Vous êtes sur la page 1sur 190

Dédicaces

Je dédie ce modeste travail :

A mes très chers parents, que dieu les garde et les

protège pour leurs soutien moral et financier, pour

leurs encouragements et les sacrifices qu’ils ont

endurés.

A mon frère

A toute ma famille

Aux chers amis

A tous ce que j’aime et qui m’aiment

A tous ceux qui contribué de prés ou loin à la réalisation de ce


travail,
Remerciement

Je tiens à remercier dans un premier temps, toute l’équipe pédagogique de l’institut


supérieure des études technologique de Sousse et les intervenants professionnels responsables
du mastère professionnel en électrotechnique appliqué aux systèmes d'énergies renouvelables
pour avoir assuré la partie théorique de celle-ci.

Je remercie également Monsieur ************* mon encadrant pédagogique pour


son aide et ses conseils concernant les missions évoquées dans ce rapport, qu’il m’a apporté
lors des différents suivis.

Je tiens de remercier tout particulièrement Monsieur ******************, chef


d’équipe nouveau projet pour m’avoir intégré rapidement au sein de l’entreprise et m’avoir
accordé toute sa confiance pour le temps qu’il m’a consacré tout au long de cette période,
sachant répondre à toutes mes interrogations, sans oublier sa participation au cheminement de
ce rapport.

Enfin, Je remercie ma famille et mes chers amis pour leur compréhension et


soutien moral, j’espère que ce travail soit la bonne expression de ma gratitude.
Résumé
Nomenclature
Sommaire
Remerciement......................................................................................................................

Résumé................................................................................................................................

Liste de figures....................................................................................................................

Liste de tableaux..................................................................................................................

Introduction générale.........................................................................................................1

Chapitre 1 : Sur l’état de l’art des systèmes photovoltaïques..............................................


1. Introduction..............................................................................................................4

2. Les énergies renouvelables.......................................................................................4

2.1. L’énergie éolienne.............................................................................................7

2.2. L’énergie hydraulique.......................................................................................7

2.3. La biomasse.......................................................................................................7

2.4. L’énergie géothermie........................................................................................8

2.5. L’énergie solaire................................................................................................8

2.5.1. Rayonnement solaire.....................................................................................8

2.5.2. Différents type d’énergies solaires................................................................8

2.6. Etude comparative entre solaire photovoltaïque et thermique........................10

3. Généralités sur le système photovoltaïque.............................................................10

3.1. Les installations hybrides................................................................................12

3.2. Les systèmes photovoltaïques en site isolé.....................................................13

3.2.1. Système autonome au fil soleil....................................................................14

3.2.2. Système autonome avec stockage...............................................................15

3.3. Les systèmes photovoltaïques connectés au réseau électrique........................16

3.3.1. Injection de la totalité..................................................................................17

3.3.2. Injection du surplus.....................................................................................17

3.3.3. Etude comparative des systèmes photovoltaïques.......................................19

3.3.4. Etude comparative entre les systèmes photovoltaïques autonomes et les


systèmes raccordés au réseau public.................................................................................19

3.4. Mode d’installation.........................................................................................20

3.4.1. Panneaux photovoltaïques fixés..................................................................20

3.4.2. Panneaux photovoltaïques orientables........................................................21

3.4.3. Panneaux photovoltaïques mobiles.............................................................21

4. L’énergie et générateur photovoltaïque..................................................................21

4.1. Caractéristique courant-tension.......................................................................22


5. Poursuite de point de puissance maximale d’un système PV.................................23

5.1. Méthodes de la dérivée de la puissance..........................................................24

5.2. Méthode de la perturbation et l’observation la (P&O)................................25

5.2.1. Méthode par incrémentation de conductance..............................................26

5.2.2. Méthodes à contre réaction de la tension....................................................27

5.2.3. Méthode à tension de référence fixe............................................................28

5.2.4. Méthode MPPT avec cellule pilote.............................................................28

5.2.5. Méthode avec contre réaction du courant....................................................28

6. Conception et dimensionnement d’une installation photovoltaïque.......................29

6.1. Méthodes de dimensionnement de l’installation PV.......................................29

7. Suivi de performance du système...........................................................................30

8. Défit et tendances d’avenir.....................................................................................30

9. Positionnement de notre étude................................................................................31

Chapitre 2 : Généralités sur les systèmes photovoltaïques..............................................32

1. Introduction............................................................................................................33

2. Le système solaire..................................................................................................33

2.1. Rayonnement solaire.......................................................................................34

3. Énergie photovoltaïque...........................................................................................35

3.1. Principe de fonctionnement d’une cellule.......................................................36

3.2. Raccordement des cellules..............................................................................37

3.2.1. Association en série.....................................................................................38

3.2.2. Association en parallèle...............................................................................38

3.3. Protection d’un module PV.............................................................................39

4. Spécification du générateur photovoltaïque...........................................................40

5. Les différents paramètres de cellule PV.................................................................41

5.1. Le courant de court-circuit..............................................................................43

5.2. La tension en circuit ouvert :...........................................................................43


5.3. Le point du fonctionnement PPM...................................................................43

5.4. Le Facteur de forme........................................................................................44

5.5. Le Rendement de conversion..........................................................................44

5.6. Impact de la température et d’éclairement sur la fonctionnement PV............44

5.6.1. Influence de la température.........................................................................48

5.6.2. Influence de l'éclairement............................................................................49

6. Les différentes configurations de système photovoltaïque.....................................50

6.1. Générateur PV.................................................................................................51

6.1.1. Topologie.....................................................................................................51

6.1.2. Supports de modules....................................................................................52

6.2. Stockage..........................................................................................................53

6.3. Régulateur de charge / décharge.....................................................................54

6.4. Onduleur..........................................................................................................55

6.4.1. Applications autonomes (non raccordées au réseau)...................................56

6.4.2. Application raccordées au réseau................................................................56

6.5. Hacheur...........................................................................................................58

6.5.1. Hacheur série (Buck)...................................................................................59

6.5.2. Hacheur parallèle (Boost)............................................................................59

6.5.3. Hacheur abaisseur-élévateur (Buck-Boost).................................................60

6.6. Les câbles électriques......................................................................................60

6.7. Les coffrets de protection................................................................................61

6.7.1. Coffret DC...................................................................................................61

6.7.2. Protection courant continue.........................................................................61

6.7.3. Coffret AC...................................................................................................62

6.7.4. Protection courant alternatif........................................................................63

7. Conclusion..............................................................................................................63

Chapitre3 : Dimensionnement du système photovoltaïque raccordé au réseau..................


1. Introduction............................................................................................................65

2. Présentation et caractéristiques propre des sites à installer....................................65

2.1. Productible......................................................................................................67

3. Conception et dimensionnement des installations PV............................................69

3.1. Intégration architecturale des installations PV................................................69

3.1.1. Intégration sur toiture inclinée.....................................................................69

3.2. Règles de choix de la taille de l’installation PV..............................................70

3.2.1. Calcul de nombre des modules selon la surface d’implantation.................71

3.2.2. La puissance souscrite.................................................................................72

3.2.3. La consommation annuelle..........................................................................72

3.2.4. Contraintes de sites d’implantation.............................................................73

3.2.5. Angle d’inclinaison optimale......................................................................73

3.2.6. Zone de captage : ombres, masques............................................................74

3.2.7. Dimensionnement de la puissance crête......................................................75

3.2.8. Choix de la tension du fonctionnement.......................................................75

3.2.9. Nombre des modules photovoltaïques.........................................................76

3.2.10. Nombre de modules par chaine.................................................................76

3.2.11. Nombre de modules par parallèle..............................................................77

3.3. Choix de l’onduleur.........................................................................................78

3.3.1. Compatibilité en puissance..........................................................................79

3.3.2. Compatibilité en tension..............................................................................81

3.3.3. Compatibilité en courant.............................................................................83

3.4. Topologie de l'installation PV.........................................................................84

3.5. Dimensionnement du câble coté DC...............................................................84

3.5.1. Chute de tension admissible........................................................................84

3.5.2. Courant admissibles dans les câble Iz.........................................................86

3.6. Protection coté DC..........................................................................................88


3.6.1. Protection contre les surintensités...............................................................88

3.6.2. Parafoudre DC.............................................................................................88

3.6.3. Interrupteur courant continue......................................................................91

3.6.4. Choix de sectionneur général coté DC........................................................91

3.6.5. Choix de sectionneur en amont de l'onduleur.............................................92

3.7. Dimensionnement du câble coté AC...............................................................93

3.7.1. Les disjoncteurs...........................................................................................93

3.7.2. Mise à la terre..............................................................................................94

3.7.3. Parafoudre AC.............................................................................................95

3.7.4. Dimensionnement des câbles AC................................................................96

4. Dimensionnement avec PVSYST.......................................................................98

4.1. Les étapes de simulation PVsyst.....................................................................99

4.1.1. Coordonnées géographiques du site............................................................99

4.1.2. Orientation et inclinaison..........................................................................101

4.1.3. Conception et dimensionnement du proje.................................................101

4.1.4. Les différents types des pertes...................................................................103

4.1.5. Simulation et rapport.................................................................................105

5. Simulation sur SUNNY DESIGN........................................................................105

6. Conclusion............................................................................................................107

Chapitre 4 : Etude économique et modélisation de l’installation........................................

1. Introduction..........................................................................................................109

2. Étude économique................................................................................................109

1.1. Cout de l’investissement initial de l’installation PV.....................................110

1.2. Cout des dépenses annuelles de maintenance et d’exploitation....................110

1.3. Cout de la consommation annuelle...............................................................111

1.4. Gain de la production annuelle (DT/an)........................................................112

1.5. Calcul de la production totale de la centrale pour chaque année..................114


1.6. Calcul de gain en production pour chaque année..........................................114

1.7. Calcul de gain total réalisé par la centrale pour 20 ans.................................115

1.8. Calcul des cash-flows....................................................................................115

1.9. Calcul de l’investissement cash-flow............................................................116

2. Étude de rentabilité de projet................................................................................116

2.1. Temps de Retour Brut sur investissement (ans) : TRB.................................116

2.2. Valeur Actualisée Nette (DT).......................................................................117

2.3. Taux de Rentabilité Interne (%) : TRI..........................................................117

2.4. Outil PV CEM...............................................................................................118

2.5. Structure de l’outil EXCEL...........................................................................118

2.6. Simulation de l’installation...........................................................................120

3. Simulink Matlab...................................................................................................122

3.1. Modélisation et simulation du premier étage................................................122

3.2. Modélisation, simulation et résultat du générateur photovoltaïque..............123

3.3. Modélisation du convertisseur DC-DC.........................................................128

3.4. Commande MPPT du convertisseur DC/DC................................................131

4. Modélisation et simulation du deuxième étage....................................................133

4.1. Convertisseur DC/AC...................................................................................133

4.2. Principe de base de MLI................................................................................136

4.3. Modélisation de l’interface réseau................................................................139

4.4. Contrôle et commande de l’interface de la connexion au réseau en utilisant la


méthode WATT-VAR découplée........................................................................................141

5. Simulation globale de système PV raccordé réseau.............................................145

6. Conclusion............................................................................................................146
Liste de figures
Figure 1.la capacité de production d’énergie renouvelable installée................................5
Figure 2. Production brute d'électricité provenant de sources renouvelables de 1990
jusqu’a 2016 en TW....................................................................................................................6
Figure 3 :Les différents types d’installation photovoltaïque..........................................12
Figure 4. Principe générale de système photovoltaïque en site isolé.............................14
Figure 5. Schéma de principe d’un système PV pompage au fil du soleil.....................15
Figure 6. Schéma de principe d’un système PV autonome avec stockage.....................16
Figure 7. Exemple de système photovoltaïque a injection totale...................................17
Figure 8. Exemple de système photovoltaïque avec autoconsommation.......................18
Figure 9. Un diagramme de comparaison entre la production aves suiveur et la
production avec un système fixe...............................................................................................21
Figure 10. Les différentes zones de caractéristiques du générateur PV.........................22
Figure 11. Chaîne de conversion photovoltaïque avec convertisseur (DC-DC)............24
Figure 12. Caractéristique du point de puissance maximale MPP.................................25
Figure 13. Organigramme de l’algorithme Perturbation et Observation........................26
Figure 14. Organigramme de l’algorithme incrémentation de conductance..................27
Figure 15. Méthode de là contre réaction en courant.....................................................29
Figure 16. Principe de l’énergie solaire photovoltaïque.................................................34
Figure 17. Les composantes de rayonnement solaire.....................................................35
Figure 18. Structure d’une cellule photovoltaïque.........................................................36
Figure 19. Constitution d'une cellule photovoltaïque.....................................................37
Figure 20. Caractéristique d’un groupement en série.....................................................38
Figure 21. Caractéristique d’un groupement en parallèle...............................................39
Figure 22. Les grandeurs physiques d’une cellule.........................................................39
Figure 23. Câblage de diode by-pass..............................................................................40
Figure 24. Les différentes zones de caractéristiques du générateur PV.........................41
Figure 25. Schéma électrique équivalent d’une cellule photovoltaïque.........................42
Figure 26. La caractéristique (I-V) d’une cellule photovoltaïque..................................43
Figure 27. Modèle PV idéal avec une source de courant et une diode...........................45
Figure 28. Modèle Simulink d'une cellule photovoltaïque avec le rayonnement solaire
G et la température T comme entrées.......................................................................................47
Figure 29 . La caractéristique de I=f(V) en fonction de température.............................49
Figure 30. La caractéristique de P= f(V) en fonction de température............................49
Figure 31.La caractéristique I=f(v) en fonction de l'éclairement...................................50
Figure 32. La caractéristique P = f(v) en fonction de l'éclairement...............................50
Figure 33. Constitution d’un générateur photovoltaïque...............................................51
Figure 34. Exemple d’un régulateur de charge...............................................................54
Figure 35. Les différentes structures de l’onduleur pour applications photovoltaïques
connectés au réseau (régime triphasées) (1) La structure de l’inverseur centrale (CI), (2)
chaîne et structure multi string d’onduleurs (MCI) et (3) structure intégrée au module (MIC,
micro-onduleur)........................................................................................................................57
Figure 36. Hacheur série (abaisseur)..............................................................................59
Figure 37. Hacheur parallèle (élévateur)........................................................................60
Figure 38. Hacheur abaisseur-élévateur.........................................................................60
Figure 39. Vue de dessus de l'usine KMC (à partir Google Maps)................................65
Figure 40. Localisation de Msaken avec logiciel PVGIS [36].......................................66
Figure 41. La productible en Tunisie d’après la carte de ressource solaire....................68
Figure 42. L'emplacement ou on peut installer une installation photovoltaïque............69
Figure 43. Raccordement à la terre.................................................................................95
Figure 44. Fenêtre de l'interface du PVsyst....................................................................99
Figure 45. Création de notre site..................................................................................100
Figure 46. Données géographiques du site...................................................................100
Figure 47. Orientation et inclinaison des modules.......................................................101
Figure 48. Configuration du champ 1,2........................................................................102
Figure 49. Configuration du champ 3...........................................................................102
Figure 50. Pertes thermiques........................................................................................103
Figure 51. Pertes ohmiques..........................................................................................104
Figure 52. Pertes d’encaissement.................................................................................104
Figure 53. Donné de projet...........................................................................................106
Figure 54. Configuration de notre projet......................................................................106
Figure 55. Aperçu des différentes feuilles de l’outil Excel..........................................118
Figure 56. Schéma synoptique d’un système photovoltaïque connecté au réseau.......122
Figure 57. Schéma de la modélisation du module PV sous Matlab/Simulink.............126
Figure 58. Caractéristique (P_v=f(V_p)) du GPV.......................................................127
Figure 59. Les caractéristiques Ipv=f(Vpv) et Ppv=f(Vpv) du champ de 77 KWc.....127
Figure 60. Schéma de l’hacheur survolteur..................................................................128
Figure 61. Modélisation d’un hacheur boost................................................................131
Figure 62. Chaine de conversion PV avec convertisseur DC/DC contrôlé par une
commande MPPT....................................................................................................................131
Figure 63. Principe de fonctionnement de la méthode P&O........................................132
Figure 64. Schéma de l’onduleur de la tension............................................................133
Figure 65. Schéma de modélisation du convertisseur DC/AC.....................................135
Figure 66. Caractéristique des courants de ligne à la sortie d’onduleur.......................135
Figure 67. Caractéristique des tensions composées à la sortie d’onduleur..................136
Figure 68. Schéma synoptique de la MLI.....................................................................137
Figure 69. La modulation de largeur d’impulsion........................................................138
Figure 70.Modulation de la MLI sur Matlab/Simulink................................................138
Figure 71. Représentation du filtre RL.........................................................................139
Figure 72. Diagramme de blocs d’une PLL.................................................................140
Figure 73 : Diagramme schématique d’un PLL...........................................................141
Figure 74. Schéma simplifie de la liaison au réseau.....................................................141
Figure 75. Schéma bloc de la méthode Watt-Var découplée.......................................143
Figure 76. Schéma global du control par la méthode Watt-Var découplé...................144
Liste de tableaux
Tableau 1. Etude comparative entre les systèmes autonomes et les systèmes raccordés
au réseau public.........................................................................................................................19
Tableau 2.Méthode de calcul pour le facteur de forme et le rendement........................23
Tableau 3 :......................................................................................................................50
Tableau 4. Déférence entre la charge PWM et la charge MPPT....................................55
Tableau 5. Les données métrologies des sites................................................................65
Tableau 6. Profil solaire.................................................................................................67
Tableau 7. Résumé les informations du champ à installe..............................................68
Tableau 8. Avantages et inconvénient du montage en surimposition............................70
Tableau 9. Caractéristique du panneau IF-M385-72......................................................70
Tableau 10. Consommation en kWh..............................................................................72
Tableau 11. Impact de l’orientation et de l’inclinaison des modules sur le productible
d’un module photovoltaïque.....................................................................................................74
Tableau 12. Les tensions du système correspondantes à chaque intervalle de puissance
crête...........................................................................................................................................76
Tableau 13. Caractéristique de l’onduleur Sunny Tripower 25000TL..........................80
Tableau 14. Calcule de la section des câbles..................................................................85
Tableau 15. Choix de courant maximal admissible Nombre des lour maximale
admissible I(A)..........................................................................................................................86
Tableau 16. Courant admissible des câbles pour installation photovoltaïque pour une
température maximale à l’amé de 90°C....................................................................................87
Tableau 17. Vérification le courant admissible..............................................................87
Tableau 18 . Choix du type parafoudre..........................................................................89
Tableau 19. Critères du choix de disjoncteur.................................................................94
Tableau 20. Choix de dispositif de coupure différentielle.............................................94
Tableau 21. Calibres de protection normalisés..............................................................97
Tableau 22. Cout de l’investissement...........................................................................109
Tableau 23. Cout de la consommation annuelle...........................................................111
Tableau 24. Nombre d’heures de production PV par poste uniforme..........................113
Tableau 25. Gain total réalisé par la centrale en DT....................................................113
Tableau 26. Gain totale réalisé par la centrale PV (DT)..............................................115
Tableau 27. Calcul Cash-Flow.....................................................................................116
Tableau 28. Caractéristiques électriques et physique du générateur PV choisi pour
modélisation et la simulation..................................................................................................125
Introduction générale

L
a production d’énergie est un défi de grande importance pour les années à
venir, en effet l’énergie est un facteur essentiel au développement
économique, dans tous les pays du monde. Son importance relative s’accroît
avec les progrès techniques, l’industrialisation et le besoin de confort moderne.
L’augmentation de sa production est synonyme d’amélioration de la qualité de vie et de
création de richesse

Dans le monde actuel, la problématique de la gestion énergétique est primordiale. En


effet, la mondialisation dans son évolution rapide des populations accroît les demandes en
énergie de façon exponentielle. Les industries, l’immobilier, les transports consomment de
plus en plus les réserves naturelles fossiles, alors que leurs niveaux sont déjà extrêmement
faibles. La nouvelle conquête du 21ème siècle est de pouvoir optimiser au mieux tous les
systèmes existants et en découvrir de nouveaux plus propres. Cette transition énergétique doit
s’inscrire dans une étape de développement durable, sociétale, environnementale et bien sûr
économique. L’une des voies d’exploitation est « le vecteur chaleur ». [1]

Dans ce contexte les sources d'énergies dites renouvelables constituent une bonne
alternative pour répondre aux besoins énergétiques de nos pays. En effet, sous les tropiques,
ces sources d'énergie ont l'avantage d'être abondantes, inépuisables et non polluantes.
Cependant l'inconvénient majeur réside dans la nature irrégulière de la fourniture énergétique
dans le temps.

Dernièrement un largement développement à petite échelle d’énergies renouvelables


telles que les systèmes solaires hybride : thermiques ou photovoltaïques, éoliennes, piles à
combustibles …etc. a été enregistré. Cela a conduit à une combinaison de plusieurs sources
d’énergies, ces systèmes sont appelées hybrides parce qu’ils sont utilisés pour fournir
plusieurs besoins énergétiques.

L’énergie photovoltaïque est apparue comme l’une des principales sources d’énergie
renouvelables. L’électricité solaire est plus couteuse que celle produite par les énergies
fossiles : charbon, gaz et pétroles. Mais au cours des deux dernières décennies, l’écart entre

Fakher MEHREZ | 1
cout s’est diminué. Le domaine croissant du silicium cristallin qui est à 90% dans le marché
photovoltaïque est surprenante compte tenu de la grande variété de matériaux concurrents
capables de produire l’effet photovoltaïque. Même si la transformation de ce dernier couté
cher le prix des installations solaires a continué de baisser, les investissements dans les
énergies renouvelables ont explosées.

Seul l’invention et les avances techniques des scientifiques permettront de rendre


l’énergie photovoltaïque plus efficace et abordable. Parmis ces avances, le développement des
outils, de modélisation et simulation des systèmes photovoltaïque pour servir de guide aux
installations photovoltaïques.

Fakher MEHREZ | 2
Chapitre 1 : Sur l’état de
l’art des systèmes
photovoltaïques
Chapitre 1 : Sur l’état de l’art des systèmes photovoltaïques

1. Introduction 

L’utilisation des énergies renouvelables connaît une croissance significative dans le


monde, devant la demande croissante d’énergie électrique essentiellement pour les besoins
des régions éloignées dépourvus d’électricité fiable, désertes et montagneuses. Une grande
partie de l’énergie consommée provient des combustibles fossiles (pétrole, gaz naturel,
charbon, etc.…) dont l’utilisation massive peut conduire à l’épuisement de ces réserves et
menace réellement l’environnement, cette menace s’est manifestée principalement à travers la
pollution et le réchauffement global de la terre.

Aujourd’hui plusieurs sources d’énergies renouvelables sont distinguées, l’énergie


hydroélectrique, l’énergie géothermique, l’énergie de la biomasse, l’énergie éolienne et
l’énergie photovoltaïque. L’avantage principal de ces énergies renouvelables et que leurs
utilisations ne polluent pas l’atmosphère et qu’elles ne produisent pas de gaz à effet de serre
comme le dioxyde de carbone et les oxydes d’azotes qui sont responsables du réchauffement
de la terre. [1]

2. Les énergies renouvelables

Une énergie est dite renouvelable lorsqu'elle est produite par une source que la nature
renouvelle en permanence, contrairement à une énergie dépendant de sources qui s’épuisent.
Les énergies renouvelables sont très diverses mais elles proviennent toutes de deux sources
naturelles principaux [13] :

 Le Soleil : il émet des rayonnements transformables en électricité ou en chaleur, il


génère des zones de températures et de pression inégales à l’origine des vents, il
engendre le cycle de l’eau, il permet la croissance des plantes et la génération de la
biomasse.
 La Terre : dont la chaleur interne peut être récupérée à la surface.

Les recherches dans le monde entier, le développement, et les grands efforts de mise en
œuvre sont axés sur les énergies renouvelables. Historiquement, l’hydro-électricité a
représenté la majeure partie de la capacité de production d’énergie renouvelable installée, qui
est maintenant plus de 300TW, comme il est illustré dans Figure1 [12]

Fakher MEHREZ | 4
Figure 1.la capacité de production d’énergie renouvelable installée .

Le caractère renouvelable de ces énergies, leurs faibles émissions de déchets, de rejets


polluants et de gaz à effet de serre sont des avantages. Mais leur pouvoir énergétique,
relativement disséminé, est beaucoup plus faible que celui des énergies non renouvelables
fortement concentrées. Elles peuvent être dans le cas du solaire et de l’éolien
« intermittentes » et difficilement stockables car elle est immédiatement transformée en
électricité, nécessitant alors l’apport ponctuel d’autres énergies. Leur mise en œuvre suppose
aussi des investissements lourds, même si avec le temps elles deviennent de plus en plus
compétitives face aux énergies fossiles. [13]

Le terme énergie renouvelable est employé pour désigner des énergies qui, à l'échelle


humaine au moins, sont inépuisables et disponibles en grande quantité. Ainsi, il existe cinq
grands types d'énergies renouvelables : l'énergie solaire, l'énergie éolienne, l'énergie
hydraulique, la biomasse et la géothermie. Leur caractéristique commune est de ne pas
produire, en phase d'exploitation, d'émissions polluantes , et ainsi d'aider à lutter contre l'effet
de serre et le réchauffement climatique. [14]
Figure 2. Production brute d'électricité provenant de sources renouvelables de 1990 jusqu’a 2016 en TW
2.1. L’énergie éolienne 

L'énergie éolienne est une source d'énergie qui dépend du vent. Le soleil chauffe
inégalement la Terre, ce qui crée des zones de températures et de pression atmosphérique
différentes tout autour du globe. De ces différences de pression naissent des mouvements
d'air, appelés vent. Cette énergie permet de fabriquer de l'électricité dans des éoliennes,
appelées aussi aérogénérateurs, grâce à la force du vent. [15]

Les éoliennes peuvent être installées sur la terre ferme. On parle alors d'éoliennes
onshores. Ce sont techniquement les plus simples à imaginer. Même si les espaces qui
peuvent leur être réservés pourraient rapidement venir à manquer. Et les plus efficaces
pourraient être des éoliennes installées en mer que l'on qualifie d'éoliennes offshore.

Tout comme l'énergie solaire, l'énergie éolienne est une énergie intermittente. Les
éoliennes ne produisent que lorsque le vent souffle. En revanche, contrairement aux panneaux
solaires, il peut être difficile d'installer une éolienne dans son jardin. La technologie est plutôt
réservée aux grandes installations. [14]

2.2. L’énergie hydraulique

La force de l’eau en mouvement énergie cinétique  est connue depuis longtemps :


pendant des siècles. C’est elle qui a actionné les moulins à aubes pour produire de l’énergie
mécanique. L’énergie hydraulique moderne, que l’on a appelé la « houille  blanche », est
aujourd’hui utilisée dans des centrales pour produire de l’électricité. Une quarantaine de pays
s’appuient sur elle pour produire plus du cinquième de leur électricité. La part de l’énergie
hydraulique dans l’électricité mondiale est de 16,4 %, derrière le charbon et le gaz, mais
devant le nucléaire. [13]

2.3. La biomasse 

La biomasse est constituée de toutes les matières organiques d'origine végétale


(micro-algues incluses), animale, bactérienne ou fongique (champignons). Le bois a pendant
des siècles constitué, via sa combustion, la principale source d’énergie avant d’être détrôné
par le charbon puis le pétrole et le gaz. Mais il y a d’autres formes d’utilisation de la
biomasse. La méthanisation produit du biogaz à partir de nos déchets ménagers ou agricoles.
Le raffinage de la biomasse végétale permet la production de biocarburants. [13]
2.4. L’énergie géothermie

La géothermie utilise la chaleur des aquifères du sous-sol, voire des roches sèches,


captée à plus ou moins grande profondeur, pour alimenter des quartiers urbains, des bâtiments
ou des usines, ou encore produire de l’électricité via des centrales. Certains pays dont les
conditions géologiques sont favorables l’utilisent de façon massive, comme l’Islande ou les
Philippines, deux pays volcaniques. La chaleur d’autres sources peut aussi être captée et
utilisée dans des réseaux ou des processus industriels. [13]

2.5. L’énergie solaire 

L'énergie solaire est une source d'énergie qui dépend du soleil. Cette énergie permet de
fabriquer de l'électricité à partir de panneaux photovoltaïques ou des centrales solaires
thermiques, grâce à la lumière du soleil captée par des panneaux solaires.

