Vous êtes sur la page 1sur 172

RAPPORT ANNUEL

SUR LA GÉOPOLITIQUE
DE L'AFRIQUE

Rapport annuel sur


l’économie de l’Afrique

2020

Sous la direction de
Abdelhak Bassou
Rapport annuel sur la
géopolitique de l’Afrique
2020

Sous la direction de Abdelhak Bassou


© Ed. Policy Center for the New South 2020
Tous droits de production, d’adaptation et d’exécution
réservés pour tous les pays.
Sommaire

Liste des auteurs.............................................................................. 7

À propos du Policy Center for the New South................................... 8

Préface........................................................................................... 9

Panorama africain 2019 : L’année pré-pandémie............................. 13

Régions....................................................................................... 25

Chapitre 1 C
 ommunauté de développement d’Afrique
australe : 2019, l’année des défis............................ 27
Chapitre 2 L
 ’IGAD, une Communauté régionale
en difficulté chronique............................................ 39
Chapitre 3 C
 hronique géopolitique de la Communauté
de l’Afrique de l’Est................................................ 47
Chapitre 4 E
 n 2019, les élections présidentielles en Afrique
de l’Ouest n’ont pas conduit à des crises majeures,
ou presque............................................................ 55
Chapitre 5 L
 ’Afrique centrale à l’heure des mythes qui
se lézardent........................................................... 65

Paix et sécurité....................................................................................... 73

Chapitre 1 D
 éfis sécuritaires dans la zone Sahelo-sahélienne :
le challenge de la mise en adéquation et de
la coordination entre réponses internationale
et nationale........................................................... 75
Chapitre 2 A
 Bird’s eye view of Ghana’s implementation of
the Women, Peace and Security Agenda.................. 83
Chapitre 3 S
 ituation de la Réforme du Secteur de Sécurité
(RSS) en République centrafricaine (2019)............... 91
Chapitre 4 T
 he Egyptian and Ethiopian perspectives on
the Grand Ethiopian Renaissance Dam ................... 97

Questions sociales................................................................................107

Chapitre 1 B
 urkina Faso, “constat de l’effondrement d’un
« îlot paisible », d’un modèle de vivre-ensemble
et de tolérance religieuse en Afrique de l’Ouest” :
Analyse des conséquences socioculturelles
du terrorisme ...................................................... 109
Chapitre 2 If you poison the water, you poison the people:
toxic injustices exposed by Covid-19...................... 121
Chapitre 3 R
 eading the African City: Material Elements
of the Urban Form .............................................. 127

Politique et gouvernance....................................................................141

Chapitre 1 B
 eyond Institutions: the imperative for a new
anti-corruption paradigm in Africa ........................ 143
Chapitre 2 A
 n overview of the changing dynamics of west
Africa’s geopolitics .............................................. 149
Chapitre 3 A
 Fragile Transition Process in Sudan ................... 157
Chapitre 4 G
 éopolitique de la bonne gouvernance en
Afrique : Quelles avancées en 2019 ?.................... 163
Liste des auteurs

Abdelhak Bassou Senior Fellow, Policy Center for the New South

Chidiogo Akunyili-Parr Founder, She ROARs; ADEL Community

Hajar Alaoui Researcher in International Relations, Policy Center for the New South

Joana Ama Osei Tutu Head of Women Peace and Security Institute, Kofi Annan International
Peacekeeping Training Centre; ADEL Community

Elsie Amelia Tachie Menson, Directorate, Faculty of Academic Affairs and Research,
Kofi Annan International Peacekeeping Training Center

Malik Boumedienne Visiting Professor, Law & Political Sciences, Mohammed VI


Polytechnic University

Khalid Chegraoui Senior Fellow, Policy Center for the New South

Rachid El Houdaigui Senior Fellow, Policy Center for the New South

Nihal El Mquirmi Researcher in International Relations, Policy Center for the New South

Sara Hasnaa Mokaddem International Relations Specialist, Policy Center for the New South

Patrice Kouraogo Sociologist, Cultural Affairs Advisor to the President


of Burkina faso

Jamal Machrouh Senior Fellow, Policy Center for the New South

Babacar Ndiaye Head of Operations, WATHI Think Tank

Mary-Jean Nleya Writer & Researcher, The Global Communiqué; ADEL Community

Eric Ntumba Bukasa Head of Corporate, Private and Upper SME Banking, Equity Bank
Congo SA; ADEL Community

Njoya Tikum  anager/ Head of Office, Sub-Regional Hub for West & Central Africa,
M
UNDP-United Nations Development Programme; ADEL Community

Youssef Tobi International Relations Specialist, Policy Center for the New South
À propos du Policy Center for the
New South
Le Policy Center for the New South (PCNS) est un think tank marocain dont la mission
est de contribuer à l’amélioration des politiques publiques, aussi bien économiques que
sociales et internationales, qui concernent le Maroc et l’Afrique, parties intégrantes du
Sud global.

Le PCNS défend le concept d’un « nouveau Sud » ouvert, responsable et entreprenant ;


un Sud qui définit ses propres narratifs, ainsi que les cartes mentales autour des bassins
de la Méditerranée et de l’Atlantique Sud, dans le cadre d’un rapport décomplexé avec le
reste du monde. Le think tank se propose d’accompagner, par ses travaux, l’élaboration
des politiques publiques en Afrique, et de donner la parole aux experts du Sud sur les
évolutions géopolitiques qui les concernent. Ce positionnement, axé sur le dialogue et
les partenariats, consiste à cultiver une expertise et une excellence africaines, à même de
contribuer au diagnostic et aux solutions des défis africains.

A ce titre, le PCNS mobilise des chercheurs, publie leurs travaux et capitalise sur un
réseau de partenaires de renom, issus de tous les continents. Le PCNS organise tout au
long de l’année une série de rencontres de formats et de niveaux différents, dont les plus
importantes sont les conférences internationales annuelles « The Atlantic Dialogues » et
« African Peace and Security Annual Conference » (APSACO).

Enfin, le think tank développe une communauté de jeunes leaders à travers le programme
Atlantic Dialogues Emerging Leaders (ADEL). Cet espace de coopération et de mise en
relation d’une nouvelle génération de décideurs et d’entrepreneurs est déjà fort de plus de
300 membres. Le PCNS contribue ainsi au dialogue intergénérationnel et à l’émergence
des leaders de demain.
Préface / 9

Rapport annuel sur la


Géopolitique de l’Afrique
Préface

Des Africains, jeunes et moins jeunes, de la sécurité. Ces questions sont cependant vues
hommes et femmes, d’horizons géographiques par d’autres yeux, une année plus tard, d’où une
différents et embrassant des disciplines diverses, mise à jour eu égard au temps et une diversification
se sont rencontrés dans cette troisième édition des visions et une multiplication des angles de
du ‘’Rapport Géopolitique de l’Afrique’’ pour vue, illustrés par le sang nouveau qu’apportent de
raconter l’Afrique de 2019. Si tous sont unis par jeunes chercheurs qui ont été associés à la présente
la fierté que leur procure le fait de narrer la story édition de l’ouvrage.
de leur continent, leurs visions sont différentes en Au niveau des aspects de la paix et de la
fonction de leurs spécialités, de leurs expertises, sécurité, un domaine où le continent développe
de leurs expériences et de leurs générations. des projets et des ambitions, mais où il rencontre
L’Afrique est ainsi présentée comme une entité également des difficultés et des entraves, le rapport
unie mais pas uniforme. Elle s’enrichit de sa touche à des questions qui ont jalonné l’action
multiplicité et se renforce par son ambition de africaine en 2019 :
d’unité et de solidarité. • Le Sahel est en pole position parmi les régions
L’ouvrage est également empreint de l’esprit où le terrorisme sape encore les efforts des
et de la philosophie du Policy Center for the New Africains et de leurs alliés ;
South. L’esprit d’un Sud nouveau, ouvert sur le • L’exploration par la femme du domaine de la
monde et décomplexé dans sa relation avec l’autre paix et de la sécurité est vue à travers le cas du
et dans sa vision de soi-même. Le rapport traite Ghana ;
ainsi d’une Afrique qui se présente au monde, • La réforme du secteur de la sécurité (RSS)
avec ses atouts et ses handicaps, ses qualités et ses en Afrique est visitée à travers l’exemple
défauts, avec ce qu’elle doit corriger, réaménager, centrafricain et ;
reconstruire et avec ce qu’elle doit sauvegarder, • La question du conflit du Nil est étudiée dans
renforcer et consolider. Une Afrique avec ses ses perspectives entre les pays du bassin.
heurs et malheurs. Une Afrique telle qu’elle est et L’aspect social est traité à partir des expériences,
telle qu’elle veut être, avec en toile de fond son dans le domaine socio-cultuel, sanitaire et
histoire riche en enseignement malgré certaines urbanistique, et s’arrête sur le rôle des religions
vicissitudes et, avec comme cap, un avenir à dans la société africaine et la cohésion dans les
construire malgré les incertitudes du moment. communautés. Une escale est également faite au
Les questions traitées ne différent pas de celles niveau des nouveaux paradigmes de gestion des
de la version précédente. Elles tournent autour espaces urbains. Les inégalités dans le domaine
des questions sociales, des thèmes afférents sanitaire sont traitées en partant des premières
à la politique et la gouvernance, ainsi qu’aux constations de la lutte contre les pandémies.
interrogations sur les problématiques de la paix et La politique et la gouvernance sont deux
10 / Rapport annuel sur la Géopolitique de l’Afrique

domaines très suivis en Afrique et où le continent La lecture du Rapport permet d’explorer


alterne bons et mauvais points. Sont traitées à l’Afrique de 2019, une année pré-pandémie, et
ce titre, les avancées de la gouvernance dans donne une évaluation du continent et sa situation
le continent, les dynamiques géopolitiques, au moment où il prend contact avec la Covd-19. Il
notamment à travers le cas de la CEDEAO, la renseigne, donc, sur les instruments structurels de
fragile transition au Soudan et les questions la résilience africaine.
afférentes au fléau de la corruption.
Comme à l’accoutumée, les articles portant sur
les régions s’intéressent à la vie des communautés
en tant qu’ensemble, et non comme un bilan Abdelhak Bassou,
exhaustif de la vie des pays constituant ces régions. Senior Fellow, Policy Center for the New South
Preface / 11

Annual Report on
Africa’s Geopolitics
Preface

A group of Africans, young and old, men and and multiple viewpoints, illustrated by the new
women, from different geographical horizons and breath brought by young researchers who have
various disciplines, got together to narrate the been associated with the book this year.
story of Africa in 2019, through this book, which With respect to peace and security aspects, an
is the third edition of the ‘’Geopolitical Report area in which the continent is pursuing projects
of Africa’’. While all of them feel proud to tell and ambitions, but where it is also encountering
the story of their continent, they have different difficulties and obstacles, the report has focused
visions according to their areas of specialization, on issues that marked African action in 2019:
expertise, experience and generation. Africa is The Sahel is at the forefront of the regions
thus presented as a united but not uniform entity. where terrorism is still undermining the efforts
It is enriched by its multiplicity and strengthened made by Africans and their foreign allies;
by its ambition of unity and solidarity. Consideration by women of peace and security
The book is also permeated with the spirit aspects is seen here through the case of Ghana;
and philosophy of the Policy Center for the New The Security Sector Reform (SSR) in Africa
South, the spirit of a new South, open to the world is reviewed through the Central African example
and uninhibited in its relationship with others and;
and in its vision of itself. The report thus deals The issue of the Nile Conflict is examined from
with an Africa that stands before the world with the perspective of the countries of the Nile Basin.
its assets and its handicaps, its qualities and its The social aspect is dealt with on the basis of
shortcomings, with what needs to be redressed, experiences in the socio-cultural, health and urban
rehabilitated, rebuilt and with what needs to be planning fields and focus is placed on the role of
safeguarded, strengthened and consolidated, an religions in the African society and on the cohesion
Africa with its ups and downs, an Africa as it is of communities. The new paradigms of urban
and as it wants to be, against the backdrop of its space management are also being considered.
history rich with lessons to learn from, despite Inequalities in the health field are addressed on
certain adversities, and with a future to build the basis of the preliminary findings of the fight
despite the uncertainties of the present time. against the pandemics.
The issues addressed are no different from Policy making and governance are both
those in the previous version. They revolve around closely scrutinized in Africa, an area where the
social problems, and matters relating to policy and continent has been alternately recording good and
governance, as well as questions on issues of peace bad results. In this regard, progress of governance
and security. However, a year later, these questions in the continent, the geopolitical dynamics,
have been viewed by other eyes, hence an update particularly through the case of ECOWAS, the
was required with regard to time, diverse visions fragile transition in Sudan and the other issues
relating to the plague of corruption are also situation at the time of entering into contact with
addressed here. the Covid-19. The report also sheds light on the
As usual, articles on the regions focus on the structural instruments of African resilience.
life of the communities as a whole and not as an
exhaustive review of the living conditions in the
countries of these regions.
The Report gives us the opportunity to explore
Africa in 2019, a pre-pandemic year, and thus Abdelhak Bassou,
provides an assessment of the continent and its Senior Fellow, Policy Center for the New South
Panorama africain 2019 : L’année pré-pandémie / 13

Panorama africain 2019 :


L’année pré-pandémie
Abdelhak Bassou

Introduction • Sur le registre des angoisses, l’Afrique était,


en 2019, loin d’imaginer qu’une pandémie
Au moment où elle fêtait le passage à 2020, allait exacerber ses préoccupations. Des
l’Afrique était loin de soupçonner que l’année à préoccupations qui s’appellent ‘’Sahel’’
laquelle elle faisait ses adieux, aurait le funeste avec la menace de faillites de certains Etats
“privilège’’ de porter dans ses registres d’Etat- affaiblis par la lutte contre la violence
civil, la naissance d’un virus qui allait paralyser extrémiste ; et ‘’Libye’’ où sévit une guerre
le monde, dans la première moitié de l’année fratricide dans laquelle se sont invitées des
suivante1. puissances extracontinentales. Les soucis
C’est sur cette Afrique de l’année pré- du continent naviguaient, aussi, sur les eaux
Covid-19 que portent les différents papiers du du Nil, troublées par le différend qui oppose
présent Rapport. Les uns, reflétant les espoirs, Ethiopie, d’un côté, Egypte et Soudan, de
les ambitions et les projets africains et, les autres, l’autre. Sud-Soudan, Nord Kivu ou, encore,
s’attardant sur les craintes et les angoisses du la piraterie en Golfe de Guinée, alimentaient
continent : la pile infinie de dossiers que l’Afrique devait
• Dans le chapitre des espoirs, le continent traiter dans l’espoir de les régler. Changements
avait, en 2019, embrassé les ambitions les plus climatiques, poussée démographique et
folles : faire taire les armes en 2020, année sécurité alimentaire figurent, également, parmi
durant laquelle l’Afrique s’apprêtait également les problématiques que l’Afrique de 2019 se
à fêter l’entrée en vigueur de l’accord de la devait de garder à l’esprit dans la perspective
Zone de Libre-échange continentale africaine d’en limiter les effets sur l’avenir du continent.
(ZLECA). L’Afrique savourait, également, • Au niveau économique, si certaines économies
une fierté portée par un prix Nobel décerné au avaient, en 2019, donné espoir, en restant dans
jeune leader éthiopien Ahmed Abiye pour sa des taux de croissance satisfaisants, les deux
réconciliation avec son voisin érythréen. Les géants africains, Nigeria et Afrique du Sud,
élections de l’année se sont déroulées dans ont marqué le pas, sinon reculé, l’un, en raison
des atmosphères qui ne reflètent en rien les de l’insécurité et les dysfonctionnements de
narratifs obscurs dont le continent a toujours gouvernance qui le minent, l’autre, en raison
été l’objet. L’Afrique avait marqué des points des divisions au sein de son parti au pouvoir qui
en 2019 et cela compensait ses déboires et lui croule encore sous les scandales de corruption.
donnait de l’espoir.
Dans quelle situation la Covid-19 a-t-elle
1. En effet, même si la pandémie s’est propagée dans le trouvé l’Afrique ? C’est cet état des lieux que tente
monde en 2020, son acte de naissance porte bien la date de dresser le présent papier introductif du Rapport
de 2019
14 / Rapport annuel sur la Géopolitique de l’Afrique

géopolitique de l’Afrique. Non pas dans le simple de la Zone a connu au moins 4000 morts en 2019.
dessein de décrire, mais plutôt et, surtout, pour Les actions de Boko Haram, qui, depuis 2016,
mieux connaitre les potentialités d’un continent se sont étendues au-delà du Nigeria, pour toucher
qui, pour un certain temps à venir, aura à affronter tout le bassin du lac Tchad, ont multiplié victimes
les conséquences de la crise provoquée par le et personnes déplacées, en dépit des annonces de
Coronavirus. L’Afrique a montré une certaine victoire par les Etats de la région. Sur le terrain, la
résilience à l’impact de surface. Elle a été la zone menace n’a pas reculé.
la moins touchée, comparativement aux chiffres Le Sinaï, avec Ansar Beit Al Maqdis, la
enregistrés dans le monde ; elle a, également, Corne de l’Afrique, avec le mouvement Shebabs
connu peu de décès, toujours selon la même ou, encore, dans la région des grands lacs, avec
comparaison. Cependant, force est de se demander les forces démocratiques alliées, les temps ne
si l’Afrique que présente le Rapport, dispose des semblent pas pousser à l’optimisme.
outils, des instruments et des capacités nécessaires
pour se faire résiliente à l’impact en profondeur, B. La Libye
celui qui touchera l’économie, la politique
internationale, la société et la gouvernance. En avril 2019, le Maréchal Khalifa Haftar a
enclenché une opération militaire destinée à étendre
I. Les aspects sécuritaires. sa domination su la capitale Tripoli, jusqu’à présent
siège du gouvernement d’Union nationale, reconnu
2019 a marché sur les pas des années précédentes. par les Nations unies. Sur cette question qui menace
En dépit d’efforts fournis, aussi bien aux niveaux la stabilité et la paix en Afrique, et qui va, surtout,
locaux, régionaux, continentaux et internationaux, voir se multiplier les initiatives internationales et
la plupart des foyers de tensions en Afrique ont l’ingérence de forces extra-africaines, le continent
vu les violences s’accentuer et, au mieux, stagner reste en retrait et son organisation, l’Union africaine
dans les dimensions qu’elles connaissaient. Des (UA) demeure quasiment en marge des initiatives
ambitions politiques aux desseins financiers, les de règlement du conflit.
motivations des groupes armés, des cartels du La question de la Libye vient rappeler
crime ou des factions dissidentes, alimentent et ses faiblesses à l’Afrique. Aussi bien lors du
nourrissent des conflits autour du pouvoir politique, déclenchement de la chute de l’ancien régime, que
des ressources minérales, de gains financiers ou dans les troubles qui ont été déclenchées par la
d’idéologies opposées à celles établies. suite, l’Union africaine et l’Afrique n’ont pu que
Dans sa quête de faire taire les armes, constater les dégâts.
l’Afrique de 2019 se trouve devant le terrorisme, L’Organisation panafricaine est restée sans
le séparatisme, les conflits pasteurs/éleveurs et les réaction tangible lorsque des groupes proches de
guerres internes. Daech ont occupé la ville de Syrte, il fallait que
des forces étrangères viennent libérer la ville.
A. Le terrorisme : Dans la crise actuelle, également, les solutions
imaginées sont tout sauf africaines.
Le foyer du Sahel est la zone la plus Au niveau de la crise migratoire, l’UA a,
préoccupante en termes de violences extrémistes. certes, réagi pour le rapatriement de migrants en
Celles -ci se mêlent aux différends ethniques difficultés, mais cela était bien en deçà de ce qu’on
qu’elles instrumentalisent pour élargir les aires de pouvait espérer de cette Organisation.
conflits, aussi bien dans l’espace, en l’étendant à
des zones considérées comme sûres auparavant, C. Le séparatisme
que dans les motivations, en incluant des causes
qui étaient loin de provoquer les hostilités. Au De l’île de Bioko, en Guinée équatoriale, à
Burkina Faso, le nombre de personnes tuées est la région de Biafra, au Nigeria, en passant par
passé de 80, en 2016, à 1800 , en 2019. L’ensemble la région sénégalaise de Casamance, le Nord du
Panorama africain 2019 : L’année pré-pandémie / 15

Mali, le Cap occidental, en Afrique du sud, le II. Les aspects socio-politiques


Sahara marocain, le Darfour, au Soudan, le Nord-
ouest du Cameroun, ou, encore, Zanzibar, en Lorsque la politique marque des signes de
Tanzanie , des mouvements marginaux, soutenus faiblesse, le social s’en ressent et tente de corriger
généralement par des forces extra-africaines mais, les caps. Les politiques publiques en Afrique
malheureusement, aussi, par des Etats africains, et même les politiques, tout court, se trouvent
continuent de tenter de semer la subversion dans en décalage chronique par rapport aux attentes
leurs sociétés et, surtout, la discorde dans le sociales. L’année 2019, qui a, certes, montré
continent qu’ils tentent de détourner de ses projets des lueurs d’espoir en termes de gouvernance et
de développement. de relations entre les Etats et les populations, a
Ces mouvements subversifs qui tentent également été le témoin temporel de manifestation
d’affaiblir les Etats du continent et de mener des de ce décalage chronique. L’espoir est venu des
actions d’usure contre leurs pays respectifs, sont atmosphères où se sont déroulées les élections en
restés marginaux, en 2019, et sans grand effet 2019 et les manifestations de colères populaires
sur la marche de l’Afrique. L’ensemble des pays s’est illustré dans certains soulèvements populaires
africains ayant développé leurs outils de résilience déclenchés au début de cette même année.
face à ces subversions.
Ces mouvements et leurs soutiens développent A. S
 ociété et politique : des signaux
encore les slogans des années soixante sur la liberté d’un printemps africain chronique
et l’indépendance de l’Afrique. C’est d’autant
plus anachronique que les pays du continent sont A la cécité de certains pouvoirs africains face à
aujourd’hui indépendants et font face à d’autres l’ère des temps et à la crispation de certaines élites
défis. sur leurs privilèges, répond de plus en plus une
colère de la population menée par une jeunesse
D. Les conflits pasteurs/agriculteurs super-connectée et impatiente de retrouver des
espaces d’épanouissement.
Dans plusieurs pays africains, notamment en Un mélange d’agitation sociale et de
Afrique de l’ouest et au Sahel, les violences entre contestation politique menace la stabilité de
éleveurs et agriculteurs n’ont pas connu de trêve en certains pays africains.
2019. La concurrence pour les ressources joue un Les tentatives de certaines élites de conserver le
rôle majeur dans ces conflits. Pendant des siècles, pouvoir, en allant jusqu’à manipuler les constitutions,
les pasteurs nomades ont parcouru l’Afrique sur reflètent la crise des alternances dont le continent
les routes traditionnelles du bétail à la recherche de ne s’est pas encore complétement débarrassé. Dans
pâturages fertiles pour leurs troupeaux. La source d’autres cas, les gouvernants n’accordent pas encore
des affrontements, est peut-être la bataille pour les la place qu’elle mérite à la légitimité fonctionnelle de
ressources ; mais le conflit a un fond ethnique et l’Etat. Sans s’acquitter de leurs devoirs envers leurs
religieux, notamment au Nigeria, le pays le plus citoyens, et sans remplir leurs fonctions, ces pouvoirs
illustratif de ce phénomène. Dans ce pays, ce qui tiennent à se maintenir en l’absence de conscience
n’était que des affrontements périodiques entre de cette même légitimité fonctionnelle. Deux cas que
agriculteurs et éleveurs s’est transformé en un cycle l’Afrique a vécus en 2019, poussent à penser s’il ne
de violence qui a détérioré la Middle Belt du Nigeria, s’agit pas d’un printemps qui s’apprête à s’installer
faisant des centaines de morts. Le plus grave c’est dans la durée.
qu’il prend des dimensions ethniques et se calque
sur un schéma qui fait des Peuls, musulmans, des • Au Soudan, une crise du pain se
pasteurs et les oppose aux Chrétiens, agriculteurs transforme en soulèvement.
du Sud. Au Mali, l’image se reproduit entre Peuls Le soulèvement contre le président Omar
et Dogons, victimes d’un conflit que nourrissent les El Béchir, qui s’est cristallisé en 2019, avait
porteurs du terrorisme et de la violence extrémiste. pris naissance en décembre 2018, lorsque les
16 / Rapport annuel sur la Géopolitique de l’Afrique

citoyens soudanais, exaspérés par la cherté de la consolidation de la démocratie, principalement


vie, avaient investi la rue, d’abord pour protester par l’arbitrage des opérations électorales.
contre le prix et demander des améliorations En dehors du cas sud-africain, où la domination
et, ensuite, dans un élan plus politique, pour de la scène politique par le Congrès national
demander le départ du président en exercice. africain (ANC), ne laissait aucun doute quant à la
Devant la gravité de la situation, l’armée, principal victoire du parti et, par voie de conséquence, de son
soutien d’El Béchir, lâche ce dernier et procède président Cyril Ramaphosa ; les autres élections
même à son arrestation. Un long dialogue aboutit ont connu d’âpres disputes, surtout lorsque l’enjeu
à la formation d’un gouvernement militaro-civil concernait la magistrature suprême. C’est le cas
qui satisfait les insurgés de la rue mais qui reste principalement de la Tunisie, du Nigeria et du
encore en difficultés devant les aléas structurels Sénégal.
qui minent le pays. Une tendance continue cependant à être
source d’inquiétudes en Afrique, celle portée
• En Algérie, l’alternance par la force de par certains présidents voulant imposer des
la rue réformes constitutionnelles qui leur permettent
La colère de la rue avait été, ici, déclenchée de rester au pouvoir. Ces réformes proposées
par la question citée plus haut de l’alternance au touchent généralement la limitation du nombre de
pouvoir. L’annonce de la candidature du président mandats. Dans certains autres cas, des présidents
en exercice avait directement servi de rampe de en exercice profitent des constitutions réformées
lancement à des manifestations. Là, également, ou nouvelles, pour préconiser d’effacer l’ardoise
l’institution militaire avait accédé à la demande et de se représenter sous couvert des nouvelles
populaire et pousse le président à la démission. constitutions même en ayant épuisé les mandats,
Après des mois de tension, où les manifestations prévus par les anciennes constitutions. Il en
n’avaient pas cessé de faire pression sur le pouvoir, découle des tensions qui rappellent la situation du
une entente tacite entre la rue et les militaires avait Burkina Faso en 2014.
abouti à l’organisation de nouvelles élections qui La question du genre est également un point
ont permis le choix d’un nouveau président. qui mérite escale dans les élections africaines, non
seulement les femmes sont peu et, dans certains
B. Les élections africaines de 2019 : des cas, rares à se présenter comme candidates, mais
lueurs d’espoir mais la prudence elles sont également mal représentées dans les
s’impose instances qui préparent ou organisent les élections.
Les élections de 2019 ont, en général, montré
Auparavant connue pour des scrutins routiniers le renforcement des tendances démocratiques,
faisant fonction de simples rituels consacrés à la mais il faut savoir raison garder au vu de certains
reconduite des dirigeants au pouvoir, l’Afrique comportements politiques, qui tentent encore de
a connu, en 2019, des opérations électorales prolonger les anciennes manœuvres.
compétitives, sans grand décalage avec les
normes internationalement reconnues. Autre point III. Relations internationales
positif, le recul, quoique relatif, des violences qui
accompagnent les élections, tant dans leurs phases A. Les relations entre Africains
préparatoires que lors des temps post-électoraux.
Les opérations électorales marquent, Le temps des conflits interétatiques en Afrique
également, des signes de renforcement des semble révolu. Même lorsqu’ils subsistent, ils sont
organisations sous-régionales d’intégration, de basse tension ou, au pire, de tension moyenne.
principalement la Communauté économique des Cette tendance s’est confirmée durant l’année
Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) qui 2019, en dépit de quelques crises vite étouffées
s’impose de plus en plus comme un organisme par le dialogue et l’ intermédiation. Le continent
de régulation jouant un rôle central en matière de semble avoir dépassé l’ère des guerres entre Etats
Panorama africain 2019 : L’année pré-pandémie / 17

et accrochages aux frontières qui débouchaient sur reviennent normalement aux nationaux. C’est
des conflits armés. Le continent est, cependant, la communauté nigériane, plus nombreuse en
loin d’une atmosphère de détente favorisant Afrique du Sud, qui était la plus touchée et qui
la coopération et la solidarité. L’Afrique reste a enregistré le plus de victimes. En représailles,
éclatée et peine à trouver des voies pour prioriser des Nigérians se sont attaqués aux intérêts sud-
la communauté d’intérêt et croire en le destin africains au Nigeria, obligeant l’Afrique du Sud
commun. Les intérêts propres des Etats et la à fermer momentanément son ambassade à Abuja.
recherche de leadership sont encore un handicap Des rencontres entre les deux chefs d’Etat ont
devant les visions d’une Afrique apaisée. ramené les relations à leur état normal après des
mois d’atmosphère électrique.
• Barrage de la Renaissance
La question a fait l’objet de plusieurs B. Les ambitions étrangères en Afrique
tentatives de résolution. Les déclarations à l’issue
des rencontres entre les chefs d’Etat concernés Puissances, plus ou moins grandes, partenaires,
par la crise rivalisent en contradictions et en classiques ou en devenir, cherchant des intérêts
inconstance. De l’ouverture de grands espoirs économiques ou géopolitiques et stratégiques,
de coopération autour du projet, à la crispation plusieurs Etats du monde se ruent sur le
sur des intérêts nationaux et la fermeture de tout continent africain et y multiplient leurs stratégies
horizon de règlement, les annonces changent et se d’influence. 2019 n’a pas fait exception à cette
diversifient au gré des rencontres et des tentatives tendance, elle l’a même renforcée. Deux grandes
de médiation. Aucune avancée n’est enregistrée rencontres ont marqué les relations de l’Afrique
en 2019 et la crise est presque dans une impasse, avec des partenaires étrangers : l’une, concerne
tellement les intérêts des différents Etats divergent une puissance qui tente de se maintenir et, l’autre,
et s’opposent. un nouvel arrivant sur la scène africaine.

• Nigeria-Benin-Niger et fermeture des • La TICAD 2019 : Le japon veut se


frontières rattraper
En août 2019, le Nigeria ferme de manière Entre 2018 et 2019, Le Japon a vu ses
inattendue ses frontières avec le Benin et le exportations vers l’Afrique réduites de moitié.
Niger. Motif avancé, mettre fin aux activités de Les exportations japonaises se sont établies à près
contrebande qui portent préjudice à l’économie de 7 milliards de dollars en 2018, soit une baisse
nigériane. Une fermeture qui impacte non de 50% sur une décennie. Ses entreprises ont été
seulement les échanges entre les trois pays, mais de loin dépassées par les sociétés européennes,
influence négativement le volume des échanges américaines ou chinoises.
entre toute la communauté ouest-africaine. La TICAD 2019, s’est donnée pour objectif
Certains observateurs y voient même une initiative de rattraper ce retard et de sauvegarder la place
qui ne manque pas d’handicaper la mise en vigueur du Japon en Afrique parmi les grandes puissances
de l’accord de libre-échange conclu entre les pays mondiales. Pour ce faire, le pays a accueilli
africains. du 28 au 30 août 2019 à Yokohama près d’une
cinquantaine de chefs d’Etat africains à la 7ème
• Vagues de xénophobie : tensions entre conférence TICAD.
l’Afrique du Sud et le Nigeria Lors du sommet, le Japon, dont le fer de
Les crises de xénophobie se répètent et se lance, sont les entreprises et dont le but est de
ressemblent en Afrique du Sud, après celles de proposer le développement des compétences
2008 et 2015, les poussées xénophobes sont locales pour remplacer l’aide classique. Cette
revenues en 2019. A Pretoria et Johannesburg, stratégie de rattrapage vise à accélérer le rythme
des sud-africains s’en sont pris aux ‘’étrangers’’ des investissements, à développer un partenariat
africains, les accusant d’occuper des emplois qui commercial à la place de l’aide au développement
18 / Rapport annuel sur la Géopolitique de l’Afrique

et faciliter la voie aux entreprises japonaises pour Au vu des échanges entre la Russie et
faire des percées en Afrique. l’Afrique subsaharienne, la Russie est loin
Le Japon ambitionne d’initier un vaste derrière les partenaires classiques du continent et
programme de développement des ressources même bien loin derrière la Chine, l’autre nouveau
humaines dont l’objectif est de former 3000 venu. Jusqu’en 2018, les échanges entre les deux
Africains à l’horizon de 2025. La philosophie partenaires n’ont jamais excédé 5 milliards de
japonaise se base sur le principe d’autonomisation dollars, un chiffre presqu’insignifiant, comparé
du développement africain. aux échanges entre l’Afrique, la Chine, l’Inde,
les Etats-Unis et les anciennes puissances
• Le Sommet de Sotchi : La Russie coloniales. Comme pour le Japon, c’est cette
arrive ou revient situation de retard qui pousse la Russie vers une
La Russie arrive en Afrique. La Russie revient politique de bouchées doubles pour se faire une
en Afrique. Laquelle des formules adopter en place dans le continent. La Russie en a-t-elle les
l’année 2019 qui a vu s’organiser en octobre le moyens ?
premier sommet Russie-Afrique à Sotchi. Les A Sotchi, beaucoup de promesses ont été
deux formules se mêlent, en effet. La Russie faites. L’avenir nous montrera, mais d’ores et déjà,
actuelle, veut à la fois capitaliser sur les anciennes il parait qu’en dehors du domaine du nucléaire
relations de l’Afrique avec l’URSS dont la Russie civil et du champ militaire -principalement celui
conserve un certain héritage, mais Moscou veut du marché de l’armement- la Russie ne peut, dans
également se démarquer de la politique et de un proche avenir, arriver à constituer une menace
l’esprit de la Guerre froide et se présenter comme pour les intérêts économiques des puissances
un nouveau partenaire de l’Afrique. classiques et de la Chine.
African Panorama 2019: The Pre-Pandemic Year / 19

African Panorama 2019:


The Pre-Pandemic Year
Abdelhak Bassou

Introduction states weakened by the fight against violent


extremism; and ‘’Libya’’ where a fratricidal
While it was preparing to celebrate the shift war is raging in which extra-continental
to 2020, Africa was far from suspecting that the powers have interfered. The continent’s
year which was coming to its end would have the worries were also sailing on the waters of the
unfortunate “privilege” of witnessing the birth of a Nile, troubled by the dispute between Ethiopia
virus that would paralyze the world in the first half on one side and Egypt and Sudan on the other.
of the following year2. The situation in South Sudan, North Kivu as
It is precisely on this Africa of the pre- well as the acts of piracy in the Gulf of Guinea
Covid-19 year that the different papers of this have fed the endless pack of cases that Africa
report are focusing. Some of them reflect African has to deal with in an attempt to resolve them.
hopes, ambitions and projects, while others linger Climate change, population growth and food
on the continent’s fears and anxieties: security were also among the issues that Africa,
• In the chapter of hopes, the continent had, in 2019, had to bear in mind in order to limit
in 2019, espoused the boldest ambitions: to their effects on the future of the continent.
silence the guns in 2020, the year in which • At the economic level, while some economies
Africa was also preparing to celebrate the raised hope, in 2019, by maintaining
entry into force of the Continental African satisfactory growth rates, the two African
Free Trade Area (CAFTA) agreement. At the giants, Nigeria and South Africa, have stalled,
same time Africa was priding itself on the if not retreated, one because of the insecurity
Nobel Prize awarded to the young Ethiopian and dysfunctional governance that undermine
leader Ahmed Abiye for his reconciliation it, the other because of divisions within
with his Eritrean neighbor. Elections took its ruling party, which is still plagued by
place this year in an atmosphere that in no way corruption scandals.
reflects the dark narratives that the continent
has always been afflicted with. Africa scored In what conditions did Covid-19 find Africa? This
points in 2019, which contributed to offsetting introductory paper of the Geopolitical Report on Africa
its setbacks and roused hope. attempts precisely to depict the current situation. Not
• With regard to anxieties, in 2019, Africa was simply with the purpose of describing it, but rather
far from imagining that a pandemic would and above all, to better know the potentialities of a
exacerbate its areas of concern, such as the continent which, for some time to come, will have
“Sahel” with the threat of bankruptcy of certain to face the consequences of the crisis caused by the
Coronavirus. Africa has demonstrated some resilience
2. Although the pandemic spread around the world in 2020, to surface impacts. The continent was the least
its date of birth was 2019.
20 / Rapport annuel sur la Géopolitique de l’Afrique

affected area, compared to world’s figures, and has B. Libya


also experienced few fatalities, according to the same
comparison. However, it is questionable whether the In April 2019, Marshal Khalifa Haftar
Africa featured in the Report has the necessary tools, launched a military operation aimed at extending
instruments and capacity to be resilient to the deeper his domination over the capital Tripoli, until now
impacts which will affect the economy, international the seat of the Government of National Unity,
politics, society and governance. recognized by the United Nations. On this issue,
which threatens stability and peace in Africa
I. Security aspects and which will, above all, witness an increase
in international initiatives and interference by
2019 was quite similar to the previous years. non-African forces, the continent remains on the
Despite efforts at the local, regional, continental sidelines and its organization, the African Union
and international levels, most hotbeds of tension (AU), remains virtually on the fringe of conflict
in Africa have seen violence escalate and at best resolution initiatives.
stagnate in their current dimensions. From political The Libyan question reminds Africa of its
ambitions to financial motives, the motivations of weaknesses. Both when the fall of the former
armed groups, crime cartels or dissident factions, regime was triggered and in the situation of unrest
fuel and nourish conflicts over political power, that followed, the African Union and Africa were
mineral resources, financial gains or ideologies simply helpless and could only take stock of the
opposed to the established ones. damage.
In its quest to silence the guns, Africa in 2019 No tangible reaction came from the Pan-
had to face terrorism, separatism, pastoralists/ African organization when groups close to Daesh
farmers conflicts and internal wars. occupied the city of Sirte, and foreign forces had
to come and liberate the city. In the current crisis,
A. Terrorism too, the solutions which have been devised were
anything but African.
The Sahel hot spot is the most preoccupying area With regard to the migration crisis, the AU had
in terms of violent extremism, which intermingles certainly reacted to the repatriation of migrants
with ethnic disputes and exploits them to broaden in difficulty, but that was far below what was
the scope of conflicts, both in space, by extending expected from that Organization.
them to areas previously considered as safe, and
in respect of the motivations, by including causes C. Separatism
that were far from provoking hostilities. In Burkina
Faso, the number of people killed increased from From the island of Bioko, in Equatorial
80 in 2016 to 1,800 in 2019. At least 4,000 people Guinea, to the region of Biafra in Nigeria, the
were killed in this zone as a whole in 2019. Senegalese region of Casamance, northern Mali,
Boko Haram’s actions, which since 2016 have the Western Cape in South Africa, the Moroccan
extended beyond Nigeria to cover the entire Lake Sahara, Darfur in Sudan, northwest Cameroon
Chad Basin, have multiplied the number of victims and Zanzibar in Tanzania, marginal movements,
and caused the displacement of persons, despite generally supported by non-African forces but,
announcements of victory by the state authorities unfortunately, also by African states, continue to
of the region. On the ground, the threat has not yet attempt to sow subversion in their societies and,
receded. above all, discord in the continent, which they try
There is little room for optimism when we to divert from its development projects.
observe the situation in the Sinai with Ansar Beit These subversive movements which attempt to
Al Maqdis, the Horn of Africa with the Shabab weaken the states of the continent and to carry out
movement or, again, the Great Lakes region with a war of attrition against their respective countries
the Allied Democratic Forces. remained marginal in 2019 and without much
African Panorama 2019: The Pre-Pandemic Year / 21

effect on progress in Africa. All African countries A. S


 ociety and politics: Signs of a
have developed their tools of resilience against chronic African spring
these subversive movements.
These movements and their supporters are still While some African rulers remain blind in
using the mottoes of the sixties on the freedom response to the elites that cling to their privileges,
and independence of Africa. This is all the more the population is increasingly voicing its anger,
anachronistic as the countries of the continent are led by a hyper-connected youth eager to gain
now independent and face other challenges. spaces of self-realization.
A mixture of social unrest and political dissent
D. Pastoralists/farmers conflicts is threatening stability in some African countries.
Some elites are doing everything possible
In several African countries, particularly in West to remain in power to the point of manipulating
Africa and the Sahel, violence between pastoralists constitutions to achieve their goals, which reflects
and farmers has not ceased in 2019. Competition the crisis of leadership rotations from which the
for resources plays a major role in these conflicts. continent has not yet completely rid itself. In other
For centuries, nomadic pastoralists have travelled cases, government authorities do not pay heed
across Africa on traditional cattle routes in search to the functional legitimacy of the state. Rather
of fertile grasslands for their cattle. The source of than fulfilling their duties to their citizens, and
clashes may be the battle for resources; but the carrying out their functions, these powers are keen
conflict has an ethnic and religious background, to maintain themselves in power while ignoring
particularly in Nigeria, the country most emblematic this functional legitimacy. Two cases experienced
of this phenomenon. In that country, what used by Africa in 2019 suggest that this spring does not
to be mere periodic clashes between farmers and seem to be long-lasting.
pastoralists has turned into a cycle of violence that
has deteriorated Nigeria’s Middle Belt, leaving • Sudan, from a bread crisis to an
hundreds of dead. Most seriously, the conflict has uprising.
taken an ethnic dimension, based on a pattern which The uprising against President Omar al-
opposes Fulani and Muslim pastors to Christian Bashir, which culminated in 2019, had its origins
farmers from the South. In Mali, the same pattern in December 2018, when Sudanese citizens,
is reproduced between the Fulani and the Dogon, exasperated by the high cost of living, stormed the
victims of a conflict fueled by the proponents of streets, first to protest against the price of bread
terrorism and violent extremism. and demand improvements and then, in a more
political momentum, to request the departure of
II. Socio-political aspects the incumbent president. Faced with this grave
situation, the army, Al-Bashir’s main support,
When politics shows signs of weakness, dropped him and even arrested him. Afterwards,
the social sector suffers and tries to correct the a long dialogue led to the formation of a military-
course. Public policies in Africa, and for that civil government that satisfies the street insurgents
matter, even politics as a whole is chronically out but which is still struggling to cope with the
of step with social expectations. The year 2019, structural obstacles undermining the country.
which has certainly shown glimmers of hope in
terms of governance and relations between states • In Algeria, a changeover attempt
and populations, has also witnessed the temporal under the pressure of the street
manifestation of this chronic mismatch. Hope The anger of street protesters was triggered
came from the atmosphere in which the 2019 here by the abovementioned issue of rotation in
elections were held and the expression of popular power. The announcement of the incumbent’s
anger was reflected in some popular uprisings that candidacy had directly served as a launching
took place earlier that year. pad for the demonstrations. In this case, too, the
22 / Rapport annuel sur la Géopolitique de l’Afrique

military institution had acceded to the people’s Gender is also another issue that deserves to
demand and forced the president to resign. After be mentioned in African elections, not only are
months of tension, while demonstrations had not women few and, in some cases, rare to stand as
ceased to put pressure on the government, a tacit candidates, but they are also poorly represented in
agreement between the street and the military led the bodies in charge of preparing or organizing the
to the organization of new elections which allowed elections.
the choice of a new president. The 2019 elections have, in general, witnessed
the strengthening of democratic tendencies, but
B. 2019 African elections: glimmers of we must remain cautious in the light of certain
hope but caution is necessary political behaviors, which are still trying to
prolong the status quo.
Previously known for its routine polls that are
mere rituals intended for the reappointment of III. International relations
leaders in office, Africa in 2019 has experienced
competitive elections with little difference from A. Relations between Africans
internationally accepted standards. Another
positive aspect is the decline in the violence that The time of inter-state conflicts in Africa
accompanies elections, both in their preparatory seems to be over. Even when they persist, they
phases and in the post-election period. are of low or, at worst, medium intensity. This
Election processes also point to signs trend was confirmed during the year 2019, despite
of strengthening sub-regional integration some crises that were quickly stifled by dialogue
organizations, mainly the Economic Community and intermediation. The continent seems to have
of West African States (ECOWAS), which is left behind the age of inter-state wars and border
increasingly asserting itself as a regulatory body clashes that led to armed conflicts. The continent
playing a central role in the consolidation of is, however, far from living in an atmosphere of
democracy, mainly through the arbitration of détente conducive to cooperation and solidarity.
electoral processes. Africa remains fragmented and is endeavoring to
Apart from the case of South Africa, where find ways to prioritize the community of interest
the domination of the political scene by the and build trust in a common future. The vision of
African National Congress (ANC) left no doubt a peaceful Africa is still hampered by individual
as to the victory of the party and, consequently, states’ own interests and the pursuit of leadership.
of its president Cyril Ramaphosa, the other
elections were bitterly disputed, especially when • The Renaissance Dam
the country’s highest office was at stake. This is Several attempts have been made to resolve
mainly the case in Tunisia, Nigeria and Senegal. this problem. The statements issued at the end of
One trend that continues to be a source of the meetings between the heads of state concerned
concern in Africa, though, is that some presidents by the crisis are characterized by contradictions
want to impose constitutional reforms that allow and inconsistencies. As announcements change
them to stay in power. These proposed reforms and vary during meetings and mediation attempts,
generally include the limitation of the number great hopes of cooperation around the project
of mandates. In some other cases, incumbent emerge, sometimes followed by periods of tension
presidents take advantage of amended or new over national interests and by the closure of any
constitutions to advocate wiping out the past prospect of settlement. No progress was recorded
altogether and running for reelection under the in 2019 and the crisis is almost in a deadlock,
new constitutions even when they have exhausted because of the so divergent and opposing interests
the mandates provided for in the old constitutions. of the different states.
As a result, tensions arise, recalling the situation in
Burkina Faso in 2014.
African Panorama 2019: The Pre-Pandemic Year / 23

• Nigeria-Benin-Niger and the closure of TICAD 2019 has set itself the goal of catching
borders up with this delay to safeguard Japan’s place in
In August 2019, Nigeria unexpectedly closed Africa among the major world powers. To this
its borders with Benin and Niger. The reason end, the country hosted from 28 to 30 August 2019
evoked was to halt smuggling activities that are in Yokohama nearly fifty African heads of state at
damaging the Nigerian economy. This closure not the 7th TICAD Conference.
only impacts trade between the three countries, Japan’s catch-up strategy aims to speed up the
but also negatively influences the volume of pace of investment, develop trade partnerships
trade among the entire West African community. instead of development aid and make it easier for
Some observers even consider that this initiative Japanese companies to make breakthroughs in
hampers the implementation of the free trade Africa.
agreement concluded between African countries. Japan aims to initiate a vast human resources
development program with the objective of training
• Waves of xenophobia: Tensions 3000 Africans by 2025. The Japanese philosophy
between South Africa and Nigeria is based on the principle of empowering the
Xenophobic crises are recurrent and similar African development process.
in South Africa, after those of 2008 and 2015,
xenophobic outbreaks returned in 2019. In • The Sochi Summit: Russia is coming or
Pretoria and Johannesburg, South Africans Russia is back
attacked African ‘’foreigners’’ accusing them of Russia is coming to Africa. Russia is back
taking jobs that normally belong to nationals. The in Africa. Which of the two formulas should be
Nigerian community, the largest in South Africa, adopted in 2019, a year which saw in October the
was the most affected and suffered the most first Russia-Africa Summit take place in Sochi?
casualties. In retaliation, Nigerians attacked South The two formulas are indeed intertwined. Today’s
African interests in Nigeria, forcing South Africa Russia wants both to capitalize on Africa’s former
to temporarily close its Embassy in Abuja. The relations with the USSR, of which Russia keeps
two heads of state held meetings to bring relations a certain heritage, but Moscow also wants to stay
back to normal after months of heated atmosphere. away from politics and from the spirit of the Cold
War and to present itself as a new partner for
B. Foreign ambitions in Africa Africa.
In terms of trade between Russia and Sub-
Several world big and small powers, traditional Saharan Africa, Russia is far behind the continent’s
or emerging partners seeking economic or traditional partners and even far behind China, the
geopolitical and strategic interests, are rushing to the other newcomer. Until 2018, trade between the
African continent and are increasingly implementing two partners never exceeded $5 billion, an almost
their strategies of influence there. The year 2019 insignificant figure compared to trade between
is no exception to this trend, which has even been Africa, China, India, the United States and the
reinforced. Two major events have marked Africa’s former colonial powers. As in the case of Japan,
relations with foreign partners: one involving a due to this delay, Russia is urged to redouble
power that is trying to maintain its position and the its efforts in order to carve out a place on the
other is a newcomer to the African scene. continent. Does Russia have the means to do so?
Many promises were made in Sochi. The future
• TICAD 2019: Japan is trying to catch up will show us, but already it seems that outside the
Between 2018 and 2019, Japan saw its exports civil nuclear field and the military field – mainly
to Africa reduced by half. Japan’s exports amounted the arms market – Russia cannot, in the near
to nearly $7 billion in 2018, a 50% drop over a future, manage to pose a threat to the economic
decade. Its companies have been far outpaced by interests of the traditional powers and China.
European, American or Chinese companies.
Partie I

Régions

Chapitre 1 : Communauté de développement d’Afrique Australe :


2019, l’année des défis

Chapitre 2 :  L’IGAD, une communauté régionale en difficulté chronique

Chapitre 3 : Chronique géopolitique de la Communauté de l’Afrique


de l’Est

Chapitre 4 : En 2019, les élections présidentielles en Afrique de l’Ouest


n’ont pas conduit à des crises majeures, ou presque

Chapitre 5 : L’Afrique Centrale à l’heure des mythes qui se lézardent


RÉGIONS
Chapitre 1

Communauté de développement
d’Afrique australe : 2019, l’année
des défis
Hajar El Alaoui

La Communauté de Développement d’Afrique australe (CDAA) est constituée


d’un ensemble composite d’Etats devant faire face à quatre défis majeurs : une
urbanisation inégale, une hausse globale du chômage et de la pauvreté, une
croissante insécurité alimentaire, liée au changement climatique, et une intégration
économique régionale disparate. C’est à travers l’analyse des grands traits du
panorama politique des pays d’Afrique australe que l’on observe les évolutions
saillantes enregistrées dans la région en 2019. En effet, malgré la nouvelle
présidence de M. Cyril Ramaphosa, l’Afrique du Sud doit faire face à quatre
grands défis inter-liés  : la corruption, la violence, le chômage, et la récession
économique. « L’exception démocratique africaine », le Botswana, a vu l’élection
de son nouveau président M. Mokgweetsi Masisi, le 1er avril, le deuxième
pays le moins corrompu du continent et le troisième le plus prospère d’Afrique.
Néanmoins, et afin de relancer son économie, le Botswana devra procéder à la
diversification de ses activités économiques. La République démocratique du
Congo a été témoin de ses premières élections pacifistes, Félix Tshisekedi est
alors élu cinquième président de la RDC en janvier 2019. Toutefois, les situations
économique, sanitaire et sécuritaire restent fort préoccupantes. L’Angola, avec à
sa tête João Lourenço, connait deux défis majeurs, la diversification de l’économie
angolaise et la lutte contre la corruption, orientée principalement vers le clan Dos
Santos.
28 / Régions

Composée d’un ensemble de pays aux sud-africaine de 1961 transformant l’Union en une
nombreuses disparités historiques, culturelles République. Cet évènement a été l’un des points
et démographiques, l’Afrique australe, sous déclencheurs des changements dont a été témoin
l’égide de la Communauté de développement la région, à quoi se rajoute l’affaiblissement des
d’Afrique Australe (CDAA), est constituée de puissances coloniales au lendemain des Première
15 Etats membres : l’Afrique du Sud, l’Angola, et Seconde Guerres mondiales.
le Botswana, la République démocratique du C’est au lendemain de la dissolution de
Congo, la Tanzanie, la Zambie, le Zimbabwe, le la Fédération britannique de la Rhodésie et
Lesotho, Madagascar, le Malawi, l’Ile Maurice, du Nyasaland, en 1963, que naît l’actuelle
le Mozambique, la Namibie, les Seychelles et le Zambie (ex-Rhodésie du Nord), le Zimbabwe (ex-
Swaziland. Rhodésie du Sud), le Malawi (ex-Nyasaland).
Le Botswana (ex-Bechuanaland), le Lesotho
Flashback historique : (ex- Basutoland) et l’Eswatini (ex-Swaziland)
déclarent leurs indépendances en 1966. Le Sud-
La diversité de ses Etats membres et de leurs Ouest africain (actuelle Namibie) a été annexé
statuts respectifs repose, historiquement, sur des à l’Afrique du Sud, en 1920, par la Société des
jeux de pouvoir entre les populations locales Nations, après que les colonies allemandes aient
africaines et les colons européens : anglais, été conquises par les troupes, alors britanniques,
portugais et allemands. C’est en 1910 que l’Union de l’Union d’Afrique du Sud, et n’a obtenu son
Sud-africaine, sous mandat britannique, est créée indépendance qu’en 1990. Les deux dernières
avec la mise en place du « South Africa Act », colonies lusophones, l’Angola et le Mozambique
abrogé en 1961 pour laisser place à la Constitution ont déclaré leurs indépendances en 1975.

Présence européenne en Afrique australe à la fin


du XIXe et au début du XXe
RÉGIONS
Communauté de développement d’Afrique Australe : 2019, l’année des défis / 29

La Communauté de Développement d’Afrique l’épanouissement de la Communauté


australe ( CDAA), connue aussi sous son acronyme Economique Africaine (CEA), créée en 1991 dans le
en anglais, la « SADC » pour : Southern African cadre du Traité d’Abuja4, entré en vigueur en 1994.
Development Community, fait partie des huit3 Les thématiques principales de la CEA reposent
communautés économiques régionales reconnues sur l’intégration régionale et le commerce, le
par l’Union africaine (UA). Comme pour toute développement social, politique macroéconomique,
Communauté économique régionale (CER), la les ressources naturelles, l’innovation et
CDAA a pour objectif majeur : la facilitation de technologie, le genre, la gouvernance et la data.
l’intégration économique des pays membres de sa En émanent, alors, les priorités personnalisées de
région, ambitionnant, sur le long terme, l’intégration régionale des pays de la CDAA :

3. 
Les huit communautés régionales sont : l’Union du
Maghreb arabe (UMA), le Marché commun de l’Afrique
orientale et australe (COMESA), la Communauté des l’Autorité Intergouvernementale sur le Développement
États Sahélo Sahariens (CEN–SAD), la Communauté (IGAD) et la Communauté de développement de l’Afrique
d’Afrique de l’Est (CAE), la Communauté économique australe (SADC).
des États de l’Afrique centrale (CEEAC), la 4. 
La Communauté Economique africaine ambitionne
Communauté économique des États de l’Afrique de la création d’un marché commun africain s’appuyant
l’Ouest (CEDEAO), principalement sur les communautés régionales.
30 / Régions

I. L’Afrique australe : un ensemble transformation d’un Etat, puisqu’elle permet la


composite transition d’un pays à faible revenu à un pays
à revenu intermédiaire, d’une région à faible
La région d’Afrique australe se compose d’un croissance à une région interdépendante des pays qui
ensemble hétérogène de par la différence socio- la composent, et d’un continent très peu connecté à
économique et les inégalités socio-spatiales de ses un continent interconnecté. Selon l’Organisation de
Etats membres qui, à différents degrés, doivent Coopération et de Développement Economiques5
faire face à un certain nombre de défis régionaux. (OCDE), le niveau d’urbanisation de l’Afrique
était de 13%, en 1950, contre 50%, en 2015. En
A. Une urbanisation inégale ce qui concerne la région d’Afrique australe, le
niveau d’urbanisation est passé de 17%, en 1950,
La transition urbaine impacte la configuration à 52%, en 2015, avec à la tête, l’Afrique du Sud et
économique, sociale, environnementale et l’Angola, avec plus de 60% d’urbanisation, suivi du
démographique de la croissance et de la Rwanda et du Botswana.

Taux d’urbanisation

Source : Données de l’OCDE

5. 
OCDE/CSAO (2020), Dynamiques de l’urbanisation
africaine 2020 : Africapolis, une nouvelle géographie
urbaine, Cahiers de l’Afrique de l’Ouest, Éditions
OCDE, Paris, https://doi.org/10.1787/481c7f49-fr.
RÉGIONS
Communauté de développement d’Afrique Australe : 2019, l’année des défis / 31

Quelques indicateurs d’emploi en Afrique (%)


Afrique du Nord Afrique Subsaharienne
2015 2019 2015 2019
Taux d’activité Total 46,8 46,3 67,9 68,0
Hommes 72,0 71,1 73,2 73,0
Femmes 21,7 21,6 62,7 63,1
Taux de chômage Total 12,4 11,8 5,9 5,9
Hommes 9,8 9,1 5,6 5,6
Femmes 20,9 20,8 6,2 6,3
Taux d’extrêmes pauvreté des 1,6 1,3 40,1 37,8
travailleurs
Taux de pauvreté modérée des 9,9 9,0 25,2 24,7
travailleurs
Source : Estimations et projections du BIT, 2019

B. Chômage et pauvreté 68,0% et un taux de chômage de 5,9%. Le taux


d’extrême pauvreté des travailleurs s’élève à
Un faible niveau d’urbanisation et un déficit en 37,8% en Afrique subsaharienne, contre 1,3% en
matière d’infrastructures impactent directement 2019 en Afrique du Nord.
les secteurs de développement des Etats, dont
l’emploi. L’Afrique est considérée comme le
continent le plus jeune au monde de par sa
population, puisque 70% de cette dernière ont
moins de 25 ans. La population totale en âge de
travailler (15 ans et plus) en Afrique s’élevait à
763,8 millions, en 2018, dont 602,9 millions
en Afrique subsaharienne et 160,9 millions en
Afrique du Nord6.
D’après les estimations des Nations unies, le
continent africain comptait 16% de la population
mondiale, soit 1,18 milliard d’habitants, en 2015,
il devrait en compter 1,688 milliard, en 2030, et C. I nsécurité alimentaire et
2,489 milliards, en 20507, soit plus de 25 pour changement climatique
cent de la population mondiale. En Afrique
subsaharienne, le taux d’activité totale est de La région d’Afrique australe compte
345 millions d’habitants dont 45 millions de
6. Organisation internationale du Travail, Vers plus personnes8 en proie à une grave insécurité
de justice sociale : façonner l’avenir du travail alimentaire et plus de 11 millions de personnes
en Afrique,2019. https://www.ilo.org/wcmsp5/
groups/public/---ed_norm/---relconf/documents/ sont actuellement confrontées à une situation
meetingdocument/wcms_728089.pdf urgente, principalement en Angola, au Zimbabwe,
7. Commission économique pour l’Afrique, 2017: Examen au Mozambique, en Zambie, à Madagascar, au
des mesures prises par les pays africains pour stimuler
l’investissement intra-africain, aux fins d’un échange
de bonnes pratiques entre Etats membres, Comité de la 8. Programme alimentaire mondial, L’Afrique australe en
coopération et de l’intégration régionales, 10e session, proie à une urgence climatique : 45 millions de personnes
1er et 2 nov. 2017. souffrent de la faim dans la région,
32 / Régions

Population of Food Insecure People

2019/20 Nov 2019 Update


5 Year July 2019 Est Nov 2019 Update As % of
Country 2018/19 As % of As % of
Average 5 Year
Oct’19 – May ‘20 Oct’19-May’20 July 2019 2018/19
average
Angola 869,997 835,831 1,139,064 561,840 49% 75% 65%
Botswana 32,818 35,055 38,300 38,300 100% 319% 117%
DRC 6,379,528 7,249,998 13,100,000 13,240,000 101% 172% 208%
Eswatini 292,728 122,086 232,373 232,373 100% 146% 79%
Lesotho 447,400 308,966 433,410 433,410 100% 141% 97%
Madagascar 1,264,280 1,261,323 916,201 916,201 100% 107% 72%
Malawi 3,037,421 3,306,405 1,126,147 1,062,674 94% 102% 35%
Mauritius
Mozambique 742,077 891,000 1,648,646 1,984,538 120% 633% 267%
Namibia 496,209 257,383 289,644 429,274 148% 54% 87%
Seychelles
South Africa 14,078,034 13,930,354 13,670,000 13,670,000 100% 100% 97%
Tanzania 335,462 417,562 740,000 740,000 100% 624% 221%
Zambia 631,415 954,120 2,330,182 2,330,182 100% 3026% 369%
Zimbabwe 2,188,265 2,423,568 5,529,209 7,731,923 140% 734% 353%
SADC Total 30,542,778 31,993,652 41,193,176 43,370,715 105% 161% 142%

Source: SADC RVAA : Regional Vulnerability Assessment and Analysis Programme

Malawi, en Namibie, à l’Eswatini et au Lesotho. ravagé les récoltes dans cette région extrêmement
A l’échelle mondiale, plus de 820 millions de dépendante de l’agriculture pluviale et des petits
personnes dans le monde souffrent de famine, exploitants agricoles 10».
selon l’Organisation des Nations-unies pour
l’Alimentation et l’Agriculture9 (FAO) en 2019. D. I ntégration économique régionale
Le changement climatique impacte de l’Afrique australe : vers la
directement les Etats dont les économies mondialisation
dépendent principalement de l’agriculture. En
effet, la région d’Afrique australe a été frappée Le PIB de la région représente 25,6%11 du
par une grande sécheresse, la plus sévère depuis PIB du continent dont l’Afrique du Sud contribue
35 ans. Les températures de la région augmentent à elle seule à raison de 68%. L’Afrique australe
deux fois plus vite que la moyenne mondiale. possède l’une des plus vastes réserves au monde
Ainsi, la République démocratique du Congo, le de platine, chrome, vanadium et cobalt ainsi que
Malawi, le Mozambique, la Tanzanie, la Zambie d’uranium, d’or, de cuivre, de titane, de fer et
et le Zimbabwe seront directement impactés de diamants, soit respectivement 50% des réserves
par « la sécheresse persistante, les cyclones mondiales (Vanadium, platine et diamant), 36% de
consécutifs et les inondations ont complètement
10. Ibid.
9. 
Organisation des Nations unies pour l’alimentation 11. African Development Bank, Africa economic outlook
et l’agriculture, l’état de la sécurité alimentaire et de 2019 : Macroeconomic performance and prospects and
la nutrition dans le monde, Programme alimentaire Regional integration and private sector development,
mondial, 2019. 2019.
RÉGIONS
Communauté de développement d’Afrique Australe : 2019, l’année des défis / 33

l’or et 20% de cobalt. Cette richesse contribue au des échanges et des finances, le développement
PIB des pays membres de la région, puisqu’un grand industriel compétitif et diversifié, l’augmentation
nombre d’entre eux dépendent de leurs exportations. des investissements, la création de l’emploi, la
L’Afrique australe a mis en place un marché commun, réduction de la pauvreté afin de permettre aux pays
une zone de libre-échange où l’élimination des membres de la région de s’intégrer dans le processus
barrières non tarifaires devrait favoriser l’intégration de mondialisation. Seule l’Afrique du Sud est
économique des pays membres de la CDAA. Ce « mondialisée » : pays membre des BRICS et du G20.
marché commun a pour objectif le développement Au vu des indicateurs de développement de l’Afrique
économique à travers la facilitation et la libéralisation australe, la région reste fortement inégalitaire.

