Vous êtes sur la page 1sur 19

Les fonctions

Table des matières


I Les limites 2
I.1 Limite d’une fonction à l’infini . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2
I.2 Limite finie à l’infini . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2
I.2.1 Limite infinie à l’infini . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2
I.2.2 Limite des fonctions usuelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
I.3 Limite d’une fonction en une valeur a. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
I.4 Opérations sur les limites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
I.4.1 Limite d’une somme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
I.4.2 Limite d’un produit . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
I.4.3 Limite d’un quotient . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
I.4.4 Limite d’un polynôme en ±∞ : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
I.4.5 Limite d’une fraction rationnelle en ±∞ : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
I.5 Limite d’une fonction composée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
I.5.1 Point mèthode : Lever une forme indéterminée sur les fonctions avec des radicaux : . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
I.5.2 Point mèthode : Déterminer une asymptote : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
I.6 Théorème des gendarmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7

II Fonction dérivée 9
II.1 Nombre dérivé de f en a et fonction dérivée : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
II.2 Tableau des dérivées usuelles : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
II.3 Dérivées et opérations : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
II.4 Dérivée de la composée de quelques fonctions : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
II.4.1 Dérivée de f ◦ gp. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
II.4.2 Dérivée de x 7→ u(x) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
II.4.3 Dérivée de x 7→ u n (x), n ∈ N∗ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
II.4.4 Dérivée de x 7→ eu . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
II.5 Application de la dérivabilité : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
II.5.1 Sens de variation d’une fonction : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12

III Convexité d’une fonction 13

IV Continuité : 15
IV.1 Définition : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
IV.2 Illustration graphique : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
IV.3 Continuité des fonctions usuelles : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
IV.4 Méthode : Etudier la continuité d’une fonction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17

V Le théorème des valeurs intermédiaires : 17


V.1 Théorème . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
V.2 Cas des fonctions continues strictement monotones : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
V.3 Approximation des solutions d’une équation du type f (x) = k . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
V.4 Suites définies par récurrence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18

Term Spé Les fonctions Page 1/19


I Les limites
I.1 Limite d’une fonction à l’infini
I.2 Limite finie à l’infini
Intuitivement :
On dit qu’une fonction admet une limite L en +∞ si f (x) est aussi proche de L que l’on veut lorsque x est suffisamment grand.
³ ´
Cf

Exemple :
1
La fonction définie par f (x) = 2 + a pour limite 2
x
lorsque x tens vers +∞. En effet, les valeurs de la fonc-
tion se resserrent autour de 2 dès que x est suffisam- L
ment grand. La distance MN tend vers 0. Si on prend
un intervalle ouvert quelconque contenant 2, toutes les
valeurs de la fonction appartiennent à cet intervalle dès
que x est suffisamment grand.

X assez grand

Définition :
On dit que la fonction f admet pour limite L en +∞ si tout intervalle ouvert contenant L contient toutes les valeurs de f (x)
dès que x est suffisamment grand et on note : lim f (x) = L.
x→+∞

Définition :
• La droite d’équation y = L est asymptote à la courbe représentative de la fonction f en +∞ si lim f (x) = L.
x→+∞
• La droite d’équation y = L est asymptote à la courbe représentative de la fonction f en −∞ si lim f (x) = L.
x→−∞

Remarque :
Lorsque x tend vers +∞, la courbe de la fonction "se rapproche" de son asymptote. La distance entre la courbe et son asymptote
tend vers 0.

I.2.1 Limite infinie à l’infini


Intuitivement :
On dit que la fonction f admet pour limite +∞ en +∞ si f (x) est aussi grand que l’on veut lorsque x est suffisamment grand.

¡ ¢
Cf

Exemple :
La fonction définie par f (x) = 0, 65x 2 a pour limite +∞
lorsque x tend vers +∞. En effet, les valeurs de la fonc- A
tion deviennent aussi grandes que l’on souhaite dès
que x est suffisamment grand. Si on prend un réel A
quelconque, l’intervalle ]A; +∞[ contient toutes les va-
leurs de la fonction dès que x est suffisamment grand.

X assez grand

Term Spé Les fonctions Page 2/19


Définition :
• On dit que la fonction f admet pour limite +∞ en +∞ si tout intervalle ]a; +∞[, a nombre réel, contient toutes les
valeurs de f (x) dès que x est suffisamment grand et on note :
lim f (x) = +∞
x→+∞
• On dit que la fonction f admet pour limite −∞ en +∞ si tout intervalle ]−∞; b[, b réel, contient toutes les valeurs de
f (x) dès que x est suffisamment grand et on note :
lim f (x) = −∞
x→+∞

Remarque :

• Une fonction qui tend vers +∞ lorsque x tend vers +∞ n’est pas nécessairement croissante.

• Il existe des fonctions qui ne possèdent pas de limite infinie. C’est le cas des fonctions sinusoïdales.

I.2.2 Limite des fonctions usuelles

Propriété :
1
• Pour tout n ∈ N∗ , lim x n = +∞ • lim =0
x→+∞ x→+∞ xn
• Pour tout n ∈ N∗ , si n est pair lim x n = +∞ , si n est impair lim x n = −∞
x→−∞ x→−∞
p 1
• lim x = +∞ • lim p = 0
x→+∞ x→+∞ x
1
• Pour tout n ∈ N∗ , lim n = 0
x→+∞ x
• lim ex = 0 • lim ex = +∞
x→−∞ x→+∞

I.3 Limite d’une fonction en une valeur a.


Intuitivement :
On dit que la fonction f admet pour limite +∞ en a si f (x) est aussi grand que l’on veut lorsque x est suffisamment proche de a.