L’énergie solaire est propre, n'émet aucun gaz à effet de serre et sa matière première, le
soleil bien que distant de plus de 150 millions de kilomètres de nous, est gratuite, inépuisable
et disponible partout dans le monde. [15]

2.5.1. Rayonnement solaire 

Le rayonnement solaire est l'ensemble des ondes électromagnétiques émises par


le Soleil. Il est composé de toute la gamme des rayonnements, de l'ultraviolet lointain comme
les rayons gamma aux ondes radio en passant par la lumière visible1. Le rayonnement solaire
contient aussi des rayons cosmiques de particules animées d'une vitesse et d'une énergie
extrêmement élevées. Une partie de ce rayonnement est filtrée par la couche d'ozone avant
d'atteindre la troposphère. Via la photosynthèse il est nécessaire à la plupart des espèces qui
vivent sur la Terre. [16]

2.5.2. Différents type d’énergies solaires 

Parmi les types d’énergie solaire, nous citons :

 L’énergie thermique
 L’énergie passive
 L’énergie thermodynamique
 L’énergie photovoltaïque.
2.5.2.1. L’énergie thermique 

Cette énergie est la transformation des rayons du soleil en énergie thermique c'est-à-dire
en chaleur. Cette énergie peut être utilisée directement soit pour le chauffage mais aussi pour
obtenir de l'eau chaude.

Le principe général est de concentrer les rayons solaires en un seul endroit. Ceux-ci sont
alors piégés par des capteurs solaires thermiques vitrés qui transmettent l'énergie solaire à des
absorbeurs métalliques. Ces mêmes absorbeurs réchauffent alors un réseau de tuyaux où
circule un fluide caloporteur (c’est un fluide qui reçoit de la chaleur en un point de son circuit
et qui la cède en un autre point). Cet échangeur chauffera, par la suite, à son tour de l’eau
stockée dans un cumulus, cette même eau ira alimenter chauffe-eau (pour l’eau sanitaire) et
systèmes de chauffages solaires.

2.5.2.2. L’énergie passive 

C'est une énergie non polluante et qui est disponible en grande quantité. Ce type
d'énergie va être utilisé pour le chauffage, pour l'éclairage naturel et la climatisation des
locaux. Son fonctionnement : l'énergie lumineuse du soleil qui pénètre à l'intérieur des pièces
par les fenêtres et qui est absorbée par les mûrs mais aussi par les meubles, par les planchée,
est rejetée sous forme de chaleur.

2.5.2.3. L’énergie thermodynamique 

L'énergie solaire thermodynamique est un moyen de produire de l'électricité et


d'accumuler l'énergie thermique nécessaire à cette production pendant plusieurs heures après
le coucher du soleil, dans des centrales solaires à concentration. Le principe est de concentrer
la chaleur du soleil par des miroirs pour chauffer un fluide haute température (plusieurs
centaines de degrés) afin de générer de la vapeur par échange thermique pour ensuite produire
de l'électricité au moyen d'une turbine. Le fluide utilisé peut conserver sa chaleur pendant
plusieurs heures après le coucher du soleil, cela permet de produire de l'électricité en début de
soirée, au moment où la consommation est la plus importante.

2.5.2.4. L’énergie photovoltaïque 

Cet effet photovoltaïque a été découvert par Alexandre Edmond Becquerel en 1839.
Cette forme d'énergie reste aujourd'hui quantitativement négligeable mais nous la prédisons
un grand avenir, son coût baissera fortement dans les années à venir. Cette énergie sera
durable et ne devra nécessiter d'aucun entretien. Elle peut répondre aux besoins en énergie
électrique d'une maison, contrairement aux autres formes d'énergies solaires qui ne produise
que de la chaleur grâce aux capteurs du panneau qui transforme les rayonnements du soleil en
utilisant des cellules photovoltaïques. Une cellule photovoltaïque est un composant
électronique qui exposé à la lumière, génère une tension électrique, ces cellules se présentent
sous la forme de deux fines plaques. Le courant qui en ressort est continu donc cette énergie
produit de l'électricité.

2.6. Etude comparative entre solaire photovoltaïque et thermique

L’énergie transportée par le rayonnement solaire peut être exploitée par différentes
technologies selon l’usage final recherché. Les technologies solaires photovoltaïques
transforment ce rayonnement directement en électricité tandis que les technologies solaires
thermiques exploitent l’énergie calorifique que ce rayonnement crée dans des matériaux
l’ayant absorbé.

Dans le cas du solaire photovoltaïque, une partie du rayonnement solaire est captée au
moyen d’une cellule photoconductrice. Les photons composant ce rayonnement mettent en
mouvement des électrons au sein de la cellule, ce qui produit un courant électrique. Un
pavage de miroirs ou de lentilles peut permettre de concentrer le rayonnement solaire sur une
petite cellule à hautes performances convertissant une part plus étendue du spectre lumineux
en énergie électrique. C’est la de concentration. Dans le cas du solaire thermique, c’est la
chaleur issue de l’absorption du rayonnement par des capteurs thermiques qui est exploitée.
Cette énergie calorifique est transmise à un fluide qui permet par exemple de chauffer une
surface (ex : plancher) ou de l’eau sanitaire (dans un « chauffe-eau »). L’énergie solaire
thermique peut également servir à rafraîchir des bâtiments par absorption de chaleur. Il est
également possible de convertir l’énergie solaire thermique en électricité par le biais
d’un système solaire à concentration thermodynamique, le rayonnement est concentré au
moyen de miroirs sur un fluide caloporteur qu’il chauffe à haute température. La vapeur sous
haute pression résultant de la chaleur du fluide actionne un turboalternateur pour produire de
l’électricité.

3. Généralités sur le système photovoltaïque

Dans les références [5]et [4], le mot " photovoltaïque " vient du grec " photo " qui
signifie lumière et de" voltaïque " qui tire son origine du nom d’un physicien italien
Alessandro Volta (1754 -1827) qui a beaucoup contribué à la découverte de l’électricité, alors
le photovoltaïque signifie littérairement la lumière électricité.

Ce phénomène est découvert au 19ème siècle par le physicien Alexandre Edmond


Becquerel. La première cellule photovoltaïque est développée début 1954 pour l’alimentation
en énergie des satellites. Depuis 1958, les cellules photovoltaïques alimentent seulement le
système énergétique des satellites jusqu’à ses premières applications terrestres au début des
années 70. Le photovoltaïque fut utiliser pour l’alimentation en énergie de petites maisons
isolées et d’équipements de télécommunications. [23]

L’effet photovoltaïque a été découvert par le physicien français A. Becquerel en 1839.


Le mot « photovoltaïque » vient du mot « photo » (du grec « phos » qui signifie « lumière »)
et du mot « Volt » (patronyme du physicien Alessandro Volta qui a contribué de manière très
importante à la recherche en -9électricité)

Le terme « photovoltaïque » désigne le processus physique qui consiste à transformer


l'énergie lumineuse en énergie électrique par le transfert de l'énergie des photons aux
électrons d’un matériau. Le principe photovoltaïque a été découvert par le physicien français
A. Becquerel en 1839 et expliqué par Albert Einstein en 1905 (c’est pour cette explication
qu’il a reçu le prix Nobel de Physique en 1921). [3]

L’énergie solaire photovoltaïque est une forme d’énergie renouvelable permettant de


produire de l’électricité par la transformation d’une partie du rayonnement solaire grâce à des
modules solaires photovoltaïques, comprenant plusieurs cellules photovoltaïques reliées entre
elles. Les impacts locaux du solaire sont très réduits : pas de bruit, pas de rejets et, sur le plan
visuel, une relative discrétion voire pour certaines structures intégrées au bâtiment une réelle
élégance. [1]

L’énergie solaire photovoltaïque provient de la conversion de la lumière du soleil en


électricité au sein de matériaux semi-conducteurs comme le silicium recouvert d’une mince
couche métallique. Ces matériaux photosensibles ont la propriété de libérer leurs électrons
sous l’influence d’une énergie extérieure, c’est l’effet photovoltaïque. L’énergie est apportée
par les photons (composants de la lumière) qui heurtent les électrons et libèrent un courant
électrique continu. L’électricité produite est disponible sous forme d’électricité directe ou
stockée en batteries ou en électricité injectée dans le réseau. [16]
Un générateur solaire photovoltaïque est composé de modules photovoltaïques eux
même composés de cellules photovoltaïques connectées entre elles. [16]

Les systèmes photovoltaïques sont actuellement divisés en trois grandes catégories à


savoir :

 Les systèmes autonomes


 Les systèmes hybrides
 Les systèmes raccordés au réseau.

Les deux premiers sont indépendants du service public de distribution d’électricité


nous les retrouvons souvent dans les régions éloignées. [2]

Figure 3 :Les différents types d’installation photovoltaïque.


3.1. Les installations hybrides

Dans les références [9]et [11], un système hybride à sources d'énergie renouvelables est
un système électrique, il s’agit de l’association de deux types d’énergies différentes au
minimum, comprenant plus d'une source d’énergie, parmi eux une au moins est renouvelable.
Le système hybride peut comprendre un dispositif de stockage. Lorsqu’il s’agit des périodes
nuageuses ou bien les accumulateurs sont faibles, c’est le groupe électrogène qui va s’occuper
de la tâche. Si ces périodes sont venteuses, c’est l’éolienne qui prend la relève et charge ces
accumulateurs.
Divers travaux de recherche [1] et [2], sont intéressés à l’étude d’installations hybrides
Les systèmes hybrides, qui sont également indépendants des réseaux de distribution
d’électricité, sont composés d’un générateur photovoltaïque combiné à une éolienne ou à un
groupe électrogène à combustible et même parfois le réseau publique d’électricité.

Un tel système s’avère un bon choix pour les applications qui nécessitent une
alimentation continue d’une puissance assez élevée, lorsqu’il n’y a pas assez de lumière
solaire à certains moments de l’année, ou bien lorsque nous voulons diminuer notre
avertissement dans les champs de modules photovoltaïques et les batteries d’accumulateurs.
[2]

Les systèmes hybrides peuvent être divisés en deux groupes. Dans le premier groupe,
nous trouvons les systèmes hybrides, travaillant en parallèle avec le réseau électrique, appelés
aussi connectés réseau. Ces systèmes contribuent à satisfaire la charge du système électrique
du pays. Les systèmes hybrides du deuxième groupe fonctionnent en régime isolé ou en mode
autonome. Ils doivent répondre aux besoins des consommateurs situés dans des sites éloignés
du réseau électrique (refuges de montagne, îles, villages isolés, panneaux de signalisation
routière etc…). [9]

3.2. Les systèmes photovoltaïques en site isolé 

Les systèmes photovoltaïques sont installés pour assurer un fonctionnement autonome


sans recours à d’autres sources d’énergie, c’est à dire éloignés du réseau électrique.
Généralement, ces systèmes sont utilisés dans les régions isolées et éloignées du réseau.

Une installation photovoltaïque autonome est une installation qui produit de l'électricité
grâce au soleil, mais qui fonctionne indépendamment du réseau électrique, ils peuvent
comporter des accumulateurs qui emmagasinent l’énergie produite par les modules au cours
de la journée servant la nuit ou lors des périodes où le rayonnement solaire est insuffisant. Ces
systèmes peuvent également répondre aux besoins d’une application (par exemple, le
pompage de l’eau) sans recours aux accumulateurs. En règle générale, les systèmes PV
autonomes sont installés là où ils constituent la source d’énergie électrique la plus
économique. [2]

Dans un système photovoltaïque, la ressource solaire ne pouvant être disponible à tout


moment, il est indispensable de stocker de manière journalière ou saisonnière de l’énergie
électrique produite par les panneaux solaires. Nous utilisons pour cela des batteries
d’accumulateurs. [5]

Selon le besoin, les systèmes autonomes alimentent un ou plusieurs consommateurs


situés dans des zones isolées du réseau électrique. [1]

Un système est dit « autonome », lorsqu’il ne dépend que d’une seule source d’énergie,
comme le cas du système photovoltaïque autonome qui est sous l’énergie solaire uniquement.
Il est utilisé fréquemment dans les endroits isolés, par exemple dans des chalets où leurs
raccordements au réseau de distribution sont très loin. L’énergie solaire n’est disponible que
le jour, et dans le but d’adapter la production à la demande, ce système nécessite des éléments
de stockages, donc des accumulateurs. [11]

Figure 4. Principe générale de système photovoltaïque en site isolé.

Nous pouvons classer les systèmes photovoltaïques autonomes selon leur utilisation
en deux catégories qui sont [17] :

3.2.1. Système autonome au fil soleil

Dans ce cas, l’appareil alimenté ne fonctionnera qu’en présence d’un éclairement solaire
suffisant pour son démarrage. Le système au fils de soleil est adapté pour toutes les
applications qui n’ont pas besoin de fonctionner dans l’obscurité, et pour lesquelles le besoin
en énergie coïncide avec la présence de l’éclairement solaire. Mais il faut bien dimensionner
le générateur photovoltaïque de sorte qu’il ait assez de puissance pour alimenter l’appareil à
l’éclairement le plus faible. Le pompage photovoltaïque est un exemple de cette catégorie de
système autonome. [17]

En journée, le générateur photovoltaïque alimente l'utilisation directement ou via un


convertisseur Courant Continu/Courant Continu (CC/CC) ou Courant Continu/Courant
Alternatif (CC/AC). La puissance délivrée à l’utilisation est fonction de l'ensoleillement.
Durant la nuit, l'utilisation n'est plus alimentée et donc est à l'arrêt. Les principales
applications photovoltaïques fonctionnant au fil du soleil sont les suivantes : le pompage, la
ventilation, la production de froid, le dessalement d’eau de mer, entre autres.

Figure 5. Schéma de principe d’un système PV pompage au fil du soleil

3.2.2. Système autonome avec stockage 

C’est la configuration la plus courante des systèmes photovoltaïques autonomes. Elle


comporte des batteries qui emmagasinent l’énergie électrique produite par le générateur
photovoltaïque au cours de la journée. Donc, le stockage électrochimique est indispensable
pour assurer le fonctionnement nocturne ou durant un nombre de jours prédéfinis dans le
dimensionnement des systèmes photovoltaïques. [17]

En journée, le générateur photovoltaïque alimente les récepteurs courant continu en


fonctionnement et charge la batterie de stockage. Un contrôleur de charge évite la surcharge
de la batterie en cas de surproduction solaire. Durant la nuit et par mauvais temps, les
récepteurs sont alimentés par la batterie. Un limiteur de décharge protège la batterie en cas de
décharge profonde. En présence de récepteurs fonctionnant en alternatif, un onduleur
autonome convertit la tension continue en tension alternative, permettant ainsi leur
alimentation.

Figure 6. Schéma de principe d’un système PV autonome avec stockage.

3.3. Les systèmes photovoltaïques connectés au réseau électrique

Les systèmes de production d’énergie photovoltaïque connectés à un réseau sont une


résultante de la tendance à la décentralisation du réseau électrique. L’énergie est produite plus
près des lieux de consommation sans demander de grandes centrales thermiques ou
hydroélectriques. Au fil du temps, les systèmes connectés à un réseau réduiront la nécessité
d’augmenter la capacité des lignes de transmission et de distribution. Un système connecté à
un réseau produit sa propre électricité et achemine son excédent d’énergie vers le réseau,
auprès duquel il s’approvisionne au besoin ces transferts éliminent le besoin d’acheter et
d’entretenir une batterie d’accumulateurs. Il est toujours possible d’utiliser ceux-ci pour servir
d’alimentation d’appoint lorsque survient une panne de réseau, survient nécessaire.

Si elle est connectée au réseau électrique, l’installation électrique injecte totalement ou


partiellement l’énergie produite. Dans le premier cas, l’électricité est rachetée par le
producteur d’électricité choisi par contrat. Cela implique une installation avec un compteur de
production et un compteur de non consommation. Dans le deuxième cas, s’il y a un surplus
d’énergie, celle-ci peut être revendue si la puissance de l’installation est supérieure à 3KWc.
[4]
Dans ce cas de système, il s’agit plus de stockage d’énergie, donc elle est injectée
totalement dans le réseau électrique. Cela comprendre l’absence de batteries d’accumulateurs
ce qui diminue le coût d’installation, et réduire la complexité du fonctionnement. Ainsi, en
terme d’investissement et de fonctionnement, ces systèmes sont les plus avantageux. Un tel
système s’installe sur un site raccordé au réseau, généralement sur les habitations ou les
entreprises qui souhaitent recourir à une forme d’énergie renouvelable et qui bénéficient d’un
bon ensoleillement. [11]

3.3.1. Injection de la totalité 

Dans le cas de la vente de la totalité, l'installation est raccordée au réseau avec un


compteur de production en parallèle du compteur de consommation.

La totalité de l'électricité produite est vendue. Une partie peut être consommée
physiquement par le producteur si la consommation et la production ont lieu simultanément.
Dans ce cas, l'électricité produite est d'abord vendue via le compteur de production puis
achetée via le compteur de consommation. [19]

Figure 7. Exemple de système photovoltaïque a injection totale.

3.3.2. Injection du surplus 

Dans les références [15] et [18], l’autoconsommation est dite totale lorsque aucun
surplus n’est renvoyé sur le réseau. Elle est dite partielle lorsqu’un surplus de production non
consommé est renvoyé sur le réseau. Dans le cadre de l’autoconsommation avec revente du
surplus, il s’agit donc d’autoconsommation partielle avec revente de surplus. Aujourd’hui
nous pouvons rejeter sur le réseau gratuitement le surplus de votre production non
consommée dans la limite d’une installation photovoltaïque d’une puissance inférieure ou
égale à 3kw.

Le surplus est perdu et renvoyé gracieusement sur le réseau. Vous ne consommez que la
production dont nous avons besoin. Le réseau prend le relais quand votre production est
inférieure à nos besoins. Vous payez alors le courant qui vient du réseau au tarif en vigueur.
L’objectif est de minimiser l’usage de ce réseau en privilégiant l’autoconsommation.  Plus les
coûts de production d’électricité photovoltaïque baissent, plus il sera intéressant pour un
exploitant de consommer lui-même l’électricité qu’il produit. [6]

Pour les installations supérieures à 3 KWc, injecter et revendre notre production


d’électricité sur le réseau public nécessitera de :
 Obtenir des autorisations pour l’injection de notre électricité et souscrire un contrat
avec le gestionnaire de réseau, 
 Vous rapprochez d’un responsable d’équilibre (en général, un fournisseur) qui
prendra en charge l’électricité injectée sur son périmètre.

Figure 8. Exemple de système photovoltaïque avec autoconsommation.

3.3.3. Etude comparative des systèmes photovoltaïques

Ces deux systèmes sont largement répandus sur les sites isolés où nous a besoin de
l’énergie électriques. C’est l’utilisation de la batterie qui fait la différence entre ces deux
techniques, la batterie permet d’emmagasiner l’énergie produite par le système photovoltaïque
durant les périodes où il n’y a pas de soleil (jours sombres, nuit…).

L’énergie électrique produite par les modules solaires est directement utilisée par le
récepteur. Il n’y a donc pas de stockage électrochimique.

Deux types de système photovoltaïque sont distinguées : les systèmes photovoltaïques


avec stockage électrique et les systèmes photovoltaïques sans stockage électrique ou système
au fil du soleil. [3]
La différence entre ces deux systèmes est que le second ne contient pas des batteries
accumulateurs.

3.3.4. Etude comparative entre les systèmes photovoltaïques autonomes et les


systèmes raccordés au réseau public 

Les systèmes autonomes sont conçus pour répondre aux besoins de consommation d’un
client isolé du réseau électrique. Ces systèmes comportent des éléments de stockage afin
d’adapter la production photovoltaïque à la demande par contre les systèmes raccordés au
réseau publique sont conçus pour diminuer la facture d’électricités et ces systèmes ne
disposent pas des éléments de stockage.

Le tableau suivant résume l’étude comparative entre les deux systèmes :

Tableau 1. Etude comparative entre les systèmes autonomes et les systèmes raccordés au réseau
public 

Types Installation autonome Installation connectée au réseau


d’installation STEG
Avantages  Coût faible  Pas de besoin de stockage d'énergie
 plus cher d'une installation
autonome.
 Consommation direct  Évite les pertes d'énergie associées
de l’énergie produite au stockage en batterie lorsque la
par le système batterie est complètement chargée
photovoltaïque par exemple
(autoconsommation)  Pas de gaspillage tout excédent est
livré au réseau.

 Coût faible  Plus cher d'une installation


autonome.
 Coût des batteries «  Les contraintes électriques
solaires » élevé imposées par les sociétés
d'électricité peuvent être
rigoureuses

Inconvénient  l’entretien des batteries  les onduleurs synchrones doivent


s doit respecter des règles répondre aux exigences techniques
strictes. des compagnies de production et de
transport d’énergie.

3.4. Mode d’installation


Généralement, le générateur solaire est fixe, mais il peut être orientable pour les régions
où le flux lumineux est faible. L’orientation des panneaux est assurée soit manuellement, soit
commandée par un circuit électronique. Le principe réside dans la poursuite du mouvement
du soleil. [5]

Les installations fixes sont orientées au sud. L’angle d’exposition peut varier de 25 à
30° et dépend du lieu d’installation. Les installations mobiles (suiveurs) permettent d’adapter
l’angle d’exposition en fonction des saisons (installation à axe horizontale) ou de l’heure
(installation biaxiale). Elles permettent une amélioration de la production d’électricité de 30 à
40 %. Cependant, en raison des couts supplémentaires d’installation et d’entretien, les
suiveurs sont très peu installés. L’installation au sol, si elle est simple et peu onéreuse,
implique des conflits d’usages (Agriculture, forêt, zone humide...). [4]

3.4.1. Panneaux photovoltaïques fixés 

Ces panneaux sont en position fixe tout au long de l’année. Avoir un panneau fixe,
signifié que l’azimut et l’inclinaison sont fixes. Pour obtenir un rendement optimal, il faut que
l’orientation soit au sud et l’inclinaison est d’environ de 350. En d’hors de cette position la
valeur de la diminution du rendement peut être calculée en multipliant la valeur du rendement
obtenu en position optimale avec le facteur de correction pour l’orientation et l’inclinaison
choisie.

3.4.2. Panneaux photovoltaïques orientables 

Ces panneaux sont utilisés généralement au sol ou bien sur les toits plats. Du fait que le
soleil est en fonction de l’heure de la journée et de la saison, l’utilisation de ces panneaux
permettent d’avoir une inclinaison pour chaque mois d’une manière très facile. Avec celle-ci
la maximisation de la production en électricité est aussi possible en orientant les panneaux
photovoltaïques d’une façon à avoir une inclinaison optimale.

3.4.3. Panneaux photovoltaïques mobiles 

Grâce à ce type de panneau, le suivit de la trajectoire du soleil est possible et facile.


Pour réaliser cela, il faut : en premier temps de régler l’azimut en faisant une orientation
horizontale, la rotation verticale a pour but de régler l’inclinaison de ses panneaux.
Figure 9. Un diagramme de comparaison entre la production aves suiveur et la
production avec un système fixe.

4. L’énergie et générateur photovoltaïque 

L’énergie solaire photovoltaïque résultent de l’adoption de la lumière du soleil en


électricité au sein de matériaux semi-conducteurs comme le silicium ou recouverts d’une
mince couche métallique. Ces matériaux photosensibles ont la propriété de libérer leurs
électrons sous l’influence d’une énergie extérieure. C’est l’effet photovoltaïque. L’énergie est
apportée par les photons, (composants de la lumière) qui heurtent les électrons et les libèrent,
induisant un courant électrique. Ce courant continu de micro-puissance calculé en watt crête
(Wc) peut être transformé en courant alternatif grâce à un onduleur.

Le générateur photovoltaïque est un ensemble d’équipements des cellules


photovoltaïques élémentaires, ce sont des composants optoélectronique qui transforment la
lumière solaire en électricité, elles sont réalisées à l’aide des matériaux semi-conducteurs
montées en série et/ou parallèle afin d’obtenir des caractéristiques électriques. En fonction de
la puissance désirée, les modules peuvent être assemblés en panneaux pour constituer un
"champ photovoltaïque".

4.1. Caractéristique courant-tension 

La caractéristique fondamentale du générateur photovoltaïque donnée pour un


éclairement et une température donnée, n’impose ni le courant ni la tension de
fonctionnement ; seule la courbe est fixée. C’est la valeur de la charge aux bornes du
générateur qui va déterminer le point de fonctionnement du système photovoltaïque. La figure
2 représente les trois zones essentielles.
- La zone (1) : le courant reste constant quelle que soit la tension, pour cette région, le
générateur photovoltaïque fonctionne comme un générateur de courant.
- La zone (2) : correspondant au coude de la caractéristique, la région intermédiaire
entre les deux zones, représente la région préférée pour le fonctionnement du
générateur, où le point optimal (caractérisé par une puissance maximale) peut être
déterminé.
- La zone (3) : qui se distingue par une variation de courant correspondant à une tension
presque constante, dans ce cas le générateur est assimilable à un générateur de tension.

Figure 10. Les différentes zones de caractéristiques du générateur PV.

Autre spécification que possible de calculer pour un module PV, comme il montre
le tableau 2.

Tableau 2.Méthode de calcul pour le facteur de forme et le rendement.

Notion Equation Remarques


Le facteur de forme Pm Pm : La puissance électrique
FF=
Voc . Ioc maximale ;
Voc : Tension en circuit-ouvert ;
Icc : Courant de court-circuit.
Calcul du Pm E : Eclairement (W/m²) ;
η=
rendement E. Sa : surface active de la cellule (m²) ;
Pm : puissance maximale mesurée dans
les conditions de référence (STC : Standard
Test Condition), c’est-à-dire sous
l’ensoleillement de 1 000 W/m², spectre AM
1.5 et à la température de 25°C.

5. Poursuite de point de puissance maximale d’un système PV 

De nombreuses recherches sur les commandes (MPPT) ont été effectuées afin de
trouver un système optimal permettant une recherche du (PPM) selon l’évolution de la
puissance fournie par le générateur photovoltaïque. Les commandes (MPPT) développées,
sont toutes basées sur une commande extrémale de type Perturbe & Observe, (P&O).

Dans la littérature, nous avons trouvé différents types d’algorithmes de commandes


extrémales présentant de précisions. A partir de l’évaluation ou de la mesure de la puissance
fournie par le générateur, ces commandes utilisent le rapport cyclique du convertisseur de
puissance pour appliquer une action de contrôle adéquate sur l’étage et pour suivre l’évolution
au cours du temps du (PPM). Un grand nombre de ces commandes ont l’avantage d’être
précises et d’avoir une grande rapidité de réaction mais souffrent encore d’un manque
d’optimisation de leur algorithme parfois trop complexe et consommant alors trop d’énergie

Figure 11. Chaîne de conversion photovoltaïque avec convertisseur (DC-DC).


Pour obtenir un meilleur rendement dans le fonctionnement des générateurs
photovoltaïques, la technique appelée la poursuite de la puissance maximale (MPPT) qui
consiste à transférer de façon optimale toute la puissance électrique à extraire de cette source
de l’énergie photovoltaïque vers la charge à alimenter. Elle doit être utilisée dans toute
application utilisant ces générateurs, et deviendra nécessaire et même indispensable selon la
théorie du transfert optimal de puissance.

Les techniques de contrôle employées pour la poursuite du point de puissance sont [20]

 Méthodes de la dérivée de la puissance,


 Méthodes à contre réaction de la tension.

5.1. Méthodes de la dérivée de la puissance 

Cette méthode est basée sur la recherche de l’extremum de la courbe de puissance


Pv = f (Vp) obtenue directement de la caractéristique du (GPV). Le point de puissance
maximale (PPM) est obtenu lorsque la dérivée de la puissance par rapport à la tension

dPv
s’annule, c'est-à-dire, lorsque ( =0) [20] .
dVp

Le point de puissance maximale (PPM) est donné par la Figure 12.

Figure 12. Caractéristique du point de puissance maximale MPP.


5.2. Méthode de la perturbation et l’observation la (P&O) 

Suivre le point de puissance maximale en s’affranchissant de la connaissance des


paramètres qui modifient sa position, on doit recourir aux techniques d’asservissement, en
utilisant la plus souple, celle de la perturbation et de l’observation, (P &Q).

C’est l’algorithme de poursuite du point de puissance maximale (PPM) le plus utilisé, il


est basé sur la perturbation du système par l’augmentation ou la diminution de la tension de
référence (Vref), ou en agissant directement sur le rapport cyclique du convertisseur (DC-
DC), puis l’observation de l’effet sur la puissance de sortie en vue d’une éventuelle correction
de ce rapport cyclique.

