Vous êtes sur la page 1sur 29

République Islamique de la Mauritanie

Institut Supérieur des Métiers du Bâtiment, des Travaux Publics


et de l'Urbanisme

Cours
Béton armé pour le technicien

Professeur :
M. Khaled Denebja
Ing. Génie Civil

Décembre 2017
ISM-BTPU Béton armé pour les techniciens

Sommaire :

I. Justification des poutres fléchies sous sollicitations d'effort tranchant ........................................ 4


1. Sollicitation de calcul ................................................................................................................... 4
1. Contrainte tangentielle conventionnelle .................................................................................... 4
2. Etat limite ultime du béton de l'âme (A.5.1,21) .......................................................................... 4
3. Dimension des armatures transversales ..................................................................................... 5
1. Espacement armatures transversales (A.5.1,23) ........................................................................ 5
2. Espacement maximum des cours d’armatures ........................................................................... 6
3. Répartition des armatures transversales .................................................................................... 6
3.1. Méthode générale ............................................................................................................... 6
4. Application :................................................................................................................................. 7
II. Principe de fonctionnement des poutres en Té : ............................................................................ 8
1. Définitions : ............................................................................................................................. 8
2. Choix de la largeur de table à prendre en compte dans les calculs : .......................................... 8
3. Calcul d’une poutre en Té en flexion....................................................................................... 9
4. Axe neutre dans la nervure : calcul de section en Té : .......................................................... 10
5. Calcul des armatures : ........................................................................................................... 11
6. Application :........................................................................................................................... 12
III. Etude des poutres continues ..................................................................................................... 13
1. Introduction : ............................................................................................................................. 13
2. Les méthodes de calcul des poutres continues :....................................................................... 13
Les méthodes forfaitaires .............................................................................................................. 13
3. Application :............................................................................................................................... 16
IV. Pré-dimensionnement des poteaux : ........................................................................................ 16
1. Evaluation des sollicitations : .................................................................................................... 17
2. Calcul de l’armature longitudinale : .......................................................................................... 17
2.1. Elancement mécanique : ................................................................................................... 17
2.2. Valeurs du coefficient de flambage ................................................................................... 17
2.3. Condition de résistance : ................................................................................................... 18
2.4. Coffrage : ........................................................................................................................... 18
2.5. Calculer la section d’acier en fonction de l’effort normal Nu ........................................... 18
2.6. Sections extrêmes : ........................................................................................................... 18
2.7. Armatures longitudinales prises en compte dans les calculs de résistance :.................... 19
2.8. Dispositions des armatures longitudinales ....................................................................... 19
Page 2 sur 29
ISM-BTPU Béton armé pour les techniciens

2.9. Armatures transversales.................................................................................................... 20


Remarque : .................................................................................................................................... 20
3. Application :............................................................................................................................... 20
V. Pré-dimensionnement des semelles : ........................................................................................... 22
1. Hypothèses de calcul ................................................................................................................. 22
1. Dimensionnement d’une semelle sous un mur (semelle filante) : ........................................... 22
2. Dimensionnement d’une semelle isolée sous un poteau : ....................................................... 24
3. Dispositions constructives ......................................................................................................... 25
4. Arrêt des barres ......................................................................................................................... 25
1. Application :............................................................................................................................... 26
VI. Dalles portant dans un seul sens : ............................................................................................. 27
1. Sens de portée : ......................................................................................................................... 27
2. Epaisseur de la dalle .................................................................................................................. 27
3. Sollicitations : ............................................................................................................................ 27
4. Ferraillage de la dalle ................................................................................................................ 27

Page 3 sur 29
ISM-BTPU Béton armé pour les techniciens

I. Justification des poutres fléchies sous sollicitations d'effort


tranchant
1. Sollicitation de calcul

La sollicitation d’effort tranchant Vu est toujours déterminée à l’état limite ultime (E.L.U).
La combinaison de base dans les cas courants pour calculer Vu est :
Vu = 1.35G + 1.5Q

1. Contrainte tangentielle conventionnelle

Pour calculer la contrainte de cisaillement ou contrainte tangente, on applique l’expression


suivante, pour les sections rectangulaires ou en Té:
=

Avec :
Vu : effort tranchant ultime en MN
τu : contrainte tangentielle en Mpa
b0 : épaisseur minimale de l'âme,
d : hauteur utile
Ce sont dans les sections voisines des appuis que les efforts tranchants sont, en général, maximaux ;

Pour un effort tranchant Vu élevé, la contrainte tangentielle est élevé, ce qui provoque des
fissuration à 45°, risque d'écrasement du béton suivant les «BIELLES» de béton à 45°, découpées
par les fissures et soumises à une contrainte de compression

•II faut donc:


Limiter pour limiter la compression des bielles,
Coudre les fissures obliques par des armatures dites ARMATURES D'ÂME.