Term Spé Les fonctions Page 3/19


Exemple :
La fonction représentée ci-dessous a pour limite +∞
lorsque x tend vers a. b
En effet, les valeurs de la fonction deviennent aussi
grandes que l’on souhaite dès que x est suffisamment
proche de a.
Si on prend un réel b quelconque, l’intervalle ]b; +∞[
contient toutes les valeurs de la fonction dès que x est
suffisamment proche de a.

a
X assez proche de a

Définition :
• On dit que la fonction f admet pour limite +∞ en a si tout intervalle ]b; +∞[, b réel, contient toutes les valeurs de f (x)
dès que x est suffisamment proche de a et on note :
lim f (x) = +∞
x→a
• On dit que la fonction f admet pour limite −∞ en a si tout intervalle ]−∞; b[, b réel, contient toutes les valeurs de f (x)
dès que x est suffisamment proche de a et on note :
lim f (x) = −∞
x→a

Définition :
La droite d’équation x = a est asymptote à la courbe représentative de la fonction f si lim f (x) = +∞ ou lim f (x) = −∞
x→a x→a

Remarque :
Certaines fonctions admettent des limites différentes en un réel a selon x > a ou x < a. Considérons la fonction inverse définie sur
1
R∗ par f (x) = .
x
• Si x < 0, alors f (x) tend vers −∞ et on note : lim f (x) = −∞
x→0
x<0
• Si x > 0, alors f (x) tend vers +∞ et on note : lim f (x) = +∞
x→0
x>0
On parle de limite à gauche de 0 et de limite à droite de 0.

Propriété :
Soit a un nombre réel.
p p
• Si a ≥ 0, lim x = a
x→a
• Si P est un polynôme , alors lim P (x) = P (a).
x→a
• Si F est une fonction rationnelle (quotient de deux polynômes) définie en a , alors lim F (x) = F (a).
x→a
• lim ex = ea
x→a

Point Mèthode :
Soit f une fonction définie et dérivable sur R\{−1} dont on donne le tableau de variations ci dessous :

x −∞ −1 1 3 +∞

+∞ +∞ 4

f (x)

2 1 −∞

1. Donner les limites de la fonction f en −∞, +∞ et −1.

Term Spé Les fonctions Page 4/19


2. Préciser le type de chaque asymptote ainsi qu’une équation de chacune.
Solution :
1. lim f (x) = 2 lim f (x) = −∞ lim f (x) = +∞ lim f (x) = +∞
x→−∞ x→+∞ x→−1 x→−1
x<−1 x>−1
¡ ¢
2. lim f (x) = 2, donc la droite d’équation y = 2 est asymptote horizontale à la courbe C f en −∞.
x→−∞
¡ ¢
lim f (x) = +∞, donc la droite d’équation x = −1 est asymptote verticale à la courbe C f .
x→−1
x<−1

I.4 Opérations sur les limites


α peut désigner +∞, −∞ ou un nombre réel.

I.4.1 Limite d’une somme

lim f (x) L L L +∞ −∞ +∞
x→α

lim g (x) L′ +∞ −∞ +∞ −∞ −∞
x→α

L + L′
¡ ¢
lim f (x) + g (x) +∞ −∞ +∞ −∞ Forme indéterminée
x→α

I.4.2 Limite d’un produit

lim f (x) L L>0 L<0 L>0 L<0 +∞ −∞ +∞ 0


x→α

lim g (x) L′ +∞ +∞ −∞ −∞ +∞ −∞ −∞ +∞ ou −∞
x→α

LL ′
¡ ¢
lim f (x) × g (x) +∞ −∞ −∞ +∞ +∞ +∞ −∞ Forme indéterminée
x→α

I.4.3 Limite d’un quotient

lim f (x) ℓ ℓ ℓ +∞ 0 ±∞ 0 ±∞
x→α

lim g (x) ℓ 6= 0′ ±∞ 0 ℓ′ ±∞ 0 0 ±∞
x→α

f (x)
µ ¶ Forme Forme

lim 0 ±∞ ±∞ 0 ±∞ indétermi- indétermi-
x→α g (x) ℓ′
née née

I.4.4 Limite d’un polynôme en ±∞ :

Propriété :
En cas de forme indéterminée, on calcule la limite à l’infini d’un polynôme en mettant en facteur le terme de plus haut degré.

Exemple :
x2 − x .
¡ ¢
Calculer lim
x→+∞
1
µ ¶
2 2
Pour x 6= 0, x − x = x 1 − .
µ x ¶
2 1
lim x = +∞ et lim 1 − = 1.
x→+∞ x→+∞ x
Par produit : lim x 2 − x = +∞
¡ ¢
x→+∞

Term Spé Les fonctions Page 5/19


I.4.5 Limite d’une fraction rationnelle en ±∞ :

Propriété :
En cas de forme indéterminée, on calcule la limite à l’infini d’une fraction rationnelle en factorisant au numérateur et au
dénominateur les termes de plus haut degré.

Exemple :
2x 2 + 3x
µ ¶
Calculer lim .
x→−∞ x4 + 5
Le numérateur et le dénominateur ¶tendent tous deux vers +∞ donc on a une forme indéterminée.
3
µ
3
µ 2 ¶ x2 2 + 2+
2x + 3x x
Pour x 6= 0, = µ ¶ = µ x ¶.
x4 + 5 4
5 5
x 1+ 4 x2 1 + 4
x x

3 5
µ ¶ µ ¶
lim 2+ = 2; lim x 2 = +∞ ; lim 1 + 4 = 1.
x→−∞ x x→−∞ x→−∞ x

2x 2 + 3x
µ ¶
Par produit et quotient, on obtient lim =0
x→−∞ x4 + 5

I.5 Limite d’une fonction composée

Définition :
Soient deux fonctions f et g , définies sur leurs ensembles de définition D f et Dg .
On suppose que les images de f appartiennent à Dg .
La composée de g et de f , notée g ◦ f est définie par :

∀x ∈ D f , g ◦ f (x) = g ( f (x))

Exemple :
p
Soit g définie sur R par g (x) = x 2 + x +p1.
g = v ◦ u avec u(x) = x 2 + x + 1 et v(x) = x.

