Vous êtes sur la page 1sur 106

Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

Dédicace

A mon Très cher Père Léon

Je ne saurais comment te témoigner toute ma reconnaissance. Ce travail est le fruit de tes


conseils, de ta présence et de nos efforts consentis.

A ma Très chère Mère Pulchérie

Je ne saurais comment te remercier pour tout ce que tu as fait pour moi. Reçois ce travail
comme le fruit de tous tes efforts.

A mes frères et sœurs Stéphane, Jonathan, Valdie, Indira et Orelle

J’espère ne pas vous avoir déçu. Que ce modeste travail soit l’expression de ma profonde
affection. Je vous remercie pour le soutient moral et l’encouragement que vous m’avez
accordés. Je vous souhaite tout le bonheur que vous méritez.

A tous mes ami(e)s

Je vous dédie ce modeste travail pour vos conseils, votre présence, vos soutiens morales,
physiques et matériels.

1
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

Remerciement

J’aimerais remercier M. ISSA AW, Ingénieur Télécom et professeur à l’Institut Supérieur

d’Informatique (ISI) pour m’avoir donné l’opportunité de travailler avec lui tout au long de
ce travail. Pour son encadrement, sa disponibilité, ses généreux conseils et pour le soutien
constant qu’il n’a cessé de me prodiguer, je lui dis merci.

J’adresse aussi mes remerciements à tout le corps professoral de l’Institut Supérieur

d’Informatique (ISI) pour tout le travail abattu pendant mes études à l’institut.

Je tiens également à remercier l’Institut Supérieur d’Informatique (ISI) pour la richesse de


ses formations.

Je remercie enfin les membres du jury pour avoir accepté d’évaluer mon travail. Qu’ils

trouvent ici toute ma reconnaissance et tout mon respect.

2
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

Avant-propos
Crée en 1988, l’Institut Supérieur d’Informatique (ISI) fait aujourd’hui parti des leaders dans
le domaine de l’enseignement supérieur au Sénégal.

L’institut dispose de deux départements à savoir celui de la gestion et d’informatique. Ainsi,


les disciplines comme le commerce international, la gestion de projet, les réseaux
informatiques, les réseaux télécoms… sont enseignés à l’institut. Les diplômes délivrés par
l’institut sont les suivants : le DTS (Diplôme de Technicien Supérieur), la Licence
Professionnelle et le Master Professionnel.

Afin de valider leur Master Professionnel, les étudiants sont amenés à rédiger un mémoire de
fin d’études portant sur un thème qu’ils auront choisi et qui aura été validé par la direction des
études.

Ainsi, dans l’objectif de boucler notre cursus de Master Professionnel en Réseaux et


Télécommunications, nous avons réalisé ce travail.

3
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

TABLE DES MATIERES

INTRODUCTION GENERALE.............................................................................................. 13
PREMIERE PARTIE ............................................................................................................... 15
ETAT DE L’ART DES RESEAUX MOBILES ...................................................................... 15
Chapitre 1 : Le Concept des Réseaux Cellulaires .................................................................... 16
Introduction .............................................................................................................................. 16
I/ Présentation des Réseaux Cellulaires ................................................................................... 16
I.1/ Division du territoire en plusieurs cellules..................................................................... 16
I.2/ Le Motif ......................................................................................................................... 19
I.3/ Distance de Réutilisation................................................................................................ 19
II/ Les Types d’antennes .......................................................................................................... 20
II.1/ Azimut .......................................................................................................................... 20
II.2/ Le Tilt ........................................................................................................................... 21
III/ Les Méthodes d’accès ........................................................................................................ 22
III.1/ Frequency Division Multiple Access (FDMA) ........................................................... 22
III.2/ Time Division Multiple Access (TDMA) ................................................................... 23
III.3/ Code Division Multiple Access(CDMA) .................................................................... 23
IV/ Les Interférences ................................................................................................................ 24
IV.1/ Les Interférences inter-symboles(IIS) ......................................................................... 24
IV.2/ Les Interférences Co-canal(ICC) ................................................................................ 25
IV.3/ Les Interférences inter-fréquences(IIF) ....................................................................... 25
V/ La Diversité ......................................................................................................................... 25
V.1/ La Microdiversité ......................................................................................................... 25
V.2/ La Macrodiversité ......................................................................................................... 25
Conclusion ................................................................................................................................ 26
Chapitre 2 : Présentation du Réseau UMTS............................................................................. 27
Introduction .............................................................................................................................. 27
I/ Présentation de l’UMTS ....................................................................................................... 27
I.1/Couverture Globale de l’UMTS ...................................................................................... 29
I.2/ HISTORIQUE ................................................................................................................ 30

4
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

II/ ARCHITECTURE DU RESEAU UMTS ........................................................................... 31


II.1/ User Equipement(UE)................................................................................................... 31
II.2/ UTRAN (UMTS Terrestrial Radio Access Network) .................................................. 32
II.2.1/ Node B ................................................................................................................... 32
II.2.2/ RNC (Radio Network Controller) .......................................................................... 33
II.2.3/ Les Interfaces ......................................................................................................... 34
II.3/ Core Network(CN) ....................................................................................................... 34
III/ Les Modes d’accès ............................................................................................................. 35
III.1/ Le Mode TDD ............................................................................................................. 36
III.2/ Le Mode FDD.............................................................................................................. 36
IV/ Le W-CDMA ..................................................................................................................... 36
IV.1/ Le Contrôle de Puissance ............................................................................................ 38
IV.1.1/ Le contrôle de puissance en boucle ouverte ......................................................... 39
IV.1.2/ Le contrôle de puissance en boucle fermée .......................................................... 39
IV.2/ Les interférences intra et intercellulaires .................................................................... 40
IV.2.1/ Les interférences intracellulaires .......................................................................... 40
IV.2.2/ Les interférences intercellulaires .......................................................................... 40
IV.3/ Les canaux UMTS ....................................................................................................... 41
IV.3.1/ Les canaux logiques.............................................................................................. 41
IV.3.2/ Les canaux de transport ........................................................................................ 41
IV.3.3/ Les canaux physiques ........................................................................................... 42
V/ Les mécanismes radio : Le Handover ................................................................................. 42
V.1/ Le hard handover .......................................................................................................... 43
V.2/ Le soft handover ........................................................................................................... 43
Conclusion ................................................................................................................................ 44
DEUXIEME PARTIE .............................................................................................................. 46
INGENIERIE RADIO.............................................................................................................. 46
CHAPITRE 1 : Dimensionnement de l’UTRAN ..................................................................... 47
Introduction .............................................................................................................................. 47
I / Les données d’entrée du processus de dimensionnement .................................................... 47
II/ Dimensionnement du Node B ............................................................................................. 48
II.2/ Dimensionnement du Node B sur le lien descendant ................................................... 50

5
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

III/ Dimensionnement des interfaces........................................................................................ 51


III.1/ Dimensionnement de l’interface Iu-b .......................................................................... 51
III.2/ Dimensionnement des l’interfaces Iu-CS et Iu-PS ...................................................... 51
III.3/ Dimensionnement de l’interface Iu-r........................................................................... 51
IV/ Dimensionnement du RNC ................................................................................................ 52
Conclusion ................................................................................................................................ 52
Chapitre 2 : Planification d’un Réseau 3G ............................................................................... 53
Introduction .............................................................................................................................. 53
I/ Les Modèles de Propagation ................................................................................................. 53
I.1/ Le modèle d’Okumura-Hata .......................................................................................... 54
I.2/ Le modèle COST 231 HATA ........................................................................................ 55
I.3/ Le Modèle de Walfish-Ikegami ..................................................................................... 55
II/ Le bilan de liaison ............................................................................................................... 58
II.1/ Définitions de quelques paramètres .............................................................................. 59
II.1.1/ Processing Gain ...................................................................................................... 59
II.1.2 / Eb/N0 ...................................................................................................................... 59
II.1.3/ Facteur de bruit ...................................................................................................... 59
II.1.4/ Marge de shadowing .............................................................................................. 59
II.1.5/ Marge de Rayleigh ................................................................................................. 59
II.1.6/ Gain du soft handover ............................................................................................ 60
II.1.7/ PIRE ....................................................................................................................... 60
II.1.8/ Sensibilité ............................................................................................................... 60
II.2/ Bilan de liaison pour le lien montant (uplink) .............................................................. 60
II.3/ Bilan de liaison sur le lien descendant (downlink) ....................................................... 61
III/ Identification et validation des sites radio .......................................................................... 62
III.1/ Le design radio ............................................................................................................ 63
III.2/ Le Survey radio ........................................................................................................... 63
IV/ Caractéristiques et contraintes du processus de planification d’un réseau 3G .................. 65
IV.1/ Caractéristiques ........................................................................................................... 65
IV.2/ Contraintes .................................................................................................................. 65
IV.2.1/ Respiration des cellules ........................................................................................ 65
IV.2.2/ Portée d’une cellule .............................................................................................. 65

6
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

IV.2.3/ Couverture et Capacité ......................................................................................... 66


V/ Les données de départ de la planification (paramètres input) ............................................. 67
V.1/ Le système de coordonnées .......................................................................................... 67
V.2/ La zone géographique à planifier ................................................................................. 67
V.3/ Type d’antenne ............................................................................................................. 68
V.4/ L’environnement .......................................................................................................... 69
Conclusion ................................................................................................................................ 69
TROISIEME PARTIE.............................................................................................................. 70
ETUDE DE CAS ...................................................................................................................... 70
Chapitre 1 : Les outils d’ingénierie radio des réseaux mobiles................................................ 71
Introduction .............................................................................................................................. 71
I/ Présentation ........................................................................................................................... 71
I.1/ WANDA ........................................................................................................................ 72
I.2/ RNP A9155 v6.2 ........................................................................................................... 73
I.3/ Atoll................................................................................................................................ 75
I.3.1/ Création et Gestion des sites.................................................................................... 77
I.3.2/ Gestion des secteurs ................................................................................................ 78
I.3.3/ Les différentes études de prédiction ........................................................................ 78
I.3.4/ Bases de données géographiques............................................................................. 79
I.3.5/ Définition d’un motif hexagonal ............................................................................ 79
II/ Pourquoi avoir choisi Atoll ? .............................................................................................. 80
Conclusion ................................................................................................................................ 81
Chapitre 2 : Etude de Cas ......................................................................................................... 82
Introduction .............................................................................................................................. 82
I/ Le cahier de charge ............................................................................................................... 82
Proportion des services ..................................................................................................... 85
II/ La zone géographique.......................................................................................................... 85
III/ Ingénierie............................................................................................................................ 86
III.1/ Dimensionnement ........................................................................................................ 86
III.1.1/ Le nombre d’abonnés............................................................................................ 86
III.1.2/ Le Bilan de Liaison ............................................................................................... 87
III.1.3/ Dimensionnement en fonction des services .......................................................... 88

7
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

III.1.4/ Dimensionnement de l’interface Iub ........................................................................ 88


EB_Factor : Equivalent bandwidth factor, avec pour valeur 125% ......................................... 89
III.1.5/ Les canaux de signalisation ...................................................................................... 89
Avec : ....................................................................................................................................... 89
III.1.6/ Dimensionnement du RNC....................................................................................... 89
III.2/ Planification .................................................................................................................... 90
III.2.1/ Système de coordonnées........................................................................................... 90
III.2.2/ Importation de la carte de Dakar .............................................................................. 90
III.2.3/ La zone à planifier .................................................................................................... 91
III.2.4/ Configuration des secteurs en fonction des environnements ................................... 92
III.2.5/ La carte de trafic ....................................................................................................... 93
III.2.6/ Configuration des paramètres UMTS ....................................................................... 94
III.2.7/ Génération automatique des sites ............................................................................. 95
IV/ Prédictions et optimisations ............................................................................................... 95
V/ Simulations .......................................................................................................................... 98
V.1/ Attribution des codes de brouillage .............................................................................. 98
V.2/ Carte de simulation du trafic et zone de service ........................................................... 99
VI/ Coût .................................................................................................................................. 100
Conclusion .............................................................................................................................. 100
CONCLUSION GENERALE ................................................................................................ 101
LISTE DES ABREVIATIONS .............................................................................................. 103
BIBLIOGRAPHIE ................................................................................................................. 106
WEBOGRAPHIE ................................................................................................................... 106

8
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

LISTE DES FIGURES

Figure 1 : Cellules Hexagonales............................................................................................... 17


Figure 2 : Motif régulier de 3 cellules ...................................................................................... 19
Figure 3 : Distance de réutilisation .......................................................................................... 20
Figure 4 : Uptilt mécanique et Downtilt mécanique ................................................................ 21
Figure 5 : Tilt Electrique .......................................................................................................... 21
Figure 6 : La Méthode d’accès FDMA .................................................................................... 22
Figure 7 : La Méthode d’accès TDMA .................................................................................... 23
Figure 8 : La Méthode d’accès CDMA .................................................................................... 24
Figure 9 : La Macrodiversité .................................................................................................... 26
Figure 10 : Couverture du Réseau UMTS avec les différents types de cellules ...................... 29
Figure 11 : Architecture du Réseau UMTS (Entités+Interfaces) ............................................. 31
Figure 12 : Les Méthodes d’accès et les fréquences utilisées par l’UMTS ............................. 35
Figure 13 : La technique d’accès CDMA................................................................................. 37
Figure 14 : Le Hard Handover ................................................................................................. 43
Figure 15 : Le Soft Handover et la macrodiversité .................................................................. 44
Figure 16 : Les inputs et outputs du dimensionnement ............................................................ 48
Figure 17 : Processus général de dimensionnement du Node B .............................................. 48
Figure 18 : Processus de dimensionnement du Node B sur le lien montant ............................ 49
Figure 19 : Processus de dimensionnement du Node B sur le lien descendant ....................... 50
Figure 20 : Processus de Dimensionnement de l’interface Iu-b............................................... 51
Figure 21 : Processus de dimensionnement du RNC ............................................................... 52
Figure 22 : Les paramètres du bilan de liaison sur le lien montant .......................................... 60
Figure 23 : Les paramètres du bilan de liaison sur le lien descendant ..................................... 61
Figure 24 : Processus de validation d’un site radio .................................................................. 62
Figure 25 : Processus général de planification et de dimensionnement d’un réseau W CDMA
.................................................................................................................................................. 66
Figure 26 : Zone à planifier (Atoll) .......................................................................................... 67
Figure 27 : Une antenne sectorielle et son digramme de rayonnement vertical et horizontal . 68
Figure 28 : Une antenne omnidirectionnelle ............................................................................ 68
Figure 29 : Les outils d’ingénierie et les réseaux mobiles ....................................................... 71
Figure 30 : L’interface graphique de WANDA ....................................................................... 72
Figure 31 : Vue en 3D d’un immeuble ..................................................................................... 72
Figure 32 : Interface graphique de RNP A9155 v6.2 ............................................................... 73
Figure 33 : Onglet Data de RNP .............................................................................................. 73
Figure 34 : L’onglet Geo de RNP ............................................................................................ 74
Figure 35 : L’onglet Modules du RNP ..................................................................................... 74
Figure 36 : Les différents types de prédiction de RNP ............................................................ 74

9
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

Figure 37 : Les différents types de réseaux mobiles configurables avec Atoll ........................ 75
Figure 38 : Interface d’accueil d’Atoll ..................................................................................... 75
Figure 39 : L’onglet Data d’Atoll ............................................................................................ 76
Figure 40 : L’onglet Geo d’Atoll ............................................................................................. 76
Figure 41 : L’onglet Modules d’Atoll ...................................................................................... 77
Figure 42 : Création d’un site................................................................................................... 77
Figure 43 : Gestion d’un secteur .............................................................................................. 78
Figure 44 : Les méthodes de prédiction ................................................................................... 79
Figure 45 : Carte de Dakar (Format MIF) ................................................................................ 79
Figure 46 : Définition d’un motif hexagonal pour une zone .................................................... 80
Figure 47 : La zone à planifier ................................................................................................. 86
Figure 48 : Définition du système de coordonnées .................................................................. 90
Figure 49 : La Carte de Dakar .................................................................................................. 90
Figure 50 : La zone à planifier ................................................................................................. 91
Figure 51 : Superficie de la zone à planifier ............................................................................ 91
Figure 52 : Paramétrage des environnements .......................................................................... 92
Figure 53 : La carte de trafic .................................................................................................... 94
Figure 54 : Types de mobilité et d’environnement .................................................................. 94
Figure 55 : Génération automatique des sites .......................................................................... 95
Figure 56 : Prédiction de couverture ........................................................................................ 96
Figure 57 : Prédiction de la qualité du signal Ec/Io ................................................................. 96
Figure 58 : Prédiction de couverture par émetteur ................................................................... 97
Figure 59 : Prédiction de recouvrement ................................................................................... 97
Figure 60 : Attribution des codes de brouillage ....................................................................... 98
Figure 61 : Carte de simulation du trafic.................................................................................. 99
Figure 62 : Nombre d’utilisateurs et probabilité de blocage .................................................... 99