2. Etat limite ultime du béton de l'âme (A.5.1,21)


Le règlement impose la vérification suivante :
Page 4 sur 29
ISM-BTPU Béton armé pour les techniciens


Valeurs de la contrainte tangente limite :
- Cas où les armatures d'âme sont droites
.
Fissuration peu préjudiciable : = min ( ;5 );
.
Fissuration préjudiciable ou très préjudiciable : = min ( ;4 )
- Cas où les armatures droites sont inclinées à 45° :
0.27!"#
= min ( ;7 )
$%

3. Dimension des armatures transversales

1. Choisir le diamètre de l’armature transversale :



∅' ≤ min(∅()*+ ; ; )
35 10
φt: diamètre des armatures transversales
φl min: diamètre minimal des armatures longitudinales
h : hauteur totale de la poutre.
b : largeur de la poutre.

1. Espacement armatures transversales (A.5.1,23)

La justification vis-à-vis de l'ELU des armatures d'âme s'exprime par :

0.91' !2'
/' ≤
$3 ( − 0.35!'# )
Avec :
1' : Section totale d'une cours armatures transversales en m² 1' = 61*
Ai : section d’une branche verticale en cm²
n : nombre de branches verticales
/' : Espacement d'armatures transversales
!2' : Limite d'élasticité des armatures transversales
k = 1 en flexion simple sans reprise de bétonnage ou si surface de reprise à
indentations de saillie ≥5mm.
k = 0 si reprise de bétonnage non traitée (sans indentations) ou si fissuration très
préjudiciable.

Page 5 sur 29
ISM-BTPU Béton armé pour les techniciens

2. Espacement maximum des cours d’armatures

Espacement maximal :
1' !2'
7',)9: = min (0.9 ; 40;<; )
0.4

3. Répartition des armatures transversales

3.1. Méthode générale :

On se fixe la section d'armatures transversales At ce qui revient à choisir Øt(Øt= 6 à 12 mm).

Pour des facilités de mise en œuvre, on placera en général des cadres identiques sur toute la travée.

• On calcule les espacements :


− initial sto au voisinage de l'appui
− intermédiaires st(x); en particulier à gauche et à droite des charges concentrées.

• On trace la courbe "E" représentative de st(x)


• On choisit st1≤ sto (il est recommandé de prendre st1≥ 7 cm)
• On place la première nappe d'armatures à st1/2 du nu de l'appui.
• On répète st1 un nombre entier de fois jusqu'à ce qu'il soit possible de passer à un
espacement supérieur et ainsi de suite en enveloppant la courbe "E".
• On arrête le processus lorsque st≥ stmax

3.2. Méthode de Caquot

• Calcul de l'espacement sto à l'appui


• Position du premier cours d'armatures à une distance sto/2 du nu de l'appui
• Espacements suivants pris dans la suite de Caquot :
• 7 – 8 – 9 – 10 – 11 – 13 – 16 – 20 – 25 – 35 – 40
• Chaque valeur d'espacement est répétée "n" fois avec n = nombre de mètres ( par
excès) dans la demi-portée de la poutre ou dans la portée totale pour une console,
sans dépasser St,max

N.B : Retenir toujours les valeurs minimales de St.


La répartition des cours d’armatures transversales s’effectue en partant des appuis vers
le milieu de la poutre. L’espace restant entre les deux derniers cours doit être inférieur ou au
plus égal à Stmax.
Cet espace n’est généralement pas coté sur les plans.

