Vous êtes sur la page 1sur 66

‫وزارة التعـليــــم العالـــي والـبحـــث العلـمـــــــــي‬

MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

UNIVERSITE LARBI BEN M’HIDI ‫جامعـــة جامعـــة أم البواقي‬


Faculté de Science de La Terre ‫كليـة العلوم األرض‬
Département de Géologie ‫جيولوجيا‬: ‫قسم‬

Cours MDR et Les Ouvrages sous terraines

Présenté au Département de Géologie.

Domaine : Sciences De La Terre.


Filière : Géologie.
Spécialité : Ing de Géologie.
Réalisé par :
M. Souadeuk Anouar

le JEUDI 19/JOUMADA AL OULA/1438


SOMMAIRE

Sommaire

Chapitre 01............................................................................................................................. 1

INTRODUCTION ............................................................................................... 1
1.1. Introduction ................................................................................................................................................................. 1
1.2. Objectif............................................................................................................................................................................ 1
1.3. Applications ................................................................................................................................................................. 1

Chapitre 02............................................................................................................................. 3

CONSIDERATION GEOLOGIQUE ..................................................................... 3


2.1. La roche .......................................................................................................................................................................... 3
2.2. Origine des roches..................................................................................................................................................... 3
2.2.1. Roches ignées ...................................................................................................................................................................4
2.2.2. Roche sédimentaire.......................................................................................................................................................5
2.2.3. Les roches métamorphiques ....................................................................................................................................7
2.3. Utilisation ...................................................................................................................................................................... 8
2.4. Conclusion..................................................................................................................................................................... 9

Chapitre 03............................................................................................................................. 1

PARAMETRES DE CLASSIFICATION DES ROCHES ......................................... 1


3.1. Roche à l’échelle de l’ingénieur .......................................................................................................................... 1
3.2. Massif rocheux ............................................................................................................................................................ 1
3.3. Caractères généraux du massif rocheux......................................................................................................... 1
3.3.1. Discontinu ...........................................................................................................................................................................1
3.3.2. Hétérogène .........................................................................................................................................................................2
3.3.3. Anisotrope ...........................................................................................................................................................................2
3.3.4. Bi-phasique.........................................................................................................................................................................2
3.4. Description Du massif rocheux ........................................................................................................................... 2
3.4.1. Description Géométrique ...........................................................................................................................................2
3.4.2. Propriétés mécaniques d’une discontinuité .....................................................................................................4
3.4.3. Hydraulique.......................................................................................................................................................................5
SOMMAIRE

Chapitre 04............................................................................................................................. 6

ANALYSE DE CONTRAINTES ........................................................................... 6


4.1. Cours................................................................................................................................................................................ 6
4.2. TD ...................................................................................................................................................................................... 6
4.2.1. Exercices 01 ......................................................................................................................................................................6
4.2.2. Exercices 02 ......................................................................................................................................................................6
4.2.3. Exercices 03. .....................................................................................................................................................................6
4.3. Solution .......................................................................................................................................................................... 7
4.3.1. Exo 01 ...................................................................................................................................................................................7
4.3.2. Exo 02 ...................................................................................................................................................................................7

Chapitre 05............................................................................................................................. 8

COMPORTEMENT MECANQUE ET CRITERE DES RUPTURE DES


ROCHES ............................................................................................................. 8

5.1. Tenseur des contrainte ........................................................................................................................................... 8


5.2. Les Contrainte in situ ............................................................................................................................................... 8
5.2.1. La contrainte verticale .................................................................................................................................................8
5.2.2. La contrainte horizontale ...........................................................................................................................................8
5.3. Contrainte déformation .......................................................................................................................................... 8
5.4. Cercle de Mohr ............................................................................................................................................................ 9

Chapitre 06.......................................................................................................................... 11

DESCRIPTION ET CARACTERISATION DE LA MATRICE


ROCHEUSE ......................................................................................................11

6.1. Description pétrographique.............................................................................................................................. 11


6.2. Essais d’identification .......................................................................................................................................... 11
6.2.1. Masse volumique réelle 𝝆𝒓 .................................................................................................................................... 11
6.2.2. Porosité 𝒏 ........................................................................................................................................................................ 11
6.2.3. Degré de saturation 𝑺𝒓 ............................................................................................................................................. 11
6.2.4. Vitesse du son 𝑽𝒍 l’indice de continuité 𝑰𝒄..................................................................................................... 12
6.3. Propriétés mécaniques ........................................................................................................................................ 12
6.3.1. Résistance en compression .................................................................................................................................... 12
6.3.2. Résistance à la traction............................................................................................................................................. 13
6.3.3. Paramètres de déformabilité ................................................................................................................................ 13
6.4. Propriétés diverses ................................................................................................................................................ 14
SOMMAIRE

6.4.1. Essai los Angeles .......................................................................................................................................................... 14


6.4.2. Essai Deval et micro-Deval ..................................................................................................................................... 14
6.4.3. Abrasivité ........................................................................................................................................................................ 15

Chapitre 07.......................................................................................................................... 16

TD 2 (PARAMETRES DES ROCHES) ............................................................16


7.1. Exo 01........................................................................................................................................................................... 16
7.2. Exo 02........................................................................................................................................................................... 16
7.3. Exo 03........................................................................................................................................................................... 16
7.4. Exo 04........................................................................................................................................................................... 16
7.5. Exo 05........................................................................................................................................................................... 16
7.6. Exo 06........................................................................................................................................................................... 16

Chapitre 08.......................................................................................................................... 17

TD 3 (COMPORTEMENT MECANQUE ET CRITERE DES


RUPTURES) ....................................................................................................17

8.1. Exo 01 ......................................................................................................................................................................... 17


8.2. Exo 02........................................................................................................................................................................... 17
8.3. Exo 03........................................................................................................................................................................... 17
8.4. Exo 04........................................................................................................................................................................... 17
SOMMAIRE

Liste des figures

Figure 2.1. Les roches. .............................................................................................................................................................. 3


Figure 2.2. Les roches Extrusive intrusives (Granite, Gabro, Diorite). ............................................................................ 4
Figure 2.3. Les roches intrusives (rhyolite, basalte, andésites). .......................................................................................... 5
Figure 2.4. La sédimentation. .................................................................................................................................................. 5
Figure 2.5. Roche sédimentaire. .............................................................................................................................................. 5
Figure 2.6.Les roches sédimentaire. ....................................................................................................................................... 6
Figure 2.7. La classement des roches sédimentaires selon leur granulométrie. .............................................................. 7
Figure 2.8. Roche métamorphiques régionale. ..................................................................................................................... 7
Figure 2.9. Roche métamorphique de contacte. ................................................................................................................... 8
Figure 2.10. Formation des roches. ....................................................................................................................................... 9
Figure 3.1. Représentation géométrique d’une discontinuité............................................................................................. 3
Figure 3.2. Configuration géologique illustrant les limites du RQD. Le terrain est stratifié et les bancs font 9 cm
d’épaisseur. ....................................................................................................................................................................... 4
Figure 3.3. Essai de cisaillement sur discontinuité. Plan de Mohr et modèle géométrique associé. ............................ 5
Figure 6.1. Essai de traction indirecte (brésilien) ...............................................................................................................13
Figure 6.2. Essai de compression uniaxiale sur un gneiss.................................................................................................14
Figure 6.3. Machine Los Angeles. .........................................................................................................................................14
Figure 6.4. Abrasimètre LCPC ..............................................................................................................................................15
SOMMAIRE

Liste des tableaux

Tableau 1.1. Classification des turbines éoliennes. ...................................................... Error! Bookmark not defined.
Tableau 2.1. Classification des turbines éoliennes. ...................................................... Error! Bookmark not defined.
Tableau 3.1. Classification des turbines éoliennes. ...................................................... Error! Bookmark not defined.
Tableau 4.1. Classification des turbines éoliennes. ...................................................... Error! Bookmark not defined.

vi
CHAPITRE 01 INTRODUCTION

Chapitre 01

INTRODUCTION
1.1. Introduction

La mécanique de roche est une discipline qui utilisé les principes de la mécanique pour décrire
le comportement des roches. Elle traite ce comportement lorsque les condition limite modifier par
l’ingénier.