Indicateurs de développement de l’Afrique Australe


Pays IDH 2018 PIB (milliardsde $) Croissance du PIB (%) Coefficient de Gini11
Afrique du Sud 0,705 368 288,94 0,8 63,0 (2014)
Angola 0,574 105 750,99 -2,1 51,3 (2018)
Botswana 0,728 18 616,02 4,5 53,3 (2015)
Lesotho 0,518 2 738,79 1,1 44,9 (2017)
Malawi 0,485 7 064,97 3,5 44,7 (2016)
Mozambique 0,446 14 717,22 3,4 54,0 (2014)
Namibie 0,645 14 521,71 -0,5 59,1 (2015)
Eswatini 0,608 4 710,62 2,4 54,6 (2016)
Zambie 0,591 26 720,07 3,8 57,1 (2015)
Zimbabwe 0,563 31 000,52 6,2 44,3 (2017)
Source : Données de la Banque Mondiale.

II. G
 rands traits du panorama Menacé de destitution pour cause d’une affaire
politique de l’Afrique australe 12 de capture d’Etat, Jacob Zuma, ancien président,
13
démissionne le 14 février 2018, lui succède, alors,
A. L’Afrique du Sud : 2019, des hauts Cyril Ramaphosa, élu par le Parlement vice-président,
et des bas le 15 février 2018. En fonction depuis cette date-là,
le Président à la tête de l’ANC, est officiellement
C’est en 1994 que le père de la démocratie élu président de l’Afrique du Sud le 22 mai 2019,
Sud-africaine, Nelson Mandela, à la tête de son à la suite des élections générales du 8 mai 2019 où
parti l’ANC (African National Congress, soit le l’ANC a remporté 230 sièges sur les 400 sièges de
Congrès national africain), a gagné les premières l’Assemblée nationale. Cyril Ramaphosa devient
élections multiraciales du pays. 25 ans, plus alors le cinquième président de l’Afrique du Sud.
tard, l’ANC, présidée par Cyril Ramaphosa, est Bien que les élections de 2019 aient été remportées
toujours au pouvoir. par l’ANC, elles ont été révélatrices de l’évolution
des principaux partis de l’opposition qui, d’élections
12. Southern Africa Development community, Mining. en élections, gagnent du terrain et la confiance des
13. Le coefficient de Gini : « L’indice (ou coefficient) de électeurs : l’Alliance démocratique (84 sièges sur
Gini est un indicateur synthétique permettant de rendre 400) et du parti des Combattants pour la Liberté
compte du niveau d’inégalité pour une variable et sur une
population donnée. Il varie entre 0 (égalité parfaite) et 1 économique (l’EFF – The Economic Freedom
(inégalité extrême). Entre 0 et 1, l’inégalité est d’autant Fighters qui ont remporté 44 sièges sur 400).
plus forte que l’indice de Gini est élevé ». – Insee.
34 / Régions

Les principales priorités14 du gouvernement contractée de 1,4%17, au quatrième trimestre


actuel sont: la transformation économique et 2019, contraction causée principalement par la
la création d’emplois, le développement de baisse des activités industrielles et la mauvaise
l’éducation nationale, le développement des gouvernance de compagnies nationales.
compétences et de la santé, la consolidation
des salaires grâce à des services de base fiables B. L
 e Botswana : « l’exception
et de qualité, la mise en place d’une intégration démocratique » africaine
spatiale des instances sud-africaines, la création
d’une cohésion sociale dans l’espace, basée sur Elu président de la République le 1er avril 2018,
des communautés sûres, afin d’assurer «  un Etat Mokgweetsi Masisi est le cinquième président
capable et éthique dans une Afrique et un monde du Botswana. Il a succédé à Ian Khama décédé
meilleurs »15. Les objectifs majeurs sont la mise en le 31 mars 2018, dont il était le vice-président de
place d’un plan de lutte contre la faim, une forte 2014 à 2018 et est membre du Parti démocratique
croissance économique, la création d’emplois pour du Botswana (BDP), parti au pouvoir depuis 54
deux millions de jeunes, une meilleure éducation ans. Considéré comme la démocratie du continent
pour tous et réduire, voire éliminer, la criminalité et un exemple de transparence, le Botswana
et les violences. Si d’importantes évolutions organise des élections quinquennales depuis
sont à noter depuis la fin de l’Apartheid16, il n’en l’indépendance, date à laquelle Sereste Khama, a
reste pas moins qu’un an après son élection, le renoncé à son titre de Roi pour mettre en place
président Sud-africain est toujours confronté aux un régime démocratique. Selon le classement de
problématiques contre lesquelles il a établi ses Transparency International18, le Botswana est
priorités et ses objectifs. le deuxième pays le moins corrompu d’Afrique,
La corruption : L’ex-président Jacob Zuma après les Seychelles.
est toujours poursuivi par la justice pour des
affaires de détournement de fonds et pour 18 • Vers une diversification de l’économie
autres plaintes. Le phénomène de la corruption a botswanaise
touché aussi bien les plus hautes sphères de l’Etat
que le reste des sphères de la société. Le Botswana compte 2,3 millions d’habitants
La violence Il existe en Afrique du Sud deux et un PIB qui s‘élève à 19 milliards de Dollars
formes majeures de violence : la xénophobie, en 2018, soit un PIB par habitant de 8 259$19.
d’une part, et les violences à l’encontre des Le pays a été classé, à la même année, par
femmes et des enfants, d’autre part. la Banque mondiale, comme pays à revenu
Le chômage : D’après l’enquête trimestrielle intermédiaire supérieur. L’économie Botswanaise
sur la population active de l’Institut national de est principalement dépendante des industries
la Statistique Sud-africain, le taux de chômage a extractives. Le secteur minier et la rente
atteint 29,1% soit, 6,5 millions de chômeurs dans diamantifère représentent environ 20% du PIB
le pays. et 80% des exportations du pays, contribuant à
La récession économique : Selon les la réputation du Botswana comme étant l’un des
derniers chiffres du Produit intérieur brut (PIB) pays de la région d’Afrique sub-saharienne ayant
du département des statistiques Sud-africain, l’économie la plus croissante, avec un taux annuel
l’économie Sud-africaine s’est globalement moyen de 5% depuis 2010. Historiquement,
c’est la découverte de gisements de diamants

14. Gouvernement sud-africain : https://www.gov.za/ 17. 


Département des statistiques du gouvernement
issues/key-issues d’Afrique du Sud : Economy slips into recession :
15. Ibid http://www.statssa.gov.za/?p=13049
16. Réduction de l’extrême pauvreté de 11,5 % en 1994 à 18. 
Transparency International, Corruption Perception
5% en 2019. Accès à l’électricité (accessible pour 83% Index 2019, https://www.transparency.org/cpi2019?/
des ménages) ou au logement (79,4 % des ménages news/feature/cpi-2019
résident aujourd’hui dans des maisons en dur). 19. Banque Mondiale
RÉGIONS
Communauté de développement d’Afrique Australe : 2019, l’année des défis / 35

qui a impacté profondément l’économie du C. R


 épublique démocratique du
pays, effet de 1965 à 1990, le Botswana affiche Congo : vers une transition
la croissance la plus rapide de la planète, avec démocratique ?
un PIB progressant à un taux moyen de 13 %20
par an et un PNB par habitant à un taux de 8,5 %. La République démocratique du Congo
L’agriculture représente seulement 2% du PIB et le (RDC) a connu, pour la première fois, lors des
secteur manufacturier représente 5,5% du PIB. Le présidentielles du 30 décembre 2018, des élections
secteur public représente une part très importante pacifistes opposant Emmanuel Ramazani Shadary,
du PIB. C’est, par ailleurs, la raison pour laquelle du Parti du peuple pour la reconstruction et la
le pays doit mener une stratégie visant à favoriser démocratie, Félix Tshisekedie, du parti de l’Union
l’investissement et le développement du secteur pour la démocratie, et le progrès social, et Martin
privé, afin de créer de l’emploi. Les secteurs Fayulu, du parti Engagement pour la Citoyenneté
prioritaires sont alors : l’agriculture, l’industrie et le Développement. Sous la pression de la
et les services qui pourraient être développés par communauté internationale, de l’opposition et des
la Communauté de Développement d’Afrique mouvements citoyens, la Commission électorale
australe. Dans ce sens, l’on observe une montée en nationale indépendante (CENI) a annoncé, le
puissance du secteur du tourisme en 2018, passant 23 décembre 2018, la date des élections. Entre
à 20%, contre 15% en 2010. temps, Joseph Kabila renonce à se présenter
Le Botswana est le troisième pays le plus aux présidentielles le 8 août 2018 et soutient la
prospère d’Afrique, après l’Île Maurice et candidature d’Emmanuel Ramazani Shadary23 à la
les Seychelles, selon le Legatum Institute21. tête du Front Commun pour le Congo (FCC), qui
D’après la même source, le Botswana est classé est une coalition politique regroupant les partis de
globalement au 76ème rang mondial, et 43ème la majorité. A trois jours des élections, le CENI
grâce à sa gouvernance, 46ème grâce à sa qualité annonce le report des scrutins au 30 décembre
économique et 56ème, en ce qui concerne les libertés 2018, à la suite de l’incendie d’un entrepôt à
individuelles. La pauvreté a considérablement Kinshasa où étaient stockées les machines à voter.
diminué au Botswana. « En fait, la part de la Initialement annoncés pour le 6 janvier, les
population vivant avec moins de 1,90 $ par jour résultats des élections ont été rendus publics le 9
à la parité de pouvoir d’achat de 2011 a diminué janvier 2019, proclamant Félix Tshisekedi cinquième
régulièrement, passant de 29,8% à 18,2% entre président de la RDC24, avec 38,56% des voix, à la
2002-2003 et 2009-2010, et à 16,1% en 2015- tête de la Coalition Cap pour le changement, suivi de
2016 »22. Bien que les inégalités restent élevées, Martin Fayulu, à la tête de la coalition Maluka, avec
elles ont néanmoins diminué, selon l’indice de 34,84% des voix et, enfin, Emmanuel Ramazani
Gini qui démontre qu’entre 2010 et 2015, les Shadary, à la tête de la Coalition Front commun
inégalités sont passées de 60,5% à 53,3%, grâce pour le Congo, avec 23,84% des voix. Le 26 août
au développement du secteur rural. Toutefois, le 2019, la présidence a annoncé la composition d’un
taux de chômage est passé de 17,6 % à 20,7%, soit gouvernement de 66 membres.
une augmentation 3,1%. Ainsi, le Botswana doit Situation sécuritaire : Face aux violences
œuvrer en développant ses infrastructures et en persistantes dans l’Est de la République
diversifiant son économie. démocratique du Congo, la MONUSCO25 est

23. Emmanuel Ramazani Shadary son ex-ministre de


l’Intérieur et secrétaire permanent du PPRD au pouvoir
20. UNICEF, Botswana : développement social dans une 24. Succédant à Joseph Kabila, ex-président de la RDC
économie riche en ressources, depuis 2001.
21. Legatum Institute, Prosperity Index, 2019 25. MONUSCO : Mission de l’Organisation des Nations
https://prosperitysite.s3-accelerate.amazonaws. unies en république démocratique du Congo qui
com/8115/8635/0367/The_Legatum_Prosperity_ opère dans le centre et l’est du pays depuis 1999, en
Index_2019.pdf novembre 2019, la MONUSCO comprenait environ
22. Banque mondiale, Pays, Botswana. 20 000 personnes, dont plus de 15 000 militaires ; en
36 / Régions

appelée à renforcer sa coopération avec l’armée D. L


 ’Angola : la lutte contre la
congolaise. En effet, Félix Tshisekedi a annoncé le corruption et la diversification de
renforcement de la sécurité dans l’Est du pays qui l’économie
est déstabilisé par un certain nombre de groupes
armés, le centre, la région du Kasaï connait Marquée par 13 ans de guerre d’indépendance28
également beaucoup de tensions et une forte et 27 ans de guerre civile post-indépendance de
insécurité depuis 2016 créant un mouvement de 1975 à 200229 , opposant le Mouvement populaire
migration inter-régional. de Libération de l’Angola (MPLA), le Front
La Situation sanitaire en RDC est alarmante, national de Libération de l’Angola (FNLA)30
puisque le pays fait face à une épidémie d’Ebola l’Union pour l’Indépendance totale de l’Angola
qui touche l’Est du pays depuis le 1er août 2018 (UNITA), autrefois solidaire contre l’occupation,
et a causé plus de 2266 décès sur un nombre total l’Angola n’a retrouvé la paix qu’en 2002, lors de la
de 345626, ce qui en fait l’épidémie la plus grave signature de l’accord de cessez-le-feu de Luanda.
qui a touché le pays depuis l’apparition du virus C’est en 2017 que João Lourenço, ex-ministre
en 1976. D’autres maladies continuent à faire des de la Défense et vice-président du Mouvement
victimes sur l’ensemble du pays, dont la rougeole populaire pour la libération de l’Angola, accède
et le choléra. au pouvoir à la suite des élections générales du 23
Situation économique, ce n’est qu’à travers août où le MPLA a obtenu 61 % des voix, l’UNITA
la mise en place de mesures visant l’amélioration 26,6 % et CASA–CE 9,5 %. M. Bornito de Sousa,
des conditions de sécurité et d’un appui massif ancien ministre de l’Administration territoriale est
de bailleurs de fonds que la RDC a pu relancer devenu vice-président.
son économie. Toutefois, en raison de la crise Clan Dos Santos versus Lourenço, c’est en
financière de 2008 touchant l’industrie minière, février 2017 que Dos Santos annonce qu’il ne
plus de 90% de ses exportations sont des matières se présentera pas aux élections et que Lourenço
premières, minerais et pétrole, cuivre, cobalt, sera le candidat du MPLA. Néanmoins, et après
zinc et diamant. Le taux de croissance de la RDC son élection, des frictions entre les deux clans
a chuté de 9,5%, en 2014, à 2,4% en 2016, soit commencent lorsque Lourenço s’attaque au
une baisse considérable, mais a augmenté en 2018 népotisme mis en place par Dos Santos qui,
pour atteindre 4,3%. jusqu’alors, reste actif et est toujours président du
La RDC a un énorme potentiel de MPLA. Afin d’annoncer sa retraite après 42 ans
développement hydroélectrique dont uniquement de politique, il convoque un congrès du parti en
un tiers est exploité. Néanmoins, la RDC est le septembre 2018, laissant Lourenço à la tête du
8ème pays le plus pauvre de la planète, selon le parti avec 98,59 % des voix.
FMI, avec un PIB 496$ par habitant en 2018 et qui
n’a rempli aucun objectif du millénaire. La RDC
n’a pas marqué de progrès dans son classement
mondial de l’IDH, qui est de 17927 sur 189 en
2019.

décembre 2019, l’ONU a prolongé le mandat de la


MONUSCO jusqu’au 20 décembre 2020. 28. De 1961 à 1975. A la suite de la « Révolution des œillets
26. Organisation mondiale de la Santé, Maladie à virus » à Lisbonne contre le pouvoir salazariste. Le Portugal
Ebola en République démocratique du Congo, https:// renonce à son empire colonial faisant alors 50 000 morts.
www.who.int/fr/emergencies/diseases/ebola/drc-2019 29. Faisant 1 million de personnes décédées selon les
27. PNUD, Rapport sur le développement humain 2019, estimations
http://hdr.undp.org/sites/default/files/hdr_2019_ 30. Le FNLA s’éclipsera rapidement de la guerre civile pour
overview_-_french.pdf laisser place à un conflit entre le MPLA et l’UNITA.
RÉGIONS
Communauté de développement d’Afrique Australe : 2019, l’année des défis / 37

« Luanda Leaks »31- L’une des priorités du Outre l’affaire Dos Santos, Lourenço a initié
nouveau président Lourenço est d’accélérer le un ensemble de changements des personnalités
programme de lutte contre la corruption. Depuis à la tête des administrations, des banques,
la publication des Luanda Leaks, l’empire Dos des principales entreprises publiques et du
Santos se décompose au fur et à mesure des Fonds souverain et a initié la loi permettant le
révélations et des enquêtes judiciaires aboutissant rapatriement en Angola des capitaux détournés et
au limogeage d’: déposés à l’étranger de façon illégale.
• Isabel Dos Santos32, la femme la plus riche Diversification de l’économie angolaise  :
d’Afrique avec une fortune estimée à 2,3 Riche de par ses ressources naturelles, pétrole,
milliards de dollars en janvier 2019, est gaz, diamants, hydroélectricité, agriculture et
poursuivie pour détournement de fonds, pour pêche, l’Angola dispose d’un important potentiel
son implication présumée dans un réseau économique. Néanmoins, le pays connaît des
de corruption et d’accumulation de manière difficultés économiques, avec un taux de chômage
frauduleuse de sa fortune. Isabel Dos Santos a de 6,9%33, en 2019, et une contraction de 2,1%34
vu le gel de ses avoirs et la justice angolaise lui du PIB qui est la quatrième année consécutive de
réclame 1,1 milliard de dollars ; la récession. Représentant 30% à 40% du PIB et
• Sindika Dokolo, mari d’Isabel Dos Santos 90% des exportations, l’économie angolaise est
et célèbre collectionneur d’art, supposé être très dépendante des hydrocarbures, causant sa
impliqué dans le commerce de diamants principale défaillance, puisqu’elle est impactée
d’Endiama qui est la société nationale de directement par les cours du pétrole. Dans une
diamant d’Angola et poursuivi pour les mêmes logique régionale, l’Angola est membre de la
accusations que son épouse ; SADC dont il a présidé l’organe de paix et de
• José Filomeno dos Santos, fils de José sécurité, de la Communauté économique des Etats
Eduardo dos Santos et frère d’Isabel Dos d’Afrique centrale (CEEAC) et de la Conférence
Santos, qui était à la tête du Fonds souverain internationale sur la région des Grands lacs
angolais doté de 5 milliards de dollars entre (CIRGL). Lusophone, l’Angola est membre de la
2013 et 2017, est soupçonné d’avoir pris part à Communauté des pays de langue portugaise.
une escroquerie qui aurait permis de détourner
0,5 milliard de dollars de l’argent public.

31. « Luanda Leaks » est une enquête coordonnée par le


Consortium international de journalistes d’investigation
(ICIJ) avec 36 médias internationaux partenaires dont
la BBC, le New York Times ou Le Monde révélant plus
de 750 000 documents sur l’affaire Dos Santos. 33. Banque mondiale, taux de chômage.
32. Fille du président sortant José Eduardo dos Santos. 34. Ibid
RÉGIONS
L’IGAD, une communauté régionale en difficulté chronique / 39

Chapitre 2

L’IGAD33, une Communauté


régionale en difficulté chronique
Khalid Chegraoui

La situation politique au sein de l’IGAD souffre encore de ses instabilités chroniques,


sauf pour trois Etats non traités dans ce papier, Uganda, Djibouti et Kenya. Le
reste des pays, à des degrés différents, arrivent tant bien que mal à surmonter les
démons de l’instabilité, tant sur les frontières qu’à l’intérieur des pays. En plus
des challenges climatiques et de développement pour lesquels l’IGAD a été mise
en place. Les constructions nationales restent à faire. Les modèles de gouvernance
restent à entrevoir autrement, dans des configurations adaptées aux nécessités
historiques, culturelles et sociologiques des pays, du moment que les pratiques et
les expériences locales sont sujettes à plusieurs critiques et remises en question.
Les instruments, outils et programmes de l’IGAD mis en place, sont restés au
plan des déclarations sans applications réelles sur le terrain. À voir la situation des
pays constituant l’autorité, on remarque que le grand problème aujourd’hui reste
lié à la sécurité et des Etats et des frontières, en plus des défis des conditions des
gouvernances locales, ajouté à cela l’extrême danger des interventions étrangères
et leur mainmise sur les politiques et les économies de la région.

Introduction35 de l’Est : Autorité intergouvernementale sur la


sécheresse et le développement – IGADD en 1986,
Riche de ses neufs pays à position stratégique, et 34 ans après sa reformulation en institution pour
d’une grande importance sur le plan continental et le développement : Autorité intergouvernementale
international : le Djibouti, l’Ethiopie, l’Erythrée, le pour le développement – IGAD / 1996, dans le
Kenya, la Somalie, le Soudan du Sud, le Soudan et sens d’une plus ample revitalisation et renaissance,
l’Ouganda ; Quarante-quatre ans après avoir pensé celle-ci n’arrive nullement à décoller ni à pouvoir
à mettre en place une structure régionale pour mettre en place ses propres principes et modalités
combattre les méfaits de la sècheresse en Afrique de développement.36

35. Autorité intergouvernementale pour le développement


(IGAD) 36. https://igad.int/about-us/the-igad-region
40 / Régions

• le mécanisme d’alerte précoce et de réponse


aux conflits,
• le centre des prévisions et d’applications
climatiques de l’IGAD,
• le centre de l’IGAD pour les zones pastorales
et le développement de l’élevage,
• l’école technique vétérinaire GAD,
• le centre d’excellence de l’IGAD pour la
prévention et la lutte contre l’extrémisme
violent.
Tout cela a été constitué en une dizaine de
programmes objectifs dont presque rien n’a été
réalisé :
• Promouvoir des stratégies conjointes de
développement et harmoniser progressivement
les politiques et programmes macro-
économiques dans les domaines social,
technologique et scientifique ;
• Harmoniser les politiques en matière de
commerce, des douanes, des transports,
des communications, d’agriculture et des
ressources naturelles, et de favoriser la libre
circulation des biens, des services et des
personnes dans la région ;
• Créer un environnement favorable pour
le commerce et les investissements
Les instruments et outils mis en place depuis transfrontaliers et domestiques ;
la charte de l’institution adoptée à Nairobi le 21 • Réaliser la sécurité alimentaire régionale et
mars 1996, sont restés au plan de déclarations encourager et soutenir les efforts des États
somptueuses sans applications réelles sur le terrain. membres pour lutter contre la sécheresse et
En plus des défis climatiques et de développement les autres catastrophes naturelles et d’origine
pour lesquels l’IGAD a été mise en place, à voir humaine et leurs conséquences ;
la situation des pays constituant l’autorité, on • Initier et promouvoir des programmes et des
remarque que le grand problème aujourd’hui reste projets visant à assurer la sécurité alimentaire
celui lié à la sécurité et des Etats et des frontières, régionale et le développement durable des
en plus des défis des conditions des gouvernances ressources naturelles et la protection de
locales, sujettes à plusieurs critiques et remises en l’environnement, et encourager et soutenir les
question. efforts des États membres pour lutter contre la
Ces dernières années, l’IGAD a mis en place sécheresse et les autres catastrophes naturelles
plusieurs programmes essentiels à sa bonne ou d’origine humaine et leurs conséquences ;
marche : • Développer et améliorer une infrastructure
• L’Initiative de l’IGAD pour la résilience et coordonnée et complémentaire dans
la durabilité face aux catastrophes dues à la les domaines des transports, des
sécheresse (IDDRSI) ; télécommunications et de l’énergie dans la
• la migration, la santé, la sécurité et la région ;
gouvernance territoriale ; • Promouvoir la paix et la stabilité dans la région
• la mise en place d’institutions et d’instruments et créer des mécanismes au sein de la région
spécialisés et dédiés à ces secteurs dont ; pour la prévention, la gestion et la résolution
RÉGIONS
L’IGAD, une communauté régionale en difficulté chronique / 41

des conflits interétatiques et intra-étatiques à En image générale pour les pays l’IGAD,
travers le dialogue ; l’instabilité chronique de la majorité des Etats et
• Mobiliser des ressources pour la mise en œuvre les problèmes frontaliers, presque insolubles, et
des programmes d’urgence, à court, moyen et des situations internes explosives à tout moment,
long termes dans le cadre de la coopération en sont le dénominateur commun.
régionale ;
• Promouvoir et réaliser les objectifs du Marché I. Le Soudan du Sud, une guerre
commun de l’Afrique australe (COMESA) et civile qui continue
la Communauté économique africaine ;
• Faciliter, promouvoir et renforcer la Depuis son indépendance, en 2011, à la
coopération dans le développement de la force des armes et des interventions étrangères,
recherche et de l’application de la science et le Soudan du Sud n’arrive pas à se concrétiser
de la technologie. en Etat-Nation uni et qui arrive à régler ses
contradictions dans la paix et la sérénité. S’il
y a eu guerre d’indépendance, le même moyen
sera usité afin de gérer les espaces de pouvoir et
imposer certains partages. Le conflit est intensifié
par des relents d’égo personnels de leadership sur
base de contradictions intellectuelles, culturelles et
sociales qui vont prendre des formes et des réalités
ethniques et tribales : entre principalement, les
Dinkas, l’ethnie majoritaire du résident Salva Kiir,
et les Nuers, l’ethnie de Riek Machar.

Riek Machar et Salva Kiir

En plus des problèmes de développement


concernant l’ensemble des pays, certes à des degrés
différents, la question de la sécurité reste la plus
culminante et les touche de manière globale. Un
peu moins pour l’Etat de Djibouti qui reste le plus
stable théoriquement, pour des raisons multiples,
liées à son statut d’Etat équilibre à l’international,
et par le fait de la présence des forces et des bases
militaires étrangères sur son territoire. Et plus pour
le Soudan du Sud et la Somalie qui connaissent Cette indépendance est aussi à l’origine de
des troubles internes à multiples facettes, le cette instabilité chronique qui se réalise dans
Kenya qui souffre de son voisinage somalien, la rivalité entre le président Salva Kiir et son
et l’Ethiopie qui est en reconstruction mais qui principal opposant et ancien vice-président Riek
doit gérer les contradictions internes, en relation Machar. En fait, à l’origine du problème il y a
avec son système de gouvernance et sa transition plusieurs raisons :
démocratique, et, externes, sur ses frontières • Le manque d’infrastructures, la dépendance du
avec la Somalie et l’Erythrée, l’Ouganda, de nord et de l’aide internationale, c’est un pays
même, n’est pas loin de ses contradictions où il faut tout construire ;
frontalières et ses interventions dans les politiques • L’impossibilité, de par son enclavement, de
environnementales. gérer convenablement ses richesses pétrolières
42 / Régions

sans intervention de ses deux voisins côtiers, le et ce en mai 2019.37 Reste le problème des réfugiés
Soudan de Khartoum et le Kenya ; et des déplacés qui dépassent les deux millions sur
• La présence de rebellions, nées des scissions au 12 millions d’habitants, dans les pays voisins et à
sein de l’APLS (Armée populaire de libération l’intérieur du pays, avec un retour sous l’égide du
du Soudan), soutenues apparemment par le Haut-Commissariat pour les Réfugiés des Nations
régime de Khartoum ; unies (HCR) de seulement 15944 dans leur pays
• Trop d’interventions et d’acteurs étrangers : et leur territoire. D’autres chiffres parlent du
Afrique du Sud, Chine, Egypte, Israël, Kenya, retour de masses plus grandes sans possibilité de
Ouganda, Soudan, USA, … ; vérification.
• Une société non homogène sur le plan culturel La situation est restée très difficile avec
et social (Le Soudan du Sud est constitué de beaucoup de doutes de préserver une paix très
plusieurs tribus et langues dont les : Dinka, fragile , à cause de plusieurs attaques, cette fois
Nuer, Nubien, Latuko, Shilluk, Zande …), contre les forces gouvernementales, de manière
en plus du devoir de construire et de réaliser sporadique, certes. Les opinions très optimistes
l’idée d’Etat qui reste à faire en dehors du des médiateurs de l’IGAD et des Nations unies
Soudan de Khartoum et en dehors du père avec la Mission des Nations unies au Soudan du
fondateur, le colonialisme britannique, et loin Sud (MINUSS) et des protagonistes eux-mêmes
des influences des néocapitalismes américain pour une probable paix des braves avec des leçons
et Sud-africain ; bien apprises des dernières années de combats et
• La présence de plusieurs religions de rivalités restent de rigueur. Avec l’afflux de
monothéistes et variantes de l’animisme : certaines aides conséquentes, cette fois plus de
fétichisme, totémisme, paganisme, l’islam, la part de la Chine et de l’Egypte, les médiateurs
le christianisme, avec toutes ses variantes, tentent d’y voir des lueurs d’espoir. L’entrée en
principalement les nouvelles églises scène de ces deux pays sur l’échiquier du Soudan
évangélistes d’obédiences américaine et du Sud, en relation avec les questions de l’Afrique
coréenne… de l’Est et de la Corne de l’Afrique, nous annonce
Pour la situation actuelle, la rivalité entre les un changement de paramètres et signaux de retrait
deux protagonistes a donné lieu à plusieurs rounds d’autres forces de cette même scène.
guerriers depuis décembre 2013, et plusieurs
sessions de négociations depuis 2016, sans II. Le Soudan : la fin d’al Bachir
interruption jusqu’à nos jours. Et afin de mettre
en place les accords du 12 septembre 2018, qui Au Soudan, et après 26 ans d’un pouvoir
ne sont en réalité qu’une reprise des accords autoritaire d’obédience islamiste, al Bachir perd
non respectés de 2016, et suite aux tensions qui son dernier round au pouvoir de Khartoum. La
ont continué tout au long du dernier trimestre de cherté du coût de la vie et la situation désastreuse
l’année 2018 et au long de 2019, les deux parties de l’économie soudanaise, principalement après
ont signé les accords de septembre 2019, afin de 2011, date de l’indépendance du Soudan du Sud
réaliser les opérations de cantonnement des forces qui a fait perdre à Khartoum ses puits de pétrole
de l’opposition, ainsi que la réforme des forces du sud, la chute des prix des matières premières
gouvernementales. Cette opération ne s’est pas en plus des guerres et des conflits internes au
réalisée comme convenu, ni en 2016 ni en 2018. Darfour, tout ça a eu raison du régime complexe
L’année 2019 ne verra se réaliser que moins de et tentaculaire d’al Bachir.
50% des objectifs de l’IGAD dans ce processus de Les émeutes provoquées par la hausse des prix
paix, avec une double prolongation de la période des denrées alimentaires dans la localité d’Atbara
de pré-transition et de transition dont la première vont se propager dans la majorité des localités
phase s’est terminée sans grands résultats sur le soudanaises. La révolte de la population de cette
cantonnement et la réforme des forces de sécurité,
37. Rapport du Secrétaire général sur la situation au Soudan
du Sud (S/2019/491)
RÉGIONS
L’IGAD, une communauté régionale en difficulté chronique / 43

ville revient à son importance dans la conscience militaires et opposition civile ont donné lieux
ouvrière et syndicale au Soudan.38 Le mouvement à une période de transition de deux ans et à un
sera vite repris par la jeunesse, les universités et partage du pouvoir, plus ou moins équitable, mais
la majorité de la population. Avec un regain de qui maintient les intérêts de la partie militaire
conscience politique et de développement des sans offusquer les demandes de l’opposition.
slogans et des demandes qui démontrent un niveau Le règlement dénote d’une grande intelligence
élevé de l’argumentation politique et un stade de des deux parties, afin de permettre une fin très
résilience, atteint par la population devant les appréciée de la révolte contre le président al
exactions et la gabegie du pouvoir d’al Bachir et Bachir et son régime, sans toucher aux piliers
de sa garde prétorienne et ses bases islamistes, qui restent : la sécurité militaire et l’armée, ainsi
qui ont dévié des courants tant imposants de ces que leurs relations exogènes imposantes avec les
mêmes islamistes considérés comme très éclairés pays du Golfe et l’Egypte et qui maintiennent leur
dans le monde arabe et musulman. zones d’influence à Khartoum.
La révolte va continuer jusqu’à la déposition
du président al Bachir le 1 mars 2019, par III. L’Ethiopie : la gestion des
l’intervention de ses alliés ; les militaires contradictions
qui ont vu dans le mouvement un plus grand
danger concernant leurs intérêts. De plus, les « Après plusieurs années de manifestations
interventions multiples sur la scène soudanaise, anti-gouvernementales, M. Abiy a été nommé
principalement des pays arabes du Golfe et de Premier ministre en avril 2018 par la coalition
l’Egypte, ont activé la destitution d’al Bachir et au pouvoir depuis 1991, le Front démocratique
le retour aux négociations avec l’opposition. Ce révolutionnaire du peuple éthiopien (EPRDF) ».39
qui a démontré un grand sens de l’organisation et
de pragmatisme de la part des protagonistes, afin
Le Premier ministre Abiy Ahmed Ali
de dépasser l’imposante présence des pays du
Golfe dans le dossier : les Emirats arabes unis et
l’Arabie saoudite avec l’Egypte, pour le soutien
des militaires, et la présence du Qatar et de la
Turquie, pour le soutien de l’opposition.
Les militaires s’activeront pour dépasser
la situation de coup d’Etat vers une période de
transition, par laquelle ils cèderont, en principe, le
pouvoir à une autorité démocratique. Le transfert
d’al Bachir en prison le 16 avril 2019, en plus de
l’arrestation de plusieurs proches du sérail, sans
pour autant toucher les services de sécurité qui
l’ont maintenu au pouvoir. Le 19 août a débuté son
procès qui a donné lieu à sa condamnation pour
plusieurs faits à deux ans de prison, dans l’attente
d’autres procès dont le plus important est celui des
exactions commises sous ses ordres dans le conflit
du Darfour.
D’un autre côté, les négociations entre

38. 
Le Soudan est connu par ses mouvements socio-
islamistes, démocrates sociaux, marxistes et
syndicalistes bien implantés dans les sphères
intellectuelles et administratives du pays, leurs présence 39. h ttps://www.lemonde.fr/afrique/article/2019/12/16/
et expérience historiques leur a préservé une certaine en-ethiopie-les-tensions-pourraient-entrainer-le-report-
indépendance et de l’action et de l’esprit. des-elections_6023020_3212.html
44 / Régions

Voulant reprendre le système d’Etat et le faire Vers le compliqué zéro problème avec
sortir de sa continuité marxiste et le tout planifié, le voisinage
sans beaucoup de retours et d’impact pour l’instant
sur l’état social et économique de la population, Deux questions ont été au sommet des intérêts
la politique du nouveau Premier ministre Abiy de l’Ethiopie dans ses relations avec le voisinage :
Ahmed Ali est, malgré tout, en train de changer La relation avec l’Erythrée qui semble prendre
le paysage politique et économique de l’Ethiopie. un virage très important après vingt ans de guerre
Abstraction faite des projets de développement et de confrontations, avec presque 137000 morts et
industriel et d’infrastructure, le pays souffre plusieurs milliers de déplacés. Cette guerre a fait
encore de sa dépendance des importations de perdre à l’Ethiopie son côté maritime, comme elle
l’étranger. La continentalité de l’Ethiopie, en a rendu Addis-Abeba dépendante exclusivement
plus de sa géographie complexe, sa population du port de Djibouti. L’œuvre du Premier ministre
en augmentation, ses conflits interethniques et est en train de se concrétiser depuis la signature de
inter-idéologiques, et son voisinage instable et la déclaration conjointe de paix et d’amitié entre
conflictuel, rendent l’ensemble des actions en vue l’Erythrée et l’Ethiopie entre Isaias Afwerki et Abiy
de sortir le pays de son image de pays parmi les Ahmed le 9 juillet 2018, la réconciliation a permis,
plus pauvres, difficiles à réaliser. aussi, à l’Erythrée de retourner à l’IGAD qu’elle a
Nonobstant ces faits, l’Ethiopie est arrivée quittée en avril 2007. Rappelons que la réconciliation
en peu de temps à s’ériger comme modèle d’un s’est faite aussi grâce aux interventions des pays du
nouveau tigre africain à l’asiatique. Certes, trop Golfe très influents dans la région, principalement
dépendant de ses partenaires, chinois et indien, ainsi l’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis. Aussi,
que du marché occidental. L’Ethiopie consacre la réconciliation, ajoutée au regain économique
une politique très agressive dans l’ensemble des libéral inauguré par le nouveau Premier ministre,
domaines de prédilection de l’Etat : va permettre la mise en service, pour le grand
• L’agriculture, pour éradiquer la famine, bonheur de l’économie éthiopienne, des deux ports
et pouvoir exploiter à fond les ressources d’Assab, sur la mer Rouge, au sud de l’Érythrée, et
hydrauliques et agronomiques ; de Massawa, au nord.
• l’industrie, à travers de nouvelles infrastructures Ainsi, le changement opéré par Abiy Ahmed
électriques, chemins de fer et parcs ; Ali vers plus de libéralisme économique a eu, en
• l’enseignement, en partant de deux universités 2019, un impact substantiel vers une concrétisation
vers plus de 40 … et, en dernier lieu ; du hub éthiopien en Afrique.
• l’Ethiopie est arrivée, pour l’instant, à D’un autre côté, la relation avec l’Egypte, à
s’imposer comme véritable hub africain et cause du Barrage la Renaissance, ne cesse de se
panafricain. compliquer. Les négociations n’ont rien donné.
Cette situation interne va s’accompagner par des Et elles semblent aller vers une éternisation de
actions à l’étranger sous le leadership du nouveau la question, tant l’Egypte n’a plus les moyens
Premier ministre Abiy Ahmed. L’intervention et la de sa politique étrangère agressive d’antan, ni
présence en Somalie va continuer sans pour autant l’Éthiopie, d’ailleurs, pour effectivement mettre
pouvoir résoudre la complexité de la question en place l’ensemble des structures du barrage pour
somalienne. La reprise des relations avec le voisin aller vers le remplissage et la véritable relance de
récalcitrant, l’Erythrée, et tenir tête à l’Egypte et la production électrique. Cette dernière semble
reprendre la main sur les eaux du Nil. Et, enfin, se compliquer, vu un des grands défauts de la
s’ériger en véritable capitale du continent africain politique éthiopienne celui d’une planification
avec des expériences et des entreprises fleurons du à outrance sans pour autant déterminer les
passé et du présent de l’Ethiopie qui revit la gloire modalités et les sources de mise en exploitation
de l’empire, tel l’Ethiopian Airlines. post-construction, l’exemple en ce sens de la
construction de plusieurs sucreries en même
temps, en l’absence d’agriculture sucrière, est
RÉGIONS
L’IGAD, une communauté régionale en difficulté chronique / 45

toujours présent dans les esprits.40 Unis sur la scène somalienne, à travers presque
Reste le grand problème éthiopien, celui de 50 Operations militaires contre des groupements
pouvoir effectivement relancer l’Etat fédéral, en dits terroristes en Somalie, d’autres sources
se basant sur un véritable modèle démocratique parlent de plus de 100 opérations menées par les
adapté aux spécificités historiques, culturelles et Américains sur le sol somalien avec beaucoup de
matérielles du pays. Les contradictions ethniques dégâts collatéraux,42. Pour rappel, les Américains
semblent persister principalement entre les sont toujours présents en Somalie dans leur base
groupes qui contrôlent la chose politique étatique, de Baledogle.43
à savoir les Amhara et les Oromo. Les violences S’ajoute à cela, le manque d’efficacité et des
et risques intercommunautaires, pour différentes Nations unies et de l’Union africaine (UA) pour
raisons, continuent à compliquer la bonne marche résoudre les problèmes somaliens qui deviennent
de l’Etat. Beaucoup de critiques vis-à-vis de la chroniques.
politique économique libérale du Premier ministre
Abyi Ahmed, adossé à des tendances centralistes Conclusion
de son administration, sont derrière les violences
et les oppositions, abstraction faite des rapports Il est certain que la situation politique au
interethniques et religieux ancestraux. sein de l’IGAD souffre encore de ses instabilités
devenues presque chroniques, sauf pour trois Etats
IV. La Somalie, l’éternel bourbier non traités dans ce Papier, l’Ouganda et le Djibouti
et, avec beaucoup de sursis, le Kenya. Par contre,
Malgré les annonces et les prédictions des le reste des pays, à des degrés divers, arrivent à
Nations unies sur de possibles trajectoires surmonter les démons de l’instabilité, tant sur les
positives du processus de paix et de pacification de frontières qu’à l’intérieur des pays.
la Somalie, la situation reste très critique et semble Les constructions nationales restent à faire.
insoluble.41 Et pour plus de concrétisation, les modèles de
• En plus des interventions étrangères sur son gouvernance restent à entrevoir autrement dans des
sol de la part de pays africains et autres, la configurations adaptées aux nécessités historiques,
Somalie souffre de plusieurs maux : culturelles et sociologiques de la naissance de tous
• Son conflit historique avec l’Ethiopie ; ces pays. Sauf pour le cas de l’Ethiopie qui, à la
• Son conflit frontalier, principalement maritime, différence du reste des pays de l’IGAD, vit un
avec le Kenya ; trop-plein de l’histoire et de légitimité politique
• Le séparatisme effectif aujourd’hui au régionale, continentale et internationale, mais qui
Nord, en Somaliland, en train de réussir sa n’arrive pas encore à instaurer ni un fédéralisme
construction étatique, avec l’aide de plusieurs réussi ni un centralisme imposant par la nouvelle
pays en Afrique sans le déclarer, ce qui rend équipe dirigeante et qui ne plait pas toujours à
impossible, pour l’instant, toute option de l’ensemble des communautés du pays.
réunification ;
• La persistance du terrorisme des Chebabs ;
• Les contradictions internes à l’Etat fédéral ;
• La centralité de la capitale Mogadishu ; 42. h ttps://www.lemonde.fr/afrique/article/2019/03/25/
• Les risques de regain de la piraterie. la-guerre-massive-des-etats-unis-en-
Et plus encore sont tous des ingrédients qui somalie_5441099_3212.html
alimentent sans cesse le feu. 43. « La base de Baledogle, située à 100 km au nord-
ouest de Mogadiscio. Officiellement, c’est un camp de
S’ajoute à cela, le retour médiatique des Etats- l’armée nationale somalienne (SNA). Sauf qu’il abrite
aussi des conseillers américains chargés de former les
commandos somaliens et une piste de décollage pour
40. h ttps://www.lesechos.fr/monde/afrique-moyen- des drones militaires. Ils seraient entre 550 et 800
orient/lethiopie-le-tigre-africain-qui-etonne-le- militaires américains à Baledogle »https://www.la-
monde-511307 croix.com/Monde/Afrique/Somalie-feu-larmee-americ
41. https://www.un.org/press/fr/2019/cs13821.doc.htm aine-2019-10-04-1201051920
46 / Régions

Bibliographie

• Regional Focus on the Intergovernmental Authority On Development (IGAD) Member States,2019,


https://www.fsinplatform.org/sites/default/files/resources/files/IGAD%202019%20online.pdf
• Military expenditure and security outcome convergence in African regional economic communities:
evidence from the convergence club algorithm, Peace Economics, Peace Science and Public Policy |
Volume 26: Issue 1
• RAPPORT SUR L’ÉTAT DE LA RÉGION DE L’IGAD, 2016,
• https://igad.int/documents/11-igad-state-of-the-region-in-french/file
• STRATÉGIE RÉGIONALE DE L’IGAD, vol 1
• https://igad.int/documents/12-igad-framework-in-french/file
• STRATÉGIE RÉGIONALE DE L’IGAD, vol 2
• https://igad.int/documents/13-igad-implementationplan-in-french/file
• IGAD, Political Settlements and Peace building in South Sudan: Lessons from the 2018 Peace Negotiation
Processes.
• h t t p s : / / w w w. k a s . d e / c / d o c u m e n t _ l i b r a r y / g e t _ f i l e ? u u i d = a a 8 11 8 e b - f 1 b 8 - 5 8 4 5 - b 6 2 8 -
606fd3c17361&groupId=280229
RÉGIONS
Chronique géopolitique de la Communauté de l’Afrique de l’Est / 47

Chapitre 3

Chronique géopolitique de la
Communauté de l’Afrique de l’Est
Jamal Machrouh

Pour la Communauté de l’Afrique de l’Est, l’année 2019, s’est inscrite dans


un schéma classique d’avancées soutenues vers davantage d’intégration
communautaire, comme en témoignent les discussions par les chefs d’Etat
portant sur le projet de doter la Communauté d’une Constitution confédérale,
et la permanence de fractures politiques intra-étatiques ( Burundi et Soudan du
Sud) et interétatiques ( Rwanda/Burundi et Rwanda/Ouganda) qui concernent
pas moins de la moitié des six pays membres de la Communauté. Ceci dans un
système relationnel international de la Communauté marqué par la place de plus
en plus prépondérante de la Chine et l’arrivée du Qatar qui comporte le risque
d’importation de la rivalité entre les monarchies du Golfe à la région.

La structuration des rapports économiques et Etats membres, à savoir : le Burundi, le Kenya,


politiques dans le continent africain est rythmée l’Ouganda, le Rwanda, le Soudan du Sud et la
par deux dynamiques qui diffèrent par leur nature Tanzanie. La CAE couvre une superficie de 2,5
mais convergent par leur objectif. D’un côté, millions de kilomètres carrés pour une population
une dynamique globale chapeautée par l’Union totale de 184 millions. Le Produit intérieur brut
africaine (UA) et qui se donne comme objectif final (PIB) cumulé des six Etats membres était, en 2018,
l’établissement d’une Communauté économique de l’ordre de 190 milliards de dollars américains.44
africaine. De l’autre, une dynamique régionale, Les premières tentatives d’intégration dans la
conduite par des Communautés économiques région remontent aux années soixante, c’est-à-dire
régionales, qui répond à une philosophie de immédiatement après l’accession à l’indépendance.
réalisme et de graduation dans la réalisation des Cependant, ’architecture institutionnelle
objectifs continentaux. actuellement en place remonte à peine à l’année
La Communauté de l’Afrique de l’Est (ci-après 2000, ce qui fait de la CAE la communauté
la CAE ou la Communauté) est l’une des huit économique régionale la plus jeune d’Afrique.
Communautés économiques régionales reconnues
par l’Union africaine. Elle est composée de six 44. Statistiques de la Banque mondiale (exception faite
pour le PIB du Soudan du Sud)
48 / Régions

Schématiquement, l’histoire d’intégration dans avec la mise en place d’un Marché commun fondé
la CAE oscille entre des avancées remarquables sur cinq libertés (libre circulation des personnes,
dans les domaines institutionnel et normatif des biens, des services, des travailleurs et des
et des insuffisances notables au niveau des capitaux), et deux droits (le droit de résidence et
réalisations politiques et économiques. L’année le droit d’établissement). Plus encore, en 2013,
2019, que ce papier se propose d’en présenter les dirigeants de la Communauté ont adopté un
et d’en analyser les principaux événements protocole portant sur la création d’une monnaie
géopolitiques, ne déroge pas à cette règle. Ainsi, unique. La monnaie communautaire devrait être
durant cette année, les chefs d’Etat ont discuté effective dans un délai de dix ans, c’est-à-dire en
d’un projet de constitution pour la Communauté, 2024.
ce qui témoigne de la bonne santé du processus Cette performance normative et
d’intégration régionale (I) au moment même institutionnelle explique, en bonne partie, la
où la moitié des membres s’échangeaient des longueur d’avance enregistrée par la CAE
accusations d’agression et d’ingérence dans les dans le processus d’intégration régionale en
affaires intérieures, ce qui prouve la permanence Afrique. Selon l’Indice d’Intégration régionale
des obstacles politiques structurels (II), le tout en Afrique de 2019,45 la CAE enregistre le score
dans un système relationnel international de la d’intégration le plus élevé dans le continent.
Communauté en pleine recomposition (III). Pour évaluer le degré d’intégration dans les
huit Communautés économiques régionales,
I. 
Des avancées dans le processus l’Indice utilise 16 indicateurs regroupés en cinq
d’intégration régionale dimensions, à savoir : l’intégration productive,
l’intégration macroéconomique, l’intégration
commerciale, l’intégration des infrastructures et
East African ommunity la libre circulation des personnes. Le score global
réalisé par la CAE est de 0,537. La communauté
affiche ses meilleures performances dans la
dimension de la libre circulation des personnes
avec un score moyen de 0,664, talonnée par la
dimension d’intégration macroéconomique, avec
un score de 0,660. Cette performance globale de
la Communauté en matière d’intégration se trouve
renforcée par les performances individuelles de
deux de ses membres, à savoir le Kenya et le
Rwanda. Selon le même rapport, le Kenya est le
deuxième pays le plus intégré en Afrique, juste
Source: DW derrière l’Afrique du Sud, le champion en la
matière. Quant au Rwanda, il arrive en troisième
La CAE est la plus jeune Communauté position, juste avant le Maroc.
économique régionale d’Afrique. Elle est surtout L’année 2019 conforte un tel élan positif
l’une des plus dynamiques du continent. Cinq d’intégration dans la CAE. Trois éléments
années seulement ont été nécessaires aux pays pourraient être cités en guise d’illustration.
membres pour adopter la forme de l’Union Premièrement, les discussions entre les chefs
douanière. Une union prévoit non seulement d’Etat lors de la 20ème Conférence au sujet
l’élimination des barrières douanières entre les d’une constitution pour la Communauté. Une
pays membres de la Communauté mais aussi,
l’application d’un Tarif extérieur commun vis-à- 45. L’Indice de l’intégration régionale en Afrique (IIRA)
est une publication conjointe de la Commission de
vis des partenaires commerciaux étrangers. Une l’Union africaine (CUA), de la Banque africaine
deuxième étape importante fut franchie en 2010, de Développement (BAD) et de la Commission
économique pour l’Afrique des Nations unies (CEA).
RÉGIONS
Chronique géopolitique de la Communauté de l’Afrique de l’Est / 49

constitution qui modifierait substantiellement la d’Intégration régionale en Afrique de 2019 place


structure politique de la CAE avec, à terme, la la CAE au premier rang au niveau continental, il
fondation d’une Confédération. Deuxièmement, montre également que ceci tient essentiellement à
la désignation par les chefs d’Etat du nouveau la performance positive au niveau de l’indicateur
président de la Cour de Justice de la Communauté mesurant la libre circulation des personnes et celui
(EACJ). Il s’agit de la juge Souda Mjasiri dont de l’intégration macroéconomique. Toutefois, sur
le mandat a commencé le 13 février. Deux jours les trois autres indicateurs, les performances de la
plus tard, les nouvelles règles de procédures de la CAE sont négatives. Ensuite, l’analyse du rapport
Cour sont entrées en application. Troisièmement, fait état d’un décalage considérable parmi les six
l’organisation en Ouganda des exercices membres de la CAE en matière d’intégration. Si le
militaires réunissant les armées de tous les pays Kenya et le Rwanda se situent dans les premières
membres. Il s’agit de la 12ème édition du EAC joint places africaines, le Soudan du Sud et le Burundi
Command Post Exercice (CPX). Un programme occupent les toutes dernières positions. Par
qui s’inscrit dans le cadre du protocole de ailleurs, le volume d’échanges commerciaux dans
coopération en matière de défense. Plus de 360 la Communauté demeure assez réduit, y compris
membres appartenant aux corps de l’armée, de comparativement aux autres régions économiques
la police et des services de l’immigration ont africaines.
participé à ces exercices militaires du 4 au 17 Ces insuffisances, obstacles importants dans
novembre 2019. le processus d’intégration dans la CAE, sont
Néanmoins, le bilan de l’intégration dans la exacerbées ou, peut-être, expliquées par les
CAE mérite d’être nuancé. Quatre insuffisances tensions politiques permanentes qui traversent la
notables sont à relever. D’abord, si l’Indice région.

Commerce à l’intérieur des communautés économiques régionales d’Afrique,


2010-2012 et 2014-2016 (En milliards de dollars et en pourcentage du commerce africain total)

Source : Calculs de la CNUCED, d’après des données de Harvard University, 2018


50 / Régions

II. La permanence des facteurs de au pouvoir. Une telle pratique prive les citoyens
tensions politiques de la possibilité de vivre une véritable alternance
politique, participe à l’exacerbation des tensions
Une double fracture compromet la marche de entre l’opposition et le pouvoir, et génère une
la CAE vers une véritable et complète intégration. situation de violence politique.
La première catégorie de fracture est relative à Toutefois, coup de théâtre, le président
l’instabilité de nombreux régimes politiques des burundais a déclaré en juin 2019 qu’il ne se
pays de la Communauté. La deuxième forme de représenterait pas aux élections de 2020. S’agit-
fracture concerne les relations difficiles et, parfois, il là d’une prise de conscience des conséquences
hostiles qui marquent les rapports de la moitié des négatives qui ont plombé la vie politique et
six pays membres de la Communauté. socioéconomique de son pays ? Des observateurs
Au niveau de la première catégorie de fracture ont souligné que si la déclaration du président parait
politique, celle relative à l’instabilité politique être sincère, celui-ci cherchera indubitablement à
de certains pays membres de la Communauté, le vouloir garder une influence décisive sur la scène
Burundi et le Soudan du Sud ont fait figure de politique nationale, notamment en proposant une
prou pendant l’année 2019. personnalité de confiance comme candidat à sa
L’instabilité politique au Burundi sévit depuis succession et en demeurant président du parti.
2015, lorsque président sortant, Pierre Nkurunziza, Au Soudan du sud, la situation politique,
a imposé sa candidature pour un troisième mandat économique et humanitaire est dramatique.
en violation de l’article 96 de la Constitution de Moins de deux ans après son indépendance, en
2005, qui limitait les mandats du président à deux. 2011, le pays a sombré dans une guerre fratricide
Ce premier point de discorde a été accentué en mai qui a coûté la vie à des centaines de milliers de
2018, suite à une réforme constitutionnelle qui a personnes et forcé pas moins de quatre millions
supprimé la limite de deux mandats présidentiels à chercher refuge chez les pays voisins. Sous
et a augmenté la durée de chaque mandat à sept l’égide de l’Autorité intergouvernementale pour le
ans. Les affrontements entre les partisans du Développement (IGAD) , un accord de paix a été
président et ceux de l’opposition avaient causé signé entre le président Salva Kiir et son principal
plus de mille morts et 400 000 réfugiés politiques opposant, Riek Machar. L’Accord prévoyait un
dans les pays voisins. Les atteintes aux libertés cessez-le- feu, le maintien de Salva Kiir au poste
politiques et civiques ont été largement relatées de président, la désignation de Riek Machar au
par l’ONU, la Cour pénale internationale et les poste de premier vice-président, la fusion de tous
ONG humanitaires. Ce climat politique tendu les groupes armés au sein d’une armée nationale et
a poussé l’émissaire de l’ONU pour le Burundi, la formation d’un gouvernement d’unité nationale,
le Burkinabé Michel Kafando, à présenter sa au plus tard le 12 mai 2019.
démission au Conseil de Sécurité le 30 octobre Toutefois, à la fin de 2019, le statut quo
2019. persiste. Les dispositions de l’Accord d’Addis-
Une telle situation de violence post-réforme Abeba demeurent lettres mortes.47 L’opposant
constitutionnelle n’est pas l’apanage du Burundi. Reik Machar estime que les conditions pour son
Au fait, il existerait comme une sorte de loi retour au Soudan du Sud n’ont pas encore été
qui traverserait l’Afrique et qui consisterait en remplies. Il dénonce également le découpage
l’organisation de réformes constitutionnelles pour fédéral proposé par le président Salva Kiir.
augmenter le nombre de mandats présidentiels.46 Rappelons qu’à l’indépendance, le pays comptait
Selon le quotidien français le Monde ( 24 10 Etats fédérés. Ce nombre allait être porté à
décembre 2019), depuis 2000, onze chefs d’Etat
Africains ont changé leur constitution pour rester 47. 
N’ayant pu y parvenir, cette date butoir avait été
repoussée au 12 novembre. Elle a cependant de nouveau
été reportée de cent jours au début du mois de novembre.
46. Jamal Machrouh, Chronique géopolitique de l’Afrique Plusieurs désaccords demeurent. Ils concernent
de l’Est, in le rapport annuel sur la géopolitique de notamment la formation d’une armée unifiée et les
l’Afrique, édition 2019, p. 51, publication PCNS. frontières des États régionaux au Soudan du Sud. 
RÉGIONS
Chronique géopolitique de la Communauté de l’Afrique de l’Est / 51

28, puis à 32 par le président Salva Kiir. En plus, deux fois, le 30 novembre et le 27 décembre, de la
trois « zones administratives » sont prévues. tenue de la Conférence des chefs d’Etat. Ce n’est
48
L’opposition voit en ce projet de découpage que le mois de février 2019 que le 20ème Sommet
une simple tentative du président de garder une ordinaire a été organisé avec l’absence remarquée
influence sur le jeu politique et une mainmise sur du président du Burundi. Lequel insistait sur le fait
les richesses du pays. que l’ordre du jour de la conférence doit inclure la
Au niveau de la deuxième forme de tension, crise qui oppose son pays au Rwanda.
celle qui correspond aux conflits intra-régionaux, Les relations entre le Rwanda et l’Ouganda
l’année 2019 a été marquée par la continuation ne sont guère meilleures. Fin février 2019,
de la crise entre le Rwanda et le Burundi, d’une le Rwanda a décidé de fermer ses frontières
part, et l’éclatement de la crise entre le Rwanda et avec l’Ouganda. Motif annoncé, le besoin de
l’Ouganda, d’autre part. construction et de réparation des routes reliant
Entre le Rwanda et le Burundi, les relations les deux pays. Le Rwanda a aussi conseillé, sans
sont tendues depuis des années. En 2019, ces interdire, à ses citoyens de ne pas se rendre en
relations se sont inscrites dans une crise durable Ouganda, invoquant des craintes d’arrestations et
et dangereuse. Chacun des deux pays accuse de condamnations arbitraires. L’origine de la crise
l’autre d’ingérence dans ses affaires intérieures est à chercher dans l’expulsion et l’arrestation
et d’abriter des groupes rebelles qui viseraient la par l’Ouganda de plusieurs Rwandais accusés
déstabilisation de son régime. Ainsi, le Rwanda d’espionnage. Le Rwanda reprochait également
pointe de doigt le soutien apporté par le Burundi à son voisin de porter un soutien au FDLR et au
aux Forces démocratiques de Libération de RNC. Une autre explication tient au fait que les
Rwanda (FDLR) et au Rwanda National Congress deux présidents, frères d’armes ayant combattu
(RNC). Pour sa part, le Burundi rend le Rwanda ensemble dans les années quatre-vingt et quatre-
complice de mouvements d’opposition armée, vingt-dix, se disputent le leadership régional.
tels que le Front révolutionnaire burundais (FRB- Pour apaiser les tensions diplomatiques entre
Abarundi) et la Résistance pour un Etat de Droit les deux Etats, et éviter à ce qu’elles dégénèrent en
au Burundi (RED-Tabara). une guerre ouverte, une médiation a été conduite
A la fin de l’année 2019,  deux attaques par la République démocratique du Congo et
militaires avaient pris pour cible les deux pays l’Angola. En août 2019, lors de la troisième
voisins. La première a été perpétrée au Rwanda le 7 rencontre de médiation, tenue à Luanda, les deux
octobre 2019. Elle a visé des touristes dans le nord chefs d’Etat ont signé un Mémorandum d’accord
du pays. Le Rwanda a attribué l’attaque au FDLR pour trouver une solution définitive à la crise.
soutenu par le Burundi et basé au Nord-Est de la Le mémorandum d’accord insiste sur le fait que
République démocratique du Congo. La deuxième chaque partie devrait s’abstenir d’ingérence dans
attaque a visé le Burundi en novembre 2019. Huit les affaires intérieures de l’autre ou de porter
soldats au moins ont été tués et des dizaines de une aide aux groupes dissidents. Il encourage
militaires étaient portés disparus. Le président et également les deux pays à normaliser leurs
le porte-parole du gouvernement ont clairement relations et à ouvrir leurs frontières. Toutefois,
indiqué que l’attaque a été menée par l’armée si les rapports diplomatiques ont connu une
rwandaise. Le Burundi a saisi les instances de la amélioration et des initiatives de détente ont
CAE, de l’autorité intergouvernementale pour le été observées, comme la libération de plusieurs
développement (IGAD), de l’Union africaine et de rwandais par l’Ouganda, les frontières sont restées
l’ONU et a menacé le Rwanda de représailles. fermées à la fin de l’année 2019.
Rappelons, ici, qu’à la fin de 2018, la crise entre
les deux pays a été la cause derrière le report par

48. « Soudan du Sud : Riek Machar rejette la proposition de


découpage administratif de Salva Kiir », Jeune Afrique,
16 février 2020
52 / Régions