Page 6 sur 29
ISM-BTPU Béton armé pour les techniciens

4. Application :

Page 7 sur 29
ISM-BTPU Béton armé pour les techniciens

I. Principe de fonctionnement des poutres en Té :


1. Définitions :
Observons la différence de comportement entre une dalle simplement posée sur une nervure, et une
dalle solidaire de cette nervure :

Dalle posée sur une nervure = Dalle coulée avec la nervure =


2 éléments rectangulaires superposés 1seul élément en "Té"

On appelle :
- "table de compression" ou tout simplement "table" la partie ABCD de la poutre
- "nervure" la partie EFGH

2. Choix de la largeur de table à prendre en compte dans les calculs :

La largeur de dalle participant effectivement à la flexion de la nervure est définie par le


BAEL ;
L’article A.4.1, 3 du BAEL définit la largeur du débord à prendre en compte par la plus
restrictive des conditions suivantes :
• on ne doit pas attribuer une même zone de hourdis à deux nervures différentes,
• la largeur en cause ne doit pas dépasser le dixième de la travée,
• la largeur en cause ne doit pas dépasser les deux tiers de la distance de la section
considérée à l’axe de l’appui extrême le plus proche.
La figure suivante résume schématiquement les prescriptions :

Page 8 sur 29
ISM-BTPU Béton armé pour les techniciens

Donc :
( − ) = ='
= min ( ; )
2 10 2

3. Calcul d’une poutre en Té en flexion

Le calcul des poutres en Té est basé sur les mêmes hypothèses que le calcul des poutres
rectangulaires.
Les figures suivantes montrent le diagramme bitriangulaire des déformations dans deux cas de
figure:

3.1. Axe neutre dans la dalle : calcul d’une section rectangulaire :


Si l'axe neutre tombe dans la dalle, c.-à-d. 0.8y@ ≤ h , comme c'est fréquemment le cas, cela
revient à considérer une poutre rectangulaire de hauteur ht et de largeur fictive beff puisque le
béton en traction ne reprend aucun effort.

Axe neutre plastique dans la dalle: Poutre en Té calculée comme une poutre rectangulaire fictive
de largeur beff

Il y a toutefois une importante conséquence d'ordre technologique dans la mesure où les


armatures calculées seront disposées sur une largeur physique b au lieu de beff. Cela peut
conduire à des dispositions d'armatures en plusieurs lits dont il faut tenir compte dans
l'estimation de la hauteur utile d

Page 9 sur 29
ISM-BTPU Béton armé pour les techniciens

4. Axe neutre dans la nervure : calcul de section en Té :

Dans ce cas une partie de la nervure est comprimée. Le moment ultime est alors repris d'une
part par les débords de la table et d'autre part par l'âme de la poutre.

Principe de calcule :

Le calcul se fait avec les caractéristiques suivantes des sections précédentes :

Section fictive Moment Bras de levier

Débord ℎ ℎ
B =( − )ℎ !% ( − ) ( − )
2 2

Âme 9)2 = 0.8C !% ( − 0.4C ) ( − 0.4C )

Page 10 sur 29
ISM-BTPU Béton armé pour les techniciens

5. Calcul des armatures :

Soit Mt le moment équilibré par la table de compression bho supposée entièrement comprimée


' = ℎ !% ( − )
2

1ère cas : DE ≤ DF c.-à-d. G. HIE ≤ JG


On se ramène à une section rectangulaire de largeur b et de hauteur utile d.

1ère cas : DE > DF c.-à-d. G. HIE > JG


Dans ce cas une partie de la nervure est comprimée. Le moment ultime est alors repris d'une
part par les débords de la table et d'autre part par l'âme de la poutre.

L'équilibre des moments par rapport au point d'application de la résultante des efforts repris
par les débords donne :

B
1 =

( − 2 )L3

Le moment que doit équilibrer l'âme boh de la poutre est :

9)2 = − B

NO PNQ
On calcule : M = S
%RB O

• Si M ≤ M( : Pas besoin d’armatures comprimés A’u=0

Page 11 sur 29
ISM-BTPU Béton armé pour les techniciens

NO PNQ
1 = UV / Y = ( − 0.4C )
T
WX

La section totale d'acier est alors :

B − B
1 =1 +1 = +
ℎ ![
( − )L3 ( − 0.4C )
2 $3

• Si M > M( On a besoin d’armatures comprimés A’u≠0


Soit %( = M( !% le moment repris par le béton comprimé de l'âme.
− Si 0.8C( > ℎ : Alors :

B %( − − B %(
1 = + +
ℎ ! ! !
] − ^ 2 (1 − 0.4_( ) 2 ( − ′) 2
2 $3 $3 $3

Et :

