Vous êtes sur la page 1sur 43

Chapitre 

: XIII Étude de la culée

XII.1.INTRODUCTION 
La culée est un élément fondamental de l’ensemble de la structure de l’ouvrage ; elle a pour
Rôle de relier le pont à la route ainsi la continuité entre la chaussée de la route et celle portée par le
pont.

XII-2- CHOIX DU TYPE DE CULEE 


Ce choix est porté sur les critères suivants :
-La nature et le mode de construction du tablier
-Les contraintes naturelles
-Les contraintes fonctionnelles
VIII.3. AVANTAGE 
Les culées remblayées sont les répandues à l’heure actuelle, elles présentent les avantages suivants :
-Leur conception et exécution sont particulièrement simples.
-Les culées remblayées jouent le double rôle de soutènement et de structure porteuse.
Le tablier s'appuie sur un sommier solidaire d'un mur de front massif qui soutient les terres du
remblai.
Mur en retour

Réservation pour
joint de chaussée
Mur gard gréve

Corbeau
Ddlle de transition

Mur frontal

La semelle

Figu-13-1 :Culée

Univ-Constantine -207- Juin- 2011


Chapitre : XIII Étude de la culée

1. Sommier d’appui
Le sommier d’appui est l'élément sur lequel repose l'about
d h
Du tablier, elle est intégrée au mur du front, sa surface
Doit être aménagée de manière à permettre : d

 L’implantation des appareils d’appui et leur
remplacement éventuellement.
d’
 La mise en place de vérins pour changer ces derniers.
 Assurer l’évacuation des eaux (pour cela on effectue une
pente de 2% pour le sommier d’appui).
La largeur du sommier est de : Sommier
d’appui

Ls=6×1,50+2×0,85=10,70m

1. Les dimensions du dé d'appui

Les dés d'appui ne doivent pas être implantés trop prés du bord extérieur du sommier de façon
à pouvoir disposer correctement le ferraillage, cette distance doit être supérieure à 20cm.

2.Mur garde grève 


Le mur garde grève à pour fonction de séparer physiquement le remblai du tablier, d'où il
permet de soutenir les terres sur la hauteur du tablier, il comporte un corbeau arrière qui sert
d'appui pour la dalle de transition.
L’épaisseur du mur garde grève sera :

( h8 )cm
e=max 30 ,
Avec : h=1,95m: hauteur de mur garde grève
. e = 30 cm.
3. corbeau 
Le corbeau arrière sert d’appui de la dalle de transition. Le corbeau sera placé à 50cm de
l'arase supérieur du mur garde grève.
L’épaisseur courante du corbeau est 30cm et une hauteur de 30cm et sa laisse aura une pente
de 0,50cm pour augmenter sa résistance.
4. Murs en retour 

Univ-Constantine -208- Juin- 2011


Chapitre : XIII Étude de la culée

Leur rôle est de retenir latéralement les terres, le mur en retour sera encastré à l'arrière
du mur de front et par sa face intérieure au mur garde grève.
LMR =10,95m .
e MR =0,80 m.
5. Mur frontal 
La hauteur du mur de front est une donnée imposée par les caractéristiques du terrain naturel.
Hmf=9,00m , emf =1,40m
6. Dalle de transition

Reposant sur le corbeau arrière, la dalle de transition est coulée directement sur une couche
béton de propreté d'une épaisseur e=20cm, Elle sera ancrée dans le corbeau arrière par
l'intermédiaire de goujons ou barres d'acier.
Sa longueur suivant l'axe du pont varie de 3 à 6m.
On prendra : L=4,00m
Sa longueur transversale est : lt=10,90- (2×0,8)-2(0,5)=8,00m
On laisse 50cm pour le joint entre elle et le mur en retour.
7. Murs-caches
Sont des éléments disposés aux extrémités latérales des tètes de culée. Ils permettent de
protéger les appareils d'appuis des terres et contribuent à rigidifier le mur garde-grève.ils ont
des épaisseurs moyennes égale à 30cm.
8. Fondation 
La semelle sous culée est soumise à la surcharge des terres. (Il y aurait des surcharges
verticales, directes sur la semelle et d’autres horizontales qui seront transmise par le mur de
front)
Vu tous ça et en plus des autres charges (tablier, poids des murs …) on prévoit des
fondations sur pieux. On fondera sur deux files de pieux avec trois pieux par file.
Φ pieux = 1,200m.
9. Dimensionnement de la semelle 
a. Épaisseur de la semelle
Elle est en fonction de la rigidité :
e sem≥1 ,20 Φ pieux ⇒e sem≥1,2×1=1,2 m:On prendra : e sem = 1, 50 m.
b. Largeur de la semelle:
B s ≥3 Φ + 2 Φ = 5 Φ :On adopte: B s = 6 m .

Univ-Constantine -209- Juin- 2011


Chapitre : XIII Étude de la culée

c. Longueur de la semelle: Ls= 6×1.50+2×0.85+1=11,70 m

00 2, 20

4 ,00 1,20

sin❑

2,30

5,00 O

Figure-13-2 : -Elément constitutifs de la culée-

XII.4. VERIFICATION DE LA STABILITE DE LA CULEE 


La culée du pont a un double rôle : assurer l’appui du tablier d’une part et le
soutènement des terres d’autre part.
La culée du pont est sollicitée suivant deux sens : verticalement et horizontalement
 Verticalement 
les efforts qui agissent sont :
 Poids du tablier
 Poids des éléments constitutifs
 Les surcharges
 Horizontalement 
Les effets concernés sont :
 Effets différés dus aux superstructures (fluage et retrait).
 Forces de freinage.
 Poussées des terres.

Univ-Constantine -210- Juin- 2011


Chapitre : XIII Étude de la culée

 Une surcharge de 1t/m² (selon fascicule 61 titre II).


L’étude de la culée consiste à vérifier la stabilité de l’ensemble avant et après la mise en
service, en tenant compte des différentes étapes de construction de la culée, et les différents
cas de chargement.

Avant d’aborder l’étude de la stabilité de la culée, chose que l’on fera en conditions
normale et sismiques, il est utile de définir le coefficient de poussée dans les conditions
accidentelles.
Ce coefficient est donné par la formule de (MONOBE OKABE) 
cos ²(ϕ+ α−θ ) K cos(δ−α )
K ah = 2
× .
cos( δ−α +θ )
cos ²α× 1+
[ √ sin (ϕ+α )sin(ϕ−β−θ )
cos ²(ϕ−α+ θ) cos ( α+β ) ]
Avec :
1/ 2
K=[ ε 2H +( 1±ε V )2 ] .
ε
θ=arctg( H ).
1±ε V
ϕ : Angle de frottement interne du remblai ϕ = 35°
α : Angle du talus avec l'horizontale α =0
β : Angle d'inclinaison de la culée ; β = 0.
δ : Angle de frottement Béton- sol ; δ = 0. (Parce qu’il n’y a pas de frottement entre le
remblai et la culée car il y a deux choses essentielles, d`une part le compactage du remblai se
fait par couche qui donne un bon compactage, d`autre part la semelle est reposante sur des
pieux, c.à.d., limitation des tassements, tous ça conduit vers δ=0)
Après simplification l'équation devient :
K ×Cos 2 ( ϕ−θ )
K ah= 2
.

[√
Cos 2 θ 1+
Sinϕ . Sin(ϕ−θ)
Cos2 θ ]
actions εH εv k θ° Kah
CN 0.00 0.00 1.00 0.00 0.2710
SH 0.10 0.00 1.005 5.71 0.3288
SH + SV 0.10 +0.07 0.935 6.14 0.3102
SH + SV 0.10 -0.07 1.075 5.34 0.3475
Tableau-13-1 :Kah

Univ-Constantine -211- Juin- 2011


Chapitre : XIII Étude de la culée

- La poussée des terres sur une masse de hauteur H et de largueur L est


1
F p= .γ ..k ah .H 2 . L
2 (Triangulaire).

- La poussée due aux surcharges γ=q=1, 00 t /m2 .


F p=γ .k ah .H .L (Rectangulaire).

- La densité du remblai : γ=1,8t/m 3 .

XII.5 DÉTERMINATION DES C.D.G DES ÉLÉMENTS DE LA CULÉE

Pour un élément présentant différentes sections :

XG =
∑ ( Ai×X Gi ) .
∑ Ai
YG =
∑ ( Ai×Y Gi ) .
∑ Ai
Ai : surface élémentaire.
XGi, YGi : coordonnées du C.D.G de chaque section.

