Vous êtes sur la page 1sur 16

Techniques de la haute tension/ Essais du matériel en HT

Essais du matériel
en HT
Références :
1.. High Voltage Engineering, C.L Wadhwa, New Age International (P) Limited, Publishers,
4835/24, Ansari Road, Daryaganj, New Delhi – 110002,
2. M.Aguet, M.Ianovic « Traité d’électricité, Volume XIII :Haute Tension », Edition GEORGI,
1982,
3. Surtensions et coordination de l'isolement, notes de cours, D. Fulchiron, CT 151 édition
décembre 1992,
4. Haute tension, AFFOLTER Jean-François, Yverdon-les-Bains, octobre 2000
Techniques de la haute tension/ Essais du matériel en HT

1. Essais sous tensions continues

La méthode la plus efficace pour générer des hautes tensions continues est le redressement
en utilisant des circuits multiplicateurs. Les générateurs électrostatiques sont aussi utilisés
pour générer les HT continues.

Selon les normes IEEE, la valeur de la tension continue de test est définie comme la valeur
moyenne exprimée par:

, T est la période, T=1/f

Les tensions générées par les redresseurs n’ont jamais d’amplitude constante. Elles
dévient par rapport à la valeur moyenne périodique et cette déviation est appelée
profondeur d’ondulation. L’amplitude d’ondulation notée est définie comme la demi
valeur de la différence entre les valeurs maximale et minimale de la tension.

Le facteur d’ondulation est défini comme le rapport


Techniques de la haute tension/ Essais du matériel en HT

1. Essais sous tensions continues

a) Redresseur mono alternance :

Tension à la sortie en absence de la capacité

Schéma équivalent

Tension à la sortie en présence de la capacité


Techniques de la haute tension/ Essais du matériel en HT

1. Essais sous tensions continues

b) Redresseur double alternance :

Schéma équivalent Tension redressée


Techniques de la haute tension/ Essais du matériel en HT

1. Essais sous tensions continues


C) Redresseur triphasé :

Schéma équivalent

Tension redressée
Techniques de la haute tension/ Essais du matériel en HT

1. Essais sous tensions continues

d) Circuits doubleurs de tension :

Si on a besoin des hautes tensions continues, des doubleurs ou de multiplicateurs en cascade


de tension sont utilisés. Un des plus populaires est le circuit doubleur de Greinacher.

Circuit doubleur de Greinacher

• Principe de fonctionnement du doubleur de Greinacher


Pendant l’alternance négative, le point B est plus positif par rapport au point A et la diode D1
devient passante permettant à la capacité C1 de se charger à une tension maximale Vmax.
Pendant l’alternance positive, le potentiel au point A est Vmax et le point M sera porté à la
tension 2Vmax à cause de la conduction de la diode D2. Normalement, la tension aux bornes de
la charge est inférieur à 2Vmax dépendant ainsi de la constante du temps C2RL
Techniques de la haute tension/ Essais du matériel en HT
1. Essais sous tensions continues

e) Circuit multiplicateur de Cockroft-Walton :

La tension totale à la sortie est


2nVmax où n est le nombre des
étages.

La tension au point O’ est 6Vmax

La tension au points N’ est 4Vmax

La tension au points M’ est 2Vmax

Circuit doubleur de Greinacher


Techniques de la haute tension/ Essais du matériel en HT

1. Essais sous tensions continues

• Principe de fonctionnement du circuit multiplicateur de Cockroft-Walton :


Le multiplicateur de Cockroft et walton a été réalisé en 1932 suite aux améliorations effectuées sur le
circuit développé par Greinacher pour produire les hautes tensions continues.

1. Fonctionnement à vide : La portion ABM’MA est exactement identique au circuit doubleur de tension de
Greinacher qui donne une tension 2Vmax aux bornes de C quand M atteint une tension 2Vmax. Pendant le
demi cycle suivant quand B devient positif par rapport à A, les potentiels des points M et N deviennent
inférieures au potentiel du point M’ ce qui permet à C2 de se charger à travers D2. Pendant le demi cycle
suivant, A devient plus positif et le potentiel des points M et N monte ce qui permet le chargement de C’2
à travers D’2. Finalement, toutes les capacités C’1, C’2, C’3, C1, C2 et C3 sont trouvées chargées. La
tension aux bornes de la colonne des capacités constituées de C1, C2 et C3 reste en oscillation comme
alternances de tension d’alimentation. Cette colonne est appelée colonne oscillatoire. La tension aux
bornes des capacités C’1, C’2, C’3 reste constant. Il est appelé la colonne de lissage. Les tensions à M’, N’
et O’ sont respectivement 2Vmax, 4 Vmax et 6Vmax. Donc, la tension aux bornes des capacités est 2Vmax
sauf aux bornes de C1 il est Vmax. La tension totale de sortie est 2n.Vmax, où n est le nombre des étages.