− B − %(
1′ =
` − ′ aL′
3

− Si 0.8C( ≤ ℎ on se ramène à une section rectangulaire (b,h) avec A'u≠ 0

6. Application :

Page 12 sur 29
ISM-BTPU Béton armé pour les techniciens

II. Etude des poutres continues


1. Introduction :
On appelle poutre continue une poutre reposant sur plusieurs appuis. Il s’agit généralement
d’appuis simples, à l’exception d’un seul qui est un appui double et dont le rôle consiste à
assurer la stabilité géométrique de la poutre, comme empêcher la translation horizontale
dans le cas de la figure suivante. L’appui double peut être placé à une extrémité ou, plus
généralement, être un appui intermédiaire.

Les poutres continues sont des structures qu'on rencontre très fréquemment dans les
constructions courantes.

Le calcul se fait selon l’une des méthodes suivantes :

Les méthodes forfaitaires :

Applicable dans le cas des planchers à charges d’exploitations modérées ;

Méthode de Caquot :

Applicable dans le cas des planchers à charges d’exploitations relativement élevées;

2. Les méthodes de calcul des poutres continues :


Les méthodes forfaitaires

Principe :
Elle consiste à déterminer les moments sur appuis (Mw et Me) à gauche et à droite
respectivement et les moments en travée Mt, grâces à des fractions fixées, forfaitairement, de la
valeur maximale du moment fléchissant M0 de « la travée de comparaison ».

Travée de comparaison : travée indépendante de même portée libre que la travée considérée et
soumise aux même charges « travée considérée isostatique ».

Valeurs forfaitaires adoptées :

Sur appuis :
La valeur absolue de chaque moment sur appuis intermédiaires n’est pas inferieur à

• 0.60 M0 dans le cas de poutre à deux travées ;


• 0.50 M0 dans le cas des appuis voisins des appuis de rives dans le cas de poutre à plus de
deux travées ;
• 0.50 M0 dans le cas des autres appuis intermédiaires dans le cas de poutre à plus de trois
travées ;
Page 13 sur 29
ISM-BTPU Béton armé pour les techniciens

De part et d’autre de chaque appuis intermédiaire, on retient la plus grandes des valeurs
absolues des moments évalués à gauche et à droite de l’appui considérés ;

En travées :
Les valeurs des moments en travées doivent satisfaire :

. c .de
- ' ≥ pour les travées de rive ;
. c .de
- ' ≥ pour les travées intermédiaires ;

f
Avec _ = gcf ( g : somme des charges permanentes, q : somme des charges d’exploitations )

Page 14 sur 29
ISM-BTPU Béton armé pour les techniciens

Dans le cas ou l’appui de rive est solidaire à un poteau ou une poutre, il convient de disposer sur
cet appui des aciers supérieurs pour équilibrer un moment égale à

0.15M01

Mode opératoire :
On calcul des les armatures en travées et sur appuis, suivants les méthodes de calcul détaillées
dans le cours « Bases de calcul du BA »

Les armatures calculés, ne sont pas nécessaires sur toutes la longueur de la poutre, on procède
donc, à l’arrêt des barres selon la courbe enveloppe du moment ;

Détermination forfaitaires des longueurs des chapeaux et arrêt des barres :


Si la chargeh ≤ i, les longueurs des chapeaux et arrêt des barres sont prise conformément à la
figure suivante :

- La moitié, au moins, de la section des armatures inferieures est prolongées jusqu’aux


appuis, et les armatures du lis secondaires sont arrêtés à une distance des appuis
inferieur à 1/10 de la portée ;
- La longueur des chapeaux est, de part et d’autre de l’appui, supérieure à :
• 1/4 de la longueur de la travée voisine la plus longue, pour les appuis voisins
de l’appui de rive ;
• 1/5 de la longueur de la travée voisine la plus longue, pour les appuis
intermédiaires ;

Effort tranchants :
Le calcul se fait, en considérant les travées isostatiques, en majorant par :

• De 15% pour l’appui intermédiaire d’une poutre à deux travées ;


• De 10% pour l’appui intermédiaire les plus proches des appuis de rive dans le cas des
poutres à plus de deux travées ;

Page 15 sur 29
ISM-BTPU Béton armé pour les techniciens

3. Application :

III. Dimensionnement des poteaux :


Les règles B.A.E.L n’imposent aucune condition à l’état limite de service pour les pièces
soumises en compression centrée .Par conséquent, le dimensionnement et la détermination des
armatures doivent se justifier uniquement vis à vis de l’état limite ultime.

