inspirée été renforcé dans l’extrême aigu. La Kawai. La mécanique, avec sa barre L’ergonomie est excellente et la belle
de Steinway. Bon équilibre et belle surface de la table d’harmonie, en épi- de centre en profilé d’alliage léger, banquette fournie avec le piano,
homogénéité entre les registres céa massif Sitka, est maximalisée est majoritairement en bois et ne signée Boston, est de qualité. La fini-
Aigus : très ouverts et clairs
Médiums : clairs, ouverts, (1,30 m2 de surface vibrante !), grâce comporte pas de matière plastique. tion est soignée avec une serrure et
chantants, peu ouatés, un peu à la forme de la queue qui est très La bonne portée du châssis de clavier un ralentisseur de cylindre. Nous
cuivrés large au fond du piano, un peu se fait par sept dômes de réglage. n’avons pas ressenti de saturation
Graves : puissants, bien définis
dans les extrêmes, assez cuivrés
comme sur le Steinway A-188. dans les fortissimi extrêmes, alors que
en ff. Ils assurent une très bonne Le plan de cordes est original : il pri- Toucher et rendu sonore nous l’avions perçue sur l’ancien
assise vilégie une tension relativement basse Dans l’ambiance un peu réverbérante modèle, il y a huit ans.
Pédales : 3 (forte, una corda, par rapport aux autres pianos, afin du premier étage du nouveau show-
sostenuto). Bonne hauteur, précises
Dimensions : 178 (P) x 151 (L)
d’obtenir une plus grande richesse en room Steinway à Paris, ce nouveau Conclusion
x 102 cm (H). timbres. Les échelles Duplex, ancien modèle GP-178 PE II donne immé- Il n’est pas étonnant que ce très beau
Poids : 333 kg brevet de Steinway, sont présentes. diatement une bonne sensation de quart-de-queue soit si prisé: ses qua-
Spécificités : la caution Les cordes filées pour les basses sont confort, de plénitude et de longueur lités musicales, son esthétique, sa
du savoir-faire de Steinway & Sons
Ébénisterie : noir ou blanc brillant. produites aux États-Unis par Mapes. de son. Le toucher est idéal, d’une polyvalence en font un incontour-
Belle finition Le sommier Octagrip est constitué bonne fermeté, et permet toutes les nable pour un prix raisonnable,
Pronostic de durabilité : très bon de 11 couches entrecroisées d’érable audaces, même dans les infimes pia- compte tenu de la caution de Stein-
Usage : pianistes de tous niveaux dur. Le meuble de ce piano a une nissimi. La puissance est au rendez- way & Sons. Il apparaît idéal pour
et particuliers exigeants.
Conservatoires esthétique soignée et originale, rap- vous et ce piano s’avère très homo- les conservatoires et les particuliers
Origine : Japon, pelant les Steinway américains, avec gène. La couleur d’ensemble est exigeants. Une réussite.
conception Steinway

Prix : 33 340 euros (noir brillant),


34 320 euros (blanc brillant).
Option silencieux Quiet Time
Importé par Steinway & Sons France
Remerciements à Steinway & Sons
France
steinway.fr
B. D.

B. D.

B. D.

62 I PIANISTE n°105 I juillet-août 2017


ZINIO

Numériques
Deux claviers de salon
complets et simples
d’utilisation par Bernard Désormières

affine et personnalise la restitution grave !). Les pédales, d’une belle fer-
YAMAHA des sons de pianos par des réglages meté et à la bonne hauteur (6 cm), Clavier-mécanique : GrandTouch
Keyboard à sensation d’échappement.
fins. L’amplification de 2 x (35 W assurent parfaitement leurs fonctions,
CLP-675 + 50 W + 20 W) est musclée pour parfois subtiles (demi-pédale, soste-
Touches blanches bois. Clavier Linear
Graded Hammer. Revêtement ivoire
alimenter les six haut-parleurs judi- nuto). L’écoute avec un bon casque et ébène synthétiques
Pédales: 3. Forte avec

C
’est au Salon de Francfort cieusement placés. Grâce à la fonction est tout à fait convenable.
GP Response Damper, effet
qu’a été dévoilée la nouvelle Bluetooth Audio qui est désormais 1/2 pédale, douce, sostenuto
série de claviers numériques présente et les doubles prises USB, Conclusion Générateur sonore : VRM
de salon de Yamaha, Clavinova ce clavier est au goût du jour. Les Pour un budget d’environ 3 000 euros (Virtual Resonance Modeling)
Polyphonie: 256 notes
CLP-600, qui remplace la CLP-500 autres connexions sont complètes : dans sa version en finition mat, ce Sensibilité au toucher : 5, plus fixe
créée il y a trois ans. On trouve 2 casques, sortie stéréo en mini-jack, CLP-675 est parfait pour tout cla- Amplification : 2 amplis (35 W
six modèles au catalogue: CLP-625, entrée en deux gros jacks, et même viériste ou pianiste désirant un ins- + 50 W + 20 W). HP à 3 voies:
CLP-635, CLP-645, CLP-665 GP, encore trois prises Midi ! trument moderne, très complet et 2 x (16 + 8 + 5 cm) dans boîte
Sons internes: 36 dont CFX
CLP-675 et CLP-685. Le plus évo- musical. Utilisé comme clavier com- et Bösendorfer en accès direct,
lué techniquement est le CLP-685. Toucher et rendu sonore plémentaire à un piano, il offre un CFX Binaural Sampling
Intéressons-nous ici au CLP-675 Le confort de jeu est au rendez-vous toucher qui ne déroutera pas trop les Démo: 19 voices, 50 morceaux
qui vient d’arriver en magasins. par la précision du toucher, la fermeté vrais pianistes. Sa simplicité d’utili- et 303 leçons
Modes clavier : Normal, Dual,
moyenne du clavier progressant du sation sera appréciée des novices qui Split, Duo
Descriptif grave vers l’aigu, la facilité à contrôler sauront s’en servir très vite, même Effets et fonctions: 6 reverbs,
Rien de très nouveau dans l’esthétique les nuances et à répéter rapidement. dans ses nombreux réglages subtils. 3 chorus, 7 brillance et 11 autres.
Acoustic Optimizer, IAC, 20 rythmes,
de ce clavier de salon d’une forme très Ce clavier-mécanique GrandTouch Le Bluetooth Audio multipliera les transpose, tempéraments. Pour le
classique, sinon ses consoles redessi- apporte un vrai « plus ». La puissance possibilités d’emploi en liaison avec piano: VRM Smooth Release, Key Off
nées. Le boîtier de commande latéral, disponible est importante, suffisante les tablettes et autres smartphones. Afficheur : sur boîtier à gauche,
côté gauche, est plus fonctionnel, avec pour une petite salle, ne nécessitant Une très belle nouveauté. 128 x 64 full dots LCD
Enregistrement : multiples
ses 14 touches et son grand afficheur. pas dans ce cas d’amplification sup- possibilités internes (16 pistes,
On accède directement aux sonorités plémentaire. Les sons de pianos sont 250 morceaux, 1,5 MB) et externes
du fameux CFX et du grand Bösen- crédibles, et les timbres, via USB. Wav 16 bits
dorfer. L’échantillon du trois-quarts- assez réalistes, grâce aux Métronome : oui, complet
Connectique: USB to Host, USB
de-queue C7 a été ajouté. Le volume harmoniques pouvant to Device, 2 casques, Input Stéreo,
se règle à droite par un curseur. Le aisément se développer Output Stéréo, Midi (In, Out, Thru)
petit pupitre, rabattable, comprend entre les notes, bien Alimentation : direct, 220 V
Spécificités: Bluetooth Audio
deux petites pattes métalliques esca- qu’encore un peu timi-
Finitions: noir B, blanc WH,
motables pour le maintien des par- dement. De la place du frêne blanc WA, noyer sombre DW,
titions souples. pianiste, on localise fa- noir brillant (PE)
Principale évolution technique, le cilement, comme sur Dimensions: 146,1 (L) x 46,5 (P)
x 96,7 cm (H) (pupitre bas)
nouvel ensemble clavier-mécanique un vrai piano droit, la ou 113,6 cm (pupitre levé)
GrandTouch, avec ivoire et ébène de zone d’origine d’émis- Poids: 69 kg (PE: 71 kg)
synthèse, n’équipe que le CLP-675 sion des sons, du grave
et le CLP-685. La fonction Binaural à l’aigu. La longueur de Prix : 3 145 euros
Importé par Yamaha Music Europe
Sampling permettrait une écoute au son est satisfaisante (près Remerciements au Centre Chopin
casque plus réaliste et la fonction de 40 secondes pour yamaha.com
Piano Room, accessible directement, les notes de l’extrême

juillet-août 2017 I PIANISTE n°105 I 63


ZINIO
Abonnez-vous à
Numérique

à partir de


7,99

■ Vos magazines L’Express et Styles, en version digitale dès mardi 20h


■ Un accès sur tout support : ordinateur, mobile et tablette (iOS/Android)
■ Un confort de lecture optimisé, où que vous soyez
■ Un accès illimité aux contenus gratuits et payants sur lexpress.fr

Abonnez-vous directement sur : www.lexpress.fr/abonnement/lexpress_num1502


ZINIO

CHRONIQUES DISQUES, DVD


RÉALISÉ EN PARTENARIAT AVEC LE MAGAZINE

Classique et jazz
Cette rubrique présente une sélection des disques et DVD récemment parus.
Les « maestros » de Pianiste distinguent tout particulièrement ceux qui, selon nous,
ont marqué ou marqueront la discographie.

La quête du Graal se fait souci de la gradation des chatoiements sonores. Un et la sobriété des thèmes
LUDWIG VAN sans douleur par la danse, timbres à l’intérieur de struc- très beau début qui suscite contrastent avec l’opulence
BEETHOVEN donc, et par le jeu. Plutôt tures musicales fortement de grands espoirs. des timbres.
(1770-1827) que de démontrer doctement charpentées. Or, on trou- Jacques Bonnaure Chez Ginastera, les Preludios
les trésors d’écriture, le musi- vait déjà ces caractères chez Amerianos n’oublient pas
cien joue et se joue de l’inven- Fauré. Sa Ballade encore ALBERTO l’écriture contemporaine et
tion beethovénienne avec marquée par des réminis- parfois très provocatrice du
simplicité, en traversant cences romantiques, et sur- GINASTERA compositeur (Danza criolla
32 petits paysages de carac- tout, ses Thème et Variations (1916-1983) et Homenaje a Roberto García
tère, qu’il unifie notamment sont l’une de ses œuvres qui, Morillo puis Aaron Copland
par des rapports de tempo par son ampleur, sa puissance explosent d’énergie), mais
très ténus et in fine naturels. et la rigueur de sa construc- on déguste aussi les prémices
Rien n’est de marbre, rien tion, correspond le moins d’un free jazz (Pastoral) ou
n’est de carton-pâte avec à l’image que les gens mal la réminiscence d’une Cathé-
Variations Diabelli. Brautigam. informés se font de Fauré. drale engloutie debussyste
Six Airs nationaux avec Antoine Mignon Aline Piboule, qui signe ici (En el primer modo pentafono
variations opus 105 son premier disque soliste, mayor). Les deux pianos
Ronald Brautigam (pianoforte) GABRIEL sait faire entendre sa voix et (Blüthner et Steinway) dis-
Bis SACD-1943. 2015. 1 h 08’ se faire une place de choix, tillent avec une savoureuse
I Ainsi se termine le périple FAURÉ servie en outre par une prise « Meeting Ginastera », éloquence les effluves de
beethovénien de Ronald (1845-1924) de son exemplaire. Dans volume 2 cette musique. Le charme
Brautigam sur pianoforte : ces trois œuvres, elle parvient Ginastera : Doce Preludios tantôt bucolique, tantôt per-
l’Everest comme couronne- à conjuguer le mystère et la Americanos opus 12 cussif de ces recueils fonc-
ment final. La copie de Paul lumière, la rigueur et la sou- + Mompou : 12 Canciones tionne donc parfaitement.
McNulty d’un Conrad Graf plesse. Par exemple, la riche y Danzas Comme dans le premier
de 1822, année où Beetho- texture polyphonique de + Urgell Reyes : Piezas volume, le pianiste cubain
ven termine les Diabelli, se Thème et Variations est d’une familiares (extraits) offre deux courtes pièces de
plie parfaitement aux exi- clarté absolue mais sans Gabriel Urgell Reyes (piano) sa composition, dont on serait
gences dynamiques et vir- sécheresse, avec de la sen- Artalinna. 2014, 2016. 1 h 04’ tenté de dire qu’elles ajou-
tuoses de la partition et au sualité dans le toucher, et on I Le second volume de la tent un voile de Brahms et
jeu vigoureux de Brautigam retrouve les mêmes carac- série « Meeting Ginastera » de Satie à leurs consœurs.
qui en offre une des versions Ballade. Thème téristiques dans les varia- enregistré par Gabriel Urgell Un joli disque.
les plus rapides : en attestent et Variations. tions du finale de la Sonate Reyes associe avec justesse Stéphane Friédérich
les Variations n°7, n°10, n°27, Henri Dutilleux d’Henri Dutilleux. la délicatesse et l’épure des
ébouriffantes. Toutefois, (1916-2013) : Dans tout le programme, on deux compositeurs phares : JOSEPH
si le pianiste fait preuve Sonate pour piano admirera la subtilité de la l’Argentin Ginastera dont
d’autorité, il sait s’assouplir Aline Piboule (piano) gestion du flux musical, tou- les pièces sont encadrées par HAYDN
dans les épisodes plus calmes Artalinna ATL-A017. 2016. 54’ jours sobre et rigoureux, celles de l’Espagnol Mom- (1732-1809)
et propose alors de magni- I L’association de Fauré et mais avec de délicats dégra- pou. Chez ce dernier, ce sont
fiques couleurs renforcées Dutilleux est plutôt rare, dés de volume qui laissent presque des études de cou-
par le jeu de pédales donné mais pas dénuée de fonde- respirer le texte. Si le tempo leurs et de pédales, des évo-
par l’instrument. ments. Dans sa Sonate, qu’il est strict, d’infimes variations cations de danses et de chants,
Mais, au-delà de la perfor- considérait comme son véri- de dynamique donnent une évocations seulement, car
mance pianistique, c’est table premier opus, Dutil- impression de souplesse et le propos s’en tient à recréer
l’approche intellectuelle de leux place ses pas dans une de liberté. Surtout, Aline un imaginaire populaire.
l’œuvre qui impressionne, tradition française marquée Piboule se montre particu- Les textures harmoniques,
car Brautigam n’oublie par un grand raffinement lièrement inventive dans elles, sont d’une grande com-
jamais la danse originelle. harmonique et, déjà, un le jeu des timbres et les plexité. En effet, l’austérité