10
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

LISTE DES TABLEAUX


Tableau 1 : Historique de l’UMTS ........................................................................................... 30
Tableau 2 : Les Interfaces du Réseau ....................................................................................... 34
Tableau 3 : Comparaison des Modes TD-CDMA et W-CDMA.............................................. 36
Tableau 4 : Les canaux logiques du réseau UMTS .................................................................. 41
Tableau 5 : Les canaux de transport du réseau UMTS ............................................................ 41
Tableau 6 : Les canaux physiques du réseau UMTS ............................................................... 42
Tableau 7 : Les paramètres du bilan de liaison ........................................................................ 58
Tableau 8 : Les valeurs de Eb/No ............................................................................................. 82
Tableau 9 : Caractéristiques des terminaux.............................................................................. 83
Tableau 10 : Types de mobilité ................................................................................................ 83
Tableau 11 : Profil des utilisateurs ........................................................................................... 84
Tableau 12 : Caractéristiques des environnements .................................................................. 84
Tableau 13 : Caractéristiques des services ............................................................................... 85
Tableau 14: Proportion des services......................................................................................... 85
Tableau 15 : Nombre d’abonnés par environnement ............................................................... 86
Tableau 16 : Bilan de liaison sur le lien Uplink ....................................................................... 87
Tableau 17 : Résultats du dimensionnement en fonction des services .................................... 88
Tableau 18: Largeur de bande .................................................................................................. 88
Tableau 19: Les valeurs des PCR ............................................................................................. 88
Tableau 20: Caractéristiques du RNC ...................................................................................... 89
Tableau 21 : Les paramètres des secteurs et des cellules ......................................................... 93
Tableau 22: Coût d'un site ...................................................................................................... 100

11
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

Résumé
Les réseaux mobiles cellulaires ont acquis pendant la décennie 1990 une place fondamentale
dans le monde des télécommunications. S’ils offrent aux utilisateurs une liberté de
mouvements pour l’accès aux services de télécommunications, il n’en reste pas moins que le
service de mobilité engendre une complexité supplémentaire tant pour les concepteurs de
systèmes que pour les opérateurs de ces système.

La mise en place d’un réseau UMTS nécessite une ingénierie radio. L’ingénierie de
dimensionnement et de planification représente une étape très importante dans le cycle de vie
des réseaux mobiles.

La croissance continue de la demande en communications fait du design radio des réseaux


UMTS une tâche perpétuelle. Cette tâche est d'une grande complexité du fait du volume
immense de données à écouler associées à plusieurs problèmes et contraintes d'ingénieries.

L’objectif de ce travail est de réaliser l’ingénierie de dimensionnement et de planification


d’un réseau 3G : UMTS.

Nous entamons notre travail avec une première partie qui porte sur l’état de l’art des réseaux
mobiles ; nous y présentons le concept des réseaux cellulaires et le réseau UMTS.

Dans la deuxième partie nous parlons des règles d’ingénierie de dimensionnement et de


planification d’un réseau 3G.

La dernière partie est consacrée à une étude de cas réalisée dans la région de Dakar.

12
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

INTRODUCTION GENERALE

Les réseaux de télécommunications font parti de la vie de l’homme depuis l’apparition du


premier téléphone. Ils ont un impact sur nos modes de vie, nos distractions…

Les réseaux cellulaires ont énormément contribué à ces changements. Ces réseaux ont connu
une grande mutation depuis l’avènement des réseaux de première génération (1G) ; nous
sommes passés des réseaux de première génération aux réseaux de la quatrième génération
(4G). Les réseaux de deuxième génération (2G) comme le GSM et le GPRS, donnent un
accès limité en terme de débit pour les services de types voix et données. Le GSM propose un
débit de 13 Kbits/s pour la voix et 12 Kbits/s pour les données ; tandis que le GPRS qui est
censé améliorer le débit des services de type données pour le GSM propose un débit de 171,2
Kbits/s avec un codage CS-4.

Dans ce contexte, il est important de souligner que les utilisateurs ou abonnés demandent
toujours plus en termes de débit et de qualité de services. Avec l’apparition des différents
services multimédias, jeux en ligne, achats en ligne, réseaux sociaux et autres, l’opérateur est
appelé à réfléchir à comment satisfaire cette demande. La solution consistera à passer de la
2G à la 3G avec un coût élevé pour l’opérateur à cause des nouvelles infrastructures à
déployer.

La norme UMTS (Universal Mobile Telecommunication System) est celle utilisée par les
réseaux de troisième génération. Elle permet des améliorations substantielles par rapport aux
réseaux de deuxième génération (2G). Les technologies développées autour de cette norme
conduisent à une augmentation significative des vitesses de transmission pouvant atteindre
384 Kbits/s voire 2 Mbits/s. De tels débits sont significativement supérieurs à ceux permis par
le GSM et le GPRS. En utilisant une technique d’accès multiple basé sur le CDMA (code
multiple access), l’UMTS offre la possibilité aux opérateurs de faire du haut débit notamment
du multimédia. Cette technique permet une abondance du spectre fréquentiel, la fréquence
n’est plus une ressource rare puisqu’une seule bande de fréquence peut être utilisée par
plusieurs abonnés qui sont différenciés par des codes.

13
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

Notre travail a pour but d’étudier l’ingénierie des réseaux mobiles de troisième génération.
Autrement dit le dimensionnement et la planification des réseaux 3G.

La mise en place d’un réseau 3G nécessite une ingénierie pointue afin d’atteindre les objectifs
visés pour satisfaire la qualité de service. L’ingénierie de dimensionnement et de planification
consiste dans un premier temps à établir un bilan de liaison, puis de l’appliquer à un modèle
de propagation afin de trouver le rayon de la cellule et dans un deuxième temps de déterminer
le nombre d’équipements (Node B, RNC, MSC…).

La première partie de notre travail sera consacrée à l’état de l’art des réseaux mobiles. Ainsi,
le premier chapitre parlera du concept des réseaux cellulaires. Nous y étudierons les bases de
ces réseaux à savoir : les méthodes d’accès, les motifs, la distance de réutilisation, les
interférences… Dans le second chapitre nous présenterons le réseau UMTS depuis
l’architecture jusqu’au fonctionnement.

La seconde partie aura trait à l’ingénierie radio. Le premier chapitre de cette partie décrira le
processus de dimensionnement des réseaux 3G. Le second chapitre sera consacré à la
planification.

La troisième partie concerne une étude de cas. Le premier chapitre présentera les outils
d’ingénierie radio des réseaux mobiles en général et d’Atoll l’outil de référence en particulier.
Dans le second chapitre nous ferons une simulation de dimensionnement et de planification
d’un réseau 3G avec le logiciel Atoll

14
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

PREMIERE PARTIE

ETAT DE L’ART DES RESEAUX


MOBILES

15
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

Chapitre 1 : Le Concept des Réseaux Cellulaires

Introduction
Les réseaux peuvent être définis comme un ensemble d’entités interconnectés afin
d’accomplir des tâches bien définies.
Ainsi, on distingue plusieurs types de réseaux : réseaux informatiques, réseaux de données,
réseaux de transport, réseaux de télécommunications…

Prenons par exemple le dernier réseau qui englobe la téléphonie fixe et mobile.
Les réseaux de télécommunications ont fait leur preuve tant par leur fiabilité que par leur
qualité de service.

Dans ce chapitre, nous nous intéresserons au concept des réseaux cellulaires qui définissent en
réalité les réseaux mobiles. Mettre en place un tel réseau, n’est pas chose facile, il est donc
important de maîtriser ce concept.

I/ Présentation des Réseaux Cellulaires

Afin de couvrir un territoire donné, il est indispensable de le diviser en plusieurs cellules.


Ceci est la particularité des réseaux cellulaires. Une telle division du territoire nécessite la
prise en compte de plusieurs facteurs ou paramètres : Motif, distance de réutilisation des
fréquences, interférences, allocation des canaux, etc.

I.1/ Division du territoire en plusieurs cellules

Le principe de ce système est de diviser le territoire en de petites zones, appelées cellules, et


de partager les fréquences radio entre celles-ci. Ainsi, chaque cellule est constituée d'une
station de base à laquelle on associe un certain nombre de canaux de fréquences à bande
étroite, sommairement nommés fréquences. Ces fréquences ne peuvent pas être utilisées dans
les cellules adjacentes afin d'éviter les interférences. Ainsi, on définit des motifs, aussi appelés

16
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

clusters, constitués de plusieurs cellules, dans lesquels chaque fréquence est utilisée une seule
fois.

Figure 1 : Cellules Hexagonales

Graphiquement, on représente une cellule par un hexagone car cette forme approche celle d'un
cercle. Cependant, en fonction de la nature du terrain et des constructions, les cellules n'ont
pas une forme circulaire. De plus, afin de permettre à un utilisateur passant d'une cellule à une
autre de garder sa communication, il est nécessaire que les zones de couverture se recouvrent
de 10 à 15%, ce qui renforce la contrainte de ne pas avoir une même bande de fréquences
dans deux cellules voisines.

Pour éviter les interférences à plus grande distance entre cellules utilisant les mêmes
fréquences, il est également possible d'asservir la puissance d'émission de la station de base en
fonction de la distance qui la sépare de l'utilisateur. Le même processus du contrôle de la
puissance d'émission est également appliqué en sens inverse. En effet, pour diminuer la
consommation d'énergie des mobiles et ainsi augmenter leur autonomie, leur puissance
d'émission est calculée en fonction de leur distance à la station de base. Grâce à des mesures
permanentes entre un téléphone mobile et une station de base, les puissances d'émission sont
régulées en permanence pour garantir une qualité adéquate pour une puissance minimale.

En résumé, une cellule se caractérise:

• par sa puissance d'émission nominale, ce qui se traduit par une zone de couverture à
l'intérieur de laquelle le niveau du champ électrique est supérieur à un seuil déterminé
• par la fréquence de porteuse utilisée pour l'émission radioélectrique et
• par le réseau auquel elle est interconnectée.

17
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

Il faut noter que la taille des cellules n'est pas la même sur tout le territoire.

En effet, celle-ci dépend:

• du nombre d'utilisateurs potentiels dans la zone,


• de la configuration du terrain (relief géographique, présence d'immeubles, ...),
• de la nature des constructions (maisons, buildings, immeubles en béton, ...) et
• de la localisation (rurale, suburbaine ou urbaine) et donc de la densité des
constructions.

Ainsi, dans une zone rurale où le nombre d'abonnés est faible et le terrain relativement plat,
les cellules seront plus grandes qu'en ville où le nombre d'utilisateurs est très important sur
une petite zone et où l'atténuation due aux bâtiments est forte. Un opérateur devra donc tenir
compte des contraintes du relief topographique et des contraintes urbanistiques pour
dimensionner les cellules de son réseau. On distingue pour cela trois services principaux:

1. Le service ``Outdoor'' qui indique les conditions nécessaires pour le bon déroulement
d'une communication en extérieur.
2. Le service ``Incar'' qui tient compte des utilisateurs se trouvant dans une voiture.
3. Le service ``Indoor'' qui permet le bon déroulement des communications à l'intérieur
des bâtiments.

Cette catégorie de service se subdivise à son tour en deux:

1. Le ``Soft Indoor'' lorsque l'utilisateur se trouve juste derrière la façade d'un


bâtiment.
2. Le ``Deep Indoor'' lorsqu'il se trouve plus à l'intérieur.

La grille hexagonale permet de respecter les conditions suivantes :

• Taille de cellules identique, donc couverture homogène et répartition à priori


homogène du trafic sur chacune des cellules.
• Meilleure couverture et qualité de service (par exemple, un service Indoor Deep peut
être obtenu au centre ville en resserrant les distances inter-site).
• Application d'un motif de réutilisation de fréquences régulier

18
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

• Pour cette même contrainte des fréquences réutilisés les sites tri sectoriels sont
préférés aux configurations omnidirectionnelles.

I.2/ Le Motif
On appelle motif le plus petit groupe de cellules contenant une et une seule fois l'ensemble
des canaux radio. Ce motif est répété sur toute la surface à couvrir. Plus le motif est grand,
plus la distance de réutilisation est grande.

Des considérations géométriques et arithmétiques permettent de démontrer qu'un motif ayant


un nombre de fréquences donné est optimal s'il est régulier. Les motifs réguliers les plus
courants sont composés de 3, 4, 7, 9, 12 et 21 cellules. Dans le cas de motifs irréguliers, la
distance de réutilisation reste inférieure à celle du motif régulier de taille immédiatement
inférieure.

Figure 2 : Motif régulier de 3 cellules


I.3/ Distance de Réutilisation
Il est important de préciser que le concept de réseaux cellulaires implique l’allocation de
ressources (fréquences) à chaque station de base.

Ainsi, afin d’éviter les interférences, il est important de déterminer la distance de réutilisation
de ces fréquences.

N.B : Avec N représentant le motif

19
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

Figure 3 : Distance de réutilisation

II/ Les Types d’antennes


Une antenne est caractérisée par son digramme de rayonnement, son ouverture, sa
polarisation, sa directivité, son gain, sa puissance isotrope rayonnée équivalente(PIRE), sa
surface équivalente de réception et la bande dans laquelle elle peut être utilisée.

Plusieurs types d’antennes sont utilisés dans les réseaux cellulaires, on retrouve :

• Les antennes omnidirectionnelles : Elles sont utilisées en extérieur et


particulièrement en environnement rural. Ces antennes ne sont directives que
verticalement et présentent des gains de 2 à 11dBi.
• Les antennes directionnelles : Elles se présentent sous la forme de panneaux, elles
sont installées en environnement extérieur pour la couverture de zones urbaines ou
rurales. Leur gain peut atteindre 18 dBi.

II.1/ Azimut
Chaque antenne est dirigée dans une direction déterminée par des simulations, de manière à
couvrir exactement la zone définie. La direction principale de propagation de l’antenne, c'est-
à-dire la direction dans laquelle l’antenne émet à sa puissance la plus importante est dirigée
dans l’azimut établi. L’azimut est un angle qui se compte en degrés, positivement dans le sens
horaire, en partant du nord (0°). De cette façon, l’azimut 90° correspond à l’est, l’azimut 180°
au sud, etc.…

20
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

II.2/ Le Tilt
Le tilt est l’angle d'inclinaison (en degrés) de l'azimut du lobe principal de l'antenne dans le
plan vertical. Le diagramme de rayonnement d'une antenne avec un tilt positif sera dirigé vers
le haut, alors qu’un tilt négatif fera pointer l’antenne vers le bas.
Il existe deux types de tilt :
• Mécanique : il suffit de relever légèrement l’antenne sur son support, pour qu’elle
soit dirigée dans la direction souhaitée.

Figure 4 : Uptilt mécanique et Downtilt mécanique

• Electrique : réglage d’environ 2 à 10°, en tournant une partie mécanique à l’arrière


de l’antenne qui joue sur le déphasage des signaux dans les différents dipôles
constituant de l’antenne.

Figure 5 : Tilt Electrique

21
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

III/ Les Méthodes d’accès


Dans les réseaux cellulaires la transmission radio passe par l’interface radio, que se partagent
les utilisateurs d’une même cellule. Plusieurs méthodes d’accès permettent aux mobiles
d’accéder à la ressource radio.
Ces méthodes ont la particularité de diviser la bande de fréquence, généralement très limitée,
en plusieurs canaux physiques assurant la communication tout en respectant les contraintes
permettant d’éviter les interférences.
Afin de permettre aux utilisateurs de bénéficier des ressources du réseau, différents types de
multiplexage sont utilisés. En général, on distingue trois types de multiplexage : le FDMA
(Frequency Division Multiple Access), le TDMA (Time Division Multiple Access) et le
CDMA (Code Division Multiple Access).