2. Fonctionnement en charge: dans ce cas la tension n’atteint jamais la valeur 2nVmax. Aussi, l’onde de
sortie va posséder des ondulations de la tension. On considère dans ce cas deux quantités, chute de
tension ΔV et ondulation de la tension V.
Techniques de la haute tension/ Essais du matériel en HT

1. Essais sous tensions continues

f. Multiplicateur de tension de Marx


S1 S1 S1 S1

- - S2 - S2 - S2 - S2 -
C + C + C + C + C +
U1
+
S1 S1 S1 S1 - C
U2
+ C
Tension à la sortie U2=n. U1

Phase 1: les interrupteurs S1 sont tous fermés et S2 ouverts. Les condensateurs C se chargent
à la tension continue

Phase 2: les interrupteurs S1 sont tous ouverts et S2 sont fermés. Les tensions U1 de chaque
condensateurs s’additionnent pour donner la tension U2.
Techniques de la haute tension/ Essais du matériel en HT

1. Essais sous tensions continues

• Autres types de multiplicateurs de tension

1. Doubleur de tension de Schenkel


2. Doubleur de tension de Latour
Techniques de la haute tension/ Essais du matériel en HT

1. Essais sous tensions continues

g. Générateurs électrostatiques
Ils sont des générateurs utilisant le principe de transfert de charges. Ils permettent d’obtenir des
très hautes tensions continues. Le principe de base est le placement de la charge sur un
porteur qui peut être un isolant ou un conducteur isolé qui va être lever au potentiel voulu par
un mouvement mécanique à travers le champ électrique.

A titre d’exemple, on présente ici le générateur de Van de Graeff.

• Générateur de Van de Graeff


C’est une des méthodes utilisées pour obtenir des très hautes tensions. Il ne peut pas fournir
des courants importants et la puissance de sortie est de quelques kilowatts ce qui ne permet
que des applications à très faibles courants.
Il utilise une ceinture isolante comme porteur de charge. Il comprend une source de tension
continues très faible avec une décharge par effet couronne qui prend place au pôle positif de la
source. Le phénomène de couronne est généré par un dispositif vaporisateur conçu pour ça.
Techniques de la haute tension/ Essais du matériel en HT

1. Essais sous tensions continues

Les charges sont vaporisées sur la ceinture en bas par la décharge de couronne à un
potentiel de 10 à 100kV et porter au haut du colonne et déposer sur le collecteur. L’électrode
supérieure où les charges sont collectées a un rayon supérieur et les cotés doivent être
courbées pour réduire les pertes. Le générateur est toujours enveloppé dans un cylindre
métallique lié à la terre. Il fonctionne sous pression ou sous vide.

La plus haute tension de l’électrode de haut monte du fait que pour une même charge, une
plus petite capacité donne la tension la plus élevée. L’électrode le plus haut a une plus petite
capacité contre la terre à cause de l’importance de son espacement par rapport à la terre.

Le potentiel de l’électrode de la haute tension croit comme le rapport,

I est le courant net de chargement


Techniques de la haute tension/ Essais du matériel en HT
2. Essais sous tensions continues
Avec une seule source en bas, la ceinture monte vers le haut avec une charge positive et retourne sans
charge. Un chargement peut être fait plus efficacement par obtention d’une charge additionnel de polarité
inverse vaporisé sur la ceinture par un arrangement d’auto induction (vaporisation de couronne négative). En
utilisant une méthode ingénieuse, cette arrangement peut efficacement doubler le taux de chargement.

Schéma de principe du générateur de Van de Graeff

Schéma amélioré
Techniques de la haute tension/ Essais du matériel en HT

2. Essais sous tensions alternatives

Formes des tensions sinusoïdales

Signal purement sinusoïdal

Signal non sinusoïdal


Techniques de la haute tension/ Essais du matériel en HT

2. Essais sous tensions alternatives

a) Transformateurs en cascade

Transfos à trois enroulements

Cascade en 3 étages
de transformateurs

Étage plus bas conçu pour supporter


des charges plus grandes
Techniques de la haute tension/ Essais du matériel en HT

2. Essais sous tensions alternatives

b) Circuit résonnants

Impédance du condensateur

Impédance de l’inductance

Vous aimerez peut-être aussi