Vous êtes sur la page 1sur 96

Ecole Marocaine des Sciences de l’Ingénieur –EMSI

Rapport de Projet :

Conception Et DIMENSIONNEMENT D’UN BâtimeNt r+2

Réalisé par : Encadré par :

ZIDANE Adil

BELGHIAT Zineb

Année universitaire 2019/2020


Remerciements

Nous ne saurions commencer la présentation de ce projet sans remercier tous


ceux qui ont consacré leur précieux temps à nous aider d’acquérir une bonne
formation nécessaire à la réalisation de ce projet.

Nous adressons nos sincères remerciements à notre encadrant Mme. DIYER


pour sa totale disponibilité tout au long de ce projet et pour son expérience
professionnelle qu’elle nous a faits en profiter.

Nos reconnaissances vont également à Mme. ADDOU Rajae de la bonne


formation qu’elle nous a fournit concernant les bases de calcul en béton armé.

Enfin, nous disons merci à tous ceux qui de près ou de loin ont œuvré pour la
réalisation de ce rapport.

2
ZIDANE Adil & BELGHIAT Zineb
Sommaire
I. Introduction.......................................................................6
II. Généralités…..................................................................................................7
III. Description du projet...........................................................19
1. Description du bâtiment..........................................20
2) Plan d’architecture..................................................................20
3) Données géotechniques...............................................21
4) Caractéristiques des matériaux.....................................21
5) Règlement en vigueur..................................................................21
IV. Conception et pré dimensionnement des éléments structuraux..........22
1) Phase de conception...............................................23
2) Predimensionnement des éléments structuraux…......................24
a. Planchers................................24
b. Poutres..............................................26
c. Poteaux..............................................27
d. Escaliers....................................27
V. Descente de charges............................................................31
1. Calcul des surfaces d’influence.............................................32
2. Evaluation des charges..........................................32
3. Descente de charges.............................................44
VI. Dimensionnement des éléments porteurs....................................48
1. Dimensions des Poteaux.........................................49
2. Dimensions des semelles........................................50
3. Dimensionnement des voiles....................................51
VII. Ferraillage........................................................................52
1. Ferraillage des poteaux..........................................53
2. Ferraillage de la poutre P5-P8...................................54
3. Ferraillage des semelles isolées.................................66
4. Ferraillage du voile................................................67
5. Ferraillage du plancher creux....................................69
6. Ferraillage d’escalier...............................................................70
VIII. Conclusion.........................................................................74
IX. Référence bibliographique......................................................75
Liste des tableaux

Tab1.caractéristiques des matériaux..........................................................................21

Tab.2 Pré-dimensionnement des poutres…......................................................27

Tab.3rectangle de charge des poteaux...........................................................32

Tab.4 charge surfacique des éléments du plancher terrasse.........................33

Tab.5 Poids des murs de la cours au niveau de la terrasse...............................34

Tab.6 Charges de l’acrotère............................................................................35

Tab.7: charge d’une marche............................................................................38

Tab.8 : poids de la paillasse d’un seul volet....................................................38

Tab.9 : Poids du palier d’accès à terrasse......................................................39

Tab.10 : Poids du palier intermédiaire.........................................................................39

Tab.11: Charge Permanentes et d’exploitation au niveau de la terrasse.......40

Tab.12charge surfacique des éléments du plancher....................................................41

Tab.13: Charge Permanentes et d’exploitation au niveau de l’étage courant.43

Tab.14: Charge Permanentes et d’exploitation au niveau du RDC................44

Tab.15: G, Q ,Nu du2 ème étage.................................................................................45

Tab.16: G, Q, Nu du 1er étage.....................................................................................46

Tab.17: G, Q, Nu du RDC.............................................................................................46

Tab.18: G,Q, Nu du sous sol.........................................................................................47

Tab.19:l’effort Nu (MN) appliqué aux niveaux des étages pour tous les poteaux47

Tab. 20: les dimensions des poteaux............................................................................49

Tab. 21: les dimensions des semelles..........................................................................51

Tab.22: ferraillage des poteaux de l’étage 1.....................................................54

Tab.23: les charges permanentes et d’exploitation de la poutre considérée......56

Tab.24: ferraillage de toutes les semelles...................................................................67


Liste des Figures

Fig1 : Plan d’architecture d’étage courant.......................................................20

Fig2: Plan coffrage sous sol........................................................................................23

Fig3 : Plan coffrage RDC............................................................................................24

Fig.4: Eléments d’un plancher creux..............................................................25

Fig.5 : Coupe transversale sur escaliers.....................................................................28

Fig. 6: Coup longitudinal sur volet..............................................................................29

Fig.7: Rectangle de charge de poteau........................................................................33

Fig.8 : description de l’acrotère.......................................................................35

Fig9.rectangle de charge du poteau 11......................................................................36

Fig.10élements d’une marche d’escalier.......................................................38

Fig.11: semelle filante et isolée..................................................................................50

Fig.12 Ferraillage du poteau 11(1er étage)................................................................54

Fig.13 poutre continue au niveau de PH sous sol.......................................................55

Fig.14 Cas de chargement pour moment maximal sur appui.....................................57

Fig.15 Cas de chargement pour moment maximal en travée.....................................59

Fig.16 les moments max en travées à lELU pour la poutre :P5-P8.............................60

Fig.17 : ferraillage de la travée 1 de la poutre:P5-P8.................................................61


Fig.18 : ferraillage de la travée 2 de la poutre:P5-P8..................................................62

Fig.19 : ferraillage de la travée 3 de la poutre P5-P8..................................................63


I. Introduction

Dimensionner un bâtiment dans les règles de l'art revient à déterminer pour


chaque poutre, chaque poteau, chaque plancher de ce bâtiment, les dimensions
de cet élément, les caractéristiques du béton à utiliser, les aciers à employer et
surtout comment allier ces deux éléments.

Ce projet, qu’on est mené a réaliser dans le cadre de notre formation a l’école
nationale des sciences appliquées afin d’approfondir nos connaissances et
compétences en dimensionnement en béton armé, s’inscrit alors dans ce cadre.

Les objectifs de cette étude sont avant tout d'assurer la sécurité des usagers de
cet immeuble R+2. Ensuite, il devra entre autres, durer dans le temps et résister
aux éventuelles intempéries.
II. Généralité
Qu’est-ce que le béton?

Le béton est un matériau complexe obtenu en mélangeant, dans des proportions


convenables :

• Des granulats (sable, graviers, cailloux ou pierres concassées)

• Un liant (généralement du ciment)

• De l’eau (eau de mouillage des granulats et d’hydratation du ciment)

Ce mélange fait prise (il se solidifie) puis il durcit (il devient résistant).

Avantage :

Dans le domaine du génie civil, le béton se révèle être un matériau

• De bon marché et durable,

• De préparation facile et rapide,

• Facile à mouler (permet de réaliser des formes quelconques),

• De très bonne résistance à la compression (20 à 60 MPa)

Inconvénient majeur :

Sa résistance à la traction est médiocre (résistance à la traction du béton égale à 1/10


de sa résistance en compression)

Pour pallier à cette insuffisance, deux solutions :


• Disposer dans les zones tendues des armatures d’acier qui ne deviennent efficaces
que lorsque les charges extérieures commencent à agir : c’est le Béton Armé
• Pré-comprimer le béton par le jeu d’efforts intérieurs de manière à neutraliser
les contraintes de traction qui seraient apparues sous l’effet des charges : c’est le
Béton Précontraint
Principe du Béton Armé :

Les armatures absorbent les efforts de traction


Le béton absorbe les efforts de compression
Causes de la réussite de l’association acier-béton?
 l’acier adhère bien au béton, ce qui permet la transmission des efforts d’un
matériau à l’autre,
 il n’y a pas de réaction chimique entre le béton et l’acier,
 le béton protège l’acier contre la corrosion,
 le coefficient de dilatation thermique est sensiblement le même pour les
deux matériaux.

Phases d’exécution du Béton Armé?

Le béton armé s’exécute généralement en 4 phases :

a. Le coffrage
b. Le ferraillage
c. Le bétonnage
d. Le décoffrage

Bilan des différents types d’armatures

1. Les armatures longitudinales

 Les armatures de traction : Elles sont disposées dans le béton tendu pour
reprendre les efforts de traction.
 Les armatures de compression : Elles sont disposées lorsque la section de
béton est insuffisante pour reprendre la totalité de l’effort de compression.
 Les armatures de montage : Si l’on n’a pas besoin d’armatures de compression,
on les dispose en partie supérieure pour permettre la mise en place des
armatures transversales.

2. Les armatures transversales

 Elles reprennent l’effort tranchant. Elles sont généralement constituées de


cadres, d’épingles ou d’étriers.

Adhérence acier-béton

Définition

L’adhérence désigne l’action des forces de liaison qui s’opposent au


glissement des armatures par rapport au béton qui les enrobe.

Types de rupture:

 glissement de la barre dans le béton (ronds lisses),


 destruction du béton par arrachement d’un cône de béton ou par fendage
longitudinal du béton (barres à haute adhérence),
 rupture par traction de l’acier (ancrage parfait).
Facteurs agissant sur l’adhérence

 état de surface des armatures,


 groupement des armatures,
 épaisseur du béton d’enrobage et présence d’armatures de couture,
 résistance du béton,
 et conditions de moulage.

Rôle de l’adhérence

 Ancrage des barres à leurs extrémités,


 Répartition des fissures,
 Entraînement des armatures.

Notions de sécurité et Principe de la réglementation

A quels critères doit répondre une structure?

Une structure doit être conçue et réalisée de sorte que :

 Elle reste adaptée à l’usage pour lequel elle a été conçue,


 elle résiste à toutes les actions et influences susceptibles d’intervenir
pendant son exécution et son utilisation.

La sécurité est un critère important dans la construction, mais il n’ya


pas de sécurité absolue.

Pourquoi? Et Comment résoudre le problème?

Recherches => domaine du "probabilisme" de "la plasticité" et du


"calcul à la rupture"

 Méthode des états limites base du calcul suivant les règles BAEL et
les Euro codes.