En attribuant un repère (A, X, Y) pour le calcul, avec A le point de référence à l’étude


du renversement de la culée, et en utilisant les deux formules précédentes, on trouve les
coordonnées des C.D.G des éléments de la culée.

XIII.6. CALCUL DES SOLLICITATIONS 


On va calculer le moment des toutes les forces horizontal et vertical qui s’exercent sur la
semelle sont :
 La force horizontale induite par le séisme 
Fh =ah × p

 Le moment stabilisateur sera 


M S =F V ×X G

 La force verticale induite par le séisme 

FV =(1∓av )× p

 Le moment de renversement est 


M r =F H ×Y G

Univ-Constantine -212- Juin- 2011


Chapitre : XIII Étude de la culée

Désignation Poids(t) FH=H.P FV= (1+V).P H(m) V(m) Ms=FV.H Mr=FH.V


CN 15,648 0,000 15,648 3,65 11,475 57,115 0,000
Mur garde SH 15,648 1,5684 15,648 3,65 11,475 57,115 17,997
grève
SH+SV1 15,648 1,5684 16,743 3,65 11,475 61,111 17,997
SH+SV2 15,648 1,5684 14,552 3,65 11,475 52,387 17,997
CN 4.85 0.0000 4,85 3,94 8,73 19,109 0,000
Corbeau SH 4.85 0,485 4,85 3,94 8,73 19,109 4,234
SH+SV1 4.85 0,485 5,189 3,94 8,73 20,444 4,234
SH+SV2 4.85 0,485 4,510 3,94 8,73 17,769 4,234
CN 96,47 0.0000 96,47 4,14 6,925 399,385 0,00
Mur en SH 96,47 9,647 96,47 4,14 6,925 399,385 66,805
retour SH+SV1 96,47 9,647 103,222 4,14 6,925 427,339 66,805
SH+SV2 96,47 9,647 89,717 4,14 6,925 371,428 66,805
CN 337,05 0.0000 337,05 3,00 6,00 1011,15 0,00
Mur SH 337,05 33,705 337,05 3,00 6,00 1011,15 202,23
frontal
SH+SV1 337,05 33,705 360,643 3,00 6,00 1081,92 202,23
SH+SV2 337,05 33,705 313,456 3,00 6,00 940,368 202,23
CN 263,25 0.0000 263,25 3,00 0,750 789,75 0,00
SH 263,25 26,325 263,25 3,00 0,750 789,25 197,437
Semelle
SH+SV1 263,25 26,325 281,677 3,00 0,750 845,031 197,437
SH+SV2 263,25 26,325 244,822 3,00 0,750 734,466 197,437
CN 717,268 0.0000 717,268 / / 2276,509 0,00
Total culée SH 717,268 71,726 717,268 / / 2276 ,509 488,703
à vide SH+SV1 717,268 71,726 767,476 / / 2435,845 488,703
SH+SV2 717,268 71,726 667,059 / / 2116,418 488,703
CN 24,00 0.0000 24,00 5,80 10,65 139,20 0,00
Dalle de SH 24,00 2,40 24,00 5,80 10,65 139,20 25,56
transition
SH+SV1 24,00 2,40 25,68 5,80 10,65 148,944 25,56
SH+SV2 24,00 2,40 22,32 5,80 10,65 129,456 25,56
Remblais CN 95,04 0.0000 95,04 5,80 11,475 551,232 0,00
sur la dalle SH 95,04 9,504 95,04 5,80 11,475 551,232 103,791
de SH+SV1 95,04 9,504 101,692 5,80 11,475 589,813 103,791
transitions SH+SV2 95,04 9,504 88,38 5,80 11,475 512,645 103,791
CN 356,07 0.0000 356,07 4,85 6.00 1726,939 0,00
Remblais SH 356,07 35,607 356,07 4,85 6.00 1726,939 213,642
sur la
semelle SH+SV1 356,07 35,607 380,994 4,85 6.00 1847,820 213,642
SH+SV2 356,07 35,607 331,145 4,85 6.00 1606,053 213,642

La CN 40,50 0,00 40,5 5,80 12,45 234,9 0 ,00


surcharge SH 40,50 4,050 40,5 5,80 12,45 234,9 50,422
Q (t/m²) SH+SV1 40,50 4,050 43,335 5,80 12,45 251,343 50,422
SH+SV2 40,50 4,050 37,246 5,80 12,45 216,026 50,422
CN 1232,87 0,00 1232,87 / / 4768,689 0,00
Total SH 1232,87 123,287 1232,87 / / 4768,689 882,118
culée+ SH+SV1 1232,87 123,287 1319,170 / / 5273,765 882,118
remblais SH+SV2 1232,87 123,287 1146,569 / / 4580,598 882,118

Univ-Constantine -213- Juin- 2011


Chapitre : XIII Étude de la culée

Tableau:13-3 - Mr et Ms appliqués sur la culée à vide et avec remblais


Poussée dues aux terres et surcharges 

La poussée des terres sur un mur de hauteur H et de largueur L est :


1
F p= γ . K a h . H 2 . L
2
La poussée due aux surcharges est :
F q=q . K a h . H . L
La poussée de la terre sur les éléments concernés sera selon le tableau suivant :

Désignation Calcul des poids Kh FH V(m) MR=FH.V


CN 0,271 350,286 2185,78
Sur mur G.G SH 0.3288 424,997 2651,98
+ 0,5×1,8×(10,95)²×11,7=1292,57 6,24
0.3102 400,955
mur frontale SH+SV1 2501,95
SH+SV2 0.3475 449,168 2802,80
CN 0,271 6,4129 3,2064
sur la SH 0.3288 7,7892 3,8946
0,5×1,8××(1,5)²×11,7=23,69 0, 50
SEMELLE SH+SV1 0.3102 7,3486 3,6743
SH+SV2 0.3475 8,2322 4,1161
CN 0,271 34,719 249,62
Surcharge SH 0.3288 42,124 302,87
(Q) sur 1×10,95×11,7=128,115 7.19
MGC+MF SH+SV1 0.3102 39,741 285,73
SH+SV2 0.3475 44,519 320,09
CN 0,271 4,7560 3,5670
Surcharge SH 0.3288 5,7704 4,3278
(Q) sur la 1×1,5×11,7=17,55 0,75
semelle SH+SV1 0.3102 5,4440 4,0830
SH+SV2 0.3475 6,0980 4,5735
CN 0,271 396,173 2442,17
SH 0.3288 480,68 2963,03
Total / /
SH+SV1 0.3102 453,488 2795,43
SH+SV2 0.3475 508,017 3131,75
Tableau:13-4 - Mr dû à la poussée des terres et aux surcharges

Efforts dues à la superstructure 

La réaction maximale due aux charges permanentes est :


Rmax = Gt/2=336,421 t .

La réaction maximale due aux surcharges est donnée par D240:


Rmax =171,307t .

Les résultats induits par ces réactions sont résumés dans le tableau suivant:

Désignation Rmax FH=V.P FV=(1+V)P H(m) V(m) Ms=FV.H Mr=FH.V


Tablier CN 0,000 336,421 3,00 10,65 1009,263 0,000

Univ-Constantine -214- Juin- 2011


Chapitre : XIII Étude de la culée

SH 33,642 336,421 3,00 10,65 1009,263 358,287

336,4
SH+SV1 33,642 359,970 3,00 10,65 1079,910 358,287

21
SH+SV2 33,642 312,870 3,00 10,65 938,610 358,287
Surcharge CN 0,000 171,307 3,00 12,45 513,921 0,000

171,307
SH 17,130 171,307 3,00 12,45 513,921 213,268
sur
SH+SV1 17,130 183,298 3,00 12,45 549,894 213,268
Tablier SH+SV2 17,130 159,310 3,00 12,45 477,930 213,268
Tableau:13-5 - Efforts dus au
tablier -
Vérification de la stabilité

La stabilité de la culée sera vérifiée vis-à-vis le renversement et le glissement de l'ouvrage il


faut vérifier :>

Vérification au renversement

Fr =
∑ M s =5273 ,76 =5 , 97> 1,5
∑ M r 882 ,118 ……………pas de risque de renversement.