III.1/ Frequency Division Multiple Access (FDMA)


La méthode d’accès FDMA, repose sur un multiplexage en fréquences.
Le multiplexage fréquentiel divise la bande de fréquences en plusieurs sous bandes, chaque
communication est placée sur une fréquence dite porteuse, ou carrier, qui est la fréquence
spécifique du canal: Chaque porteuse ne peut transporter que le signal d’un seul utilisateur.
Cette méthode nécessite une séparation entre les porteuses pour éviter les interférences.
La méthode FDMA est essentiellement utilisée par les réseaux analogiques tels que l’AMPS
qui comporte 823 porteuses, avec une séparation de 30 KHz entre les porteuses adjacentes.

Figure 6 : La Méthode d’accès FDMA

22
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

III.2/ Time Division Multiple Access (TDMA)

La méthode d’accès TDMA, offre la totalité de la bande de fréquences à chaque utilisateur


pendant une fraction de temps donnée, dénommée slot (intervalle).
L’émetteur de la station mobile stocke les informations avant de les transmettre sur le slot,
autrement dit dans la fenêtre temporelle qui lui est consacrée.

Les différents slots sont regroupés en une trame, le système offrant ainsi plusieurs voies de
communication aux différents utilisateurs.
La succession des slots dans les trames forme le canal physique de l’utilisateur.
Le récepteur enregistre les informations à l’arrivée de chaque slots et reconstitue le signal à la
vitesse du support de transmission.

Figure 7 : La Méthode d’accès TDMA

III.3/ Code Division Multiple Access(CDMA)


Le CDMA autorise l’allocation de la totalité da la bande de fréquences, de manière simultanée
à tous les utilisateurs d’une même cellule. Un code binaire spécifique est octroyé à chaque
utilisateur qui s’en sert pour transmettre les informations.

L’attribution de différents codes permet une réutilisation de la même fréquence dans les
cellules voisines. Excédant le nombre maxi de codes attribués, la surcharge de la cellule
affecte en outre tous les autres utilisateurs par l’interférence provoquée sur leurs canaux alors
qu’un seul utilisateur est brouillé en TDMA.

23
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

Figure 8 : La Méthode d’accès CDMA

IV/ Les Interférences


Nous avons vu plus haut qu’il n’est pas possible d’utiliser une bande de fréquence donnée
dans deux cellules adjacentes. Ceci est du aux interférences : les signaux se perturbent entre
eux.

On distingue trois types d’interférences qui doivent être pris en compte au moment de la
planification :

Les interférences inter-symboles (IIS),


Les interférences co-canal (ICC),
Les interférences inter-fréquences (IIF).

IV.1/ Les Interférences inter-symboles(IIS)


Pendant l’émission d’un signal, les ondes électromagnétiques qui le composent subissent des
réflexions plus ou moins nombreuses en fonction de l’environnement.

Un symbole (unité de base du signal) peut donc arriver au terminal mobile par plusieurs
chemins. Comme ces chemins sont de longueurs différentes, un même symbole est reçu
plusieurs fois à des moments différents.
Par conséquent, au même moment, le mobile perçoit plusieurs symboles différents.
Il peut être difficile de les distinguer : c’est l’interférence inter-symbole.

24
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

IV.2/ Les Interférences Co-canal(ICC)


Ce type d’interférence a lieu quand plusieurs émissions ont lieu sur la même bande de
fréquence. C’est le cas entre deux cellules qui utilisent les mêmes canaux pour leurs
communications. Les signaux des deux émissions se mélangent : c’est l’interférence Co-
canal.

IV.3/ Les Interférences inter-fréquences(IIF)


Un signal émis à une fréquence donnée s’affaiblit pendant son transport : il perd de la
puissance, et sa fréquence se modifie : c’est l’´etallement de spectre.

Il y a donc recouvrement entre des signaux voisins : c’est l’interférence inter-fréquences.

V/ La Diversité
Dans le but de réduire l’affaiblissement du signal dû aux trajets multiples des techniques de
diversité sont utilisés. On distingue deux types de diversité :

La microdiversité
La macrodiversité

V.1/ La Microdiversité
Les antennes se trouvent sur le même site, on distingue deux types : la diversité spatiale et la
diversité de polarisation.

• La diversité spatiale consiste à installer deux antennes séparées par une certaine
distance de l’une de l’autre.
• La diversité de polarisation consiste à placer au niveau de la station de base une
antenne de type sectoriel pouvant émettre et recevoir sur la polarisation à +45°et -45°

V.2/ La Macrodiversité
Elle est mise en œuvre dans les réseaux utilisant la technique d’accès CDMA.

Elle permet à un mobile d’écouter en même temps des signaux provenant de deux sites
(stations de base) différents.

25
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

Figure 9 : La Macrodiversité

Conclusion
Tout au long de ce chapitre nous avons parlé du concept des réseaux cellulaires, mettre en
place un tel réseau implique la prise en compte de certains paramètres.

Ainsi, il y a d’abord le découpage du territoire en plusieurs zones appelées cellules à partir


d’un motif. Chaque cellule dispose d’une station de base et d’une ou plusieurs porteuses. Afin
d’optimiser l’utilisation des fréquences, une distance de réutilisation doit être déterminée.

Outre ce concept, il convient de prendre en compte les méthodes d’accès utilisées dans ces
réseaux, à savoir le FDMA, le TDMA et le CDMA.

Enfin, disons que ces réseaux sont appelés à évoluer, aujourd’hui nous le remarquons plus que
jamais ; nous sommes passés des réseaux mobiles de première génération (1G) aux réseaux
mobiles de quatrième génération (4G).

26
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

Chapitre 2 : Présentation du Réseau UMTS

Introduction
Les réseaux mobiles n’ont pas cessé de changer depuis les réseaux de première génération,
nous sommes passés de la 1G, 2G, 3G à la 4G aujourd’hui.

Dans ce chapitre nous ne nous intéresserons qu’aux réseaux mobiles de troisième génération
ou 3G. Ces réseaux sont apparus suite à une demande croissante des services multimédia et
d’une meilleure qualité de service.

Disons que l’UMTS est la norme de nouvelle génération pour la transmission vocale, texte,
vidéo ou multimédia numérisée. La téléphonie standard, l’accès à l’Internet, la téléphonie
vidéo et des services spécialement adaptés tels que les actualités et les informations sur la
bourse seront mis à disposition des utilisateurs sans interruption, où qu’ils soient et lorsqu’ils
sont en déplacement.
L’UMTS utilisera la technologie cellulaire, terrestre et satellite et donnera donc une
couverture résidentielle et sur les bureaux, rues, zones urbaines et régions rurales et lointaines.
Ainsi, nous présenterons l’UMTS dans un premier temps, puis nous parlerons de
l’architecture du réseau dans un second temps et enfin nous parlerons des modes d’accès, de
la technique d’accès multiple CDMA et des mécanismes radio.

I/ Présentation de l’UMTS
L’UMTS (Universal Mobile Telecommunications System) désigne une technologie retenue
dans la famille dite IMT 2000 (International Mobile Télécommunications) comme norme
pour les systèmes de télécommunications mobile dits de troisième génération (3G), qui
succéderont progressivement au standard actuel : le GSM.
L’UMTS permet des améliorations substantielles par rapport au GSM, notamment :

Elle rend possible un accès plus rapide à Internet depuis les téléphones
portables, par un accroissement significatif des débits des réseaux de
téléphonie mobile.

27
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

Elle améliore la qualité des communications en tendant vers une qualité


d’audition de celle de la téléphonie fixe.
Elle permet de concevoir une norme compatible à l’échelle mondiale,
contrairement aux technologies actuelles (les normes utilisées aux Etats-Unis
et au Japon ne sont pas toutes compatibles avec le GSM).
Elle répond au problème croissant de saturation des réseaux GSM, notamment
en grandes villes.
Des services plus rapides, plus sophistiqués, quel que soit le lieu, et même en
déplacement.
Des débits de 2Mbit/s (accès radio dans une « cellule » de zone locale),
144kbps (pour un déplacement sur n’importe quelle distance), et plus de
2Mbit/s (câblé)
La transmission vocale et numérique, graphique, audio
L’accès aux services tels que messagerie vocale, téléphonie vidéo, vidéo
conférence (y compris multipartite) téléconférence

Les technologies développées autour de la norme UMTS conduisent à une amélioration


significative des vitesses de transmission pouvant atteindre 2 Mbit/s. De tels débits sont
significativement supérieurs à ceux permis par les réseaux GSM actuels (9,6 kbit/s) ou par le
GPRS.

Cette amélioration des débits est rendue possible par l’évolution des technologies radio qui
autorise une meilleure efficacité spectrale et l’exploitation de bandes de spectre de fréquence
supérieure à celles utilisées par la technologie GSM. Alors que les réseaux GSM déployés au
cours des dernières années reposaient sur l’utilisation de bandes de fréquences autour de 900
MHz et de 1800 MHz, la norme UMTS exploite de nouvelles zones du spectre (notamment
les bandes 1920-1980 MHz et 2110-2170 MHz pour le W-CDMA et les bandes 1900-1920
Mhz et 2010-2025 MHz pour le TD-CDMA).

Ces différences entre les normes GSM et UMTS rendent nécessaires le déploiement de
nouveaux réseaux de stations de base, y compris pour les opérateurs existants.

28
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

I.1/Couverture Globale de l’UMTS

La couverture globale de la planète s’organise en une structure cellulaire hiérarchisée qui


assurera l’itinérance (roaming) mondiale.
Au sommet de la hiérarchie se trouvent les satellites qui assurent une couverture sur
l’ensemble de la planète. Le réseau terrestre radio lui s’occupe de la couverture terrestre
suivant une répartition en macro, micro et picocellules.
Les macrocellules couvrent les zones suburbaines et rurales, les microcellules les zones
urbaines (forte densité d’utilisateurs) et les picocellules les zones bien définies telles les
immeubles, les environnements intérieurs (indoor).

Figure 10 : Couverture du Réseau UMTS avec les différents types de cellules

29
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

I.2/ HISTORIQUE

Le tableau ci-après fait un récapitulatif de le l’histoire de l’UMTS.

Années Réalisations
1987-1995 Projet RACE I et RACE II. Premières études sur les caractéristiques
techniques de l’UMTS
1992 Une bande spectrale de 230 Mhz autour de 2Ghz est identifiée pour
y déployer les systèmes de troisième génération
1995-1999 Projet ACTS/FRAMES. Etudes focalisées sur deux techniques
d’accès radio FMA1 et FMA2 qui sont les précurseurs de
l’UTRA/TDD et l’UTRA/FDD
Décembre 1996 Début des activités de standardisation de l’UMTS
Juin 1998 Dix technologies d’accès radio terrestres sont proposées à l’UIT
pour faire partie de l’IMT-2000 ainsi que des technologies par
satellites
Octobre 1998 L’UIT sélectionne les 6 technologies d’accès radio terrestres qui
composent actuellement l’IMT-2000 : UTRA/FDD, UTRA/TDD, TD-
SCDMA, cdma2000, UWC-136 et DECT. Il sélectionne aussi des
technologies par satellites.
Décembre 1998 Début des activités du 3GPP visant à achever les spécifications du
réseau d’accès radio et du réseau cœur qui composent l’UMTS avec
une participation internationale
Mars 1999 La Finlande est le premier pays européen à se voir attribuer les
licences UMTS

2000 Elargissement des bandes de fréquences


2001-2004 Premiers déploiements commerciaux de l’UMTS en Europe et au
Japon
Tableau 1 : Historique de l’UMTS

30
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

II/ ARCHITECTURE DU RESEAU UMTS

Le réseau UMTS est constitué de trois parties qui sont : l’User Equipement, l’UTRAN et le
Core Network.

Figure 11 : Architecture du Réseau UMTS (Entités+Interfaces)

II.1/ User Equipement(UE)

Cette partie concerne le mobile, User Equipement désigne le terme générique à utiliser pour
les mobiles 3G. Il permet à l’utilisateur d’avoir accès au réseau via l’UTRAN.
On distingue : le Mobile Equipement(ME) et l’USIM (module de gestion de l’identité).

Le rôle de l'USIM est semblable à celui de la carte SIM en GSM. Elle enregistre les identités
de l'abonné telles que IMSI, TMSI, PTMSI, les données de souscription, la clé de sécurité
(Ki) et les algorithmes d'authentification et de génération de clé de chiffrement. L'UE peut se
rattacher simultanément aux domaines circuit (MSC) et paquet (SGSN).

Ainsi on retrouvera dans l’USIM les éléments suivants :

31
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

Code Pin ou procédure d’identification


La ou les Langues à utiliser
Répertoire des applications
IMSI/MSISDN
Le ou Les identifiants temporaires
Les clefs de chiffrages
Codes d’urgence
Messages courts (SMS, MMS)
Dernières données de localisation du ME
Réseaux Autorisés et préférences d’accès
Porteuses d’une cellule

Les identifiants utilisés dans le réseau sont les suivants :

IMSI : permet d’identifier l’utilisateur dans le réseau


MSISDN : numéro de téléphone de l’utilisateur s’inscrivant dans le plan
TMSI : identifiant temporaire du mode circuit
PTMSI : identifiant temporaire du mode paquet
IMEI : identifiant du terminal (peux être obtenu avec *#06#)

II.2/ UTRAN (UMTS Terrestrial Radio Access Network)

Il représente la partie radio du réseau UMTS, premier relais pour le mobile vers le réseau.
Il comprend deux entités : le Node B et le RNC (Radio Network Controller) qui constituent le
sous-système radio ou radio network subsystem(RNS).

II.2.1/ Node B

Le Node B est équivalent à la BTS du réseau GSM. Il peut gérer une ou plusieurs cellules. Il
inclut un récepteur CDMA qui convertit les signaux de l'interface Uu (Interface Air) en flux
de données acheminés au RNC sur l'interface Iub. Dans l'autre sens, le transmetteur CDMA
convertit les flux de données reçus du RNC pour leur transmission sur l'interface Air.
Il y a un Node B par cellule ou secteur.
Il a un rôle primordial dans les tâches physiques :

Codage/décodage canal

32
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

Entrelacement
Étalement de spectre
Modulation

Il joue également un rôle dans le handover en prélevant la qualité du signal.

II.2.2/ RNC (Radio Network Controller)


Il est l’équivalent du BSC en GSM, il gère les Node B qui sont sous son contrôle.

Ses principaux rôles sont les suivants :

Contrôler la puissance en boucle externe


Contrôler le Handover
Gérer l’admission et la charge des mobiles sur le réseau
Allouer des codes CDMA
Séquencer la transmission en mode paquet
Gérer la macro diversité
Contrôle l’admission ou le refus d’un utilisateur
Contrôle les ressources radios lors d’un handover

Deux rôles de RNC ont été introduits afin de gérer la macro-diversité et le handover inter
RNC : le Serving RNC et le Drift RNC (un RNC joue l’un ou l’autre des deux rôles pour une
communication). Chaque communication met en œuvre un Serving RNC, et passe par 0, 1 ou
plusieurs Drift RNC :

• Le Serving RNC : gère les connexions radio avec le mobile et sert de point de
rattachement au réseau de base via l’interface Iu. Il contrôle et exécute le handover.
• Le Drift RNC : sur ordre du Serving RNC, gère les ressources radio des Node B qui
dépendent de lui. Il effectue la recombinaison des liens lorsque du fait de la
macrodiversité plusieurs liens radio sont établis avec des Node B qui lui sont attachés.
Il envoie les données utilisateur vers le Serving RNC dans le sens montant et vers les
Node B dans le sens descendant.

Chaque Node B dispose d’un RNC et est relié à ce dernier par l’interface Iub.

33
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

Les nouveaux termes utilisés dans l’UTRAN sont les suivants :

SRNTI : permet d’associer d’une manière unique un UE à un SRNC.


DRNTI : permet d’associer un UE à un DRNC de manière unique.
CRNTI : cet identifiant est alloué au mobile dès que ce dernier passe sous la
couverture du Contrôle RNC.
URNTI : association du SRNTI et de l’identifiant du SRNC il permet d’identifier le
mobile dans l’UTRAN.

II.2.3/ Les Interfaces


Le réseau UMTS utilise de nouvelles interfaces qui sont regroupés dans le tableau ci-dessous.