1.2. Objectif

- Comprendre le comportement mécanique des roches.

- Etre capable d’analyser et de déterminer les propriétés mécaniques des roches pour les
applications en génie civil.

1.3. Applications

La mécanique des roches trouve ses applications dans divers domaines de l’ingénierie et de la
recherche :

– Géologie :

- déformations tectoniques entrainant plissements, diaclases et failles ….

– Génie Civil :

- Stabilité : par exemple, évaluer le risque de chute de blocs à partir d’un talus ou d’une falaise,
ou le facteur de sécurité vis-à-vis de la rupture d’une fondation en bordure de plateau.

- Déformation : estimer le tassement sous une fondation, ou la convergence d’un tunnel.

- Extraction (abattage) : définir les conditions d’une utilisation optimale de l’explosif, vis-à-vis
du massif resté en place, qu’il faut endommager le moins possible, ou des vibrations causées
sur les constructions voisines.

- Concassage : choisir la technique permettant d’obtenir la granularité souhaitée, pour un coût


minimal.

p. 1
CHAPITRE 01 INTRODUCTION

— utilisation comme matériau : s’assurer que la roche extraite possède certaines qualités, de
résistance et de durabilité par exemple.

p. 2
CHAPITRE 02 CONSIDERATION GEOLOGIQUE

Chapitre 02

CONSIDERATION GEOLOGIQUE
2.1. La roche

La roche est une substance solide composée de minéraux.

2.2. Origine des roches

La formation des roches dépend 3 origine :

- Roche métamorphique.

- Roche magmatique

- Roche sédimentaire

Figure 2.1. Les roches.

p. 3
CHAPITRE 02 CONSIDERATION GEOLOGIQUE

2.2.1. Roches ignées

Les roches ignées sont formées lorsque la roche fondue (magma) se refroidit et se solidifie,
avec ou sans cristallisation.

Elles peuvent être formées :

- En profondeur comme des roches intrusives (plutonique)

- Ou à la surface comme des roches extrusives (volcanique)

Les roches intrusives ont généralement un grain grossier et extrusives un grain fin.

Figure 2.2. Les roches Extrusive intrusives (Granite, Gabro, Diorite).

p. 4
CHAPITRE 02 CONSIDERATION GEOLOGIQUE

Figure 2.3. Les roches intrusives (rhyolite, basalte, andésites).

2.2.2. Roche sédimentaire

Les roches sédimentaires se forment suite à l’accumulation graduelle de sédiment.

Figure 2.4. La sédimentation.

Parce qu’elles se forment par accumulation graduelle de sédiments provenant de l’érosion des
roches, les roches sédimentaires forment des couches de roches facilement reconnaissable.

Figure 2.5. Roche sédimentaire.

p. 5
CHAPITRE 02 CONSIDERATION GEOLOGIQUE

Le classement génétique est le suivant :

- les roches détritiques ou clastiques : elles proviennent de l'accumulation de fragments de


minéraux et de roches préexistantes. comme le grès, le sable, le limon, le lœss, l'argile.

- les roches pyroclastiques : provenant de l'accumulation de débris projetés par les volcans,
parfois puissamment remaniés par les eaux courantes, par exemple les cendres, cinérites,
lapilis, tufs...

- les roches biogènes ou physico-chimiques : elles comprennent les roches organogènes ou


biogènes : elles sont liées à l'activité des organismes vivants et proviennent de l'accumulation
et de la transformation de matière organique. Exemples : le charbon, le pétrole.

- les roches biochimiques : elles sont aussi liées à l'activité des organismes vivants mais
proviennent de l'accumulation de certains des éléments minéraux qu'ils synthétisent
(coquilles, tests, os).

Figure 2.6.Les roches sédimentaire.

Les roches sédiments sont généralement classées selon leur granulométrie.

p. 6
CHAPITRE 02 CONSIDERATION GEOLOGIQUE

Figure 2.7. La classement des roches sédimentaires selon leur granulométrie.

2.2.3. Les roches métamorphiques

Les roches métamorphiques sont des roches ayant subi une transformation en raison de la
chaleur et de la pression présentes dans la croute terrestre.

Les roches qui ayant subi par une transformation en suit à la collision entre deux plaques tectonique
sont des roches métamorphiques régionales.

Figure 2.8. Roche métamorphiques régionale.

Et l’autre types c’est les roches métamorphiques de contacte sont des roches ayant subi une
transformation en raison de la chaleur du magma.

p. 7
CHAPITRE 02 CONSIDERATION GEOLOGIQUE

Figure 2.9. Roche métamorphique de contacte.

2.3. Utilisation

p. 8
CHAPITRE 02 CONSIDERATION GEOLOGIQUE

2.4. Conclusion

Figure 2.10. Formation des roches.

1. Érosion, transport, diagenèse.


2. Fusion.
3. Pression température.
4. Refroidissement.

p. 9
Chapitre 03

PARAMETRES DE CLASSIFICATION DES ROCHES


3.1. Roche à l’échelle de l’ingénieur

La roche à l’échelle de l’ingénierie est généralement une masse en place. Cette masse, que l’on
nomme souvent massif rocheux constitue tout le roches in situ. Il est formé de la roche intacte et des
discontinuités (joints, failles, …. Etc.)

3.2. Massif rocheux

Un massif rocheux contient du matériau rocheux sous forme de blocs de roche intacte de tailles variées,
et des discontinuités qui coupe le massif sous forme de fracture, joints, failles, plans de stratification et
dykes

Massif rocheux = Matrice rocheuse + Discontinuités

3.3. Caractères généraux du massif rocheux

3.3.1. Discontinu

Le massif est composé de blocs plus ou moins monolithiques, séparés par des discontinuités qui
constituent des sites de faiblesse mécanique et des lieux privilégiés de circulation d’eau.

a. Les joints

Dans les roches sédimentaires ,Ce sont les joints séparant deux couches d’époques et de conditions de
dépôt différentes.

b. Les failles

ce sont des fractures identiques aux diaclases mais qui ont entraîné un mouvement relatif des deux
parties de la roche encaissante. Un glissement a donc eu lieu le long de cette faille. Leur longueur varie
d’une dizaine de centimètres à plusieurs centaines de kilomètres
c. Les diaclases

Ce sont des fractures de la roche, issues d’une rupture par compression, traction ou cisaillement liée
aux mouvements tectoniques6. Les deux parties de la roche qui se sont constituées n’ont cependant pas
bougé.

d. La schistosité

Dans les roches métamorphiques ,La forte compression a perturbé et transformé l’organisation des
minéraux internes. Ceux-ci se sont alignés selon une direction orthogonale à la compression et ont
entrainé la formation de plans de rupture préférentiels

3.3.2. Hétérogène

Des hétérogénéités existent à différentes échelles, comme par exemple : alternance de bancs
durs et de bancs tendres, contacts tectoniques anormaux mettant en présence des formations très
différentes, zones de dissolution karstique ou d’altération locale.

3.3.3. Anisotrope

L’anisotropie peut apparaître dès la formation de la roche (disposition stratifiée des roches
sédimentaires) ou en liaison avec le métamorphisme (foliation des gneiss et micaschistes), ou lors de
la fracturation subie lors d’un épisode tectonique, etc.