1. Pré-dimensionnement :
En considérant que les éléments agissant sur les poteaux seront réduits à une force de
compression centrée N ; perpendiculaire à la surface S et passant par le centre de gravité (G) ; le
pré dimensionnement nécessite une satisfaction des critères qui se présentent comme suit :

1.1. Critère de résistance :


A ≥ N\ / σbc

Avec :

A = a*b → (Sec on du poteau).

N\ = Nt . Saff. N

Nt → (Descente de charge moyenne =1 t/m2).

Saff → (surface afférente).

σbc : contrainte admissible du béton en compression

1.2. Critère de stabilité :


λ = Lƒ / i ≤ 70.
(Voir paragraphe coefficient de flambement)

Page 16 sur 29
ISM-BTPU Béton armé pour les techniciens

2. Evaluation des sollicitations :


Le calcul de la sollicitation normale s’obtient par l’application de la combinaison d’actions de
base suivante :

Nu = 1.35 G + 1.5 Q

Avec: G: charge permanente.

Q: charge variable.

3. Calcul de l’armature longitudinale :

2.1. Elancement mécanique :


lk
λ=
i

Avec : lk : longueur de flambement du Poteau

m
i = ln = rayon de giration

I = moment d'inertie de la section transversale de béton seul dans le plan de flambement.

B = aire de la section transversale de béton

2.2. Valeurs du coefficient de flambage :

.o
Si λ 50 : _ = λ S
c . p s
qr

Page 17 sur 29
ISM-BTPU Béton armé pour les techniciens

Si 50 < λ 70 : _ = 0.6 p s
λ

2.3. Condition de résistance :

La section du béton et la section d’acier doivent pouvoir équilibrer l’effort normal


ultime Nu :
α By f{ o f•
N@ ≤ ] +A ^
k 0.9γ} γ€

Avec : Nu : Effort normal ultime en MN


Br : section réduite de béton en m²

α : Coefficient de flambage fonction de l'élancement mécanique λ du poteau

A : section d’acier en m²

fc28 et fe : en MPa

k= 1.1 si plus de la moitié des charges est appliquée avant 90 jours .


1.2 si la majeure partie des charges est appliquée avant 28 jours, et on
prend la contrainte fcj au lieu de fc28.
1 dans les autres cas

2.4. Coffrage :

ƒ„O
La condition de résistance donne : •‚ ≥ …
U S† ˆ UV
c
R.‡W ‰Š WX


On adopte : Œ = 1% d'où :
Š

•‚ ≥ _
!" o !
+ 2
0.9$% 100$3

2.5. Calculer la section d’acier en fonction de l’effort normal Nu


Donc, la section des aciers longitudinaux :

5Ž •‚ !" o $3
1≥• − •
_ 0.9$% !2

2.6. Sections extrêmes :

L'article A8.1, 21 préconise : 1)*+ ≤ 1 ≤ 1)9:


Page 18 sur 29
ISM-BTPU Béton armé pour les techniciens

Avec :
B
A‘’“ = max (4cm / m du pé rimè tres; 0.2 )
10
B
A‘Ÿ = 5
100

2.7. Armatures longitudinales prises en compte dans les calculs de


résistance :

Si λ > 35 : seules, sont à prendre en compte dans les calculs, les armatures
augmentant le plus efficacement la rigidité dans le plan de flambement (Art.
B8.4,1).

2.8. Dispositions des armatures longitudinales


Les armatures (Art.A8.1,22) doivent être réparties le long des parois.
• Pour les sections rectangulaires (a < b) la distance maximale "c" de deux
barres
voisines doit respecter la condition : c ≤ min [(a+10 cm) ; 40 cm]
• Pour les sections circulaires, on place au moins 6 barres régulièrement
espacées
• Pour les sections polygonales, on place au moins une barre dans chaque angle.
La figure ci-dessous montre quelques dispositions conseillées et d’autres déconseillées :

Page 19 sur 29
ISM-BTPU Béton armé pour les techniciens

2.9. Armatures transversales

a. Diamètre :
∅¡
≤ ∅¢ ≤ 12mm
3

b. Espacement :

• En zone courante :
s¢ ≤ min(40;< ; + 10;< ; ∅()*+ )
a = plus petite dimension transversale de la section ou son diamètre
• En zone de recouvrement :
Dans les zones où il y a plus de la moitié des barres en recouvrement, on dispose au
moins 3 nappes d'armatures transversales sur lr avec lr = 0.6 ls dans les cas courants et
lr = ls

Remarque :
Les armatures transversales doivent maintenir :
• toutes les barres prises en compte dans les calculs de résistance
• les barres de diamètre ≥ 20 mm même celles non prises en compte dans les
calculs.

