Vous êtes sur la page 1sur 10

ORDRE DE L’ETOILE GNOSTIQUE

I-APPRO CHE LIMINAIRE DE LA MAGIE

Il existe deux approches principales pour « définir » la MAGIE :


1-Une première approche est l’approche « cloisonnée » ou « boréenne » de la
MAGIE. Cette vision est celle qui structure actuellement tous les ordres
magiques et occultes existant dans le monde. Cette approche, issue en droite
ligne des adeptes du « Perennialisme 1 » est qualifiée par nous d’approche
«Hiérophantale 2 » ;

2-La seconde approche est l’approche « synthétique », originellement


SUDE NNE de la MAGIE, en hommage à un temps reculé qui conserva les
traces d’une spiritualité marquée par la conception de l’unicité du NOIR et du
BLANC, de leur caractère complémentaire. Cette époque fut marquée par la
domination universelle de la RACE LEMURIENNE. Les traces de cette
conception se retrouvent dans l’Inde pré védique ou pré aryenne, notamment
au sein de la civilisation dravidienne, mais aussi dans le monde méditerranéen,
au sein de la civilisation égyptienne, depuis son foyer nubien (Ta-Seti). Dans
cette seconde approche, la pureté magique n’a qu’un lointain rapport avec la
pureté « externe », l’’impeccabilité du Mage étant synonyme de sa capacité à

1
La référence moderne de ce courant est René Guénon.
2
Par opposition à l’approche non-Hiérophantale qui est celle de la « Voie du Fou ». Cf. La lame du Fol du Tarot.
1
M.T KhemXnum
ORDRE DE L’ETOILE GNOSTIQUE
être LUI-MÊME, sans référence à un quelconque « bien » ou à un quelconque
« mal ». Cette approche est l’approche de la « Folle Sagesse 3 » ou de la « Voie
du Fou » en hommage à des archétypes fluides tels qu’Uriel Seigneur de
DAATH.
Selon Blavatsky, « le mot MA GE provient des termes Mag ou Mahâ. Mahâ
est la racine sanskrite du mot magicien. Le Mahâ-âtma (grande âme ou esprit)
dans l'Inde ancienne possédait ses prêtres aux époques pré-védiques. Les
Mages étaient les prêtres du dieu du Feu (Agni) ; nous les trouvons également–
ceux qui adorent le feu- chez les Assyriens et les Babyloniens ainsi que chez
les Perses. Le Grand Prêtre des Parsis 4 , à Surat, était appelé Mobed. Pour
d'autres auteurs, le mot « magie » dériverait de Megh ; Meh-ab voulant dire
quelque chose de grand et de noble. Selon Kleuker, les disciples de Zoroastre
furent appelés Meghestom ».
L a MA GIE, la grande "Science" Selon Deveria et d'autres orientalistes, "
était considérée comme une science sacrée inséparable de la religion" par les
peuples instruits les plus anciens et les plus civilisés. Les Égyptiens, par
exemple, furent l'un de ces peuples les plus sincèrement religieux comme
l'étaient et le sont encore les Hindous. Selon Platon, "la magie consiste dans le
service des dieux et on l'acquiert en s'y appliquant". La magie est la science de la
communication avec les Puissances supra-mondaines éternelles et de leur
direction, ainsi que du commandement de celles de ces puissances appartenant
aux sphères inférieures ; connaissance pratique des mystères cachés de la
nature connus seulement du petit nombre parce qu'il est très difficile de les
acquérir sans tomber dans des péchés contre nature. Les mystiques de
l'Antiquité et du Moyen Age divisaient la Magie en trois classes – Théurgie,
Goétie et Magie naturelle.
La théurgie Du grec ancien θεουργία, theourgía (« théurgie »), est
composé à partir de θεός theós (Divin et non Dieu 5 ) et ἔργον, érgon pour
« ouvrage », ou action volontaire (œuvre) visant à créer un « être divin ou un
dieu ».