Si la valeur de la puissance actuelle P(k) du générateur est supérieure à la valeur


précédente P(k-1) alors garde la même direction de perturbation précédente sinon inverse la
perturbation du cycle précédent [10]. L’organigramme de l’algorithme de perturbation et de
l’observation (P et O) est donné par la Figure 13.

α : Rapport cyclique.
Figure 13. Organigramme de l’algorithme Perturbation et Observation.

5.2.1. Méthode par incrémentation de conductance 

Pratiquement, comme la méthode P&O, cette technique présente des oscillations autour
du PPM car il est difficile de remplir la condition, ce qui fait que le système reste toujours en
train de la chercher. L'algorithme INC est plus complexe que celui du P&O, ce qui engendre
un temps d'exécution plus long. L'algorithme par incrémentation de conductance se résulte en
dérivant la puissance du panneau photovoltaïque par rapport à la tension et en mettant le
résultat égal à zéro.
Figure 14. Organigramme de l’algorithme incrémentation de conductance .

L’étude comparative montre que P&O et INC sont caractérisés par la simplicité de mise
en œuvre et présentent des performances statiques et dynamiques équivalentes. Bien que leur
fonctionnement puisse être affecté par des perturbations externes (comme le bruit du système,
conditions météorologiques à court terme ou en évolution rapide, etc…), ils sont capables de
récupérer et de se déplacer dans la bonne direction, là où se trouve le MPPT, dès que la
perturbation s'est apaisée. Les méthodes MPPT et celle d'intelligence artificielle basées sur un
modèle à tension et courant constant sont plus robustes que les méthodes P&O et INC.

5.2.2. Méthodes à contre réaction de la tension 

Ce genre de mécanisme repose sur le contrôle de la tension de fonctionnement des


panneaux par comparaison de cette tension avec une référence. Cela génère une tension
d’erreur qui fait varier le rapport cyclique de la MLI de la commande afin d’annuler cette
erreur. Selon la nature de cette tension de référence (fixe ou variable, interne ou externe), trois
types de méthodes sont distinguées :
5.2.3. Méthode à tension de référence fixe 

Cette méthode est basée sur une simple comparaison entre la tension de sortie du
panneau avec une tension de référence prédéfinie, pour ajuster continuellement le rapport
cyclique du convertisseur (DC-DC). Cette tension correspond à la tension moyenne de
l’intervalle des points des puissances maximales, relevées par des tests sous différentes
conditions d’ensoleillement et de température en agissant simplement sur les différents
facteurs de pondération lors de la mise au point afin de générer le maximum de puissance. A
cause de la dépendance de la tension du panneau avec l’ensoleillement et la température, la
tension de puissance maximale est déviée, alors la tension de référence doit être corrigée pour
différents ensoleillements et températures le long des périodes de l’année.

5.2.4. Méthode MPPT avec cellule pilote 

Pour éviter les inconvénients liés à l'interruption fréquente de l'exploitation du système,


on propose l'utilisation d'une cellule pilote. C'est une cellule photovoltaïque simple qui est
électriquement indépendante du reste de la rangée photovoltaïque. Sa tension (Vco) est
constamment mesurée, elle fournit donc l'information implicite du reste des conditions de
fonctionnement courantes du panneau. La tension (Vco) de la cellule pilote est multipliée par
un certain facteur constant pour être comparée à la tension de référence de la boucle de contre
réaction.

Puisque cette méthode emploie toujours un facteur fixe pour estimer la tension optimale
(Vmp) d'une valeur mesurée de (Vco) , le point de puissance maximale n’est toujours pas
vraiment obtenu. Cette technique est fondée sur la connaissance des caractéristiques de la
rangée photovoltaïque pour estimer le lieu du point de puissance maximale. [11]

5.2.5. Méthode avec contre réaction du courant 

D’après la référence [21], Dans toutes les méthodes (MPPT) présentées jusqu'ici, une
mesure de (Ipv) et (Vp) a été employée pour obtenir des informations sur la puissance de
sortie du panneau. Cette nouvelle méthode (MPPT) utilise seulement une mesure de courant
pour obtenir l'information sur le point opérationnel et actuel du système.

L’avantage de cette méthode est qu'elle est simple, contrairement aux méthodes
mentionnées précédemment. [22]
Figure 15. Méthode de là contre réaction en courant.

6. Conception et dimensionnement d’une installation photovoltaïque 

Pour dimensionner une installation autonome, il est important de connaître tous les
besoins en énergie et d’utiliser des consommateurs présentant le plus haut rendement pour
économiser la taille du générateur .Le but du dimensionnement est de déterminer la puissance
du générateur photovoltaïque Pour cela une optimisation est nécessaire pour une bonne
exploitation de l’énergie photovoltaïque pour les différents niveaux d’éclairement car tout
système photovoltaïque nécessite un dimensionnement avant son installation., à partir des
données d’ensoleillement du site d’une part et des besoins électriques de l’utilisateur d’autre
part. Donc le dimensionnement consiste à déterminer les différents composants de
l’installation PV, nombre et type de modules à installer pour chaque site, la taille du champ
photovoltaïque du stockage électrochimique (si le système comporte des batteries), les câbles
à utiliser, les régulateurs, la puissance du convertisseur et leur type, en tenant compte des
conditions d’ensoleillement, de la demande énergétique et du coût des éléments.

6.1. Méthodes de dimensionnement de l’installation PV 

Plusieurs méthodes de dimensionnements d’un système photovoltaïques existent, parmi


les :

 Méthode de la moyenne annuelle,


 Méthode du mois le plus défavorable,
 Méthode d’erreur dans la consommation.
Sachant que chaque méthode génère aussi bien des points positifs et négatifs.

Dans la méthode de la moyenne annuelle, l’énergie récupérable est estimée pour une
période critique d’un mois, appelé le mois le plus défavorable. Ce mois correspond au mois
pendant lequel la valeur de l’irradiation moyenne mensuelle est la plus faible de l’année ou
dans certains pays la période d’hivers est rude.

La méthode du mois le plus défavorable est très proche de celle du mois le plus
défavorable. Elle utilise aussi, l’irradiation journalière en (KWh/m ²/jr), pour une durée d’une
année.

Alors la méthode d’erreur dans la consommation permet d’optimiser le


dimensionnement d’un système dans des conditions complexes (fluctuation saisonnières de
l’irradiation, ciel couvert (nuageux…) garce à un logiciel adapter. L’inconvénient de cette
méthode est qu’il faut connaître les radiations pour un nombre d’années très grand (10 ans
minimum).

7. Suivi de performance du système 

Lorsqu'un système PV est installé et mis en service, il est important que le système soit
correctement entretenu pendant toute sa durée de vie, laquelle devrait dépasser 25 ans. De
nombreux systèmes photovoltaïques ont été vendus avec la promesse qu'aucun service ou
entretien n'est nécessaire. Cependant, des défauts peuvent apparaître dans le système et
devront être traités. Une défaillance des différents composants peut survenir au cours des
premières années du système photovoltaïque. Par conséquent, il est important de savoir quelle
est la durée de la période de garantie standard pour les différents composants.

8. Défit et tendances d’avenir 

Outre les technologies, systèmes et dispositifs particuliers décrits précédemment, il


convient de noter les efforts considérables déployés pour intégrer les énergies renouvelables
dans le système électrique, dans lesquels un équilibre approprié entre la production et la
consommation existe. Pouvoir contrôler l'ensemble du système énergétique dans son
ensemble, y compris le système d'alimentation électrique, mais également l'énergie thermique
et le débit d'eau, constitue également un défi constant pour la recherche et la société. Dans ce
contexte, les fonctions du réseau intelligent et leurs installations, telles que les
communications, le contrôle de charge et le stockage d'énergie, sont considérées comme des
facilitateurs de solutions.
9. Positionnement de notre étude 

Après avoir parcouru les différents axes de recherche sondes des tendances actuelles sur
les technologies d’énergie renouvelable. L’énergie solaire a prouvé sa supériorité comme la
reine de toutes les sources d’énergie « écologiques ». De ce fait, nous avons pu tracer les
grandes lignes de notre travail. En effet, tel que précédemment mentionnée, la littérature a
révélées plusieurs techniques possibles pour poursuite de point maximale de système
photovoltaïque dans Plusieurs travaux ont présenté les méthodes de dimensionnement des
installations PV. Cet axe de recherche vise à déterminer la trajectoire optimale pour établir un
modèle de simulation permettant de commander le système de deux cotés continue et
alternative. Le but de notre recherche est de définir le meilleur dimensionnement pour chaque
installation en garantissant leur fiabilité et leur rentabilité après leur mise en service durant
une période de fonctionnement définit. L’objet projeté de ce travail est de mener une étude de
faisabilités technique, économique, et financière permettant la mise en place d’un générateur
photovoltaïque raccordé au réseau. Pour chaque site proposé, une étude abordera les volets
suivants :

 Étudier les systèmes photovoltaïques raccordée au réseau ;


 Définir les premiers dimensionnements et calculer les productions
électriques mensuelles et annuelles ;
 Modélisation de l’installation à l’aide de logiciel Matlab SIMULINK ;
 Calculer les productions électriques mensuelle et annuelle par logiciel type
PVSYST et comparer avec d’autres résultats ;
 Établir l’étude économique du projet.
Chapitre 2 : Généralités sur
les systèmes photovoltaïques
Chapitre 2 : Généralités sur les systèmes photovoltaïques

1. Introduction

L’énergie qui nous vient du soleil représente la quasi-totalité de l'énergie disponible et


inépuisable sur terre. Chaque jour, la terre reçoit l’équivalent de la consommation électrique
de 6 milliards de personnes pendant près de 30 ans. Grâce à des panneaux solaires
photovoltaïques cette énergie solaire est transformée en électricité.

Dans ce chapitre, un aperçu sur le principe de fonctionnement PV, les enjeux à l’échelle
nationale et internationale et la subvention de l’ANME sont dévoilés. Ensuite, une ébauche
sur les développements dans la technologie des cellules PV est présentée ; afin d’engager ses
principales caractéristiques. Finalement, une étude générale sur les différentes configurations
de système photovoltaïque existant et leurs spécifications de conception au cours de
l’installation est développée.

2. Le système solaire

Le soleil est une source énergétique quasiment illimitée, il pourrait couvrir plusieurs
milliers de fois notre consommation globale d’énergie. C'est pourquoi, l'homme cherche
depuis longtemps à mettre à profit cette énergie importante et diffusée sur l'ensemble de la
planète, il est arrivé à réaliser ce but par le moyen dit cellule photovoltaïque.

La chaine de conversion PV ou système PV est un ensemble d’éléments qui servent à la


production d’électricité à partir du rayonnement solaire. Un GPV alimente une charge
continue ou alternative via une interface d’électronique de puissance. Il est capable de fournir
une puissance allant d’un milliwatt à quelques mégawatts. Le composant de base de ce
système s’appelle : cellule PV. Il produit de l’énergie électrique à chaque fois qu’il reçoit de
l’éclairement.

Fakher MEHREZ | 34
Chapitre 2 : Généralités sur les systèmes photovoltaïques

Figure 16. Principe de l’énergie solaire photovoltaïque.

2.1. Rayonnement solaire 

Le soleil a un diamètre de 1392 000 km, une température au noyau qui vaut 15.1 106 k
quant à celle à la surface, elle est de 5750k. Elle émet une énergie de 63 106 W/m² dont celle
capté par la terre est égal à 1370W /m². [25]

Le rayonnement solaire est une propagation d’ondes de longueur qui varie entre 0.2 et
4.10-6 m. Il arrive au sol après la perte d’une grande partie de son intensité.

Afin de quantifier l’énergie développée par le générateur photovoltaïque dans une


application donnée, il est nécessaire de connaître le spectre du rayonnement solaire reçu sur
sol.

Il existe plusieurs types de rayonnement  

 Le rayonnement direct : est un rayonnement qui est reçu directement du soleil, sans
diffusion par l'atmosphère. Ces rayons sont parallèles entre eux et peuvent être
mesurés par un pyromètre [24].
 Le rayonnement diffus : est constitué d’une lumière diffusée par l'atmosphère (air,
nébulosité, aérosols). Sa diffusion engendre un phénomène qui répartit un faisceau
parallèle en une multitude de faisceaux partant dans toutes les directions. Dans le ciel,
ce sont à la fois les molécules d'air, les gouttelettes d'eau (nuages) et les poussières qui
produisent cet « éclatement » des rayons du soleil. Cela dépend donc avant tout des
conditions météorologiques. [24]
 Le rayonnement réfléchi ou « l’albédo » du sol : est le rayonnement qui est réfléchi
par le sol ou par des objets se trouvant à sa surface. Ce rayonnement réfléchi peut être
important lorsque le sol est particulièrement réfléchissant (eau, neige). [24]

Fakher MEHREZ | 35
Chapitre 2 : Généralités sur les systèmes photovoltaïques

 Le rayonnement global : est la somme de tous les rayonnements reçus comme la


montre la figure 17. Il peut être mesuré par un pyromètre.

Figure 17. Les composantes de rayonnement solaire.

Le rayonnement solaire constitue la source énergétique là mieux partagée sur la terre et


la plus abondante. La quantité d’énergie libérée par le soleil pendant une heure pourrait suffire
à couvrir les besoins énergétiques mondiaux pendant un an.

En Tunisie, le potentiel d’ensoleillement varie de 2 à 6,5 kwh par m2 par jour selon les
régions et les saisons.

3. Énergie photovoltaïque 

Le terme « photovoltaïque » peut désigner le phénomène physique (l'effet


photovoltaïque découvert par Alexandre Edmond Becquerel en 1839) ou la technologie
associée. L'énergie solaire photovoltaïque est l'électricité produite par transformation d'une
partie du rayonnement solaire au moyen d’une cellule photovoltaïque. Schématiquement, un
photon de lumière incidente permet sous certaines circonstances de mettre en mouvement un
électron, produisant ainsi un courant électrique. Les cellules photovoltaïques sont fabriquées
avec des matériaux semi-conducteurs principalement produits à partir de silicium. Ces
matériaux émettent des électrons lorsqu’ils sont soumis à l'action de la lumière. Ceux-ci sont
éjectés du matériau et ils circulent dans un circuit fermé, produisant ainsi de l’électricité.

Fakher MEHREZ | 36
Chapitre 2 : Généralités sur les systèmes photovoltaïques

3.1. Principe de fonctionnement d’une cellule 

Les cellules photovoltaïques exploitent l'effet photoélectrique pour produire du courant


continu par absorption du rayonnement solaire. Cet effet permet aux cellules de convertir
directement l’énergie lumineuse des photons en électricité par le biais d’un matériau semi-
conducteur transportant les charges électriques.

Une cellule photovoltaïque est composée de deux types de matériaux semi-conducteurs,


l’une présentant un excès d’électrons et l’autre un déficit d'électrons. Ces deux parties sont
respectivement dites « dopées » de type n et de type p.

Le dopage des cristaux de silicium consiste à leur ajouter d’autres atomes pour
améliorer la conductivité du matériau. Le but des cellules photovoltaïques est de convertir
l'énergie lumineuse provenant du Soleil en énergie électrique. Ceci se fait en trois étapes :

 Absorbation des photons de la lumière solaire.


 Conversion de l'énergie reçue par les photons en énergie électrique (particules
électriques libres).
 Collecte les particules dans un circuit électrique externe.

Le matériau constituant la cellule photovoltaïque doit donc posséder deux niveaux


d'énergie et être assez conducteur pour permettre l'écoulement du courant, d’où l'intérêt des
semi-conducteurs pour l'industrie photovoltaïque.

Figure 18. Structure d’une cellule photovoltaïque.

Un atome de silicium compte 4 électrons périphériques, l’une des couches de la cellule


est dopée avec des atomes de phosphore qui, eux, comptent 5 électrons (soit 1 de plus que le
silicium). Il s’agit d’un dopage de type n comme négatif, car les électrons (de charge

Fakher MEHREZ | 37
Chapitre 2 : Généralités sur les systèmes photovoltaïques

négative) sont excédentaires. L’autre couche est dopée avec des atomes de bore qui ont 3
électrons (1 de moins que le silicium). Un de type p comme positif en raison du déficit
d’électrons est ainsi créé. Lorsque la première est mise en contact avec la seconde, les
électrons en excès dans le matériau n diffusent dans le matériau p.

Figure 19. Constitution d'une cellule photovoltaïque

En traversant la cellule photovoltaïque, les photons arrachent des électrons aux atomes
de silicium des deux couches n et p. Les électrons libérés se déplacent alors dans toutes les
directions. Après avoir quitté la couche p, les électrons empruntent ensuite un circuit pour
retourner à la couche n. Ce déplacement d’électrons n’est autre que de l’électricité.

3.2. Raccordement des cellules 

Dans les conditions standardisées de test, la puissance maximale pour une cellule Si
(silicium) de 100 cm² (10 sur 10) tourne aux alentours de 1,25 Watt. Cette cellule constitue
donc un générateur de très faible puissance, insuffisant pour les applications électriques
courantes. Les modules sont donc réalisés par association, en série et/ou en parallèle, de
cellules élémentaires.

La connexion en séries augmente la tension pour un même courant alors la connexion


en parallèle augmente le courant pour une tension identique

Fakher MEHREZ | 38
Chapitre 2 : Généralités sur les systèmes photovoltaïques

Pour que l’électricité générée soit utilisable pour nos applications électriques, il est donc
nécessaire d’associer entre elles un grand nombre de cellules. Les modules (généralement
présentés sous forme de panneaux) sont constitués d’un certain nombre de cellules
élémentaires placées en série afin de rendre la tension à la sortie utilisable. Ces modules sont
ensuite associés en réseau (série-parallèle) de façon à obtenir les tensions/courants désirés.

3.2.1. Association en série 

Par association en série (appelée “String”), les cellules sont traversées par le même
courant et la tension résultante correspond à la somme des tensions générées par chacune des
cellules. Dans ce cas, le courant qui traverse ces modules est le même I = I1 = I2 = I3 = I4.

Figure 20. Caractéristique d’un groupement en série.

3.2.2. Association en parallèle 

Par association en parallèle, les cellules sont soumises à la même tension et le courant
résultant correspond à la somme des courants générés par chacune des cellules.

Les caractéristiques globales d’une installation se déduisent donc d’une combinaison


des caractéristiques des constituants des ns*np. Dans le cas d’un montage parallèle, le courant

de l’ensemble sera égal à la somme des courants produits par chacune modules. I =  ∑ ¿ ¿
Ic.        

Fakher MEHREZ | 39
Chapitre 2 : Généralités sur les systèmes photovoltaïques

Figure 21. Caractéristique d’un groupement en parallèle.

Sous un éclairement donné, toute cellule photovoltaïque est caractérisée par une courbe


courant-tension (I-V) représentant l’ensemble des configurations électriques que peut prendre
la cellule. Trois grandeurs physiques définissent cette courbe :

Figure 22. Les grandeurs physiques d’une cellule.

 Vco : c’est la tension générée par une cellule éclairée non raccordée.
 Icc : c’est le courant généré par une cellule éclairée raccordée à elle-même.
 MPP : la point de puissance maximal (en anglais : maximal power point) obtenu pour
une tension et un courant optimaux : Vopt, Iopt (parfois appelés aussi Vmpp, Impp).

3.3. Protection d’un module PV 

Il arrive fréquemment que les cellules élémentaires qui composent le module ne


présentent pas toutes la même courbe caractéristique au même moment. Les raisons peuvent

Fakher MEHREZ | 40
Chapitre 2 : Généralités sur les systèmes photovoltaïques

être multiples : variété inévitable de fabrication, défaillance, différence d’éclairement ou de


température (dues par exemple à un ombrage non uniforme du module, un encrassement…).

Sous certaines conditions, la cellule la plus faible peut alors se comporter comme une
cellule réceptrice, dissipant la puissance générée par la cellule la plus forte. Celle-ci peut
même être détruite si la contrainte ou la température devient trop importante.

Pour éviter ce phénomène, des diodes sont placées de by-pass (empêchant tout courant
ou tension inverses). Celles-ci sont placées en série lorsque les cellules sont connectées en
parallèle et en parallèle lorsque les cellules sont connectées en séries.

Les modules aujourd’hui commercialisés comprennent généralement des diodes de


protection situées en parallèle des différents strings qui le composent.

Figure 23. Câblage de diode by-pass.

L’utilisation de ces by-pass induit néanmoins des perturbations de la courbe


caractéristique, modifiant le point de puissance maximal du module. Pour ne pas induire
inutilement ces pertes, il est donc très important que ces diodes de by-pass soient utilisées et
placées en cohérence avec les ombres générées par l’environnement du module [26].

4. Spécification du générateur photovoltaïque 

La caractéristique fondamentale du générateur photovoltaïque donnée pour un


éclairement et une température donnée, n’impose ni le courant ni la tension de
fonctionnement ; seule la courbe est fixée. C’est la valeur de la charge aux bornes du

Fakher MEHREZ | 41
Chapitre 2 : Généralités sur les systèmes photovoltaïques

générateur qui va déterminer le point de fonctionnement du système photovoltaïque. La figure


24 représente les trois zones essentielles.

 La zone (1) : le courant reste constant quelle que soit la tension, pour cette région,
le générateur photovoltaïque fonctionne comme un générateur de courant.
 La zone (2) : correspondant au coude de la caractéristique, la région intermédiaire
entre les deux zones précédentes, représente la région préférée pour le
fonctionnement du générateur, où le point optimal (caractérisé par une puissance
maximale) peut être déterminé.
 La zone (3) : qui se distingue par une variation de courant correspondant à une
tension presque constante, dans ce cas le générateur est assimilable à un générateur
de tension.

Figure 24. Les différentes zones de caractéristiques du générateur PV.

5. Les différents paramètres de cellule PV 

Dans des conditions ambiantes de fonctionnement fixes (éclairement, température,


vitesse de circulation de l'air ambiant, etc..), la puissance électrique P (W) disponible aux
bornes d'une cellule PV est égale au produit du courant continu fourni I par une tension
continue donnée

Fakher MEHREZ | 42
Chapitre 2 : Généralités sur les systèmes photovoltaïques

P=V × I (
0)

Avec :
- P (W), Watt : Puissance mesurée aux bornes de la cellule PV ;
- V (V), Volt : Tension mesurée aux bornes de la cellule PV ;
- I (A), Ampère : Intensité mesurée aux bornes de la cellule PV.

La figure 25 présente le schéma équivalent d’une cellule photovoltaïque. Il est composé


d’un générateur de courant I ph monté en parallèle avec une diode et deux résistances
( R ¿ ¿ s , Rsh) ¿.

Figure 25. Schéma électrique équivalent d’une cellule photovoltaïque.

La figure 26 présente la caractéristique (I-V) d’une cellule photovoltaïque mesurée dans


des conditions standards (G n=1000 W /m2 T ref =25° C). Sous un éclairement donné,
toute cellule photovoltaïque est caractérisée par une courbe courant-tension (I-V) représentant
l’ensemble des configurations électriques que peut prendre la cellule. Trois grandeurs
physiques définissent cette courbe :

Fakher MEHREZ | 43
Chapitre 2 : Généralités sur les systèmes photovoltaïques

Figure 26. La caractéristique (I-V) d’une cellule photovoltaïque.

À partir de la courbe (I-V), il est remarquable que le comportement d’une cellule


photovoltaïque dépend de quatre principaux paramètres à savoir : I cc ,V co , I opt et V opt .

5.1. Le courant de court-circuit

C’est le courant obtenu lorsque la tension aux bornes de la cellule ou du générateur PV


est nulle. Dans le cas idéal( R ¿ ¿ s=0 , R sh =∞ )¿ , ce courant se confond avec le photo-courant
I ph :

I cc ≈ I ph (
0)

5.2. La tension en circuit ouvert :

La tension en circuit ouvert est obtenue quand le courant qui traverse la cellule est nul.
Elle dépend de la barrière d’énergie et de la résistance shunt. Elle décroît avec la température
et varie peu avec l’intensité lumineuse.

K .T I cc (
V co =
q
. ln ⁡ ( )
I sh
+1
0)

5.3. Le point du fonctionnement PPM

L’utilisation optimale d’une photopile consiste à faire fonctionner une charge sous la
tension maximale et à un courant maximal. En effet, suivant la formule P=V . I, pour queP

Fakher MEHREZ | 44
Chapitre 2 : Généralités sur les systèmes photovoltaïques

soit maximal : il faut avoir les conditions ou le produit V . I est maximale, c’est le point de
charge idéal de la photopile, ou point de puissance maximalePPM.

5.4. Le Facteur de forme

C’est le rapport entre la puissance optimale Popt et la puissance maximale Pmax ; il est
défini par la relation suivante :

Popt V opt . I opt (


ff = =
Pmax V co . I cc 0)

5.5. Le Rendement de conversion

Le rendement ( η ) est le rapport entre la puissance maximale délivrée par la cellule


( P¿¿ max)¿ et la puissance lumineuse incidente( P¿¿ inc )¿, il est défini par la relation
suivante :

Pmax ff . I cc . V co V opt . I opt (


η= = =
P inc Pinc Pinc 0)

Pinc  : Puissance lumineuse incidente ¿ 100 W /cm2

5.6. Impact de la température et d’éclairement sur la fonctionnement PV 

Nombreux facteurs environnementaux influent les caractéristiques de fonctionnement


d'une cellule photovoltaïque et sa production d'énergie. Néanmoins, les deux principaux
facteurs sont l’irradiation solaire G (W/m2), et la température T(°C). La relation entre ces
deux facteurs et les caractéristiques de fonctionnement PV peut être modélisée
mathématiquement. Dans un premier temps, nous examinons le modèle idéal composé
uniquement de la source de photo-courant Iph et d’une diode, comme illustré par la figure 27.

Fakher MEHREZ | 45
Chapitre 2 : Généralités sur les systèmes photovoltaïques

Figure 27. Modèle PV idéal avec une source de courant et une diode

Ce courant Iph dépend à la fois de l'éclairement énergétique et de la température,


comme le montre l’équation suivante.

G (
Iph ( G ,T )=[Iscn+ Ki ( T −Tn ) ]
Gn
0)

Avec :

- I SCn : le courant de court-circuit nominal ;


- K i  : le coefficient de température actuelle ;
- G : Niveau d’ensoleillement G ;
- G n : l'irradiante solaire nominal, qui est typiquement de 1000 W/m2 ;
- T n  : la température de la cellule nominale, qui est typiquement de 25 °C.

Vd (
Id ( T , Vd ) =Is ( T ) [exp
( )
aVt ( T )
−1]
0)

Ces valeurs peuvent être déterminées à partir des valeurs nominales listées pour les
cellules. En outre, le courant Id et la tension Vd de la diode sont exprimés par une relation
exponentielle définit par l’équation 5.6 :

Avec : Is : est le courant de saturation de la diode

- a : une est la constante diode idéalité

- : est la tension de diode

- : est la tension thermique de la jonction semi-conductrice.

Le courant de saturation de la diode dépend de la température et peut être définie


comme :

Fakher MEHREZ | 46
Chapitre 2 : Généralités sur les systèmes photovoltaïques

I SCN + K I (T −T n) (
Is=
V OCN + K v ( T −T n ) 0)
exp ⁡( −1)
a V t (T )

Tel que : - : le courant de court-circuit nominal ;

-  : le coefficient de température actuelle

-  : la température de la cellule nominale

-  : la tension en circuit ouvert nominale

-  : le coefficient de température de tension

-  : le facteur d'idéalité de la diode

- Vt : la tension thermique

La tension de diode Vd est identique la tension Vpv pour le modèle idéal. De plus, la
tension thermique Vt dépend de la température T et est définie par :

KT (
V (T )= Ns
q
0)

Avec : k : la constante de Boltzmann (environ 1,3807*10-23 J·K-1) ;

- q : la charge de l'électron (1,60217662*10-19 C) ;

- Ns : le nombre de cellules photovoltaïques en série.

En utilisant les lois de Kirchhoff, la relation entre le courant Ipv et la tension


photovoltaïque Vpv pour le modèle de PV idéal est donnée par :

Ipv=Iph ( G , T ) −Id (T −Vpv) (


0)

Le photo-courant Iph est défini par l’équation (6) et le courant de diode Id est défini par
(7). Sur la base de l’équation Ipv du courant PV, donnée par l’équation (10), il est clair que le
courant de sortie PV est lié au rayonnement solaire G et à la température T.