III. U
 n système de relations l’Afrique de l’Est. En revanche, dans le cas où la
extérieures de la CAE en pleine requête de la République démocratique du Congo
recomposition est acceptée, cela aurait le mérite de pourvoir la
CAE d’un accès, encore étriqué soit-il, sur l’océan
La CAE suscite de l’intérêt stratégique à Atlantique, qui viendrait renforcer l’accès de la
l’étranger. Ceci concerne bien évidement les région sur l’océan Indien.
grandes puissances du monde, mais pas seulement. Au niveau des partenaires commerciaux de
La Communauté a du succès d’abord auprès la CAE, la Chine continue d’occuper le premier
des pays voisins. Plusieurs Etats limitrophes ont rang, largement devant l’Union européenne et les
exprimé leur volonté d’adhérer à la CAE. C’est Etats-Unis. Pourtant, les deux blocs occidentaux
le cas de la République démocratique du Congo sont, depuis bien longtemps, liés aux pays
qui, en 2019, a présenté une demande officielle de la Communauté d’accords commerciaux
dans ce sens. En effet, le 08 juin 2019 le président préférentiels.
de la République démocratique du Congo, Félix Rappelons que l’Empire du milieu est devenu
Tshisekedi, a adressé une lettre à son homologue le premier partenaire commercial du continent
rwandais, Paul Kagamé, en sa qualité du président africain depuis voilà onze années. Et selon les
de la CAE, pour lui présenter la demande expresse statistiques du ministère de chinois du Commerce,
d’adhésion de son pays à la CAE.49 Le président couvrant la période allant de janvier à juin 2019,
congolais a eu l’occasion, cinq jours plus tard, les échanges commerciaux entre les deux parties
le 13 juin 2019, d’expliquer plus amplement ont continué leur évolution.51 Au niveau de la
les motifs de la requête de son pays lors d’une CAE, la Chine creuse chaque année un peu plus
visite en Tanzanie : « Il s’agit de faire tomber les l’écart avec ses concurrents, comme le montre un
barrières douanières et d’accentuer les échanges rapport de l’Organisation mondiale du Commerce
commerciaux entre nos pays respectifs…. et (OMC) du 13 février 2019.
de doter la région d’infrastructures routières et La Chine est également un grand investisseur
énergétiques ». dans la CAE. Selon une étude de China African
D’autres pays de la région de l’Afrique de l’Est Research Initiative,52 les pays de l’Afrique de l’Est
avaient présenté, par le passé, leur demande ou ont reçu l’équivalent de 2,96 milliards de dollars
exprimé leur intention d’adhérer à la CAE. C’est d’IDE chinois entre 2011 et 2017. Le Kenya et
le cas de la Somalie et de l’Ethiopie.50 Notons la Tanzanie sont les premiers bénéficiaires des
que le cas de la Somalie présente des difficultés investissements chinois. Deux projets à dimension
sérieuses pour au moins deux raisons principales: pharaonique profitent des fonds chinois. Le
d’une part, la situation sécuritaire structurellement premier est le Lamu Port Southern Sudan-
dégradée dans le pays et, d’autre part, le litige sur Ethiopia Transport (LAPSSET), un méga projet
les frontières maritimes qui envenime les relations kenyan d’infrastructures routières, aéroportuaires,
entre le Kenya et la Somalie. Quoi qu’il en soit, ferroviaires et portuaires qui a pour ambition
si les demandes des deux pays de la Corne de de connecter le Kenya, le Soudan du Sud et
l’Afrique, l’Ethiopie et la Somalie, aboutissent, l’Éthiopie. Le deuxième est un projet portuaire
cela aurait l’avantage de faire correspondre le situé à Bagamoyo en Tanzanie. Le projet inclut la
territoire de la CAE à l’espace géographique de construction d’une Zone économique spéciale qui
transformerait, selon les dires de l’Ambassadeur
Chinois en Tanzanie, Bagamoyo en une nouvelle
49. La République démocratique du Congo, comme le
Malawi et la Zambie, avaient été invités à rejoindre Shenzhen.
l’Organisation en 2010. Mais aucun des trois pays n’a
donné suite à cette offre.
50. Membership and Exit from the East African Community.
Emmanuel Elau, Lecturer-Faculty of Law, Uganda 51. Le total des échanges a atteint 101.86 milliards de
Christian University, October 23, 2019, Publication dollars américains pour les six premiers mois de 2019.
SSRN e Library, ( https://papers.ssrn.com/sol3/papers. 52. Publication de Johns Hopkins School of Advanced
cfm?abstract_id=3474286) Studies
RÉGIONS
Chronique géopolitique de la Communauté de l’Afrique de l’Est / 53

Extra-EAC trade by major trading partners, 2011-17

2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017


Total imports (USD billion) 32.0 34.3 35.3 37.1 37.2 27.7 30.7
(% of total extra-EAC imports)
China 10.6 12.0 13.1 16.2 17.3 22.8 21.3
India 13.5 13.6 20.2 19.3 14.3 16.5 11.9
EU-28 15.5 14.5 13.6 13.1 11.9 14.5 12.9
United Arab Emirates 12.5 9.9 8.8 7.9 6.5 7.7 8.9
Japan 4.8 4.9 5.3 5.2 4.6 5.5 5.3
South Africa 6.7 6.0 5.3 4.5 4.0 4.5 6.4
Saudi Arabia 3.9 4.2 2.5 3.0 18.4 4.3 6.5
United States 3.3 3.5 3.1 6.5 4.7 3.1 2.9
Indonesia 3.1 3.3 2.4 2.3 2.2 2.6 3.0
Malaysia 0.8 0.7 0.8 1.6 0.9 1.6 1.3
Other 25.4 27.5 24.9 20.2 15.2 17.0 19.6
Memo:
Asia 40.5 40.9 49.7 51.3 45.1 55.0 48.9
Africa 10.3 9.2 8.3 7.1 6.4 8.1 10.4
COMESA and SADC 9.7 8.9 7.9 6.9 6.3 7.7 10.1
Total exports (USD billion) 10.8 11.9 10.9 12.9 11.9 11.3 11.5
(% of total extra-EAC exports)
EU-28 23.5 22.0 20.6 20.0 20.3 20.7 20.5
Switzerland 11.7 9.0 6.8 2.4 2.7 8.2 3.4
Dem. Rep. Of the Congo 5.4 6.1 8.3 7.2 7.3 8.0 7.4
India 3.1 4.9 8.0 10.8 10.6 7.7 9.5
United Arab Emirates 4.7 6.1 5.4 3.6 5.0 7.6 9.5
South Africa 8.4 8.7 7.5 12.1 6.1 6.4 6.5
United States 3.6 3.6 4.2 5.1 4.7 4.9 5.5
China 7.1 5.3 3.9 6.6 6.1 4.3 2.4
Pakistan 2.3 2.7 2.7 2.1 3.2 3.7 5.8
South Sudan 0.0 0.2 3.4 4.0 3.7 3.5 4.0
Other 30.1 31.5 29.2 26.2 30.1 24.9 25.5
Source: Est African Community Trade policy review report, World Trade Organization, February 13, 2019

L’intensification et la densité des relations montre la place importante occupée depuis longtemps
économiques entre la Chine et les pays de la CAE par les Emirats arabes unis parmi les fournisseurs des
sont telles que l’Ambassadeur de Chine au Kenya, pays de la Communauté, le Qatar, un pays qui entretient
Wu Peng, a affirmé dans une interview donnée à des relations tendues avec les Emirats, vient de signer
Reuters le 06 juin 2019, que le Chine est prête pour un grand accord avec le Rwanda. L’accord prévoit
négocier un accord commercial avec les six pays de notamment le financement de pas moins de 60 % du
la Communauté. futur aéroport de Bugesera, estimé à 1,3 milliard de
En plus de la rivalité entre la Chine et les pays dollars. Ceci permettra de booster le rêve de Kigali
occidentaux, une deuxième rivalité s’est précisée en de devenir une grande destination touristique mais
2019 dans la région de l’Afrique de l’Est, cette fois-ci pourrait accentuer l’exportation du conflit entre les
impliquant les pays du Golfe. Si le tableau ci-dessus monarchies du Golfe sur le sol de la Communauté.
En 2019, les élections présidentielles en Afrique de l’Ouest

RÉGIONS
n’ont pas conduit à des crises majeures, ou presque / 55

Chapitre 4

En 2019, les élections


présidentielles en Afrique de l’Ouest
n’ont pas conduit à des crises
majeures, ou presque
Babacar Ndiaye

Dans ce chapitre, l’auteur procède à l’analyse des élections présidentielles qui se


sont déroulées en Afrique de l’Ouest en 2019. L’élection présidentielle en Afrique
est souvent une période marquée par les tensions et la violence et peut conduire à
des crises politiques et sécuritaires. Au Nigeria, au Sénégal et en Guinée-Bissau,
les présidents sortants se sont lancés à la conquête d’un nouveau mandat et ont
connu des fortunes diverses. L’auteur s’est intéressé au contexte politique dans
lequel se tenaient ces scrutins présidentiels, les forces en présence et les éléments
d’analyse. A l’issue de cette année électorale, les élections présidentielles en
Afrique de l’Ouest n’ont pas conduit à des crises majeures, ou presque…

L’Afrique de l’Ouest connaît, depuis deux durant ces périodes cruciales, et l’émergence de
ans, un cycle d’élections présidentielles. Les mouvements citoyens ou des jeunes qui font
populations vivent au rythme de ces rendez-vous entendre leur voix ont contribué, ces dernières
démocratiques. Les élections en Afrique sont des années, à changer la donne.
périodes particulièrement observées, du fait des En 2019, trois pays ont organisé des élections
tensions et la violence qui peuvent en naitre. Les présidentielles en Afrique de l’Ouest avec, pour
attentes des populations sont tellement grandes dénominateur commun, des présidents sortants
que l’élection présidentielle polarise des opinions, qui se présentaient pour un nouveau mandat.
souvent tranchées, et produit des situations de Le Nigeria, première puissance économique du
violence électorale. Il faut tout de même noter une continent, a appelé aux urnes ses 84 millions
évolution dans l’organisation des élections sur le d’électeurs. Le président Buhari, qui a souvent
continent. Le travail de veille de la société civile fait la une des journaux internationaux pour ses
56 / Régions

problèmes de santé et ses séjours réguliers à I. Au Sénégal, le président Sall réélu
Londres pour le suivi de son traitement, s’est dès  le premier tour, malgré un
lancé à la conquête d’un nouveau mandat face à un contexte politique et judiciaire
adversaire présent dans le champs politique depuis tendu
des années, Atiku Abibakar. S’est posée la question
du renouvellement de la classe politique. Les deux A. L
 e contexte judiciaire difficile
candidats des deux principaux partis sont depuis durant la période pré-électorale
une vingtaine d’années dans le paysage politique
dans un pays fortement dominé par la jeunesse. Les premières années de la présidence de
Au Sénégal, pays souvent cité pour la qualité Macky Sall ont été marquées par les affaires
de sa démocratie en Afrique de l’Ouest, a organisé judiciaires. En effet, l’une des premières mesures
un scrutin présidentiel avec 5 candidats « passés au du président Sall a été la réactivation de la Cour de
crible des parrainages citoyens ». Une loi introduite répression de l’enrichissement illicite (CREI), une
pour renforcer la démocratie et rationnaliser juridiction spéciale mise en place il y a plus de 30
le nombre croissant de partis politiques. Le ans par l’ancien président Abdou Diouf. La CREI a
président Macky, Sall, après un mandat de 7 ans, pour mission de réprimer les faits d’enrichissement
souhaitait disposer d’un nouveau quinquennat illicite. De nombreuses informations judiciaires
pour poursuivre l’ancrage du Sénégal sur les rails furent ouvertes à l’encontre d’anciens tenants du
de « l’émergence » dans un contexte politique pouvoir. Ce que l’on a appelé au Sénégal la traque
et judiciaire particulièrement tendu. L’élection des biens Mal acquis a conduit à une procédure de
présidentielle de 2019 s’est tenue dans un contexte vérification du patrimoine de certains ministres et
totalement diffèrent de celle de 2012. Plus d’une responsables de structures publiques de l’ancien
dizaine de morts furent répertoriées, du fait des pouvoir. Le procureur spécial près de la CREI
nombreuses manifestations qui avaient pour objectif avait dressé une liste de 25 personnalités dont le
de dénoncer la tentative d’un troisième mandat de fils de l’ancien président Wade.
Wade jugé illégal. L’élection présidentielle de 2019 Karim Wade, ancien ministre d’État et
devait être l’occasion d’avoir un vrai débat sur les détenteur d’importants portefeuilles ministériels
programmes des candidats. sous le mandat précèdent, fut le « visage » de la
En Guinée-Bissau, à l’issue de l’élection politique de lutte contre l’enrichissement illicite
présidentielle moins médiatisée que celles du menée par le président Macky Sall. Son procès
Sénégal et du Nigeria, on a assisté à la fois à qui a duré plusieurs mois a tenu en haleine les
un « séisme politique » et à une crise politico- Sénégalais. En 2015, la Cour de répression de
institutionnelle qui se poursuit en 2020, mais sans l’enrichissement illicite l’a condamné à six ans
effusion de sang. Le président sortant, José Mario de prison ferme, à la saisie de ses biens supposés
Vaz, a perdu son pari de renouveler son mandat, et acquis illégalement et à une amende de 210
le parti historique le PAIGC, au contrôle du pays millions d’euros. La CREI a été qualifiée de
depuis les indépendances, a été donné battu et juridiction d’exception qui ne garantit pas le droit
conteste toujours les résultats du second tour. Le à un procès équitable par l’opposition et certaines
président « élu », Embalo, sur la base de la double organisations de la société civile.
confirmation de sa victoire de la Commission En juin 2016, Karim Wade bénéficie d’une
nationale électorale, s’est installé au pouvoir grâce présidentielle. En quelques heures, il quitte
sans la reconnaissance de la CEDEAO et de la le Sénégal pour rejoindre le Qatar. Le départ
communauté internationale. précipité du Sénégal du fils d’un ancien chef de
Ce chapitre traite et analyse les trois élections l’État a été sujet à de nombreuses polémiques,
présidentielles qui se sont déroulées en Afrique de notamment les conditions de sa libération.
l’Ouest en 2019, avec des présidents sortants qui Le feuilleton judiciaire s’est poursuivi avec
avaient pour ambition de décrocher un nouveau l’affaire Khalifa Sall. Un rapport d’audit de
mandat et qui ont connu des fortunes diverses. l’Inspection générale d’État (IGE) a épinglé la
En 2019, les élections présidentielles en Afrique de l’Ouest

RÉGIONS
n’ont pas conduit à des crises majeures, ou presque / 57

gestion du maire de Dakar. Il lui a été reproché La justification du recours au parrainage


l’utilisation de fausses factures pour justifier citoyen avancée par le pouvoir est la nécessité
les dépenses de la caisse d’avance de la ville de d’une rationalisation des partis politiques dont
Dakar.Le 7 mars 2017, Khalifa Sall est finalement le nombre dépassait les 300 formations en 2018.
inculpé pour détournement de deniers publics, Les élections législatives de juillet 2017 avaient
d’association de malfaiteurs, de faux et usage vu la participation de 47 listes. Cette flambée des
de faux. Après un procès médiatique d’un an et listes à l’assaut des 160 sièges de l’Assemblée a
demi, il est condamné à cinq ans de prison et à la été perçue comme une régression démocratique et,
réparation du préjudice de 1,8 milliard de francs surtout, une entorse à la capacité d’avoir de vrais
CFA (2,74 millions d’euros). débats.
Quelque semaines après sa condamnation, il Cette réforme voulue par le pouvoir en place
perd son fauteuil de maire de la capitale sénégalaise. est, donc, présentée comme une avancée pour le
Le timing de l’incarcération et la condamnation système démocratique sénégalais. Dans la pratique,
de Khalifa Sall a fait couler beaucoup d’encre. elle sera une « révolution ». Au moment du dépôt
Le camp présidentiel a essuyé des critiques des candidatures pour l’élection présidentielle
sur les manœuvres de cette condamnation qui de 2019, 27 dossiers seront présentés devant le
visait à écarter un sérieux candidat à la course Conseil constitutionnel. Cette période est marquée
présidentielle de 2019. Le rapport de l’audit de par une tension, car les prétendants au fauteuil
l’IGE et la rapidité de l’instruction judiciaire ont présidentiel ont dû se lancer dans une chasse aux
constitué des motifs pour les partisans du maire signatures. La vérification du respect du nombre de
de Dakar qui considèrent qu’il s’agissait d’un signatures requis par l’organe constitutionnel est
« procès politique ». entourée de critiques et de défiances, surtout sur la
Les affaires judiciaires et la tenue de procès durée jugée très courte. Le Conseil constitutionnel
avec des personnalités de premier plan de la scène est contraint de convier des personnalités de la
politique sénégalaise ont eu, pour conséquences, société civile en qualité d’observateurs lors des
l’installation d’un climat de tension qui s’est séances de vérification des listes de candidature.
poursuivi jusqu’à l’annonce de la liste des L’objectif de l’association de voix indépendantes
candidats à l’élection présidentielle. En raison de aux vérifications était d’apaiser la situation.
leur condamnation, Karim Wade et Khalifa Sall A l’arrivée, l’organe constitutionnel ne retiendra
n’ont pas pu se présenter à l’élection présidentielle. que 5 candidatures. L’objectif de réduction du
nombre de candidats était plus qu’atteint. Parmi
B. Une élection avec 5 candidats à la les 5 candidatures, nous retrouvons celle du
suite de l’adoption du système de président sortant Macky Sall, de l’ancien Premier
parrainage ministre Idrissa Seck, du professeur Issa Sall dont
le Parti du l’unité et du rassemblement (PUR)
En 2018, la loi électorale a connu un avait créé la surprise, en s’adjugeant 5 sièges aux
changement majeur au Sénégal. A un an de dernières législatives de 2017, et celle d’Ousmane
l’échéance électorale, le « parrainage » citoyen Sonko, député et ancien inspecteur des impôts
a été introduit dans la procédure électorale. La et domaines, radié de la fonction publique en
loi stipule que pour la présidentielle de 2019 2016. Le dernier candidat à valider son billet
« Pour être recevable, toute candidature doit pour la présidentielle est l’avocat Madické Niang.
être accompagnée de la signature d’électeurs Dernier ministre des Affaires étrangères de Wade,
représentant, au minimum, 0,8% et, au maximum, la validation de sa candidature a surpris plus d’un.
1 % du fichier électoral général. Cette modification Deux principales observations doivent être
du processus électoral, avec l’introduction du effectuées concernant cette élection présidentielle
parrainage citoyen qui, d’ordinaire, était réservé avec cinq candidats. Les partis historiques
aux candidats indépendants, sera vigoureusement que sont le Parti socialiste (PS) et le Parti
contesté par l’opposition. démocratique sénégalais (PDS) ne prendront pas
58 / Régions

part à ce scrutin présidentiel. C’est une première Sénégalais se sont rendus aux urnes dans le calme
dans l’histoire politique sénégalaise. Le PS est et massivement. Le taux de participation est de
un allié du président Macky Sall depuis 2012. Il 66,27 %. Les différentes missions d’observation
est représenté dans le gouvernent et assume son électorale ont salué la tenue d’une élection
compagnonnage avec le parti au pouvoir dans la pacifique.
grande coalition « Benno Boko Yakar » (Unis pour Cependant, l’élection présidentielle aurait
le même espoir). pu basculer dans la violence avec les sorties
Il aurait été incongru de voir ce parti, qui a hasardeuses de l’opposition et de la mouvance
gouverné le Sénégal pendant 20 ans et participé présidentielle. En effet, dans la soirée, alors que
à toutes les élections, présenter un candidat face les télévisions et les radios égrenaient les résultats
à Macky Sall. Le candidat du PDS, Karim Wade, issus du dépouillement des bureaux de vote, les
a été recalé pour cause d’inéligibilité. L’élection candidats Ousmane Sonko et Idrissa Seck ont
présidentielle de 2019 voit, donc, l’absence des annoncé la tenue inévitable d’un second tour et mis
deux grandes formations politiques du pays, qui en garde le camp présidentiel et certains organes
ont dominé la vie politique sénégalaise pendant de presse contre toute forme de confiscation du
plus de 50 ans, et le retour au Sénégal, non sans pouvoir.
fracas, de l’ancien président Wade. Une heure après la déclaration de l’opposition,
Le parrainage aura pour conséquence la le Premier ministre, Abdallah Dione, prenait
mise en place de grandes coalitions autour des la parole sur la chaine publique sénégalaise
5 candidats. Les vingt-deux candidats qui n’ont pour annoncer la réélection du candidat Macky
pas réuni le nombre de signatures nécessaire vont Sall au premier tour avec 57 % des voix. Cette
majoritairement rejoindre la coalition d’Idrissa déclaration du plus proche collaborateur du
Seck, notamment le maire de Dakar, Khalifa Sall. président de la République sortant pouvait
De sa prison, il va apporter son soutien à Idrissa engendrer de la violence. Les Sénégalais se sont
Seck. A la surprise générale, le président Wade réveillés, le lendemain, dans la confusion le plus
s’est abstenu de donner toute consigne de vote, totale. Le président du Conseil constitutionnel a
malgré sa rencontre médiatisée avec le candidat dû intervenir pour rappeler que son institution est
Ousmane Sonko. Il faut rappeler que le président la seule habilitée pour proclamer les résultats de
Wade avait appelé, dans un premier temps, à la l’élection. On a pu encore observer un bel exemple
destruction des cartes d’électeurs et des bulletins de maturité du peuple sénégalais qui n’a pas suivi
de vote pour empêcher la tenue du scrutin. les déclarations des différents candidats.
Finalement, le Conseil constitutionnel a
C. Une large victoire du président Sall proclamé la victoire du candidat Macky Sall dès
favorisée par son bilan économique le premier tour, avec une majorité nette de 58,26
% des votants. L’ancien Premier ministre, Idrissa
Durant la campagne électorale, on a noté Seck, est arrivé deuxième avec 20,51 %. Ousmane
des situations de violence, notamment celles Sonko, énarque, radié de la fonction publique
qui ont opposé sur le terrain des convois de la et fondateur du parti PASTEF (les Patriotes du
coalition présidentielle et ceux de l’opposition. Sénégal) en 2014 se classe en troisième position
A Tambacounda, dans l’est du Sénégal, des pour sa première participation à une élection
affrontements ont eu lieu entre les partisans de présidentielle avec 15,67 %. Il a porté un discours
la coalition présidentielle et ceux du candidat de rupture et s’est présenté comme le « candidat
du PUR. On a décompté trois morts durant ces antisystème ». Il n’a eu de cesse de dénoncer les
altercations. Les organisations de la société civile actes de mauvaise gouvernance durant le septennat
ont appelé au calme et à une campagne électorale du président Sall. Il s’est positionné, ces dernières
apaisée. années, comme l’opposant le plus virulent au
Le 24 février, jour du scrutin, le vote s’est président Sall. Il est la grande révélation de
déroulé dans le calme. Fidèles à leur réputation, les cette élection présidentielle. Les candidats Issa
En 2019, les élections présidentielles en Afrique de l’Ouest

RÉGIONS
n’ont pas conduit à des crises majeures, ou presque / 59

Sall et Madické Niang ferment la marche avec n’a pas été atteint, en dépit des nombreux efforts
respectivement 4,07 % et 1,48%. pour faciliter une production locale.
Comment expliquer cette large victoire du La Banque africaine de Développement (BAD)
président Macky Sall dès le premier tour ? Dans a estimé le taux de croissance du Sénégal à 6,5%,
l’analyse, il semblerait que le bilan économique en 2015, 6,6%, en 2016, 7,2%, en 2017, et 7%, en
défendu par le président sortant durant toute la 2018. Cette tendance à la hausse de la croissance
campagne ait porté ses fruits. Les partisans du économique s’est maintenue tout au long du
président Sall se targuent d’avoir relancé une mandat. Le président Macky Sall a cependant
économie moribonde à la fin du second mandat de reçu des critiques acerbes de ses adversaires
Wade, en 2012. Ils insistent sur le redécollage de qui ont dénoncé un endettement déraisonnable
l’économie du Sénégal en 2013 avec un taux de et non productif, notamment les grands projets
croissance de 3,5% qui passera à 4,3% en 2014. d’infrastructure et la croissance économique qui
Le président Macky Sall a lancé le Plan profite plus aux entreprises étrangères qu’aux
Sénégal Émergent (PSE) qui vise l’émergence Sénégalais.
économique à l’horizon 2035, avec un Plan Dans le domaine social, le gouvernement a
d’actions prioritaires sur la période 2014-2018. lancé, en 2013, un programme d’assurance santé
Un investissement public massif est entrepris dans universelle (Couverture maladie universelle)
les domaines de l’infrastructure, de l’agriculture, pour faciliter l’accès aux soins des ménages les
de la santé et du social. La croissance est portée plus vulnérables qui travaillent dans le secteur
par les investissements dans le PSE, dont plus de informel ou vivent dans des zones rurales. Même
50 % de la première phase (2014-2018) ont été si les objectifs sont très ambitieux, il faut relever
alloués à de massifs projets d’infrastructures. une amélioration croissante du taux de couverture.
Le projet de la ville nouvelle de Diamniadio, On peut ajouter à liste les bourses de sécurité
à 30 km de Dakar, conçu pour désengorger la familiale dont le but est de réduire l’injustice
capitale, est lancé. À terme, 350 000 personnes sociale ou, encore, le Programme d’Urgence
pourront s’y installer dans ce projet estimé à plus de Modernisation des Axes et Territoires
de 2 milliards de dollars. frontaliers (PUMA), dont l’accent est mis sur
Le projet du Train express régional (TER) les infrastructures de désenclavement. Durant ce
reliant le nouvel Aéroport international Blaise- mandat, le président Sall a multiplié les projets à
Diagne (AIBD) à Diass à la ville de Dakar, d’un Dakar et à travers le pays.
coût de 656 milliards de francs CFA (1 milliard Sa large victoire dès le premier tour a sans
d’euros), dans sa phase 1, s’inscrit dans ce sillage. doute été rendue possible, en grande partie, par
Il a été inauguré avant la campagne électorale mais un bilan économique qu’il a jugé élogieux. Il a
n’est toujours pas fonctionnel. Au demeurant, remporté les principaux départements de la région
l’aéroport fut un projet lancé par Wade, et ila été capitale (Dakar, Pikine et Rufisque), de même que
achevé et inauguré en décembre 2017 par Macky Mbour et Tivaouane qui sont des foyers importants
Sall. d’électeurs. Il a fait des scores «  fleuves  » dans
Le gouvernement de Macky Sall a fait du les départements des régions majoritairement
secteur de l’agriculture un des piliers de la peuplées de Peulh et Sérère ( les départements de
première phase de son Plan Sénégal Emergent Podor, de Matam, de Fatick et de Kaolack). Le
(PSE). Le Programme d’accélération de la président Macky Sall est d’ethnie Peulh et il est né
cadence de l’agriculture sénégalaise (PRACAS), en pays Sérère. Certains analystes n’ont pas hésité
d’un coût de 581 milliards de FCFA, a eu des à parler de vote régional ou ethnique. Cependant,
résultats significatifs sur la plupart des produits Macky Sall a remporté la plupart des départements
consommés quotidiennement comme le riz, du pays avec, parfois, des scores très élevés.
l’oignon, l’arachide et les fruits et légumes. Ousmane Sonko a également reçu des critiques
L’objectif fixé d’une autosuffisance en riz avec la allant dans le sens d’un vote régional, il a remporté
production locale d’environ 1,5 million de tonnes, la ville de Ziguinchor. Dans un autre registre,
60 / Régions

Idrissa Seck a bénéficié de l’électorat mouride, du Nigeria.


surtout dans le département de Mbacké. Il s’est Cinq jours avant le scrutin de 2019, la
également largement imposé dans le département Commission nationale électorale indépendante
de Thiès, dont il est maire de la commune du faisait état de problèmes logistiques, notamment
même nom, avec 47,15 % des voix contre 39,44 % un incendie dans son bureau dans l’État
pour le candidat Macky Sall. Ousmane Sonko est d’Anambra (sud-est). Il s’agissait du troisième
le candidat de l’opposition qui a le plus bénéficié incident de ce genre au cours des 12 derniers jours.
du vote de la diaspora. Les Sénégalais basés à Ces incendies ont causé la perte de 4 965 lecteurs
l’étranger ont en majorité voté pour l’opposition de cartes détruits par les flammes. Les lecteurs de
à hauteur de 62 %. cartes utilisés lors de l’élection présidentielle de
L’élection présidentielle au Sénégal n’a 2015 servent à consulter des informations sur les
pas engendré une crise comme redouté, du électeurs.
fait des tensions politiques et judiciaires et de L’acheminement du matériel électoral dans
l’introduction du parrainage citoyen. Les candidats les 120 000 centres de vote dans le pays a connu
de l’opposition n’ont pas souhaité introduire de beaucoup de manquements. L’état des routes
recours auprès du Conseil constitutionnel après la défectueuses a ralenti la distribution du matériel
contestation de la victoire de Macky Sall. électoral, comme les bulletins des candidats dans
les lieux de vote. L’opposition, de son côté, a
II. Au Nigéria, un scrutin dénoncé l’absence du matériel électoral dans de
présidentiel marqué par des nombreuses villes. Dans ces conditions, il était
dysfonctionnements et la violence difficile d’organiser l’élection présidentielle, le
report n’était pas une option mais une obligation.
A. Le vote reporté d’une semaine pour Près de 84 millions d’électeurs devaient
des raisons logistiques prendre part à ce scrutin. Les citoyens qui se sont
déplacés dans les régions pour le vote se sont
Première puissance économique du continent, indignés de ce report décidé tard dans la nuit.
et le pays le plus peuplé d’Afrique, une élection Beaucoup de Nigérians ont quitté Lagos pour
présidentielle au Nigeria est toujours importante. rejoindre leur centre de vote à l’intérieur du pays.
Le pays a organisé à la fois les élections La démobilisation due au report d’une semaine
présidentielles et législatives. Initialement de l’élection a découragé plusieurs millions
prévues 6 février 2019, elles ont été reportées d’électeurs ayant parcouru en vain des centaines
d’une semaine. A quelques heures de l’ouverture de kilomètres pour voter dans leur localité
des bureaux de vote, la Commission nationale d’origine le 16 février et à s’abstenir de refaire le
électorale indépendante (INEC) a annoncé le même parcours.
report des élections. Cette décision de report, prise
dans l’urgence, n’est pas une première au Nigeria. B. D
 eux candidats du Nord favoris
En 2015, le scrutin présidentiel, qui avait vu la pour le fauteuil présidentiel
victoire du président Buhari, avait été également
repoussé de six semaines pour des raisons L’élection présidentielle a vu la participation de
sécuritaires. 73 candidats. Ce nombre important de candidats,
L’organisation du scrutin présidentiel à la date jugé pléthorique, montre que le siège du président
du 14 février 2015 n’avait pas été possible à cause sortant était très convoité. Dans la pratique, des
des attaques récurrentes de Boko Haram dans 73 candidats à l’élection présidentielle, seuls
l’extrême Nord-est du pays. Les affrontements deux étaient considérés comme les grands favoris
réguliers entre l’armée nigériane et le groupe du scrutin. La présidence du pays se jouait entre
terroriste qui contrôlaient des zones dans le Nord- Muhammadu Buhari, le président sortant, et
Est ne permettaient pas l’organisation et le vote de membre du parti All Progressives Congress
centaines de milliers d’électeurs dans cette partie (APC), et Atiku Abubakar, l’ancien vice-
En 2019, les élections présidentielles en Afrique de l’Ouest

RÉGIONS
n’ont pas conduit à des crises majeures, ou presque / 61

président d’Obasanjo et membre du parti People’s depuis 2015, et le Parti populaire démocratique
Democratic Party (PDP), parti de l’opposition. (PDP) de Atiku. Pour sortir vainqueur, un candidat
La particularité de cette élection présidentielle de doit obtenir25% des voix dans au moins les deux
2019 est que le deux grands favoris sont originaires tiers des trente-six États du Nigeria.
du Nord du pays et sont Musulmans.
Le chef de l’État sortant, âgé de 76 ans et C. B
 uhari largement vainqueur malgré
candidat à un second mandat, est à sa cinquième un bilan très critiqué
campagne électorale. Il a été élu président, en
2015, et tout au long de son mandat, il a effectué Le président Buhari a gagné son pari de
des séjours réguliers à Londres pour des problèmes remporter cette élection, en s’imposant largement
de santé. Le premier mandat de Buhari a suscité devant son rival Atiku. il a obtenu 56 % des
des réactions mitigées. Beaucoup estiment qu’il suffrages, gagnant au passage 19 des 36 États
n’avait pas fait suffisamment d’efforts pour du pays, notamment dans le Nord. Il est crédité
sortir le pays de son marasme économique ou d’une avance d’environ 4 millions de voix sur son
pour s’acquitter de sa promesse de mettre fin à la concurrent Atiku Abubakar. Cependant, l’élection
corruption et défaire Boko Haram. présidentielle de 2019 n’a pas connu une forte
Son principal adversaire, l’ancien vice- participation. Le taux de participation de 35,6%
président Atiku Abubakar, âgé de 72 ans, est à est le plus bas de l’histoire du Nigeria.
sa quatrième tentative pour la présidence du Lors de la présidentielle de 2015, ce taux
Nigeria. Homme politique expérimenté, ancien était de 43,7%. Le report de l’élection du 16 au
directeur général adjoint de la douane nigériane, 23 février est sans doute une des explications
il est devenu un homme d’affaires prospère. Sa immédiates de la faible participation électorale.
fortune proviendrait de l’investissement dans des Les personnes qui avaient effectué le déplacement
secteurs comme l’import-export, l’immobilier, le dans leur région pour voter avant le report n’ont
pétrole, l’agriculture et les télécoms. Il a exercé les pas été en mesure de voyager à nouveau. Le
fonctions de vice-président du Nigéria entre 1999 report de l’élection dans un intervalle aussi court
et 2007. Au cours de la campagne, M. Abubakar a sûrement accentué le manque d’engagement des
a souligné les graves lacunes du gouvernement Nigérians. Mais, cette raison ne peut pas être la
de Buhari, notamment la grande pauvreté dans le seule pour expliquer la faible participation des
pays, le taux de chômage important des jeunes, citoyens.
ainsi que la menace croissante que Boko Haram Au Nigeria, il semblerait que les populations
fait peser sur la sécurité du Nigeria. croient de moins en moins en la capacité des
Traditionnellement, le scrutin présidentiel hommes politiques à changer leur quotidien sur les
opposait toujours un candidat du Nord et du Sud. plans économique et social. Le pays le plus peuplé
L’élection de 2019 peut se jouer difficilement sur d’Afrique, et qui compte l’une des populations les
des critères ethniques ou régionaux. Cependant, plus jeunes au monde, est traversé par une forme
les deux candidats à la présidentielle, Buhari et de « désenchantement ». L’espoir suscité par la
Abubakar, ont choisi des vice-présidents aux victoire de Buhari a rapidement fait place à une
profils assez similaires. Leurs colistiers sont récession économique.
qualifiés de technocrates, ils sont Chrétiens et Malgré les réformes et mesures prises par le
originaires du Sud. Ces choix sont justifiés pour gouvernement Buhari, l’économie nigériane est
prendre en compte les sensibilités dans un pays restée très faible avec une croissance de 2,7%,
très religieux. en 2015, de -1,6%, en 2016, et de 1%, en 2017,
Les autres candidats à la présidentielle avaient selon la Banque mondiale (BM). Une étude sur
peu de chance de s’imposer, les moyens dont ils le chômage au Nigeria de juillet et septembre
disposaient étaient très inférieurs aux budgets 2017 indiquait que le taux de chômage du pays
de campagne des deux grands partis que sont le est passé de 16,2 % à 18,8 % alors qu’il était de
Congrès des progressistes (APC), au pouvoir 6,4 % en 2014. En 2015, lors de son accession
62 / Régions

au pouvoir, Buhari s’était pourtant engagé à Même si l’élection de 2019 ne s’est pas jouée
redynamiser l’économie du pays, toujours aussi sur des critères purement religieux, puisque les
dépendante du secteur pétrolier. Près de 40% de deux principaux candidats sont des Musulmans
la population active souffre du sous-emploi ou issus du Nord, il faut relever que de manière
du chômage. Cette situation traduit un sentiment générale le vote reste déterminé par des critères
mitigé concernant le bilan du président Buhari ethnique et religieux. La victoire de Buhari est
et son positionnement « d’homme providentiel » fortement liée à ses résultats dans le Nord du
pour changer le Nigeria. pays qui est la région la plus peuplée du Nigeria.
Les thèmes de campagne de 2015 sur lesquels Dans l’État de Kano, un des fiefs du président
Buhari avait axé son discours sont devenus les sortant, son parti l’APC a obtenu près de 1,5
points d’attaques de ses adversaires. Le candidat million de voix. Les résultats ont montré que
Atiku Abubakar a souvent fustigé la politique Buhari conservait une mainmise dans ses bastions
économique du président Buhari. Il affirmait traditionnels du Nord du pays. La dégradation de la
qu’il comptait faire du secteur privé le levier situation sécuritaire et les attaques récurrentes de
de la croissance et de l’emploi avec la mise en Boko Haram dans la période électorale pouvaient
place d’un fonds de 25 milliards de dollars pour légitimement constituer des sources de motivation
soutenir ses investissements. La lutte contre pour les électeurs pour tourner le dos à Buhari. Ce
la corruption a été perçue comme un combat ne fut pas le cas, il s’est assuré une large victoire
orienté. Les personnes suivies dans les affaires de dans cette région, où la participation fut parmi les
corruption sont extérieures au cercle du président. plus élevées du pays.
La promesse de mettre fin à l’insurrection de Boko Face au richissime homme d’affaires Atiku,
Haram s’est révélée difficile à tenir. le président Buhari continue de jouir d’une image
C’est dans ce contexte difficile que le président d’homme intègre aux yeux d’une frange de la
Buhari a réussi à décrocher un nouveau mandat. population nigériane, même si son bilan contre
Les observateurs de la société civile nigériane la corruption est jugé peu satisfaisant. Son rival
ont relevé de nombreux manquements dans traine des soupçons de corruption depuis des
l’organisation du scrutin et des faits de violence. années. En 2007, son nom figurait sur la liste de
Les observateurs de l’Union européenne dans l’Agence nigériane de lutte contre la corruption
leur rapport ont également noté des manquements des 135 personnalités qui ne devraient pas jouir
sérieux dans les 261 bureaux de vote visités. d’un mandat en raison de faits de corruption. Atiku
Il s’agit, notamment, de l’ouverture tardive de Abubakar s’est toujours défendu des allégations
bureaux de vote et l’absence de matériel. sur des supposés faits de corruption. Sa défense
Des actes de violence ont été notés durant tout a toujours été qu’aucune preuve le concernant n’a
le processus électoral. 260 décès ont été répertoriés été présentée à la justice.
entre octobre 2018 et février 2019. Le jour du Dans sa lutte contre la corruption, le président
scrutin, il est fait état de 39 morts. Les candidats ont Buhari a suspendu le président de la Cour suprême,
tenu des propos « guerriers ». Le président Buhari Walter Nkanu Samuel Onnoghen, trois semaines
est même allé jusqu’à appeler à une action militaire avant l’élection pour ne pas avoir déclaré ses biens.
contre les personnes qui s’adonneraient à des actes Cette mesure a sans doute interrogé les Nigérians
de fraude. Une telle déclaration venant surtout de au moment du vote. Le président Buhari a été
la plus haute autorité du pays en période électorale réélu malgré la contestation des résultats de son
n’est pas de nature à apaiser la situation. La adversaire lors de la proclamation des résultats. Le
violence est un facteur récurrent dans les élections Nigeria poursuit sa marche dans l’apprentissage
au Nigeria, des mesures ont été prises pour freiner de la démocratie.
ce phénomène depuis les élections de 2011. 800
Nigérians avaient trouvé la mort à la suite d’actes
violents liés aux résultats des élections.
En 2019, les élections présidentielles en Afrique de l’Ouest

RÉGIONS
n’ont pas conduit à des crises majeures, ou presque / 63

III. É
 lection présidentielle en du scrutin, telles que la CEDEAO, l’Union
Guinée-Bissau, le parti africaine et la Communauté des pays de langue
historique PAIGC battu par le portugaise (CPLP), ont souligné que le premier
dissident Embalo tour de l’élection présidentielle s’était déroulé
dans le calme, la sérénité et la transparence. Ils
A. Le président sortant Mario Vaz n’ont signalé aucun incident majeur. Le taux
écarté dès le premier tour d’abstention est de 25,63%, un des plus élevés de
l’histoire électorale de la Guinée-Bissau.
L’élection présidentielle en Guinée-Bissau est Le premier enseignement est la défaite, dès le
sans aucun doute la moins médiatisée des trois premier tour, du président sortant Vaz. Il est classé
scrutins qui se sont déroulés en Afrique de l’Ouest à la place avec un score de 12,41%. Seul président
en 2019. Le mandat du président Vaz était arrivé à avoir terminé son mandat en Guinée Bissau, ses
à son terme le 23 juin 2019. La Communauté détracteurs lui reprochent de n’avoir aucun projet à
économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest son actif et, donc, aucun bilan. Il paie, surtout, son
(CEDEAO) avait accepté que le président Vaz divorce avec le parti historique et la crise politique
reste au pouvoir jusqu’à l’élection présidentielle, de 2015 où il a limogé Domingos Simoes Pereira,
malgré l’expiration de son mandat. Cette situation chef du PAIGC, qui était son Premier ministre.
a conduit à une crise politique pré-électorale. Le Ne disposant pas de la redoutable machine
pays devait être dirigé par le gouvernement en électorale du PAIGC, ses chances étaient minces
place jusqu’à la tenue de l’élection présidentielle de décrocher un nouveau mandat.
du 24 novembre, avec pour principale mission Le second tour devait, donc, opposer, le 29
l’organisation du scrutin. décembre 2019, le candidat du parti historique
Le président Vaz a demandé à la majorité le PAIGC, Domingos Simoes Pereira, arrivé
parlementaire dirigée par le Parti africain pour largement en tête, avec 40,13%, et Umaro Sissoco
l’indépendance de la Guinée et du Cap-Vert Embalo un ancien du PAIGC et fondateur du parti
(PAIGC) de désigner un nom pour le poste de le Mouvement pour l’alternative démocratique
Premier ministre. Le parti historique a proposé (Madem G-15), qui obtient 27,65%.
l’ancien Premier ministre Domingos Simões L’enjeu de ce second tour fut la course aux
Pereira, limogé en 2015. Cette proposition a été alliances et aux reports de voix des autres candidats
refusée par le président Vaz. Après des semaines de en lice. Le candidat Embalo a reçu des «soutiens
blocage, le chef de l’État a reconduit, le 22 juin, de poids». Le président sortant a décidé d’apporter
Aristides Gomes au poste de Premier ministre son soutien à Umaro Sissoco Embaló. Ce dernier
à quelques heures de la fin de son mandat. Le est également soutenu par Nuno Nabiam qui
gouvernement avait la charge d’organiser l’élection s’est classé en troisième position et avait recueilli
présidentielle du 24 novembre 2019. Initialement 13,16 % des suffrages.
prévu pour le 5 janvier 2020, le second tour du Selon l’analyste politique bissau-guinéen,
scrutin a été programmé pour le 29 décembre 2019. Augusto Nhaga, les électeurs votent plus pour une
La Cour suprême a retenu le dossier de douze personnalité que pour des idées ou des messages
candidats pour le premier tour du scrutin. Exclu politiques spécifiques. Les choix de vote du
du PAIGC, le président Vaz était candidat à sa 29 décembre pour les citoyens dépendront des
propre succession avec l’étiquette de candidat consignes et du positionnement des différents
indépendant. Ses principaux adversaires sont candidats qui n’ont pas pu accéder au second tour.
le chef du PAIGC et ancien Premier ministre Le vote du second tour s’est déroulé dans le calme
Domingos Simões Pereira et les deux anciens et l’attente des résultats a également été pacifique.
premiers ministres, Carlos Gomes Junior et Le 1er janvier 2020, la Commission électorale
Umaro Sissoco. a annoncé la victoire du candidat Umaro Sissoco
Le pays a connu une campagne électoral Embalo, avec 53,55 % des suffrages. Son
apaisée. Les institutions en charge de l’observation adversaire Domingos Simoes Pereira obtient
64 / Régions

46,45 % des voix. Dans son communiqué du C. «


  Au forceps », Embalo aux
22 janvier 2020, la CEDEAO prenait acte de la commandes de la Guinée-Bissau
victoire d’Embalo et le félicitait pour son élection
à la tête de la République de Guinée-Bissau. Deux mois après le scrutin présidentiel, et malgré
les contestations de son adversaire Domingos Simões
B. La victoire du candidat Embalo Pereira, Umaro Sissoco Embaló semble bel et bien
contestée par le PAIGC et l’ouverture décidé à endosser le rôle du chef de l’État. Il s’est
d’un contentieux électoral installé au palais de la République. Il a poursuivi sa
prise de contrôle des institutions du pays, en nommant
Le PAIGC et son candidat Domingos Simoes son nouveau gouvernement, le 2 mars 2020. Son
Pereira ont introduit le 3 janvier 2020 un recours allié, Nuno Gomès Nabiam, qui s’est classé troisième
devant la Cour suprême pour contester la victoire lors de l’élection présidentielle, est nommé Premier
d’Umaro Sissoco Embaló. Le candidat battu a ministre. Il est à la tête d’un gouvernement de Dix-
dénoncé des cas de fraude lors du second tour neuf ministres et treize secrétariats d’État.
et demanda un nouveau décompte des voix. La Le 4 mars, le nouveau gouvernement a invité
contestation des résultats a plongé le pays dans les services des ministères et les fonctionnaires
une confusion totale. Le 5 février, La Commission à reprendre leur travail. La CEDEAO, quant à
électorale de la Guinée-Bissau a confirmé la elle, a décidé d’envoyer une mission d’experts
victoire d’Umaro Sissoco Embalo à l’élection constitutionnalistes du 9 au 13 mars 2020 à Bissau
présidentielle, après une vérification des procès- pour travailler avec la Cour suprême et la Commission
verbaux du second tour demandée par la CEDEAO nationale des élections afin de résoudre la crise.
pour tenter de sortir le pays de l’impasse politique. Du 10 au 13 mars, Umaro Sissoco Embalo a
Le bras de fer entre la Cour suprême de justice, entamé une tournée ouest-africaine qui l’a amené
qui joue le rôle d’un Conseil constitutionnel, et au Sénégal, au Niger et au Nigeria. Il a été accueilli
la Commission électorale nationale indépendante en chef d’État dans ces différentes capitales.
(CNE) montre la faiblesse des institutions en L’objectif de ces rencontres avec trois présidents
Guinée-Bissau. influents de la région est de consolider ses relations
Le nouveau président « élu » Umaro Sissoco diplomatiques pour obtenir une reconnaissance
Embalo a entamé une série de visites dans internationale, en tant que chef d’État.
certaines capitales africaines (Dakar, Niamey, La crise sanitaire du Covid-19 semble reléguer au
Brazzaville et Abuja). Sans attendre la décision second plan la crise politique en Guinée-Bissau. La
de la Cour suprême, Umaro Sissoco Embalo est CEDEAO est très préoccupée par la crise sanitaire et
investi président de la République, le 27 février. Il ses implications multiples pour les pays de la région.
a prêté serment dans un hôtel de luxe de la capitale Le 27 mars, le président Umaro Sissoco Embalo a
en petit comité en présence du président sortant déclaré par décret présidentiel « l’état d’urgence sur
Vaz. La cérémonie a été validée en urgence par l’ensemble du territoire national » pour 15 jours.
une partie du Parlement. L’état d’urgence a été prolongé de 15 jours par le
En guise de réponse à cet acte, le PAIGC, gouvernement. Embalo est aux commandes de la
qui contrôle l’Assemblée nationale, a nommé Guinée-Bissau face à cette pandémie. Le 23 avril
président de la République par intérim le président 2020, la CEDEAO a finalement reconnu la victoire
de cette institution, Cipriano Cassama. Ce dernier d’Embalo au second tour de la présidentielle. Elle
renoncera à cette nouvelle fonction le 1er mars a demandé au président Umaro Sissoco Embalo de
après avoir reçu des menaces de mort. Dans cette procéder à la nomination d’un Premier ministre au
crise politique, la CEDEAO a estimé que les plus tard le 22 mai 2020.
investitures de deux présidents étaient illégales et Que se passera-t-il après la crise du Covid-19 ? Le
a appelé l’armée à observer une neutralité dans le parti historique bissau-guinéen le PAIGC acceptera-
jeu politique. t-il cette décision de l’organisation régionale ?
RÉGIONS
L’Afrique Centrale à l’heure des mythes qui se lézardent / 65

Chapitre 5

L’Afrique centrale à l’heure des


mythes qui se lézardent
Eric Ntumba Bukasa

Le déroulé de l’année 2019, et le début de 2020 sur fond de pandémie inédite,


nous poussent à questionner les prismes usuels d’analyse de l’Afrique centrale et
à revisiter ces paradigmes installés ou ces « mythes » en les analysant à l’aune des
nouveaux développements, pays par pays, ainsi qu’à l’échelle régionale. Même si
nombre ces mythes surannés tiennent encore par endroits, notamment ceux relatifs
aux interactions consacrées entre états de la Région (hostilités transfrontalières)
et aux fondamentaux régionaux de la honte (Dictatures, coups d’Etat, élections
truquées, opinions brimées, pouvoirs claniques voire pseudo monarchiques
au sein de Républiques censées être démocratiques, corruption systémique), à
bien les observer, on peut voir leurs murs séculaires se lézarder sous la pression
de nouvelles aspirations et de nouvelles poussées démocratiques, sociétales,
technologiques, diplomatiques, sécuritaires ou sanitaires. A l’heure où les murs
de nos certitudes se fendillent en frayant un chemin pour de nouvelles percées
et la transformation espérée de la région et du continent nous choisissons dans
ce chapitre de décrypter les forces à l’œuvre et de déterminer les contours des
failles à exploiter ou colmater pour laisser éclore les nouvelles opportunités dont
la plus grande est à bien des égard la construction de la Zone de Libre Echange
Continentale Africaine (ZLECA) et la matérialisation des promesses qu’elle offre
à nos populations. C’est on le verra, un effort où pour une fois l’Afrique Centrale, à
travers la CEEAC pourrait prendre un rôle de champion en lézardant durablement
le mythe de son immobilisme.

Le fait marquant, à l’échelle africaine, en au plus grand accord commercial signé depuis
2019, est inéluctablement la signature du traité la création de l’Organisation mondiale du
sur la Zone de Libre Echange Continentale Commerce (OMC). A la fin 2019, 29 Etats avaient
Africaine (ZLECA) entre 54 Etats, qui correspond déjà finalisé le processus de sa ratification, nous
66 / Régions

laissant observer, là aussi, une dynamique inédite C’est une approche qui ambitionne, enfin, de
à l’échelle du continent. Cet élan de construction sortir du périmètre historique des efforts d’intégration
panafricaine place, une fois de plus, de manière précédents en arrivant progressivement à quelque
classique, l’accent sur le volet économique de chose de concret loin du mythe incantatoire usuel
l’effort d’intégration du continent. Il sied de noter, qui s’est longtemps contenté des déclarations
toutefois, que l’approche proposée est nouvelle. d’intentions et de la noblesse des effets d’annonce.
Elle vise à favoriser l’émergence par vagues Quels sont les ingrédients préalablement requis
(phases) de politiques de convergence régionales pour que la nouvelle dynamique lézarde le mythe
portées par les Communautés économiques de l’immobilisme du continent sur le sujet de
régionales (CER), en lien avec un mouvement l’intégration régionale ? Quels sont les prérequis pour
continental d’ensemble devant aboutir à court que la région Afrique centrale y trouve son compte
terme (Juillet 2020) à un marché africain commun. et tire son épingle du jeu, malgré les pesanteurs
sécuritaires qu’on lui connait ? nous y consacrerons
un chapitre, vu l’importance de ce tournant.

les six régions de l’union africaine

Secrétariat du Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest (CSAO/OCIDE)


RÉGIONS
L’Afrique Centrale à l’heure des mythes qui se lézardent / 67

La première difficulté lorsqu’on essaie de I. CEEAC et ZLECA, opportunité de


passer en revue la région Afrique centrale réside bâtir sur le roc l’Afrique centrale
dans la définition de l’espace sous analyse.53 de demain
Pour des raisons de cohérence avec le
rapport précédent et d’alignement futur avec La mise en œuvre prochaine de la ZLECA,
la Communauté économique Régionale (CER) événement phare de l’année 2019 sur le plan
validée par la ZLECA ainsi que la Région Afrique africain, suscite beaucoup d’espoir, de débats
Ccentrale, telle que définie par l’Union Africaine mais, aussi, beaucoup de critiques. L’ambition de
(UA)42, nous considèrerons l’espace circonscrit la Zone de « créer un bloc commercial qui devrait
au périmètre de la CEEAC en parlant de l’Afrique générer un PIB de plus de 3,000 milliards de dollars
centrale (avec ses 11 membres Angola, Burundi, et permettre la création de 300,000 emplois directs
Cameroun, République centrafricaine, Congo, et plus de 2 millions d’emplois indirects »55 est
République démocratique du Congo, Gabon, une nécessité pour le développement du continent,
Guinée équatoriale, Rwanda, Tchad, Sao Tomé et sa transformation et l’amélioration des niveaux de
Principe). Nous invitons la Banque africaine de vie de ses habitants.
Développement (BAD) et les autres partenaires de La principale critique formulée à l’endroit
l’UA dont les définitions diffèrent encore à rejoindre de la ZLECA tient principalement compte
cette acceptation pour permettre une meilleure des disparités en termes de développement
comparabilité des analyses et des évolutions54. économique entre pays et régions. Elle relève le
L’année 2019, et le début de 2020, sur fond risque de voir l’exercice ne profiter qu’aux géants
de pandémie inédite, nous poussent à questionner africains qui ont des tissus industriels déjà établis
certains fondamentaux et les prismes usuels et des avantages compétitifs certains, en reléguant
d’analyse de l’Afrique centrale. Ce sont ces le reste des pays au rang de simples débouchés
paradigmes installés que nous qualifions de de consommation. Cet écueil verrait se produire
mythes et que nous analysons à l’aune des l’inverse de l’effet initialement envisagé : une
nouveaux développements, pays par pays, et accentuation des dynamiques de divergence
à l’échelle régionale. Très vite, on s’arrête au économique entre pays et entre régions et le
constat évident que la plupart de ces mythes développement d’une ZLECA à plusieurs vitesses.
tiennent encore, même si, à bien les observer, on Anticipant, peut-être, sur ces aspects, l’UA a
peut voir leurs murs séculaires se lézarder, sous la prévu une dose de gradualisme dans la marche
pression de nouvelles aspirations et des poussées vers un socle commun par phases, en laissant
démocratiques, sociétales, technologiques, les Communautés économiques régionales
diplomatiques, sécuritaires ou sanitaires. Nous piloter les efforts régionaux devant, à terme,
sommes à l’heure où les murs de nos certitudes, culminer en dynamique continentale. Cette
de nos axiomes et de nos mythes nationaux, approche gradualiste n’est pas du goût de tous
régionaux, continentaux et globaux se fendillent les observateurs. Certains analystes, comme
en frayant un chemin pour de nouvelles percées Jacques Berthelot56, relèvent le risque de voir mise
et la transformation espérée de la région et du en œuvre une forte désintégration du continent
continent. faisant le jeu des multinationales en leur offrant
la possibilité de concentrer leurs activités de
production sur les pays les plus compétitifs
(Centre) et en développant les exportations vers