3.3.4. Bi-phasique

Puisque contenant de l’eau au sein des pores de la matrice rocheuse ou dans les discontinuités ;
cette eau peut modifier notablement les propriétés de la roche comme celles des discontinuités, donc
aussi le comportement du massif rocheux.

3.4. Description Du massif rocheux

3.4.1. Description Géométrique

3.4.1.1. l’AFTES et de l’ISRM

Une discontinuité est, au moins localement, plane. On définit complètement ce plan par deux angles

- La direction (azimut α de l’horizontale du plan)

- Le pendage (angle β entre l’horizontale et la droite de plus grande pente, en précisant le sens
par rapport à la direction de l’horizontale)

Dans la notation de l’AFTES et de l’ISRM


-
Azimut : angle de la projection horizontale du vecteur p⃗ avec le Nord en tournant vers l’Est. Il
vaut α + 90◦

- Pendage : angle β que fait p⃗ avec le plan horizontal

Figure 3.1. Représentation géométrique d’une discontinuité.

Exemple :

Déterminer les angles α et β pour Un plan répertorié 210/60 selon l’AFTES. (Le même plan sera
répertorié N120E - 60W pour la notation géologique traditionnelle

3.4.1.2. RQD

RQD C’est rapport en pourcentage entre la longueur cumulée des carottes supérieures à 10 cm et la
longueur totale de carotte considérée (1m pour l’AFTES).

∑(𝐿 > 10 𝑐𝑚)


𝑅𝑄𝐷 = × 100
𝐿 𝑇𝑜𝑡𝑎𝑙𝑒

Un RQD de 80 à 100% signifie donc que l’on a affaire à une roche peu ou pas fracturée.

Attention
Pour un même massif stratifié, on pourra conclure à un RQD de 0% ou de 100% au même endroit selon
l’inclinaison du forage (Fig. 3.2), Il est donc important de repérer la direction et l’inclinaison des
forages, puis de corréler les résultats entre eux.

Il est donc nécessaire de réaliser des mesures dans plusieurs directions à choisir judicieusement en
fonction des discontinuités et de l’orientation de l’ouvrage

Figure 3.2. Configuration géologique illustrant les limites du RQD. Le terrain est stratifié et les bancs
font 9 cm d’épaisseur.

3.4.2. Propriétés mécaniques d’une discontinuité

Une fois la répartition et la géométrie des discontinuités identifiées, il faut s’intéresser à leurs
caractéristiques mécaniques.

- Ouverture : largeur de la discontinuité (de quelques mm à plusieurs mètres).

- Rugosité : épontes irrégulières et accrochantes, ou imbrication d’une éponte dans l’autre.

- Remplissage : dans l’ouverture, c’est le matériau comblant le vide.

Mais pour caractériser complètement le comportement d’une fracture de la roche, il faut réaliser des
essais en labo. Le plus courant et se rapprochant le plus des sollicitations in situ est l’essai de
cisaillement. Pour déterminer la résistance au cisaillement des discontinuités.

La résistance au cisaillement des discontinuités peut en général être caractérisée par un angle de
frottement φ. En laboratoire, il est en général compris entre 25 et 45.

- Cas des contraintes normales faibles : τ = σtan(φ + i)

- Cas des contraintes normales fortes : τ = σtanφ

- Cas de Cohésion : τ = c + σtanφ


Figure 3.3. Essai de cisaillement sur discontinuité. Plan de Mohr et modèle géométrique associé.

Exemple :

3.4.3. Hydraulique

La perméabilité des roches fréquemment rencontrées est très faible, de l’ordre de 10−10 à 10−12 m/s,
exceptionnellement jusqu’à 10−5 m/s pour les roches très poreuses.

Si les discontinuités sont ouvertes et vides, la mécanique des fluides permet d’estimer le coefficient de
perméabilité

𝛾𝑒 2
𝐾𝑓 =
12𝜇

Avec γ et μ les poids volumique et coefficient de viscosité du liquide, e l’épaisseur de la fracture.


Chapitre 04

ANALYSE DE CONTRAINTES
4.1. Cours

Comme présentation

4.2. TD

4.2.1. Exercices 01

Deux points A et B, ont pour coordonnées cartésiennes dans


l’espace A(2,3,-3) B(5,7,2).

⃑⃑⃑⃑⃑ ainsi que son


Déterminer les composantes du vecteur 𝐴𝐵
module, sa direction et son sens.

4.2.2. Exercices 02

Considérons les trois états plans de contrainte ci-dessous. Les axes sont principaux. Les contraintes
sont en MPa.

1) Ecrire les matrices


relatives à ces trois
états de contrainte.

4.2.3. Exercices 03.

Considérons l'état plan de contraintes au point P représenté sur la figure cicontre. Les contraintes sont
en MPa.

1- Ecrire le tenseur des contraintes en P dans le repère (xyz).

2- Ecrire le tenseur des contraintes en P dans le repère (x’y’z’).


4.3. Solution

4.3.1. Exo 01

⃑⃑⃑⃑⃑ est donné par 𝐴𝐵


Le vecteur 𝐴𝐵 ⃑⃑⃑⃑⃑ = 𝑂𝐵 ⃑⃑⃑⃑⃑ = 3 𝑖 + 4 𝑗 + 5 𝑘⃑
⃑⃑⃑⃑⃑⃑⃑ + 𝑂𝐴

Son module : 𝐴𝐵 = √32 + 42 + 52 = √50

Sa direction : est déterminée par les angles (𝛼, 𝛽, 𝜃) qu’il fait avec chacun des axes du repère.

Ses angles se déduisent par le produit scalaire du vecteur ⃑⃑⃑⃑⃑


𝐴𝐵 par les vecteur unitaires su repère
orthonormé

⃑⃑⃑⃑⃑ . 𝑖
𝐴𝐵 3
⃑⃑⃑⃑⃑ , 𝑖) cos 𝛼 =
𝛼 = (𝐴𝐵 = = 0,424 ⟹ 𝛼 = 64,89°
𝐴𝐵 √50

⃑⃑⃑⃑⃑
𝐴𝐵. 𝑗 4
⃑⃑⃑⃑⃑ , 𝑗) cos 𝛽 =
𝛼 = (𝐴𝐵 = = 0,565 ⟹ 𝛽 = 55,54°
𝐴𝐵 √50

⃑⃑⃑⃑⃑ . 𝑘⃑
𝐴𝐵 5
⃑⃑⃑⃑⃑ , 𝑘⃑) cos 𝜃 =
𝛼 = (𝐴𝐵 = = 0,707 ⟹ 𝜃 = 44,99°
𝐴𝐵 √50

Son sens : comme le produit scalaire du vecteur ⃑⃑⃑⃑⃑


𝐴𝐵 avec les trois vecteur unitaires est positif alors, il
a un sens positif suivant les trois axes du repère.

4.3.2. Exo 02

Les matrices relatives à des trois états de contrainte.


Chapitre 05

COMPORTEMENT MECANQUE ET CRITERE DES


RUPTURE DES ROCHES

5.1. Tenseur des contrainte

C’est un ensemble des contraintes 𝜎 en un point 𝑀.

𝜎𝑥𝑥 𝜏𝑥𝑦 𝜏𝑥𝑤


[𝜏𝑦𝑥 𝜎𝑦𝑦 𝜏𝑦𝑧 ]
𝜏𝑧𝑥 𝜏𝑧𝑦 𝜎𝑧𝑧

5.2. Les Contrainte in situ

5.2.1. La contrainte verticale

𝜎𝑉 = 𝛿𝑠 . 𝑍 avec 𝛿𝑠 poid spécifique de la roche généralement 2,7.