4. Application :

Page 20 sur 29
ISM-BTPU Béton armé pour les techniciens

Page 21 sur 29
ISM-BTPU Béton armé pour les techniciens

IV. Dimensionnement des semelles :

Les fondations répartissent les charges d’un ouvrage sur le sol de façon à ce que la
charge totale sur le sol soit inférieure ou égale à son taux de travail maximum.

σsol σsol

Le choix à faire entre les différents types de fondations dépend essentiellement de la


contrainte admissible sur le sol.

Tableau indicatif des contraintes admises pur le sol

NATURE DU SOL σsol (MPA)


Roches peu fissurée saines 0.75 à 4.5
Terrains non cohérents à bonne compacité 0.35 à 0.75
Terrains non cohérent à compacité moyenne 0.20 à 0.40
Argiles 0.10 à 0.30

1. Hypothèses de calcul

Les fondations superficielles sont calculées à l’état limite de service pour leurs
dimensions extérieures et à l’état limite ultime de résistance ou à l’état limite de service
pour leurs armatures selon les conditions de fissuration.

1. Dimensionnement d’une semelle sous un mur (semelle filante) :

• Seule la largeur est à déterminer, la longueur étant celle du mur à supporter.


• Les charges à l’état limite ultime de résistance et de service à la base du mur sont
calculées par mètre linéaire de mur.
• La contrainte du sol est supposée uniformément répartie et doit vérifier la
condition de résistance suivante :

¤X¥¦ ¤X¥¦
σ3£( = ‹
σ3£( D’où : 1≥
σX¥¦

Qser : Charge de service en MN / ml ;


Avec A : Largeur de la semelle en m ;
σ3£( : Contrainte admissible du sol en Mpa ;

• La hauteur utile « d » doit vérifier la condition suivante :


A−a
d≥
4
• La hauteur h de la semelle est égale à :
h = d+5 cm
• La section d’acier à disposer transversalement et à répartir par mètre de
semelle est :
Aux ELU :
¤O (‹P9)
A@ (/ml) ≥ U
oB V
WX

Page 22 sur 29
ISM-BTPU Béton armé pour les techniciens

Aux ELS :
¤XVŠ (‹P9)
A€ (/ml) ≥
oB§X¨

Qu ou Qser en MN
A, a, d en m
fe, σst (contrainte de traction de l’acier) en Mpa
As : section d’acier en cm²/ml

• Les armatures longitudinales :


Les armatures longitudinales disposées en partie supérieures et réparties sur la largeur
de la semelle doivent représenter une section par mètre de largeur au moins égale à
As/4 avec un minimum de :

3cm²/ml (de la largeur) dans le cas d’acier lisse de classe FeE215 ou


FeE235.
2cm²/ml (de la largeur) dans le cas d’acier à haute adhérence de classe
FeE400 ou FeE500.

Page 23 sur 29
ISM-BTPU Béton armé pour les techniciens

Si la largeur de la semelle est inférieure au mètre, les valeurs de 3cm² et 2cm² seront
maintenues.

2. Dimensionnement d’une semelle isolée sous un poteau :

La longueur et la largeur de ces fondations sont à déterminer et doivent vérifier la


condition de résistance suivante :

¤ ¤X¥¦
σ3£( = ‹×Œ
X¥¦
σ3£( D’où : 1ו ≥
σX¥¦

Nser : charge de service en MN / ml


Avec A, B : largeur et longueur de la semelle en m
σ3£( : Contrainte admissible du sol en MPa

A et B peuvent être choisis de dimensions homothétiques aux dimensions


‹ 9
homothétiques au poteau Œ = %
• La hauteur utile d doit vérifier les deux conditions suivantes :