53. Cet espace correspond à celui qui définit l’Afrique 55. Michael Cheylan, entretien avec l’Institut Montaigne
centrale dans la mise en œuvre de la force africaine en « Zone de libre-échange africaine : bientôt une entrée
attente (APSA) en vigueur ? » Avril 2019
54. La BAD limite l’Afrique centrale à 7 pays, à savoir 56. Jacques Berthelot, « La folie suicidaire de la
le Cameroun, la République centrafricaine, le Congo, zone de libre-échange continentale africaine
la République démocratique du Congo, le Gabon, la (ZLECA) » [archive] [PDF], sur Sol - Alternatives
Guinée équatoriale et le Tchad agroécologiques et solidaires, 7 novembre 2016.
68 / Régions

les autres (périphérie) conformément à la théorie plusieurs conflits multiformes, notamment


des pôles de croissance57. pour le contrôle des richesses naturelles ou
L’installation des CER comme échelons impliquant des groupes armés. Ces conflits
régionaux de mise en œuvre de l’accord est une ont été exacerbés par l’incapacité des États
opportunité à saisir pour ancrer la ZLECA dans à faire face aux problèmes d’insécurité et de
un effort holistique d’intégration régionale, en reconstruction, par un niveau élevé de pauvreté
abordant, de front, les autres obstacles dits « non- et un déficit de gouvernance ». C’est, donc, ici
tarifaires » qui vont au-delà des aspects purement l’opportunité de se saisir de ce mouvement
logistiques et infrastructurels pour embrasser les continental pour construire sur du roc, sur
sphères sécuritaires et culturelles dans un triptyque un socle solide afin de sortir définitivement
intégrationnel alliant économie, sécurité et culture. la région du mythe de « Ventre mou » du
De ce point de vue, le fait que les périmètres continent malgré sa dotation inégalée en
géographiques des CERs correspondent aux ressources naturelles.
échelons opérationnels de l’APSA58 peut permettre • Elle regroupe des pays ayant d’énormes
de garder à chaque fois une vue d’ensemble sur potentiels économiques très peu réalisés
l’étendue des questions à traiter. à ce stade et des économies plus ou moins
La ZLECA est le plus grand accord commercial homogènes fortement ancrées sur la rente issue
signé depuis la création de l’OMC, il va falloir des exportations de leurs industries extractives
que les Communautés économiques régionales facilitant la mise en place rapide de critères de
s’approprient sa mise en œuvre afin d’en faire un convergence nominaux et réels.
succès pour qu’en découlent les gains économiques • 8 sur ses 11 membres ont déjà ratifié l’accord,
attendus par les populations du continent. elle est, donc, en passe d’être la première région
à démarrer sa mise en œuvre concrète.
La CEEAC a plusieurs atouts :
Il lui faudra pour avancer :
• La Région part de presque rien (à part,
peut-être, l’expérience acquise par ses • Une harmonisation rapide de ses textes et de ses
membres faisant aussi partie de la CEMAC Institutions, afin de fluidifier ses interactions
dans l’établissement et la gestion des critères avec l’UA au niveau continental et avec les
de convergence et la pratique d’une monnaie autres acteurs régionaux et sous-régionaux.
unique). Elle a, donc, tout à construire (ce • Une ferme volonté politique de ses Etats
qui inclut la paix pour certains pays fragiles membres afin que la région s’ancre dans
comme la RDC, la RCA et le Tchad). La BAD la dynamique de l’accord (harmonisation
est sans appel sur ce constat dans son rapport des droits de douane, des procédures aux
« Perspectives Economiques en Afrique frontières, des conditions de mobilité des biens
centrale 2019 » : « dans l’ensemble, l’Afrique et des personnes), et évolue rapidement dans
centrale demeure l’une des régions les moins les négociations de sa deuxième phase (droit
intégrées du continent, principalement de propriété intellectuelle, investissements,
en raison d’un déficit infrastructurel, de politique de concurrence).
l’existence de barrières tarifaires et non • Assurer les conditions sécuritaires et
tarifaires, d’une faible diversification des diplomatiques nécessaires à l’établissement
économies et de la faiblesse des capacités d’un climat de confiance entre pays ayant,
humaines. La fragilité de l’Afrique centrale est parfois, un passif lourd en termes de conflits
caractérisée par un contexte sécuritaire volatile ouverts ou larvés.
et une instabilité politique. Cette situation • La nomination d’une task force avec un
résulte, principalement, de l’éclatement de représentant par pays (commissaire) devant
suivre avec les gouvernements respectifs
57. Perroux (1995), Hirschman (1998) l’évolution des efforts d’harmonisation et de
58. Architecture Africaine de Paix et de Sécurité
RÉGIONS
L’Afrique Centrale à l’heure des mythes qui se lézardent / 69

mise en œuvre des dispositions de l’accord. totalement fait sa mue en mouvement politique.
La CEEAC a là une bonne opportunité Il a procédé notamment au renouvèlement de
d’ouvrir la voie aux autres CER, en étant la son leadership, une première depuis la mort de
première région à ratifier l’accord. Elle dispose de Savimbi, en confiant les commandes du parti à
l’opportunité de fendre le mur du mythe de son Adalberto Costa Junior. L’UNITA compte, depuis
éternel immobilisme, en prenant le leadership de l’année 2017, 51 députés sur 220 au parlement
l’implémentation de la ZLECA sur le continent. angolais et espère, par ce changement, améliorer
son score lors des prochaines élections et passer
II. Angola : sur fond de lutte du statut de parti d’opposition à celui de parti de
contre la corruption, le dauphin gouvernement. L’apaisement est, aussi, perceptible
s’affranchit dans les gestes d’ouverture du nouveau régime qui
a remis, à la fin mai 2019, à sa famille biologique
L’année 2019 aura vu une accélération du et politique, la dépouille de l’ancien chef Rebelle
calendrier de la justice angolaise sur plusieurs tué en 2002 pour des obsèques publiques, comme
dossiers relatifs à des actes supposés de mégestion pour confirmer que cette page-là était désormais
et de détournement des deniers publics, touchant tournée.
le premier cercle du clan d’Edouardo Dos Santos, Du coté des indépendantistes Cabindais,
l’ancien président. l’heure n’est pas au dégel avec l’arrestation,
La lutte acharnée contre la corruption initiée début 2019, de 70 membres du Mouvement
par Joao Lourenco, dauphin de Dos Santos et indépendantiste du Cabinda (MIC) en marge d’une
ancien cacique du régime, n’a pas épargné la tentative de la commémoration d’un traité de 1885
famille biologique de ce dernier, avec l’arrestation instaurant la province en protectorat portugais. Le
et le procès de son fils Jose Philoméno (ancien gouvernement semble ne pas dévier, à ce stade,
dirigeant du Fonds d’Investissement souverain de la ligne Dos Santos qui privilégie une solution
angolais) et le quasi exil du reste du clan Dos régalienne, en bannissant toute possibilité de
Santos ébranlé par les « Luanda leaks »59 qui ont négociations. Les indépendantistes ont lancé un
notamment mis à mal l’image dorée de sa fille appel à la médiation du voisin Congolais, dont les
ainée, Isabelle Dos Santos, longtemps affublée relations avec Luanda sont au beau fixe, mais, qui,
du titre de « Femme la plus riche d’Afrique » jusqu’ici, est resté sans suite.
lézardant durablement le mythe construit autour Dans le nouvel Angola qui se profile, le mythe
de ses talents d’entrepreneure à succès et de des clans d’intouchables au pouvoir, de l’impunité
capitaine d’industrie. consacrée et du changement dans la continuité en
On note, ici, qu’après la reprise en main de a pris un sacré coup.
l’appareil politique du Mouvement populaire
de libération de l’Angola (MPLA) et de l’Etat RDC et Rwanda, l’improbable
angolais, le président Lourenco s’émancipe de la rapprochement des Grands Lacs
tutelle économique des Dos Santos et se distance
de leur gestion de 38 ans et de ses excès. A titre Le début de l’année 2019 aura été riche en
illustratif, fin décembre 2019, le parlement rebondissements politico-diplomatiques entre
angolais a voté une loi pour interdire, dès 2020, les deux voisins que tout semble diviser depuis
la circulation des billets de banque à l’effigie de l’onde de choc du génocide de 1994 et le cycle
l’ancien homme fort de l’Angola. d’instabilité de la Région des Grands Lacs, qui a
Sur le plan sécuritaire, l’Union Nationale particulièrement endeuillé l’est de la RDC pendant
pour l’indépendance totale de l’Angola (UNITA), les deux dernières décennies. L’acte 1 aura été la
ancien mouvement rebelle, semble avoir tentative d’ingérence avortée du Chef de l’Etat
rwandais, sous couvert de son rôle de Président
59. h ttps://www.voanews.com/africa/luanda-leaks- de l’UA, pour interrompre le processus électoral
corruption-files-tip-iceberg-angolan-campaigners-say en cours chez son voisin sur fond de larges
by Anita Powell
70 / Régions

soupçons de fraudes en janvier 2019. L’acte 2, qui de l’axe des 3 K : Kampala-Kigali-Kinshasa,62
a pris de court la plupart des observateurs, a été cher à l’administration Clinton, qui avait permis
l’offensive diplomatique menée, dès février, par l’accession au pouvoir, en mai 1997, de Laurent
Felix Tshisekedi pour arriver à un rapprochement Désiré Kabila ? La version actuelle de ce dernier
avec Paul Kagame qui avait pourtant émis de se prolongerait au Luanda (les 4 chefs d’Etat
sérieuses réserves sur la qualité du résultat multiplient les rencontres au sommet depuis
des élections ayant consacré sa victoire. Ce août 2019). Il se dessine, ici, une configuration
réchauffement a permis, en moins de 6 mois, une intéressante lorsqu’on considère que l’Angola a été
visite du président congolais à Kigali, une visite le principal allié de la RDC et la caution sécuritaire
du président Rwandais à Kinshasa, la mise en de sa capitale Kinshasa pendant la guerre de 1998
place d’un mécanisme de renseignement conjoint menée contre la RDC, directement, ou, par proxy,
entre les deux pays, dit « Equipe Conjointe de par le Rwanda et l’Ouganda. Cette nouvelle
Renseignement » qui, selon le ministre rwandais communauté d’intérêts pourrait durablement
de la Défense, Patrick Nyamvumba, vise la changer la donne dans cette partie du continent qui
sécurisation mutuelle et la coopération entre les a longtemps été en proie à ce que nous qualifions
deux armées60. de phénomène « d’osmose hostile63 » (similaire à
De manière concrète, on observe, depuis,
une meilleure coopération, notamment dans la 62. « Le 17 mai 1997 la joint-venture militaire de l’Ouganda,
du Rwanda et du Burundi porte Laurent Désiré Kabila
traque des rebelles des Forces démocratiques à la tête du Zaïre après avoir contraint le président
de Libération du Rwanda (FDLR) dont le point Mobutu à l’exil. La coalition est soutenue à travers tout
culminant aura été la neutralisation du commandant le continent africain et jouit de l’approbation tacite des
Etats-Unis. L’administration Clinton semble vouloir
en chef, Sylvestre Mudacumura, et de son état- saisir au vol l’opportunité de faire basculer le Zaïre
major en septembre lors d’une opération militaire dans la nouvelle zone d’influence qu’elle tente de créer
conjointe conduite par les armées congolaise et dans la région. C’est une zone pilotée par l’Ouganda
et que le Rwanda a rejointe en marge du génocide de
rwandaise dans la région frontalière du Kivu. 1994. Cette zone stratégique en gestation est définie
Sur le plan géopolitique, ce rapprochement par l’administration Clinton comme l’axe des trois
arrive à point nommé pour le Rwanda, face au climat K: Kampala, Kigali et Kinshasa. Elle est conçue pour
devenir le nouveau bastion de l’influence américaine en
de tensions croissantes avec ses voisins burundais Afrique centrale et combler le vide laissé par le départ
et ougandais. Le soutien de la RDC empêche ainsi inévitable de Mobutu, l’ancien allié traditionnel des
sa prise en étau régionale. Felix Tshisekedi a, USA dans la région. La création de cette zone sera le
principe validant de la première guerre du Congo qui sera
d’ailleurs, beaucoup pesé, avec l’Angolais Joao placée sous l’auréole de la renaissance africaine. » Eric
Lourenço dans le début de résolution du différend Ntumba Bukasa, La RDC et le Processus d’Intégration
entre le Rwanda et l’Ouganda. Ces efforts ont des Pays des Grands Lacs comme voie de sortie de
la crise sécuritaire régionale, Mémoire de Master en
débouché sur la signature d’un mémorandum Administration publique, ENA 2008. In https://www.
d’accord en août 2019 à Luanda61 devant mettre memoireonline.com/12/08/1724/m_La-RDC-et-le-
fin aux hostilités entre les deux voisins (anciens processus-dintegration-des-pays-des-Grands-Lacs-
comme-voie-de-sortie-de-la-crise-secur2.html
alliés) qui s’accusaient d’abriter sur leurs territoires 63. Nous définissons comme osmose hostile (en
respectifs des activités subversives menaçant la empruntant à la chimie et aux sciences du vivant) le
sécurité régionale. Une feuille de route devant phénomène géopolitique qui voit des Etats exsangues
normaliser les relations entre les deux pays a été (hypotoniques) en termes de ressources naturelles,
d’opportunité, de stabilité, de sécurité fendre
signée en février 2020, même si leurs frontières volontairement les frontières semi-perméables d’Etats
demeurent pour le moment fermées. mieux lotis (hypertoniques), afin d’assurer leur survie.
Serions-nous en train d’assister à la renaissance Trois scénarios sont possibles : les Etats les mieux
dotés exercent la pression nécessaire au niveau de leurs
frontières et empêchent la membrane de céder face
aux velléités des Etats exsangues (Pression Osmotique
équivalent en géopolitique à un dispositif militaro-
60. In https://www.jeuneafrique.com/mag/896596/ sécuritaire adéquat assurant l’équilibre régional). Les
politique/entre-le-rwanda-et-la-rdc-un-rapprochement- Etats exsangues réussissent à exercer une pression
assume-malgre-rancoeurs-et-crispations/ suffisante aux frontières de l’Etat cible et à fendre
61. https://www.un.org/press/fr/2019/sgsm19708.doc.htm sa paroi, en installant des termes d’échanges à leur
RÉGIONS
L’Afrique Centrale à l’heure des mythes qui se lézardent / 71

celui qu’on peut observer entre cellules voisines Mouvement pour la Renaissance du Cameroun
en biologie) qui a longtemps vu ces Etats, au gré (MRC) qui gagne du terrain, même si elle
des changements des leaderships régionaux et demeure hors du jeu électoral depuis les élections
des retournements d’alliances, fendre les parois contestées de fin 2018 qui ne l’ont crédité que
sécuritaires des voisins, accusés de servir de base de 14% des suffrages exprimés et qui ont donné
arrière à des mouvements rebelles, pour exercer lieu à des vagues d’arrestations (dont celle de
un droit de poursuite, créer un hinterland ou Kamto) en marge de marches blanches organisées
simplement profiter des avantages d’une économie en contestation des résultats publiés. Ce scénario
de guerre64 (Le Zaïre de Mobutu abritant les a culminé, début 2020, par la victoire écrasante
rebelles de l’Unita puis les ex -FAR du Rwanda ; du Rassemblement démocratique du peuple
l’Ouganda abritant le FPR rwandais ; le Rwanda, camerounais (RDPC) à l’issue des élections
l’Ouganda et le Burundi soutenant les rebelles de législatives boycottées par le Mouvement pour la
l’AFDL en RDC ; les rebelles de la LRA squattant renaissance du Cameroun (MRC).
l’Est de la RDC ; etc.). Les principales zones d’inquiétudes
Sur le plan symbolique, la photo des président proviennent de la zone anglophone en crise
Tshisekedi et Kagame main dans la main à Kigali, (Nord-Ouest et Sud-Ouest) où les velléités
les applaudissements nourris reçus par Kagame séparatistes des indépendantistes anglophones
à Kinshasa pendant les obsèques de la figure se sont cristallisées en conflit meurtrier qui voit
historique de l’opposition congolaise, Etienne régulièrement des pertes en vies humaines (civiles
Tshisekedi, père du Président Felix Tshisekedi, comme militaires) être constatées depuis 201665
sont autant de signes qui confirment que le mur Le gouvernement a tenté de répondre à
du mythe de la discorde entre les deux voisins est cette crise en organisant un « Grand Dialogue
largement lézardé, ouvrant la voie à un nouveau National » de septembre à octobre 2019 qui s’est
chapitre des relations entre deux peuples, à jamais vite transformé en monologue consanguin et qui
liés par une frontière commune. n’a reçu l’adhésion ni des indépendantistes ni de
l’opposition, même s’il a ancré dans le marbre
III. Cameroun : l’unité nationale et la proposition d’accorder, sur le tard, un statut
la démocratie à bout de souffle spécial aux deux régions qui revendiquent depuis
des décennies une meilleure participation à la
Le Cameroun, pays qui a longtemps donné une gestion de la chose publique au niveau national
image de stabilité interne, est aujourd’hui en proie ainsi qu’une prise en compte de leurs caractères
à des difficultés grandissantes sur fond d’un climat idiosyncratiques .
de fin de règne de Paul Biya, aux commandes La stratégie du tout militaire ne semble pas avoir
depuis 38 ans. de prise sur le cours des événements et plusieurs
Le pays est bousculé dans ses fondamentaux voix s’élèvent, aujourd’hui, pour réclamer la
politiques par une opposition plus radicale que mise en place d’une force d’interposition neutre.
de coutume, menée par Maurice Kamto et son Proposition qui est tout simplement ignorée à ce
stade par Yaoundé.
La même absence de dialogue franc est
avantage pouvant arriver jusqu’à l’éclatement de l’Etat
cible (Pillage systématique des ressources, occupation, observée de la part des tenants du pouvoir au
balkanisation) ou à un équilibre précaire. Mise en Cameroun face à deux crises bien différentes :
place d’un mécanisme consensuel d’échange, souvent celle politique avec le MRC et celle identitaire
grâce à un processus d’intégration régionale installant
un équilibre synergique durable et la conception d’un avec les indépendantistes (même si on constate,
espace de coprospérité partagée (isotonie coopérative).
64. Le Rapport Mapping des Nations unies, publié en 2010, 65. 
« près de 2 000 morts, 530 000 déplacés internes,
par le Haut-Commissariat aux droits de l’homme en dit plus de 45 000 réfugiés, dont 35 000 au Nigeria »
long sur ce sujet et fait référence sur la période allant de Jean-Claude Félix-Tchicaya et Hippolyte -Eric
1993 à 2003. https://www.hrw.org/fr/news/2010/10/01/ Djounguep in https://www.lepoint.fr/afrique/crise-
rd-congo-questions-et-reponses-sur-le-rapport-de- anglophone-au-cameroun-et-si-on-y-posait-un-autre-
mapping-des-nations-unies-sur-les regard-25-07-2019-2326853_3826.php .
72 / Régions

quelquefois, des gestes d’ouverture comme la Kagame pouvait être qualifié de despote, c’est
libération de prisonniers). Cette stratégie qui la première fois qu’on questionne l’aspect
consiste à avancer seul, envers et contre tout, « éclairé » de sa pratique du pouvoir. C’est un
semble accuser ses limites et constitue un risque vrai tournant.
d’exacerbation de la situation déjà précaire. • La situation au Tchad avec des élections
La situation de l’extrême Nord demeure législatives en sursis depuis 2011 et la
préoccupante. On a constaté une recrudescence des jurisprudence qu’elles installent, repoussées
attaques des terroristes de Boko Haram qui désolent d’abord pour raisons économiques, puis à cause
ces contrées de manière quasi quotidienne, en faisant de l’instabilité liée à Boko Haram, elles seront,
des victimes, civiles pour la plupart, mais, aussi, encore une fois, décalées à cause de la pandémie
militaires (une attaque revendiquée a coûté la vie à du Covid-19 (tous les prétextes semblant valides
16 soldats en juin 2019 sur l’île de Darak). Un écueil devant des situations tombant toujours à point
à craindre est le risque faible, mais pas totalement nommé pour le pouvoir en place).
inexistant, de la mise en place d’un nexus entre les • Le renforcement de la tendance monarchique
indépendantistes et les djihadistes de Boko Haram au Gabon, où le petit fils d’Omar Bongo vient
dans le Nord du Cameroun sur fond crapuleux (un d’être nommé par son père, Ali Bongo, comme
peu sur le modèle observé parfois entre des groupes « Coordinateur des affaires présidentielles »
de rebelles Touaregs et AQMI au Mali). ayant pour charge d’assister le président de
Le Cameroun a longtemps tenu l’image et la République dans la conduite de toutes les
le mythe d’un espace sous contrôle total de son affaires de l’Etat, prouve que certains réflexes
président et d’un parti au pouvoir n’ayant à gérer bien ancrés dans la région ont la peau dure. On
que les ambitions d’une opposition docile et facile n’est pas encore dans le cas d’une désignation
à manœuvrer, comme un peu partout en Afrique officielle de Noureddine Bongo au poste de
centrale. Depuis 2016 et le durcissement du ton Vice-Président du Gabon, comme en Guinée
dans la zone anglophone ainsi que la montée équatoriale, mais on n’en est plus très loin…
en puissance d’une opposition radicale, avec Combien de temps un tel attelage tiendra-t-
Maurice Kamto, le mythe se lézarde à vue d’œil il face à une opposition dont le grondement
laissant présager, dans un futur assez proche, des monte ? La situation est à observer de près.
recompositions à ce stade dures à prédire. • La crise financière et l’insoutenabilité de la
dette du Congo Brazza devant l’effondrement
Conclusions des cours du pétrole fragilisent chaque jour un
peu plus le pouvoir du clan Nguesso. Quelles
L’année 2019 a été riche en actualités capables sont les marges de manœuvre de ce dernier avant
de provoquer un exercice de questionnement des qu’on arrive socialement à un point d’inflexion ?
tendances lourdes, depuis longtemps à l’œuvre Ce questionnement nous invite en conclusion
dans les pays d’Afrique centrale : à repenser l’Afrique centrale loin de ses mythes
• L’envers de la médaille du miracle rwandais surannés, de ses interactions consacrées (hostilités
avec la publication, par le Financial Times, transfrontalières) et de ses fondamentaux de
d’un article faisant état d’une probable la honte (Dictatures, coups d’Etat, élections
manipulation des chiffres sur la réduction de truquées, peuples brimés, pouvoirs claniques,
la pauvreté dès 2015 ainsi que la normalisation corruption systémique) pour laisser éclore
progressive des disparitions et des morts l’énergie constructive de nos populations et
suspectes d’opposants dans un pays où le permettre l’érection d’un espace de coprospérité
président a rempilé après 17 ans de règne partagée. L’avènement de la ZLECA, le devoir
pour un autre mandat en remportant le scrutin d’introspection qu’il impose afin de réussir son
avec 99% des voix. S’il y a toujours eu un implémentation par palier et, à terme, l’effort
débat autour du caractère autocratique ou pas d’intégration continental peut-être le premier pas
du régime et la question de savoir ou non si de cet effort de milles lieux.
Partie II

Paix et sécurité

Chapitre 1 : Défis sécuritaires dans la zone Sahelo-sahélienne :


le challenge de la mise en adéquation et de la coordination
entre réponses internationale et nationale

Chapitre 2 :  A Bird’s eye view of Ghana’s implementation


of the Women, Peace and Security Agenda

Chapitre 3 : Situation de la Réforme du Secteur de Sécurité (RSS)


en République centrafricaine (2019)

Chapitre 4 : The Egyptian and Ethiopian perspectives on the Grand


Ethiopian Renaissance Dam
Défis sécuritaires dans la zone Sahelo-sahélienne : le challenge de
la mise en adéquation et de la coordination entre réponses internationale et nationale / 75

Chapitre 1

Défis sécuritaires dans la zone

PAIX ET SÉCURITÉ
Sahelo-sahélienne : le challenge
de la mise en adéquation et de
la coordination entre réponses
internationale et nationale
Youssef Tobi

Les pays du Sahel font face à des changements politiques qui affectent négativement
le continent africain dans son ensemble. Ce papier, tout en traitant la question
des armées et de leurs implications dans des zones de conflits, notamment au
Mali, pierre d’achoppement de la région, tente d’établir le lien essentiel entre
sécurité et développement. La nécessaire importance à accorder au renforcement
des institutions nationales est aussi en filigrane des arguments développés.

Introduction extrémistes violentes ont étendu leurs influences,


ambitions, capacités de nuisance ainsi que leur
Les pays du Sahel font face à des changements portée géographique au Sahel, générant un arc
politiques qui affectent négativement le continent d’instabilité à travers une zone d’intérêt stratégique
africain dans son ensemble. La région du Sahel a pour les pays d’Afrique de l’Ouest et du Nord.
une longue histoire de vulnérabilité, en raison de Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), Jamaat
la sécheresse, du changement climatique ainsi que Nusrat al-Islam wal-Muslimeen (JNIM), Boko
des mouvements de personnes qui ont entraîné Haram, et, plus récemment, les affiliés de l’État
à des frontières poreuses en raison du manque Islamique : l’État Islamique au Grand Sahara
de légitimité des frontières établies et de la (EIGS) et l’État Islamique en Afrique de l’Ouest
faiblesse générale des institutions de l’État. Dans (EIAO). Ces groupes terroristes représentent
ce contexte fragile et instable, les organisations une menace permanente pour la région. Face
76 / Paix et sécurité

à la pression croissante des forces de sécurité Ce papier, tout en traitant la question des armées
françaises et régionales, leur évolution future est et de leurs implications dans des zones de conflits,
incertaine, mais elles ont prouvé leur capacité à notamment au Mali, pierre d’achoppement de
s’adapter et à rebondir face aux revers précédents. la région, tente d’établir le lien bien qu’évident
La propagation de la menace terroriste au Sahel entre sécurité et développement. La nécessaire
est, non seulement une question nationale pour un importance à accorder au renforcement des
pays comme le Mali mais, aussi, régionale, tant institutions nationales est aussi en filigrane des
la fluidité des discours djihadistes ainsi que leur arguments développés. A travers l’exemple du
mobilité géographique permettent, aujourd’hui, Mali, il s’agira de démontrer comment l’approche
une dissémination des discours et des combattants développement est essentielle dans la résolution
en dehors du vaste Mali vers le Burkina Faso et de conflits et ne doit pas être négligée. Il s’agira,
le Niger. Certes, la guerre contre le terrorisme se en conclusion, de proposer quelques pistes
gagnera sur le terrain mais aussi dans les cœurs. de réflexion dans le sens de la mise en place
Il est indispensable d’obtenir l’adhésion des d’approche de développement tout en demeurant
populations dans le projet de développement des conscient du cadre sine qua non de l’intervention
Etats sahéliens. Combattre les terroristes sur le militaire sur le terrain dans une optique de
terrain et empêcher la violence sont des mesures pacification.
tactiques essentielles. Stratégiquement, il s’agit La propagation de la menace terroriste à
de couper ces groupes de potentielles recrues caractère protéiforme dans la bande Sahélo-
désœuvrées, de terreaux fertiles dans les villages sahélienne 
minés par les conflits ethniques et de créer parmi La montée du terrorisme et une approche plus
les populations le sentiment que leur destin est agressive des groupes terroristes alliés à al-Qaeda
entre leurs mains. et à l’État Islamique, normalement crées au Mali,
Cette approche établit un lien clair entre posent aujourd’hui un grand défi aux pays voisins,
sécurité et développement. L’idée selon laquelle les surtout le Burkina Faso et le Niger. Depuis 2016,
questions de sécurité relèvent fondamentalement JNIM (Jamāʿat nuṣrat al-islām wal-muslimīn)
de la sphère militaire cède la place à une nouvelle et EISG ( Etat Islamique dans le Grand Sahara)
conception. L’accent, qui était autrefois mis sur ont étendu leur influence et présence dans les
la sécurité du territoire se reporte, aujourd’hui, régions de Tillabéri et Tahoua au Niger, et dans les
sur la sécurité et le bien-être des populations. Les régions du Sahel, Est, Boucle du Mouhoun, Nord,
mesures prises par la communauté des bailleurs de et Centre-Nord au Burkina Faso. Cette montée
fonds, notamment dans le cadre du G5 Sahel, ont rapide des deux groupes, surtout EISG, a mis en
tendu à faire converger les activités traditionnelles doute la capacité des deux pays à répondre à une
à l’appui du développement et de la lutte contre la telle menace.
pauvreté, d’une part, et les efforts de construction Sur fond de conflits ethniques et de demandes
de la paix et de reconstruction, d’autre part. sociales, les différentes milices terroristes
Cette notion de « stabilité structurelle » soit : la organisent un contre-discours clair, rejetant
réunion d’un ensemble de conditions faisant que en bloc l’intervention étrangère et la politique
les individus et les communautés peuvent vivre de l’Etat malien, jugée complaisante avec la
dans un climat de liberté, de paix et de sécurité, présence de puissances étrangères, considérées
participer pleinement à la gestion des affaires néfastes par une partie de la population. Entre
publiques, bénéficier d’une protection de leurs temps, les Maliens, pris entre deux feux, fuient
droits fondamentaux, satisfaire leurs besoins les leurs maisons avec un nombre record : 140
plus élémentaires et vivre dans un environnement 000 personnes ont été déplacées en 2019, soit
qui ne porte pas préjudice à leur santé et à leur une multiplication par sept par rapport aux 12
bien-être est essentielle dans la réflexion et la mise mois précédents, a rapporté l’Observatoire des
en place d’une feuille de route réaliste s’agissant déplacements internes. D’autres n’y arrivent
de la stabilisation du Sahel. pas. Depuis janvier 2018, les combats armés
Défis sécuritaires dans la zone Sahelo-sahélienne : le challenge de
la mise en adéquation et de la coordination entre réponses internationale et nationale / 77

ont tué 817 civils, contre 574 environ en 2018, Un cycle de vengeance est un schéma qu’on
sans compter les militaires, maliens et étrangers, observe aussi au Mali où les tensions entre Peuls
tombés au front66. et Dogon et la propagation des milices ethniques
La présence des groupes extrémistes a d’autodéfense exacerbent les violences et créent
compliqué les relations entre différents acteurs un engrenage difficile à désamorcer. A titre
dans les trois pays. Par exemple, dans le nord d’exemple, Dan Na Ambassagou est fondé au Mali,

PAIX ET SÉCURITÉ
du Burkina Faso, soupçonnés de complicité en 2016, après l’assassinat de Théodore Sombor,
avec les groupes terroristes, des villageois sont qui dirigeait, à l’époque, la société des chasseurs
régulièrement victimes d’opérations punitives de dogons. Il apparaît cependant au grand jour au cours
groupes d’autodéfense57. de l’année 2018, dans un contexte de violences
communautaires entre Peuls et Dogons.67

Groupes islamistes militants en Afrique

Mis à jour : Octobre 2018


Note : Compilé par le Centre d’études stratégique de l’Afrique, cette infographie montre les événements violents impliquant les groupes indiqués au cours
de la période de 12 mois se terminant le 30 septembre 2018. Les membres des groupes indiqués ne les sont qu’à des fins d’information et ne doivent pas être
considérés comme des désignations officielles. En raison de la nature fluide de certains groupes, leurs membres sont susceptibles de changer.
Sources : Projet de données d’emplacement et d’événements armées ( ACLED, Daniel Byman, Centre Jane’s terrorism and insurgency, Thomas Jocelyn,
SITE intelligence Group, le Groupe Soufan, projet de cartographie des groupes militants de l’université de Stanford, Stratfor, consortium de recherche et
d’analyse du terrorisme ( TRAC), et Aaron Y. Zelin.

66. The armed conflict location & event projet https:// 67. https://www.crisisgroup.org/fr/africa/sahel/mali/276-
acleddata.com/tag/mali/ speaking-bad-guys-toward-dialogue-central-malis-jihadists
78 / Paix et sécurité

Le groupe rassemble des chasseurs des groupes qui, en plus de connaitre le terrain, se
traditionnels dozos de la communauté des Dogons. déplacent en unités mobiles et peuvent se replier
Il est particulièrement actif dans la région de Mopti très rapidement.
dans le cercle de Koro, de même qu’il est bien Deuxièmement, le caractère militant des
présent dans les cercles de Bankass, Douentza, et djihadistes interpelle les Etats de la zone et leur
Bandiagara. Le président du mouvement est David capacité à gérer le territoire. Dans le cas de la Katiba
Tembiné, et le chef de la branche militaire est Macina du JNIM, au Mali, il s’agit de remettre en
Youssouf Toloba. Des querelles éclatent cependant cause la nature laïque de l’Etat et d’intervenir dans
au sein du groupe et, en 2018, la branche dirigée la gestion des populations. Ce caractère politique
par Youssouf Toloba reconnaît un autre chef de la menace djihadiste pose un défi aux Etats et
politique : le capitaine Mamadou Goudienkilé, qui à la communauté internationale dans la façon de
est désigné comme président de la coordination les traiter. A l’heure où les Etats-Unis ont signé
nationale du mouvement. Le groupe revendique un accord avec les Talibans en Afghanistan,
plusieurs centaines de combattants. En décembre la question du dialogue avec les djihadistes,
2018, Youssouf Toloba affirme que Dan na notamment au Mali, est dans les débats bien
Amassagou compte 5 000 hommes et possède une qu’elle demeure encore une perspective éloignée.
trentaine de camps d’entraînement. Cette milice, Face à cette complexité et les risques
toujours active, est aussi en conflit avec l’Etat d’expansion, les réponses internationales ne
malien et revendique régulièrement sa légitimité se sont pas fait attendre. La France, ancienne
et son utilité auprès des populations68. puissance coloniale dans la zone, est présente
Face à l’histoire, il est important de considérer depuis des années et transforme peu à peu sa
l’exemple malien comme un avertissement, présence avec le Sommet de Pau avec l’invitation
une reproduction de ces schémas de violence des Etats européens à soutenir l’effort de guerre et
ethnique, couplée à une dissidence véhémente la sollicitation des armées et des Etats de la zone
envers l’Etat dans d’autre pays, comme le Burkina pour une plus grande coordination.
Faso, déjà en cours et pourraient remettre en
cause les efforts déployés jusqu’à lors et créer I. La Transformation de la présence
une spirale de violence difficile à endiguer. La française : Diviser le fardeau,
menace terroriste au Sahel, de par ces éléments impliquer les acteurs locaux
ethniques mais aussi la géographie unique de la
région, est inédite. Dans son étude autant que dans A l’heure où la France fait face à une résurgence
sa maitrise sur le terrain, il est difficile d’établir d’un sentiment anti-français au Mali et où l’armée
des précédents, tant le contexte géopolitique et française est mise de plus en plus sous pression, il
les modalités des groupes djihadistes diffèrent de est devenu, non seulement impératif pour Paris de
ce que nous avons observé dans d’autre zones de revoir les modalités de son intervention et de sa
conflits où a sévi l’extrémisme violent. D’abord, présence au Mali, mais aussi pour l’Etat malien
cette menace s’étend sur une zone (en excluant et ses partenaires régionaux de repenser leurs
les Etats du littoral d’Afrique de l’Ouest) aussi stratégies.
vaste que l’Europe, avec plusieurs types de Face à ces enjeux, la France recherche un
terrains, montagneux, marécageux, désertiques soutien sans ambages de la part des présidents
etc. Cette multiplicité de paysages et des terrains des Etats du G5 Sahel. En somme, le président
de déploiement rend la coordination et la réponse français Emmanuel Macron cherche à légitimer
militaire ardues là où le terrain désertique à lui la présence française, en faisant comprendre aux
seul pose de sérieux problèmes de mobilité face à populations à quel point elle est importante. C’est
dans ce sens que le Sommet de Pau a permis au
68. Avant, nous étions frères, rapport Human Right Watch
président français de « clarifier »69 sa position sur
https://www.hrw.org/fr/report/2018/12/07/avant-
nous-etions-des-freres/exactions-commises-par-des- 69. Sommet de Pau ou Sommet de Pô : Quelles options
groupes-dautodefense-dans pour la résolution du conflit au Mali ? Tobi Youssef
Défis sécuritaires dans la zone Sahelo-sahélienne : le challenge de
la mise en adéquation et de la coordination entre réponses internationale et nationale / 79

la présence des troupes françaises dans les pays du cellule comprenait un réseau d’experts en matière
Sahel. La clarification voulue par Paris a bien eu de sécurité intérieure et de défense, déployés au
lieu. Dans la déclaration conjointe, les présidents Mali mais aussi au sein des délégations de l’Union
des pays sahéliens expriment leur « souhait de la auprès d’autres pays du G5 Sahel (Mauritanie,
poursuite de l’engagement militaire de la France Burkina Faso, Niger et Tchad71).
au Sahel » et ils plaident « pour un renforcement L’autre élément stratégique complexe est le

PAIX ET SÉCURITÉ
de la présence internationale à leurs côtés ». Cette contexte de retrait possible des États-Unis de la
présence sera restructurée dans un nouveau cadre scène internationale et leurs sollicitations envers
impliquant le G5 Sahel, la France et les autres l’Europe pour une plus grande implication. Dans
partenaires internationaux dans une volonté de le Sahel, la première puissance militaire du monde
permettre une meilleure implication des forces et l’allié historique de l’Europe a clairement
africaines sur place. D’autre part, il s’agit aussi positionné la priorité dans l’intensification des
d’intensifier l’effort de stabilisation dans la région efforts européens dans la zone et non vers une
avec une augmentation de l’effectif des troupes implication accrue des armées américaines : le
françaises qui passeront de 4500 à 4720 soldats chef du commandement américain pour l’Afrique
sur place et une mise en commun avec la création (Africom), le général Stephen Townsend a
d’un commandement conjoint barkhane/G5 Sahel appuyé ce point en jugeant « insuffisante et mal
et forces européennes, rebaptisé « Task force coordonnée. » la réponse européenne à la menace
Takouba »70. terroriste au Sahel. Le général n’a pas, pour
Le président Emmanuel Macron a aussi autant, appelé à davantage de présence américaine
appelé à un renforcement du soutien de l’Union pour contrer les groupes liés à Al-Qaïda et l’EI en
européenne (UE) dans les efforts de stabilisation Afrique de l’Ouest, où les militaires européens
au Sahel. Dans sa conception, les efforts de – les Français en particulier – sont sur le terrain.
stabilisation concernent, aussi, toute l’Europe tant Le principal problème à l’heure actuelle, a-t-il
les menaces sont partagées et les risques encourus souligné, réside dans les efforts « non coordonnés
communs. Dans ce sens, le Conseil européen a » entre les différentes forces armées impliquées
décidé d’accroître l’efficacité, au niveau régional, dans la lutte au Sahel72.
de l’action des missions de l’Union européenne Enfin, il est important de considérer dans
relevant de la politique de sécurité et de défense cette équation le risque pour le Maghreb.
commune (PSDC) au Sahel : EUCAP ( service L’Algérie, bien qu’elle refuse, en vertu de sa
européen pour l’action extérieure) Sahel Mali, Constitution, d’intervenir hors de son sol, est
EUCAP Sahel Niger et EUTM ( mission de un acteur clé dans la stabilisation de la zone
formation de l’Union européenne au Mali ). (Accord d’Alger73, historicité de la propagation
Il a approuvé un concept d’opération civilo- de la menace terroriste émanant du sud et des
militaire commun sur la régionalisation de frontières algériennes avec les pays sahéliens).
l’action PSDC au Sahel, ce qui signifie que le Si la menace doit s’intensifier, l’Algérie devra
processus de régionalisation va maintenant entrer forcement revoir son positionnement stratégique
dans sa seconde phase. La première phase de la vis-à-vis de la zone. Le Maroc, bien que protégé
régionalisation des missions PSDC au Sahel a été géographiquement, demeure aussi un acteur clé
validée par le Conseil le 20 juin 2017. Elle a permis
l’établissement d’une cellule de coordination 71. h ttps://www.consilium.europa.eu/fr/press/press-
releases/2019/02/18/sahel-eu-takes-further-steps-to-
régionale (CCR) au sein d’une des missions civiles better-support-the-security-of-the-region/
de l’UE, à savoir l’EUCAP Sahel Mali. Cette 72.h t t p s : / / w w w . v o a a f r i q u e . c o m / a / l e s -
europ%C3%A9ens-mal-coordonn%C3%A9s-
au-sahel-selon-un-g%C3%A9n%C3%A9ral-
15 janvier 2020 https://www.policycenter.ma/opinion/ am%C3%A9ricain/5323974.html
sommet-de-pau-ou-sommet-de-po-quelles-options- 73. L’accord d’Alger est signé le 15 mai et 20 juin 2015
pour-la-resolution-du-conflit-au-mali%C2%A0#. à Bamako — après des négociations menées à Alger
XoxIRohKhPY — entre la République du Mali et la Coordination des
70. Ibid mouvements de l’Azawad
80 / Paix et sécurité

dans la stabilisation de la zone. Premièrement, logique de confrontation est mise en place. « Les
de par son rôle proactif dans l’économie de ces chances de vaincre la katiba Macina par les armes
Etats (le Maroc est le premier investisseur africain sont minces », reconnaissait l’International Crisis
en Afrique de l’Ouest) et, deuxièmement, en Group (ICG) dans un rapport publié en mai 2019.
faisant valoir sa longue expérience en matière Dans ce sens, les acteurs de la société civile et des
de contre-terrorisme auprès des pays de la zone. chefs religieux multiplient les appels au dialogue.
La Libye, qui a contribué à la propagation et à Il est aussi question, depuis 2015, de contacts
l’intensification de la menace djihadiste et de indirects et officieux entre le gouvernement
l’instabilité dans la zone, sera aussi un point clé malien et les djihadistes75. Officiellement, tout
de stabilisation de la zone sahélo-sahélienne. La appel au dialogue est rejeté par l’Etat malien.
stabilisation de la situation en Libye ne pourra Néanmoins, il n’est pas interdit de croire qu’une
qu’avoir un impact positif sur les pays du Sahel et initiative claire de dialogue continu et constructif
l’on peut avancer que cette pacification du pays est pourrait aboutir à une accélération du processus de
même un point essentiel pour la stabilisation de la paix au Mali.
zone in extenso.
Victimes de 2015 à 2019
II. L
 a nécessaire implication des Nombre de morts par violance armée
armées locales : le renforcement au Burkina Faso, Mali et Niger
des Etats en filigrane

Il est important de pouvoir renforcer le


positionnement de l’armée malienne et des armées
de la région. La coopération accrue entre le Burkina
Faso et le Mali est un bon signe dans ce sens.
L’approche du « drive from behind » et le retrait
des premières lignes de front peuvent être risqués,
mais la montée en puissance et la création d’un
rapport de confiance entre les armées locales et les
partenaires internationaux est un impératif. Dans
Source : acleddata.com
ce sens, le retour de l’armée à Kidal est bon signe
(l’armée n’y était pas retournée depuis 2014), en
filigrane de la reprise en main de l’armée malienne Dans ce sens, la coordination régionale est
de certaines zones, jusque-là peu investies par aussi essentielle. L’initiative du G5 Sahel est
l’Etat. Il y a la recrudescence de la présence un point important à renforcer dans la mise en
des représentants de l’Etat. En effet, le Premier place de l’effort régional de paix et de sécurité
ministre Boubou Cissé s’est rendu à Kidal. Un dans la zone. Dans la mise en place du cadre du
geste fort du Premier ministre : la dissolution d’un G5 Sahel, la question de la géographie importe
barrage mis en place par la milice dogon Dan Nan beaucoup. Comme l’explique Abdelhak Bassou :
Ambassagou. Cette visite74 constitue un exemple « Les frontières du G5S interpellent sur le degré
d’initiatives pour la mise en place d’une légitimité de coopération qui permet, soit de distinguer des
de l’Etat dans ces zones. Néanmoins, les clivages frontières extérieures du G5 Sahel des frontières
demeurent forts et la présence des Etats dans des intérieures entre les Etats qui le composent ;
zones contrôlées par des milices ou des groupes ce qui implique une communauté de l’action et des
djihadistes doit se faire progressivement et en territoires ; soit se limiter à la conception classique
parallèle aux actions militaires. Plus d’Etat n’est avec prise en considération des seules frontières
pas forcément synonyme de plus de stabilité, si la
75. https://www.la-croix.com/Monde/Afrique/Discuter-
74. h ttp://www.rfi.fr/fr/afrique/20200224-mali-visite- terroristes-Sahel-piste-experimentee-discretement-
premier-ministre-centre-mopti-ogossagou Mali-2019-12-13-1201066241
Défis sécuritaires dans la zone Sahelo-sahélienne : le challenge de
la mise en adéquation et de la coordination entre réponses internationale et nationale / 81

intérieures ; ce qui implique une communauté des « trois frontières », où se rencontrent sans
de l’action et une séparation des territoires »66. délimitation physique les territoires du Mali, du
En effet, en termes de champ d’application, il Burkina Faso et du Niger, est depuis plusieurs
est nécessaire de faire cette distinction entre années le cœur des tensions au Sahel. « C’est
frontières internes et frontières externes. A titre aujourd’hui l’épicentre militaire de la crise »,
d’exemple, dans la guerre au Sahel, la zone dite convient une source officielle française.67

PAIX ET SÉCURITÉ
Quelle coordination alors entre le Mali, le et de l’agriculture pendants essentiels de toute vie
Burkina Faso et le Niger ? Quels rôles pour les paisible pour les populations de la zone.77
armées locales et quel degré d’interopérabilité existe
entre Maliens, Nigériens et Burkinabé ? autant de III. Conclusion : Le Nexus sécurité/
questions qui doivent être adressées urgemment développement pour la
dans la zone et dont le G5 Sahel doit se saisir. construction d’Etats efficients
L’intensification des efforts militaires dans la zone
s’est avérée positive mais les efforts et le chemin Avec 64,5% de sa population âgée de moins
vers une stabilisation de la zone est encore long.76 de 25 ans, le Sahel est l’une des régions les
Quid des pactes nationaux nécessaires à établir avec plus jeunes du monde78. En conséquence, les
les populations et aussi qu’en est-il de l’économie
77. h ttps://www.lemonde.fr/afrique/article/2019/11/27/
76. L’Etat, les Frontières et le territoire au Sahel : Cas du la-zone-des-trois-frontieres-point-brulant-de-la-guerre-
G5 Sahel. Abdelhak Bassou, octobre 2017 https://www. au-sahel_6020752_3212.html
policycenter.ma/sites/default/files/OCPPC-PB1733.pdf 78. ONU, https://www.un.org/africarenewal/fr/sahel/le-
82 / Paix et sécurité

investissements dans l’éducation et la formation Enfin, les Etats de la région doivent se


professionnelle peuvent drainer d’importants renforcer et gagner en légitimité, cela en
dividendes démographiques. Bien que la priorité investissant dans les programmes publics d’aide
est à l’endiguement de la menace terroriste par des tant au niveau de l’éducation que de la santé et
moyens militaires, les causes profondes du mal de la mise en place d’infrastructures capables de
sahélien doivent être adressées. Précarité, absence mailler le territoire convenablement et d’assurer
de perspectives et faiblesse des institutions, un accès viable aux services de base, comme
voici un premier triptyque pouvant expliquer l’électricité et l’eau. In fine, la construction de la
la recrudescence des groupes djihadistes dans paix ne passera pas que par les armes, elle passera,
la région. En premier lieu, la transformation de aussi, et, avant tout, par la construction d’un
l’agriculture et la création d’une classe moyenne espoir au sein de ces populations, un espoir d’être
agricole dans ces pays sont importantes. Passer capables de vivre sereinement dans leur village,
d’une agriculture de subsistance, à peine dans leur pays et dans leur région. Cet espoir est
suffisante, à une agriculture génératrice de concomitant à la nécessité d’un gain en légitimité
revenus, permettrait de réduire les appétits de du système politique en place, ses composantes
violence et d’exode d’une grande partie des gouvernementales et institutionnelles doivent
populations sahéliennes. Deuxièmement, la mise travailler à rétablir la confiance entre elles et les
en place de programmes pour l’émergence de cette populations mais aussi à réfléchir à un nouveau
jeunesse abondante est impératif, tant dans les modèle capable d’intégrer toutes les composantes
secteurs de l’économie mais aussi de la décision politiques représentées au sein de la société.
en permettant à cette partie de la population de
s’impliquer dans les institutions nationales, peu
importent leurs appartenances ethnique ou sociale.

sahel-une-terre-d%E2%80%99opportunit%C3%A9s
A Bird’s eye view of Ghana’s implementation of the Women, Peace and Security Agenda / 83

Chapitre 2

A Bird’s eye view of Ghana’s

PAIX ET SÉCURITÉ
implementation of the Women,
Peace and Security Agenda
Joana Ama Osei-Tutu69

When the United Nations Security Council adopted Resolution 1325 In October
2000, stakeholders called it a historic achievement. The Security Council has
passed a Resolution that addressed gender issues specifically. The Resolution
recognized the experiences of women in conflict and post-conflict situations, and
also acknowledged the contributions and absence of women in conflict resolution,
prevention, and peacebuilding processes. This paper will broadly examine the
efforts Ghana made in the operationalization of the WPS Agenda, as it relates
to the Ghana National Action Plan (GHANAP 1), with specific reference to the
participation pillar.

Introduction 79 peacebuilding processes. The Resolution called


on all stakeholders to ensure the mainstreaming of
In October 2000, when the United Nations gender perspectives in all UN peace and security
Security Council adopted Resolution 1325, it was efforts. It further called for the empowerment of
hailed a landmark achievement. For the first time, women, to ensure their inclusion in the prevention
the Security Council passed a Resolution that of conflict, and the peacebuilding process.
addressed gender issues specifically. It recognized This was a strategic shift from the usual
the experiences of women in conflict and post- framing of Security Council Resolutions, which
conflict situations, and also acknowledged identified women more as victims in need of
the contributions and absence of women in protection than active participants in the quest
conflict resolution, conflict prevention, and for peace and stability. The Resolution was the
foundation for the international Women, Peace and
79. Joana Ama Osei-Tutu is the Head of the Women, Peace Security (WPS) Agenda. Following the passage
and Security Institute at the Kofi Annan International of Resolution 1325, and heeding the calls from
Peacekeeping Training Centre in Accra, Ghana.
84 / Peace and Security

civil society and other stakeholders, the Security was developed and implemented, Ghana had not
Council has adopted nine other Resolutions on and still has not experienced any form of grave
the WPS Agenda: Security Council Resolutions or volatile conflict, as some of its neighbors have
1820 (2009), 1888 (2009), 1889 (2010), 1960 experienced. Conflicts in Ghana have been limited
(2011), 2106 (2013), 2122 (2013), 2242 (2015), to spates of intra-state conflict mainly related to
2467 (2019), and 2493 (2019). These Resolutions chieftaincy, land disputes and elections82. These
offer direction and augment efforts to promote and conflicts have not had immense humanitarian
protect the rights of women in conflict and post- consequences at the national level, but have had
conflict situations. some impact on local communities, especially on
The WPS Agenda has four priority areas, or women and girls83.
‘pillars’, relevant to matters of international peace Though Ghana does not have to exert much
and security. First is participation, focusing on effort to ‘maintain’ peace in the country its role
women’s political leadership in peace and security in the maintenance of international peace and
governance; the second is prevention, which is to security requires the implementation of the
ensure that there are strategies to combat violence WPS Agenda and its NAP. Ghana as a Troop/
against women; third is protection of the rights and Police Contributing Country (T/PCC) has been
dignity of women; and lastly relief and recovery involved in international peacekeeping since
for conflict survivors, especially survivors of the 1960s. GHANAP 1 was therefore drafted to
conflict-related sexual violence80. accommodate both the national and international
These Resolutions are binding on all UN peace and security role played by the security
member states. To promote their implementation, services of the country.
countries were asked to develop National Action This paper will look more generally at the
Plans (NAPs), which detail the priority areas, efforts Ghana has made in the operationalization
resources, responsibilities, and commitments of of the WPS Agenda, in relation to the Ghana
individual states in the implementation of the National Action Plan (GHANAP 1), with specific
Agenda. reference to the participation pillar and selected
At time of writing, 21 African countries have security agencies. The data and information for
National Action Plans. However, many of these this paper is based on informal discussions with
NAPs have expired, with limited will to update stakeholders, mainly in Ghana’s Ministry of
or adopt a new NAP. Most member states have Gender, Children and Social Protection, the Ghana
slowed down the process by their unwillingness, Armed Forces, and the Ghana Police Service.
incapacities, and inabilities to monitor and evaluate
the impacts of the NAPs so far. Furthermore, it is I. Ghana National Action Plan 1
often difficult to assess the impact these NAPs (GHANAP 1)
have made, or are making in the operationalization
of the Agenda. The GHANAP 1 was designed to achieve,
Ghana’s first NAP, or the GHANAP 1, among other things, an increase in the participation
was developed in 2010, but officially began of women in the promotion of peace, and the
implementation in 201281. The life span of the resolution of conflicts in particular by supporting
GHANAP 1 was 2012-2014. At the time the NAP local peace initiatives by women. It further sought to

80. 
Nicole George and Laura J Shepherd, Introduction: 82. Muhammad Dan Suleiman, Global Insecurity and Local
Women, Peace and Security: Exploring the Conflicts in Ghana, (Peace Review 2017), 315-324.
implementation and integration of UNSCR 1325, 83. United Nations Development Programme –Ghana,
(International Political Science Review, 2016), 297-306. Mapping Conflict Zones in Ghana - an Exploratory
81. Government of Ghana (2010). Ghana National Action Study (UNDP, 2012) accessed from http://www.undp.
Plan for the Implementation of the United Nations org/content/dam/ghana/docs/Doc/Demgov/UNDP_
Security Council Resolution 1325 on Women Peace GH_NPC%20-%20draft%20report%20for%20
and Security (GHANAP 1325). Minister for Women conflict%20mapping-%20Northern%20Ghana%20
and Children’s Affairs. (2)%202012.pdf on April 16, 2020.
A Bird’s eye view of Ghana’s implementation of the Women, Peace and Security Agenda / 85

prevent gender-based violence and protect the needs faced during the implementation of the WPS
and rights of women and girls, within the scope of Agenda. Resolution 1325 focused on the conflict
peace missions and humanitarian operations. space and peacebuilding, and thus countries that
Additionally, the NAP was intended to ensure did not have full-blown violent conflicts did not
a coherent approach to the implementation identify with certain components of the Agenda.
of Resolution 1325 and to promote a gender The second NAP that Ghana began implementing

PAIX ET SÉCURITÉ
perspective in peace and security, internally in 2020 (GHANAP 2) duly included the fourth
and globally. This could be achieved by linking pillar of relief and recovery. This was added
the implementation of Resolution 1325 to the because as ‘insignificant’ as some may classify
National Constitution, international, and regional the country’s conflict proneness, the numerous
instruments, including the Beijing Platform for natural disasters and pandemics that happened
Action, and the Convention on the Elimination in-country and within close proximity of its
of all Forms of Discrimination Against Women borders necessitated the addition of the pillar and
(CEDAW). The NAP also called for the review mechanisms to ensure that, in such circumstances,
of national security and defense-sector policies gender equity is achieved.
to ensure alignment with global and national
commitments to gender equality, while evaluating II. Review of the implementation of
all training materials to ensure incorporation of a GHANAP 1
gender perspective.
Ghana also set out to review conditions of When GHANAP 1 expired, a review was
service for peacekeepers, to ensure that specific conducted to identify successes, lessons learnt,
requirements for women, such as clothing, and also to solicit recommendations for GHANAP
equipment, monthly supplies, and separate 2. It was realized that the first NAP was to ensure
facilities, are addressed. The country was to also that the rights, interests, and special needs of
establish a minimum target for deployment of women and girls were integrated into policy
women to peacekeeping, and gender units within formulation and implementation, in order to
the Ministries of Defense and Interior, which enhance the protection of women and girls. In
would, among other things, oversee the recruitment that regards, Ghana was seen as being upfront in
and deployment of women to peacekeeping. the development of relevant policies to protect
The GHANAP 1 was based on three Pillars: women and girls. Such policies included the
Domestic Violence Act 732 (2007), the National
1. Protection and promotion of the human rights Gender Policy (2015) and the NAP (2012), with
of women and girls in situations of conflict and an Affirmative Action Bill drafted but yet to be
peace-support operations; passed. Thus even though sufficient policies
2. Participation of women in conflict prevention, had been formulated, the challenge was in their
peace and security institutions and processes; implementation and providing continuous
3. Prevention of violence against women financial support. In the development of the
including sexual, gender-based, and conflict- NAP, several stakeholders were consulted, but in
related violence. the implementation many of these stakeholders
were not part of the direct process, creating a gap
It will be noted that, the pillar covering relief between development and implementation of the
and recovery is missing from the GHANAP 1. This policies. In the implementation of these policies,
omission was a result of the absence of conflict of every actor should see and appreciate their
humanitarian gravity in the country. The drafters respective role, as this leads to commitment to the
believed that, as Ghana was relatively at peace, process and eventually ownership.
relief and recovery was not a priority area. The NAP was to also ensure the full
This notion of narrowly defining what representation and active participation of
constitutes priority areas is one of the challenges women in conflict prevention, resolution, peace
86 / Peace and Security

negotiation, mediation, crisis and security supplement its annual budget84.


management at all levels of Ghanaian society. The NAP stipulated that an inter-ministerial
This was a difficult component to analyze, as body consisting of key ministries, including the
anecdotally there had been an increase in the security sector institutions, should be established.
number of women involved in internal peace It further called for a systematic collaboration
process and other spheres of the country, but not between MoGCSP and other key ministries
all the sectors have concrete figures or statistics including the Ministry of Foreign Affairs and
that can be used to support such claims. However Regional Integration, the Ministry of Defense, and
within the Ghana Armed Forces there are now two the Ministry of Interior. This body was ultimately
female Brigadier Generals and the Ghana Police not created, though there is a Domestic Violence
Service currently has two female Commissioners Secretariat at the MoGCSP, and a Domestic
of Police. Additionally, some women have been Violence and Victim Support Unit (DOVVSU),
appointed to key governmental positions, such as established in 1998, within the Ghana Police
Chief Justices, Speaker of Parliament, and Head Service under the Ministry of Interior. Having two
of the Electoral Commission. However, there was key units fighting to reduce or eradicate gender-
a general flaw in the implementation of the NAP based violence (GBV) is commendable, though
because no concrete baseline was established these units are under the authority of two different
against which monitoring could be conducted. ministries and different leaderships and resources.
Lastly, the NAP was to help in the reduction This has the potential to cause friction and conflict
and eradication of violence against women and among the actors. If the inter-ministerial body had
girls in both private and public spheres. In 2020, been created, it would have coordinated activities
an online search for statistics of domestic violence and initiatives to avoid potential turf wars,
in Ghana identified a report that was published in duplication of work, and fragmentation of limited
2016, though there are numerous fora where police resources. In the absence of the inter-ministerial
personnel share data on cases reported to them body, each ministry or key agency undertook their
this data is not readily available. Coincidentally, respective gender mainstreaming as it applied to
the continuous sensitization on domestic violence their respective mandate, without recourse to the
and intimate violent abuse has led to an increase NAP.
in reporting by male victims of domestic violence
according to the police in these public fora. III. The Participation Pillar and the
The National Agency mandated with ensuring Ghanaian Security Service
the progression of women in Ghana is the Ministry
of Gender, Children, and Social Protection Despite the setbacks and criticisms of the
(MoGCSP). The Ministry is required to ensure overall NAP under the respective pillars, some
compliance with international, regional, and achievement has been made by Ghana through
continental protocols, conventions, and treaties individual initiatives taken by the security
concerning children, gender, and social protection. services, which pooled together and contributed
This mandate has expanded to include people with to the success in terms of female participation in
disabilities and the equality of women and men, peace-support operations.
children’s rights, and other marginalized groups The participation pillar, titled Participation of
of people such as older women. This expansion Women in Conflict Prevention, Peace, and Security
was done without considerable increments in Institutions and Processes, aimed to ensure the full
funding and other resources. This can lead to a representation and active participation of women in
dilution of the work of the Ministry, as it becomes conflict prevention, resolution, peace negotiation,
overburdened and underfunded. Currently, though
the Ministry receives Government funding, it relies 84. 
Social Institution and Gender Index 2019- Ghana
heavily on partners and the donor community to accessed from https://www.genderindex.org/wp-
content/uploads/files/datasheets/2019/GH.pdf on April
16, 2020.
A Bird’s eye view of Ghana’s implementation of the Women, Peace and Security Agenda / 87

mediation, crisis and security management, at all other roles were given to females. However, if a
levels of the Ghanaian Society. This was to be position or duty was deemed too risky, a female
done by: would not be deployed. There are no written
rules underpinning this practice however, as it is
1. Increasing the level of deployment of women based purely on existing practices infused with
in peace-support operations by 30% over the traditional beliefs (on the role of the woman in a

PAIX ET SÉCURITÉ
current level. community). This practice is also evident in the
2. Increasing women’s participation in early Armed Forces. Combat roles were not opened to
warning, conflict prevention, and resolution women, who, if assigned into combat units, were
structures. there in support and not frontline duties.
3. Promoting mechanisms to ensure increased However, in 2018-2019 the Armed Forces
recruitment, retention, and advancement of recruited females into combat units and frontline
women in security (including justice and non- positions. Similarly, in the Police Service with a
state) institutions. continuous increase in female recruits, the Service
4. Mainstreaming peace and security into the is pushed to deploy women into previously off-
work of women’s groups and institutions. limits trades. There remains one pathway via which
neither the Force nor the Service deploys females:
Ghana has witnessed an increase in uniformed internal peacekeeping missions. As mentioned
women’s participation in peacekeeping and peace earlier, though Ghana is relatively stable, there
support operations over the past decade. Factors have been pockets of conflict that have required the
behind this increase include: increases in the deployment of security persons to maintain peace.
recruitment and retention of women in the armed The main reason given by senior officers has been
forces; increasing demand from the UN to field that the conditions of these internal peacekeeping
women for international operations, and success missions are not conducive for female personnel.
of missions involving women. The Ghana Police Service in 2019 began
Over the years, decisions by the Armed Forces the process of developing a comprehensive
and the Police Services to reserve a percentage Gender Policy for the Service, taking into
of recruitment for females have without a doubt account all protocols, legislation, resolutions,
contributed to the increasing population of women and national policy related to the WPS agenda.
in the security services. Currently, in the Armed The Ghana Armed Forces also subjected itself to
Forces, 15% of recruitment is reserved for qualified an assessment through the Elsie Initiative86, and
female candidates. The increase in recruitment began a comprehensive review of its regulations
translates to a wider pool of female personnel to address all components that place barriers in
who can be nominated for deployment. However, the path of female personnel. Such initiatives
it is important to ensure that, despite the increase ensure that there is a systematic and sustainable
in numbers, there are equal opportunities for all
personnel to fully assimilate into the Service. 86. In late 2017, Canada launched the 5-year Elsie for
Women in Peace Operations initiative that aims to
Most females in the Force or Service serve in increase the number of women in United Nations
support roles or ‘soft roles’, and are not placed peace operations. In 2018, during the first phase of
in areas that are usually deemed too masculine, the initiative, a Baseline Study on barriers to women’s
participation in UN peace operations was done. To
rough, or demanding. Some of these practices gain a deeper understanding of how these barriers
emanate from the history of the Service or Force. materialize in specific country contexts, a new project
When the Ghana Police Service opened its doors to entitled “Reducing Barriers for Uniformed Women in
UN Peace Operations” has been initiated and funded by
women in 1952, females were recruited to handle Canada and Norway. The project entails conducting in-
female suspects or inmates and juveniles85. Slowly depth research and analysis in a geographically diverse
as their numbers increased in the Service, some set of major troop- and police-contributing countries
(TPCCs) in order to create evidence-based policy and
programmatic recommendations. The eight TPCCs
85. Ghana Police History available at: https://police.gov. are: Bangladesh, Ghana, Jordan, Mongolia, Norway,
gh/en/index.php/our-history/. Senegal, Uruguay and Zambia.
88 / Peace and Security

approach to not only recruit but also retain female personnel often feel they have a dual task of not
personnel in the security services. Ensuring the just attending to their duty, but also a responsibility
sustainability of such interventions requires buy- to protect female colleagues in battle or similar
in and commitment from the hierarchy of the situations. Having well-trained female personnel,
Forces and Service. Over the years, there has been who can gain the trust of their male colleagues as
a steady commitment by the leadership of the being equally capable of working efficiently, will
respective agencies to apply a gender lens in its go a long way to promote the wider acceptance of
activities and policies. female engagement in some ‘male-reserved’ trades.
Additionally, a long-term effort to ensure The role and influence of the UN system in
broader acceptance and changing perspectives on promoting female participation in international
gender roles in the forces must be encouraged. peace support operations cannot be over-
This is a herculean task, taking into consideration emphasized. On some occasions, specific requests
that gender roles are still engrained in Ghanaian for the troop- and police-contributing countries to
society. Though Ghana, compared to other African fill particular positions for international operations
countries, has advanced the cause of women, there with women have encouraged the Forces to
remain social barriers that prevent women from develop the skills of its women in a particular area.
participating fully in society—especially domains Additionally, UN peacekeeping missions expose
seen as the preserve of men. Perhaps the Security the Forces to foreign forces and this sometimes is
Services will provide leadership to the country by beneficial in changing perspectives about gendered
becoming a showcase for the capacity of Ghanaian roles. Ghanaian personnel see women from foreign
woman to thrive in all fields. armies performing roles that are currently not open
The pillar calls for the advancement or to women within their country. This can encourage
promotion of women in the security services. women within the force to explore other trades,
This has also been a challenge as many female while silently helping to change the views of male
personnel are unable to meet the criteria needed to personnel on gendered roles.
obtain some promotions. The inability to meet the Ghana has steadily increased the numbers of
criteria at times is based on the roles the individual women in peace-support operations over the past
performs or has performed. There are criteria decade. As of April 2020, there are 2,774 military
for promotion to certain positions and by the and 417 police Ghanaian personnel involved in
regulations of the Forces females do not qualify to UN and African Union peacekeeping missions,
meet these criteria. Thus the female is disqualified and Ghana is the eighth largest contributor of
not based on merit but rather based on policy. personnel to UN missions87. As of April 2020,
Promoting or advancing females in the security Ghanaian women constitute 14% of military and
services requires an continued commitment on 25.6% of police personnel deployed to UN and
the part of females in the service to advocate and AU missions, a figure many countries and even
excel, however measures should be put in place the UN has not been able to achieve.
that ensure continuous training and development In the area of mainstreaming gender into the
of all personnel, including females in various trade workings of gender groups, training centers such
areas. There have been some calls for the lowering as the Kofi Annan International Peacekeeping
of standards for women for certain training. Some Training Centre and its Women Peace and Security
have argued that such acts would compromise Institute, offer cutting-edge training backed by
the effectiveness of the security services in a bid research to members of the security services,
to promote a feminist agenda. Addressing this from Ghana and the entire African continent. This
challenge will mean ensuring effective training, training consistently highlights the important role
and perhaps, where necessary, female-targeted
training, to ensure that female personnel meet the 87. UN Peacekeeping (2020). Summary of Contributions
to UN Peacekeeping by Country and Post.
required mark for admission into a trade. [online] Peacekeeping.un.org. Available at: https://
Concerning peacekeeping operations, male peacekeeping.un.org/en/troop-and-police-contributors
accessed on April 16, 2020.
A Bird’s eye view of Ghana’s implementation of the Women, Peace and Security Agenda / 89

women should and must play in peace processes. into the operations of stakeholders of peace and
Participants are offered the opportunity to review security. This process has not been perfect and it
and assess their operations and identify how has faced an array of challenges not specific to
women are alienated, and then to re-think how to Ghana, but to all countries seeking to implement
include women in their future operations. effectively the WPS Agenda. Despite these
setbacks, Ghana continues to offer a beacon of

PAIX ET SÉCURITÉ
Conclusion hope on how to ensure the operationalization of
the Agenda in the country, and hopefully reflect
Ghana over the last decade, underpinned by this hope in its international peace and security
GHANAP 1, the Domestic Violence Law, and agenda.
Gender Policy, has tried to mainstream gender
Situation de la Réforme du Secteur de Sécurité (RSS) en République centrafricaine (2019) / 91

Chapitre 3

Situation de la Réforme du Secteur

PAIX ET SÉCURITÉ
de Sécurité (RSS) en République
centrafricaine (2019)
Rachid EL Houdaigui

La réforme du secteur de sécurité (RSS) est un instrument important pour


la conception et la conduite des opérations de paix, pour la stabilisation et la
reconstruction des pays en crise. Cet article a pour objet de présenter un point
de situation durant l’année 2019 sur le programme de RSS en république Centre
africaine (RCA). Après un long redressement politique, toujours fragile, le
processus de réforme du Système de Sécurité en 2019. toutefois cette dynamique
se heurte à des facteurs à la fois techniques et politiques.