Vérification au glissement

Fr =
∑ F s =1146 , 56 =9 , 29 >2
∑ F r 123 ,287 ……………pas de risque de glissement

D’après le rapport de sol : Q=375t .


Rmax =336,421 t≺Q= 375t ⇒ Pas de risque de tassement
Rmin≻0 ⇒ Pas de risque de soulèvement
Donc la stabilité des pieux est vérifiée

XII.7.FERRAILLAGE DES ELEMENTS DE LA CULEE


1. Mur garde grève 
D’après « le document SETRA art 2.3 » le mur est soumis à l‘action des forces horizontales
sur la face arrière en contact avec les terres, telles que :
 La poussée des terres.
 La poussée d’une surcharge locale située en arrière du mur garde grève.
 La force de freinage.

a. Évaluation des efforts 


L'effet maximal est obtenu par combinaison des forces agissant de l'arrière vers l'avant.

Univ-Constantine -215- Juin- 2011


Chapitre : XIII Étude de la culée

Pour le calcul, on va prend comme hauteur du mur garde grève, celle qui est au dessus du mur
frontal qui est égal à «1,90m». le mur garde grève serait considéré comme une console
encastrée dans le mur frontal.

 Poussée des terres  0


1 ,
Pt = ×K a ×γ t ×h² . 3
Soit Pt l’effort de poussée 2
1
1
M t = ×K a×γ t ×h3 . ,
Le moment dû à cet effort : 6 9
5
Ka : coefficient de poussée de la terre 
1−sin ϕ
Ka = =0,271.
1+sin ϕ
3
γ t =1,8 t/m . poids volumique des terres.

h=1,95m. ….hauteur du mur G.G


M t = 0,6028 t .m/ml
P = 0,9274 t/ml
Donc : t
 Poussée due à la surcharge

1 ,95
Pq = K a ×q×H=0 , 271×1×1, 95=0 , 5284 t/ml ⇒ M q =0 ,5284× =0 ,5151 t . m/ml.
2
M q=0 , 5151×1,6=0 ,824 t . m/ml à l'E. L.U .
M q=0 , 5151×1,2=0 ,618 t . m/ml à l'E . L .S .
 Poussée due à la charge locale due au système Bc

L'effet le plus défavorable est produit par deux roues arrière de 6t de deux camions Bc accolés,
placée de telle manière que les rectangles d'impact soient en contact avec la face arrière du
mur garde grève.

Les charges réelles sont remplacées par une charges uniforme équivalente de 12t répartie sur
un rectangle de dimensions 0,25×0,75 circonscrit aux carrée d’impact de chacune des roues.
La pression définie se repartit à 45 0 latéralement et en arrière du mur. Cette pression
engendre en tous points du mur une poussée élémentaire qui crée un moment au niveau de
l'encastrement.

Univ-Constantine -216- Juin- 2011


Chapitre : XIII Étude de la culée

0.25m 0.75m

h=1.95m
45° 45° 45°
0.75+2 h 0.75+ 2h
Figure:13-3-Poussée de la charge locale située en arrière du
mur-.
D'après le document SETRA le moment d'encastrement est donné par l'expression suivante:
h
12 K h−x
M p=
[ ×∫
]
0 ,75+2h 0 ( 0 , 25+x )
dx .

Avec :
K=K a . bc . δ .γ .

Ka : Coefficient de poussée


γ : Coefficient de pondération.
δ : Coefficient de majoration dynamique pour charge sue remblai.
 : Coefficient de pondération = :1,6 à ELU  et 1,2 à ELS.
 = 1 : coefficient de majoration dynamique pour une charge sur remblai

bc = 1,1: Pont premier classe avec deux voies charges

K=0,271×1,1×1×1,6=0,476 ( E . L.U ).
K=0,271×1,1×1×1,2=0,0357 (E . L.S).
Donc :
1. 90
M p =2 ,637 K [(0 , 25+h ) Ln ( 0 , 25+ x )−x ]0 .
M p =7 , 064 k .
M p=3 ,369 t . m/ml à l'E . L .U .
M p=2 ,529 t . m/ml à l'E. L . S

 Force de freinage d'un essieu Bc

Seule l’effet d’une roue de 6t est considérée, et le moment de la force de freinage et donnée
par l’expression :
6h
MF = ×γ=2,814×γ .
(0, 25+2h)

Univ-Constantine -217- Juin- 2011


Chapitre : XIII Étude de la culée

M F =2,814×1,6=4 , 503t .m/ml à l'E . L . U .


Donc:
M F =2,814×1,2=3 ,366 t .m/ml à l'E . L . S .

 Combinaison des sollicitations :MT= Mt + Mp+ Mf

M TOT =M t +M p +M q +M F .
M TOT ,u =0,6028+3,369+0,824+4 ,503=9,298t .m/ml. à l'E . L.U .
M TOT ,s = 0,927+2,529+0,618+3,366=7,440 t .m/ml. à l'E .L .S.

 Ferraillage du mur garde-grève

1. Ferraillage verticale

La section d’armature est déterminée en considérant une bande d’un mètre de largeur soumise
à la flexion simple.
0
b = 1, 00 m ; d = 0 , 25 m ; d`= 0 , 05 m. , f c28 = 25MPa .
Donc : 0 ,
3
Fissuration préjudiciable (n = 1,6) 0
A b0=1
M U 9,29 u ,00
= =1,24
Ms 7,44 m

 ELU : d
0
M u=9 ,298 t . m/ml . ,
Mu 0
9 , 29×10−2
μbu= = =0 ,103≺0,392⇒ Asc=0. 5
b0 ×d 2 ×f bu 1×( 0 , 25 )2×14 , 2
La section sera ferraillée uniquement par les armatures tendues.
fe 400
fsu= = =348 MPa .
γ S 1 ,15

α=1 ,25 [ 1−√1−2μ bu ]=0 ,136


Z b =d (1−0,4 α )=0, 9455
−2
Mu 9. 29×10
A u= = =11 ,29 Cm 2 .
β×d×fsu 0 ,9455×0 , 25×348
 ELS
σ bc =0 . 6 f c 28=15 MPa
M Ser =7 , 44 t . m/ml
2
{
σ S =min fe , 150 n =240 MPa
3 }
Univ-Constantine -218- Juin- 2011
Chapitre : XIII Étude de la culée

M lu=μ lu .b. d 2 . fbu=0. 392 x 1.00 x 0. 252 ×14 ,2=0.348 MN .m/ml


M 0.348
M ls = lu = =0, 280 MN .m/ml .
γ 1. ,24
M s =0,06026MN .m/ml ≤M ls =0,280MN .m/ml ⇒ A sc =0 .
M Ser 7 , 44×10−2
μS = = =0 ,077 .
b×d 2×σ b 1 . 00×0 . 252 ×16 , 2
8
[ √
α=1,5× 1− 1− μs =0 ,1628
3 ]
β=( 1−0,4 α ) =0. 9348m
α . b . d . σ̄ b 0 ,1628×0,3×0 ,25×15
A Ser = = =15 ,26 Cm 2
2 σS 2×240
2
A S =max ( A Ser , Au )=15 , 26 cm
Soit: 8HA16 (As=16,08cm2) .avec un espacement St= 10 cm
D'après le document SETRA, on doit disposer le ferraillage calculé ci avant sur la face
avant du mur donc le ferraillage du mur sera sous forme cadre, St = 10 cm.

a. Ferraillage horizontal :
A Sv A
sv
≤ A Sh ¿ .
Quelque soit M nous avons: 4 2

Asv 15 , 26
A Sh = = =7 ,63 cm2 .
On prend: 2 2
Soit 7HA12 (As=7,92cm2) avec un espacement St=16cm.

 Condition de non fragilité :


ftj 2,1
A Sh ≥0 , 23×b×d× =0 , 23×1 , 00×0 ,25 =3 , 0187 cm2 . .. .. . .. C . vérifier
fe 400

8HA16due au poids
propre de corbeau: HA12 ; e=20cm
/ml ; e=12cm

7HA12 ; e=15cm
8HA16/ml ; e=12cm

Coupe A-A (une bande de 1m) -219-


Univ-Constantine Juin- 2011
A A
Figure :13-4-schéma de ferraillage du mur garde grève-.
Chapitre : XIII Étude de la culée

2. dalle de transition 
C'est une dalle en béton armé enterrée sous la chaussée à l'arrière du mur garde grève,
elle a pour but d'éviter les tassements éventuels au niveau du raccordement entre le corps de
chaussée de la route et celui du pont.