Fakher MEHREZ | 47
Chapitre 2 : Généralités sur les systèmes photovoltaïques

Cette équation explicitée dans l’équation (10) peut être utilisée pour déterminer le
courant IPV pour une tension donnée. Ces équations peuvent également être réorganisées à
l'aide d'une algèbre de base pour déterminer la tension PV en fonction d’un courant donné.

Le modèle PV simple peut être mis en œuvre dans l’environnement Simulink


MATLAB, comme le montre la figure 28, où les entrées sont l'irradiation solaire G, la
température T et la tension Vpv et les sorties sont le courant Ipv et la puissance Ppv.

Figure 28. Modèle Simulink d'une cellule photovoltaïque avec le rayonnement solaire G et la
température T comme entrées.

La courbe I-V d'une cellule PV simulée est tracée, comme illustré par la figure 29.a. Le
PV produira sa puissance maximale au point MPP. Aux tensions inférieures à ce point, le
courant est constant lorsque la tension varie, de sorte qu'il agit comme une source de courant.
Aux tensions supérieures au MPP, la tension est relativement constante lorsque le courant
varie, ainsi le PV agit comme une source de tension. La tension à vide d'un PV est la tension
pour laquelle le courant PV est égal à 0 A ; elle est appelée Voc.

Le courant de court-circuit est le courant pour lequel la tension PV est égale à 0 V,


appelé ISC. Ces paramètres sont souvent répertoriés sur les étiquettes de classification des
panneaux standardisés et donnent une idée des niveaux approximatifs de tension et de courant
attendus d'une cellule ou d'un panneau PV.

Sur la base de la courbe I-V d'une cellule ou d'un panneau PV, la courbe puissance-
tension peut être définir. La courbe de tension-puissance pour la courbe I-V illustrée par la
Figure 29.a est donnée par la Figure 29.b, où MPP est le point maximum de la courbe, indiqué
par une étoile.

Fakher MEHREZ | 48
Chapitre 2 : Généralités sur les systèmes photovoltaïques

Les courbes I-V et P-V sont soumises à des conditions d'éclairement et de température
spécifiques. Au cours d'une journée, l'éclairement énergétique et la température changent,
parfois d’une manière progressive (de quelques minutes à quelques heures) et parfois d’une
manière rapide (de quelques secondes), par exemple en raison du passage des nuages. [26]

Figure 29.a Courbe I-V d’une cellule PV. Figure 29.b Courbe P-V pour d’une cellule.

5.6.1. Influence de la température 

Pour un niveau d’ensoleillement G donné et pour différentes températures les


caractéristiques I-V et P-V sont représentées par les figures 28 et 29. Le courant dépend de la
température puisque le courant augmente légèrement à avec l’augmentation de température.
Ainsi la température influe négativement la tension de circuit ouvert. Quand la température
augmente la tension de circuit ouvert diminue. Par contre la puissance maximale du
générateur subit une diminution lorsque la température augmente.

Fakher MEHREZ | 49
Chapitre 2 : Généralités sur les systèmes photovoltaïques

Figure 29 . La caractéristique de I=f(V) en fonction de température.

Figure 30. La caractéristique de P= f(V) en fonction de température.

5.6.2. Influence de l'éclairement 

Lorsque la température est maintenant constante à différents éclairements,


l’accroissement du courant de court-circuit est beaucoup plus important que l’augmentation
de la tension de circuit ouvert, car le courant de court-circuit (Isc) est une fonction linéaire de
l’éclairement et la tension du circuit ouvert (Voc) est une fonction logarithmique. De plus, la
puissance délivrée par un générateur PV dépend de la variation de l’éclairement.

Fakher MEHREZ | 50
Chapitre 2 : Généralités sur les systèmes photovoltaïques

Figure 31.La caractéristique I=f(v) en fonction de l'éclairement.

Figure 32. La caractéristique P = f(v) en fonction de l'éclairement.

6. Les différentes configurations de système photovoltaïque 

Qu’il soit raccordé ou non à un réseau de distribution, un système photovoltaïque


comprend différents composants. Cette configuration est comportée généralement les
éléments suivants :

 Un générateur photovoltaïque ;
 Un convertisseur continu/alternatif (DC/AC) ;

Fakher MEHREZ | 51
Chapitre 2 : Généralités sur les systèmes photovoltaïques

 Un convertisseur continu/continu (DC/DC) ;


 Un système de régulation ;
 Un système de stockage ;
 Une source auxiliaire d’appoint.

6.1. Générateur PV

Dans le générateur PV, appelé aussi module, de nombreuses cellules sont combinées
pour produire une plus grande quantité d'énergie. En effet, chaque cellule ne produit qu’une
faible puissance électrique typiquement de 1 à 3w avec une tension de moins d’un volt (0.6V),
pour avoir des tensions compatibles avec les charges à alimenter, il doit associer en séries
plusieurs cellules. Celles-ci sont encapsulées dans une même structure pour former un module
photovoltaïque. Les cellules sont connectées entre elle par des fins rubans métalliques, des
contacts en face avant (-) au courant en face arrière (+).

Figure 33. Constitution d’un générateur photovoltaïque.

6.1.1. Topologie 

Avec une bonne estimation de l'AEP requis et les données disponibles pour le
kWh/m2 /année/kWc, il est possible d’estimer à peu près la taille du tableau de PV pour les
différentes technologies photovoltaïques. Il est important de mentionner que les différentes
technologies ont des rendements cellulaires et le prix. Par conséquent, le coût, la taille et du
système AEP PV conçu sera influencée par la technologie choisie des cellules
photovoltaïques. En fait, il existe trois technologies principales dans le marché aujourd’hui :

 Les cellules monocristallines PV, qui ont la plus grande efficacité, mais sont les
plus chers.
Fakher MEHREZ | 52
Chapitre 2 : Généralités sur les systèmes photovoltaïques

 Les cellules poly cristallines PV, qui offrent un compromis entre efficacité et prix.
 Thin-film (TF) des cellules photovoltaïques, qui tendent à avoir l'efficacité la plus
faible, bien que le prix / m2 pourrait le plus bas.

En fonction des paramètres de conception, il peut choisir la technologie qui convient le


mieux à des contraintes. De cette façon, le système PV peut être optimisé pour un coût
minimum d'investissement ou la production d'énergie maximale. Tableau 3 illustre étude
comparaison des différentes technologies de cellules photovoltaïques, en fonction de
l'efficacité du panneau et la surface nécessaire pour un niveau de puissance de 1

Fakher MEHREZ | 53
Tableau 3 :

Efficacité du La surface Avantage Inconvénient


module en % nécessaire pour
1 KWp (m²)

Silicium 15-18 5-6 -Fonctionne avec un -Nécessité de couvrir des


monocristallin éclairement faible ou diffus. surfaces plus importantes que lors de
-Un peu moins chère que l’utilisation de silicium cristallin
les autres technologies. (ratio Wc/m² plus faible, environ 60
-Intégration sur supports Wc/m²).
souples ou rigides. -Performances qui diminuent
avec le temps (environ 7%).
Silicium 13-16 6-8 - Cellule carré. -Ratio Wc/m² moins bon que
polycristallin - Permettant un meilleur le monocristallin.
foisonnement dans un module. -Rendement faible sous un
-Moins chère qu’une cellule faible éclairement.
monocristalline.
Tandem 8-10 10-12.5 - Fonctionnent même - Taille des panneaux qui peut
micromorphes (a- avec un très faible éclairement. aller jusqu’à 2 fois un panneau
Si/ucSI) - Très peu de matière et monocristallin.
d’énergies utilisées pour sa - Plus chers à l’achat.
fabrication. -Moins sensible à
des températures externes
élevées.
Cuivre indium 11-15 7-9 - Bonne résistance dans le - Toxicité du cadmium.
Thin-film / gallium temps. -Bon rendement. - Peu de ressources d'indium
soufre / diséléniure (CI/ sur terre.
GS/Se)
Tellurure de 11-13 7.5-9 - Peu couteuse. - Toxicité du cadmium.
cadmium à couche mince - Bonne performance en - Rendement moyen.
(CdTe) cas de faible luminosité.
- Moins sensible à la
chaleur que le silicium.
Silicium amorphe 5-8 12.5-20 - Forte absorption - Faible rendement.
optique. - Faible coût. -Performances diminuent
rapidement de 10 % à 20 % de leur
puissance durant les trois à six
premiers mois d'exploitation.
Chapitre 2 : Généralités sur les systèmes photovoltaïques

Le tableau 3 montre que le monocristallin a un très bon rendement, mais il est aussi le
plus chère. Le poly cristallin a un bon rendement et moins chère que le monocristallin.
L’amorphe a un rendement faible en plein soleil mais son fonctionnement n’est pas sensible
aux faibles éclairements.

6.1.2. Supports de modules 

Les supports des modules photovoltaïques à utiliser devront être métalliques. Cette
charpente est réalisée en aluminium ou en acier galvanisé à chaud. Ce choix de matériau est
justifié par des contraintes telles que :

 La résistance mécanique (vent)


 La facilité d’assemblage
 La conductivité thermique
 La tenue aux effets des intempéries (corrosions, etc..)
 Le poids, etc…

Les matériaux constitutifs des supports de modules PV doivent être capables de résister
à 10 ans d’exposition extérieure sans corrosion ou fatigue notables. Ainsi, les matériaux
constitutifs admis sont :

 L’aluminium anodisé
 L’acier inoxydable
 L’acier galvanisé à chaud en conformité aux exigences de la norme ISO 1461 :
2009. [28]

Les types de supports à utiliser sont :

 Structure fixée sur toiture / terrasse


 Structure posée ou ancrée au sol
 Structure fixée sur une façade verticale
 Structure fixée sur toiture industrielle ou charpente en bois sauf indication
contraire.

Le calcul des structures y compris leurs lestages devront être réalisées par des bureaux
spécialisés dans les études des structures et conformément aux normes (Annexe A).

Fakher MEHREZ | 52
Chapitre 2 : Généralités sur les systèmes photovoltaïques

Pour les installations photovoltaïques autonomes de puissance supérieure à 10 KWc, les


notes de calcul devront être approuvées par un bureau de contrôle.

6.2. Stockage 

Le stockage assure deux fonctions principales :

 Il permet de satisfaire les besoins en énergie électrique malgré le caractère aléatoire et


discontinu de l’énergie solaire (rythme jour/nuit, variation en fonction des heures du
jour et des saisons).
 Outre sa fonction de stockage d’énergie, il assure un rôle de tampon, entre la
production et l’utilisation en fixant la tension du système. Celle-ci reste dans la zone
de fonctionnement optimal (fonction d’adaptation d’impédance).

Les deux principaux types d’accumulateurs utilisables actuellement sont :

 Les accumulateurs au plomb.


 Les accumulateurs au cadmium-nickel (accumulateurs à électrolyte alcalin).

Les accumulateurs au cadmium-nickel peuvent être utilisés pour des applications de


puissance relativement faible. Le coût élevé de ce type d’accumulateurs (par rapport aux
accumulateurs au plomb) en limite l’utilisation pour les mini et micro-puissances. Le stockage
est représenté par des batteries, disposées en série dont le nombre définirait la tension de
fonctionnement et la capacité de stockage désirées. [29]

La durée de vie des accumulateurs dépend en général de leur condition d’utilisation,


pour ces deux types des batteries la durée de vie est de 10 à 15 ans, mais à une condition
essentielle, c’est de maintenir leur état de charge supérieur à 50 %. [29]

Les batteries à utiliser doivent être conformes aux normes bien définit (Annexe A).

Une batterie n’est pas seulement caractérisée par ses dimensions, son nombre
d’éléments etsa capacité, mais doit répondre à différents critères à savoir : [31]

 La durée de la décharge
 Le régime de décharge
 L’aptitude à la recharge
 La température d’utilisation

Fakher MEHREZ | 53
Chapitre 2 : Généralités sur les systèmes photovoltaïques

 La résistance mécanique
 La fréquence des adjonctions d’eau distillée
 L’entretien
 La durée de vie envisagée

6.3. Régulateur de charge / décharge 

Les systèmes de régulation de charge sont des éléments d’un système photovoltaïque
qui ont pour but de contrôler la charge et la décharge d’une batterie afin d’en maximiser la
durée de vie. Son rôle principal est de réduire le courant lorsque la batterie est presque
entièrement chargée. Lorsqu’une batterie se rapproche d’un état de charge complète, de
petites bulles commencent à se former sur les électrodes positives. A partir de ce moment, il
vaut mieux réduire le courant de charge non seulement pour éviter des dégâts mais aussi afin
de mieux atteindre l’état de charge complète. Un courant trop élevé peut provoquer une
déformation des électrodes à l’intérieur, ce qui pourrait créer un court-circuit. Le régulateur de
charge assure deux fonctions principales. [30]

 La protection des batteries contre les surcharges et les décharges profondes.


 L’optimisation du transfert d’énergie du champ PV à l’utilisation.

Figure 34. Exemple d’un régulateur de charge.

Le régulateur assure deux fonctions principales :

 La protection des batteries contre les surcharges et les décharges profondes.


 L’optimisation du transfert d’énergie du générateur PV à l’utilisation.

Le régulateur doit maintenir l’état de charge des batteries entre deux seuils, un seuil
haut et un seuil bas. Pour éviter tout phénomène de battement de la régulation, ces deux seuils
sont doublés de seuils de réenclenchèrent qui peuvent être ou non confondus. Le choix des

Fakher MEHREZ | 54
Chapitre 2 : Généralités sur les systèmes photovoltaïques

seuils de régulation dépend des caractéristiques des batteries et des conditions d’utilisation
(régime de charge, décharge, température…).

Le régulateur de charge /décharge doit être conforme aussi aux normes (Annexe A).

Pour les installations à usages DC, la fonction charge/décharge est assurée par un seul
composant qui est le régulateur charge/décharge. Pour les installations à usages AC, la gestion
de décharge est généralement assurée par l’onduleur et la fonction du régulateur se limite à la
gestion de la charge. En fait, les régulateurs de charge pour les installations autonomes
photovoltaïques sont de deux types :

Tableau 4. Déférence entre la charge PWM et la charge MPPT

Contrôleur de charge PWM Contrôleur de charge MPPT

Charge de la batterie via un


Direct du champ PV sur la
Couplage convertisseur abaisseur de
batterie
tension

Tension nominale de Doit être compatible avec la Peut être supérieure à la tension
la chaine PV tension batterie batterie
Lorsque la température des Lorsque la température des
Optimisation
modules est élevée et que la modules est basse et que la
énergétique
batterie est presque chargée. batterie est faiblement chargée

Pour des petits systèmes PV < Pour des puissances PV >


Utilisation
200Wc 200Wc

Possibilité d'utiliser des modules


Nécessite l'utilisation de
Type de module quel que soit le nombre de
modules de 36 ou 72 cellules
cellules

Champ PV dimensionné en
Dimensionné en courant (basé
Dimensionnement puissance (basé sur le courant
sur le courant de charge de la
Champ PV max de charge × la tension
batterie)
batterie)

Câble PV de grosse section et Lorsque la température des


Local technique nécessite une boîte de jonction modules est basse et que la
quand la puissance le justifie batterie est faiblement chargée

6.4. Onduleur 

Fakher MEHREZ | 55
Chapitre 2 : Généralités sur les systèmes photovoltaïques

L’onduleur est un élément essentiel d’une installation photovoltaïque. C’est une


machine d’électronique de puissance qui transforme l’énergie électrique DC issue des
modules PV en énergie électrique AC, directement utilisable localement ou injectée sur le
réseau. Cet onduleur doit être équipé d'un dispositif automatique de déconnexion du réseau
(protection de découplage), lorsque la tension du réseau chute ou disparaît, l'onduleur doit
instantanément se déconnecter pour éviter toute injection de courant à ce moment (sécurité).
De même, l'onduleur doit être équipé d'un mécanisme de protection contre l'injection de
courant continu sur le réseau. L’onduleur. Les onduleurs autonomes doivent être conformes
aux normes (Annexe A).

Il existe différentes catégories d’onduleur selon l’application envisagée

6.4.1. Applications autonomes (non raccordées au réseau) 

Ces onduleurs génèrent un signal de 220V d’amplitude et de 50 Hz de fréquence de


manière à créer un réseau AC. Ils peuvent être combinés à un régulateur de charge et des
batteries pour stocker de l’énergie pour une utilisation de nuit.

6.4.2. Application raccordées au réseau 

Plusieurs catégories d’onduleurs raccordés au réseau sont distinguées.

 Les onduleurs centraux :

Ces onduleurs sont logés dans des armoires industrielles et délivrent des puissances AC
de 50 à 500 kVA en triphasé (1 VA = 1 W quand le cos phi vaut 1, ce qui est le cas avec les
onduleurs. Souvent on utilise l’unité VA pour la partie AC du circuit pour éviter la confusion
entre les Watt crêtes et les Watt « réels »). Ils sont généralement installés pour les grands
projets (à partir de 60 kWc) dans des locaux dédiés à cet effet.

 Les onduleurs de string :

Ces onduleurs reçoivent les contributions de quelques strings et développent des


puissances de quelques 0.7 à 11 kVA en mono- ou triphasé. Ces onduleurs qui peuvent parfois
être installés en extérieur existent avec ou sans transformateur intégré. Les modèles sans
transformateur ont de plus hautes efficacités de conversion, les meilleurs modèles atteignant
98% contre 96% pour les modèles avec transfo

Fakher MEHREZ | 56
Chapitre 2 : Généralités sur les systèmes photovoltaïques

 Les onduleurs de modules :

Ce type d’onduleur vient se connecter directement à un module au niveau du boitier de


jonction. Les modules ainsi équipés sont connectés au niveau AC en parallèle. L’avantage est
de ne plus devoir se soucier des problèmes de mismatch entre modules de caractéristiques
disparates. Les problèmes d’ombre sont également limités aux modules ombragés vu qu’il n’y
a plus de string de modules.

Figure 35. Les différentes structures de l’onduleur pour applications photovoltaïques connectés au
réseau (régime triphasées) (1) La structure de l’inverseur centrale (CI), (2) chaîne et structure multi
string d’onduleurs (MCI) et (3) structure intégrée au module (MIC, micro-onduleur).

Les principales caractéristiques des onduleurs autonomes sont :

- Mode de redémarrage
- Puissance (nominale et de démarrage)

Fakher MEHREZ | 57
Chapitre 2 : Généralités sur les systèmes photovoltaïques

- Variation de la puissance en fonction de la température


- Forme d’ondes
- Courant d’entrée DC maximal
- Tension de fonctionnement du système : elle peut être de 12 V, 24 V, 48 V etc. en
fonction de la tension de la batterie
- Tension de sortie AC et fréquence
- Courant de charge maximal (lors de l’appel de puissance maximale) : il doit être
supérieur au courant maximal de la charge (récepteurs alimentés par l’onduleur) à
45°C
- Courant de charge nominal : il doit être supérieur au courant nominal de la charge
(récepteurs alimentés par l’onduleur) à 45°C
- Protection contre la décharge profonde de la batterie ;
- Indice de protection : IP 22 pour les installations intérieures, et IP 65 pour les
installations extérieures
- Protection contre le défaut de terre, les surtensions
- Protection contre l’inversion de la polarité de la batterie et les surintensités côté charge
et côté batterie
- Protection contre les températures élevées
- Dimensions et poids

En fonction de la taille de l’installation, du lieu d’implantation et des exigences du


client, les critères de choix sont à déterminer en se référant aux caractéristiques mentionnées
ci-dessus.

6.5. Hacheur 

Les convertisseurs de type DC-DC convertissent un niveau de tension, à un autre niveau


par action de commutation. Ils sont populaires en raison de leur petite taille et leur efficacité
par rapport aux régulateurs linéaires. Les convertisseurs DC-DC ont un très grand domaine
d'application. Ils sont largement utilisés dans les ordinateurs personnels, des périphériques
informatiques et adaptateurs d'appareils électroniques pour fournir des tensions continues.
[32]

Fakher MEHREZ | 58
Chapitre 2 : Généralités sur les systèmes photovoltaïques

La grande variété de topologie de circuit de convertisseurs varie entre une configuration


à un transistor unique ; abaisseur (Buck), élévateur (Boost) et abaisseur élévateur (Buck-
Boost) et des configurations complexes comportant deux ou plus d'interrupteurs et qui
emploient la commutation douce ou les techniques de résonance pour contrôler les pertes
de commutation [33].

Ils doivent être conformes aux exigences des normes et standards résume dans l’annexe
1. Les convertisseurs DC-DC de type Buck et Boost, sont utilisés fréquemment dans les
systèmes photovoltaïques pour générer les tensions et les courants souhaités. Ce type de
convertisseurs n'est constitué que par des éléments réactifs (selfs, capacités) qui, dans le cas
idéal, ne consomment aucune énergie. C’est pour cette raison qu'ils sont caractérisés par un
grand rendement. [34]

Différents types des hacheurs sont distinguées

 Hacheur abaisseur « Buck converter »

 Hacheur élévateur « Boostconverter »

 Hacheur abaisseur élévateur « Buck-Boostconverter »

6.5.1. Hacheur série (Buck)

Le hacheur série, hacheur abaisseur ou bien dévolteur est un appareil qui convertit une
tension continue en une autre tension continue de plus faible valeur. La source d'entrée est de
type tension continue et la charge de sortie continue de type source de courant. [26]

Figure 36. Hacheur série (abaisseur).

Fakher MEHREZ | 59
Chapitre 2 : Généralités sur les systèmes photovoltaïques

6.5.2. Hacheur parallèle (Boost) 

Le hacheur parallèle est appelé aussi hacheur élévateur, hacheur survolteur ou hacheur
de type Boost. La source d'entrée est de type courant continu (inductance en série avec une
source de tension) et la charge de sortie est de type tension continue (condensateur en
parallèle avec la charge résistive). L’interrupteur « K » peut être remplacé par un transistor
puisque le courant est toujours positif et que les commutations doivent être commandées (au
blocage et à l'amorçage) . [27]

Le commutateur peut être un transistor MOSFET ou un IGBT qui peuvent se commuter


sur deux positions, marche ou arrêt rapidement.

Figure 37. Hacheur parallèle (élévateur).

6.5.3. Hacheur abaisseur-élévateur (Buck-Boost) 

Hacheur abaisseur-élévateur est aussi appelé dévolteur-survolteur ou de type


BuckBoost. Le hacheur abaisseur-élévateur est un convertisseur indirect DC–DC à stockage
inductif. La source d’entrée est de type tension continue (filtrage capacitif en parallèle avec
une source de tension) et la charge de sortie continue de type source de tension (condensateur
en parallèle avec la charge résistive). Le convertisseur dévolteur-survolteur combine les
propriétés des deux convertisseurs précédents. [28]

Fakher MEHREZ | 60
Chapitre 2 : Généralités sur les systèmes photovoltaïques

Figure 38. Hacheur abaisseur-élévateur.

6.6. Les câbles électriques 

Les câbles relient électriquement tous les composants du système PV. Le câblage est un
point critique de toute installation PV. Il est très important de bien dimensionner les
conducteurs afin d’éviter la circulation d’un courant très fort dans les câbles même pour de
petites puissances dans le cas d’utilisation de faibles tensions. Le choix des câbles dont
l’enveloppe est adaptée aux conditions d’utilisation est nécessaire.

Les câbles électriques utilisés pour les installations photovoltaïques doivent répondre à
des critères spécifiques conformément aux normes et guides bien définit (Annexe A).

6.7. Les coffrets de protection 

6.7.1. Coffret DC 

Les coffrets de protection solaires DC sont des coffrets équipés de composants adaptés à
l’usage d’un champ photovoltaïque en courant continu. La mise en place du coffret DC est
obligatoire en absence d’une boite de jonction. Le coffret DC doit être non propagateur de la
flamme, classe II et son indice de protection diffère selon l’emplacement de leur installation :

 Installation extérieure : IP 65
 Installation intérieure (local à proximité des chaines PV) : IP54.

Il doit avoir les dimensions nécessaires pour intégrer les organes de protections
suivants :

 Fusibles si applicables et en l’absence d’une boite de jonction

Fakher MEHREZ | 61
Chapitre 2 : Généralités sur les systèmes photovoltaïques

 Parafoudre : si applicable et si la distance entre la boite de jonction et le coffret


dépasse les 10 m
 Interrupteur sectionneur
 Coupure d’urgence si applicable en l’absence de boite de jonction (sectionneur
relié à une bobine à déclenchement).

Le choix du coffret doit respecter les critères minimums suivants :

 Étanchéité
 Résistance aux UV (si extérieure)
 Dimensions permettant d’intégrer les organes de protections.

6.7.2. Protection courant continue

Une protection courant continue est exigée en amont de l'onduleur. Il est donc placé


entre les modules photovoltaïques et l'onduleur. Il comporte au minimum un dispositif de
coupure et de sectionnement général DC sur la liaison principale. La coupure générale DC
doit respecter les dispositions suivantes :

 Tension assignée d’emploi ≥ U_(OCmax )


 Courant assigner In ≥ 1,25 I_SCstc
 Conformité aux normes de la série NF EN 609
 Matériel spécifié pour le courant continu de catégorie d’emploi à minima DC21B
avec marquage correspondant
 Commande des dispositifs de coupure d’urgence facilement reconnaissables et
rapidement accessibles à proximité de l’onduleur
 Coupure électromécanique omnipolaire et simultanée assurée par une commande
directe ou par l’intermédiaire d’une action télécommandée.

Le sectionnement général DC doit :

 Être bipolaire pour isoler électriquement les 2 conducteurs correspondant à chaque


polarité mais peut ne pas être à sectionnement simultané.
 Être spécifié pour le courant continu
 Se situer en amont et à proximité de l’onduleur
Dans la pratique ces deux fonctions sont assurées par un interrupteur-sectionneur. Dans
le cas d'un générateur photovoltaïque comportant plusieurs groupes en parallèle, un système

Fakher MEHREZ | 62
Chapitre 2 : Généralités sur les systèmes photovoltaïques

de protection des courants inverse est ajouté. La protection des biens et des personnes
notamment contre les surtensions atmosphériques (la foudre) exigent également l'installation
de parafoudres DC.

6.7.3. Coffret AC 

Les coffrets de protection solaires AC sont des coffrets équipés de composants adaptés à
l’usage d’un champ photovoltaïque en courant alternatif. Dans ce coffret on peut trouver un
disjoncteur, différentiel, protection parafoudre. Il doit répondre aux exigences de la norme
NFC 15-100 et aux prescriptions du guide UTE C15-712-1.

Il doit avoir les dimensions suffisantes pour intégrer :

- Un disjoncteur différentiel 100 mA ;

- Un sectionneur relié à une bobine pour les coupures d’urgence côté AC.

En plus des caractéristiques ci-dessus mentionnées, le coffret AC doit avoir des


dimensions permettant d’intégrer les organes de protections nécessaires.

6.7.4. Protection courant alternatif 

Une protection courant alternative est exigée en aval de l'onduleur. Il est donc placé


entre l'onduleur et le réseau de distribution. Il comporte au minimum un dispositif de coupure
et de sectionnement général AC sur la liaison principale. Chaque onduleur nécessite
l'installation d'un disjoncteur différentiel. La protection des biens et des personnes notamment
contre les surtensions atmosphériques (la foudre) exigent également l'installation de
parafoudres AC.

7. Conclusion

Fakher MEHREZ | 63
Chapitre3 :
Dimensionnement du
système photovoltaïque
raccordé au réseau
Chapitre 3 : Dimensionnement du système photovoltaïque raccordé au réseau

1. Introduction

Partout où le réseau de distribution électrique est à disposition, il est possible de se


passer de l’élément de stockage par un couplage au réseau. Le raccordement au réseau permet
donc un échange d’énergie. Dans cette partie du travail dédiée à la conception de la centrale,
il sera question dans un premier temps de choisir le site devant abriter le projet, puis de
dimensionner le système afin de déterminer les caractéristiques des éléments constitutifs et la
configuration des champs. Enfin, les dispositifs de protection seront dimensionnés.

2. Présentation et caractéristiques propre des sites à installer

Le choix de localisation pour implanter un champ photovoltaïque est influencé


directement sur les degrés de confort thermique, à cause de l’incidence du soleil, des vents
dominants sur son enveloppe et sa situation dans son environnement. Une bonne implantation
cherche à bénéficier au maximum de l’ensoleillement hivernal en évitant les masques portés
par l’environnement bâti, le relief et la végétation et aussi de protections naturelles au vent.
Nos sites sont situés dans la région de Msaken de gouvernorat Sousse, leurs caractéristiques
sont données par le tableau suivant.

