Vous êtes sur la page 1sur 2

A l'aube de ce 21e siècle, l'administration, plus généralement appelée Secteur Public, s'engage

de plus en plus dans des mouvements de modernisation afin de répondre au mieux aux
besoins, en pleine mutation, de ses usagers. Cette évolution et/ou réforme visent
principalement une responsabilisation accrue des décideurs publics.

En effet, Forts du constat que la modernisation du secteur public n’est pas une option mais
une nécessité complexe et exaltante, nous partageons cette idée ambitieuse pour répondre aux
exigences d’une plus grande transparence dans l’utilisation des ressources publiques afin :
Accroître la valeur ajoutée ; Maîtriser les risques ; Améliorer la performance des processus ;
Améliorer le contrôle de la gestion publique. Notre pays vit ces mutations au quotidien car il
se trouve fortement influencé par les vagues de privatisation, de décentralisation des
entreprises publiques d’une part et d’une autre par la nécessité de bonne gouvernance. Face à
cette situation, une refonte totale et radicale du principe de contrôle dans le secteur public
s’impose en transformant le contrôle de moyen classique en un contrôle d’efficacité. Ce
dernier se réalise par une création et une structuration de la fonction d’audit au sein du secteur
public marocain. Notre travail s’articule autour de la problématique suivante : Quels sont les
mécanismes d’audit dans le secteur public au Maroc ? Pour répondre à cette question, nous
avons envisagé de subdiviser notre étude en trois chapitres : le premier sera consacré à
l’importance de l’audit dans le secteur public , alors que le deuxième sera destiné au vif du
sujet en présentant aux instances de l’audit du secteur public au Maroc par les organes de
contrôle relevant du ministère des finance et également par le contrôle juridictionnel et
parlementaire ou audit externe notamment la cour des comptes et le parlement. L’étude de ce
thème fera ressortir, malheureusement, des contraintes auxquelles nous allons essayer de
proposer des mesures d’efficacité. Dans ce chapitre nous allons essayer de mettre en évidence
les raisons qui ont poussé les décideurs d’auditer le secteur public tout en commençant par
une déclinaison des composantes de ce dernier. Ceci d’une part et d’une autre on relève que
l’explication de l’importance d’audit dans le secteur public se fait aussi par les rôles joués par
ces auditeurs. Pour aborder un domaine aussi complexe que l’audit dans le secteur public, il
s'avère important et même nécessaire d'essayer de définir les concepts relatifs au thème de
notre étude

L’audit fait partie du système permanent de contrôle et d’évaluation au sein des grandes
organisations. Longtemps cantonné au secteur privé, la fonction d’auditeur interne pénètre de
plus en plus le secteur des organismes publics. Après avoir situé la fonction de l’audit par
rapport à d’autres fonctions de management au sein de l’organisation et rappelé son intérêt
dans le contexte propre aux organisations publiques, les auteurs proposent un aperçu du
développement de l’audit interne dans les ministères fédéraux – avant la mise en œuvre du
plan Copernic – au regard des normes reconnues au plan international par l’IIA. Les résultats
montrent que sur les seize organismes retenus dans le cadre de l’enquête, douze d’entre eux
disposent à l’heure actuelle d’un service d’audit interne. Des différences apparaissent
toutefois entre ces organismes quant au respect des standards de qualité empruntés à l’IIA. La
fonction d’auditeur interne est en règle générale perçue correctement et sa permanence est
assurée au sein de l’organisation. Mais les conditions propices à assurer l’indépendance dans
l’exercice de la fonction, à veiller à la formation permanente des auditeurs et à intégrer les
résultats du travail d’audit dans le cycle de la gestion ne sont pas encore rencontrées partout.
Aujourd'hui, l'audit interne occupe une place importante au sein du
secteur public. La mondialisation de l'économie impose l'introduction
de l'audit comme fonction stratégique attaché à la direction général.

En effet, l'environnement devient de plus en plus intangible, pousse


en permanence le secteur public à adopter et développer la fonction
d'audit interne qui devient la fonction essentiel d'aide à la pondre des
décisions et ce situe au coeur du management.

Il s'agit dans le cadre d'une théorie générale d'audit d'assurer à ces


institutions qui ont la mission primordiale d'être une véritable
conscience financière du pays, tous les moyens et les privilèges
nécessaires à leurs fonctionnements.

Nous avons donc lors de la présente recherche d'évaluer, à travers


l'étude de cas du groupe CDG, l'apport et la contribution de l'audit
dans la bonne gouvernance.

De plus, la fonction d'audit interne fait partie d'un large système de


gouvernance où le comité d'audit peut avoir un impact sur la fiabilité
de cette fonction à travers le contrôle et la surveillance qu'il est censé
exercé.

Enfin l'objectif de l'audit interne est de contribuer à la bonne


gouvernance, et leur existence dans le secteur public est une
nécessité non pas un choix.