Remarque : En général, f ◦ g 6= g ◦ f .

Théorème :
Soient u et v deux fonctions définies sur deux intervalles I et J de R tels que, pour tout x ∈ I , u(x) ∈ J .
a, b et c sont des lettres représentant des réels, ou +∞ ou −∞.
Si lim u(x) = b et si lim v(X ) = c, alors lim v ◦ u(x) = c
x→a X →b x→a

s
x2 + x + 1
Exemple : soit f (x) = .
x2 + x + 9
x2 + x + 1 p
f = v ◦ u avec u(x) = 2 et v(x) = x lim u(x) = 1 ; lim v(X ) = 1 donc lim f (x) = 1
x +x +9 x→+∞ X →1 x→+∞

I.5.1 Point mèthode : Lever une forme indéterminée sur les fonctions avec des radicaux :
p
³p p ´ x −1−2
Calculer lim x +1− x lim .
x→+∞ x→5 x −5

1. il s’agit d’une forme indéterminée du type "∞ − ∞"


Levons l’indétermination à l’aide de l’expression conjuguée :

Term Spé Les fonctions Page 6/19


p ¢ ¡p
¡p p ¢
p p x +1− x x +1+ x x +1−x 1
x +1− x = p p =p p =p p
p x +1+ x x +1+ x x +1+ x
p
Or lim x + 1 = lim x = +∞
x→+∞ x→+∞
p p 1
Donc, lim x + 1 + x = +∞ Et donc, lim p p =0
x→+∞ x→+∞ x + 1 + x
³p p ´
D’où lim x +1− x = 0
x→+∞
p p
2. lim x − 1 − 2 = 5 − 1 − 2 = 0 et lim x − 5 = 0
x→5 x→5
0
il s’agit d’une forme indéterminée du type " "
0
Levons l’indétermination à l’aide de l’expression conjuguée :
p ¡p ¢ ¡p ¢
x −1−2 x −1−2 x −1+2 x −1−4 x −5 1
= = ¢= ¢=
x −5
¡p ¢ ¡p ¡p ¡p ¢
(x − 5) x − 1 + 2 (x − 5) x − 1 + 2 (x − 5) x − 1 + 2 (x − 5) x − 1 + 2
p
1 1 x −1−2 1
Or, lim p = Et donc, lim = .
x→5 x − 1 + 2 4 x→5 x −5 4
p
x −1−2
En traçant à l’aide de la calculatrice la fonction f (x) = , il est possible de vérifier la pertinence de la solution trouvée
x −5
en plaçant un point sur la courbe. Attention cependant, la calculatrice ne fait pas apparaître que la fonction f n’est pas définie
en 5.

I.5.2 Point mèthode : Déterminer une asymptote :


3x + 1
1. Soit f la fonction définie sur R\{2} par f (x) = .
2−x
Démontrer que la droite d’équation y = −3 est asymptote horizontale à la courbe représentative de f en +∞.

3x + 1
Il faut donc démontrer que lim = −3.
x→+∞ 2 − x

1
µ ¶
1
x 3+ 3+
3x + 1 x x
= µ ¶= .
2−x 2 2
x −1 − 1
x x
1 2 1 2
µ ¶ µ ¶
Or, lim = lim = 0 donc, lim 3 + = 3 et lim − 1 = −1
x→+∞ x x→+∞ x x→+∞ x x→+∞ x

1
3+
Et donc, lim x = −3
x→+∞ 2
−1
x
Donc, lim f (x) = −3
x→+∞
2x
2. Soit g la fonction définie sur R\{4} par g (x) = .
x −4
Démontrer que la droite d’équation x = 4 est asymptote verticale à la courbe représentative de g .

Il faut donc démontrer que la limite de la fonction g possède une limite infinie en 4.

lim x − 4 = 0− et lim 2x = 8
x→4 x→4
x<4
2x
Donc, lim = −∞
x→4 x − 4
x<4

lim x − 4 = 0+ et lim 2x = 8
x→4 x→4
x>4
2x
Donc, lim = +∞
x→4 x − 4
x>4
On en déduit que la droite d’équation x = 4 est asymptote verticale à la courbe représentative de la fonction g .

I.6 Théorème des gendarmes

Term Spé Les fonctions Page 7/19


Théorème :
Soient f , g et h trois fonctions et ℓ un réel.
Si lim f (x) = ℓ et lim h(x) = ℓ et si, pour x assez grand, on a : f (x) ≤ g (x) ≤ h(x), alors : lim g (x) = ℓ.
x→+∞ x→+∞ x→+∞

Démonstration (hors-programme, mais facile !) :


Soit I un intervalle ouvert quelconque contenant ℓ.
∃M /x ≥ M ⇒ f (x) ∈ I .
∃M ′ /x ≥ M ′ ⇒ h(x) ∈ I .
∃M ′′ /x ≥ M ′′ ⇒ f (x) ≤ g (x) ≤ h(x).
Soit M 0 = max(M , M ′ , M ′′ ). ∀x ≥ M 0 , f () ∈ I .

Applications :

cos x
• f (x) = . lim f (x) = 0 en appliquant le théorème des gendarmes.
x x→+∞
−1 1 −1 1
En effet, pour tout x 6= 0, É f (x) É . Et comme lim = lim =0
x x x→+∞ x x→+∞ x
1
• De même : lim x 2 sin = 0.
x→0 x
En effet, pour tout x 6= 0, −x 2 É f (x) É x 2 . Et comme lim −x 2 = lim x 2 = 0
x→0 x→0

Théorème :
Théorème de comparaison :
Si lim g (x) = +∞ et si f (x) ≥ g (x) pour x assez grand, alors : lim f (x) = +∞.
x→+∞ x→+∞
Propriété analogue avec −∞.