Principe de la méthode des états limites

Comme la plupart des codes internationaux, le règlement Français


BAEL 91 ainsi que l’Eurocode2, sont des règlements semi probabilistes
basés sur la notion d’états limites.

En quoi consiste cette méthode?

La méthode des états-limites consiste à :

 définir les phénomènes (appelés états-limites) à éviter


 estimer la gravité des risques liés à ces phénomènes
 définir des critères de sécurité
 dimensionner les éléments de la construction de telle manière que la
probabilité d’atteinte d’un de ces phénomènes soit limitée à une valeur assez
faible pour être acceptable en fonction du risque et du coût.

Les différents états-limites

En pratique, à chaque phénomène à éviter correspond un état


limite. Selon la gravité des risques qui leurs sont associés, ces états
limites se rangent en deux grandes catégories :

 les états limites ultimes dont on considère que l’atteinte équivaut à la ruine
de la structure ou un de ses éléments.
 les états limites de service dont on considère que l’atteinte compromet
l’utilisation de la structure sans qu’il y ait ruine.

Les états limites ultimes (ELU)

On distingue :

• l’état limite ultime d’équilibre statique qui concerne la stabilité de


l’ouvrage

• l’état limite ultime de résistance qui concerne la non rupture de l’ouvrage.

• l’état limite ultime de stabilité de forme, concerne les pièces élancées


soumises à un effort de compression axiale

Les états limites de service (ELS)

On distingue :

• l’état limite de compression du béton: des désordres graves peuvent


apparaître dans les éléments.

• l’état limite d’ouverture des fissures: la corrosion des armatures


insuffisamment protégées compromet la durabilité de l’ouvrage.

• l’état limite de déformation : des déformations trop importantes de l’ouvrage


peuvent créer des désordres.

Les actions

Ensemble des forces et couples appliqués à une structure. On distingue :

• les actions permanentes notées G

• les actions variables notées Q


• les actions accidentelles notées A ou FA

Valeurs représentatives

La nature et l’intensité des actions à introduire dans les calculs sont


fixées :

Soit par le marché,

Soit par référence à des normes, codes ou règlements en vigueur,

Soit directement lorsqu’elles sont propres à l’ouvrage.

Les sollicitations

Les sollicitations = efforts (normal et tranchant) ou moments


(fléchissant et de torsion) dans chaque section de la structure.

Pour la plupart des justifications, les sollicitations sont calculées en


utilisant pour l’ensemble de la structure un modèle élastique et linéaire.
On emploie ainsi les procédés de la R.D.M dans la mesure où la forme
des pièces le permet.

Les sollicitations de calcul

Elles résultent des combinaisons d’actions c’est-à-dire de l’ensemble


des actions qu’il y a lieu de considérer simultanément.

Sollicitations de calcul vis-à-vis des ELU

a) Combinaisons fondamentales

Sult= S (1.35 Gmax+ Gmin+ γQ1Q1+ Σ 1.3 Ψ0iQi)

Gmax= ensemble des actions permanentes défavorables

Gmin= ensemble des actions permanentes favorables

Q1= valeur caractéristique d’une action variable dite de base

Qi( i >1) = valeurs caractéristiques des autres actions variables dites


d’accompagnement

γQ1= 1.5 dans le cas général et 1.35 dans les cas suivants :

 la température
 les charges d’exploitation de caractère particulier (convois militaires et
convois exceptionnels des ponts routes)
 les bâtiments agricoles à faible densité d’occupation humaine
b) Combinaisons accidentelles

Sult= S (FA+ Gmax+ Gmin+ Ψ11Q1+ Σ Ψ2iQi)

FA est la valeur nominale de l’action accidentelle


Sollicitations de calcul vis-à-vis des ELS

Elles résultent des combinaisons d’actions ci-après dites combinaisons


rares :

Sser= S (Gmax+ Gmin+ Q1+ Σ Ψ0iQi)

Les valeurs des coefficients Ψ0, Ψ1et Ψ2sont fixés par les textes
en vigueur ou par les documents particuliers du marché. Elles sont
précisées à titre transitoire dans l’annexe D du BAEL91. Ils permettent de
définir, les valeurs représentatives des actions variables appliquées
simultanément :

• Ψ0iQi : valeur représentative d’application rare

• Ψ1iQi : valeur représentative d’application fréquente

• Ψ2iQi : valeur représentative d’application quasi-permanente

Charges climatiques dans le cas des bâtiments


Charges d’exploitation dans les bâtiments

Remarques

• Lorsque plusieurs actions variables sont susceptibles d’être appliquées en


même temps, il y a lieu de considérer successivement chacune d’elles
comme action de base et les autres en actions d’accompagnements.

• Une action variable peut être appliquée totalement, partiellement ou pas


du tout.

• Les actions variables sont introduites de la façon la plus défavorable.


Elles seront placées dans les positions qui permettent d’obtenir les effets
extrêmes.

La connaissance des lignes d’influence permet en général de définir les


cas de chargement qui correspondent aux effets extrêmes recherchés.

• Lorsqu'une même action permanente a des effets partiellement favorables


et partiellement défavorables, il est interdit de partager cette action en
deux parties : on attribue globalement à cette action soit la valeur Gmax
défavorable, soit la valeur G min favorable.

• Si on ne sait pas, a priori, si une action est défavorable ou favorable


pour une sollicitation donnée; ce qui est souvent le cas pour les structures
hyperstatiques; on examine successivement les deux possibilités.

Ces différentes combinaisons doivent être envisagées pour trouver les


situations les plus défavorables.
Caractéristiques des matériaux

1. LE BETON

Diagramme contrainte-déformation en compression

Résistance caractéristique à la compression

Pour l’établissement des projets, un béton est défini par une valeur
de sa résistance à la compression à l’âge de 28 jours notée fc28

Exemples de résistances couramment atteintes (Article A.2.1, 13 du BAEL) :

• 20 MPa sont facilement atteintes sur les chantiers convenablement outillés,

• 25 MPa sont atteintes sur les chantiers faisant l’objet d’un contrôle régulier,

• on peut obtenir 30 MPa, à condition de choisir convenablement les matériaux


et d’étudier la composition du béton,

• des résistances supérieures peuvent être atteintes moyennant une sélection


rigoureuse des matériaux utilisés.

Pour des calculs en phase de réalisation, on adoptera les valeurs à j jours,


définies à partir de fc28

(Article A.2.1,11), par:

-Pour j ≤ 28 jours , on peut admettre que la résistance des bétons non


traités thermiquement suit approximativement les lois sui vantes:
-Pour j> 28 jours, on admet pour justifier la résistance des sections : fcj= fc28

Résistance caractéristique à la traction

La résistance caractéristique à la traction du béton à j jours, notée ftj, est


conventionnellement définie par la relation :ftj= 0.6 + 0.06 fcj où ftj et fcj sont
exprimées en MPa

Cette formule est valable pour les valeurs fcj≤ 60 MPa

Module d’élasticité

A l’âge de j jours, le module de déformation longitudinale instantanée du béton


Eij vaut Eij= 11 000 fcj⅓ (Eij et fcj en MPa)

Retrait du béton

Retrait = réduction de volume accompagnant l’évaporation d’eau en excès.

Le retrait commence dès le premier jour et atteint 80% au bout de deux


ans.

Pratiquement, pour se protéger des désordres liés au retrait, on


adoptera certaines dispositions :

• limiter le retrait lui-même en choisissant une composition adéquate du béton,

• ralentir son évolution en maintenant humide la surface du béton après


coulage,

• disposer des armatures de peaux de faible espacement pour bien répartir les
fissures de retrait,

• éviter les variations brusques d’épaisseur des pièces qui entraîneraient des
vitesses de retrait différentes d’où risque de fissuration,

• prévoir des dispositions autorisant la libre contraction du béton : joints de


dilatation.

Dilatation thermique

• coefficient de dilatation du béton = 9 à 12.10-6


• coefficient de dilatation de l’acier = 11.10-6

• on adoptera une valeur forfaitaire de 10-5 pour le béton armé.

Dans la pratique, les éléments ne sont pas libres, et les variations de


température entraînent des contraintes internes de traction.

Pour éviter des désordres, on placera régulièrement sur les éléments


(dalles, voiles de façade) ou bâtiments de grandes dimensions des joints
de dilatation espacés de 25 à 50 mètres selon la région. Notons que ces
joints de dilatation sont aussi un moyen de lutter contre les désordres dus au
retrait.

2. LES ACIERS

Caractéristiques géométriques des aciers utilisés en BA

• Les aciers en barres : On distingue les ronds lisses et les barres à


haute adhérence (HA) que l’on trouve en longueurs variantes de 6 à 12
m, pour les diamètres normalisés suivants :

5 - 6 - 8 - 10 - 12 - 14 - 16 - 20 - 25 - 32 – 40 mm

• Les fils : Les armatures sous forme de fils sont stockées sur des
bobines. Les fils servent principalement à la réalisation de treillis soudés,
de cadres, d’épingles et d’étriers en usine de façonnage d’armatures, ou
pour le ferraillage d’éléments préfabriqués tels que les prédalles BA ou
BP. On trouve des diamètres de 5 à 12mm et se sont généralement des aciers à
haute adhérence.

• Les treillis soudés : Les TS sont constitués par des fils ou barres en
mailles rectangulaires soudés entre eux. Ils sont utilisés pour ferrailler
rapidement des éléments plans, tels que les voiles, dalles et dallages. Ils sont
disponibles en rouleaux de 50m pour les diamètres inférieurs à 5mm et
en panneaux de 3 à 5m de long par 2.4m de large pour les Ø de 5 à 12mm.

Prescriptions générales

1. Limite d’élasticité

Le caractère mécanique servant de base aux justifications est la


limite d’élasticité garantie notée fe.