5.2.2. La contrainte horizontale

La contrainte horizontale est contrainte tectonique, et généralement 𝜎𝐻 ≥ 𝜎𝑉


𝜎𝐻
= 0,5 − 3
𝜎𝑉

5.3. Contrainte déformation

La déformation c’est Les déplacement causé par les contraintes dans le domaine élastique liée par la
loi de HOOK. 𝜎 = 𝐸. 𝜀

Avec 𝐸 module de yong et 𝜀 La déformation

𝜏 = 𝐺. 𝜀

G module
Pour déterminer E dans la zone élastique en appliqué la relation :

∆𝜎
tan(∝) = = 𝐸(𝑘𝑛⁄𝑚2 )
∆𝜀

𝜀𝑦
Les déformation sont liée entre elle par le coefficient 𝜈 = ⁄𝜀𝑥

1
𝜀𝑥 = [ 𝜎𝑥 − 𝜈(𝜎𝑦 + 𝜎𝑧 )]
𝐸
1
𝜀𝑦 = [ 𝜎𝑦 − 𝜈(𝜎𝑥 + 𝜎𝑧 )]
𝐸
1
𝜀𝑧 = [ 𝜎𝑧 − 𝜈(𝜎𝑥 + 𝜎𝑦 )]
𝐸

5.4. Cercle de Mohr

On suppose connu au point M l’état plan des contraintes dans le repère principal

𝜎𝑥𝑥 𝜏𝑥𝑦 𝜏𝑥𝑤 𝜎1 0 0


[𝜏𝑦𝑥 𝜎𝑦𝑦 𝜏𝑦𝑧 ] = [ 0 𝜎2 0]
𝜏𝑧𝑥 𝜏𝑧𝑦 𝜎𝑧𝑧 0 0 0

Figure 5.1. Représentation graphique de cercle de mohr


En écrivant ces expressions en fonction de l’angle double, on obtient :

𝜎1 + 𝜎2 𝜎1 − 𝜎2
𝜎= + cos 2𝜑
2 2
𝜎1 − 𝜎2
𝜏= sin 2𝜑
2
Chapitre 06

DESCRIPTION ET CARACTERISATION DE LA
MATRICE ROCHEUSE

La description de la matrice rocheuse fait appel à des identifications et à des essais de


laboratoire, dont les principaux sont décrits ci-après.

6.1. Description pétrographique

La description pétrographique consiste à déterminer la nature des différents minéraux, leur


abondance relative, leur degré d’altération, leur taille et leur agencement, ainsi que l’existence
éventuelle de pores.

6.2. Essais d’identification

Il s’agit d’essais simples, rapides, couramment pratiqués, et qui donnent, alliés à la description
pétrographique, une image assez précise du matériau.

6.2.1. Masse volumique réelle 𝝆𝒓

C’est la masse volumique de la roche sèche, Elle s’exprime en kg/m3 ou en t/m3. Il ne faut pas
la confondre avec la masse volumique absolue 𝝆𝒓 , qui est la masse volumique de la matière minérale
(𝝆𝒓 ≤ 𝝆𝒂 ) .

6.2.2. Porosité 𝒏

C’est les vides inclus dans la roche, au volume de l’éprouvette (enveloppe extérieure) :

𝑉𝑣 𝜌𝑟
𝑛= = 1−
𝑉 𝜌𝑎

6.2.3. Degré de saturation 𝑺𝒓

C’est le pourcentage de l’espace poreaux qui est occupé par l’eau.


6.2.4. Vitesse du son 𝑽𝒍 l’indice de continuité 𝑰𝒄

La vitesse de propagation des ondes longitudinales 𝑉𝑙 est calculée à partir de la mesure du temps de
propagation des ondes à travers une éprouvette.

Le calcul de l’indice de continuité́ 𝑰𝒄 , rapport de la vitesse mesurée à la vitesse théorique

On peut aussi quantifier le degré de fissuration en calculant l’indice 𝐷𝑓

. 𝐷𝑓 = 𝟏𝟎𝟎 – 𝟏. 𝟓 𝒏 − 𝐼𝑐

En mesurant la vitesse 𝑉𝑙 dans différentes directions, on peut aussi apprécier l’anisotropie d’une
𝑽𝒍𝒎𝒂𝒙
roche. On définit l’indice d’ani- sotropie par 𝐼𝐴 = .
𝑽𝒍𝒎𝒊𝒏

6.3. Propriétés mécaniques

Exemples de résultats d’essais mécaniques.

6.3.1. Résistance en compression

L’essai mécanique le plus courant est l’essai de résistance en compression uniaxiale 𝑅𝑐

𝐹
𝑅𝑐 =
𝜋𝑅2
6.3.2. Résistance à la traction

La résistance à la traction directe est obtenue par traction jusqu’à la rupture d’une éprouvette
cylindrique.

L’essai de résistance à la traction indirecte, dit aussi essai brésilien,

𝑃
𝑅𝑡𝑏 =
𝜋 𝑅𝐻

Figure 6.1. Essai de traction indirecte (brésilien)

6.3.3. Paramètres de déformabilité

La mesure des déformations lors d’une compression uniaxiale permet de déterminer les
paramètres élastiques de déformabilité de la roche, module d’Young (pente de la courbe de déformation
longitudinale) et coefficient de Poisson (rapport de la déformation transversale à la déformation
longitudinale)
Figure 6.2. Essai de compression uniaxiale sur un gneiss.

6.4. Propriétés diverses

Des essais, en général de nature empirique, permettent de quan- tifier certaines propriétés des matériaux
rocheux utilisés en génie civil.

6.4.1. Essai los Angeles

Cet essai a pour but d’évaluer la résistance à la fragmentation par chocs.

Le coefficient Los Angeles est défini par :


𝑚
𝐿𝐴 = 100
𝑀

Figure 6.3. Machine Los Angeles.

6.4.2. Essai Deval et micro-Deval

Le principe est analogue à celui de l’essai Los Angeles, avec une charge plus légère (billes) et une
durée de rotation plus longue.
Le coefficient MDE (essai micro-Deval effectué en présence d’eau) est défini par :
𝑚
𝑀𝐷𝐸 = 100
𝑀

6.4.3. Abrasivité

L’abrasivité caractérise la capacité d’une roche à provoquer l’usure d’un outil tel que pièce de
concasseur, Pour estimer l’abrasivité d’un matériau, on peut utiliser l’abrasimètre LCPC

Figure 6.4. Abrasimètre LCPC


Chapitre 07

TD 2 (PARAMETRES DES ROCHES)

7.1. Exo 01

Pour déterminer le RQD de la massif rocheux en réaliser des mesures dans plusieurs directions .

Déterminer RQD

- Dans de mesure perpendiculaire à le TN.

- Pour les mesures inclinées par 30° et 53°.

7.2. Exo 02

Le poids volumique de la roche est 𝛾 = 23 𝑘𝑛⁄𝑚3

Déterminer – le type de la roche et Le coefficient de perméabilité et Letype de perméabilité.

7.3. Exo 03

Si la résistance en compression 𝑅𝑐 = 160 MPa

Déterminer - Le type de roche. Et La force qui déjà appliquée dans l’essai de résistance en compression.
F et La résistance en traction.

7.4. Exo 04

La vitesse de propagation des ondes longitudinales de Granite 𝑉𝑙 = 𝟓𝟑𝟎𝟎 𝒎⁄𝒔

Déterminer : - Indice de continuité et Le degré de fissuration. Et Indice d’anisotropie.

7.5. Exo 05

Si Les masses volumiques de certaine roche (𝝆𝒓 , 𝝆𝒂 ) 𝝆 = 2,63 𝒕⁄𝒎𝟑 et 𝝆 = 2,68 𝒕⁄𝒎𝟑

Déterminer : - Le type de roche. Et 𝝆𝒓 𝑒𝑡 𝝆𝒂 et la porosité.