INTERFACES LOCALISATION Descriptif en bref Equivalent GSM/GPRS


Interface radio qui permet au
Uu UE-UTRAN mobile de communiquer avec Um
l'UTRAN
Iu-CS permet au mobile de
UTRAN-Réseau communiquer avec le MSC/VLR
A
Iu
Fédérateur Iu-PS permet au mobile de
communiquer avec le SGSN Gb
Communication entre deux RNC,
Iur RNC-RNC permet la macrodiversité
Communication entre le Node B
Iub Node B-RNC et le RNC
A-bis
Tableau 2 : Les Interfaces du Réseau

II.3/ Core Network(CN)


Il représente le sous-système réseau ou encore le cœur de réseau. Il est divisé en deux parties :
une partie réservée à la voix gérée par le MSC/VLR et une partie réservée aux données gérée
par le SGSN ; les autres entités tels que le HLR (Home Location Register), l’AUC
(Authentication Center), le GGSN (Gateway GPRS Support Node), l’EIR (Equipement
Identity Register), IN (Intelligent Network) connaîtront une mise à jour afin de converger vers
UMTS.

Le CN permet l’interfaçage du réseau UTRAN avec les réseaux distants tels que RTCP
(Réseau Téléphonique Commuté Public), réseaux Internet, LAN (Local Area Network)
distants. Sa principale fonctionnalité, en plus de la gestion de localisation et du contrôle des
paramètres du réseau, est la commutation et le routage des données utilisateurs et de
signalisation entre les terminaux mobiles et les réseaux distants via l’interface radio.

34
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

Il existe deux approches pour la mise en place du CN.

La première approche consiste à déployer le réseau sans complètement changé le cœur de


réseau, on utilise les entités GSM et GPRS. Dans ce cas, l’UTRAN est connecté d’une part au
réseau voix par l’interface Iu-CS, toutefois le MSC devient le 3G MSC et d’autre part au
réseau de données par l’interface Iu-PS, cette fois le SGSN devient le 3G SGSN

La seconde approche consiste à mettre en place un réseau cœur dédié constitué d’un 3G MSC
et 3G SGSN qui vont interfacer avec l’UTRAN, cela reviendrait cher à l’opérateur. Cette
solution permet néanmoins un développement parallèle du réseau UMTS sans impact sur le
réseau GSM/GPRS courant.

III/ Les Modes d’accès


On entend par mode d’accès la manière dont la bande de fréquence est utilisée.

L’UMTS utilise deux méthodes d’accès : la méthode d’accès Time Division Duplex (TDD) et
la méthode d’accès Frequency Division Duplex (FDD). De ce fait, on distingue des bandes de
fréquences en fonction de la méthode d’accès utilisée.

On distingue :

• Deux bandes de fréquences attribuées à l’UMTS-FDD : la première allant de 1920


MHz à 1980 MHz pour la liaison montante et la deuxième de 2110 MHz à 2170
MHz pour la liaison descendante.
• Deux bandes de fréquences attribuées à l’UMTS-TDD : la première allant de 1900
MHz à 1920 MHz et la deuxième de 2010 MHz à 2025 MHz.

Figure 12 : Les Méthodes d’accès et les fréquences utilisées par l’UMTS

35
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

III.1/ Le Mode TDD


Le Mode TDD consiste à utiliser une seule bande de fréquence pour les communications. Ce
mode d’accès est utilisé par la technique de multiplexage TD-CDMA que nous détaillerons
ultérieurement. TD-CDMA est approprié pour les services de données en mode paquet, à haut
débit et asymétrique et est plus adapté pour les petites cellules.

III.2/ Le Mode FDD


En FDD, on distingue deux bandes de fréquences ; une bande de fréquence est utilisée pour la
voie montante (uplink) et l’autre pour la voie descendante (Downlink). Le mode FDD utilise
le concept W-CDMA (Wide band CDMA). Il s’agit d’une technique d’accès multiple par
répartition de code. W-CDMA est adapté aux services symétriques (voix et services de
données à bas et moyen débit en mode symétrique) et est particulièrement adapté aux grandes
cellules.
Paramètres Mode TDD Mode FDD
Accès Multiple TD-CDMA W-CDMA
Débit 384 Kbits/s 384 Kbits/s
Espacement entre Porteuses 5 MHZ avec un pas de 200 kHz 5 MHZ avec un pas de 200 kHz
Structure de la Trame 15 IT 15 IT
Durée d’une Trame 10 ms 10 ms
Modulation QPSK QPSK
Tableau 3 : Comparaison des Modes TD-CDMA et W-CDMA

IV/ Le W-CDMA
La technique d’accès multiple à répartition dans les codes est utilisée par l’UMTS afin de
garantir le haut débit (384 Kbits/s voire 2 Mbits/s), ce qui est tout à fait normale car l’UMTS
se doit d’assurer une qualité de service parfaite.

Des trois techniques d’accès qui existent à savoir le FDMA, le TDMA et le CDMA ; la
dernière est la plus complexe de toutes.

Le CDMA (Code Division Multiple Access) est une technique d’accès multiple grâce à
laquelle les différents utilisateurs peuvent communiquer en même temps dans une même
bande de fréquences.

36
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

La distinction entre chaque utilisateur se fait par codes connus exclusivement de l’émetteur et
du récepteur.

Figure 13 : La technique d’accès CDMA

Le CDMA peut être considéré comme une technique de partage de puissance au niveau de
l’émission de la station de base et de partage des interférences.

• Chaque station de base doit partager sa puissance entre les différents canaux de
communication établis avec le mobile.
• La possibilité d’établir de nouvelles communications dépend directement du niveau
d’interférences global. Plus le niveau d’interférence est élevé dans la cellule, moins le
nombre de nouveaux canaux allouables dans cette cellule est important. L’interférence
est de cette manière partagée entre les différents canaux.

Le CDMA repose sur l’utilisation de codes d’étalement (spreading codes) présentant des
propriétés d’orthogonalité permettant de distinguer les communications au niveau du
récepteur. Chaque utilisateur dispose d’un code unique pour l’encodage de l’information à
transmettre ; à la réception, le code connu du récepteur permet de décoder le signal reçu et de
récupérer l’information transmise.

Ainsi, le CDMA permet l’émission de plusieurs signaux sur la même fréquence, la fonction
de dé étalement permet de réduire les signaux étrangers à l’information à transmettre à une
suite proches de 0.

37
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

Cependant, même si les usagers sont séparés entre eux par leurs codes, une autre condition est
nécessaire pour assurer que le message transmis pourra être décodé avec un minimum
d'erreur : le rapport E /N0 du signal à la réception doit être suffisamment élevé. E représente
b b

l'énergie par bit du signal reçu (en Joule) et N0 la densité spectrale du bruit

(interférences+bruit thermique) (en Watt/Hz).

Ce rapport est directement lié au rapport signal à bruit SIR (Signal to Interference Ratio),
rapport de la puissance du signal reçu sur la puissance du bruit, par l’équation suivante :

E /N = SIR × W/R
b 0

On met ainsi en évidence un paramètre clé de tout système d'accès radio à étalement de
spectre qui est le gain d’étalement (Processing Gain). Ce dernier est défini comme le rapport
de la largeur de bande occupée par le signal d'information après (largeur de bande W) et avant
(largeur de bande R) étalement. Ainsi, on voit que plus le rapport W/R est grand (donc plus le
signal est étalé), plus on peut se permettre un rapport signal à bruit petit tout en assurant un E
b

suffisamment élevé, d'où l'importance de ce gain de traitement.

IV.1/ Le Contrôle de Puissance


Le Contrôle de puissance est une mesure vitale dans les systèmes utilisant le CDMA, il
intervient sur le lien montant (uplink). Un contrôle de puissance imparfait affecte directement
la capacité sur le lien montant. Sans contrôle de puissance rapide et précis, la capacité d’un
réseau cellulaire utilisant la technique d’accès CDMA est dégradée.

Le contrôle de puissance consiste à ajuster la puissance des liens montants de sorte qu’aucun
signal arrivant au niveau de la station de base ne soit plus puissant ou plus faible que les
autres pour un service donné. En pratique, c’est le rapport Eb/N0 qui est pris comme référence.

Les deux types de contrôle de puissance utilisés dans les systèmes fondés sur le CDMA sont
le contrôle de puissance en boucle ouverte OLPC (Open Loop Power Control) et le contrôle
de puissance en boucle fermée CLPC (Closed Loop Power Control).

38
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

IV.1.1/ Le contrôle de puissance en boucle ouverte


Il concerne uniquement le mobile (sens montant) et son but est de déterminer le niveau de
puissance du signal à transmettre avant de rentrer en communication avec la station de base. Ce
niveau de puissance est calculé en fonction de l'affaiblissement de parcours ou pathloss mesuré
dans la voie descendante sur des canaux définis dans ce but par le réseau. Le contrôle de
puissance en boucle ouverte permet de compenser des évanouissements à long terme
(affaiblissement de parcours du à des distances importantes entre l'émetteur et le récepteur) et,
en particulier, les évanouissements dus au phénomène de l'effet de masque ou shadowing
(évanouissement du à la présence d'obstacles tels que des arbres, des collines ou des
immeubles).
Une très forte hypothèse prise en compte dans le contrôle de puissance en boucle ouverte est
de considérer que les évanouissements dans les voies montante et descendante sont
identiques. Or, en mode FDD où la voie descendante et la voie montante se trouvent dans des
fréquences différentes, ce type de contrôle de puissance n'est pas très efficace pour compenser
les effets des évanouissements rapides car ces derniers dépendent de la fréquence porteuse du
signal de transmission et de la vitesse du mobile. En effet, les évanouissements rapides sont
caractérisés par des variations rapides de la puissance du signal dans des intervalles de temps
assez courts, et ils trouvent leur origine dans les réflexions du signal transmis sur les
différents obstacles et dans la vitesse relative entre le mobile et la station de base. Cela
entraîne une dégradation de type effet doppler avec un décalage en fréquence.

IV.1.2/ Le contrôle de puissance en boucle fermée


Le contrôle de puissance en boucle fermée est utilisé dans le but de compenser les
évanouissements rapides. Il est appelé à boucle fermée puisque, à la différence du contrôle de
puissance en boucle ouverte, le récepteur concerné calcule des commandes de contrôle et les
envoie à la source émettrice pour que celle-ci règle sa puissance d'émission.

Une fois que le mobile a établi un lien de communication avec la station de base, le contrôle
de puissance en boucle fermée est activé. Dans la voie montante, la station de base mesure de
manière permanente la qualité du signal en termes du rapport E /N0. Si la qualité du signal est
b

en dessus de la valeur E /N0 cible, la station de base envoie une commande sur le canal
b

descendant au mobile pour lui demander de réduire la puissance d'émission. Par contre, si la

39
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

qualité du signal est en dessous de cette valeur, la station de base demande au mobile
d'augmenter la puissance d'émission.

IV.2/ Les interférences intra et intercellulaires


L’utilisation de la même bande de fréquences dans toutes les cellules et par tous les mobiles
simultanément a pour conséquence l’apparition de deux types d’interférences : l’interférence
intracellulaire et l’interférence intercellulaire.

IV.2.1/ Les interférences intracellulaires


Elles représentent l'interférence mutuelle entre les utilisateurs de la cellule. Dans la voie
descendante, en absence de trajets multiples, les signaux gardent leur orthogonalité car ils
sont transmis alignés dans le temps par la station de base: les codes sont synchronisés en
temps (les stations de base respectent en effet une référence de temps unique pour transmettre,
cette référence de temps pouvant être fournie par un système de navigation par satellite). Dans
la réalité on a toujours des trajets multiples, c'est-à-dire que plusieurs copies du signal
transmis arrivent au récepteur à des instants différents. Du fait de ces trajets multiples, les
codes dans la voie descendante ne restent pas parfaitement orthogonaux, et on introduit donc
dans ce sens un facteur d'orthogonalité w, w = 0 correspondant à une orthogonalité parfaite et
pas d'interférences intracellulaires, w = 1 correspondant au fait que tous les signaux de la
cellule interférent pleinement entre eux. A la différence de la voie descendante, dans la voie
montante, toujours en absence de trajets multiples, les signaux des différents utilisateurs de la
cellule ne restent pas orthogonaux car les utilisateurs de la cellule transmettent de façon
indépendante et non synchronisée. Ainsi, dans le sens montant, les signaux interférent
pleinement avec ou sans trajets multiples.

IV.2.2/ Les interférences intercellulaires


Dans le sens montant, l'interférence intercellulaire représente les interférences dues aux
signaux envoyés par les mobiles des cellules voisines et qui viennent constituer du bruit
supplémentaire au niveau de la réception à la station de base de la cellule. Dans le sens
descendant, l'interférence intercellulaire représente les interférences dues aux signaux envoyés
par les stations de base des cellules voisines et qui viennent constituer du bruit supplémentaire
au niveau du mobile en réception.

40
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

IV.3/ Les canaux UMTS


Comme en GSM et en GPRS, l’UMTS utilise également les canaux. On distingue ainsi les
canaux logiques, les canaux de transport et les canaux physiques.

IV.3.1/ Les canaux logiques


Le tableau ci-dessous présente les différents canaux logiques, leurs rôles et leurs directions
(uplink ou downlink).

Canaux Rôles Liens


Diffusion d'informations de
BCCH (Broadcast Control Channel) DownLink
contrôle

PCCH (Paging Control Channel) Envoi d'informations de Paging DownLink

Utilisé pour les


DCCH (Dedicated Control Channel) UpLink et DownLink
communications point à point
Transport d'informations de
CCCH (Common Control Channel) contrôle UpLink et DownLink

Transport des données


DTCH (Dedicated Trafic Channel) UpLink ou DownLink
utilisateurs
Transport des données
CTCH (Common Trafic Channel) utilisateurs vers plusieurs Uplink et DownLink
terminaux
Tableau 4 : Les canaux logiques du réseau UMTS

IV.3.2/ Les canaux de transport


Le tableau ci-dessous présente les différents canaux de transport, leurs rôles et leurs directions
(uplink ou downlink).

Canaux Rôles Liens


Allocation des ressources de
DCH (Dedicated Channel) trafic dédié à une Uplink et DownLink
communication mobile
Canal de transport commun
FACH (Forward shared channel) DownLink
unidirectionnel
Canal de transport partagé
DSCH (Downlink shared channel) unidirectionnel, variante du DownLink
FACH
Tableau 5 : Les canaux de transport du réseau UMTS

41
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

IV.3.3/ Les canaux physiques


Le tableau ci-dessous présente les différents canaux physiques, leurs rôles et leurs directions
(uplink ou downlink).

Canaux Rôles Liens


Synchronisations des slots et
P-SCH(Primary Synchronization channel) trames DownLink

Synchronisations des slots et


S-SCH(Secondary synchronization channel) trames DownLink

Synchronisations des slots et


CPICH (Common pilot channel) trames DownLink

Diffusion d'informations
P-CCPCH(Primary common control physical channel) système DownLink

S-CCPCH(Secondary common control physical channel) Paging DownLink


PRACH(physical random access channel) Accès aléatoire des mobiles Uplink
Transmet les données du plan
DPDCH(Dedicated physical data channel) Uplink et DownLink
usager, de signalisation
Transmet les données de
DPCCH(Dedicated physical control channel) contrôle spécifique à la couche Uplink et DownLink
physique
Tableau 6 : Les canaux physiques du réseau UMTS

V/ Les mécanismes radio : Le Handover


Un réseau radiomobile doit assurer plusieurs fonctions permettant à des terminaux mobiles de
bénéficier des services offerts dans la zone de couverture. Ainsi, outre les fonctions classiques
de gestion des appels, supervision des abonnés. Le handover est la capacité du réseau à
maintenir une communication lorsqu'un mobile change de cellule.

Le transfert automatique intercellulaire (handover): mécanisme se produisant qu’en cours de


communication et lorsque le mobile est à l’état dédié. Les objectifs principaux sont le
maintien d’une qualité de communication acceptable et la minimisation du niveau
d’interférence global. Le mécanisme de handover permet de réaliser le changement du (des)
canal (canaux) fréquentiel(s) et/ou de cellule du mobile. Il a pour causes les déplacements du
mobile et/ou des éléments environnants.
Le handover est la seule procedure dans les réseaux mobiles qui touchent à la fois des aspects
radio et réseau. Au niveau physique et liaison de données, il y a changement complet des
caractéristiques de la liaison radio (porteuse, synchronisation, puissance…), et au niveau

42
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

réseau, le handover peut introduire un changement du point d’accès (station de base voire
commutateur).
Différents types de handover existent suivant la position de l'usager mobile dans la cellule : le
hard handover et le soft handover.

