Vous êtes sur la page 1sur 50

La succion digitale est depuis longtemps un sujet très

discuté et à ce titre, il suscite des conduites thérapeutiques


diverses. Il a fallu attendre la fin du XIX ème siècle pour que
l’on prête quelque attention médicale à la succion du pouce.

Les médecins, psychiatres, pédiatres, odontologistes ont tenté


d’élaborer différentes théories.

les orthodontistes sont les premiers


qui ont dénoncé les incidences néfastes
de cette habitude.
La succion est initiée in utero de façon innée, réflexe archaïque
vers la 10eme semaine. A la naissance, c’est le principal moyen de
communication du nouveau-né. Cet acte de succion est
physiologique chez le nourrisson puis chez le petit enfant.
On parle alors de «succion nutritive»

Elle correspond à l’allaitement au sein ou au biberon ou à


la combinaison des deux. Elle a un rôle alimentaire .
Mais, elle peut être couplée avec un autre
type de succion que l’on appelle « succion non nutritive»

Le petit suce son ou ses doigts (le pouce le plus souvent). normale
pendant les deux premières années . Il recherche souvent la sensation
agréable de la tétée et trouve avec son doigt (ou une tétine) un
substitut au téton maternel surtout si la durée du repas est brève.
 Le passage non progressif d’une alimentation liquide à
une alimentation solide avant 6 mois, peut déclencher la
succion du doigt pour compenser l’absence de la possibilité
de tétée .
 La revue de la littérature montre que la succion digitale se
rencontre plus fréquemment chez les enfants allaités
exclusivement au biberon que chez ceux ayant bénéficié de
l’allaitement au sein ou mixte.
 De plus, il est noté que l’habitude de succion est moindre
chez les enfants qui sont allaités au sein sur une longue durée
(11 mois).
 La succion de la tétine n’aurait aucun effet réducteur
sur la succion du pouce. Et en grandissant, certains
enfants abandonnent la tétine pour le pouce.
Pendant la période 2-5 ans, l’enfant poursuit son éveil au
monde extérieur mais il conserve cette habitude de succion en
lui donnant souvent un rôle hédonique qui compense la
fatigue et qui rassure.

Ce comportement est encore normal

Le besoin de succion doit cependant s’estomper avec la


maturation progressive du système nerveux et la capacité à
communiquer.
Cela correspond à la disparition progressive du réflexe
primaire de succion
De 6 à 12 ans, la persistance de la succion peut être le signe
d’immaturité affective et/ou d’un comportement émotif.

Il convient alors de s’interroger sur le comportement


de l’enfant

Y-a-t-il prédisposition à la fatigue,


frustration ou manque d’affection, ennui,
naissance d’un petit frère, mimétisme, maladie,
hospitalisation, maternité tardive, difficultés familiales,
ou tout simplement pérennisation d’une simple habitude ?
Il peut exister des signes associés : sommeil agité,
problèmes scolaires .

L’anamnèse, à ce stade, doit nous permettre de discerner si


cette succion est dite « à vide »

c’est à dire une simple habitude

ou bien si elle est l’expression du psychisme perturbé


de l’enfant.
La plupart des auteurs s’accordent à dire que

« toute succion après l’âge de 5 ans est


considérée comme anormale ».
Le pouce est posé sur la langue qui s’enroule autour. La pulpe
est dirigée vers le haut, l’index se plaçant alors sur le nez.
L’enfant peut y ajouter deux autres doigts
Si c’est l’index qui est choisi, la pulpe peut-être dirigée
soit en haut soit en bas.
D’autres habitudes peuvent accompagner la succion :

• caresser le lobe de l’oreille ou le Nez


• prendre une mèche de cheveux
• sucer avec un chiffon (doudou) ou une peluche qui est, en même
temps, en contact avec la lèvre supérieure ou le nez.
Ce n’est pas avant l’âge de 2-3 ans que les anomalies
apparaissent .

la période sensible est celle de la permutation entre


incisives temporaires et incisives permanentes.

Il faut aussi tenir compte d’une éventuelle


dysmorphose basale qui peut s’affirmer au cours
de la croissance et sur laquelle le pouce a peu
d’influence.
sur la denture

 Tous les suceurs de pouce ne développent pas


forcément de malocclusion.

 La déformation dépend de :
l’intensité

la pression

la fréquence

la durée

Le choix du doigt ou des doigts

La position intra-buccale.
sur la denture

 dans le sens sagittal, on note une Vestibulo-version


des incisives maxillaires avec ou sans diastème,
une linguo-version des incisives mandibulaires
suivant l’appui des doigts.
sur la denture

 le sens vertical : une béance plus ou moins


importante associant une interposition linguale.
sur la denture

 Le sens transversal est, de ce fait, souvent insuffisant. Il est


cependant difficile de faire la part des choses entre une voûte
palatine naturellement profonde et une déformation due
à la succion du pouce.