3
Selon l’historienne des religions, June McDaniel : « La folle sagesse n’est pas limitée à l’Inde. Elle a été explorée dans diverses
traditions telles que l’orthodoxie orientale ou le christianisme occidental, et parmi les hassidiques d’Europe de l’Est, autant
chez les soufis que chez les pratiquants de transes dans diverses parties du monde. Platon, lui-même, distinguait deux types de
folie, l’une provenant de la maladie et l’autre d’un « état divin » qui « nous libérerait de nos habitudes ». June McDaniel, The
madness of the saints: ecstatic religion in Bengal; University of Chicago Press, 1989
4
Les Parsis sont une communauté zoroastrienne d'origine iranienne arrivée en Inde dans la région de Bombay au VIIIe siècle,
fuyant l'arrivée de l'islam. Elle a pu préserver sur ce nouveau territoire ses pratiques rituelles originelles sous la forme de
l'adoration du feu (fils de la divinité primordiale, Ahura Mazda).
5
Dans le sens d’être divin et très loin de l’acception chrétienne de l’unicité d’un Dieu anthropomorphe.
2
M.T KhemXnum
ORDRE DE L’ETOILE GNOSTIQUE

La « théurgie » fait son apparition chez Porphyre (dans ses textes) mais c'est
chez Jamblique et chez Proclus qu'on trouve les textes essentiels. Dans « L a
V ie de Plotin » de Porphyre, il est fait état d’un prêtre « égyptien » maître des
conjurations, qui fit apparaître son daïmon6 personnel qui se trouvait être en
réalité un dieu. C’est l’art de la THEOPHANIE (théo-, θεός « dieu », et phan-,
« apparition ») appliqué au domaine théurgique.

La théophanie est une manifestation divine, au cours de laquelle a normalement


lieu la révélation d'un message divin aux hommes, au sein de l’OEG c’est la
partie consacrée à la QUETE DE LA VISION.

À l'origine, le terme grec θεοφάνια / theophánia désignait, dans la religion an-


tique grecque, une fête pendant laquelle on exposait publiquement la totalité
des statues des dieux à Delphes.

La théurgie ancienne se composait en un triptyque comprenant :


1-L'art de fabriquer et de consacrer des statues animées ;
2- L'art d'incarner momentanément dans un sujet (animé ou inanimé)
approprié, véritable médium, une parcelle d’un être divin ;
Ces deux arts font partie de ce que les grecs anciens nommaient la
TELESTIQUE.
3-L’art de la remontée de l’âme dont parlent les oracles chaldaïques par
le biais de la palingénésie aboutissant à l’immortalisation de l’âme ou
l’άπαθανατισμός.

6
« Daïmôn » est un mot grec que les modernes ont traduit par « démon », mot qui connote un seul aspect du « monde
daïmonique » : un aspect d'ombre et de tentation. Cette réduction représente un appauvrissement considérable des expériences
humaines que recouvre le terme grec. Toute culture a sa daïmonologie, c'est-à-dire une théorie et une expérience de puissances
supra ou infrapsychiques (esprits, anges, archontes, archanges, génies, démons, démiurges, éons, fées...) dont l'apparition peut
signifier pour l'être humain une rencontre avec son propre destin : salut, tentation, chute, oracle, conseil, guide, initiation,
perte, présage...

3
M.T KhemXnum
ORDRE DE L’ETOILE GNOSTIQUE

Notre Ordre est donc un Ordre THEURGIQUE dans le sens où nous


avons pour objectif la réhabilitation de ce triptyque théurgique ORIGINEL.
De son nom originel, l'Egregora Sancta Stella Gnostica (E.S.S.G) est un ordre
rituel magicke.
Les quatre mots qui apparaissent en italique ci-dessus constituent la
devise ésotérique et le nom notre Ordre magicke, et ces mots se réfèrent à
l'évolution future de la pratique du rituel magique dans la tradition ésotérique
à venir.
Ces 4 mots sont le résumé de la déclaration suivante :
« Un groupe d’Esprits ou âme groupal ( Sur-Â me) existe dans (et pour) la perfection
de l'expérience spirituelle individuelle et collective, et elle concoure à Son AUTO-
RÉ A L ISA TION personnelle à travers la convocation d’autres âmes égales, d’individus, de
chercheurs capables de découvrir l'union avec l'E sprit A bsolu7 ».
Cette chaîne évolutive et magicke préexistante peut être matérialisé
(substantifié) au sein d’un groupe physique d’initiation occulte socialement
organisé, dont le but est d’inspirer chaque chercheur à découvrir, à créer
librement et finalement obtenir la pleine reconnaissance de l’achèvement du
Grand Œuvre (ARS MAGNA). C’est ce qui a été fait lors de la création de
l’Ordre de l’Etoile Gnostique.
L’Ordre de l’Etoile Gnostique est la convocation de chercheurs
individuels sur le plan physique afin de manifester les BUTS de l’AME-
GROUPAL sur le plan horizontal, en tant qu’organisation stellaire (étoilée), un
amas d’étoiles au sein de laquelle chaque étoile est une facette, une personne,
un chemin, une expérience décisive de vie.
Ainsi, une facette (un membre actif) est importante pour la définition ou
la mise en perspective de l'ensemble du groupe ; mais une facette individuelle
n'est pas plus importante que toutes les autres facettes. Le groupe en tant que
Groupe d'étoiles (amas stellaire) est plus important que le membre individuel,
parce qu’il aide l’individu à élargir ses capacités spirituelles et magiques.