7.6. Exo 06

Déterminer les angles α et β pour Un plan répertorié 210/60 selon l’AFTES. (Le même plan sera
répertorié N120E - 60W pour la notation géologique traditionnelle.
Chapitre 08

TD 3 (COMPORTEMENT MECANQUE ET CRITERE DES RUPTURES)

8.1. Exo 01

Déterminer analytiquement et graphiquement les contraintes


qui se développent sur le plan incliné de 60°.

8.2. Exo 02

Après les résultants d’essai de compression uniaxiale sur un


gneiss.

- Déterminer le module de young.

- Quelle est l’échantillon le plus


résistance a la compression.

- La contrainte vertical et Horizontale


de la grneiss
𝜎
pour Z=10m et 𝜎𝐻 = 0,8
𝑉

8.3. Exo 03

Considérons-le carrée infiniment petit, de côté unité, dans les axes XY

Les déformation dans le plan X, Y valent : 𝜀𝑥𝑥 = 𝜀𝑦𝑦 = 0,05 𝜀𝑋𝑌 = 0,01

- Déterminer le tenseur de déformation et Tracer la figure déformée


du carré.

8.4. Exo 04

On suppose connu au point M l’état des contraintes dans le repère principal. Déterminer Le tenseur de
déformation dans les cas de contraintes planes et déformations planes 𝜎=
207 0 0
[ 0 22 0] 𝑀𝑃𝑎
0 0 0
Chapitre 09

INTERROGATION

9.1. Question Cours


Choisir les bonnes réponses :

a. La déférence entre les roches extrusive et intrusive.


- La méthode de la solidification avec ou sans cristallisation

- Les grains grossiers et les grains fians

b. Les types de roche sédimentaire (touts les types)


- Les roches détritiques, les biogènes, les pyroclastique.

- Les roches détritiques, les biogènes, les pyroclastique. Les roches physico-chimiques.

- Les roches détritiques, les biogènes, les pyroclastique, les roches régionales.

c. Abrasimètre
- Les joint séparant deux couche.

- Les fractures de la roche.

- Les fractures identiques aux diaclases.

d. AFTES
- Essai mécanique pour définir la massif rechaux

- Essai chimique pour définir la massif rechaux

9.2. Question TD
Considérons l'état plan de contraintes au point P représenté sur la figure cicontre. Les contraintes sont en MPa.

1- Ecrire le tenseur des contraintes en P dans le repère (xyz).

2- Ecrire le tenseur des contraintes en P dans le repère (x’y’z’).


Chapitre 010

LES SYSTEMES DE CLASIFICATION DU MASSIF ROCHEUX

10.1. Les systèmes de classification du massif rocheux


Trois méthodes principales

- Classifications AFTES

Les critères de cette classification à prendre en considération pour orienter le choix d’un type de
soutènement mais ne permet pas de dimensionnement de ce soutènement.

- Classifications de Batron (Q système)

- Classification de bieniawski (RMR)

a. Objectif :

Evaluer les facteurs nécessaires pour établir un projet d’ouvrage souterrain.

b. Moyens

Reconnaissances géologiques, géométriques, puis géotechnique, des terrains.

c. Finalité

Définir des zones homogènes pour le dimensionnement du projet.

10.2. AFTES

Cette méthode basée sur les recommandations du groupe de travail num 1 (caractérisation des
massifs rocheux utile a l’étude et a la réalisation des ouvrages souterrains) (juin 2003).

Il comprend 6 paramètre de base.

1. Condition géologique générales.

2. Condition hydrogéologique.

3. Discontinuité du massif rochaux.

4. Caractéristique mécaniques des terrains.

5. Les contraintes naturelles.

6. La déformabilité du massif.
10.2.1. Conditions géologiques générales.

a. Dénominations recommandées des roches et des principales familles pétrographique.


b. Etat d’altération du massif du massif

10.2.2. Condition hydrogéologique.

a. Charge hydraulique

b. Perméabilité
10.2.3. Discontinuité du massif rochaux.

a. Orientation des discontinuité

b. RQD

c. ID
d. Organisation en familles
- Nombre de familles

- Espacement des discontinuités de chaque famille


e. Comportement mécanique des discontinuités

10.2.4. Caractéristiques mécaniques des terrains.

a. Indice de continuité
10.2.5. Les contraintes naturelles.

a. Profondeur de l’excavation : caractérisée par le rapport entre la résistance 𝝈𝑪 et 𝝈𝟎 la


contrainte nitiale

10.2.6. La déformabilité du massif.

a. Classe DM : module de déformation déterminés à partir d’essais en place pour tenir compte
de l’influence de la fracturation.

10.3. Classification de Barton ( système Q)

Cette méthode basée sur


- plus 200 cavité existantes ( Europe et scandinavie).

- Essentiellement en terrain rocheux.

- Recommandation pour le choix du soutènement à utiliser avec prudence (aboutit souvent à un


surdimensionnement)

Elle est basée sur 6 paramètres de base :

RQD : fracturation.

𝐽𝑛 : Nombre de famille de discontinuités.

𝐽𝑟 : Rugosité du joint.

𝐽𝑎 : Altération du joint.

𝐽𝑤 : Effet de l’eau.

S.R.F : Facteur de contrainte.

a. R.Q.D
b. Jn

c. Jr
d. Ja
e. Jw

f. S.R.F
g. E.S.R

E.S.R est un coefficient correcteur de dimension ,𝑆𝑃𝐴𝑁⁄𝐸𝑆𝑅 = diamètre équivalent

et SPAN : largeur, diamètre ou hauteur

10.4. Le système RMR (Rock Mass Rating)

5 Critères principaux.chaque paramètre recoit une note et RMR la somme des notes

- Résistance de la roche (Rc ou essai franklin)

- Fracturation RQD.

- Espacement des joints.

- Nature de joints.

- Venues d’eau.
Chapitre 011

TD

11.1. Exercice 01

Massif granitique avec 3 familles de joints, RQD moyen de 88%, espacement moyen des joints de 0.24
m, surfaces des joints généralement irrégulières et rugueuses, jointives et non altérées avec quelques
taches, surface d’excavation humide, mais sans écoulement, résistance moyenne à la compression
uniaxiale de 160 MPa, tunnel excavé à 150 m de profondeur, sans état de contrainte in situ
anormalement élevé.

11.2. Exercice 02

Massif de grès, fracturé par 2 familles de joints plus fractures aléatoires, RQD moyen de 70%,
espacement moyen des joints de 0.11 m, surfaces des joints légèrement rugueuses fortement altérés
avec des taches de forte altération, surface altérée mais sans présence d’argile, joints généralement en
contact avec des ouvertures inférieures au mm, résistance moyenne à la compression uniaxiale de 85
MPa, tunnel excavé à 80 m de profondeur et niveau de la nappe 10 m sous le terrain.

11.3. Exercice n 03

Massif de silt très fracturé, 2 familles de joints et nombreuses fractures aléatoires, RQD moyen de 41%,
joints continus observés en tunnel, surfaces des joints lisses et ondulées, fortement altérées, joints
ouverts de 3 à 5 mm, remplis d’argile, résistance moyenne à la compression uniaxiale de 65 MPa,
venues d’eau par 10 m de tunnel d’environ 50 litre/minute, avec débourrage important des matériaux
de remplissage des joints. Le tunnel est à 220 m de profondeur.
Chapitre 012

SOLUTION TD

12.1. Exercice 01

12.2. Exercice 02
12.3. Exercice 03
Chapitre 013

APPLICATION DE LA MDR AUX TRAVAUX DE L’INGENIERIE

13.1. Introduction

Des exemples sur les travaux en les roche.