2.1. Évaluation des efforts


a. charge permanente
2
 poids propre de la dalle: G D =0,3×2,5=0,75t/m .
2
 Poids des terres: Gt =1,65×1,8=2,97t/m .
2
 Poids du revêtement de la chaussée: G r =0,08×2,2=0,176t/m .
2
GT =∑ Gi =3,896t/m .
L'étude de la dalle de transition est comme une poutre simplement appuyée.
On doit vérifier la condition:

π 4 EI
Ld ≥ . L e
2
3
Avec
Le =

4
K.b
.

E=11000 √ f c 28=33000 Mpa .


I:inertie d'une bande de 1m.
3
1×0,3
b=1m ⇒ I= =0 , 00225 m4 .
12
2
K= 60 MN/m (Raideur du sol)

4×33000×0.00225
Le =

4
60×1
=1 ,149 .

π
Ld =4 m> L e=2 ,342 ... .. ...... .. .. CVérifier .
2
b. Surcharge
 Le surcharge répartie sur toute la dalle d'intensité Q=1t/m2.

Univ-Constantine -220- Juin- 2011


Chapitre : XIII Étude de la culée

 Pour une bande de 1m, l'effet le plus défavorable se produit sous l'effet du système b t, les
roues des rangées P1 et p2 sont équivalents, chacune a une charge répartie de 5,5 t/ml.
 La charge de rangée p1 est affectée d'un coefficient de majoration dynamique égal à 2 (pour
tenir compte du choc d'un essieu au voisinage d'appui).
 La charge de rangée p2 est affectée d'un coefficient de majoration dynamique égal à 1,2.
P1=5,5×2=11t/ml .
Donc:
P2=1,2×5,5=6,6t/ml.

2.2. Calcul du moment fléchissant et l'effort tranchant:


a. Charges permanentes:
G . L2 3,896×4 2
M g= = =7 , 79t .m/ml .
8 8
GL
T g = =7 , 792/ml .
2
b. Surcharge d'exploitation:
On applique le théorème de BARRE pour la
détermination du moment maximale dû au système 4
P1 R P2
équivalent (p1, p2). = m =6
1
x
.6
R=P1 +P 2=17,6t/ml . 1

∑ M / A=0⇒ 6,6×1,35=17,6×x . R
⇒ x=0,51m.
P P2
 1er cas: C
1 C

La section critique est sous P1. /


y2
y1/ 2
P1=Pc (charge critique), et C=0,51m.
2
L c 4 ,00 0,51 b a
b= − = − =1,745m.
2 2 2 2
a=2,255 m.
a×b 2, 255×1, 745
Y 1= = =0 , 984 m.
ℓ 4 . 00
( 2 ,255−1. 35 )
Y 2 =1 ,237× =0 , 395 m.
2 ,255
M max =∑ pi Y i =11×0 ,984 +6,6×0 , 395=13 , 43 t . m/ml .
 2éme cas:
La section critique est sous P2. R
P
P
P2=Pc (charge critique) ; C=0,84m. 1
C C 2

y1
/ / y2
Univ-Constantine -221- Juin- 2011
b2 2
a
Chapitre : XIII Étude de la culée

L c
b= + =2 ,42 m.
2 2
a=1,58 m.
a.b
Y 2 = =0 ,956 m.
L
Y 1 =0 , 423 m.
M max =∑ Pi Y i =10, 963t .m/ml .
 Donc: le premier cas est le plus défavorable avec un moment égal à 13,431 t.m/ml.
 Mmax=13,431t.m/ml.
Calcul des moments au niveau de la section critique: x=2,245m
 Sous les charges permanentes:
G×L G×x 2 3 , 896×4 3 , 896×1 ,7452
M g= x− = ×1, 745− =11, 064 m/ml .
2 2 2 2
 Sous la surcharge repartie Q=1t/m2:
2
1×4 1×1, 745
M SQ = ×1 ,745− =1,967 t .m/ml .
2 2
 Combinaison des efforts:
M G=11, 064 t . m/ml
M Q=M SQ + M q=1 , 967+13 , 43=15 , 397 t . m/ml .
ELU
M U =1,35 M G +1,6 M Q=1,35×11,064+1,6×15,397=39,572 t .m/ml .
ELS
M Ser =M G +1,2 M Q =11,064+1,2×15 ,397=29, 54 t .m/ml
 Calcul des moments à mi-travée

 Sous les charges permanentes:


M g =7 ,79t .m/ml.

 Sous la surcharge q=1t/m2:


M Q=2t .m/ml .

 Sous la surcharge bt (P1 est positionnée sur L/2) :


M Se =13 ,43 t .m/ml .
 Combinaison des efforts à mi-travée

ELU: M U =1. 35 x 7 , 79+1 .6 x ( 13 , 43+2 )


⇒ M U =35 , 20 t . m/ml

ELS : M Ser =7 , 79+1 .2 ( 13 , 43+2 ) ⇒ M Ser =26 ,306 t . m/ml


Donc, la section qui donne les moments les plus défavorables est celle située à
x=2,245m d’où les moments pris en compte pour le calcul du ferraillage sont:

Univ-Constantine -222- Juin- 2011


Chapitre : XIII Étude de la culée

M U =39 ,572 t . m/ml .


M Ser =29 , 54 t . m/ml .

2.2. Ferraillage de la dalle de transition:


a. Armature Longitudinale :
Le ferraillage sera déterminé en considérant une bande de 1m de largeur soumise à la

flexion simple.
M U =39 ,572 t . m/ml .

fc 28=25 MPa.
b0 =1 , 00 m;d =0 , 27 m;d '=0 , 03 m.

Le ferraillage à l’aide de logiciel SOCOTEC donne :

Asinf=44,22cm2.  soit ,10HA25….(49,09cm2),st=

44 , 22
As sup= =14 , 74 cm2 ⇒ soit 9 HA 16/ml=18 , 09 cm2 .
3
 Condition de non fragilité 

ftj 2.1
A S min ≥0 , 23×b×d × =0 ,23×1 , 00×0 , 27 =3 . 446 cm 2 . .. . .. c . vérifier
fe 400

As : section d’armature tendue 


Vérification de l’effort tranchant

Univ-Constantine -223- Juin- 2011


Chapitre : XIII Étude de la culée

Vu 0 ,32240
τ u= = =1 , 194 Mpa.
b0 ×d 1 ,00×0 , 27

τ u =min ( 0,1 f c 28 , 3 MPa ) =2,5 MPa.

τ U <τ U ............................CV .

Donc: on n'a pas besoin d'armature de l'effort tranchant

c. Armatures transversales 
44 .22
As inf = =14 ,74 cm 2⇒ soit 8 HA16 /ml=16 , 08 cm2 .
3  ,St=11
44 , 22
As sup= =11, 05 cm2 ⇒ soit 9 HA 14/ml=13 , 85 cm2
4

9HA14/ml;St=12,5cm 9HA16/ml, St=12,5cm 9HA16/ml, 9HA14/ml;St=12 ,5c


St=12,5cm m

8HA16/ml; St=14cm 10HA25/ml ; St=11 10HA25/ml ; St=11 8HA16/ml;


stSt=15Cm Cm stSt=15Cm St=14cm
Longitudinale Transversale

Figure:13-5-schéma de ferraillage de la dalle de transition-.

3. corbeau 

3.1. Calcul des sollicitations 


Le corbeau d'appui de la dalle de transition sera assimilé à une console encastrée dans le
mur garde grève et sollicitée par:
 La réaction due au poids de la dalle de transition:
1
Rd 1 = ( 4 ,00×0,3×2,5 )=1 , 50t /ml .
2
 La réaction due au poids de la terre sur la dalle de transition:
1
Rd 2 = × ( 4, 00×1 ,65×1,8 )=5, 94 t /ml .
2
 La réaction due au poids du revêtement de la chaussée

Univ-Constantine -224- Juin- 2011


Chapitre : XIII Étude de la culée

1
Rd 3 = ×( 4 ,00×0 , 08×2 ,20 )=0 ,352 t /ml .
2

 La réaction due au poids propre de corbeau


Rg =0,2×2,5=0,500 t /ml .
 La réaction due à la surcharge Q=1.00 t/m2 sur le remblai
1
RSq = ×( 4 , 00×1, 00 ) =2 ,00 t /ml .
2
 La réaction due à la surcharge du système bt sur la dalle de transition
RSbt =15 , 3725t/ml .