66 I PIANISTE n°105 I juillet-août 2017


ZINIO

Sonates Hob.XVI n°11, Depuis 1795


n°34 à n°36 et n°43 WOLFGANG AMADEUS
Jean-Efflam Bavouzet (piano) MOZART
Chandos CHAN 10942. (1756-1791)
2016.1 h 23’
I S’il l’a un temps suspendue
pour mener à bien son inté-
grale des sonates de Beet-
hoven, Jean-Efflam Bavou-
zet retourne à cette série
Haydn dont voici le sixième
volume. Au programme,
cinq sonates appartenant à
différentes époques, celles
de la jeunesse (n°11) et de Rondo K.511. Fantaisie
la maturité (n°34, n°35, n°36 K.475. Sonates K.457 et
et n°43). On connaît l’extrême K.310. Variations sur « Ah !
méticulosité avec laquelle vous dirai-je, maman »
le soliste s’engage sur des Varvara (piano)
terrains où d’autres (Rich- Discamera CD 1002. 2016. 1 h 13’
ter, Planès et, surtout, Bren- I Varvara, ça fait un peu
del) se sont distingués dans variété. Mais la jeune pia-
des florilèges particulière- niste russe a eu raison de ne
ment réussis, sans parler de conserver que son prénom.
la réalisation plus acadé- Nepomnyashchaya ne l’au-
mique de Buchbinder pour rait sans doute pas aidée à
la totalité. se faire un nom à l’étranger !
Sa vision analytique, voire Formée à Moscou, sa ville
structurale, ne perd jamais natale, elle part étudier avec
de vue la grande forme et Evgeny Koroliov à Ham-
garde toujours en mémoire bourg. Elle se distingue plus
l’effet de surprise, le carac- tard au Concours Bach de
tère ludique (Menuetto de Leipzig en 2006, puis au
la Sonate n°35), l’humour, Concours Géza Anda de
l’art des oppositions de cli- Zurich en 2012, où elle rem-
mats et l’inventivité toujours porte le Premier Prix.
en éveil qui parsèment ces Pour son premier disque (un
partitions souvent jubila- récital Haendel suivra à la
toires (Allegro de la Sonate rentrée), Varvara a retenu
n°36). La profondeur du son presque exclusivement des
(Adagio de la Sonate n°36) pièces de Mozart en mineur.
est toujours relayée par une Seules les Variations sur
aisance digitale très aérée, « Ah ! vous dirai-je, maman »,
avec une énergie qui ne fai- judicieusement placées vers
blit pas. L’espièglerie, qui le centre de l’album, évo-
se manifeste derrière la pro- luent dans l’autre mode. Il
fondeur, renouvelle constam- faut, par ailleurs, souligner
ment l’écoute, et quelques la parfaite logique de ce pro-
idées bienvenues d’orne- gramme. La Fantaisie K.475
mentation ou de mini- et la Sonate K.457, toutes
cadences semi-improvisées deux en do mineur et publiées
relancent sans cesse un dis- conjointement en 1785, se
cours qui n’évite pas les rup- suivent. Et au Rondo K.511
tures et les contrastes accu- en la mineur, en première
sés. « De tous les musiciens de plage, répond le rondo conclu-
son temps, Haydn fut le plus sif de la Sonate K.310, éga-
conscient, à mon avis, du fait lement en la mineur, qui
qu’être parfaitement symé- referme le disque.
trique signifie être parfaite- S’il est toujours facile de
ment mort. » Une affirma- commenter un style en se
tion de Stravinsky que référant à un curriculum
Bavouzet peut reprendre à vitæ, il faudrait être sourd
son compte. Michel Le Naour pour ne pas entendre, [
ZINIO

CHRONIQUES DISQUES, DVD


RÉALISÉ EN PARTENARIAT AVEC LE MAGAZINE

mon interprétation a profondément


évolué. La Sonate en si bémol
majeur est un véritable testament
dont le premier mouvement évoque
encore une sorte d’innocence
brisée systématiquement sur un trille
obsessionnel à la main gauche.
L’Andante sostenuto est une
variation… sur la mort : un véritable
drame mis en musique. Les deux
derniers mouvements regorgent
d’une énergie parfois désespérée.
Comment équilibrer tous les
paramètres de l’interprétation ?
Il faut avant tout connaître le texte
à la perfection, en maîtriser
chaque détail avant de réellement
interpréter. « Interpréter »
les silences, notamment, qui sont
essentiels et organisent une grande
partie du discours. Chez Schubert,
il ne faut jamais perdre de vue que
le classicisme s’impose aussi bien

JOSEP MOLINA
dans la forme que dans les réflexes
pianistiques. Il faut éviter d’aller
vers un romantisme chargé qui
ENTRETIEN AVEC… JAVIER PERIANES serait hors de propos. À l’opposé, si
l’on se tient à une sorte d’objectivité

UN SCHUBERT DÉTONANT de jeu, on perd une énorme


substance expressive. L’équilibre
de ce piano est très complexe
à obtenir.
LE PIANISTE ESPAGNOL REVIENT AU RÉPERTOIRE GERMANIQUE Auriez-vous préservé cet équilibre
AVEC DEUX SONATES DU COMPOSITEUR AUTRICHIEN, si vous aviez enregistré ce disque
sur un pianoforte ?
QUI ENRICHISSENT SA RICHE DISCOGRAPHIE CHEZ HARMONIA Je ne suis pas un pianofortiste.
MUNDI. UN CHOIX AUDACIEUX, TANT LES DEUX ŒUVRES Bien que tout à fait justifiable,
cette démarche n’est pas la mienne.
S’INSCRIVENT DANS DES UNIVERS DISTINCTS, ENTRE INNOCENCE Pour ce disque, j’ai essayé plusieurs
Steinway modernes. Finalement,
ET DÉSESPOIR. LE MUSICIEN NOUS EXPLIQUE SA DÉMARCHE. mon accordeur m’a proposé
un piano dont le son était

P
ourquoi avoir enregistré un compositeur pouvait-il à ce point Le deuxième mouvement est très beau, mais moins puissant
les deux Sonates D.664 faire évoluer son écriture ? statique, alors que le finale baigne que d’autres et joué pour
et D.960 de Schubert La combinaison des deux opus dans une lumière mozartienne. Il est accompagner des lieder. Je l’ai
et n’avoir pas complété m’est apparue « explosive » et j’ai galant, folklorique, si profondément essayé et, au bout de vingt secondes,
l’une d’entre elles, par exemple, constaté a posteriori qu’il en était autrichien. Le génie de Schubert je savais que c’était celui-là
avec le dernier cycle de ses allé de même chez d’autres est porté par ceux de Mozart, que je choisirais. Nous n’avons
Impromptus dont vous avez interprètes comme Radu Lupu. Haydn et Beethoven. fait aucun réglage particulier.
déjà gravé la première série ? Qu’est-ce qui vous frappe Il est étonnant que de plus en plus Parlez-nous de votre prochain
La décision d’enregistrer le plus dans cette évolution ? de jeunes pianistes choisissent disque…
ce programme remonte à 2014, Schubert compose la Sonate d’enregistrer la dernière sonate L’année prochaine, j’enregistrerai
à l’époque de mon disque du en la majeur à l’âge de 22 ans de Schubert… le Troisième Concerto pour piano
Concerto de Grieg. Harmonia Mundi et la dernière au crépuscule Schubert est mort à 31 ans de Béla Bartók avec l’Orchestre
m’a sollicité pour graver un CD avec de sa vie. Le langage est radicalement et il n’a pas eu le temps de se poser philharmonique de Munich
des sonates pour piano. J’ai d’abord différent. Dans la première, c’est la question de la maturité. sous la direction du chef Pablo
pensé à Beethoven puis à Schubert. l’innocence qui domine. Schubert J’ai beaucoup joué cette sonate, Heras-Casado. Une nouvelle
En jouant ces deux sonates, je me répète les mêmes motifs qu’il fait notamment lors de ma tournée aventure en perspective.
suis rendu compte à quel point varier à l’infini. Est-ce l’influence en Amérique du nord. Elle fait partie Propos recueillis
elles étaient éloignées l’une de l’autre de l’Allegretto de la Septième des œuvres que l’on « creuse » par Stéphane Friédérich
en termes d’expression. Comment Symphonie de Beethoven ? toute sa vie et j’ai conscience que Voir la chronique du CD page 72.

68 I PIANISTE n°105 I juillet-août 2017


ZINIO

[ sinon l’influence, du moins 2 décembre 1980. Les deux


une proximité, avec le style programmes (déjà parus
de Koroliov qui a gravé les chez Memoria, mais avec
Sonates K.310 et K.457 et des dates différentes) sont
la Fantaisie K.475 (Hänssler gravés sur un magnéto-
et Profil). Se perçoivent phone à cassette par l’équipe
la même rigueur formelle Yamaha, ce que l’on peine
et la même attention portée à concevoir, tant le son est
à la clarté polyphonique, de qualité (supérieur encore
le même refus de la senti- pour les sonates).
mentalité, la même concen- Richter joue les deux sonates
tration. Varvara gère le chro- avec le minimum de pédale.
matisme douloureux et les La Sixième (12 versions ont
silences inquiets de ces musi- été recensées sous ses doigts !)
ques de solitude et de mélan- est littéralement « arrachée »
colie, sans jamais s’appesan- au piano avec une férocité
tir (les notes répétées en et une épure radicale. Ce
doubles croches dans la Fan- piano concentré, refermé sur
taisie), ni durcir le son. Et lui-même, étouffant à force
on admire avec quel esprit de se refuser à tout épan-
pince-sans-rire et quels doigts chement, y compris dans
malicieux elle appréhende le mouvement lent, se charge
les Variations. de menaces. La Neuvième,
Philippe Venturini aux harmonies rompues,
rend hommage à Beetho-
SERGE ven. Tout y est : les éclats
et les confidences, le souve-
PROKOFIEV nir du primitivisme (Allegro
(1891-1953) strepitoso), une indicible
nostalgie.
Dans le second récital,
le pianiste russe multiplie
les associations savoureuses
de miniatures. Elles sont,
par exemple, impression-
nistes (Légende, Visions fugi-
tives), ensorcelantes, envoû-
tantes, mais leur lecture se
révèle toujours imprévisible.
Sonates n°6 et n°9. Pièces Richter capte ainsi l’atten-
extraites de Cendrillon. tion de l’auditoire, subjugué
Légende opus 12. Visions par l’incertitude d’une atta-
fugitives (extraits). Danse que ou un changement radi-
opus 32 n°1. Valse opus 32 cal de couleurs et de timbres.
n°4. Pensées opus 62 n°3. L’interprète joue sur la matière
Sonatine pastorale opus 59 sonore, orchestre une valse,
n°3. Paysage opus 59 n°2. une pensée, un rondo, sug-
Rondo opus 52 n°2, extrait gère des cuivres ou une per-
du Fils prodigue. Valse cussion. Sa sincérité, son
opus 69 n°1, extrait honnêteté intellectuelle ne
de Guerre et Paix. sont jamais prises en défaut.
Suggestion diabolique Tant pis si cela « casse »,
opus 4 n°4 comme dans la Suggestion
Sviatoslav Richter (piano) diabolique qui fait saturer
Divox 2 CD CDX-25252/3-2. 1980, les micros. On connaît
1981. 1 h 06’, 46’ assurément des versions
I Aucune concession, aucune techniquement plus vir-
pitié ! Il s’agit de la première tuoses et précises. Mais le
impression qui émane de génie de Richter est ailleurs.
ces deux récitals que l’on Il ne cherche pas la beauté.
prend en plein visage, comme Il trouve la vérité. C’est pour
une gifle. Nous sommes cela qu’un tel témoignage
au Japon, les 3 juin 1981 et est unique. S. F. [
ZINIO