Exemple :
x cos x
Calculer lim .
x2 + 1
x→+∞
lim cos x n’éxiste pas. Donc sous la forme donnée, la limite cherchée est indéterminée.
x→+∞

Pour tout x, −1 É cos x É 1 donc, −x É x cos x É x, car x > 0

x x x cos x x
Donc, − 2
É− 2 É 2 É− 2
x x +1 x +1 x

1 x cos x 1
Soit, −É É
x µ x2 +
¶1 x
1 1 x cos x
Or, lim − = lim =0 Donc, lim =0
x→+∞ x x→+∞ x x→+∞ x 2 + 1

Théorème :
Théorème de croissance comparée :
ex
Pour tout n ∈ N∗ , lim n = +∞ et lim x n ex = 0
x→+∞ x x→−∞

Démonstration :
• Pour n = 1
ex x
On commence par démontrer que pour tout nombre réel x strictement positif : > .
x 2
x2
Soit g la fonction définie sur [0 ; +∞[ par g (x) = ex − .
2
′ x
La fonction g est dérivable sur [0 ; +∞[ et g (x) = e − x.
La fonction g ′ est dérivable sur [0 ; +∞[ et g ′′ (x) = ex − 1.

Term Spé Les fonctions Page 8/19


Comme sur [0 ; +∞[ ex ≥ 1 alors g ′′ (x) ≥ 0.
Donc, la fonction g ′ est croissante sur [0 ; +∞[, donc pour tout x ∈ [0 ; +∞[, g ′ (x) ≥ g ′ (0) c-a-d g ′ (x) ≥ 1. Donc, g ′ (x) > 0.
Donc la fonction g est croissante sur [0 ; +∞[.
Donc, pour tout x ∈ [0 ; +∞[, g (x) ≥ g (0) c-a-d g (x) ≥ 1 > 0.
x2 ex x
Donc, pour tout x ∈ [0 ; +∞[, g (x) > 0 ⇐⇒ ex > et donc, > car x > 0.
2 x 2
x
Or, lim = +∞.
x→+∞ 2
ex
Donc d’après le théorème de comparaison : lim = +∞.
x→+∞ x
• Pour n ≥ 2 : ³ x ´n ³ x ´n  n
e x e n e n
e x x
 1 en 
Pour tout réel x non nul , n = =³ x ´n , donc x n =  n × x  .
x xn n×
n n x
x eX en 1
lim = +∞ et lim = +∞ donc par composition de limites, lim x = +∞ et comme > 0
x→+∞ n x→+∞ X x→+∞ n
x
n
1 en
lim × x = +∞.
x→+∞ n
n  n
x
 1 en  ex
De plus, lim W n = +∞ donc lim  × x  = lim n = +∞.
W →+∞ x→+∞ n x→+∞ x
n
Exemple :
Déterminer lim ex − x 2 .
x→+∞
ex
µ ¶
x 2 2
Pour tout x¬0, e − x = x −1 .
x2
ex
µ x
e

Or, d’après le théorème de croissance comparée, lim = +∞, donc, lim − 1 = +∞.
x→+∞ x 2 x→+∞ x 2
Puisque , lim x 2 = +∞, alors par produit, lim h(x) = +∞.
x→+∞ x→+∞

II Fonction dérivée
II.1 Nombre dérivé de f en a et fonction dérivée :
¡ ¢ ¡ ¢
Soit f une fonction définie sur un intervalle I de courbe représentative C f et soit A un point fixe de C f d’abscisse a.

Définition :
f (a + h) − f (a)
On dit que la fonction f est dérivable si lim existe.
h→0 h
f(x) − f(a)
Si ce nombre existe et s’il est fini, on pose : f′ (a) = lim et ce nombre est le nombre dérivé de f en a.
x→a x−a
On dit alors que f est dérivable en a.

Exemple :
f (x) = x 2 .
f (a + h) − f (a) [a + h]2 − a 2 a 2 + 2ah + h 2 − a 2 2ah + h 2
Pour tout a ∈ R : = = = = 2a + h.
µ h ¶ h h h
f (a + h) − f (a)
Par conséquent : lim = 2a.
h→0 h
f est dérivable en a et f ′ (a) = 2a

Le nombre f ′ (a) est le coefficient directeur de la tangente en A à la courbe C f .


¡ ¢

Term Spé Les fonctions Page 9/19


Propriété :
L’équation de la tangente est alors : y = f′ (a)(x − a) + f(a).

Démonstration : ¡ ¢
Rappel : la droite, de coefficient directeur a et passant par le point M 0 de coordonnées x 0 ; y 0 a pour équation y − y 0 = a (x − x 0 ).
En effet, l’équation est de la forme y = ax + b.
Comme M 0 appartient
½ à cette droite, ses coordonnées vérifient cette équation, donc y 0 = ax 0 + b.
y = ax + b
Par conséquent : .
y 0 = ax 0 + b
Par soustraction, on obtient : y − y 0 = a (x − x 0 ).

Pour la tangente, on obtient donc : y − y A = f ′ (a) (x − x A ) qui donne y = f ′ (a) (x − x A ) + f (a).

Définition :
f est dérivable sur un intervalle ouvert I si f est dérivable en tout a de I .

Définition :
Soit f une fonction dérivable sur un intervalle I telle f ′ est dérivable est dérivable sur I .
On appelle dérivée seconde de f sur I la fonction dérivée de f ′ , que l’on note f ′′ .

Remarque :
Cette dérivée seconde peut elle-même être dérivable et ainsi de suite. Les dérivées d’ordre n, avec n Ê 3, se notent f (n) .
¢′
Ainsi : f ′′ = f ′ ; f (3) = f ′′ et plus généralement f (n+1) = f (n)
¡ ¢′ ¡ ¢′ ¡

Exemple :

1. Soit f (x) = 3x 4 + 5x 2 + 2x + 1.
On a : f ′ (x) = 12x 3 + 10x + 2 ; f ′′ (x) = 36x 2 + 10 ; f (3) (x) = 72x : f (4) (x) = 72 ; f (5) (x) = 0 et les dérivées suivantes sont toutes
égales à la fonction nulle.