Tableau 5. Les données métrologies des sites

Nom du champ Latitude Longitude Altitude


Charpente Usine 35.714 NORD 10.542 EAST 72 m
Charpente Magasin 35.714 NORD 10.542 EAST 72 m

Figure 39. Vue de dessus de l'usine KMC (à partir Google Maps).

Fakher MEHREZ | 65
Chapitre 3 : Dimensionnement du système photovoltaïque raccordé au réseau

Pour toute étude de conception d’un système photovoltaïque, il est primordial de


mesurer certaines donnes du site :

 L’irradiation
 L’ensoleillement
 L’inclinaison : nécessaire pour avoir un rendement maximal avec les panneaux.

Pour cela, le logiciel en ligne" PVGIS" est un excellent outil de simulation qui nous
permet de calculer gratuitement la production de systèmes photovoltaïques connectés au
réseau en Afrique en générale et plus particulièrement en Tunisie. À l'aide de son interface
Google Maps intégré, il est très facile d'obtenir les données de production d'un système PV à
partir des données d'ensoleillement précises du site [35]. Par ailleurs, PVGIS propose des
cartes d'ensoleillement (irradiation en kWh/m²) et de température précises haute définition
pour les sites en Tunisie.

Figure 40. Localisation de Msaken avec logiciel PVGIS [36].


La variabilité interannuelle est l’écart type des valeurs annuelles calculées sur la période
couverte par la base de données choisie sur le rayonnement solaire. L'irradiation solaire est
donnée pour l'endroit de l’latitude 35.714 Nord, de longitude 10.542 Est et de l’altitude 28 m.
A ces conditions, les résultats de la simulation donnent la production d'énergie moyenne
mensuelle et annuelle de l'installation photovoltaïque proposée.

Le tableau N°6 montre le profil solaire de ressource sur une période d’une année avec
une irradiation solaire globale horizontale moyenne annuelle de 8,016kWh/m2/j.

Fakher MEHREZ | 66
Chapitre 3 : Dimensionnement du système photovoltaïque raccordé au réseau

Tableau 6. Profil solaire.

Mois Em Hm Ed
Janvier 94.5 114.9 7.1
Février 97.5 164.3 5.6
Mars 131 187.9 8.8
Avril 146.8 220.0 10.9
Mai 168.3 227.0 7.3
Juin 169.3 244.8 7.4
Juillet 166.2 224.9 2.9
Août 132.2 174.2 5.2
Septembre 115.7 148.0 8.1
Octobre 92.7 115.3 5.1
Novembre 83.2 101.5 5.7
Décembre 109.1 131.5 8.7

Avec :

 Em : Production d'électricité mensuelle moyenne par le système défini (kWh)


 Ed : Production d'électricité journalière moyenne par le système défini (kWh)
 Hm : Somme moyenne de l'irradiation globale par mètre carre assure par les
modules du système défini (kWh/m2).

Ainsi, l’orientation sud est évidemment un bon choix pour les installations fixes et
l’inclinaison optimale qui permet de maximiser les gains solaires annuels incidents se situe à
30°.

2.1. Productible

En Tunisie, la production annuelle moyenne d’un système photovoltaïque bien orienté,


avec une puissance de 1000 Wc peut varier entre 1500 et 2200 KWh/KWc, selon
l’emplacement géographique du bâtiment et les performances des équipements installés.

Fakher MEHREZ | 67
Chapitre 3 : Dimensionnement du système photovoltaïque raccordé au réseau

Figure 41. La productible en Tunisie d’après la carte de ressource solaire

SOLARGIS.

D’après PVGIS données de production solaire énergétique estimées, la productible de


notre site est de 1576,93 KWh/KWc. Annexe B

Tableau 7. Résumé les informations du champ à installe.

Grandeur Unité Champ


Site - Msaken - Sousse
Compteur N° 532772
Code postale - 4070
L’altitude 35.714 Nord
Longitude 10.542 Est
Attitude 72m
Ensoleillement KWh/m² 2260
Consommation annuelle KWh/an 208210
2020
Production spécifique KWh/KWc.an 1665

Angle d’azimut: ° -30°


Angle Inclinaison ° 15°
Facteur de correction - 1
Puissance crête KWc 33

Fakher MEHREZ | 68
Chapitre 3 : Dimensionnement du système photovoltaïque raccordé au réseau

3. Conception et dimensionnement des installations PV


3.1. Intégration architecturale des installations PV

L’intégration des panneaux PV dans le bâtiment doit être étudiée précisément pour :

 Assurer une bonne efficacité énergétique des équipements


 Obtenir une qualité esthétique satisfaisante tout en respectant les règlements
d'urbanisme.

Pour obtenir l’efficacité attendue, les modules PV doivent être correctement exposés au
rayonnement solaire.

Figure 42. L'emplacement ou on peut installer une installation photovoltaïque .

Pour les différentes installations photovoltaïques de ces projets, les panneaux


photovoltaïques doivent être implémentés en toiture de chaque local.

La toiture de notre usine est inclinée donc nous avons installé des panneaux sandwich.

3.1.1. Intégration sur toiture inclinée


Le montage des panneaux sur toiture incliné (panneaux sandwich) selon le type de pose
sur imposition permet une implantation simple et rapide des modules. Le tableau 8 présente
les avantages et les inconvénients de ce type de pose.

Tableau 8. Avantages et inconvénient du montage en surimposition

Avantages Inconvénients

Fakher MEHREZ | 69
Chapitre 3 : Dimensionnement du système photovoltaïque raccordé au réseau

Facilité de pose
- - L’aspect architectural de la toiture
- L’impact sur l’étanchéités de la est dégradé.
couverture est mineur .

- Bon ventilation des modules - Intégration technique des modules


- La lame d’air présent entre la toiture photovoltaïques n’assurent
et les modules facilite la circulation de aucune fonction technique
flux d’air et favoriser le (étanchéité ou couverture)
refroidissement des cellules
photovoltaïque

- Moins des pièces d’assemblage

3.2. Règles de choix de la taille de l’installation PV

La taille de l’installation photovoltaïque est choisie selon les quatre critères suivants :

 Puissance souscrite
 Consommation annuelle
 Contraintes techniques et la surface d’implantation
 Budget disponible.

Pour cette installation, on choisit le module solaire avec les caractéristiques suivantes :

Pour cette installation, Les panneaux choisit sont monocristallins du type IFRISOL.

Ces caractéristiques sont données par le tableau 9.

Tableau 9. Caractéristique du panneau IF-M385-72

Producteur IFRI-Sol
Type Module IF-M385-72
Spécification électrique

Puissance nominale (Wc) 385

Tension nominale Vmpp (V) 41

Courant nominale Impp (A) 9.4


Tension en circuit ouvert Vco (V) 49.11

Fakher MEHREZ | 70
Chapitre 3 : Dimensionnement du système photovoltaïque raccordé au réseau

Courant de court-circuit Iscc (A) 10.09


Les coefficients de température

Tension en circuit ouvert -0.30%/°C


Courant de court-circuit 0.06%/°C

Puissance maximale -.038 %/°C


Spécification mécanique

Longueur (mm) 2012


Largeur (mm) 1014
Poids (Kg) 29

3.2.1. Calcul de nombre des modules selon la surface d’implantation


Il faut tenir compte d’une distance entre les bords de toiture et l’installation pour éviter
les zones d’ombrages et une distance de 10 mm entre deux panneaux successive.

 Surface de toiture disponible :

Charpente usine :

84 × 11,5=966 m²

Charpente magasin :

48 × 12=576 m ²

 Surface des modules PV totale avec l’espacement entre eux 2,3mm et 10mm :

Surface des panneaux =2,012×1,014 = 2,040 m ²

( 2,012+2,3 ) ×20=¿ 40,268 m ²

( 1,014+10 ) ×10=10,240 m ²

Surface du modules totale = 10,24 × 40,268 = 412 m ²

On choisit la surface de la charpente magasin car son surface est supérieur à la surface
totale de modules

Surface charpente usine =576 m ² > surface totale du modules = 412 m ²

Fakher MEHREZ | 71
Chapitre 3 : Dimensionnement du système photovoltaïque raccordé au réseau

 Pour notre installation Nombre de module qu’on peut implanter

576
=282,35 soit 282 modules
2,04

On fait notre installation sur charpente magasin car elle est très proche que charpente
usine de locale technique.

3.2.2. La puissance souscrite


La puissance souscrite est la puissance contractuelle, qui est fixée dans le contrat de
raccordement. Elle se référer aux indications sur le compteur et la facture. (Annexe B)

3.2.3. La consommation annuelle


Pour un ancien logement, le calcul de la consommation moyenne en électricité sur une
année est effectué en consultant les factures fournis par la STEG. Pour ce faire et pour
garantir en efficacité des données à utiliser nous allons considérer la moyenne sur la dernière
année à savoir 2020. Néanmoins, cette dernière n’est pas encore clôturée. Ainsi, nous
envisageons un historique de consommation du compteur du local du11/2019 jusqu’à
10/2020, illustré par l’annexe C.

Tableau 10. Consommation en kWh

Consommation en KWh
nov-19 14622
déc-19 15749
janv-20 22017
févr-20 17333
mars-20 18933
avr-20 6831
mai-20 13924
juin-20 18115
juil-20 16628
août-20 19773
sept-20 22613
oct-20 21672
somme 208210

Fakher MEHREZ | 72
Chapitre 3 : Dimensionnement du système photovoltaïque raccordé au réseau

3.2.4. Contraintes de sites d’implantation


Les contraintes à en tenir compte lors de l’étude de faisabilité de l’implantation de
l’installation PV sont :

 Les surfaces disponibles pour l’implantation des modules


 La bonne disposition, orientation et inclinaison
 Les risques d’ombres relativement longues causées par des éléments faisant face à la
surface prévue pour l’implantation des modules PV.
 Les obstructions existantes (cheminées, climatiseurs, gaines, paraboles...) au niveau de
la toiture
 Le type et l'état du toit (état, âge du toit, composition ...) ;
 Étude de possibilité d’envisager une implantation avec un bon équilibre
rendement/intégration.

3.2.5. Angle d’inclinaison optimale


Afin de limiter les pertes d’appariement dans une chaine photovoltaïque, les modules
photovoltaïques interconnectés doivent être identiques d’une part, même marque, type,
puissance, année de fabrication. Et d’autre part, avoir la même inclinaison et orientation pour
assurer une production optimale d’un champ photovoltaïque sur toute l’année. Dans la
pratique, et en cas de présence d’obstacles ou autres contraintes, l’orientation et l’inclinaison
adoptée doivent être justifiées dans le dossier technique de l’installation. L’inclinaison
optimale est celle qui permet de satisfaire les besoins mensuels maximales et ceux du mois le
moins ensoleillé avec la puissance photovoltaïque optimale.

Fakher MEHREZ | 73
Chapitre 3 : Dimensionnement du système photovoltaïque raccordé au réseau

Tableau 11. Impact de l’orientation et de l’inclinaison des modules sur le productible d’un
module photovoltaïque.

Inclinaison [°]

Orientation 0 15 25 35 50 70 90

Est 88% 87% 85% 83% 77% 65% 50%

Sud-est 88% 93% 95% 95% 92% 81% 64%

Sud 88% 96% 99% 100% 98% 87% 68%

Sud-ouest 88% 93% 95% 95% 92% 81% 64%

Ouest 88% 87% 85% 82% 76% 65% 50%

En se basent sur les données fournis par le tableau 6, pour assurer une production
optimale d’un champ photovoltaïque sur la toute l’année, il est recommandé d’orienter les
modules photovoltaïques vers le plein Sud (Azimut 0°) de de les incliner par rapport à
l’horizontale de 30°.

3.2.6. Zone de captage : ombres, masques


Il est impératif de protéger l’installation contre l’ombrage lointain et l’ombrages de
proximité. La productibilité d’une installation PV est largement affectée par les ombrages,
même partiels sur le site d’implantation. Le courant dans une chaine est limité par celui du
plus mauvais module. Il est alors impératif de tenir compte des obstacles produisant un
masque d’ombrage total ou partiel d’une installation PV lors du choix du site d’implantation.
Selon la conception du générateur photovoltaïque, deux types d’ombrages sont distinguées :

 Ombrage de proximité : causé par les obstacles proches tel que :

- Les arbres ou les bâtiments de l’entourage


- Les acrotères du toit
- Une rangée de module de la même installation ne respectant pas
l’espace requis entre les rangées.
 Ombrage lointain : causé par les obstacles dont l’angle avec lequel on l’observe ne
varie pas lorsque l’observateur se déplace de quelque mètre. Cela être une colline
une montagne ou un bâtiment lointain.

Fakher MEHREZ | 74
Chapitre 3 : Dimensionnement du système photovoltaïque raccordé au réseau

Il est précisé que l’impact des ombrages de proximité est largement plus critique que les
ombrages lointains.

3.2.7. Dimensionnement de la puissance crête


C’est la puissance à installer pour satisfaire les besoins en électricité. Pour calculer cette
puissance, il faut connaitre la consommation annuelle de l’électricité et la production
spécifique du site adaptée par la STEG.

Consommation annuelle (
Pc=
Productible
0)

Avec :

- Pc : Puissance crête a installé, en KWc.


- La Consommation annuelle en KWh.
- La Productible en KWh/an/KWc.

208210
Pc= =132.02 KWc
1577

Les projets d’autoconsommation permettent de consommer sa propre électricité


instantanément, et ainsi réaliser des économies sur ses factures. Mais également de revendre
les excédents de sa production d’électricité à la STEG qui s’engage à les acheter dans le cadre
d’un contrat conclu entre les deux parties (dans la limite des 30% de la production annuelle de
l’installation). L’auto consommateur est donc aussi auto productrice [40].

P pv installée =77 KWc

3.2.8. Choix de la tension du fonctionnement


Selon le type d’application, le choix de la tension nominale d’un système dépend de la
disponibilité de matériels. Ainsi que, des niveaux de puissance et d’énergie nécessaire comme
le montre le tableau 12.

Fakher MEHREZ | 75
Chapitre 3 : Dimensionnement du système photovoltaïque raccordé au réseau

Tableau 12. Les tensions du système correspondantes à chaque intervalle de puissance crête

Puissance crête < 500 Wc 500 Wc jusqu’à 2 KWC > 2 KWc

Tension du système 12 VDC 24 VDC 48 DC

3.2.9. Nombre des modules photovoltaïques


En se basent sur la puissance crête à installer et celle d’un module photovoltaïque, nous
pouvons calculer le nombre des panneaux nécessaires pour couvrir les besoins en électricité à
l’aide d’une formule bien définit. Pour cela, la puissance crête totale du générateur
photovoltaïque est divisé par la puissance crête du module choisi. Le nombre de modules est
le nombre entier résultant de cette division.

puissance totale (Wc) (0)


Nombre de module =
puissancecrete d ' unseulmodule(Wc )

La fiche technique du module est présentée sur l’annexe D.

Se basent sur l’équation N°12 le nombre des panneaux nécessaires est :

77
N p= =200 modules
0.385

Avec : - N p: nombre des panneaux

3.2.10. Nombre de modules par chaine


Sur la base de la tension maximale des modules photovoltaïques (UDC max), le nombre
maximum de modules photovoltaïques par chaîne Nmax/chaîne est calculé par la division de
UDCmax régulateur par la tension maximale d’un module photovoltaïque est la tension en
circuit ouvert à -10 °C noté UOC -10°C.

UDC max est la tension d’entrée DC maximale qui est admise aux bornes du
régulateur. En cas de dépassement de cette valeur, le régulateur peut être endommagé.

U DCrégulateur (0)
N max / chaine =
U OC−10° C

Fakher MEHREZ | 76
Chapitre 3 : Dimensionnement du système photovoltaïque raccordé au réseau

Dans les spécifications du module photovoltaïque, UOC est définit généralement pour
des conditions STC (25°C). Se basent sur le coefficient de température β fourni par le
fabriquant,

UOC -10°C est calculée tel que : [37]

𝑈𝑂𝐶−10°𝐶 = (1+ (-35°C * 𝛽 100)) * UOCSTC, si 𝛽 exprimé en % / °C (0)

En cas de l’absence de données sur 𝛽, UOC -10°C est calculée par l’équation 15

𝑈𝑂𝐶−10°𝐶 = 1,13 * UOCSTC (0)

Application numérique

D’après la fiche technique de panneaux utilisée le coefficient de température relatif à la


tension est -0.3%/°C

−0.3
Uco,max (-10°C)= 49.11*(1+(-10-25)*
100
) = 54.26 V

La tension d’entrée maximal de l’onduleur est 1000V, donc le nombre maximal des
panneaux en séries est :

1000
Ns= = 18 panneaux en séries
54.26

D’après cette expression, on peut affirmer que notre chaine ne peut pas dépasser 18
panneaux en séries. Cette valeur correspond au fonctionnement à vide.

3.2.11. Nombre de modules par parallèle


Le nombre maximal de chaînes photovoltaïques parallèle se calcule par la formule
suivante :

I régulateur (0)
Nombre maximal de modules en parallèle =
I SCm oduleà Tmax

Fakher MEHREZ | 77
Chapitre 3 : Dimensionnement du système photovoltaïque raccordé au réseau

33
Nombre maximal de modules en parallèle = =3
10.09

Suite à la détermination du nombre de chaines et de modules par chaine, la vérification


de la compatibilité de la puissance crête s’impose.

Donc il faut utiliser 200 panneaux de type IF-M385-72.

La superficie du toit est donc théoriquement apte à accueillir une installation qui couvre
la totalité des besoins du client. En général, il est plus logique de partir de la consommation
du ménage ou du budget disponible que de la superficie de la toiture. La mesure de celle-ci
doit indiquer si l’installation de taille idéale est envisageable ou non.

3.3. Choix de l’onduleur

Au sein d’un système photovoltaïque, l’onduleur occupe une place importante : il


permet la conversion du courant continu délivré par les panneaux en courant alternatif
compatible avec le réseau de distribution.

Tout le calcul suivant est fait en se référant au référentiel technique des installations
photovoltaïques raccordées au réseau électrique national basse tension. Ce document a été
réalisé dans le cadre des travaux du groupe Adhoc composé de représentants de la Société
Tunisienne d’Électricité et du Gaz (STEG), l’Agence Nationale pour la Maîtrise de l’énergie
(ANME), la chambre syndicale du photovoltaïque(CSPV), et la Deutsche Gesellschaft für
Internationale Zusammenarbeit (GIZ). Ce document définit les exigences techniques
minimales à prévoir lors de la conception, la réalisation et la maintenance des centrales
photovoltaïques (CPV), raccordées au réseau électrique national de distribution et il est
destiné aux services techniques de la STEG, aux installateurs et/ou tout intervenant concerné.

Le choix et le nombre d’onduleurs repose sur trois critères :

Fakher MEHREZ | 78
Chapitre 3 : Dimensionnement du système photovoltaïque raccordé au réseau

- La compatibilité en tension : la plage de tension d’entrée de l’onduleur soit compatible


avec les tensions en circuit ouvert et les tensions MPP du champ de modules tout au
long de l’année (de 1000 W/m² et -10°C à 200 W/m² à 70°C) ;
- La compatibilité en courant : le courant d’entrée admissible de l’onduleur soit
supérieur au courant maximum délivré par le champ de modules sous 1000 W/m² et
70°C ;
- La compatibilité en puissance : le rapport entre la puissance nominale de l’onduleur et
la puissance crête du générateur correspondant soit compris entre 0.8 et 1.2.

3.3.1. Compatibilité en puissance


Un onduleur est caractérisé par une puissance maximale admissible à l’entrée. Lorsque
la puissance en entrée, coté DC, est supérieure à celle maximale admissible par l’onduleur,
celui-ci continue son fonctionnement mais fournit au réseau sa puissance maximale. Celle-ci
n’est pas la puissance maximale que pourraient délivrer les modules, car l’onduleur est calé
sur un point de fonctionnement, c’est-à-dire un couple Tension-courant, ne correspondant pas
au point de puissance maximale. Le groupe photovoltaïque ne délivre pas donc toute sa
puissance ; il est sous-exploité. [38]

La compatibilité onduleur / string consiste à vérifier que :

 La puissance crête du champ PV doit être inférieure à la puissance nominale de


l’onduleur :
Pc (PV) ≤ Pmax,adm (ond) (0)

 La puissance nominale de l’onduleur est comprise entre 80% et 110% de la puissance


crête :
0,8 * Pc (PV) < Pond < 1,2 * Pc (PV)

 Vérification de la compatibilité en puissance :


77*0.8=61,6 KWc < Pond (KWc) < 77*1.2 = 92.4 KWc
17*4*0.385*0.8=20.9KW =13.09<Pond=25KW< 17*4*0.385*1.2=31,42KW
20.9*2=41,8KW < 2*Pond=50KW < 31*42=62.84KW

Fakher MEHREZ | 79
Chapitre 3 : Dimensionnement du système photovoltaïque raccordé au réseau

 Pour les deux premier onduleurs condition vérifiée


16*4*0.385*0.8=19.7KW<25KW<16*4*0.385*1.2=19.56KW
 Condition vérifiée
Les onduleurs choisit sont du type Sunny Tripower 25000TL

Le tableau suivant présente les caractéristiques de cet onduleur :

Le tableau suivant présente les caractéristiques de cet onduleur :

Tableau 13. Caractéristique de l’onduleur Sunny Tripower 25000TL

Onduleur
Sunny Tripower 25000TL
Partie DC
Grandeur Unité Valeur
Tension DC max VDC 1000
Plage de tension MPP VDC 39 85
0 0
Courant d’entré max entrée A/entrée B A/B 33
Nombre de chaine max par traker - 2
Partie AC
Grandeur Unité Valeur
Puissance de sortie KW 25
Puissance de sortie max KVA 25
Plage de tension MPP VAC 32 48
0 0
Courant de sortie max A 36.2
Fréquence de service Hz 50 / 60

Facteur de puissance - 1

Raccordement réseau - Triphasé

Rendement max % 98.3

Rendement euro % 98.1

La fiche technique du l’onduleur Sunny Tripower 25000TL est présentée par annexe E.

Fakher MEHREZ | 80
Chapitre 3 : Dimensionnement du système photovoltaïque raccordé au réseau

3.3.2. Compatibilité en tension


Le niveau de tension présent aux bornes de l'onduleur est le résultat de la somme des
tensions des modules branchés en série de la chaine. La tension du générateur photovoltaïque
est :

 Fortement affectées par la température (la tension diminue de manière considérable


lorsque la température augmente).
 Faiblement affectées par le rayonnement solaire (la tension augmente très rapidement,
et puis, reste relativement constante par rapport au rayonnement).
Un onduleur est caractérisé par une plage de tension photovoltaïque à ne pas dépasser

Umppt,min, VDC,max.

Avec :

U mmp , min (T =+70 ° )= Umpp (T=25°C) * (1+ (70 – 25) * ) (0)

−0.3
𝑈𝑚𝑚𝑝,𝑚𝑖𝑛 (𝑇 = +70°) = 41*(1+ (70 – 25) * ) = 35.46 V
100

Si la tension délivrée par les modules est hors plage, l’onduleur sera détruit. Il faut donc
vérifier les deux conditions suivantes :

Vt1 = Ns * Umpp,min (70°C) > Umppt,min 1


Vt2 = Ns * UCO (-10°C) < UDC,max
Avec plage de tension MPPT est 390V/800V

Vt1 = Ns * Umpp,min Vt2 = Ns * UCO (-10°C) <


Condition
(70°C) > Umppt,min UDC,max
Ns=17 17*35.46=602.82V > 390V 17*45.26=769.42V <800V

Ns=16 16*35.46 = 567.36V > 390V 16*45.26=724.16V <800V

Condition vérifié (√)

Fakher MEHREZ | 81
Chapitre 3 : Dimensionnement du système photovoltaïque raccordé au réseau

Avec : - NS : Nombre de module en séries ;

- UCO : Tension en circuit ouvert d’un module ;


- VMPP : Tension du groupe des modules au point de puissance maximale ;
- UDC.max : Tension DC maximale de l’onduleur ;

Les nombres minimal NS, min et maximal NS, max des modules en séries sont calcules
par les formules suivantes.[39]

U mppt , min (0)


Nsmin =E
[ U mppt , min (T =+70 ° C ) ]
390
Nsmin = =10 Panneaux minimal en sériés
35.46

U mppt , max (0)


Nsmax =E
[ U mppt ,max (T =−10 ° C ) ]

Avec :
𝑈𝑚𝑚𝑝, 𝑚𝑎𝑥 (𝑇 = −10°) = Umpp (T=25°C) × (1+ (-10 – 25) *𝛽) (0)

−0.3
𝑈𝑚𝑚𝑝,𝑚𝑎𝑥(𝑇 = −10°)= 41 × (1+ (-10 – 25) * ) = 45.29 V
100

800
Nsmax = =17 Panneaux maximal en sériés
45.29

Avec :

- E : désigne la partie entière d’une valeur.

Fakher MEHREZ | 82
Chapitre 3 : Dimensionnement du système photovoltaïque raccordé au réseau

La plage de tension MPPT, doit vérifier les deux équations suivantes :

N(mod,min) en série = E+[ VMPPTmin / Vmpp * k] ( à T = 70°C) (0)

390
N(mod,min) en série = =10
35.46

N(mod,max) en série = E-[ VMPPTmax / Vmpp *k] (à T = -10°C) (0)

800
N(mod,max) en série = =17
45.29

La tension maximale admissible doit vérifier la condition définie par l’équation 24 :

N(mod,max) en série = E-[ Vmax/Voc *K] (0)

1000
N (mod ,max)en série= = 18 panneaux en séries
54.26

Où 𝐾 est le coefficient de température en V/K.

3.3.3. Compatibilité en courant


Chaque onduleur est caractérisé par un courant d’entrée maximal admissible à ne pas
dépasser. L’onduleur choisit doit donc vérifier la condition suivante.

1.25 * Nch * ISC STC < Imax

1.25*2*10.09=25.22A < 33A condition vérifier

Avec :

- Le coefficient 1.25 est un coefficient de sécurité impose par le guide UTE C15-712.
- I SCSTC : Courant de court-circuit des modules PV aux conditions STC
- Imax : Courant maximal d’entrée de l’onduleur

Fakher MEHREZ | 83
Chapitre 3 : Dimensionnement du système photovoltaïque raccordé au réseau

- Nch : Nombre de chaine par l’onduleur.

Il faut vérifier en plus, le nombre de chaines parallèle :

Iscmax =(Isc+ ( T max −25 ) × α )× Nombre de chaines en parrallèle

Nombre de chaines en parallèle = E-[Imax/Impp] (0)

Nombre de chaines en parallèle =E ( 9933 )=¿3


Puisque le nombre maximal d’entrée onduleur est 3 On prend le nombre de chaine est 2.

3.4. Topologie de l'installation PV

Notre installation comporte 200 panneaux et trois onduleur Sunny Tripower 25000TL,
chaque onduleur que nous avons utilisé comporte : 6 entres pour faire le câblage de
l’onduleur, nous avons fait la segmentation des panneaux sur 2 blocs. Chaque bloc contient 2
chaines, il y a 8 chaine de 17 panneaux et 4 chaine de 16 panneaux. Après nous avons reliée
chaque chaine directement avec l'entrée MPPT de l’onduleur.

Donc nous avons multiplié par 2 les courants ( Ico , Impp ) aussi pour les tensions nous
avons multiplié par le nombre des modules par chaque chaine ( Vco , Vmpp ).

3.5. Dimensionnement du câble coté DC

Le choix de la section des câbles DC s’effectue selon des critères majeurs à suivre :

- Le courant admissible IZ dans le câble ;


- La chute de tension 𝛥U admissible dans le câble.
Le schéma électrique de notre installation est donné par (annexe)

3.5.1. Chute de tension admissible


En pratique, un câble n'est pas un conducteur parfait : il se comporte comme une
résistance. Dans une installation photovoltaïque, cela va induire des pertes de puissance.
L'optimisation technico-économique d'une installation photovoltaïque conduit donc à réduire

Fakher MEHREZ | 84
Chapitre 3 : Dimensionnement du système photovoltaïque raccordé au réseau

au maximum ces chutes de tension. Le guide UTE C15-712 relatif aux installations PV
indique que la chute de tension de la partie continue doit être inférieure à 3% et dans l'idéal
1%. La section des câbles continue est calculée selon la formule suivante :

ρ× L× I mpp (0)
S= ΔU ×U
mpp

Avec :

- L : longueur du câble (m).