V.1/ Le hard handover


Le hard handover se produit quand les stations de base sont sectorisées. Ainsi, quand le
terminal mobile se trouve dans une zone de couverture commune à deux secteurs adjacents
d'une même station de base, les communications avec la station de base empruntent
simultanément deux canaux radio, un pour chaque secteur. Deux codes d'étalement doivent
alors être utilisés dans le sens DL afin que le terminal mobile puisse distinguer les deux
signaux issus des deux secteurs et on a donc deux connexions simultanées pour cet usager.
Dans le sens UL, les signaux provenant du terminal sont reçus par les deux secteurs de la
station de base et routés vers le même récepteur de Rake. Les signaux sont ainsi combinés au
niveau de la station de base. On compte généralement 5 à 10 % des terminaux mobiles d'une
cellule qui sont en situation de hard handover.

Figure 14 : Le Hard Handover

V.2/ Le soft handover


Durant un soft handover, le terminal mobile se trouve dans la zone de couverture commune à
deux stations de base. L'état où un mobile est en liaison avec deux stations de base ou plus est
appelé macrodiversité. Les communications entre le terminal mobile et les stations de base
utilisent simultanément deux canaux radio, un pour chaque station de base.

43
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

Du point de vue du terminal mobile, il existe très peu de différences entre le hard et le soft
handover.

En revanche, dans le sens uplink ces deux handovers différent car, dans le cas du soft
handover, les signaux reçus par les stations de base sont routés et combinés au niveau du
RNC. Cela permet à cette dernière de sélectionner la meilleure trame reçue. Un usager mobile
peut être en situation de soft handover avec deux, trois ou quatre stations de base. S’il quitte la
zone de couverture commune pour se rapprocher d'une station de base, alors cette dernière le
prend en charge.

Figure 15 : Le Soft Handover et la macrodiversité

Conclusion
Dans ce chapitre nous avons présenté l’UMTS qui est un réseau de troisième génération. Il est
censé remplacé le GSM et le GPRS en fournissant aux abonnés un débit de 384 Kbits/s voire
2Mbits/s.

Son déploiement n’est pas aussi facile que ça, pour opérateur disposant d’une licence GSM,
cela reviendrait à déployer de nouveaux équipements au niveau du réseau d’accès.

Ainsi, nous avons eu à présenter l’architecture du réseau qui comprend trois parties : l’User
Equipement (UE) nouvelle appellation du mobile, l’UTRAN et le Core Network.

Nous avons également parlé du CDMA qui est la technique d’accès utilisée par l’UMTS.
Avec le CDMA, plusieurs abonnés peuvent partager une même fréquence afin d’envoyer les
données, ils sont différenciés par un code unique qui est attribué par le Node B ; ce qui permet
une souplesse pour la réutilisation des fréquences.

44
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

Comme en GSM, l’UMTS reprend le concept de handover qui est un mécanisme se


produisant qu’en cours de communication et lorsque le mobile est à l’état dédié. Il permet de
réaliser le changement du (des) canal (canaux) fréquentiel(s) et/ou de cellule du mobile.
L’UMTS distingue deux types de handover : le hard handover qui se produit quand les
stations de base sont sectorisées et le soft handover qui se produit quand le terminal mobile
se trouve dans la zone de couverture commune à deux stations de base.

45
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

DEUXIEME PARTIE

INGENIERIE RADIO

46
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

CHAPITRE 1 : Dimensionnement de l’UTRAN

Introduction
La phase de dimensionnement intervient avant la mise en place du réseau et permet de
déterminer le quantitatif des équipements à déployer. Il permet ainsi d’avoir une idée sur le
nombre des équipements de l’UTRAN. La technique consiste à déterminer le rayon des
cellules, le nombre de Node B ou sites à installer, le nombre des interfaces et le nombre de
RNC à partir des données d’entrée.

I / Les données d’entrée du processus de dimensionnement


La phase de dimensionnement requiert la prise en compte d’un certain nombre de données
d’entrée. Ce sont des données de couverture, de trafic et de qualité de service(QoS).

Les données de couverture


Régions à couvrir (par exemple une zone comptant plus de 500.000 habitants)
Division de la région en sous-zones (par exemple industrielles et résidentielles)
Identification du type de chaque sous-zone (par exemple urbaine dense, suburbaine et
rurale). On en déduit directement les conditions de propagation.

Les données de trafic


Disponibilité du spectre
Densité d’abonnés par sous-zone (par exemple 400 abonnés par Km2)
Profil des abonnés
Les données de qualité de service
Probabilité de couverture (par exemple, 95% de probabilité que l’intensité du signal
reçu dans la cellule soit supérieure à un certain seuil.
Probabilité de blocage, délai maximal, débit minimal
Niveau de service par sous-zone

47
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

Le schéma ci-dessous décrit le processus de dimensionnement d’un réseau d’accès radio


UMTS.

Figure 16 : Les inputs et outputs du dimensionnement

II/ Dimensionnement du Node B


Le dimensionnement du Node B a pour but de déterminer : le rayon de la cellule, le nombre
de porteuses par cellule, le nombre de canaux ou codes, le trafic pour une cellule, le nombre
de cellules et le nombre de Node B. Ce dimensionnement tient compte des données de départ
(trafic, nombre d’usagers, type de service, etc.).
Le schéma ci-dessous présente le processus de dimensionnement du Node B.

Figure 17 : Processus général de dimensionnement du Node B

La couverture et la capacité sont directement liées en W-CDMA. Ainsi, le processus de


dimensionnement du Node B doit prendre en compte la couverture et la capacité, ainsi que le
mélange de trafic multiservice.

N.B : Le dimensionnement du Node B se fait en deux phases : une première phase pour le lien
montant et une seconde phase sur le lien descendant.

48
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

II.1/ Dimensionnement du Node B sur le lien montant

Le diagramme ci-après présente le processus de dimensionnement du Node B sur le lien


montant.

Figure 18 : Processus de dimensionnement du Node B sur le lien montant

49
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

II.2/ Dimensionnement du Node B sur le lien descendant


Le diagramme ci-après présente le processus de dimensionnement du Node B sur le lien
descendant.

Figure 19 : Processus de dimensionnement du Node B sur le lien descendant

50
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

III/ Dimensionnement des interfaces


III.1/ Dimensionnement de l’interface Iu-b
On dimensionne l’interface Iu-b en calculant la capacité du « conduit » provenant du Node B.
Ce conduit doit véhiculer :

Le pic de trafic (concentré), trafic de transfert intercellulaire compris

Les surdébits pour l’ATM pour l’ATM et la couche d’adaptation à l’ATM (AAL), la
signalisation, l’exploitation et la maintenance.

Le schéma ci-dessous décrit les étapes de dimensionnement de l’interface Iu-b.

Figure 20 : Processus de Dimensionnement de l’interface Iu-b

III.2/ Dimensionnement des l’interfaces Iu-CS et Iu-PS


Le processus de dimensionnement des interfaces Iu-CS et Iu-PS calcule le débit « pic » pour
les flux de trafic à commutation de circuits et à commutation de paquets. On peut donc
déterminer les débits « agrégats » de ces deux flux (Iu-CS et Iu-PS) et en ajoutant les
surdébits ATM/AAL, de signalisation et d’exploitation et maintenance.

III.3/ Dimensionnement de l’interface Iu-r


L’interface Iu-r transporte le trafic des usagers en transfert intercellulaire entre deux Node B
gérés par des RNC différents. Le trafic Iu-r représente une partie du trafic Iu-b. Il faut tenir
compte de marges correspondants aux surdébits ATM/AAL et à la signalisation comme dans
le cas du dimensionnement de l’Iu. La capacité totale nécessaire à l’interface Iu-r est une
portion du trafic Iu total.

51
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

IV/ Dimensionnement du RNC


Pour dimensionner le RNC, il faut tenir compte de ses caractéristiques qui sont imposées par
les données de départ. Ce sont entre autres :

• Le débit maximal en mode circuit (erlang)


• Le débit maximal en mode paquet (Mbits/s)
• Les limitations de gestion c'est-à-dire le nombre maximal de Node B géré par le RNC

Le schéma ci-dessous présente les étapes de dimensionnement du RNC.

Figure 21 : Processus de dimensionnement du RNC

Conclusion
La phase de dimensionnement peut être considérée comme étant une phase de pré
planification car c’est lors de cette étape qu’on a une idée sur le nombre d’équipements du
réseau, ceci est réalisée en fonction des données de départ.

52
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

Chapitre 2 : Planification d’un Réseau 3G

Introduction
Le processus de planification cellulaire intervient suite à une première phase de
dimensionnement du réseau. A cette étape du processus, le planificateur dispose d’un
quantitatif en équipements (nombre et capacités des différents équipements et des interfaces
les reliant entre eux) qui correspond à une première estimation. Le processus de planification
permettra d’une part de détailler ce quantitatif (en révisant à la hausse ou à la baisse les
valeurs données par l’étape de dimensionnement) et d’autre part de définir l’architecture du
réseau (emplacement géographique des équipements et réseau d’interconnexion entre ces
équipements). La planification nous permet egalement de choisir un modèle de propagation et
d’établir un bilan de liaison.

I/ Les Modèles de Propagation


Le canal radio mobile en raison de la complexité des phénomènes agissant sur le signal au
cours de la propagation dans l’environnement est difficile à modéliser. Toutefois on distingue
deux catégories : les modèles à petite échelle et les modèles à grande échelle.

Les modèles à petite échelle modélisent le comportement du canal au niveau de la longueur


d’onde du signal. Ce sont les modèles de Rayleigh, de Rice ou de Nakagami. Ils sont utilisés
pour tester la robustesse des mécanismes de transmission tels que la
modulation/démodulation, codage/décodage.

Les modèles à grande à grande échelle modélisent le comportement du canal au-delà du


mètre. Ce sont les modèles d’Okumura-Hata et de Walfish-Ikegami. Ils permettent de
connaître le niveau de champ du signal en tout point de la couverture d’une zone à desservir.
Ils font intervenir les bases de données géographiques reproduisant l’environnement
considéré.

53
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

I.1/ Le modèle d’Okumura-Hata


Le modèle empirique le plus couramment utilisé en ingénierie des réseaux mobiles et pour les
environnements de type macrocellules est le modèle d’Okumura–Hta. Il a été obtenu suite à
des séries de mesures réalisées dans la région de Tokyo pour les fréquences allant jusqu’à
1920 Mhz. Le modèle d’Okumura–Hata permet de déterminer l’atténuation de propagation
pour 50% des points situés à l’intérieur de la frontière d’une cellule.

La formule d’Okumura-Hata utilise les paramètres suivants :

la fréquence f (Mhz) comprise entre 150 et 1500 Mhz,


la hauteur hb(m) de la station de base comprise entre 30 et 300m,
la hauteur hm(m) de la station mobile comprise entre 1 et 20m,
la distance d(Km) entre le mobile et la station de base comprise entre 1 et 20 Km.

Ce modèle permet de déterminer la perte de propagation Lu pour environnement donné.

Perte de propagation pour un environnement urbain

Lu (dB) = 69,5 + 26,16log10f – 13,82log10hb – A(hm) + (44,9 – 6,55log10hb)log10d (dB)

Pour les villes de taille moyenne, le facteur correction A (hm) est:

A(hm) = [ 1,1log10( f ) – 0,7 ]hm – [ 1,56log10( f ) – 0,8 ] (dB) où 1m ≤ hr ≤ 10 m

Pour les villes de grande taille, le facteur de correction vaut :

A (hm) = 8,29log10(1,54hm) – 1,1 (dB) si f ≤ 200Mhz

Et

A (hm) = 3,2log10(11,75hm) – 4,97 (dB) si f > 200Mhz

Perte de propagation pour les zones suburbaines

[ ( )]2- 5,4
Lsu(dB) = Lu – 2 log10 f/28

54
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

Perte de propagation pour une zone rurale quasi-ouverte

[
Lrqo(dB) = Lu – 4,78 log10(f ) ]2+ 18,33log10(f) – 35,94
Perte de propagation pour une zone rurale avec un espace ouvert et peu de
masques

[
Lro(dB) = Lu – 4,78 log10(f ) ]2+ 18,33log10(f) – 40,94

I.2/ Le modèle COST 231 HATA


Le modèle COST 231 Hata a les mêmes conditions que le modèle d’Okumura Hata sauf qu’il
est développé pour étendre l’utilisation de ce modèle pour les bandes de 1500 à 2000 MHz. La
perte de propagation est donnée par la formule suivante :

Lp = 46,3 + 33,9log(f) – 13,82log(Hb) + (44,9-6,55log(Hb)) × log(d)

Hb : Hauteur de l’antenne
f : bande de fréquence

I.3/ Le Modèle de Walfish-Ikegami


Ce modèle combine les approches empiriques et déterministes pour calculer les pertes de
propagation en milieu urbain. Il prend en compte aussi la perte de propagation en espace libre,
la perte par diffraction, la perte entre les toits des bâtiments voisins et l’influence des routes où
le mobile est situé.
Les paramètres intervenant dans l’expression du modèle sont les suivants :

f : Fréquence porteuse (MHz) :800≤ f ≤ 2000


hb : Hauteur d’antenne (m) de la station de base par rapport au sol : 4≤ hb ≤50
hm : Hauteur d’antenne (m) de la station mobile par rapport au sol : 1≤ hm ≤ 3
hR: Hauteur moyenne (m) des bâtiments, hR> hm
w: Largeur de la route (m) où le mobile est situé.
b : Distance (m) entre les centres de bâtiments.
d : Distance (Km) entre la BS et MS : 0.02 ≤ d ≤ 5
α: Angle (en degrés) qui fait le trajet avec l’axe de la route

55
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

∆hb= hb – hR (m) : Hauteur de BS au dessus des toits.


∆hm = hR – hm (m) : Hauteur de MS au dessous des toits.
Perte de propagation pour un LOS (Line of Sight)

Lu (dB)= 42.64 + 26 log (d) + 20log (f)

Cependant on peut exprimer cette formule en fonction de l’affaiblissement en espace libre.

L’affaiblissement en espace libre s’écrit ainsi :

L = 32.45 + 20 log (d) + 20log (f)


fs

La perte de propagation exprimée en fonction de l’affaiblissement en espace libre donne ceci:

Lu = L + 10.19 + 6 log (d) = L + 6log (50d)


fs fs

Perte de propagation pour un NLOS (Non Line of Sight)

Lu = L + L + L
fs rts msd

Avec:

L est l’atténuation en espace libre.


fs

L est l’atténuation due à diffraction sur les toits des bâtiments.


rts

L est l’estimation de la diffraction multi obstacle.


msd

Lrts = -16.9 - 10log (w) + 10log (f) + 20log (∆hm) + Lori

Lori est lié à l’orientation de la route par rapport à l’émetteur.

56
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

L’estimation de la perte par diffraction multi obstacle est donnée par l’expression suivante :

L =L + K + K log (d) + k log (f) – 9log (b)


msd bsh a d f

La valeur de L varie suivant le signe de ∆hb :


bsh

• ∆hb > 0 : L = -18(1 + ∆hb)


bsh

• ∆hb≤ 0 : L =0
bsh

K et K sont deux facteurs de correction empirique de la hauteur de l’antenne.


a d

L’expression de K varie en fonction du signe de ∆hm:


d

• ∆hm > 0 : K = 18
d

• ∆hm ≥ 0: K = (18 – 15 ∆hm) / ∆hm


d

K est un facteur d’adaptation des différentes densités des bâtiments, il s’écrit comme suit :
f

57
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

II/ Le bilan de liaison

Dans le cadre de l’évaluation des performances d’un système de liaison radio, un bilan de
liaison doit être réalisé. La différence entre le niveau nominal réçu et le niveau seuil radio, les
marges de fading constituent une bonne démarche dans le modèle de prédiction des
paramètres de performance.
Le bilan de liaison a pour but d’équilibrer les puissances d’émission sur les liens montant et
descendant dans chaque cellule en ajustant les paramètres correspondants. L’équilibrage des
liaisons doit assurer un fonctionnement symétrique du système en tout point de la couverture.
Il permet ainsi de limiter au minimum les problèmes d’interférence.
Le tableau ci-dessous regroupe les différents paramètres intervenant dans le bilan de liaison.