3.2. Moments d'encastrement

Pour la sollicitation extérieures, on prend : L=0.30m c.-à-d.


Rt est située au bord de la
console (le cas le plus défavorable).
Pour les bras de levier des réactions on considère comme suit :
XG=0,133m : pour la réaction due au poids propre de corbeau.
0,30m : pour les autres réactions.
M G=0,3×( 1 ,50+5 , 94 +0 , 352)+0 , 133×0,5+0 ,15×1 ,387 )=2 , 590 t . m/ml
M Q=0 , 50× (2,5 )=0 , 75 t . m/ml .

3.3. Calcul des combinaisons

 ELU:
M U =1,35 M G +1,6 M Q=1 ,35×2 ,590+1,6×0 ,75=4 ,69 t .m/ml .

 ELS:
M Ser =M G +1,2 M Q =2 ,59+1,2×0 , 75=3 , 49 t . m/ml .

3.4. Calcul des armatures longitudinales


On prend une section moyenne de hauteur 
0,7+0,3
H= =0,5 m.
2
f c 28=25 MPa .
b0=1,00m d=0 ,25 m d '=0,05m .

Fissuration préjudiciable (n=1,6)

Mu 4 ,69
γ= = =1 . 343
Ms 3 , 49

Univ-Constantine -225- Juin- 2011


Chapitre : XIII Étude de la culée

 ELU:
Mu 0 , 0469
μbu = 2
= =0 ,0528 .
b 0 . d . f bu 1 ,00×0 , 252 ¿ 14 ,2
μbu =0 , 0528< μlu =0 ,392 ⇒ Asc=0 .

Les armatures comprimées ne sont pas nécessaires.

α=1 ,25 [ 1− √ 1−2 μ bu ]=0 ,029


β=( 1−0,4 α ) =0 , 988 m.
Mu 4 ,69
A u= = ×10−2=5 ,45 cm2 .
β .d . fsu 0 , 988×0 , 25×348
Donc : Asu =5,45cm2
 ELS
σ bc =0,6 f c 28=15 MPa .
M Ser =3 ,490 t . m
2
{
σ S =min fe , 150 n =240 MPa.
3 }
M lu =μ lu . b. d 2 . fbu=0 ,392×1,00×0 , 252 ×14 , 2=0 , 348 MN . m/ml .
M 0 ,348
M ls = lu = =0 , 258 MN . m/ml .
γ 1, 346
M s =0 , 12911MN .m/ml < M ls =0 , 258 m/ml ⇒ A sc=0.
M Ser 3 , 49×10−2
μS = = =0 , 0372.
b .d 2 . σ 1 ,00×0 , 252 ×15

[ √
α=1,5 1− 1− μs = 0 , 031
8
3 ]
β=( 1−0,4 α ) =0 , 987 m.
α . b . d . σ̄ b
A Ser = =3 , 889 Cm 2 .
2 σS
A S =max ( A Ser , Au )=5 , 45 cm2 .

 Condition de non fragilité 

ftj 2,1
A S min ≥0 , 23×b×d × =0 ,23×1 , 00×0 , 45× =3 , 01 cm2 .
fe 400

Univ-Constantine -226- Juin- 2011


Chapitre : XIII Étude de la culée

Donc : As =7,92cm2 
Soit : 7HA12 (As=7,92cm2) avec un espacement St=16cm.

3.5. Calcul des armatures transversales


Aℓ Aℓ
≤ At ≤ ⇒1 , 98≤ A t ≤3 .96 cm2 .
4 2
A t =3 . 14 cm 2 .
Soit : 4HA10 (As=3,14cm2)

Figure:13-6-schéma de ferraillage du corbeau

4. Mur En Retour

Le mur en retour assure le soutènement latéral des terres du remblai, il est soumis aux
charges suivantes, qui peuvent être appliquées ensemble:
 Poids propre du à la superstructure.
 Poussée horizontale répartie due au remblai.
 La poussée horizontale due au surcharge q=1t/m . 2

Les charges concentrées sont appliquées à 1m de m'extrémité théorique du mur et


comprennent une charge de verticale de 4t et une charge horizontale de 2t. Les valeurs
retenues pour ces charges sont conventionnelles et permettent de représenter.
 Les actions appliquées en cours de construction.
 Les poussées sur le mur dues à des charges locales sur le remblai.
 Des charges accidentelles appliquées au mur en service.

Univ-Constantine -227- Juin- 2011


Chapitre : XIII Étude de la culée

0.5

1,20

Aile

3,4 Voile

9,00
La hauteur
encastrée
6,35

5,00 2,20

Figure:13-6-forme et dimensions du mur en


retour
4.1. Etude des sollicitations
a. Aile 
 Poussées des terres 
1
Pt= γ .Ka . h2 .L
2
 Poussée due à la surcharge
Pq=q. Ka .h . L
On fait les calculs à trois hauteurs pour déterminer les efforts moyens.
Ka : coefficient de poussée de la terre.
1−sin ϕ
Ka= =0 ,271 .
1+sin ϕ

Univ-Constantine -228- Juin- 2011


Chapitre : XIII Étude de la culée

 H=4,60m
1
Pt= ×1,8×0 ,271×4,6 2×5 , 00=25 , 804 t .
2
Pq=1 , 00×0 ,271×4,6×5 , 00=6 ,233 t .
 H=3,4m.
1
Pt= ×1,8×0 ,271×3,42 ×5=14 ,097 t .
2
Pq=1 , 00×0 ,271×3,4×5=4 , 607 t .
 H=1,20m.
1
Pt= ×1,8×0 ,271×1,22×5=1 ,756 t .
2
Pq=1 , 00×0 ,271×1,2×5=1,626 t .
Pt MOY =13 , 885 t .
Pq MOY =4 ,155 t . 10,95m
Donc :
b. Voile :
1
Pt= ×1 .8×0 .271×10, 952 ×2,2=64 ,337 t .
2 2,2m
Pq=1 . 00×0 . 271×10 , 95×2,2=6 , 528 t .
 Force sismique :
F SH =0,1×G.
G : Poids propre du mur en retour plus celui de la superstructure :G=98,356t
F SH =0,1×98 ,356=9,8356t .
effort Bras de levier/à l’encastrement MG (t.m) MQ (t.m) MFSH (t.m)
Pt voile=64,337t 2,2/2=1,10m 70,77 / /
Pt moy=13,885t 2+2,2=4,40m 61,09 / /
Pq voile =6,528t 2,2/2=1,10m / 7,17 /
Pq moy=4,155t 2+2,2=4,40m / 18,28 /
FSH= 9,8356t 2,2/2=1,10m / / 10,81
∑ 131.86 25,45 10,81

Tableau :13-6 - sollicitations appliquées au mur en retour


-
4.2. Calcul des combinaisons 
 E.L.U :

CN :
Mu=1,35 M G +1,6 MQ =218,73t .m .

Univ-Constantine -229- Juin- 2011


Chapitre : XIII Étude de la culée

CS :
Mu=M G +0,6 M Q +M FSH =157 ,94t .m.
 E.L.S 
Mser=M G+1,2M Q=162,40t .m.
Le calcul de ferraillage se fait pour une bande d’un mètre linaire, donc, on divise le
moment trouvé par la hauteur d’encastrement (9,00m).
218,73
Mu= =24 ,30t . m/ml.
9,00
162,40
Mser= =18,04t .m/ml.
9,00
4.4. Calcul des armatures 

Armatures horizontales 

fc 28=25 MPa.
b0 =1 , 00 m;d =0 , 45 m; d '=0 , 05 m.
ELU: Les armatures sont calculées par logiciel SOCOTEC :

As=20,94cm2 Soit  : 7HA20 (As=21,99cm2) ; avec un espacement St=08cm.