- 𝜌 : Résistivité du matériau conducteur ((0.01786 Ωmm2/m à 20°C pour le cuivre)
- Impp : courant de fonctionnement des panneaux (A)
- Umpp : tension de fonctionnement de chaine PV (V)
- Chute de tension 𝛥U =1%
Calcule de la section de câble pour les 3 onduleurs.

Tableau 14. Calcule de la section des câbles

Onduleur 1 Chaines Vmppt( Imppt Longueur( Sc Sp Chute de


v) (A) m) (mm ) 2 2 tension (𝛥U)
(mm )
MPPT 1.1 Chaine 1 17 × 41 1 × 9,4 54.5 2,6 6 0,66
= 697 V = 9,4 A
Chaine 2 17 × 41 1 × 9,4 67 3,25 6 0,813
= 697 V = 9,4 A
MPPT 1.2 Chaine 1 17 × 41 1 × 9,4 67 3,25 6 0,813
= 697 V = 9,4 A
Chaine 2 17 × 41 1 × 9,4 79 3,83 6 0,95
= 697 V = 9,4 A

Onduleur 2
MPPT 2.1 Chaine 1 17 × 41 1 × 9,4 70 3,4 6 0,84
= 697 V = 9,4 A
Chaine 2 17 × 41 1 × 9,4 70 3,4 6 0,84
= 697 V = 9,4 A

MPPT 2.2 Chaine 1 17 × 41 1 × 9,4 62 3 6 0,75


= 697 V = 9,4 A

Chaine 2 17 × 41 1 × 9,4 62 3 6 0,75


= 697 V = 9,4 A
Onduleur 3

Fakher MEHREZ | 85
Chapitre 3 : Dimensionnement du système photovoltaïque raccordé au réseau

MPPT 3.1 Chaine 1 16 × 41 1 × 9,4 78,5 3,8 6 0,952


= 656 V = 9,4 A

Chaine 2 16 × 41 1 × 9,4 78,5 3,8 6 0,952


= 656 V = 9,4 A
MPPT 3.2 Chaine 1 16 × 41 1 × 9,4 80 3,88 6 0,97
= 656 V = 9,4 A

Chaine 2 16 × 41 1 × 9,4 64,5 3,13 6 0,78


= 656 V = 9,4 A

Vérification de la chute de tension nous constatons que la chute de tension maximal est
égale 0,97 % Est inférieure à 3%. (√ )

3.5.2. Courant admissibles dans les câble Iz


Le courant admissible d'un câble est la valeur maximale de l'intensité du courant
pouvant parcourir en permanence par un conducteur, sans que sa température soit supérieure à
sa température spécifiée. En fonctionnement normal, le courant maximal d'emploi, cote DC,
doit être pris égal à 1.25×Icc. En présence des jonctions parallèles de plusieurs chaines
photovoltaïques, les courants s'ajoutent. La règle Iz 1.25 x Icc ne peut pas s'appliquer lorsque
plusieurs chaines photovoltaïques sont susceptibles de produire des courants retours. Dans
notre installation on utilise 3 chaines en parallèles pour chaque MPPT. Le tableau (3.8)
présente les choix de courant maximal admissible.

Tableau 15. Choix de courant maximal admissible Nombre des lour maximale admissible
I(A)

NC : Nombre de Valeur maximale du courant Courant maximal admissible IZ (A)


chaîne en parallèle retour dans une chaîne (A)

NC = 1 0 IZ ≥ 1.25 * ISC
NC = 2 1.25 * ISC IZ ≥ 1.25 * ISC
NC = 3 2 * 1.25 * ISC IZ ≥ 1.25 * ISC

IZ ≥ 1.45 * IN (en cas de présence d’un
fusible de courant nominal In*)
NC ≥ 4 (NC – 1) * 1.25 * ISC IZ ≥ (NC – 1) *1.25 * ISC

IZ ≥ 1.45 * IN (en cas de présence d’un
fusible de courant nominal In*)

Fakher MEHREZ | 86
Chapitre 3 : Dimensionnement du système photovoltaïque raccordé au réseau

Valeur du courant admissible Iz dans les câbles DC en fonction du courant


retour

Le tableau ci-dessous, extraits du document UTE C 32-502, donnent les valeurs des
intensités admissibles des câbles conformes à ce guide, en fonction de la section de câble, du
mode de pose et de la température.

Tableau 16. Courant admissible des câbles pour installation photovoltaïque pour une
température maximale à l’amé de 90°C

Section mm2 Intensité en A


Type de pose deux câbles adjacents sur
paroi
1,5 14
2,5 19
4 26
6 33
10 46
16 62
25 82

Tableau 17. Vérification le courant admissible

Section proposée (mm2 ¿ Courant admissible Iz dans Courant déemploi maximale (A)
le cable (A) 1,25*Icc
6 33 1,25×9,4 = 11.75A
Nous constatons donc que dans notre cas, le courant admissible iz est bien supérieur au
courant maximal préconisé (1,25*Icc) .

Donc la section du câble calculé est validée (√)

3.6. Protection coté DC


3.6.1. Protection contre les surintensités
Dans une installation photovoltaïque, les fusibles ont comme rôle de protéger les
modules contre les risques de surintensité. Il est nécessaire donc de choisir des fusibles qui
peuvent supporter ce courant en utilisant la formule suivante : [32]

Fakher MEHREZ | 87
Chapitre 3 : Dimensionnement du système photovoltaïque raccordé au réseau

IB= 1.25 * ISC STC < In,fus < IRM

Avec

- IB : Courant maximal d’emploi dans les conducteurs, en A ;


- In,fus : Courant nominal du fusible, en A ;
- IRM : Courant de retours maximal des modules ;
- ISC STC : Courant de court-circuit des modules PV aux conditions STC.

Concernant les fusibles DC, la valeur du courant retour maximal des modules IRM qui
justifie la présence ou non des fusibles. Lorsque l’intensité du courant retour est susceptible
de dépasser IRM, il est nécessaire d’installer des fusibles.

Alors il faut vérifier la condition suivante :

Si [IRM < (Nc – 1) * 1,25 * Isc] : fusible obligatoire


Dans ce projet et a partir des caractéristiques du module : Isc = 10,09A, IRM = 16A et
Nc = 2;

Pour ce module, la présence de fusible est récapitulée ci-dessous :


(Nc – 1) * 1,25 * Isc = (2 – 1) * 1,25 * 10.09 = 12.61 A
Suite à ce résultat, la présence des fusibles est n’est pas obligatoire.

3.6.2. Parafoudre DC
Le parafoudre est un dispositif destiné à limiter le niveau de surtensions transmises par
les câbles à un niveau compatible avec la tension de tenue aux chocs des matériels de
l’installation et des matériels alimentés par cette installation. Il est généralement placé entre
un conducteur actif et la masse de l’équipement à protéger, elle-même reliée à la terre et
parfois entre conducteurs actifs. Les parafoudres de type 2 sont conçus pour être installés sur
des sites où la probabilité d'impact direct de foudre est estimée à une faible valeur. Les
parafoudres de type 2 protègent l'ensemble de l'installation et résistent aux ondes de choc de
type 8/20 μs .

En cas de présence d’un paratonnerre sur le bâtiment, il est obligatoire d’installer un


parafoudre de Type 1.

Fakher MEHREZ | 88
Chapitre 3 : Dimensionnement du système photovoltaïque raccordé au réseau

Tableau 18 . Choix du type parafoudre

NK ≤ 25 NK ≥ 25
Caractéristique de l’installation
Côté DC Côté AC Côté DC Côté AC

Bâtiment ou structure équipé d’un Obligatoire Obligatoire Obligatoire Obligatoire


paratonnerre Type 2 Type 1 Type 2 Type 1
Obligatoir Obligatoir Obligatoir
Alimentation BT par une ligne Obligatoire
e e e
entièrement ou partiellement aérienne Type 2
Type 2 Type 2 Type 2
Alimentation MT par une ligne Obligatoire Obligatoire Obligatoire Obligatoire
entièrement souterraine Type 2 Type 2 Type 2 Type 2

Le dimensionnement des parafoudres DC et AC peut être optimisé en estimant le niveau


d’exposition aux surtensions Fpv à l’aide de l’équation suivante :[39]

Fpv = NK * (1 + 𝜑 +δ)

Avec : - Nk : est le niveau kéraunique locale (Annexe F) ;

- 𝜑+δ : sont donnés par l’annexeG en prenant en δ compte le caractère du


l’installation ;

Après avoir choisir tous ces paramètres, nous pouvons calculer le niveau d’exposition
aux surtensions Fpv et par suite choisir le parafoudre convenable selon de le tableau 9.

Tableau 9. Choix d’In en fonction de Fpv

Estimation du risque Fpv In (KA)

Fpv 40 5

40 Fpv 80 10

Fakher MEHREZ | 89
Chapitre 3 : Dimensionnement du système photovoltaïque raccordé au réseau

Fpv 80 20

Niveau kéraunique de Sousse égale à 47 selon l’annexe F, donc dans notre cas 𝑁𝐾 ≥ 25
et la caractéristique de notre installation est Alimentation MT par une ligne entièrement
aérienne, donc le type de parafoudre est type 2.

Les parafoudres sont de type 2 avec une valeur minimale du courant nominal de
décharge In de 5 KA et un courant nominal de décharge supérieur à la valeur exigée procurera
une durée de vie plus longue au parafoudre. Le courant de décharge maximal est utilisé pour
la coordination énergétique des parafoudres : se rapporter aux informations du constructeur.
La valeur doit être inférieure à 80% de la valeur de la tension de tenue aux chocs des
matériels à protéger.

Le dimensionnement du parafoudre peut être optimisé en estimant le niveau


d’exposition aux surtensions Fpv, par l’équation 43.

Alors : Fpv = 47× (1 + 2 + 0 ,75) = 175,78

In > 20KA une valeur plus élevée donnera une durée de vie plus longue

Ucpv> N *Voc-max 1600 V > 17*54.26= 922.42 V

Avec :

- Ucpv : tension maximale de régime permanent ;


- Voc-max : 52,26 V ;
- N : le nombre de panneaux PV dans une chaine.

Uc = 1200 V > 1.2 * 922,42 = 1106,9 V : Condition vérifié.

Up < 0,8 * Uw ;

Up = 3600 V, Uw = 8000 V

Donc Up = 3600 V < 8000 * 0.8 = 6400 V : Condition vérifié.

Fakher MEHREZ | 90
Chapitre 3 : Dimensionnement du système photovoltaïque raccordé au réseau

Avec :

- Up : Niveau de protection d’un parafoudre.


- Uw =8000V c’est la tension de tenue aux chocs de l’onduleur.

Nous choisissons le parafoudre de référence DS50PV-1000G/51, extrait de fichier


techniques parafoudre DC (Annexe H).

D’après la norme UTE-712-12-1, lorsqu’un parafoudre est prescrit pour la partie DC


d’une installation PV raccordée au réseau. Lorsque le parafoudre en amont de l’onduleur est
situé à plus de 10 m de coffret de protection un second parafoudre doit être installé à
proximité de celui-ci

Dans notre étude, on trouve dans le cas ou L > 10m : il est donc nécessaire de maitre en
place un deuxième parafoudre.

Avec L la distance entre les chaine PV et le coffret de protection.

On a besoin donc de 24 parafoudres DC de référence : DS50PV-1000G/51

3.6.3. Interrupteur courant continue


Une distribution électrique à partir d'énergie solaire demande les mêmes protections que
pour un réseau classique. Cependant, les protections côté DC sont particulières car le courant
continu est difficile à interrompre si un arc se produit. Dans une installation photovoltaïque, il
est indispensable de pouvoir couper le courant, afin d'effectuer par exemple des opérations de
maintenance.

3.6.4. Choix de sectionneur général coté DC


Le guide solaire C15-712 exige la mise en place d'un interrupteur général en amont de
l'onduleur, remplissant la fonction de coupure en charge préalable à tout sectionnement. En
effet, L'onduleur Sunny Tripower 25000TL intègre un interrupteur DC, ce qui permet de
s'affranchir de l'interrupteur générale externe. Fichre technique de l'onduleur (Annexe ).

3.6.5. Choix de sectionneur en amont de l'onduleur


Afin de garantir la sécurité lors des opérations de maintenance ultérieure, et en
conformité avec le guide de l'UTE C15-712-2 concernant les dispositifs de coupure et de

Fakher MEHREZ | 91
Chapitre 3 : Dimensionnement du système photovoltaïque raccordé au réseau

sectionnement, nous installons des interrupteur-sectionneur dans le coffret électrique DC.


Qu'ils seront calıbres comme suite En courant :

Le courant assigné doit être au moins égal à 2 x 1,25 ×1

En tension : la tension assignée doit être au moins égale à la tension à vide Vco-Max (-
10°c)

Dans notre cas nous aurons besoin d'un interrupteur sectionneur pour chaque entrée
MPPT. Le choix des interrupteurs-sectionneurs est récapitulé ci-dessous :

• Calibrage en tension

Calibrage en tension Calibrage en courant

 Onduleur 1,2 - Vco Max (-10°c) = 52,26 V - Icc = 10.04 A


- 17 modules en série - Isec > 2*1,25*Icc
- Un > 17 x Voc Max - Isec > 25.1 A
- Un > 888,42 V

 Onduleur 3 - Vco Max (-10°c) = 52,26 V - Icc = 10.04 A


- 16 modules en série - Isec > 2*1,25*Icc
- Un > 16 x Voc Max - Isec > 25.1 A
- Un > 836,16 V

Avec : - Iec : Ile courant assigné de l'inter- sectionneur choisi (A)

- Un : la tension assignée de l'inter-sectionneur (V)

Nous choisissons interrupteur-sectionneur dans le coffret électrique DC, extrait de fiche


technique (Annexe J).

Nous avons opté pour le choix de 3 d’interrupteur-sectionneur Sectionneur porte-fusible


ABB E93HN/32 3P+N 32A M204743

Suivant :

Fakher MEHREZ | 92
Chapitre 3 : Dimensionnement du système photovoltaïque raccordé au réseau

Des caractéristiques :

 Un = 1000 v > 888,42 V (√)


 Iec 32 A> 25,1 A (√)

3.7. Dimensionnement du câble coté AC


3.7.1. Les disjoncteurs
Un disjoncteur est un dispositif de protection dont la fonction est d'interrompre le
courant électrique en cas d'incident sur un circuit électrique. Il est capable d'interrompre un
courant de surcharge ou un courant de court-circuit dans une installation. Suivant sa
conception, il peut surveiller un ou plusieurs paramètres d'une ligne électrique. Pour détecter
les surcharges, ce disjoncteur est équipé d'un dispositif thermique. Pour les courts-circuits, il
est doté d'un dispositif magnétique.

Pour les disjoncteurs la norme C15-100 donne les conditions suivantes :

Il faut que :

I B< I n (3.31)

I n< I Z (3.32)

Le courant assigné d’emploi des dispositifs de coupure et de sectionnement doit être au


moins égale à 1.25×ICC.

La tension assignée d’emploi Ue des dispositifs de coupure et de sectionnement doit


être supérieure ou égale à la tension à vide U CO du circuit majoré par un coefficient
multiplicateur k prenant en compte l’effet de la température (Annexe6)

Tableau 19. Critères du choix de disjoncteur

Choix de disjoncteur

Fakher MEHREZ | 93
Chapitre 3 : Dimensionnement du système photovoltaïque raccordé au réseau

- I ondmax = 36,2 A
- Sortir onduleur triphasé
 Onduleur 1,2 et 3 Us=400V
- Le courant d’emploi doit être
supérieure à Ie > 1,25*36.2A

Tableau 20. Choix de dispositif de coupure différentielle

TYPE ABB S200 DISJONCTEUR - 4P - 50A


- COURBE C - TRIPHASÉ
Nombre 3
Alimentation 400 V
Tension 400 V
Courant de coupure 40 A
Pouvoir de coupure 10 KA

Nous choisissons disjoncteur différentielle dans le coffret électrique DC, extrait de fiche
technique (Annexe K).

3.7.2. Mise à la terre


La prise de terre est la base de la protection des personnes et matériels contre les
contacts indirects, quel que soit le régime du neutre utilisé.

La mise à la terre permet de raccorder au potentiel « 0 » de la terre les masses


métalliques de l’installation grâce aux conducteurs de protection.

La mise à la terre de l’installation photovoltaïque autonome doit respecter les exigences


du guide /de normes précis (Annexe A), avec de couleur vert /jaune souple ou rigide.

Pour garantir une bonne terre dans les installations photovoltaïques, la longueur du
piquet de terre doit être supérieure ou égale à 1,5 m. Le câble principal de champ
photovoltaïque jusqu’au coffret DC doit être de 10 mm2 au minimum.

Fakher MEHREZ | 94
Chapitre 3 : Dimensionnement du système photovoltaïque raccordé au réseau

Figure 43. Raccordement à la terre


3.7.3. Parafoudre AC
Les matériels électriques comportant des composants électroniques sont aujourd'hui
largement utilisés à la fois dans les installations photovoltaïques. De plus, un grand nombre de
ces matériels reste en état de veille permanente et assure des fonctions de contrôle ou de
sécurité. La faible tenue de ces matériels aux surtensions a donné une importance accrue à la
protection des installations électriques à basse tension, et notamment à l'utilisation des
parafoudres pour leur protection contre les surtensions induites transmises à travers le réseau
électrique ou les réseaux de communication.

Pour des raisons équivalentes au parafoudre DC, le parafoudre côté alternatif doit être
de type2. Il est alors nécessaire de prévoir un interrupteur-sectionneur associé au parafoudre
permettant de couper l'alimentation de l'onduleur en cas de remplacement du parafoudre. Mais
en pratique le sectionneur coté AC n'est pas pris en compte par l'installateurs. Le parafoudre
AC doit être installé au plus près de l'onduleur, l'UTE 15-712-1 exige l'installation d'un
deuxième parafoudre lorsque l'onduleur est placé à plus de 10 m de l'origine de l'installation
pour assurer la protection de l'onduleur.

▪ Les critères de choix parafoudre AC


 Uw : tenue au choc de l'onduleur = 6000 V [Annexe 6, tableau 2 p51]
 Up : Tension de protection assurée par le parafoudre < 6000 V
 Uc : Tension maximum en régime permanent supporté par le parafoudre 300V
 Umax : Tension simple maximum du réseau : 230 +10% = 253V
 Un : tension nominale entre phase et neutre = 230V
 Courant maximal de décharge Imax (KA) >5 KA parafoudre AC :

Fakher MEHREZ | 95
Chapitre 3 : Dimensionnement du système photovoltaïque raccordé au réseau

Type MZ-TY4V

Nombre 3

Courant maximal de décharge Imax 40KA

Umax 320V

Up 1,5 KV

Nombre de pôles protéger 4p

Réf. Commerciale 08204

Nous choisissons parafoudre AC, extrait de fichier techniques (Annexe L).

3.7.4. Dimensionnement des câbles AC


De la même façon que pour le côté continu, la norme impose une chute de tension
inférieure à 3% et idéalement 1%. Le dimensionnement côté alternatif pour les différents
chantiers est réalisé manuellement en suivant la méthode décrite ci-dessous. Plusieurs
paramètres sont à prendre en compte lors de la détermination de la section des conducteurs
tels que :

- Le courant d'emploi Ib : c'est le courant correspondant à la puissance maximale


transportée en service.
- Le mode de pose Le nombre de circuits jointifs dans le chemin de câble
- La température ambiante
- Le courant maximal admissible Ib : c'est l'intensité pouvant être supportée par
un conducteur sans que sa température soit supérieure à la valeur spécifiée La
détermination de la section de câble peut se décomposer en trois étapes :
 Calcul du courant d'emploi Ib :

Le courant d'emploi I, est déterminé à partir de la fiche technique de l'onduleur /

Is-Max = 36,2 A

- Is-Max : Courant de sortie maximale coté AC.


 Choix du calibre de protection :

Fakher MEHREZ | 96
Chapitre 3 : Dimensionnement du système photovoltaïque raccordé au réseau

La seconde étape consiste à déterminer le calibre de protection, c'est-à-dire la valeur du


courant nominal que pourra supporter le conducteur. Ce courant est noté Iz et est égal à la
valeur normalisée directement supérieure au courant d'emploi Iz.

Tableau 21. Calibres de protection normalisés

Iz 1 2 3 6 10 16 20 25 32 40 50 63 8 10 12 160
0 0 5

La valeur de courant de cette installation est In = 50A

Détermination des facteurs correctifs et calcul du courant admissible Iz’ :

Le courant admissible varie selon plusieurs facteurs liés au mode de pose (coefficient
K1), au nombre de câbles jointifs (coefficient K2) et à la température (coefficient K3). Ainsi,
il se déduit par la relation suivante :

Iz
I z '=
K 1× K 2 × K 3

Les coefficients KI, K2 et K3 sont déterminés à l'aide de l'abaques.

Enfin, la section retenue est telle que :

Ib
I z > I z '=
K 1× K 2× K 3

Une fois la valeur du courant admissible déterminée, il faut se reporter au (l'annexe M)


qui donne la valeur du courant Iz en fonction de chaque section de câble. Ainsi. Iz est le
courant admissible normalisé directement supérieur à I z ' calculé

D'après (Annexe M) on choix le mode de référence E : câbles multiconducteurs sur


échelles, corbeaux, chemin des câbles perforé. Donc K1 = 1 (Annexe M)

A la sortie de l’onduleur on a 3 câbles posées jointivement sue un chemin de câbles


donc K2=0,82

L’onduleur est placé dans une place couvert, la température ambiante dans l’aire 30°c et
l’isolation de câble en PVC. Donc K3 = 1

Fakher MEHREZ | 97
Chapitre 3 : Dimensionnement du système photovoltaïque raccordé au réseau

40
I z '= =48,78 A
1× 082 ×1

▪ Détermination la section du câble

D’après l’annexeM courant admissible (en ampère) dans les canalisations pour les
méthodes de références B, C, D, E, et F

La lettre de référence E et le câble en cuivre isolé PVC

S =10(m m2)

Vérification de valeur de la chute de la tension dans le câble

Pour calculer la chute de tension on utilise Ib

Ib=36.2A

L=15m

Chute de tension unifilaire (en v) pour 1Aet pour 1 Km de câble dans l’annexe M

𝛥Uc =3,4V pour 1A et 1km

3,4 ×15 × 36,2


ΔUc= =1,54 V
1200

Vérification de chute de la tension admissible

1,54 ×100
ΔUc= =0,385 A
400

4. Dimensionnement avec PVSYST

PVsyst 6.4.3 est un logiciel PC pour l'étude, le dimensionnement et l'analyse des


données des systèmes photovoltaïques complets. Il traite des systèmes PV connectés au
réseau, autonomes, de pompage et de réseau CC (transports publics), et comprend de vastes
bases de données de composants de systèmes météorologiques et photovoltaïques, ainsi que
des outils généraux sur l'énergie solaire.

Fakher MEHREZ | 98
Chapitre 3 : Dimensionnement du système photovoltaïque raccordé au réseau

PVsyst propose quatre fonctionnalités d’étude pour le système PV :

- Prédimensionnement : Étape de présélection d'un projet. Dans ce mode, les


évaluations de rendement du système sont effectuées très rapidement en valeurs
mensuelles, en utilisant seulement quelques caractéristiques ou paramètres généraux
du système, sans spécifier les composants réels du système. Une estimation
approximative du coût du système est également disponible.
- Conception du projet : Conception complète du système à l'aide de simulations
horaires détaillées.
- Bases de données : gestion de base de données météo et composants.
- Outils : des outils didactiques et informations, pour analyser et comparer des données
mesurées sur des systèmes réels

Figure 44. Fenêtre de l'interface du PVsyst

4.1. Les étapes de simulation PVsyst


4.1.1. Coordonnées géographiques du site
Nous commençons par définir notre cas d’étude la base des données, puis nous
choisissons le pays et la ville. Cette carte utilisé pour sélectionner notre site.

Fakher MEHREZ | 99
Chapitre 3 : Dimensionnement du système photovoltaïque raccordé au réseau

Figure 45. Création de notre site

Figure 46. Données géographiques du site

Fakher MEHREZ | 100


Chapitre 3 : Dimensionnement du système photovoltaïque raccordé au réseau

4.1.2. Orientation et inclinaison


Dans cette étape nous choisissons l’orientation et l’inclinaison des modules. Dans notre
cas, nous avons une inclinaison 15° et d’azimut -30°.

Figure 47. Orientation et inclinaison des modules

4.1.3. Conception et dimensionnement du proje


La conception de système est basée sur une procédure rapide et simple :

 Spécifier la puissance désirée ou la surface disponible


 Choisir les module PV dans la base de données interne
 Choisir l’onduleur dans la base de données interne

Une configuration du notre système compose trois champ PV avec champ1 et champ2
sont identiques

Fakher MEHREZ | 101


Chapitre 3 : Dimensionnement du système photovoltaïque raccordé au réseau

Figure 48. Configuration du champ 1,2

Figure 49. Configuration du champ 3

Fakher MEHREZ | 102


Chapitre 3 : Dimensionnement du système photovoltaïque raccordé au réseau

4.1.4. Les différents types des pertes

4.1.4.1. Perte thermique

Pendant la conversion photovoltaïque du capteur solaire, une chaleur est générée ce qui
augmente la température de la cellule photovoltaïque et causera une chute de son rendement.

Ce phénomène est dû à la partie de rayonnement solaire non absorbée par les cellules et
qui sera à l'origine de son échauffement. Pour cela les chercheurs ont défini un paramètre le
NOCT qui représente la température nominale à atteindre par la cellule solaire dans des
conditions de 800 Wm2 d'éclairement, 20°C de température extérieure, Im/s pour vitesse du
vent et 1,5 pour la masse d'air. Ce paramètre se diffère selon la technologie de la cellule.

On peut définir ces pertes on entre directement le NOCT du module qui sera beaucoup
plus facile à trouver. Le NOCT est presque toujours très proche de 45°C.

Figure 50. Pertes thermiques

4.1.4.2. Perte ohmiques

Elles se caractérisent par les chutes de tension dues au passage de courant dans les fils
conducteurs. Ces pertes peuvent être minimisées avec un dimensionnement correct des fils
conducteurs.

Fakher MEHREZ | 103


Chapitre 3 : Dimensionnement du système photovoltaïque raccordé au réseau

La valeur par défaut de pertes est de 1,5 %, tout simplement en fait entré cette valeur
dans la fenêtre « fraction de pertes aux STC »

Figure 51. Pertes ohmiques

4.1.4.3. Perte d’encrassement

L'encrassement des panneaux photovoltaïques provoqué par la précipitation des


sédiments amenés par la pluie et le vent, et qui sont constitués principalement de végétaux,
déjections animales dues aux oiseaux…

Une étude menée par les chercheurs a monté que sans le nettoyage approprié des
panneaux photovoltaïques nous aurons des pertes de 10% à 15% en efficacité par an. Pour
cela les experts en photovoltaïques recommandent un nettoyage dé qu'une perte de 0.7% de
rendement est observée au niveau de compteur électrique.

Figure 52. Pertes d’encaissement

Fakher MEHREZ | 104


Chapitre 3 : Dimensionnement du système photovoltaïque raccordé au réseau

4.1.4.4. LID (Light induced degradation)

Ces pertes sont liées à des effets de dégradation sous éclairement, elles sont
responsables de pertes de performances des cellules photovoltaïques. La perte LID est liée à la
qualité de la fabrication des plaquettes et peut être de l'ordre de 1%.

4.1.4.5. Pertes de mismatch

Les modules présentent des caractéristiques différentes pouvant créer des


déséquilibres lors de leur association au sien d'un champ photovoltaïque. On appelle cette
différence entre les modules d'une branche ou entre branches mises en parallèles le «
mismatch » Cer déséquilibres dégradent le MPP (point de puissance maximale) des séries de
modules et conduisent à une baisse d'énergie exploitable. La valeur par défaut est de 2%

4.1.5. Simulation et rapport


Un rapport complet avec les paramètres impliqués et les résultats principaux, est conçu
pour être directement transmis à l’utilisateur (annexe).

5. Simulation sur SUNNY DESIGN

Sunny design web est une plateforme internet destiné à la planification et à la


configuration d’installation photovoltaïque. [45]

Le simulateur SUNNYdesign, nous permet de réaliser une simulation sur toute l’année
pour estimer la production annuelle d’énergie : l’énergies produite, l’énergie normalisé et
ratio de performance. Il suffit d’entrer les cordonnées de localisation ainsi que le type et le
nombre de panneaux, l’orientation et la pente à laquelle les panneaux sont installées.la résultat
est dans l’annexe 18.