Il existe deux nuances:

-Pour les ronds lisses (aciers doux laminés à chaud), on trouve :


• les aciers FeE215 de limite élastique fe= 215 MPa

• les aciers FeE235 de limite élastique fe= 235 MPa

- Pour les barres à haute adhérence (aciers comportant des reliefs de


surface qui améliorent la liaison béton-acier), on distingue :

• les aciers FeE400 de limite élastique fe= 400 MPa

• les aciers FeE500 de limite élastique fe= 500 MPa

2. Module d’élasticité

Le module d’élasticité longitudinale de l’acier est pris égal à :

Es= 200000 MPa.

3. Diagramme conventionnel ou diagramme caractéristique

Dans les calculs en BA, on remplace le diagramme contrainte-


déformation réel par un diagramme conventionnel, vérifiant une loi de
type élasto-plastique parfait.

Modélisation réglementaire

On admet que :

• vis-à-vis des états limites de service, les matériaux se comportent


élastiquement.

• vis-à-vis des états limites ultimes, on accepte généralement que les


matériaux entrent dans leur domaine de fonctionnement plastique.
III. DESCRIPTION DU PROJET
1. Description du bâtiment

Notre projet porte sur l’étude d’un bâtiment R+2 destiné à l’habitat
économique, l’élévation totale du bâtiment est de 16m, il se compose de :

 Sous sol de 3 m de hauteur


 Réez de chaussée de 3m de hauteur
 Etage courant de 3m de hauteur
 Une terrasse accessible avec un acrotère de 1.5m de hauteur
 Surface totale du bâtiment est 110.11m²
 La hauteur totale du bâtiment est de 10.5m

2. Plan architecturale

Le plan d’architecture de notre projet est les suivant :

Fig1 : Plan d’architecture d’étage courant


3. Données géotechniques

On suppose que la contrainte admissible du sol support est de : 2 bars.

4. Caractéristiques des matériaux

Elément Vale
ur
Résistance caractéristique du Fc28=20 MPa
béton
Limite d’élasticité de l’acier Fe=500 MPa
Contrainte de calcule du béton σbc =11.33 MPa
à
l’ELU
Contrainte de calcule de l’acier σs=434.8 MPa
à l’ELU
 Préjudiciable pour
fissuration les fondations
 Peu préjudiciable pour
la structure
Enrobage des aciers 2.5 cm
Tab1.caractéristiques des matériaux

5. Règlement
Notre travail se base sur les consignes du règlement BAEL 91.
IV. CONCEPTION ET PREDIMENSIONNEMENT DES ELEMEN
STRUCTURAUX
1. Conception

Elle est d'une grande importance dans le dimensionnement d'un bâtiment.


Au cours de cette étape le concepteur doit tenir compte des retombées
financières de ses choix et aussi de la difficulté liée à l'étude technique, à la
réalisation. Il faut également noter que la conception doit dans la mesure du
possible, respecter les plans architecturaux.

Les figures représentant les plans de coffrages sont les suivantes:

Fig2: Plan coffrage sous sol


Fig3 : Plan coffrage RDC

Le détail de pré dimensionnement des éléments structuraux est expliqué


dans le paragraphe suivant.

2. Pré dimensionnement des éléments structuraux


a. Planchers

Les planchers sont des éléments prédominant dans la construction d’un


bâtiment autant dans leurs caractéristiques mécaniques que dans leurs rôles
porteurs. En effet Ils supportent les charges verticales puis les transmettent aux
éléments porteurs et aussi ils isolent les différents étages du point de vue
thermique et acoustique.

 Types de plancher

On a vu nécessaire d’utiliser 2 types de planchers :

- planchers à corps creux : qui comprennent les poutrelles


préfabriquées, un hourdis coulé en place sur des entrevous en béton prenant
appui sur les poutrelles. Et ces poutrelles reposent à leur tour sur des poutres.
Ce qui réduit considérablement le besoin en coffrage et les étaiements.

Pour notre projet, presque tous les planchers sont de ce type. En effet ils
représentent plusieurs avantages (poids faible, mise en œuvre possible sans
moyen de levage, économique…)
Fig.4: Eléments d’un plancher creux

-Dalles pleines : d’utilisation dans les radiers, les escaliers et les balcons

Dans notre projet les dalles pleines sont celles de console et d’escalier.

 Sens de portée de plancher

-Planchers à corps creux : Les planchers de ce type portent dans le sens


de la petite portée lorsqu’ 'il s'agit de panneaux rectangulaires. Pour les formes
irrégu1ières, le sens de portée est fonction de la configuration.

Dans notre cas tous les planchers sont rectangulaires.

-Dalles pleines : Pour un panneau rectangulaire de largeur lx et de


longueur ly, le sens de portée est défini par le rapport lx / Iy. Si ce rapport est
inférieur à 0,4 alors le panneau porte uniquement dans le sens de la petite
portée; sinon il porte dans les deux sens.

 Epaisseur des dalles :

-Planchers à corps creux : L’épaisseur h des dalles suit la règle


suivante :

Avec h : épaisseur totale du plancher


l : longueur entre nus dans le sens porteur

On a calculé cette épaisseur pour toutes les dalles, et on a trouvé que


cette dernière varie entre 11 cm et 16 cm, donc on a choisit les dalles de type
h=12+4
-Dalles pleines : le calcul de l’épaisseur de ce type de dalle est comme
suit :

D’abord on calcule le rapport

Pour la dalle à gauche:

Donc, il s’agit d’une dalle sur 2 appuis

Puisque on est dans le cas d’une faible charge et petite portée, alors le
calcul de h sera comme suit :

h=
Il s’agit d’une très faible épaisseur, pour des raisons de sécurité on
prend : h =10 cm

Pour la dalle à droite :

Donc, il s’agit d’une dalle sur 2 appuis, alors h= = =0.04m

Soit : h =10 cm

b. Poutres :
 Une poutre est dite porteuse, et notée N, si son axe est perpendiculaire a la
direction de mise en place des hourdis, et dite non porteuse, N’, si son axe est
parallèle avec cette direction.
 La largeur de la section rectangulaire des poutres est prise égale à 25cm.
 L’épaisseur des poutres est déterminée comme on le montre ci-après :

 , pour une poutre isostatique porteuse.



, pour une poutre hyperstatique porteuse.

, pour une poutre non porteuse.
Le tableau ci-dessous présente le pré dimensionnement des poutres :

Poutres travées de Type de travée Portée L Largeu Epaisseu


la poutre (m) rb r h (cm)
(cm)
N1 Porteuse 2,5 25 25
P1 N2 Porteuse 3.8 25 35
N3 Porteuse 2.91 25 25
N4 Porteuse 2.5 25 25
P2 N5 porteuse 3.8 25 35
N6 Porteuse 2,91 25 25
N7 Porteuse 2,8 25 25
P1 N8 Porteuse 2.7 25 25
N9 Porteuse 3,6 25 35
N'9 N.Porteuse 2.8 25 25
P4 N'10 N.Porteuse 2,7 25 25
N'11 N.Porteuse 3,6 25 35
N'1 N.Porteuse 2,8 25 25
P5 N'5 N.Porteuse 26 25 25
N10 Porteuse 4.8 25 40
N'2 N.Porteuse 2,8 25 25
P6 N'6 N.Porteuse 2,6 25 25
N11 Porteuse 4,8 25 40
Non
N'3 2,8 25 25
Porteu
P7 se
Non
N'7 2,6 25 25
Porteu
se
p8 N12 Porteuse 4,8 25 50
Non
N'4 2,8 25 25
Porteu
P5 se
Non
N'8 2,6 25 25
Porteu
se
N13 Porteuse 4,8 25 40
Tab.2 Pré-dimensionnement des poutres

c. Poteaux :

Avant d’entamer le calcul de la descente de charge, tous les poteaux sont


pris de section 25*25, par la suite on va utiliser la condition de la section du
poteau.

d. Escalier :
Un escalier est un élément constitué d’une succession de gradins
permettant le passage à pied entre les différents niveaux. Ou bien, il sert à relier
deux différents niveaux d’une construction.

L’escalier adopté pour ce bâtiment se compose en effet de 2 volets, deux


paliers : un palier intermédiaire et un palier d’accès aux étages

Fig.5 : Coupe transversale sur escaliers

 Calcul du nombre de marches par volé et longueurs du volé

L’escalier comportant 2 volés doit permettre l’accès à l’étage supérieur, la


hauteur de l’étage fixé à 3m, donc la hauteur verticale du volé est de 1,5m
Fig. 6: Coup longitudinal sur volet

Pour fixer le nombre de marche « n » par volés, on passe par un tâtonnement


sur la relation suivante : avec :

-n : nombre de marche par volés

-h : hauteur de contremarche qui doit être comprise en 15 et 20 cm.

En choisissant un n = 8 on tombe sur une valeur de contremarche arrondie et


acceptable h =19cm

- Calcul de la longueur horizontale du volé L :

L= 0.28*8 = 2,24 m

- Calcul de la longueur volé Lf:

Lf²= L²+1.5²= 7.30 donc : Lf = 2.70 cm

 Calcul des dimensions des paliers :

La longueur des paliers est calculée à partir de la longueur totale de la


cage d’escalier (4,80m) réduite du la longueur horizontale du volé (2,24m)

Soit L palier=2.56m.

Cette longueur sera partagée par les deux paliers comme suit :

a. Palier Intermédiaire :

Longueur : L palier.int=1.10m

Largeur :l palier.int=2.70m

Epaisseur : <e < on prend e=12 cm


b. Palier d’accès aux étages :
Longueur : L palier. Etage=1.46m
Largeur :l palier.int=2.70m
Epaisseur : <e < on prend e=12 cm
 Calcul des dimensions de la paillasse :

La paillasse se présente sous forme d’une dalle pleine sous les marches
d’un volé. Elle a les dimensions suivantes :

Longueur : L paillasse=Lf=2.70 m

Largeur :l paillasse =1.2m(c’est la largeur des marches)

Epaisseur : on prend e=12 cm


V. DESCENTE DE CHARGE
1. Calcul de rectangle de charge

On va calculer le rectangle de charge


relatif à chaque poteau pour le but d’étudier leur Poteau Rectangle de charge m²
symétrie. Le résultat de ce calcul sera présenté P1 1.75
P2 4.41
dans le tableau ci-dessous. P3 4.70
P4 2.03
Remarque : pour les poteaux porteurs
P5 3.37
d’escaliers le rectangle de charge sera réduit P6 8.50
de la surface relative aux escaliers. P7 9.04
P8 3.90
N.B P9 5.18
P10 6.93
- les couleurs indiquent les symétries 8.60
P11
géométriques entre les poteaux. P12 6.84
P13 3.36
-Ce calcul a été effectué pour P14 3.36
plancher haut sous sol, Il y aura une P15 4.44
petite différence pour les autres planchers Tab.3rectangle
P16 de charge des4.44
poteaux

(à cause de la présence de la cours et des dalles pleines) concernant les poteaux


suivants :

Poteau P2 P3 P6 P7 P1 P14 P15 P16


3
Rectangle 1.7 2.0 5.84 6.38 4. 4.76 6.29 6.29
de charge 5 3 76

2. Evaluation des charges:

Les charges diffèrent entre plancher haut du2 ème étage (Terrasse) et les
autres planchers d’étages courants.