II.2 Tableau des dérivées usuelles :

Fonction f définie par : Fonction f ′ définie par : Domaine de dérivabilité

f (x) = k ∈ R f ′ (x) = 0 R

f (x) = x n (n ∈ N∗ ) f ′ (x) = nx n−1 R

1 1
f (x) = f ′ (x) = − R∗
x x2
1 n
f (x) = = x −n (n ∈ N, n Ê 2) f ′ (x) = − = −nx −n−1 R∗
xn x n+1
p 1
f (x) = x f ′ (x) = p ]0 ; +∞[
2 x

II.3 Dérivées et opérations :

Term Spé Les fonctions Page 10/19


Propriété :
Soient u, v deux fonctions dérivables sur un intervalle I et k un réel.
• (ku)′ = ku ′
• (u + v)′ = u ′ + v ′
• (uv)′ = u ′ v + uv ′
µ ¶′
1 u′
• = − 2 , u(x) 6= 0
u u
³ u ´′ u ′ v − uv ′
• = , v(x) 6= 0
v v2

II.4 Dérivée de la composée de quelques fonctions :


II.4.1 Dérivée de f ◦ g

Théorème :
Théorème admis
Soit g une fonction définie¡et dérivable
¢′ sur
¡ un ¢intervalle I et à valeurs dans J et f une fonction définie et dérivable sur J .
Alors f ◦ g est dérivable et f ◦ g = g ′ × f ′ ◦ g .
¢′
Pour tout x ∈ I , f ◦ g (x) = g ′ (x) × f ′ (g (x)).
¡

p
II.4.2 Dérivée de x 7→ u(x)

Propriété :
Soit u une fonction définie, positive etpdérivable sur un intervalle I, de fonction dérivée u ′ .
La fonction f définie sur I par f : x 7→ u(x) est dérivable en tout nombre x tel que u(x) 6= 0 et
u ′ (x)
f ′ (x) = p .
2 u(x)

Démonstration p : p
La fonction u est la composée de la fonction u suivie de la fonction v : X → X .
1
Pour tout nombre réel x de I, (v ◦ u)′ (x) = v ′ ◦ u × u ′ (x) = v ′ (u(x)) × u ′ (x) avec v ′ (X ) = p .
¡ ¢
2 X
1
Donc, (v ◦ u)′ (x) = p × u ′ (x).
2 u(x)
Exemple :
p
f (x) = p3x 2 + 5x + 7 définie sur R.
f (x) = u(x) avec u(x) = 3x 2 + 5x + 7 et u ′ (x) = 6x + 5.
6x + 5
Alors : f ′ (x) = p .
2 3x 2 + 5x + 7

II.4.3 Dérivée de x 7→ u n (x), n ∈ N∗

Propriété :
Soit u une fonction définie et dérivable
¡ n ¢′ sur un intervalle I . Soit u ′ sa fonction dérivée et soit n un entier relatif non nul.
La fonction u est dérivable et u = nu ′ × u n−1 .
n

Term Spé Les fonctions Page 11/19


Démonstration La fonction u n est la composée¡ ′ ¢de la′ fonction u suivie de la fonction v : X → X n .
Pour tout nombre réel x de I, (v ◦ u) (x) = v ◦ u × u (x) = v (u(x)) × u ′ (x) avec v ′ (X ) = nX n−1 .
′ ′

Donc, (v ◦ u)′ (x) = nu n−1 × u ′ (x).


Exemples :
¢5 ¢5
1. Soit f : x 7→ 3x 2 + 5x − 7 ; f = u 5 avec u(x) = 3x 2 + 5x − 7 .
¡ ¡

On a alors f ′ = u 7 = 7u ′ u 7−1 = 7u ′ u6 avec u ′ (x) = 6x + 5.
¡ ¢
¢6
Par conséquent : f ′ (x) = 7(6x + 5) 3x 2 + 5x − 7 .
¡

1
2. Soit f : x 7→ ¡ ¢5 sur R.
x2 + x + 1
½
¢−5 n = −5
On a f (x) = x 2 + x + 1 donc f = u −5 avec
¡
.
u(x) = x 2 + x + 1
5u ′
f ′ = nu ′ u n−1 = −5u ′ u −6 = − avec u ′ (x) = 2x + 1.
u6
5(2x + 1)
Par conséquent : f ′ (x) = − ¡ ¢6
x2 + x + 1

II.4.4 Dérivée de x 7→ eu

Propriété :
¡ ¢′
Soit u une fonction définie et dérivable sur un intervalle I , la fonction eu est dérivable sur I et eu = u ′ × u ′ eu .

Démonstration La fonction eu est la composée


¡ ′ ¢de la′ fonction u suivie de la fonction v : X → e X .
Pour tout nombre réel x de I, (v ◦ u) (x) = v ◦ u × u (x) = v (u(x)) × u ′ (x) avec v ′ (X ) = e X .
′ ′

Donc, (v ◦ u)′ (x) = u ′ × eu .


2
Exemples : Soit la fonction définie sur R par f (x) = e3x −x+4 .
u 2
f = e , avec u(x) = 3x − x + 4.
2 −x+4
Pour tout nombre réel x, on a : f ′ (x) = u ′ (x) × eu (x) = (6x − 1)e3x .

II.5 Application de la dérivabilité :


II.5.1 Sens de variation d’une fonction :

Théorème :
Théorème (admis)
Soit f une fonction dérivable sur un intervalle I .
Si f ′ = 0 sur I , alors f est constante sur I .
Si f ′ est strictement positive sur I sauf éventuellement pour un certain nombre fini de valeurs où elle s’annule, alors f est
croissante sur I .
Si f ′ est strictement négative sur I sauf éventuellement pour un certain nombre fini de valeurs où elle s’annule, alors f est
décroissante sur I .