La démarche à suivre est présentée dans les figures 53,54

Fakher MEHREZ | 105


Chapitre 3 : Dimensionnement du système photovoltaïque raccordé au réseau

Figure 53. Donné de projet

Figure 54. Configuration de notre projet

Fakher MEHREZ | 106


Chapitre 3 : Dimensionnement du système photovoltaïque raccordé au réseau

6. Conclusion

Ce chapitre a été consacré à l’étude approfondie d’une installation photovoltaïque


raccordée au réseau. En fait, un dimensionnement approprié des différents composants de la
chaine photovoltaïque a été présente. L’intérêt va porter dans la suite de ce chapitre sur
l’étude calepinage de notre installation tout en introduisant une étude économique détaillé

Fakher MEHREZ | 107


Chapitre 3 : Dimensionnement du système photovoltaïque raccordé au réseau

Chapitre 4 : Etude


économique et modélisation
de l’installation

Fakher MEHREZ | 108


Chapitre 3 : Dimensionnement du système photovoltaïque raccordé au réseau

1. Introduction

Ce chapitre présente un modèle mathématique de simulation s’appliquant à chaque


composant de la centrale PV connectée au réseau. Le système détaillé est composé de
générateur photovoltaïque, de convertisseur DC/DC, de l’onduleur DC/AC commandé par la
MLI, de filtre et le réseau électrique.

Une commande des convertisseurs sera développée dans le but d’extraire et d’injecter le
maximum de puissance du GPV. L’onduleur, chargé de transférer l’énergie produite des
modules PV dans le réseau doit garder la tension alternative constante. Le contrôle de la
puissance, ainsi que la modélisation et simulation seront effectués sous le logiciel
Matlab/Simulink. Les grandeurs contrôlées sont la tension efficace, la fréquence et la phase.

Ce système de contrôle permettra d’injecter la puissance active désirée et de régler la


tension au point de raccordement du réseau connecté.

2. Étude économique
Tableau 22. Cout de l’investissement

Désignation Qté P.U HT TOTAL HT TV Total TTC


A

1 Module photovoltaïque de 200 592,9 118580 7% 126880,6


puissance 385 Wc
2 Onduleurs de puissance 25 3 9 800,00 2940000% 7% 31458
KW
3 Coffrets DC 24 module 3 118,6 355,8 19% 423,402
4 Coffrets AC 12 module 3 74,4 22320% 19% 265,608
5 Interrupteur-sectionneur 3 136,876 410,628 19% 488,64732
32A
6 DISJ COMPACT 4P 160A 1 1130 1130 19% 1344,7

7 Disjoncteur différentiel 3 130,06 39018% 19% 464,3142


50A
8 PARAFOUDRE DC-PX 24 103,28 247872% 19% 2949,6768
1200V
9 PARAFOUDRE AC 3 176,12 528,36 19% 628,7484
TRIPHASE
1 Câble AC 10mm 80 14,01 1120,8 19% 1333,752
0
1 Câble DC 6mm 7400 2,149 15902,6 19% 18924,094
1

Fakher MEHREZ | 109


Chapitre 3 : Dimensionnement du système photovoltaïque raccordé au réseau

1 Chemin du cable 1500 7,015 10522,5 19% 12521,775


2 +couvercle
1 Structure de panneaux
3 sandwich
Profilé 500 0,75 375 19% 446,25
Vis auto perceuse/ 500 0,08 40 19% 47,6
Rondelle
ruban adhésif 500 0,3 150 19% 178,5
Total Net HT 181608
Subvention ANME 20%
Totale TTC 198356
Totale Net a payé I0 158685

1.1. Cout de l’investissement initial de l’installation PV

L’investissement initiale (I) permet à l’utilisation d’évaluer le prix a payer lors de


l’installation de son système ave subvention de 20%

Investissement initiale (I) = cout de l’installation PV – subvention (


0)

Investissement initiale (I)= 181608-36321,6=158685DT

À partir du cout d’investissement initiale (I) on peut calculer le cout d’investissement


par KWc (C I )

cout d ’ investissement totale (


C I=
la puissance crete de l ' instalation 0)

158685
C I= =2 060,8 DT / KWc
77

Avec :

- Cout d’investissement d’un KWc


- La puissance crête de l’installation = 77 KWc

1.2. Cout des dépenses annuelles de maintenance et d’exploitation

Le cout des dépenses annuelles intégré les couts d’exploitation et de maintenances des
installation PV (le renouvellement des équipement, lrs assurances …) durant toute durée du
projet. Ils sont estimés de 0,5% du cout d’investissement initial (I).

Fakher MEHREZ | 110


Chapitre 3 : Dimensionnement du système photovoltaïque raccordé au réseau

Dem =0,005 × I (
0)

Dem =0,005 ×158685=793,425 DT /ans

Avec:

- I: investissement initial
- Dem: dépenses annuelles d’exploitation et de maintenances

1.3. Cout de la consommation annuelle

Dans cette partie nous estimons le cout de la consommation annuelle de ALAMANA.

Le cout de consommation annuelle (DT/an) est égal à la somme des couts de


consommation.

Cout de consommation annuelle (CCA) = Σ couts de consommation mensuel

Avec :

tarif
- CCA : nombre d’heure par poste uniforme × nombre des jours de mois ×
100
- Nombre d’heure par an = 8×365= 2920 h
la consommation totale annuelle 208210
- La consommation/h = = = 71,3 KWh
nombre d ' heure par an 2920

Par estimation nous considérons que la consommation /h est constante. Le tableau


présenter nombre d’heures de consommation de l’usine par poste uniforme

Tableau 23. Cout de la consommation annuelle

mois nombre de poste Cout de la


jour uniforme consommation
annelle
janvier 31 8 4 438,581
février 28 8 4 009,041
mars 31 8 4 438,581
avril 30 8 4 295,401
mai 31 8 4 438,581
juin 30 8 4 295,401
juillet 31 8 4 438,581
août 31 8 4 438,581

Fakher MEHREZ | 111


Chapitre 3 : Dimensionnement du système photovoltaïque raccordé au réseau

septembr 30 8 4 295,401
e
octobre 31 8 4 438,581
novembr 30 8 4 295,401
e
décembr 31 8 4 438,581
e
Totale 52260,71

Pour la consommation/h constante 71,13 KWh, les couts de consommation par poste
uniforme sont distingués

Le cout de la consommation annuelle = 522260,71 DT/an

1.4. Gain de la production annuelle (DT/an)

Le gain de production annuelle (DT/an) représente le gain réalisé par la centrale en


première année. Il est égal à la somme des gains de production par mois.

Le gain de production annuelle =Σ gain de production mensuelle (0)

Avec :

- Le gain de production mensuelle = nombre d’heure de production par poste horaire ×

tarif
×production/h ×nombre de jour par mois
100

production par KWc (0)


la production /h=Pc ×
nombre de jour de l année ×nombre d' heure de production PV
'

La production/h = 77× ( 3651600×8 ) = 42,19 KWh


La production/h est uniforme par estimation la production photovoltaïque est 8 heures
pour chaque mois, le tableau 24 présente nombre d’heure de production PV par poste
uniforme

Tableau 24. Nombre d’heures de production PV par poste uniforme

mois nombre de jour poste uniforme

Fakher MEHREZ | 112


Chapitre 3 : Dimensionnement du système photovoltaïque raccordé au réseau

janvier 31 8
février 28 8
mars 31 8
avril 30 8
mai 31 8
juin 30 8
juillet 31 8
août 31 8
septembre 30 8
octobre 31 8
novembre 30 8
décembre 31 8

Les gains mensuels réalisés par la centrale en DT sont donnés par le tableau 25

Tableau 25. Gain total réalisé par la centrale en DT

mois gain total par la CPV en DT


janvier 2 626,35
février 2 372,19
mars 2 626,35
avril 2 541,63
mai 2 626,35
juin 2 541,63
juillet 2 626,35
août 2 626,35
septembr 2 541,63
e
octobre 2 626,35
novembr 2 541,63
e
décembr 2 626,35
e
totale 30 923,20
Le gain de production annuelle = 30923,2 DT/an

1.5. Calcul de la production totale de la centrale pour chaque année

Soit n = numéro de l'année et n - 1 = numéro de l'année précédente.

Fakher MEHREZ | 113


Chapitre 3 : Dimensionnement du système photovoltaïque raccordé au réseau

Ainsi, La production totale ( Ptotale ) de la centrale en première année ( n = 1 ) est égale


:

Ptotale 1 = Puissance crête × Production annuelle par KWC (0)

Avec :

- Ptota≤1= la production totale en première année

• La production totale de la centrale en deuxième année (n = 2) égale :

Ptotale 2= Ptotale 1 × ( 1 - dépréciation panneau PV ) (0)

Ptotale 2 = 123 200 × ( 1-0,007 ) = 122 337,6 KWh

Avec :

Dépréciation panneau PV = 0,7% /an

Ptotale 2= la production totale en deuxième année

Ainsi, pour l'année d'indice n on a : Ptotale 2 (n) = Ptotale 2 (n-1) × 0,99

1.6. Calcul de gain en production pour chaque année

Le gain de production de kilowatt / h en première année ( GPI ) est donné par :

Gain totale réalisé par la centrale en première année (0)


GP 1=
Ptotale 1

30923,20
GP 1= =251 DT / KWh
123200

Le gain en production d'un KWh d'une année (GP(n)) est donné par :

GP (n) = GP (n - 1) * (1 + Augmentation du prix STEG)

Avec :

Augmentation du prix STEG est estimé de 5 % chaque année.

Fakher MEHREZ | 114


Chapitre 3 : Dimensionnement du système photovoltaïque raccordé au réseau

1.7. Calcul de gain total réalisé par la centrale pour 20 ans

Le gain réalisé par central dans une année n (GP (n)) est donné par :

GP (n) = Ptotale(n) × gain de production (n) (0)

Tableau 26. Gain totale réalisé par la centrale PV (DT)

anné production totale de la CPV gain en production gain total réalise par
e (kwh) (dt/kwh) CPV(dt)
1 123200 0,251 30 923,20
2 122337,6 0,26355 32 242,07
3 121481,23 0,2767275 33 617,20
4 120630,8681 0,290563875 35 050,97
5 119786,4521 0,305092069 36 545,90
6 118947,9469 0,320346672 38 104,58
7 118115,3113 0,336364006 39 729,74
8 117288,5041 0,353182206 41 424,21
9 116467,4846 0,370841316 43 190,96
10 115652,2122 0,389383382 45 033,05
11 114842,6467 0,408852551 46 953,71
12 114038,7482 0,429295179 48 956,28
13 113240,4769 0,450759938 51 044,27
14 112447,7936 0,473297935 53 221,31
15 111660,659 0,496962831 55 491,20
16 110879,0344 0,521810973 57 857,90
17 110102,8812 0,547901522 60 325,54
18 109332,161 0,575296598 62 898,42
19 108566,8359 0,604061428 65 581,04
20 107806,868 0,634264499 68 78,07

1.8. Calcul des cash-flows

Le cash-flow est la différence entre les flux d’entrée et de sortie d’argent sur une
période.

Le cash-flow est un rendement net. Bref, ce qui rentre réellement dans votre poche une
fois que tout est déduis.

Le cash-flow de l’année (n=0) = - puissance crête × cout d’inversement/KWh (0)

Cash-flow de l’année (n=0) = -77 × 2188 = -168 476 DT


Le cash de l’année n = gain totale réalisé par la central – Dem (0)

Fakher MEHREZ | 115


Chapitre 3 : Dimensionnement du système photovoltaïque raccordé au réseau

1.9. Calcul de l’investissement cash-flow

I-cash-flow pour l’année 1 = cash-flow de l’année(0) +cash-flow de l’année(1) (0)

Application numérique

I-cash-flow =

I-cash-flow pour l’année(n) = I-cash-flow pour l’année(n-1) +cash-flow de l’année(n) (0)

Tableau 27. Calcul Cash-Flow

année cash-flow I-cash-flow


0 -168457,9566 -168457,9566
1 30 080,91 -138 377,05
2 31 399,78 -106 977,26
3 32 774,91 -74 202,35
4 34 208,68 -39 993,67
5 35 703,61 -4 290,06
6 37 262,29 32 972,23
7 38 887,45 71 859,68
8 40 581,92 112 441,60
9 42 348,67 154 790,26
10 44 190,76 198 981,02

2. Étude de rentabilité de projet

La rentabilité des projets d’autoconsommation est déterminée à travers le calcul des


trois

Principaux indicateurs financiers de ce projet [19]

2.1. Temps de Retour Brut sur investissement (ans) : TRB

Le temps de retour brut (TRB) permet de déterminer le temps nécessaire pour que le
cumul des économies annuelles équilibre l’investissement. L'unité utilisée est donc le plus
souvent l'année.

Pour que l'installation soit rentable il faut que TRB < n = 20 ans

Fakher MEHREZ | 116


Chapitre 3 : Dimensionnement du système photovoltaïque raccordé au réseau

2.2. Valeur Actualisée Nette (DT)

La VAN consiste à calculer la valeur actualisée des différents flux financiers sur la
durée du projet en intégrant l'investissement initial Pour que l'installation PV soit rentable if
faut que : VAN > 0 [ 20 ]

cash flow actualisée (0)


VAN= Σ +(-I)
(1+taux d ' actualisation)n

- VAN : est la valeur actuelle net


- Taux d’actualisation = 8%
- I : investissement initial
- n : durée de projet (année zéro, n=0)

VAN > 0 notre projet est rentable .

2.3. Taux de Rentabilité Interne (%) : TRI

Le TRI (taux de rentabilité interne) d'un investissement est l'élément qui permet de
mesurer sa performance. Il constitue donc un outil de décision à l’investissement. Une
installation est considérée rentable si le TRI est supérieur aux taux d'actualisation [18].

Ce dernier est « le coût d'opportunité du capital investi c'est - à - dire le rendement qu'il
serait possible d'obtenir en investissement ailleurs le même capital » [20].

Plus ce taux de rentabilité est élevé, plus l'investissement sera considéré comme rentable
(TRI > t = 8 %).

(0)
TRI=
Σ ( cash−flow
I ) =¿
20

TRI > t = 8% donc l’installation est rentable

Le calcul de ces trois indicateurs financiers confirme que l'installation photovoltaïque


est très rentable.

Fakher MEHREZ | 117


Chapitre 3 : Dimensionnement du système photovoltaïque raccordé au réseau

2.4. Outil PV CEM

L’outil Excel est élaboré dans la continuité du projet « ENABLING PV » en Tunisie


afin de soutenir les acteurs du marché en leur permettant de calculer la rentabilité de projets
PV raccordés en basse tension (outil PV CFM) et en moyenne tension (outil PROFITPV).

Cet outil offre l’avantage de rendre le marché plus transparent, afin d’augmenter la
confiance et la conviction des investisseurs, des consommateurs d’électricité et des pouvoirs
publics pour assurer le développement du secteur photovoltaïque en Tunisie. En outre, l’outil
encourage un débat public constructif sur la façon d’améliorer le soutien financier et le cadre
réglementaire pour le PV en Tunisie.

A partir de cet outil, il est possible de calculer la rentabilité des projets PV pour tous les
segments de marché PV en Tunisie, permet de confirmer les résultats et les prévisions de
rentabilité d’un projet et nous permet aussi de tester la sensibilité d’un tel projet aux
changements des conditions-cadres (tarifs d’électricité, coût du système).

Les résultats de simulation sont présentés sous forme de graphiques, donnent un


aperçu des flux de trésorerie du projet et les paramètres financiers indiquent la
rentabilité et les risques des investissements.

2.5. Structure de l’outil EXCEL

L’outil offre une structure transparente qui présente les étapes de réalisation du projet et
les résultats des simulations dans des feuilles Excel séparées comme illustré dans la
figure107.

Figure 55. Aperçu des différentes feuilles de l’outil Excel.

Fakher MEHREZ | 118


Chapitre 3 : Dimensionnement du système photovoltaïque raccordé au réseau

Cet outil d’Excel est contenu des différentes feuilles de travail et de résultats pour la
simulation, sont :

- Résultats : Contient les résultats de l’hypothèse de référence ainsi que ceux des
scénarios, présentés sous forme de tableaux et graphiques.

- Scénarios : Contient l’analyse de toutes les sensibilités pouvant être appliquées


au projet sans pour autant modifier l’hypothèse de référence contenue dans la
feuille « inputs ».
Les résultats des différents scénarios sont présentés sous forme de
graphiques et de tableaux.

- Inputs : Contient l’hypothèse de référence définie pour le projet. Certaines


données peuvent être modifiées de façon dynamique à travers la feuille des
scénarios.

- Cashflows : Présente la cascade des flux de trésorerie en résumant les flux de


trésorerie principaux illustrés dans les graphiques et tableaux.

- Délais : Contient les dates et les indices utilisés dans l’outil Excel. Ces
informations sont reprises dans les autres feuilles Excel mentionnant les délais
relatifs au projet.

- Cons : Etablit la liste des dépenses encourues durant la phase de construction


de l’installation, y compris les intérêts et les commissions sur les prêts, en
détaillant le recours à la dette et aux capitaux propres.

- Expl : Précise la production d’électricité, les économies effectuées ainsi que les
revenus et les coûts d’exploitation du projet. Le rajustement en fonction de
l’inflation et les éventuelles dépenses d’investissement (CapEx) sont également
calculés dans cette feuille.

- Financement : Précise les sources de financement et les modalités de


remboursement de la dette, à savoir le remboursement du principal et des
intérêts. La feuille calcule également le ratio de couverture du service de la
dette et le ratio de couverture pendant la durée du prêt.

Fakher MEHREZ | 119


Chapitre 3 : Dimensionnement du système photovoltaïque raccordé au réseau

- Equity : Détaille le compte des capitaux propres sur la base des flux de
trésorerie disponibles et calcule les indicateurs de performance de
l’investissement, tels que l’amortissement ou le taux de rendement interne du
projet.

2.6. Simulation de l’installation

Les résultats de simulations sont présentés par l’annexe 24.

La feuille ‘résultats’ contient 4 tableaux résumant les données concernant l’installation


PV, les paramètres de prix, les paramètres de l’investissement ainsi que les résultats de
l’investissement. Aussi, elle contient des graphiques qui résument les flux de trésorerie de
l’investissement du point de vue du projet et du point de vue de l’investisseur.

Le tableau N°44 présente les résultats de la simulation de l’installation de 77 KWc.

Fakher MEHREZ | 120


Chapitre 3 : Dimensionnement du système photovoltaïque raccordé au réseau

Investissement      
Installation PV    
a
Durée du projet   nnées 20
Taille de l’installation kWc 77 D
Subventions   T 33 692
Coût d’investissement spécifique DT/kWc 2 188 D 1
Capitaux propres   T 68 458
168 D
Coût d’investissement total Montant de la dette DT 458 - T -
D 1
Coût total du projet 134   T 68 458
Coût d’investissement sans subvention DT 766 a
  Durée du crédit       nnées -

Rendement spécifique Taux d’intérêt kWh/kWc/a 1 600   % 5,50%

Dégradation des performances Taux d'actualisation % p.a. 0,70%   % 7%

Coûts fixes DT/a 8 423

Coûts variables DT/kWh -

Paramètres de prix Autres indicateurs


  de rentabilité
  et financiers      
Coût Moyen Actualisé de l'Énergie (LCOE) sans D 0,23230
Économies facturation* subvention DT/kWh 0,2020   T/kWh 2169
Limite facturation annuelle par poste D
horaire Valeur Actualisée Nette
% 30%   T 97 741
1
TRI des capitaux propres   % 5,49%
TVA % -

Min DSCR*   x -
Taxe vente du surplus DT/kWh 0,0050

Min LLCR**   x -
Augmentation du prix de l’électricité** % p.a. 5%

Inflation % p.a. 6%

Fakher MEHREZ | 121


Le premier graphique (Figure 108) illustre l’investissement de capitaux propres avant la
première année d’exploitation. Les colonnes vertes représentent les revenus pour
l’investisseur en capital pour chaque année d’exploitation et la courbe bleue représente
l’accumulation de ces revenus au fil des ans. Lorsque la courbe bleue devient positive, le
retour sur les investissements du capital initial est obtenu.

3. Simulink Matlab

La modélisation du système photovoltaïque connecté au réseau électrique sur l’interface


Simulink MATLAB est composée de deux étages de conversion en cascade, permettant une
transmission adoptée de l’énergie produite par le générateur PV « continue » via le réseau MT
« alternatif ».

Un deuxième étage de type alternatif, qui se compose d’un onduleur de tension,


connecté au réseau via un filtre inductif, comme illustré sur la figure suivante :

Figure 56. Schéma synoptique d’un système photovoltaïque connecté au réseau

3.1. Modélisation et simulation du premier étage

Le premier étage est de type continu, qui se compose d'un générateur PV, connecté en
série avec un convertisseur DC-DC survolteur, qui élève la tension optimale du générateur à
une tension convenable du bus continu.

Fakher MEHREZ | 122


Cet étage est commandé par un dispositif de commande et du contrôle associé au
générateur PV pour obtenir fonctionnement optimale du système.

3.2. Modélisation, simulation et résultat du générateur photovoltaïque

Model réel d’une cellule photovoltaïque

D’après la figure 33, l’équation mathématique courant-tension du circuit


électrique équivalent de la cellule photovoltaïque est écrit comme suit 

I PV =I ph−I sat . ¿ (42)

D’après la loi de nœud, le courant de la cellule I Pv s’écrit comme suite :

I Pv =I ph−I d−I Rsh (43)

Le photo-courant de cellule, proportionnel à l’éclairement (G). Il correspond aussi au


courant de court-circuit [33][34] :

G (44)
I ph= .(I )
G r cc

Le courant de conduction de la diode est donné par l’équation suivante :

V p+ Rs∗ I pv (45)
. ( exp
I d=I sat
( n∗V t )−1)

Tenant compte que Vt représente le potentiel thermodynamique

Fakher MEHREZ | 123


n∗k∗T
V t=
q

Où : n est le " facteur d’ideality " prend une valeur entre (1 et 2)

D’après la loi de maille, le courant IRsh de la résistance parallèle s’écrit comme suit :

V p+ Rs . I pv
I Rsh = (46)
Rp

Remplaçant les équations (3.3), (3.4) et (3.5) dans (3.2) on obtient :

Vp+ Rs∗I PV (47)


G
I PV = . I cc −I . exp
Gr
( ( Vt )−1)− V P + Rs . I PV
RP
sat

Pour un module constitué de Ns cellules en série et Np cellules en parallèle, on peut écrire


l’équation du courant Iph aux conditions standard du test qui sont G=1000W/m², Ta=25°C et
AM=1.5 :

G (48)
I ph=[ I ¿ ¿ cc . + I .(T c −T r)]. N p ¿
Gr t

Le courant de conduction de la diode dans le cas d’un module est donné par l’équation
suivante :

I d=I sat . ¿
(49)

Le courant de saturation de la diode est donné par l’équation suivante :

Tc 3 q . Eg 1 1
I sat =I 0 .( ) . exp
Tr (
. −
n . k T r Tc ( )) (50)

La cellule unitaire génère une puissance très faible, c’est pour cela on doit associer un
nombre bien déterminer de cellule en série et en parallèle pour obtenir un GPV. L’équation
relative à un générateur photovoltaïque est la suivante :

Fakher MEHREZ | 124


V p Rs I p

[ ( (
I PV =np . I ph−I sat . exp
+
Ns np
Vt )−1)− V . n +n . R . I
P P s
R P . ns
s P
] (51)

Le module photovoltaïque IFRI-SOL de 385Wc est choisi pour la modélisation puis la


simulation. Il contient 72 cellules solaires et il fournit une puissance maximum de 385Wc.

Les caractéristiques physiques et électriques de ce panneau photovoltaïque sont données dans


ce tableau

Tableau 28. Caractéristiques électriques et physique du générateur PV choisi pour


modélisation et la simulation

Caractéristique électrique Pour Irradiance 1000 W/m², Température du


(STC) cellule 25°C, Air Mass AM1.5.
Puissance maximale Pmax (Wc) 385
Courant du court-circuit Icc (A) 10.09
Tension circuit ouvert Voc (V) 49.11
Courant au point du MPPT Impp (A) 9.4
Tension au point du MPPT Vmpp (V) 41
Rendement du module en% 18.87
Caractéristique physique
Nombre de cellule en Séries Ns 12
Nombre de cellule en parallèles Np 6

Pour ce cas, on va modéliser dans un premier lieu une centrale photovoltaïque de taille
moyenne (77KW). D’après les équations précédentes et d’après la fiche technique de module
étudié on peut représenter un modèle mathématique courant-tension du module
photovoltaïque sous Matlab/Simulink de cette centrale PV de 77 KW.

Alors on doit installer 200 panneaux divisé en 12 chaines de 17 panneaux en séries.

Fakher MEHREZ | 125


Figure 57. Schéma de la modélisation du module PV sous Matlab/Simulink.

Pour les conditions du test standard STC : G=1000W/m², T=25°C, AM=1.5,Les


caractéristique ( I pv =f (V p)) et ( P pv =f (V p ) ) sont données par la figure :

1 kW/m 2
10
Imppt= 9.4
8
Current (A)

0
0 5 10 15 20 25 30 35 40 Vmppt = 41 45 50
Voltage (V)

400
1 kW/m 2
Pmax=385
300
Power (W)

200

100

0
0 5 10 15 20 25 30 35 40 Vmppt = 41 45 50
Voltage (V)

Figure 58. Caractéristique (P_v=f(V_p)) du GPV

Fakher MEHREZ | 126


150

Current (A)
100

50

0
0 100 200 300 400 500 600 700 800 900
Voltage (V)

104
8
77 KWc
6
Power (W)

0
0 100 200 300 400 500 600 700 800 900
Voltage (V)

Figure 59. Les caractéristiques Ipv=f(Vpv) et Ppv=f(Vpv) du champ de 77 KWc

.
Pour constater l’influence de l’éclairement sur les caractéristiques courant-tension et
puissance-tension on a fixé la température ambiante à 25°C puis on a varié l’éclairement entre
100W/m²,500W/m et 1000W/m². Comme indique la figure si dessous, on remarque une forte
diminution du courant Icc à chaque fois que l’éclairement diminue au contraire du tension
Vco qui a une faible diminution.

3.3. Modélisation du convertisseur DC-DC

Le convertisseur DC-DC (hacheur boost) est constitué essentiellement d’un interrupteur


Tr et d’une diode D. L’interrupteur Tr est commandé par un signal à modulation de largeur
d’impulsion (MLI) de période de découpage fixe Td et de rapport cyclique variable α. La
conduction des deux interrupteurs est complémentaire, quand Tr est fermé est D ouvert ; et
quand est Tr ouvert, D est fermé. Durant chaque période, Tr est fermé de l’instant 0 à αTd et
ouvert de αTd à Td.

Fakher MEHREZ | 127


Figure 60. Schéma de l’hacheur survolteur.

Le convertisseur DC-DC est un module générant une tension de sortie régulée isolée de
la tension d’entrée cette conversion d’énergie s’effectue grâce à un découplage haute
fréquence. L’interrupteur est commandé par un signal (MLI) de période de découpage fixe T
et de rapport cyclique variable α. Le convertisseur Boost fonctionne en deux modes continu
et discontinu, et puisque le courant d’inductance ne s’annule pas en mode continu, on
s’intéresse au fonctionnement dans ce mode

Pour synthétiser les fonctions de ce convertisseur à l’état d’équilibre, il est nécessaire de


présenter les schémas équivalents du circuit à chaque position de l’interrupteur.

L’application des lois de Kirchhoff sur les deux circuits équivalents de la figure 40 des
deux phases de fonctionnement donne :

Pour la période [0, αT], K est fermé, D est bloquée. D’après la figure 40.(A) :

d V s (t ) (52)
i c 2 ( t )=C 2 . =−I 0
dt

d iL(t) (53)
V L (t)=L. =V p
dt

Le courant iL atteint la valeur crête à l’instant t= αT alors :

Fakher MEHREZ | 128


1 1 Vp (54)
i L ( t )= .∫ V L (t)dt = .∫ V p dt = . t+i Lmin
L L L

Vp (55)
i Lmax = . α T +i Lmin
L

Pour la période [αT, T], K est ouvert, D devient conductrice, d’après la figure 40.(B) :

d V s(t ) (56)
i c 2 ( t )=C . =i L −i 0
dt

d i L (t) (57)
V L=L . =V p−V s
dt

A l’instant t = T d, le courant dans l’inductance i L sera minimale i Lmin .