Ce sont les procès alvéolaires qui subissent l’influence et c’est


leur direction de croissance qui est modifiée

interposition d’un doigt sur la droite


créant une béance et un articulé
latéral inversé à droite
 Un autre effet délétère réside dans le fait que l’enfant
continue à déglutir sur le mode primaire, le pouce étant
posé sur la langue. Il n’y a pas ainsi possibilité d’acquisition
d’une déglutition de type adulte.
 La langue conserve une posture basse de succion –
déglutition et ne remplit pas son rôle de stimulateur de la
croissance maxillaire dans la mesure où elle n’est jamais
plaquée sur la voûte palatine.
sur les doigts

Un des signes de la succion du doigt et qui disparaît


dans les mois qui suivent l’arrêt est la présence d’un
cal sur le doigt concerné.
sur les doigts

Le doigt peut, ainsi, subir une déformation importante


D’une façon générale, il s’agit de déterminer si l’indication
d’arrêt de succion du doigt se justifie ou non

Cependant, si la succion Une succion « surveillée »


S’il n’existe aucune persiste au-delà de 15- peut être favorable
déformation 20 ans, il serait pour solliciter la
dentomaxillaire, judicieux de diriger le croissance maxillaire chez
l’obligation d’arrêt n’a patient vers un un enfant qui initie
pas lieu d’être. psychiatre. une Cl III.
En première intention, Il faut motiver l’arrêt de la
succion sans appareillage.

Le premier rendez-vous

• Qui est demandeur de l’arrêt du pouce, les parents ou l’enfant ?

• Le patient est-il intéressé ou passif, sous l’influence parentale ou


est-il en opposition contre l’autorité ?

• Les questions seront posées à l’enfant en Priorité

• Il faut lui faire comprendre qu’il décidera seul d’arrêter la succion


de son doigt
S’il est d’accord, une méthode en deux temps lui est
alors proposée :

Le 1er temps

arrêter la journée et continuer à sucer


le doigt la nuit
À la maison
 il peut jouer avec une petite balle
qu’il a toujours dans sa poche, pour occuper
ses mains ou bien emboiter deux éléments
de jeu de construction.

 l’ajout de vernis amer permet


de rendre «conscient» un geste
devenu «inconscient».

 Il est possible de dessiner un visage familier


(ami, personnage de dessin animé…) sur le
ou les doigts concernés avec un feutre qui
résiste à l’eau. Ceci pour dire que le doigt
n’aime pas aller dans la bouche car il a peur
du noir.
« Parmi toutes ces propositions, il reste toujours libre de son choix »

Nous pouvons le revoir un mois après et dans tous les cas , il


convient de féliciter l’enfant pour le conforter ou pour
l’encourager à poursuivre l’arrêt de cette mauvaise habitude.
Puis le 2eme temps doit commencer

pendant une période de vacances pour pallier


l’endormissement difficile.

Si la succion est accompagnée d’un  il est recommandé de coudre un


doudou, il faut le supprimer. gant de toilette après la manche du
pyjama.
C’est une étape délicate qui
nécessite l’aide des parents mais Les doigts ne sont pas prisonniers
c’est l’enfant qui, consentant, mais le contact du tissu permet
remet le doudou à sa maman . l’évitement.
Là, c’est une première victoire.
Il peut aussi être proposé à l’enfant, un appareil
d’éducation fonctionnelle qui non seulement ne permet
plus de sucer son doigt mais qui associe la correction des
anomalies fonctionnelles .
STOPPI ® (enfants de 2 à 4 ans)
ECRANS BUCCAUX (enfant de 4 à 8 ans)

Ecran buccal simple


ECRANS BUCCAUX (enfant de 4 à 8 ans)

Ecran buccal avec butée

Recommandé dans les cas où la


mâchoire inférieure est en
position postérieure
à partir de 9-10 ans

il est possible de mettre en place


une grille « anti-pouce »

mais toujours en accord avec le patient en lui


précisant selon ces termes :
« ce n’est pas une punition mais c’est une aide »
il est important de corriger, conjointement ou dans
une seconde phase, le sens transversal et vertical
ainsi que les troubles fonctionnels toujours associés
(persistance d’une déglutition primaire, dysfonction
de la posture linguale).

Plaque amovible d’expansion


Enveloppe Nocturne lingual de Bonnet.

Quad hélix avec une perle empêchant la


succion du pouce
Quad hélix avec une grille anti pouce
Cas clinique 1 :
Cas clinique 2 :

3 mois après l’arrêt de la


succion du pouce, il n’y a
plus d’infraclusie.
Cas clinique 3 :

patiente V.D.
Motif de la consultation : succion du pouce.

Diagnostic : Classe II division 1 avec proalvéolie supérieure,


diastème inter incisif, et béance antérieure de canine à canine.
Plan de traitement : interception de 8 mois avec un
Quadhelix à bras antérieur , suivi d’un traitement multi
bague de courte durée .
 La succion digitale, nécessaire à l’équilibre du petit,
devient pathologique au-delà de l’âge de 5 ans.

 si lors de la première consultation, l’enfant est


totalement passif et ne montre aucune envie d’arrêter
malgré nos propositions d’aide, il est préférable de revoir
ce jeune patient 6 mois à un an plus tard.