 Les armatures verticales 


Al 21 , 99
At= = =5 , 49 cm2 .
4 4
Soit : 5HA12 (As=5,65cm2) ; avec un espacement St=12,5cm

 Vérification des armatures verticales


Univ-Constantine -230- Juin- 2011
Chapitre : XIII Étude de la culée

Puisque le mur en retour n’est pas totalement encastré sur toute sa longueur avec le mur
frontal, on doit vérifier si le ferraillage vertical calculé au dessus est suffisant pour équilibrer
le moment créé au plan perpendiculaire au sommet de la hauteur d’encastrement, parce que la
partie du mur au dessus de ce plan va travailler par rapport à ce plan, d’où le ferraillage
vertical qui va équilibrer les moments créés par rapport à ce plan, comme il est indiqué dans
la figure suivante :

3,94 3,26
0.50

1,2 (2)
(1) 1.95

α=34,00
M

Plan d’encastrement

9,00
La hauteur encastrée

La section est variable, donc on la divise en deux parties (1) et (2).


 Les sollicitations
5,00 : 2,2
 1ereFigure:13-7-plans
Partie : d’encastrement du mur en retour-.

1
Pt= ×1,8×0 ,271×1 ,95 2×3 ,26=3 ,02t .
2
Pq=1 ,00×0 ,271×1,95×3 ,26=1 ,72t .

 2eme Partie :
Section variable, on va calculer avec la même procédure que celle dans l’aile.
 H=1,95m

Univ-Constantine -231- Juin- 2011


Chapitre : XIII Étude de la culée

1 3,94
Pt= ×1,8×0,271×1 ,95 2×3 ,94=3 , 65t .
2
Pq=1, 00×0 ,271×1, 80×1,95=0 ,95 t .
1,20
 H=0,75m
1
Pt= ×1,8×0 ,271×0 ,752 ×1,95=0 ,267 t .
2
0,75
Pq=1 ,00×0 ,271×0 ,75×3 ,94=0 ,80t .

 H=1,20m
1
Pt= ×1,8×0,271×1 ,20 2×1 ,95=0 ,680 t .
2
Pq=1 ,00×0 ,271×1,20×1,95=0 ,630t .
Pt moy =1 ,53 t .
Donc :
Pqmoy =0 ,79 t .
 Force sismique :
F SH =0,1×G.
G: Poids propre de la partie (1) et la partie (2) du mur en retour plus celui de la
superstructure,G=23,505t
F SH =0,1×23 ,505=2,3505 t .

effort Bras de levier/à l’encastrement MG (t.m) MQ (t.m) MFSH (t.m)


Pt=3,81t 1,85/3=0,617m 2,351 / /
Pt moy=3,81t 0,52 1,141 / /
1,85- =1,676m
3
Pq=2,29t 1,85/2=0,925m / 2.118 /
Pq moy=0,546t 0,52 / /
1,85- =1,59m 0.868
2
FSH=2,35t 1,85/2=0,925m / / 2,174
∑ 3,492 2,986 2,174

Univ-Constantine -232- Juin- 2011


Chapitre : XIII Étude de la culée

Tableau :13-7 – Force sismique


 Les combinaisons 
E.L.U 

CN :
Mu=1,35 M G +1,6 M Q =7,65t .m.

CS :
Mu=M G +0,6 M Q +M FSH =6,768t .m .
E.L.S 
Mser=M G+1,2M Q=5 ,698t .m.
Puisque on va ferrailler pour un mètre linaire, on divise le moment trouvé par la
hauteur d’encastrement (4,57)
7,65
Mu= =1,67t .m/ml.
4,5
5,698
Mser= =1,25t .m/ml.
4 ,47
 Calcul des armatures 
fc 28=27 MPa

b0 =1 , 00 m;d =0 , 35 m;d '=0 ,05 m .

 ELU: Mu=1,67t .m/ml.


: Les armatures sont calculées par logiciel SOCOTEC 

Univ-Constantine -233- Juin- 2011


Chapitre : XIII Étude de la culée

On remarque que la section verticale prédéterminer calculée (16,08cm 2) est supérieure à


2
A S =1, 35 cm , donc elle est capable d’équilibrer le moment dans la partie non encastrée.

 Condition de non fragilité 

ftj 2 .1
A S min ≥0 , 23×b×d × =0 ,23×1 , 00×0 , 35× =4 ,22 cm 2 ¿ 16 , 08 cm2 .. . .. .C . vérifier .
fe 400
Vérification de l’effort tranchant 
Vu=1,35 T G +1,6T Q
Vu=1 ,35×(3 , 81+0 , 681)+1,6×(2 , 29+0 , 546)=10 ,6 t .
10 ,6
Vu== =2 ,132 t /ml .
4 , 47
Vu 2, 132
τ u= = ×10−2 =0 , 061. Mpa.
b0 . d 1 ,00×0 , 35

τ u =min ( 0,1 f c 28 ;3 MPa ) =2,5 MPa.

τ U <τ U
Donc, on n’a pas besoin des armatures pour l’effort tranchant.

 Ferraillage de l`aile sous les charges verticales 

L’aile du mur est assimilé à une console


encastré au voile du mur, donc il faut
un ferraillage au niveau des fibres

Univ-Constantine -234- Juin- 2011


Chapitre : XIII Étude de la culée

Supérieure pour équilibrer son


poids plus superstructure
qui créent un moment
au niveau de son
Encastrement
 Poids propre: PG= 9,79t
As
 Poids de la superstructure :Ps=0,3×4,5=1,35t

3,65 m
MG= 1,84×9,79+1,35×2,25=21,05t.m
 Combinaisons  M

ELU :
M u=1,35 M G+1,6M Q =28,42 t .m.

ELS:
M ser =M G +1,2M Q =21,05 t .m. b0=0,40 m

 Ferraillage

fc 28=25 MPa
b0 =0 , 40 m;d=3 , 65 m; d '=0 . 05 m
Le ferraillage en flexion simple sont calculées par logiciel SOCOTEC

M u=28 , 42 t . m.

 Vérification de la Condition de non fragilité 


f tj 2,1
A S min ≥0 , 23×b×d × =0 , 23×0 , 40×3 ,65× =17 , 623 cm2 .
fe 400
2 2
A S min =17 , cm ¿ A S =2 , 27 cm . .. .. . .C . N .V .
Donc on prend la section d’armatures minimale. As=17,632cm2
Soit: 6HA20 (As=18,84cm2) en deux nappe, dont la distance entre eux est 10cm.
 Effort tranchant 

Univ-Constantine -235- Juin- 2011


Chapitre : XIII Étude de la culée

Vu=1 ,35 T G +1,6 T Q =0 , 76Cm 2 .


Vu=1 ,35×(1 , 35+9 , 79)=15 ,0,4 t .
Vu 15 , 04
τ u= = ×10−2 =0 , 103 MPa .
b0 . d 0,4×3 , 65

τ u =min ( 0,1 f c 28 ;3 MPa ) =2,5 MPa.

τ U <τ U
, donc ; on n’a pas besoin des armatures pour l’effort tranchant.

 Ferraillage de l’autre face du mur

 Ferraillage horizontal 

A S 18 ,26
A H= = =1 , 826 Cm 2
10 10

On adopte : 4HA10 ; avec : St=25cm.


 Ferraillage verticale :
AS 4 ,56
A H= = =2 ,28 Cm 2
2 2
On adopte : 4HA10 ; avec : St=25cm.

3x2HA20
3x2HA20
e=10cme=10cm

Coté comprimée. Coté tendue.

HA12
e=10cm HA20
e=10cm
Univ-Constantine -236- Juin- 2011
Chapitre : XIII Étude de la culée

HA10 HA20
e=10cm e=10cm.

Ferraillage pour
attacher avec le mur
-Coupe verticale- frontal.

Horizontalement Verticalement
HA20 ; e=10cm. HA12 ; e =10cm
Figure:13-8-schéma de ferraillage du mur en retour-.

5. Mur frontal

5.1. Evaluation des efforts sur le mur frontal :


1.00m
Il est soumis aux efforts suivants :
a. Efforts Horizontaux :
- Force de freinage.
- Variation linéaire du tablier (Fluage+Retrait).

Univ-Constantine -237- Juin- 2011

3,7m
Chapitre : XIII Étude de la culée
(+) (-)
O
- La poussée des terres.
- La surcharge Q = 1t/m².
- Effet sismique F = 0,1G (Tablier+Culée).
b. Efforts Normaux :
- Poids du tablier.
- Les éléments de la culée.
- Surcharges sur tablier.
 Remarque : Pour le signes des moments / o :

(+) : moment stabilisateur.


(-) : moment de renversement.