Donc nous procéderons à une évaluation des charges en fonction du type


d’étage.
On se restreint à l’étude d’un seul poteau (P7) et (P11) pour éviter la
répétions et la longueur. Les résultats qui concernent les autres poteaux seront
présentés sous forme de tableaux récapitulatifs et un fichier Excel annexé au
rapport.
a. Au niveau de la terrasse

Exemple de calcul pour le poteau P7

i. Charge permanente

Les charges permanentes que subit P7 sont :

-Charge de plancher hourdis

-Poids des travées

-Charges des murs relatifs à la cour.

N.B. Il ya aussi les charge de l’acrotère pour les poteaux de périphériques.

 Calcul de charge de plancher hourdis :

Elément Poids surfacique kg/m²)

Plancher nervuré à 260


poutrelles (montage avec
table de
compression : 12+4)
Forme de pente 242
Etanchéité 70
Enduit sous plafond 20
Somme 592
Tab.4 charge surfacique des éléments du plancher terrasse

La charge qui sera transmise du plancher terrasse aux poteaux à travers


les poutrelles du 3éme étage est une charge surfacique, on doit la multiplier par
la surface d’influence afin de la rendre ponctuelle

.
Fig.7: Rectangle de charge de poteau 7
N.B Pour les charges permanentes et d’exploitation en effectue une
majoration de 15 % pour les poteaux voisins de poteaux de rives pour une
poutre a 2 travées, et de 10% pour une poutre de plus de 2 travées, On va
multiplier la surface du rectangle de charge par ce coefficient.

Donc : G plancher=6.38*592*1.1+=4154.67 Kg

 Calcul du poids propre des travées

Ce poteau supporte 4 travées dont leurs poids propre est estimée comme suit :

G poutres= [(ht1*Lt1) + (ht2*Lt2) + (ht3*Lt3) + (ht4*Lt4)]*0.5 *0.25*2500*1.1

Avec: -hti : Epaisseur de la travée

-Lti : Longueur de la travée

-2500 : Masse volumique du béton

-0.25 : Largeur commune des travées

G Poutres = [(0.35*3.8) + (0.25*2.8) + (0.25*2.91) +


(0.25*2.6)]*0.5*0.25*2500*1.1

Gtravées =1171.32Kg

 Calcul de Charge des murs de la cours (doubles cloisons)

Un mur de cours est en double cloison (de hauteur 1.5) , il se compose de :

- deux briques de 7 cm d’épaisseur

- Enduit Extérieur

- Enduit Intérieur

Tab.5 Poids des murs de la cours au niveau de la terrasse


C’est une charge linéique supportée par les poteaux de cours dans il
faudra la multiplier par la somme demi longueur des deux travées adjacentes.

G murs cours =(Lt1+Lt2)*0.5*291=960.3 Kg

La charge permanente globale que supporte P7 au niveau de la terrasse est alors :

Gterrasse.p7= G plancher +G travées+ G murs cours = 6286.28 Kg

N.B Pour les poteaux de périphérique le calcul de la charge de l’acrotère se fait


de la manière suivante :

5cm 10cm
3cm
7cm

G 1.5cm

Fig.8 : description de l’acrotère

a) Charge permanente :

S= [1.50.1+0.050.1+ (0.030.1)/2+0.070.1  S=0.0732 m²

G=Sx25  G= 1.837 KN/ml

b) Surcharge d’exploitation:

Elle est due à la main courante de personne Q= 1 KN/ml

Tab.6 Charges de l’acrotère


ii. Charge d’exploitation

Le poteau P7 subit des charges dues à l’exploitation de la terrasse


accessible Q terrasse 7= 175*6.38*1.1=1228.15 Kg
(175 kg/m²) donc

Exemple de calcul pour le poteau P11:

i. Charge permanente
Les charges permanentes que subit P11 sont :
-Charge de plancher hourdis
-Charge des travées
-La charge de la cage d’escalier (murs + plancher+poids poteau) ;
-La charge des escaliers (¼)
 Calcul de Charge de plancher hourdis et des travées

Suivant la même procédure de calcul du poteau 7, on trouve

Fig9.rectangle de charge du poteau 11.

G planche.p11r=8.60*592*1.1=5600.32 Kg
G travées = [(0.35*3.7) + (0.25*2.7) + (0.50*4.8) +
(0.25*2.6)]*0.5*0.25*2500*1.1

G poutres.p11=1725.63Kg

 La charge de la cage d’escalier

Calcul du poids du poteau 11 dans la cage d’escalier

Il s’agit de la continuité du poteau 11 dans la cage d’escalier au niveau


de la Terrasse, nous allons la considérer comme une charge sur le poteau 11 qui
s’arrête au planché haut du 2 ème étage.

Ce poteau est forfaitairement fixé à 0,25*0,25

- Hauteur de la cage d’escalier : 2.5 m

Donc le poids de ce poteau est donné comme suit :

G p11_cage= 0,25*0,25*2.5*2500

G poteau=390.625 Kg
Calcul de Charges du plancher de la cage d’escalier

Il s’agit d’un plancher d’épaisseur 12+4 identique à celui de la terrasse, sa


charge va être supporté par les poteaux P10 P11 P14 P15. Donc on aura

G planché ESC =4.8*2.7*0.25*592


G planché ESC=1918.08Kg

- Poids du mur de la cage d’escaliers :

La charge de mur est une charge linéique pour la rendre ponctuelle nous
devons la multipliée par la somme des demi-longueurs des deux travées adjacentes
du poteau

G murs_cage=430*0.5*(2.7+4.8)
G murs_cage=1612.5Kg

Donc la charge totale de la cage d’escalier appliquée au Poteau P11 est :

G cage_esc = G murs_cage+ G plancher ESC+ G poteau


Gcage_esc.P11=3921.2 Kg

 La charge d’escalier

1. Poids des éléments de l’escalier

Le poteau P11 portera le ¼ de la charge totale des escaliers (marches,


paillasse et palier d’accès.)
La part de P11contient :
4marches ;
Paillasses correspondant aux 4 marches
 Charge d’une marche :

Fig.10élements d’une marche d’escalier


Le revêtement englobe : l’enduit, le carrelage et la forme de pose.

Tab.7: charge d’une marche

Le poids d’une marche avec son revêtement est alors : 158.52Kg


 Charge d’une paillasse

Tab.8 : poids de la paillasse d’un seul volet


Donc le poids total de paillasse est alors 1101.6 Kg
 Charge du palier d’accès à la terrasse
-On a déjà calculé l’épaisseur de ce palier dans le paragraphe descriptif des
escaliers et on a trouvé h=12 cm
Tab.9 : Poids du palier d’accès à terrasse
Donc le poids du palier d’accès à la terrasse est donc : 1829.09 Kg

N.B Pour les poteaux P14 et P15 On va prendre en compte le poids du palier
intermédiaire qui sera calculé comme suit :
En effet :
-Ce palier repose sur une poutre dont sa charge est transmise au poteau 11
-On a déjà calculé l’épaisseur de ce palier, on a trouvé h=12 cm

Tab.10 : Poids du palier intermédiaire


Donc le poids du palier intermédiaire est donc : 1538.60 kg
2. Charges de l’escalier
L’escalier est symétrique et sera porté par les quatre poteaux : P11, P12,
P14, P15
Pour le poteau 11, Il supportera la moitié du palier d’accès + 4 marches+
la moitié de la paillasse de volet, donc on a :
G ESC.P11= (0,5* 1101.6 Kg) + (4*158.52) + (0,5*1929.09)]
Donc G ESC.P11= 2099.42Kg

La charge permanente globale que supporte P11 au niveau de la terrasse est alors :

Gterrasse.p11=G plancher.p11+G travée p11+Gcage_esc.P11 + G ESC.P11 =13346.57Kg


ii. Charge d’exploitation

Le poteau P11 subit des charges dues à l’exploitation de la terrasse


accessible (175 kg/m²) et à l’exploitation de l’escalier (250 Kg/m²)

Donc : Qt11= ([175*8.60) + (1.35*2.4*250)]=2546.5 Kg


Le résultat du calcul des charges permanentes et d’exploitation de la terrasse
relative à tous les poteaux est représenté dans le tableau ci-dessous :

Poteau G terrasse (kg) Q terrasse (kg)


P1 2494,16 571,25
P2 4123,03 651,88
P3 4424,20 1649,00
P4 2772,72 640,75
P5 3676,03 859,75
P6 5899,40 1124,20
P7 6286,28 1228,15
P8 4021,82 952,50
P9 5546,24 1276,50
P10 12054,54 2225,03
P11 13346,57 2546,50
P12 6714,89 1567,00
P13 6629,72 1553,00
P14 11033,65 2042,30
P15 12399,52 2336,83
P16 7682,02 1810,75
Tab.11: Charge Permanentes et d’exploitation au niveau de la terrasse
b. Au niveau de l’étage courant :

Exemple de calcul pour le poteau P7

i. Charge permanente

Les charges permanentes que subit P7 sont :

-Charge de plancher hourdis

-Charge des poutres

- les charges des murs doubles cloisons (cour)

