Vous êtes sur la page 1sur 4

Introduction à l'électrocinétique

1 Tension - courant
1.1 Déplacement de charges électriques
Le courant électrique résulte d’un déplacement de charges q dans un milieu.
Milieu Métal Solution électrolytique Plasma (gaz ionisé) Semi-conducteurs
Charge Électrons Ions Ions Électrons/lacunes

(a) Fil de métal (b) Solution électrolytique


Figure 1 – Déplacement des charges dans un milieu conducteur
Les électrons (charge q = −e) se déplaçant en moyenne à la vitesse ⃗v, l’intensité i du courant électrique est
δq
dé nie à partir du nombre de charges δq = δN × δN ∗
δV × δV = (−e) × n × vdt
| {z × S} traversant une surface S pendant
δV
un instant dt :

δq
i= = −en∗⃗v ×S
dt |{z}
⃗j

avec n∗ la densité volumique de particules, et ⃗j la densité volumique de courant électrique.


e.g. Pour un bloc de métal comme du cuivre, il y a en moyenne 1 électron par atome qui sert à la conduction.
Un électron occupe en moyenne un volume de (2 Å)3 ∼ 10−29 m3 , on a donc n∗ ∼ 1029 m−3 .

1.2 Tension et potentiel


Une tension U AB est une différence de potentiel électrique VA − VB entre deux points A et B.
Le potentiel électrique V dans un circuit est analogue à l’altitude h d’une canalisation dans un circuit
hydraulique :

Grandeur Circuit électrique Circuit hydraulique


Charge électrique Masse de uide
Grandeur transportée
q m

Intensité électrique Débit massique


Flux Dm = δm
i = δq
dt dt

Potentiel Potentiel électrique gh


V
Énergie potentielle Énergie potentielle Énergie potentielle de
associée électrique pesanteur
q×V m × gh
Table 7.1 – Analogie entre un circuit électrique et un circuit hydraulique

Comme pour l’altitude, il est nécessaire de dé nir le potentiel V = 0 V qui dé nit la masse du circuit
électrique.

1
Chapitre 7
www.micromega-physique.fr
1.3 Les conditions de l’ARQS
Lorsqu’un signal électrique est émis, l’information est transportée par une onde se propageant à la vitesse
de phase vϕ ∼ c.

Figure 2 – Onde de potentiel dans une ligne électrique


L’onde de potentiel V(x, t) (ou d’intensité i(x, t)) a donc la forme :

V(x, t) = V0 cos(ωt − kx)


Pour deux points A et B distants de d1 , la différence de potentiel vaut VA − VB , a priori non nulle. Pour
pouvoir considérer que les point A et B sont au même potentiel, il faut qu’ils soient dans la situation des points
C et D, c’est-à-dire que d2 , la distance caractéristique qui sépare deux points du circuit véri e :
c
d2 ≪ λ ∼
ν

Approximation des régimes quasi stationnaires (ARQS) :


En régime alternatif de fréquence ν, deux points d’un circuit reliés par un l conducteur sont au même
potentiel électrique si la distance d qui les sépare véri e :
c c
d≪ ⇔ ν≪
ν d
e.g. Pour un circuit électronique dont la taille caractéristique des câbles est de l’ordre du mètre, d ∼ 1 m, l’ARQS
reste valable jusqu’à des fréquences qui véri ent ν ≪ dc ∼ 108 Hz ≃ 100 MHz.

2 Les lois de Kirchhoff


2.1 Branches - mailles - nœuds
Trois dé nitions sont à connaître :
Un nœud est un point de concours d’au moins trois ls électriques.
Une branche est une portion de circuit comprise entre deux nœuds.
Z On parle de branche principale si elle contient un générateur et de
branche secondaire le cas échéant.
Une maille est un ensemble de branches formant un circuit fermé.
e.g. Le circuit ci-contre possède 2 nœuds, 3 branches (dont une branche principale) et 2 mailles indépendantes.

2.2 Énoncé des lois


Loi des mailles : Loi des nœuds :
La somme algébrique des N tensions dans une En tout nœud du circuit, la somme algébrique des
maille orientée est nulle : N intensités des courant est nulle :


N ∑
N
Uk = 0 ik = 0
k=0 k=0

o Document réservé à un usage privé. Toute reproduction à des o


ns commerciales est interdite. Toute reproduction du document, totale ou partielle, doit faire apparaître son origine et son auteur.