CHRONIQUES DISQUES, DVD


RÉALISÉ EN PARTENARIAT AVEC LE MAGAZINE

de son fatras satirique et de Francesco Piemontesi. Sur 2015, Luka Okros appré-
[ ERIK sa mystagogie. un piano Steinway new- hende la Fantaisie de façon RARETÉS
SATIE À l’inverse, Alessandro Simo- yorkais de 1901 aux sono- aussi personnelle que magis-
NIKOLAÏ
(1866-1925) netto propose un vaste par- rités ambrées – bien que trale. La respiration est assu-
cours des premières œuvres la prise de son, un peu loin- rée avec beaucoup de noblesse ROSLAVETS
du compositeur, qu’il écri- taine, ne rende pas toujours et de précision. C’est un (1881-1944)
vit entre 21 et 34 ans, avec justice aux qualités de timbre phrasé qui voit loin, jouant
une prédominance pour sa de l’instrument –, le soliste d’une matière sonore annon-
phase ésotérique, moins évi- alterne avec un art quintes- ciatrice, déjà, de l’impres-
dente mais plus audacieuse. sencié poésie, subtilité, se sionnisme. La douceur dia-
Des Sarabandes aux Danses révélant capable d’empoi- phane du toucher, au risque
gothiques, toutes les pièces gner les œuvres avec une de la préciosité, ne perd jamais
des années sombres du jeune vigueur de ton (Kreisleriana) l’architecture des phrases.
Satie sont restituées dans qu’autorise une technique Le pianiste géorgien restitue
« Piano Music vol. 1 » leur halo d’origine, un mys- suprêmement maîtrisée (très l’importance des silences et
Noriko Ogawa (piano) tère opaque non élucidé redoutables Douze Études tient en haleine l’auditeur.
Bis-2215. 2016. 1 h 18’ aujourd’hui. Simonetto fait d’après les Caprices de Paganini Son toucher soyeux et pré- Sonates pour piano n°1,
+ sentir la profondeur habitée et arachnéenne Toccata). cis à la fois est porté par le n°2 et n°5. Compositions.
de ces pages énigmatiques, Fin connaisseur de l’œuvre magnifique CFX de Yamaha Trois Études. Préludes.
qui vaut bien les versions de de Bach, Cédric Pescia rend réglé par Pierre Malbos. Danse. Valses. Poèmes
référence d’Alexeï Lubimov justice aux pages les plus for- Un piano gorgé de couleurs, Olga Andryushchenko (piano)
(Pasacaille) ou de Jean-Joël melles (Quatre Fugues opus 72, d’harmoniques, presque trop Grand Piano 2 CD GP743-44 2015.
Barbier (Accord), tout en y Scherzo, Gigue, Romance et beau quand on sait à quel 1 h 38’
ajoutant une singulière quié- Fughette opus 32) dont il point les deux thèmes du pre- I Roslavets est l’un des plus
tude, méditative et intense. sonde, derrière leur caractère mier mouvement s’entre- brillants représentants du
Romaric Gergorin parfois archaïsant, tous les choquent avec une violence courant postscriabinien en
arrière-plans, ouvrant des déchirante : si Schumann URSS. Il refusa de se plier
ROBERT horizons insoupçonnés de dédie l’œuvre à Liszt, c’est aux consignes du réalisme
« Early & Esoteric Works » profondeur et de densité. bien à Clara qu’il songe à socialiste imposées après
Alessandro Simonetto (piano) SCHUMANN Les Exercices sur un thème chaque instant. 1930 et demeura fidèle à ses
Aeva Records 3 CD Ae16019. (1810-1856) de Beethoven, variations sur L’écriture verticale du conceptions avant-gardistes:
2016. 3 h 44’ l’Allegretto de la Septième deuxième mouvement est d’où un boycott de sa musi-
I Pour un marginalisé de Symphonie et les Quatre portée avec une force toute que et une relégation dans
l’Histoire, réprouvé par cer- Marches opus 76 deviennent, beethovénienne. Luka Okros des postes subalternes, met-
tains mélomanes et souvent plus qu’un essai didactique, en maîtrise la densité ryth- tant un terme définitif à
ignoré des salles de concert, une plongée dans le tréfonds mique et l’étagement dyna- son éclatant succès des années
Satie s’en sort particulière- de l’âme. Les Trois Sonates mique. Mais c’est plus encore 1920. À sa disparition, cer-
ment bien ces derniers temps pour la jeunesse, que Schu- dans le finale que l’on applau- taines de ses œuvres furent
avec des nouveaux enregis- mann a composées à l’inten- dit : enfin un pianiste qui détruites en raison d’une
trements toujours plus nom- tion de ses filles, Julie, Élisa joue « Langsam getragen » ! addiction à une conception
breux. Noriko Ogawa prend et Marie, respirent la ten- Ces mesures, qui assurent bourgeoise de l’art pour l’art,
justement le contre-pied de Kreisleriana. Quatre Fugues dresse, un domaine où le pia- le plus parfait parallélisme ce qui explique la relative
cette image d’étrangeté dont opus 72. Douze Études niste, sensible aux sous- des deux mains, composent brièveté de cette intégrale
jouit Satie, pour en donner d’après les Caprices entendus de ces mélodies un nouvel hommage à Beet- dont quelques pages sont
une interprétation mesurée de Paganini opus 3 et 10. enfantines, laisse perce- hoven, mais également à des reconstitutions à partir
sur un Erard 1890, moins Toccata. Scherzo, Gigue, voir avec élégance et magie Schubert. Le finale, rêverie d’archives d’État.
vive que celles d’Aldo Cicco- Romance et Fughette l’envers du décor derrière nocturne, est joué avec une Si la conception harmonique
lini (Erato) mais sans effets, opus 32. Exercices sur le bonheur affiché. M. L. N. profondeur qui n’appartient et mélodique de chaque
avec une horizontalité sereine. un thème de Beethoven. qu’aux grands interprètes pièce à partir d’un accord
Ses Chapitres tournés en tous Quatre Marches opus 76. de l’œuvre. synthétique dérive du der-
sens et ses Croquis et agaceries Trois Sonates Le toucher des Kinderszenen nier Scriabine, Roslavets
d’un gros bonhomme en bois pour la jeunesse colle au clavier, un peu trop rejette la dimension ésoté-
séduisent par leur dimen- Cédric Pescia (piano) dans un velouté chopinien. rique et théosophique de
sion organique mais rete- Claves 2 CD. 50-1508/09. 2015. Le résultat est encore splen- ce dernier. Son approche
nus, alors que ces titres de 2 h 33’ dide sur le plan sonore, d’une intellectuelle l’apparente
la période humoristique du I Avec les deux CD du adorable délicatesse, mais davantage à Schoenberg.
maître d’Arcueil sont souvent sixième volume de l’intégrale aussi un peu trop nimbé La conception décorative et
joués de manière exaltée. des œuvres pour clavier de de bonnes intentions, voire luxuriante, très Art nouveau,
Cette distanciation bienve- Schumann, Cédric Pescia Fantaisie opus 17. Scènes de quelques pesanteurs prévalant dans les années
nue teinte cet enregistrement prolonge et ferme une aven- d’enfants opus 15 (« Wichtige Begebenheit »). 1910 (Sonates n°1 et n°2,
d’un sens de la mesure associé ture commune menée alter- Luka Okros (piano) Voilà un disque sublime d’un Trois Études), s’oriente à par-
à une absence d’affects, pré- nativement avec l’Irlandais Discauvers DAS016. 2015. 54’ pianiste avec lequel il faut tir de 1920 vers une simpli-
sentant un Satie débarrassé Finghin Collins et l’Italien I Vainqueur du Campus d’or dorénavant compter. S. F. fication de la texture, [

70 I PIANISTE n°105 I juillet-août 2017


OFFRE EXCLUSIVE D’ABONNEMENT

1AN 6 numéros
avec partitions

6 CD AUDIO, pour vous aider et vous


+ guider dans la lecture et l’interprétation des
partitions (cahier de 32 pages) incluses
dans le magazine.

6 DVD PÉDAGOGIQUES,
+ contenant une leçon particulière tout
en images avec un grand pianiste.
Edition DVD disponible
uniquement par abonnement

65€
SEULEMENT
au lieu de 11 , €

45%
d’économie

BULLETIN D’ABONNEMENT
À renvoyer accompagné de votre réglement à PIANISTE - Service abonnements - 4 rue de Mouchy 60438 Noailles Cedex
PiPA105
OUI, je m’abonne à Pianiste pour 1 an. Je joins mon règlement par :
Je choisis : Chèque à l’ordre de Groupe L’Express
❏ L’édition DVD, réservée aux abonnés : 6 N + 6 CD + 6 DVD pour 65€ Carte bancaire
soit 45% d’économie (Pour les Dom-Tom et l’étranger 99 €). N° qqqf qqqf qqqf qqqf
❏ L’édition CD : 6 N + 6 CD au tarif de 35€ soit 34% d’économie
(Pour les Dom-Tom et l’étranger 49 €). Expire le : qqqf qqf
Clé*
Nom ............................................................................................................................................................................................................ * Les 3 derniers chiffres figurant au dos de votre carte bancaire (pour sécuriser votre paiement).

Prénom .....................................................................................................................................................................................................
Date et signature obligatoires
Adresse complète ............................................................................................................................................................................
Code postal .............................................................. Ville ..........................................................................................................
Offre valable en France métropolitaine jusqu’au 30/09/2017 et dans la limite des stocks
Pour recevoir la confirmation de mon abonnement et les informations liées à mon compte disponibles. Vous pouvez acquérir séparément chaque numéro de PIANISTE au tarif de 8,90€, et
chaque DVD au prix de 11€. Conformément à la loi Informatique et Libertés du 6 janvier 1978, vous
client, j’indique mon adresse e-mail (en majuscules) disposez d’un droit d’accès et de rectification des données que vous avez transmises, en adressant
un courrier à PIANISTE. Les informations requises sont nécessaires à PIANISTE pour la mise en
E-mail : qqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqf place de votre abonnement. Elles pourront être cédées à des organismes extérieurs sauf si vous
cochez la case ci-contre. ❏ Conformément à l’article L221618 du code de la consommation, vous
qqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqf bénéficiez d’un délai de rétractation de 14 jours à compter de la réception du premier numéro
AG21447

de l’abonnement. Pour faire jouer ce droit, vous pouvez télécharger le formulaire sur notre site
J’accepte de recevoir les informations de PIANISTE ❑ oui ❑ non boutique.lexpress.fr/formulaire et nous l’envoyer à : Pianiste Service Abonnements 4, rue de
et de ses partenaires ❑ oui ❑ non Mouchy 60438 Noailles Cedex
GROUPE L’EXPRESS SA AU CAPITAL DE 47 150 040 € - SIÈGE SOCIAL : 29, RUE DE CHÂTEAUDUN 75308 PARIS CEDEX 09 - RCS 552 018 681 PARIS
ZINIO

CHRONIQUES DISQUES, DVD


RÉALISÉ EN PARTENARIAT AVEC LE MAGAZINE

SCHUBERT À L’UNISSON
QUATRE DISQUES SONT CONSACRÉS AU COMPOSITEUR AUTRICHIEN, DONT UN DÉDIÉ
À SES ŒUVRES POUR PIANO À QUATRE MAINS SUR PIANOFORTE.

ANDREAS STAIER
ET ALEXANDER MELNIKOV
Œuvres pour piano à quatre mains: Fantaisie
D.940. Grande Marche D.819. Rondo D.951…
Harmonia Mundi CD HMC 902227. 2015. 1 h 13’
Au-delà du débat sur les interprétations histori-
quement informées, au-delà du goût subjectif
pour la sonorité du pianoforte (ici, un magnifique
instrument de Christopher Clarke, d’après Graf), dans la partie centrale. Cependant, la réexposition L’immense Sonate en si bémol majeur se construit
il faut reconnaître que, sur piano moderne, res- ne fait que répéter l’exposition, au lieu de mettre à l’instar d’un grand opus symphonique. La clarté,
pecter les nuances et les articulations de Schu- en relief les modulations. On le regrette, d’autant tout d’abord. L’architecture est conduite de main
bert, sans perdre en légèreté, ni saturer l’espace que Denis Pascal dispose d’une large palette de maître, le moindre accord, ciselé et égalisé.
sonore, relève de l’exploit. Ces difficultés dispa- sonore. Il parvient à obtenir de somptueuses cou- C’est l’une des lectures les plus parfaites que l’on
raissent sur pianoforte: les articulations et les nuan- leurs. Le deuxième mouvement, Andante soste- puisse entendre de ce point de vue. L’obscurité,
ces ayant été écrites pour cette mécanique, la musi- nuto, est traité tel un choral qui avance doucement ensuite. Javier Perianes ne se départit jamais d’une
que prend vie avec beaucoup de naturel. et imperturbablement: ce refus de tout épanche- grande élégance de jeu, de dynamiques splendides,
C’est encore plus vrai pour la musique à quatre ment peut convaincre. mais avec un art toujours prévisible. Il devance
mains conçue par deux des plus brillants piano- La Sonate D.784 poursuit sur la même voie. notre plaisir et on aurait tort de résister à un piano
fortistes d’aujourd’hui, non plus comme succédané Les risques pris sont assumés. La lecture est rigou- aussi beau et équilibré. Du grand art.
domestique de musique symphonique, mais bien reuse, et le son, velouté. Les oreilles sensibles pour- S. F.
comme musique de chambre à part entière. Tout ront être quelquefois gênées par l’utilisation géné-
en clarté et en équilibre, leur Fantaisie se distingue reuse de la pédale forte. Elle est souvent changée MICHAEL ENDRES
par sa grande sobriété, refusant la romantisation, à la mesure et les harmonies s’en trouvent noyées. Impromptus D.899 et D.935.
privilégiant une ligne claire et un étagement des Malgré cela, Denis Pascal fait preuve d’un legato Allegretto D.915. Mélodie hongroise
plans sonores. L’intimité musicale, qui se dégage parfait. En revanche, il considère à nouveau la D.817. Andante D.604.
de cette interprétation, n’est en rien synonyme réexposition comme une simple redite. Cela dit, Kupelwieser-Walzer
de tiédeur. Au contraire, un caractère fort émane il séduit par ses phrasés naturels, sans emphase, Oehms Classics. OC 458.2014.1 h 20’
du jeu des deux musiciens, mais sans agressivité et son toucher aux fines gradations. Une intégrale des sonates de Schubert, parue
ni lourdeur, portant attention à la variété des cou- Aurélie Moreau en 2005 chez Capriccio, avait attiré l’attention
leurs et aux contrastes expressifs. En ce sens, sur le pianiste allemand Michael Endres, déjà
ils profitent pleinement des dispositifs sonores JAVIER PERIANES couronné au Concours Géza Anda de Zurich et
présents sur le pianoforte – la céleste (bande de Sonates pour piano D.960 et D.664 connu comme l’un des accompagnateurs du bary-
feutre entre le marteau et la corde), le basson Harmonia Mundi HMM902282. 2016. 1 h 02’ ton Hermann Prey. Son dernier enregistrement
(papier vibrant sur les cordes graves), le « janis- On entre à pas feutrés dans cet univers, celui de la réunit des pages essentielles du même composi-
saire » (clochettes, cymbales et tambour) – qui, confession douloureuse. Les sonates sont si dis- teur avec quelques pièces de moindre enver-
ajoutés aux quelques ornementations improvisées, semblables et si progressives que l’on se demande gure, mais dont il sait à merveille rendre avec
rapprochent les œuvres jouées de ce qu’elles sont pourquoi le disque les présente en sens inverse élégance et style toute l’émotion contenue.
réellement : des musiques de divertissement. Là de la logique. Assurément, la dernière est la plus Il ne faut pas attendre de cet artiste une affirmation
est la magnifique réussite d’Andreas Staier et attirante. Mais commençons par celle en la majeur. de l’ego ou une caractérisation trop personnelle.
Alexander Melnikov. A. M. Javier Perianes la nimbe de couleurs presque En revanche, s’affirme un art noble fait de fluidité
brahmsiennes, qui se répandent dans une bal(l)ade et de naturel où tout paraît couler de source,
DENIS PASCAL imaginaire, le rêve éveillé d’un Wanderer. Il y a comme en attestent les Impromptus D.899 et D.935.
Sonates D.784 et D.960 une dimension mystique qui estompe en partie Aucun emportement, aucun pathos dans cette
La Musica LDV 30. 2017. 1 h 05’ les effluves pastoraux qui nous reviennent pro- interprétation souple, poétique, qui sait donner
Tout chez Denis Pascal respire le respect du texte gressivement. Le lien avec la Sonate en si bémol du temps au temps, musarder, respecter les silen-
de Schubert. Les nuances sont justes et l’articula- majeur est déjà posé. La tendresse exprimée est ces, agencer les transitions et raconter une histoire
tion est respectée à la note. Sur cette base solide, juste, et pourtant moins innocente qu’il n’y paraît. (Allegretto D.915, Andante D.604), sans jamais
le pianiste brode un discours fluide et libre. Est-ce l’influence de Beethoven ? Le pianiste espa- élever le ton et surtout agresser le clavier. L’esprit
Chaque note a une vie intrinsèque, comme un petit gnol la modère en refusant toute sécheresse, ima- viennois transparaît au détour de la Kupelwieser-
moment de gloire qui lui appartiendrait à elle ginant qu’il accompagne une voix féminine, Walzer et la tendresse nostalgique de la Mélodie
seule. Dans le premier mouvement de la Sonate jusque dans l’aria mozartien du finale. Ce détaché hongroise D.817 possède les fragrances rythmiques
D.960, les phrasés chantent naturellement : main est difficile à rendre crédible, car il manie la caresse les plus subtiles. Une excellente introduction à
droite et main gauche se répondent avec éloquence et la gifle. Il est ici impeccable. l’univers schubertien. M. L. N.