- Fondation en roche (des bâtiments, ponts et barrages)

- Pentes et talus rocheux et tunnels en roche.

13.2. Types de fondation en roche


a. Semelle

Radier poser sur la roche. La fondation est soutenue par la capacité́ portante du rocher.

b. Pieux

Battu ou vibré dans un horizon rocheux. Le pieux est soutenu par le frottement latéral et par le terme
de pointe.

c. Fondations de barrage

Elles sont posées directement sur la roche et doivent résister à la poussée hydrostatique ainsi que le
poids propres de l’ouvrage. La résistance est déterminée par la capacité portante et la résistance au
cisaillement de la roche.

d. Fondations précontraints

Les ancrages et clous résiste au tension dans la roche (soulèvement du fond de fouille). La fondations
rocheuse est sollicités en cisaillement.

………………………. ………………… …………………………….. …………………………

13.3. Ruptures des fondations en roches

a. Cisaillement

Cisaillement du massif rocheux altéré ou fracturé Pour un rocher hautement fracturé, une rupture
généralisée peut se produire

b. Compression des joints

Pour des joints ouverts, la rupture se produit en compression.

c. Poinçonnement

Poinçonnement ou rupture par flexion Souvent dû à un horizon inférieur peu compact.
d. Ruptures de pinacle

Souvent pour des recouvrements rocheux altérés.

e. Eboulements de cavité rocheux


f. Instabilité de pente

Instabilité de pente due à une charge extérieur et au glissement de blocs.

g. Glissement

Glissement latéral et tassement du pieu.

h. Fluage

Fluage pour des contraintes élevées. Le fluage peut aussi se produite suite à une détérioration de la
rocheuse (érosion).

i. Glissement des barrages

Glissement du barrage, Rupture de la roche par cisaillement.

j. Rupture du coulis

Rupture du coulis d’injection ou de la roche sous forte sollicitation.

………………………………… ……………………………… …………………………

………………………………… ……………………………… …………………………


……………………………………………………………… ……………………

……………………………………………………………… ……………………

13.4. Pentes rocheuses

Les pentes peuvent être naturelles ou excavées.

13.5. Rupture de pentes

a. Rupture circulaire

Elle se produit la plupart du temps dans des débris rocheux, dans de la roche hautement fracturés ou
fortement altérée sans famille de discontinuité apparente.
b. Rupture en plan

Elle se produit dans des roches avec une discontinuité plane (p. ex. plissement).

c. Rupture en coin

Elle se produit dans des roches avec des familles de discontinuités qui s’interceptent.

d. Renversement de blocs

Il se produit dans des roches avec deux clivages ou des blocs avec une forte inclinaison.

………………………………….. …………………………………

………………………………….. …………………………………

13.6. Rupture circulaire

La roche est si fracturée qu’aucune famille de discontinuité n’existe. La rupture est libre de se produire
dans les zones de faible résistance. La rupture se produit en cisaillement (angle de frottement et
cohésion)
Chapitre 014

LES OUTILS INFORMATIQUES

14.1. Introduction

Le développement du logiciel PLAXIS a commencé en 1987 à l’université technique de Delft


à l’initiative du département allemand des travaux publics et gestions des eaux. L’objectif initial était
réservé à développer un code d’éléments finis en 2D facile à manier permettant l’analyse des talus en
sols mous implantés aux bords des rivières situées dans les plaines Hollandaises. Quelque année plus
tard,

PLAXIS a été étendu pour couvrir d’autres domaines de la géotechnique. Avec l’extension des
différentes activités géotechniques, une compagnie nommée PLAXIS b.v. a vu le jour en 1993. En
1998, la première version PLAXIS pour Windows a été lancée. En même temps le module Kernel pour
les calculs en 3D a commencé de connaitre son développement. Plusieurs années de développement, il
y a eu le lancement en 2001 du programme Tunnel PLAXIS 3D. [34]

14.2. Présentation du logiciel

Plaxis est un programme d’éléments finis en deux, ou trois dimensions spécialement conçues
pour réaliser des analyses de déformation et de stabilité pour différents types d’applications
géotechniques. Les situations réelles peuvent être représentées par un modèle plan ou axisymétrique.
Le programme utilise une interface graphique pratique permettant aux utilisateurs de générer
rapidement un modèle géométrique et un maillage d’éléments finis basés sur la coupe verticale de
l’ouvrage à étudier. Les utilisateurs sont supposés être capables de travailler dans un environnement
Windows. Pour se familiariser rapidement avec l’utilisation de cette interface et avec les
caractéristiques principales du programme. [35]

L’interface d'utilisation de PLAXIS se compose de quatre sous-programmes (Input,


Calculation, Output et Curves) : [35]

14.2.1.1. Le programme d’entrée de données (Input)

Le programme contient tout ce qui est nécessaire pour créer et modifier un modèle géométrique,
pour générer le maillage d’éléments finis correspondant et pour générer les conditions initiales.
14.2.1.2. Le programme de calcul (Calculation)

Ce programme contient tous les éléments pour définir et amorcer un calcul par la méthode des
éléments finis. Au début du programme de calcul, l’utilisateur doit choisir le projet pour lequel les
calculs vont être définis.

14.2.1.3. Le programme de résultats (Output)

Ce programme contient tous les éléments qui permettent de voir les résultats des données
générées et des calculs d’éléments finis. Au début du programme de résultats, l’utilisateur doit choisir
le modèle et la phase de calcul appropriée ou le numéro du pas pour lequel les résultats seront affichés.

14.2.1.4. Le programme courbe (Curves)

Ce programme contient tout le nécessaire pour générer des courbes charges- déplacements, des
chemins de contrainte et des courbes contraintes-déformations. [35]

14.2.2. Types d’éléments utilisé par PLAXIS

PLAXIS Version 8.2 peut être utilisé pour réaliser des analyses par éléments finis en deux
dimensions. Les modèles d’éléments finis peuvent être soit plans (Plane strain), soit axisymétriques
(Axisymmetric). Le réglage par défaut du paramètre Model est Plane strain. [35]

Les modèles en déformations planes (Plane strain) sont utilisés pour des structures ayant une
section (plus ou moins) uniforme, et avec un état de contraintes et un schéma de chargement uniformes
sur une longueur suffisante perpendiculairement à la section (direction z). Les déplacements
perpendiculaires à la section sont considérés comme nuls. Cependant, les contraintes normales dans la
direction z sont intégralement prises en compte.

Les modèles axisymétriques (Axisymmetric) sont utilisés pour des structures circulaires ayant
une section radiale (plus ou moins) uniforme, avec un schéma de chargement réparti autour de l’axe
central et des états de contrainte et de déformation identiques selon les directions radiales. A noter que
pour les problèmes axisymétriques, la coordonnée x représente le rayon et la coordonnée y correspond
à l’axe de symétrie. Il ne faut pas utiliser dans ce cas de coordonnées x négatives.
Exemples de problèmes en déformations plane et axisymétrique. [35]

14.2.2.1. Les éléments

Deux types d’élément peuvent être utilisés dans PLAXIS ; élément triangulaire à 6 nœuds et
élément triangulaire à 15 nœuds. Ces éléments servent à modéliser les couches de sol et autres éléments
de volume.

L’élément de 15 nœuds fournit une interpolation du quatrième ordre pour les déplacements et
l’intégration numérique se fait sur douze points de Gauss (points de contrainte). Pour le triangle à 6
nœuds, l’interpolation est d’ordre de deux et l’intégration numérique se fait sur trois points de Gauss.