 Calcul de charge de plancher hourdis :


Elément Poids surfacique
(kg/m²)
Plancher nervuré à 260
poutrelles (montage avec
table de
compression : 12+4)
revêtement 88
Cloison 75
Enduit sous plafond 20
Somme 443
Tab.12charge surfacique des éléments du plancher terrasse

La charge qui sera transmise du plancher 3ème étage aux poteaux du


3éme étage est une charge surfacique, on doit la multiplier par la surface
d’influence afin de la rendre ponctuelle sans oublier la majoration de 10%.. sa

G plancher=6.38*443*1.1=3108.97 Kg

 Poids propres des travées

Ce poteau supporte 4 travées La charge travées est estimée comme suit :

G travée= [(0.35*3.8) + (0.25*2.8) +


(0.25*2.91)+(0.25*2.6)]*0.5*0.25*2500*1.1

G travées=1171.32 Kg

 Calcul de Charge des murs (doubles cloisons)

Dans ce cas on va prendre en compte les ouvertures contenues dans les


murs on multiplie la charge linéique des murs par 0,7 en considérant que 30%
du mur est sous forme d’ouvertures (portes et fenêtres)

G murs=(Lt1+Lt2)*0.5*385.67=1272.71 Kg

La charge permanente globale de l’étage courant supportée par P7 est alors

G étage courant.p7= G plancher +G travées + G murs= 5535.02 Kg


ii. Charge d’exploitation

Le poteau P7 subit des charges dues à l’exploitation par les habitats (175
kg/m²)
Q étage courant.p7= 175*6.38*1.1=1228.15 Kg

Exemple de calcul pour le poteau P11

i. Charge permanente

Les charges permanentes que subit P11 sont :

-Charge de plancher hourdis

-Charge des retombés

-Charges d’escalier

N.B Pour les poteaux des rives on ajoute les charges des murs (double cloisons)

 Calcul de Charge de plancher hourdis et de retombés.

Suivant la même procédure de calcul du poteau 7, on trouve:

G plancher.p11=8.60*443*1.1= 4190.78 Kg

G poutres.11= [(0.35*3.7) + (0.25*2.7) + (0.5*4.8) +


(0.25*2.6)]*0.5*0.25*2500*1.1

G poutres.p11=1725.63Kg

 Calcul de Charge d’escaliers

Le même calcul qu’on a fait pour la terrasse donc :

G ESC.P11= (0,5* 1101.6 Kg) + (4*158.52) + (0,5*1929.09)]


Donc G ESC.P11= 2099.42Kg

La charge permanente globale que supporte P11 au niveau de l’étage courant est alors :

G étage cuorant.p11= G plancher +G retombée + G ESC= 8015.83 Kg

ii. Charge d’exploitation

Elle est identique à la charge d’exploitation relative à la terrasse.

Qt11= [(175*8.60) + (1.35*2.4*250)]*1.1=2546.5Kg


Le résultat du calcul des charges permanentes et d’exploitation de l’étage
courant relative à tous les poteaux est représenté dans le tableau ci-dessous :

Poteau G étage.C (kg) Q étage.Ckg)


P1 2211,34 306,25
P2 2849,67 336,88
P3 3103,20 390,78
P4 2446,48 355,25
P5 3151,41 589,75
P6 5254,64 1124,20
P7 5553,02 1228,15
P8 3418,23 682,50
P9 4743,60 906,50
P10 6997,51 2225,03
P11 8015,83 2546,50
P12 5664,92 1197,00
P13 5989,60 833,00
P14 6230,92 1807,30
P15 6991,91 2101,83
P16 6528,43 1100,75
Tab.13: Charge Permanentes et d’exploitation au niveau de l’étage courant

a. Au niveau du RDC

Pour le poteau P11 c’est la même chose que l’étage courant mais pour le
poteau 7 voilà le détail de calcul :

 Charge permanente

Le calcul est identique à celui relatif à l’étage courant, sauf qu’on va


prendre en considération la charge relative au plancher du RDC et on va
diminuer la charge relative aux murs .

G RDC.p7= G étage courant7 + (443*1.4*1.9*1.1) – G murs = 5576.52 Kg

G RDC.p7= 5576.52Kg

 Charge d’exploitation

QRDC7=175*9.04*1.1=1740.2Kg

Le résultat du calcul des charges permanentes et d’exploitation Du RDC


relatives à tous les poteaux est représenté dans le tableau ci-dessous :
Poteau G RDC (kg) Q RDC (Kg)
P1 2211,34 306,25
P2 2931,02 848,93
P3 3108,44 904,75
P4 2446,47 355,25
P5 3151,41 589,75
P6 5278,14 1636,25
P7 5576,52 1740,20
P8 3418,23 682,50
P9 4743,61 906,50
P10 6997,51 2225,03
P11 8015,83 2546,50
P12 5664,92 1197,00
P13 3772,78 588,00
P14 5784,76 1537,80
P15 6854,13 1745,70
P16 4610,71 777,00
Tab.14: Charge Permanentes et d’exploitation au niveau du RDC

3. Descente de charge

On va cumuler les charges, de tous les étages pour chaque poteau en


commençant par dimensionner les poteaux du 2 ème étage par la combinaison
de la charge permanente de la terrasse et la charge d’exploitation, puis à chaque
fois qu’on dimensionnera un poteau on l’ajoutera à la charge permanente G
cumulée.

NB : Le bâtiment ne dépasse pas 5 étages donc il n y’a pas lieu d’appliquer la


loi de dégression des charges d’exploitation

Exemple pour le poteau P7

 Charges permanentes

Etage 2(terraSSe): G terrasse + G poteau_terrasse = 6286.29 Kg kg + 00 kg =6286.29 Kg

Etage1 : G terrasse + G étage_courant + G Poteau au dessus.cumulé

6286.29+ 5553.02 + 468.75 = 12308.06 Kg

RDC : G terrasse + 2*G étage_courant + G Poteau au dessus.cumulé

6016.29+ 2* 5553.02 + 937.5 = 18329.83 Kg

SoUS Sol G terrasse + 2*G étage_courant + G RDC + G Poteau au dessus.cumulé

6286.29 + 2* 5553.02 +5576.51 +1406.25 = 24375.09 Kg


Donc la charge transmise à la semelle du poteau P7 est

G= 24375.09+468.7 G=24843.79

N.B (la charge permanente du sous sol n’entre pas dans le calcul)

 Charges d’exploitation
Etage 2(terraSSe): Q terrasse = 1228.15 Kg

Etage1 : Q terrasse + Q étage_courant


1228.15 + 1282 .15 = 2522.71Kg
RDC : Q terrasse + 2*Q étage_courant
1240.71 + 2* 1282 + = 3804.71Kg
SoUS Sol Qterrasse + 2*Q étage_courant + Q RDC + G Poteau au dessus.cumulé

6016.29+ 2*1282 + 1740.8 = 5545.51Kg

Donc la charge transmise à la semelle du poteau P7 est : Q=5545.5

L’effort final transmis aux semelles par les poteaux sera calculé par la
combinaison à l’ELU : Nu= 1,35G+1,5*Q.

Les résultats finaux de la descente de charges pour tous les poteaux, sont
résumés dans les tableaux suivants (Le calcul détaillé est disponible sur la
feuille de calcul Excel)

Pote G (Kg) Q(Kg) Nu(MN)


au
P1 2494,16 571,25 0,04
P2 4123,03 651,88 0,07
P3 4424,20 1649,00 0,08
P4 2772,72 640,75 0,05
P5 3676,03 859,75 0,06
P6 5899,40 1124,20 0,10 Au niveau du 2 ème étage
P7 6286,28 1228,15 0,10
P8 4021,82 952,50 0,07
P9 5546,24 1276,50 0,09
P10 12054,54 2225,03 0,20
P11 13346,57 2546,50 0,22
P12 6714,89 1567,00 0,11
P13 6629,72 1553,00 0,11
P14 11033,65 2042,30 0,18
P15 12399,52 2336,83 0,20
P16 7682,02 1810,75 0,13
Tab.15: G, Q ,Nu du2 ème étage
Poteau G (Kg) Q(Kg) Nu(MN)
P1 5174,26 877,50 0,08
P2 7441,45 988,75 0,12
P3 7996,15 2039,78 0,14
P4 5687,95 996,00 0,09
P5 7296,19 1449,50 0,12
P6 11622,80 2248,40 0,19
P7 12308,0 2456,3 0,20
5 0 Au niveau du 1er étage
P8 7908,80 1635,00 0,13
P9 10758,59 2183,00 0,18
P10 19520,80 4450,05 0,33
P11 21831,15 5093,00 0,37
P12 12848,56 2764,00 0,21
P13 13088,07 2386,00 0,21
P14 17733,32 3849,60 0,30
P15 19860,18 4438,65 0,33
P16 14679,20 2911,50 0,24
Tab.16: G, Q, Nu du 1er étage

Poteau G (Kg) Q(Kg) Nu(MN)


P1 7854,35 1183,75 0,12
P2 10759,88 1325,63 0,17
P3 11568,10 2430,55 0,19
P4 8603,18 1351,25 0,14
P5 10916,35 2039,25 0,18
P6 17346,19 3372,60 0,28
P7 18329,82 3684,45 0,30
P8 11795,79 2317,50 0,19 Au niveau du RDC
P9 15970,94 3089,50 0,26
P10 26987,05 6675,08 0,46
P11 30315,73 7639,50 0,52
P12 18982,23 3961,00 0,32
P13 19546,42 3219,00 0,31
P14 24433,00 5656,90 0,41
P15 27320,85 6540,48 0,47
P16 21676,37 4012,25 0,35

Tab.17: G, Q, Nu du RDC
Poteau G (Kg) Q(Kg) Nu(MN)
P1 10534,44 1490,00 0,16
P2 14159,65 2174,55 0,22
P3 15145,29 3335,30 0,25
P4 11518,40 1706,50 0,18
P5 14536,51 2629,00 0,24
P6 23093,08 5008,85 0,39
P7 24375,09 5424,65 0,41
P8 15682,76 3000,00 0,26
P9 21183,29 3996,00 0,35
P10 34453,31 8900,10 0,60
P11 38800,31 10186,00 0,68
P12 25115,90 5158,00 0,42
P13 23787,95 3807,00 0,38
P14 30686,51 7194,70 0,52
P15 34643,73 8286,18 0,59
P16 26755,84 4789,25 0,43

