Vous êtes sur la page 1sur 4

Laboratoire dʼactionneurs intégrés (LAI)

E l e c t r o t e c h n i q u e I

Théorèmes de Thévenin et de Norton – Corrigé Exercice 4

Le circuit donné était le suivant :


I I

2R
U0 U Rx
U0
2

On peut remplacer les sources de tension réelles par des sources de courant réelles. Selon
l’équivalence Thévenin  Norton, on obtient :
I

U0 U0
R 4R

R 2R U Rx

Deux sources de courant en parallèle s'additionnent (en respectant leur sens). On simplifie
également les deux résistances en parallèle :
I

5 U0
4R
2
R U Rx
3

1
Laboratoire dʼactionneurs intégrés (LAI) EPF-Lausanne

En appliquant la transformation Norton  Thévenin, on obtient :


I

2
R
3

5 U0
U Rx
6

A ce niveau de simplification, on trouve finalement :


5 U0 5 U0
I= 6 et : U = Rx ⋅ I = Rx ⋅ 6
2 2
Rx + R Rx + R
3 3

Lors des étapes de simplification successives précédentes, le courant I’ a été englobé dans le
résultat final et n’est plus accessible. Il faut donc retourner au schéma initial pour le calculer.
I I

R I2

2R
Maille 1 Maille 2 U
U0 Rx
U0
2

On applique la loi de Kirchhoff à la maille 1 :


U0 U0
−U 0 + RI '+ 2RI 2 '+ =0 donc : = RI '+ 2RI 2 '
2 2

On applique la loi de Kirchhoff au nœud du circuit :


I ' = I 2 '+ I

Il en découle que :
U0
= RI '+ 2R ( I '− I ) = RI '+ 2RI '− 2RI
2

U0
Et finalement : = 3RI '− 2RI ................................................................. Eq. (1)
2

2
Laboratoire dʼactionneurs intégrés (LAI) EPF-Lausanne

On applique la loi de Kirchhoff à la maille 2 :


U0 U0
− − 2RI 2 '+ Rx I = 0 donc : = Rx I − 2RI 2 '
2 2

On applique la loi de Kirchhoff au nœud du circuit :


I ' = I 2 '+ I

Il en découle que :
U0
= Rx I − 2R ( I '− I ) = Rx I − 2RI '+ 2RI
2

U0
Finalement : = ( Rx + 2R ) I − 2RI ' ........................................................... Eq. (2)
2

De l’équation (1), on extrait l’expression de I’ :


U0
U0 + 2RI
= 3RI '− 2RI  I'= 2 ........................... Eq. (3)
2 3R

A partir des équations (2) et (3), on recherche l’expression de I :


U0
U0 U0 + 2RI
= ( Rx + 2R ) I − 2RI '  = ( Rx + 2R ) I − 2R ⋅ 2 
2 2 3R

U0 U + 4RI U0 ⎛ 4 ⎞ U
= ( Rx + 2R ) I − 0  = ⎜ Rx + 2R − R⎟ I − 0
⎝ ⎠
2 3 2 3 3

Finalement, il vient :
5 U0
5 U0 ⎛ 2 ⎞ 6
= ⎜ Rx + R⎟ I  I= ............................. Eq. (4)
6 ⎝ 3 ⎠ 2
Rx + R
3

Pour la tension U, on a l’expression suivante :


U = Rx ⋅ I ................................................................................................................. Eq. (5)

En introduisant l’équation (4) dans l’équation (3), l’expression finale de I’ devient :


⎛ 5 U0 ⎞
U0 ⎜ 6 ⎟
+ 2R ⎜ ⎟
U0 2 2
+ 2RI ⎜⎝ Rx + R ⎟⎠ U 5 U0
I'= 2 = 3 = 0 + ................................. Eq. (6)
3R 3R 6R ⎛ 2 ⎞
9 ⎜ Rx + R⎟
⎝ 3 ⎠

3
Laboratoire dʼactionneurs intégrés (LAI) EPF-Lausanne

Les expressions de I, U et I’ pour les trois valeurs de la résistance de charge Rx = 0, R ou ∞


sont données par :

1. Pour RX = 0
5 U0 U0
I= U=0 I'=
4R R

2. Pour RX = R
U0 U0 U0
I= U= I'=
2R 2 2R

3. Pour RX = ∞
5 U0 U0
I=0 U= I'=
6 6R

Notons finalement que pour le cas Rx = ∞, l’expression de la tension U n’est pas définie car
elle vaut : U = R . I = ∞ . 0. Il faut considérer la maille 1 seule, la maille 2 disparaissant.
L’expression de U devient :
U0
U = 2RI 2 '+ mais : I2 ' = I ' car : I = 0.
2

Donc :
⎛U ⎞ U 5 U0
U = 2R ⎜ 0 + 0 ⎟ + 0 =
⎝6 R ⎠ 2 6