Le triangle à 15 nœuds est un élément très précis qui a produit des résultats en contraintes de
haute qualité sur différents problèmes, alors que le triangle à 6 nœuds offre de bons résultats pour les
analyses standards en déformations, à condition d’utiliser un nombre suffisant d’éléments. [35]

Figure 14.1. Position des nœuds et des points de contrainte dans les éléments de sol. [35]

En plus des éléments de sol, des éléments de plaque compatibles sont utilisés pour simuler le
comportement de murs, plaques et coques et des éléments de géogrilles sont utilisés pour simuler le
comportement des géogrilles et des treillis.
De plus, des éléments d’interface compatibles sont utilisés pour simuler l’interaction sol-
structure. Enfin, le mode de création de la géométrie permet l’implantation d’ancrages à tête fixe
(butons) et d’ancrages nœud-à nœud.

14.2.2.2. Les éléments d’interface

Les interfaces sont composées d’éléments d’interface. La figure 5.6 montre comment les
éléments d’interface sont connectés aux éléments de sol. Dans le cas d'éléments de sol à 15 nœuds, les
éléments d’interface correspondants sont définis par cinq paires de nœuds, alors que pour les éléments
de sols à 6 nœuds, les éléments d’interface sont définis par trois paires de nœuds, les éléments
d’interface sont représentés avec une épaisseur finie, mais dans la formulation des éléments finis, les
coordonnées de chaque paire de nœuds sont identiques, ce qui signifie que les éléments ont une
épaisseur nulle.

Chaque interface a une épaisseur virtuelle, qui lui est assignée, et qui est définie comme le
produit du facteur d’épaisseur virtuelle (Virtual thickness factor) par la taille moyenne de l’élément.

La matrice de rigidité pour les éléments d’interface est obtenue au moyen de l’intégration de Newton-
Cotes. La position des points de contrainte de Newton-Cotes coïncide avec les paires de nœuds. Par
conséquent, cinq points de contrainte sont utilisés pour un élément d’interface à 15 nœuds alors que
trois points de contrainte sont utilisés pour un élément d’interface à 6 nœuds. [35]

Figure 14.2. Distribution des nœuds et des points de contrainte dans les éléments d’interface et connexion
avec les éléments de sol. [35]

14.2.2.3. Les éléments de géogrille

Les géogrilles sont composées d’éléments (linéaires) ayant deux degrés de liberté en translation
à chaque nœud (𝑈𝑥 , 𝑈𝑦 ). Quand des éléments de sol à 15 nœuds sont utilisés, chaque élément de
géogrille est défini par cinq nœuds alors que des éléments de sol à 6 nœuds sont combinés avec des
éléments de géogrilles à 3 nœuds. Les efforts axiaux sont évalués aux points de contrainte de Newton-
Cotes. Ces points de contrainte coïncident avec les nœuds. [35]

Figure 14.3. Position des nœuds et des points de contrainte sur les éléments de géogrille à 3 nœuds et à 5
nœuds. [35]

14.2.3. La démarche de Modélisation

Un résumé des fonctions essentielles est donné ci-dessous : [35]

14.2.3.1. Entrée des données

a. La géométrie du modèle

La définition des couches de sol, des ouvrages, des phases de construction, des chargements et
des conditions aux limites s'appuie sur des procédures graphiques faciles à utiliser, ce qui permet une
description détaillée et précise des conditions réelles à modéliser. Le maillage d'éléments finis en 2D
est généré de manière automatique directement à partir de ce modèle géométrique.

b. Conditions aux limites

Les "fixités" sont des déplacements nuls imposés. Ces conditions peuvent être appliquées aux
lignes comme aux points définissant la géométrie du modèle, dans les directions x ou y. Une option
permet d'appliquer les conditions d'appui standard valables dans la majorité des cas.

c. Chargement

Deux systèmes de chargement indépendants sont proposés pour appliquer des forces ponctuelles
ou des charges réparties. Les forces ponctuelles peuvent être appliquées à n'importe quel point de la
géométrie, les charges réparties à n'importe quelle ligne de la géométrie, sans se limiter à la seule
frontière extérieure. Les valeurs des chargements peuvent être modifiées dans le mode "Construction
par étapes" et/ou par l'utilisation des multiplicateurs.
d. Propriétés des Matériaux

Dans PLAXIS, les propriétés du sol et les propriétés des matériaux des structures sont toutes
stockées dans une base de données. Il y a quatre types différents de matériaux :

Sols et interfaces (Soil & Interfaces), plaques (Plates), géogrilles (Geogrids) et ancrages (Anchors).

Le modèle de comportement et les différents paramètres permettant de le définir. Pour les sols, en plus
de la définition des caractéristiques mécaniques, leurs interfaces avec les autres types d’éléments
peuvent être paramètres, il faut également définir le comportement hydraulique du sol (drainer, non-
drainer ou non-poreux).

e. Génération automatique du maillage

Plaxis offre une génération entièrement automatique de maillages non structurés d'éléments
finis, avec des options pour raffiner le maillage, globalement ou localement. Le maillage peut contenir
des milliers d'éléments.

f. Conditions initiales

Une fois le modèle géométrique créé et le maillage d'éléments finis généré, l'état de contraintes
initiales et la configuration initiale doivent être spécifiés. Cela se fait dans la partie traitant des
conditions initiales du programme d'entrée des données. Les conditions initiales sont constituées de
deux modes différents, l'un pour générer les pressions interstitielles initiales (mode des conditions
hydrauliques) et l'autre pour spécifier la configuration géométrique initiale et générer le champ des
contraintes effectives initiales (mode de configuration géométrique).

14.2.3.2. Calculs

Le programme de calcul conduit des analyses en déformation menées soit par un calcul
plastique, un calcul de consolidation ou un calcul en grandes déformations et calcul le coefficient de
sécurité. Pour chaque projet, plusieurs phases de calcul peuvent être définies avant le lancement du
calcul. [35]

14.2.3.3. Analyse des Résultats

Les principaux résultats d'un calcul d'éléments finis sont les déplacements aux nœuds et les
contraintes aux points de contraintes. De plus, lorsqu'un modèle d'éléments finis inclut des éléments de
structure, des efforts sont calculés dans ces éléments.

a. Déformations

La restitution graphique des déformations peut se faire sous la forme de maillage déformé, carte
de déplacements totaux ou incrémentaux ou cartes de déformations totales ou incrémentales.

b. Contraintes

La restitution des contraintes peut se faire en contraintes effectives, contraintes totales, pressions
interstitielles et surpressions interstitielles.

14.2.4. Les modèles de comportements intégrés dans Plaxis

PLAXIS propose différents modèles qui permettent de simuler le comportement d’un sol, plus
ou moins sophistiqué, qui ont été implémentés : élastique linéaire, Mohr-Coulomb, modèles de sol avec
écrouissage ou spécifiques aux sols mous, etc.
Pour traiter un problème de soutènement (paroi moulée, palplanche, … etc.), il est tout
à fait adapté de considérer le sol comme élastoplastique et le modèle de Mohr-Coulomb sera
bien adapté dans ce cas ; on rejoint ici le calcul des soutènements par les méthodes
élastoplastiques de coefficient de raideur.