Au niveau du sous sol

Tab.18: G,Q, Nu du sous sol

Pour récapituler on donne ce tableau qui résume les efforts Nu(MN)


appliqués aux niveaux des étages pour tous les poteaux :

Nu
(MN)
Pote PH P Ph PH Semell
au 2em H RD So es
e 1e C us
r sol
P1 0,04 0,08 0,12 0,16 0,17
P2 0,07 0,12 0,17 0,22 0,23
P3 0,08 0,14 0,19 0,25 0,26
P4 0,05 0,09 0,14 0,18 0,19
P5 0,06 0,12 0,18 0,24 0,24
P6 0,10 0,19 0,28 0,39 0,39
P7 0,10 0,20 0,30 0,41 0,42
P8 0,07 0,13 0,19 0,26 0,26
P9 0,09 0,18 0,26 0,35 0,35
P10 0,20 0,33 0,46 0,60 0,60
P11 0,22 0,37 0,52 0,68 0,68
P12 0,11 0,21 0,32 0,42 0,42
P13 0,11 0,21 0,31 0,38 0,38
P14 0,18 0,30 0,41 0,52 0,53
P15 0,20 0,33 0,47 0,59 0,60
P16 0,13 0,24 0,35 0,43 0,44
Tab. 19 :l’effort Nu (MN) appliqué aux niveaux des étages pour tous les poteaux
VI. DIMENSIONNEMENT DES ELEMENTS PORTEURS
1. Dimensionnement des poteaux
A partir des valeurs de l’effort Nu présentées dans le tableau précèdent,
on pré-dimensionne les sections des poteaux suivant la relation :

Avec :
a ,b : Dimensions du poteau
Nu : Effort normal (MN)
On fixe tout d’abord a à la valeur 25 cm pour qu’on puisse calculer b à avec la
relation suivant :

Exemple : poteau P7 au niveau du1er étage, on aura :

Cette valeur est inférieure à la valeur minimale fixé par le PRS 2000 : 25cm
donc on prend : b=0.25 m
N.B : On n’a pas vérifié l’élancement (flambement) pour deux raisons :
-la hauteur de l’étage ne dépasse pas 3m
- faciliter le calcul de la descente de charge
Cette vérification sera faite dans le chapitre du ferraillage des poteaux.
Ce tableau résume le dimensionnement de tous les poteaux :

La valeur b de tous les poteaux (a=25cm)


Poteau PH 2eme PH 1er Ph RDC PH Sous Semelles
sol
P1 0.25 0.25 0.25 0.25 0.25
P2 0.25 0.25 0.25 0.25 0.25
P3 0.25 0.25 0.25 0.25 0.25
P4 0.25 0.25 0.25 0.25 0.25
P5 0.25 0.25 0.25 0.25 0.25
P6 0.25 0.25 0.25 0.25 0.25
P7 0.25 0.25 0.25 0.25 0.25
P8 0.25 0.25 0.25 0.25 0.25
P9 0.25 0.25 0.25 0.25 0.25
P10 0.25 0.25 0.25 0.25 0.25
P11 0.25 0.25 0.25 0.25 0.25
P12 0.25 0.25 0.25 0.25 0.25
P13 0.25 0.25 0.25 0.25 0.25
P14 0.25 0.25 0.25 0.25 0.25
P15 0.25 0.25 0.25 0.25 0.25
P16 0.25 0.25 0.25 0.25 0.25
Tableau 20: les dimensions des poteaux
On remarque que tous les poteaux sont de même dimension a=b=25 cm
2. Dimensionnement des semelles

Une semelle de fondation est un ouvrage d'infrastructure, généralement


en béton armé, qui reprend les charges d'un organe de structure d'une
construction et qui transmet et répartit ces charges sur le sol. Dans notre cas on
va utiliser des semelles isolées, que l'on retrouve au droit d'un poteau , et les
semelles filantes qui sont situées sous les voiles.

Fig.11: semelle filante et isolée

La surface de la semelle isolée sera déterminée en vérifiant la condition


suivante:

Avec : -A, B : côtés de la semelle correspondants aux côté a et b de l’avant


poteau.

- : La contrainte admissible du sol (égale à 0,2 MPa)

En utilisant la relation qui exprime l’homothétie :

On peut déduire A en fonction de B:

Et donc en remplaçant dans la 1ère relation et on aura :

Puisque on a toujours a=b=25cm donc on va opter pour des semelles carrées


Une hauteur utile d est déterminée comme suit :

d≥ et h d+5cm

 Calcul des dimensions des semelles :

Semelle Nu B(cm) Bf(cm) A(cm) d(cm) df(cm) h(cm)

S1 0,17 92,44 95,00 95,00 17,50 25,00 30,00

S2 0,23 107,26 110,00 110,00 21,25 25,00 30,00

S4 0,26 114,20 115,00 115,00 22,50 25,00 30,00

S5 0,19 96,80 100,00 100,00 18,75 25,00 30,00

S6 0,24 110,00 110,00 110,00 21,25 25,00 30,00

S7 0,39 140,22 145,00 145,00 30,00 30,00 35,00

S8 0,42 144,35 145,00 145,00 30,00 30,00 35,00

S9 0,26 114,68 115,00 115,00 22,50 25,00 30,00

S10 0,35 132,71 135,00 135,00 27,50 30,00 35,00

S11 0,60 173,92 175,00 175,00 37,50 40,00 45,00

S12 0,68 184,79 185,00 185,00 40,00 40,00 45,00

S13 0,42 145,39 150,00 150,00 31,25 35,00 40,00

S14 0,38 138,67 140,00 140,00 28,75 30,00 35,00

S15 0,53 162,56 165,00 165,00 35,00 35,00 40,00

S16 0,60 172,96 175,00 175,00 37,50 40,00 45,00

Tableau 21: les dimensions des semelles

3. Dimensionnement des voiles


Les murs porteurs sont adoptés sur le périphérique au niveau du sous-
sol du bâtiment, leur épaisseur est prise à 25cm.
Pour les voiles destinés à la cage d’escaliers nous prendrons une
épaisseur de 15cm.
VII.FERRAILLAGE
1. Ferraillage des poteaux
Pour déterminer la section d’aciers dans chaque poteaux, à l’étage Ei
nous aurons besoin des efforts Nu qu’on a déjà calculés aux niveaux des
étages supérieures. Avec ces valeurs on va ferrailler tous les poteaux en
compression simple.
On présentera ici un exemple de calcul pour le poteau le plus sollicité
P11 au niveau du 1er étage.
Données :a=b=25cm , L0=3m , Nu=0.37MN, Fe=500MPa, Fc28=20MPa,
γb = 1,5, γs = 1,15
(K=1 car la moitié des charges appliquées après 90 jours)
Calcul :
-Imin= (b x a3) / 12 =2.255.10-4 m4 c’est le moment quadratique minimal
- U = 2a+2b=1m le périmètre de la section
- B = (a x b)= 0,0625 m² la surface de la section
-Br= (a - 0.02) x (b - 0.02) = 0,0529 m² :la surface réduite
-i=a/2 = 0.0721 m le rayon de giration
-Lf=0.7 L0= 2.1m la longueur de flambement
(Pour les poteaux de rive on prend Lf=l0)
-λ=Lf/i= 29.12 < 70(sinon on doit redimensionner) :l’élancement

- car λ≤ 50 ( 50 < ≤ 70
=
γ
-La section théorique d’acier :

On trouve : Ath= -6.61 cm2 γ

-la Section maximale : Amax= 0.05 *B =31.25cm2

-la Section minimale : Amin= max (0.2/100* B ; 4 xU )=4cm2

-La section d’acier à prendre en compte es :Asc=max(Amin, Ath), il


fautvérifier que Asc < Amax
Asc=4cm24HA12
Donc :

 Les armatures longitudinales :

Diamètre : Øt > Øl / 3 = 6mm


Espacement :St ≤ min (a+10 cm ; 40 cm;15*Ø l si A≥ Amin)
Alors St=35 cm
Longueur de recouvrement :30 Øl l pour fe=500MPa donc Lr=36 cm
Espacement des aciers suivant les deux directions a et b :
Avec c=0.02m l’enrobage ; espacement=1 ;

On aura finalement : e=18.6cm

Vérification : Puisque e ≤min (a+10,40cm) donc on va pas ajouter des


armatures de disposition.
4HA12

Cadre HA6 18.6cm

18.6cm

Fig.12 Ferraillage du poteau 11(1er étage)

Le tableau ci-dessous montre le ferraillage de tous les poteaux au niveau de


l’étage1.

Tableau 22: ferraillage des poteaux de l’étage 1

Les résultats du ferraillage de tous les poteaux pour tous les étages
sont détaillés dans Excel.

2. Ferraillage des poutres


a. Définition

Une poutre est un élément qui assure une transmission horizontale, soit
à une autre poutre, soit à un élément porteur vertical, des charges qui lui
sont appliquées. Dans cette fonction, elle est soumise à des sollicitations de
flexion et à des sollicitations d'effort tranchant.

b. Répartition des charges sur une poutre

Les charges appliquées sur chaque poutre sont des charges linéaires
(kg/ml) ils seront calculées en fonction de sa longueur de chargement L CH :

 Cas ou la poutre est porteuse : LCH égale à La moitié de la somme des


largeurs des deux planchers adjacents à la poutre considérée.
 Cas ou la poutre est non porteuse: LCH=0,5 m soit 0,25m de chaque coté
de la poutre. (En effet elle joue le rôle d’une poutrelle)

c. Application

Vue la contrainte du temps on se contentera du dimensionnement de


deux poutres continues (une porteuse (P5-P8) et autre non porteuse (P13- P16)
au niveau du RDC en se basant sur la méthode de Caquot minoré, et le
dimensionnement d’une poutre isostatique.
Les conditions du choix de la méthode :
On est tenu de vérifier les 4 conditions suivantes :
a. Q<=2G et Q<= 500 kg/m² ;
b. inertie constante ;
c. 0,8 ≤ li/li+1 ≤ 1,25 ;
d. fissuration peu préjudiciable.
 Si les conditions a, b, c et d sont vérifiées on utilise la méthode forfaitaire
 Si la condition a n’est pas vérifiée on utilise la méthode de Caquot.
 Si la condition b, c ou d n’est pas vérifiée on utilise la méthode de Caquot
minorée.