‹P9 ŒP%
≥ et ≥
ª ª


La hauteur h de la semelle est égale à :
h = d+5 cm
• Les armatures doivent être disposées dans les deux sens de manière que :
o Nappe supérieure // A :

Aux ELU :
¬E (« − -)
«E (//«) ≥
¯
H® ±°
²

o Nappe inférieure // B :

Aux ELU :
´E (³ − µ)
«E (//³) ≥
¯
H® ±°
²
Avec :
Page 24 sur 29
ISM-BTPU Béton armé pour les techniciens

Nu en MN
A, B, a, b, d en m
Fe en MPa
As//A , As//B en cm²

3. Dispositions constructives

Ancrage et arrêt des aciers principaux :


On compare la longueur de scellement droit ls à A et B.
On peut prendre : - ls = 40 Φ pour FeE400 (H.A)
- ls = 50 Φ pour FeE215 et FeE235 (R.L)

4. Arrêt des barres

Si ls > A/4 les extrémités des barres doivent être munies d’ancrages par
crochets normaux ou équivalents (120° ou 135°).

Si A/8 < ls < A/4 les armatures s’étendent jusqu’aux extrémités de la semelle et ne
comportent pas de crochets.

Si ls < A/8 les armatures ne comportent pas de crochets et il est possible de


disposer les barres de deux façons :

0.71A 0.86A

Ou

On opère de la même manière pour les armatures parallèles à B.

Page 25 sur 29
ISM-BTPU Béton armé pour les techniciens

1. Application :

Page 26 sur 29
ISM-BTPU Béton armé pour les techniciens

V. Dalles portant dans un seul sens :

1. Sens de portée :
On calcule : ρ = lx / ly Avec : lx : la petite dimension de la dalle

Si ρ < 0.40 ⇒ la dalle porte dans un seul sens : le sens de lx


Si 0.4 ≤ ρ ≤ 1 ⇒ la dalle porte dans deux sens : le sens de lx et de ly

2. Epaisseur de la dalle

L’épaisseur de la dalle est déterminer par :



≥ 1/20 dalle sur appuis simples

1/30 dalle continue avec ρ < 0.40

1/40 dalle continue avec 0.4 ≤ ρ ≤ 1

3. Sollicitations :
Pour les dalles portant dans un seul sens : ρ < 0.40

1. Calculer les charges au m²


- Charges permanentes : G
- Charges d’exploitation : Q
2. Calculer les combinaisons d’actions
- à l’E.L.U ⇒ pu = 1.35G + 1.50Q
- à l’E.L.S ⇒ pser = G + Q
3. Calculer les sollicitations
p l² p l
- à l’E.L.U ⇒ Mu = u ; Vu = u
8 2
p l²
- à l’E.L.S ⇒ Mser = ser
8

4. Ferraillage de la dalle

a. évaluer d (hauteur utile) : d = h-3 à 6 cm (suivant l’enrobage)


b. Calculer µ :
Mu
µ= h
bd ² f bu

Page 27 sur 29
ISM-BTPU Béton armé pour les techniciens

b = 1.00

Mu en MN.m /m

b et d en m

fbu en MPa

c. Calculer α :
Si µ < µl ⇒ α = 1.25( 1 - 1 − 2µ )

d. Calculer Z :
Z = d (1 - 0.4 α)

e. Calculer As

Mu
As =
Zf su
Mu en MN.m /m

Z en m

fsu en MPa

f. Vérifier la condition de non fragilité :

f t 28
As ≥ 0.23 bd
fe
g. Calculer la section des aciers de répartition :

As
Asr = pour une dalle portant dans un seul sens
4

h. Vérifier la section d’acier vis-à-vis du pourcentage minimal :

As ≥
0.8
As min = bd pour acier feE400
1000
Asr ≥

i. Ecartement des barres :


♣ Cas de fissuration peu nuisible
- Sens porteur :

St ≤ min ( 3h ; 33 cm)

- Sens de répartition ou le moins porteur

Page 28 sur 29
ISM-BTPU Béton armé pour les techniciens

St ≤ min ( 4h ; 45 cm)

♣ Cas de fissuration préjudiciable :

St ≤ min ( 2h ; 25 cm) dans les deux sens

♣ Cas de fissuration très préjudiciable :

St ≤ min ( 1.5h ; 20 cm) dans les deux sens

Page 29 sur 29

Vous aimerez peut-être aussi