Exemple :
Soit f la fonction définie par : f (x) = x 3 définie sur R.
f ′ (x) = 3x 2 ≥ 0 et f ′ (x) = 0 pour x = 0.
On en déduit que la fonction f est strictement croissante sur R.

Exercice :
1. Étudier le sens de variation de la fonction f définie sur R par : f (x) = 2 cos x − 2 + x 2 .
x2
2. En déduire la comparaison des fonctions x 7→ cos x et x 7→ 1 − .
2
Solution :
1. f est dérivable sur R et f ′ (x) = −2 sin x + 2x. Pour étudier le signe de f ′ (x), dérivons f ′ . f ′′ (x) = −2 cos x + 2 = 2(1 − cos x) ≥ 0.
f ′ est croissante sur R et comme f ′ (0) = 0, on en déduit le signe de f ′ .
On en déduit que f est décroissante sur ] − ∞ ; 0[ et croissante sur [0 ; +∞[.
x2
2. Le minimum f (0) vaut 0, donc : ∀x ∈ R, cos x ≥ 1 − .
2

Term Spé Les fonctions Page 12/19


III Convexité d’une fonction

Définition :
¡ ¢
Soit f une fonction définie sur un intervalle I et C f sa courbe représentative dans un repère orthogonal.

¡ ¢ ¡ ¢
Si pour tous points distincts A ete B de C f est située Si pour tous points distincts A ete B de C f est située
« au-dessous » du segment [AB] alors on dit que la fonc- « au-dessus » du segment [AB] alors on dit que la fonc-
tion f est convexe sur I. tion f est concave sur I.

¡
Cf
A•

•B
•B

¡ ¢•
A
Cf

Propriété :
Soit f une fonction définie , deux fois dérivable sur un intervalle I. Les propositions suivantes sont équivalentes :
• la fonction f est convexe sur I.
• la fonction f ′ est croissante sur I.
• la fonction f ′′ est positive sur I.
• la courbe C f est située au dessus de ses tangentes.
De même les propositions suivantes sont équivalentes :
• la fonction f est concave sur I.
• la fonction f ′ est décroissante sur I.
• la fonction f ′′ est négative sur I.
• la courbe C f est située en dessous de ses tangentes.

Fonction convexe Fonction concave

¡
Cf
A• ¡ ¢
Cf

•B

Term Spé Les fonctions Page 13/19


Démonstration :
On va démontrer l’implication « Si f ′′ est positive sur I alors la courbe C f est située au dessus de ses tangentes. »
Soient f une fonction définie et deux fois dérivable sur un intervalle I et a ∈ I .
C f est la courbe représentative de la fonction f et T est la tangente à C f au point d’abscisse a.
L’équation de T est y = f ′ (a)(x − a) + f (a).
Supposons que pour tout x ∈ I , f ′′ (x) > 0.
Soit φ la fonction définie sur I par, φ(x) = f (x) − (x − a) f ′ (a) + f (a) .
¡ ¢

Comme f est deux fois dérivable sur I, φ l’est aussi.


Et φ′ (x) = f ′ (x) − f ′ (a) et φ′′ (x) = f ′′ (x).
Ainsi, comme f ′′ (x) > 0 sur I, φ′′ (x) > 0 sur I. Donc, φ′ est croissante sur I.
• Si a > 0, alors on a φ′ (x) > φ′ (a). Or, φ′ (a) = f ′ (a) − f ′ (a) = 0. Donc, φ′ (x) > 0 sur I.
Alors, φ est croissante. On a donc φ(x) > φ(a).
Or φ(a) = f (a) ¡ − f ′ (a)(a − a) − f (a)¢ = 0 d’où φ(a) > 0.
Ainsi, f (x) − f (a) × (x − a) + f (a) > 0 donc f (x) > f ′ (a) × (x − a) + f (a).

Donc, la courbe C f est située au dessus de ses tangentes.


• Si a < 0, alors on a φ′ (x) < φ′ (a). Or, φ′ (a) = f ′ (a) − f ′ (a) = 0. Donc, φ′ (x) < 0 sur I.
Alors, φ est décroissante. On a donc φ(x) > φ(a).
Or φ(a) = f (a) ¡ − f ′ (a)(a − a) − f (a)¢ = 0 d’où φ(a) > 0.
Ainsi, f (x) − f (a) × (x − a) + f (a) > 0 donc f (x) > f ′ (a) × (x − a) + f (a).

Donc, la courbe C f est située au dessus de ses tangentes.


donc, dans les deux cas, la courbe C f est située au dessus de ses tangentes.

Définition :
Soit f une fonction définie et dérivable sur un intervalle I.
On dit qu’un point A de C f est un point d’inflexion Lorsque, en ce point la courbe C f traverse sa tangente.

Propriété :
Soit f une fonction
¡ définie
¢ sur un intervalle I et a ∈ I .
• Le point A a ; f (a) est un point d’inflexion de C f si et seulement ¢ si la convexité de f change en a.
• Si de plus f est deux fois dérivable sur I, alors le point A a ; f (a) est un point d’inflexion si et seulement si f ′′ s’annule et
¡

change de signe en a.

Point Mèthode : Etude de la convexité d’une fonction

Soit f la fonction définie sur R par f (x) = x 3 + 3x 2 + 0, 5x + 1.