72 I PIANISTE n°105 I juillet-août 2017


ZINIO

[ un langage plus linéaire une sensualité bienvenue Bisgaard : Stadier. Stravinsky et Prokofiev, et par Nørgård, révèle, quant
et des recherches rythmiques dans les pages plus ouverte- Barcarole. Walking elles alternent légèreté, bra- à lui, dans sa Barcarole un
dont témoigne la fameuse ment scriabiniennes, sur- Carl Petersson (piano) voure et sérieux, voire lyrisme don mélodique élégant, bai-
Sonate n°5 dont la plénitude classant ainsi nettement Grand Piano GP717. 2014-2015. (Pastorale-Andante), ou vir- gnant dans un tempo fluide,
harmonique et la riche poly- la vision un peu sèche 1 h 06’ tuosité (Finale-Allegro). qui confirme sa nature sen-
phonie évitent l’écueil de de l’excellent Marc-André I Per Nørgård, né en 1932, Le premier mouvement de sible proche de celle de
la surécriture. Hamelin (Hyperion). compositeur des plus féconds la Sonate, qui ne se détache Mendelssohn.
Ces musiques savent conci- Michel Fleury et des plus captivants de pas encore totalement de la Jean-Luc Caron
lier un romantisme expres- notre époque, s’inscrit dans tradition nordique, anticipe
sionniste avec une structure l’histoire danoise après Kuh- les séries infinies qui mar-
rigoureuse et des propor- MUSIQUE lau, Gade, Nielsen et Holm- queront sa manière pen- RÉCITALS
tions régies par une mathé- CONTEMPORAINE boe. Sa musique d’une extrême dant de nombreuses années.
matique implacable. Elles DANOISE variété, portée et magnifiée La Toccata signe une sorte
montrent plus d’affinités par une curiosité infatigable d’adieu aux stigmates baro-
« ORCHESTRAL
avec Berg ou le dernier et une capacité prodigieuse ques du jeune maître. PIANO WORKS »
Frank Bridge, voire même à changer son esthétique, Élève de Nørgård, Finn
certaines partitions avancées domine le second XXe siècle. Lykkebo (1937-1984) com-
de Busoni, qu’avec le dernier Le pianiste suédois Carl pose ses Tableaux pour piano
Scriabine. Leur écumante Petersson interprète magni- en 1969. Il apparaît comme
virtuosité exige des doigts fiquement la Sonate pour un lyrique assumé, n’ayant
d’acier, leurs recherches piano et la Toccata (1949), pas encore coupé le cordon
sonores réclament un large jamais enregistrées, comme du passé nordique, lui qui
éventail de timbres et leur les autres pièces qui figurent tâtera du sérialisme, sans alté-
logique draconienne demande sur ce CD. Sans doute les rer le plaisir de l’écoute, sen-
un sens aigu de la construc- Nørgård : Sonate a-t-il montrées à son maître sible et moderne à la fois.
tion : toutes ses qualités sont pour piano. Toccata. Sonate Holmboe. Ces œuvres s’ins- Lars Aksel Bisgaard, né en Borodine : Danses
en la possession d’Olga Lykkebo : Tableaux crivent dans la mouvance 1947, encouragé par Lykkebo polovtsiennes du Prince
Andryushchenko qui y ajoute pour piano néoclassique, tout en évoquant puis formé en composition Igor (tr. Yves Henry) [

Dévoile un nouvel univers musical

O P U S 1 02

Un piano de concert de 3 mètres


cordes parallèles
clavier à 102 touches

Les modèles 190, 220 et droit seront disponibles prochainement


Conçus et fabriqués en France Stephen Paulello - Opus 102
ZINIO

CHRONIQUES DISQUES, DVD


RÉALISÉ EN PARTENARIAT AVEC LE MAGAZINE

[ Debussy : Prélude pour quatre mains ou piano un besoin physique de faire John Homer Grunn,
à l’après-midi d’un faune seul. Yves Henry en propose renaître le son, de se confron- George Alfred « À LA RUSSE »
(tr. Leonard Borwick). sa propre réalisation, fort ter à la matière vivante. Et Grant-Schaefer,
Dukas : L’Apprenti Sorcier différente de l’original. En quand on dispose des moyens Henry Franklin Gilbert,
(tr. Yves Henry). effet, celle-ci utilise bien techniques nécessaires… Charles Sandford Skilton
Ravel : Pavane pour davantage les arpèges, enri- Le disque restitue ce senti- et Preston Ware Orem
une infante défunte. chit les voix médianes, ment d’urgence éprouvé au Jean Dubé (piano)
Stravinsky : Trois délaisse nombre d’accords à concert, une urgence qui Syrius SYR141480. 2016.
Mouvements de Petrouchka la main droite, pour mieux bouscule quelques visages 1 h 16’
(version de 1921). suggérer les « vagues » des des Kreisleriana et compose I La musique américaine
Ravel : La Valse pupitres des cordes. C’est avec le temps, l’étirant par- ne naquit pas sous les doigts
(tr. Yves Henry) un sacré défi technique, fois parce que l’on a trop uniquement d’Edward Mac-
Yves Henry (piano) très ravélien ou, plus préci- de choses à lui confier. C’est Dowell, de Scott Joplin, de Rachmaninov :
Soupir Éditions S234. 2015, 2016. sément, « scarbiesque ». dans l’instant du concert Charles Ives ou de George Sonate n°1 opus 28.
1 h 08’ Petrouchka est tout aussi bien – et c’est pour cette raison Gershwin. La maturation Tchaïkovski : Morceaux
I Dans son très instructif restitué avec ses couleurs fol- que tant d’artistes refusent fut lente tout au long de la opus 18 n°5 et n°17.
livret, Yves Henry évoque klorisantes, ses atmosphères toute valeur au jugement d’un seconde moitié du XIXe siè- Scherzo à la russe
le travail du transcripteur percussives et même une « live » – que s’exposent à nu cle. « L’architecture » de opus 1 n°1.
qui s’apparente davantage à certaine épaisseur qui oblige raison et sentiments dans un ces pièces est directement Stravinsky : L’Oiseau
celui d’un second orches- à ralentir le tempo et à goû- combat illusoire qui s’écono- issue du piano romantique, de feu (tr. Guido Agosti).
trateur, « illusionniste » avant ter autre chose que la per- mise la quête de la perfection. de Chopin en premier Balakirev : Islamey
tout, dont le plus grand formance sportive. C’est Faut-il d’ailleurs espérer un lieu, mais elle se colore pro- Alexandre Kantorow (piano)
maître demeure Liszt. Le bien vu ! quelconque salut venant de gressivement des cantiques Bis-2150. 2016. 1 h 16’
pianiste nous offre un dis- S. F. celle-ci quand on joue Schu- religieux des pionniers, I Le précédent album qu’avait
que particulièrement réussi. mann, ce « fou » qui traque des traditions des cow-boys enregistré Alexandre Kan-
Dans le cas de Borodine, VÉRONIQUE désirs et nostalgies, cherche (cela donnera Copland), torow, dédié à des concertos
il n’a pas, de notre point moins le beau que le vrai ? mais également de celles de Liszt, nous avait séduits.
de vue, cherché à russifier BONNECAZE Avec les pièces de Chopin, des peuples indiens et des Puis, après avoir écouté
la transcription. Son piano c’est l’élégance qui reprend esclaves noirs. le pianiste en récital, il nous
paraît plus proche de l’écri- le dessus, une forme de Les compositeurs réunis par a convaincus qu’il était l’un
ture ravélienne (on songe à dignité après la confession Jean Dubé jouent de tous des plus remarquables artistes
Daphnis et Chloé au piano), libre, mais contrainte par les tableaux, y compris de sa génération. Ce nouveau
avec un fourmillement de l’art du bel canto volubile des origines de l’ethnomu- disque en est une preuve sup-
couleurs et de timbres, par- (Fantaisie), par l’éloquence sicologie, pour styliser les plémentaire. La Première
fois même jusqu’à la sur- narrative (Ballade) et la pas- thèmes indiens (Dvorák ne Sonate de Rachmaninov ouvre
charge. Cette gourmandise sion domptée (Scherzo). s’y prend pas autrement le programme. Cette œuvre
reflète peut-être le regard L’interprète veut échapper dans sa Symphonie du « Nou- aux proportions gigantesques
d’un interprète pétri de à sa propre émotion, à ses veau Monde »). Jean Dubé et d’une complexité – pour ne
culture française, émerveillé, Liszt : Widmung S.566. doutes infimes. Doit-on souligne judicieusement, pas dire d’un « désordre » –
tout comme le furent Ravel Schumann : Kreisleriana croire ceux qui disent que sans heureusement s’ape- d’écriture réelle nécessite
et Debussy découvrant les opus 16. l’on joue comme on est ? santir, telle ou telle mélodie une conception impeccable.
Ballets russes. La version Chopin : Fantaisie opus 49. Peine perdue. C’est préci- iroquoise ou cheyenne trem- Elle fait appel à une endu-
du Prélude à l’après-midi d’un Ballade n°3 opus 47. sément tout ce qui fait le prix pée d’harmonies… irlan- rance prodigieuse, car les dyna-
faune de Leonard Borwick Mazurka opus 17 n°4. d’un récital aussi sincère et daises ! Les sentiers de la miques sont extrêmes et la
est épurée et se concentre Scherzo n°2 opus 31 enivrant. S. F. guerre, les épisodes de polyphonie est surchargée.
sur la densité harmonique Véronique Bonnecaze (piano) chasse et ses rythmes syn- Tout a été conçu par le com-
de l’écriture. C’est alors Triton TRI1331208. 2016. 1 h 15’ copés, les descriptions de positeur pour que l’interprète
le seul velouté du toucher I Le 10 novembre dernier,
« … SUR DES AIRS la nature brillent, non avec se perde dans un dédale de
qui importe (celui des livres nous assistions au récital AMÉRINDIENS… » rudesse, mais sous le regard motifs enchevêtrés les uns
des Préludes et des Images). de Véronique Bonnecaze à amusé d’Américains cita- dans les autres. La forme
Magnifique ! la salle Cortot. Un unique dins, prêts à oublier de san- sonate a rarement été plus
L’humour et le sarcasme récital, une seule prise ont glantes conquêtes, pour malmenée dans l’histoire du
irriguent un Apprenti Sorcier suffi pour réaliser ce CD, là recréer un espace de fol- piano postromantique.
profondément narratif, plus où nombre d’interprètes cal- klores et d’exotismes de Alexandre Kantorow ordonne
littéraire que follement lisz- culent de longues séances de salon. Le pianiste joue avec impeccablement l’empile-
tien, contrairement à la ver- montage en studio. L’artiste beaucoup de saveur, et de ment des thèmes et des atmos-
sion cinglante réalisée par s’en explique brièvement et tempérament aussi, cette phères, le jaillissement des
Victor Staub, dont Yuja pudiquement dans le livret. vingtaine de morceaux, idées musicales, afin que la
Wang s’est faite la cham- Le piano ressource l’âme et miniatures ou bis parfaits tension narrative ne faiblisse
pionne. De La Valse de rend hommage aux êtres Œuvres de Charles pour dérouter les mélo- jamais. Il a totalement assi-
Ravel, on joue surtout la disparus mieux que ne le Wakefield Cadman, manes avides de raretés. milé le fait que Rachmaninov
transcription pour deux feraient des mots froids et Harvey Worthington Une belle découverte. a structuré sa partition en
pianos, plus rarement celles des regards embués. C’est Loomis, Amy Beach, S. F. pensant au Faust de Goethe.

74 I PIANISTE n°105 I juillet-août 2017


ZINIO

L’interprète maîtrise tout


autant la dimension psycho- LUKAS
logique des thèmes, joue
quand cela est nécessaire
KRUPINSKI
quasi improvisato dans un
esprit lisztien et rhapsodique
qui convient à merveille,
s’appropriant les passages
hérissés de brisures, d’éclats
et de traits en tous sens. Ils sont
autant d’écueils sonores qui
éloignent toujours plus loin
notre oreille du thème pre-
mier. Le finale est sidérant, www.centre-chopin.com
à la fois de force et de musi- Haydn : Sonate Hob.XVI:46.
calité. Rachmaninov utilisa Chopin : Barcarolle
dans nombre d’œuvres ulté- opus 60. Valse opus 18.
rieures, comme les Études- Polonaise-Fantaisie
Tableaux, des idées exposées opus 61. Nocturne
dans la Sonate. La gravure en sol dièse mineur
d’Alexandre Kantorow se opus posthume. LE PLUS GRAND CHOIX DE
situe largement au niveau Scriabine : Sonate
technique de celles d’Ash- pour piano n°2 opus 19 PIANOS ACOUSTIQUES &
kenazy, Shelley, Lugansky, Lukas Krupinski (piano)
Mustonen et Weissenberg. Dux 1375. 2016. 58’ NUMÉRIQUES EN
Les trois pièces de Tchaï- I Nous avons été séduits par
kovski sont tout aussi pas- le jeu de ce jeune pianiste
polonais de 25 ans et lauréat
EXPOSITION PERMANENTE
sionnantes, bien agencées et
complémentaires les unes
aux autres. Le pianiste se
de nombreux prix. Son pro-
gramme est bien conçu, car
ET EN ESSAI LIBRE.
joue d’une écriture que l’on il met en valeur sa musicalité.
sent parfois malhabile au Dans la Sonate en la bémol
clavier, mais qui produit un majeur de Haydn, déjà pré-
effet certain. Nous enten- schubertienne, il domine
dons ainsi la lecture la plus sans conteste la complexité
explosive et inventive qui de la respiration, notamment
soit du Scherzo. de l’Adagio. Il évite tous les
Dans l’interprétation de pièges de cette page si dense
L’Oiseau de feu, Alexandre qui s’achève dans l’esprit
Kantorow fait jaillir les cou- d’une cadence improvisée.
leurs et les expressions de On est tout autant intéressé
cette féerie qui redonne tout par la tranquillité heureuse
ce qu’elle doit à Rimski- de la Barcarolle. Lukas Kru-
Korsakov. En effet, la par- pinski prend le temps de
tition associe dans un même creuser les phrases, de faire
geste musical le style folklo- chanter le piano, de mettre
rique diatonique, les gammes en relief la polyphonie, sans
exotiques et le chromatisme jamais perdre la dimension
de l’auteur de Shéhérazade. narrative de la partition. Ici
Mais il y a aussi, sous les et là, quelques dynamiques
doigts du pianiste, la resti- un peu excessives révèlent
tution d’une chorégraphie un tempérament qui devra
imaginaire, de sa pulsation se contenir. Le pianiste pos-
à la fois raffinée et barbare sède un vrai sens du lyrisme.
qui transmet la vibration de La Valse opus 18 est un peu
la danse. Pour rester dans « carrée », alors que la
l’univers orientalisant, Isla- Polonaise-Fantaisie, impé-
mey explose à nos oreilles rieuse, joue de contrastes
avec une richesse de cou- bien personnels avec divers PARIS 20ème BOULOGNE
leurs sidérante. On songe ici modes d’attaques assumés,
aux témoignages de Cziffra, au risque de perdre l’unité Tél: +33 (1) 43 58 05 45 Tél: +33 (1) 46 10 44 77
Gilels et Pletnev. Quel de la pièce. On comprend
disque ! S. F. alors progressivement que [
ZINIO