7
C’est l’un des sens du mot « « égrégore ».
4
M.T KhemXnum
ORDRE DE L’ETOILE GNOSTIQUE
La méthode permettant de rejoindre l’ORDRE sera toujours strictement
volontaire, pour préserver la liberté des individus. L’OEG peut être élargi ou
même dissous par la volonté de tous les participants. La loi fondamentale
d'organisation des ordres magiques est que toute la structure de vie du groupe
repose entièrement sur le consensus de l'ensemble.
L'ordre de l’E.S.S.G. est une organisation occulte dédiée à la propagation de la
connaissance de la Magie Rituelique. L'ordre de l’E.S.S.G. représente la
tradition Magicke des « Ordres du passé », mais il ne prétend en aucune manière
être ni un rejeton légitime 8, ni une continuation de toute organisation passée
(antérieure à elle).
L'ordre de l’E.S.S.G. ne revendique par ailleurs aucune filiation historique
ou lien occulte prestigieux qui le lierait à toute autre organisation susceptible
d’avoir existé dans le passé ou le présent. La seule légitimité que l’ E.S.S.G.
s’autorise à revendiquer en tant qu’ordre magique, consiste en l’affirmation que
chaque membre de l’ordre EST un chercheur sincère de l’occulte, dédié corps
et âme à la recherche de la connaissance la plus haute et la perfection
personnelle.

l’O.E.G comprend un Cercle Probatoire structuré en deux phases :


➢ 1ère PHASE (l’ENCEINTE EX TERIEURE). Cette première phase est
une phase introductive d’une année (12 mois de 12 cours).
La structuration en deux périodes tient compte du caractère assez spécifique
des chercheurs « africains ». Ces chercheurs viennent (99% pour la plupart) à
la spiritualité à cause d’un mal être financier, affectif. La spiritualité n’est pas au
départ conçu comme un processus exclusif d’éveil, mais comme un moyen de
« réussite » ou d’ascension sociale. Cette première phase déblaie donc le terrain
en donnant des armes ou des techniques magiques propres à l’Ars Brevis,
techniques permettant d’amener un mieux-être dans les domaines de la vie
horizontale de l’aspirant.
Ensuite, les cours d’éveil des centres qui suivent ont pour objectif de
balayer le large spectre des préoccupations (toujours prégnante dans la pratique)
8
Nous ne nous battons pas pour revendiquer la paternité de telle patente ou de telle charte délivrée par tel « illustre » mage
ou « autorité » du passé.
5
M.T KhemXnum
ORDRE DE L’ETOILE GNOSTIQUE
de l’aspirant « africain », préoccupations allant de l’éveil des centres psychiques
(clairvoyance, clairaudience, dédoublement, éveil de kundalini, etc.). On peut
citer au programme de cette première période :
1/la voie des siddhas : pranayama non essentiel, pranayama de base et
pranayamas avancés selon la voie des Nagas (ordre rouge du serpent). 2/le
système des chakras et les quatre niveaux de conscience. 3/le mulhadara chakra
et l'art d'inverser le triangle. 4/alimentation et choses à proscrire. 5/les mudras,
les bandhas et l'ascèse initiatique selon la voie avancée du Naga. 6/ida et pingala
et les nadis du corps psychique etc.
➢ 2ème PHASE (PERISTY LE) composée de14 cours elle aussi d’une durée
de 12 mois (voir p.9 pour le détail des cours).