La Réforme du Secteur de Sécurité (RSS) est premier acte sur la réforme du secteur de la
un instrument important pour la conception et la sécurité avec, en point d’orgue, la réaffirmation du
conduite des opérations de maintien de la paix, pour la rôle central de la réforme du secteur de la sécurité
stabilisation et la reconstruction des pays en crise, pour dans les opérations de maintien de la paix. Dans la
la progression des processus de résolution de conflits, foulée, le Secrétariat général de l’ONU s’est doté,
et pour la prévention de la régénération de crises. en 2017, d’une Équipe spéciale inter-institutions
Depuis des dizaines d’années, l’Organisation pour la réforme du secteur de la sécurité, chargée
des Nations unies (ONU) apporte une assistance d’optimiser les capités de l’ONU pour rendre
fondamentale pour la réforme des différentes plus constructif et plus cohérent son engagement
composantes du secteur de la sécurité dans les auprès des autorités nationales.
environnements post-conflictuels, ainsi qu’en Aujourd’hui, il y a en Afrique neuf opérations de
témoignent les réformes engagées, entre autres, au paix investies du mandat de la réforme du secteur de la
Liberia, en Sierra Leone, au Burundi et en Côte- sécurité88. Les contextes particuliers de ces situations
d’Ivoire.
Le cadre politique et institutionnel de l’action 88. 
Mission multidimensionnelle intégrée des Nations
unies pour la stabilisation en République centrafricaine
de l’ONU s’est renforcé, d’abord, de la résolution (MINUSCA) ; Mission multidimensionnelle intégrée
2151 du Conseil de Sécurité (28 avril 2014), des Nations unies pour la stabilisation au Mali
(MINUSMA) ; Mission de l’Organisation des Nations
92 / Paix et sécurité

post-conflits, si différents soient-ils, font face à deux africaine, Communauté économique des États
défis majeurs  :  Comment  réformer  des institutions d’Afrique centrale (CEMAC), la Mission
de sécurité cloisonnées et une gouvernance désuète, multidimensionnelle intégrée des Nations unies
dans un contexte de fragilisation de l’Etat et de pour la stabilisation en Centrafrique (MINUSCA),
faible résilience due au manque de confiance entre l’Union européenne (UE) et les grandes puissances.
les pouvoirs publics et la population ? Comment Dans l’ensemble, l’accord a contribué, en un
garantir une adhésion soutenue et constante de la an, à réduire les tensions entre les parties et à
Communauté internationale à des processus de stabiliser progressivement la situation. Forcément,
RSS qui sont souvent longs, chargés de tensions les enjeux liés aux élections prévues en 2020 et
politiques et, donc, d’incertitudes ?    2021, conjugués aux violences momentanées,
Cet article a pour objet de présenter un point pèsent sur le cheminement de l’application de
de situation durant l’année 2019 sur le programme l’accord. En attendant, les dispositions de cet
de RSS en République centrafricaine (RCA). A accord ont défini les pistes de sortie de crise, par le
l’instar d’un certain nombre de pays africains, la renforcement, entre autres, de la RSS. Les acteurs
RCA ne manque pas de ressources naturelles et nationaux, gouvernement et groupes armés, voient
minérales et, pourtant, elle est considérée comme ainsi leurs responsabilités engagées, selon les
l’un des pays les moins avancés du monde, arrivant modalités suivantes :
à la 188ème place sur 189 pays, selon l’indice de D’abord, le Gouvernement (art. 4) s’engage à
développement humain de 2019. La crise politique poursuivre la RSS en accord avec le Programme
et sécuritaire, en 2013, a provoqué l’effondrement national de Démobilisation, Désarmement,
institutionnel complet du secteur de la sécurité et Réintégration et Rapatriement (PNDDRR),
le déplacement de plus de 25 % de la population. à assurer la représentation de l’ensemble des
Après un long redressement politique, toujours composantes sociales, y compris les éléments
fragile, le processus de Réforme du Système de des groupes armés, dans les corps en uniforme, à
Sécurité initié a connu une nouvelle impulsion à faciliter la présence desdits groupes armés dans les
la faveur de la signature d’un accord de paix, sous structures chargées du programme Désarmement,
la médiation de l’Union africaine (UA), entre le Démobilisation, Réintégration et Rapatriement
gouvernement centrafricain et les représentants de (DDRR) et à établir une commission mixte
14 groupes armés, le 6 février 2019. Gouvernement-groupes armés, chargée de la
réintégration des dirigeants et des membres des
I. Un accord politique générateur groupes armés, autrefois agents de la fonction
d’espoir (6 février 2019) publique civile et militaire.
Puis, les groupes armés (art.5), à leur tour,
Les élections de 2016 ont favorisé les sont astreints par leur engagement à renoncer
conditions de la transition politique qui a abouti au recours aux armes et à la violence pour faire
à la conclusion de l’accord de paix du 6 février valoir toute revendication, à mettre fin aux
2019, formellement appelé « Accord politique hostilités entre eux, à dissoudre leur bras armé, à
pour la paix et la réconciliation en République participer au DDRR et au programme pour leur
centrafricaine »89. Il bénéficie d’un large soutien réintégration dans l’armée nationale et les forces
de la Communauté internationale : l’Union de sécurité intérieure et à renoncer à toute forme
de renforcement des capacités ( recrutement,
unies pour la stabilisation en République démocratique exploitation illicite des ressources naturelles et au
du Congo (MONUSCO) ; Bureau intégré des Nations
unies pour la consolidation de la paix en Guinée-Bissau trafic illégal des armes et munitions).
(BINUGBIS) ; Mission des Nations unies au Libéria L’accord est venu, ensuite, consolider l’utilité
(MINUL) ; Mission des Nations unies au Soudan du majeure du Programme national de Désarmement,
Sud (MINUSS) ; Mission d’appui des Nations unies
en Libye (MANUL) ; Bureau des Nations unies pour Démobilisation, Réintégration et Rapatriement
l’Afrique de l’Ouest (UNOWA), Mission d’assistance (PNDDRR) et de la Stratégie de sa mise en œuvre
des Nations unies en Somalie (MANUSOM) dans le processus de stabilisation. Le consensus
89. https://undocs.org/fr/S/2019/145
Situation de la Réforme du Secteur de Sécurité (RSS) en République centrafricaine (2019) / 93

sur les mécanismes de réintégration des groupes A. Affirmation de l’autorité de l’Etat


armés dans les structures chargées du DDRR,
notamment le Comité stratégique, le Comité Les années de la guerre civile ont provoqué la
technique et la Coordination DDRR/RSS/RN, contraction de l’Etat et le repli institutionnel sur la
renforce la portée inclusive de la réconciliation capitale Bangui, laissant la majorité du territoire
nationale. sous le contrôle des groupes armés. Aussi l’accord

PAIX ET SÉCURITÉ
Enfin, d’autres questions relatives à la justice, politique de février 2019 fait-il de l’affirmation et
à l’ancrage démocratique et aux arrangements de l’extension de l’autorité de l’Etat une priorité
sécuritaires transitoires complètent l’architecture nationale. Un an après, le retour de l’administration
normative et politique de la RSS, entrée en vigueur territoriale s’est renforcé par le redéploiement
depuis février 201990. des agents de l’Etat dans une grande partie du
L’accord politique de février 2019 a constitué territoire, et selon le rapport du Secrétaire général
une évolution marquante, dès lors que son apport de l’ONU « Au 1er février 2020, les 16 Préfets et 67
normatif agrège les acquis institutionnels du des 76 Sous-préfets étaient à leurs postes »91. Une
dialogue national lancé après les élections de approche par le bas vient compléter cette présence
2015, qui a ouvert la voie à la mise en place d’une encore fragile des structures étatiques, à l’image
approche globale de la sécurité sur la base de cinq de l’implication des associations de victimes du
instruments : 1) La déclaration de 2015 sur les conflit dans les comités préfectoraux chargés des
principes de sécurité nationale et l’adoption d’une questions de sécurité et de la gestion du retour des
nouvelle politique de sécurité nationale (PSN), dont populations civiles dans leurs régions d’origine.
la mise en œuvre est assurée par le Conseil supérieur La région de l’Ouham, par exemple, a vu ses
de la sécurité nationale ; 2) Le Plan national de dirigeants musulmans et certains membres de
relèvement et de consolidation de la paix, approuvé l’ex-Séléka retourner chez eux, sous l’impulsion
en octobre 2016, rappelant notamment la nécessité de cette démarche inclusive. Dans un registre
de la mise en œuvre de programmes de RSS et de plutôt militaire, de janvier à décembre 2019,
DDR ; 3) La stratégie nationale de RSS, adoptée environ 1417 hommes de troupe ont été déployés
en 2017, expose une nouvelle vision à partir de sur 20 sites92.
l’évaluation des facteurs entravant le succès de L’apport de la MINUSCA à l’effort d’extension
la tentative de RSS de 2008, en tenant compte de de l’autorité de l’Etat a été considérable en 2019,
l’évolution de la situation sécuritaire ; 4) Le Plan si l’on se fie aux formations accordées aux
de défense nationale (NDP) (2017) planifie la mise fonctionnaires de l’administration centrafricaine93.
en œuvre de la PSN et la Stratégie nationale de RSS
et veille sur le redéploiement des forces armées B. R
 enforcement des capacités des
sur l’ensemble du territoire. 5) Le Plan global de forces de défense et de sécurité
restructuration et de redéploiement des Forces de
sécurité intérieure (PGRR-FSI) prévoit, durant une Déstructurées après le coup d’Etat de 2013,
période de 5 ans (2018-2023), le redéploiement de et le chaos qui s’en est suivi, les forces armées
la Police et de la Gendarmerie. centrafricaines (FACA) ont été dans l’incapacité
de remplir leurs missions de protection et de
II. U
 ne mise en œuvre lente mais défense. De ce fait, un des objectifs majeurs du
constante processus de stabilisation de la RCA, lancé dans le
La mise en œuvre de ce cadre stratégique est cadre de la MINUSCA, en avril 2014, est la prise
une condition sine qua non à la paix et la stabilité en charge de la sécurité dans son espace territorial
de la RCA. Son processus doit être mesuré à l’aune par l’Armée, la Gendarmerie et la Police. Les
des avancées lentes et ardues observées tout au
long de l’année 2019, dans trois grands chantiers 91. https://undocs.org/fr/S/2020/124, p.9
structurants ; 92. Ibidem
93. 74, dont des Préfets, des Sous-préfets et des chefs de
90. Idem, pp.9-10 village et de district, rapport du SG, op.cit. p. 9.
94 / Paix et sécurité

FACA, composées de 8244 soldats, selon le 757explosifs et 47421cartouches. Il s’est donné


Rapport du Secrétaire général de l’ONU94, ont comme objectif d’intégrer progressivement 655
suivi durant 2019 des programmes de formation : membres du personnel auxiliaire de police, sous
Formations initiales à Bangui et à Bouar de 1 020 réserve de ressources financières suffisantes
nouvelles recrues ; formation de 3 270 soldats et
745 membres des forces de sécurité intérieure aux III. Des obstacles majeurs à
manœuvres tactiques, dispensée par des formateurs l’aboutissement de la RSS
de la Fédération de Russie ; formation de 6 000
soldats par la mission militaire de formation de Malgré les avancées enregistrées, le processus
l’Union européenne en République centrafricaine de RSS, entériné au lendemain de l’Accord de paix
(EUTM-RCA) ; mise en place, par le Service de la du 6 février 2019, n’a pas été suivi complètement.
lutte anti-mines de l’ONU, de deux modules sur Cela s’explique par différents facteurs, à la fois
le stockage d’armes et de munitions à disposition. politiques, sécuritaires, opérationnels et financiers.
L’impact de ces initiatives apparait, pour
l’instant, dans la capacité d’interopérabilité dont A. Un jeu politique tendu
font preuve les forces militaires lors de leur
déploiement au côté de la MINUSCA. Mais, Rappelons, d’abord, que l’accord de paix
force est de constater que la refonte des Forces de a été accepté par les antagonistes sans qu’il y
défense et de sécurité est un processus long qui ait un consensus sur l’immunité et l’amnistie
demande du temps, des moyens et de l’apaisement ainsi que sur le partage du pouvoir politique.
du climat politique. Le rejet de toute idée d’impunité et le projet
de création de la Commission Vérité, Justice,
C. Processus de paix Réparation et Réconciliation (CVJRR) n’ont
pas été accompagnés par des dispositions claires
La mise en œuvre de l’Accord politique durant sur la façon dont la justice devrait être rendue
les mois qui ont suivi sa conclusion, semble avoir pour les crimes commis tout au long du conflit.
réalisé un certain progrès grâce, particulièrement, Les groupes armés voudraient favoriser les
à la création de mécanismes de mise en œuvre mécanismes de justice transitionnelle au détriment
et de mécanismes locaux de réconciliation, à de la justice « moderne » dans le traitement de ce
l’élaboration de lois importantes, à la lutte contre volet épineux de la réconciliation centrafricaine.
l’impunité et aux préparatifs des élections. Les Sans doute, la mise en place future de la CVJRR
violences et violations des droits de l’homme qui pourrait offrir un cadre adapté pour neutraliser les
continuent à hypothéquer la situation sécuritaire ne divergences entre les différents acteurs nationaux.
peuvent prendre fin qu’au prix d’un engagement En attendant, les Centrafricains font face à un
collectif en faveur de deux dynamiques autre problème d’ordre politique, celui de la
enclenchées en 2019. La première est l’intégration représentation des groupes armés dans l’exécutif
des 14 groupes armés (et non plus 5 seulement) qui a connu des péripéties multiples. Ainsi, le
au sein du Comité exécutif de suivi de l’Accord, premier « gouvernement inclusif » du 22 mars
comme proposé par le secrétariat dudit comité. 2019, qui n’a intégré que six des quatorze groupes
La seconde est portée par le Comité stratégique armés signataires, se trouve fragilisé par le désaveu
chargé du désarmement, de la démobilisation, de des principales composantes95. Le deuxième
la réintégration et du rapatriement, de la réforme remaniement ministériel incluant quatre nouveaux
du secteur de la sécurité et de la réconciliation chefs de groupes armés dans le gouvernement n’a
nationale. En effet, le Comité a entériné,
le 20 décembre 2019, le désarmement et la
démobilisation de 738 combattants issus de neuf 95. h ttps://www.jeuneafrique.com/744690/politique/
groupes armés, la collecte de 398 armes de guerre, accord-de-paix-en-centrafrique-5-des-14-groupes-
armes-signataires-desavouent-le-gouvernement/  Jeune
94. Idem Afrique, 22/03/2019.
Situation de la Réforme du Secteur de Sécurité (RSS) en République centrafricaine (2019) / 95

pas, non plus, apaisé la tension96. Dans ce sens, physique. La MINUSCA a enregistré 602 situations
le contexte électoral agrège une dose considérable provoquant un mouvement de populations,
d’agitation dans un climat déjà détérioré et pourrait notamment 12 000 personnes à Birao, et 2 500 à
perturber les élections présidentielles, législatives Alindao. Leur nombre augmente, si l’on ajoute les
et locales à venir. personnes qui se sont trouvées obligées de quitter
La RSS ne réussira que si elle est bien leur région, en raison des catastrophes naturelles

PAIX ET SÉCURITÉ
accompagnée d’un engagement politique pour (97000). L’insécurité empêche, par ailleurs, le
résoudre les causes sous-jacentes du conflit. retour des 593 000 réfugiés centrafricains établis
Et même lorsque cet engagement est acté, dans le voisinage régional.
un minimum de stabilité est nécessaire pour Le défaut de sécurité durable expose les
permettre à l’Etat, du reste civil, de se réapproprier efforts conjoints de la RCA et de la Communauté
ses missions régaliennes et d’exercer son autorité internationale à des situations, au mieux, de
sur l’ensemble du territoire. C’est seulement à ces ralentissement du processus de la RSS et, au pire,
conditions que le processus de la RSS pourra d’altération dudit processus.
surmonter les autres obstacles fonctionnels,
et résoudre la question du contrôle démocratique C. Un processus inachevé de DDRR
des forces de défense et de sécurité.
La réussite de la RSS en RCA dépendra
B. Une situation sécuritaire sous pratiquement de la conduite du processus DDRR.
tension Or, un certain nombre d’obstacles semblent
se dresser dans ce domaine. Les différentes
Le processus RSS en RCA se déroule dans un parties prenantes à ce processus ont des lectures
contexte où la FACA se heurte à ses propres limites, différentes quant à la mise en application de
dans un environnement politique et stratégique très certains points contenus dans l’Accord de paix,
tendu, alors que les forces de sécurité intérieures en particulier les questions de l’amnistie et de
ne semblent pas en mesure de faire face à une la représentation des groupes armés dans le
insécurité et à une criminalité de plus en plus gouvernement. D’autre part, le retard enregistré
violentes. Le Secrétaire général des NU (rapport dans l’achèvement du processus de désarmement
février 2020) fait état d’environ 575 violations et de démobilisation à la fin de janvier 2020,
de l’accord, enregistrées entre le 16 octobre 2019 tel que fixé par les autorités97, a un impact sur
et le 1er février 2020, commises par les groupes le redéploiement des FACA et autres services
armés, les forces armées et la sécurité intérieure. publics. Dans un autre registre, la présence des
Les affrontements entre les groupes armés pour le institutions judiciaires reste en deçà des besoins et
contrôle de nouveaux territoires sont récurrents, des attentes, entravant, par voie de conséquence, la
tout comme les attaques contre les représentants marche vers l’établissement de l’Etat de droit dans
de l’Etat, en particulier les forces armées. Du le pays : les acteurs de la justice, en particulier les
coup, les violences contre les civils continuent de juges, sont encore concentrés à la capitale Bangui,
compliquer le processus de réconciliation, surtout tout comme les prestataires de services de justice
que certaines peuvent constituer des violations du et de sécurité civile (Police et Gendarmerie).
droit international humanitaire. La MINUSCA a Il convient, aussi, de souligner que les obstacles
recensé 455 victimes selon le même rapport cité rencontrés dans la mise en œuvre du DDRR
plus haut. ne sauraient être limités aux enjeux politiques
Le développement de ces violences a provoqué et fonctionnels. En effet, un certain nombre de
de nouveaux déplacements de populations et ces freins proviennent de la difficulté à prendre
augmenté le nombre de civils menacés de violence en considération les défaillances en matière de
commandement et de contrôle au sein des FACA.
96. h ttps://www.jeuneafrique.com/753248/politique/ Défaillances qui influent pourtant structurellement
centrafrique-les-groupes-armes-gagnent-des-
portefeuilles-dans-le-nouveau-gouvernement/ 97. Rapport du SG des NU, op.cit. p. 1.
96 / Paix et sécurité

sur leurs capacités et leurs déploiements, si bien Conclusion


que le Secrétaire général des Nations unies a
pointé que l’insubordination des éléments des L’année 2019 était une étape-charnière dans
FACA entrave leur transformation en une armée le long chemin de la réconciliation nationale.
de garnison98. Malgré des efforts considérables consentis par
les acteurs nationaux et internationaux, la RSS
D. L’insuffisance des ressources s’est concentrée plus sur le volet opérationnel
financières des Forces de défense, à travers la formation et
la fourniture d’équipements, que sur leur réforme
La RSS en RCA, à l’instar des situations post- institutionnelle.
crise, exige des moyens financiers intenses et De manière générale, la mise en œuvre de la RSS
de longue haleine. Toute rupture dans la chaine se heurte à un problème structurel symptomatique
de financement pourrait augmenter les risques des réalités post-conflits ; comment construire une
de dysfonctionnement du processus de RSS armée qui n’a jamais existé grâce à l’introduction
et nuire aux progrès réalisés, sur le plan de la d’un mode de recrutement transparent et
réconciliation. En 2019, le manque de financement représentatif des différentes composantes de la
a eu un impact majeur dans cinq directions ; 1- la société, dans un contexte politique délétère ?
capacité institutionnelle de la justice de répondre La clé de voûte se trouve dans les forces
aux besoins en matière de justice dans l’ensemble vives de la RCA, tant il est vrai que sans une
du pays ; il y a moins de 182 juges dans le pays (1 réconciliation durable, ni la RSS ni la paix ne
juge pour 26 000 personnes), un ratio insignifiant, seront au rendez-vous ! D’autant plus que les
selon le Rapport du Secrétaire général99. 2- sur le processus de réforme sont souvent ardus, non
plan sécuritaire, certaines unités spéciales mixtes linéaires et chargés de tensions politiques. Ils
de sécurité n’étaient pas opérationnelles par nécessitent, cependant, la disponibilité croissante
manque de financement et de moyens logistiques, de la Communauté internationale.
comme, par exemple, celle de la zone de défense
du nord-ouest  ; 3- faute de financement, la
campagne 2019 de recrutement au sein des Forces
armées n’a été lancée qu’en janvier 2020 ; 4- la
préparation des élections, prévues en 2020 et
2021, a commencé tardivement, car tributaire du
soutien budgétaire direct fourni par les partenaires
internationaux.

98. Idem, p.10.


99. 
Juin 2019, S/2019/498, https://reliefweb.int/sites/
reliefweb.int/files/resources/S_2019_498_E.pdf
The Egyptian and Ethiopian perspectives on the Grand Ethiopian Renaissance Dam / 97

Chapitre 4

The Egyptian and Ethiopian

PAIX ET SÉCURITÉ
perspectives on the Grand
Ethiopian Renaissance Dam
Sara Hasnaa Mokaddem & Nihal El Mquirmi

The 2011 announcement of the Grand Ethiopian Renaissance Dam’s construction


came at a critical time, as Egypt was in the midst of a revolution and relations
between Egypt and Ethiopia were already tense. Despite initial Egyptian threats
of undertaking military action, Ethiopia pursued the construction of what has
been presented as an essential part of its national and, to some extent, regional
development. Tensions between the Sudan, Egypt and Ethiopia have been extremely
high for the past years, and despite having met several times, negotiations are at
a deadlock. This chapter explores the Egyptian and Ethiopian perspectives on
the issue, and analyses the points of contention and technical aspects that have
impeded the two countries from finding a common solution.

Introduction asset in Ethiopia’s implementation of its Climate-


Resilient Green Economic Strategy. Egyptian
Since the Grand Ethiopian Renaissance officials, however, are still concerned the dam may
Dam (GERD) was launched in 2011, when a significantly decrease water flow downstream and
revolution was underway in Egypt, relations reduce the country’s share of the Nile waters.
between Egypt and Ethiopia have been strained, Officially, the GERD is almost finished. The
and all diplomatic efforts have been dedicated to largest freshwater reservoir on the continent will
finding a compromise. The GERD is located in require 73 billion cubic meters of water, cover
the Benishangul-Gumuz region, approximately an area of 1,883 square kilometers, and stretch
30 km east of Ethiopia’s border with Sudan. 246 kilometers upstream of the Blue Nile. Tensions
When completed, this $4.8 billion project will around this megastructure have been extremely
be the largest hydroelectric power station in high for several years. Negotiations between
Africa and the seventh largest in the world. It is the three riparian states of the Blue Nile are at a
the biggest project in the country and a central deadlock, and the Egyptian government insists
98 / Paix et sécurité

this large hydroelectric dam will have a dramatic Although the project is five years behind
impact on its water supply. Serious concerns have schedule, work on the dam has advanced and is
even been raised about the possibility the situation almost finished. Addis Ababa has also reiterated
could escalate to war between Egypt and Ethiopia. on many occasions that the dam will not harm
This chapter focuses on both the Egyptian downstream countries once the reservoir is filled.
and the Ethiopian perspectives concerning the According to recent statements by the Ethiopian
GERD. Talks on the Nile waters stranded as Minister for Water, Irrigation and Energy, the
soon as the megaproject was launched and it is construction of the dam is 70% complete and the
increasingly seen as a security issue by both sides. filling of the reservoir should start during the 2020
To understand the internal dynamics that shape rainy season (June-September).
the political rhetoric around this project, we will
outline Egypt’s hard and soft power approach to B. Tripartite negotiations deadlocked
the Ethiopian project, before presenting Ethiopia’s
position, taking into account its claim to exercise In May 2012, a year after the official launch of
sovereignty rights over its natural resource and the dam project, the three Blue Nile states, Ethiopia,
the national symbolism around this project. An Sudan and Egypt agreed to establish a Panel of
analysis of the points of contention between the Expert to review the GERD design and provide a
two countries will also be made to provide an transparent assessment of the benefits and impacts
overview of the technical aspects which prevent on the two downstream countries. For a year, the ten
the two countries from finding a common solution. experts—two from each of the three countries and
Finally, Sudan’s role in the conflict is highlighted as four international experts selected by the six national
recent political developments offer an opportunity experts—held six meetings and conducted four field
for both Egypt and Ethiopia. visits to the site. Yet despite reporting a number of
benefits to downstream countries, the International
I. Persistent crisis around the GERD Panel of Experts that examined the dam called for
project “a more detailed assessment of the magnitude and
extent of the trans-boundary impacts” 101.
A. Egypt faced with a fait accompli It took a further two years for the three Blue Nile
countries to sign a Declaration of Principles which
The construction of the dam remains at the emphasized the need for cooperation and compromise
heart of a diplomatic dispute involving principally on sharing Nile resources. Under the provisions of the
Ethiopia and Egypt. signed Declaration of Principle, and on the basis of
Egypt remains particularly critical of the the Panel’s recommendations, two consultants were
construction of the dam, claiming it would reduce its selected to conduct a more comprehensive assessment.
legitimate share of the Nile waters, and thus threaten BRL Ingénierie (BRLi), a French consulting group,
its water security. At a press conference in 2018 and Deltares, a Dutch research institute for applied
concluding a two-day summit in Cairo, Ethiopian research in water and subsurface, were commissioned
Prime Minister Abiy Ahmed was even asked by to study the potential effects of GERD operations.
President Al-Sisi to swear to god that the dam would However, little progress was made towards diffusing
not harm Egypt. “I swear to god, we will never harm the tensions between the Blue Nile’s riparian countries.
you” Prime Minister Abiy repeated in Arabic100. By September 2015, the Dutch institute withdrew
However, the construction of the Ethiopian dam is not from the study stating that “the conditions imposed by
only a matter of national security, as many Egyptian the three countries and BRLi did not provide sufficient
authorities have claimed, but essentially a matter of guarantee for an independent high-quality study to be
life or death. Egypt’s media continue to state that
military intervention could stop its completion, but
the dam is now very much a reality. 101. https://www.internationalrivers.org/sites/default/files/
attached-files/international_panel_of_experts_for_
100. https://www.youtube.com/watch?v=ozKlNxdgePE ethiopian_renaissance_dam-_final_report_1.pdf
The Egyptian and Ethiopian perspectives on the Grand Ethiopian Renaissance Dam / 99

carried out”102. Deltares never shared details on what Cairo is worried about the expected impact on
it meant by the ‘conditions’. Shortly after, a French flow downstream. 98% of the Egyptian population
engineering firm, Artelia, was selected to undertake lives on the banks of the Nile and it provides 95%
the impact study with BRLi. of the water consumed.
Notwithstanding efforts to reach some sort of Egypt owes its survival to the annual flooding
consensus, the parties never agreed on a single of the Nile and the resulting deposit of fertile silt.

PAIX ET SÉCURITÉ
impact study. Aggressive rhetoric from both sides The country depends entirely on the flow of the
and historical mistrust have raised tensions over this Nile river, a source of freshwater for more than
project and brought technical discussions to a halt. In 90% of the population who live within twelve
light of the deadlock in these negotiations, in 2017 miles of the river. Most Egyptian towns and
Egypt submitted a proposal calling for World Bank cities were founded along the banks of the river
mediation which was refused by Ethiopia. A year and in the Nile Delta. Therefore, the priority, and
later, the three countries re-opened further rounds of challenge, for the Egyptian authorities is to ensure
discussions, but again it was in vain. The reports being that the dam will not drastically reduce the water
non-binding, the three countries’ representatives met flow once it starts operating.
many times without reaching a final agreement. Egyptians firmly believe they have more rights
Building a consensus amongst the three Blue to the Nile waters than any other country. In fact,
Nile countries over a final ‘comprehensive’ impact the third sentence in the preamble of Egypt’s
study has proven difficult, and until now still 2014 Constitution is Herodotus’ famous quote:
unattainable. Meanwhile, Ethiopia has refused to “Egypt is the gift of the Nile”. Article 44 of its
delay the construction of this pillar of its growth and Constitution states that“the State shall protect
development strategy. Discussions have remained the River Nile, preserve Egypt’s historical rights
deadlocked for years now, and as the filling phase thereto (…)”Egypt has historic rights to the
approaches, each country continues to reaffirm its river103.
own vital interests. Egypt supports its legitimate claims through
international conventions signed in the early years of
II. The Egyptian perspective - a the twentieth century when most riparian countries
smart power strategy were still not independent. Following the announced
construction of the GERD, Egypt combined a hard
power and soft power strategy to dissuade Ethiopia
Nile River Valley and Delta_ night satellite image, 2012
from pursuing the project. In recent years, Egypt has
October 13,
faced the fact that the GERD has been built and will
soon start operating and has since concentrated its
smart power efforts on trying to reach an agreement
with Ethiopia on the filling period.

A. Hard power and security approach

The Nile waters are closely linked to security


in Egypt, and throughout the years, Egyptian

103. Article 44 of the 2014 Constutution states: “The state


commits to protecting the Nile River, maintaining
Egypt’s historic rights thereto, rationalizing its
benefits, not wasting its water or polluting it.
The state shall also protect groundwater; adopt
Source : earthobservatory.nasa.gov
necessary means for ensuring water security,
and support scientific research in that regard.”
Constitution of the Arab Republic of Egypt, 2014,
102. https://www.africa-confidential.com/article-preview/ unofficial translation, January 2014. Retrieved from
id/11690/Dam_provocations http://www.sis.gov.eg/Newvr/Dustor-en001.pdf.
100 / Paix et sécurité

leaders have tried to guard against threats on that its support to Somalia was part of Cold War
the river. Many Egyptian press articles have geopolitical rivalries, as Ethiopia was governed by
highlighted Egypt’s military capacities and the the Soviet-backed government of Mengistu Haile
point that the GERD constitutes a real national Mariam.
security threat. One former Egyptian cabinet The almost-absent relations between Egypt and
minister104 said the Egyptian authorities had done the rest of the African countries was also notable
little to raise Egyptians’ awareness of what the during Hosni Mubarak’s long presidency. Egypt’s
project means in reality, and instead focused on relations with Ethiopia were further strained when
high-intensity diplomacy. Keywords used in their diplomatic relations were cut off after Mubarak
speeches include threat, war and national security, suffered an assassination attempt in Addis Ababa
highlighting Egypt’s security approach to the in 1995. Although Islamist militants claimed to
matter. As Abdulrahman (2018: 138) states, “the have attempted to kill the Egyptian president, he
flow of the Nile has been considered a security accused Ethiopian authorities of having supported
matter and its obstruction a threat to the people them. In response, Egypt sided with Eritrea in its
of Egypt”. secession process.
Indeed, the Nile waters dispute is such an In this context, the 2011 announcement of the
essential element of Egypt’s foreign and national dam’s construction came at a critical time. Egypt-
policy that the Ministry of Foreign Affairs’ website Ethiopia relations were tense, Egypt was largely
contains a section called “Egypt in Africa” which disengaged from regional diplomacy and it had
states that “Egypt seeks to reinstate its historic frozen its participation in the Nile Basin Initiative.
role in the continent through a strategic vision” It is evident that the popular uprising in 2011 in
and includes six important interests. Four of them Egypt that toppled Hosni Mubarak was key in
are directly linked to the construction of the dam allowing Ethiopia to make substantial progress on
and the importance of maintaining close ties with the GERD without fearing any fierce opposition.
relevant countries. At a youth conference held in Sharm-el-Sheikh in
December 2019, President al-Sisi stated that “no
B. Soft power - Nile river related one can snatch food from you if you are strong”,
diplomacy referring directly to the dam project.
During the short presidency of Mohamed
Although Egypt has adopted a security Morsi, Egypt did not have a clearly defined
approach to the Nile river dispute, it has combined strategy to stop the construction of the dam or, at
its ‘aggressive’ rhetoric with a soft power strategy. least, to negotiate with Ethiopia. Although some
The construction of the GERD has re-activated the Egyptian politicians called for military action,
river-related diplomacy first started during Gamal the country was in no position to declare war on
Abdel Nasser’s presidency (1954-1970). its neighbor. A meeting between Morsi and other
Aware of his country’s high dependence on politicians discussing the possibility of taking
the Nile and the political changes in Africa after military action or engaging in sabotage operations
the Second World War, President Nasser started to stop the construction of the dam in June 2013
developing and strengthening relations with was broadcast live, apparently by accident105.
other African countries, earning support for the WikiLeaks also published a cable in which
country’s positions. However, Egyptian relations military officials were even considering bombing
with several African countries deteriorated during and completely destroying the GERD106. It was
Anwar al-Sadat’s presidency. During the Ogaden also reported that former Sudanese president al-
War (1977-1978) between Ethiopia and Somalia,
Egypt sided with the latter. Since Egypt under
105. “Egypt: ‘All Options Open’ in Nile Dam Row with
al-Sadat was aligned with the U.S., it claimed Ethiopia”, The Telegraph, 12 June 2013.
106. See WikiLeaks’ Global Intelligence Files. Retrieved
104. International Crisis Group interview, Cairo, June from https://wikileaks.org/gifiles/docs/21/211372_re-
2018. egypt-source-.html
The Egyptian and Ethiopian perspectives on the Grand Ethiopian Renaissance Dam / 101

Bashir agreed to let Egypt build a small airbase A. ‘ Historic rights’ vs. ‘shared benefits’
in Kusti to “accommodate Egyptian commandoes and ‘equitable use’
who might be sent to Ethiopia to destroy water
facilities on the Blue Nile”107. The increasing tensions between Ethiopia and
Since his rise to power, al-Sisi has embarked Egypt over the GERD’s construction have fed
on concerted diplomatic efforts with African and into speculations about a major regional conflict

PAIX ET SÉCURITÉ
riparian countries, and revived Nasser’s intense over the Nile waters. In its essence, the critical
‘water diplomacy’. His strategy is also an attempt situation surrounding the Dam demonstrates new
to reassert Egypt as a regional power after years of regional realities and modern dynamics of power
absence under Sadat, Mubarak and Morsi. He has and influence around the Nile Basin.
increased efforts to secure a deal with Ethiopia and
Sudan, engaging in many tripartite talks that have Bassin du Nil
proven the intense diplomatic efforts deployed by
the Egyptian government, aware of the fact that
the dam is a reality and cannot be stopped.
However, just like Nasser’s, al-Sisi’s strategy
is not to win immediate support for Egypt’s
positions on the GERD, but to secure allies for later
negotiations over basin-wide water management.
It is the case for example of Uganda and Burundi.
Initially, Uganda backed the Ethiopian position
and stated upstream countries’ rights to benefit
from the Nile waters. However, Egypt increased
its diplomatic efforts and financed projects in
Uganda to help curb the invasive hyacinth weed
on Lake Victoria which impedes fishing and
managed to get Entebbe’s support. During Egypt’s
term on the U.N. Security Council, it offered
Burundi and the DR Congo help when there were
calls for sanctions targeting their leaders. Aware
of Ethiopia’s close ties to Kenya, the Egyptian
president engaged in a counter-balancing strategy
and engaged in many talks with Uhuru Kenyatta.

III. Ethiopia’s Perspective

Faced with a fait accompli, Egypt has to Source : BIRD 30785


witness and somehow accept that its historical
monopoly over the Nile waters is evaporating. The Nile and its tributaries flow through eleven
Nevertheless, at the source of the Blue Nile, countries: Burundi, the Democratic Republic of
Ethiopia is determined to advance this vital project Congo, Egypt, Eritrea, Ethiopia, Kenya, Rwanda,
for its development. The GERD project has a Sudan, South Sudan, Tanzania and Uganda. For
capacity of 6,000 megawatts of power. Ethiopia centuries, Egypt has enjoyed almost unrestricted
hopes the dam will allow it to meet the needs of use of all the river’s water.
its population and transform this second most A few years after its independence from Great
populous country in Africa into a key regional and Britain, Egypt signed an agreement in 1929, in
continental energy center. which both parties recognized that Egypt has
historical rights to the Nile waters, endowing it
107. Ibid.
102 / Paix et sécurité

with a veto power over any construction project on willing to open the debate on what it considered
the river. The Anglo-Egyptian Treaty also granted to be its ‘historical rights’ over the Nile waters.
Egypt an annual allocation of 48 billion cubic A decade of negotiations between riparian states
meters of Nile waters, and 4 billion cubic meters had resulted in the drafting of the Cooperative
to Sudan out of the estimated average annual yield Framework Agreement (CFA). The text was ready
of 84 billion cubic meters at that time. for signature on May 2010.
Three decades later, after Sudan’s Egypt and Sudan categorically refused the text,
independence, a bilateral agreement between the notably the wording of Article 14, which states:
two downstream countries was signed in 1959, “Nile Basin States recognize the vital importance
ignoring again the rights of the other riparian of water security to each of them. The States also
states. It reinforced the provisions of the 1929 recognize that the cooperation management and
Anglo-Egyptian Treaty and increased the annual development of waters of the Nile River System
allocation of both Egypt and Sudan to 55.5 billion will facilitate achievement of water security and
and 18.5 billion cubic meters respectively. These other benefits. Nile Basin States therefore agree,
agreements had effectively limited the benefits in a spirit of cooperation: (a) to work together to
from the Nile waters to only two states. ensure that all states achieve and sustain water
Dubbed the ‘Water Tower of Africa’, the security; (b) not to significantly affect the water
Ethiopian highlands supply over 80% of the Nile’s security of any other Nile Basin State.”
waters, yet, the country had no share from the The discussion around the provisions of
river. It was therefore only a matter of time before the CFA evolved in a new context. Through
the upstream states demanded reconsideration the negotiations, as the emerging Nile Basin
of their own water and energy needs. As the upstream countries found themselves with more
decolonization process rapidly unfolded, the bargaining power, they continuously questioned
newly-independent upstream Nile states argued in the legitimacy of any prior rights. Also, in light
favor of a new and more inclusive legal instrument of their modern development needs, they firmly
for the governance of the Nile River Basin. reasserted their right to establish a more equitable
It was in 1997 that the UN Water Convention basis for water sharing. The balance had clearly
challenged the accepted idea of ‘historic rights’, shifted upstream.
and emphasized the notions of ‘shared benefits’, The rift over the Nile CFA was just the latest
‘equitable and reasonable utilization’, and manifestation from downstream countries to
‘prevention of causing significant harm’. This acknowledge the fundamental shifts that are
meant that all riparian states were entitled to share reshaping the dynamics around the Nile Basin.
the benefits from the Nile’s waters, but for the two Tensions rose over the definition of ‘water
downstream countries, especially for Egypt, it security’. To downstream states it meant that their
equated with renouncing their historical rights for historical rights based on the pre-existing treaties
the sake of a co-development agenda. which granted them 90% of the river’s waters
should remain untouched108, but to upstream
B. New regional realities and modern states, ensuring water security would require a re-
dynamics of power and influence definition of their own rights on the basis of an
around the Nile Basin equitable use and a shared benefit amongst all Nile
riparian states.
In 1999, the World Bank supported the Nile Without waiting for everyone’s approval and
Basin Initiative. An all-inclusive basin wide adhesion, four countries – Ethiopia, Rwanda,
initiative, with the exception of Eritrea, “to achieve Tanzania and Uganda - signed the Nile CFA
sustainable socioeconomic development through in 2010, and were later joined by Kenya and
the equitable utilization of, and benefit from, the
common Nile Basin water resources». By joining,
Egypt had actually demonstrated it could be 108. https://search.wikileaks.org/
gifiles/?relid=409#searchresult
The Egyptian and Ethiopian perspectives on the Grand Ethiopian Renaissance Dam / 103

Burundi. 109They thus granted themselves the right Recording double digit growth rates through
to consider and conduct projects along the river most of the past two decades, Ethiopia’s population
without the consent of downstream countries. stands at approximately 110 million people. The
Egypt and Sudan never reached an agreement on lack of secure and reliable electricity is a major
the CFA with the other Nile countries. constraint to doing business in Ethiopia, but not
With a large potential of 30,000 megawatts the only one. A young working population also

PAIX ET SÉCURITÉ
hydropower, Ethiopia had long planned to develop requires ever greater access to electricity.
its energy production capacity. This has even It was the late Prime Minister of Ethiopia,
formed the basis of a once fruitful cooperation Meles Zenawi, who initiated the construction of
between Ethiopia, Sudan and Egypt. In 2003, the dam, called the Grand Millennium Dam when
under the Eastern Nile Technical Regional Office it was first revealed to the public on March 30,
(ENTRO) of the Nile Basin Initiative (NBI), 2011. China, Ethiopia’s main trading partner, is
cooperation between the three Blue Nile countries financing some $1.8billion for the turbines and
actively advanced around a Joint Multipurpose other electrical equipment while the remaining
Project (JMP). The Council of Ministers of water $3billion are to be financed by Ethiopians
resources of the Eastern Nile countries (ENCOM) themselves via government-issued bonds, and the
had even commissioned a study to identify second Renaissance Dam Bond for Ethiopians in
opportunities for joint investments, the first time the diaspora.
that collective action was really taken in the Nile The authorities have presented this project as
basin. Expectations were very high. A much a centerpiece, a decisive national project that will
smaller version of the GERD, in its same location, revive the country’s glorious past. In the national
called the Border Dam was seriously discussed psyche, the dam is a symbol of national pride in
and considered under the JMP110. However, with the longest standing independent country in Africa
tensions reaching their peak after the signing of the which now aims to not only ensure its energy
Nile CFA by upstream countries, ignoring Egypt’s independence, but also become a regional energy
reservations, and shortly after, Mubarak’s toppling hub by 2030. Ethiopians own the project, it is a
in the midst of Egypt’s revolution, discussions national asset, a symbol of unity in a country in
with Egypt were halted. need of shared goals to overcome internal flaws
and prosper.
C. The GERD, a symbol of ambition
and national unity IV. What are the points of controversy
between Egypt and Ethiopia?
The Nile is Egypt’s existential lifeline, but it
is also a central resource for Ethiopia’s growth A. Egypt’s demands
strategy and symbolizes its ambition to take
its development a step further, becoming an As the construction of the Grand Ethiopian
influential regional player. Addis Ababa has long Renaissance Dam (GERD) advances, most of
argued that its two neighbors to the north share the dispute between the Ethiopian and Egyptian
the entire course of the river without any regard to sides is now centered around the technical aspects,
its needs and that the early agreements that have principally the way in which the 73-billion-cubic-
excluded upstream countries need to be reviewed meter reservoir will be filled and the timing of this
in light of the countries’ modern development process. Besides the risk posed to its water supply,
needs. Egypt principally disagrees on the suggested
three-year period to fill the dam’s reservoir.
The areas of contention between Egypt and
109. h t t p s : / / w w w. n i l e b a s i n . o rg / n b i / c o o p e r a t i v e -
framework-agreement Ethiopia can be summarized in four main points:
110. http://documents.banquemondiale.
org/curated/fr/894541468193129830/
text/650550PJPR0P110000Final0000Cleared.txt
104 / Paix et sécurité

1. Ethiopia wants to fill the dam reservoir within African emerging energy hub is ready to mobilize
two to three years to run the turbines and then one million people to defend its dam.
generate electricity, while Egypt requests a To avoid escalation towards a military conflict
period of seven years for filling the reservoir over the Nile waters, it seems that Egypt is only
as it would face huge losses otherwise. left with very few options that are mostly related
2. Egypt proposes to establish an adaptive and to its own water management strategy. The three
cooperative framework for the filling and countries will gain nothing by intensifying their
operation of the GERD, which should be verbal attacks against each other.
in coordination with the High Aswan Dam
in Egypt in order to adapt to the changing B. The pivotal role of Sudan in the
hydrological conditions, especially in times of GERD negotiations
drought.
3. 
There are fundamental differences between Khartoum is at the confluence of two Niles.
Egypt and Ethiopia over the annual flow While Sudan shares Egypt’s concerns over the
of water that Egypt should receive and how GERD’s impact on the downstream countries,
to manage the flow during droughts. Egypt the benefits from the energy supply promised
wants 40 billion cubic meters of water to by Ethiopia once the dam is finalized is also a
be released annually to ensure that the High big stake for its own development requirements.
Aswan Dam reservoir remains at sustainable Sudan maintains that its prime responsibility is to
levels. Ethiopia maintains that only 29 to 35 protect its own interests.
billion cubic meters of water is to be released With a somewhat bipolar foreign policy
per annum. during Al Bashir’s final years, tensions with
4. Egypt would also like to establish a permanent Egypt mounted over the GERD with Cairo often
joint coordination mechanism, but Ethiopia demanding that Sudan be excluded from the
maintains that using its resource within its negotiations because of its impartiality. In his
territory for development is a sovereign last years in power, Al Bashir revived Sudan’s
right and that it cannot allow Egypt permanent claims of sovereignty over the Halayeb Triangle,
oversight. worsening the dispute with its northern neighbor.
This was not the only issue. Al Bashir’s close
Ethiopia says it is continuously coordinating relations with the Egyptian Muslim Brotherhood
with the two downstream countries and that it has and its strengthening links with Qatar and Turkey
made enough concessions. This has intensified through the Gulf crisis, did not help in the least
the disagreement between both parties. Political to reassure Egypt over its position in the tripartite
rhetoric between Egypt and Ethiopia escalated discussion of the GERD.
during the past years. Egyptian President Now the revolution in Sudan and ‘change’ in
Abdel Fattah al-Sisi has recently stated that leadership offers new opportunities for both Egypt
«the Egyptian state, with all its institutions, is and Ethiopia. For both countries, the transition
committed to protecting Egyptian water rights in in Khartoum is being watched very carefully.
the Nile waters.» In Ethiopia, echoes of a possible What happens next in Sudan will have great
Egyptian attack neither discourage nor stop the consequences on the future of the discussions
finalization of the grand national project. The east about each country’s share of the Nile’s water.
The Egyptian and Ethiopian perspectives on the Grand Ethiopian Renaissance Dam / 105

Conclusion: the waters of the River Nile” and stressed the


need for Ethiopia “to adhere to the principles of
For several years now, the three Blue international law,” noting that “Egyptian water
Nile countries have been unable to reach a security is an integral part of Arab national
compromise on the sharing of resources in the security.”
eastern Nile Basin. Tripartite meetings continue On one hand, Ethiopia is conscious of its

PAIX ET SÉCURITÉ
to end in failure. The last time being in February leverage on the issue, and claims that the Nile
2020, when the three countries’ representatives waters dispute is an African issue and must have
met in Washington to negotiate a US-led an African solution. Hence, it is most likely that it
proposal. While the Ethiopian government will keep rejecting every proposal made by non-
withdrew from the US-led negotiations calling African actors. On the other hand, Egypt is now
on the biased US position, Cairo has rejected faced with a new context in which the lower Nile
Ethiopia’s views as an unjustified escalation and countries are increasingly challenging its historical
turned to its Arab League partners for support. monopoly over the Nile waters. Nonetheless,
In March 2020, Egypt managed to obtain a neither of the two countries is willing to make
resolution from the Arab League backing its concessions and the stakes for each country’s
position. The Arab League statement expressed internal stability are extremely high, which
the Pan-Arab bloc’s rejection of “any form of makes the possibility of finding a middle ground
infringement on Egypt’s historical rights to extremely difficult.

References 

• Abebe, D. (2014). Egypt, Ethiopia, and the Nile: the Economics of International Water Law. University
of Chicago Public Law & Legal, Theory Working Paper, No. 484.
• Agreement (1959). Agreement between the Republic of the Sudan and the United Arab Republic for
the full utilization of the Nile waters, signed at Cairo, Egypt, 8 November 1959.
• Al-Ahram Weekly. (2015, April 23). Questions about the CFA.
• Amin, S. (2020), “ Egypt alarmed over Sudan’s siding with Ethiopia in Nile water dispute”, Al
Monitor, 13 March 2020. Available at: https://www.al-monitor.com/pulse/originals/2020/03/egypt-
sudan-ethiopia-renaissance-dam-dispute-arab-league.html
• Arsano, Y. (2007). Ethiopia and the Nile: The dilemma of national and regional hydro-
politics. Zurich: Center for Security Studies. 
• Awulachew, S. B., Smakhtin, V., Molden, D. and Peden, D. (eds) (2012). The Nile River Basin: Water,
Agriculture, Governance and Livelihoods. Routledge, New York.
• Bayeh, E. (2015). New development in the Ethio-Egypt relations over the hydro-politics of Nile:
Questioning its true prospects. International Journal of Political Science and Development, 3(3), 159–165.
• Blanc, P. (2014). De l’Egypte à l’Ethiopie, quand la puissance se déplace en Afrique nilotique.
Confluences méditerranée, N°90, L’Harmattan, 123-139.
106 / Paix et sécurité

• Cascão, A. E. (2008). Ethiopia – Challenges to Egyptian hegemony in the Nile basin. Water Policy, 10(S2), 13–
28.
• Cascão AE, Nicol A (2016) GERD: new norms of cooperation in the Nile Basin? Water International 41:550–573.  
• Cascao, A. E. (2019). ‘To Change or Not to Change? The Transboundary Water Question in the Nile Basin’, in
Olsson, E. (Ed.), Gooch, P. (Ed.). (2019). Natural Resource Conflicts and Sustainable Development. London:
Routledge, 128-141.
• Conniff, R. (2017). The Vanishing Nile: A Great River Faces a Multitude of Threats. Yale School of Forestry
and Environmental Studies. Available at: https://e360.yale.edu/features/vanishing-nile-a-great-river-faces-a-
multitude-of-threats-egypt-dam (accessed October 20th, 2019).
• Ibrahim, A. (2011). The Nile Basin Cooperative Framework Agreement: the beginning of the end of Egyptian
hydro-political hegemony. Missouri Environmental Law & Policy Review, 18(2): 283–313.
• IPCC (2019), IPCC Special Report on the Ocean and Cryosphere in a Changing Climate, in press, 4-61.
• IPoE (2013) International panel of experts on grand Ethiopian Renaissance Dam Project. Final Report, Addis
Ababa, Ethiopia. Available at: https://www.internationalrivers.org/sites/default/files/attached-files/international_
panel_of_experts_for_ethiopian_renaissance_dam-_final_report_1.pdf (Uploaded on January 28th,2020)
• Mekonnen, D.Z. (2010). The Nile Basin Cooperative Framework Agreement negotiations and adoption of a
water security paradigm: flight into obscurity or a logical cul-de-sac?. European Journal of International Law,
21: 421–440.
• Nile Cooperative Framework Agreement, 2010. Available at: http://internationalwaterlaw.org/documents/
regionaldocs/Nile_River_Basin_Cooperative_Framework_2010.pdf (accessed October 2, 2019).
• Oestigaard, T. (2016). Water, national identities and hydropolitics in Egypt and Ethiopia. In Sandstrom, E. (Ed.),
Jagerskog, A. (Ed.), Oestigaard, T. (Ed.). (2016). Land and Hydropolitics in the Nile River Basin. London:
Routledge, https://doi.org/10.4324/9781315686172
• Swain, A. (1997). Ethiopia, the Sudan, and Egypt: The Nile River Dispute. The Journal of Modern African
Studies, 35(4), 675-694.
• Tesfaye, A. (2013). The Politics of the Imposed and Negotiation of the Emerging Nile Basin Regime. International
Journal of Ethiopian Studies, 7(1 & 2), 57-76. Retrieved April 23, 2020, from www.jstor.org/stable/26586231 
• Treaty, Nile. (1929). Exchange of notes between Great Britain and Northern Ireland and Egypt in regard to the
use of the waters of the River Nile for irrigation purposes. Cairo, May 1929, League of Nations Treaty Series
2103 1929.
• Treaty, Nile. (1959). Agreement between the Arab Republic of Egypt and the Republic of the Sudan for the full
utilization of the Nile waters, 1959, 453 United Nations Treaty Series 64 1963.
• Verhoeven, H. (2011). Black gold for blue gold? Sudan’s oil, Ethiopia’s water and regional integration (Briefing
Paper). London: Chatham House.
• Von Lossow, T. and Roll, S. (2015). Egypt’s Nile Water Policy under Sisi. German Institute for International and
Security Affairs.
• Warburg, G. R. (1985). Egypt and the Sudan: studies in history and politics. London, 165-170.
• Whittington D, Waterbury J, Jeuland M (2015) The Grand Renaissance Dam and prospects for cooperation on
the Eastern Nile. Water Policy 16(4):595–608
• Young, K. E. (2018, September 18). Egypt Feels the Pain from Saudi Arabia’s Reforms. Bloomberg. Retrieved
from: https://www.bloomberg.com/opinion/articles/2018-09-18/saudi-reforms-could-cause-a-crisis-for-egypt
(accessed October 19th, 2019).
• Zeitoun, M. and Warner J. (2006). Hydro-hegemony, a framework for Analysis of Trans-Boundary Water
Conflicts, Water Policy, 8(5), 435-460.
Partie III

Questions sociales

Chapitre 1 : Burkina Faso, “constat de l’effondrement d’un


« îlot paisible », d’un modèle de vivre-ensemble
et de tolérance religieuse en Afrique de l’Ouest” :
Analyse des conséquences socioculturelles du terrorisme

Chapitre 2 :  If you poison the water, you poison the people: toxic
injustices exposed by COVID-19

Chapitre 3 : Reading the African City:


Material Elements of the Urban Form
Burkina Faso, “constat de l’effondrement d’un « îlot paisible », d’un modèle de vivre-ensemble et de
tolérance religieuse en Afrique de l’Ouest” : Analyse des conséquences socioculturelles du terrorisme / 109

Chapitre 1

Burkina Faso, “constat de


l’effondrement d’un « îlot paisible »,
d’un modèle de vivre-ensemble et
de tolérance religieuse en Afrique de
l’Ouest” : Analyse des conséquences
socioculturelles du terrorisme

QUESTIONS SOCIALES
Patrice Kouraogo101

Longtemps présenté comme un modèle enviable en Afrique de l’Ouest où le


vivre-ensemble et la tolérance religieuse sont les valeurs les mieux partagées, le
Burkina Faso subit la furie du terrorisme qui hypothèque ses acquis de cohésion
sociale. Petit à petit, l’hydre terroriste impose son diktat et bouleverse le dispositif
psychosociologique des citoyens. Ce phénomène a plusieurs conséquences, dont
celles d’ordre socioculturel ont retenu notre attention. Apparu en 2015 dans le
pays, le terrorisme a pris une ampleur jamais imaginée et provoqué des crises
humanitaires, scolaires, sanitaires et d’innombrables conséquences culturelles.