CHRONIQUES DISQUES, DVD


RÉALISÉ EN PARTENARIAT AVEC LE MAGAZINE

[ce piano domestiqué avec de l’évidence. En effet, peu jusqu’alors demeurés dans les une petite heure, la grâce
tant d’habileté chez Haydn d’interprètes savent ainsi archives d’Europe 1, témoi- gouverne. Comment cela
souffre parfois d’espace dans faire chanter leur piano dans gnent à chaque instant de peut-il se faire ?
Chopin. La Sonate n°2 de L’Offrande musicale. La pro- la rigueur joyeuse, du swing C’est que le trio que Bill
Scriabine correspond davan- jection du son, la variété roboratif des trois musiciens, Evans forme avec le bassiste
tage à l’impétuosité de Lukas inouïe des attaques, le sen- de l’inventivité paraissant Eddie Gomez et le batteur
Krupinski. Il « l’orchestre », timent de liberté, la sûreté inépuisable du jeu d’Oscar Eliot Zigmund témoigne
la gorge de couleurs, la du toucher sidèrent. Suit Peterson, de l’incomparable d’une remarquable cohésion
« dérussifie » presque dans l’une des grandes versions assise de la contrebasse de esthétique. Le pianiste, qui
le finale qui gagne un carac- de la Suite française n°4, Ray Brown et du goût impec- intègre les acquis harmoniques
tère passionné et chaleureux. inventive et personnelle à Trio 1957-1962 cable d’Ed Thigpen ; et, au- issus de Ravel et Debussy au
C’est habile. Un musicien chaque phrase. 3 CD Frémeaux FA 5674. 3 h 38’ delà, d’un véritable âge d’or langage pianistique be-bop,
à suivre. S. F. Les Études symphoniques I Outre deux extraits de dont la résurrection constitue ne cesse de parler aux étoiles,
de Schumann sont d’abord concerts à l’Olympia en 1957 une inestimable offrande. de broder le silence avec une
assurées techniquement et et 1958 avec son trio com- Jean-Pierre Jackson subtilité harmonique dont
« RÉCITAL DE quelques passages un peu prenant Herb Ellis à la gui- il a la pudeur de souvent
L’ODÉON D’HÉRODE durs parfois ne font pas tare et Ray Brown à la contre- BILL dissimuler la complexité der-
oublier un sens admirable basse, ce coffret généreux rière un toucher incompara-
ATTICUS EN 1989 » de la construction de l’œu- offre les concerts inédits, tou- EVANS ble, d’une vibrante clarté
vre. Les deux Miroirs de jours à l’Olympia, du trio où d’énonciation et d’un swing
Ravel émeuvent par leur Ed Thigpen à la batterie indéfectible.
limpidité. Chaque note remplace Herb Ellis en 1960, J.-P. J.
chante dans l’aveuglante 1961 et 1962. La virtuosité
beauté d’Une barque sur affolante d’Oscar Peterson,
l’océan. Dans le prolonge- la maestria imparable de
REIS-DEMUTH-
ment de cette émotion, les ses nuances dynamiques, WILTGEN
Prélude et Nocturne pour la la séduction de ses appogia-
main gauche de Scriabine tures et de son phrasé à la
fascinent par la conduite de puissance expressive inégalée
Bach : Ricercar la phrase, la maîtrise de la sont une première raison de On a Monday Evening
a 3 de L’Offrande dynamique. Le Poème tragique se précipiter. Mais le swing Fantasy FAN 00095. 45’
musicale. Suite française est, quant à lui, littéralement impérieux, la cohésion sans I On pensait tout connaître
n°4. Schumann : Études orchestré au piano ! faille de ses accompagna- de la discographie, par ail-
symphoniques opus 13. Les trois bis proposés sont teurs y ajoutent encore, si cela leurs imposante, de Bill
Ravel : Oiseaux tristes. des moments de grâce. Dans était nécessaire, une raison Evans, en particulier de sa
Une barque sur l’océan, le monastère de Borodine, supplémentaire. période avec le label Fantasy
extraits des Miroirs. Nikolaieva joue des réso- Rarement le piano aura à ce au milieu des années 1970. Places in Beetween
Scriabine : Prélude nances et crée un décor ima- point rivalisé avec l’orchestre, Et voilà qu’un concert très Challenge Records DMCHR 71174.
et Nocturne opus 9. ginaire en musique. La jus- rarement un simple trio aura bien enregistré et resté jus- 1 h 04’
Poème tragique opus 34. tesse du toucher dans le donné l’exemple incompa- qu’alors inédit nous le donne I Ce trio de jeunes Luxem-
Borodine : Dans le Ballet des poussins dans leur rable d’une telle plénitude de à entendre avec son trio bourgeois s’est constitué il y
monastère, extrait coque nous fait regretter de son, de variété de timbres, comprenant Eddie Gomez a près de vingt ans et se pro-
de la Petite Suite. ne pas avoir entendu tout d’une respiration autant par- à la contrebasse et Eliot Zig- duit régulièrement depuis
Moussorgski : Ballet des le cycle. On admire la sou- tagée et communiquée. Bal- mund à la batterie, capté à 2002. Sa singularité réside
poussins dans leur coque, plesse de la technique, la capa- lades, tempos vifs et médium l’université du Wisconsin en dans un alliage singulier
extrait des Tableaux cité de l’interprète à entrer s’enchaînent avec la même novembre 1976. La délica- entre une écriture très éla-
d’une exposition. dans chaque univers musical ivresse, la même joie diony- tesse de son jeu, sa richesse borée, mettant en œuvre une
Prokofiev : Prélude, extrait dès la première note. Qui siaque qui par moments frise harmonique, l’éclatante sub- musique de caractère plutôt
des 10 Pièces opus 12 pourrait se douter en écou- la fureur de jouer et, donc, tilité de son toucher sur le européen, due largement
Tatiana Nikolaieva (piano) tant la dernière pièce, le Pré- de vivre. Les improvisations clavier sont un éblouisse- au pianiste Michel Reis, et
First Hand Records FHR46. 1989. lude de Prokofiev joué avec ne se cherchent pas, elles ment. Devant un public une rythmique binaire d’ins-
1 h 18’ une telle saveur, que le concert trouvent instantanément, d’étudiants qui en ces années- piration plutôt américaine.
I Édité pour la première fois s’est ouvert avec L’Offrande comme par miracle (mais que là étaient majoritairement Le résultat est parfois bril-
en CD, ce récital fut remar- musicale de Bach ? Un réci- de travail dans l’ombre), leur attirés par le rock, c’est lant, souvent intrigant, origi-
quablement bien capté à tal à marquer d’une pierre déroulement le plus naturel, un poète qui les charme, c’est nal, loin des sentiers rebattus.
Athènes. Ce kaléidoscope blanche. S. F. nourri de modulations et de une musique des hautes sphè- L’opposition que l’on aurait
d’œuvres rend hommage à brisures rythmiques incan- res qui résonne et emporte pu croire irréductible s’avère
Tatiana Nikolaieva (1924- descentes. C’est là une des l’adhésion. Au miracle de ici inexistante par la grâce
1993), à la richesse de son JAZZ perfections possibles du trio la musique en elle-même qui d’une esthétique partagée
répertoire, allant de Bach à de jazz. Ces fabuleux concerts, tutoie ici les anges s’ajoute qui finit par amener la ques-
la création contemporaine. organisés par Frank Ténot celui de son pouvoir sur tion inverse : comment se
Les Bach qui ouvrent son OSCAR et Daniel Filipacchi en des consciences agitées par fait-il que nul ne l’ait envi-
programme sont de l’ordre PETERSON accord avec Norman Granz, le fracas du monde. Pour sagée avant ? J.-P. J.

76 I PIANISTE n°105 I juillet-août 2017


ZINIO

Stages de piano jazz avec Antoine Hervé


• 3 au 7 juillet - AIX-EN-PROVENCE - Luynes (13)
• 17 au 21 juillet à Lunéville (près de Nancy)
• Méthode de travail
• Vocabulaire impro
• Forme des chorus
• Technique
• Arrangement
• Harmonisation
• Accompagnement
• Rythme
• Tempo
• Indépendance

www.antoineherve.com

CONCERTS • ENREGISTREMENTS • RÉPÉTITIONS • ÉVÈNEMENTIELS

94 Bvd. AUGUSTE BLANQUI 75013 PARIS


+33 (0)1 43 37 36 35 WWW.SALLECOLONNE.FR
ZINIO

PETITES ANNONCES

PIANO : Vends piano Seiler 116 Kitzingen Germany tradition PIANO : À vendre piano Steinway & Sons 1996 - New-York
noir brillant en RDC - Prix : 4 700 Euros - Vincennes, 94300 Modèle D (2,74m) - N° de série 533070, noir satiné - Excellent état,
- Tél. 06 78 13 04 31 expertisé le 02/05/17 - Prix = 58 000 Euros - Tél. 06 76 71 53 14

STAGES-COURS
de piano pour POUR PASSER
adultes tous niveaux
Région lyonnaise UN MODULE SUR

Contactez :
Hind Benbirahim
par téléphone au 01 75 55 42 77
ou par e-mail :
hbenbirahim@alticemediapub.fr
Prochain Pianiste :
Natalia Sibileva daté septembre/octobre 2017
diplomée et premier prix
du Conservatoire Supérieur
de Saint Petersbourg
§ Parution le 25 août
Cours individuels § Réservation avant le 13 juillet
Pension complète
Toute l’année § Remise technique avant
Tél.: 06 08 61 62 96
www.sibileva-piano.com Courriel:guz.verlegh@gmail.com
le 20 juillet

Les tarifs
3 lignes..................................................................................40 € TTC Forfait 2 parutions :...............................................................70 € TTC
Ligne supplémentaire :..........................................................10 € TTC Lignage : une ligne correspond à 42 signes et espaces.

VOUS SOUHAITEZ PASSER UNE ANNONCE


MERCI DE NOUS RETOURNER CE COUPON AINSI QUE VOTRE RÈGLEMENT À L’ADRESSE SUIVANTE :
PIANISTE-PA, 23-29, rue de Châteaudun, 75308 Paris Cedex 09, ou par courriel : pa@pianiste.fr (en précisant votre région).

Votre annonce I PIANOS I CLAVECINS I ORGUES I COURS I HI-FI I DISQUES I CONTACTS I PARTITIONS I DIVERS

NOM : .................................................................................................................. PRÉNOM : .................................................................................................


ADRESSE : ........................................................................................................... CODE POSTAL : .......................................................................................
VILLE : ................................................................TÉL. : ....................................... E-MAIL : .....................................................................................................
MOIS DE PARUTION SOUHAITÉ(S) : ................................................................. CI-JOINT UN CHÈQUE DE : .....................................................................
Les annonces à la ligne doivent être accompagnées du règlement correspondant libellé à l’ordre de Groupe Altice Media.
Retrouvez les DVD et les anciens numéros de PIANISTE
7€
le DVD
La leçon de piano en DVD
Ce DVD vous explique et vous montre en 45 minutes de leçon
privée comment travailler toutes les partitions du magazine.
Toutes les clés, en images, pour surmonter les difficultés
techniques, et progresser pas à pas dans votre apprentissage
du piano (position des mains et doigtés, travail sur la pédale,
nuances de jeu et détails d’interprétation).
DVD N°79 DVD N°80 DVD N°81 DVD N°82 DVD N°83 DVD N°84
(Pianiste n°79) (Pianiste n°80) (Pianiste n°81) (Pianiste n°82) (Pianiste n°83) (Pianiste n°84)
Réf.: DPIO79Z1 Réf.: DPIO80Z1 Réf.: DPIO81Z1 Réf.: DPIO82Z1 Réf.: DPIO83Z1 Réf.: DPIO84Z1

DVD N°85 DVD N°86 DVD N°87 DVD N°88 DVD N°89 DVD N°90 DVD N°91 DVD N°92 DVD N°93 DVD N°94
(Pianiste n°85) (Pianiste n°86) (Pianiste n°87) (Pianiste n°88 (Pianiste n°89) (Pianiste n°90) (Pianiste n°91) (Pianiste n°92) (Pianiste n°93) (Pianiste n°94)
Réf.: DPIO85Z1 Réf.: DPIO86Z1 Réf.: DPIO87Z1 Réf.: DPIO88Z1 Réf.: DPIO89Z1 Réf.: DPIO87Z1 Réf.: DPIO87Z1 Réf.: DPIO92Z1 Réf.: DPIO93Z1 Réf.: DPIO94Z1

DVD N°95 DVD N°96 DVD N°97 DVD N°98 DVD N°99 DVD N°100 DVD N°101 DVD N°102 DVD N°103 DVD N°104
(Pianiste n°95) (Pianiste n°96) (Pianiste n°97) (Pianiste n°98 (Pianiste n°99) (Pianiste n°100) (Pianiste n°101) (Pianiste n°102) (Pianiste n°103) (Pianiste n°104)
Réf.:DPIO95Z1 Réf.:DPIO96Z1 Réf.: DPIO97Z1 Réf.: DPIO98Z1 Réf.: DPIO99Z1 Réf.: DPIO100Z1 Réf.: DPIO101Z1 Réf.: DPIO102Z1 Réf.: DPIO103Z1 Réf.: DPIO104Z1