Dans ce rapport on détaillera le calcul de la poutre continue qui relie les


poteaux P5-P8 au niveau du plancher haut sous sol et qui comporte les trois
travées : N4, N5, N6.

N.B : le détail de calcul de toutes les poutres est détaillé sur la Excel.

Fig.13 poutre continue au niveau de PH sous sol


Pour cette poutre on a :


a est vérifiée puisque c’est un bâtiment destiné à l’habitation.

b n’est pas vérifiée car les sections des travées sont différentes.

c n’est pas vérifiée.

d est vérifiée.
 On utilise la méthode de Caquot minorée.
i. Définition des charges appliquées sur la poutre

La poutre en question est une poutre porteuse elle supporte les charges
suivantes :

Charge permanente du plancher de PH sous sol :


On a LCH=(2.8/2)+(2.60/2)=2.7m
Donc g1=2.7*443=1196.1Kg/ml
Avec 443kg/m² est la charge surfacique du plancher .
Poids propre de la poutre
- Pour les travées 1 et 3 :
Gp.p=2500*0.25*0.25=156.25Kg/ml
- Pour la travée 2 :

Gp.p=2500*0.25*0.35=218.75kg/ml

Charge d’exploitation
Pour toutes les travées Soit Q=175*2.7=472.5Kg/ml

Travée 1 2 3
Ch.permanate g (kg/ml) 1352.35 1414.85 1352.35
Ch.d’exploitation 472.5 472.5 472.5
q(kg/ml
Tableau 23: les charges permantes et d’exploitation de la poutre considérée

N.B Il faut prendre en considération les charges des murs extérieurs et des
acrotères lors de calcul des poutres de rives.

ii. Calcul à l’ELU


 Calcul du g’ g’ = 2/3*g= 304,33 kg/ml.

travée 1 2 3
g’(Kg/ml) 901. 943. 901.
56 23 56

 Calcul de la longueur fictive L’ = L pour les travées de rive ;


L’= 0,8 L pour les travées intermédiaires.
travée 1 2 3
L’(m) 2.5 3.04 2.91

 Le moment d’inertie min :


travée 1 2 3
I(10-4m4) 3. 8. 3.
25 93 25

 Calcul des βi au niveau des appuis

 Appui 1: β
1= *
 Appui 2 :
β
2= *

Appuis 1 2
β (Kg/ml) 0. 2.
44 10
 Maintenant on va calculer les efforts appliqués sur les travées :
-Travées chargées :( elles ne supportent que les charges permanentes)
Puc=1.35g+1.5q et Puc’=1.35g’+1.5q
travée 1 2 3
Puc(Kg/ml 2534. 2618. 2534.
) 42 79 42
P’uc(Kg/ 1925. 1982. 2.91
ml) 85 11
-Travées déchargées :
Pu=1.35g+1.5q et Pu’=1.35g’+1.5q
travée 1 2 3
Pud(Kg/ml 1825. 1910. 1825.
) 67 04 67
P’ud(Kg/ 1217. 1273. 1217.
ml) 10 36 10

 Calcul des moments maximaux aux appuis :


Fig.14 Cas de chargement pour moment maximal sur appui
Le moment maximal sur un appui i s'obtient en chargeant les 2
travées l'encadrant.

Quelques notations :
-Mai CD: moment sur l’appui ai dans le cas où la travée i est chargée et la
travée i+1 est déchargée.

-Mai DC: moment sur l’appui ai dans le cas où la travée i est déchargée et la
travée i+1 est chargée.

-Mai CC : moment sur l’appui ai dans le cas où les travées i et i+1 sont
chargées.

Calcul des moments :

Cas ou les travées i et i+1 sont chargées

- Appui 1 :
Il est calculé comme suit :
Ma1 cc =

Ma1 cc = 1641.86kg.m

- Appui 2 :

Ma2 cc = =

Ma2 cc 1983.82 kg.m

 Calcul des Moments isostatiques :

Quelques notations :
-M0iC = moment isostatique de la travée i chargée;

-M0i D = moment de isostatique de la travée i déchargée.

Méthode de calcul

et
Calcul des moments
:
Travée 1 2 3
Moc(Kg.m) 1980 4729 2682
.9 .7
Mod(Kg.m) 1426.3 3447 1932
.6 .4

 Moments en travées :

Fig.15 Cas de chargement pour moment maximal en travée


Le moment maximal en travée s'obtient en chargeant la travée concernée et
en déchargeant les 2 travées voisines.

-Travée1 : (travée de rive)

M1min = M01D – 0,42* Ma1DC


M1min = 887.92 kg.m > 0, Il n’ya pas de risque de soulèvement.

M1max = M01C – 0,42* Ma1CD = 1389.34Kg.m


- Travée 2 : (Travée intermédiaire)

M2min
= M02D –

M2min = 1858.78 Kg.m> 0, Il n’ya pas de risque de soulèvement.

M2max = M02C – = 3349.77Kg.m

-Travée 3 : (travée de rive)


M3min = M03D – 0,42* Ma2CD
M3min = 1314 kg.m > 0 Il n’ya pas de risque de soulèvement.

M3max = M03C – 0,42* Ma2DC = 1938.75Kg.m

N.B : Pour le calcul de ferraillage des appuis de rives, on prend :

MR1 = - 0,15* M01C = -297 kg.m ;


MR2 = - 0,15* M03C = -402.4 kg.m
Récapitulative:

Fig.16 les moments max en travées à lELU pour la poutre :P5-P8

On refait le même calcul pour l ‘ELS (voir Excel).

 Calcul du ferraillage :
Armature longitudinales
-Travée1
 Données :
h = 0,25 m, d’=0,05m, d = 0,22 m, b = 0,25 m,
Fe=500MPa, Fc28=20MPa,
Mu = 0.01389 MN.m
 Calcul :
µ= = = 0.101

µ < 0.186
µ <0.104 donc le béton travaille mal, il faut redimensionner la section du béton
on trouve d=0.215cm

= 1,25*(1 – ) = 0,137
Z = d*(1 – 0,4* ) = 0,203m
Ast = =1.57cm² et Asc=0

Ast = 1.57 cm² : 2 HA12


Fig.17 : ferraillage de la travée 1 de la poutre:P5-P8
Travée2
 Données
h = 0,35m, d’=0,005m, d = 0,32 m, b = 0,25 m,
Fe=500MPa, Fc28=20MPa,
Mu = 0.03349MN.m
 Calcul
µ= = = 0.115

µ < 0.186
µ >0.104 donc le béton travaille bien

= 1,25*(1 – ) = 0.153
Z = d*(1 – 0,4* ) = 0,30m
Ast = =2.56 cm² et Asc=0.

Ast = 2.56cm² : 3 HA12


Fig.18 : ferraillage de la travée 2 de la poutre:P5-P8
Travée2
 Données :
h = 0,25m, d’=0,005m, d = 0,22 m, b = 0,25 m,
Fe=500MPa, Fc28=20MPa,
Mu = 0.03349MN.m
 Calcul :
µ= = = 0.141

µ < 0.186
µ >0.104 donc le béton travaille bien

= 1,25*(1 – ) =0.191
Z = d*(1 – 0,4* ) = 0,20m
Ast = =2.19 cm² et Asc=0

Ast = 2.19 cm² : 2 HA12


Fig.19 : ferraillage de la travée 3 de la poutre P5-P8
N.B - ce ferraillage est fait en tenant compte seulement de la section d’acier à
l’ELU.
-Le calcul à l ELS et le ferraillage des poutres sont détaillés sur Excel.

Ferraillage des appuis


Appui 0 :

d = 0,22 m
b = 0,25 m
Mu = 0,00297MN.m

µ= =

µ = 0,002<0.104 donc on redimensionne la section

= 1,25*(1 – )=0.139

Z = d*(1 – 0,4* )=0.09m

Ast R1 = 0.72cm² : 2 HA12


Ast =

N.B -En général on trouve des petites valeurs de section chapeau, qu’on
majore pour simplifier le montage des armatures.
- On prend comme minimum d'aciers chapeau 2 HA12 de façon à avoir
le montage le plus symétrique avec Ast.
Appui1 :
d = 0,32 m
Ast a1 = 0.72cm² : 2 HA12
b = 0,25 m
Mu = 0,0164299MN.m
En utilisant directement le diagramme de flexion simple d'une poutre
rectangulaire, on trouve :
Appui2:

d = 0,32 m Ast a2 = 2.25cm² : 2 HA12


b = 0,25 m
Mu = 0,019838MN.m
Appui3:

d = 0,32 m Ast a3= 0.85cm² : 2 HA12


b = 0,25 m
Mu = 0,019838MN.m

Armature transversales :

-L’effort tranchant et la contrainte de cisaillement est calculé comme suit :

-La section d’acier At est calculée à partir de cette inégalité :

Supposons qu’il n’y aura reprise de bétonnage, donc k=0 et que Les
armatures sont droits, donc = 0

D’où :

-La section minimale peut être déterminée :

-L’espacement minimal doit vérifier :


Travée1
:

= 0,031680 MN

= 0,576 MPa ≤ = 2.66MPa

On prend la section du cadre :At = 0.56cm²( Φt= 6 mm)

1. St 15.70 cm

2. St St 19.8cm

3. St 56.5 cm

On prend donc: St = 15.70cm

- Tenant compte de la disposition transversale de Caquot 7-8-9-11-13…,

Donc les espacements de la poutre sont 13-16-20-25-35…..