Paramètres Unités
Transmission
Bruit thermique (Nth)
Débit chip (TC) Mchip/s
Marge de shadowing(Mfad_shadow) dB
Marge de Rayleigh (Mfad_rayl) dB
Marge d'interférence ou Noise Roise (NR) dB
User Equipement
Puissance(PUE) dBm
Gain antenne(GUE) dB
Pertes dans les câbles d'alimentation(LFUE) dB
Perte dû au corps de l'utilisateur(LBody) dB
Facteur de bruit(NUE) dB
PIRE dBm
Paramètres du Node B
Gain de l'antenne (GNode B) dB
Pertes maximum dans les connecteurs et les câbles (LFNODE B) dB
Facteur de bruit (NNobe B) dB
Sensibilité(PRX) dBm/Hz,dBm
Puissance maximale PNode B dBm
PIRE dBm
Paramètres liés aux services
Processing gain(GP) dB
Eb/N0 dB
Gain soft handover(GSHO) dB
Tableau 7 : Les paramètres du bilan de liaison

58
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

II.1/ Définitions de quelques paramètres

II.1.1/ Processing Gain

Le gain du traitement représente le ratio entre le chip rate et le débit binaire de l'utilisateur
donné en dB. Il est donné pour le uplink comme pour le downlink.

II.1.2 / Eb/N0

La qualité de la liaison est donnée en termes de Eb/N0 pour le uplink et le downlink. Eb/N0 est
mesuré dans le récepteur après la démodulation des données. Eb représente l'énergie par bit
d'information et N0 représente le bruit total après le récepteur en râteau (Rake receiver). La
valeur, visée, Eb/N0 est exigée pour accomplir un certain Taux d'Erreur par Bit, le BER. Les
valeurs de BER et celles de Eb/N0 dépendent particulièrement des trajets multiples et des
conditions de propagation qui dépendent aussi de la vitesse du mobile et de l'équipement de
l'usagé.

II.1.3/ Facteur de bruit

C'est le facteur de bruit des amplificateurs dans le récepteur radio, ce facteur est présent au
niveau mobile et au niveau du Node B.

II.1.4/ Marge de shadowing

Lors de la propagation du signal, celui-ci rencontre des obstacles. Il en résulte que les
phénomènes de réflexion, et de réfraction, ce qui conduit à un affaiblissement du signal.

II.1.5/ Marge de Rayleigh

Cette marge est causée principalement par le phénomène des trajets multiples, il est en rapport
avec la fréquence de l'onde porteuse, la géométrie de vecteurs trajets multiples et la vitesse du
véhicule.

59
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

II.1.6/ Gain du soft handover

Le soft Handover se produit quand l'UE est en communication avec deux Node B localisés à
des différents sites. Le gain accompli par le soft Handover est le gain en termes de la qualité
accomplie et en termes de la puissance nécessaire. Le gain du Handover, en termes de qualité,
est lié directement avec le rapport signal/bruit.

II.1.7/ PIRE

C’est la puissance nécessaire à fournir à une antenne isotrope pour obtenir la même puissance
que celle fournie par l’antenne considérée et dans la direction considérée.

II.1.8/ Sensibilité

C'est le niveau de réception minimal requis par connexion et par service, pour le uplink et le
downlink (Node B et mobile).

II.2/ Bilan de liaison pour le lien montant (uplink)

Le schéma ci-dessous montre les différents paramètres qui interviennent lors de


l’établissement du bilan de liaison pour le lien montant.

Figure 22 : Les paramètres du bilan de liaison sur le lien montant

60
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

La valeur de la PIRE sur lien montant est donnée par la formule suivante :

PIRE = PUE + GUE – LFUE (dBm)

L’affaiblissement maximal accepté sur le lien montant est donnée par la formule suivante :

LMax_UL = PIRE + GNode B – LFNode B – PRX – MFad_Rayl – MFad_Shadow + GSHO

II.3/ Bilan de liaison sur le lien descendant (downlink)


Le schéma ci-dessous donne tous les paramètres intervanant lors de l’établissement du bilan
de liaison sur le lien descendant.

Antennes
M a r g e ig
ar e h
M ayl ge fére

gi de
R r er

n
sh
M ’ in t

ad
a
d

ow
nc
e

Puissance du Node B
No

Gain de l’antenne
d
eB

Pertes dans les câbles et


connectiques
Facteur de bruit
Sensibilité
Puissance du mobile
PIRE
Gain du mobile
Pertes dans les câbles
d’alimentation
Facteur de bruit
PIRE

Figure 23 : Les paramètres du bilan de liaison sur le lien descendant

61
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

Dans le cas du lien descendant, la PIRE est donnée par la formule suivante :

PIRE = PNode B – LFNode B +GNode B

La perte de propagation maximum dans le cas du canal de trafic descendant est donnée par la
formule suivante :

LMax_TCH_DL = PIRE- LBody+ GUE - LFUE + 174 - 10log (1/Tc) + NUE - Eb/N0 + Gp
- NRDL -MFad_Rayl - MFad_Shadow + GSHO

III/ Identification et validation des sites radio


Après avoir défini un point nominal devant abrité un site radio, une série de procédures est
alors nécessaire pour la recherche des candidats et à leur validation.

Le schéma ci-dessous résume les différentes étapes à suivre pour la validation d’un site.

Figure 24 : Processus de validation d’un site radio

62
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

III.1/ Le design radio


Il est confronté à une contrainte de bilan de liaison. Le paramétrage du système doit alors
permettre un équilibrage des liaisons montantes et descendantes.

Le design radio permet également d’avoir un recouvrement minimum entre les cellules pour
le handover, c'est-à-dire la zone commune entre les cellules adjacentes. La couverture d’un
réseau doit être continue pour le moins dans les zones peuplées ou de passage (routes).

La disposition des sites et des antennes doit respecter autant que possible la contrainte
d’homogénéité : même motif hexagonal, même hauteur des antennes, mêmes azimut et tilt.

En résumé, le design radio tient compte de quatre (4) contraintes :

Bilan de liaison
Recouvrement minimum entre les cellules pour le handover
Connexité du réseau
L’homogénéité

III.2/ Le Survey radio


Le Survey radio consiste à la recherche des sites pratiques pour le positionnement des BTS
ou Node B à l’aide d’informations sur le terrain. Les informations générales (morphologie du
terrain, structure du terrain) sont sous la forme de cartes numérisées contenant des
informations spécifiques et détaillées.

Faire un Survey radio revient à :

Repérer les sites en visibilité


Photographier les sites et l’environnement, identifier les pylônes et leur hauteur.
Estimer la longueur des câbles
Recenser l’infrastructure existante
Relever les coordonnées des sites

Afin de réduire les travaux sur le terrain, une préparation minutieuse doit être effectuée. Une
carte topographique détaillée est un bon départ. Après identification de tous les sites, on
procède à l’étude des profils par le tracé de la ligne de vue. Les obstacles critiques doivent
être identifiés et pris en compte pour s’assurer une bonne visibilité et déterminer la hauteur
théorique des antennes.

63
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

Différents types de terrains


Terrains accidentés (collines) avec quelques arbres : Avec une carte détaillée, il sera facile
d’identifier le site.

Terrains accidentés avec forêt dense : Localisation des sites difficiles. On utilise des
équipements de navigation, satellites, altimètre et cartes topographiques.

Terrains montagneux : Identification des sites faciles avec possibilité de confirmation


optique.

Terrains plats : Localisation des sites difficiles. On utilise des équipements de navigation
satellite. La visibilité put être confirmée en utilisant des tours optiques (jumelles).

Nappe d’eau : Toujours difficile à cause des réflexions sur la surface de l’eau et la
probabilité de conduit très élevée.

Terrains marécageux, inondés : Provoquent de grandes réflexions sur la surface du sol. La


probabilité de trajets multiples est très élevée. Les conditions de propagation peuvent être
différentes à des moments différents de l’année. Les moments critiques sont pendant la saison
pluvieuse.

Zones désertiques : Réflexions sur la surface de la terre, mais le sable a un coefficient de


réflexion relativement faible. Le plus critique est la création de trajets multiples ou « fading »
due aux larges variations de température.

Critères de choix des sites radio


Examen des besoins des usagers, de la zone de service, des fréquences et des
contraintes de puissance.
Survey de la zone de service pour identifier les sites préférés.
Recherche des sites existants dans la zone considérée
Validation des sites et examen de la possibilité de partage de site.

64
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

IV/ Caractéristiques et contraintes du processus de planification d’un


réseau 3G

IV.1/ Caractéristiques
Les plus importants défis de la planification radio des systèmes de troisième génération
proviennent à la fois de la multiplicité des services de caractéristiques différentes (débits et
qualité de service) et des propriétés de la technique d’accès W-CDMA.

En premier lieu, les services de données et de voix, de caractéristiques différentes (en termes
de QoS), nécessitent des débits différents se traduisant par des gains de traitements différents.
Ces gains de traitement, combinés aux marges de fading rapide qui varient en fonction de la
vitesse des mobiles, conduisent à des contraintes de C/I différentes.

En second lieu, l’accès multiple CDMA conduit à un niveau d’interférence qui varie en
fonction de la densité et de la localisation des mobiles par rapport aux Node B. Ce résultat
provient du fait que la sensibilité de la station de base dépend du nombre d’utilisateurs et des
débits utilisés dans la cellule de service et les cellules voisines. Ainsi, la capacité d’une cellule
varie en fonction de la charge des cellules voisines : on parle de soft capacity.

IV.2/ Contraintes

IV.2.1/ Respiration des cellules


Lorsque le nombre d’utilisateurs augmente dans une cellule, le niveau de bruit (ou
d’interférence) augmente. Sur chaque liaison, à puissance constante, le rapport Eb/No diminue.

Pour certains mobiles, Eb/No devient inférieur au seuil requis pour assurer la qualité du service
en cours. Pour respecter le seuil requis, les mobiles devront augmenter leur puissance
d’émission, mais cette puissance est limitée. Les mobiles situés en limite de cellule sont
pénalisés en premier.

En UMTS, la taille d’une cellule est dynamique : elle dépend de sa charge : c’est le
phénomène de respiration cellulaire ou cell breathing.

IV.2.2/ Portée d’une cellule


Lorsque le débit d’un utilisateur augmente dans la cellule, le gain de traitement diminue. Pour
respecter le seuil requis par le service en cours (Eb/No)cible, la puissance reçue au niveau du
Node B doit être plus grande. Le mobile devra donc augmenter sa puissance d’émission, mais
cette puissance est limitée.

65
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

En UMTS, la taille d’une cellule dépend aussi du service utilisé : la cellule sera plus petite
pour les forts débits que pour les faibles débits.

IV.2.3/ Couverture et Capacité


Quand N mobiles sont connectés à un Node B, la puissance de l’émetteur du Node B
est partagée en N. Les puissances d’émission allouées à chaque lien ne sont pas
forcement identiques car elles dépendent des conditions de propagation et du service
activé par chaque mobile.
La localisation des mobiles par rapport au Node B a un impact essentiel sur la
capacité : quand les mobiles sont proches, la capacité peut être jusqu’à 10 fois
supérieure au cas où les mobiles sont éloignés du Node B.
Quand des réseaux d’opérateurs différents couvrent une même zone et utilisent des
fréquences adjacentes, le problème de « dead zone » peut apparaître.

Le schéma ci-dessous présente le processus de planification d’un réseau W-CDMA.

Figure 25 : Processus général de planification et de dimensionnement d’un réseau W


CDMA

66
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

V/ Les données de départ de la planification (paramètres input)


Pour planifier, il faut disposer de quelques informations ou paramètres d’entrée qui donnent
une idée sur le réseau à mettre en œuvre. Ce sont entre autres les paramètres tels que : le
système de coordonnées, la zone géographique à planifier, type d’antenne, etc.

V.1/ Le système de coordonnées


Le système de coordonnées choisi est le système WGS84. Il a été élaboré et adopté en 1984
par l’ONU (Organisation des Nations Unies) et L’UIT (Union Internationale des
Télécommunications).
C’est le système géographique le couramment utilisé, il consiste à repérer un point sur Terre
par sa longitude et sa latitude. La plupart des pays dans le monde utilisent ce système qui est
en fait un Standard International.
La longitude est la position angulaire du point par rapport au Méridien tandis que la latitude
est la projection de la position angulaire du point par rapport à l’équateur.
La Longitude et la Latitude peuvent être exprimées en (degré, minutes, seconde) ou en degrés
décimaux.

V.2/ La zone géographique à planifier

La figure suivante présente un aperçu d’une zone à planifier, qui couvre un peu plus de
36,32 Km2.

17°30'W 17°25'W
5'N

1
4

4
°

°
4

Site0
4
1

5'N

Site1

Site2
0'N

1
4

4
°

°
4

4
1

0'N

17°30'W 17°25'W

Figure 26 : Zone à planifier (Atoll)

67
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

La zone à planifier comprend trois sites (site0, site1 et site2), on reconnaît ici la frontière des
cellules, nous avons fait ici une prédiction de couverture par niveau de signal (coverage by
signal level), nous y reviendrons lors de la simulation.

V.3/ Type d’antenne


Il est important de prendre en compte le type d’antenne à déployer. On distingue les antennes
sectorielles et les antennes omnidirectionnelles. Les premières sont utilisées pour couvrir un
secteur donné tandis que les secondes rayonnent dans tous les sens et couvrent toute une zone
donnée. Une antenne est caractérisée par son digramme de rayonnement, son ouverture, sa
polarisation, sa directivité, son gain, sa puissance isotrope rayonnée équivalente(PIRE), sa
surface équivalente de réception et la bande dans laquelle elle peut être utilisée.

Figure 27 : Une antenne sectorielle et son digramme de rayonnement vertical et


horizontal

Figure 28 : Une antenne omnidirectionnelle

68
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

V.4/ L’environnement
Les environnements ont été définit selon la densité des usagers. On définit quatre types
d’environnements : un environnement urbain dense, un environnement urbain, un
environnement suburbain et un environnement rural.

Conclusion
Le dimensionnement nous permet d’avoir une idée sur les équipements à déployer ; la
planification quand à elle nous permet de revoir à la hausse ou à la baisse ces équipements
tout en tenant compte de la couverture, ainsi il est indispensable d’une part de choisir un
modèle de propagation adapté à la zone à couvrir et d’autre part d’équilibrer le bilan de
liaison.

L’identification et la validation des sites sont des pré-requis, elles sont réalisées à partir de
procédures préétablies qui quitte du design radio au calcul de la couverture (bilan de liaison).
Les réseaux 3G obéissent à des contraintes, par exemple la localisation des mobiles par
rapport au Node B a un impact essentiel sur la capacité : quand les mobiles sont proches, la
capacité peut être jusqu’à 10 fois supérieure au cas où les mobiles sont éloignés du Node B.

Enfin, pour planifier il faut prendre en compte des données de départ (paramètres input) tels
que : la zone géographique à planifier, le type de mobilité, les différents types de user
equipment, les services, etc.

69
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

TROISIEME PARTIE

ETUDE DE CAS

70
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

Chapitre 1 : Les outils d’ingénierie radio


radio des réseaux mobiles

Introduction
Ce chapitre présente quelques outils d’ingénierie radio disponibles sur le marché. Nous ne
parlerons que de trois outils à savoir RNP d’Alcatel, WANDA de Genetel et Atoll de chez
Forsk. Ces trois supportent tous les différents réseaux existant aujourd’hui à savoir le GSM
900 et 1800 MHz, le GPRS, EDGE, UMTS, LTE…

Ainsi, on peut contrôler tout le cycle de vie du réseau c'est-à-dire du design à l’expansion en
passant par l’optimisation.

I/ Présentation
Les outils d’ingénierie permettent à l’ingénieur de dimensionner, de planifier, d’optimiser et
densifier son réseau grâce à des interfaces qui lui donnent une idée de ce que le réseau va
offrir. Il peut ainsi, anticiper, contrôler l’état du réseau avec un gain de temps énorme du fait
de la technologie de pointe utilisée.

La figure ci-dessous présente ce que peuvent faire les trois outils cités plus haut.