POUR COMMANDER
Renvoyez votre bon de commande avec votre règlement au 01 55 56 71 45
à : L’Express Boutique - 4 rue de Mouchy 60438 Noailles cedex (Paiement par CB uniquement) www.pianiste.fr/boutique

à renvoyer sous enveloppe affranchie à l’adresse suivante :


BON DE COMMANDE L’Express Boutique - 4 rue des Mouchy -60438 Noailles Cedex SHL/PCIPI105
LIBELLÉ RÉFÉRENCE PRIX UNITAIRE QUANTITÉ PRIX TOTAL

Exemple : DVD N°92 (Pianiste n° n°92) réf. : DPI092Z1 7,00 €


7,00 €
7,00 €
7,00 €

Exemple : Pianiste n°92 réf. : PI092Z1 8,90 €


8,90 €
8,90 €
8,90 €
8,90 €
Total de ma commande
Participation aux frais d’envoi 3,50 €
TOTAL À RÉGLER

Nom ............................................................................................................................................ Je joins mon règlement par :


Prénom ....................................................................................................................................... ❒ Chèque bancaire ou postal à l’ordre de Groupe L’Express
Adresse complète ......................................................................................................................
❒ Carte bancaire
.....................................................................................................................................................
N° qqqf qqqf qqqf qqqf
Code postal qqqqf Ville.........................................................................................
AG21435

Pays............................................ Tél........................................................................................... Expire le qqqf Clé* qqf Signature obligatoire


* Les 3 derniers chiffres
e-mail qqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqf figurant au dos de votre
carte bancaire (pour
J’accepte de recevoir les informations de la Boutique Pianiste ❒ OUI ❒ NON et de ses partenaires ❒ OUI ❒ NON sécuriser le paiement)

GROUPE L’EXPRESS, SOCIÉTÉ ANONYME AU CAPITAL DE 47 150 040 Ð - 29 RUE DE CHÂTEAUDUN – 75308 PARIS CEDEX 09 – RCS 552 018 681 PARIS
COMMANDEZ ET FAITES LE PLEIN DE PARTITIONS !
Liste des partitions classiques déjà parues Classées par compositeur et par niveau (D : débutant, M : Moyen, S : Supérieur, E : Excellence )

M Bagatelle op.119 n°9 50 D Innocence opus 100 96 M Sonatine en sol majeur (Rondo) 96 S Suite pour clavier n°6 (gigue) 20
M Bagatelle op.126 n°5
NUMÉRO DE PIANISTE D Chanson populaire russe
25
77
À COMMANDER D Contredanse WoO 14 n°2 45 D Sarabrande, extrait de la Suite D Sonatine 34 M Adagio de la sonate n°48 en ut majeur
Hob.XVI.35 27
D Danses villageoises 38 en mi mineur 102
S Allegro con brio de la Sonate n°48 Hob.
D Écossaise 28 DM Allegro 74 XVI.35 86
D Écossaise militaire WoO 23 45
M España op.165 “Capricho catalan” 37 S Pièce pittoresque n°4 “Sous bois” 23 D Ariette 27
D Ländler WoO 11 n°2 48
M España op.165, “Prélude” 79 S Concerto Hob. XXXI: c:17b 46
M Prière op.48 n°1 35 S Humoresque op.101 n°7 82
M España op.165 n°2, “Prélude” 50 D Danse allemande 26
MS Sonate n°1 en fa mineur op.2 (1 Mvt) 90 S Ballade n° 3 op. 47 60 S Quintette op.81 «Dumka» 19
M España op.165 n°2 “Tango en ré majeur” 35 D Danse allemande Hob. IX: 22/2 67
MS Sonate n°1 en fa mineur op.2 (2 Mvt) 90 S Barcarolle en fa dièse majeur op. 60 77
S Granada, extrait de la Suite espagnole M Divertimento Hob XVI 9 22
S Sonate n°1 en fa mineur op.2 (4 Mvt) 90 E Étude op.12 (Révolutionnaire) 95
op.47 74 S Sonate n°5 op.10 n°1 (1 Mvt) 80 E 6 nocturne en ré bémol majeur opus 63 97 M Divertimento Hob XVI 11 37
S Étude en fa mineur op.25 n°2 84
S Iberia “el puerto” 40 Nocturne n°4 en si bémol majeur op.36 87 DM Finale, extr. de la Sonate Hob.XVI : 8 71
S Sonate n°5 op.10 n°1, 2 mvt S Etude op.10 n°5 en sol bémol 69 S
M Pequeñosvalses n°2 op.25 45 adagio molto 84 M Pièce brève opus 84 n°5 “Improvisation” 78 D Menuet Hob.IX:8 n° 8 58
S Fantaisie Impromptu op.66 (Version Fontana) 66
S Rumorez de la Caleta, Malaguena 87 S Sonate op.6 (rondo) 18 M Menuet Hob.IX :11 n° 12 58
S Grande Valse brillante opus 42 en la bémol
MS Tango op.165 n°2 (Espana) 89 Sonate op.10 n°3 (2 Mvt) 50 S Sonate en Mi majeur Hob. XVI :52
M majeur 102
Sonate op.13 n° 8 «Pathétique» 45 S Nocturne n°2 17 (1 mvt) 58
S S Impromptu n°1 en la bémol majeur op.29 89
Sonate op.49 n°2 (1 Mvt) 50 S Nocturne n°5 19 S Sonate en mi mineur n°53, Hob. XVI :34 104
M Barcarolle op.65 n°6 (3 Recueil M M Mazurka op. 6 n° 1 60
Sonate op.49 n°2 (1 Mvt) 70 M Sonatine en sol majeur (allegro) 15
de chants) 45 M M Mazurka op. 7 n° 2 60
Sonate op.81a «Les adieux»(1 Mvt) 50 M Sonatine Hob XIV:4 9
S M Mazurka op.7 n°5 39 D Les plaintes d’une poupée 67
Sonate en ut mineur opus 13 : M Variations en fa Hob. XVII:6 (extrait) 48
S MS Mazurka en mi mineur opus 17 n°2 100 S Prélude (Prélude, Choral et Fugue) 79
D Petit Livre d’Anna Magdalena Bach : Marche 79 I. Grave, allegro di molto e con brio 103 M Mazurka op.67 n°2 67 M Premières compositions n°3 34
S Sonate en ut mineur opus 13 : MS Mazurka op.67 n°4 en la mineur 93
II. Adagio cantabile 103 M Sonate pour piano et violon en M Avalanche op.45 n°2 81
S Mazurka op.63 n°3 en ut dièse mineur 93 la majeur (3 Mvt) 37 DM Chants d’automne 69
M Valse romantique 100 S Sonate en ut mineur opus 13 : E Nocturne op.9 n°3 75
III. Rondo, Allegro 103 DM Etude, allegro en sol mineur 100
MS Nocturne op.15 n°1 21
D Sonatine n° 1 anh. 5 (romance) 25 Chère petite sœur op.32 n°14 80
Wiegenlied 29 M Nocturne opus posthume KK IVa n°16 25 D
M M Sonatine en fa majeur 21 Douce consolation op.47 n°11 80
M Nocturne op.55 n° 1 60 D D Mélodie op.77 n°5 82
M Sonatine en fa majeur Anh.5 – Allegro 85
S Nocturne en fa majeur opus 15 n°1 99 D Le soir 82
M Sonatine en fa majeur Anh.5 – Rondo 85
M Dance Sonatina 28 DM Petite Polonaise en sol mineur 87
M Sonatine en sol op.posthume 17 M Allegro 73
D Sonatine en sol majeur 94 D Variations sur un air Suisse WoO 6 36 D Prélude op. 28 n° 4 60
S Prélude op. 28 n° 6 79 S Oraison d’aurore, pièce n°1
M Variations sur un air Suisse WoO 64 39 du recueil Au pays bleu 100
S Prélude op.28 n°17 36 MS Prélude n°2 en ut dièse mineur 102
DM Allegro 85 S Rondo de la Sonate op. 49 n°1 71
S Prélude op.45 en ut dièse mineur 46
S Rondo pour un sou perdu op. 129
(2 partie) 59 E Première ballade op.23 91 D Exubérance en sol majeur 37
M Valse op.34 n°2 42 DM Mazurka 69
M Andante 77
M Valse op. Posth. 69 n° 2 60 D Polka 72
D Aria BWV 509 34
D Allegro en sol majeur 100 S Valse en ré bémol op.64 n°1 81 D Polka russe 19 M Allegro op.52 38
S Concerto BWV 1057 (2 Mvt) 30
M Valse sans opus KK IVb n°11 19 M Valse de l’adieu 24 D Dialogue taquin 23
S Concerto italien 971 (1 Mvt) 78
D Écossaise op.52 36
S Concerto italien 971 (2 Mvt) 78 D Prélude en fa majeur 98 D Écossaise op.52 n°5 70
SE Fantaisie chromatique BWV 903 93 D Histoire gaie (Petits contes) 18 M Air d’Orfeo 23
SE Fugue BWV 903 93 D L’heure tranquille 21
SE Fugue en ré mineur (analyse) 88 D Chant des montagnes 37 D Chanson berçante, extr. des Pièces
SE Fugue en ré mineur (interprétation) 88 D Tarentelle 38 pour enfants 78
M Invention à 2 voix BWV 775 76 D Tarentelle 75 D Valse (extr. de Faust) 20 D Conte de fée, extr. des Pièces
M Invention à 2 voix en la mineur BWV 784 84 M Jeu d’enfants op.22 - Petite Marie, pour enfants 78
M Invention à 2 voix n°14 petite femme ! (4 mains) 38 D Petite Valse chantante, extr. des Pièces
en si bémol maj. BWV 785 35 M L’Arlésienne, suite n°2 15 M Sonatine op.36 n°2 (3 Mvt) 26 S Andaluza op.37 n°5, extrait des pour enfants 78
D Menuet 40 M La Poupée – Berceuse (4 mains) 33 M Sonatine op.36 n°3 (2 Mvt) 30 Danses espagnoles 70 D Papillons gris, extr. des Pièces
D Menuet BWV Anh. 116 26 DM Sonatine op.36 n°4 (1 Mvt) 67 M Danse de la rose (Escenas poeticas) 85 pour enfants 78
D Menuet BWV Anh. 115 33 M Sonatine op. 36 n° 6 76 MS Epilogo, extrait des Escenas Romanticas 97
Moderato molto legato 18 D Rondalla Aragonesa 40
D Menuet en do majeur 22
M Souvenirs de l’enfance (Contes de jeunesse) 18 D Les petits jumeaux 17
D Menuet en mi bémol majeur 31
D Sarabande 86 D Petite chanson op.27 n°1 26
D Menuet en ut “La Pott” 92 M Allemande 83
D Musette BWV Anh. 126 25
D Musette BWV Anh. 126 75 D Bourrée en ré mineur 85
D L’epineuse, Extraite du VI Ordre 74 MS Etude opus 20 n°3 100
M Petit prélude bwv 924 18 18 M Mazurka en ré bémol majeur extraite M La pastourelle 31
D Petit prélude bwv 939 36 de la Petite Suite 72 M Les coucous bénévoles 36
M Petit prélude en ré mineur BWV 926 81 MS La Danse des elfes, extr. des Pièces D Solitude 27
M Le Petit Rien 22 lyriques op. n°4 77
D Petit prélude en ut mineur BWV 934 87
M Pièces lyriques op. 12 n° 2, valse 59
D Petit prélude, en ut mineur BWV 999 87 M Ballade op.10 n°1 48
S Pièce lyrique op.54 n°4 27 D Cradle Song 76
M Petit prélude pour commençants S Ballade op.118 n°3 48 DM Simple Confession op.20 n°1 72
en ré majeur BWV 936 97 S Au temps de Holberg op.40 10
S Intermezzo op. 76 n° 3 55
DM Petite étude 91 S Concerto op.16 (2e Mvt) 20
S Intermezzo op.116 n°2 30 Balade insouciante 29
M Prélude en do mineur 27 M École de la vélocité : 2 études 29 S Élégie op.38 34 D
S Intermezzo op.116 n°6 33
SE Prélude en ré mineur M Étude n°1 (extrait des 25 études) 23 M Feuillet d’album 30
S Intermezzo op.117 n°1 11
(livre II du clavier bien tempéré) 88 D Étude, extr. des Cinq Doigts op.777 71 M Pièce lyrique op.71 n°7, souvenirs 46
S Intermezzo op.117 n°2 38 D Rigaudon 18
M Prélude BWV 999 38 M Schmetterling op.43 n°1 (suite lyrique) 89
S Intermezzo op.118 n°2 25
S Prélude n°3 BWV 848 15 D Volksweise, chanson populaire
S Intermezzo op.119 n°1 80 Gavotte en rondeau 19
D Rondeau en la mineur “La Gleim” 92 S Intermezzo op.119 n°2 80
M op.12 n° 3 88 D Bourrée 34
M Solfeggietto 74 M Wächterlied op.12 n°3, extrait Menuet en do majeur 30
S Klavierstück op. 118 n°1 92 des Pièces lyriques 70
D
D Thème de la cantate d’anniversaire 19 Rhapsodie en sol mineur op.79 71 D Menuet en sol majeur 32
E S Clair de lune (Suite bergamasque) 30
D Allegro en sol majeur 50 Sonate pour violon et piano n°3 op.108
S S Fantaisie pour piano et orchestre
S Concerto italien BWV 971 (Finale) 79 en ré mineur (3 Mvt) 23 (1 partie 2 Mvt) 27
S Ich ruf zu dir, Herr Jesu Christ D Accents nordiques op. 101 n° 4 58 D Écossaise 45
S Thème et variations op.18 25 S Fantaisie pour piano et orchestre
(cantate BWV 177) 82 D Berceuse op.62 80 D Praeludium 31
S Valse en la bémol majeur op 39 n°15 78 (2 partie 2 Mvt) 28
M La complaisante 17 D Das Schaukelpferd (le cheval à bascule) 99 M Sonatine opus 55 n°4 102
S Valse op.39 n°1 9 M Golliwogg’s Cakewalk 92
D Feuillet d’album op.101 45 M Variations en sol majeur 36
M Valses op.39 nos1, 2 et 3 45 M Gradus ad parnassum (Children’s Corner) 76
D Histoire romantique 24
Mazurka M Valse op.39 n°5 en mi majeur (quatre mains) 35 E Jardins sous la pluie, extraits des Estampes 70
M 72 D Novelette 73
S Valse op.39 n°6 en ut dièse majeur S La Fille aux cheveux de lin Petite pièce 84
(quatre mains) 35 (Préludes, Livre I, n°8) 79 D Petites fleurs op.205 83 D