- Le diamètre des armatures transversales doit vérifier la relation :

Φt ≤ min (h/35 ; Φl ; b0/10) On prend : Φt= 6 mm

-Longueur de zone critique : Lc= 2*h =50 cm

Travée2:

Vu2=0.04975 MN

=0.6219 MPa ≤ = 2.66 MPa

1. St 14.40cm

2. St St 28.8 cm

St 56.5 cm
On prend donc: St = 14.40 cm

Donc les espacements de la poutre sont 13-16-20-25-35…..

- Le diamètre des armatures transversales doit vérifier la relation :

Φt ≤ min (h/35 ; Φl ; b0/10) On prend : Φt= 6 mm

Travée3 :

Vu2=0.03687MN

=0.6704 MPa ≤ = 2.66 MPa

1.
St 13.36cm

2. St St 19.8 cm

3. St 56.5 cm

On prend donc: St = 13.36 cm

Donc les espacements de la poutre sont 13-16-20-25-35…..

- Le diamètre des armatures transversales doit vérifier la relation :

Φt ≤ min (h/35 ; Φl ; b0/10) On prend : Φt= 6 mm

3. Ferraillage des semelles isolées

Ici on détaillera le ferraillage de la semelle isolée lié au poteau P11 pour


lequel on a déjà détaillé le calcul dans le rapport.

- Poids propre de la semelle 11:

Gp.psemelle 11= 1.85*1.85*0,45*2500 = 3850.31kg

 Etat limite ultime :


Nu = 0.68 + 1,35*0.038503 donc Nu=0.731 MN

Puisque les semelles utilisées sont de type carrées alors Aa=Ab avec :
Aa =Ab= =

A=8.40 cm²

 Etat limite de service :


Ns =0.49 + 0.038503 donc Ns=0.5285 MN

a
A =Ab=
=

A=14.11 cm²

La section à prendre en considération pour le ferraillage est la plus grande section.


A= 14.11 cm²soit3 HA 25

Ce tableau présente le ferraillage de toutes les semelles :

Tableau 24: ferraillage de toutes les semelles

4. Ferraillage du voile

Ce bâtiment comporte un voile périphérique en sous sol formant


soutènement des terres.
Ce voile est traité comme une dalle d’épaisseur 25

Données

-La densité humide du sol est Ɣ=1.8t/m3

-L’angle interne : =30◦

Donc le coefficient de poussé est : Kp=tg²(π/4 – /2)0=0.33

-La hauteur du voile est h = 3m

La poussée est σ = Kp* Ɣ*h, σ =1.782 t/ml

La poussé maximale à la base du mur est 1.782 t/ml

R1

R2
1.782 t/ml

On a R1+R2 = (1.782*3)/2 =2.673 donc R1=0.891 t/ml

Calcul du ferraillage :

On a M=0.594 t.m/ml
 µ = 0.0131( pas d’acier comprimé)
 =0.0164
 Z=19.86m

Soit Ast=0.85 cm², il s’agit d’une faible section qu’on va la majorer


à 2.26cm², c-à-d on va adopter un ferraillage de 2 HA 12.

1m

25cm
5. Ferraillage du plancher creux :
Dans le rapport on se contentera du ferraillage du plancher b de l’étage courant
(2.8*2.6).

h =16+4cm, épaisseur de plancher

h 0 =4cm, hauteur de la dalle de compression

b 0 =10 cm, largeur de la nervure B1=25

b1 =25 cm

Portée =2.6m
b0=10

1. On calcule d’abord Mtb Mbt=b*h0*(d-h0/2)*

Avec : -b,h0,d en (cm)

- =0.85* /  b = 0.85*20/1.5 = 11.3 MPa Donc

: Mbt=60*4*(18-4/2)*11.3

Mbt = 43.39KN.m

2. On calcule Mu et on la compare avec Mtb.

Définissons tout d’abord les charges et surcharges :

 poids propre du plancher : G=443 x0.60 =256.8Kg / ml


 Surcharge : Q=175 x0.60=105N/ml
 Poids propre de la poutrelle : G1=0,10x0.04x2500=10 Kg/ml
 G totale =256.8+10= 266.8 Kg/ml
Mu=(Pu*l²)/8

G= 266.8 N/ml Q= 105 N/ml

Pu=517.68 Kg/ml

Mu=4.374 KN.m

Mu≤ Mtb
Donc l’axe neutre est dans la table de compression, la section sera donc
calculer comme étant rectangulaire de section (b, h)

3. Calcul
Mu

2 =0.0191 ≤ 0.104 il faut redimensionner la section du béton,
b.d . f bc
On prend d=0.17 cm

  1,25(1 1 2. =0.024 ;


)

  d(1 0,4.) =0.178 m ;

u M
A =
s . s = 0.56 cm² ;

0,23.b.d. f t
Amin= =0.89 cm²
28

fe

A= 0.89 cm²soit2 T 8

6. Ferraillage d’escalier :

L’escalier est un élément qui n’est pas exposé aux intempéries, donc les
fissurations sont considérées comme peu nuisibles ; La section est soumise à la
flexion simple. Le calcul des charges relatives au paillasse, palier et marche ont
été défini précédemment.

Paillass Palier
e
G(Kg/m²) 842 464

Q(kg/m²) 250 250


a. Calcul à l’ELU
Pour une bande de 1m

p1 p2 p3

L1 L2 L3

 Palier : p1=p3=1.35464+1.5250= 1001.4 Kg/ml


 Paillasse: p2=1.35842+1.5250= 1511.7 Kg/ml
1. La charge équivalente :

p1.L1  p2 .L2  p3 .L3 10 *1.46  15.11* 2.24  10 *1.10


Q= =
eq
L1  L2  L3 4.8

Qeq=12.38 KN/ml

2 Les moments
.
 moment M0= Qeq*L²/8= 35.66 KN.m
isostatique : (L=4.8m)
 moment en travée Mt= 0.85.M0= 30.31KN.m
:
 moment sur appui Ma= 0.30.M0= 10.70 KN .m
:
3 Les réactions
.

RA= RB= Qeq*L/2 = 12.38*4.8/2

RA= RB=29.71 KN

b. Calcul à l’ELS
De la même manière que l’ELU on fait le calcul à l’ELS
 Palier : p1=p3=464+250= 714 Kg/ml
 Paillasse: p2=842+250= 1092 Kg/ml
4. La charge équivalente :

p1.L1  p2 .L2  p3 .L3


Q=
eq
7.14 *1.46  10.92 * 2.24  7.14 *1.10 =
L1  L2  L3 4.8

Qeq=8.90 KN/ml
5 Les moments
.
 moment M0= Qeq*L²/8= 25.64
isostatique : KN.m
 moment en travée Mt= 0.85.M0=
: 21.80KN.m
 moment sur appui Ma= 0.30.M0= 7.69
: KN .m
6 Les réactions
.

RA= RB= Qeq*L/2 = 8.90*4.8/2

RA= RB=21.36 KN

c. Armatures longitudinales
 ELU
 Données :
h = 0.17 m, c=0.02, d = 0,15 m, b = 1 m,
Fe=500MPa, Fc28=20MPa,
 Calcul :
1. Sur travée

µ= = = 0.119
µ ≤0.186
µ < µR = 0.371 donc le béton travaille bien

= 1,25*(1 – ) = 0.15
Z = d*(1 – 0,4* ) = 0,14m
Ast = =4.96 cm² et Asc=0

Amin=(0.23.b.d. ƒt28) / ƒe=0.82cm²

Ast = 4.96 cm² :5 HA 12=5.65cm²

2. Sur Appui

µ= = = 0.042
µ ≤0.186
= 0.054
Z =0.15
Ast = =1.68 cm² et Asc=0

Amin=(0.23.b.d. ƒt28) / ƒe=0.82cm²


Ast = 1.68cm² :4 HA 8=2.01cm²

 Espacement maximal
St ≤ min (3h; 33cm) = min (317; 33) cm = 33cm

-En travée: St= 100/5= 20cm ≤ 33cm

-Sur appui : St= 100/4= 25 cm ≤ 33cm

 Armature de répartition
-En travée : Arep=Aado/4= 5.65/4=1.41 cm2 ; on prend: 3 HA 8=1.51 cm2

-Sur appui : Arep= Aado/4=2.01/4=0.50cm2 ; on prend : 3 HA 8=1.51 cm2

 CONDITION DE NON FRAGILITE :

Amin = 0,23 *b *d *ftj/fe => A min =1.24 cm².

 A appui = 2.01 cm² > A min = 1.24 cm²


 Ar appui= 1.51 cm² > A min = 1.24cm²
 A travée = 5.65 cm² > A min = 1.24cm²
 Ar travée= 1.51 cm² > A min =1.24cm²
 Vérification à l’ELS
1 Fc 28
Il faut vérifier ≤
+ 100
2
1. Sur travée
 =Mu/Mser =30.31/21.80 donc  =1.41
1 Fc28
2 + =0.40 et =0.15 ≤0.40
100
2. Sur appui
 =Mu/Mser =10.7/7.69donc  =1.39

1 Fc28
+ =0.39 et =0.054 ≤0.40
2 100

 Les conditions sont vérifiées, donc la vérification des fissurations est inutile.
VIII. Conclusion

Ce projet s’est révélé très enrichissant dans la mesure où il a


consisté en une approche concrète du métier d’ingénieur génie civil.

Il nous a permis d’appliquer nos connaissances en Béton Armé


à un domaine pratique, c’était pour nous une occasion pour effectuer
manuellement tous les calculs permettant le dimensionnement d’un
bâtiment, et de comprendre l’importance et l’utilité des logiciels de
calcul et dimensionnement des structures.

Malgré la contrainte du temps et les difficultés rencontrées, on


a pu assimiler presque toutes les étapes nécessaire à la réalisation
d’un tel projet depuis la conception jusqu’au ferraillage.
IX. Références bibliographiques

 Règles BAEL 91 : Règles techniques de conception et de calcul des


ouvrages et des constructions.
 Cours et projet avec Mme.Diyer;
 Cours de Mme.Addou.

Vous aimerez peut-être aussi