Poids( FV= H(m V(m


Désignation FH=H.P Ms=FV.H Mr=FH.V
t) (1+V).P ) )
Mur CN 14,85 0,000 14,846 9,65 0,000
SH 14,85 1,485 14,846 0,650 9,65 7,237

4,875
garde
grève SH+SV1 14,85 1,485 15,885 10,32 7,237
SH+SV2 14,85 1,485 14,471 9,40 7,237
CN 3,071 0.0000 3,071 2,865 0,000
SH 3,071 0,307 3,071 2,865 1,079
0,933

3,517
Corbeau
SH+SV1 3,071 0,307 3,286 3,065 1,079
SH+SV2 3,071 0,307 2,856 2,664 1,079
CN 82,94 0.0000 82,94 195,7 3 0,000
SH 82,94 8,294 82,94 195,7 3 27,478
3,133

Mur en
2,36

retour SH+SV1 82,94 8,294 88,746 209,44 27,478


SH+SV2 82,94 8,294 77,134 182,03 27,478
105,6
CN 0.0000 105,663 0,000 0,00
6
105,6
Mur SH 10,566 105,663 0,000 20,76
6
1,965
0,00

frontal
105,6
SH+SV1 10,566 113,059 0,000 20,76
6
105,6
SH+SV2 10,566 98,263 0,000 20,76
6
425,8
CN 0.0000 425,895 208.253 0,000
9
425,8
Total SH 42,589 425,895 208.253 55.064
9
culée à / /
425,8
vide SH+SV1 42,589 455,707 222.831 55.064
9
425,8
SH+SV2 42,589 396,077 198,03 55.064
9
Dalle de CN 20,25 0.0000 20,25 66.825 0,00
transition SH 20,25 2,025 20,25 66.825 8.8087

Univ-Constantine -238- Juin- 2011


Chapitre : XIII Étude de la culée

SH+SV1 20,25 2,0, 5 21,667 71.501 8.8087


SH+SV2 20,25 2,025 18,832 3,3 4,3 62,14 8.8087
120,2
CN 0.0000 120.285 396.940 0,000
8
Remblais
120,2
sur la SH 1,2028 120.285 396.940 59.779
8

3,300

4,970
dalle de
120,2
transition SH+SV1 12,028 128.705 424.726 59.779
8
s
120,2
SH+SV2 12,028 111,860 369,138 59.779
8
239,7
CN 0.0000 239,76 / 0,000
6

2,900
239,7
Remblais SH 23,976 239,76 / / 69.530
6
sur la
239,7
semelle SH+SV1 23,976 256,543 / 69.530
6
239,7
SH+SV2 23,976 222,976 / 69.530
6

La CN 40,50 0,00 40,5 133.65 0,000


40,50 4,050 40,5 133.65 541.282
3,300
surcharge SH

4,350
Q (t/m²) SH+SV1 40,50 4,050 43,335 143.005 541.282
SH+SV2 40,50 4,050 37,246 122,91 541.282
867,7
CN 86,77 867,75 672.018 0,000
Total 5
culée+ 867,7 193.182
SH 86,77 867,75 / 672.018
5
remblais /
867,7 193.182
SH+SV1 86,77 928,49 719.058
5
867,7 193.182
SH+SV2 86,77 807,007 624,97
5

Tableau : 138- efforts horizontaux et normaux appliqués au mur frontal

 Calcul des poussées dues aux terres et la surcharge Q :


Désignation Calcul des poids Kh FH V(m) MR=FH.V
Sur mur CN 0,271 87.791 169.44
G.G + SH 0.3288 106.516 205.57
mur
0,5×1,8×(5,85)²×11,7=360,36 1.93
SH+SV1 0.3102 100.49 193.94
frontale SH+SV2 0.3475 112.574 217.27
CN 0,271 16.818 48.77
Surcharge SH 0.3288 20.405 59.17
(Q) sur 1×5,85×11,7=68,445 2,9
MGC+MF SH+SV1 0.3102 19.251 55.83
SH+SV2 0.3475 21.566 62.54
CN 0,271 104.609 218.21
SH 0.3288 126.921 264.74
Total / /
SH+SV1 0.3102 119.741 249.77
SH+SV2 0.3475 134.14 279.81

Univ-Constantine -239- Juin- 2011


Chapitre : XIII Étude de la culée

Tableau :13-9 - poussées dues aux terres et la surcharge Q  -

Effort dû au tablier et aux surcharges :


Désignation Rmax FH=V.P FV=(1+V)P H(m) V(m) Ms=FV.H Mr=FH.V
CN 0,000 332,162 0,000 4,35 0,000 0,000

332,132
Tablier SH 33,216 332,162 0,000 4,35 0,000 144,489
SH+SV1 33,216 355,413 0,000 4,35 0,000 144,489
SH+SV2 33,216 308,910 0,000 4,35 0,000 144,489
Surcharge CN 0,000 171,111 0,000 5,85 0,000 0,000
171,111

SH 17,111 171,111 0,000 5,85 0,000 100,099


sur
SH+SV1 17,111 183,087 0,000 5,85 0,000 100,099
Tablier SH+SV2 17,111 159,132 0,000 5,85 0,000 100,099

Tableau:13-10 - efforts dus au tablier et aux surcharges 

c. Effort de freinage et les efforts dus au (Température ; retrait ; Fluage) 

G×a×b×∑ Δi
H R . fl .T =
T
a, b et T : les dimensions de l’appareil d’appuis.
G=80t ; a=0,35m ; b=0,m30 ; T=0,04m .
ΔR, Δfl, ΔT : sont des déformations (voir chapitre calcul des déformations).
Δ R=0,00486 m.
Δ fl =0,0639m.
Δ T =0,00324m .
80×0. 30×0. 35×(0 . 00486+0 . 0639+0 . 00324)
H R . fl .T = =3 , 474 t /appareil
0. 04
H R . fl .T (total)=3 , 474×7=24 ,32 t
Donc :

FH V(m) MFH/O (+)


Bc 15 4,35 65,25
(T°+R+F) 3,474 4,35 15,11
 Tableau récapitulatif :

Désignation FH FV MFV/O MFH/O


Total culée+ CN 0,000 226.77 672.0185 0,000
remblais (G) SH+SV2 58.681 371.438 719.0586 193.1823

Univ-Constantine -240- Juin- 2011


Chapitre : XIII Étude de la culée

La surcharge CN 0,000 40.5 133.65 0,000


Q (t/m²)
SH+SV2 4.05 43.335 143.0055 541.2825
Poussée des CN 87.791 / / 169.44
terres (G) SH+SV2 112.574 / / 217.27
Poussée de CN 16.818 / / 48.77
surcharge (Q) SH+SV2 21.566 / / 62.54
CN 0.000 332,162 0.000 0,000
Tablier (G)
SH+SV2 33,216 355,413 0.000 144,489
Surcharge sur CN 0,000 171,111 0.000 0,000
tablier (Q) SH+SV2 17,111 183,087 0.000 100.09
Effort de CN 15 ,00 / / 65.25
freinage (Q) SH+SV2 15 ,00 / / 65.25
CN 3.474 / / 15.11
(T+R+F)
SH+SV2 3.474 / / 15.11

V.5.2. Calcul des combinaisons

CN :
{ E .L.U:1,35G+1,6 Q+0,8T.¿¿¿¿
CS: G+Q+0,6 T

a. Condition normale 
État FH FV Moment positif Moment négatif
ELU 172.2 1057.25 423.26 1121.065
ELS 128.057 787.466 315.17 832.398

b. Condition sismique 

Etat FH FV Moment positif Moment négatif


SH+SV2 261.395 914.122 1320.6098 862.064
Tableau:13-11 - efforts appliqués au mur
Vérification du flambement de mur :
frontal -
lf 1
λ= l =0,707×3,95=2,97 m .
i , f ,
0
I
i=
√ B  , B=1,00×3,95=3,95 m2 .
0
m

3,
Univ-Constantine -241- 95Juin- 2011
m
Chapitre : XIII Étude de la culée

1 ,00×3 ,953
I= =5, 138 m4 .
12
5 ,13
i=

3 ,95
=1, 144

l f 2 , 79
λ= = =2 , 447
i 1 ,14
67×e0 67×1, 00
(
λ=max 50 ;min ( h ))
,100 =max 50 ;min
(
3 , 95 ( ))
, 100 =50.

λ=2,447≺λ=50.

Donc : la vérification du flambement n’est pas nécessaire.