M Valse op. 39 n° 7 (quatre mains) 59 M Le petit berger 82 D Salutation du matin op.130 n° 1


D Joseph est bien marié, extrait
D Valse op. 39 n° 9 (quatre mains) 59 S Le petit nègre 40 (Petites Etudes) 65
du Recueil de Noëls 104 M Danse espagnole 24
M Valse op.39 n°9 37 M Le petit nègre 96
M Valse op. 39 n° 15 (quatre mains) 55 S Petite suite : en bâteau (4 mains) 40
D Mélodie 32 M Variations et fugue sur un thème S Première Arabesque 81 M Courante, Suite n°2 HWV 427 71 DM Allegretto de la Sonatine n°2 100
de Haendel 19 S Sarabande, extrait de la suite D Gavotte 26
pour le piano 99 M Gavotte 32
D Air tyrolien op. 107 n° 1 59 S Valse romantique 73 D Largo 35 D Air tendre 18
D Allemande WoO 8 n° 1 45 M Arabesque 40 S Voiles n°2 (prélude) 31 M Menuet 27 D Etude en fa majeur, extrait des 25 études
S Allegretto WoO 53 100 D Arabesque 77 D Menuet en la mineur 23 de l’Alphabet opus 17 103
M Bagatelle op. 33 n° 2 59 D Consolation op. 100 n° 13 59 D Rigaudan 67
M Bagatelle op.33 n°3 45 D La Candeur op.100 45 D Bagatelle 28 D Sarabande en ré mineur HWV 437
M Bagatelle op.119 n°3 33 M La Pastorale op. 100 n° 3 94 M Sonatine en sol majeur (Allegro) 96 (4 suite) 89 D Étude op.37 n°3 25

Plus simple et plus rapide, commandez sur : www.pianiste.fr/anciensnumeros


ZINIO

Liste des partitions classiques déjà parues Classées par compositeur et par niveau (D : débutant, M : Moyen, S : Supérieur, E : Excellence )

D Étude op.37 n°26 93 D Menuet K.15C (Londoner Skizzenbuch) 61 M «Folies d’Espagne» 95 M Valse (Albumblätter op.124 n°4) 38
D Menuet en do majeur 32 DM Gigue 75 M Variation n°4 op. Posth. 33 MS Polka “ Minuit ” 75
D Menuet en fa majeur 38 M Larghetto 39 M Valse op.124 n°4 38
M Prélude op.40 n°3 40 D Menuet en fa majeur (Petit Livre pour MS Sonate en mi majeur K.531 98 M Variation Abegg op.1 (thème) 39
Maria Anna n° 8) 55 D Sonate en do majeur 29 M Wiegenliedchen op.124 n°6 36 D Andante con variazione op.3 37
D Menuet en fa majeur K.33B 48 S Sonate en mi majeur K.380 91 DM Scherzo 70
D Auf dem Spielplatz (Sur le terrain de jeux) 99 D Menuet en la (Petit livre pour S Sonate en mi majeur K.162 83
Maria Anna n°9) 45 M Sonate en ré mineur “Gavotte” 10 S Romance op.21 n°3 48
D Menuet en ré majeur (Petit livre pour D Petite sonate (moderato) 38
E Au bord d’une source, S Sonate en sol majeur 40 MS Soirées musicales op.6 n° 3, Mazurka 58
Anna Maria) 51 D Petite sonate (menuet) 39
extrait des années de pèlerinage 100 S Sonate en sol majeur K.146 91
D Menuet en sol K.1 33
D Carrousel de Madame PN 24 M Sonate en la majeur K.322 104
D Menuet en sol majeur 36 S Étude op.2 n°1 26 JAZZ - CHANSONS
S Consolation N°2 75 D Menuet et trio en sol majeur k.1 80 La bohème 22
S Étude en ut dièse mineur op.2 n°1 90
S Les Cloches de Genève (1 année Menuet 73 DM Prélude en ré mineur SSW 576 98 S Feuillet d’album op.45 n°1 37 Vienne 33
de Pèlerinage, Suisse) 73 D Pièce K. 15K 40 S Mazurka op.3 n°6 17
E La Leggierezza 85 D Pièce en fa majeur K. 15H 37 S Prélude op.22 n°3 72 Un homme et une femme 23
S Nocturne n°3 “Rêve d’amour” 92 MS Première Sonatine viennoise KV 439b 95 M Adagio en sol majeur D.178 99 S Prélude op.11 n°2 32
D Rhapsodie Hongroise n°2 10 SE Presto de la Sonate en la mineur K.310 98 DM Cinq valses 75 M Prélude op.37 n°1 63 For No One 24
S Un sospiro, Grande Etude de concert N°3 67 M Rondo - 2 Sonatine viennoise K.439b 70 M Cotillon D.976 28 S Sonate op.30 n°4 (1 Mvt) 46 Get Back 30
S Sonate K. 457 (3 Mvt) 39 D Danse allemande n°2 D.420 35 S Valse en ré bémol 22
D Danse allemande n°5 D.420 39 How Deep Is Your Love 28
D Chant Polonais op.7 4 n°2, Le printemps 46 M Sonate K 545 (1 Mvt) 20
S Sonate en la mineur K.310 (1 Mvt) 96 D Danse n°11 en si majeur 102 Johnny B. Goode 31
S Sonate en si bémol majeur K.333 (1 mvt) 82 S Divertissement à la hongroise D.818 M Invocation à Schumann, pièce n°1
D Menuet en ut majeur n°16 79 S Sonate en si bémol majeur K.333 (3 mvt) 83 (andante ) 4 mains 24 de la suite En vacances 77 Wake Up Little Susie 31
S Transcription de l’Ave Verum 19 D Écossaise n°8 D.299 46 S La fontaine de Chopin 88 Parlez-moi d’amour S7
S Impromptu en sol bémol majeur op 90 M Valse romantique 77 Valentine 24
M Chacone 21 n°3 D.988 69
Impromptu en la bémol majeur op.142 Ma préférence 44
M Ständchen D. 957 (Chant du cygne) 46 D Fugue 10 S
n°2 D.935 83 SE Impromptu en mi bémol majeur Femmes, je vous aime 44
S Transcription de Trockne Blumen 21
S Impromptu n° 4 op. 92 D.899 76 opus 90 D 899 n°2 100
D Prélude op.8 n°1 81 D Ländler D.679 23 I’ve Got You Under My Skin 34
S Isolde’s Liebestod (Tristan et Isolde) 46 M Marche pour enfants en sol maj. She 27
D.928 (4 mains) 36 S Sonate en ré n° 84 – Allegro 85
Fanny Ardant et moi 26
DM Presto 77 M Menuet D.334 34
DM Etude opus 25 N°5 104 M Menuet n°1 D.41 30 D Aria 30 The Girl From Ipanema 26
M Menuet n°17 D.41 32 Gavotte 33
D Procession solennelle 21 D
M Moment musical n°2 op. 94 D. 780 55
D Menuet en ré mineur 78 S Moment musical n°4 op.94 D.780 40 Gentleman cambrioleur 32
S Moment musical op.94 n°2 D.780 89 Romance sans paroles 33 Hotel California 37
D La Mélancolique 97 D
M Sung Outside a Prince’s Door 81 D Premier chagrin 81 D Chanson sans paroles 82 Blues In Thirds 22
M To A Wild Rose 19 M Quatre Ländler D.814 31
D Pour une rose sauvage 71 D Danse allemande 32 M Scherzo en réb majeur D.593 51 Caravan 32
M Sonate L.97 en sib majeur 46 D Adagio 76 Don’t Get Around Much Anymore 40
S Sonate n°13 op.120 D.664 (andante) 10 I’m BeginningTo See the Light 35
D Berceuse 72 D Air 20 M Sonate n°15 op.120 D.664 (1 Mvt, Satin Doll 9
D Rondo 100 allegro moderato) 94 D La vie d’artiste (adaptation) 17
D Petit Conte 72 Solitude 27
D Au jardin 78 D Suite en sol majeur Z.600 S Sonate n°15 op.120 D.664
(prélude et menuet) 35 (2 Mvt, andante) 94
D Etude 78 DM Mazurka 74 I Can Give You Anything But Love 30
D Matin calme 90 S Sonate n°15 op.120 D.664
Misty 15
E Prélude en sol mineur op.23 n°5 72 (3 Mvt, allegro) 94
Sonate op.120 D.664 (1 Mvt) 45 That Ole Devil Called Love 33
S D Air et burlesque 40
DM Les feuilles d’automne 98 S “Trockne Blumen” 21 M Choral «Valter unser im himmelreich»
M La boîteuse 29 M Valse D.844 26 tww 31 17 C’est si bon 23
D Le lardon, menuet en fa majeur 37 M Valse D.980 n°1 20 D Danse galante, extr. De la Suite Grazioso 71
M Élégie op.10 n°5 34 Blue Eyes 38
M 2 Gigue en rondeau (Pièces de D Fantaisie en do majeur TWV 33:14 102
clavecin de 1724) 73 M Gavotte en rondeau 33 Can You Feel Love Tonight 50
S Le rappel des oiseaux (2 recueil D Albumblätter op.99 n°4 39 D Prélude en ré majeur 50 Your Song 26
M Andante sostenuto op. 72 n°2 92
de pièces pour clavecin) 24 M Album pour la jeunesse, pièce n° 26 74 D Rigaudon 15 Mapple Leaf Rag 17
M Chant du gondolier op. 30 n°6 71
D Menuet (Pièces de clavecin de 1724) 73 S Arabesque en do majeur opus 18 104 Palm Leaf Rag 36
M Chant du gondolier vénitien opus 19 n°6 103
M Rigaudon 18 D Chanson du moissonneur Peacherine Rag 48
S Concerto pour piano n°1 op.25 10 (Album pour la jeunesse op. 68) 84
D Rondino 21 D Ancienne chanson française Fig leaf 59
M Pièce pour enfants op.72 n°2 48 M Chanson nordique n°17 D .41 32 (Album pour enfants op.39) 46
S Prélude op.35 n°4 50 S Chopin (extr. du Carnaval op.9) 87 Singing In The Rain 19
D Chanson italienne op.39 n°15 81
M Romance 82 Allegro 39 S Étude symphonique n°2 op.13 39 Can’t Help Lovin’dat Man 45
D S Concerto n°1 op.23 (2 Mvt) 11
MS Romance sans paroles op. 62 n° 1 86 S Étude symphonique n°5 op.13 8 Love Story 27
M Feuillet d’album op.19 n°3 80
S Romance sans paroles op.102 n°4 35 M Étude symphonique op.13 D La nouvelle poupée Great Balls Of Fire 15
M Variations sérieuses op.54 M Maria Wiegenlied op.76 n°52 17 (Var. n°4 op. posth.) 33 (album pour enfants op.39) 84 Stand By Me 19
(thème et var.14) 32 S Fantasiestücke op. 12 (Des Abends) 95 D La poupée malade 22
M Variations sérieuses op.54 (var.10) 40 Tutti Frutti 17
M Fantasiestücke op. 14 (Warum) 27 M Les saisons, mars : Chant de l’alouette 50
D Menuet 34 S L’enfant s’endort, Scènes
Don’t Cry For Me Argentina 35
S Les saisons, juin : Barcarolle 40
D Promenade 40 d’enfants Op.15 n°12 73 La Panthère rose 58
S Etude n°62, extrait des Pièces M Octobre-Chant d’automne op.37 bis n°10 86
S Intermezzo (Carnaval de Vienne op.26) 18 S Novembre (Troïka) op.37 n°11, Mon homme 25
romantiques 96
D La danse de l’ours 94 extr. des Saisons 72 Alfie 51
D Chanson op.183 83
D Le cavalier farouche op. 68 n°8 D Prière du matin, Misterioso 36
D Élégie 20 (Album pour la jeunesse 77
D Scherzo opus 55 n°1 104 extr. de l’Album pour enfants op.39 76 Well, You Needn’t 23
D Élégie op.183 n°2 70 M Mélodie (Album pour la jeunesse op.68) 9 M Rêverie 69
D Gavotte 95 M Mignon (Album pour la jeunesse op.68) 22 I Wanna Be Loved By You 20
MS Romance, extrait des 6 pièces
D Menuet en do majeur 24 Cécile, ma fille 29
DM La montagnarde 95 M Papillons (Intro et 3 premières pièces) 10 pour le piano op.51 99
D Pastorale op.183 83 D Petite mélodie (Album pour la jeunesse) 69 M Trio en la mineur op.50 (thème du 2 Mvt) 36
D Rondino pastorale 30 D Petite étude, extrait de l’album pour M Valse op.39 n°8 (Album pour les enfants) 79 La vie en rose 21
D Allegro K.3 25 la jeunesse opus 68 n°14 100 Libertango 28
DM Andante de la Sonate en ut majeur K.545 86 D Petite pièce (Album pour la jeunesse op.68) 29
S Andante cantabile de la Sonate en DM Romance op.15 n°2 93
DM P,hantasietanz op.124 n°5 91 D Deux petites pièces 31 Smoke Gets In Your Eyes 39
la mineur K.310 98 S Pièces dans un ton populaire n°1 D Trois petites pièces 28 Lettre à France 46
D Andante en si bémol majeur KV15ii 89 op.102 avec violoncelle 34
M Ouverture de «Guillaume Tell» 10
D Ariette en fa majeur 69 S Pièces dans un ton populaire op.102 Sous les ponts de Paris 22
D Cahier de musique pour Nannerl avec violon 17 Heartbreak Hotel 29
n°11 - menuet 23 D Sonatine 97
D Bourrée 91 S Préambule du Carnaval op.9 86 Just A Gigo 15
S Concerto n°13 K.415 (andante) 22 D Premier chagrin (Album pour
S Concerto n°27 K.597 (2 Mvt) 15 la jeunesse op.68) 24
Fantaisie K.396 en ré mineur 28 D Di provenza (La Traviata) 10 Climb Ev’ry Mountain 31
M M Le cygne 32 M Ronde, extrait de l’album pour
S Fantaisie K.397 (Andante & Adagio) 40 la jeunesse opus 68 n°22 97 M Marche de Aïda 58
M Fantaisie en ré mineur K.397 78 S Scènes d’enfants op.15 n°1 40 M Rigoletto (adaptation) 40 King Porter Stomp 20
M Marche Turque (allegretto de la Sonate M Gymnopédie n°1 71 S Scènes d’enfants op.15 n°1 (4 mains) 48 Le parrain 32
en la majeur K.331) 24 M Je te veux 88 D Scènes d’enfants op.15 n°7 (4 mains) 50
D Menuet extrait du petit livre pour M Première Gymnopédie 88 S Sonate op.105 n°1 pour violon et piano D Petite Pièce 74 My Way 25
Maria Anna 27 (2 Mvt) 25 Strangers In The Night 28
M Menuet K.5 en fa majeur 34 DM Shéhérazade opus 68 n°32, extrait de
D Menuet K.6 40 D Folia «Folies d’Espagne» 17 l’Album pour la jeunesse 103 E L’Invitation à la valse op. 65 74 Londonderry Air 29

Pour commander une partition, il vous suffit d’indiquer la référence du numéro de Pianiste
de la façon suivante : Pianiste n°103 - Réf. : PI0103Z1
Merci de reporter cette référence sur le bon de commande que vous trouverez en page précédente.