Figure 29 : Les outils d’ingénierie et les réseaux mobiles

71
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

I.1/ WANDA
Wanda a été créé par GENETEL à partir dʼun outil de planification Indoor multi-
technologiques (2G, 3G, WLAN) évolutif et performant (WiMax, LTE) issu de plusieurs
années de R&D chez Orange Lab. Wanda concerne les réseaux disposant de plus 20 points
dʼaccès (AP). Il permet de créer des modèles de prédiction 3D haute- performance avec prise
en compte de lʼenvironnement outdoor. Au delà des fonctions de visualisation 2D/3D, Wanda
utilise les données de mesures pour recalibrer le modèle de prédiction.

Figure 30 : L’interface graphique de WANDA

Figure 31 : Vue en 3D d’un immeuble

72
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

I.2/ RNP A9155 v6.2


L’outil de planification radio RNP (Radio Network Planning) A9155 V6.2 est un outil propre
à Alcatel. Il s’agit d’un outil multi technologies qui supporte les différents types de
planification radio (GSM, GPRS, UMTS, CDMA 2000,..).

Figure 32 : Interface graphique de RNP A9155 v6.2

Sur cette interface le menu le plus important est le menu « Explorer » qui comprend trois
onglets : Data, Geo et Modules.
L’onglet Data regroupe les différentes données relatives au projet réalisé c'est-à-dire
la liste des sites et des transmetteurs, la liste des antennes disponibles avec leurs
différentes caractéristiques, les paramètres du réseau mobile, les prédictions qui
peuvent être effectuées et le modèle de dimensionnement…

Figure 33 : Onglet Data de RNP


73
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

L’onglet Géo renferme les données relatives aux caractéristiques morphologiques et


topographiques de la zone à planifier.

Figure 34 : L’onglet Geo de RNP


L’onglet Modules qui affiche les différents modèles de propagation et d’allocation de
fréquence qui peuvent être utilisés.

Figure 35 : L’onglet Modules du RNP

A9155 dispose de plusieurs types de prédiction comme l’illustre la figure ci-dessous.

Figure 36 : Les différents types de prédiction de RNP

74
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

I.3/ Atoll

C’est l’outil de référence pour l’ingénierie des réseaux mobiles. Il intervient tout le long du
cycle de vie d’un réseau. Il permet ainsi de dimensionner, de planifier, d’optimiser et de
densifier le réseau.
Voici les différents réseaux mobiles dont on peut faire l’ingénierie avec Atoll.

Figure 37 : Les différents types de réseaux mobiles configurables avec Atoll

Comme on peut le voir sur cette figure, Atoll peut traiter 12 technologies. La figure ci-
dessous représente l’interface d’accueil du logiciel.

Figure 38 : Interface d’accueil d’Atoll

75
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

On remarque que le logiciel dispose également d’un menu « Explorer » qui comprend trois
onglets tout comme RNP.

L’onglet Data regroupe les informations sur les sites, les antennes, les paramètres du
réseau (ici UMTS)…

Figure 39 : L’onglet Data d’Atoll


L’onglet Geo renferme les informations morphologiques, géographiques et
démographiques de la zone à étudier.

Figure 40 : L’onglet Geo d’Atoll

76
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

L’onglet Modules comprend les différents modèles de propagation disponibles.

Figure 41 : L’onglet Modules d’Atoll

I.3.1/ Création et Gestion des sites


Le logiciel permet de créer et de gérer des sites. Pour ce faire il faut aller sur le menu « Sites »
de l’onglet « Data » et cliquer sur « New ». On peut ainsi définir le nom et les coordonnées du
site à savoir la longitude et la latitude. La figure ci-dessous illustre cela.

Figure 42 : Création d’un site

77
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

Une fois ceci fait, on peut ajouter les émetteurs, en faisant un clic droit sur le site dans le
menu « Sites » et enfin en cliquant sur « New Transmitter ».

I.3.2/ Gestion des secteurs


Pour gérer les secteurs il faut se mettre sur le menu « Transmitter » de l’onglet « Data » et
choisir le secteur à configurer, une fois ceci fait on fait clic droit sur ce dernier et on clique sur
« Properties ».

On peut ainsi configurer les paramètres de transmission et de réception, les paramètres de


l’antenne (le modèle et l’azimut), la diversité et les antennes secondaires.

La figure ci-dessous illustre ce qui vient d’être dit.

Figure 43 : Gestion d’un secteur

I.3.3/ Les différentes études de prédiction


Le logiciel dispose de plusieurs méthodes de prédiction afin de respecter les contraintes de
couverture et de capacité qu’imposent les réseaux mobiles.

Ainsi, après avoir déployé un réseau, ATOLL permet de réaliser de multiples prédictions :
• Couverture par niveau de champ
• Couverture par émetteur
• Zone de recouvrement
• Etude du trafic
• Couverture par niveau de C/I…

78
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

Voici les différentes méthodes de prédictions :

Figure 44 : Les méthodes de prédiction

I.3.4/ Bases de données géographiques


On peut importer les bases de données géographiques concernant les données topographiques
et morphologiques de la zone à planifier. Les données peuvent être aussi sous forme de
vecteurs indiquant par exemple les routes, le bord de la mer, les lacs les lieux les plus
importants tel que les aéroports.

On peut ainsi importer la carte de Dakar sur Atoll.

Figure 45 : Carte de Dakar (Format MIF)

I.3.5/ Définition d’un motif hexagonal


Atoll permet de définir un motif hexagonal pour une zone précise, ce motif comprend
également les sites et les émetteurs qu’il faut pour couvrir la zone considérée.

Pour cela il faut un clic droit sur « Hexagonal Design » de l’onglet « Data» et cliquer sur
« New Group », on a plus qu’à déssiner la zone à couvrir et le logiciel se charge d’afficher les
motifs et les sites possible.

La figure ci-dessous illustre ce qui vient d’être dit.

79
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

Figure 46 : Définition d’un motif hexagonal pour une zone

II/ Pourquoi avoir choisi Atoll ?


Notre choix s’est porté sur Atoll pour plusieurs raisons :

Le logiciel est accessible aux particuliers et aux opérateurs puisque la société Forsk
n’est pas un opérateur.
Les autres outils ont été conçus en se basant sur Atoll (RNP).
C’est l’outil le plus utilisé.
Indépendance en vers les opérateurs.
C’est une plate-forme ouverte et flexible
Outils d'optimisation intégrés (ACP : Automatic cell planning).
Architecture ouverte et flexible
Planification automatique des fréquences - AFP
L'optimisation automatique des paramètres du réseau afin d’accroître la couverture et
la capacité.
Etc.

80
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

Conclusion
Dans ce chapitre nous avons présenté trois outils d’ingénierie des réseaux mobiles à savoir
WANDA de Genetel, RNP d’Alcatel et Atoll de Forsk. Ces trois logiciels ont tous en
commun l’ingénierie des réseaux mobiles.

Cependant, les deux premiers outils ne sont pas accessibles aux particuliers et ont été conçu
en se basant sur le troisième à savoir Atoll. Atoll est sans aucun doute l’outil de référence
d’ingénierie des réseaux mobiles. Il supporte douze (12) technologies et dispose de plusieurs
modules comme ACP et AFP qui permettent de faire une planification automatique des
cellules et des fréquences.

81
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

Chapitre 2 : Etude de Cas

Introduction
Après avoir parlé du concept de l’ingénierie des réseaux mobiles dans les précédents
chapitres, nous entamons ici une étude de cas afin de mettre en pratique tout ce qui a été
précédemment dit dans l’étude théorique.

I/ Le cahier de charge
Les données mentionnées ci-dessous sont issues d’une étude géomarketing du comportement
des abonnés.

Pour tous les opérateurs la densité d'abonnés à desservir suivant les zones est de :
• 12000 hab/km2 en dense urbain
• 5000 hab/km2 en urbain
Profil moyen de consommation des abonnés :
• Voix à 12,2kbps, 25mErl / abonné (facteur d'activité = 0,65)
• Data à 64kbps : 25kbps / abonné
• Data à 144kbps : 40 kbps / abonné
• Data à 384kbps : 50 kbps / abonné
Données constructeurs pour un utilisateur de type piéton 3km/h :

Débits en Kbps 12,2 CSD 64 CSD 144 PSD 384 PSD


Eb/No en dB 5 3 2 1
Tableau 8 : Les valeurs de Eb/No

Le service CSD64 dispose de 25 canaux, le service PSD 384 dispose de 4 canaux, le service
PSD 144 dispose de 10 canaux et le service CSD 12,2 dispose de 64 canaux

Spécificités de l'opérateur X :
Technologie : UMTS (2 porteuses)
Service offert indoor daylight :
• 20% à 12,2kbps
• 40% à 64kbps

82
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

• 30% à 144kbps
• 10% à 384kbps
Part de marché = 30%
Charge totale des cellules = 60%

Terminaux

Les caractéristiques des terminaux sont données dans le tableau ci-dessous.

Puissance Puissance Noise figure Facteur


Terminal minimale (dBm) maximale (dBm) Gain (dB) (dB) Rake Active set Catégorie
Mobile -50 21 0 8 1 3 6
PDA -50 24 0 8 1 3 6
Tableau 9 : Caractéristiques des terminaux
Mobilité

On définit pour chaque type de vitesse un type de mobilité. Chaque type de mobilité se
caractérise par une valeur de Ec/I0 minimale à atteindre par une cellule pour qu’elle puisse
accéder à l’Active Set. Les différents types de mobilité sont donnés dans le tableau ci-
dessous.

Nom Ec/Io Threshold (dB) Vitesse (Km/h) HS-SCCH Ec/Nt Threshold (dB)
Vehic-A: 3 Km/h -15 3 -17
Vehic-A: 50 Km/h -15 50 -17
Vehic-A: 120 Km/h -15 120 -17
Tableau 10 : Types de mobilité

83
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

Profil des utilisateurs

En fonction des intérêts et des capacités de chaque catégorie de personne, on a définit trois
types d’utilisateurs : VIP, Jeune et Normal. Les services utilisés par chaque profil sont
mentionnés dans le tableau ci-dessous.

Nom Service Terminal Calls/Hour Durée (Sec) Volume UL (Kbytes) Volume DL (Kbytes)
CS64 Mobile 0,09 160
PS144 Mobile 0,09 100 600
VIP PS384 Mobile 0,08 300 800
Speech 12.2 Mobile 0,15 240
PS384 PDA 0,1 1000 2000
CS64 Mobile 0,06 160
PS144 Mobile 0,08 200 800
Jeune
PS384 Mobile 0,07 300 1000
Speech 12.2 Mobile 0,1 180
CS64 Mobile 0,06 160
Normal PS144 Mobile 0,08 100 500
Speech 12.2 Mobile 0,1 200
Tableau 11 : Profil des utilisateurs
Environnement

On distingue deux types d’environnement à savoir : dense urbain et urbain.

Le tableau ci-dessous définit les caractéristiques des ces environnements.

Environnement Profil Utilisateur Mobilité Abonnés/Km2


VIP Veh: 3 Km/h 200
Dense Urbain Jeune Veh: 3 Km/h 250
Normal Veh: 3 Km/h 300
VIP Veh: 3 Km/h 200
Urbain Jeune Veh: 3 Km/h 100
Normal Veh: 3 Km/h 250
Tableau 12 : Caractéristiques des environnements

84
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

Les services

Les paramètres des services sont regroupés dans le tableau ci-dessous.

Facteur d’activité UL/DL


Facteur de codage
Débit nominal UL

Débit nominal DL
Puissance
Eb/No requis de trafic

Body loss
Priorité
DL

Type
SHO
Services
Veh 3 Veh 50 Veh 120
Km/h Km/h Km/h Min Max
UL DL UL DL UL DL
CS64 5,4 5,4 6 6,1 6,9 7,1 CS 2 64 64
PS144 3,5 3,5 4 4,2 4,9 4,7 PS 0 144 144 1 0

OUI
PS384 2,8 3,2 3,3 4,1 4 4,8 PS 0 384 384 1 15 40
Speech
12.2 6,9 6,1 7,4 6,8 8,1 7,2 CS 3 12.2 12.2 0,6 3
Tableau 13 : Caractéristiques des services

Proportion des services

Services Dense urbain Urbain


CSD 12,2 40% 48%
CSD 64 19% 17%
PSD 144 22% 20%
PSD 384 19% 15%
Tableau 14: Proportion des services

II/ La zone géographique


Cette étude concerne la région de Dakar. La zone à couvrir part du Centre Ville jusqu’aux
Almadies en passant par l’aéroport et représente une superficie de 73,44 Km2. L’opérateur
veut y déployer un réseau 3G. On estime que la population avoisine les 17000 habitants et que
la part de marché de l’opérateur est de 30%. Dans ces on retrouve quatre types
d’environnement à savoir : urbain, dense urbain, suburbain et rural.

Voici la zone à couvrir :

85
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

Figure 47 : La zone à planifier

III/ Ingénierie
III.1/ Dimensionnement

III.1.1/ Le nombre d’abonnés


Le tableau ci-dessous donne le nombre d’abonnés de l’opérateur en fonction des
environnements.

Dense Urbain 3600 hab/Km2


Urbain 1500 hab/Km2
Tableau 15 : Nombre d’abonnés par environnement

86
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

III.1.2/ Le Bilan de Liaison


Nous effectuons le bilan de liaison Uplink qui représente le cas le plus défavorable.

Paramètres Unités Formules 12,2 Kbps 64 Kbps 144 Kbps 384 Kbps
User Equipement
Puissance d’émission
MS Db A 21 21 21 21
Gain d’antenne du
MS dBi B 0 0 0 0
Body Loss Db C 3 3 3 3
PIRE Dbm D=A+B-C 18 18 18 18
Node B
Densité de bruit
thermique dBm/Hz E -174 -174 -174 -174
Niveau de bruit
récepteur, Nf Db F 3 3 3 3
Densité de bruit du
récepteur dBm/Hz G=E+F -171 -171 -171 -171
Marge d’interférence Db H 3 3 3 3
Débit du service I=10*log ((Débit
demandé Db +3,4)*1000) 41,93 48,28 51,68 55,88
Eb / N0 cible Db J 5 3 2 1
Sensibilité du
récepteur dBm K= E+F+I+J+H -121,07 -116,72 -114,32 -111,12
Gain d’antenne du
Node B dBi L 18 18 18 18
Perte câble du Node B Db M 3 3 3 3
Marge de fast fading Db N 3 3 3 3
Path loss maximal Db O=D-K+L-M-N 151,07 146,72 144,32 141,12
Marge de slow fading
(shadowing) Db P 9 9 9 9
Gain de soft handover Db Q 3 3 3 3
Marge de pénétration Db R 16 16 16 16
Perte de propagation
permise MAPL Db S=O-P+Q-R 129,07 124,72 122,32 119,12
Tableau 16 : Bilan de liaison sur le lien Uplink

87
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

III.1.3/ Dimensionnement en fonction des services


Le tableau répertorie tous les calculs effectués au cours du dimensionnement.

CSD PSD
Paramètres Unités Formules 12,2 CSD 64 144 PSD 384
Distance maximale Km 10^((MAPL-137,8)/35,2) 0,564 0,42 0,36 0,29
Rayon Km Dmax/2 0,282 0,21 0,18 0,145
Distance intersite Km 3×R 0,846 0,63 0,54 0,435
Surface d'une
0,206 0,11 0,08 0,054
cellule Km2 ((3√3)/2)×(Dmax/2)^2
Surface de calcul Km2 73,44 73,44 73,44 73,44 73,44
Nombre de cellules Cellules Surface de calcul/Surface d'une cellule 356 667 918 1360
Nombre de sites Sites Nombre de cellules/3 118 222 306 453

Tableau 17 : Résultats du dimensionnement en fonction des services


III.1.4/ Dimensionnement de l’interface Iub
Le nombre de liaisons E1 est donné par l’équation suivante :
nb_E1_per_Node_B = [EB_Factor * [BW(ALCAP) + BW(NBAP-c) + nb_BB_Node B *
BW(NBAP-d)+BW(O&M)]+Max(PCRservice)]/E1_VP_Bandwidth
Si le résultat n’est pas un entier, on prendra alors comme nombre de liens la valeur entière du
résultat majoré de 1 pour éviter d’être limité sur l’interface.

Avec : BW : La largeur de bande, les valeurs sont regroupées dans le tableau ci-dessous.