Ces deux phases sont suivies d'un Cercle Intérieur comprenant 9 grades.

6
M.T KhemXnum
ORDRE DE L’ETOILE GNOSTIQUE
MISE S EN GARDE :
L’Ordre de l’Etoile Gnostique a été conçu pour être le point de rencontre
de personnes attirées par la voie THEURGIQUE. Il est donc primordialement
destiné à promouvoir les doctrines et les pratiques de cette voie, bien que par
de nombreux aspects, il y soit enseigné des éléments de wicca traditionnelle. La
magie luciférienne constitue le fondement de l’Ordre à l’exclusion de toutes
autres doctrines qui d’un point de vue général ont leur place dans la cité globale
que constitue le Monde.
Il doit donc être clair pour tous que notre Ordre :

1-n’a pas pour vocation à se substituer à d’autres prônant des voies différentes
mais valables (Rose-Croix, maçonnerie, hermétisme, Mouvement Gnostique
International, Aurum Solis, Golden Dawn, etc.) ;
2-ne s’adresse pas aux « éso-touristes », ceux qui ont fait vœu de grappiller
partout où ils peuvent de la « semence » pour nourrir leur intellect en
perpétuelle agitation. Nous n’alimentons pas non plus la quête névrotique des
grades qui est le lot de nombreux chercheurs en quête de reconnaissance.
3-ne s’adresse pas non plus aux « spécialistes » de l’ésotérisme. Ceux qui après
avoir gravi tous les échelons et grades de mouvements qui n’ont plus de
prestigieux que le nom, se sont donnés pour mission de donner leur avis sur
tous les sujets, et qui faute d’un développement réel de l’Etre proposent
l’étalage du Savoir sur tous les sites et tous les Ordres auxquels ils se croient
obligés de s’affilier.
4- ne s’adresse pas à ceux qui ont déjà une « voie » ou qui pensent en suivre
une. Si comme nous ils estiment en toute certitude être reliés à une ECOLE
véritable dans laquelle les lois permettant de transcender la mécanicité sont
enseignées, et dans laquelle la « construction » consciente des Corps supérieurs
de l’Homme (la poursuite en l’Homme de l’œuvre non achevée de la création)
est une réalité ;
5-N’intégrera pas au sein de sa STRUCTURE DIRIGEANTE , ainsi
qu’au sein de la Triade de ses GR des personnes (m em bres actifs) qui
occupent déjà des postes de responsabilité (m agistère ou représentation
active) au sein d’ordres m agiques opératifs. Par ordres m agiques
opératifs nous entendons des ordres enseignant la m agie PRATIQ UE
(qu’elle soit diurne ou nocturne). So nt exem ptés de cette exclusion les
Maîtres des courants m açonniques (GLNF, GO , Mem phis Misraïm et
les ordres m açonniques apparentés, les représentants des E glises
7
M.T KhemXnum
ORDRE DE L’ETOILE GNOSTIQUE
chrétiennes, m usulm anes classiques, pour la sim ple raison que ces
organisations bien que pratiquant le cérém oniel liturgique, ne
constituent pas des centres de transmission de la m agie effective
invocatoire ou évocatoire.
6-ne s’adresse pas en dernier lieu aux « défenseurs » des « Traditions » dites «
primordiales » qu’elles soient d’Orient ou d’Occident, prônant la supériorité
magique de tel type de Yoga ou d’approche sur tel autre type (Védânta
Adavaïtiste contre monisme mitigé, Bhakti contre Jnana, etc.).
7-Par ailleurs, l’O rdre de l’E toile Gnostique et sa direction
recomm andent fortem ent à tous les postulants qui ont PRATIQ UÉ ou
ASSISTÉ (de façon active ou passive) à des rites SACRIFICIE LS
HUMAINS d’en faire part en privé à la direction de l’O rdre . Nous vous
dem andons donc de façon IMPERATIVE de signaler de telles pratiques
dans votre dem ande d’adhésion sous peine d’exclusion !