Introduction111 socioculturelles (ethnies, groupes, religions)


qui y existent, il y a toujours eu une harmonie
Le Burkina Faso, pays de l’Afrique de l’Ouest, symphonique dans la cohésion sociale burkinabè.
a été pendant des décennies non seulement un Malheureusement, depuis 2015, le phénomène
havre de paix mais aussi presqu’un modèle de terroriste est apparu et s’est installé pour devenir
vivre-ensemble dans cette partie du continent. une véritable gangrène. La montée fulgurante
Malgré la multiplicité des communautés de l’extrémisme violent, par le truchement du
terrorisme, hypothèque sérieusement les chances
111. Dr Patrice KOURAOGO est Sociologue, Chargé de du progrès de ce pays qui est déjà éprouvé par
Recherche au CNRST-INSS
110 / Questions sociales

les conditions physiques drastiques. Au-delà des A. N


 aissance et développement du
conséquences économiques, environnementales terrorisme au Burkina Faso
et géopolitiques, le terrorisme a des impacts
socioculturels dont l’analyse présente un intérêt Après l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre
sociologique et scientifique certain. C’est pourquoi, 2014, la transition politique 2014-2015 et les élections
nous avons choisi d’examiner ces conséquences démocratiques tenues en 2015, le Burkina Faso avait
socioculturelles dans le but d’attirer l’attention espéré trouver le bout du tunnel pour enfin amorcer
sur les risques encourus. En effet, lorsque les les actions de développement devant répondre
bases culturelles que sont la cohésion sociale et aux aspirations du peuple qui s’est rebellé contre
les valeurs cardinales sont mises à rude épreuve, le pouvoir Compaoré. Mais, c’était sans compter
comme c’est le cas au Burkina Faso, toutes les le terrorisme. Un rappel chronologique sommaire
perspectives de développement deviennent quasi- s’avère capital pour comprendre l’historique du
inexistantes. Que serait, donc, la vie collective sans terrorisme dans le pays. En consultant le document
l’espoir de vaincre ensemble les adversités afin de intitulé «Insurrection djihadiste au Burkina Faso»
se construire un chemin vers l’épanouissement (Wikipédia, consulté 20/03/20), nous retenons les
? Un tel état d’esprit crée la psychose et plonge étapes suivantes de l’évolution du phénomène.
toute une Nation dans un branle-bas à multiples Tout part de la volonté de l’ancien président
implications. Notre problématique s’interroge sur Compaoré, au pouvoir depuis 1987,de nouer des
la naissance, le développement et les conséquences relations avec les groupes djihadistes afin de les
socioculturelles du terrorisme au Burkina Faso. manager lorsque ces derniers atteignent la région
En guise d’hypothèse, nous conjecturons qu’outre sahélienne. En 2012, le Burkina, médiateur dans le
les impacts humanitaires, scolaires et sanitaires, le conflit malien, accueille des délégations d’Ansar
terrorisme a bouleversé plusieurs fondements et Dine et du MNLA à Ouagadougou pour négocier.
acquis culturels de notre pays. Le présent article Mais, à  fin octobre 2014, Blaise Compaoré est
comporte trois (3) articulations saillantes tournant renversé par un soulèvement populaire. Le 23 août
autour de la naissance et du développement du 2015, le pays enregistre la première attaque contre le
terrorisme, des crises humanitaires, scolaires et poste de Gendarmerie de Oursi tuant un gendarme.
sanitaires et des conséquences culturelles qu’il Entre août 2015 et octobre 2016, sept (07) postes
engendre. sont attaqués au Nord et à l’Ouest du pays.
A peine s’est installé le nouveau pouvoir, conduit
I. Méthodologie de collecte de par le Président élu, Roch Marc Christian Kaboré,
données la capitale Ouagadougou est frappée par un attentat
le 15 janvier 2016. Un commando de trois (03)
Pour cette étude, nous avons fait le choix d’une hommes armés s’attaque aux civils, majoritairement
approche qualitative avec, comme prédominance, des occidentaux, dans un restaurant et un hôtel
la recherche documentaire sur tous les sujets. Elle faisant 30 morts. L’attaque est revendiquée par Al-
a conduit à la lecture des productions scientifiques, Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) et attribuée à
des journaux et autres sources écrites mais aussi la katiba Al-Mourabitoune.
l’exploitation des entretiens audio-visuels de Entre 2016 et 2017, les attaques s’accélèrent
personnes-ressources (15). Aussi, nous avons et le Sahel (la province du Soum) est tenaillé par
mené des entretiens parallèles avec des victimes le mouvement djihadiste Ansarul Islam, dirigé par
directes ou collatérales du terrorisme (35) de trois Ibrahim Malam Dicko. Il attaque des militaires,
(03) provinces et précisément des villes de Kaya, des gendarmes et des policiers mais assassine
de Kombori, de Tougouri et de Yalgo. également des religieux et des fonctionnaires. La
nuit du 14 août 2017, Ouagadougou est à nouveau
frappée par un attentat qui emporte 18 personnes.
En 2018, les attaques continuent au Nord mais
gagnent également l’Est du pays.
Burkina Faso, “constat de l’effondrement d’un « îlot paisible », d’un modèle de vivre-ensemble et de
tolérance religieuse en Afrique de l’Ouest” : Analyse des conséquences socioculturelles du terrorisme / 111

Le 1er janvier 2019, l’assassinat du chef commande de logistique faite auprès de Compaoré.


de village de Yirgou avec cinq de ses proches Son refus de coopérer avec eux pourrait être perçu
par des hommes armés, dans le département comme un affront. Si on ajoute la manière dont
de Barsalogho, provoque des représailles des Compaoré a quitté le pouvoir (chassé en plein
populations qui ont fait plus de 40 morts au sein jour), on suppose que ses amis et partisans sont
de la communauté peulh. très peu à souhaiter que l’actuel président réussisse
En 2020, un bus transportant principalement ses missions. Dès lors, les attaques terroristes sont
des collégiens explose en roulant sur un engin interprétées, par certains, comme des manières
explosif entre Toéni et Tougan, tuant 14 civils ; d’empêcher le nouveau pouvoir de dérouler son
des djihadistes attaquent les villages de Nagraogo programme. D’ailleurs, certaines déclarations des
et Alamou, dans la province de Sanmatenga, et responsables du parti de Blaise Compaoré sèment
massacrent 36 civils ; le village de Silgadji est le trouble et laissent entrevoir cette revanche. A
attaqué et au moins 39 civils sont tués, etc. titre illustratif, le président du Congrès pour la
Le 21 janvier 2020, le parlement burkinabè Démocratie et le Progrès(CDP), Eddie Komboïgo,
adopte une loi permettant le recrutement de argumentait : «Le remède à l’insécurité, c’est de
volontaires locaux pour appuyer la lutte contre voter pour nous en 2020 » (le pays, 2018) .
les djihadistes. L’idée avait été lancée par le Dans cet article paru dans lefaso.net intitulé
président Kaboré en novembre 2019. «Iyad Ag Ghali : L’ancien hôte devenu bourreau»
Selon un bilan du ministère de la Défense et (Lefaso.net, 2018), un anonyme se plaint : « C’est
des anciens combattants en date du 17 juin 2019, donc lui, ‘’notre’’ ancien hôte qui avait gîte et

QUESTIONS SOCIALES
du 4 avril 2015 au 16 juin 2019, le Burkina a subi couvert avant 2014 dans le quartier huppé de
283 attaques terroristes qui ont fait 524 morts et Ouaga 2000, qui est devenu notre bourreau !
308 blessés. Du 1er janvier 2019 au 16 juin 2019, Maintenant dirigeant de la coalition djihadiste
le pays a enregistré 97 attaques terroristes dont 26 Nusrat al-Islam wal-Muslimin (Groupe de soutien
contre les Forces de Défense de Sécurité (FDS) et à l’islam et aux musulmans), il a revendiqué la
71 contre les civils. double attaque du 2 mars 2018 dans la capitale».
Après cette brève rétrospection du phénomène, Pour lui toujours, le Burkina se souviendra que
l’analyse que nous faisons, nous invite à nous certains de ses fils l’ont ouvert à des bandits armés
interroger sur l’apparition et la fulgurance du et les ont choyés après qu’ils aient semé mort et
fléau. Il convient de s’interroger s’il est le fruit de désolation au Mali.
revanches politiques, le résultat de repli identitaire Concernant le terrorisme comme repli
ou communautaire ou constitue-t-il une forme de identitaire et communautaire ou conséquence de
protestation contre un ordre socio-économique la pauvreté, il faut noter que l’attaque du poste
suscitant une injustice sociale ? militaire de Nassoumbou, en 2016, a constitué
La thèse des revanches politiques vient du le point de départ de l’« endogénéisation »
constat que pendant le long règne du pouvoir (S.Mahoumoudou, 2020) de la menace
Compaoré, le Burkina est demeuré comme une terroriste. En effet, les racines sociales endogènes
forteresse imprenable par des terroristes ou un du terrorisme intérieur sont les faillites de l’Etat,
îlot paisible, car au moment où ses voisins, tels les injustices sociales et la corruption qui ont
le Mali, le Niger et la Mauritanie, étaient en contribué à l’implantation des groupes armés
proie à des attaques, il jouissait d’une tranquillité terroristes et l’adhésion de certains Burkinabè à
quasi-anormale. L’attaque au lendemain de la ceux-ci.
prise de pouvoir du président Kaboré semble Insistant sur les facteurs ayant engendré
être un message envoyé au nouveau pouvoir l’émergence du phénomène, l’Organisation
pour lui intimer l’ordre de poursuivre l’ancienne des Nations unies (ONU) met l’accent sur
collaboration. Selon ce nouveau président, il aurait la dimension sociopolitique et économique.
reçu, dès sa prise de fonction, des responsables Ainsi, la corruption et les privations sociales et
d’un des groupes terroristes venus réclamer leur économiques généralisées sont fréquentes dans
112 / Questions sociales

les pays sahéliens, car les gouvernants n’ont pas des pick up et jeeps, on note un changement des
pu gérer efficacement l’explosion démographique modes opératoires, car les assaillants font usage
des jeunes et les problèmes du chômage et de la des motos et s’attaquent à des populations dans les
vulnérabilité à la radicalisation qui en découlent. On marchés et lors de différents attroupements.
note « l’incapacité de rompre un cycle, dans lequel
l’exclusion et les griefs non résolus produisent une B. L
 e Burkina Faso à l’épreuve des
opposition violente à l’État, renforce les discours crises humanitaires, scolaires et
des mouvements insurrectionnels extrémistes et sanitaires : quand le terrorisme
fournit une justification à leur cause » (ONU,2016). creuse davantage les écarts
Se sentant lésées dans la redistribution des
fruits de production, certaines communautés Selon l’Organisation des Nations unies
utiliseront tous les moyens pour se faire pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO),
entendre. Voilà pourquoi, pour J. Cilliers (2004), la crise actuelle au Burkina est due à une grave
le terrorisme « C’est le recours illégitime à la détérioration de la sécurité. C’est ainsi que
violence contre des individus ou des biens afin de depuis fin 2018, la recrudescence des violences
contraindre et intimider des Etats et des sociétés perpétrées par des groupes armés non-identifiés et
pour des revendications politiques exprimées la l’augmentation des conflits intercommunautaires,
plupart du temps en termes sociaux, économiques en particulier dans les régions du Sahel, Centre-
ou religieux ». Nord, Nord et Est, ont considérablement touché les
Aussi, les différentes formes et manifestations populations. Dans ces régions, la violence a causé
du terrorisme constituent un autre centre d’intérêt. des déplacements sans précédent dans l’histoire
Nous avons, d’abord, assisté à des attaques portant du pays. Pour le Conseil national de secours
la signature des groupes armés comme celles d’urgence et de réhabilitation (CONASUR),
dans la capitale. Aussi, les attaques visaient les relayé par le Bureau de la coordination des affaires
forces symboliques de l’Etat (bases militaires et humanitaires (OCHA), environ 22 000 personnes
paramilitaires, commissariats de police, brigades sont déplacées dans ces régions depuis juin 2019,
de la Gendarmerie). Plus tard, elles ont été rarement s’ajoutant aux 26 000 réfugiés de la crise malienne
revendiquées et visaient, d’une part, les leaders déjà présents dans le pays depuis 2011.
d’opinion, les chefs coutumiers et religieux et, Dès lors, sur le plan humanitaire, le pays fait
d’autre part, les infrastructures administratives et face à une crise sans précédent depuis 2016. A la
les représentants de l’Etat (écoles et enseignants, date du 20 février 2020, la situation des Personnes
centres de santé et personnel soignant, palais de déplacées internes (PDI), fournie par le Secrétariat
justice, etc.). Tout dernièrement, en lieu et place permanent du CONASUR se présente comme suit :

Répartition des PDI par sexe et par région

Effectif total femmes hommes Total PDI


Régions Taux
Hommes Femmes Hommes Femmes
Boucle du Mouhoun 109 5408 5942 11350 1,46%
Cascades 3 128 140 268 0,0%
Centre 10 501 550 1 051 0,1%
Centre-Est 128 6 371 7 001 13 732 1,7%
Centre-Nord 4 024 207 327 17 7780 385 107 49,4%
Centre-Ouest 6 303 332 635 0,1%
Centre-Sud 17 845 928 1 773 0,2%
Burkina Faso, “constat de l’effondrement d’un « îlot paisible », d’un modèle de vivre-ensemble et de
tolérance religieuse en Afrique de l’Ouest” : Analyse des conséquences socioculturelles du terrorisme / 113

Est 153 9 174 9 155 18 329 2,4%


Hauts-Bassins 61 3 033 3 332 6 365 0,8%
Nord 592 26 337 26 159 52 396 6,7%
Plateau Central 55 2 747 3 018 5 765 0,8%
Sahel 2 758 132 685 150 361 283 046 36,3%
Sud-Ouest 3 135 149 284 0,0%
Total 7 919 394 893 384 848 779 741 100%
Taux 51% 49% 100%

Source : SP/CONASUR, février 2020

Ce déplacement des populations a entraîné la restriction de l’accès des agropasteurs


une aggravation de l’accès, déjà très limité, à l’assistance des services étatiques et des
aux services sociaux de base dans un contexte partenaires, la destruction des biens des ménages
d’extrême pauvreté dans ces localités. Ainsi, selon et des infrastructures communautaires, le vol de
le plan de réponse humanitaire (HRP) de 2020, bétails et des réserves alimentaires, l’entrave
2,2 millions de Burkinabè sont dans un besoin à la transhumance et à l’accès aux pâturages, la
humanitaire à satisfaire dans tous les secteurs. réduction des opportunités de travaux champêtres

QUESTIONS SOCIALES
Plus de 560 000 d’entre eux étaient des déplacés ou liées aux activités agropastorales, la réduction
internes, au 31 décembre 2019, et plus de 1,2 des flux commerciaux et la fermeture des marchés
million étaient privés d’un accès aux soins de santé locaux.
et d’éducation. La situation actuelle est rendue Comme noté, précédemment, le terrorisme a
complexe par une annonce d’un niveau alarmant eu de réelles répercussions scolaires au Burkina
d’insécurité alimentaire et de malnutrition Faso.
en 2020. Les données du cadre harmonisé de Le domaine éducatif subit aussi les attaques
novembre 2019 informent que plus de 1,2 million terroristes. Cela se manifeste par la fermeture
de Burkinabè ont besoin d’assistance alimentaire des écoles dans les zones attaquées. Le nombre
immédiate en situation courante, situation qui d’écoles fermées ne fait que grimper malgré
pourrait encore se dégrader pour atteindre 1,8 les mesures prises par les autorités, sécuritaires
million pour la période allant de juin à août 2020. et éducatives, notamment. Ainsi, la situation
En plus, d’autres secteurs, comme l’éducation à la date du 27 février 2020 fait ressortir
(544 000 personnes), la santé (1,6 millions de 2492 établissements fermés, soit 13,69% des
personnes), l’hygiène, l’eau et l’assainissement établissements préscolaires, primaires, post-
(1 million de personnes), la protection (948 000 primaires et secondaires du pays, affectant
personnes), la protection de l’enfance (348 000 337 571 élèves et 11 043 enseignants. Faisant
personnes), les violences basées sur le genre suite aux mesures prises pour pallier cette situation,
(248 000 personnes), la nutrition (554 000 à la même date, le nombre d’établissements
personnes) ont besoin d’être renforcés en 2020. rouverts est de 866, soit un accroissement de
Cette crise est surtout aggravée par une 41 structures, comparativement à la semaine
fragilisation du secteur agro-sylvo-pastoral antérieure. Ces établissements accueillent 176 356
perturbé. En effet, le terrorisme a touché élèves et 4450 enseignants. Cependant, la semaine
particulièrement les milieux ruraux, où 80% de d’avant, on assistera à la fermeture de 13 nouveaux
la population active dépend du pastoralisme et de établissements scolaires et à la réouverture de 41
l’agropastoralisme comme moyen d’existence. établissements (MENAPLN, 2020).
Les impacts notés sont, entre autres, la réduction L’impact du terrorisme sur l’éducation c’est,
de l’accès aux champs et aux intrants agricoles, aussi, les assassinats et les menaces au personnel
114 / Questions sociales

enseignant. Les acteurs du terrain expliquent plusieurs chefs interrogés. Dès lors, les populations
la situation. «Les groupes terroristes visent les se déplacent mais leur existence et âme culturelles
symboles de l’Etat dans les villages, ils menacent restent dans leurs villages. Cela bouleverse
de tuer les enseignants qui exercent en français sensiblement leur vie. Par exemple, plusieurs chefs
plutôt qu’en arabe, beaucoup ont préféré fuir de village et détenteurs de patrimoines ont été soit
pour sauver leur peau », s’attriste Windyam assassinés, soit contraints de quitter leurs localités.
Zongo, le secrétaire général du Syndicat national Ils sont, donc, sans attributs de leur pouvoir et ne
des personnels d’administration et de gestion de peuvent plus constituer des remparts ou ressources
l’éducation et de la recherche (SYNAPAGER) ( S. pour leurs populations. Cela met tout le monde
Douce, 2019a). dans une situation désemparée. D’ailleurs, dans
la dizaine de villages complètement disparus
C. Quand l’hydre terroriste malmène pour raison de terrorisme dans la commune de
le vivre-ensemble burkinabè Barsalgo, dans la région du Centre-Nord, comme
se demande le maire Pafadnam Abdoulaye, que
Au-delà des conséquences humanitaires, peuvent devenir les patrimoines et les pratiques
scolaires et sanitaires, le terrorisme a porté un culturelles qui régissaient la vie communautaire ?
grand coup à la culture burkinabè sur au moins
quatre (04) volets, que sont la destruction des
patrimoines et l’abandon de pratiques, l’impact
négatif sur le tourisme et l’hôtellerie, la mise
à rude épreuve du vivre-ensemble légendaire
burkinabè et la remise en cause des valeurs chères
aux Burkinabè.

• Le terrorisme, un fléau ayant provoqué


destruction et dégradation de
patrimoines et d’abandon de pratiques
culturelles

Au niveau de la destruction des patrimoines


et de l’abandon des pratiques culturelles, il
serait utile de rappeler que la Direction générale
du Patrimoine dispose d’une liste de 114 biens
culturels et naturels inscrits dans le registre
d’inventaire de 2004. Ces biens sont divers et
variés. On y trouve des monuments, tels que les
palais royaux, les anciennes églises et mosquées,
les collines et mares sacrées, les fortifications, les
cimetières, les champs, les fourneaux, les puits, les
réserves, mais également des rites, des sacrifices.
Lorsque les terroristes attaquent les populations
dans les villages, il y a une destruction des
biens culturels et une perturbation des pratiques
culturelles, car les acteurs, contraints de fuir pour
la survie, n’ont pas la possibilité d’emporter leurs
fétiches et encore moins assurer les pratiques des Source : photos amateurs d’un ressortissant de Komborikoura
rites, car les conditions ne sont plus réunies pour dans la province de la Kossi
leur exercice, comme en témoignent amèrement
Burkina Faso, “constat de l’effondrement d’un « îlot paisible », d’un modèle de vivre-ensemble et de
tolérance religieuse en Afrique de l’Ouest” : Analyse des conséquences socioculturelles du terrorisme / 115

En bref, les attaques terroristes ont contribué Les agences de voyage ont connu une baisse de
à détruire ou à l’abandon ou à la destruction 56% de leurs chiffres d’affaires et une perte de
des lieux de culte, de rites associés, des lieux 221 millions de FCFA. Enfin, le sous-secteur, les
sacrés et empêchent l’accomplissement ou restaurants et cafés, surtout ceux situés sur ladite
l’organisation des événements culturels, comme Avenue, a enregistré une baisse du chiffre d’affaires
les cérémonies de demande aux ancêtres d’assurer en moyenne de 42% au sein de 90% des entreprises,
de bonnes saisons agricoles et d’autorisation de et donc, une perte autour de 50 millions de F CFA
consommation de récoltes. pour chacune. En effet, la réalité des attaques
et les avertissements incessants et exagérés des
• Impact négatif du terrorisme sur le chancelleries occidentales, dont le point culminant
tourisme, l’hôtellerie et la restauration fut le coloriage en rouge de la moitié de la carte
du pays, ont contribué à créer chez les investisseurs
Quant au secteur touristique et hôtelier, et touristes étrangers une véritable aversion pour la
rappelons qu’il est très important en termes destination Burkina Faso.
d’apport économique. Malheureusement, les
attaques terroristes vont le plomber. C’est ce que • Mise à rude épreuve du vivre-ensemble
démontre une enquête menée en mars 2016 par légendaire du Burkina Faso
l’Observatoire national du tourisme du ministère
en charge du Tourisme, après les attaques de Le plus grand tort que le terrorisme a causé
janvier 2016 sur l’Avenue Kwame Nkrumah. Pour au Burkina Faso est la remise en cause de son

QUESTIONS SOCIALES
rappel, ladite avenue est pour Ouagadougou ce modèle de vivre-ensemble. Pendant longtemps,
que sont les Champs Elysées pour Paris. Poumon aussi bien l’histoire que la sociologie du pays,
économique de la ville, car abritant de grands ont enseigné l’instinct pacifiste du Burkinabè.
centres administratifs et de commerce, des services Très vite, ce peuple a fait sienne cette vérité de
bancaires et d’assurances, elle se transforme, la Martin Luther King (www. consulté le 25/03/20) :
nuit, en une rue d’économies parallèles intenses « Nous devons apprendre à vivre ensemble
par le truchement des restaurants, cafés et boîtes comme des frères, sinon nous allons mourir
de nuit qui la jouxtent. L’attaque terroriste semble tous ensemble comme des idiots ». Ainsi, avec
avoir pour but d’asphyxier économiquement des outils que sont les contes, les proverbes, les
Ouagadougou, en lui amputant ce poumon. devises, les chants, l’arbre à palabre, la parenté et
Après avoir évalué l’impact des attaques sur les alliances à plaisanterie, etc. la cohésion sociale
le secteur touristique par la collecte des données a été dispensée à toutes les générations et dans
auprès d’établissements touristiques d’hébergement toutes les ethnies. Malheureusement, le terrorisme
(ETH), d’agences de voyages et de tourisme, de est venu saper ce fondement, comme l’atteste
restaurants de tourisme et de clients d’ETH, l’étude cette initiative de promotion du retour du bon
conclut que le préjudice se matérialise par des pertes vivre-ensemble burkinabè, l’»Appel de Manéga»
matérielles et sur la fréquentation des unités, surtout (Lefaso.net, 2019) qui part du constat que « Depuis
dans les hôtels des catégories 3, 4 et 5 étoiles. trois ans, notre pays fait face au terrorisme et à
En comparant les indicateurs du mois de janvier l’extrémisme violent. (…) Aujourd’hui, tout le
2016 à ceux de janvier 2015, on constate que monde en convient, le terrorisme compromet
« les arrivées, les nuitées et les recettes ont baissé le développement socioéconomique, l’unité
respectivement de 15,5%, 24,% et 32,1%.Tout et l’intégrité du territoire national ainsi que
juste après les évènements, ce sont des annulations le vivre-ensemble ». Concrètement, trois
de plus de 2.900 réservations de chambres,17 (03) faits peuvent être évoqués pour illustrer
séminaires, 9 conférences, 11 ateliers, 7 formations, cette hypothèque du vivre-ensemble. Il s’agit
5 soirées gala, etc., qui ont été enregistrées. Ces des conflits communautaires, des méfiances
pertes en activités prévues ont été estimées à religieuses ou tentatives d’opposer les religions, la
615 millions de F CFA » (K.Gadiaga,2016). tentative d’»ethnicisation» du terrorisme et celle
116 / Questions sociales

d’opposition des groupes ethniques. son communiqué du 17 janvier 2016 selon Lefaso.
Au titre des conflits communautaires, voici net (2016): « sur le plan socio-psychologique,
le bilan, suite à l’attaque à Arbinda, dressé par le les attaques terroristes pourraient fragiliser la
ministre de l’Administration territoriale, Siméon cohésion sociale si le discours extrémiste reçoit
Sawadogo : « une attaque djihadiste serait à un écho favorable auprès de certaines couches
l’origine de représailles. Il y a eu 62 décès. de la population. Le gouvernement interpelle
Nous avons 32 morts du fait des terroristes (...). déjà les citoyens à éviter les violences verbales
Nous en avons 30 qui sont décédés du fait des et physiques contre des personnes portant une
conflits communautaires, des représailles entre barbe fournie, enturbannées ou voilées ». Sur le
Kouroumba, Peuls, Mossis» (www jeuneAfrique, terrain, des attaques (le 28 avril contre un pasteur
consulté le 22/03/ 20). Ainsi, les terroristes créent et 6 de ses fidèles à Silgadji ; le 12 mai contre une
la confusion dans l’esprit des communautés vivant église catholique suivie du décès d’un prêtre et six
ensemble qui, ensuite, se massacrent. fidèles à Dablo ; le 13 mai contre une procession
Deux (2) exemples (wikipédia, 20/03/20) catholique à Zimtanga, etc.) ont été menées contre
s’ajoutent pour illustrer la tension entre les des Chrétiens.
communautés où sévit le terrorisme :il s’agit du Dès lors, la tendance est d’indexer l’Islam,
drame de Yirgou sus-cité et ceux des villages surtout que les terroristes nommés «djihadistes»
de Barga-Peulh et Dinguila-Peulh  ayant subi des se réclament souvent de cette religion à travers
attaques de groupes d’autodéfense, en représailles leurs prêches dans lesquels ils menacent les
aux actions jihadistes auxquelles des Peulhs sont autres pratiques et désirent imposer un mode
accusés de participer, qui ont fait une quarantaine d’habillement, alimentaire et de croyance en
de morts le 8 mars 2020. rapport avec cette religion. Néanmoins, il faut vite
La conséquence immédiate des conflits dissuader cette tendance, car les Imans ne sont
communautaires, c’est la naissance des méfiances pas épargnés souvent et lors des tueries massives
religieuses ou tentatives d’opposer les religions. dans les marchés et autres rassemblements,
Rappelons que pendant longtemps, ce pays a joui l’appartenance à la religion musulmane n’est pas
d’une réputation de modèle de tolérance religieuse, demandée et ne constitue pas un rempart contre
comme l’indique le rapport «Burkina Faso: les furies meurtrières des « fous de Dieu » comme
préserver l’équilibre religieux» de International on les appelle.
Crisis Group (www.voaafrique, 2016). Le Burkina C’est dans la même veine que logent les
Faso serait une «exception» dans le Sahel et jouira tentatives d’»ethnicisation» du terrorisme et
d’»un modèle de tolérance religieuse résistant». d’opposition des groupes ethniques. Les conflits
Cette «tolérance» est héritée d’un «pluralisme communautaires montraient déjà à souhait qu’un
religieux ancré» alors que la région est marquée sentiment de confusion ou d’amalgame naissait
par la montée de la religiosité et d’une violence entre le terroriste, son ethnie et son groupe
qui se réclament de l’Islam. Le rapport explique ethnique. Autrement, un schéma de raisonnement
que dans ce pays, «Les Musulmans, les Chrétiens tente de dresser un portrait-robot ou un modèle-
et Animistes vivent ensemble, sont voisins et se type de terroristes. Les acteurs du terrorisme
marient» et « Rares sont les Burkinabè qui n’ont seraient issus d’une ethnie donnée, principalement
pas un ami, un parent ou un voisin d’une autre les Peulhs. De plus en plus, des polémiques
religion. Même si le paysage religieux varie d’une s’enflent au Burkina Faso à chaque fois qu’il y a
région à l’autre, il n’existe pas de zones, régions, des représailles suite aux attaques terroristes, soit
villes ou quartiers exclusivement chrétiens, de la part des groupes locaux d’auto-défense, soit
musulmans ou animistes », écrit Cynthia Ohayon, des ripostes des Forces de défense et de sécurité.
principale rédactrice du rapport. Si ce ne sont pas des communautés qui crient à la
Le glas de cette réputation semble avoir stigmatisation, comme le collectif contre l’impunité
sonné avec cet avertissement du ministère de et la stigmatisation des communautés, ce sont les
l’Administration territoriale, dans cet extrait de organismes de promotion des droits de l’homme
Burkina Faso, “constat de l’effondrement d’un « îlot paisible », d’un modèle de vivre-ensemble et de
tolérance religieuse en Afrique de l’Ouest” : Analyse des conséquences socioculturelles du terrorisme / 117

comme le MBDHP (Mouvement burkinabè des de référence ou de valeurs républicaines. Selon


droits de l’homme et des peuples) et Human le rapport final (MCAT, 2016) de l’étude sur
Rights watch qui dénoncent des exécutions l’identification des valeurs de référence au Burkina
sommaires ou de génocides. Tout ce climat Faso, on retient les valeurs que sont : le respect,
d’accusation et de méfiance ne rassure plus sur la la solidarité, la tolérance, l’intégrité, l’ardeur
viabilité et l’exemplarité du modèle burkinabè de au travail, l’honnêteté, la fraternité, le courage,
vivre-ensemble. Or, « Les peulhs et les moose ont l’hospitalité, l’humilité, l’honneur, la sobriété et
toujours vécu ensemble car presque dans chaque l’altruisme.
village moaaga, il y a un quartier peulh. Exemple, Cependant, le terrorisme va conduire à une
il y a Bakuin moose/Bakuin peul, sanbin moose/ remise en cause de certaines de ces valeurs.
sanbin peul, Foubè peulh/ Foubè moose dans ma D’abord, contraints de s’adapter à la nouvelle
commune. Même après le drame de Yirgou, les situation qui s’impose, l’hospitalité légendaire
moose et les peulhs vivent ensemble et collaborent des Burkinabè sera bouleversée. Cette valeur
pour améliorer le niveau de leur sécurité. Ils se recommande d’accueillir l’autre comme son frère.
demandent même souvent, ce qui leur arrive », se Cela suppose que chez le Burkinabè, l’amour de
désole le maire de Barsalgo (Burkina-info, 2020). l’étranger est aussi important que l’amour de son
frère. Dans les sociétés burkinabè, les individus
• Remise en cause des valeurs chères aux respectent bien l’étranger qui peut avoir accès aux
Burkinabè ressources au même titre que les membres de la
société. Cette hospitalité est hypothéquée, car avec

QUESTIONS SOCIALES
Pour les auteurs M. Crozier et E. Frieberg le terrorisme, l’étranger est vu comme un danger,
(l’acteur et le système, 1977), la culture est c’est-à-dire celui par qui le malheur peut venir.
perçue comme un système de valeurs et de D’ailleurs, parmi les mesures contre le terrorisme,
représentations assurant la cohésion de la vie en il est clairement conseillé d’éviter de recevoir les
société (E. Kamdem, 2006). Concept de Valeur, étrangers dont ne connaît pas la provenance ni les
pour G. Rocher, « elle est une manière d’être activités ou les objectifs poursuivis et de dénoncer
ou d’agir qu’une personne ou une collectivité ceux qui reçoivent les étrangers. D’ailleurs, les
reconnaît comme un idéal et qui rend désirables ou conflits intercommunautaires prennent l’allure
estimables les êtres ou les conditions auxquelles de représailles contre ceux qui sont supposés
elle est attribuée »112. Elle apparaît ici comme un avoir pour hôtes des terroristes. Par conséquent,
idéal, comme un but, un modèle positif à incarner. le terrorisme bat en brèche la vision de Ki-Zerbo
Elle est une source d’inspiration, un guide éclairé (2003) pour qui « l’étranger est une valeur en
de l’action humaine. Elle est comme une boussole soi. Etre étranger (hôte) de quelqu’un, c’est un
pour le marin ou un radar pour le pilote d’avion. lien privilégié. Cette marque de considération
Pour G. Rocher, la valeur a trois fonctions pour les étrangers facilite la gestion des relations
essentielles (cohérence des modèles, unité interethniques et interculturelles ».
psychique des personnes et intégration sociale). Ensuite, la solidarité, adulée par 20,40% des
Enfin, pour Ch. Hobbs (1988), les valeurs sont enquêtés (MCAT, 2017) comme 2ème valeur du
comme des «  principes unificateurs, l’éclat de la Burkina Faso -liée à l’entraide dans les activités,
vérité dont il faut son guide pour arriver à fixer ses au secours en cas de difficultés, etc., impose des
objectifs, pour arriver à vivre »113. devoirs réciproques entre membres d’une société
Au Burkina Faso, il y a des valeurs cardinales et oblige une sorte de générosité que la société
qui sont communes à toutes les communautés exige à ses membres- sera observée même avec
qui ont été répertoriées comme étant des valeurs le terrorisme à travers des actes de secours aux
identitaires des communautés ethnoculturelles personnes déplacées internes. Cependant, le
partagées, que l’on pourrait qualifier de valeurs phénomène ayant perduré, elle peut finir par
s’essouffler. Le Maire de Barsalgo rapporte le
112. Op. cit. p.39. témoignage selon lequel les premières victimes
113. Op. Cit. p.34.
118 / Questions sociales

arrivées dans sa commune ont été secourues par peut-il prendre la fuite et laisser ses enfants, sa
les autochtones (dons de maisons, de nourriture, femme, ses récoltes et aller se réfugier dans un
de terres à cultiver, etc.). Ces autochtones se sont camp ? En temps normal, il doit préférer la mort
appauvris mais lorsque les aides et dotations sont à la honte. C’est la plus grosse des hontes que de
venues, seules les personnes déplacées en ont céder aussi facilement dans la défense des siens ».
bénéficié. Du coup, la situation s’est renversée, car Enfin, les différentes exactions que les
ce sont les autochtones qui sont dans le dénuement terroristes commettent sont aux antipodes des
total maintenant. Cela constitue un précédent valeurs que sont l’intégrité, l’honnêteté, l’humilité,
dangereux qui n’encourage pas l’exercice de la l’honneur appartenant à la troisième catégorie des
solidarité. valeurs chez les Burkinabè.
En outre, en lieu et place de la tolérance bien
connue chez les Burkinabè, on a eu droit avec le Conclusion
terrorisme à des actes barbares et inqualifiables.
Jamais le Burkina Faso n’a atteint un degré En somme, il ressort que le terrorisme, depuis
de banalisation de la vie humaine qu’avec le son entrée fracassante au Burkina Faso le 23 août
terrorisme. Sur les réseaux sociaux et sur certaines 2015, ne fait que s’y métastaser. Pragmatique
chaines de télévision, des images affreuses des par sa faculté à une « endogénéisation », les
attaques et des affrontements sont montrées sans injustices sociales, la corruption, les raisons
vergogne. Être capable de tirer à bout portant de croyances semblent être les facteurs qui
sur une foule (marché, attroupements) pour faire l’alimentent. Il comporte des effets pervers
beaucoup de victimes au nom de raisons obscures, sur le plan humanitaire, avec les déplacements
est la preuve d’une véritable intolérance. Aussi, le massifs des populations et la dégradation des
non-respect des journées de deuil, l’insensibilité conditions sanitaires et d’hygiène, sur le plan
aux attaques meurtrières, sont autant de signes de scolaire avec la perturbation des cycles et cursus
la banalisation de la vie humaine. scolaires des milliers d’élèves. Sur le plan culturel
En plus, le courage légendaire des Burkinabè et touristique, le terrorisme a aussi affecté le
est en train de voler en éclats. De plus en plus, un secteur. Sont aussi mis à rude épreuve par ce
moindre crépitement de pétards suffit pour vider fléau, le vivre-ensemble légendaire et les valeurs
un village de presque tous ses habitants. Il est vrai cardinales caractéristiques burkinabè. Certes, la
que le terrorisme est une guerre asymétrique et culture est une grosse victime du terrorisme, mais
son objectif est vraiment de terroriser, mais nous peut constituer aussi un remède efficace contre ce
notons un manque de courage et d’organisation mal. C’est dans ce sens qu’il faut comprendre les
chez les habitants pour défendre leur territoire. En initiatives nationales et sous-régionales, comme la
témoigne ce propos d’un enquêté (kaya, 2020) : tenue des colloques sur le rôle de la culture dans la
«je ne reconnais plus les Burkinabè car ils sont lutte contre l’extrémisme violent et le terrorisme à
de plus en plus peureux. Comment un Burkinabè Dori et dans les pays du G5-Sahel à Ouagadougou.
Burkina Faso, “constat de l’effondrement d’un « îlot paisible », d’un modèle de vivre-ensemble et de
tolérance religieuse en Afrique de l’Ouest” : Analyse des conséquences socioculturelles du terrorisme / 119

Bibliographie

• 1-https://fr.wikipedia.org/wiki/Insurrection_djihadiste_au_Burkina_Faso: consulté le 20 mars 2020


• 2-http://lepays.bf/eddie-komboigo-president-cdp-remede-a-linsecurite-cest-de-voter-2020/ du 19 mars
2018: consulté le 22 mars 2020
• 3-https://lefaso.net/spip.php?article82287 du mardi 6 mars 2018 : consulté le 22 mars 2020
• 4-Savadogo Mahoumoudou, (2020), « Burkina Faso : pourquoi le terrorisme intérieur prospère-t-il
autant ? », In Le Point.fr, https://www.lepoint.fr/afrique/burkina-faso-pourquoi-le-terrorisme-interieur-
prospere-t-il-autant-13-01-2020-2357484_3826.php du 03/03/2020 à 13h 35mn
• 5-Cilliers Jakkie, (2004), « L’Afrique et le terrorisme », In De Boeck Supérieur, « Afrique contemporaine »,
1 n°209, pp. 81-100
• 6-Rapport sur les établissements occupés par les PDI et les établissements accueillant les élèves déplacés
à la date du 28 février 2020
• 7- Douce Sophie, (2019a), « Au Burkina Faso, des milliers d’écoles privées de rentrée à cause du
terrorisme », https://www.lemonde.fr/afrique/article/2019/09/12/au-burkina-faso-des-milliers-d-ecoles-
privees-de-rentree-a-cause-du-terrorisme_5509426_3212.html du 03/03/2020 à 12h 32mn
• 8-Gadiaga Karim, (SD), « Impact des attaques terroristes : Le tourisme avait déjà chuté en 2016 », https://
www.leconomistedufaso.bf/2018/04/09/impact-des-attaques-terroristes-le-tourisme-avait-deja-chute-
en-2016/ du 03/03/2020 à 12h 23mn

QUESTIONS SOCIALES
• 9-http://www.linternaute.fr/citation/3862/nous-devons-apprendre-a-vivre-ensemble-comme-des-freres--
sinon--martin-luther-king/: consulté le 25 mars 2020
• 10-https://lefaso.net/spip.php?article90249, Vivre-ensemble au Burkina : ‘‘L’Appel de Manéga»
officiellement lancé, lefaso.net du 15 juin 2019 : consulté le 24 mars 2020
• 11-https://www.jeuneafrique.com/758239/politique/burkina-62-morts-dans-lattaque-jihadiste-suivie-
daffrontements-intercommunautaires/: consulté le 22 mars 2020
• 12- https://fr.wikipedia.org/wiki/Insurrection_djihadiste_au_Burkina_Faso: consulté le 20 mars 2020
• 13-https://www.voaafrique.com/a/le-burkina-faso-modele-de-tolerance-religieuse-selon-icg/3521198.
html, du 22 septembre 2016, Le Burkina Faso, «modèle de tolérance religieuse», selon International
Crisis Group: consulté le 25 mars 2020
• 14-ONU(2016), Les conflits dans la région du Sahel et leurs conséquences pour le développement,
Résumé, http://repository.uneca.org/handle/10855, du 21/03/2020
• 15- Burkina-info du dimanche 2020 à l’émission, le grand-déballage
• 16- Kamdem,  Management et inter-culturalité en Afrique, Expérience camerounaise, L’Harmattan, Les
Presses de l’Université Laval, Canada, 2002, p.36.
• 17- Ministère de la Culture, des arts et du tourisme, Etude sur l’identification des valeurs de référence au
Burkina Faso, juin 2017, p27
• 18- J. KI-ZERBO, A quand l’Afrique ? Paris, Edition de l’Aube, 2003, p.34-44.
If you poison the water, you poison the people: toxic injustices exposed by COVID-19 / 121

Chapitre 2

If you poison the water, you poison


the people: toxic injustices exposed
by Covid-19
Chidiogo Akunyili

No country, and no demographic group has been spared from the devastating

QUESTIONS SOCIALES
impact of the coronavirus. While many across the world experience discomforts
unique to this pandemic for the first time, for others, it has been their way of life
for far too long. Perhaps with this taste of the malaise, there can be an increased
understanding of the plight of all marginalized communities. With this increased
understanding, perhaps we can finally understand why human rights are universal
rights, and why “we should all be feminists”.

No country, and no demographic group has to one where they are isolated and indoors. The
been spared from the devastating impact of psychological impact is palpable and long-
the coronavirus. The world is going through a lasting. This is alas the struggle of thousands of
unified experience of uncertainty. The feeling women every year. I am referring to the months
is uncomfortable and like a virus, fear spreads, of isolation following childbirth. There is even a
infecting many in its path. term for this—new-mom-loneliness—referring
For some demographic groups, elements of to the isolation new mothers commonly feel.
the coronavirus experience are not new. Some The psychological impact is known clinically
parallels can be made between the acute disruption as postpartum depression, and countless studies
and discomfort, and the experiences of millions of show the great challenge to a woman’s identity
women through time. in transforming from being a professional to a
primary caregiver. This scenario repeats itself
1. Mental wellbeing challenged by social with each birth, and the psychological impact
isolation: Millions are currently at home, and of postpartum depression, especially if left
we are all now familiar with the idea of social unaddressed and untreated, can have a long-term
distancing. With this, many are struggling with impact on both the mother and the entire family.
the disruption of going from an active lifestyle
122 / Questions sociales

2. Fear of an invisible enemy: The virus is at home in isolation. Millions around the world are
an invisible enemy. No one is safe from the other, obligated by their good faith and governments to
not even if they are family members who could stay home. Some governments even offer detailed
themselves be carriers of the virus and given instructions stipulating the amount of exercise
their closeness, could invariably become the most excursions allowed per day, and others still use
dangerous threat to individuals. Research shows smart tracking systems to ensure compliance.
that 8 out of 10 rapes are committed by someone There are at least eighteen countries where women
known to the Victim.114 [SEE THIS DATA] For need permission from their husbands to work or
years, women living in various communities have even apply for a job116. Women activists in Saudi
faced a predator that leaves many victims in its Arabia in 2019 won the right to travel abroad
wake. For years, women have fought back, and without the permission of a male guardian, a rule
several lives have been lost. Too many perpetrators that had been facilitated by the technology of
rema unchecked, and free to attack others, causing apps such as Absher, responsible for controlling
sustained havoc. women’s movements117. It was only in 2018 that
women in Saudi Arabia were allowed to drive a
3. The second shift: With schools closed, car unaccompanied by a male guardian.
millions of parents across the world are home
with their children, posing challenges for parents 5. Access to healthcare: Hospitals and
in terms of efficient working. This scenario is healthcare providers across the world are either
however not alien to millions of women around the overwhelmed or preoccupied with mitigating
world. Although today’s fathers are more involved pending needs in the face of the global pandemic.
in parenting children than ever before, mothers In the face of demand, current or anticipated,
remain children’s primary caregivers. The birth there will be victims of the inadequacies of the
of a child increases mothers’ total workloads by healthcare system. The shortcomings will be felt
twenty-one hours per week; in contrast, fathers’ most by poorer demographic groups and countries.
total workloads increased by only twelve and a half The same struggle for access to healthcare is
hours per week115. Child-rearing responsibilities experienced by pregnant women across the world,
disproportionately fall on mothers, translating with maternal deaths much higher in developing
into career sacrifices, notably in situations when countries than in more developed countries. Every
affordable child care is not available. This means day, 800 women die from complications during
that many women across the world have had to pregnancy, childbirth, and postpartum. According
juggle work and young children in a way that a to a World Bank report, over 99% of the 287,000
large proportion of the world is currently doing annual maternal deaths occur in developing
in the context of COVID-19. In addition, women countries, and most are avoidable, as the healthcare
in the United States spend an hour more per day solutions to prevent or manage complications are
than men on laundry, a figure that is even higher well known118. According to same report, maternal
in other countries. During this epidemic, these
chores increase with the entire family at home and 116. Stéphanie Thomson, World Economic Forum.
“18 countries where women need their husband’s
reduced access to care. permission to work.” 10 Nov. 2015. Accessed
March 28, 2020. https:// www.weforum.org/
4. Permission to leave home: Social agenda/2015/11/18-countries-where-women-need-
their-husbands- permission-to-get-a-job/
distancing goes hand-in-hand with staying inside
117. Human Rights Watch, “Saudi Arabia’s Absher
App: Controlling Women’s Travel While Offering
114. https://www.rainn.org/statistics/perpetrators-sexual- Government Services.” May 6, 2020. Accessed March
violence (RAINN.org) 30, 2020. https://www.hrw.org/news/ 2019/05/06/
115. Jill E. Yavorsky, Claire M. Kamp Dush, and Sarah J. saudi-arabias-absher-app-controlling-womens-travel-
Schoppe-Sullivan, “The Production of Inequality: The while-offering-government
Gender Division of Labor Across the Transition to 118. World Bank Data Team, “Over 99 percent of maternal
Parenthood.” 2015. Accessed March 28, 2020. https:// deaths occur in developing countries.” May 04, 2012.
www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4584401/ Accessed April 02,2020. https://blogs.worldbank.org/
If you poison the water, you poison the people: toxic injustices exposed by COVID-19 / 123

deaths in sub-Saharan Africa and South Asia centers have massively increased childcare needs,
together account for 85% of maternal mortality which has a particularly large impact on working
in the world. Even within developing countries, mothers”120.
these inequalities are still present. In the United There are two potential outcomes for the post-
States, for example, which has the highest rate COVID-19 future. The first is that inequalities
of maternal mortality in the industrialised world, widen. The second is that they are aggressively
black women are between three and four times addressed. Either way, change will be significant.
more likely to die from pregnancy-related issues. The changes to come will be difficult for entire
countries and many of their marginalized
6. Financial instability: Unemployment communities, men, women, and children. For
rates are rising globally and businesses around women, the crisis has exacerbated old wounds and
the world are greatly challenged, with many injustices against them.
facing precarious financial realities. Once again, Because of the challenges ahead, the struggle
already marginalized and poorer communities of the most vulnerable parts of society now more
will be most hit by the difficulties. In the face of than ever deserves our attention. Several studies
these challenges, inequalities will be exacerbated. suggest that women on the board, or even overall
Women are more financially vulnerable during this gender diversity within a company or organization,
crisis than their male counterparts because they are results in companies making better acquisition
more likely to be employed in low wage and part- and investment decisions, and in less aggressive
time positions, and could be first to be laid off. risk-taking, yielding benefits for all. These are

QUESTIONS SOCIALES
They are also more likely than men to have jobs critical skills needed in these very difficult times.
that put them at greater risk of infection, including So not only are the challenges faced by women
for instance nurses, cashiers, and pharmacy exacerbated by the current crisis, to the challenges
workers. This impact will further aggravate an could also be addressed by the wisdom of having
already unequal situation. In the United States, women at the decision-making table. Graça Machel,
black and Hispanic women earn 62 cents and 54 international advocate for women and child rights,
cents per dollar earned by men. This wage gap will said, “there is no profound transformation which
become wider for marginalized communities and can take place unless it involves precisely those
women across the world, who will be impacted who have been oppressed, … because they have to
disproportionately by the virus and who were liberate themselves to liberate others”.
already unfairly compensated for the same work as In Africa, the predications of COVID-19 are
their male counterparts. A recent New York Times dire even under the best-case scenario, in which
article supported this thesis in an article (https:// the virus is contained both on a global scale and
www.nytimes.com/2020/03/31/us/equal-pay- across the continent. While reported cases at the
coronavirus-economic-impact.html) titled “The time of writing are low compared to other regions,
COVID-19 pandemic will have a disproportionate the impact will nevertheless be felt in the economy,
negative effect on women”.119 The headline is amplified by the collapse in oil prices, and reduced
based on research by Northwestern University, agricultural yields. This will have resounding
the University of Mannheim in Germany and consequences for public trust, employment,
the University of California, San Diego, which healthcare, education, trade, and even the start-up
concluded that “the employment drop related to ecosystem, all of which will also have long term-
social distancing measures has a large impact
on sectors with high female employment shares. 120. Titan Alon, Matthias Doepke, Jane Olmstead-Rumsey,
Michele Tertilt, “The Impact of COVID-19 on Gender
In addition, closures of schools and daycare Equality.” March 2020. Accessed April 2, 2020. http://
faculty.wcas.northwestern.edu/~mdo738/research/
COVID19_Gender_March_2020.pdf? campaign_
opendata/over-99-percent- maternal-deaths-occur- id=10&emc=edit_gn_20200331&instance_
developing-countries id=17223&nl=in-her-words&regi_
119. https://www.nytimes.com/2020/03/31/us/equal-pay- id=74794054&segment_id=23427&te=1&user_
coronavirus-economic-impact.html id=c043c9d5cffd9790aecdce468d6b f037
124 / Questions sociales

implications. For example, a recent McKinsey stress resulting from the pandemic. This does not
report on the impact of the virus on African excuse abuse, but unfortunately contributes to
countries concluded that the “closures of schools it. This is a wake-up call. A concerted effort to
and universities could create longer-term human address gender-based violence is overdue. Across
capital issues for African economies—and could the world, victims of abuse face life-long physical
disproportionately affect girls, many of whom and psychological challenges that hold them back
may not return to school”121. from realizing their full potential. Domestic abuse
The challenges, short-term, medium-term needs to be taken seriously, which isn’t always
and long-term, will be unique and solutions will the case, including in countries where it is not
require creativity and focus to achieve success. considered a crime and is not punishable by the
This cannot be done by individual actors but law. Protecting women is an important part of the
by a multi-stakeholder alliance of government, work of post-COVID-19 recovery.
the private sector, and non-governmental
developmental bodies. An innovative approach 3. The second shift: As the global economy
is all the more urgent for African countries that rebounds, it will be critical to take a hard look
cannot afford to follow in the same steps as the at what we value as a society. By virtue of the
rest of the world, given dissimilar infrastructural extreme measures taken to protect human lives
and social realities. during the pandemic, we can conclude that it is a
At the heart of this global crisis there is also an universal truth that human life is important. One
opportunity to redesign systems that have failed can also conclude that, by extension, adequate care
its most marginalized communities. Let’s revisit for our children is paramount. How can we design
some of our earlier analysis of the impact on an economy that values the contribution of unpaid
women, and in so doing planting the seeds for a labor at home, both by women and men, as well
new earth. as the indispensable nature of this contribution?
How can we provide parents and new mothers
1. Social isolation: Mental health will with the support they need to recover, bond with,
be a priority in the aftermath of COVID-19. and nurture their children, especially in the critical
From stretched medical-care providers, to the months after birth? Currently, the United States
psychological strain and trauma caused by extremes allows maternity leave of twelve weeks, which
emotions; for instance, fear and insecurity, and the in itself is not mandatory. Twelve weeks is a
loss of lives of loved ones. The effects will be long- laughable amount of time to heal from the ordeal
lasting. Support is needed to see citizens through of pregnancy, let alone to be separated from one’s
these difficult times—a policy that can be made the child for hours on end. In several countries in
norm to prioritize the wellbeing of citizens. This Africa, the situation is worse, with no adequate
will include providing support to all vulnerable measures to uphold policies ensuring that women
people and communities who are currently get the time needed to recover and bond with
marginalized and ignored by societies that have a child post-birth. Some countries, including
dismissed mental wellbeing and overall wellness as Nigeria, have as short as six weeks of maternity
either a non-priority or at best, a luxury. leave after delivery, and this is at the discretion of
the employer for all privately-employed citizens.
2. Fear of an invisible enemy: Millions of And of course the pressure on parents is not limited
women across the world are currently home with to a child’s infancy, but continues for several years
their greatest threat. This means that while others to come. In the new world, families should be at
fear the enemy outside of the home, some live right the center of the design to ensure that women and
there with them. Reports of domestic violence men have everything they need to raise strong and
have risen, exacerbated by the pressures of capable children, who are the very future we seek
unemployment and isolation, and the heightened to protect.
121. McKinsey, “COVID-19 in Africa Report.” April 2020
If you poison the water, you poison the people: toxic injustices exposed by COVID-19 / 125

4. Permission to leave home: You might have Where does it end? The pandemic has shown
heard the phrase, ‘it’s a man’s world’, or any one the weakness of this model, which leaves so many
of various versions of the same, including, ‘know destitute at the hour of their greatest need. It has
your place’, or ‘don’t be too ambitious’, ‘find a also shown the imperative of valuing those who are
husband’. The micro-aggressions intended to put currently on the frontline of serving communities
women in their place are numerous. Imagine a across the world: the healthcare workers, farmers,
world in which women lead. Now, is the time to tellers, cashiers, janitors, cleaners, garbage
bring that world forth, for now is the time to put the collectors, childcare workers. They are the heroes
human at the center, before profit and power. Now of this times and have ways been.
more than ever, women demand a seat at the table While humans as a species have a deep-seated
because now more than ever, so much is at stake. fear of change, paradoxically, we are also the most
We can no longer be silenced, for women’s silence equipped to adapt to change. Currently, everyone
will be too costly for us to continue to bear as a is united in their experience of a journey into the
world. In this new world, women are encouraged unknown. The shared challenges across the globe
and emboldened in their power, knowing that they test and awaken our resilience and incredible
are critical parts of the solution, and their ideas ability not only to adapt but also to create
and inputs and voices are not only valid, they are something even better and stronger.
the missing link. While many across the world experience
discomforts unique to this pandemic for the first
5. Access to healthcare: Safeguarding the time, for others, it has been their way of life for

QUESTIONS SOCIALES
health of nations will be an essential part of the far too long. Perhaps with this taste of the malaise,
world we are creating. Billions of dollars, euros, there can be an increased understanding of the
and pounds are spent around the world on military plight of all marginalized communities. With this
and defense purposes, while millions suffer and increased understanding, perhaps we can finally
die from even the most basic health needs—food, understand why human rights are universal rights,
shelter, and safety. It is time to invest in the wellness and why ‘we should all be feminists’. The time to
of people and not in waging wars. 1.3 billion tons of act is now—while there is no going back to the
food is wasted yearly122 across the world. It is time world as it was, there is every opportunity to design
to take a good look at this system that does a great the world we want, shaped by people, centered on
disservice to those that need it the most. people, anchored in the power of our unity.

6. Financial instability: We have built a great


global greed machine centered on the philosophy
of maximizing profit. How do we define profit, if
it means that 1% of the world’s richest own 44%
of global wealth123? Who does this profit benefit
when the inequalities continue to widen?

122. Usaid Siddiqui, “World Food Day: The fight against


food waste.” 16 Oct 2019. Accessed April 1, 2020.
https://www.aljazeera.com/news/2019/10/world-
food-day-fight-food-waste-191016120808684.html
123. Credit Suisse, “Wealth matters. Global Wealth Report
2019.”
Reading the African City: Material Elements of the Urban Form / 127

Chapitre 3

Reading the African City: Material


Elements of the Urban Form
Mary-Jean Nleya

Post-colonial African literature is a repository of cultures and personal narratives.


Literary narratives can inform thinking around development questions. This
research paper seeks to argue for broadening the normative conceptualization

QUESTIONS SOCIALES
of development discourse to include literary fiction as a new paradigm for
understanding complex urban spaces, urban formation, the concentration of
heterogeneous people in these spaces and the intersection among these. To this
end, the research paper concludes that literary fiction - that explores themes
of development - enables a holistic understanding of development issues, and
circumvents disciplinary siloes found in conventional academic or policy research.

I. Introduction and a knowledge system which allows the


reader to vicariously live through the characters’
Post-colonial African literature is a repository experiences.125 Novels therefore give life to
of cultures and personal narratives. Literary questions that are habitually treated theoretically.126
narratives can inform thinking around development This paper focuses on exploring how development
questions. This research paper seeks to argue for is represented and contested in fiction, looking
broadening the normative conceptualization of specifically at the city—which is the central archive
development discourse to include literary fiction where one gleans configurations of the socio-
as a new paradigm for understanding complex political economy of urbanism.127 Development
developmental questions.124 discourse is explored in this way, throughout
Literary fiction is a form of communication the paper, because literary fiction is an effective

124. Lewis, D., et al. 2005. “The Fiction of Development: 125. Ibid, 2 – 3.
Knowledge, Authority and Representation”.
International Development Working Paper Series 126. Bhabha, H. K., 1994. The Location of Culture. P. xx.
(05-61). London School of Economics and Political New York: Routledge Publishers.
Science. Accessed here: http://www.lse.ac.uk/ 127. Nuttall, S. 2004. “City Forms and Writing the ‘Now’
internationalDevelopment/pdf/WP/WP61.pdf in South Africa. P. 740. Journal of Southern African
[Accessed on 12/05/19]. Studies, Vol. 30. No. 4. 731 -748.
128 / Questions sociales

locus for unpacking and holistically studying is the engine for music (the global prominence of
the socio-political economy of the African urban the Afrobeats music genre), film (the emergence
form, what Sarah Nuttall calls “the intricacy of the and rise of Nollywood), fashion and literature.131
city as a spatial formation, its density of people, Lagos is therefore a significant urban space
things, institutions and architectural forms; in the global contemporary global imagination.
the heterogeneity of lives juxtaposed in close The analysis Sarah Nuttall and Achille Mbembe
proximity”.128 To this end, the city of Lagos is a developed about Johannesburg could similarly be
fruitful site to study urban formations as the site of extended to encapsulate Lagos, in that Lagos is not
heightened social and economic tensions between only one-dimensional, it is a “thoroughly polyglot
heterogeneous urban residents who live in close urban formation” inhabited by the proletariat
proximity to one another. The inquiry will be worker, the poor, unemployed and marginalized; and
made through the extended idiom proffered in the simultaneously, successful musicians, playwrights,
novel, GraceLand by Chris Abani. intellectuals, migrants, the skilled professionals
and “jet setters”.132 Therefore, an understanding of
A. Situating the novel Lagos should be one which establishes continuities
with other global urban forms.133
Published in 2004, GraceLand tells the story Lagos exhibits spatial characteristics that stem
of city life through the eyes and experiences of the from its colonial legacy. One of such legacies is
urban poor. The protagonist of the novel is Elvis, the land tenure legal system. Most land tenure
a 16-year-old boy whose life’s ambition is to be in sub-Saharan Africa is a combination of
a dancer and entertainer just like his namesake public ownership, customary rights, and private
Elvis Presley. The novel alternates spatially and holding.134 Land tenure on the continent has a
temporally between Elvis’s former home as a child legacy from European colonialism, and colonial
in a small town, to his later years as a teenager in laws did not allow African natives to own
Maroko, a slum in the Lagos metropolis. urban land.135 Colonial legacy in land tenure is
such that the post-colony is today a “bifurcated
B. Lagos as an Archive: Colonial nation-state” in which rural areas are subject
Legacy and Contemporary Urban to customary law and the urban areas subject to
Laws European British-derived common law (mediated
by the market).136 Before 1978, Nigeria had
The significance of Lagos in the imagination freehold land tenure systems under which land
of urbanism cannot be underestimated because belonged to whole families and communities—
Lagos “forces the reconceptualization of the city” the only land excluded from this system was
within the framework of development and urban
studies.129 Lagos is an important site in the political, 131. Referring to Johannesburg, but also applies to
Lagos: Mbembe A. & Nuttall S. 2008. “Introduction:
social, economic and constitutional development Afropolis” in Johannesburg: The Elusive Metropolis,
of Nigeria, with the city being the economic and p. 25. Duke University Press.
financial hub of Nigeria and the West African 132. Ibid.
region.130 Lagos is not only important within West 133. Mbembe A. & Nuttall S. 2004. “Writing the World
Africa, or within Africa, but is a significant site from an African Metropolis”, p. 350, in Public Culture,
Volume 16 (3): 347 – 372. Duke University Press.
internationally with global influence. The city
134. Omotola, J.A. 1991. “Planning Law in Nigeria”.
hosts headquarters of oil and gas companies, and Pp. 384 – 386. Third World Planning Review 13(4):
381; Mamdani, M. 1996. Citizen and Subject:
128. Ibid, 740. Contemporary Africa and the Legacy of Late
129. Koolhaas R., Harvard Project on the City; Boeri S. Colonialism. Pp. 23 – 30. Princeton, New Jersey:
et al. 2007. Lagos, Mutations, p. 652. Barcelona: Princeton University Press.
ACTAR, Barcelona. 135. Davis, M. 2007. Planet of Slums. P.51. London: Verso.
130. Bekker S., & Fourchard L. 2013. “Chapter 1: 136. Mamdani, M. 1996. Citizen and Subject: Contemporary
Introduction”, p. xxiv. Governing Cities in Africa: Africa and the Legacy of Late Colonialism. Pp. 23 – 30.
Politics & Policies. HSRC Press. Princeton, New Jersey: Princeton University Press.
Reading the African City: Material Elements of the Urban Form / 129

public land designated to the British Crown.137 Despite Lagos’s urban planning laws, the city is
However, in 1978 the Land Use Act was put in said to have come into being through “amorphous
place, regulating land tenure by vesting all urban urbanism”—a process which does not reflect
land to the state government (the state governor) formal processes of urban planning.145 It is within
in trust for Nigerians.138 In addition to the Land this context that urban formation, urbanization,
Use Act of 1978, the other relevant laws that slum formation, and urban restructuring in
govern land administration include the Urban and development discourse will be explored through
Regional Planning and Land Development Law, the depiction in Abani’s GraceLand. As a point
which provides for the “administration of physical of departure, what is the definition of a “slum”?
planning, urban development, urban regeneration As far back as the 1800s, “slum” was seen to
and building control in Lagos”,139 and the Town be synonymous with racketeering or criminal
and Country Planning Law.140 activities.146 However, in 2002, the term’s
operational definition officially adopted at a UN
C. “Amorphous Urbanism” 141 summit in Kenya associated it with “economic and
social marginality” and the “overcrowding, poor
According to the United Nations (UN), the or informal housing, inadequate access to safe
number of people living in ‘slums’ has grown to over water and sanitation, and insecurity of tenure”.147
1 billion – with approximately 238 million being GraceLand explores ideas of urban spaces and
in sub-Saharan Africa.142 The current urbanization interactions with institutional and architectural
trend in the global South is occurring at a much forms. This paper addresses the following

QUESTIONS SOCIALES
greater rate and scale than the process experienced questions: to what extent does literary fiction
in the global North.143 The consequence of the offer a cognitive resource for thinking about
pace and scale of contemporary urbanization— development? How is development (and its
as seen in the global South, which outpaces that imagining of social realities) represented in
which was seen in the global North—renders the fiction, and what alternative visions of modernity
formal processes and knowledge produced for and development are found? To what extent does
formal processes of urban planning (gleaned from literary fiction offer representations of social
the global North and international institutions run realities found in urban spaces?
from the global North) as insufficient and usually
irrelevant.144 II. Material Infrastructure: Urban
Elements of the City
137. Lord Haldane in Amodu Tijani v. Secretary of Southern
Nigeria. 1921 AC 399. P. 402 as seen in Omotola, J.A. Lagos, an African urban form and this paper’s
1991. “Planning Law in Nigeria”. P. 381. Third World
Planning Review 13(4): 381. site of inquiry, requires the use of “new and critical
138. Section 1 of the 1978 Land Use Act, Nigeria. pedagogies”, an exploration of anthropological,
139. Urban and Regional Planning and Land Development sociological, legal, developmental and urban
Law Act Decree 88 of 1992, Nigeria. questions—which are all central to unpacking the
140. Town and Country Planning Law Cap 188 of 1986, “fabric of city life”.148
Nigeria. Some at the forefront of urban design have
141. Bekker S., & Fourchard L. 2013. “Chapter 1: opined that Lagos epitomizes a “developed,
Introduction”, p. 52. Governing Cities in Africa:
Politics & Policies. HSRC Press. extreme and paradigmatic case-study of a city at
142. United Nations, Department of Economic and Social the forefront of globalizing modernity”.149 Lagos
Affairs, Statistics Division. Accessed here: unstats.
un.org/sdgs/report/2019/goal-11/ [Accessed: 20 May 145. Ibid.
2020].
146. Davis, M. 2007. Planet of Slums. P. 21. London: Verso.
143. Braathen E., et al. 2015. “Introduction: Situating the
politics of slums within the ‘urban turn’”, p. 1. in The 147. Ibid, 23.
Politics of Slums in the Global South. Dupont V., et al 148. Supra, p. 351.
(eds). Routledge Publishers. 149. Koolhaas R., Harvard Project on the City; Boeri S. et
144. Ibid, 1. al. 2007. Lagos, Mutations, p. 652. Barcelona: ACTAR.
130 / Questions sociales

represents a spatiality of radical possibilities in A. Transport networks


the face of shortcomings in traditional Western
urban planning.150 I argue that, alongside other During a visit to Lagos in 2002 and 2003 for
disciplines, the special insights offered by the novel the Harvard Project on the City (with a group of
are analytical and effective methods of exploring researchers) Koolhaas recognized that Lagos’s
such developmental questions. GraceLand reveals transport network is a zone of vehicular and
such radical possibilities that exist in Lagos’s pedestrian circulation where there are “clearly
city life and exemplify the daily realities of many visible frictions between different inhabitants
within the contexts of informality and the urban of the city”.154 What Koolhaas has observed
poor—the life of a city in its constituent material and documented into a documentary, is more
parts: sanitation, transport networks, access to vividly portrayed in the novel GraceLand and
electricity and water, health, and wellbeing. is encapsulated revealing the nuances and
Rem Koolhaas, a Dutch architect and academic, multifaceted elements that intersect, namely the
in his widely recognized documentaries “Lagos fluidity of urban structures that are symbolic
/ Koolhaas” and “Lagos Wide and Close” said to Lagos’s uniqueness, in terms of its modes of
Lagos has “underperforming urban conditions” public transportation.
where there are “self-organising processes,
random and improvised living situations [… and] A man arguing loudly in the back of the bus
where areas of degradation on closer examination intruded on his thoughts and reminded Elvis of
are actually emancipatory zones”. 151 his first molue ride. Molues were buses unique
In conventional urban studies, a city is to Lagos, and only that place could have
understood by the aesthetic material infrastructure devised such a hybrid vehicle, its “magic” the
which it occupies—which is traditionally the only thing keeping it from falling apart. […]
result of stringent planning and engineering.152 The buses had a full capacity of forty-nine
The following discussion will analyze the material sitting and nine standing, but often held sixty
infrastructural elements of the city: transport and twenty. […] The buses wove through the
networks, sanitation, water and electricity, housing dense traffic so fast […] 155
and the use of public spaces. An attempt will then
be made to allow the city to speak for itself through Abani in the foregoing fictional account
other types of writing, 153 in the form of excerpts explains the existence of “molues” which are
from the novel GraceLand. This is a way to allow distinct to Lagos and act as transportation to serve
academic debates on urban theories and policy the public’s vehicular needs. The author’s reference
reports to be in conversation with a representative to “magic” draws on a mystery surrounding the
form (the novel) that mirrors realities faced, and unconventional and continued use of these vehicles
experiences lived, by those in urban spaces. in this urban space. This mystery surrounding the
kind of modernity surrounding Lagos was also
referenced by Koolhaas and his research team when
they noted that Lagos appeared to be an extreme
form of modernization which does not subscribe to
“Western planning methodology”. 156
150. Ibid.
151. Koolhaas R., Harvard Project on the City – Lagos.
Film by van der Haak, B. 2004. “Lagos Wide and 154. Koolhaas R., Harvard Project on the City – Lagos.
Close”. Accessed here http://lagos.submarinechannel. Film by van der Haak, B. 2004. “Lagos Wide and
com/ [Accessed on 11/05/18]; Koolhaas R., Harvard Close”. Accessed here http://lagos.submarinechannel.
Project on the City – Lagos. Film by van der Haak, B. com/ [Accessed on 11/05/18]. Koolhaas R., Harvard
2002. “Lagos / Koolhaas”. Project on the City – Lagos. Film by van der Haak, B.
152. Mbembe A. & Nuttall S. 2008. “Introduction: 2002. “Lagos / Koolhaas”.
Afropolis” in Johannesburg: The Elusive Metropolis, 155. Abani C. 2004. GraceLand. Pp. 8 - 9. Farrar, Straus
p. 6. Duke University Press. and Giroux, New York: 2004.
153. Ibid, 30. 156. Koolhaas R., Harvard Project on the City; Boeri S. et
Reading the African City: Material Elements of the Urban Form / 131