1 V p−V s (58)
i L (t)= .∫ V p−V s dt= .(t−αT )+i Lmax
L L

V s−V p (59)
i Lmin=i Lmax − . ( t−α ) T
L

Soit ∆ i l’ondulation du courant dans l’inductance, ∆ i=i Lmax −i Lmin on a alors :

Vp (60)
∆ i= . αT
L

Et
V s−V p (61)
∆ i= . αT
L

En combinant [3.19] et [3.20] on a alors :

Fakher MEHREZ | 129


Vp V s −V p
. αT= αT
L L
(62)

Donc :

Vp
V s=
1−α
(63)

Figure 61. Modélisation d’un hacheur boost

3.4. Commande MPPT du convertisseur DC/DC

Afin de trouver un système optimal admettre une recherche du point de puissance


maximale, de nombreuses recherches ont été exécuter proportionnellement à l’évolution de la
puissance fournie par le générateur PV. Ces commandes sont souvent basées sur une
commande extrémale de type Perturbe & Observe (P&O).

Le principe de ces commandes est de chercher le point de puissance maximale (PPM)


en gardant une bonne adaptation entre le générateur et sa charge pour assurer le transfert de la
puissance maximale.

Fakher MEHREZ | 130


Figure 62. Chaine de conversion PV avec convertisseur DC/DC contrôlé par une commande
MPPT

 Méthode de la Perturbation & Observation

Pour assister le point de puissance maximale en utilisant les paramètres qui modifient sa
position, on doit adopter les techniques d’asservissement en utilisant la plus simple, celle de la
perturbation et de l’observation. Comme son nom montre, il est basé sur la perturbation du
système par l’augmentation ou la diminution de la tension référence Vref, ou en agissant
directement sur le rapport cyclique du convertisseur DC/DC ensuite observant l’effet sur la
puissance de sortie en vue d’une éventuelle correction de ce rapport cyclique.

 Technique de la Perturbation & Observation


Le principe de fonctionnement de cette technique consiste à engendrer une perturbation
périodique ∆V sur la tension du panneau. Cette perturbation va nous servir pour prendre la
décision au prochain cycle (observation) : Si ∆P > 0 alors la perturbation de la tension déplace
le point de fonctionnement vers un point plus proche du MPP et nous continuons à perturber
la tension dans la même direction cela va déplacer le point de fonctionnement jusqu‘à
l‘atteinte du MPP. Si ∆P<0 le point de fonctionnement s‘éloigne du MPP alors on perturbe la
tension avec un signe algébrique contraire au signe précèdent pour déplacer le point de
fonctionnement jusqu‘à l‘atteinte du point de puissance maximale. [36]

Fakher MEHREZ | 131


La figure 52, montre que si une incrémentation positive de la tension VPV engendre un
accroissement de la puissance PPV, cela signifie que le PF se trouve à gauche du PPM. Dans
le cas contraire, la puissance décroit, cela indique que le système a dépassé le PPM.

Figure 63. Principe de fonctionnement de la méthode P&O

La simulation de l’installation mettant en cascade est réalisée avec le générateur PV et le


hacheur survolteur commandé en MPPT avec de type P&O caractérisé par une inductance
d’entrée et une capacité de sortie C bien définit.

4. Modélisation et simulation du deuxième étage

Le deuxième étage est de type alternatif, il se compose d’un onduleur de tension,


connecté au réseau via un filtre inductif.

Cet étage est commandé par un dispositif de commande et du contrôle associé à


l’onduleur pour obtenir la tension optimale se rapprochant à la tension de référence.

4.1. Convertisseur DC/AC

Généralement, l’onduleur de tension triphasé est composé de trois bras de


commutations BA, BB et BC. Chaque bras comporte deux interrupteurs KAH et KAL
pour le bras BA, KBH et KBL pour le bras BB, KCH et KCL pour le bras BC [34].

Fakher MEHREZ | 132


Figure 64. Schéma de l’onduleur de la tension.

L’onduleur est modélisé en associant à chaque bras une fonction logique (


) qui détermine ses états de conduction :

Les tensions composées à la sortie de l’onduleur sont liées aux fonctions de connexion
via les équations suivantes :

Ainsi, la relation matricielle généralisée suivante est obtenue :

Les tensions simples sont alors déterminées :

Fakher MEHREZ | 133


Ainsi, la relation matricielle généralisée donnée par l’équation est obtenue :

La modélisation du convertisseur sur l’espace Simulink de MATLAB est donnée par la


figure65.

Figure 65. Schéma de modélisation du convertisseur DC/AC

Figure 66. Caractéristique des courants de ligne à la sortie d’onduleur

Fakher MEHREZ | 134


Figure 67. Caractéristique des tensions composées à la sortie d’onduleur

4.2. Principe de base de MLI

Pour assurer la tension crée par l’onduleur soit la plus proche de la tension de référence,
il faut que la commande du convertisseur génère les ordres d’ouverture et de fermeture des
interrupteurs.

Deux méthodes de commande peuvent être utilisées : [35,36]

- Commande par MLI (Modulation de Largeur d’Impulsion).


- Commande par hystérésis.

Dans notre projets, nous avons utilisé à la commande MLI sinusoïdale naturelle, le
principe de cette commande est la conversion continue alternative qui est assurée par les
commutations des interrupteurs de l’onduleur

Le transfert d’énergie est contrôlé par le rapport entre intervalles d’ouverture et de


fermeture (rapport cyclique) de chaque interrupteur. Cette technique est basée sur la
comparaison d’un signal de référence appelé aussi modulatrice d’amplitude et de fréquence f,
avec un signal appelé porteuse d’amplitude et de fréquence très élevée.

Fakher MEHREZ | 135


La technique de la MLI se caractérise par deux grandeurs :
 Le coefficient de réglage :
Qui est définie comme étant le rapport de l’amplitude de l’onde modulante à celle de l’onde
porteuse, son rôle est de déterminer l’amplitude du fondamental de l’onde de modulation de
largeur d’impulsion :
V Modulante
M R=
V Porteuse
 L’indice de modulation :
Qui est définie comme étant le rapport de la fréquence de l’onde porteuse à celle de
l’onde modulante :
f Porteuse
MI=
f Modulante

Figure 68. Schéma synoptique de la MLI

Fakher MEHREZ | 136


Figure 69. La modulation de largeur d’impulsion

Figure 70.Modulation de la MLI sur Matlab/Simulink

4.3. Modélisation de l’interface réseau


Fakher MEHREZ | 137
Le branchement onduleur-réseau nécessite l’utilisation d’un filtre de raccordement de
type RL qui permet de convertir le compensateur en un dipôle de courant du point de vue
réseau, ainsi que de réduire la dynamique du courant de façon à le rendre plus facile à
contrôler, comme illustré par la figure suivante

Figure 71. Représentation du filtre RL

À chaque phase au point de raccordement du filtre et suite à l’application de la loi des


mailles, les équations qui lient les tensions modulées par le convertisseur et les courants
transitant le filtre sont :

Fakher MEHREZ | 138


Alors, le réseau électrique peut être modélisé par les équations suivantes :

La synchronisation du système avec le réseau électrique nécessite des informations sur


certains paramètres de réseau. Ces informations sont obtenues à partir de PLL.

Une boucle à verrouillage de phase (PLL) produit en sortie, un signal synchronisé en phase
et en fréquence avec le signal d'entrée, utilisant une boucle de contre-réaction négative. Le
PLL contrôle et assure que, l'erreur dans la phase entre l'entrée et la sortie est gardée au
minimum, et que la fréquence de l’entrée et la sortie est la même. Le circuit PLL de base se
compose souvent de trois composants, d'un détecteur de phase, d'un filtre de boucle et d'un
oscillateur commandé en tension. Ce circuit de base est montré sur la figure 61.

Figure 72. Diagramme de blocs d’une PLL

Les composants de contrôle du système PV connecté au réseau électrique se fondent sur


les informations fournies par le PLL pour régler leurs signaux de commande. Le PLL calcule
la fréquence du réseau par la transformation des trois tensions dans le domaine de Park à ces
composants dq, et puis force la composante quadrature Vq à être nulle. On doit installer un
contrôleur proportionnel-intégral (PI) pour éliminer le couplage dans les termes des
puissances active et réactive. La figure 62 présente un modèle schématique qui explique le
principe de base d'une boucle à verrouillage de phase avec ses transformations des tensions
triphasées.

Fakher MEHREZ | 139


Figure 73 : Diagramme schématique d’un PLL

On a une fréquence de rotation ω à la sortie du contrôleur PI. L’intégration de ce terme


nous donne un angle de rotation θ. alors le fonctionnement du PLL est résumé par ces deux
équations :

ω=K p V q + K i∫ V q dt []

θ=∫ ω dt

4.4. Contrôle et commande de l’interface de la connexion au réseau en utilisant la


méthode WATT-VAR découplée

Comme indique la figure 63, pour comprendre le principe du méthode WATT-VAR


découplée, on considère un onduleur connecté au réseau avec prise en considération de
l’inductance Lr et de la résistance Rr qui représentent le modèle simplifier d’un
transformateur. [13]

Figure 74. Schéma simplifie de la liaison au réseau


L’équation mathématique de la figure 63 est donnée par l’équation suivante :

Fakher MEHREZ | 140


d ir 1 −Rr

[ ][ ]
0 0
dt Lr []
ir 1 v −V A
d ir 2
dt
d ir 3
= 0

0
−Rr
Lr

0
0

−R r
[] [ ]
. ir 2 +
ir 3
1 r1
v −V B
Lr r 2
v r 3 −V C
dt Lr

En passant par la transformation de Park, cette équation s'écrit de la manière suivante :

did −Rr

[ ][ ]
dt = Lr
di q
dt
−ω
ω

−Rr
Lr
.
i d 1 v dr −V dm
[] [
+
i q Lr v qr −V qm ] []

Les deux nouvelles variables présentées en (3.58), sont les sorties du système de
commande constitué de deux régulateurs PI :

1
X1= (v −e )
Lr dr dm
[]
1
X2= ( v −e )
Lr qr qm

Les valeurs de I dref et I qref sont les références des courants actif et réactif :

( kiP ) (id
{ X 1= k p +

ki
X 2=( k + ) ( iq
P p
ref

ref
−id r ) −ω . iq r

−iq r ) +ω . id r
[]

On applique la transformation de Laplace à l’équation 3.57 utilisant les équations 3.58 et


3.59, la fonction de transfert est :

i i K i+ P . K p []
F ( P )= dr = qr =
i dref i qref Rr
Ki+ P .
( Lr
+KP+P
2
)
Fakher MEHREZ | 141
Quand les gains Kp et Ki ont la valeur maximale, le contrôle est optimal. La figure si
dessous présente le schéma de contrôle par la méthode "Watt-Var découplé"

Figure 75. Schéma bloc de la méthode Watt-Var découplée


La figure si dessous montre le schéma global de l’identification des références et de
régulation du courant pour la méthode de Watt-Var découplé où le régulateur est celui de la
figure 65.

Figure 76. Schéma global du control par la méthode Watt-Var découplé

Fakher MEHREZ | 142


Cette commande a comme objectif d’imposer les valeurs des puissances actives et
réactives injectées au réseau de distribution. Les puissances et la mesure de tension au point
de connexion sont calculées dans le référentiel de Park. [13] [3]
3 []

{Pref = . ( v dr .i dref +v qr . i qref )


2
3
Qref = . ( v qr . i qref + v qr .i dref )
2

Ou Pref et Q ref sont les puissances de référence.


On déduit alors les courants de référentiel de Park
2 P . v +Q . v
3 (
i dref = . ref dr2 ref2 qr
v dr + v qr ) []

2 P . v +Q . v
(
i qref = . ref qr2 ref2 dr
3 v dr + v qr )
vd et vq sont les composantes directe et quadratique de la tension, mesurée au point de
connexion, dans le référentiel de Park. Et i dref et i qref sont les composantes directe et
quadratique des courants injectés au réseau

5. Simulation globale de système PV raccordé réseau

Pour réaliser cette simulation, nous avons utilisé les équipements suivants :

- Générateur PV de type IFRI-SOL 385M– 72 pour l’installations de 77 KWc

- Convertisseur DC-DC commandé en MPPT de type P&O.

- Convertisseur DC-AC commandé par commande MLI.

- Une charge RL et un filtre LC. - Réseau électrique 220V-50Hz

La figure 78, montrent que les tensions transférées au réseau ayant une forme sinusoïdale de
même amplitude et de même fréquence. Suite à la puissance PV et la puissance de la charge,
il existe deux possibilités se produit :

- Cas 1 : Puissance photovoltaïque Ppv = Puissance de la charge Pch ;

- Cas 2 : Puissance photovoltaïque Ppv < Puissance de la charge Pch .

Fakher MEHREZ | 143


Dans le cas où la puissance photovoltaïque Ppv et la puissance de la charge Pch sont
égaux, l’énergie produite par le générateur photovoltaïque sert à l’alimentation de la charge.
Ainsi, la puissance assurée au réseau est zéro à l’état permanant. Et si la puissance de la
charge Pch est supérieure à la puissance photovoltaïque, la puissance injectée au réseau sera la
différence entre les deux puissances. Cette énergie électrique est fournie sous forme de
tension constituant un système sinusoïdal triphasé dont les paramètres caractéristiques sont les
suivants :

- L’amplitude des trois tensions ;

- La fréquence ;

- La symétrie du système triphasé (égalité des modules des trois tensions, leur
déphasage et l’ordre de succession des phases) ;
- La forme d’onde qui doit être la plus proche possible d’une sinusoïde.

Les perturbations électriques affectant l’un des quatre paramètres cités précédemment
peuvent se manifester par :

- Un creux ou une coupure de tension ;

- Une fluctuation de la tension ;

- Une fluctuation de la fréquence ;

- Un déséquilibre du système triphasé de tension ;

- La présence d’harmoniques et/ou d’inter-harmoniques.

6. Conclusion

Dans ce chapitre, les modèles de l’installations PV de notre projet ont été développée
par l’outil Simulink de l’environnement MATLAB. Ces résultats de simulation sont par la
suite comparés à ceux développés par le logiciel PvSyst et le SUNNY design. Une simulation
sur l’outil PV CFM permettant de calculer le cout de l’installation et la rentabilité des projets,
est réalisée. Une étude comparative est envisagée entre les résultats de cette dernière et ceux
de l’étude analytique.

Fakher MEHREZ | 144


Fakher MEHREZ | 145
Bibliographie

Fakher MEHREZ | 146


[1] MERSEL Houria, O. K. « Modélisation et Contrôle d’un Système Photovoltaïque
Connecté au Réseau. » Bejaia (2014/2015).

[2] R. MOHAMED, «Etude d’un système de pompage photovoltaïque pour des puits de
parcours» Mémoire de Master Académique de l’université Kasdi Merbah Ouargla, 03
mai 2017.

[3 ]Bruxelles environnement. « LE PHOTOVOLTAÏQUE » (NOVEMBRE 2010).

[4] le_solaire_photovoltaique_etat_de_lart-cycle_de_vie-energie_grise

[5] Boukhlifa Hamza « Dimensionnement technique d’une installation photovoltaïque


De 300kw » (juin 2017)

[6] Taïb AJZOUL « Conception et dimensionnement des installations »

[7] SLAMA Fateh « Modélisation d’un système multi générateurs photovoltaïques


interconnectés au réseau électrique »

[8] ABBASSEN Lyes « Etude de la connexion au réseau électrique d’une centrale


photovoltaïque » mai 2011

[9] Ludmil Stoyanov « Etude de différentes structures de systèmes hybrides à sources


d’énergie renouvelables » octobre 2011

[10] MOINE Gérard « L'énergie solaire photovoltaïque (PV) » avril 2018

[11] Hichem DAHMANI « Etude et dimensionnement d’un système photovoltaïque


dédié à une habitation. » 2016/2017

[12] https://ec.europa.eu

[12] YOTTO_Conrad_1

[13] https://www.planete-energies.com/fr

[14] https://www.futura-sciences.com/

[15] https://www.edf.fr/

[16] https://fr.wikipedia.org/

Fakher MEHREZ | 147


http://energie-solaire-angellier.e-monsite.com/pages/content/i-un-peu-d-histoire/2-
differents-types-d-energies-solaires.htm

[17] Géstion d'un système photovoltaique avec stockage

[18] https://www.monkitsolaire.fr/

[19] https://www.photovoltaique.info/

[20] .F. Bouchtouche cherfa «Etude et réalisation d’une centrale photovoltaïque


connectée au réseau de distribution électrique BT». Mémoire de magister, Ecole National
Polytechnique Elharach, 2004.

[21] B. Multon, O. Gergaud, H. Ben Ahmed, X. Roboam, S. Astier, B. Dakyo, C.


Nikita, «Etat de l’art des aérogénérateurs », L’électronique de puissance, vecteur
d’optimisation pour les énergies renouvelables, Ed. Novelect-ecrin, 2002.

[22] A. Mabrouk, «Etude et conception d’une stratégie de commande d’un onduleur


connecté au réseau électrique». Mémoire de magister en électricité solaire de l’école
Nationale Polytechnique El Harrach, ALGER, 2008.

[23] BOUALEM, DENDIB, "Technique conventionnelles et avanccée de poursuite


MPPT pour des application photovoltaique : étude compartive.," Université Ferhat Abbes-
Sétif Mémoire de Magister, Departement d'éléctronique TS4/6338, 2007.

[24] B. CHIKH-BLED, I. S.-A. « Méthode de dimensionnement optimal d’une installation


photovoltaïque. » Tlemcen, Algérie (2010).

[25] Site internet, http://www.anme.nat.tn

[26] site internet,https://energieplus-lesite.be/

[27] RJ Serna, BJ Pierquet, J. Santiago et RCN Pilawa-Podgurski, des mesures sur le terrain
des effets transitoires dans les panneaux photovoltaïques et son importance dans la
conception des trackers de point de puissance maximale, en Compte rendu de l'APEC
IEEE, pp. 3005- 3010, Charlotte, Caroline du Nord, Mars 2015.

[28] ANME, GIZ, Référence technique, les installations photovoltaïques autonomes


pour l’électrification rurale 2018.

Fakher MEHREZ | 148


[29] Smaïl SEMAOUI, « Etude de l’électrification d’un village avec de l’énergie solaire
photovoltaïque », Mémoire de magister, UNIVERSITE DE OUARGLA FACULTE DES
SCIENCES ET SCIENCES DE L'INGENIEUR 2004.

[30] Environnement Canada, e. p  « Évaluation de la performance environnementale des


technologies solaires photovoltaïques. » CANADA (2012).
[31] GUEDAOURIA, M. H. « Dimensionnement d’un système photovoltaïque pour alimenter
le laboratoire LPDS au sien de l’université de Béchar ». Algérie: Mémoire de Master
(2016/2017).

[32] M. Biswal, "Control Techniques for DC-DC Buck Converter with Improved
Performance", Master Thesis, National Institute of Technology, Rourkela, March 2011.

[33] C. Chabert and A. Rufer, “Optimisation des Convertisseurs de Puissance Embarqués:


Adaptation Des Cellules A Lien Alternatif MF Et Commutation Douce,” 8 ème
Colloque Electronique de Puissance du Future, Lille, France, NovembreDecembre
2000.

[34] V.M. Nguyen and C.Q. Lee, "Indirect Implementations of Sliding-Mode Control Law in
Buck-Type Converters," in IEEE Applied Power Electronics Conference and
Exposition, vol. 1, San Jose, pp. 111-115, 1996.

[35] https://photovoltaique-energie.fr

[36] https://re.jrc.ec.europa.eu

[37] Reference technique : les installations photovoltaïques autonomes pour l’électrification


rurale V-1 2018.

[38] Site internet, http://photovoltaique.guidenr.fr

[39] la norme UTE C15-712.

[40] projets d'énergie renouvelable en tunisie guide détaillé

[45] www.SunnyDesignWeb.com.

Fakher MEHREZ | 149


Annexe

Fakher MEHREZ | 150


Annexe A : Les normes de différents composants

Composants Normes
CM66 : Règles de calcul des constructions en acier ;
-
NFE25.007 : Éléments de fixation - Conditions de commande et de
-
livraison ; NFE25.812 : Boulonnerie de construction à haute résistance apte
-
à la précontrainte -système HRC -
Boulons à précontrainte calibrée et sa mise à jour ;
-
EN10025 : Produits laminés à chaud en aciers de construction ;
-
Euro-code 9 : Calcul des structures en alliages d’aluminium ;
-
Matériaux constitutifs AL76 : Règles de conception et de calcul des charpentes en alliages
-
d’aluminium ;

EN 1090-2+ A1 Exécution des structures en acier et des structures en


-
aluminium - Partie 2 : exigences techniques pour les structures en acier ;

- NF EN1999 : Calcul des structures en aluminium.

NF EN 62509 « Contrôleurs de charge de batteries pour


- systèmes photovoltaïques - Performance et fonctionnement » ;
Régulateur de charge / CEI 62109-1 « Sécurité des convertisseurs de puissance
décharge
- utilisés dans les systèmes photovoltaïques - Partie 1 : exigences
générales ».

- CEI 62109-1 « Sécurité des convertisseurs de puissance


utilisés dans les systèmes photovoltaïques - Partie 1 : exigences
générales ».
NF EN 62109-2 (C 57-409-2) « Sécurité des convertisseurs
-
de puissance utilisés dans les systèmes photovoltaïques - Partie 2 :
Onduleur (DC/AC)
Exigences particulières pour les onduleurs ».

NF EN 61427(C58-427) « Accumulateurs pour les systèmes


-
photovoltaïques – Exigences générales et méthodes d’essais »
Batterie

Fakher MEHREZ | 151


- IEC 60896-21/22 « Cycle de vie des accumulateurs ».
Leur mise en œuvre doit être conforme aux normes NF C 15-100
et NF EN 50272-2.
- NF C 15-100 « Installations électriques à basse tension » ;
- NF EN 50-618 ;
Câblage des - UTE C 32-502 « Guide pour les câbles utilisés pour les systèmes
systèmes photovoltaïques » ;
photovoltaïques - Guide UTE C15-105 : « installation électrique à basse tension,
guide pratique détermination des sections de conducteurs ».
Les normes internationales (CEI 228) et françaises (NF C 32-
013) retiennent quatre classes de souplesse :
- Classe 1 : âmes massives pour installations fixes ;
- Classe 2 : âmes rigides câblées ; nombre minimal de brins imposé
Câblages côté DC (multibrins) ;
- Classe 5 : âmes souples pour installations mobiles (multibrins) ; -
Classe 6 : âmes extra souples ; diamètre maximal des brins imposé
(multibrins).

- Guide UTE C 15-400 « Installations électriques à basse tension -


Guide pratique » ;
- La norme NF EN 60664-1 (C 20-040-1) « Coordination de
Câblage de mise à
la terre l’isolement des matériels dans les systèmes (réseaux) à basse
tension-Partie 1 : Principes, exigences et essais » ;
- La norme NF C 15-100 « Installations électriques à basse tension
».
- IEC 60364-7-712, UTE C 15-
Boite de jonction 712-2, - UTE C61-740-510.

- Norme CEI 60282-1 ;

Fakher MEHREZ | 152


Fusibles DC - Norme NF EN 60269-6 (C 60-200-6) « Fusibles basse
tension - Partie 6 : Exigences supplémentaires concernant les
éléments de remplacement utilisés pour la protection des
systèmes d’énergie solaire photovoltaïque ».

- Règles de l’UTE 15-712-1 de Juillet 2013 « section 8.1.12 :


Définition du calibre du fusible (principe de la protection) ».
- DIN 43620 : Coupe-circuits B.T. à fusibles à haut pouvoir
de coupure avec couteaux de contact ; NFC 60629, 63210,
63211, 63220 ;
Portes fusibles -
EN 60947-1-3-5 ;

- NF/EN 60269-1 ;

- IEC 605289.

- NF EN 61643-11 (C 61-740) « Parafoudres basse-tension -


Partie 11 : Parafoudres connectés aux systèmes de distribution
basse tension - Prescriptions et essais ».
Parafoudres DC
- UTE C 61-740-52.

- NF EN 50539-11 (C 61-739-11).

Organes de - CEI 60364-5-53,


coupure d’urgences CEI 60947-5-1,
-

- NFC 15-100

Portes fusibles - DIN 43620 : Coupe-circuits B.T. à fusibles à haut pouvoir de


coupure avec couteaux de contact ;
- NFC 60629, 63210, 63211, 63220 ;

- EN 60947-1-3-5 ;

- NF/EN 60269-1 ; IEC 605289.

Fakher MEHREZ | 153


Annexe B puissance souscrit
Code Cou k k
compteur rant(A) VA W :
Pour le branchement monophasé
201 5 1 1

202 10 2 2

203 15 3 3

204 20 4 4

207 32 7 6

210 45 1 9
0
214 63 1 1
4 2
222 100 2 2
2 0
227 125 2 2
7 5
235 160 3 3
5 2
250 225 5 4
0 5
 Pour le branchement triphasé
Code Coura Puissance
Compteur nt (A) Souscrite
k k
VA W
413 20 1 1
3 2
420 30 2 1
0 7
433 50 3 3
3 0
442 63 4 3
2 3
453 80 5 4
3 8
467 100 6 5
7 9
483 125 8 7
3 4
506 160 1 9
06 5
532 200 1 1
32 19
565 250 1 1
65 49
600 300 2 1
00 78

Fakher MEHREZ | 154


ANNEXE C : CONSOMMATION ANNUELLE

Fakher MEHREZ | 155


ANNEXE D : fiche technique ifrisol 385

Fakher MEHREZ | 156


Fakher MEHREZ | 157
ANNEXE E : fiche technique Sunny Tripower 25000TL

Fakher MEHREZ | 158


Fakher MEHREZ | 159
Annexe F: Niveau de Kéraunique en Tunisie

Fakher MEHREZ | 160


Annexe G:

- Choix d'une mesure de pretection


Caractéristique de Nk ≤ 25 Nk ≥ 25
l’installation Coté Coté Coté Coté
DC AC DC AC
Bâtiment ou structure Oblig Obligat Obligat Obligat
équipé atoire oire oire oire
d’un paratonnerre
Alimentation BT par Peu Recom Recom Obligat
une ligne entièrement ou utile mandé mandé oire
particulièrement aérienne

Alimentation BT par Peu Peu Recom Recom


une ligne entièrement utile utile mandé mandé
souterraine

- Valeur de φ selon le résultat de tableau 3


Résultat tableau 3 Obligatoir Recomman Peu utile
e dé
𝝋 2 1 0

- Valeur de δ selon la situation du champ PV.


-
Situation Complement Quelques Terrain Sur une
de la ligne entouré de structures à plat ou crête, présence
structures découvert
aérienne proximité de
(BT), du ou inconnues plan
champs PV d’eau, site
montagneux
𝜹 0 0.5 0.75 1

Fakher MEHREZ | 161


Annexe H paramètres de dimensionnements des câblés

Tableau H.1 : lettre de sélection

Tableau H.2 : facteur de correction K1

Tableau H.3 : facteur de correction K2

Tableau H.4 : facteur de correction K3

Fakher MEHREZ | 162


Tableau H.5 : courant admissibles (en ampères) dans les canalisation pour les méthodes de
référence B ,C,D,E et F

Fakher MEHREZ | 163


Tableau H.6 : chutes de tension unitaire (en V) pour 1 A et pour 1Km de câble

Fakher MEHREZ | 164


Fakher MEHREZ | 165
Annexe6: le coefficient multiplicateur K en fonction de la température

Température ambiante minimale Coefficient


(°C) multiplicateur k

Entre 24°C et 20°C 1.02

Entre 19°C et 15°C 1.04

Entre 14°C et 10°C 1.06

Entre 9°C et 5°C 1.08

Entre 4°C et 0°C 1.10

Entre -1°C et -5°C 1.12

Entre -6°C et -10°C 1.14

Entre -11°C et -15°C 1.16

Entre -16°C et -20°C 1.18

Fakher MEHREZ | 166


Température ambiante minimale Coefficient
(°C) multiplicateur k

Entre -21°C et -25°C 1.20

Entre -26°C et -30°C 1.21

Entre -31°C et -35°C 1.23

Entre -36°C et -40°C 1.25

Fakher MEHREZ | 167


Fakher MEHREZ | 168