14.2.4.1. Modèle élastique linéaire

Ce modèle représente la loi de Hooke pour l’élasticité linéaire et isotrope. Le modèle comporte
deux paramètres de rigidité élastique, le module d’Young, E, et le coefficient de Poisson ν.
Le modèle linéaire élastique est très limité pour simuler le comportement d’un sol. Il est utilisé
principalement pour des structures rigides massives placées dans le sol. [34]

14.2.4.2. Modèle de Mohr-Coulomb

Le comportement de Mohr-Coulomb présente un comportement élastique parfaitement


plastique sans écrouissage. Il a une grande utilisation dans la géotechnique vu les résultats
obtenus dans les calculs.
Dans le plan de Mohr, la droite intrinsèque est représentée par :

𝝉 = 𝝈𝒏 𝐭𝐚𝐧 𝝋 + 𝒄 14.1)

Ou 𝜎𝑛 et 𝛕 sont respectivement les contraintes normales et de cisaillement, et c et φ


respectivement la cohésion et l’angle de frottement du matériau (Figure 5.8).
Figure 14.4. Courbe intrinsèque du modèle de Mohr-Coulomb. [34]

Le critère de Coulomb à trois dimensions suppose que la contrainte intermédiaire n’intervient


pas. La forme du critère est celle d’une pyramide irrégulière construite autour de la trisectrice (Figure
5.9) sur l’hexagone irrégulier de Mohr-Coulomb. [34]
Dans l’espace de contrainte principale ( 𝜎1, 𝜎2, 𝜎3, ), la surface de rupture est d’équation :

𝑭(𝝈𝒊𝒋 ) =∣ 𝝈𝟏 − 𝝈𝟑 ∣ −( 𝝈𝟏 − 𝝈𝟑 ) 𝐬𝐢𝐧 𝝋 − 𝟐𝒄 𝐜𝐨𝐬 𝝋 = 𝟎 ( 14.2)

Figure 14.5. Pyramide de Mohr-Coulomb tracée pour c=0 (surface de rupture).

Le modèle demande la détermination de cinq paramètres fondamentaux. Les deux


premiers sont E et ν (paramètres d’élasticité). Les deux autres sont c et φ, respectivement, la cohésion
et l’angle de frottement. Ce sont des paramètres classiques de la géotechnique, certes souvent fournis
par des essais de laboratoire, et nécessaires à des calculs de déformation ou de stabilité. Enfin, ce
modèle est non associé et ψ est l’angle de dilatance.
a. Le module de Young (E)

Le choix d’un module de déformation est un des problèmes les plus difficiles en
géotechnique. Le module de déformation varie en fonction de la déformation et en fonction de
la contrainte moyenne. Dans le modèle de Mohr-Coulomb, le module est constant. Il parait
peu réaliste de considérer un module tangent à l’origine (ce qui correspondait au 𝐺𝑚𝑎𝑥 mesuré
dans des essais dynamiques ou en très faibles déformations).
Ce module nécessite des essais spéciaux. Il est conseillé de prendre un module moyen,
par exemple celui correspondant à un niveau de 50 % du déviateur de rupture (Figure 5.10).
La pente initiale est appelée 𝐸0 et le module sécant à 50% de la résistance en compression est
noté 𝐸50 .
Pour des argiles très surconsolidés et quelques roches avec un large domaine élastique, il est
réaliste d’utiliser 𝐸0 alors que pour les sables et les argiles normalement consolidés, il est préférable de
prendre 𝐸50 . [34]

Figure 14.6. Définition du module 𝑬𝟎 et 𝑬𝟓𝟎 .[34]

b. Coefficient de Poisson ( 𝝂 )

On conseille une valeur de 0,2 à 0,4 pour le coefficient de Poisson. Celle-ci est réaliste
𝜎ℎ
pour l’application du poids propre (procédure 𝐾0 = ou chargement gravitaires). Pour
𝜎𝑣

certains problèmes, notamment en décharge, on peut utiliser des valeurs plus faibles. Pour
des sols incompressibles, le coefficient de Poisson s’approche de 0,5 sans que cette valeur
soit utilisable. [34]

c. Angle de frottement ( 𝝋 )

PLAXIS ne prend pas en compte une variation d’angle de frottement avec la contrainte
moyenne. L’angle de frottement à introduire est soit l’angle de frottement de pic, soit l’angle
de frottement de palier. On attire l’attention sur le fait que des angles de frottement supérieurs
à 35°peuvent considérablement allonger les temps de calcul. Il peut être avisé de commencer
des calculs avec des valeurs raisonnables d’angle de frottement, quitte à les augmenter dans
la suite. On peut déterminer l’angle de frottement à partir de la courbe intrinsèque du modèle
de Mohr Coulomb (Figure 5.12). [34]

d. Cohésion (c)

Il peut être utile d’attribuer, même à des matériaux purement flottants, une très faible
cohésion (0,2 à 1 kPa) pour des questions numériques. [34]

e. L’angle de dilatance (ψ)

Le dernier paramètre est l’angle de dilatance noté ψ ; c’est le paramètre le moins


courant. Il peut cependant être facilement évalué par la règle (grossière) suivante :

𝜓 = 𝜑 − 30° Pour φ > 30°


𝜓 = 0° Pour φ ˂ 30°

Le cas où ψ < 0° correspond à des sables très lâches (état souvent dit métastable, ou
liquéfaction statique). La valeur ψ = 0°correspond à un matériau élastique parfaitement
plastique, où il n’y a donc pas de dilatance lorsque le matériau atteint la plasticité. C’est
souvent le cas pour les argiles ou pour les sables de densité faible ou moyenne sous
contraintes assez fortes. [34]

Figure 5.12. L’angle de dilatance. [6]

14.2.4.3. Modèle de sol avec écrouissage (Hardening Soil Model, HSM)

C’est un modèle hyperbolique de type élasto-plastique formulé dans le cadre de la plasticité


avec écrouissage en cisaillement. De plus, ce modèle prend en compte l’écrouissage en compression
pour simuler le compactage irréversible d’un sol sous son premier chargement en compression. Ce
modèle du deuxième ordre permet de simuler le comportement des sables, des graves, mais aussi de
sols plus mous comme les argiles et les limons. [35]

14.2.4.4. Modèle pour les sols mous (Soft Soil model, SSM)

C’est un modèle de type Cam-Clay qui permet de simuler le comportement de sols mous comme
des argiles normalement consolidées ou de la tourbe. Ce modèle s'applique très bien aux situations où
la consolidation primaire est prépondérante. [35]

14.2.4.5. Modèle pour les sols mous avec fluage (Soft Soil creep model, SSCM)

C’est un modèle du deuxième ordre formulé dans le cadre de la viscoplasticité. Ce modèle


permet de simuler le comportement des sols mous, comme les argiles ou les tourbes normalement
consolidées, en fonction du temps. Ce modèle prend en compte la compression logarithmique. [35]

14.2.4.6. Modèle pour les roches fracturées (Jointed Rock model, JR)

C’est un modèle élasto-plastique anisotrope, pour lequel le cisaillement plastique peut se


produire seulement dans un nombre limité de directions de cisaillement. Ce modèle peut être utilisé
pour simuler le comportement des roches stratifiées ou fracturées. [35]

14.2.4.7. Modèle défini par l’utilisateur

Cette option permet de définir et d'utiliser des lois de comportement autres que les modèles
standard de PLAXIS. Pour une description plus détaillée de cette option, veuillez-vous reporter au
manuel des modèles de matériaux (Material Models Manual). [35]

14.3. Conclusion

Nous notons en guise de conclusion pour ce chapitre qu’il n’y a pas de différence entre les paramètres
géotechniques mis en œuvre dans PLAXIS et celle d’un calcul manuel quand il s’agit de calcul de
tassement ou de stabilité. On pourra à partir d’essais arriver un modèle géotechnique de terrain. En
revanche, il existe un certain nombre de paramètres qui sont différents en expressions mais ayant des
liens étroits avec des paramètres géotechniques classiques. Parmi tous les modèles, celui de l’angle de
dilatance est le moins courant. Ainsi, afin de choisir un tel ou un tel modèle, il serait important de tenir
compte du problème posé : soutènement, tassement de remblai, fondation sur sol en pente,
tunnel.