5. Calcul des armatures 

a. Les armatures verticales

Le mur sera calculé avec les sollicitations (M u, Nu). On prend une bonde de 1m de
largeur.
1057 ,25
NU= =98,808t /ml .
10,7
787 ,466
N S= =73 ,59t /ml .
10,7
697 , 805
MU= =65 ,215 t /ml .
10 ,7
517 , 228
M S= =51, 723 t /ml.
10 , 7
Donc :

Après le calcul (avec SOCOTEC), flexion composée on trouve que


A S = 0, donc on
prend la section minimale :Au=6,54cm2 1,
f t28 0
A S =0 ,23×a×b× . 0
fe
2,1 b0=1,
A S =0 ,23×1 , 00×1× =12 ,075 cm 2 . A
400 u 00 m
Soit 4HA20 (As=12,56cm2)
d
0,
b. Les armatures horizontales (dues à l’effort tranchant) 0
5
Univ-Constantine -242- Juin- 2011
Chapitre : XIII Étude de la culée

261 ,395 t
T= =66 ,175 t /ml
3 , 95
T 66 , 175
τ u= = ×10−2=0 ,735 Mpa
b×d 1×0,9
τ =min (0,1fc28 ,3 Mpa)=2,5 MPa.
τ u ≺τ ⇒ on peut disposé les armatures transversales à α=90
0
(Armatures
perpendiculaire aux armatures principales).
K=0 (Flexion composée)
Donc :
A t ( τ u −0,5 K ) τ u×b0 2 , 46×1
≥ = = =0 , 00768 m=0 , 735 cm.
S t 0,8 f e ( sin α + cos α ) 0,8 f e 0,8×400
S t ≺min ( 0,9 d ; 40 cm )=40 cm.
2
On fixe : St =20 cm ⇒ A t ≻4 , 58 cm

 Pourcentage minimal 

At  f e  
 max  u ;0,4 MPa .  At  2cm 2 ...............C.Vérifier .
S t  b0  2 
Soit : 4HA14 (As=8,04cm2) ; avec un espacement : St=16cm

c. Armatures verticales de : ( à droite)


As 12 , 08
AV= = =4 , 03 cm2
3 3
Soit : 4HA12 avec un espacement  st=20 cm.

d. Armatures horizontales de :( à droite)


A t 8 ,04
A h= = =4 , 02cm 2 .
2 2
Soit : 4HA12 avec un espacement  St=25 cm.

4HA14, St = 16cm 4HA12, St =25cm

4HA12, St = 20cm

4HA20, St = 25cm

Univ-Constantine -243- Juin- 2011


Chapitre : XIII Étude de la culée

Figure:13-12-schéma de ferraillage de mur frontal- retour-.

Ferraillage à droite Verticalement

Figure-13-13 :-schéma de ferraillage de mur frontal-

6. Étude de la semelle 

6.1. Evaluation des efforts 


L’importance des moments qui se créent à la base de la culée, et pour plus de sécurité en vue
de la stabilité, on a prévu des fondations sur pieux surmontés d’une semelle rigide.
Tableau récapitulatif 
Désignation FH FV MFV/O MFH/O
Total culée+ CN 0,000 867.75 1341.97 0,000
remblais (G) SH+SV2 86.775 928.49 3390.799 326.11
La surcharge CN 0,000 40.5 234.9 0,000
Q (t/m²)
SH+SV2 4.05 43.335 251.343 29.565
Poussée des CN 94.212 / / 304.596
terres (G) SH+SV2 120.807 / / 319.753
Poussée de CN 94.212 / / 304.596
surcharge (Q) SH+SV2 120.807 / / 319.753
CN 0,000 306.767 0.00 0,000
Tablier (G)
SH+SV2 30.677 328.241 0.00 179.46
Surcharge sur CN 0,000 171.101 0.00 0,000
tablier (Q) SH+SV2 17,11 183,085 0.00 125.758
Effort de CN 15 ,00 / / 65.25
freinage (Q) SH+SV2 15 ,00 / / 65.25

Univ-Constantine -244- Juin- 2011


Chapitre : XIII Étude de la culée

CN 3,474 / / 15.11
(T+R+F)
SH+SV2 3,474 / / 15.11
Tableau :13-12 - Efforts appliquées sur la semelle
-
 Calcul des combinaisons :

E .L.U :1,35G+1,6Q+0,8T
CN: E .L.S:G+1,2Q+0,6T
CS: G+Q+0,6 T
a. Condition normale :
État FH FV Moment Nette
ELU 139.837 1428.438 1156.94
ELS 188.484 1924.16 1556.85

b. Condition sismique :

État FH FV Moment Nette


SH+SV1 303.82 1483.151 2504.337

 Effort revenant à chaque pieu

L’effort normal qui revient à chaque pieu est donné par la formule suivante :
5 F V 2 . M nette
Rmin = −
4.n n . b'
3 . F V 2. M nette
Rmax = −
4.n n. b'
Avec : n=6 : nombre des pieux
b’=2m : entre axe des pieu
a. Condition normale :
État FV Mnette Rmin(t) Rmax(t)
ELU 1924.16 1556.85 141.391 499.995
ELS 1428.438 1156.94 104.76 371.378

b. Condition sismique :

État FV Mnette Rmin(t) Rmax(t)


SH+SV1 1483.151 2504.337 108.399 602.78

Univ-Constantine -245- Juin- 2011


Chapitre : XIII Étude de la culée

Selon les résultats précédents, la réaction maximale et minimale sont données par la
condition sismique, on a :
Rmax =284 , 0444 t≺ϕ=375 t ⇒ Pas de risque de tassement.
Rmin =104 , 76 t≻0 ⇒ Pas de risque de soulèvement

6.2. Calcul du ferraillage 

File File
n° 1 n° 2

a. Armatures transversales inférieures 


 ELU 

{ N=1924 ,16t . ¿ ¿¿¿


e=0,85m > (b/6)=0,1667 :donc la méthode de n’est pas applicable
On applique La méthode des moments, Les armatures sont déterminées pour équilibrer le
moment M 1 s’exerçant dans la section S1 située à 0,35b de l’axe du fut.

M 1=R max × ( b2' −0 , 35×b)=499 , 995×( 22 −0 ,35×1)=324 , 99 t . m.


La section d’armature est calculée par SECOTEC :

Univ-Constantine -246- Juin- 2011


Chapitre : XIII Étude de la culée

A sc =0.
M1u
A st .u =105 ,79 cm2 .
 ELS : 1m

{ N=1428 ,438 t . ¿ ¿¿¿ 2m


b
e=0 , 809 m≻ =0 , 1667
6
b'
( )
M 1,ser =R max× −0,35×b = 371,378 times left ( { {2} over {2} } - 0,35 times 1 right )=241,395t . m . } {¿
2
La section d’armature est calculée par SECOTEC 

2
A st =max( A st , u ; A st , ser )=105 ,79 cm .
Soit 14HA32 (Ast=112,56cm2).
 L’espacement entre les barres :
Φ+H −c 2
St= = =0 , 14 m⇒ St =14 cm.
14−1 14
b. Les armatures transversales supérieures :
A s ,sup 112, 56
A s ,sup= = =11, 256 cm2 .
10 10
Soit 10HA12 (Ast=11,31cm2).
2
St= =0,2 m⇒ on prend S t =20 cm.
10

Univ-Constantine -247- Juin- 2011


Chapitre : XIII Étude de la culée

c. Les armatures longitudinales inférieures :


A t ,inf 112, 56
A l ,inf= = =37 ,52 cm2 .
3 3
Soit 8HA25 (Ast=39,28cm2).

2,
St= =0 ,25 m ⇒ on prend St =25 cm.
8
d. Les armatures longitudinales supérieures :
At ,inf 112, 56
A l ,sup= = =11, 256 cm2 .
10 10
Soit 10HA12 (Ast=11,31cm2).

2
St= =0,2 m⇒ on prend S t =20 cm.
10

6.3. Schémas de ferraillage 

Barres HA12
St=20cm

Chaises HA14
St=1m

Barres HA32 Barres8HA25


St=14cm St=25cm/2m
-Coupe transversale-

Univ-Constantine -248- Juin- 2011


Chapitre : XIII Étude de la culée

Figure-13-14 : Schéma de ferraillage de la semelle

Univ-Constantine -249- Juin- 2011

Vous aimerez peut-être aussi