8
M.T KhemXnum
ORDRE DE L’ETOILE GNOSTIQUE
CERCLE PRO BATO IRE
-Cours 1-A :LES TYPES PSYCHOLOGIQUES EN MAGIE
-COURS 1-B: PRATIQUES DE SIGILISATION
-Cours 2-A: PRATIQUES D'INFLUENCE ET DE
MAGNETISATION
-COURS 2-B: CONSTITUTION OCCULTE DE L'HOMME
ET VISION ETHERO ASTRALE
-Cours 3: LE NMP LE VRIL ET LE RUBIS ÉTOILÉ
-Cours 4-A: INITIATION A LA MAGIE ROUGE ET LA
PRATIQUE DU MIROIR
-COURS 4-B: JEUNE ET ALIMENTATION EN MAGIE
-Cours 5-A: LES PORTES ASTRALES 4 ROIS
-COURS 5-B: LA CLAIRAUDIENCE
-Cours 6-A:L'AUTEL DU MAGE DE L'ESSG
-Cours 7: INTRODUCTION AU MONDE
ELEMENTAIRE 1
-Cours 8: INTRODUCTION AU MONDE
ELEMENTAIRE 2
-Cours 9: INTRODUCTION AU MONDE
ELEMENTAIRE 3
-Cours 10: INTRODUCTION AU MONDE
ELEMENTAIRE 4
-Cours 11: LES SYMBOLES ET BUTS DE L'ESSG
-Cours 12: L'EGREGORE DE L'ESSG
-Cours 13: LA MAGIE ONIRIQUE
-Cours 14 : TESTS

CE RCLE INTÉRIEUR
Ce cercle comprend 9 grades, et à chaque grade est associé des objectifs
(travaux magiques ou épreuves à surmonter et à réaliser) spécifiques dont la
réalisation sera nécessaire (condition sine qua non) à l’accession au Grade
suivant.
9
M.T KhemXnum
ORDRE DE L’ETOILE GNOSTIQUE
1. Degré Néophyte - Épreuve: Quête de la Vision et connaissance parfaite des
buts de l’Ordre.
2. Degré Acolyte - Épreuve: Travaux magiques sur les Mystères Elémentals
Lunaires ou les 16 Royaumes Elémentals (réalisation d’au-moins 4 Travaux
Elémentals) et initiation à l’astrologie sidérale (thème astral-progressions-
révolutions solaires) ;
3. Degré Theurgicus - Épreuve: Travaux sur les Demeures (les 28 Mansions)
Lunaires Talismaniques (réalisation d’au-moins 4 Travaux Talismaniques) ;
4. Degré Deaconis : Épreuve d’Évocation des hiérarchies Enochiennes
(Premier Ordre des entités ou évocation des Nephilim ou Bne Elohim et, au
moins 3 Invocations, incluant les archanges du 1er Ordre, en sachant qu’il
existe en réalité 7 Épreuves en rapport avec les archanges du 1er Ordre) ;
5. Degré Pontifex - Épreuve: Travaux Enochiens Avancés incluant des
épreuves touchant à la partie élémentaire de l’Archaeomancie ou la révélation
des Mystères de SHEMIAZA (au moins deux évocations- incluant les Anges
gouverneurs des Décans et les Anges/Démons Quinaires associés) ;
6. Degré Sanctus Rex/Regina – Épreuve X V (Tetra-sacramentaire) & Travaux
Avancés en Archaeomancie (Dimensions Qabbalistiques – au moins 2) -
incluant l’Invocation de Celui qui n’est pas Né ;
7. Degré Hiérophante - Épreuve: Tessarenoi (4 Temples) – Etre capable de
générer la totalité des 4 reliquaires trans-dimensionnels ;
8. Degré Dominus : épreuve des Étoiles Gnostiques des 7 Rayons – incluant
les rituels avancés du Rite de Celui qui n’est pas Né et une adaptation du Rite
d’Abramelin le Mage. Travaux Alchimiques ;
9. Degré de Magus : Épreuve de la brisure des Qliphoth (Travaux Abysmaux
et franchissement du "Portail de la Traversée", Travaux sur la CITE DES
PY RAMIDES), Invocation et maîtrise d’Azrael, Travaux Suprêmes
d’Archaeomancie ou exploration des 40 Mondes (Dimensions Kabbalistiques
Trapézoïdales).

CONTACT: balthotas@ yahoo.fr

10
M.T KhemXnum