1. Établir la convexité de la fonction f .
2. Déterminer les abscisses des points d’inflexion de la courbe représentative de la fonction f .
Solution :
1. La fonction f est un polynôme de degré 3, Donc elle est deux fois dérivable.
f ′ (x) = 3x 2 + 6x + 0, 5 et f ′′ (x) = 6x + 6.
Donc, f ′′ est négative sur ]−∞ ; −1] et positive sur [−1 ; +∞[.
Donc, f est concave sur ]−∞ ; −1] et convexe sur [−1 ; +∞[.
2. f ′′ s’annule en changeant de signe en −1 donc il existe un unique point d’inflexion de la courbe représentative de la fonction
f.
Exemples d’application : Démontrer des inégalités en utilisant la convexité d’une fonction.
p
A) 1) Soit f la fonction définie sur [0 ; +∞[ par f (x) = 1 + x et C f sa courbe représentative.
a) Étudier la convexité de la fonction f .
b) Déterminer une équation de la tangente T à C f en son point d’abscisse 0.
p x
c) En déduire que pour tout nombre réel x de [0 ; +∞[ : 1 + x ≤ 1 +
2
Solution :

Term Spé Les fonctions Page 14/19


p 1 1 1
a) Soit f la fonction définie sur [0 ; +∞[ par f (x) = 1 + x alors f ′ (x) = p = × et
1+x 2 u
1
′ − p
u 1 2 1+x 1 −1 1
f ′′ (x) = − 2 = × ¡p ¢2 = × p =− p .
u 2 1+x 2 1 4(1 + x) 1 + x
2 1+x ×
1+x
Ainsi, pour tout x ∈ [0 ; +∞[ : f ′′ (x) < 0 donc la fonction f est concave sur [0 ; +∞[.
b) Une équation de la tangente au point d’abscisse 0 de la courbe C f est y = f ′ (0)(x − 0) + f (0) soit y = 0, 5x + 1.
c) Comme la fonction f est concave sur [0 ; +∞[, sa courbe est située en dessous de toutes ses tangentes, en particulier en
p x
dessous de celle au point d’abscisse 0. Donc, pour tout x ∈ [0 ; +∞[ 1 + x ≤ 1 +
2
a+b ea + eb
2) En utilisant la convexité de la fonction exponentielle, démontrer que pour tous nombres réels a et b : e 2 ≤ .
2
Solution :
Soit f la fonction définie sur R par f (x) = e et C f sa courbe représentative.
³ ´
Soient a et b deux nombres réels, On note A et B les points de C f d’abscisse respectives a et b : A a ; ea et B b ; eb .
¡ ¢

Comme la fonction f est convexe sur R, le segment [AB] est situé au-dessus de C f . Le milieu M du segment [AB ] est donc
au dessus du point N de C f de même abscisse que M.
à !
a + b ea + eb
µ ¶
a +b a+b
Or M ; et N ;e 2 .
2 2 2
a+b ea + eb
On en déduit que, pour tous nombres réels a et b, e 2 ≤
2

IV Continuité :
IV.1 Définition :

Définition :
Soit f est une fonction définie sur un intervalle I et soit a est un réel de I .
f est continue en a signifie que f admet une limite en a égale à f (a).
f est continue sur l’intervalle I signifie que f est continue en chaque point a de I .

Exemple :

1
• Soit f la fonction définie sur I =]1; +∞[ par : f (x) = .
x −1
La fonction f est continue en 2 car : f (2) = 1 et lim f (x) = 1.
x→2
Plus généralement, cette fonction est continue sur I
n
• Les fonctions x 7→
p |x|, x 7→ x (n ∈ N) et plus généralement les fonctions polynômes sont continues sur R
• La fonction x 7→ x est continue sur [0; +∞[.
1
• La fonction x 7→ est continue sur ]−∞; 0[ et sur ]0; +∞[.
x
Remarque :
Les flèches obliques d’un tableau de variation traduisent la continuité et la stricte monotonie de la fonction sur l’intervalle considéré.

IV.2 Illustration graphique :

De manière intuitive, on reconnaît graphiquement qu’une fonction est continue lorsque sa courbe peut être tracée sans lever
le crayon. (attention, cela ne constitue pas une preuve !)

Term Spé Les fonctions Page 15/19


Exemple :

1. la fonction carré est continue :


En effet, pour tout a ∈ R, lim x 2 = a 2 ; on peut donc tracer la parabole sans lever le crayon.
x→a

Existe-t-il des fonctions non continues ? Oui, il suffit de tracer une courbe avec une rupture dans le tracé ; la fonction as-
sociée n’est alors pas continue.
2. Exemple d’une fonction explicite non continue : la fonction « Partie entière »

Définition :
Soit x un réel. Il existe alors un entier relatif n unique tel que : n ≤ x < n + 1. On définit alors la fonction partie entière,
notée E , par : E (x) = n.

Exemple :
E (2, 3) = 2 ;E (3) = 3 ; E (−4, 12) = −5 (attention aux nombres négatifs).

Remarque :
Cette fonction est constante sur chaque intervalle de la forme [n; n + 1[.

Représentation graphique :
5

Sur [n ; n + 1[, E (x) = x.


2
lim E (x) = n puisque E (x) = n sur [n ; n + 1[
x→n
x>n 1
lim E (x) = n − 1 puisque E (x) = n − 1 sur [n − 1 ; n[
x→n
x<n
E (n) = n. −5 −4 −3 −2 −1 0 1 2 3 4 5
On n’a donc pas lim E (x) = E (n) : E n’est pas continue −1
x→n
en n pour tout n ∈ Z.
−2
En fait, E est continue à droite, mais pas à gauche.
−3

−4

−5

IV.3 Continuité des fonctions usuelles :

Théorème :
Les fonctions polynômes, la fonction sinus, la fonction cosinus sont continues sur R. La fonction racine carrée est continue
sur [0; +∞[.
La somme, le produit, le quotient et la composée de deux fonctions continues est une fonction continue sur leur ensemble de
définition.

Démonstration : Cela vient des propriétés sur les calculs de limites (voir chapitre sur les limites)

Théorème :
Une fonction dérivable sur un intervalle I est continue sur cet intervalle.

Term Spé Les fonctions Page 16/19


Exercice : f est la fonction définie sur R par : f (x) = xsi x ≤ 0, f (x) = x 2 si 0 < x < 1, f (x) = m si x ≥ 1.

1. m = 2. La fonction f est-elle continue sur R ?


2. Pour quelle valeur de m la fonction f est-elle continue sur R ?

IV.4 Méthode : Etudier la continuité d’une fonction


On considère la fonction f définie sur R par
4.