Public transportation is a defining feature of “Go-slow” is used to express a significant traffic


any major city but is especially important in a jam, which Koolhaas expressed in the following
populous city like Lagos. The excessive numbers way: “ubiquitous traffic jam, lulled in congestion,
of passengers in the buses as referenced in the captive to the road’s breadth and thriving with
novel underlines the improvisation of most areas entrepreneurial activity”. 161 Whilst “go-slow” is
of urban life by residents in Lagos, in order to described as a condition, “no-go” is more of a place.
make the city work for the different categories “No-go” is seen as a form of “failed planning or
of urban residents. Areas or facets of urban life physical collapse of transportation infrastructure”.
that are often legally regulated by traffic laws are These take the forms of an incomplete road which
improvised and switched into survival mode for significantly decelerates any form of movement,
the urban poor.157 However, the multifaceted nature particularly at points of concentrated traffic. In
of the urban conditions and the practical and social the face of maximum stalled vehicular circulation,
responses to such ways of life cannot be simplified Koolhaas proposed a positive outlook, or “rampant
into a binary of positive or negative imagery that entrepreneurialism”.162 Koolhaas’s examination of
Koolhaas attempts. The novel in this regard acts as the transport networks in his documentary about
a mode of legitimate communication.158 Lagos concluded that the transportation system
Koolhaas submitted that the shortcomings in is in a “state of permanent congestion” which its
the urban transport networks in Lagos “generated residents make good use of.163
ingenious, critical alternative systems”, operated The improvised way of life in Lagos is
and driven by those at best considered to be emblematic of the fluidity of the African urban

QUESTIONS SOCIALES
in the periphery and at worst considered to form.164 According to Achille Mbembe, the
be “illegal” in terms of canonical concepts of existence of the “metropolitan form in Africa
Western modernity.159 He opined that the evident serves as a critique of modern urbanism”, which
trends in the urban processes in Lagos required a is that the “metropolitan is neither a finite nor a
radical reconceptualization of the traditional way static form”.165 Mbembe went on to explain the
in which the city is contemporarily understood. metropolis as “unconscious” and only given life
When it comes to his understanding of transport by its urban residents; and urban spaces acquire
networks, which he went into much detail about, their meaning and memory as those generated by
he highlighted the popular lexicons used by locals such urban residents. Lagos “inverts” the defining
in Lagos, with which they have come to label features of a “modern city”; yet the city, home
their daily realities when it comes to the state of to close to 15 million inhabitants,166 continues to
“permanent congestion”—terms such as “go- “exist and be productive”.167
slow” and “no-go”—which Koolhaas viewed
as expanding from a simple understanding (by
locals) of vehicular circulation to “the level of
urban consciousness”.160
161. Ibid.
al. – Lagos, Mutations, p. 652. ACTAR, Barcelona:
2007. 162. Ibid, 685 – 686.
157. Simone A. 2004. “Cities and Change” in For the City 163. Ibid.
Yet to Come: Changing African Life in Four Cities, p. 164. Mbembe A. 2008. “Aesthetics of Superfluity” in
224. Duke University Press. Johannesburg: The Elusive Metropolis, p. 64. Duke
158. Lewis D., et al. 2005. “The Fiction of Development: University Press.
Knowledge, Authority and Representation”. Pp. 2 165. Mbembe A. 2008. “Aesthetics of Superfluity” in
-3. International Development Working Paper Series Johannesburg: The Elusive Metropolis, p. 64. Duke
(05-61). London School of Economics and Political University Press.
Science, London, UK. Accessed here: http://www.lse. 166. World Population Review, accessed at http://
ac.uk/internationalDevelopment/pdf/WP/WP61.pdf worldpopulationreview.com/world-cities/lagos-
[Accessed on 12/05/19]. population/ [accessed on 25 May 2020].
159. Ibid. 167. Koolhaas R., Harvard Project on the City; Boeri S. et
160. Ibid, 685. al. 2007. Lagos, Mutations, p. 652. Barcelona: ACTAR.
132 / Questions sociales

B. The City’s Sanitation the lived experience of the urban poor is neither
linear nor singular, but multilayered.
Metropolitan Lagos is a fast-growing
city, with an underperforming urban fabric. […] Elvis realized that nothing prepared
‘Underperforming’ here refers to overloaded you for Maroko. Half of the town was built of a
space and infrastructure. The city is the industrial, confused mix of clapboard, wood, cement and
economic, and commercial hub of the country.168 It zinc sheets, raised above a swamp by means of
is in this context that the waste it generates and its stilts and wooden walkways. […]
systems for waste disposal should be understood.169 As he looked, a child, a little boy, sank into
One of the central issues associated with the waste the black filth under one of the houses, rooting
management system in Lagos is the random like a pig. Elvis guessed it was some form of
collection of waste by the Solid Waste Disposal play. To his left, a man squatted on a plank
Board’s vehicles. Environmental sanitation in the walkway outside his house, defecating into
city is compromised by the irregular collection of the swamp below […] Elvis looked away in
waste by the public services.170 The constraints disgust […]
that were recognized by those working in the Looking up, Elvis saw a white bungalow. Its
Lagos State Solid Wastes Disposal Board were the walls were pristine, as though a supernatural
following: low pay for the nature of their job which power kept the mud off it. The small patch of
they considered “dirty”, they also complained of earth in front of it held a profusion of red hibiscus,
lack of equipment including vehicles, hand gloves, pink crocuses, mauve bachelor’s buttons and
spades – all of which have had a negative impact sunflowers. The sight cheered him greatly.173
on the performance of their job in delivering
public sanitation services in the city.171 The detailed analysis of Maroko, in the quoted
The effect of all these elements on the urban passage, acquaints the reader with Elvis’s coarse
landscape of Lagos is uncollected refuse, especially neighborhood. The neighborhood appears illusory,
in zones already considered informal.172 Sanitation horror-like, and unreal in that “nothing prepared
as a subject of inquiry is often dismissed because you” for it.174 The so-called “town” the text goes
it deals with grotesque issues. The question is how on further to analyze is described as “confused”.
to make developmental urban issues of sanitation To illustrate the confusion, the various types
tangible to readers in a way that is not off-putting, of materials that compose Maroko are noted:
but is respectably understood as the daily reality “clapboard, wood, cement and zinc”—all the
for many? The answer is that novels are “fruitful structures standing on planks over a swamp.
sites for understanding the city” and their myriad In the socio-economic circumstances of
complexities. Abani in GraceLand attempts to paint someone like Elvis, even the mundane is
a clear picture of the importance of having a wider problematic and ghastly. In this instance a child’s
conversation about sanitation, a developmental play is associated with filth, where the filth is
challenge that faces the urban poor the most. In “black” in color. Ordinary components and
the following excerpt, he explores the practical activities in a city—a child and simply going to
challenges that exist in the city. The juxtaposition
offered in the novel is important in displaying how 173. Abani C. 2004. GraceLand. P. 48. New York: Farrar,
Straus and Giroux.
168. Sule O.D.R. 1979. “The Deterioration of the Nigerian 174. Andrade S.Z., “Representing slums and home: Chris
Environment: Problems of Solid Wastes Disposal in the Abani’s GraceLand” Chapter 12 in The Legacies of
Metropolitan Lagos”, p. 571. GeoJournal 3(6) 571 – 577. Modernism: Historicising Postwar and Contempora-
169. Ibid, 571. ry Fiction. Pp. 230 -231. 2011. Cambridge Univer-
170. Sule O.D.R. 1979. “The Deterioration of the Nigerian sity Press. Accessible here: https://www.cambridge.
Environment: Problems of Solid Wastes Disposal in the org/core/services/aop-cambridge-core/content/
Metropolitan Lagos”, p. 572. GeoJournal 3(6) 571 – 577. view/A3267CD1D6058A34703917E0CADEC-
14F/9780511998317c12_p225-242_CBO.pdf/repre-
171. Ibid, 574. senting_slums_and_home_chris_abanis_graceland.
172. Ibid, 576. pdf [Accessed on: 2/1/2020].
Reading the African City: Material Elements of the Urban Form / 133

the toilet—are grim. The child, who represents the vast majority of citizens, namely the urban
children just like him, is likened to a dirty and poor, thereby diminishing their ability to function
grimy animal. And similarly, the simple and optimally in society and the economy because of
universal private act of going to the toilet (the act barriers to entry.181
of defecating), in Elvis’s world is a public affair Amartya Sen in 1999 devised the capabilities
that takes place into a public swamp, where there approach which looks at development as freedom
is no sanitation. to freely and actively participate in society through
Within the same grimy encounter—with the removal of barriers to entry, such as access
black filth, public defecation, dampness—Elvis to continued electricity supply.182 Even though
sees a contrasting sight which is likened to the Koolhaas viewed the underperforming urban
supernatural. The sight is associated with purity, conditions as the necessary site for ingenious
being white in color and pristine. However, for creativity on the part of those at the bottom
Elvis to see this image, he has to look up, it a sight of the economic pyramid;183 underperforming
that is not his equal or peer. From feeling disgust infrastructure nonetheless diminishes the
during the earlier encounter, the reader for the economic potential of the urban poor and creates
first time sees Elvis cheered up by the “pristine” widening gaps between those who can afford
aesthetic of the white bungalow. This illustrates generators and those who cannot.
that Elvis (representing the urban poor) is not The dialogue between the characters Elvis and
only to be associated with uncleanliness, but that Redemption in GraceLand makes important links
he too appreciates cleanliness and pristineness;175 between space, subjectivity, and self-perception

QUESTIONS SOCIALES
yet because of socio-economic inequality finds by providing a glimpse into the politics of the
himself in a slum or informal dwelling.176 urban poor at the city level, particularly the wide
social stratification between those who have
C. Water and Electricity Supply access to continued access to electricity and those
who do not.
Water and electricity are vital in the functioning
of any urban setting, domestic or business. In A few generators thudded around them,
Lagos, fewer than one in 20 households has direct and Elvis absently wondered why anyone who
connection to water through the municipality.177 could afford a generator would live in Maroko.
Most households rely on boreholes, stand pipes, To their left, through a skirt of trees, was the
unauthorized connections or private traders who road, and across the lagoon from it, on the
charge very high prices for water.178 Waste water, distant shore, were lights.
meanwhile, is disposed of through open drainage “Is that Ikoyi?” Elvis asked.
systems that crisscross Lagos.179 Redemption squinted.
When it comes to electricity supply, it is “Oh yes,” he replied. “Dis is why I like
well-known across Nigeria that there is no stable Lagos.”
electricity and locals refer to the frequent power “Why?”
cuts as “NEPA don take light”. Private homes and “Because though dey hate us, de rich still
businesses rely predominantly on generators for have to look at us. Try as dey might, we don’t
power generation.180 Using generators excludes go away.”184
175. Ibid, 230 -231.
181. Parikh P., et al. 2014. “Infrastructure provision,
176. Nuttall S. 2008. “Literary City”, in Johannesburg: The gender, and poverty in Indian slums”. P. 4. World
Elusive Metropolis, p. 199. Duke University Press. Development, 66, pp. 468 – 486.
177. Gandy M. 2005. “Learning from Lagos” in New Left 182. Sen A. K. 1999. Development As Freedom. P. 9. New
Review. P. 49. York: Knopf.
178. Ibid. 183. Parikh P., et al. 2014. “Infrastructure provision,
179. Gandy M. 2005. “Learning from Lagos” in New Left gender, and poverty in Indian slums”. P. 4. World
Review. P. 49. Development, 66, pp. 468 – 486.
180. Ibid, 50. 184. Abani C. 2004. GraceLand. P. 137. New York: Farrar,
134 / Questions sociales

Redemption – one of Elvis’s street friends recognized as a right, is promulgated in the 1948
– makes a harsh statement, “de rich still have Universal Declaration of Human Rights and the
to look at us. Try as dey might, we don’t go 1966 International Covenant on Economic, Social
away.” Speaking in Pidgin English, he invokes and Cultural Rights. The African Charter on
the social dynamics of self-perception among Human and Peoples’ Rights does not recognize
urban residents—in which those at the lower ‘housing’ in explicit terms but does include the
rung of the socio-economic order perceive their right to property.188 The right to adequate housing
existence—centering his discussion on access includes privacy, protection from being evicted
to electricity. Redemption, speaks in unqualified and having one’s home demolished or destroyed,
terms when he says, “though dey hate us…” they and to have the choice of where to live.189 Despite
still “have to look at us…” Despite the fact that the recognition of housing as a right, affordable
they are living in darkness and would presumably and decent housing remains a challenge around
be unseen; instead the writer reveals to the reader the world, including in sub-Saharan Africa.190
that the perceived existence of the urban poor is Slums are informal settlements, which local
deeper than a mere binary of “light” (the affluent, authorities do not want to promote, resulting in
Ikoyi) and “darkness” (the poor slum, Maroko). their reluctance to provide basic services to these
The scene reflects the widening levels of socio- areas.191 This makes it hard for urban dwellers
economic inequality which are clearly visible to exercise their right to housing. There has also
from the point of view of the urban poor’s lack of been a rapid move to commercialize housing,
reliable access to electricity. or the “financialization of housing”, a process
whereby “housing is treated as a commodity, a
D. Housing vehicle for wealth and investment rather than as
a social good”.192 The financialization of housing
A home, is central to the security, well-being, undermines the “social function” of providing
and dignity of any person, whether in an urban people with a home and instead widens inequalities
or rural setting.185 Consequently, housing is and stratifies society—responding only to capital
viewed by international development agencies, rather than human needs in the community.193
such as the Office of the UN Commissioner
on Human Rights and UN-Habitat as a right in here: https://www.ohchr.org/documents/publications/
terms of international law.186 The indivisibility, fs21_rev_1_housing_en.pdf [Accessed on 10/04/19];
interdependence, and interrelatedness of human Report of the Special Rapporteur, “Access to justice
for the right to housing”, 25/02/19 – 22/03/19,
rights makes housing reliant and dependent on Human Rights Council 40th Session. P. 8. Accessed
other rights (such as the right to water, sanitation, here: https://documents-dds-ny.un.org/doc/UNDOC/
electricity) for it to fully materialize.187 Housing, GEN/G19/007/29/PDF/G1900729.pdf?OpenElement
[Accessed on 19/04/19].
188. 
Article 18 of the African Charter on Human and
Straus and Giroux. Peoples’ Rights; UN Habitat & OHCHR Report, supra
185. Report of the Special Rapporteur, “Access to justice note 97.
for the right to housing”, 25/02/19 – 22/03/19, 189. UN Habitat & OHCHR Report, supra note 97.
Human Rights Council 40th Session. Accessed here:
https://documents-dds-ny.un.org/doc/UNDOC/GEN/ 190. UN Habitat & Office of the United Nations
G19/007/29/PDF/G1900729.pdf?OpenElement Commissioner for Human Rights Report, “The Right
[Accessed on 19/04/19]. to Adequate Housing”. Fact Sheet 20. Accessed here:
https://www.ohchr.org/documents/publications/fs21_
186. Title of the Office of the United Nations Commissioner rev_1_housing_en.pdf [Accessed on 10/04/19].
for Human Rights Report, “Basic Principles and
Guidelines on Development”. 2018. Annex 1. A/ 191. Ibid, 21.
HRC/4/18. Accessed here: https://www.ohchr.org/ 192. Report of the Special Rapporteur on adequate housing
Documents/Issues/Housing/Guidelines_en.pdf and the financialization of housing”, 24 March 2017.
and here: https://www.undocs.org/A/73/310/rev.1 Human Rights Council 34th session. Accessed here:
[Accessed on: 10/04/19]. https://documents-dds-ny.un.org/doc/UNDOC/GEN/
187. UN Habitat & Office of the United Nations G17/009/56/PDF/G1700956.pdf?OpenElement.
Commissioner for Human Rights Report, “The Right [Accessed on 18/04/19].
to Adequate Housing”. P. 4. Fact Sheet 20. Accessed 193. Ibid. 10.
Reading the African City: Material Elements of the Urban Form / 135

Housing conditions, as discussed above those selling food, tailors, hair dressers and various
and as referenced extensively in the cited UN other kinds of trade.196 Spatial boundaries are
reports, describe the dire situation as it pertains continuously being negotiated.197 Lagos is subject
to (the right to) housing. However, it is one thing to reassessment and reconfiguration, depending on
to discuss and describe the situation, and it is the needs and interests of those concerned, adding
quite another thing to describe what it feels like a layer of flexibility to the impermanent state of
living the situation. To this end, the novel helps urbanization.198 Koolhaas noted how public spaces
the reader understand what it feels like living the such as those along transport networks adopt
situation. This is a powerful medium, especially second lives—becoming not what was originally
if the aim is to mobilize social and institutional intended.199 When one watches Koolhaas’s
action. Abani aids the reader in thinking through documentary, the observer notes that there is an
the issue of housing. abandoned railway track that has adopted the
personality of a marketplace for street hawkers.
Now they lived in a slum in Lagos. […] What Koolhaas has termed the “permanent
The road outside their tenement was state of congestion” in public urban spaces has
waterlogged […] become an opportunity for street hawkers and
Elvis and his father lived at left edge of the mobile vendors to maneuver between the slow-
swamp city of Maroko, […] moving vehicles trading water sachets or snacks,
Across the street stood the foundations of others offering windscreen or car washes.200 In
a building; […] a woman had erected a buka, the absence of economic opportunity and with

QUESTIONS SOCIALES
no more than a rickety lean-to made of sheets high rates of unemployment, these public spaces
of corrugated iron roofing and plastic held that are part of the material elements of the city
together by hope. […] become entrepreneurial zones for certain groups
[…].194 of society—in which inhabitants adopt alternative
modes of action in these public spaces. These
In thinking through what it feels like to live alternative modes of action are recognized by
in sub-standard housing, Abani, through the Abani in GraceLand when public spaces become
character Elvis, gives us his (Elvis’s) view of such a site for informal commercialization of products
a situation. He starts with depicting what it is like that should otherwise be formally available.
to look out and see a “tenement that is waterlogged
and dirty”. There is also a sense of makeshift Elvis yawned, closed his eyes and rested
structures that are borne out of desperation: where his head on the cool metal side. Suddenly a
a “woman erected a buka” that is “rickety” and man in the front got up […]
simply “held together by hope”. The informality of “Good morning, ladies and gentlemen.”
slum settlements excludes them from basic service “We get new product for sale today call
delivery by local authorities—this thereby makes Pracetmol. It cures all pains, aches and fever
the lives of the urban poor all the more precarious. caused in de body. […]
We […] have been choose by de makers to
E. Public Spaces promote dis drug in Nigeria. […]

Public spaces in Lagos are malleable and adopt 196. Ibid.


new meanings.195 For example, pavements are 197. Ibid, 61.
areas of trading and marketplaces inundated with 198. Ibid.
199. Ibid.
200. 
As observed in Koolhaas R., Harvard Project on
194. Abani C. 2004. GraceLand. Pp. 3 - 8. New York: the City – Lagos. Film by van der Haak, B. 2004.
Farrar, Straus and Giroux. “Lagos Wide and Close”. Accessed here http://lagos.
195. Koolhaas R., Harvard Project on the City; Boeri S. submarinechannel.com/ [Accessed on 11/05/18];
et al. 2007. Lagos, Mutations, p. 652. Barcelona: Koolhaas R., Harvard Project on the City – Lagos.
ACTAR. Film by van der Haak, B. 2002. “Lagos / Koolhaas”.
136 / Questions sociales

Dis packet containing twenty tablet is Conclusion


costing only one naira. If you check any
chemist it is costing three naira dere […].” 201 In a discipline such as development and urban
Elvis tried to tune out the voice of the drug studies, it is important to create a representative
vendor but could not. Luckily the vendor got form that encapsulates the “subjective dimension
off at the next stop and Elvis watched him of social reality whilst simultaneously allowing
cross the road and hop onto another bus going an objective knowledge of the world”.206 This
the opposite way […]. 202 research project does not seek to argue that literary
fiction replace academic, policy and statistical
The allure of a “new product”, “Pracetmol” quantitative material in the field of development—
(sic), that “cures all pains, aches and fever caused in as this will be both impractical and undesirable.207
de body” is likely hard to resist in a country where I argue that literary fiction is a cognitive resource
access to and affordability of adequate healthcare in thinking about development by going right to
remains a challenge for the urban poor.203 The the heart of lived experiences and enables one to
novel here portrays how the improvisation of understand the different intersections that make up
economic life that results in informality in public the urban form.208
spaces intersects with very specific needs of a Chinua Achebe in his essay209 Africa Is People,
particular group of people in urban spaces. This wrote about an Organization for Economic Co-
intersection, the novel illuminates, poses a public operation and Development (OECD) meeting
health danger, and potentially creates negative he was invited to attend in Paris in 1989. He
externalities in the form of social and economic recollected that he was not quite sure what he, “an
costs to the city as a whole in relation to counterfeit African novelist among predominantly Western
pharmaceuticals. In this case, Nigeria is said to bankers and economists” would contribute to such
likely have the “highest recorded quantity of a meeting. He recalls that he “signalled his desire
counterfeit and substandard branded medicinal to speak and was given the floor”, when he said to
drugs incidents within sub-Saharan Africa”.204 them: “Here you are, spinning your fine theories,
While the novel does not explicitly reveal that the to be tried out in your imaginary laboratories … I
“Pracetmol” (sic) is counterfeit, the context within have news for you. Africa is people, real people.
which it is being sold (by an untraceable street Have you thought, really thought, of Africa as
vendor) and the additional facts used to support people?” Achebe’s appeal to economists at the
the medicine’s sale are suspicious. OECD gathering that day was a plea to humanize
Individual action is improvised in public development matters. Here was a novelist, one who
spaces in such a sophisticated and unique manner wrote about imagined stories, asking economists
because people in those spaces have no choice (those who deal with hard data and figures) to see a
but to survive and promote their livelihoods in real face, a true African human, behind the numbers.
the circumstances in which they find themselves, This interaction makes clear that no specific
whether in literal vehicular or transport-related field (science, economics or literature) should be
traffic or otherwise.205 afforded greater superiority over the other.210
206. Lewis D., et al. 2005. “The Fiction of Development:
201. Abani C. 2004. GraceLand. P. 9. New York: Farrar, Knowledge, Authority and Representation”. P. 2.
Straus and Giroux. International Development Working Paper Series
202. Ibid. (05-61). London School of Economics and Political
Science, London, UK. Accessed here: http://www.lse.
203. Spink J, et. al. 2016. “Addressing the Risk of Product ac.uk/internationalDevelopment/pdf/WP/WP61.pdf
Fraud: A Case Study of the Nigerian Combatting [Accessed on 12/05/19].
Counterfeiting and Sub-Standard Medicines
Initiatives” in Journal of Forensic Science and 207. Ibid, 4 -8.
Criminology. P. 4. Vol. 4(2). 208. Ibid, 2.
204. Ibid. 209. Achebe, C. 2009. The Education of a British-Protected
205. Koolhaas R., Harvard Project on the City – Lagos, Child. P. 157. Penguin Books Limited.
“Mutations”, p. 661. 210. Nyamnjoh, F. 2012. “Intimate Strangers: Connecting
Reading the African City: Material Elements of the Urban Form / 137

Achebe here makes a call for drawing on However, this binary-like paradigm of reading
human experience (that literary fiction provides) African cities does not wholly capture the nuances
rather than reduce poor people as bad statistics. of the African urban form.
Therefore, I argued in this paper that literary Many African cities, such as Lagos, defy
fiction complements the formal and conventional existing theories found in urban development
academic theories and reports relied upon in dealing thought. The African urban form articulates
with urbanism and development questions.211 This and demands its own mode of deliberation
straddle between using fictional representative and analysis.214 With this in mind, as scholars
forms coupled with formal academic writing and practitioners wrestle with the appropriate
and policy reports nuanced my understanding methodologies with which to conceptualize
of African cities, namely Lagos, and what such African cities, or Lagos in particular, they should
cities are constituted of: material infrastructure or be encouraged to look to wider styles of writing,
elements of a city. namely fiction, to augment their theories and
The general narrative brands African cities strategies of urbanism and development.215
as “replete with struggles of the poor who eke
out some minimal livelihood […]”.212 Yet there
are those who advance an alternative view that
seeks to argue that the urban poor are actually
bustling with entrepreneurial dynamism, made
palpable in the urban conditions in which they find

QUESTIONS SOCIALES
themselves.213

Bibliography

Books

• Abani C. 2004. GraceLand. Pp. 8 - 9. Farrar, Straus and Giroux, New York: 2004.
• Achebe, C. 2009. The Education of a British-Protected Child. P. 157. Penguin Books Limited
• Bekker S., & Fourchard L. 2013. “Chapter 1: Introduction”, p. xxiv. Governing Cities in Africa: Politics
& Policies. HSRC Press
• Bhabha, H. K., 1994. The Location of Culture. P. xx. New York: Routledge Publishers
• Braathen E., et al. 2015. “Introduction: Situating the politics of slums within the ‘urban turn’”, p. 1. in The
Politics of Slums in the Global South. Dupont V., et al (eds). Routledge Publishers
• Davis, M. 2007. Planet of Slums. P.51. London: Verso
• Gandy, M. 2007. “Planning, Anti-Planning, and the Infrastructure Crisis Facing Metropolitan Lagos” in

Fiction and Ethnography”. P. 90. Alternation 19:1, 65 – 92.


211. Ibid, 4. 214. Gandy, M. 2007. “Planning, Anti-Planning, and the
212. Simone, A., 2004. For the City Yet to Come: Changing Infrastructure Crisis Facing Metropolitan Lagos” in
African Life in Four Cities. P. 1. Duke University Press. Cities in Contemporary Africa. Pp. 260. Murray M.,
213. Koolhaas R., Harvard Project on the City – Lagos. & Myers, G. (eds). 2007. Palgrave Macmillan.
Film by van der Haak, B. 2004. “Lagos Wide and 215. Lewis D., et al. 2005. “The Fiction of Development:
Close”. Accessed here http://lagos.submarinechannel. Knowledge, Authority and Representation”. P. 5.
com/ [Accessed on 11/05/18]; Koolhaas R., Harvard International Development Working Paper Series
Project on the City – Lagos. Film by van der Haak, B. (05-61). London School of Economics and Political
2002. “Lagos / Koolhaas”. Science, London, UK.
138 / Questions sociales

Cities in Contemporary Africa. Pp. 260. Murray M., & Myers, G. (eds). 2007. Palgrave Macmillan
• Mamdani, M. 1996. Citizen and Subject: Contemporary Africa and the Legacy of Late Colonialism. Pp.
23 – 30. Princeton, New Jersey: Princeton University Press
• Mbembe A. & Nuttall S. 2008. “Introduction: Afropolis” in Johannesburg: The Elusive Metropolis, p. 25.
Duke University Press
• Mbembe A. & Nuttall S. 2004. “Writing the World from an African Metropolis”, p. 350, in Public Culture,
Volume 16 (3): 347 – 372. Duke University Press
• Nuttall S. 2008. “Literary City”, in Johannesburg: The Elusive Metropolis, p. 199. Duke University Press.
• Sen A. K. 1999. Development As Freedom. P. 9. New York: Knopf
• Simone A. 2004. “Cities and Change” in For the City Yet to Come: Changing African Life in Four Cities,
p. 224. Duke University Press

Articles

• Andrade S.Z., “Representing slums and home: Chris Abani’s GraceLand” Chapter 12 in The Legacies of
Modernism: Historicising Postwar and Contemporary Fiction. Pp. 230 -231. 2011. Cambridge University
Press. Accessible here: https://www.cambridge.org/core/services/aop-cambridge-core/content/view/
A3267CD1D6058A34703917E0CADEC14F/9780511998317c12_p225-242_CBO.pdf/representing_
slums_and_home_chris_abanis_graceland.pdf [Accessed on: 2/1/2020].
• Boeri S. et al. 2007. Lagos, Mutations, p. 652. Barcelona: ACTAR, Barcelona
• Gandy M. 2005. “Learning from Lagos” in New Left Review.
• Koolhaas R., Harvard Project on the City; Boeri S. et al. – Lagos, Mutations, p. 652. ACTAR, Barcelona: 2007.
• Lewis, D., et al. 2005. “The Fiction of Development: Knowledge, Authority and Representation”.
International Development Working Paper Series (05-61). London School of Economics and Political
Science. Accessed here: http://www.lse.ac.uk/internationalDevelopment/pdf/WP/WP61.pdf [Accessed
on 12/05/19].
• Nuttall, S. 2004. “City Forms and Writing the ‘Now’ in South Africa. P. 740. Journal of Southern African
Studies, Vol. 30. No. 4. 731 -748
• Nyamnjoh, F. 2012. “Intimate Strangers: Connecting Fiction and Ethnography”. P. 90. Alternation 19:1,
65 – 92.
• Omotola, J.A. 1991. “Planning Law in Nigeria”. Pp. 384 – 386. Third World Planning Review 13(4): 381
• Sule O.D.R. 1979. “The Deterioration of the Nigerian Environment: Problems of Solid Wastes Disposal
in the Metropolitan Lagos”, p. 572. GeoJournal 3(6) 571 – 577

Reports

• Office of the United Nations Commissioner for Human Rights Report, “Basic Principles and Guidelines on
Development”. 2018. Annex 1. A/HRC/4/18. Accessed here: https://www.ohchr.org/Documents/Issues/
Housing/Guidelines_en.pdf and here: https://www.undocs.org/A/73/310/rev.1 [Accessed on: 10/04/20].
• Parikh P., et al. 2014. “Infrastructure provision, gender, and poverty in Indian slums”. P. 4. World
Development, 66, pp. 468 – 486.
• Report of the Special Rapporteur on adequate housing and the financialization of housing”, 24 March
2017. Human Rights Council 34th session. Accessed here: https://documents-dds-ny.un.org/doc/UNDOC/
GEN/G17/009/56/PDF/G1700956.pdf?OpenElement. [Accessed on 18/04/19].
• Report of the Special Rapporteur, “Access to justice for the right to housing”, 25/02/19 – 22/03/19,
Human Rights Council 40th Session. Accessed here: https://documents-dds-ny.un.org/doc/UNDOC/
Reading the African City: Material Elements of the Urban Form / 139

GEN/G19/007/29/PDF/G1900729.pdf?OpenElement [Accessed on 19/04/19]


• Spink J, et. al. 2016. “Addressing the Risk of Product Fraud: A Case Study of the Nigerian Combatting
Counterfeiting and Sub-Standard Medicines Initiatives” in Journal of Forensic Science and Criminology.
P. 4. Vol. 4(2)
• UN Habitat & Office of the United Nations Commissioner for Human Rights Report, “The Right to
Adequate Housing”. P. 4. Fact Sheet 20. Accessed here: https://www.ohchr.org/documents/publications/
fs21_rev_1_housing_en.pdf [Accessed on 10/04/19]
• UN Habitat & Office of the United Nations Commissioner for Human Rights Report, “The Right to
Adequate Housing”. Fact Sheet 20. Accessed here: https://www.ohchr.org/documents/publications/fs21_
rev_1_housing_en.pdf [Accessed on 10/04/20]
• United Nations, Department of Economic and Social Affairs, Statistics Division. Accessed here: unstats.
un.org/sdgs/report/2019/goal-11/ [Accessed: 20 May 2020]

Documentaries

• Koolhaas R., Harvard Project on the City – Lagos Film by van der Haak, B. 2004. “Lagos Wide and
Close”. Accessed here http://lagos.submarinechannel.com/ [Accessed on 11/05/18]
• Koolhaas R., Harvard Project on the City – Lagos. Film by van der Haak, B. 2002. “Lagos / Koolhaas”
• Legal Instruments (Caselaw & Laws)

QUESTIONS SOCIALES
• Article 18 of the African Charter on Human and Peoples’ Rights
• Lord Haldane in Amodu Tijani v. Secretary of Southern Nigeria. 1921 AC 399. P. 402 as seen in Omotola,
J.A. 1991. “Planning Law in Nigeria”. P. 381. Third World Planning Review 13(4): 381
• Section 1 of the 1978 Land Use Act, Nigeria
• Town and Country Planning Law Cap 188 of 1986, Nigeria
• Urban and Regional Planning and Land Development Law Act Decree 88 of 1992, Nigeria

Other

• World Population Review, accessed at http://worldpopulationreview.com/world-cities/lagos-population/


[accessed on 25 May 2020]
Partie IV

Politique et
gouvernance

Chapitre 1 : Beyond Institutions: the imperative for a new anti-


corruption paradigm in Africa

Chapitre 2 :  An overview of the changing dynamics of west Africa’s


geopolitics

Chapitre 3 : A Fragile Transition Process in Sudan

Chapitre 4 : Géopolitique de la bonne gouvernance en Afrique :


Quelles avancés en 2019 ?
Beyond Institutions: the imperative for a new anti-corruption paradigm in Africa / 143

Chapitre 1

Beyond Institutions: the imperative


for a new anti-corruption paradigm
in Africa
Njoya Tikum

In the last 20 years, the international community of anti-corruption scholars and


practitioners have induced African countries to establish anticorruption laws and
bodies. With few exceptions, almost every African country has embarked on
wide-ranging reforms aimed at strengthening state accountability and eradicating
corruption through the establishment of Anti-Corruption Agencies and Laws.
However, these interventions have not resulted in any noticeable decline in
corruption in most parts of Africa. This chapter examines is why the legion of
interventions aimed at combating corruption have not yielded positive outcomes
and how Africa navigate itself out of this quagmire.

Introduction process of building the new African independent


state. The second dragon, according to Nyerere, POLITIQUE ET GOUVERNANCE
Corruption in Africa predates the twenty-first was tribalism, and the connection between
century. However, it has emerged as an essential nepotism and tribalism was reasonably close.
feature and driver of underdevelopment and He argued that the pre-and post-independence
insecurity in post-colonial Africa. Early signs of experience suggested that Africans were locked
discontent with the promise of Africa’s political into a tribal agenda that made the task of nation-
independence agenda began when Julius Nyerere, building difficult. The third and toughest dragon
independent Tanzania’s first president, told was corruption, which, according to Nyerere,
Tanzanians within a few years of independence represented the most significant impediment
that there were three dragons Africa needed to slay to achieving Africa’s aspiration for complete
to achieve its full transformation (Mwenegoha independence. This unholy trinity of nepotism,
H. A. K, 1976). The first dragon, he indicated, corruption and tribalism he believed was the
was nepotism, which emerged as a hurdle in the most prominent danger confronting independent
144 / Politique et gouvernance

Tanzania, against which the country needed to the functioning of institutions and processes, and
mobilise (Nyerere, 1977). weakens the rule of law and ultimately, the state
There is no universally accepted definition of itself (Spanjers, n.d.).
corruption. Etymologically, the word corruption The first victim of corruption as it began to
comes from the Latin ‘corruptus’, which means spread into the fabric of politics in many countries
to decompose, disintegrate, lose value, or become was the social contract between state and society.
useless. It implies that corruption is often viewed This is because the social bargain is based on trust:
as a latent decay in ethical values and morality, and citizens surrender their collective sovereignty
corruption amounts to “moral deterioration” (Leo to an elected leader for a period of time, in the
& Bassey, 2010). For the purpose of this article, understanding that leadership will act in the
corruption as described by the United Nations interest of the commonwealth (Rawls, 1993). And
Convention Against Corruption, and the African yet in reality, citizens began to see a situation in
Union (AU) Convention on Preventing and which a gulf opened up between them and the
Combating Corruption, as the abuse of entrusted leaders, in whom they invested a lot of faith.
power for private gain. Depending on the level, Since the mid-1960s, there has been a struggle
pervasiveness, and form of corruption, corruption to understand what went wrong with Africa’s
can have devastating impacts on the availability, independence struggle. One of the arguments put
quality, and accessibility based on equality—of forward by African political scientists is that the
human rights-related goods and services. While post-independence African elite inherited a state
acts tainted by corruption can constitute human- system which they made no effort to reform, and the
rights violations, corruption itself is best seen as a transition from colonialism to independence was
structural obstacle to the enjoyment of human and simply a changing of the guard, but not a change of
other socio-political, economic, and civil liberties institutions (Mavis, 2014). These African political
and rights. Corruption can reduce the stringency of scientists argued that, the relationship between
environmental regulations, through bribe-taking the colonial states, which was a relationship of
and other corrupt practices of public officials, alienation of the colonized people, was replicated
resulting in the loss of livelihoods, illness, and in the post-colonial era as a relationship of what
social displacement of millions. Irrespective Mahmood Mamdani called “citizen and subject”,
of its definition or forms, corruption gravely in which the colonial state saw citizens of the
undermines the performance of public services formerly colonized state as subjects and the
and erodes public respect for the government as colonizers as citizens. This tendency was carried
a service provider. It disappoints citizens, thus on into the post-colonial state machinery by the
fostering cynicism about government. political elites. To that extent, the relationship of
The impact of corruption on development, reciprocal accountability that ought to exist within
democracy, and human rights has been catastrophic a social contract was fractured from the outset,
for citizens and countries across Africa. According and no effective effort was made to rebuild the
to the United Nations Development Program, post-colonial states in line with the aspirations of
the world loses $1 trillion to bribery every year independence (Mamdani, 2018).
in illicit financial flows and corruption (UNDP, Emanating from these post-colonial
2008). For Africa, conservative estimates put nationalists and academic discourses around
the figure at $50 billion to $80 billion annually corruption, was a consensus that for Africa to
through illicit financial flows alone (HLP on illicit reconstruct the social contract between the state
financial flows, 2014). The World Bank has also and its citizen, corruption, being the principal
noted that, while costs may vary and systemic vector of a breakdown in the state-citizen
corruption may coexist with strong economic contract, must be addressed. For most scholars, a
performance, experience suggests that corruption stronger institutional landscape provides the right
is bad for development (Chibber et al, 1997). It foundation for combatting corruption in post-
puts into question the legitimacy and efficiency of colonial Africa. Szefle, for instance, argued that
Beyond Institutions: the imperative for a new anti-corruption paradigm in Africa / 145

by addressing the issue of institutions, a broader sector corruption based on expert opinion, shows
comprehension was needed of the governance that 40 out sub-Saharan Africa’s 46 states have a
agenda, rather than a sectoral approach to tackle “serious problem” with corruption. The continent’s
corruption(Szeftel, 1998). powerhouses, including Nigeria, Kenya, and
South Africa, are among them, while Somalia
I. The imposition and effectiveness tops the ranking as the world’s most corrupt
of anti-corruption institutions in country, closely followed by South Sudan. In
Africa other areas, states do not fare any better with their
own publics. A 2011-2013 Afrobarometer survey
The institution-based approach to the fight of 51,000 people in 34 African countries found
against corruption was championed by the Bretton the continent’s population was overwhelmingly
Woods institutions, including the World Bank, the skeptical about national anti-corruption measures.
International Monetary Fund, and other institutions More than half (56%) of respondents stated that
like the United Nations (Bayliss & Fine, 1998). their country did a “fairly bad” or “very bad” job
For them, to combat governmental corruption in of countering corruption, while only 35% said
African countries, fundamental reforms, which their governments had done “well” or “very well”.
include institutional reforms covering regulatory Economically, Africa has lost over US$1
authorities, taxation agencies, the judiciary, trillion to illicit financial flows (IFFs) over the
and other public institutions, must be put in last 50 years, as reported by the African Union’s
place (Rose-Ackerman, 1999). To support the high level panel on IFFs, led by South Africa’s
implementation of these loan-dependent reforms, former President Thabo Mbeki. This is roughly
African states were rushed into creating several equivalent to all the official development
institutions to combat corruption. Inspired by the assistance the continent received during the same
United Nations Convention against Corruption, timeframe. According to the panel, companies and
in the 2000s, Africa saw a proliferation of anti- government officials are illegally moving as much
corruption agencies and institutions, intended to as $60 billion out of Africa each year.
provide solutions to the corruption and governance Although anti-corruption narratives contain a
challenges faced by the continent. That became promise that creating anti-corruption institutions
the standard against which progress in the fight matters in sustaining anti-corruption efforts, this
against corruption was evaluated. does not seem to resolve the issues that continue
Over the past two decades, almost every to bedevil Africa, leaving the question: why has
African country—some willingly, others under the anti-corruption institutional experiment failed
duress—has embarked on wide-ranging reforms to curb the scourge of corruption? In order words,
aimed at strengthening state accountability and with close to four decades of crafting institutions
eradicating corruption. As indicated by the Open dealing with the problem of corruption, why has
Society Initiative for Southern Africa, an array Africa witnessed no visible decline in the practice POLITIQUE ET GOUVERNANCE
of institutions dedicated to curbing corruption— of corruption?
with varying degrees of independence, financing,
and authority—is still being set up, either at the II. The anti-corruption institution/
behest of international donors or based on political agency dilemma
pledges made by politicians before they ascend
to power or when seeking re-election (Gregory With a monumental trust deficit between
Robert, 2015). the state and citizens in Africa, relying on anti-
Despite efforts in building anti-corruption corruption institution/agencies (ACAs) to fight
institutions across Africa, corruption persists, corruption can only yield limited results.
as evidenced by multiple indices. Transparency For many countries, the establishment of an
International’s 2019 Corruption Perception Index ACA was just another box to tick in order to get
(CPI), which estimates perceived levels of public- the next round of development assistance; the
146 / Politique et gouvernance

agencies themselves are mere window dressing, and will give the government as a change agent, as
often suffering from institutional weaknesses and indicated by McAdams and Posner, the requisite
a lack of sufficient human and material resources. legitimacy to intentionally intervene in the
In several African countries, for example, ACA manipulation of the anti-corruption norm-making
funding is tied to presidential benevolence instead process (McAdams, 1997; Posner, 2007b). This is
of allocation through a transparent national because, for any institution or law to have the right
budgetary process. The agencies are staffed by degree of influence, it must first have a leadership
people with no technical expertise, sometimes that is willing and capable to serve as change
including retired public servants who have no agents, to initiate the changes in norms needed.
real desire to rock the boat. In these countries, Understanding the variability of norms, and the
the modus operandi is to fight corruption in areas necessity for building leader-change agents is
earmarked by the ruling political regime. In some the first step in reconstructing a true African
countries, leaders have used the ACAs to further response to the pandemic that is corruption.
witch-hunts against political opponents. Beyond re-invigorating the anti-corruption battle
As indicated above, the efficiency of a state through an afro-centric social-norms perspective,
beyond its institution rests on trust and the African governments should make use of new
social contract. In their current form, most anti- information and communication technologies
corruption agencies are seen as set up in response (ICTs) and social accountability tools. Several
to external pressure, and kept deliberately weak web-based applications have been developed
with a lack of qualified personnel and material that provide easy-to-use electronic platforms for
resources. This perception of most anti-corruption citizen engagement and for reporting instances of
agencies has enlarged the gulf in trust between the corruption in real time, providing an opportunity for
state and the public across Africa. Given the state cheap, affordable solutions to citizens, and quick
of paralysis of most anti-corruption institutions responses/actions by anti-corruption agencies
across Africa, the question scholars and anti- and integrity institutions. Ushahidi for instance,
corruption practitioners are asking is: How does is a platform used to collect and map reports of
Africa navigate out of this quagmire? violence through SMS and email, created in the
aftermath of Kenya’s contested 2007 presidential
III. P
 athways to a new anti- election. Subsequently it was used to map post-
corruption paradigm in africa disaster data in several countries, including Haiti
and Chile. Similar platforms could be used to
At the core of every community is a set of report instances of corruption in real time, and for
norms that determines actions, reactions, and anti-corruption agencies and integrity institutions
punishment in relation to how that community to respond in an open and transparent manner.
behaves in given circumstances. These norms, Third, civil-society organizations (CSOs) must
be they social or cultural, have for the most part play a more robust role as the true watchdogs
been abandoned by the overly-focused need acting on behalf of the people. Given the need
to establish anti-corruption institutions across for CSOs to be autonomous and sensitive to local
Africa.Morality and purity, an aspirational value needs, it is unfortunate that, according to a 2013
upheld by Africans as they sought to gain the USAID CSO Sustainability Index Report, almost
recognition of their communities was sacrificed 90% of sub-Saharan Africa’s anti-corruption CSOs
in favour of legalistic and political arguments are funded by international donor agencies. The
imposed by monetary considerations. . The first funding strategy must be adjusted, with national
step therefore, in fighting corruption effectively in governments and other non-state actors taking up
Africa is to revisit the reconstruction of the social more responsibility for supporting anti-corruption
contract, as projected by the African post-colonial CSOs.
scholars. Rebuilding the social contract will
enhance trust between government and citizen,
Beyond Institutions: the imperative for a new anti-corruption paradigm in Africa / 147

Fourth, Africa must move beyond offices and Conclusion


notepads to pragmatism and action, exploring
new and innovative solutions. To begin with, anti- If Africa were to draw lessons from the
corruption strategies must be comprehensive, and South Korean and Singapore anti-corruption
must include governance innovations such as open experiences, then what is almost apparent is that
data, transparency, and accountability in business, leadership, building from a true nationalistic view
procurement, construction, etc. As part of this of social responsibility, is what Africa needs the
comprehensive approach, resources from the national most. With the right kind of adaptive leadership,
budget must directly be allocated for anti-corruption several agents of change will be groomed in
capacity building as part of national development different social-norm settings, leading to a degree
plans (NDPs). As with other parts of NDPs, annual and of social consciousness amongst citizens, which
biannual benchmarks and targets must be established in turn will become the foundation on which
to track the progress of anti-corruption initiatives. subsidiary variables such as anti-corruption
On the institutions themselves, acute reform institutions can and will be effective. Without a
measures must be implemented to release them socially-conscious citizenry, no anti-corruption
from state capture in many countries across the institution will change the devastating course of
continent. The mandate, funding, and appointment the corruption pandemic in Africa.
of leadership must be constitutionally mandated and It should be noted that his paper does not
not left to the political swing of the executive branch dismiss anti-corruption institutions, which
of government. Re-establishing the independence continue to be vital for the fight against corruption
of the ACAs is essential for the shift to take place. in Africa. However, anti-corruption institutions by
Finally, partnerships between development themselves (reformed or not) are not a panacea
partners and recipient countries should evolve to the for the corruption pandemic faced by Africa.
point where the private sector, including banks and Complementary measures as outlined above are
transnational companies, are held to the same standards therefore necessary to combat corruption in sub-
as public institutions, helping to curb the corruption Saharan Africa. Africa thus needs:
associated with illicit flows and tax avoidance. The Leadership + change in mindset (socially
same level of naming and shaming happening in conscious change agents + rejuvenation of Africa
public-sector corruption must be applied to private- norms and values) + anti-corruption and oversight
sector corruption. For this, a good place to start might institutions + technology – exogenous financial
be with coalition building across the continent for the preconditions.
implementation of the key recommendation of the
Mbeki report on illicit financial flows.

POLITIQUE ET GOUVERNANCE
148 / Politique et gouvernance

Bibliography

• Bayliss, K., & Fine, B. (1998). Beyond Bureaucrats in Business: A critical review of the World Bank
approach to privatization and public sector reform. Journal of International Development, 10(7), 841–855.
• Chhibber, A., Commander, S. J., Evans, A. M., Fuhr, H. L., Kane, C. T., Leechor, C., Levy, B. D., Pradhan,
S., & Weder, B. S. (1997). World development report 1997: The state in a changing world (No. 17300; pp.
1–281). The World Bank.
• Gregory Robert. (2015). Political independence, operational impartiality, and the effectiveness of anti-
corruption agencies. Asian Education and Development Studies, 4(1), 125–142.
• Leo, C. (2010). Analysis of Corruption from the Ethical and Moral Perspectives.
• Mamdani, M. (2018). Citizen and subject: Contemporary Africa and the legacy of late colonialism (New
paperback edition). Princeton University Press.
• Mavis, T. M. (2014). An evaluation of post-colonial African leadership: A study of Ayi Kwei Armahs The
Beautiful Ones Are Not Yet Born, and Chinua Achebes A Man of the People. International Journal of
English and Literature, 5(1), 14–18.
• Mwenegoha H. A. K. (1976). Mwalimu Julius Kambarage Nyerere: A bio=bibliography. Foundation
Books.
• Nyerere, J. K. (1977). The Arusha declaration ten years after.
• Rawls, J. (1993). The Law of Peoples. Critical Inquiry, 20(1), 36–68.
• Rose-Ackerman, S. (1999). Corruption and government: Causes, consequences, and reform. Cambridge
Unversity Press.
• Spanjers, J. (n.d.). Illicit Financial Flows and Development Indices: 2008–2012. 56.
• Szeftel, M. (1998). Misunderstanding African politics: Corruption & the governance agenda. Review of
African Political Economy, 25(76), 221–240.
• UNECA, (2014). Report of the High Level Panel on Illicit Financial Flows from Africa Commissioned
by the AU/ECA Conference of Ministers of Finance, Planning and Economic Development. Available at
https://www.uneca.org/sites/default/files/PublicationFiles/iff_main_report_26feb_en.pdf
• UNDP (2008), Tackling Corruption, Transforming Lives, Accelerating Human Development in Asia
and the Pacific. Available at https://www.undp.org/content/dam/undp/library/corporate/HDR/Asia%20
and%20Pacific%20HDR/RHDR_Full%20Report_Tackling_Corruption_Transforming_Lives.pdf
An overview of the changing dynamics of west Africa’s geopolitics / 149

Chapitre 2

An overview of the changing


dynamics of west Africa’s geopolitics
Elsie Tachie-Menson

Africa is known for its rich endowment of natural resources, including oil, gold,
diamonds among many others. These have contributed to the wealth and resilience
of several economies and have underpinned improvements in the living standards
of the human population, and improvements in physical infrastructure, in different
countries and regions where they are located. However, the availability of these
resources has also resulted in war, instability, and corruption. In West Africa, there
are significant and noteworthy cases of geopolitical conflicts that emanate from
natural resource-related disputes. This chapter discusses the impacts of natural
resources availability on the geopolitics of West Africa from the 1960s to 2020.
It examines some historical and significant geopolitical issues that have led to
major conflicts and wars in some states, including Ghana, Nigeria, Cote d’Ivoire,
Sierra Leone, and Liberia. These conflicts have had a lasting impact on the
region. Furthermore, this paper discusses the contemporaneity of geopolitics in
West Africa, which for the purposes of this paper, are linked to natural resources
exploitation and distribution.

POLITIQUE ET GOUVERNANCE

Introduction Migration or seasonal travel, for example, can


be affected by the geographical nature of, and
Geopolitics is the study of political relations conditions in, a particular zone. Whether an
between states, intra-state, and supra-national area has a coast or whether it is landlocked
entities, using geographical data, which includes are geopolitical issues that can affect life in a
physical elements, human elements, and natural country or region. Geopolitics in West Africa has
resources. Non-geographical elements, including evolved over the years. Although natural resource
governance and military power, are also taken into management does not directly lead to conflicts,
consideration (Bassou 2017). Topography and how geographical location and poorly-regulated and
it affects the manner in which inhabitants behave uncontrolled means of resource exploitation
and interact is also an essential part of geopolitics. catalyzes or exacerbates conflicts. Before the
150 / Politique et gouvernance

1960s, several countries experienced significant violent when linked to wider processes of political
conflicts that were closely linked to the geopolitics exclusion, social discrimination, and economic
of resource exploitation (Guo 2018). In the 1990s, marginalization (UN 2012)
there was the mining of ‘blood diamonds’, which
were used to fund and purchase weapons for West Africa and the resource curse
war in Liberia, Sierra Leone, The Democratic
Republic of Congo, and Angola (Johnson 2002). For a long time, economic researchers
Ghana and Cote d’Ivoire have been in dispute over assumed that valuable natural resources were
the ownership and benefits of the gas pipeline that a blessing. As Norton Ginsburg wrote: “The
not only provides Ghana with gas but also passes possession of a sizeable and diversified natural
though Ivorian territory. This chapter focuses on resource endowment is a major advantage to
the violence that stems from natural resources. any country embarking upon a period of rapid
Many factors trigger or exacerbate conflicts economic growth.” (Ginsburg 1957). has not been
over natural resources. In many cases, natural proved. Instead, the idea of the resource curse,
resources are considered common goods or are also called the paradox of plenty, has proven
utilized by several users. This includes individuals viable worldwide. In Africa, this theory has
and institutions, creating a lot of stakeholders. played out quite frequently and fatally in practice.
Economic and population growth are strongly Researchers have identified several reasons for its
affected by the (mis-) management of natural occurrence, ranging from corruption, appreciation
resources. Corruption can also increase or originate in the exchange rate, foreign ownership and
from the richness of an era’s natural resources. existing conflict (UN 2012), though the abundance
The concept of the ‘resource curse’ is relevant, or discovery of resources does not necessarily lead
explaining the observation that countries endowed to negative outcomes. However, poor governance
with rich natural resources can struggle to make an and weak institutional policies often contribute
effective use of these and often end up with lower to mismanagement of the exploitation and the
levels of economic development than countries distribution of the benefits of the natural resource.
with low levels of natural resources (Sachs, Warner Figure 1 below is a graph plot of the average
1995). This theory debunks the assumption that the yearly economic growth from 1965 to 1990 versus
presence of a bountiful amount of resources will resource abundance in countries that have more
directly translate into better livelihoods and boosted than 10 % of their GDP as resource exports. In
economies. For example, privatization of natural our data set, this group consists of 42 countries
resources can trigger serious conflicts within and including Nigeria, Angola, Venezuela, Zambia and
between societies (UN 2012). Sierra Leone. Panel (a) is based on data from all
The role of land and natural resources in 42 countries and the plot gives a strong indication
conflicts is receiving increased global attention that there is a resource curse. In panel (b) and (c),
(UN 2012). Land is a primary source of livelihood however, the sample is split into two sub-samples of
to many. Access to land is needed for agricultural equal size, according to the quality of institutions.
production, whether small-scale or industrialized, Now the indication of a resource curse only appears
and for resource exploitation. Land also for countries with inferior institutions – panel (b);
represents, origin, culture, identity, and, in some while the indication of a resource curse vanishes
cases, the future of groups of people. Conflicts for countries with better institutions – panel (c).
related to land and its encompassments become (Mehlum, Moene, Toryik 2006)
An overview of the changing dynamics of west Africa’s geopolitics / 151

Relationship between resources and strengths President. He took over from his Uncle Francisco
of institutions Macías Nguema in 1979 after a military coup.
Oil discoveries in Equatorial Guinea have been
lucrative since the 1990s, with rents largely
accruing to the Obiang family. The President leads
a family that collectively has a very extravagant and
ostentatious lifestyle at the expense of the economy
of Equatorial Guinea. After investigations, his
eldest son Teodoro Nguema Obiang Mangue, who
is also the Vice President of Equatorial Guinea
was in 2017 given a suspended fine of €30 million
for embezzlement, money-laundering, corruption,
and abuse of trust (The Guardian 2017) The
following in the chapter are some more examples
of significant conflicts that have affected the
nature of geopolitics in West Africa.

Ghana

With a population of 28,033,629 as of 2017


and an area of 2,277,540 square meters, Ghana
is rich with multiple resources. Ghana has
suffered various conflicts stemming from illegal
gold mining, otherwise and popularly known as
‘galamsey” (def.). Several deaths have resulted
from clashes between miners, including many
Ghanaian lives lost to Chinese attackers who
were trying to win the opportunity to illegally
mine in certain areas. Initially, the illegal miners
were rurally-based small-scale miners who used
less sustainable mining approaches. They would
use the surface mining method and leave the once
resource-rich land eventually deteriorated and
useless. Their activities also affected essential
water bodies in the surrounding areas, with negative
impacts on livelihoods and agriculture. However, POLITIQUE ET GOUVERNANCE
by late 2015 and early 2016, the Chinese began to
carry out sophisticated illegal mining operations.
They smuggled in heavy machinery for drilling
Source : “Institutions and resource curse” (Halvor Mehlum, Karl
Moene, Ragnar Torvik, Economic Journal 23 January 2006) and extracting resources, and would eventually
smuggle the proceeds of the mining activity out
of the country. In the face of using these high-
The story of the Obiang family in Equatorial end machineries to illegally mine, this type of
Guinea and their appropriation of oil production mining is considered as ‘galamsey’ as well. These
since the 1990s has become an international activities exacerbated the negative environmental
textbook example of the resource curse (Diamond, impact of illegal mining throughout Ghana. Fertile
Mosbacher 2013). In oil-rich Equatorial Guinea, agricultural land fast became wastelands that will
Teodoro Obinag Nguema Mbasogo rules as be extremely difficult and expensive to restore,
152 / Politique et gouvernance

and significant water bodies close to the mining that Ghana did not violate the rights of Ivory Coast
areas have been rendered unsafe for drinking in oil exploration within and beyond 200 nautical
(Aboka, Cobbina, Doke 2018). Toxic chemicals miles. The Hamburg-based court also ruled that
including mercury and lead, which have long- Ghana is not entitled to pay any reparations to
term health implications, are released into these Cote d’Ivoire for the exploitation of oil within
water bodies (WHO 2017), which are the primary the disputed boundaries in the Atlantic Ocean.
sources for irrigation for farming and for other The ruling meant that Ghana could keep its oil
domestic activities in rural areas. concessions and develop the Tweneboa, Enyira
Exploration for oil and gas in Ghana started and Ntome(TEN) oil fields in the area, with hopes
in 1896 in the onshore Tano basin, in the Western of boosting production (Africa News 2017)
Region of Ghana and carried on through to the
early 1970s, when the Signel/Amoro group Nigeria
drilled the Seago 10-1 well and discovered oil
in Saltpond. Between 1972-1979 offshore and The Nigeria-Biafra civil war, which started
onshore exploration and commercialization of in 1967 and lasted for about thirty months, was a
oil intensified. Ghana had seventeen offshore major conflict with an equally major impact on the
wells and two onshore ones. In 2019, Springfield geopolitical and economic terrain of Nigeria and
Exploration and production made a significant West Africa as a whole. The war emerged from
find of oil in West Cape Three Points in the political, ethnic, cultural, and religious tensions
Western region, which promises to be a ‘black which preceded colonization, and was catalyzed
gold’ oil strike. According to Africa Live, Ghana by the struggle for control over lucrative oil
is on the brink of becoming Africa’s fourth biggest exploitation and production in the Niger Delta.
oil producer by the end of the year 2019 (CGTN As Biafra sought to break away from the rest of
2016) and by the end of 2020 it is predicted for Nigeria, there were wide-spread tensions between
Ghana’s GDP to have reached 70 billion USD the northern and southern parts of the country. The
according to models and analysts. colonial proclamation that “the entire property
Nonetheless, following this projection, the and control of all the minerals, oil, water, in under,
oil production industry has been adversely above and upon any land in Nigeria, and of all the
affected in event of the Corona virus outbreak. streams and water courses throughout Nigeria, is
Many more countries have been affected. This and shall be vested in the Crown”, was a catalytic
will be discussed further in a later chapter. In factor to the already-mounting tensions. Britain
recent times, Cote D’Ivoire, a neighboring significantly profited from the proceeds of natural
country to Ghana, has disputed the plans of the resources in Nigeria. In 1970 the war ended.
Ghanaian government and oil companies after Before then, the Nigerian economy had
their discovery of oil in the Gulf of Guinea. A suffered a massive decline in its resilience due
geographical area previously considered no- to the 1945 Jos riot (Heerten 2017) in which 300
mans-land was suddenly claimed by the Ivoirians, Igbo people lost their lives. It sent another blow
who also claimed ownership of the ‘black gold’ to the already crippled economy. In succession
and its proceeds in the aforementioned area. This of the Jos riot was the Kanu Fighting in May
maritime boundary dispute, which erupted in 2010, 1953. These major events affected the future of
was really a territorial dispute over the ownership governance as well as the consequent nature of
of known natural resources. Failed negotiations the Nigerian economy. The latter and those of
with Cote d’Ivoire led Ghana in 2014 to file a case neighboring countries and economic allies were
asking the International Tribunal for the Law of gravely affected and took years to rebuild socially,
the Sea (ITLOS) to rule on the delimitation of the economically and psychologically.
maritime boundary between the two countries. On In 2017, the Boko Haram extremist religious
September 23, 2017, the International Tribunal of group terrorized an oil exploitation and production
the Law of the Sea (ITLOS) unanimously ruled team in Northern Nigeria. About forty people were
An overview of the changing dynamics of west Africa’s geopolitics / 153

killed in a firefight. Boko Haram kidnapped three within six months, and it was not until January of
survivors and sought ransoms from their company 2002 that British, United Nations, and Guinean
and families via a video that was broadcasted by forces entered into the conflict and brought the
mainstream media and on social media (Campbell long war to an end. 
2017). Both the act and the videos, caused the
security levels in Northern Nigeria to dwindle Liberia
and make a mark on essential daily, recreational
and most importantly commercial activities. Boko After gaining independence in 1847, Liberia’s
Haram has been plaguing West Africa especially era of peace and stability came to an end in 1979.
since 2009. The group was once ranked the This was due to a massive demonstration against
deadliest terrorist group in the world after killing increased rice prices. Samuel Doe, an army officer,
millions of people and displacing countless others. became dictator after a coup, and ruled until 1990
In 2015, a coalition of military forces from Nigeria, when he was overthrown by rebel groups. There was
Chad, Cameroon, and Niger began a counter- constant conflict between the rebel groups for over
insurgency campaign against it, killing about two six years. Charles Taylor, leader of the strongest
hundred of its militants. However, Boko Haram rebel group, was elected president. Meanwhile the
continues to be a strong force, causing economic Revolutionary United Front(RUF) in neighboring
and social instability. Sierra Leone and their atrocities were attracting
the attention of the rest of the world, causing the
Sierra leone United Nations(UN) to ban the export of diamonds
from Sierra Leone. The RUF, with Taylor’s support,
Sierra Leone was a former British colony began channeling its diamonds through Liberia, in
that gained independance in 1961. Before then, exchange for arms (Briggs 2003). When Liberia’s
there was diamond mining which was adequately role in the illicit trade was discovered, the UN
productive for the country. With a 99-year placed an embargo on the trade of guns-for-
contract, De Beers had full control over all mining diamonds. Taylor was subsequently indicted for
operations. After 1961, underpinned by corruption war crimes. Despite the embargo, the illicit trade
and bad governance, the diamond trade was in arms and diamonds continued in Liberia. This
dominated by political leaders who monopolized illegal trade was in 2004 linked to the Al Qaeda
it and used the revenues to fund weapons that terrorist network, as it is believed that Liberia
were used against opposing powers. On March 23, allowed the network to safely convert its funds
1991, a rebel group known as the Revolutionary to diamonds (Bender 2004). The geographical,
United Front (RUF), noticing the weakness of the social, and most importantly, economic landscapes
national government, took up arms and gained of Liberia and surrounding countries, have been
control of eastern Sierra Leone. Over the course immensely afflicted by this history. There are still
of the following eleven years, the RUF, under the Liberians who are refugees in neighboring countries POLITIQUE ET GOUVERNANCE
leadership of Foday Sankoh, was able to take over and who struggle economically and socially. Post-
90% of Sierra Leone’s diamond industry, which conflict, the Liberian economy has been crippled
was used to generate funds to illegally smuggle- and staggering. Recently, under the Presidency
in arms and fuel the war effort. While Sankoh of George Weah, and with underpinnings of poor
had promised to give the wealth of the diamond governance, Liberia’s economy had been ill-fated.
industry back to the people, he instead sent his According to The Economist, this situation could
troops out to hurt innocent people, and cited this generate Liberia’s next conflict, with Liberia, “a
as an example of the government’s inability to country on the edge” (Rouse 2020). It is safe to
protect them. Throughout this time the RUF was say that just by simply engaging in the proscribed
notorious for its disregard for human rights and trade process of the resources (and arms) Liberia
for its barbarity. Despite a brief period of peace had been struck by the resource curse along with
in 2000, the opposing factions were at war again Sierra Leone.
154 / Politique et gouvernance

The future of west african geopolitics Algeria, Libya, Nigeria, Angola, the DRC, Gabon,
and Equatorial Guinea, with their oil-dependent
The West African economy has been held back incomes, are already experiencing a conspicuous
by distinct large-scale civil wars in Liberia, Nigeria, impact of the COVID-19 crisis. This could worsen.
Sierra Leone and Angola (Marc, Verjee, Mogaka Oil prices have dropped significantly, stemming
2015). There have been intrastate and interstate from disagreements between Russia and Saudi
conflicts for the past three decades, contributing Arabia over production rates (Devecioglu 2020).
to some of the social, religious, traditional, and Coupled with the rapid decline in oil demand
economic struggles of West Africa. Evolving from from China where the pandemic emerged, African
its long period of regional instability, Africa’s exporters and countries that have a major portion
economies have flourished and experienced of their income generated from oil exploration,
an evolution in investment and exploration production and exportation, have seen their
of resources that were sources of contention income numbers plunge unsteadily. It is clear that
when discovered (Diamond, Mosbacher 2013). even if the effects of the pandemic are reduced,
Although, efforts have been made, West Africa the rise in demand will not increase oil prices
is still a steadily developing region which still too much. African countries, for which the share
faces challenges due to existing unresolved of oil in total exports is over 80% on average,
impediments from the past: poor governance can be expected to face a difficult and uncertain
and underlying fragility of state institutions. The economic period (Devecioglu 2020). Africa, in
following decades could see robust production the medium term, might face a severe economic
and extraction of billions of barrels’ exportable oil impact, outstripping the health impact, from this
from the East African Rift Valley to the Gulf of global outbreak. In the current situation, negative
Guinea in West Africa. Before 2013, there were trends in stock markets, commodity prices, the
expectations that the following decade would see value of national currencies and interest rates,
Ghana, Gambia, Liberia, Sao Tome and Principe, and the blocking and reduction of international
and Sierra Leone accruing major revenues from mobility, are the main factors triggering a global
oil discoveries (Diamond, Mosbacher 2013). economic crisis (Devecioglu 2020).
The emerging resource discoveries are likely
to buttress the enormous oil revenue that poor Conclusion
countries in sub-Saharan Africa such as Nigeria,
Sudan, Angola, and Chad already possess. This The availability or discovery of profitable
also includes the oil and gas revenues Ghana is resources has proven to be catalyst for the
beginning to accrue. disruption of peace and security, affecting the
However, still at the commencement of the overall geopolitical picture in West Africa, where
addressed decade, which begins with the year there is state fragility and poor governance.
2020, oil prices have plummeted (NPA 2020). To prevent conflicts, assess risks, and foster
In very recent periods, the COVID-19 outbreak adaptation and innovation, there is the need for
has affected the whole region as well as the increased analysis of the interests and needs of
entire globe, bringing about an unexpected and actors, and of their power relations and rights,
detrimental change. The most geopolitically which influence resource management in different
adverse effect of the pandemic is on international settings. Evidence shows that good analysis and
economy and politics. Since the entire world was subsequent measures allow projects involving
hit, this is a period where the whole world is facing natural resources to increase and contribute to
such a menace, and regardless of the location of a conflict prevention (Gattiker, Marthaler, 2017).
country or region, strikingly similar challenges are Natural resources are one of the tools used by
faced. The impacts of the Corona virus outbreak African geopolitical players to achieve either
in one location, has direct or indirect impacts on power goals in a competitive environment, or to
other territories. Oil exporting countries including achieve cooperation, solidarity, and collaboration
An overview of the changing dynamics of west Africa’s geopolitics / 155

for the good of the continent. Land and resource- frictions and man-made or natural disasters, it
related grievances and accompanying conflicts can be expected that the West African region will
are directly linked to the peace and security of continue to experience not only constant evolution
the region. In an attempt to salvage or positively in its geopolitical dynamics but also, a deep nexus
alter the geopolitical landscape of West Africa, between natural resources and the peace and
the underpinning factors must be appropriately security of the region, especially in the face of
addressed. Reckoning from the cropping up the foundational and pre-existing loop-holes in
and evolution of extremist groups, territorial governance and jurisdiction.