2 T.Kopp octobre 2020


Chapitre 7
www.micromega-physique.fr

Z La loi des nœuds traduit la conservation du débit de charges électrique à un nœud.


e.g. Dans le circuit représenté ci-contre :
La loi des nœuds s’écrit i − i1 − i2 = 0 ⇒ i = i1 + i2 .
Les lois des mailles dans les deux branches indépendantes s’écrivent :
— E − U1 = 0 ⇒ U1 = E = 4 V
— U1 − U2 − U3 = 0 ⇒ U2 + U3 = U1 = E = 4 V

3 Le dipôle électrique actif/passif


3.1 Convention récepteur / générateur
L’orientation de l’intensité du courant et de la tension aux bornes du dipôle étant xée arbitrairement, on
a deux choix d’orientation possibles :
Convention récepteur Convention générateur

Figure 3 – Possibilités d’orientation de l’intensité du courant et de la tension aux bornes d’un dipôle.
Z Les générateurs doivent être représentés en convention générateur (i et U D orientés dans le même sens) et
les récepteurs en convention récepteur (i et U D orientés en sens contraires).
3.2 Les dipôles courants
3.2.1 Le conducteur ohmique
Représentation Caractéristique Aspects énergétiques Loi d’association
Loi d’Ohm : Puissance dissipée par effet En série :
Joule :
UR = R × iR
P J = uR × iR = Ri2R Réq = R1 + R2 + . . .
R est la résistance (en Ω).

Énergie stockée pendant En parallèle :


une durée ∆t :

1 1 1
= + + ...
E = P × ∆t = Ri2R ∆t Réq R1 R2

3.2.2 La bobine idéale


Représentation Caractéristique Aspects énergétiques Loi d’association
Relation intensité-tension :
Puissance magnétique
diL stockée : En série :
U L (t) = L × (t)
dt ( )
d 1 2
PL = uL × iL = LiL Léq = L1 + L2 + . . .
L est l’inductance (en dt 2
henry H).
Énergie magnétique En parallèle :
À basses fréquences :
la bobine se comporte stockée à l’instant t :
comme un l. 1 1 1
À hautes fréquences : ∫ = + + ...
1 Léq L1 L2
la bobine se comporte EL = PL (t)dt = Li2L (t)
comme un interrupteur 2
ouvert.

o Document réservé à un usage privé. Toute reproduction à des ns commerciales est interdite. Toute reproduction du document, totale ou partielle, doit faire apparaître son origine et son auteur. o
octobre 2020 T.Kopp 3
Chapitre 7
www.micromega-physique.fr

3.2.3 Le condensateur idéal


Représentation Caractéristique Aspects énergétiques Loi d’association
Relation intensité-tension :
Puissance électrique
duC stockée : En série :
iC (t) = C × (t)
dt ( )
d 1 2
PC = uC × iC = Cu 1 1 1
C est la capacité (en farad dt 2 C = + + ...
F). Céq C1 C2
À basses fréquences : Énergie électrique stockée
le condensateur se com- à l’instant t : En parallèle :
porte comme un inter-
rupteur ouvert. ∫
1 Céq = C1 + C2 + . . .
À hautes fréquences : EC = PC (t)dt = CuC2 (t)
le condensateur se com- 2
porte comme un l.

3.2.4 Générateur de tension / courant


Générateur de Thévenin : Générateur de Norton :
Correspond à un générateur Correspond à un générateur
de tension réel composé : de courant réel composé :
D’un générateur de ten- D’un générateur de cou-
sion idéal, de force électro- rant idéal, de courant élec-
motrice (fem) à vide E . tromoteur (cem) à vide η.
D’une résistance interne D’une résistance interne
r1 . r2 .
Caractéristique : U = E − r1 i Caractéristique : U = r2 (η − i)

Il existe une équivalence entre ces deux générateurs, appelée équivalence Thévenin-Norton si la tension
U et l’intensité i du courant délivrée par ces deux générateurs sont identiques, soit :
E
E − r1 i = r2 η − r2 i valable ∀i ⇒ r1 = r2 ≡ r et η =
r

o Document réservé à un usage privé. Toute reproduction à des o


ns commerciales est interdite. Toute reproduction du document, totale ou partielle, doit faire apparaître son origine et son auteur.

4 T.Kopp octobre 2020

Vous aimerez peut-être aussi