−x + 2
 pour x < 3
3.
f (x) = x −4 pour 3 ≤ x < 5

−2x + 13 pour x ≥ 5

2.

La fonction f est-elle continue sur R ? 1.


Les fonctions x 7→ x + 2 , x 7→ x − 4 et x 7→ −2x + 13 sont des
fonctions polynômes donc continues sur R.
−1. 0 1. 2. 3. 4. 5. 6.
Ainsi la fonction f est continue sur ]−∞; 3[, sur [3; 5[ et sur
−1.
[5; +∞[
Etudions alors la continuité de f en 3 et en 5 : −2.
• lim f (x) = lim (−x + 2) = −3 + 2 = −1
x→3 x→3
x<3 x<3
lim f (x) = lim (x − 4) = 3 − 4 = −1
x→3 x→3
x>3 x>3
Comme lim f (x) = lim f (x) = f (3) alors la fontion f est continue en 3.
x→3 x→3
x<3 x>3

• lim f (x) = lim (x − 4) = 5 − 4 = 1


x→5 x→5
x<5 x<5
lim f (x) = lim (−2x + 13) = −2 × 5 + 13 = 3
x→5 x→5
x>5 x>5
La limite de f en 5 n’éxiste pas. On parle de limite à gauche et de limite à droite de 5. La fonction f n’est donc pas continue en
5.
La fonction f est continue sur ]−∞; 5[ et sur [5; +∞[

V Le théorème des valeurs intermédiaires :


V.1 Théorème
5.
Approche :
Soit C la courbe représentative d’une fonction f défi- 4.
nie sur l’intervalle [−3; 3]. Soit k un nombre compris
entre f (−3) et f (3). 3.
Existe-t-il un nombre x tel que f (x) = k ?
2.

1.
• Cas d’une fonction non continue.
Par exemple, reprenons le cas de la fonction partie
entière, définie sur R. −5. −4. −3. −2. −1. 0 1. 2. 3. 4. 5.
Considérons l’équation f (x) = 0, 5. −1.
Il est clair graphiquement que l’équation n’a pas de
−2.
solution
• Cas d’une fonction continue. −3.
Comme la courbe se trace sans lever le crayon, il
−4.
semble intuitivement que l’équation f (x) = k ait au
moins une solution −5.

Term Spé Les fonctions Page 17/19


Théorème :
Théorème des valeurs intermédiaires (admis)
f est une fonction continue définie sur un intervalle I .
Soient a et b deux réels de I .
Pour tout réel k compris entre f (a) et f (b), il existe au moins un réel c compris entre a et b tel que f (c) = k.

Remarque :
c’est un théorème d’existence ; il ne donne pas la valeur d’un solution. D’ailleurs, la plupart du temps, on se sert de ce théorème
pour montrer l’existence d’une solution qu’on ne sait pas trouver de façon explicite.

Interprétation graphique :
Si (C ) est la courbe représentative de f continue sur [a; b], pour tout réel k compris entre f (a) et f (b), la droite d’équation
y = k coupe au moins une fois la courbe (C ) en un point d’abscisse c comprise entre a et b.

Interprétation en terme d’équation :


f est une fonction continue sur un intervalle I comprenant a et b. Pour tout réel k compris entre f (a) et f (b), l’équation f (x) = k
admet au moins une solution c comprise entre a et b.

Exercice : Démontrer que l’équation x 3 + 4x 2 + 4x + 2 = 0 admet au moins une solution comprise entre -3 et -1.
On pose f (x) = x 3 +4x 2 +4x +2 ; f (−3) = −1 < 0 ; f (−1) = 1 > 0 ; f est continue, donc, d’après le théorème des valeurs intermédiaires,
l’équation f (x) = 0 admet au moins une solution dans l’intervalle [−3 ; −1].
Pour savoir le nombre exact de solutions de l’équation f (x) = 0, il faut étudier les variations de f .

V.2 Cas des fonctions continues strictement monotones :

Théorème :
Si f est une fonction continue et strictement monotone sur [a; b], alors, pour tout réel k compris entre f (a) et f (b), l’équation
f (x) = k admet une solution unique.

Démonstration :
L’existence d’une solution vient du théorème des valeurs intermédiaires.
L’unicité vient de la stricte monotonie.
Remarque : Tableaux de variations : Par convention, les flèches obliques d’un tableau de variation traduisent la continuité et la
stricte monotonie de la fonction sur l’intervalle considéré.

V.3 Approximation des solutions d’une équation du type f (x) = k


• méthode du balayage
• dichotomie : on coupe l’intervalle en deux à chaque étape. Programme Python de dichotomie :

from math import*


def f(x) :
y=x**3-5*x+2 # expression de la fonction f
return y
def dichotomie(a,b,e) :
while (b-a)>=e :
m=(a+b)/2
If f(a)*f(m)<0 :
b=m
else a=m
return a,b

V.4 Suites définies par récurrence

Term Spé Les fonctions Page 18/19


Propriété :
• Soit f une fonction définie sur un intervalle ¡ I et (u¢n ) une suite telle que, pour tout n ∈ N u n ∈ I .
Si la suite (u n ) converge vers ℓ, alors la suite f (u n ) converge vers f (ℓ).
• Soit f une fonction définie et continue sur un intervalle I et (u n ) une suite telle que, pour tout n ∈ N, u n+1 = f (u n ).
Si la suite (u n ) converge vers un nombre réel ℓ, alors ℓ vérifie f (ℓ) = ℓ (théorème du point fixe).

Démonstration :
• lim u n = ℓ donc lim u n+1 = ℓ, c’est-à-dire lim f (u n ) = ℓ.
n→+∞ n→+∞ n→+∞
• Comme f est continue, puisque lim u n = ℓ, lim f (u n ) = f (ℓ).
n→+∞ n→+∞
• La limite d’une suite est unique, donc ℓ = f (ℓ).

Term Spé Les fonctions Page 19/19