References

• Abdelhak Bassou, 2017, Policy Center for the New South, Africa’s natural sources and geopolitical realties.
Retrievedfrom https://www.policycenter.ma/publications/africa%E2%80%99s-natural-resources-and-
geopolitical-realities Accessed on March 28, 2020.
• Rongxing Guo, 2018, Territorial Disputes and Cross-Border Management, in Cross-Border Resource
Management (Third Edition). Retrieved from https://www.sciencedirect.com/book/9780444640024/
cross-border-resource-management Accessed on March 31, 2020.
• Johnson E., 2002, Blood Diamonds: The Conflict in Sierra Leone. Retrieved from https://web.stanford.
edu/class/e297a/Conflict%20in%20Sierra%20Leone.htm Accessed on April 08,2020.
• United Nations, (2012), Toolkit and guidance for preventing and managing land and natural
resources conflict, Renewable Resources and Conflict. Retrieved from https://www.un.org/en/events/
environmentconflictday/pdf/GN_Renewable_Consultation.pdf Accessed on March 18, 2020.
• United Nations, (2012), Toolkit and guidance for preventing and managing land and natural resources
conflict, land and conflict. Retrieved from https://www.un.org/en/land-natural-resources-conflict/pdfs/
GN_ExeS_Land%20and%20Conflict.pdf Accessed on March 18, 2020.
• Ginsburg, N. (1957). Natural Resources and Economic Development. Annals of the Association of
American Geographers, 47(3), 197-212. Retrieved from www.jstor.org/stable/2561433 Accessed on May
13, 2020.
• Halvor Mehlum K. Moene R. Torvik,(2006) ,Institutions and the Resource Curse, The Economic
Journal. Volume 116, Issue 508. Retrieved from https://onlinelibrary.wiley.com/doi/full/10.1111/j.1468-
0297.2006.01045.x Accessed on March 16, 2020.
• Diamond, L., & Mosbacher, J. (2013). Petroleum to the People: Africa’s Coming Resource Curse—and
How to Avoid It. Foreign Affairs, 92(5), 86-98. Retrieved from www.jstor.org/stable/23527519 Accessed POLITIQUE ET GOUVERNANCE
on April 6, 2020,
• The Guardian, October 27, 2017, “Son of Equatorial Guinea’s president is convicted of corruption in
France.”
• Retrieved from https://www.theguardian.com/world/2017/oct/27/son-of-equatorial-guineas-president-
convicted-of-corruption-in-france Accessed on April 8,2020.
• Definition: Retrieved from https://findwords.info/term/galamsey Accessed on March 30, 2020.
• Three killed over galamsey booty,2013. Retrieved from http://ghheadlines.com/agency/ghana-
nation/20130530/506335/three-killed-over-galamsey-booty Accessed on April 7, 2020.
• Aboka Y. E., Cobbina S. J., Doke A. D., March 12, 2018, Review of Environmental and Health Impacts
of Mining in Ghana, Journal of Health and Pollution, Retrieved from https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/
156 / Politique et gouvernance

articles/PMC6221437/ Accessed on April 08, 2020.


• Mercury and Health, 2017, World Health Organization, Retrieved from https://www.who.int/news-room/
fact-sheets/detail/mercury-and-health Accessed on March 14, 2020.
• Petroleum commission of Ghana, Oil and gas exploration in Ghana. Retrieved from https://www.
petrocom.gov.gh/exploration-history/ Accessed on March 28,2020.
• “Ghana could become Africa’s 4th biggest oil producer by 2020”, CGTN Africa, 2016. Retrieved from
https://www.youtube.com/watch?v=dMK49ZwdXU4 Accessed on March 26, 2020.
• World Bank in Ghana, Overview. Retrieved from https://www.worldbank.org/en/country/ghana/overview
Accessed on March 27, 2020.
• Africa News, (2017) Ghana wins three-year maritime boundary dispute case against Ivory Coast.
Retrieved from https://www.africanews.com/2017/09/23/ghana-wins-three-year-maritime-boundary-
dispute-case-against-ivory-coast// Accessed on April 1, 2020.
• Heerten, L. (2017). The Emergences of Biafra. In The Biafran War and Postcolonial Humanitarianism:
Spectacles of Suffering (Human Rights in History, pp. 23-104). Cambridge: Cambridge University Press.
• Bryan Bender, (2004), Global Policy Forum, Former Liberian Leader Allegedly Aided Al Qaeda
• Retrieved from https://www.globalpolicy.org/component/content/article/165/29526.html Accessed on
May 12, 2020.
• Lucinda Rouse,Aljazeera, January 28, 2020. Retrieved from https://www.aljazeera.com/news/2020/01/
liberians-grow-wary-george-weah-economic-woes-deepen-200128161059975.html Accessed on April
8,2020.
• “Marc, Alexandre; Verjee, Neelam; Mogaka, Stephen. 2015. The Challenge of Stability and
Security in West Africa. Africa Development Forum; Washington, DC: World Bank; and Agence
Française de Développement. © World Bank. Retrieved from https://openknowledge.worldbank.org/
handle/10986/22033 License: CC BY 3.0 IGO. Accessed on April 08, 2020.
• Diamond, L., & Mosbacher, J. (2013). Petroleum to the People: Africa’s Coming Resource Curse—and
How to Avoid It. Foreign Affairs, 92(5), 86-98. Retrieved from www.jstor.org/stable/23527519 Accessed
on April 6, 2020.
• National Petroleum Authority, Indicative prices from 16th -31st of March, 2020. Retrieved from http://
www.npa.gov.gh/npa_new/newsitem.php?id=Lfg025 Accessed on April 7, 2020.
• Devecioglu K. April 2, 2020, Analysis-COVID-19 Pandemic: Great danger awaits Africa. Retrieved
from https://www.aa.com.tr/en/africa/analysis-covid-19-pandemic-great-danger-awaits-africa/1789840
Accessed on April 15, 2020.
• 25. Gattiker R., Marthaler E., 2017, Natural resources and conflicts. Helvetas Swiss Corporation,
Retrieved from https://www.helvetas.org/Publications-PDFs/topicsheet_naturalressourcesandconflict_
en.pdf Accessed on April 29,2020.
A Fragile Transition Process in Sudan  / 157

Chapitre 3

A Fragile Transition Process


in Sudan
Sara Hasnaa Mokkadem

Since the ousting from power and arrest of Omar al-Bashir in April 2019, the
transition to civilian rule in Sudan seems to be gradually taking shape. However,
despite the general optimism around the rapid political solution in Khartoum, a
number of socioeconomic, and security challenges persist. The newly nominated
Prime Minister, Abdallah Hamdok still needs to satisfy pressing socio-economic
demands to secure the internal stability that is needed to concretize the transition
process. In this chapter, we present some of the main challenges facing the
transition process.

Introduction I. Paving the way for a transition


process
Since the ousting from power and arrest of
Omar al-Bashir in April 2019, the transition to A. Towards a power-sharing agreement
civilian rule in Sudan seems to be gradually taking
shape. The establishment of a Sovereignty Council After months of anti-government protests that
and a civilian-led interim government in August rocked several Sudanese cities and towns in late POLITIQUE ET GOUVERNANCE
2019 offered some positive signs for democratic 2018, the defense minister, Awad Mohammed Ibn
progress. However, despite the general optimism Ouf, announced on April 11, 2019, the ousting and
around this quick-fix in Khartoum, a number of arrest of longstanding president al-Bashir. The
political, socioeconomic, and security challenges 2005 Constitution was suspended, government
persist. institutions were dissolved and a Transitional
Elections are scheduled for 2022 and the Military Council (TMC) was set to lead the
interim government has undertaken many efforts country for a period of two years.
to address ongoing issues, but the deteriorating A career soldier and an old figure in Sudan’s
quality of life, the political fragility and the volatile military and intelligence establishment, Ibn Ouf
security are increasingly testing the transitional ruled for less than a day. He resigned on April 12
process. In this chapter, we present some of the and Lieutenant General Abdel Fattah Al-Burhan
main challenges facing the transition process. replaced him as head of the Military Council. Little
158 / Politique et gouvernance

known to the public, Al Burhan was the third- B. What does the Constitutional
highest ranking officer in the Sudanese Army and Declaration say?
maintains close ties with senior officials in some
Gulf countries. As head of the land forces, he was After intense and lengthy negotiations, the
in charge of recruiting and supervising Sudanese two sides accepted in early August 2019, a
troops engaged in the war in Yemen under Saudi Constitutional Declaration that shed more light
command. on how the transition process should be organized
However, these changes did not reassure the in order to reach civilian rule. According to the
opposition and concretize their hopes of a real power-sharing deal, brokered by the African
transition to civilian rule. By late April 2019, Union, the Sovereignty Council was established to
opposition groups led by the Forces of Freedom oversee the transition period. For the first time in
and Change (FFC), an alliance of opposition decades, the Sudanese military agreed on sharing
and rebel Sudanese groups, refused to continue power with a civilian government, starting a
discussions with the TMC. Protestors were still transition period of thirty-nine months that should
seeking to dislodge the military. Clashes between lead to democratic and free elections.
the protestors and the military followed, peaking on • The agreement called for the establishment
June 3, when the Rapid Support Forces (RSF)—a of a transitional civilian-military sovereign
paramilitary group that operated in Darfur under council that consists of 11 people. Five
al-Bashir and now, acts as the security force of the military officials were selected by the TMC,
TMC—fired live ammunition at protestors, killing five civilians by the pro-democracy coalition
hundreds. the Alliance for Freedom and Change, and the
Hopes of a real transition process gradually sixth civilian was chosen in agreement by the
vanished as the opposition went underground two parties.
and called for a state of civil disobedience. It was • The Prime minister was nominated by the FFC.
therefore quite difficult to imagine that the TMC He formed a cabinet of 20 ministers, excluding
and the opposition groups would finally reach the interior and the defense ministers, who
an agreement in August, after few months of were appointed by the military.
discussions supported by the African Union. • The military heads the transitional ruling
Reaction to the deal which was brokered by body—the eleven-member Sovereignty
the African Union and Ethiopian mediators was Council of Sudan—for the first 21 months from
not all positive from the protest movement. The the signing of the Constitutional Declaration,
Sudanese Professional’s Association –one of the then a civilian will lead for the remaining 18
main organizing forces of the recent uprising-, months.
the opposition Unionist Gathering and the • After these 39 months of transition, elections
Sudan Liberation Movement have all felt that will be held in 2022 leading to the formation
the deal fell short of their hopes and expressed of a civilian administration.
their indignation towards the army’s deception • The ruling generals hold veto power over
methods. The main point of contention during decisions in the Sovereignty Council, and the
the talks was their demand to hold the military, military remains free of civilian oversight.
notably the Rapid Support Forces and their On August 21, 2019, Abdalla Hamdok, who
leader, Mohamed Hamdan Dagalo alias Hemeti, was nominated by the FFC, assumed office as
accountable for human rights abuses committed the first civilian prime minister. This former
on protesters, including the June 3rd massacre. Deputy Executive Secretary of the United Nations
Yet, despite these tensions, an ambitious political Economic Commission for Africa (UNECA) is
deal was finally concluded between the ruling now responsible—with the Sovereignty Council—
generals and the ‘Forces of Freedom and Change’ for driving the transition process and paving the
(FFC). way for a settlement of the political crisis, in the
face of significant challenges.
A Fragile Transition Process in Sudan  / 159

II. A fragile transition process B. Very present old military figures

A. An attempt at democracy The success of the talks between the army and
the opposition groups was not guaranteed at all,
The ‘great revolution’ as Prime Minister but against all odds, they seem to have agreed
Hamdok has called it, has been widely heralded as on a way to clearly divide their roles. The army
a democratic success and a peaceful end to years retains the defense and interior ministries, while
of marginalization under al-Bashir. However, the civilians in the government are tasked with
the rapidity of the crisis settlement does not stabilizing the situation in the country and finding
necessarily reflect the reality of the situation on solutions to revive a collapsing economy.
the ground. The political dynamics in the country The Sovereignty Council is now led by al-
are still very complex. Bashir’s strong men in the army. Lieutenant-
The transition deal, which was brokered by the General Abdel Fattah Al-Burhan, who was in
African Union and other international mediators, charge of the fighting in Yemen and has been
did not satisfy the demands of all opposition and linked to the Rapid Support Force, the 60,000-man
rebel groups. Various groupings have said that they paramilitary group responsible for the atrocities in
will not participate in the transitional government Darfur. But the real power lies in his second in
or that they do not recognize the deal sealed with command, Mohamed Hamdan Dagolo, Hemeti,
the ruling generals. Nevertheless, the same army whose forces control Khartoum.
that committed these crimes is now promising to These generals embody the main controversy
lead a fair and just transition period and to step around the desire for a smooth transition towards
down after three years. civilian rule. The main fear is that they end up
Since the signing of the Constitutional defeating the revolution. Many key sectors are
Declaration, the transitional government, led by still completely controlled by the military. It is
Prime Minister Hamdok, has engaged in talks thus still unclear how the military leaders will
with rebel groups in Darfur, Blue Nile, and South peacefully accept giving away everything that has
Kordofan, to end war and reach a peace deal. contributed to their strength and power.
However, rebel factions under the leadership of In late 2019, satirical online channel Al Bashoum
Abdelwahid Al-Nur and Abdelaziz Al-Hilu are published leaked RSF spreadsheets –which
still not taking part in the peace talks and the according to an investigation by the Global Witness,
transition process. They generally consider the appear to be genuine- that provide a glimpse on
current leadership to be a continuation of the the RSF’ secret financial network and Hemeti’s
‘deep state’ which has yet to be dismantled. The powerful grip over the finances of the most powerful
transitional parliament—yet to be established at paramilitary force now in Sudan. The documents
time of writing—was supposed to be in place in show that the RSF wealth comes from its apparent
November 2019, but the process is still taking links with major gold trading companies controlling POLITIQUE ET GOUVERNANCE
time as the transitional government and the rebels the Jebel Amer gold mines in Darfur. Some of these
agreed to delay the formation of a new parliament companies are run by Hemeti’s brothers.
until a peace deal is reached. With the military from the time of al-Bashir
Turning the page on three decades of still heading the Sovereignty Council, there is
oppression, discrimination, and warfare is a sense that the popular uprising did not truly
important to build the required social cohesion that materialize and was unable to uproot all figures
can enable the country to reach national consensus from the old regime. How can al-Bashir’s army
on the post-al-Bashir era. Doubts remain as to be trusted? Will they really hand power to the
whether the generals who seized power after the civilians after the planned twenty-one months?
fall of Omar al-Bashir are honestly willing to stick This is still a major issue for the stability of
to the announced political arrangement. the Sudan.
160 / Politique et gouvernance

The Five Military Figures of the Sovereignty Lieutenant General Yassir Al Atta
Council of Sudan Has served for more than ten years as a military
attaché in several Arab countries and is leading the
ground forces in the Sudanese army.

Lieutenant General Abdel Fatah Al Burhan


Born in the River Nile State in North Sudan, Al Burhan
was the former commander of the ground forces and Lieutenant General Shams Aldin Kabashi
was appointed by Al Bashir –a few months before He was deputy commander of the Sudanese ground
his ousting- as an inspector of the national army. He forces and has been the spokesperson of the TMC,
was the commander of military forces in the central after the fall of Al Bashir.
Darfur state and has formed the Janjaweed force.

Major General Ibrahim Jabir


Lieutenant General Mohamed Hamdan Dagalo – He was the commander of the Sudanese Navy and was
Hemeti- in charge of the economic committee of the TMC.
Commander of the Rapid Support Forces (RSF)
formed by Al Bashir in 2023 and mostly composed of Source: Author based on information from dabangasudan.org
Janjaweed militias. He is considered to be the most
powerful man in Sudan’s military now.

C. R
 eviving an economy on life-
support

A deep economic crisis is raging in Sudan,


which is trying to recover from three decades
of disastrous management. Mainly because of
mismanagement and the massive theft of Sudanese
national wealth by Al Bashir’s kleptocratic
regime (Reeves, 2015), Sudan’s problems have
been worsening since the 1990s, as the United
States accused al-Bashir’s regime of sponsoring
terrorism and imposed economic sanctions. The
A Fragile Transition Process in Sudan  / 161

international isolation caused by U.S. sanctions of terrorism over accusations that al-Bashir’s
prevented any attempt to diversify the economy. Islamist government supported terrorism. This
With an isolated country, a very fragile economy, isolated the country and excluded it from financial
and a black-listed leader, the economy took another markets. After more than two decades of embargo,
hit in 2011 with the loss of oil revenues following the economy remains extremely strangled.
the independence of South Sudan. Hence, anger
had already been raging for several years. Many  .S. requirements for removing Sudan from the
U
protests were crushed in Sudan since 2011, but the U.S. terror list:
Sudanese government’s decision under its 2018
budget to eliminate subsidies on wheat without • Ensure delivery of humanitarian aid to conflict
taking social-protection measures to compensate zones.
for the deterioration in living conditions, was the • Ensure religious freedom.
last straw. By the end of 2018, shortages of bread, • Cut links with North Korea.
fuel, and medicine, coupled with rising prices, • Give priority to peace and security in the country.
sparked nationwide protests that resulted in the • Sudan’s cooperation in the war on terror.
toppling of al-Bashir in April 2019. • Compensate U.S. victims of attacks against the
Sudanese often queue up for hours to buy USS Cole and embassies in Nairobi and Dar es-
bread or gas, and power shortages are common. Salam. A US court ruled in 2016 that Sudan’s
The annual inflation rate continues to increase government should pay $300 million.
above 60%, raising concerns for millions of
people who are food insecure. In 2020, about 9.3 Many economic issues in Sudan are related
million people—one in every four in Sudan— to its internal political reality, which has been
will need humanitarian assistance and protection. the source of conflict, instability, and inability
The situation could further aggravate, not only to integrate within the global economy. The
affecting Sudan, but the entire region. ongoing terrorism blacklisting de facto excludes
Sudan from the international financial system and
However, Hamdok’s freedom to maneuver restricts its access to foreign investment and to
has been increasingly limited. Since the fall of al- debt relief.
Bashir, the economic situation has not improved. Prime Minister Hamdok appear confident
Sudanese still wait in line for hours to buy fuel and that Khartoum is moving in the right direction
bread, and the Sudanese pound has continued its to improve its relationship with the US, and
downslide, despite the prime minister’s efforts to that it can fulfil the conditions set by the Trump
bring the economy back on track. administration. Nevertheless, it is not sure how
Sudan remains unable to approach international Sudan, in its current situation, can pay the required
creditors and financing institutions for support $300 million in compensation to the American
because it is still designated as a state sponsor victims of the 1998 bombings. POLITIQUE ET GOUVERNANCE
of terrorism. The newly-established government
is urgently seeking to start a new phase, but will Conclusion
need the US’ support to lift sanctions in order to
make the current political gains durable and to A year on from the supposed complete
finally, effectively start the long road to economic handing of power from the military to the civilian
recovery. government, Sudan’s prime minister Hamdok has
gained international endorsement. Despite this,
D. Removing Sudan from the U.S. he still needs to satisfy pressing socio-economic
terror list demands to secure the internal stability that is
needed to concretize the transition process.
In 1993 under former U.S. President Bill The power-sharing deal may fall short of
Clinton, Sudan was listed as a state sponsor expectations. In a country where the military has
162 / Politique et gouvernance

dominated for decades, it is quite difficult to believe mismanagement. The lifting of sanctions would
that the handing over of power will be peaceful and be of course a necessary and major step for the
smooth. Moving on from three decades of oppression, success of the transitional process, but several
discrimination, and warfare is also important to build sources of uncertainty remain. At the same time,
the required social cohesion to enable the country to economic recovery depends on a much-needed
reach national consensus on the post-al-Bashir era. political stability, which is still to be tested
Sudan’s economy has been battered by in approximately a year, when the military is
years of U.S. sanctions and the old regime’s supposed to hand over power to civilians.

Bibliography

• ACLED (Armed Conflict Location and Event Data Project). 2015. ‘Trend 4: Trends in Violence by
Country in 2015.’
• ACLED (Armed Conflict Location and Event Data Project). 2018. ‘Flour Power: Protests and Riots in
Sudan in December 2018.’
• ACLED (Armed Conflict Location and Event Data Project). 2019. ‘Backsliding: Demonstrating Activities
in Post-Al Bashir Era.’
• Collins, R. O. (2008). A History of Modern Sudan. New York: Cambridge University Press.
• Copnall, J. A. (2014). Poisonous Thorn in Our Hearts: Sudan and South Sudan’s Bitter and Incomplete
Divorce. New York: Hurst Press.
• Crisis Group (16 October 2019). Keeping Sudan’s Transition on Track. Last retrieved on December 2019
from : https://www.crisisgroup.org/africa/horn-africa/sudan/keeping-sudans-transition-track
• De Waal, A. (2007). “Sudan: The Turbulent State,” in De Waal, A., ed., War in Darfur and the Search for
Peace. Cambridge, MA: Global Equity Initiative, Harvard University.
• De Waal, A. (2019) Sudan: a political marketplace framework analysis. Occasional Papers (19). World
Peace Foundation, Somerville, MA.
• Giovanna L. (May 2019). ‘Sudan tries for democracy one more time’, Le Monde diplomatique, English
edition.
• El Gizouli, M. (2015). ‘Hametti and His President: War as a Livelihood.’ Sudan Tribune. 9 May.
• ICG (International Crisis Group). (2011). Divisions in Sudan’s Ruling Party and the Threat to the
Country’s Future Stability. Africa
• Klasa A. (11 July 2019). ‘US backs Sudan transition deal for fear of state collapse’, Financial Times,
London.
• Reeves E. (December 2015). ‘Kleptocracy in Khartoum: Self-Enrichment by the National Islamic Front/
National Congress Party’. Enough Forum. Last retrieved on March 2020 from: https://enoughproject.org/
files/EnoughForum_KleptocracyInKhartoum_Reeves_Dec2015.pdf
• Stratfor (9 April 2019) Sudan’s President Finds Himself on Shaky Ground. Last retrieved on February
2020 from: https://worldview.stratfor.com/article/sudans-president-finds-himself-shaky-ground-bashir-
protests-army
• UNSC (United Nations Security Council). (14 January 2020). Report of the Panel of Experts on the
Sudan Established Pursuant to Resolution 1591 (2005). S/2020/36*. Last retrieved on February
2020 from: https://www.securitycouncilreport.org/atf/cf/%7B65BFCF9B-6D27-4E9C-8CD3-
CF6E4FF96FF9%7D/S_2020_36.pdf
Géopolitique de la bonne gouvernance en Afrique : Quelles avancés en 2019 ?  / 163

Chapitre 4

Géopolitique de la bonne
gouvernance en Afrique :
Quelles avancées en 2019 ? 
Malik Boumediene

La « Bonne gouvernance » s’est imposée, au fil des années, comme une notion clé
dans le débat relatif à l’exercice du pouvoir. Concernant le continent Africain, trop
souvent encore, domine l’idée d’une gouvernance défectueuse, voir inexistante.
Pourtant, si nous prenons le temps de poser notre regard sur ce continent on constate
que l’année 2019 semble bien marquée par de réelles avancées témoignant d’une
certaine dynamique dans ce sens. Ainsi le continent Africain n’est pas insensible à
la nécessité de diffuser et appliquer le concept de « Bonne Gouvernance » sur son
territoire dans le cadre d’une temporalité propre à tout changement comme c’est
le cas pour tous les pays.

La bonne gouvernance216 constitue un principe


essentiel dans l’organisation juridique et politique Banque mondiale et la genèse de la notion de bonne
d’un État, tout comme la détermination217 et la gouvernance », Mondes en développement, vol. 158, POLITIQUE ET GOUVERNANCE
mise en œuvre218 des politiques publiques219. no. 2, 2012, pp. 51-70. Meisel, Nicolas, et Jacques
Ould Aoudia ; « L’insaisissable relation entre «
bonne gouvernance » et développement », Revue
216. Voir notamment : Diarra, Gaoussou, et Patrick Plane. économique, vol. vol. 59, no. 6, 2008, pp. 1159-
« La Banque mondiale et la genèse de la notion de 1191 ; Pécoud, Antoine. « La bonne gouvernance
bonne gouvernance », Mondes en développement, des frontières ? », Plein droit, vol. 87, no. 4, 2010,
vol. 158, no. 2, 2012, pp. 51-70 ; L’art de gouverner pp. 24-27 ; Moisseron, Jean-Yves. « Gouvernance
ou le courage de changer : plaidoyer pour une bonne en Méditerranée : intérêt et limites d’un concept »,
gouvernance Sedjari, Ali / 2017. Maghreb - Machrek, vol. 202, no. 4, 2009, pp. 7-32 ;
217. Voir notamment : Coopération, gouvernance, Lewandowski, Sophie. « Les compromis d’une ONG
territoires et transition écologique : [journée d’étude burkinabè entre politiques de « bonne gouvernance
internationale, 2017. » et pouvoirs locaux », Afrique contemporaine, vol.
221, no. 1, 2007, pp. 131-152 ; Augé, Axel. « Les
218. Gambotti, Christian. « L’évaluation des politiques réformes du secteur de la sécurité et de la défense en
publiques en Côte d’Ivoire », Géoéconomie, vol. 77, Afrique sub-saharienne : vers une institutionnalisation
no. 5, 2015, pp. 125-138. de la gouvernance du secteur sécuritaire », Afrique
219. Voir : Diarra, Gaoussou, et Patrick Plane. « La contemporaine, vol. 218, no. 2, 2006, pp. 49-67 ;
164 / Politique et gouvernance

Ce concept se retrouve également dans les en Afrique en 2019 ? Cette étude souhaite mettre
relations internationales220, les Organisations l’accent, avant tout, sur les avancées positives
internationales, les entreprises commerciales de l’Afrique dans l’appropriation de ce concept,
ou les ONG, sans que cette liste puisse être tout en gardant à l’esprit que ces mouvements,
exhaustive. Même s’il existe de nombreuses comme toute dynamique, devront être encore
institutions221 ayant défini leurs propres critères consolidés, réajustés. En outre, certains pays
d’analyse afin d’évaluer la bonne gouvernance, africains y sont encore imperméables et bien
nous nous focaliserons sur les plus essentiels, des défis doivent être relevés aujourd’hui et
ceux qui bénéficient d’un certain consensus et que demain. Pour beaucoup, encore, et notamment
l’on retrouve le plus souvent. À l’aube de cette pour certains chercheurs occidentaux, l’Afrique
nouvelle décennie, il semble important d’essayer apparaît comme un continent condamné à une
d’établir un bilan de l’application de ce concept au forme de « non-développement » où le « progrès »
sein de l’Afrique pour l’année 2019. Il s’agit, ici, semble ne pas avoir de prise, un continent avec
d’observer les grands mouvements se dessinant des institutions « figées » sans vie politique, sans
dans le sillage de ce principe en Afrique. Il est démocratie, sans avancées démocratiques. Nous
certain que nous ne pouvons, à travers une dizaine souhaitons, ici, aller à contre-courant de cette idée
de pages, faire preuve d’exhaustivité, ni procéder et démontrer que, bien au contraire, l’Afrique est
à une étude très rigoureuse des mutations, lors de en mouvement222, notamment dans le cadre du
cette année passée, dans un continent africain qui concept de bonne gouvernance.
rassemble plus de 54 États. Il n’en reste pas moins Deux constats, pour commencer, qui nous
que nous tenterons d’apporter, modestement, permettent d’appréhender la notion de Bonne
notre contribution en mettant en lumière quelques gouvernance de manière encourageante pour le
tendances qui nous semblent se dégager. La continent : l’année 2019 a vu ce concept imprégner
question à laquelle nous nous efforcerons de un certain nombre de pays ; on observe aussi que
répondre peut être formulée ainsi : quelles ont été les cette dynamique est polyèdre, dans le sens où elle
dynamiques des politiques de bonne gouvernance se manifeste sous des formes multiples.
Notre regard pourra se porter, dans un premier
Azmat, Fara, et Ken Coghill, « La bonne gouvernance temps, sur la « Gouvernance électorale ». En effet,
et les réformes de marché: étude sur le Bangladesh », on constate la volonté de certains pays de prêter
Revue Internationale des Sciences Administratives,
vol. 71, no. 4, 2005, pp. 665-680 ; Quelle gouvernance une attention particulière à cette question sensible
et quelles institutions au Maghreb face aux enjeux et stratégique dans le cadre de la compétition
géostratégiques ? l’Harmattan / DL 2015, cop. 2015 . électorale. C’est ainsi qu’en décembre 2019,
220. 
La politique africaine de l’administration Clinton les députés tchadiens223 ont modifié la loi224 du
à l’épreuve de la gouvernance, Wysocki, Oswald
(1977-....) / 2011LINK_ http://www.theses. 22 juillet 2019, relative au code électoral, en
fr/2011REIML017/document _LINK la rendant plus libérale. En effet, alors que la
221. 
Les indicateurs touchant la gouvernance émanent
d’institutions diverses : «International Country Risk 222. The Democracy Index 2020 met très bien en évidence
Guide» (ICRG) est un système d’évaluation mis en l’évolution positive entre 2018 et 2019 du score pour
place par une société privée américaine; Freedom un certain nombre de pays africains sur la question de
House ; Transparency International (TI); Le KKZ la gouvernance démocratique : Le score du Libéria est
est l’institut de la Banque mondiale lancé en 1996 passé ainsi de 5.35 en 2018 à 5.45 en 2019, le Maroc de
par Daniel Kaufmann; la Commission européenne 4.99 à 5.10, la Tunisie de 6.41 à 6.72, l’Éthiopie de 3.335
également développe des indices de gouvernance à 3.44, la Namibie de 6.25 à 6.43, Madagascar de 5.22
qui reprennent les indices d’autres institutions mais à 5.64, le Kenya de 5.11 à 5.18 (Democracy Index 2019
y ajoute la « gouvernance sociale », « Le contexte / A year of democratic setbacks and popular protest, A
Régional et International » et la qualité de la relation report by The Economist Intelligence Unit, Ed. 2020).
avec l’Union européenne ; le mécanisme africain
d’évaluation par les pairs (MAEP) mis en place par 223. Au Bénin, contrairement à la loi du 9 septembre 2018
le NEPAD; depuis 2002 le MINEFI et l’AFD ont (n°2018-31), dans laquelle la caution était de 250
développé en commun des indicateurs concernant plus millions, celle demandée par la loi du 15 novembre
de 85 pays développés et en voie de développement ; 2019 (n°2019-43) pour être candidat à l’élection
Les indicateurs du développement humain pour une présidentielle est de 50 millions.
bonne gouvernance. 224. Loi n°33/PR/ 2019 du 22 juillet 2019.
Géopolitique de la bonne gouvernance en Afrique : Quelles avancés en 2019 ?  / 165

caution nécessaire pour se présenter à l’élection divulgation des dons acceptés ; la détermination
présidentielle était de 25 millions francs CFA, elle des devoirs des partis politiques en matière de
a été ramenée à 10 millions, pour que la puissance financement ; la création de délits et les sanctions
financière ne constitue pas un frein au pluralisme correspondantes. Quelques jours, auparavant,
du scrutin. En outre, afin de permettre une meilleure une loi227 du 21 janvier avait posé le principe de
représentativité des partis, notamment des plus l’interdiction de l’utilisation des deniers publics
petites formations, a été fait le choix d’un système pour financer les campagnes politiques des partis.
majoritaire à la représentation proportionnelle D’autres pays ont plutôt décidé de sécuriser la
au plus fort reste. L’objectif est ici d’assurer une création des partis afin d’éviter toute stratégie
meilleure représentativité de l’opinion publique. visant à empêcher le pluralisme politique. Au
L’Éthiopie témoigne, aussi, de cette démarche Bénin, par exemple, la loi du 7 novembre 2019
libérale dans le processus électoral, avec une a modifié228 la Charte des partis politiques. Ainsi,
nouvelle loi électorale adoptée le 24 août 2019. dans le cas où le ministre de l’Intérieur considère
Le nouveau texte dispose, par exemple, que tout que la déclaration de conformité ne suit pas la loi,
agent de l‘État pourra, dans l’avenir, se présenter à il a désormais l’obligation de relever et notifier en
une élection sous réserve qu’il remplisse certaines une seule fois les insuffisances, après quoi ce n’est
conditions, comme la démission temporaire de ses plus possible, même s’il en constate d’autres. La
fonctions durant la période électorale. Le Togo, notification doit, en outre, être obligatoirement
quant à lui, a montré sa volonté de permettre aux faite par lettre recommandée ou, remise en main
Togolais expatriés de participer aux différentes propre, et un recours est possible dans les 15 jours
élections nationales à travers une réforme du de la notification. Le risque de restreindre l’accès
Code électoral du 5 novembre 2019. C’est ainsi au scrutin peut concerner, non seulement les
que plus de 348 Togolais225 de l’extérieur ont partis mais, aussi, les candidats à titre individuel,
pu obtenir leur carte d’électeur. Il s’agit, ici, comme en témoigne l’exemple tunisien en 2019.
d’accroître la base électorale et, par là même, de En effet, le 18 juin 2019, les députés ont voté la
consolider la démocratie participative. Toujours modification du Code électoral, en posant des
au Togo, afin de donner une réalité à la démocratie conditions précises229 quant à la recevabilité des
locale, les autorités ont organisé des élections candidatures à l’élection présidentielle. Mais, ce
municipales, pour la première fois depuis 30 ans. texte avait comme objectif officieux d’écarter
À l’issue des scrutins, qui ont eu lieu le 30 juin certains candidats de la présidentielle et de faire
et le 15 août 2019, 1527 conseillers municipaux barrage à Nabil Karoui, homme d’affaires dans
ont été élus dans plus de 117 communes. D’autres la communication et les médias, qui avait déjà
pays, comme l’Afrique du Sud, ont souhaité se annoncé sa candidature à la présidentielle le 27
positionner sur la question du financement des mai. Il s’agissait, également, de faire obstacle
partis et des élections afin de donner une plus à la femme d’affaires et mécène, Olfa Terras
grande portée à la bonne gouvernance électorale. Rambourg, franco-tunisienne, qui était sur le point POLITIQUE ET GOUVERNANCE
Tel sera l’objet de la loi226 du 23 janvier 2019, qui de se déclarer officiellement candidate. Le chef de
est venue donner un cadre juridique au financement
public et privé des partis politiques, notamment 227. Loi n°1 du 21 janvier 2019 portant modification des
à travers : la création et la gestion de fonds pour lois électorales.
financer suffisamment les partis représentés ; 228. Loi n°2019-40 du 7 novembre 2019.
l’interdiction de certains dons faits directement 229. Des conditions très strictes sont ainsi posées aux
aux partis politiques ; la réglementation de la éventuels candidats, notamment les personnalités
publiques issues du monde médiatique et du réseau
associatif, qualifiés de « partis de fait ». Pour pouvoir
se présenter devant les électeurs, les prétendants au
225. h ttps://www.dw.com/fr/la-diaspora-togolaise- palais de Carthage ne doivent pas avoir distribué
e n - f r a n c e - a - m a n i f e s t % C 3 % A 9 - c e - j o u r- d e - d’aide directe à des citoyens, ni bénéficié de fonds
vote/a-52480783 étrangers ou de publicité politique durant les 12 mois
226. Loi n°6 relative au financement des partis politiques précédant la tenue d’une élection, ou encore ne pas
du 23 janvier 2019. avoir d’antécédents judiciaires.
166 / Politique et gouvernance

l’État devait alors promulguer la loi. Cependant, La gouvernance constitutionnelle232, du point


dans le souci de protéger la démocratie, ce dernier de vue des institutions, connaît également des
a refusé son application en ne la promulguant progrès significatifs, comme en attestent plusieurs
pas dans les délais légaux. À travers cette action, exemples. C’est ainsi que le 7 novembre 2019,
le Président de la République marquait, de le Parlement béninois a voté la révision233 de
manière implicite, son rejet de toute tentative la Constitution. Plusieurs modifications vont
de manipulation du Code électoral à des fins alors dans le bon sens, car elles consolident la
politiques. gouvernance institutionnelle : aucun président ne
Le deuxième aspect de la gouvernance peut briguer plus de deux mandats ; le nombre de
qui semble se développer en Afrique est la mandats des députés est limité à trois ; est créé
gouvernance financière : sont mises en place des un poste de vice-président élu en duo avec le
politiques ayant pour finalité une meilleure lutte président. En outre, en application du préambule
contre la corruption. Trois pays témoignent de cette de la Constitution et de ses articles 2, 3 et 5,
réalité. Par exemple, deux ans après l’adoption de une loi a été votée afin de conforter les droits de
la loi réprimant le blanchiment d’argent, la Haute l’opposition. En effet, la loi234 du 25 novembre 2019
Cour constitutionnelle (HCC) de Madagascar l’a a abrogé l’ancienne législation235 « portant statut
déclarée conforme à la Constitution au mois de de l’opposition », tout en consacrant de nouvelles
février 2019230 permettant, ainsi, ses promulgation, dispositions. Nous pouvons remarquer plusieurs
publication et application. Le nouveau dispositif changements : l’État doit, non seulement permettre
prévoit, notamment, la possibilité de saisir les aux partis d’opposition de disposer des libertés
biens litigieux et définit de nouvelles sanctions mais, aussi, leur fournir les moyens nécessaires
administratives et pénales. Le Maroc, lui, a afin d’assurer leur «  pleine  » participation à
ratifié, à travers la loi231 n° 81-18, du 7 mars l’animation de la vie politique nationale ; les
2019, la Convention de l’Union africaine sur la moyens d’action de l’opposition sont précisés
prévention et la lutte contre la corruption, adoptée avec la possibilité de critiquer le programme,
à Maputo (Mozambique) le 11 juillet 2003. Enfin, les décisions et les actions du gouvernement ;
nous pouvons aussi mentionner le Togo, puisque l’opposition dispose, à présent, du droit de proposer
la Haute Autorité de Prévention et de Lutte des solutions alternatives à celles préconisées par
contre la Corruption et les Infractions assimilées le gouvernement ; elle peut également élaborer
(HAPLUCIA) a lancé, le 8 février 2019, son plan et mettre en œuvre des projets de société dans le
d’action stratégique 2019-2023 avec, notamment, cadre d’une alternance. La reconnaissance de ce
la mise en place d’un numéro vert, le « 8277 », nouveau statut de l’opposition s’exprime, aussi, à
pour recevoir les plaintes et les dénonciations travers la possibilité offerte au chef de l’État de
relatives à des faits de corruption. Parallèlement, consulter cette dernière sur certaines questions
le Parlement a adopté, le 30 décembre 2019, le qui touchent la vie de la nation, telles que les
projet de loi fixant les conditions de déclaration menaces à la paix civile, l’atteinte à l’intégrité
des biens et avoirs des hautes personnalités, des territoriale ou encore l’engagement des forces
hauts fonctionnaires et autres agents publics, de défense à l’étranger. Un autre pays, le Togo,
professionnellement exposés à des risques de a mené également sa réforme constitutionnelle
corruption et d’infractions assimilées. puisque, le 8 mai 2019, l’assemblée nationale a

232. De la gouvernance à Madagascar : états d’exception


230. http://www.rfi.fr/fr/afrique/20190211-madagascar- et déliquescence de l’État de droit, Razafindrabe,
loi-anti-blanchiment-validee-haute-cour- Tsiory (1987-....) / 2018LINK_ http://www.theses.
constitutionnelle. Suite à la loi de février 2019, fr/2018PESC2178/document _LINK.
relative à la lutte contre le blanchiment d’argent, de
capitaux et le financement du terrorisme, plus de 60 233. Loi n°2019-40 du 7 novembre 2019 relative à la
dossiers de blanchiment d’argent ont été déférés au révision de la loi n°90-32 du 11 décembre 1990
parquet du PAC en 2019. portant constitution de la République du Bénin.
231. Dahir n° 1-19-37 du 21 joumada II 1440 (27 février 234. Loi n°2019-45 du 25 novembre 2019.
2019). 235. Loi n°2001-36 du 1’ octobre 2002.
Géopolitique de la bonne gouvernance en Afrique : Quelles avancés en 2019 ?  / 167

adopté de nouvelles dispositions qui limitent, à adopté le 10 juin 2019, concerne la généralisation
l’avenir, le président à deux mandats consécutifs du Tamazight. L’Afrique du Sud, elle, s’est
et les députés à trois. D’un point de vue, cette distinguée dans le domaine social à travers le
fois-ci politique, on a pu observer dans certains vote, le 20 mars 2019, d’une loi définissant le
pays, tels que l’Algérie, une véritable mobilisation salaire minimum national qui est fixé à 20 roupies
populaire contre l’absence de gouvernance de l’heure. Il y a une réelle volonté de garantir
institutionnelle. En effet, face à des manifestations un salaire minimum pour les salariés. Pour sa
populaires de très haute importance, le président part, la Guinée a pu marquer l’année 2019 par la
Abdelaziz Bouteflika, âgé de 82 ans, démissionne consolidation des droits des femmes. En effet, le
au début du mois d’avril. C’est le peuple qui est nouveau Code civil guinéen, datant de mai 2019,
sorti vainqueur de ce rapport de force, en montrant dispose que « le nouveau mariage est soumis au
son attachement à la nécessité d’une gouvernance régime de la monogamie pour tous les citoyens
démocratique. guinéens », mais le texte ajoute immédiatement
Cette gouvernance constitutionnelle ne serait que « toutefois, le mari peut, au moment de la
pas véritablement complète si n’était pas intégrée, célébration, en présence de sa future épouse, et
à sa dimension institutionnelle, la question de la avec l’accord explicite de celle-ci, déclarer qu’il
gouvernance236 des droits fondamentaux. Des opte pour la polygamie limitée à deux, trois
efforts significatifs237  ont été faits et témoignent ou quatre femmes qu’il ne peut dépasser ». Ce
d’un mouvement positif sur le continent africain. nouveau Code civil constitue une avancée pour
Plusieurs décisions ont été prises dans ce sens. les seconde, troisième ou quatrième épouse, qui
L’année 2019 a connu, ainsi, une initiative n’avaient jusque-là aucun statut civil. Désormais,
collective puisqu’en septembre 2019, en Afrique en acceptant la polygamie, la première femme
du Sud, plus de 30 États ont signé un partenariat permet à ses coépouses d’obtenir les mêmes droits
international sur l’information et la démocratie, qu’elle, notamment en matière de succession
dont RSF est à l’origine. Il s’agit d’un accord et d’autorité parentale. Ce même texte pose,
intergouvernemental dans lequel les États également, le principe selon lequel les femmes
signataires se sont engagés à permettre un accès doivent constituer 50% des listes électorales
à une information libre, indépendante, plurielle et nationales et locales, ainsi que 50 % des fonctions
fiable. Au Maroc, trois textes méritent une attention électives dans les institutions publiques. Enfin,
particulière. Le premier238 a trait à l’institution nous pouvons citer le Botswana où, le 11 juin 2019,
du Médiateur afin de défendre les droits des la Haute Cour a protégé la vie privée à travers une
citoyens face à l’administration. Le 12 mars décision qui fera date. Elle a estimé, en effet, que
2019, entre également en vigueur la loi239 relative la loi incriminant la « connaissance charnelle de
à l’accès à l’information, après sa publication toute personne contre tout ordre naturel » était non
un an auparavant. Enfin, un troisième texte240, conforme à la Constitution. Il s’agit là, aussi, de
reconnaitre les droits des minorités sexuelles. POLITIQUE ET GOUVERNANCE
236. Pratique de bonne gouvernance pour la protection
des droits de l’homme, Nations unies, New York et La bonne gouvernance implique, également,
Genève, 2007. une approche des politiques publiques dans un
237. En 2019, la Tunisie a été classée à la 72ème place pour cadre territorial plus circonscrit. Il s’agit là d’une
la liberté de la presse gagnant 25 places sur l’année Gouvernance territoriale241 au plus proche des
précédente et se classant ainsi comme premier en
Afrique du Nord (AFRIC, 1er mai 2019). La Namibie
se place, en 2019, à la première place des pays les modalités de son intégration dans l’enseignement
d’Afrique de l’Ouest devant le Ghana et l’Afrique du et dans les différents secteurs prioritaires de la vie
Sud avec un score de 18,95 (AFRIC, 1 mai 2019). publiqu,e promulguée par le dahir n° 1-19-121 du 12
moharrem 1441 (12 septembre 2019).
238. Dahir n°1-19-43 du 4 rejeb 1440 (11 mars 2019)
portant promulgation de la loi n° 14-16 relative à 241. 
Le Bris, Émile, et Thierry Paulais. « Introduction
l’Institution du Médiateur. thématique. Décentralisations et développements
», Afrique contemporaine, vol. 221, no. 1, 2007,
239. Loi 31-13 du 22 février 2018. pp. 21-44 ; La gouvernance des entités territoriales
240. Loi organique n° 26-16 fixant les étapes de la mise en décentralisées : défis et enjeux de la gestion des
œuvre du caractère officiel de la langue amazighe et finances publiques communales à Kinshasa, Kasongo
168 / Politique et gouvernance

citoyens. Rapprocher les décisions politiques la loi246 constitutionnelle du 15 mai 2019 portant
des préoccupations des administrés constitue une modification247, notamment, des articles 52 et
variable non négligeable de la mise en œuvre des 141) qui a modifié la loi248 du 31 janvier 2018, au
politiques publiques, car le principe de bonne regard de la volonté constitutionnelle d’organiser
gouvernance devient, de ce fait, plus concret. la République togolaise en deux niveaux de
Certains États africains vont s’efforcer d’aller collectivités territoriales : les communes et les
dans ce sens au cours de l’année 2019, selon régions. La loi du 26 juin 2019 vient ainsi créer
différentes modalités. Ce mouvement s’exprime, un fonds d’appui aux collectivités territoriales
dans un premier temps, par l’impulsion d’une (FACT). Elle affirme que «  la participation des
organisation étatique décentralisée242. C’est ainsi citoyens d’une collectivité territoriale au choix de
qu’au Cameroun une loi243 du 25 avril 2019 a leurs représentants pour la gestion des affaires de
autorisé le Président de la République à ratifier celle-ci est un principe essentiel de la démocratie
la Charte africaine des valeurs et des principes locale ». Afin de faire vivre la démocratie locale,
de la décentralisation, de la gouvernance locale il est établi un « bureau du citoyen » qui permettra
et du développement local. En décembre 2019244, aux citoyens de saisir les élus locaux sur les
fut promulguée la loi portant création d’un code questions et sujets qui les concernent. Pour mener
général des collectivités régionales et locales. à bien le processus de décentralisation, la loi crée
Cette loi a pour fondement plusieurs principes : un Conseil national de suivi de la décentralisation.
une plus grande autonomie des collectivités La nouvelle législation vient, aussi, accroître les
territoriales, dans le respect de l’unité de l’État ; compétences communales : création et gestion
une participation accrue des administrés à la des services publics de la commune ; gestion du
prise de décisions locales ; l’apport de réponses domaine foncier cédé à la commune par l’État
aux revendications des régions anglophones ; délivrance du permis de construire de type A
qui réclament une plus grande autonomie, voire (immeuble à faible risque) et B (immeuble à
une scission. Le Togo illustre également cette moyen risque) ; délivrance du permis de démolir ;
tendance à la décentralisation de l’État à travers la réalisation des opérations de lotissement. La région
loi245 du 26 juin 2019 (suite à la promulgation de voit aussi ses pouvoirs s’accroître. Par exemple, en
matière d’artisanat, elle est dorénavant compétente
pour la prise de participation dans les entreprises
Mungongo, Emmanuel / 2019 ; Territorialisation privées installées dans la région conformément aux
des politiques publiques et reconstruction de l’État
au Mali en termes de gouvernance, Diawara, dispositions légales et pour la collecte et diffusion
Boubacar (1981-....) / 2019LINK_ http://www. d’informations utiles au développement des
theses.fr/2019PESC0050/document _LINK ; La entreprises. Est également reconnue la nécessité
gouvernance locale en Afrique : expérience de la
République de Guinée Condé, Alhassane / 2019. pour les collectivités territoriales de coopérer
242. 
Ce mouvement est accompagné par de grandes entre elles. La gouvernance territoriale s’exprime,
institutions internationales à l’instar de la Banque donc, via le processus de décentralisation, qui peut
mondiale qui a approuvé, le 23 mai 2019, un don de 50 s’accompagner, dans certains pays, d’un processus
millions de dollars pour appuyer le Mali dans ses efforts
d’opérationnalisation de l’agenda, de décentralisation de déconcentration. Tel a été le cas au Maroc
et de renforcement des capacités institutionnelles des à travers la publication, le 3 janvier 2019, du
collectivités territoriales. Ce don constitue l’élément
central d’un financement total de 95 millions de
dollars qui sera mis à la disposition du gouvernement
pour l’appuyer dans ses efforts de décentralisation et 246. Loi n°2019-003 du 15 mai 2019 portant modification
d’amélioration de l’accès aux services de santé et à des dispositions des articles 13, 52, 54, 55, 59, 60, 65,
l’éducation. Des financements additionnels d’autres 75, 94, 100, 101, 104, 106, 107, 108, 109, 110, 111,
partenaires, tels que la France, les Pays-Bas et la Suisse, 115, 116, 117, 120, 125, 127, 128, 141, 145, 155 et
vont compléter ce don de l’IDA. 158 de la Constitution du 14 octobre 1992.
243. Loi n°2019/003 du 25 avril 2019. 247. Suppression de la collectivité que constitue « le
244. Loi du 24 décembre 2019. province ».
245. Loi n°2019-006 du 26 juin 2019 relative à la 248. Portant modification de la loi n° 2007-011 du 13 mars
décentralisation et aux libertés locales. 2007 relative à la décentralisation et libertés locales.
Géopolitique de la bonne gouvernance en Afrique : Quelles avancés en 2019 ?  / 169

décret249 du 26 décembre 2018 portant Charte de les régions, d’une chambre de représentants et
la déconcentration administrative. Cette Charte a de chefs traditionnels. Sur le plan intérieur, on
plusieurs objectifs : assurer l’application optimale constate la volonté de faire preuve d’innovation,
des politiques publiques définies par l’État, tout non pas en mettant en place des actions alternatives
en tenant compte des spécificités régionales aux politiques sécuritaires, dites « classiques »,
et provinciales ; accompagner le processus de mais plutôt en les complétant. Par exemple, en
régionalisation avancée ; assurer la qualité des juin 2019, le Niger, le Mali et le Sénégal se sont
prestations à destination des usagers  ; simplifier réunis pour un séminaire régional sur la question
l’accès aux prestations publiques. de la police de proximité. Il s’agissait de prendre
Un autre enjeu pour l’Afrique concerne la exemple sur l’expérience du Burkina Faso dans ce
question sécuritaire, d’autant plus qu’il s’agit du domaine. La police de proximité est une stratégie
continent qui concentre le plus grand nombre de de protection des personnes et des biens, plus
conflits, qu’ils soient liés au terrorisme, aux crises proche des habitants, car elle connaît le territoire et
sociales ou encore aux problèmes politiques. La peut agir dans le dialogue, tout en faisant preuve de
Coface250, dans son seul panorama des risques réactivité. Lors de cette année 2019, on observe que
politiques en 2019, constate qu’en dix ans (2018 la gouvernance sécuritaire collaborative semble
par rapport à 2008) le nombre de conflits a trouver une nouvelle impulsion à travers le souhait
pratiquement doublé, comme celui des victimes. Il des pays africains d’œuvrer ensemble contre les
va au-delà du seuil des 70.000 décès par an pour la « insécurités ». Par exemple, le 14 septembre
troisième fois depuis trente ans. Face aux risques 2019 s’est tenu à Ouagadougou, au Burkina Faso,
intra et interétatiques, en 2019, certains États un sommet extraordinaire de la Cédéao qui avait
africains ont pu réagir par la prise de décisions pour thème : « La lutte contre le terrorisme ». Les
permettant d’anticiper les crises ou d’éviter dirigeants se sont engagés à financer le combat
qu’elles ne se développent. C’est dans ce sens que contre le djihadisme à hauteur d’un milliard de
l’on peut parler d’une certaine prise de conscience dollars sur quatre ans. L’argent, versé dans un «
du principe de gouvernance sécuritaire. Plusieurs pot commun », servira notamment à « renforcer
exemples au cours de l’année 2019 permettent les capacités opérationnelles des armées nationales
d’illustrer cette gouvernance spécifique. Au ainsi que des forces conjointes », comme le G5
Cameroun, le 24 décembre 2019, le président Biya Sahel ou la Force multinationale mixte du bassin
a signé le décret d’application de la loi portant Code du lac Tchad. De même, les 18 et 19 décembre
général des collectivités décentralisées. Le nouveau 2019, à Bruxelles (au siège de l’Organisation
code consacre l’avènement du statut spécial du Traité de l’Atlantique nord (OTAN), a eu lieu
des deux régions anglophones du Nord-ouest et le premier dialogue entre l’OTAN et l’Union
du Sud-ouest, afin d’apporter une réponse aux africaine (UA) sur la coopération en matière de
revendications de ces deux régions anglophones. lutte contre le terrorisme, ce qui va dans le sens de
Le Code prévoit, ainsi, une allocation à hauteur de cette gouvernance sécuritaire collaborative. Cette POLITIQUE ET GOUVERNANCE
15% aux collectivités territoriales décentralisées. initiative fait suite à un mémorandum d’entente,
Pour le gouvernement, cette nouvelle législation signé par les deux Organisations. Elle prolonge la
répond à « une demande forte formulée par le coopération menée au travers du Centre africain
corps social qui consistait à accroître l’autonomie d’études et de recherches sur le terrorisme et
des collectivités territoriales ». Le Code prévoit s’inscrit dans le cadre du plan d’action de l’OTAN
un statut spécial à ces deux régions qui seront sur le renforcement du rôle de l’Alliance dans la
dotées, en plus des organes communs à toutes lutte de la communauté internationale contre le
terrorisme. Lors de ce sommet, les débats ont
249. Décret n° 2-17-618 portant Charte Nationale de la porté sur l’opportunité de construire un véritable
Déconcentration Administrative (https://www.mmsp.
gov.ma/uploads/file/DecretN_%202-17-618_CNDA_ partenariat civilo-militaire. Les discussions
Fr.pdf). avaient, aussi, pour objectif de mieux comprendre
250. f ile:///C:/Users/malik.boumediene/Downloads/ les besoins liés au soutien de l’OTAN à l’Union
Coface+-+Risques+politiques+-+Afrique+2019.pdf
170 / Politique et gouvernance

africaine en ce qui concerne la lutte contre le existe bien un mouvement de fond qui, lentement,
terrorisme, et plus particulièrement dans les impacte le continent africain. Il est certain que le
domaines où l’OTAN peut apporter une valeur concept de bonne gouvernance, dans ses multiples
ajoutée, comme le renforcement des capacités des formes, connait une application relative, tant
institutions de défense et la réforme des structures dans sa reconnaissance que dans son application
de sécurité. réelle. Néanmoins, cette dynamique est bien
présente et l’Afrique témoigne, chaque année, de
Conclusion sa volonté de faire de la bonne gouvernance un
principe fondamental de l’Etat, non pour obtenir
A la vue de ces quelques exemples, nous quelques subsides financiers d’Organisations
pouvons constater que les Etats africains ne internationales mais parce que convaincue que
sont pas imperméables au concept de bonne cela va dans l’intérêt de l’Etat, de sa stabilité, de
gouvernance dans ses aspects les plus divers. Il l’intérêt général et de la population.
RAPPORT ANNUEL
SUR LA GÉOPOLITIQUE
DE L'AFRIQUE

Au moment où elle fêtait le passage à 2020, l’Afrique était loin de soupçonner que
l’année à laquelle elle faisait ses adieux, aurait le funeste “privilège” de porter dans
ses registres d’Etat-civil, la naissance d’un virus qui allait paralyser le monde, dans
la première moitié de l’année suivante.
C’est sur cette Afrique de l’année pré-Covid-19 que portent les différents papiers
du présent Rapport. Les uns, reflétant les espoirs, les ambitions et les projets
africains et, les autres, s’attardant sur les craintes et les angoisses du continent.

While it was preparing to celebrate the shift to 2020, Africa was far from
suspecting that the year which was coming to its end would have the unfortunate
“privilege” of witnessing the birth of a virus that would paralyze the world in the
first half of the following year.
It is precisely on this Africa of the pre-Covid-19 year that the different papers of
this report are focusing. Some of them reflect African hopes, ambitions and
projects, while others linger on the continent’s fears and anxieties.

ISBN : 978-9920-633-05-5
POLICY CENTER FOR THE NEW SOUTH
Rabat, Maroc
www.policycenter.ma