BW (ALCAP) 32 Kbps
143 Kbps pour 1 porteuse
165 Kbps pour 2 porteuses
BW (NBAP-c)
183 Kbps pour 3 porteuses
199 Kbps pour 4 porteuses
BW (NBAP-d) 113 Kbps
BW (O&M) 64 Kbps
Tableau 18: Largeur de bande

PCR : Peak cell rate, les différents PCR sont regroupés dans le tableau ci-dessous :

PCR (CSD 12,2) 1629,1968


PCR (CSD 64) 2049,69
PCR (PSD 384) 1672,32
PCR (PSD 144) 2479,329
Tableau 19: Les valeurs des PCR

88
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

EB_Factor : Equivalent bandwidth factor, avec pour valeur 125%


E1-VP_Bandwidth = 1920 Kbps

Avec 2 porteuses par Node B et en appliquant la formule ci-dessus, on trouve le nombre de


liaisons E1 égale à 2.

III.1.5/ Les canaux de signalisation


Pour avoir le nombre de canaux de signalisation, on utilise la formule ci-dessous :

Nb_canaux_signalisation = (Nb_cell_Node B / max_Nb_cell_per_porteuse)

Avec :
Nb_cell_Node B : le nombre total de cellules par Node B

max_Nb_cell_per_porteuse : le nombre maximal de cellules gérées par une porteuse

Avec Nb_cell_Node B = 3 et max_Nb_cell_per_porteuse = 3, le nombre de canaux de


signalisation obtenu est 1.

III.1.6/ Dimensionnement du RNC


Les caractéristiques du RNC utilisé sont données dans le tableau ci-dessous :

Capacité Circuit 1000 Erlang


Paquet DCH 24 Mbps
Connexions Nombre de Node B par RNC 256
Nombre de cellules par RNC 768
Tableau 20: Caractéristiques du RNC
Pour notre étude nous aurons besoin de deux RNC puisque nous avons 1360 cellules pour le
service PSD 384.

89
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

III.2/ Planification
III.2.1/ Système de coordonnées
Le système de coordonnées utilisé est le système WGS84. Le Sénégal se trouve dans la zone
UTM ZONE 28. Les figures ci-dessous décrivent comment définir ce système de
coordonnées avec Atoll.

Figure 48 : Définition du système de coordonnées

III.2.2/ Importation de la carte de Dakar


Pour importer une carte géographique avec Atoll, il faut aller à « File » puis « Import ».

Voici la carte de Dakar que nous avons importé.

Figure 49 : La Carte de Dakar

90
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

III.2.3/ La zone à planifier


Après avoir importé la carte de Dakar il ne nous plus qu’à spécifier la zone à planifier. Cette
zone couvre une superficie 73,44 Km2 comme la montre les figure ci-dessous.

Figure 50 : La zone à planifier

Figure 51 : Superficie de la zone à planifier

91
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

III.2.4/ Configuration des secteurs en fonction des environnements


Nous disposons de deux types d’environnement qui sont dense urbain, et urbain, il nous faut
donc les configurer avec le logiciel. Pour configurer un environnement, il faut faire un clic
droit sur « Transmitter » puis cliquer sur « Properties ».

La figure ci-dessous récapitule ce que nous venons de dire.

Figure 52 : Paramétrage des environnements

92
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

Le tableau ci-dessous fait un récapitulatif des paramètres des secteurs et des cellules.

Paramètres Dense Urbain Urbain


Nombre de secteurs 3
Fréquence (MHz) 2110
Débit chip (MHz) 3,84
Facteur d’orthogonalité 0,6
Résolution 10
Equipement BTS Node B
Gain de diversité d’antenne 0 Db
Rayon hexagonal (mètre) 400 500
Hauteur (mètre) 15 20
Modèle de propagation COST-HATA
Downtilt de l’antenne 0
Type des feeders 7/8 à 2110 MHz
Longueur des feeders
émission/réception 17 22
Pilot (dBm) 33
CCH (dBm) 35
SCH (dBm) 21
Puissance max (dBm) 43
Charge max UL et DL 60%
Débit max/utilisateur en DL et UL 1000
Puissance totale transmise (dBm) 40
Facteur de charge UL 60
Tableau 21 : Les paramètres des secteurs et des cellules

III.2.5/ La carte de trafic


La carte de trafic permet d’introduire les données sur le trafic UMTS au niveau de la zone à
planifier. Il existe divers types de cartes de trafic. Dans notre étude, on définit une carte de
trafic qui se base sur la densité des abonnés dans les différents environnements.
On considère deux types d’environnement : Dense urbain et urbain.

Chaque environnement a été introduit en limitant les zones par leurs coordonnées
géographiques (longitude et latitude).
La carte de trafic obtenue est illustrée par la figure suivante :

93
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

Figure 53 : La carte de trafic

III.2.6/ Configuration des paramètres UMTS


Le logiciel nous permet de définir les paramètres UMTS à savoir le type de terminaux que
l’on veut utiliser, le type de mobilité, le type d’environnement, le profil des utilisateurs et les
services. Ces paramètres ont été définis dans le cahier de charge.

Les deux captures ci-dessous présentent la configuration des différents types de mobilité et
d’environnement.

Figure 54 : Types de mobilité et d’environnement

94
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

III.2.7/ Génération automatique des sites


Après avoir configuré les secteurs et cellules de nos sites, les différents types de services, de
mobilité, de profil d’utilisateurs, de terminaux et d’environnements ; il nous faut maintenant
générer les sites dans la zone à planifier. Ceci se fait via le menu « Hexagonal Design » de
« Data ».

Voici les sites générés par l’outil.

Figure 55 : Génération automatique des sites


On remarque qu’il y a certains sites qui se trouvent hors de la zone à planifier, ainsi on peut
toutefois redéfinir notre afin de prendre en compte ces sites, ce que nous n’allons pas faire.

IV/ Prédictions et optimisations


Nous avons effectué des prédictions afin de voir si nos émetteurs se recouvrent afin de
permettre les handovers. Les prédictions et optimisations ont été réalisées vingt fois, les
figures ci-dessous montrent le recouvrement des sites, la zone de couverture par émetteur, la
qualité du signal Ec/Io qui nous renseigne sur l’état du canal pilote.

95
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

Figure 56 : Prédiction de couverture

Figure 57 : Prédiction de la qualité du signal Ec/Io


Cette prédiction nous permet de visualiser le niveau d’interférences entre les cellules. On
observe un niveau d’Ec/I0 de -10 Db à l’intérieur des cellules et en bordure un niveau allant
jusqu’à -15 Db.

96
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

Figure 58 : Prédiction de couverture par émetteur


La prédiction de couverture par émetteur nous permet d’observer les zones de résurgence.

Figure 59 : Prédiction de recouvrement


La figure ci-dessus présente la prédiction de recouvrement, elle montre les zones où se
dérouleront les handovers, à la frontière d’une cellule le nombre maximum de serveurs est
trois.

97
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

V/ Simulations
Après avoir effectué les prédictions, on a effectué les simulations. Une simulation consiste à
calculer la capacité du réseau pour les deux liens montant et descendant et de vérifier que
c’est en accord avec la demande de trafic analysé au début de la phase de dimensionnement.
Les simulations permettent aussi de déterminer le Noise Rise et le niveau de charge pour le
sens montant et descendant.

V.1/ Attribution des codes de brouillage


Les codes de brouillage permettent de différencier les cellules au sein du réseau. En effet le
logiciel nous permet d’attribuer des codes à nos cellules de façon dynamique. La distance de
réutilisation de ces codes est par défaut de 2000 m.

La figure çi-dessous décrit ce que nous venons de dire.

Figure 60 : Attribution des codes de brouillage

98
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

V.2/ Carte de simulation du trafic et zone de service


La simulation du trafic nous permet de visualiser le taux de connexion des clients au réseau à
un instant donné.
Ainsi, le logiciel peut nous fournir le nombre de connexions, la probabilité de blocage à un
instant donné.
La carte de simulation du trafic obtenue est présentée par la figure ci-dessous.

Figure 61 : Carte de simulation du trafic

Sur cette carte on bel et bien qu’il y a plus d’abonnés dans la zone dense urbaine que dans la
zone urbaine, ce qui est tout à fait normal.

A cet instant donné, nous avons 466,01 abonnés qui essaient de se connecter au réseau et
1,8% de taux de rejet. La figure ci-dessous décrit ce que nous venons de dire.

Figure 62 : Nombre d’utilisateurs et probabilité de blocage

99
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

VI/ Coût
Nous présentons ci-dessous le coût relatif à la mise en place d’un site.

UMTS Node B 55 675 000 FCFA


Pylône et installation 25 200 000 FCFA
Antenne UMTS, antenne FH et Câbles coaxiaux 9 825 000 FCFA
Liaisons de transmission 9 825 000 FCFA
Total 100 525 000 FCFA
Tableau 22: Coût d'un site
Il est à noter que les coûts de réalisation varient suivant la nature du site : pylône existant,
terrain difficilement accessible, capacité du site, nombre d’antennes.
Lors de la location de terrain, le loyer mensuel varie d’une centaine à un millier d’Euros,
suivant l’emplacement.

Conclusion
Ce chapitre était consacré à une étude de cas, l’objectif de celui-ci était de faire l’ingénierie de
dimensionnement et de planification d’un réseau 3G dans la ville de Dakar.

Ainsi, plusieurs paramètres doivent être pris en compte afin d’adapter notre étude de cas au
logiciel Atoll. La phase de dimensionnement nous a permis d’établir un bilan de liaison et de
déterminer le rayon des cellules.

La phase de planification prend en compte les données géographiques de la zone à planifier,


les différents types de prédictions.

Nous avons établi une carte de trafic qui nous a permis de savoir le taux de connexion et le
taux de rejet des appels à un instant donné.

La mise en place d’un site nécessite un investissement important, ainsi nous avons calculé
son coût.

100
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

CONCLUSION GENERALE

Les réseaux de troisième génération qui ont remplacé les réseaux de deuxième génération
ont fait leur preuve en offrant aux usagers des débits significatifs allant de 384 Kbits/s à 2
Mbits/s. Ils ont ainsi favorisé le développement des services de données.

L’UMTS qui est la norme de ces réseaux propose un étalement de spectre à large bande (W-
CDMA), ce qui permet à une station de base de n’utiliser qu’une seule bande de fréquence.

La mise en place d’un tel réseau nécessite une approche ingénieuse. L’objet de notre travail a
été de dimensionner et de planifier un réseau 3G. Cela revient à déterminer le rayon des
cellules, le nombre de sites, établir un bilan de liaison, choisir un modèle de propagation
adéquat, faire la prédiction de couverture, de recouvrement, de la qualité du signal, etc.

Notre étude a été réalisée dans la région de Dakar. La zone à couvrir part du Centre Ville
jusqu’aux Almadies en passant par l’aéroport et représente une superficie de 73,44 Km2.

Ainsi, nous avons débuté notre travail par une première partie qui présentait l’état de l’art des
réseaux mobiles. Dans cette partie nous avons parlé du concept des réseaux cellulaires en
faisant allusion aux méthodes d’accès, aux caractéristiques des antennes, etc. Nous avons
également présenté le réseau UMTS en partant de l’architecture jusqu’aux mécanismes de
handover.

La deuxième partie de notre travail a été consacrée à l’ingénierie radio. Tout au long de cette
partie nous avons présenté les règles de dimensionnement et de planification d’un réseau 3G.

Enfin, la dernière partie portait sur une étude de cas. Cela nous a permis de simuler le
dimensionnement et la planification d’un réseau 3G. Elle nous a permis de faire d’une part
des prédictions de couverture afin de voir jusqu’où nos antennes pouvaient émettre et d’autre
part des prédictions de recouvrement, des prédictions de couverture par émetteur et des
prédictions de la qualité du signal. Une fois les prédictions faites, nous avons faits une
simulation afin de voir le nombre d’abonnés tentant de se connecter à un instant donné.

101
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

Notre étude a montré l’importance de l’ingénierie de dimensionnement et de planification


d’un réseau avant tout déploiement. L’ingénierie de dimensionnement et de planification
constitue une étape importante dans le cycle de vie d’un réseau.

Les technologies évoluant assez rapidement, on voit aujourd’hui de nouveaux concurrents que
sont le HSDPA (High speed downlink packet access) et le HSUPA (High speed uplink
packet access) ; ils sont en fait une évolution de l’UMTS. Elles permettent d’offrir des débits
plus important mais uniquement pour les services paquets. HSDPA améliore le débit
descendant et permet d’atteindre 14,4 Mbits/s, tandis que HSUPA quant à lui améliore le
débit montant afin d’atteindre 5,75 Mbits/s.

102
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

LISTE DES ABREVIATIONS


ACP: Automatic Cell Planning

AP: Access Point

AFP: Automatic Frequency Plan

ATM: Asynchronous Transfer Mode

AAL: ATM Adaptation Layer

BTS: Base Transceiver Station

BLER: Block Error Rate

CDMA: Code Division Multiple Access

CLPC: Closed Loop Power Control

CSD: Circuit Switching Data

CN: Core Network

dB: Décibel

DL: Downlink

FDMA: Frequency Division Multiple Access

FDD: Frequency Division Duplex

GPRS: General Packet Radio Service

GSM: Global System for Mobile Communication

GGSN: Gateway GPRS Support Node

GMSC: Gateway Mobile Switching Center

HLR: Home Location Register

IIS: Interference Inter-symbole

103
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

ICC: Interference co-canal

IIF: Interference Inter-fréquence

IMSI: International Mobile Subscriber Identity

IMEI: International Mobile Equipment Identity

LAN: Local Area Network

MHz: Méga Hertz

MSISDN: Mobile Station Integrated Service Digital Number

MMS: Multimedia Service

MSC: Mobile Switching Center

ME: Mobile Equipment

MAPL: Maximum Path Loss

OLPC: Open Loop Power Control

ONU: Organisation des Nations Unies

PIRE: Puissance Isotrope Rayonnée Equivalente

PTMSI: Packet Temporary Mobile Subscriber Identity

PSD: Packet Switching Data

QPSK: Quadrature Phase Shift Keying

QoS: Quality of service

RNP: Radio Network Planning

RNC: Radio Network Controller

RTCP: Réseau Téléphonique Commuté Publique

SIR: Signal to Interference Ratio

104
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

SMS: Short Message Service

SGSN: Serving GPRS Support Node

TDD: Time Division Duplex

TDMA: Time Division Multiple Access

TMSI: Temporary Mobile Subscriber Identity

UL: Up Link

UIT: Union Internationale des Télécommunications

USIM: UMTS Subscriber Identity Module

UTRAN: UMTS Terrestrial Radio Access Network

UE: User Equipment

UMTS: Universal Mobile Telecommunication System

Wimax: Worldwide Interoperability for Microwave Access

WLAN: Wireless Local Area Network

WGS84: World Geographic System 1984

1G: Première Génération

2G: Deuxième Génération

3G: Troisième Génération

4G: Quatrième Génération

105
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI
Institut Supérieur d’Informatique-Dakar

BIBLIOGRAPHIE

1. Sami Tabbane, Ingénierie des réseaux cellulaires, édition Lavoisier (2002)


2. Ahmed Triki, Dimensionnement et Planification d’un réseau d’accès
HSDPA, Rapport de Projet de Fin d’Etudes (2007)
3. Kamel BOUGARES, Développement d’un outil de simulation de la
couverture radio UMTS, Rapport de Projet de Fin d’Etudes (2006)
4. Mohamed Lamine BA, Dimensionnement et Planification d’un réseau
d’accès WCDMA, Mémoire de Fin d’Etudes (2010)
5. Anis Masmoudi, Capacité et Dimensionnement des réseaux d’accès radio
UMTS et Evolution, Thèse de Doctorat (2008)
6. Dhoha LAOUINI, Analyse de la capacité/couverture d’un réseau UMTS,
Application pour le positionnement des sites, Rapport de Projet de Fin
d’Etudes (2006)
7. Farid BOURAS, Myrieme EL ORCH, Sofian ZEGGAH, Thomas ARAME,
Projet Technique de l’opérateur B (2G/3G) (2009)

WEBOGRAPHIE
1. http://www.generation-nt.com/umts-forum-clients-mobiles-3g-actualite-951971.html
2. http://www.etudionet.com/communaute/xuser/etudionet/docs/HASNI_Mohamed.pdf

3. http://www.3gpp.com/article/umts
4. http://perso.citi.insa-lyon.fr/jmgorce/cours/sujet%20TP1.pdf

5. http://www.slideshare.net/Cynapsys/formation-umts
6. http://www.google.fr

106
Mémoire DE FIN D’ETUDES – Bob KOYANDONDRI