Plus simple et plus rapide, commandez sur : www.pianiste.fr/anciensnumeros


L’INVITÉ DE PIANISTE

BERNARD MAGREZ

SA SONATE À MOZART
Fondateur du Groupe Bernard Magrez, propriétaire de quatre grands crus de Bordeaux classés,
ce compositeur de vins rares est aussi un passionné d’arts et un mécène. Il nous parle de son
lien particulier à la musique et au compositeur de La Flûte enchantée, son opéra préféré.

A
rdent défenseur des arts, repose sur mon désir d’aider l’autre. mettre à la disposition des musiciens, Derrière les œuvres d’art, je vois
vous avez fondé l’Institut Ce sentiment profond m’habite, j’en dont la passion, l’envie et le talent les artistes, les êtres humains. C’est
Culturel Bernard Magrez: fais une question de devoir: aider avec les classent parmi les meilleurs, des pareil pour les autres formes d’expres-
quelle est un grand A ! Les jeunes artistes ont instruments d’exception, en faisant sion artistique. Je suis aussi attiré par
sa vocation ? besoin d’être épaulés pour se faire l’acquisition d’un violon Nicolas l’ésotérisme de Mozart, celui dont
L’Institut Culturel a pour vocation connaître et reconnaître, qu’ils soient Lupot de 1795 joué par Guillaume il est question dans La Flûte enchantée,
de soutenir la création artistique. peintres, sculpteurs, cinéastes ou Chilemme, d’un violoncelle Ferdi- mon opéra préféré.
En le fondant il y a six ans, j’ai voulu musiciens. L’Institut est à la fois nand Gagliano de 1788 joué par
rendre à la vie, par amour de l’art un lieu de diffusion, de résidence Camille Thomas, d’un Stradivarius
et des artistes, la chance qu’elle m’a d’artistes et de rencontres. Mais ce de 1713 joué par Nicolas Dautricourt
« Sa musique
accordée. Mon activité de mécénat n’est pas tout. J’ai voulu également et, récemment, d’un alto Cassini m’apporte
de 1660 prêté à Lise Berthaud. calme, joie et
Comment est venu votre goût
pour la musique ? enchantement. »
Il est arrivé tard : je suis un auto-
didacte. Je n’ai pas eu accès à la musi- Collectionneur et esthète,
que étant enfant. À 16 ans, j’ai quitté vous cultivez aussi un art
l’école pour entrer en apprentissage. de vivre à la française. Quel lien
Ensuite, j’ai fait croître mon entreprise y a-t-il entre un château la tour
de négoce, j’ai travaillé sur l’œnologie carnet ou un château pape
et, pas à pas, j’ai acquis des vignobles clément et la musique ?
puis des châteaux. J’ai découvert l’uni- Il y a des similitudes entre l’art des
vers de la musique par le concert il y a grands vins et celui de la musique :
quelques années. J’ai commencé par exemple, l’état intérieur d’un
par aller au Grand Théâtre, puis à artiste change d’un concert à l’autre.
l’Auditorium de Bordeaux. Il ne joue jamais deux fois de la même
Quelle musique écoutez-vous façon, parfois en raison de contin-
au quotidien ? gences extérieures. Il en va de même
Mozart, Mozart, toujours et seule- pour le vin qui varie d’une année à
ment Mozart ! J’écoute ses sonates l’autre en fonction de la météorologie,
pour piano à longueur de journée un acteur qui affecte la vigne. Tout
dans mon bureau, quand je m’y est affaire de sensibilité, de vie. Mon
trouve. Toutes ses sonates, sans objectif est de donner du bonheur
préférence particulière. Sa musique aux autres par l’excellence, que ce soit
m’apporte calme, joie et enchante- avec le vin, la musique, la peinture,
ment. Elle m’accompagne dans mes la sculpture… Sans oublier la gastro-
activités d’homme d’affaires. Il me nomie: j’ai ouvert un restaurant cou-
semble qu’elle rend mon analyse meil- ronné de deux étoiles [La Grande
leure. Mais il y a une autre raison : Maison tenu par Pierre Gagnaire, ndlr]
j’aime l’homme Mozart. Je suis touché où les arômes des plats sont inspirés
par sa personnalité et son parcours. de musiques différentes, en harmonie
Sa vie, ses difficultés me parlent: son avec elles. Le goût est comme l’oreille.
enfance, sa relation à son père, son Chacun possède le sien !
évolution, ses succès et ses échecs.
SDP

Propos recueillis par Jany Campello

82 I PIANISTE n°105 I juillet-août 2017


EN 2017, VOTEZ POUR UNE ÉPARGNE

40 ANS DE COMBATS
40 ANS D’EXCELLENCE
730 000 ADHÉRENTS

%
2,65
RÉSULTA
T 2016
EN 1976
FONDS CRÉÉ ION
EST
RAIS DE G
NET DE F
TV A
OFFERTE

GRAND DÉSTOCKAGE
DÈS MAINTENANT, JUSQU’AU 15 JUILLET
SUR TOUS LES PIANOS ACOUSTIQUES
NEUFS ET D’OCCASION*

PIANOS HANLET
DEMENAGE
ADRESSE DE DÉSTOCKAGE :
9-11 avenue Louis Bréguet -
78140 Vélizy-Villacoublay NOUVELLE ADRESSE
01 34 65 75 75 - bienvenue@pianoshanlet.fr DÈS LE 17 JUILLET 2017 :
PARKING PRIVE GRATUIT
TRAMWAY LIGNE T6 : station « Mairie 515 rue Hélène Boucher
de Vélizy » à 50 mètres de notre bâtiment. BP 407 - 78531 Buc
ZINIO

LES PARTITIONS n°105


Jacob Schmitt Pièce romantique opus 248 n°2 ..........................................................................................................................................................I
Muzio Clementi Sonatine opus 36 n°2 ......................................................................................................................................................................V
Jean-Sébastien Bach Prélude en mi mineur BWV 855a, n°18 du Klavierbüchlein für Wilhelm Friedemann Bach de 1720 .................................XIII
Franz Schubert Valses sentimentales n°12 et n°13 opus 50 D.779 ........................................................................................................................XV
Jean-Sébastien Bach/Alexandre Siloti Transcription en si mineur du Petit Prélude en mi mineur BWV 855 ..................................................XVIII
Franz Schubert/Franz Liszt Soirée de Vienne, Valse-Caprice n°6 ........................................................................................................................XX
AVEC L’AIMABLE PARTICIPATION DES ÉDITIONS HENRY LEMOINE.

Jacob Schmitt Pièce romantique opus 248 n°2 DÉBUTANT SUR LE CD PLAGE 1

juillet-août 2017 I PIANISTE n°105 I I


ZINIO

Jacob Schmitt Pièce romantique opus 248 n°2 DÉBUTANT SUR LE CD PLAGE 1

II I PIANISTE n°105 I juillet-août 2017


ZINIO

Jacob Schmitt Pièce romantique opus 248 n°2 DÉBUTANT SUR LE CD PLAGE 1

juillet-août 2017 I PIANISTE n°105 I III


ZINIO

Jacob Schmitt Pièce romantique opus 248 n°2 DÉBUTANT SUR LE CD PLAGE 1

IV I PIANISTE n°105 I juillet-août 2017


ZINIO

Muzio Clementi Sonatine opus 36 n°2 (Allegretto. Allegretto. Allegro) DÉBUTANT-MOYEN SUR LE CD PLAGE 2

juillet-août 2017 I PIANISTE n°105 I V


ZINIO

Muzio Clementi Sonatine opus 36 n°2 (Allegretto. Allegretto. Allegro) DÉBUTANT-MOYEN SUR LE CD PLAGE 2

VI I PIANISTE n°105 I juillet-août 2017


ZINIO

Muzio Clementi Sonatine opus 36 n°2 (Allegretto. Allegretto. Allegro) DÉBUTANT-MOYEN SUR LE CD PLAGE 2

juillet-août 2017 I PIANISTE n°105 I VII


ZINIO

Muzio Clementi Sonatine opus 36 n°2 (Allegretto. Allegretto. Allegro) DÉBUTANT-MOYEN SUR LE CD PLAGE 2

VIII I PIANISTE n°105 I juillet-août 2017


ZINIO

Muzio Clementi Sonatine opus 36 n°2 (Allegretto. Allegretto. Allegro) DÉBUTANT-MOYEN SUR LE CD PLAGE 2

juillet-août 2017 I PIANISTE n°105 I IX


ZINIO

Muzio Clementi Sonatine opus 36 n°2 (Allegretto. Allegretto. Allegro) DÉBUTANT-MOYEN SUR LE CD PLAGE 2

X I PIANISTE n°105 I juillet-août 2017


ZINIO

Muzio Clementi Sonatine opus 36 n°2 (Allegretto. Allegretto. Allegro) DÉBUTANT-MOYEN SUR LE CD PLAGE 2

juillet-août 2017 I PIANISTE n°105 I XI


ZINIO

Muzio Clementi Sonatine opus 36 n°2 (Allegretto. Allegretto. Allegro) DÉBUTANT-MOYEN SUR LE CD PLAGE 2

XII I PIANISTE n°105 I juillet-août 2017


ZINIO

Jean-Sébastien Bach Prélude en mi mineur BWV 855a DÉBUTANT-MOYEN SUR LE CD PLAGE 3

juillet-août 2017 I PIANISTE n°105 I XIII


ZINIO

Jean-Sébastien Bach Prélude en mi mineur BWV 855a DÉBUTANT-MOYEN SUR LE CD PLAGE 3

XIV I PIANISTE n°105 I juillet-août 2017


ZINIO

Franz Schubert Valses sentimentales n°12 et n°13 opus 50 D.779 MOYEN SUR LE CD PLAGE 4

juillet-août 2017 I PIANISTE n°105 I XV


ZINIO

Franz Schubert Valses sentimentales n°12 et n°13 opus 50 D.779 MOYEN SUR LE CD PLAGE 4

XVI I PIANISTE n°105 I juillet-août 2017


ZINIO

Franz Schubert Valses sentimentales n°12 et n°13 opus 50 D.779 MOYEN SUR LE CD PLAGE 4

juillet-août 2017 I PIANISTE n°105 I XVII


ZINIO

Bach/Siloti Transcription du Petit Prélude BWV 855 MOYEN-SUPÉRIEUR SUR LE CD PLAGE 5

XVIII I PIANISTE n°105 I juillet-août 2017


ZINIO

Bach/Siloti Transcription du Petit Prélude BWV 855 MOYEN-SUPÉRIEUR SUR LE CD PLAGE 5

juillet-août 2017 I PIANISTE n°105 I XIX


ZINIO

Franz Schubert/Franz Liszt Soirée de Vienne, Valse-Caprice n°6 EXCELLENCE SUR LE CD PLAGE 6

XX I PIANISTE n°105 I juillet-août 2017


ZINIO

Franz Schubert/Franz Liszt Soirée de Vienne, Valse-Caprice n°6 EXCELLENCE SUR LE CD PLAGE 6

juillet-août 2017 I PIANISTE n°105 I XXI


ZINIO

Franz Schubert/Franz Liszt Soirée de Vienne, Valse-Caprice n°6 EXCELLENCE SUR LE CD PLAGE 6

XXII I PIANISTE n°105 I juillet-août 2017


ZINIO

Franz Schubert/Franz Liszt Soirée de Vienne, Valse-Caprice n°6 EXCELLENCE SUR LE CD PLAGE 6

juillet-août 2017 I PIANISTE n°105 I XXIII


ZINIO

Franz Schubert/Franz Liszt Soirée de Vienne, Valse-Caprice n°6 EXCELLENCE SUR LE CD PLAGE 6

XXIV I PIANISTE n°105 I juillet-août 2017


ZINIO

Franz Schubert/Franz Liszt Soirée de Vienne, Valse-Caprice n°6 EXCELLENCE SUR LE CD PLAGE 6

juillet-août 2017 I PIANISTE n°105 I XXV


ZINIO

Franz Schubert/Franz Liszt Soirée de Vienne, Valse-Caprice n°6 EXCELLENCE SUR LE CD PLAGE 6

XXVI I PIANISTE n°105 I juillet-août 2017


ZINIO

Franz Schubert/Franz Liszt Soirée de Vienne, Valse-Caprice n°6 EXCELLENCE SUR LE CD PLAGE 6

juillet-août 2017 I PIANISTE n°105 I XXVII


ZINIO

Franz Schubert/Franz Liszt Soirée de Vienne, Valse-Caprice n°6 EXCELLENCE SUR LE CD PLAGE 6

XXVIII I PIANISTE n°105 I juillet-août 2017


ZINIO

Franz Schubert/Franz Liszt Soirée de Vienne, Valse-Caprice n°6 EXCELLENCE SUR LE CD PLAGE 6

juillet-août 2017 I PIANISTE n°105 I XXIX


ZINIO

Franz Schubert/Franz Liszt Soirée de Vienne, Valse-Caprice n°6 EXCELLENCE SUR LE CD PLAGE 6

XXX I PIANISTE n°105 I juillet-août 2017


ZINIO

Franz Schubert/Franz Liszt Soirée de Vienne, Valse-Caprice n°6 EXCELLENCE SUR LE CD PLAGE 6

juillet-août 2017 I PIANISTE n°105 I XXXI


ZINIO

Franz Schubert/Franz Liszt Soirée de Vienne, Valse-Caprice n°6 EXCELLENCE SUR LE CD PLAGE 6

XXXII I PIANISTE n°105 I juillet-août 2017